• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Rapport Amazonie Vivante dix ans de découvertes : 1999-2009
 

Rapport Amazonie Vivante dix ans de découvertes : 1999-2009

on

  • 5,446 views

L’Amazonie abrite la plus grande forêt tropicale et le plus grand bassin versant du monde. 30 millions de personnes y vivent ainsi que des milliers d’espèces, telles que le jaguar, le dauphin de ...

L’Amazonie abrite la plus grande forêt tropicale et le plus grand bassin versant du monde. 30 millions de personnes y vivent ainsi que des milliers d’espèces, telles que le jaguar, le dauphin de rivière, le lamantin, la loutre géante, le capibara, la harpie féroce, l’anaconda ou encore le piranha. Les nombreux habitats uniques de cette région importante sont riches de nombreuses espèces encore inconnues, que les scientifiques continuent de découvrir à une cadence surprenante.

Entre 1999 et 2009, au moins 1200 nouvelles espèces de plantes et de vertébrés ont été découvertes dans le biome amazonien : 637 plantes, 357 poissons, 216 amphibiens, 55 reptiles, 16 oiseaux et 39 mammifères. à cela s’ajoute la découverte de milliers de nouvelles espèces d’invertébrés. Ces dernières sont tellement nombreuses qu’elles ne figurent pas dans ce rapport.

Le paradoxe est qu’il n’existe pour le moment aucune liste spécifique concernant l’embranchement le plus important de la planète. Le nombre de nouvelles espèces présentées ici est donc sans aucun doute sous-estimé.

Statistics

Views

Total Views
5,446
Views on SlideShare
2,662
Embed Views
2,784

Actions

Likes
0
Downloads
34
Comments
0

2 Embeds 2,784

http://www.protegelaforet.com 2783
http://srv08.admin.over-blog.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Rapport Amazonie Vivante dix ans de découvertes : 1999-2009 Rapport Amazonie Vivante dix ans de découvertes : 1999-2009 Document Transcript

