Your SlideShare is downloading. ×
© Edward Parker / WWF-CanonRapportPartenariatsEntreprises2009-2010            WWF-France - Rapport Partenariats Entreprise...
© Martin Harvey / WWF-CanonWWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 2
Edito                                                                                 En novembre 2009, à la sortie du© Ma...
RemerciementsNous adressons nos remerciements à l’ensemble de nos partenaires qui ont participé à cet exercice de transpar...
sommAiRELE WWF Et LEs EntREPRisEs                                                                                   6Actio...
LE WWF Et LEs EntREPRisEsEntreprise et environnementOn ne peut imaginer un monde où l’Homme vivrait en harmonie avec la na...
Actions PouR LA tRAnsFoRmAtion du mondE dE                   L’EntREPRisE Et dEs mARchEsContribuer à transformer le monde ...
Comité Français des Ecolabels (CFE)                                 Le WWF siège au CFE depuis mars 2009. Le rôle de ce co...
Bilan des émissions de gaz à effet de serreToutes les entreprises privées de plus de 500 salariés (et celles de plus de 25...
Avis du WWF :A l’origine, le projet de loi prévoyait la mise en œuvre progressive de l’affichage environnemental à partir ...
Certified Sustainable Palm Oil (CSPO)Date de création : 2004Ressource : l’huile de palmeStatut : en juin 2010, 1,8 million...
Campagnes et événements de mobilisationChaque année, à l’initiative des programmes de conservation du WWF, des campagnes d...
Alerte sur les pratiques d’Asia Pulp & Paper - mars 2010Asia Pulp & Paper, le plus gros papetier asiatique, est un des pri...
LEs PARtEnARiAts stRAtEgiquEsObjectifs des partenariats stratégiquesCes partenariats consistent à engager les entreprises ...
Les nouveaux partenariats stratégiques en 2010Partenaire depuis : février 2010Soutien aux missions du WWF : eau douce, hab...
PARtEnAiRE stRAtégiquE dEPuis 2009              soutiEn A LA mission WWF                                                  ...
Réduire les impacts environnementaux des sites de production de papier - Arjowiggins Graphic s’est engagé dans le processu...
PARtEnAiRE stRAtégiquE dEPuis 1998                soutiEn A LA mission WWF                                                ...
Démarche de progrès sur l’approvisionnement en or des bijouteries :                      13 produits en or traçé de- Mise ...
PARtEnAiRE stRAtégiquE dEPuis 2006                                soutiEn A LA mission WWF                                ...
Mise en place d’une démarche de réduction des émissions directes de gaz à effet de serre de l’enseigne : - Réalisation d’u...
PARtEnAiRE stRAtégiquE dEPuis 2009                          soutiEn A LA mission WWF                                      ...
Vers les salariés- Relais de l’opération ultimatum climatique du WWF-France en décembre 2009 auprès des collaborateurs des...
PARtEnAiRE stRAtégiquE dEPuis 2008                       soutiEn A LA mission WWF                                         ...
PRinciPALEs Actions dE sEnsiBiLisAtionVers les clients- Animation sur l’empreinte écologique et la consommation de papier ...
PARtEnAiRE stRAtégiquE dEPuis 2008                soutiEn A LA mission WWF                                                ...
Eco-rénover les boutiques OrangeCharte de progrès pour l’intégration de la qualité environnementale dans larénovation des ...
PARtEnAiRE stRAtégiquE dEPuis 2005                                    soutiEn A LA mission WWF                            ...
Vers les salariés- Sensibilisation des salariés aux principaux enjeux du réchauffement climatique en amont de la conférenc...
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Rapport partenariats entreprises 2009-2010
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Rapport partenariats entreprises 2009-2010

1,608

Published on

En novembre 2009, à la sortie du premier rapport d’activité du WWF France consacré exclusivement à nos actions dédiées au monde de l’entreprise, nous nous étions engagés à réaliser cet exercice chaque année. Nous avons donc le plaisir de partager avec vous cette seconde édition : nous y rappelons notre philosophie et notre démarche vis à-vis du monde de l’entreprise, nous y décrivons de façon détaillée nos actions pour contribuer à le transformer, et nous présentons, avec le même souci de transparence, un bilan pour chacun de
nos partenariats sur l’année écoulée.

Published in: News & Politics, Technology
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,608
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
18
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Rapport partenariats entreprises 2009-2010"

  1. 1. © Edward Parker / WWF-CanonRapportPartenariatsEntreprises2009-2010 WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 1
  2. 2. © Martin Harvey / WWF-CanonWWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 2
  3. 3. Edito En novembre 2009, à la sortie du© Martin Leers premier rapport d’activité du WWF- France consacré exclusivement à nos actions dédiées au monde de l’entreprise, nous nous étions engagés à réaliser cet exercice chaque année. Nous avons donc le plaisir de partager avec vous cette seconde édition : nous y rappelons notre philosophie et notre démarche vis- à-vis du monde de l’entreprise, nous y décrivons de façon détaillée nos actions pour contribuer à le transformer, et nous présentons, avec le même souci de transparence, un bilan pour chacun de nos partenariats sur l’année écoulée. Le monde reste affaibli par la crise financière provoquée par la cupidité de quelques-uns. Le sommet de Copenhague a montré l’incapacité actuelle de nos dirigeants à prendre ensemble les mesures nécessaires pour contrer le changement climatique. Malgré l’engagement de la communauté internationale d’assurer une forte réduction du rythme de perte de diversité biologique, voire de la stopper, nous continuons à constater le déclin du vital. La pauvreté progresse insidieusement malgré les promesses des Objectifs du Millénaire pour le Développement. Du golfe du Mexique aux forêts de Russie, les catastrophes et les bouleversements écologiques d’ampleurs inédites semblent se renforcer et défier la capacité de résilience de notre planète… Face ce bilan alarmant, chacun a un rôle à jouer. Les pouvoirs publics par la réglementation, chacun d’entre nous par nos modes de consommation et les entreprises qui doivent assumer leur responsabilité, et alléger l’impact de leurs activités sur la planète. Le Grenelle de l’Environnement nous a montré les limites de la réglementation, d’où l’absolue nécessité de voir les entreprises entrer de façon volontaire et enthousiaste sur le chemin d’une conversion de l’économie en une économie légère, s’affranchissant de notre dépendance aux ressources fossiles, au service de notre qualité de vie et soucieuse de préserver la biodiversité. Avant de vous laisser feuilleter ces pages, nous tenons, avec toute l’équipe du WWF, à saluer la mémoire de Basile Gueorguievsky, collaborateur engagé devenu un ami cher pour nous tous. Cet homme des cimes et de lumière nous a quitté beaucoup trop tôt. Il nous laisse en héritage un livre co-écrit avec Julia Haake sur « l’entreprise légère »*. Il manquera à nos vies, mais nous poursuivrons avec passion le chemin sur lequel il était engagé. Isabelle Autissier, Présidente du WWF-France Serge Orru, Directeur Général du WWF-France * « L’entreprise légère » de Julia Haake et Basile Gueorguievsky - Éditeur : Delachaux et Niestlé - Collection : Changer d’ère - Date de parution : 26 août 2010
  4. 4. RemerciementsNous adressons nos remerciements à l’ensemble de nos partenaires qui ont participé à cet exercice de transparence et quis’efforcent quotidiennement d’œuvrer pour intégrer l’écologie dans les activités de l’entreprise.Merci également au Département Développement Durable de PricewaterhouseCoopers qui, après avoir accompagnél’élaboration du premier rapport en 2009, nous a apporté son regard critique sur le contenu de cette nouvelle édition.Enfin, nous tenons à remercier chaleureusement l’ensemble des collaborateurs du WWF-France qui, par leur implicationet leur expertise, contribuent avec l’équipe des partenariats à orienter le monde de l’entreprise vers des pratiques plusresponsables.Nous remercions également notre partenaire Arjowiggins de nous avoir fourni le papier SatiMat Green FSC pourl’impression de ce rapport.Crédits photosnaturepl.com/Ingo Arndt / WWF, Alain Compost / WWF-Canon, Adriano Gambarini / WWF-Brazil,Michel Gunther / WWF-Canon, Martin Harvey / WWF-Canon, Martin Leers, Roger Leguen / WWF-Canon,Chris Martin Bahr / WWF-Canon, Perrine Meric, Edward Parker / WWF-Canon, Brian J. Skerry / National GeographicStock / WWF, Richard Stonehouse / WWF-Canon, Rudolf Svenson / WWF-canon, N.C. Turner / WWF-Canon.WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 4
  5. 5. sommAiRELE WWF Et LEs EntREPRisEs 6Actions PouR LA tRAnsFoRmAtion du mondE dE L’EntREPRisE Et dEs mARchés 7LEs PARtEnARiAts stRAtégiquEs 14LEs PARtEnARiAts PRoduits 36iLs nous soutiEnnEnt Aussi 49BiLAn FinAnciER dEs PARtEnARiAts 50concLusion 53L’équiPE dEs PARtEnARiAts 54 WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 5