    • © evan tWomey / ranitomeya summersiRAPPORT FR 2011Conservation BiodiversitéAmAzonie vivAntedix ans de découvertes :1999-2009
    • bienvenue dAnslA Plus grAnde forÊttroPicAle de lA PlAnèteL’Amazonie abrite la plus grande forêt tropicale et le plus grand bassin versantdu monde. 30 millions de personnes y vivent ainsi que des milliers d’espèces,telles que le jaguar, le dauphin de rivière, le lamantin, la loutre géante,le capibara, la harpie féroce, l’anaconda ou encore le piranha.Les nombreux habitats uniques de cette région importante sont richesde nombreuses espèces encore inconnues, que les scientifiques continuentde découvrir à une cadence surprenante.Entre 1999 et 2009, au moins 1200 nouvelles espèces de plantes et de vertébrésont été découvertes dans le biome amazonien : 637 plantes, 357 poissons,216 amphibiens, 55 reptiles, 16 oiseaux et 39 mammifères. à cela s’ajoutela découverte de milliers de nouvelles espèces d’invertébrés. Ces dernièressont tellement nombreuses qu’elles ne figurent pas dans ce rapport.Le paradoxe est qu’il n’existe pour le moment aucune liste spécifique concernantl’embranchement le plus important de la planète. Le nombre de nouvelles espècesprésentées ici est donc sans aucun doute sous-estimé.
    • © brent striton / Getty imaGes / WWF-UK
    • AvAnt-ProPos de Avant-propos de Ahmed Djoghlaf, Secrétaire Exécutif, Ahmed djoghlAf Convention sur la Diversité Biologique L’importance vitale de la forêt Amazonienne est bien connue. Forêt tropicale la plus vaste du monde, elle abrite une biodiversité inégalée. Elle est le refuge d’une espèce répertoriée sur dix ainsi que d’une espèce d’oiseaux sur cinq. La forêt Amazonienne recèle la plus grande diversité de plantes sur terre : selon l’endroit où l’on se trouve, on compte entre 150 et 900 arbres par hectare. L’Amazonie abrite également un réseau de communautés amérindiennes variées, et ses ressources naturelles abondantes constituent pour beaucoup un moyen de subsistance, tant au cœur de la région qu’à l’extérieur de celle-ci. Cependant, ce joyau de notre planète n’a pas échappé à l’insatiable appétit du développement non durable. Au moins 17% de la forêt Amazonienne a été détruite, et une plus grande partie encore est sérieusement menacée, puisque la destruction est toujours en cours. Comme l’a dit Dan Nepstad, naturaliste respecté spécialiste de l’Amazonie : « L’Amazonie est le canari du coup de grisou ». La perte de la forêt tropicale a un impact profond et dévastateur sur la planète parce que ce milieu est riche d’une biodiversité très importante. Les 1220 nouvelles espèces évoquées dans ce rapport illustrent non seulement la richesse de la biodiversité de la plus grande forêt tropicale et du plus grand bassin versant du monde, mais aussi tout ce que nous avons toujours à apprendre sur ce biome extraordinaire. De nombreux explorateurs scientifiques se sont aventurés au plus profond des spectaculaires confins inconnus de l’Amazone et ont contribué de façon significative à notre connaissance de l’Amazonie. Cependant, des travaux très basiques sur l’histoire naturelle de l’Amazonie sont toujours en cours car nous manquons d’informations. Nous n’avons fait qu’effleurer la surface de l’Amazonie et les scientifiques sont confrontés à de nombreuses zones d’ombre. Le monde scientifique commence à peine à prendre conscience de ce que les peuples autochtones d’Amazonie savent depuis des siècles : beaucoup de cultures ancestrales peuplant l’Amazonie ont une connaissance approfondie des richesses de la région, et cette connaissance pourrait se révéler essentielle à la réussite des efforts de préservation à venir. Au vu de l’augmentation de la pression humaine sur les ressources de la planète, il est vital de mettre en place un système efficace d’aires protégées afin de préserver les écosystèmes, les habitats et les espèces. Le programme de travail sur les aires protégées de la Convention sur la Diversité Biologique (CBD) (www.cbd.int/protected) propose un plan de mise en place, de gestion et de gouvernance des aires protégées ainsi que des outils nécessaires à la réussite de ce plan. Il trace le chemin de façon détaillée et identifie des buts précis. Il en résultera des aires protégées qui remplissent leur rôle, ô combien important, de préservation in situ de la biodiversité du monde. Ce programme pose un cadre pour la coopération entre les gouvernements, les donateurs, les ONG et les habitants locaux. Sans une telle coopération, les projets ne peuvent pas être viables sur le long terme. Sur ce dernier point, le secrétariat de la CBD souhaiterait féliciter le WWF pour l’aide qu’il a apporté au Réseau d’Aires Protégées d’Amérique Latine (REDPARQUES) en promouvant un dialogue et une vision régionale de l’Amazonie afin de mettre en place le programme de travail sur les aires protégées de la CBD. La nécessité de préserver l’Amazonie ne peut pas être mieux exprimée que par ces mots de Chico Mendes, récolteur de latex et activiste écologiste brésilien : « J’ai d’abord pensé me battre pour sauver les hévéas. Ensuite, j’ai pensé que je me battais pour sauver la forêt tropicale amazonienne. A présent, je comprends que je me bats pour l’humanité. » Aujourd’hui, alors que le monde plie sous la menace du changement climatique, il est d’une importance capitale de garder intactes de grandes étendues de forêt tropicale, non seulement pour les peuples de l’Amazonie, mais aussi pour les individus du monde entier. C’est pour cela qu’à l’occasion de l’Année Internationale de la Biodiversité, un changement de priorité doit se mettre en place dans un monde qui cherche à se développer à tout prix, pour commencer de toute urgence à sauvegarder la fonctionnalité et l’incroyable biodiversité du biome amazonien.Amazonie vivante page 4
    • PréfAce de Préface de Francisco José Ruiz Marmolejo, Leader, Initiative Amazonie Vivante, WWF frAncisco josé L’Amazonie est le seul endroit sur terre où se trouve la manifestation d’une vie d’une pareille exubérance etruiz mArmolejo luxuriance. Ici, le plus grand bassin versant de la planète est une immense source de vie pour la forêt tropicale la plus vaste et la plus diverse du monde. Depuis des millénaires, les peuples indigènes dépendent des services environnementaux et des ressources naturelles de la région, que nous nous efforçons encore à ce jour de mieux cerner, comme le montre ce rapport. La richesse naturelle de l’Amazonie est au delà des mots. Le nombre important de découvertes récentes que nous présentons ici montre que nous avons encore beaucoup à apprendre au sujet de l’étendue de cette diversité. Entre 1999 et 2009, plus de 1200 nouvelles espèces de plantes et de vertébrés on été découvertes en Amazonie. Cela représente une nouvelle découverte tous les trois jours, et ce sans parler des invertébrés. Ce rapport présente les nouvelles espèces de huit pays ainsi que d’un territoire ultra‑marin. Ces fabuleuses découvertes incluent un poisson rouge aveugle surréaliste, une grenouille venimeuse à anneau rose de la taille d’une pièce de monnaie, une nouvelle espèce d’anaconda longue de 4 mètres, une tarentule terricole à crochets bleus et un perroquet chauve. Ces découvertes renforcent notre appréciation de l’immense valeur de l’Amazonie. Malheureusement, la recherche révèle que beaucoup d’espèces amazoniennes sont en grave danger, alors que nous les découvrons à peine. à titre d’exemple, la découverte de l’une des plus petites espèces de porc-épic arboricole au monde a été faite lors d’une opération de sauvetage de faune sur le site d’un barrage hydroélectrique sur l’Amazone. Des hommes peuplent l’Amazonie depuis plus de 11000 ans. Pourtant, c’est seulement au cours des 50 dernières années que l’homme a causé la destruction d’au moins 17% de la forêt tropicale amazonienne. La majorité de la région reste relativement intacte, mais de nombreuses menaces pèsent sur elle. Des modèles inappropriés de développement, une croissance économique régionale rapide, des demandes énergétiques en hausse et une tendance non viable du marché agroalimentaire ont un impact de plus en plus important sur l’Amazonie. De plus, les changements climatiques n’arrangent pas la situation. Depuis plus de 40 ans, le WWF contribue à la protection de l’Amazonie. Nous soutenons la mise en place d’aires protégées emblématiques, telles que le Parc National du Manù, le Parc Amazonien de Guyane, le Parc National de Jaú, la Réserve de Développement Durable de Mamirauá et le Parc National des Montagnes du Tumucumaque. Ces dernières ont été le point de départ de certains des efforts de conservation les plus importants de la région, dont le programme d’Aires Protégées de la Région Amazonienne. Un autre exemple des efforts du WWF pour la conservation de l’Amazonie est son travail avec les communautés locales pour mettre en place une gestion durable des zones de pêche dans les varzeas brésiliennes. Nous avons aidé les communautés autochtones dans leur combat contre la pollution des terres marécageuses du nord du Pérou liée à l’exploitation du pétrole. Nous avons également promu la production certifiée de bois au Pérou, en Bolivie et sur le plateau des Guyanes. Cependant, malgré ces améliorations, la dégradation continue. Pour cette raison, l’angle d’approche du WWF et de nos partenaires en ce qui concerne la conservation évolue constamment afin de s’adapter au nombre grandissant de menaces et de s’assurer de la protection de zones encore plus vastes. Aujourd’hui, nous nous appuyons sur notre expérience de plus de 40 ans dans le domaine de la conservation pour notre initiative Amazonie Vivante. Nous soutenons le développement durable à travers tous les pays de l’Amazonie. Nous mettons en place des alliances parmi les populations locales, les autorités régionales et nationales et le secteur privé. Nous souhaitons également nous assurer que les contributions environnementales et culturelles vitales de l’Amazonie, qu’elles soient locales, régionales ou globales, deviennent durables et qu’elles se fassent de façon juste pour ceux qui habitent cette région. L’Amazonie aide à la conservation de la vie telle que nous la connaissons. La sauvegarde de cette région, de l’incroyable diversité de ses espèces et des innombrables services qu’elle nous procure à tous est à présent entre nos mains. Amazonie vivante page 5
    • synthèse L’Amazonie est une des régions les plus diversifiées de la planète. L’extraordinaire abondance de nouvelles espèces découvertes entre 1999 et 2009 en atteste pour le moins. La plupart des découvertes proviennent du réseau des aires protégées instaurées dans la région. Quelques 1 200 nouvelles espèces de plantes et de vertébrés ont été découvertes dans le biome de l’Amazonie durant cette période. C’est un nombre supérieur au total conjugué de nouvelles espèces découvertes sur une période similaire d’une décennie dans d’autres zones à forte diversité biologique – y compris Bornéo, le Bassin du Congo et à l’est de l’Himalaya. Ces nouvelles découvertes illustrent l’étendue de l’extraordinaire biodiversité présente à la fois dans la forêt tropicale et le bassin versant les plus grands au monde. Ils témoignent aussi de tout ce qu’il y a encore à apprendre de cet endroit incroyable. Enfin, ce rapport ne saurait avoir vu le jour sans le professionnalisme de douzaines de scientifiques locaux et internationaux. Ce rapport est un hommage aux fascinantes et uniques espèces qui se rencontrent en Amazonie : une région qui s’étend sur huit pays sud américains et un territoire d’Outre Mer et qui abrite 30 millions d’habitants. Le rapport attire également l’attention sur de nombreux habitats vitaux qui sont soumis à de plus en plus de pressions suite à un développement non durable. L’Amazonie est encore constituée d’environ 83% de son habitat original mais une combinaison létale de différentes menaces érode son ensemble. De nombreuses espèces endémiques sont soumises à des vagues d’exploitation de ressources. Après des siècles d’intrusion humaine réduite, 17% des forêts de l’Amazonie ont déjà été détruites en à peine 50 ans. La raison principale de cette transformation est l’expansion rapide des marchés à la fois régionaux et mondiaux de viande, de soja et de biocarburants. Ils sont à l’origine de la demande croissante de terres. Des projets à grande échelle de transports et d’infrastructures énergétiques, ajoutés à une gestion inexistante, une gouvernance défaillante et l’absence d’une vision intégrée de développement durable pour l’Amazonie contribuent également à la déforestation et la dégradation des habitats forestiers et d’eau douce. Ils augmentent la pression sur les ressources naturelles et les services environnementaux de l’Amazonie, dont dépendent des millions d’individus. Les températures élevées et les précipitations en baisse provoquées par les changements climatiques exacerberont ces tendances. L’ensemble de ces éléments pourrait conduire à un point de non retour à partir duquel l’écosystème de la forêt tropicale s’effondre. Les implications en termes de biodiversité, de climat mondial et de moyens de subsistance humains entrainées par une évolution majeure de cet immense écosystème seraient profondes. Les forêts d’Amazonie stockent entre 90 et 140 milliards de tonnes de carbone. En relâcher ne serait-ce qu’une partie accélérerait le réchauffement mondial de manière significative. Non seulement 30 millions d’individus y habitent mais une espèce connue sur terre sur dix vit en Amazonie. Ils dépendent tous des ressources et services de l’Amazonie. C’est également le cas de millions d’autres, en Amérique du Nord et en Europe, qui sont affectés par la vaste sphère d’influence climatologique de l’Amazonie. L’Amazonie fournit des ressources et des services naturels vitaux, et offre un moyen de subsistance pour beaucoup en dehors de la région. Mais l’avenir de la région dépend d’un changement significatif dans le développement actuel des pays de l’Amazonie. Il est vital que l’Amazonie soit gérée de manière durable et dans sa globalité. Le souhait de protéger les fonctionnalités du biome pour le bien commun doit devenir la préoccupation centrale des nations de l’Amazonie.Amazonie vivante page 6
    • Une gestion responsable de l’Amazonie est déterminante, à commencer par le rôleque la région joue dans la lutte contre les changements climatiques. C’est dans ce sensqu’il est de l’intérêt à long terme des individus et des sociétés autour du monde de maintenirla forêt amazonienne en bon état écologique afin qu’elle puisse continuer à fournirdes contributions environnementales et culturelles aux communautés locales, aux paysde la région et au monde dans le cadre d’une équité sociale, un développement économiqueintégré et une responsabilité globale.à travers l’Initiative Amazonie Vivante, le WWF travaille avec des acteurs nationauxet régionaux des neuf pays amazoniens afin de créer des conditions de haut-niveau pourpermettre la conservation et le développement durable de l ‘Amazonie.En tant que partie prenante de l’Initiative Amazonie, le WWF, l’UICN, le Traité deCoopération Amazonienne, le Secrétariat de la Convention de la Diversité Biologique ainsique d’autres, financent le Réseau d’Aires Protégées d’Amérique Latine (REDPARQUES)pour l’élaboration d’une stratégie de conservation pour l’Amazonie. Cette stratégie s’appuiesur les politiques de conservation mises en place et autour des complexes d’aires protégésde chacun des pays de l’Amazonie. Celle-ci contribuera à répondre aux engagements prissous la Convention pour la Diversité Biologique des Nations Unies. L’Amazonie dansson entier est « supérieure à la somme de ses parties » : ainsi l’élaboration d’une vision pourla conservation aidera à maintenir l’intégrité et la fonctionnalité de la région Amazonie ainsique sa résilience à l’égard de nouvelles menaces et en particulier celles des changementsclimatiques. © peter conheim / bluefang spiderEphebopus cyanognathus Amazonie vivante page 7