  6. 6. LE WWF Et LEs EntREPRisEsEntreprise et environnementOn ne peut imaginer un monde où l’Homme vivrait en harmonie avec la nature sans intégrer l’entreprise au cœur duchangement. Certes, les pratiques des entreprises, leurs modèles économiques, peuvent provoquer des conséquencesnégatives qu’elles soient sociales ou environnementales. Mais les femmes et les hommes qui les composent, de plus en plussensibles à ces « externalités », représentent un formidable levier pour tracer de nouvelles voies vers une entreprise pluslégère. Le WWF, résolument tourné vers les solutions, mise sur leur capacité à intégrer la dimension environnementalenon pas comme une nouvelle contrainte mais comme une nouvelle source de valeur leur permettant de se différencier deleurs compétiteurs et d’assurer un avenir pérenne.Les modes d’action du WWFLe WWF a choisi de ne pas seulement dénoncer les préjudices environnementaux causés par les pratiques des entreprisesmais également d’initier, de soutenir et de valoriser les bonnes pratiques répondant au changement attendu. Pour parvenirà cet objectif, en France et dans la centaine de pays où il est présent, le WWF agit à trois niveaux :- En s’impliquant dans la réalisation d’études sectorielles, dans des démarches réglementaires ou normatives, et dans la définition de standards de durabilité (voir pages 7 à 13).- En contribuant à faire émerger de nouvelles pratiques en nouant des partenariats sur le périmètre de la démarche environnementale de l’entreprise ou plus spécifiquement sur un produit ou service. (voir pages 14 à 49).- En engageant les entreprises à participer à la préservation des écosystèmes et des services écologiques qui y sont associés, par le financement des programmes scientifiques du WWF à travers le monde (voir page 50).La force d’un réseau internationalLe WWF est une organisation mondiale possédant une représentation permanente dans une centaine de pays. Le BureauInternational du WWF, situé en Suisse, est chargé de relayer cette stratégie dédiée au monde de l’entreprise de façonhomogène dans l’ensemble du réseau. Dans un souci de bonne gouvernance, le WWF s’est doté d’un Comité Internationaldes Partenariats composé de membres du réseau. Son rôle est notamment de se prononcer sur l’opportunité de coopéreravec des partenaires potentiels. Il a notamment dressé une liste de secteurs d’activité avec lesquels le WWF s’interditde coopérer. Soit parce qu’ils ne correspondent pas à l’éthique du WWF, soit parce qu’aucune démarche de progrèsenvironnemental ne semble réaliste au regard de leurs cœurs de métier (pétrole, énergie nucléaire, armement, tabac…).Le WWF International est également à l’initiative de nombreux programmes impliquant l’entreprise tels que Climate Savers(groupe d’entreprises s’engageant à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre), One Planet Leaders (programme deformation des décideurs à la Responsabilité Sociale des Entreprises), Market Transformation Initiative (démarche ciblantla chaîne d’approvisionnement de certaines matières premières)…Préserver son indépendanceL’indépendance est la force vitale de toute ONG. C’est cette force qui lui confère sa crédibilité et la confiance du public.Le WWF préserve son indépendance en appliquant quatre règles fondamentales à ses partenariats :- Porter un regard critique et constructif sur les pratiques du partenaire est à la fois un devoir et une démarche militante pour les experts du WWF.- Faire respecter l’indépendance et la liberté de parole du WWF. Des closes juridiques spécifiques sont intégrées dans les conventions de partenariat.- Limiter les dons d’entreprise à un maximum de 30% de ses ressources*. Ces fonds étant répartis entre de nombreux partenaires, cette diversification permet au WWF d’envisager de rompre un partenariat si nécessaire, sans porter préjudice aux équilibres financiers de l’organisation.- Rendre compte annuellement (depuis 2009) de façon transparente à la fois des réalisations concrètes et des points d’amélioration à mettre en œuvre à travers un rapport public. *bilan financier page 50 /51WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 6
  7. 7. Actions PouR LA tRAnsFoRmAtion du mondE dE L’EntREPRisE Et dEs mARchEsContribuer à transformer le monde de l’entreprise et les marchés exige d’agir sur plusieurs leviers : apporter de laconnaissance et faire prendre conscience aux acteurs de leurs responsabilités, co-construire des solutions durables, définirdes standards et des certifications, renforcer la réglementation, alerter l’opinion, dénoncer, appeler au boycott… Dansles pages suivantes, nous avons regroupé l’ensemble des actions qui, en dehors des partenariats décrits plus loin dans cerapport, répondent à ces objectifs en impliquant de façon transversale les différents domaines d’expertise du WWF.Etudes et Recherches Entreprises et changement climatique - novembre 2009 Réalisée en collaboration avec l’agence de notation Vigéo, cette étude présente les multiples leviers d’actions dont disposent les entreprises des secteurs les plus émetteurs pour agir sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Contribuer efficacement à la lutte contre le changement climatique implique d’élargir les actions de réduction en amont et en aval des processus de production. En intégrant la notion de co-responsabilité et celle de sphère d’influence, les entreprises qui souhaitent s’engager dans une démarche responsable et volontaire de réduction des émissions disposent ainsi d’un éventail d’actions bien plus large que leur périmètre immédiat. Entreprises et Biodiversité - septembre 2010 En cette année consacrée par l’ONU « Année Internationale de la Biodiversité », ce rapport a pour ambition de sensibiliser le monde des entreprises à sa dépendance et à ses impacts vis-à-vis du vivant. Huit principales filières économiques* ont été ciblées pour mettre en lumière l’interdépendance et les impacts de l’entreprise dans tous les processus concernant son activité de l’amont à l’aval. Pour chacune de ces filières, le WWF présente les enjeux planétaires liés à son activité, les risques associés à la dégradation des écosystèmes dont elle est dépendante et des actions concrètes pour faire de la préservation de la biodiversité une opportunité économique. * Culture et élevage, pêche et aquaculture, bois, extraction, infrastructures et transports, chimie et santé, tourisme et loisirs, banque et assuranceImplication dans la réglementation et les démarches normatives Affichage environnemental L’affichage environnemental tel que prévu suite au Grenelle de l’Environnement doit pouvoir orienter les consommateurs vers les produits les plus vertueux et permettre aux entreprises les plus engagées de se démarquer. C’est dans cet esprit que le WWF poursuit sa participation aux groupes de consultation conjointement animé par l’ADEME et l’AFNOR. Le WWF est principalement impliqué dans les groupes de travail sectoriels comme les produits agroalimentaires (GT1), les produits électriques et électroniques (GT2), les produits détergents et les pesticides (GT3), les produits du textile et de l’habillement (GT5). Par ailleurs, le WWF contribue à la définition d’une méthodologie transversale à toutes les familles de produits (GTM). Pour en savoir plus sur les demandes du WWF concernant l’affichage : http://affichage-environnemental.afnor.org. WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 7
  8. 8. Comité Français des Ecolabels (CFE) Le WWF siège au CFE depuis mars 2009. Le rôle de ce comité est d’animer le développement et la gestion de la marque NF Environnement. Il se réunit tous les trimestres et se compose de quatre collèges : industrie et distributeurs, associations environnementales et de consommateurs, administration, organismes techniques. En participant à cette instance, le WWF soutient le développement des écolabels officiels (NF-environnement & Ecolabel Européen) sur de nouvelles catégories de produits, participe au renforcement des critères d’attribution et apporte sa contribution à leur promotion. Depuis qu’il est membre du CFE, le WWF a par exemple contribué au lancement de l’écolabel NF-environnement pour les cartouches d’impression, les jouets et les produits de classement. Observatoire indépendant de la publicité (OIP) Crée en 2009, l’OIP est un site internet co-animé par le WWF dont la vocation est de promouvoir une publicité responsable. Il permet notamment aux internautes d’alerter sur les campagnes de publicité faisant un usage abusif ou infondé de l’argument écologique (écoblanchiment), mais aussi d’offrir aux consommateurs les outils nécessaires pour évaluer la pertinence du discours que peuvent tenir certaines entreprises sur leur engagement environnemental. A ce jour, plus d’une vingtaine d’annonceurs ont ainsi été épinglés sur des campagnes qui contrevenaient aux codes de la consommation et de l’environnement ou aux recommandations déontologiques de l’ARPP*. Plusieurs annonceurs tels que France Betterave, Henkel ou encore Fleury Michon ont modifié leur communication suite aux alertes de l’OIP. http://observatoiredelapublicite.fr *Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité Formation Cette année, l’Institut de Formation du WWF créé en 2009 a dispensé six formations pour une soixantaine de personnes. Deux modules ont particulièrement été demandés : la communication responsable et l’éco-conception. Le taux de satisfaction global des auditeurs se situe à 80% de satisfaction générale. Un nouveau module réalisé en partenariat avec le cabinet Be-Linked est venu s’ajouter au catalogue existant. Il concerne le management de la relation ONG-Entreprises et a vu le jour sous la forme d’une formation inter-entreprises.ZOOMLa RSE dans le Grenelle de l’environnementLe WWF a été fortement impliqué dans le Grenelle de l’environnement. Depuis sa participation aux tables rondes de 2007,qui ont abouti aux 268 engagements, jusqu’au processus législatif et les efforts pour limiter le « détricotage » d’un projet de loisoumis à l’activisme des différents lobbys. Même s’il a fait l’objet de fortes pressions, le volet RSE comporte certaines avancéesmais qui devront pour beaucoup être confirmées par des décrets d’application.WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 8