    • géogrAPhie L’Amazonie constitue la plus grande forêt tropicale au monde, et la diversité de ses espèces et de ses habitats est incomparable. Sa complexité et sa taille sont inégalées et son importance est reconnue de tous. 6,7 million Cette région couvre 6,7 million de km2 à travers la Bolivie, le Brésil, la Colombie, l’Equateur, la Guyane Française, le Guyana, le Pérou, le Suriname et le Venezuela. Elle est principalement de km , c’est 2 recouverte d’une forêt tropicale humide dense, mais elle inclut également plusieurs autres lA surfAce de lA types d’habitats uniques tels que des forêts de montagne, des forêts de basse terre, des forêts inondées, des prairies, des marécages, des forêts de bambous et de palmiers. région AmAzonienne Cet écosystème régule les précipitations et approvisionne en eau douce une bonne partie de l’Amérique du Sud. Recouvrant une zone deux fois plus grande que les 27 pays de l’Union Européenne, la forêt amazonienne est tellement vaste qu’elle contribue au bon équilibre du climat mondial. L’Amazonie contient non seulement la moitié de la forêt tropicale restante sur la planète, mais aussi le plus grand bassin versant au monde. Le fleuve Amazone s’écoule vers l’Est et se déverse dans l’océan Atlantique. Ce bassin versant est délimité par le Plateau des Guyanes au nord, le bouclier brésilien au sud et les Andes à l’ouest. L’Amazone est de loin le plus grand fleuve du monde si l’on considère le volume d’eau qu’il rejette dans l’océan. Avec une moyenne d’approximativement 219 000 m3 par seconde, il représente à lui seul 15 à 16% des eaux fluviales rejetées dans l’océan. Deux heures d’écoulement seulement seraient nécessaires pour satisfaire les besoins annuels en eau des 7,5 millions d’habitants de la ville de New York. Ce système fluvial est la ligne de vie de la forêt tropicale et il a joué un rôle important dans le développement local. Plus de 30 millions de personnes peuplent cette région, et plus de 280 langues différentes y sont parlées. Environ 9% de la population amazonienne (soit 2,7 million de personnes) est constituée de plus de 320 groupes amérindiens, dont 60 n’ont pratiquement pas de contact avec le monde extérieur ou bien vivent en isolement de façon volontaire. Les identités et les traditions de ces peuples, leurs coutumes, leur style de vie et leurs moyens de subsistance ont été façonnés par leur environnement et ils demeurent profondément dépendants de l’Amazonie, bien qu’ils soient de plus en plus partie intégrante des économies nationales et mondiales. biodiversité La richesse inégalée de la biodiversité terrestre et aquatique de l’Amazonie produit parmi les images les plus spectaculaires que la nature peut offrir. L’Amazonie abrite un impressionnant 10% de la biodiversité mondiale, dont une faune et une flore endémique menacée. L’Amazonie héberge la plus grande diversité d’oiseaux, de poissons d’eau douce et de papillons de la planète. C’est le seul refuge au monde pour les espèces menacées telles que la harpie féroce et le dauphin rose. On y trouve également des jaguars, des loutres géantes, des aras Macao, des paresseux à deux doigts, des ouistitis pygmées, des tamarins à selle, empereurs et de Goeldi ainsi que des singes hurleurs. On y rencontre plus d’espèces de primates que partout ailleurs dans le monde. La richesse biologique de l’Amazonie est tellement immense qu’elle inclue des éléments de 56 des 200 écorégions mondiales et des paysages d’importance internationale, dans leur totalité ou seulement en partie. De plus, on y trouve six sites figurant au patrimoine mondial de l’humanité et plus de dix zones de répartition d’oiseaux endémiques.Amazonie vivante page 8
    • Cette région regroupe de plus de 600 types différents d’habitats terrestres et d’eau douce. Un nombre considérable de plantes et d’animaux de la planète vivent en Amazonie. à ce jour, au moins 40000 espèces de plantes y ont été découvertes, dont 75% sont endémiques à cette région. En 2005, 427 mammifères, 1300 oiseaux, 378 reptiles, plus de 400 amphibiens et au moins 3000 espèces de poisson de cette région avaient fait l’objet d’une classification scientifique. C’est le plus grand nombre d’espèces de poissons d’eau douce du monde. Il en va très certainement de même pour les invertébrés. 365 espèces appartenant à 68 genres de fourmis ont été trouvées dans environ cinq hectares de forêt tropicale amazonienne. L’ampleur de ces habitats et l’inaccessibilité de la majorité d’entre eux ont fait que beaucoup d’espèces n’ont pas encore été découvertes par les scientifiques. The Amazone biome Guyana Vénézuela Suriname Guyane Française Océan Colombie Atlantique Équateur Pérou Brésil Bolivie Océan PacifiqueLa plus grande forêt tropicale et plus grand bassin versant du monde, l’Amazonie abrite une espèce répertoriée sur dix. Amazonie vivante page 9
    • 12000 nouvelles esPècesdécouvertesLe Parc National Montagnes du Tumucumaque au Brésil a une tailleéquivalente à celle de la Suisse. Il longe le Parc Amazonien de Guyane enGuyane Française et procure d’importants espaces aux espèces qui ontbesoin d’un vaste territoire, tels que le jaguar et la harpie féroce.
    • © Kitt nascimento
    • 1200 L’homme peuple l’Amazonie depuis plus de 11,000 nouvelles esPèces ans. Mais le fleuve Amazone n’a été navigué pour la découvertes première fois qu’au XVIe siècle, par le conquistador Don Francisco de Orellana (1511-1546). En quête de vastes forêts de cannelle et de la légendaire Il fit des descriptions détaillées des zones de forêts inondées cité d’or, El Dorado, Orellana partit de Quito, en Equateur, rencontrées le long du fleuve, des systèmes de fermage et en février 1541. L’expédition ne trouva ni cannelle ni or, de cultures des peuples indigènes ainsi que de la faune mais tomba sur le plus grand fleuve du monde en arrivant, aquatique. le 11 février 1542, à la jonction du Napo et de l’Amazone. Orellana baptisa ce fleuve « nouvellement découvert » La première exploration scientifique « moderne »de l’Amazonie le Rio de Orellana, nom qui sera abandonné au profit du nom fut menée par Alexander von Humboldt et Aimé Jacques plus familier de fleuve Amazone, en référence au mythique Goujaud Bonpland, qui prouvèrent que les systèmes fluviaux peuple de femmes guerrières, les Amazones. de l’Amazone et de l’Orénoque étaient reliés. à la suite de Humboldt vinrent un certain nombre d’explorateurs De nombreuses années s’écoulèrent avant qu’une scientifiques et d’aventuriers,dont Spix et Martius qui, entre autre expédition, la première à remonter le fleuve dans 1817 et 1820, réunirent une importante collection botanique son intégralité, ne se déroule. En 1637-38, les premières et zoologique de l’Amazonie brésilienne. informations détaillées sur le fleuve, son histoire naturelle et sa population, furent rapportées par le Père Cristobal Henry William Bates, qui passa 11 ans au plus profond de Acuña, qui faisait partie de l’expédition menée par le de l’Amazonie, amassa la plus grande collection individuelle général portugais Pedro Teixeira. d’insectes jamais faite dans la région, avec près de 15,000 Il consigna avec une précision étonnante des données sur espèces, dont environ 8000 étaient alors inconnues la longueur et la taille de l’Amazone et sur sa topographie. de la science.© Fernando rivadavia La drosera d’Amazonie (Drosera amazonica) est décrite de façon officielle par les scientifiques en 2009. Cette espèce est rouge et jaune et mesure 10 cm. Elle se trouve uniquement dans les savanes de sable blanc, inondée en certaines saisons. Amazonie vivante page 12
    • Aires Protégées L’agrandissement du réseau des aires protégées de l’Amazone © evan tWomey et par là même de la protection des habitats importants, des écosystèmes et de la diversité biologique, ont certainement favorisé la découverte de nouvelles espèces par les scientifiques. L’une des aires protégées les plus en vue est le Parc National Montagnes du Tumucumaque, créé en 2002. Les limites du Parc ont été choisies de façon stratégique afin de protéger sa biodiversité, et ont été élaborées par le WWF et l’IBAMA (Institut Brésilien de l’Environnement et des Ressources Naturelles Renouvelables), sous la direction du ministère de l’environnement Brésilien. Avec ses 38 800 km2, le Parc est la plus grande zone de forêt tropicale protégée : elle est de la taille de la Suisse. On y trouve des espèces menacées telles que le jaguar et la harpie féroce, animaux qui ont besoin de grandes zones de forêt tropicale pour survivre. Grâce au soutien du programme Amazon Region Protected Areas (ARPA), fin 2009, un total de 25 millions d’hectares de nouvelles aires protégées a été créé en Amazonie brésilienne, Cyriocosmus nogueiranetoi du Rio Branco, dans l’Etat d’Acre. doublant ainsi la surface des aires protégée existantes avant L’espèce brun-rouge est officiellement décrite en 2005. la mise en place du programme. Dans la même dynamique, l’Etat français a créé le Parc amazonien de Guyane en 2007, représentant le plus En protégeant des portions stratégiques de la forêt grand parc national européen.La désignation du Parc du amazonienne, le programme ARPA apporte sécurité aux Tumucumaque a été le premier succès du programme ARPA, communautés locales qui dépendent de la forêt et protection assurant ainsi une protection sur le long terme de certaines à une variété incroyable d’espèces d’oiseaux, de mammifères, des caractéristiques biologiques et écologiques les plus de poissons, de reptiles et d’amphibiens. Le programme importantes dans un système de parcs et de réserves bien ARPA va surement apporter son soutien à la mise en place géré. et à la gestion efficace de 60 millions d’hectares (600000 km2) d’aire protégée en Amazonie brésilienne. Il est possible que le Parc National Yasuni, en Equateur,© roGerio bertani recèle la plus grande diversité biologique du monde. Le Parc National de Manù, au Pérou, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, abrite 850 espèces d’oiseau et héberge 10% des espèces de plantes de la planète. Un seul hectare de forêt tropicale à Manù peut abriter plus de 220 espèces d’arbres, alors qu’on n’en compte que 20 dans un hectare de forêt tempérée d’Europe et d’Amérique du Nord. C’est dans de tels parcs que les scientifiques ont pu explorer plus en profondeur la nature sauvage et la magnifique forêt tropicale, et ont pu juger de la véritable ampleur de la biodiversité que l’on rencontre en Amazonie. Ceci a mené, Ameerega pepperi d’Ucayali et Huallaga au Pérou, décrite ces dix dernières années, à de nombreuses découvertes officiellement en 2009 d’espèces remarquables. Amazonie vivante page 13
    • des résultats extraordinairesDe récentes études ont fourni d’extraordinaires résultats, 39 mammifères en plus des milliers de nouvelles espècestels que la découverte de passereau, le platyrhynque roux d’invertébrés que ce rapport ne saurait couvrir en détail.(Cnipodectes superrufus) dans le Parc National de Manù ; Beaucoup de ces nouvelles espèces sont très rares oude drosera amazonica, une plante carnivore, dans la Parc endémiques, ce qui souligne encore plus l’importance desdu Rio Negro Secteur Sud,au Brésil ; d’une nouvelle espèce aires protégées pour la conservation des espèces.de serpent (Atractus tamessari) dans le Parc National Mais nous n’avons fait qu’effleurer la surface de l’Amazonie.de Kaieteur, au Guyana et d’une incroyable grenouille Beaucoup d’éléments sont encore inconnus des scientifiques. Levenimeuse (Ranitomeya amazonica) dans la Réserve monde scientifique commence à peine à prendre conscienceNationale Allpahuayo Mishana au Pérou. de ce que les peuples indigènes savent déjà depuis desLa fréquence des découvertes est tellement phénoménale en siècles : les nombreuses cultures ancestrales qui existentAmazonie qu’entre 1999 et 2009, au moins 1222 nouvelles depuis des millénaires en Amazonie ont une connaissanceespèces de plantes et de vertébrés ont été mises à jour dans approfondie des richesses de cette région. Ce savoir secette région. Ces nouvelles espèces incluent 637 plantes, 257 révélera peut être essentiel à la réussite des efforts à venirpoissons, 216 amphibiens, 55 reptiles, 16 oiseaux et pour les protéger.une expédition scientifique traverse des zones non encore étudiées du brésil En juin 2009, le WWF soutient une expédition scientifique dans la Forêt Nationale d’Altamira, une aire protégée de 689012 hectares au cœur de l’état brésilien de Pará. Cette partie de l’Amazonie cache des secrets dont même les chercheurs les plus expérimentés ignorent tout. Cette expédition a découvert 11 espèces dans les profondeurs de la forêt tropicale qui n’avaient pas fait l’objet d’une description scientifique : huit espèces de poisson, un genre de crabe probablement nouveau, et deux espèces d’oiseau. Les nouvelles espèces de poisson incluent des poissons-chats de la famille des Trichomycteridae, deux espèces de poissons L’ornithologue brésilien Alexandre Aleixo, du Musée Paraense Emilio à nageoires rayonnées de la famille des Anostomidés, deux Goeldi, tenant un grimpereau. C’est une des 11 espèces non encore characidés et un poisson à ventouse (Loricariide). répertoriée qui fut découverte lors d’une expédition scientifique, soutenue par le WWF, dans la Forêt Nationale d’Altamira, en 2009. Deux espèces d’oiseaux mal connues ont été découvertes dans cette zone, dont un grimpereau (Campylorhamphus Ces cinq dernières années, nous avons organisé dix sp.). On attend cette année la confirmation qu’il s’agit bien expéditions au Brésil, dans le but de récolter des de nouvelles espèces. informations et des données scientifiques sur la faune Le WWF soutient les expéditions scientifiques dans le et la flore de la région. Ces informations sont utiles à la cadre de son effort de promotion de la création d’aires création de nouvelles aires protégées où au renforcement protégées en Amazonie. de celles déjà existantes.Amazonie vivante page 14
    • © philippe J. r. KoKAtractus tamessari (mâle) Amazonie vivante page 15
    • 637 nouvelles PlAntesL’Amazonie abritait déjà environ 40000 espèces de plantes connues,mais ces dix dernières années, 637 nouvelles espèces ont étédécouvertes dans la plus grande forêt tropicale du monde.Parmis elles, la Drosera amazonica.
    • © Fernando rivadavia