  9. 9. Bilan des émissions de gaz à effet de serreToutes les entreprises privées de plus de 500 salariés (et celles de plus de 250 salariés outre-mer) et les entreprisespubliques de plus de 250 salariés, sont tenues d’effectuer un bilan de leurs émissions de gaz à effet de serre, ainsiqu’une « synthèse des actions envisagées » pour les réduire, avant le 31 décembre 2012. Ce bilan, rendu public, est misà jour tous les trois ans. Article 75 du titre III, Energie et Climat, de la loi Grenelle II. Avis du WWF :Cette décision va dans le bon sens, puisqu’il est en effet indispensable de connaître ses émissions avant de les réduire.Mais le WWF déplore qu’aucun plan d’action ou objectif de réduction n’ait été imposé aux entreprises, contrairementaux collectivités locales qui sont tenues d’être en ligne avec les objectifs nationaux (facteur 4). Il est égalementregrettable qu’aucune uniformisation sectorielle des bilans de gaz à effet de serre ne soit proposée, empêchant ainsi decomparer des entreprises d’un même secteur dans leur politique climatique.Investissement Socialement ResponsableLes sociétés d’investissement à capital variable et les sociétés de gestion mentionnent dans leur rapport annuel etdans les documents destinés à l’information de leurs souscripteurs les modalités de prise en compte dans leur politiqued’investissement des critères relatifs au respect d’objectifs sociaux, environnementaux et de qualité de gouvernance.Elles précisent la nature de ces critères et la façon dont elles les appliquent selon une présentation type fixée par décret.Elles indiquent comment elles exercent les droits de vote attachés aux instruments financiers résultant de ces choix.Article 224 du titre VI, Gouvernance, de la loi Grenelle II. Avis du WWF :Le WWF regrette qu’en l’état, les sociétés de gestion puissent uniquement se contenter de préciser qu’elles prennenten compte des critères environnementaux sociaux et de gouvernance. Le WWF aurait voulu voir inscrite dans le textede loi l’obligation d’associer analyse financière et extra-financière. D’autre part, aucun régime fiscal de faveur pour lesfonds ISR ne sera mis en place alors que l’engagement n°204 issu des tables rondes du Grenelle prévoyait la mise enplace de mécanismes incitatifs pour les fonds ISR, accompagnés de campagnes d’information.Reporting extra-financierL’obligation de reporting environnemental et social est élargie à d’autres entreprises françaises que celles cotées enBourse. Ces informations, vérifiées par un organisme tiers indépendant, portent sur l’entreprise et ses filiales, et doiventêtre présentées dans le rapport annuel de gestion. Cette vérification donne lieu à un avis qui est transmis à l’assemblée desactionnaires ou des associés en même temps que le rapport du conseil d’administration ou du directoire. Les modalitésd’application de cet article seront fixées par décret. Article 225 du titre VI, Gouvernance, de la loi Grenelle II. Avis du WWF :Cet article renforce le dispositif de la loi NRE de 2001 et son décret d’application de 2002. Cependant, des doutespersistent sur la concrétisation de ces avancées qui doivent faire l’objet de décrets d’application au cours du secondsemestre 2010. Par ailleurs, le WWF regrette que la notion d’information à fournir ne soit pas clairement explicitéedans le texte de loi. L’engagement n°198 issu des tables rondes du Grenelle visait pourtant à favoriser, par secteursd’activité, des jeux de quelques indicateurs sociaux et environnementaux afin de pouvoir comparer les entreprises d’unmême secteur entre-elles. Ce qui est actuellement très difficile compte tenu de la souplesse offerte par l’article 116 dela loi NRE, où l’on ne demande pas d’indicateurs mais des «informations».Affichage environnementalÀ partir du 1er juillet 2011, et après concertation avec l’ensemble des acteurs des filières concernées, une expérimentationest menée, pour une durée minimale d’une année, afin d’informer progressivement le consommateur par tout procédéapproprié du contenu en équivalent carbone des produits et de leur emballage, ainsi que de la consommation de res-sources naturelles ou de l’impact sur les milieux naturels qui sont imputables à ces produits au cours de leur cycle de vie.Article 228 du titre VI, Gouvernance, de la loi Grenelle II. WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 9
  10. 10. Avis du WWF :A l’origine, le projet de loi prévoyait la mise en œuvre progressive de l’affichage environnemental à partir du 1er janvier2011 pour tous les produits de grande consommation. Le WWF regrette que la pression des lobbys ait eu raison ducaractère obligatoire de cette mesure. Il faudra attendre les prochaines échéances présidentielles pour connaître l’avenirde l’affichage environnemental, pourtant soutenu par 74% des consommateurs. En revanche, la nécessité d’un affichagemulticritères (qui ne se limite pas au CO2) et couvrant l’ensemble du cycle de vie est réaffirmé.Responsabilité des sociétés-mères vis-à-vis des filialesLa société-mère d’une filiale prend à charge, en cas de défaillance de la société qui lui est liée, tout ou partie des obligationsde prévention et de réparation des dommages environnementaux causés par l’activité professionnelle de la filiale.Lorsqu’une société filiale est en liquidation judiciaire, le liquidateur, le ministère public ou le représentant de l’État dansle département, peut saisir le tribunal pour faire établir l’existence d’une faute caractérisée commise par la société mèrequi a contribué à une insuffisance d’actif de la filiale et pour lui demander de mettre à la charge de la société mère tout oupartie du financement des mesures de remise en état du ou des sites en fin d’activité. Article 227 du titre VI, Gouvernance,de la loi Grenelle II. Avis du WWF :Cet article fait clairement apparaître le principe de responsabilité d’une société-mère vis-à-vis d’une filiale concernantla prévention et la réparation des dommages environnementaux causés par l’activité de cette dernière. Cependant, leWWF s’interroge sur cette notion de faute « caractérisée » apparue dans le texte en toute dernière minute. Elle signifienotamment que l’imprudence ou la négligence doivent présenter une particulière évidence et qu’elle expose autrui à unrisque en toute connaissance de cause. On peut craindre qu’il sera en pratique difficile d’engager la responsabilité dela société mère, faute de pouvoir prouver que sa contribution à une insuffisance d’actif de la filiale constitue une fautecaractérisée.Standards et certificationsLe développement de standards accompagnés de certifications rigoureuses est un outil privilégié par le WWF car ellecontribue à orienter les marchés vers une utilisation des ressources et des modes de production et de consommation plusrespectueux des écosystèmes. Le WWF a lancé et/ou participe a de nombreuses initiatives visant à impliquer des acteursissus des trois collèges économique, social et environnemental pour développer conjointement des standards : Forest Stewardship Council (FSC) Date de création : 1993 Ressource : le bois Statut : en 2009, 8,4% du volume global de bois récolté est certifié FSC. 118 millions d’ha de forêt certifiée, soit 5% des forêts du monde. www.fsc.org Marine Stewardship Council (MSC) Date de création : 1999 Ressource : les produits de la mer Statut : 11,3% de la pêche destinée à la consommation humaine est certifiée MSC ou en passe de l’être. www.msc.orgWWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 10
  11. 11. Certified Sustainable Palm Oil (CSPO)Date de création : 2004Ressource : l’huile de palmeStatut : en juin 2010, 1,8 millions de tonnes d’huile de palme certifiée sont sur le marchésoit 3,5% de la production globale.www.rspo.orgRound Table on Responsible Soy (RTRS)Date de création : 2004Ressource : le sojaStatut : les standards de responsabilité ont été approuvés par les différentes parties le 14juin 2010 lors de la 5eme conférence internationale de la RTRS.www.responsiblesoy.orgBetter Cotton Initative (BCI)Date de création : 2004Ressource : le cotonStatut : les standards de responsabilité ont été approuvés par les différentes parties pourtest en juillet 2009 et une première récolte est attendue pour la fin 2010.www.bettercotton.orgBetter Sugarcane initiative (BSI)Date de création : 2004Ressource : le sucre de canneStatut : standards finalisés en avril 2010.www.bettersugarcane.orgRoundtable on Sustainable Biofuels (RSB)Date de création : 2007Ressource : les agrocarburantsStatut : les standards sont approuvés pour un test terrain depuis novembre 2009.http://energycenter.epfl.ch/page65660.htmlAquaculture Stewardship Council (ASC)Date de création : 2009Ressource : 12 espèces aquacoles dont le saumon, le tilapia, les crevettes…Statut : les standards pour le tilapia ont été finalisés en 2009, ceux pour le saumon et lescrevettes le seront en 2010. La date de lancement de l’ASC est prévue pour 2011.www.ascworldwide.org WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 11