    • les PlAntesces dix dernières années, 637 nouvelles espèces ont été découvertes dans la plusgrande forêt tropicale du monde.Abritant déjà environ 40,000 espèces de plantes connues, du câprier (Capparacées), des euphorbes (Euphorbiacées),dire que l’Amazonie possède un nombre élevé d’espèces de des lauriers (Lauracées), des Malvacées, des myrtesplantes est un doux euphémisme. L’ampleur de la diversité (Myrtacées – connues pour le clou de girofle, la goyave etde plantes découvertes par les scientifiques dans certaines l’eucalyptus).zones de l’Amazonie est extraordinaire. Le nombre de plantes de la famille des Brassicacées, desPar exemple, 473 espèces d’arbres et un total de 1000 Cucurbitacées et de la famille des Solanacées a aussiespèces de plantes vascularisées ont été enregistrés sur un augmenté. Les Solanacées sont célèbres pour des planteshectare de forêt tropicale de basse altitude en Amazonie importantes dans l’agriculture comme les pommes de terre,équatorienne, et 3000 espèces ont été découvertes sur le poivre, le tabac et les tomates, mais aussi pour des plantes24 hectares en Amazonie colombienne, dans la région toxiques comme la belladone.de Chribiquete-Araracuara-Cahuinarí. De plus, le niveau de Une expédition a révélé l’existence d’une nouvelle droseraconnaissance scientifique en ce qui concerne la diversité dans endémique qui n’avait pas encore été décrite, dans les montagnescette région est très loin d’avoir atteint son maximum. Pakaraima au sud-est du Mont Roraima, qui se trouve sur lesCes dix dernières années, des centaines de nouvelles plantes, frontières du Venezuela, du Guyana et du Brésil.d’une diversité prodigieuse, ont été enregistrées. Ces L’espèce Drosera solaris fut décrite officiellement en 2007,plantes appartiennent à un mélange éclectique de familles, et localisée seulement dans les marécages d’un petit plateaucomme par exemple des herbacées, des plantes vivaces et culminant à 2065 m d’altitude, juste sous le sommet du Montdes plantes à bulbes, des arbres et des buissons, des vignes, Yakontipu, au sein d’une petite population isolée dans unedes fougères et des lys. clairière au cœur de la forêt montagneuse humide. Le nomParmi ce nombre important de nouvelles espèces, « solaris » (du grec « ensoleillé » ou « qui aime le soleil»)on trouve beaucoup de plantes des familles des Annonacées, fut choisi pour illustrer l’apparence brillante et éclatante dedes chanvres (Apocynacées), des lierres (Araliacées), cette drosera, avec ses pétioles d’un jeune-vert lumineux quides palmiers (Arécacées), des Astéracées et des myosotis contraste avec ses feuilles rouge vif. Ces rosettes bicolores(Borraginacée). Certaines se sont ajoutées à la famille sont uniques parmi toutes les espèces de drosera connuesdes Broméliacées, des bruyères (Ericacées), des Burseracées, en Amérique du Sud.l’arbre à « vermicelles »Parmi les découvertes les plus étranges, on compte un Cette espèce a été décrite pour la première fois à Maranhão,arbre à « vermicelles ».Officiellement décrit en 2004, au Brésil, mais a aussi été vue depuis à Carajás, Pará,Syagrus vermicularis15 est un joli palmier solitaire de à Tocantins, Rondôniataille moyenne, d’environ 10 m de haut, avec un tronc vert et peut-être au Mato © larry noblicKet lisse recouvert d’une fine couche blanchâtre et velouteuse. Grosso16.Il est couronné d’un feuillage vert foncé composé de légèresfeuilles penniformes luisantes formant une canopée voutéepleine de grâce. Cet enchevêtrement de « vermicelles »jaunes vif constitue en fait les nouvelles pousses en fleurdu palmier. Après avoir envisagé de lui donner un nomamusant tel que Syagrus ramennoodlensis, le Dr LarryNoblick a opté pour quelque chose d’un peu plus sophistiqué :Syagrus vermicularis (signifiant en latin « qui ressembleà un vers »). Syagrus vermicularisAmazonie vivante page 18
    • la drosera d’Amazonie, une découverte en coursParmi d’autres nouvelles découvertes, on compte © Fernando rivadavia78 nouvelles espèces d’orchidée.La découverte de la drosera d’Amazonie (Droseraamazonica), décrite de façon officielle par les scientifiquesen 200917, est particulièrement marquante de parla location inhabituelle et la rareté de cette plante.Cette espèce est rouge et jaune et mesure 10 cm.Elle se trouve uniquement dans les savanes de sableblanc, inondée en certaines saisons. Le sol est très acideet extrêmement pauvre en nutriments. Drosera amazonicaAfin d’obtenir un complément, cette espèce attire, capturepuis digère des insectes à l’aide de tentacules glandulaires Là, dans des clairières naturelles de la forêt tropicale,dont les extrémités produisent une sécrétion collante constituées de végétation de savane et d’habitats humidesau parfum sucré. et sablonneux, cette nouvelle drosera poussait parAprès avoir passé 10 ans à chercher cette plante insaisissable, « milliers ». Une autre population de cette espèce futle Dr Fernando Rivadavia a trouvé, en 2006, deux populations découverte environ 450 km au nord de cette zone, dansimportantes espacées d’environ 500 m, dans le Parc du Rio le Parc National de Viruá, dans la partie centrale de l’étatNegro Secteur Sud, une aire protégée relativement à l’abri de Roraima18.de la déforestation. Cette découverte est particulièrement significativeCes deux populations étaient localisées sur les berges car on trouve peu de drosera sur les basses-terres duopposées d’un affluent de la rivière Cuieiras, qui se déverse Brésil. Celles découvertes jusqu’à présent poussent dansdans le Rio Negro, dans l’état d’Amazonas. des habitats côtiers sablonneux. Très peu ont été trouvées à l’intérieur des terres, comme la drosera amazonica. « L’adjectif satisfait décrit © andreas Fleischmann mal l’état extatique dans lequel j’étais lorsque j’ai enfin découvert cette plante que je cherchais depuis 10 ans. » dr Fernando rivadavia, découvreur de la drosera d’amazonie (Drosera amazonica). Drosera amazonica Amazonie vivante page 19
    • 257 nouvelles esPècesde PoissonsIl y plus d’espèces de poissons d’eau douce en Amazonie quenulle part ailleurs. Le bassin versant le plus important aumonde a été, au cours de ces dernières décennies, le lieudes plus remarquables découvertes. Au moins 257 nouvellesespèces de poisson ont été identifiées dans les rivières del’Amazone et de ses affluents.ci-contre : un certain nombre d’espèces aux couleurs éclatantes du genreApistogramma ont été découvertes dans des zones de l’Amazonie au Pérou et enBolivie, comme le Apistogramma baenschi.
    • © Kris Weinhold
    • les Poissonsun nouveau poisson chat géantParmis ces nouvelles espèces, on compte trois nouvelles Un spécimen record de ce poisson, dont la taille s’élevait àespèces de piranha, un poisson-chat géant et un poisson 1 m, (et pesant 32 kg) a été pêché plus tard en 2007 dansaveugle rouge écarlate qui vit en milieu souterrain. le Rio Pasimoni, dans la région Amazonas du Venezuela.Un nouveau poisson chat géant fut découvert là en 2005. Le genre Brachyplatystoma comprend certains desLe poisson-chat « goliath » (goliath catfish) ou Brachyplatystoma poissons-chats amazoniens les plus grands, y compriscapapretum, fut découvert dans le fleuve Amazone. Espèce le piraíba (Brachyplatystoma filamentosum) qui atteintmigratoire, ce poisson avait été enregistré à Belém au Brésil, 3,6 m et peut peser jusqu’à 200 kg. Alors que leur régime estet en amont jusqu’à Iquitos, au Pérou, ainsi qu’au sein principalement constitué de poissons, le contenu de l’estomacde certains larges affluents et lacs19. de ce genre contient parfois et de manière occasionnelle des morceaux de singe20.une découverte coloréeUne des découvertes les plus colorées fut une variété rouge © barry chernoFFet verte de la famille des « nageoires sanglantes ».L’espèce, identifiée en 200321, a été nommée Aphyocharaxyekwanae en l’honneur des Indiens Ye’Kwana qui viventdans cette zone de forêts tropicales originelles et coursd’eau se faufilant sur les hauts plateaux : les experts Aphyocharax yekwanaecraignent que cette nouvelle espèce longue de 5 cm, ainsi queles Ye’Kwana qui dépendent de l’eau, ne deviennent victimesde l’urbanisation galopante ainsi que des effets délétèresde l’agriculture et de la pêche. Cette région pourrait aussiêtre menacée par des projets hydroélectriques futurs.l’Apistogramma barlowiUn certain nombre d’espèces aux couleurs éclatantes du © UWe romergenre Apistogramma ont été découvertes dans des zonesde l’Amazonie au Pérou et en Bolivie. Ils incluent l’espèceApistogramma barlowi, officiellement consignée commenouvelle pour la science en 200822. Découverte dans la régionde Loreto dans l’Amazonie péruvienne, elle est relativementdifférente des autres espèces d’Apistogramma en ce qu’elleest pourvue d’une tête et d’une bouche élargie, avec desmâchoires importantes. Les femelles hébergent leurs larvesdans leur bouche jusqu’à ce qu’elles soient capables nager.Les larves sont seulement déposées de temps en temps pour Apistogramma barlowipermettre aux femelles de se nourrir.Amazonie vivante page 22
    • un nouveau poisson chat géantUn poisson plutôt inhabituel fut découvert en 2009 © William cramptondans le f leuve Amazone au Pérou et au Brésil 23 .Le poisson couteau électrique (Compsaraia samueli) estétrange dans la mesure où les mâles arborent un bec etdes mâchoires lisses et très allongés. L’espèce, à moitiétranslucide, évolue entre le blanc et le rose, ce qui lui confèrele nom spécifique de « poisson couteau pélican ». Très peud’exemplaires de Compsaraia samueli ont été recensés etl’écologie de cette espèce très lacunaire. Les mâles sontagressifs et plutôt enclins à se battre ensemble. Ils peuventpasser, en quelques minutes, de la posture agressive sans Compsaraia samuelicontact aux morsures et à la prise de mâchoires.De tels affrontement sont l’apanage de mâles sexuellementmatures dans la compétition pour les sites de ponteset/ ou les femelles. Les poissons couteau électriques sontdénommés ainsi car ils émettent une onde de haute fréquencelorsqu’ils communiquent.le nouveau poisson-chatDe nouvelles espèces sont parfois découvertes dans les © Janice mUriel cUnhaendroits les plus improbables.Le nouveau poisson-chat Phreatobius dracunculus, décriten 2007 dans l’Etat de Rondônia, au Brésil, est l’un desmembres les plus bizarres de la faune des poissons d’eauxdouce des eaux néotropicales. Il vit principalement dans leseaux souterraines, et la plupart des spécimens, ont jusqu’iciont été attrapés dans des puits d’eau douce creusés à lamain24. Cette espèce rouge écarlate est aveugle et minuscule, Phreatobius dracunculusne mesurant que 3,5 cm de long. Selon les habitants de RioPardo, un village 90 km au Sud de la ville de Porto Velho,(Etat de Rondônia), le poisson a commencé à apparaitre Du fait de son apparence et de sa nature souterraine, lesaprès le creusement d’un puits, et fut accidentellement scientifiques ont appelé cette espèce dracunculus, dracoattrapé dans des seaux utilisés pour l’extraction de l’eau. en latin signifiant dragon. Cette découverte a étendu lesCette espèce a depuis été trouvée dans 12 autres puits des lieux d’existence connus des Prheatobius d’une distance20 existants dans la zone. extraordinaire de 1900 km.le nouveau poisson-chatIl y a certainement de nombreuses espèces de poissons à © inGo siedel © John G lUndberGdécouvrir dans le fleuve Amazone. à titre d’exemple, unerécente expédition à la Serra do Cachimbo et aux fleuvesXingu et Tapajos de l’Etat de Pará au Brésil destinée à effectuerquelques prélèvements dans une région d’ichthyofaune trèsriche en espèces et peu connue dans les néotropiques, arecensé quasiment 250 espèces de poissons, y compris environ86 espèces de poissons-chat. De ce chiffre, environ 35 Otocinclus cocama Iranduba capapretum(40%) sont considérées comme nouvelles pour la science25 etse trouvent en ce moment prises dans le processus laborieux Face aux menaces qui pèsent sur les poissons de la région,mais nécessaire de description officielle, qui peut prendre de nombreux scientifiques estiment qu’ils n’ont plus assezdes années. de temps pour répertorier les nouvelles espèces. Amazonie vivante page 23
    • © Kris Weinhold Amazonie vivante page 24
    • nouvelles espèces de piranha Décrits en 2002, les espèces Tometes lebaili28 et Tometes© Jerry plaKyda maku29 sont différents des autres de ce genre car tous deux, herbivores, se nourrissent principalement d’herbes aquatiques de la famille des Podostemaceae. Ils sont aussi remarquables en ce qu’ils sont tous deux capables de dépasser une longueur de 50 cm. Selon le Dr Michel Jegu, l’un des scientifiques qui découvrit l’espèce, ces deux piranhas sont endémiques à la zone dans laquelle ils ont été trouvés et sont directement et fortement Serrasalmus altispinis dépendants des herbes aquatiques de Podostemaceae, L’Amazone se compose de vingt écorégions d’eau douce26, base de leur alimentation. Les Podostemaceae dans la des zones riches de diversité qui ont une importance région sont fragiles, la santé de l’algue dépendant de la mondiale. Parmi celles-ci coule le fleuve Uatumã, un fréquence des inondations, la qualité et la clarté de l’eau affluent de l’Amazone dans l’Etat d’Amazonas au Brésil. pour la photosynthèse. Parmi les menaces pesant sur cette En 2000, au sein de la dense forêt tropicale, fut découvert ressource alimentaire30, les barrages hydroélectriques, une nouvelle espèce de piranha27. les effluents des mines et leur récolte pour le compte des L’espèce Serrasalmus altispinis peut croître jusqu’à 19 cm. compagnies pharmaceutiques. Elle est prédatrice. Les espèces du genre de Serrasalmus © michel JeGU s’alimentent principalement des nageoires et des écailles d’autres poissons, et n’ont pas de mâchoire inférieure puissante pour déchiqueter les muscles et les os de ses proies. Hormis quelques espèces, les piranhas de ce genre sont solitaires. Ils ne tolèrent pas, en général, d’autres poissons, et sont très agressifs et territoriaux. Faute de recherches, on ignore tout de leurs comportements dans le monde sauvage. Les piranhas sont partagés entre 11 catégories distinctes, avec certains poissons dans le genre Serrasalmus parmi les plus grands et quelques espèces capables de dépasser 50 cm. Deux nouvelles espèces de Tometes Amazonie vivante page 25
    • 216 nouvelles esPècesd’AmPhibiensSous la canopée de la plus grande forêt tropicale du monde,216 nouvelles espèces d’amphibiens ont été découvertes aucours de ces dix dernières années. De 1999 à 2009,24 nouvelles espèces de dendrobates se répartissanten quatre genres différents ont été découverts par lesscientifiques.ci-contre : la Ameerega altamazonica.
    • © evan tWomey
    • les AmPhibiens les dendrobates La grande majorité a été trouvée en Amazonie péruvienne. © evan tWomey Les dendrobates sont petites, de 1,5 à 6 cm, de couleur vive et toxiques. Ces grenouilles utilisent leur toxicité pour se défendre contre d’éventuels prédateurs. L’espèce, Ranitomeya benedicta, officiellement décrite en 200831, a une apparence frappante : un corps et des membres noirs avec des tâches bleues qui ressemblent à un motif d’eau ; sa tête est rouge vif avec des tâches noires autour des yeux. Certaines populations donnent l’impression que leurs pattes et leur dos sont uniformément bleus. Cette espèce est largement répartie dans les basses terres Ranitomeya benedicta des régions de Loreto et de San Martin au Pérou. © evan tWomey L’espèce Ranitomeya summersi, également découverte en 200832 est tout aussi surprenante. Bien qu’appartenant au même genre, l’espèce est remarquablement différente de la Ranitomeya benedicta du fait que la grenouille est noire jais avec des rayures orange qui semblent presque avoir été peintes sur la grenouille. La face de la grenouille est orange avec un masque noir autour des yeux. L’espèce est connue dans la région de Saint Martin en Amazonie péruvienne. Ranitomeya summersi les espèces d’Ameerega Leur nom commun en anglais, poison dart frogs (grenouilles© evan tWomey à flèche empoisonnée), provient de la pratique des peuples indigènes dans les forêts de Chocó de l’ouest de la Colombie, qui frottaient leurs flèches de sarbacane sur le dos des grenouilles (historiquement l’espèce Phyllobates terribilis) pour le gibier34. Malgré leur nom, seules trois grenouilles en Colombie sont indiquées comme servant à cet usage. Les plantes empoisonnées sont plus couramment utilisées. © devin edmonds Ameerega pepperi Ces découvertes comprennent la description officielle en 2009 des espèces Ameerega yoshina, Ameerega ignipedis et Ameerega pepperi, d’Ucayali et Huallaga au Pérou33. Ameerega pongoensis Amazonie vivante page 28
    • la nymphargus wilegiIl n’y a pas que le Pérou qui peut montrer de nouvelles © chris FUnKgrenouilles à l’apparence extraordinaire. Dans l’Equateuramazonien, la Nymphargus wileyi n’est connue que dans lesforêts brumeuses près de la station biologique de Yanayacudans la province de Napo35.L’espèce a été décrite en 2006 et est seulement connuesur la base de six spécimens prélevés au cours d’un travaild’inventaire de trois ans à Yanayacu. La Nympharguswileyi est donc rare36. Cette espèce est ce que l’on appelleune grenouille de verre : leur corps présente une teinte vertclair vive, et la peau de l’abdomen de certains membresde cette famille est transparente. Le cœur, le foie et lesvoies gastro-intestinales sont alors visibles, d’où ce nom Nymphargus wileyicommun.la nymphargus wilegi © philippe J. r. KoKComme si les grenouilles transparentes n’étaient pas assezsurprenantes, imaginez la surprise du scientifique quia découvert une grenouille noire avec des ronds rosespsychédéliques. Bien qu’en attente d’une description officielle,cette nouvelle espèce du Surinam, qui appartient selon les © Jiri moravecscientifiques au genre Atelopus genus37, reste un mystère. Hypsiboas liliae (male)Alors que la science est encore incapable de confirmer le statutde cette grenouille, cette espèce mérite d’être mentionnéecomme un exemple supplémentaire de la vie sauvage encoreinconnue en Amazonie.ranitomeya amazonica Scinax iquitorum (male) Représentant peut être le mieux la diversité, le caractère © lars K unique et extraordinaire de l’Amazonie, la Ranitomeya amazonica est certainement l’une des nouvelles espèces les plus extraordinaires. Décrit en 1999, dans le nord-est du Pérou amazonien38, le motif que présente cette espèce est simplement étonnant. Cette grenouille présente des flammes incroyables sur sa tête et ses pattes contrastant fortement avec un motif rappelant l’eau. L’habitat de cette espèce, près de la zone Iquitos de la région de Loreto, est principalement composé de forêts humides en plaine. Cette grenouille a aussi été trouvée dans la réserve nationale d’Alpahuayo Mishana. Bien que le parc apporte une certaine protection à l’espèce, cette grenouille est actuellement menacée par une perte d’habitat de plus en Elle est, de plus, menacée par le commerce de la vie plus importante dans le sud de la région protégée du fait sauvage39, dû à ses coloris spectaculaires. des activités agricoles. Amazonie vivante page 29
    • 55 nouvelles esPècesde rePtilesUne tortue, 28 serpents et 26 lézards ont été découvertsen Amazonie au cours des dix dernières années.Les 55 nouvelles espèces de reptiles découvertesse répartissent dans le paysage, des espèces émergeantde façon régulière au fi l des années dans tous les étatsqui couvrent l’Amazonie.ci-contre : l’anaconda bolivien (Eunectes beniensis).
    • © José maría Fernández díaz-Formentí
    • les rePtiles Deux des nouvelles découvertes sont des membres de la Officiellement décrite en 2004, cette espèce de 40 cm, famille des Elapidae. surnommé serpent corail à queue courte, est unique du fait Il s’agit de la famille de serpents la plus venimeuse au de sa petite taille. Elle se différencie des autres serpents corail monde qui comprend entre autres les taïpans, le mamba par ses anneaux noirs séparés par des anneaux de longueur noir, les cobras, le taïpan du désert et des serpents de mer. égale (ou supérieure) de couleur orange clair. Les llanos de Le serpent corail, Micrurus pacaraimae, a été découvert l’est de la Colombie constituent un ensemble de savanes et en 2002 à la frontière entre le Brésil et le Venezuela dans d’une dizaine de types de forêt. C’est aussi le lieu d’habitat l’état de Roraima 40. Cette espèce de 30 cm, à anneaux noir du crocodile de l’Orénoque (Crocodylus intermedius), une et rouge, appartient aux 65 espèces connues dont beaucoup espèce endémique qui atteint 7 m, et l’un des reptiles les plus font partie des serpents les plus venimeux d’Amazonie. menacés au monde. Une autre espèce, le Leptomicrurus renjifoi, a été trouvée dans la forêt tropicale semi-caduque des plaines colombiennes de l’est de l’Amazonie41 (llanos). le Pseudoboa martinsi Une autre espèce de serpent de couleur vive, le Pseudoboa © viniciUs carvalho martinsi, a été décrite en 2008 dans les états amazoniens de Pará, d’Amazonas, de Roraima et de Rondônia, au Brésil42. Cette nouvelle espèce d’un mètre de long possède une tête et une large bande vertébrale noire, des flancs rouge vif et un ventre uniformément blanc. L’une des caractéristiques les plus remarquables des serpents du genre Pseudoboa est le changement de couleur que subissent les individus lors de leur développement. Les scientifiques pensent que cela est sans doute lié à la maturité sexuelle. Cette nouvelle espèce, cependant, est unique parmi ses contemporains Pseudoboa martinsi car elle conserve son motif de couleur claire et vive durant cette espèce est inoffensive et n’a ni essayé de serrer ni de toute sa vie. Les individus de cette nouvelle espèce ont été mordre lorsqu’elle a été manipulée. trouvés dans des forêts primaires et des zones forestières Elle appartient aux Colubridés, famille majoritairement perturbées. Discret et nocturne, ce serpent a été vu en train inoffensive et non venimeuse qui représente à peu près de fouiner dans la litière de feuilles d’une forêt primaire près les deux tiers de toutes les espèces de serpents du monde, de ruisseaux. D’après les scientifiques, malgré sa coloration y compris une grande majorité des nouvelles découvertes vive et son régime alimentaire (il mange d’autres serpents), de serpents en Amazonie. les Atractus Treize nouvelles espèces de couleuvres du genre Atractus, La plupart des presque 100 espèces du genre ont des des serpents terrestres, ont aussi été découvertes au cours répartitions limitées. Au Guyana, où la connaissance de de ces dix dernières années. la diversité de l’herpétofaune est toujours très limitée, une nouvelle espèce, Atractus tamessari, a été découverte© Jairo h maldonado dans le parc national de Kaieteur. Ce serpent est de couleur marron à brun foncé avec des marbrures plus sombres et des tâches couleur rouille 43. Une autre espèce, Atractus davidhardi, a été décrite un an plus tard en Amazonie brésilienne et colombienne 44,45. Atractus davidhardi Les découvertes de serpents en Amazonie brésilienne ont Amazonie vivante page 32
    • une nouvelle tortue: la platémyde à tête jaune de l’Amazone été particulièrement riches, mais, malgré cela, jusqu’à 30% Le nom donné à l’espèce est une association entre le grec : de la faune de serpents brésilienne pourrait encore être « helios », (soleil), et la racine « couronne », en référence inconnue selon la Société brésilienne d’herpétologie et des aux bandes faciales en forme de fer à cheval de couleur centaines d’espèces pourraient encore être découvertes, le jaune orangé que l’espèce présente sur sa tête. On en sait nombre total de serpents dépassant 350. peu sur le comportement ou les préférences alimentaires de cette espèce dans la nature mais il semble qu’elle préfère les Une autre découverte de reptile importante concerne une eaux claires et peu profondes et on l’a observée uniquement tortue, trouvée dans un ensemble d’habitats dans le bassin dans des forêts élevées non inondées près de points d’eau supérieur de l’Amazone, comprenant le sud du Venezuela, permanents et de ruisseaux à débit lent. l’ouest du Brésil, le nord-est du Pérou, l’est de l’Equateur et le sud-est de la Colombie. La platémyde à tête jaune de l’Amazone (Batrachemys heliostemma), découverte en 200146, est de taille moyenne à grande et possède une grosse tête ronde. Batrachemys heliostemma un nouvel anaconda pour l’Amazonie Parmi les découvertes les plus spectaculaires se trouve Décrite en 2002 dans les savanes sans arbres de une espèce, peut être la plus connue et la plus crainte la province amazonienne du nord est de la Bolivie, on des reptiles d’Amazonie : l’anaconda 47. a d’abord cru que cette nouvelle espèce était le résultat d’une hybridisation entre des anacondas jaune et vert.© José maría Fernández díaz-Formentí Cependant, d’autres études morphologiques et de génétique moléculaire ont déterminé qu’il s’agit d’une espèce distincte. Cet anaconda bolivien (Eunectes beniensis)48 a ensuite été trouvé dans les plaines inondables de la province bolivienne de Pando. Cette nouvelle découverte est particulièrement importante car c’est la première espèce d’anaconda décrite depuis 1936. Ce serpent rejoint ainsi les trois seules autres espèces connues d’anaconda. L’anaconda bolivien atteint au moins la longueur de quatre mètres. Sa couleur de base est marron à vert olive foncé, il possède cinq rayures sur sa tête et moins de 100 tâches foncées solides, moins nombreuses mais plus grosses que les autres espèces. D’après les experts, l’anaconda bolivien est plus étroitement apparenté à l’anaconda jaune (Eunectes notaeus) et à l’anaconda à tâches foncées (Eunectes deschauenseei) qu’à l’anaconda vert (Eunectes murinus). Tous les anacondas sont principalement aquatiques et possèdent des petits yeux positionnés sur le dos d’une tête relativement étroite. Ils consomment une grande variété de proies (presque tout ce qu’ils peuvent capturer), y compris des reptiles amphibiens et aquatiques, des mammifères et des oiseaux ainsi que des poissons. Il arrive que de gros spécimens dévorent des caïmans et des mammifères aussi gros que les tapirs et les jaguars. Anaconda bolivien (Eunectes beniensis) Amazonie vivante page 33
    • 16 nouvelles esPècesd’oiseAuXUn total de 16 nouvelles espèces d’oiseaux ont été découvertesen Amazonie au cours de ces dix dernières années.Ces nouveaux ajouts d’oiseaux à la région couvrent plusieursoiseaux et comprennent la découverte d’un rapaceen Amazonie du sud.ci-contre : le Micrastur mintoni.
    • © andreW WhittaKer
    • les oiseAuXle cnipodectes superrufusEn 2007, un nouvel oiseau a été décrit en Amazonie y compris le pavage de l’autoroute interocéanique,péruvienne50. De la famille des Tyrannidés, le Cnipodectes intensifieront les activités humaines et la destruction desuperrufus présente une multitude de variations rouge-brun. l’habitat dans la région52, 53.Malgré une étude ornithologique approfondie dans la région De plus, la valeur socioéconomique des grands bambous etdu sud-est de Madre de Dios, cette espèce nous a échappée, la tendance à les récolter54 davantage suggère que l’étendueprincipalement à cause d’un habitat naturel inaccessible : de l’habitat de cette espèce pourrait décliner à l’avenir.il se limite à des taillis de bambou épineux de 5 m de haut © Joseph tobias(Guadua weberbaueri), un habitat peu étudié en Amazonie.à l’origine, la répartition connue de l’oiseau, uniquementaperçu dans quelques sites de Madre de Dios et dans unerégion voisine, s’est ensuite étendue passant de 3400 à 89000m² de forêts dominées par le bambou guadua à Madre deDios (Pérou), Pando (Bolivie) et Acre (Brésil). Elle comprendégalement le Parc national de Manu51.D’après les scientifiques, le Cnipodectes Superrufus estprobablement le moins abondant des spécialistes dubambou en Amazonie. Le risque d’extinction à court termeest faible mais de récents projets de développement, Cnipodectes superrufusle gobe-mouche de clementsDéjà considéré comme gravement menacé, le gobe-mouche deClements (Polioptila clementsi), a été découvert en 200555. Quelques années auparavant, en 2001, une autre nouvelle espèce, le Tyranneau de Villarejo (Zimmerius villarejoi) avaitOriginaire aussi de l’Amazonie péruvienne, cet oiseau a été été décrite, encore une fois dans une forêt de sable blanc prèsdécouvert dans la Reserva Nacional Allpahuayo-Mishana, d’Iquitos, dans cette même région péruvienne du Loreto58.juste à l’ouest d’Iquitos, dans la région péruvienne du Loreto. © andreW WhittaKerOn l’aperçoit rarement dans la forêt de sable blanc qu’il habite.Les études de l’habitat disponible dans la réserve n’en ontlocalisé que 15 couples. Et depuis sa découverte, l’espèceest apparemment devenue plus difficile à localiser d’uneannée sur l’autre. Aujourd’hui le gobe mouche de Clementsest réellement en voie d’extinction du fait de cette populationtrès faible et de la déforestation de la zone.Son habitat est menacé par le débroussaillage pourl’agriculture, encouragée par le gouvernement au titrede la colonisation des terres entourant Iquitos, et l’abattagedes arbres pour l’énergie et le charbon de bois56. Ces forêtssur sable blanc, à croissance lente, principal habitatdu Polioptila clementsi, apparaissent sur des sols quartziques,particulièrement pauvres en nutriments et qui peuvent nejamais être en mesure de se régénérer s’ils sont détruits57.En fait, ces forêts amazoniennes sur sable blanc présentent La canopée inexplorée de la forêt en Amazonie péruvienne.d’autres surprises ornithologiques. Au cours de la dernière décennie, plusieurs nouvelles espèces d’oiseaux y ont été découvertes.Amazonie vivante page 36
    • © andreW WhittaKerLe faucon cryptique des forêts (Micrastur mintoni) a été débusqué en 200249. Cette espèce brésilienne présente unepeau orange vif autour des yeux. La population générale de faucons est supposée importante, étant donné son largeéventail. Mais on en sait peu sur cette nouvelle espèce. Amazonie vivante page 37
    • © arthUr Grosset Amazonie vivante page 38
    • les perroquetsParmi les nombreux oiseaux colorés de l’Amazonie, les © arthUr Grossetperroquets sont souvent les plus spectaculaires. Le perroquetchauve (Pyrilia aurantiocephala, connu à l’origine sousle nom de Pionopsitta aurantiocephala), a fait sensationlorsqu’il a été décrit en 200259, principalement parce qu’il estdifficile de croire qu’un oiseau aussi grand et coloré puisseavoir échappé à l’attention du monde. Comme son nom lesuggère, l’espèce possède une tête extraordinaire, dépourvuede plumes. Mais son corps est étonnement coloré. Il présenteune gamme de couleurs remarquables, alliant une tête d’unorange intense60, une nuque vert-jaune, un corps et des ailesvertes avec des reflets bleu marine, cyan, jaune orangé, vertémeraude et écarlate et des pattes jaune orangé.Ce perroquet est connu uniquement dans quelques localitésdes fleuves du Madeira inférieur et du Tapajós supérieurau Brésil amazonien. On le trouve actuellement dans deuxhabitats types et dans une région relativement limitée. Cettepopulation d’oiseaux est actuellement menacée par l’abattaged’arbres ; les scientifiques soulignent que bien que la régiondans laquelle ils ont collecté des spécimens de Pionopsittaaurantiocephala soit actuellement gérée économiquementau profit du tourisme environnemental, les régions autourdes eaux du fleuve Tapajós et toute la partie sud de l’Amazoniesont fortement menacées par la déforestation61.L’espèce est considérée comme « bientôt menacée » : sapopulation plutôt faible est en déclin du fait de la perte de Perroquet chauve (Pionopsitta aurantiocephala)son habitat62.Une autre nouvelle espèce de perroquet, Aratinga pintoi, Cependant, comme pour les nouvelles espèces de perroquets,a été découverte dans le bassin de l’Amazone en 200563. ce conure risque de faire les frais du commerce illégal desLe conure à poitrine soufrée, nom sous lequel on connaît animaux de compagnie64. Enfin certains scientifiques sontcommunément cette espèce, a été trouvée uniquement préoccupés à la fois par la protection de la faune aviaire dedans des zones ouvertes aux sols sableux à Monte Alegre, l’Amazonie nouvellement décrite et menacée, mais égalementsur la rive nord du fleuve Amazone inférieur, dans l’état de par la « taxinomie oubliée » dans cette région65 : face à cesPará, au Brésil. menaces de disparition d’habitats naturels et des espècesL’espèce possède un corps aux couleurs splendides, avec une qu’ils hébergent, les moyens attribués aux organismes decouronne verte, un front orange, un dos jaune aux reflets vert, recherches latino-américains sont faibles tandis que lesune poitrine couleur de souffre et des ailes aux extrémités besoins en études écologiques sont considérables. Commebleu vif. On a cru à l’origine qu’il s’agissait d’un jeune d’une une course contre le temps, la recherche ornithologique,autre espèce ou d’un hybride de deux espèces et, après que pour décrire correctement cette faune aviaire la plus richeles scientifiques aient collecté, examiné et mal identifié cette et la plus complexe de la planète, est en retard par rapportespèce au début du 20ème siècle. Aujourd’hui, l’Aratinga au développement de la région et aux nombreuses espècespintoi est un oiseau assez courant à Monte Alegre, facilement déjà menacées66.localisé le long des routes principales par groupes allantjusqu’à dix individus ou survolant la ville. Amazonie vivante page 39
    • 39 nouvelles esPècesde mAmmifèresdécouvertesAu cours de cette dernière décennie, 39 nouvelles espècesont rejoint la longue liste des mammifères trouvés enAmazonie. Ces nouvelles espèces comprennent un dauphinde rivière, sept singes, deux porcs‑épics, six chauves‑souris,six opossums, et quatorze rongeurs.ci-contre : le Marmouset du fleuve Acari (Mico acariensis).
    • © GeorGes néron