  12. 12. Campagnes et événements de mobilisationChaque année, à l’initiative des programmes de conservation du WWF, des campagnes de sensibilisation destinées àmobiliser de multiples acteurs : grand public, collectivités locales, pouvoirs publics, entreprises, sur différentes urgencesenvironnementales sont lancées. Ces dernières années, les campagnes « Je dis Non au Bois Illégal » ou « Pour une PêcheDurable » ont permis d’agir efficacement sur toute la chaîne d’approvisionnement, du producteur au consommateur touten influençant la réglementation. Les entreprises sont des cibles particulièrement importantes dans ces campagnes carleurs décisions peuvent faire basculer soudainement un marché vers une consommation plus responsable. Leurs effortspour renforcer la traçabilité de leurs achats et privilégier des sources durables sont donc cruciaux. Cette année, de nouvellescampagnes ont mobilisé les entreprises (partenaires ou non) du WWF : « Scorecard » huile de palme - octobre 2009 L’exploitation de l’huile de palme représente le principal vecteur de déforestation notamment dans les forêts primaires d’Indonésie. Après une première évaluation établie en 2008, ce second classement a permis d’évaluer les 59 acheteurs européens et de mettre en évidence que malgré leurs engagements, la majorité d’entre eux ont manqué l’occasion d’acheter de l’huile de palme durable (CSPO) disponible sur le marché depuis novembre 2008. Suite à cette campagne, Carrefour s’est engagé à acheter 100% d’huile de palme durable d’ici 2015. En 2011, le WWF réalisera un nouveau scorecard en élargissant le périmètre des entreprises ciblées. Opération ultimatum climatique - novembre 2009 En amont des négociations de Copenhague sur le climat, le WWF a souhaité fédérer ses entreprises partenaires pour sensibiliser à la fois leurs collaborateurs et leurs clients à l’urgence climatique. Dans cet objectif, un livret pédagogique sur les enjeux climatiques et les négociations de Copenhague a été distribué. D’autres supports ont permis de relayer cette opération : sites internet des entreprises, événements de sensibilisation destinés aux salariés ou aux consommateurs, et près de 400 bénévoles du WWF sont intervenus dans une centaine de points de ventes. Non à l’or illégal - février 2010 L’orpaillage illégal est un véritable fléau social, sanitaire et environnemental. Cette campagne appelle à la mise en place d’une traçabilité de la filière et à une amélioration des pratiques des entreprises. Une enquête a notamment été réalisée en France auprès des bijoutiers qui ignorent pour 95% d’entre eux l’origine de l’or qu’ils vendent à leurs clients. Pour aller plus loin dans la connaissance de la filière, le WWF mène actuellement une étude auprès des affineurs, fabricants et distributeurs pour évaluer leur intérêt et leur implication dans une démarche de traçabilité et de responsabilité face aux enjeux liés à l’extraction aurifère. L’objectif est d’initier à terme un travail collaboratif pour aboutir à un commerce plus responsable de l’or. Les 3 fédérations représentant les enseignes de la bijouterie, de la joaillerie et de l’orfèvrerie ont témoigné leur soutien au WWF dans cette démarche. Par ailleurs, suite à cette campagne, Carrefour distribuera prochainement des bijoux en or tracé provenant de Guyane.WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 12
  13. 13. Alerte sur les pratiques d’Asia Pulp & Paper - mars 2010Asia Pulp & Paper, le plus gros papetier asiatique, est un des principaux responsables dela perte de forêts naturelles en Indonésie. Les produits d’APP peuvent se retrouver enFrance dans différents secteurs d’activité. Le WWF a adressé un courrier informatif surles pratiques destructives d’APP à 70 entreprises françaises utilisant potentiellement dupapier provenant de cet acteur. Ces entreprises ont été invitées à privilégier du papierresponsable recyclé ou FSC pour éviter de contribuer à ce désastre écologique. Une desretombées concrètes de cette action a été l’engagement public du groupe Prisma Presseà ne pas acheter de papier provenant d’APP.Earth hour - 27 mars 2010Pour sa quatrième édition, Earth Hour a vu se mobiliser des centaines d’entreprises àtravers le monde. En France, elles étaient nombreuses à communiquer sur le sujet afinde mobiliser et sensibiliser un maximum de personnes sur le thème du péril climatique.De nombreuses actions (newsletters, bannières, communication interne, leaflets,affichage...) ont été mises en place et ont permis de faire de cet événement un succès.La cinquième édition aura lieu le 26 mars 2011.PAP 50 - août 2010Selon la FAO, environ 40% des bois commercialisés dans le monde sont destinés àl’industrie papetière. Or, sans garanties vérifiables, le papier peut avoir des impactsnégatifs sur l’environnement. Le 1er mars 2010, le WWF, Riposte verte et Les Amis duVent ont lancé la campagne PAP50 afin de faire l’état des lieux précis des politiquespapier des grands groupes français et de les encourager à redoubler d’efforts vers uneconsommation responsable du papier. A quelques exceptions près, la majorité n’est pasà la hauteur des enjeux environnementaux posés par le papier et a encore beaucoup deprogrès à faire. Les entreprises ayant répondu ont obtenu en moyenne la note de 43 sur100. Le WWF se félicite tout de même de trouver quatre de ses partenaires : La Poste,Carrefour, France Télécom, Castorama dans le « top 10 » du classement. WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 13
  14. 14. LEs PARtEnARiAts stRAtEgiquEsObjectifs des partenariats stratégiquesCes partenariats consistent à engager les entreprises mécènes du WWF dans une démarche de réduction de leur empreinteécologique. Le WWF challenge ses partenaires pour définir des objectifs ambitieux, chiffrés et datés, sur des enjeuxprioritaires et les suit dans leur démarche de progrès. Le contenu du partenariat est fixé en commun dans le cadre d’uneconvention pluriannuelle. Le WWF apporte en contribution son expertise des enjeux environnementaux et la mise enrelation avec son réseau d’experts. En revanche, le rôle du WWF n’est pas celui d’un consultant. C’est à l’entreprise demettre en place un plan d’action pour répondre à ces enjeux. Le partenariat stratégique s’inscrit dans une volonté derapprocher le secteur économique et la société civile en instaurant un dialogue permanent entre l’entreprise et l’une de sesparties prenantes.Choix des partenaires et définition du montant des donsLa principale approche pour la recherche de nouveaux partenaires consiste à cibler un leader dans chacun des grands secteurséconomiques pour faire évoluer ses pratiques environnementales et influencer par la même occasion ses compétiteurs. Uneautre démarche consiste à identifier des entreprises jouant un rôle clé dans la chaîne d’approvisionnement de certainesmatières premières. C’est tout l’enjeu de la « Market Transformation Initiative » coordonnée par le bureau internationaldu WWF.La définition des fonds versés au WWF à travers ce type de partenariat, dans le cadre juridique du mécénat, dépendprincipalement de la taille (chiffre d’affaires, masse salariale, rayonnement géographique, position sur le marché…) maisaussi du poids des impacts environnementaux de l’entreprise et de son secteur.Fonctionnement opérationnel et communicationLes partenariats stratégiques sont en général conclus pour une période initiale de trois ans et sont dans la plupart des casrenouvelés. Chaque partenariat est suivi par un collaborateur du WWF qui est responsable de la relation avec l’entrepriseet de la démarche de progrès. Plusieurs fois par an, un comité de pilotage se réunit afin de suivre l’avancée des travaux etd’échanger sur d’éventuelles alertes environnementales.La communication est un levier important des partenariats. Elle permet de donner de l’écho à la démarche de progrèsde l’entreprise en cultivant une dynamique positive. Elle offre également l’opportunité de sensibiliser les filières, lesconsommateurs et les salariés aux enjeux environnementaux et aux alternatives durables. Le WWF reste cependant vigilantà ne pas cautionner de démarche « d’éco-blanchiment » en rappelant régulièrement à ses partenaires que la prioritédemeure : « faire avant de faire savoir ».Historique des partenariats stratégiques Crédit Agricole SA . . . Castorama Arjowiggins . . . . . . . . . Caisse dEpargne 3 Tetra Pak . . Orange . Lafarge . . . . . . . . . .Carrefour Rainett Champion1 . . Rip Curl4 . Solaire Direct4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lafuma . . Gaz de France2 Pierre & Vacances . La Poste Ikea Audencia . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . Sommet Mondial du Développement Inscription de la charte Adoption des projets de loi Grenelle 1 Durable de l’environnement Sommet International des Nations Unies à Johannesbourg dans la Constitution française sur le climat Adoption de la Déclaration du Millénaire Publication par l’Afnor Travaux du Grenelle Adoption de la loi Grenelle 2 lors du Sommet du Millénaire de lONU du guide pratique SD 21000 de l’Environnement Année internationale de la biodiversité à New York décrétée par l’ONU Publication des premières lignes directrices de la Global Reporting Initiative Lancement du Global Compact par Kofi Annan 1. Fin du partenariat en 2009, Champion devient Carrefour Market. Les deux partenariats sont regroupés. 2. Fin du partenariat en 2008, Gaz de France fusionne avec Suez qui possède des activités dans le nucléaire. Adoption de la loi NRE Secteur d’exclusion pour le WWF. et notamment de l’article 116 sur le rapport extrafinancier 3. Fin du partenariat en décembre 2009, la Caisse d’Epargne fusionne avec les Banques Populaires et le WWF souhaite travailler davantage sur les impacts indirects du secteur financier (Financement de projets, ISR…) 4. Fin du partenariat en 2010.WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 14