    • mAmmifèresdeux nouvelles espèces de porcs-épics et sept nouvelles espèces de singesEn 2001, deux nouvelles espèces de porcs-épics ont été Cette espèce a été capturée pendant un sauvetage de ladécouvertes en Amazonie 67. Les nouvelles espèces sont faune sur le site du barrage hydroélectrique de Samuel.uniques dans la mesure où elles fournissent des dossiers Ne pesant que 600 grammes, Coendou roosmalenorumdocumentés pour la première fois sur les petits porcs-épics est sans doute l’un des plus petits erethizontidae vivantsde l’ouest de l’Amazonie où seulement les grands porcs-épics (grands rongeurs arboricoles).(Coendou prehensilis et Coendou bicolor) étaient connus Sept nouvelles espèces de singes ont aussi été découvertesauparavant. pendant cette période. Un habitant de la forêt tropicale deLe Coendou ichillus a été trouvé dans la forêt tropicale l’Amazonie des plaines, le marmouset du fleuve Acari (Micodense des basses terres d’Amazonie de l’est de l’Equateur. acariensi), découvert en 2000, se révèle endémique duCette espèce se distingue des autres par sa longue queue, Brésil68. à l’origine, les habitants d’un petit village près duun manque de fourrure visible du pelage adulte, des longues fleuve Acari, en Amazonie centrale au Brésil, le gardaientépines aux extrémités noires et des épines à l’aspect de poils comme animal de compagnie. L’espèce pèse 420 gr, fait 24 cmtricolores à extrémité pâle. Il possède des épines de 8 cm et sa longueur totale atteint 35 cm ; sa couleur est orange vifde long et une bande marron foncé ou noire sur le milieu. pour le bas du dos, le dessous du corps, les pattes et la baseLe nom particulier donné à cette espèce, ichilla, signifie de la queue. Cette espèce se trouve dans une région« petit » dans le dialecte de la plaine de Quichua, territoire relativement éloignée de l’Amazonie, loin des principalestribal sur lequel la nouvelle espèce se trouve. perturbations humaines. Elle n’a pas été étudiée à l’étatLe deuxième porc-épic, Coendou roosmalenorum, se trouve sauvage et il n’y a actuellement aucune information fiablesur les deux rives du Rio Madeira moyen au Brésil, un sur sa démographie ni sur les principales menaces pesantaffluent majeur de l’Amazone et l’un des plus grands fleuves sur elle.du monde.le dauphin bolivien de rivière © Fernando trUJillo, FUndacion omacha Le dauphin du fleuve Amazone ou dauphin rose de rivière, a été consigné par la science dans les années 1830 et on lui a donné le nom scientifique de Inia geoffrensis. En 1977, il est apparu que le dauphin bolivien de rivière pouvait être une espèce différente. Au cours de la dernière décennie, la génétique a apporté une autre preuve qu’il s’agit d’une espèce séparée, Inia boliviensis. Connu localement sous le nom de bufeo, le dauphin bolivien de rivière est séparé de ses plus proches voisins au Brésil par une série de 18 rapides sur 400 km du fleuve Madeira entre la Bolivie Dauphin bolivien de rivière (Inia boliviensis) et le Brésil, ce qui explique son évolution distincte. Pendant 15 mois, en 2006 et 2007, les scientifiques ont navigué Lorsque le dauphin bolivien de rivière fut identifié en tant sur plus de 3000 km sur les fleuves Amazone, Orénoque et qu’espèce distincte en 2006, il fut tout de suite adopté leurs affluents, étudiant 13 fleuves de cinq pays : Bolivie, par le gouvernement du département du Beni comme Colombie, Equateur, Pérou et Venezuela, et ont répertorié symbole des efforts de conservation de la région. plus de 3000 dauphins de rivière. Ces études permettent Par opposition avec les dauphins du fleuve Amazone, de mesurer et évaluer les menaces pesant sur ces systèmes leurs cousins boliviens ont davantage de dents, ainsi d’eau douce, y compris la pollution des hydrocarbures et du qu’une tête et un corps plus petits. mercure et l’impact des projets d’infrastructures comme lesCette nouvelle espèce a été caractérisée lors du premier barrages et les canaux. Dans ce cadre, le dauphin de rivièrerecensement de dauphins de rivière d’Amérique du sud jamais est considéré comme un indicateur important de la qualité deseffectué, réalisé par la Société de protection de la vie sauvage écosystèmes d’eau douce où il vit. Lors de l’expédition le longFundación Omacha, la Société de protection des baleines et du fleuve Iténez dans la région du Beni, jusqu’à 1008 dauphinsdes dauphins, Faunagua, le WWF et d’autres partenaires. boliviens ont été repérés en bon état de conservation.Amazonie vivante page 42
    • © GeorGes néronLe marmouset du fleuve Acari (Mico acariensi), découvert en 2000 Amazonie vivante page 43
    • 503 nouvelles esPècesd’ArAignéesDes fourmis de Mars et des tarentules violettes....Ne serait‑ce qu’au Brésil, qui couvre 60% de la région amazonienne, de 96660 à 128 840 espèces d’invertébrés ont été décrites par les scientifiquesjusqu’à présent69. Dominant l’Amazonie, les insectes représentent 90%des espèces animales que l’on y trouve. Environ 50,000 espèces d’insectesse retrouvent sur n’importe quels 2 m² de forêt. Plusieurs milliers denouveaux invertébrés ont été découverts dans cette région depuis le débutdu nouveau millénaire.Ils n’ont pas été inclus dans l’annexe mais nous présentons ici unesélection des nouvelles découvertes.ci-contre : la Avicularia braunshauseni
    • © Karl csaba
    • les invertébrésle dauphin bolivien de rivière © ricK c. WestAu moins 503 nouvelles araignées ont été découvertes aucours de ces dix dernières années en Amazonie couvrantun grand nombre de familles d’arachnidées70.Le genre Pamphobeteus comprend certaines des plus grossesaraignées du monde. Deux nouvelles espèces du genreont été récemment découvertes en Amazonie brésilienne :Pamphobeteus crassifemur, une espèce noire surprenantede états de Rondônia et de l’ouest du Mato Grosso ; etPamphobeteus grandis, de l’Amazonas et de l’ouest d’Acre71.Cette dernière est particulièrement intéressante car cettetarentule possède une coloration violette surprenante.Trouvée au cœur de la forêt amazonienne, le nom de cetteespèce signifie « énorme », le corps de l’araignée faisant Pamphobeteus grandisplus de 6 cm de long.la cyriocosmus nogueiranetoi © roGerio bertaniD’autres nouvelles espèces de tarentules comprennent laCyriocosmus nogueiranetoi du Rio Branco, dans l’Etatd’Acre 72 . L’espèce brun-rouge, officiellement décriteen 2005, possède un motif inhabituel sur son dos : cinqpaires de « rayures tigrées » claires.Les espèces du genre Avicularia ou « à pieds roses »,possèdent des coussinets roses très caractéristiques.L’araignée à pieds roses et reflets bleu-vert (Aviculariageroldi), appelée ainsi car elle est bleue avec un refletmétallique, a été trouvée dans les régions amazonienne duVenezuela et du Brésil73,74.D’après les experts, cette araignée est rapide mais nonagressive. Une caractéristique essentielle des espèces dugenre Avicularia est leur préférence pour le saut et la fuiteaussi rapidement que possible lorsqu’elles sont menacées.Parfois, elles envoient un jet d’excréments vers la menaceperçue qui peut atteindre avec précision une cible se trouvantjusqu’à un mètre de distance. Cyriocosmus nogueiranetoi (femele)Amazonie vivante page 46
    • la mygale à « crochets bleus » La mygale à « crochets bleus » (Ephebopus cyanognathus) © KeeGan roWlinson est une araignée d’apparence remarquable. Découverte en Guyane Française en 2000, cette espèce est entièrement marron à l’exception de ses deux crochets bleus vifs75. Les araignées Avicularia et Ephebopus sont considérées comme étant des consommatrices d’oiseaux. Ephebopus cyanognathus le dauphin bolivien de rivière La forêt tropicale amazonienne est aussi célèbre pour ses Elle est adaptée pour creuser le sol, fait deux ou trois nombreuses espèces de fourmis. Certains scientifiques millimètres de long, est pâle, ne possède pas d’yeux et est estiment que 15% de la biomasse animale de l’Amazonie se pourvue de larges mandibules, dont le Dr. Rabeling et ses compose de fourmis76. 43 espèces de fourmis ont été trouvées collègues pensent qu’ils lui servent à capturer des proies. dans un seul arbre amazonien, à peu près le même nombre D’après les scientifiques, cette découverte révèle l’existence que la totalité des espèces en Allemagne77. de nombreuses espèces, de toute apparence d’une grande Une nouvelle espèce de fourmi prédatrice aveugle et importance en matière d’évolution, encore cachées dans le souterraine a été décrite en Amazonie brésilienne en sol du reste de la forêt tropicale amazonienne non explorée. 2008. Elle appartient au premier nouveau genre de fourmis Rabeling déclare que sa découverte aidera les biologistes vivantes découvert depuis 1923 et il est probable qu’elle à mieux comprendre la biodiversité et l’évolution des soit un descendant direct des toutes premières fourmis fourmis qui sont des insectes nombreux et écologiquement qui se sont développées sur terre il y a plus de 120 millions importants80. d’années78. Bien qu’il ne s’agisse pas de la découverte d’une nouvelle Le Dr. Christian Rabeling, un scientifique de l’Université espèce, il est toutefois fascinant qu’en 2009 les scientifiques d’Austin au Texas, a collecté le seul spécimen connu de la aient trouvé que l’espèce de fourmis coupeuses de feuilles, nouvelle espèce de fourmi en 2003 dans une litière de feuilles Mycocepurus smithii ne comporte que des femelles81. de la zone Empresa Brasileira de Pesquisa Agropecuária à Survivant dans un monde sans mâles, les fourmis ont évolué Manaus au Brésil. pour se reproduire uniquement lorsque les reines se clonaient. La nouvelle fourmi a été appelée Martialis heureka, ce que Aucun mâle de cette espèce n’a jamais été trouvé. D’après les l’on peut traduire grossièrement par « fourmi de Mars » car experts, cette reproduction asexuée et ce comportement de elle présente une combinaison de caractéristiques jamais clonage uniques rend aussi l’espèce sensible à l’extinction. consignée auparavant. Il a trouvé la fourmi pâle et sans yeux sur un coup de© christian rabelinGi chance. Un soir, alors qu’il faisait presque nuit, il était assis dans la forêt prêt à rentrer chez lui. Il a aperçu une fourmi blanche étrange qui marchait sur la litière de feuilles et, ne la reconnaissant pas, il l’a conservé dans une des petites fioles qu’il transportait toujours dans sa poche. Une fois chez lui, il était fatigué et a oublié la fourmi. Trois jours plus tard, il trouva le spécimen dans une poche de son pantalon. C’est alors qu’il réalisa qu’il avait trouvé quelque chose d’extraordinaire79. récit de la découverte, fait dans le dernier ouvrage Martialis heureka de la primatologue Jane Goodall Amazonie vivante page 47
    • l’AmAzonie menAcéeLes incendies et la déforestation vont de pair en Amazonie.La terre est brûlée afi n de la débarrasser des pâturages etdes cultures.Au moins 17% de la forêt amazonienne a déjà été détruite.
    • © brent stirton / Getty imaGes / WWF-UKi
    • l’AmAzonie Les incendies et la déforestation vont de pair en Amazonie. La terre est brûlée afin d’être convertie en pâturages et en cultures. menAcée Au moins 17% de la forêt amazonienne a déjà été détruite. Malgré son importance, l’Amazonie est de plus en plus fragilisée. La forêt tropicale la plus grande du monde est déboisée pour le bétail et les cultures. De façon générale, par rapport aux autres forêts tropicales dans le monde, l’Amazonie est en assez bon état. Cependant, alors que l’Amazonie possède encore 83% de ses écosystèmes naturels82, le tableau change rapidement. Une combinaison désastreuse de menaces affaiblit de plus en plus la connectivité de l’Amazonie. De plus en plus d’espèces endémiques font l’objet de vagues d’exploitation des ressources. Après des siècles de perturbations humaines réduites, au moins 17%, soit presque 930 000 km², des forêts apparemment sans limite de l’Amazonie ont été détruites en seulement 50 ans83. Il s’agit d’une région plus grande que le Venezuela ou encore de deux fois la taille de l’Espagne. La principale cause de cette transformation est l’expansion rapide des marchés régionaux et mondiaux de la viande, du soja et des agrocarburants. Ceux-ci ont fait augmenter la demande de terres. Dans presque chaque région de l’Amazonie, l’élevage extensif est la cause numéro un de la déforestation84. Sur les 930 000 km² de forêt débroussaillée en Amazonie avant 2000, 80% ont été remplacés par des pâturages. Parmi la demande domestique et étrangère de bœuf en augmentation, le nombre des élevages en Amazonie a plus que doublé atteignant 57 millions depuis 1990. Le Brésil est un géant en matière d’agriculture et d’élevage en ranch. En termes de production de bétail, le Brésil possède 84% de pâturage et 88% des troupeaux de l’Amazonie. Les autres plus gros producteurs sont le Pérou et la Bolivie85. En 2003, le Brésil a dépassé l’Australie en tant que plus grand exportateur de bœuf. La région d’élevage où se produit la croissance la plus forte est l’Amazonie, où les troupeaux brésiliens se développent à un rythme annuel de 9% par rapport à un taux de croissance de 6% du troupeau national86,87. Le résultat a été une croissance surprenante de l’élevage industriel en Amazonie brésilienne. De 2004 à 2008, l’offre de bœufs tués dans les états amazoniens du Mato Grosso, Pará, Rondônia et Tocantins a augmenté rapidement passant de 107 tonnes, d’une valeur de 155 millions de dollars, à 494 tonnes, d’un montant de 1,1 milliard de dollars88.De 2004 à 2008, l’offre de bœufstués dans les états amazoniens Au-delà de la conversion des forêts, l’élevage en ranch est la principale cause d’inondationsdu Mato Grosso, Pará, en plaines dans l’Amazonie89. Avec les pratiques agricoles, cela entraîne une érosionRondônia et Tocantinsa augmenté rapidement passant importante du sol et l’envasement des fleuves ainsi qu’une pollution aquatique par lesde 107 tonnes à 494 tonnes. matières fécales issues du bétail et l’utilisation d’engrais chimiques90,91. Le second facteur le plus important de transformation est l’expansion des surfaces cultivées. Par opposition à l’élevage en ranch, l’agriculture en Amazonie est très diverse. à un bout de l’éventail, on trouve une agriculture de subsistance à petite échelle, produisant des cultures comme le manioc, les haricots, le riz, le maïs, le café, les bananes et d’autres fruits de subsistance. à l’autre extrémité, et sans conteste avec le plus fort impact, se trouvent les secteurs agro-industriels, qui ont tendance à se développer rapidement en Amazonie, surtout au Brésil et en Bolivie. Le Brésil est l’exportateur numéro un au monde de jus d’orange, d’éthanol, de sucre, de café et de soja92. L’investissement important du Brésil dans le secteur agro-industriel s’est étendu à tout le pays et en particulier en Amazonie. La production de soja en Amazonie brésilienne a triplé, passant de deux millions à plus de six millions d’hectares de 1990 à 2006. D’autres cultures comme la canne à sucre et l’huile de palme pour les biocarburants ainsi que le coton et le riz se développent aussi en Amazonie.Amazonie vivante page 50
    • © maUri raUtKari / WWF-canonle bétail broute entre les troncs brûlés de l’Amazonie brésilienne. Le bétail des ranchs est la cause principale de ladéforestation en Amazonie. Amazonie vivante page 51
    • La culture de la coca pour la production de cocaïne a contribué de façon importante à la transformation des forêts sur le versant supérieur du bassin amazonien et les pentes est des Andes en Colombie, au Pérou et en Bolivie. La culture de plantes illégales a été responsable de la moitié de la déforestation en Colombie en 199893. L’élevage en ranch et l’agriculture sont les deux menaces les plus graves auxquelles l’Amazonie fait face aujourd’hui. L’abattage d’arbres est la première activité dans une nouvelle région et des routes sont créées pour accéder à des réserves éloignées de bois. Ensuite, dans certaines régions, les paysans dotés de faibles moyens abattent la forêt le long des routes avant brûlage. Les propriétaires de ranch arrivent ensuite, achètent ces parcelles plus petites, les rassemblent en des ranchs plus grands, poussant les petits paysans plus en avant dans la forêt. Une fois les pâturages épuisés, si la terre convient à l’agriculture, elle est rachetée par des paysans plus importants. Les pâturages épuisés sont souvent mis en jachère ou abandonnés comme des terres vides. Dans d’autres domaines, c’est le développement de l’agriculture à grande échelle qui se réserve des terres auparavant destinées aux pâturages. Il s’agit d’un cycle alimenté particulièrement par les producteurs de soja qui achètent ces terres épuisées aux propriétaires L’élevage en ranch et l’agriculture de ranch. Cela permet aux producteurs de soja d’étendre leurs terres sans avoir recours sont les deux menaces à des prêts coûteux. La spéculation foncière et la propriété incertaine des terres sont aussi les plus graves auxquelles des facteurs sous-jacents. l’Amazonie fait face aujourd’hui. L’élevage et l’agriculture intensif s’accompagne d’un ensemble d’autres menaces grandissantes comme les coupes rases, les changements climatiques, les transports lourds et les projets d’infrastructures énergétiques, principalement hydrauliques à grande échelle, et dans une moindre mesure l’exploitation minière. En 2000, 90% de l’énergie du Brésil était fournie par l’énergie hydroélectrique et son réseau de barrages se développe maintenant afin de répondre aux besoins en énergie du Brésil. Les barrages peuvent entraîner une perte de biodiversité et d’habitat et avoir un impact sur les pêcheries et entraîner une érosion des rives et des côtes. Ils peuvent aussi interrompre plusieurs étapes du cycle de vie des poissons : ponte et croissance. De nombreux poissons de l’Amazone migrent, ce qui implique de longs voyages sans obstacle sur de grandes distances du fleuve jusqu’aux lieux de ponte. En plus d’entraîner la déforestation lors de leur construction, les projets d’infrastructures de transports s’enfoncent encore plus en Amazonie, permettant à d’autres activités non durables de se développer dans d’anciennes régions sauvages. L’initiative en faveur de l’intégration des infrastructures régionales en Amérique du Sud (IIRSA) est un effort courageux des gouvernements d’Amérique du Sud pour construire un nouveau réseau d’infrastructures pour le continent, comprenant des routes, des canaux, des ports et des interconnexions énergétiques et de communications. La transformation économique de l’Amazonie parvient à un équilibre et pourtant, alors que ces forces gagnent en puissance, nous réalisons aussi que l’Amazonie joue un rôle crucial dans le maintien et la régulation des fonctions climatiques au niveau régional et mondial. C’est une contribution dont tous, riches ou pauvres, à Manaus 0,5 milliArd ou Paris, dépendent. La canopée amazonienne aide à réguler la température et l’humidité et est intrinsèquement liée aux schémas climatiques régionaux par les cycles hydrologiques qui dépendent des forêts. de tonnes de cArbone Étant donné la quantité énorme de carbone stockée dans les forêts amazoniennes, il sont relAchées en existe un énorme potentiel de modification du climat mondial si les forêts ne sont pasAmAzonie PAr An à cAuse correctement gérées94. Actuellement, la transformation des terres et la déforestation en de lA trAnsformAtion Amazonie relâche jusqu’à 0,5 milliard de tonnes de carbone par an, sans tenir compte des terres et des émissions des feux de forêts. de lA déforestAtion Comme un cercle vicieux, les changements du climat mondial et régional exacerbent la dessiccation et la sécheresse des habitats et multiplient les incendies dans toute l’Amazonie. Amazonie vivante page 52
    • le nombre d’esPèces Les précipitations et du climat s’en trouveront changés ce qui souligne l’importance locale, considérées comme régionale et mondiale de l’Amazonie95. L’augmentation des températures et la baisse des précipitations suite au changement grAvement menAcées, climatique exacerberont ces tendances. Elles pourraient aussi conduire à un « point demenAcées ou vulnérAbles non retour » si l’écosystème de la forêt tropicale humide disparaissait et était remplacé surdAns chAque PAys d’APrès de vastes régions par un mélange de savanes et de paysages semi-arides96. Les implications de ce changement massif de l’écosystème pour la biodiversité, le climat mondial et les lA liste rouge vies humaines seraient considérables. Les forêts amazoniennes contiennent entre 90 et de l’iucn (2009) : 140 milliards de tonnes de carbone. N’en relâcher ne serait-ce qu’une partie accélèrerait 159 en bolivie, le réchauffement climatique de façon considérable. En plus des 30 millions d’individus, un dixième des espèces connues de la terre vivent à cet 769 Au brésil, endroit. Ils dépendent tous des ressources et des services de l’Amazonie. Tout comme des millions d’autres, en Amérique du Nord et en Europe, qui vivent toujours sous l’influence climatologique importante de l’Amazonie. 658 en colombie, Pour les nombreuses différentes espèces de la région, la combinaison de ces pressions pousse de nombreuses populations au bord de l’extinction. L’impact de l’activité humaine 2 211 en equAteur, sur la diversité unique de la région est dévastateur : dans les États de l’Amazonie, 4800 espèces sont considérées comme menacées selon la Liste rouge de l’IUCN97. L’avenir de l’Amazonie dépend des écosystèmes et des services que ceux-ci fournissent 56 en guyAne frAnçAise, lorsqu’ils sont gérés de façon durable. Les gouvernements de la région reconnaissent l’importance du développement durable en Amazonie pour la biodiversité, la vie et l’eau 69 Au guyAnA, et s’engagent activement dans un travail de conservation des écosystèmes. Ils ont préparé des stratégies nationales de développement durable, créé des agences de protection de l’environnement, légiféré afin de protéger l’environnement et signé de nombreux accords 545 Au Pérou, et traités environnementaux au niveau international et régional. En 2009, le gouvernement brésilien a annoncé que le taux de déforestation en Amazonie 65 Au surinAm avait chuté de 45% ; le plus faible enregistré depuis que le début du suivi il y a 21 ans. D’après les derniers chiffres annuels, un peu plus de 7000 km² ont été détruits entre juillet 2008 et août 2009, à comparer aux 12,911 km² de l’année précédente. Il faut ajouter, de plus, 268 Au venezuelA. la volonté politique du gouvernement brésilien de réduire la déforestation en Amazonie de 80% entre 2006 et 2020 au titre de la lutte contre le changement climatique.les chiffres rePrésententle nombre totAl d’esPèces © brent stirton / Getty imaGes / WWF-UK menAcées dAns les étAts AmAzoniens et Au-delà du biome AmAzonien. Un producteur de noix du Brésil du Pérou montre sa récolte. Les noix du Brésil font partie des nombreux produits de la forêt qui peuvent être récoltés de façon durable et fournissent un revenu aux habitants locaux. Amazonie vivante page 53
    • © niGel dicKinson / WWF-canon Une amérindienne Yanomami tresse un panier traditionnel. L’Amazonie est le lieu de vie de plus de 320 groupes autochtones. Amazonie vivante page 54
    • conclusion La protection de l’Amazonie est essentielle pour l’avenir de l’humanité. Les nombreuses menaces auxquelles l’Amazonie est confrontée augmentent la pression sur les ressources naturelles et les services environnementaux dont dépendent des millions de personnes. Ces principales menaces sont liées en dernier lieu aux forces du marché mondial ainsi que des pratiques quotidiennes de ceux qui dépendent de l’Amazonie pour ses biens et services. L’Amazonie influence les schémas météorologiques mondiaux et aide à stabiliser le climat de la planète. Il est donc vital de protéger les forêts amazoniennes si nous voulons lutter contre le changement climatique. Toute évolution en Amazonie doit être gérée de façon globale et durable afin que ses principaux attributs et fonctions écologiques soient conservés. Historiquement, chaque pays de la région n’a tenu compte que de la partie de l’Amazonie se trouvant dans ses frontières nationales, s’occupant des avantages qu’elle apporte à ses citoyens. Cela a eu pour conséquence l’élaboration d’une politique fragmentée et une surexploitation contrôlée des biens et services de l’Amazonie. Elle a aussi influencé la viabilité de la région dans son ensemble. Les conséquences négatives de cette approche sont exacerbées par la croissance des principaux secteurs comme l’agriculture et l’énergie. Ces secteurs économiques se développent en réaction à la demande mondiale. Ils dépendent des investissements dans le développement des infrastructures comme ceux contenus dans l’IIRSA. Ce sont des forces qui forment actuellement la base de l’« intégration » de l’Amazonie dans les économies nationales et mondiales. Ils génèrent un revenu à court terme et améliorent les indicateurs macro-économiques nationaux. Mais la considération2,7 de Personnes de millions des coûts environnementaux et sociaux de ces évolutions doit être incluse dans la planification de ce développement. Dans le monde entier, les impacts environnementaux et sociaux du développement non durable sont fréquemment supportés par des groupes marginalisés ou minoritaires Plus de 320 grouPes au sein de la société, particulièrement les peuples autochtones et les communautés rurales. indigènes déPendent L’Amazonie n’est pas une exception. La protection de l’Amazonie, premièrement, est cruciale des richesses pour la survie de 2,7 millions de personnes de plus de 320 groupes amérindiens qui ont de l’AmAzonie été dépendants de ses richesses durant des siècles. Étant donné ce contexte, le destin de l’Amazonie dépend d’un changement important dans la façon dont le développement est actuellement accueilli par les pays amazoniens. Il est vital que l’Amazonie soit gérée de façon globale et durable. La gestion responsable de l’Amazonie est cruciale pour aider le monde à lutter contre les changements climatiques. Dans ce sens, il relève aussi de l’intérêt personnel à long terme des individus et des sociétés de la planète que de protéger la santé de l’Amazonie. La vision du WWF pour une Amazonie vivante Pendant des siècles, l’Amazonie a été perçue comme une région exotique qui devait être dominée et comme une source infinie de ressources à exploiter. Aujourd’hui, l’Amazonie et bon nombre de ses fonctions vitales sont essentiels à la survie de l‘humanité, au moment où les demandes énormes des individus à l’égard de la terre dépassent sa capacité à les assurer. Alors, protéger la forêt tropicale la plus vaste de la planète n’est pas seulement une priorité pour les pays de l’Amazonie mais c’est aussi un devoir mondial. Amazonie vivante page 55
    • Grâce à l’initiative Amazonie vivante, le WWF collabore avec les acteurs nationaux et régionaux des huit pays et d’un territoire ultra-marin afin de créer les conditions permettant la protection et le développement durable de l’Amazonie. La vision du WWF pour une Amazonie vivante est « un biome amazonien écologiquement sain qui conserve ses contributions environnementales et culturelles au profit des peuples locaux, des pays de la région et du monde dans un cadre d’égalité sociale, de développement économique inclusif et de responsabilité mondiale ». Nous soutenons cette vision en développant des partenariats forts et de grande portée avec les gouvernements, la société civile et le secteur privé afin de parvenir à ce qui suit : - les gouvernements, les habitants locaux et la société civile dans la région partagent une vision générale de la protection et d’un développement durable sur le plan écologique, économique et social ; - les écosystèmes naturels sont évalués correctement en fonction des biens et services qu’ils fournissent et de la diversité des formes de vies qu’ils entretiennent ; - les droits de propriété et l’accès à la terre et aux ressources sont planifiés, définis et appliqués afin de parvenir à cette vision de la protection et du développement ; - l’agriculture et l’élevage se pratiquent dans le respect des dispositions légales et des bonnes pratiques de gestion sur des terres appropriées ; - le développement des transports et des infrastructures énergétiques est planifié, conçu et appliqué afin de minimiser l’impact sur les écosystèmes naturels, les ruptures de continuité hydrologique et l’appauvrissement de la diversité tant biologique que culturelle. Dans le cadre de notre initiative, le WWF, l’IUCN, l’Organisation du Traité de Coopération de l’Amazonie et le Secrétariat de la Convention sur la Biodiversité (CBD) ainsi que de nombreuses organisations soutiennent le Réseau d’Aires Protégées (REDPARQUES) pour l’élaboration d’une vision de conservation des zones protégées pour l’Amazonie. Cette vision s’appuiera sur les stratégies de conservation et les systèmes de zones protégées existantes dans chacun des pays de l’Amazonie. Elle contribuera au respect des engagements pris dans le cadre de la Convention sur la biodiversité, en particulier, son programme de travail sur les zones protégées. En Amazonie, « le tout est plus que la somme des parties ». Face aux menaces grandissantes, seule une vision globale permettra de préserver sur le long terme l’intégrité, les fonctionnalités et les capacités d’évolution de l’écosystème amazonien. Pour Plus d’informAtion sur l’initiAtive AmAzonie vivAnte du WWf, PAndA.org/AmAzonAmazonie vivante page 56
    • © niGel dicKinson / WWF-canonLes indiens Yanomami sont très affectés par les incendies de la forêt amazonienne et essayent tant bien que mal deconserver leur mode de vie traditionnel. Amazonie, Brésil. Amazonie vivante page 57
    • sources 1 Nepstad, D. 2007. The Amazon’s Vicious Cycles. Drought and Fire in the Greenhouse. Rapport au World Wide Fund for Nature (WWF), Gland, Switzerland. 2 Goulding, M. Barthem, R. and Ferreira, E. 2003. The Smithsonian Atlas of the Amazon. Smithsonian Books, Washington DC. 3 COICA (Coordinateur des Organisations Indigènes du Bassin Versant Amazonien), 2004 – Returning to the Maloca – Amazon Indigenous Agenda. www.coica.org.ec/ingles/aia_book/present03.html 4 Olson, DM. Dinerstein, E. Abell, R. Allnutt, T. Carpenter, C. McClenachan, L. D’Amico, J. Hurley, P. Kassem, K. Strand, H. Taye, M. and Thieme, M. 2000. The Global 200 : a representation approach to conserving the Earth’s distinctive ecoregions. Science Program, World Wildlife Fund-US, Washington DC. 5 UNESCO World Heritage Centre. 6 Birdlife International. 7 Da Silva, JMC. Rylands, AB. da Fonseca, GAB. 2005. The Fate of the Amazonian Areas of Endemism. Conservation Biology 19 (3), pp 689-694. 8 Ibid. 9 Tobin, JE. 1994. Ants as primary consumers: Diet and abundance in Formicidae. Pp 279-307. In Hunt, JH. and Nalepa, CA. (eds.) Nourishment and Evolution in Insect Societies. Westview Press, Boulder, Colorado. 10 Schaan, DP. 2008. A Amazônia antes do Brasil. In Scientific American -– Brasil. Coleção Amazônia, Vol. I Origens, 28-35. 11 Valencia, R. Balslev, H. and Paz y Mino, G. 1994. High tree alpha-diversity in Amazonian Equateur. Biodiversity and Conservation 3: 21-28. 12 Davis, SD. Heywood, VH. Herrera-MacBryde, O. Villa-Lobos, JL. and Hamilton, AC. (eds.), 1997. Centres of Plant Diversity. A Guide and Strategy for their Conservation. Vol. 3: The Americas. IUCN Publications Unit, Cambridge. 13 Fleischmann, A. Wistuba, A. and McPherson, S. 2007. Drosera solaris (Droseraceae), a new sundew from the Guayana Highlands. Willdenowia 37(2): 551-555. 14 Ibid. 15 Noblick, L. 2004. Palms (1999+). 48(3): 111 ((109-116; figs. 1-6). 2004 [3 Sep 2004]. 16 Noblick, L. Pers comm. 23 November 2009. 17 Rivadavia, F. Vicentini, A. and Fleischmann, A. 2009. A new Species of sundew (Drosera, Droseraceae), with water-dispersed seed, from the floodplains of the northern Amazon basin, Brasil. Ecotropica 15 : 13-21. 18 Ibid. 19 Lundberg, JG. and Akama, A. 2005. Brachyplatystoma capapretum: a new Species of Goliath catfish from the Amazon basin, with a reclassification of allied catfishes (Siluriformes: Pimelodidae). Copeia (3):492-516. 20 Burgess, WE. 1989. An atlas of freshwater and marine catfishes. A preliminary survey of the Siluriformes. TFH Publications, Inc, Neptune City, New Jersey (USA). 784 p. 21 Willink, PW. Chernoff, B. Machado-Allison, A. Provenzano, F. and Petry, P. 2003. Aphyocharax yekwanae, a new Species of bloodfin tetra (Teleostei: Characiformes : Characidae) from the Guyana Shield of Venezuela. Ichthyol. Explor. Freshwat, 14(1) : 1-8.Amazonie vivante page 58