  15. 15. Les nouveaux partenariats stratégiques en 2010Partenaire depuis : février 2010Soutien aux missions du WWF : eau douce, habitat durableLe secteur bancaire, cœur du système économique moderne, est stratégique sur le plande la lutte contre la dégradation de l’environnement. Dans le cadre de ce partenariat, leGroupe Crédit Agricole s’engage sur trois chantiers principaux :- la diminution des impacts indirects du Crédit Agricole (concernant principalement les métiers de la gestion d’actifs et de la banque de financement et d’investissement),- le développement des produits bancaires plus responsables afin d’encourager la promotion de modes de vie durables,- la réduction des impacts directs du Crédit Agricole (consommation énergétique, émissions de gaz à effet de serre, politique papier…).Partenaire depuis : avril 2010 (déclinaison locale du partenariat internationalsigné en 2000 et renouvelé en 2009)Soutien aux missions du WWF : eau douce, habitat durableDepuis 2000, Lafarge s’est engagé auprès du Bureau International du WWF dans laréduction de son empreinte écologique notamment en termes de réduction d’émissionde gaz à effet de serre et de gestion de l’eau. Lafarge s’était ainsi engagé d’ici 2010 àréduire de 20% ses émissions de CO2 par tonne de ciment produit à travers le monde(par rapport à 1990). Ce chiffre a été atteint en décembre 2009 (- 20,7%).Cette déclinaison locale du partenariat international comporte deux principaux champsde coopération :- l’apport d’un regard critique des experts du WWF sur la politique de Lafarge dans le domaine de l’éco-construction et leur participation à la sensibilisation interne des équipes.- la contribution du WWF aux travaux visant à faire évoluer l’Indicateur de Biodiversité Long Terme, une méthodologie d’évaluation de la biodiversité.Partenaire depuis : juillet 2010Soutien aux missions du WWF : sensibilisation à l’environnementDans le paysage français des écoles de commerce, Audencia fait partie des établissementsse démarquant par leur volonté de promouvoir un management responsable et d’agir surla réduction de leurs propres impacts environnementaux.Audencia s’est engagée auprès du WWF à accentuer sa démarche de responsabilitéglobale en :- développant des contenus et des méthodes pédagogiques innovantes pour assurer une plus grande intégration des enjeux environnementaux à tous les niveaux d’enseignement du programme Grande Ecole.- en renforçant, dans un souci d’exemplarité, ses démarches de réduction de sa propre empreinte écologique. Les pages 16 à 35 présentent de façon synthétique pour chaque partenariat stratégique les engagements initiaux, les principales réalisations communes sur la période 2009-2010 et les pistes de développement possibles. WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 15
  16. 16. PARtEnAiRE stRAtégiquE dEPuis 2009 soutiEn A LA mission WWF FoRÊtsG R A P H I C EngAgEmEnts du PARtEnARiAt Développer la qualité environnementale de l’offre produit graphique d’Arjowiggins Graphic Promouvoir l’utilisation du papier recyclé et FSC Réduire les impacts environnementaux des sites de production de papier dEmARchE dE PRogREs - PRinciPALEs REALisAtions communEs indicAtEuRs RÔLE du Développer la qualité environnementale de l’offre produit graphique dE PRogRÈs WWF d’Arjowiggins Graphic Offre produits : - Augmentation de la part de papier FSC et recyclé post-consommation dans la 97% de l’offre de papier branche graphique. graphique d’Arjowiggins - Réalisation d’une ACV comparative sur différents papiers à usage graphique afin Graphic certifiée FSC ou d’identifier les bénéfices environnementaux du papier recyclé sur l’ensemble de recyclée son cycle de vie. - Collaboration sur une offre de ramettes de papier de format A4, 100% recyclé, co-brandée Arjowiggins Graphic et WWF, avec la présence de messages de sensibilisation au recyclage sur le packaging. Collecte et tri du papier : - Renforcement de la qualité du circuit de collecte des vieux papiers en vue de leur recyclage. - Réalisation de collecteurs de papiers de bureau co-brandés Arjowiggins Graphic et WWF appelant à accentuer la démarche de tri et de collecte des papiers dans le secteur tertiaire. Promouvoir l’utilisation du papier recyclé et FSC Campagne « Manuels scolaires » : - Lancement de la campagne de sensibilisation « Des livres recyclés dans mon 10 collectivités tests cartable » auprès des collectivités locales (départements, mairies, régions) avec contactées avant l’objectif d’inciter les collectivités à intégrer une part croissante de papier recyclé généralisation de la démarche dans les commandes de manuels scolaires. Sensibilisation et plaidoyer : - Sensibilisation des donneurs d’ordre et promotion de l’économie circulaire 2 conférences communes sur notamment au salon du MEDEF en 2009. le papier recyclé - Soutien financier d’Arjowiggins Graphic et implication dans le conseil 2 conférences sur l’économie d’administration de l’association FSC-France. circulaire et l’éco-conception - Collaboration avec l’association « 100% recyclé, 100% engagé » pour promouvoir appliquées au papier l’utilisation du papier recyclé. - Proposition commune d’amendement au projet de loi Grenelle 2 visant à augmenter la part de papier recyclé dans les commandes de manuels scolaires. WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 16
  17. 17. Réduire les impacts environnementaux des sites de production de papier - Arjowiggins Graphic s’est engagé dans le processus d’adhésion au programme 2 conférences communes international du WWF « Climate Savers » visant à engager l’entreprise dans une sur le thème « changement réduction ambitieuse de ses émissions de gaz à effet de serre. climatique et entreprises » - Co-animation d’une conférence lors du sommet de Copenhague sur l’intégration de la politique climatique dans le modèle économique d’Arjowiggins Graphic.PRinciPALEs Actions dE sEnsiBiLisAtionVers les clients- Réalisation de 4 événements de sensibilisation destinés au grand public sur les thèmes du climat, de la biodiversité et de l’agriculture durable (diffusion de documentaires et débats.- Communication du partenariat sur la newsletter Arjowiggins Graphic« Made in paper ».Vers les salariés- Participation de trois équipes d’Arjowiggins au Pandathlon.- Visite de l’usine de papier recyclé d’Arjowiggins Graphic par les équipes du WWF.PouR ALLER PLus Loin- Lancer un état des lieux sur les impacts liés au transport des matières premières et des produits finis.- Mesurer « l’empreinte eau » de l’activité d’Arjowiggins Graphic afin de mettre en place un plan d’actions lié à cette ressource.RÔLE du WWF : soutiEn EXPERtisE initiAtEuR du PRoJEt soutiEn communicAtion WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 17
  18. 18. PARtEnAiRE stRAtégiquE dEPuis 1998 soutiEn A LA mission WWF FoRÊts océAns Et cÔtEs modEs dE ViE duRABLEsEngAgEmEnts du PARtEnARiAtPrivilégier et développer des approvisionnements responsables- Tracer 100% des approvisionnements des familles de produits ciblées (bois, papier, produits de la mer, soja, palme, pesticides, or) et accompagner l’enseigne vers des filières responsables (FSC, MSC…).Soutenir et promouvoir la consommation responsable- Développement de produits éco-responsables.dEmARchE dE PRogREs - PRinciPALEs REALisAtions communEs indicAtEuRs RÔLE duPrivilégier et développer des approvisionnements responsables dE PRogRÈs WWFDémarche d’amélioration des approvisionnements en produits de la mer : 5 réf. de poisson frais ne sont- Poisson frais : réalisation d’une liste rouge de 18 espèces sensibles à préserver par plus commercialisées et 7 réf. ne font plus l’objet de l’arrêt de la commercialisation, la baisse des volumes de commande, ou l’arrêt de promotion à ce jour la promotion.- Poisson surgelé : renforcement du plan d’action visant à référencer les espèces Les espèces de la liste rouge certifiées MSC. passent de 13% à 7% du- Aquaculture : participation de Carrefour aux « dialogues aquaculture » (initiative volume global des ventes internationale du WWF visant à développer une aquaculture responsable et 32 réf. certifiées MSC durable) et intégration des fournisseurs de Carrefour aux dialogues. (frais et surgelé)Démarche de progrès dans l’approvisionnement et l’utilisation d’huile de palme et 100% de l’huile utiliséede soja durables : certifiée « Greenpalm » à ce- Engagement de Carrefour à ce que 100% de l’huile de palme utilisée dans ses jour produits à marque propre soit certifiée d’ici 2015.- Substitution de l’huile de palme dans certaines familles de produits des marques propres Carrefour.- Participation active de Carrefour aux tables rondes internationales RTRS et RSPO en défendant ensemble l’existence d’une filière soja sans OGM.Traçabilité et approvisionnement responsable du mobilier de jardin en bois : 100% du bois utilisé certifié- Collaboration entre les experts du WWF et Carrefour sur le choix et la provenance FSC ou issu de sources non des essences de bois. controverséesAmélioration de la qualité et de l’origine du papier pour les publications du groupe : 91,2% du papier traçé- Carrefour s’engage à ce que la traçabilité de 100% des ses approvisionnements 64% de papier recyclé et/ou en papier pour les catalogues et magazines (278000 tonnes) soit réalisée d’ici fin certifié FSC 2010 ainsi qu’à privilégier l’approvisionnement en papier recyclé ou certifié FSC 1,5% de réduction des et à augmenter continuellement leur proportion. grammages (4000 t de papier économisées)Réduction de l’impact environnemental et sanitaire lié aux pesticides : 33% des références les plus- Démarche de substitution et de suppression des produits du rayon produits de jardin, préoccupantes supprimées présentant un danger potentiel pour la santé ou l’environnement. Classification de à date tous les produits en six catégories de dangerosité réalisée avec le MDRGF .- Développement d’une borne d’information et de sensibilisation des consomma- teurs sur l’utilisation des produits de jardin. WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 18
  19. 19. Démarche de progrès sur l’approvisionnement en or des bijouteries : 13 produits en or traçé de- Mise en place d’une gamme de produits tracés de Guyane. Guyane- Réalisation d’un état des lieux de tous les approvisionnements en or de l’enseigne.Engagement des fournisseurs du groupe dans une démarche de progrès 1024 fournisseurs impliqués (49%)environnemental :- Renforcement de l’outil d’autodiagnostic permettant aux fournisseurs du 166 fournisseurs non groupe d’entrer dans une démarche de progrès environnemental et social. alimentaires sollicités- Elargissement de l’outil aux fournisseurs non alimentaires et à l’international. 15 pays concernésSoutenir et promouvoir la consommation responsable 91 réf. de la gamme- Coopération du WWF au cahier des charges de la gamme AGIR Ecoplanète. (sur 163 réf.)PRinciPALEs Actions dE sEnsiBiLisAtionVers les clients- Articles mensuels dans les publications du groupe (magazine Genius, Vivre, site Internet Carrefour).- Relais de l’opération Earth Hour 2010.- Participation de Carrefour à la campagne climat pré-Copenhague lancée par le WWF « On ne négocie pas avec le climat » (47000 guides distribués et 8000 signatures recueillis pour « l’ultimatum climatique »), relais de cette opération en catalogue et sur Carrefour.fr.Vers les salariés- Sensibilisation à l’environnement dans la newsletter mensuelle interne de Carrefour France.- Journées de sensibilisation interne sur la campagne Copenhague.PouR ALLER PLus Loin- Renforcer l’implication de certains départements de Carrefour (achats, marketing) sur les chantiers prioritaires.- Renforcer le contenu du chantier « consommation responsable » afin d’accentuer le lien entre les actions menées sur les filières d’approvisionnement et les consommateurs.RÔLE du WWF : soutiEn EXPERtisE initiAtEuR du PRoJEt soutiEn communicAtion WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 19
  20. 20. PARtEnAiRE stRAtégiquE dEPuis 2006 soutiEn A LA mission WWF chAngEmEnt cLimAtiquE EAu doucE FoRÊts modEs dE ViE duRABLEsEngAgEmEnts du PARtEnARiAtElargir l’offre de produits plus respectueux de l’environnement- Doubler le chiffre d’affaires des éco-produits pour atteindre 20% du chiffre d’affaires en 2012.- Substituer les produits nocifs à l’environnement.- 100% du bois tropical acheté certifié FSC (ou en voie de certification) fin 2010.Réduire les impacts directs de Castorama- Mise en place d’une chartre d’éco-construction et d’éco-rénovation des magasins.- 20% de réduction de consommation énergétique en magasin d’ici fin 2012.- 20% de réduction d’émissions directes des gaz à effet de serre d’ici fin 2012.dEmARchE dE PRogREs - PRinciPALEs REALisAtions communEs indicAtEuRs RÔLE duElargir l’offre de produits plus respectueux de l’environnement dE PRogRÈs WWFDéveloppement des achats responsables : 14% du chiffre d’affaires- Audit de contrôle sur les approvisionnements en bois et mise à jour des réalisé avec des éco-produits informations des bases de données. à ce jour- Depuis janvier 2010, tous les nouveaux produits en bois tropicaux achetés sont 71% de bois tropical acheté certifiés FSC ou en voie de certification. certifié FSC ou en voie de- Deuxième édition du « Prix de l’éco-produit » (octobre 2010) visant à récompen- certification à ce jour ser les fournisseurs ayant développé un produit innovant pour un habitat plus durable. Pour cette deuxième édition, le choix des éco-produits a été soumis aux 7300 internautes ont participé internautes, en partenariat avec le WWF et Consogloble. à la selection des produitsSuppression ou substitution des produits phytosanitaires nocifs pour Réduction de 50% du linéairel’environnement : des herbicides- Arrêt de la promotion commerciale des produits phytosanitaires les plus toxiques (selon un classement du MDRGF1 ) depuis janvier 2010.- Réduction du nombre de références et du linéaire des herbicides les plus toxiques (selon le classement du MDRGF).- Mise en avant de solutions alternatives et utilisables en agriculture biologique.- Introduction d’une nouvelle gamme de produits naturels labellisés « Nature et Progrès ».Réduire les impacts directs de CastoramaPoursuite du développement d’une démarche d’éco-construction et d’éco-rénovation des magasins :- Développement d’une charte d’éco-construction des magasins avec l’apport de l’experte en éco-construction du WWF.- Atelier de travail inter-partenaires sur les magasins Basse Consommation avec Castorama, Carrefour, IKEA et l’association Effinergie en décembre 2010. 1. Mouvement de Défense et de Respect pour les Générations Futures. 2. Association Santé Environnement France WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 20
  21. 21. Mise en place d’une démarche de réduction des émissions directes de gaz à effet de serre de l’enseigne : - Réalisation d’un bilan carbone sur le périmètre des magasins, siège et entrepôt ainsi que sur une famille de produits (les parquets). - Organisation d’ateliers rassemblant le cabinet de conseil, les experts du WWF et les différents métiers de Castorama pour identifier les principaux leviers de réduction des emissions directes de l’enseigne. - Lancement en janvier 2010 d’un site internet de co-voiturage pour les salariés de 234 trajets déposés en Castorama et les clients. co-voiturage au 31 août 2010PRinciPALEs Actions dE sEnsiBiLisAtionVers les clients- Relais de l’événement WWF «Earth Hour»: extinction des enseignes, relais sur le site internet, diffusion d’une interview de Serge Orru sur Casto TV (chaîne de télévision interne).- Participation de Castorama à la campagne climat pré-Copenhague lancée par le WWF « On ne négocie pas avec le climat » (20000 guides distribués en magasin).Vers les salariés- Organisation d’un workshop sur le thème de la qualité de l’air en juillet 2010 à destination des acheteurs produits, en coopération avec l’ASEF2 et avec le soutien du WWF.PouR ALLER PLus Loin- Suite aux travaux lancés en 2009 sur l’éco-construction et l’éco-rénovation des magasins de Castorama, la signature d’une chartre est attendue pour 2011.- Le bilan carbone réalisé cette année demande maintenant à être traduit en plan d’actions avec l’identification de chantiers prioritaires et l’allocation des ressources nécessaires pour atteindre les objectifs de réduction des gaz à effet de serre fixés par l’enseigne.- Les efforts en matière d’approvisionnement responsable du bois doivent être maintenus et renforcés, afin d’atteindre les objectifs ambitieux sur le pourcentage de bois certifié vendu par Castorama.- Dans le cadre de la démarche de substitution ou de suppression des phytosanitaires les plus nocifs pour l’environnement, le développement d’informations et de conseils à destination des consommateurs est la prochaine étape prioritaire.RÔLE du WWF : soutiEn EXPERtisE initiAtEuR du PRoJEt soutiEn communicAtion WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 21
  22. 22. PARtEnAiRE stRAtégiquE dEPuis 2009 soutiEn A LA mission WWF chAngEmEnt cLimAtiquEEngAgEmEnts du PARtEnARiAtRéduire l’impact d’IKEA France sur le changement climatique- Gagner 25% d’efficacité énergétique par an par rapport à 2005 et utiliser 100% d’énergie renouvelable.- Développer l’eco-mobilité des clients et salariés : 15% des clients et 30% des salariés empruntant des transports doux1 en 2015.Sensibiliser clients et salariés aux enjeux environnementaux- Mise en place d’actions de sensibilisation auprès des clients et collaborateurs.dEmARchE dE PRogREs - PRinciPALEs REALisAtions communEs indicAtEuRs RÔLE duRéduire l’impact d’IKEA France sur le changement climatique dE PRogRÈs WWF- Réunions de travail post bilan carbone afin de déterminer des objectifs de ré- Gain de 13,4% d’efficacité duction de gaz à effet de serre et définir un plan opérationnel de réduction. 25 énergétique en 2008 par actions prioritaires ont été retenues. rapport à 2005- Atelier de travail inter-partenaires sur les magasins Basse Consommation avec 60% de la consommation électrique est couverte par Castorama, Carrefour, IKEA et l’association Effinergie en décembre 2010. des certificats verts- Réunion d’échange avec l’équipe construction d’IKEA France et les experts du WWF sur les objectifs d’éco-construction de l’enseigne en France en vue de la réglementation thermique 2012.Accompagner IKEA dans l’atteinte de ses objectifs sur l’eco-mobilité des clients et 5,8% des clients, 21% dessalariés : salariés2 viennent en transport- Mise en place d’un groupe de travail pilote avec les 7 magasins d’Ile de France doux en 2009 sur le transport des clients et la mise en place d’actions à mener pour atteindre les objectifs du groupe.- Campagne de communication internet sur le site de co-voiturage en septembre 72 135 visites sur le site en 2009. septembre vs une moyenne de 10 000 visite mensuelle.PRinciPALEs Actions dE sEnsiBiLisAtionVers les clients- Relais de l’opération ultimatum climatique du WWF-France en décembre 2009 dans 24 magasins IKEA, en présence de 99 bénévoles. Distribution de 18 000 exemplaires du livret de sensibilisation sur le climat, plus de 7 000 signatures recueillies pour l’appel de Copenhague.- Relais de l’opération Earth Hour 2009 : extinction des enseignes, informations dans la newsletter IKEA Family.- Développement de l’opération « Cuisine écogestes et économies » pendant la semaine du développement durable 2010 : • Objectif : sensibiliser les clients IKEA aux ecogestes à adopter dans l’univers de la cuisine autour de 4 grandes thématiques, l’énergie, l’eau, les déchets et l’alimentation. Un ensemble d’outils déclinés sur ces thèmes ont été diffusés en magasin sur le lieu d’exposition d’une cuisine de démonstration « écogestes et économies » ainsi que sur le net. • Mailing envoyé à plus d’1 million de membres IKEA Family. E-mailing à plus de 900 000 clients IKEA.- Organisation d’un jeu concours lors de cette opération à l’intention des clients pour gagner un séjour en gîtes Panda, labellisés par le WWF-France. 3 260 participants au jeu concours. 1. Transport doux = transport en commun, vélo, marche à pied. 2. Pour 5 sites (Brest, Dijon, Tour, Plaisir et Villiers sur Marne) WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 22
  23. 23. Vers les salariés- Relais de l’opération ultimatum climatique du WWF-France en décembre 2009 auprès des collaborateurs des magasins et du siège.- Organisation d’un jeu concours à l’intention des collaborateurs (2 059 participants) lors de la semaine du développement durable. 26 collaborateurs, tiré au sort (1 par magasin), ont pu profiter de deux jours de sensibilisation « in situ » sur le Colombus (bateau ambassadeur du WWF-France) et sur l’île de Port-Cros. 2 jours centrés sur les missions de scientifiques du WWF-France sur les cétacés en méditerranée ainsi que sur la préservation de la faune et de la flore des îles de Port-Cros et Porquerolles.PouR ALLER PLus Loin- Compte tenu de l’impact des infrastructures d’IKEA France (magasins, entrepôts), il semble incontournable d’ajouter dans le cadre du partenariat la mise en place d’une démarche de préservation de la biodiversité en amont des projets de nouvelle implantation.- Suite à la réalisation du bilan carbone, le WWF recommande la mise en place d’objectifs de réduction des émissions gaz à effet de serre complémentaires aux engagements déjà pris par IKEA sur l’efficacité énergétique.RÔLE du WWF : soutiEn EXPERtisE initiAtEuR du PRoJEt soutiEn communicAtion WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 23
  24. 24. PARtEnAiRE stRAtégiquE dEPuis 2008 soutiEn A LA mission WWF FoRÊtsEngAgEmEnts du PARtEnARiAtDévelopper et promouvoir les usages responsables du papier- Maîtriser les consommations de papier et utiliser 100% de papier recyclé ou FSC d’ici 2012.Réduire l’empreinte écologique des produits conçus et achetés par laDirection du Courrier- Former 100% des chefs de produit et des responsables achats à l’éco-conception et aux achats responsables.Soutenir la collecte du papier à recycler- 100% des centres administratifs collectent leurs papiers à recycler en 2010.dEmARchE dE PRogREs - PRinciPALEs REALisAtions communEs indicAtEuRs RÔLE duDévelopper et promouvoir les usages responsables du papier dE PRogRÈs WWFCréation d’un groupe de travail «papier responsable» (approvisionnement interne) : 63% de «papier responsable»- Suivi du reporting environnemental des approvisionnements en « papier en 2009 (54% en 2008), dont responsable » du groupe La Poste (100% recyclé, FSC ou PEFC origine Europe). 23% de papier PEFC ou FSC,- Etude sur la disponibilité de l’offre et analyse tarifaire pour l’approvisionnement 13% de papier recyclé et 26% de papier éco-labellisé en papier responsable en France (100% recyclé et FSC).Sensibilisation à l’usage responsable du papier auprès des publics cibles Plus de 100 acteurs de la(grand public, acheteurs, clients grands comptes, acteurs de la filière…) : filière sensibilisés- Intervention des experts du WWF sur l’usage responsable du papier dans le cadre d’événements organisés par le Courrier : les ateliers « Communication Responsable » à Angers (avril 2010) et Bourges (juin 2010).- Sensibilisation des acheteurs aux enjeux forestiers et au « papier responsable» par les experts forêts du WWF.- Organisation de quiz sur les usages responsables du papier à l’occasion des salons Planète durable (mars 2010) et Planète timbre (juin 2010).Réduire l’empreinte écologique des produits conçus et achetés par laDirection du Courrier- Réalisation et commercialisation d’un « prêt-à-poster » (lot de 5 enveloppes 14000 exemplaires mis en pré-timbrées) éco-conçu WWF : imprimé sur papier 100% FSC et labellisé NF vente Environnement.- Elaboration d’une démarche marketing responsable avec la création d’un Evaluation de 80% de l’offre Courrier par ce référentiel (à référentiel « marketing responsable » établi avec un panel d’experts externes dont la fin septembre 2010) le WWF. L’ensemble des équipes marketing ont été formées à ce référentiel.Soutenir la collecte du papier à recycler- Déploiement d’un système de remontée des flux de déchets valorisables des plus Optimisation du dispositif en petits sites vers les grands sites dans les différents territoires pour permettre une cours meilleure valorisation des matériaux recyclables (notamment papiers et cartons...). WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 24
  25. 25. PRinciPALEs Actions dE sEnsiBiLisAtionVers les clients- Animation sur l’empreinte écologique et la consommation de papier responsable dans 10 bureaux de Poste parisiens en février 2010 avec l’intervention de bénévoles du WWF.- Sensibilisation à la politique du Courrier Responsable de La Poste et aux enjeux du développement responsable lors d’événements et dans des magazines grand public (Fête de la nature, semaine de la presse, magazine trimestriel le Petit Quotidien diffusé à 72000 exemplaires…) en partenariat avec le WWF.- Publication de dossiers pédagogiques sur le développement responsable en partenariat avec le WWF (envoyés à 10 000 enseignants du CM1 à la 5e).Vers les salariés- Lancement d’une démarche d’objectivation des managers et d’une formation opérationnelle visant à les doter de leviers pour promouvoir le développement responsable et le traduire de manière concrète dans leur activité et management.- Sensibilisation des commerciaux du groupe La Poste lors de la manifestation « Les nuits blanches du média courrier » à la démarche de Courrier Responsable avec l’animation « calculateur d’empreinte écologique » conçue par le WWF.- Interventions du directeur de la communication et des relations institutionnelles, du directeur du marketing du Courrier et de la directrice de la stratégie et du développement responsable de MEDIAPOST à l’occasion de conventions destinées à la ligne managériale du Courrier (directeurs territoriaux, directeurs commerciaux…), sur la démarche Courrier Responsable.- Valorisation de la politique d’achat des vêtements en coton bio et équitable auprès des facteurs (catalogue habillement, marquage WWF sur tous les t-shirts…). Depuis 2006, 50 tonnes de coton équitable (dont 11 tonnes de coton biologique) ont été utilisées pour la confection de plus d’un million de vêtements.- Mise à disposition d’un Intranet Courrier Responsable pour tous les postiers. De nombreux documents co-réalisés avec le WWF peuvent être téléchargés.PouR ALLER PLus Loin- Travail en cours pour consolider la politique climat de La Poste (en appui au déploiement des modes de transports propres et alternatifs).- La coopération sur le chantier « Courrier Responsable » pourrait prévoir la participation d’experts du WWF à la commission scientifique de l’association Culture Papier et un volet sur le « numérique responsable » (connaissance et maîtrise des impacts environnementaux des échanges informatiques) avec notamment la constitution d’un groupe de travail dédié (partage de données scientifiques etc.).- Il serait également intéressant de multiplier davantage les actions territoriales La Poste/WWF afin de mobiliser tous les postiers du Courrier et de développer les messages sur les enjeux stratégiques du partenariat.RÔLE du WWF : soutiEn EXPERtisE initiAtEuR du PRoJEt soutiEn communicAtion WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 25
  26. 26. PARtEnAiRE stRAtégiquE dEPuis 2008 soutiEn A LA mission WWF modEs dE ViE duRABLEsEngAgEmEnts du PARtEnARiAtEncourager l’éco-conception des produits et développer le recyclage- Evaluer et afficher la performance environnementale de 100% des terminaux distribués par Orange.- Collecter 20% du nombre de terminaux vendus par Orange en 2013.Eco-rénover les boutiques Orange- Intégrer une démarche de qualité environnementale dans 100% des agences rénovées.Favoriser l’usage responsable du papier- Maîtriser les consommations de papier et inclure au moins 50% de papier recyclé ou certifié FSC dans les approvisionnements en 2010.Sensibiliser le grand public aux précautions d’usage des mobiles(exposition aux ondes radio des téléphones)dEmARchE dE PRogREs - PRinciPALEs REALisAtions communEs indicAtEuRs RÔLE duEncourager l’éco-conception des produits et développer le recyclage dE PRogRÈs WWFAffichage environnemental des terminaux développé en commun en 2008 : 91% des mobiles, 100% des- Evolution de la méthodologie d’évaluation : aux quatre indicateurs purement téléphones fixes évalués (fin quantitatifs (CO2, énergie, ressources naturelles, recyclabilité) est ajouté un 2009) indicateur qualitatif qui valorise les efforts d’éco-conception des fabricants 100% des notes globales de (limitation des substances toxiques, traçabilité des métaux, emploi de matériaux performance disponibles recyclés…). affichées en magasin- Réalisation d’audits fournisseurs pour valider la qualité des réponses aux questionnaires d’évaluation.- Contribution d’Orange aux travaux de la plate-forme ADEME-AFNOR pour le développement de l’affichage environnemental et l’harmonisation des méthodes d’évaluation avec les autres opérateurs.- Affichage de la performance environnementale des terminaux en boutique depuis novembre 2009 (en complément du web : www.agir-reflexesverts.orange.fr)- Déploiement de l’affichage en Espagne.Programme d’allongement de la durée de vie des mobiles : 40 000 souscriptions en 2009- Alternative à l’attribution d’un nouveau mobile lors du renouvellement des abonnements, ce programme consiste à verser une prime de 40€ aux clients faisant le choix de conserver leurs terminaux en état de marche plutôt que d’en changer. 5€ sont également reversés au WWF pour toute nouvelle souscription à cette offre.Opérations de collecte des téléphones portables : 191046 mobiles collectés par- Lancement des journées du recyclage (22-24 avril 2010) en partenariat avec Orange en 2009 le WWF et Emmaüs International : le grand public est invité à rapporter dans 40000 mobiles collectés les boutiques Orange les mobiles, chargeurs ou batteries usagés. Des salariés pendant les journées du volontaires d’Orange assurent la collecte des mobiles usagés. En interne, des recyclage urnes de collecte ont également été mises à disposition dans les principaux sites d’Orange. 100% des bénéfices de la collecte sont reversés à Emmaüs pour le développement de filières de collecte des mobiles en Afrique WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 26
  27. 27. Eco-rénover les boutiques OrangeCharte de progrès pour l’intégration de la qualité environnementale dans larénovation des boutiques :- Signature d’une charte dans le cadre de laquelle Orange s’engage auprès du WWF à réduire ses consommations énergétiques en agissant sur les principaux postes : éclairage, parc informatique, climatisation… Le choix des matériaux, la gestion de l’eau et des déchets sont également intégrés à ce référentiel.- Des indicateurs de suivis sont définis pour suivre les progrès accomplis à travers ces engagements.Favoriser l’usage responsable du papierDématérialisation de la facture client : 4,6 millions de clients- Soutien du WWF à l’ensemble des campagnes de promotion de la facture abonnés soit 51% des électronique auprès des clients sur les différents supports de communication clients éligibles à la facture de la marque : facture, newsletter, enveloppe de facturation… électronique.- Organisation d’un challenge « Tous pour le Panda » afin de mobiliser les 1038 tonnes de papier conseillers clients autour de la facture électronique (35 tonnes de papier économisées en 2009 économisées en 1 mois)Recours aux papiers recyclés et FSC : 19% de l’approvisionnement- Sensibilisation des principaux donneurs d’ordre internes sur les enjeux du total en FSC ou recyclé papier et les alternatives environnementales.PRinciPALEs Actions dE sEnsiBiLisAtionVers les clients- « Les réflexes verts » : site présentant l’ensemble des gestes verts pour réduire l’impact des équipements télécoms. www.agir-reflexesverts.orange.fr.- Lancement de « l’appli » Orange Nature. Destiné aux smartphones, ce service de géolocalisation pour les randonnées pédestres a été enrichi de conseils pour la préservation des forêts, d’une liste des « gîtes Panda » et d’un flux d’actualités du WWF. L’appli permet également d’envoyer des alertes pour signaler toute atteinte à l’environnement.Vers les salariés- Intervention du WWF sur le thème de la Responsabilité Sociale des Entreprises lors de l’événement annuel d’Orange « Avril en vert », à Lyon auprès d’une centaine de collaborateurs.- Participation du WWF à l’événement « Orange mômes » destiné aux enfants des collaborateurs : sensibilisation à la protection des espèces menacées. Plus d’une centaine d’enfants sensibilisés.PouR ALLER PLus Loin- Les « journées du recyclage » lancées en avril dernier constituent un événement important pour faire face à l’afflux de mobiles qui s’entassent dans les tiroirs et finissent trop souvent à la poubelle. D’autres leviers complémentaires devront être actionnés si l’on veut obtenir des résultats significatifs : prime, reprise, location…- Le groupe France Télécom a entrepris une démarche de bilan carbone. Le WWF a été consulté dans la mise en œuvre de cette étude. Les résultats seront connus au cours du second semestre 2010. A l’issu de ce bilan, le WWF invite Orange à s’engager dans le programme Climate Savers.RÔLE du WWF : soutiEn EXPERtisE initiAtEuR du PRoJEt soutiEn communicAtion WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 27
  28. 28. PARtEnAiRE stRAtégiquE dEPuis 2005 soutiEn A LA mission WWF touRismE duRABLE hABitAt duRABLEEngAgEmEnts du PARtEnARiAtDiminuer l’impact environnemental du Groupe sur la construction etl’exploitation des sites et des résidences de vacancesSensibiliser les clients du Groupe à la protection de l’environnementSensibiliser et mobiliser les équipes internes au développementdurabledEmARchE dE PRogREs - PRinciPALEs REALisAtions communEs indicAtEuRs RÔLE duDiminuer l’impact environnemental du Groupe sur la construction etl’exploitation des sites et des résidences de vacances dE PRogRÈs WWF- Mise en place d’un comité de suivi des projets réunissant les équipes du développement durable et de la construction du Groupe et les experts du WWF Première réunion a eu lieu : échanges sur la stratégie du Groupe, les projets de construction et les risques courant 2010 potentiels associés aux nouvelles implantations. Sensibilisation en matière d’éco- construction (recommandations, partage de bonnes pratiques)- Le Groupe Pierre & Vacances Center Parcs a développé en collaboration avec le 100% des restaurants WWF une charte « restauration durable » déployée progressivement au sein de impliqués par la démarche l’ensemble des restaurants du Groupe via ses partenaires.PRinciPALEs Actions dE sEnsiBiLisAtionVers les clients- Création d’un poster (jeux à destination des enfants contenant des messages de sensibilisation à la protection de la planète). 250 000 exemplaires diffusés dans les résidences du groupe.- Réalisation de multiples supports de sensibilisation à l’environnement destinés aux enfants : quizz et kit de coloriage dans tous les restaurants gérés par Restoleil, animation pour les adolescents…- Dans le cadre de l’ouverture du 4ème Center Parcs français, le Domaine des Trois Forêts, en Moselle : • création d’une animation sur la protection des forêts pour les 6-12 ans : « Quand j’serai grand, j’serai gardien de la forêt », • panneaux de sensibilisation sur les richesses et les menaces pesant sur la forêt, installés dans l’espace collectif (grande serre). • set de table « écolo jeux » • recommandations sur les animaux à intégrer au sein de la Ferme- Opération de soutien au Fonds BIOME1, pendant deux mois, pour l’achat d’un séjour, Center Parcs France a reversé 5 € en faveur du fonds. Cette opération a été relayée dans plusieurs supports : flyer, vidéo et e-mailing à destination des clients. 12 000 € ont été récoltés grâce à cette opération.- Participation à la réalisation d’un e-mailing clients et prospects à l’occasion de la journéé mondiale pour la biodiversité visant la sensibilisation des clients du Groupe et la mise en valeur des activités organisées en région à proximité des sites (P&V, Maéva).- Encart (information sur le partenariat) sur la page dédiée au développement durable dans les brochures commerciales (P&V, Maéva, Adagio, Center Parcs). 1. Fonds lancé par le WWF-Francepour financer des projets de préservation de la biodiversité en outre-mer WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 28
  29. 29. Vers les salariés- Sensibilisation des salariés aux principaux enjeux du réchauffement climatique en amont de la conférence sur le climat de Copenhague via la réalisation et diffusion d’une brochure informative téléchargeable sur l’intranet.- Participation du WWF à plusieurs animations destinées à sensibiliser les collaborateurs aux modes de vie durables et aux actions du WWF : lors de la journée de briefing des commerciaux en préparation des saisons, la semaine du développement durable…- Participation du WWF à la newsletter interne trimestrielle.- Sessions de sensibilisation aux enjeux du développement durable réalisées par le WWF et le Groupe à destination du personnel des resorts, résidences et hôtels du groupe, tous métiers confondus : • 27 sites visités, 107 sites touchés. • 364 personnes sensibilisées. • 134 animateurs formés. • 452 personnes touchées au total (présentes à l’une ou l’autre des sessions).PouR ALLER PLus Loin- Poursuivre et renforcer la formation des collaborateurs et la sensibilisation des clients, notamment à travers des outils et supports innovants. Le volet sensibilisation est un axe majeur de ce partenariat.- Consolider les échanges entre le WWF et le Groupe sur des thèmes spécifiques tels que le maintien de la biodiversité, la construction ou la gestion des espaces verts.RÔLE du WWF : soutiEn EXPERtisE initiAtEuR du PRoJEt soutiEn communicAtion WWF-France - Rapport Partenariats Entreprises 2010 - page 29

×