    • 22 Römer, U. and Hahn, I. 2008. Apistogramma barlowi sp. N.: description of a new faculative mouth-breeding cichlid Species (Teleostei: Perciformes: Geophaginae) from Northern Peru., Vertebrate Zoology 58(1) : 49-66.23 Albert, JS. and Crampton, WGR. 2009. A new Species of electric knifefish, genus Compsaraia (Gymnotiformes: Apteronotidae) from the Amazon River, with extreme sexual dimorphism in snout and jaw length. Systematics and Biodiversity 7 (1) : 81-92.24 Shibatta, OA. Muriel-Cunha, J. and De Pinna, MCC. 2007. A new subterranean Species of Phreatobius Goeldi, 1905 (Siluriformes, Incertae Sedis) from the southwestern Amazon basin. Papéis Avulsos de Zoologia 47(17) : 191-201.25 Birindelli, JL. Pers comm. 30 November 2009.26 Olson, DM. Dinerstein, E. Abell, R. Allnutt, T. Carpenter, C. McClenachan, L. D’Amico,J. Hurley, P. Kassem, K. Strand, H. Taye, M. and Thieme, M. 2000. The Global 200 : a Representation approach to conserving the Earth’s distinctive ecoregions. Science Program, World Wildlife Fund-US, Washington DC.27 Merckx, A. Jégu, M. and Mendes Dos Santos, G. 2000. Une nouvelle espèce de Serrasalmus (Teleostei : Characidae : Serrasalminae), S. altispinis n. sp., décrite du rio uatumã (Amazonas, Brésil) avec une description complémentaire de S. rhombeus (Linnaeus, 1766) du plateau Guyanais. Cybium 24(2):181-201.28 Jégu, M. Keith, P. and Belmont-Jégu, E. 2002. Une nouvelle espèce de Tometes (Teleostei : Characidae: Serrasalminae) du Bouclier Guyanais, Tometes lebaili n. sp. Bull. Fr. Pêche Piscic. 364: 23-48.29 Jégu, M. Mendes dos Santos, G. and Belmont-Jégu, E. 2002. Tometes makue n. sp. (Characidae: Serrasalminae), une nouvelle espèce du bouclier guyanais décrite des bassins du Rio Negro (Brésil) et de l’Orénoque (Venezuela). Cybium 26(4):253-274.30 Jegu, M. Pers comm. 1 December 2009.31 Brown, JL. Twomey, E. Pepper, M. and Rodriguez, MS. 2008. Revision of the Ranitomeya fantastica Species complex with description of two new Species from Central Peru (Anura : Dendrobatidae). Zootaxa, 1823: 1-24.32 Ibid.33 Brown, JL. and Twomey, E. 2009. Complicated histories: three new Species of poison frogs of the genus Ameerega (Anura: Dendrobatidae) from north-central Peru. Zootaxa 2049 : 1-38.34 Myers, CW. Daly, JW. and Malkin, B. 1978. A dangerously toxic new frog (Phyllobates) used by Embera Indians of western Colombie, with discussion of blowgun fabrication and dart poisoning. Bull. Amer. Mus. Nat. Hist. 161 (2) : 307-366.35 Guayasamin, JM. Bustamante, MR. Almeida-Reinoso, D. and Funk, CW. 2006. Glass frogs (Centrolenidae) of Yanayacu Biological Station, Equateur, with the description of a new Species and comments on centrolenid systematics. Zoological Journal of the Linnean Society of London, 147, 489-513.36 Guayasamin, JM. 2008. Nymphargus wileyi. In: IUCN 2009. IUCN Red List of Threatened Species. Version 2009.2. www.iucnredlist.org. Downloaded on 3 December 2009.37 Ouboter, P. Pers comm. 6 November 2009.38 Schulte, R. 1999. Pfeilgiftfro sche ‘Artenteil – Peru’. INBICO, Wailblingen, Germany.39 Icochea, J, Angulo, A, Jungfer, K-H, 2004. Ranitomeya amazonica. In : IUCN 2009. IUCN Red List of Threatened Species. Version 2009.2. www.iucnredlist.org. Downloaded on 1 December 2009. Amazonie vivante page 59
    • 40 Morato de Carvalho, C. 2002. Descrição de uma nova espécie de Micrurus do Estado de Roraima, Brasil (Serpentes, Elapidae). Papéis Avulsos de Zoologia, Museu de Zoologia da Universidade de São Paulo 42(8):183-192. 41 Lamar, WW, 2003. A new Species of slender coralsnake from Colombie, and its clinal and ontogenetic variation (Serpentes, Elapidae: Leptomicrurus). Rev. Biol. Trop. 51 (3-4) : 805-810. 42 Zaher, H. Oliveira, ME. and Franco, FL. 2008. A new, brightly coloured Species of Pseudoboa Schneider, 1801 from the Amazon Basin (Serpentes, Xenodontinae). Zootaxa 1674 : 27-37 (2008). 43 Philippe, J. and Kok, R. 2006. A new snake of the genus Atractus Wagler, 1828 (Reptilia: Squamata : Colubridae) from Kaieteur National Park, Guyana, north eastern South America. Zootaxa 1378 : 19-35. 44 Passos, P. Borges Fernandes, R. and Nojosa, DM. 2007. A New Species of Atractus (Serpentes: Dipsadinae) from a relictual Forest in North eastern Brésil. Copeia 2007 (4) : 788-797. 45 Silva Haad, JJ. 2004. The snakes of the genus Atractus Wagler, 1828 (Colubridae; Xenodontinae) in the Colombien Amazon. Journal of the Colombien Academy of Exact, Physical and Natural (108): 409-446. 46 McCord, WP. Mehdi, JO. and Lamar, WW. 2001. A taxonomic re-evaluation of Phrynops (Testudines: Chelidae) with the description of two new genera and a new Species of Batrachemys. Rev. Biol. Trop., 49 (2) : 715-764. 47 Dirksen, L. 2002. Anakondas: monographische revision der Gattung Eunectes Wagler, 1830 (Serpentes, Boidae). Natur und Tier Verlag, Münster, 192 pp. 48 Dirksen, L. and Böhme, W. 2005. Studies on anacondas III. A reappraisal of Eunectes beniensis Dirksen, 2002, from Bolivie, and a key to the Species of the genus Eunectes Wagler, 1830 (Serpentes : Boidae). Russian Journal of Herpetology 12 (3) : 223-229. 49 Whittaker, A. 2002. A new Species of forest-falcon (Falconidae : Micrastur) from south eastern Amazonia and the rain forests of Brésil. Wilson Bulletin, 114, 421-445. 50 Lane, DF. Servat, GP. Thomas Valqui, HA. and Lambert, FR. 2007. A Distinctive New Species of Tyrant Flycatcher (Passeriformes : Tyrannidae: Cnipodectes) From Southeastern Peru. The Auk Volume 124, Issue 3 (July 2007). 51 Tobias, JA. Lebbin, DJ. Aleixo, A. Andersen, MJ. Guilherme, E. Hosner, PA. and Seddon, N. 2008. Distribution, Behavior, And Conservation Status of The Rufous Twistwing (Cnipodectes Superrufus). The Wilson Journal of Ornithology 120(1) : 38-49, 2008. 52 Nepstad, D. Carvalho, G. Barros, A. Alencar, A. Capobianca, J. Bishop, J. Moutinho, P, Lefebvre, P. Lopes, SU. and Prins, E. 2001. Road paving, fire regime feedbacks, and the future of Amazon forests. Forest Ecology and Management 154 : 395-407. 53 Conover, T. 2003. Peru’s long haul : highway to riches or ruin. National Geographic June : 80-111; Tobias, JA and Brightsmith, DJ, 2007. Distribution, ecology and conservation status of the Blueheaded Macaw Primolius couloni. Biological Conservation 139:126-138. 54 Bystriakova, N. Kapos, V. and Lysenko, I. 2004. Bamboo biodiversity. UNEP-WCMC/ INBAR, Cambridge, United Kingdom. 55 Whitney, BM. and Alvarez, J. 2005. A New Species of Gnatcatcher from White-Sand Forests of Northern Amazonian Peru with Revision of the Polioptila guianensis Complex. The Wilson Bulletin, Vol. 117, No. 2 (Jun., 2005), pp. 113-127. 56 BirdLife International 2008. Polioptila clementsi. In: IUCN 2009. IUCN Red List of Threatened Species. Version 2009.1. Downloaded on 27 October 2009.Amazonie vivante page 60
    • 57 Whitney, BM. and Alvarez, J. 2005. A New Species of Gnatcatcher from White-Sand Forests of Northern Amazonian Peru with Revision of the Polioptila guianensis Complex. The Wilson Bulletin, Vol. 117, No. 2 (Jun., 2005), pp. 113-127.58 Alonso, JA. Whitney, BM. 2001. A new Zimmerius tyrannulet (Aves: Tyrannidae) from white sand forests of northern Amazonian Peru. The Wilson Bulletin 2001, vol. 113, no1, pp. 1-9.59 Gaban-Lima, R. Raposo, MA. and Hofling, E. 2002. Description of a New Species of Pionopsitta (Aves: Psittacidae) Endemic to Brésil. The Auk 119(3):815-819, 2002.60 Ibid.61 Ibid.62 BirdLife International 2008. Gypopsitta aurantiocephala. In : IUCN 2009. IUCN Red List of Threatened Species. Version 2009.1. Downloaded on 27 October 2009.63 Silviera, LF. de Lima, FCT. and Höfling, E. 2005. A new Species of Aratinga Parákeet (Psittaciformes:Psittacidae) from Brésil, with taxonomic remarks on the Aratinga solstitialis complex. The Auk 122:292-305.64 Ibid.65 Whittaker, A. Pers comm. 21 October 2009.66 Ibid.67 Voss, RS. and Da Silva, MNF. 2001. Revisionary Notes on Neotropical Porcupines (Rodentia : Erethizontidae). 2. A Review of the Coendou vestitus Group with Descriptions of Two New Species from Amazonia. American Museum Novitates, Number 3351, 36 pp.68 Van Roosmalen, MGM. van Roosmalen, T. Mittermeier, RA. and Rylands, AB. 2000. Two new Species of marmoset, genus Callithrix Erxleben, 1777 (Callitrichidae, Primates), from the Tapajos/ Madeira interfluvium, south central Amazonia, Brésil. Neotropical Primates. Vol. 8(1), 2-18.69 Lewinsohn, TM. and Prado, PI. 2005. How Many Species Are There in Brésil? Conservation Biology. Volume 19 (3), 619.70 Platnick, NI. 2009. The World Spider Catalog. Version 10.0. American Museum of Natural History.71 Bertani, R. Fukushima, CS. and da Silva Jr, PI. 2008. Two new Species of Pamphobeteus Pocock 1901 (Araneae : Mygalomorphae : Theraphosidae) from Brésil, with a new type of stridulatory organ. Zootaxa 1826 : 45-58.72 Fukushima, CS. Bertani, R. and da Silva, Jr, PI. 2005. Revision of Cyriocosmus Simon, 1903, with notes on the genus Hapalopus Ausserer, 1875 (Araneae: Theraphosidae). Zootaxa 846 : 1-31.73 Tesmoingt, M. 1999. Description de Avicularia geroldi n. sp (Ile de Santana-Bresil) (Araneae: Theraphosidae: Aviculariinae). Arachnides 43 : 17-20.74 Van Overdijk, S. 2002. Geslaagd kweek Avicularia geroldi met. Tijdschrift van Vogelspinnen Vereniging Nederland 10 (34). 20 (3) : 73-77. 2/2 2002.75 West, RC. and Marshall, SD. 2000. Description of two new Species of Ephebopus Simon, 1892 (Araneae, Theraphosidae, Aviculariinae). Arthropoda 8(2) : 6-14.76 Fittkau, EJ. and Klinge, H. 1973. On biomass and trophic structure of the Central Amazonian rain forest ecosystem. Biotropica 5:2-14.77 Wilson, EO. 1987. Causes of ecological success : The case of the ants. Journal of Animal Ecology, 56 : 1-9.78 Rabeling, C. Brown, JM. Verhaagh, M. 2008. Newly discovered sister lineage sheds light on early ant evolution. Proc. Nat. Acad. Sci. 105 : 14913-14917. Amazonie vivante page 61
    • 79 Goodall, J. with Maynard, T. and Hudson, G. 2009. Hope for Animals and Their World : How Endangered Species Are Being Rescued from the Brink. Grand Central Publishing. 80 Rabeling, C. Brown, JM. Verhaagh, M. 2008. Newly discovered sister lineage sheds light on early ant evolution. Proc. Nat. Acad. Sci. 105: 14913-14917. 81 Himler AG. Caldera, EJ. Baer, BC. Fernández-Marín, H. Mueller, UG. 2009. No sex in fungus-farming ants or their crops. Proc Biol Sci. 2009 Jul 22;276 (1667):2611-6. 82 Nepstad, D. Olmeida, O. Rivero, S. Soares-Filho, B. and Nilo, Jr, J. 2008. Assessment of the Agriculture and Livestock Sectors in the Amazon and Recommendations for Action (Penultimate draft). 83 Ibid. 84 Ibid. 85 Ibid. 86 Nepstad, D. Stickler, C. and Almeida, O. 2006. Globalization of the Amazon soy and beef industries: opportunities for conservation. Conservation Biology Vol. 20 : 1595-1603. 87 Smeraldi, R. and May, PH. 2008. O Reino do Gado : uma nova fase da pecuarização da Amazônia. Amigos da Terra-Amazônia Brasileira, São Paulo, Brésil. 88 Ibid. 89 McGrath, T. and Olmeida, A. 2007. Amazon Fisheries : Status, Threats, and Conservation priorities. 90 Ibid. 91 Nepstad, D. Olmeida, O. Rivero, S. Soares-Filho, B. and Nilo Jr, J. 2008. Assessment of the Agriculture and Livestock Sectors in the Amazon and Recommendations for Action (Penultimate draft). 92 Ibid. 93 Alvarez, MD. 2005. Colombie, the Many Faces of War. European Tropical Forest Research Network News, 43-44, no. 05 : 63-65. 94 Nepstad, D. 2007. Climate Change and the Forest. The American Prospect, 18:A6. 95 Nepstad, D. 2007. The Amazon’s Vicious Cycles. Drought and Fire in the Greenhouse. A report for the World Wide Fund for Nature (WWF), Gland, Switzerland. 96 Ibid. 97 IUCN, 2009. IUCN Red List of Threatened Species. Version 2009.2. www. iucnredlist. org. Téléchargé le 2 décembre 2009.Amazonie vivante page 62
    • © niGel dicKinson / WWF-canonVue aérienne des rapides de Oncas, Sud du fleuve Amazone. Parc National de Juruena. Amazonie vivante page 63
    • © e. esteves pereira Bromelia araujoi Amazonie vivante page 64
    • AnneXes méthodologie Les nouvelles espèces décrites dans les revues scientifiques et validées par les comités consultatifs de pairs sont les seules à avoir été intégrées dans ce rapport. Ces nouvelles espèces ont été identifiées par des scientifiques d’un certain nombre d’institutions autour du monde, y compris des musées, des universités, des muséums, des services gouvernementaux ainsi que des organisations non gouvernementales. Le WWF a participé à quelques unes des nouvelles découvertes. De plus, il a assisté des scientifiques émanant d’autres insitutions en organisant la délivrance de permis de recherches, une assistance logistique et l’identification de lieux de recherche. Ce rapport présente une liste de nouvelles découvertes. Cette liste a été renseignée par diverses expéditions et des données collectées dans des bases de données scientifiques, annexes, rapports et revues scientifiques. Elle a ensuite fait l’objet de renseignements et de précisions supplémentaires au moyen d’échanges et de préconisations de la part des chercheurs. La liste ne se prétend aucunement exhaustive et ne constitue pas un enregistrement complet des nouvelles espèces découvertes dans le biome de l’Amazonie entre 1999 et 2009. De plus, beaucoup d’autres espèces qui pourront, en fin de parcours, apparaitre nouvelles à la science ont été rencontrées et collectées dans le biome de l’Amazonie au cours de la précédente décennie mais sont encore en cours de validation. Pour des raisons de crédibilité scientifique, ces espèces n’ont pas été incluses dans la liste. Amazonie vivante page 65
    • PlAntesEspèces Scientifiques Date LieuAcalypha simplicistyla Cardiel 2003 Région de Saint Martin, PérouAdiantum krameri Zimmer 2007 Guyane FrançaiseAdiantum windischii J Prado 2005 Acre,Amazonas,MatoGrossoetPará,BrésilAgeratina feuereri H.Rob. 2006 La Paz, BolivieAlatiglossum culuenense Docha Neto & Benelli 2006 Etat du Mato Grosso, BrésilAlchornea websteri Secco 2004 Prov. de Zamora Chinchipe, EquateurAldina amazonica M.Yu.Gontsch. & Yakovlev 2006 AmazonieAldina diplogyne Stergios & Aymard 2008 Bolivar, VenezuelaAldina microphylla M.Yu.Gontsch. & Yakovlev 2006 AmazonieAldina stergiosii M.Yu.Gontsch. & Yakovlev 2006 AmazonieAlstroemeria Paráensis Assis 2006 Etat de Pará, BrésilAnthurium ancuashii Croat & Carlsen 2004 AmazonieAnthurium apanui Croat 2005 AmazonieAnthurium atamainii Croat 2005 AmazonieAnthurium baguense Croat 2005 AmazonieAnthurium ceronii Croat 2005 Province de Napo, EquateurAnthurium chinimense Croat 2005 AmazonieAnthurium constrictum Croat & Carlsen 2004 Prov. de Zamora Chinchipe, EquateurAnthurium curicuriariense Croat 2005 AmazonieAnthurium diazii Croat 2005 AmazonieAnthurium galileanum Croat 2005 AmazonieAnthurium huampamiense Croat 2005 AmazonieAnthurium huashikatii Croat 2005 AmazonieAnthurium kayapii Croat 2005 Région de Loreto, PérouAnthurium kugkumasii Croat 2005 AmazonieAnthurium kusuense Croat 2005 AmazonieAnthurium leveaui Croat 2005 AmazonieAnthurium ligulare Croat 2005 Région de Loreto, PérouAnthurium mariae Croat & Lingán 2005 AmazonieAnthurium moonenii Croat & E.G.Gonç. 2005 Guyane FrançaiseAnthurium moronense Croat & Carlsen 2004 Prov. de Morona-Santiago, EquateurAnthurium mostaceroi Croat 2005 AmazonieAnthurium palacioanum Croat 2007 Province de Napo, EquateurAnthurium penae Croat 2005 AmazonieAnthurium pinkleyi Croat & Carlsen 2004 Province de Napo, EquateurAnthurium quipuscoae Croat 2005 AmazonieAnthurium rojasiae Croat 2005 AmazonieAnthurium shinumas Croat 2005 AmazonieAnthurium sidneyi Croat & Lingán 2005 Région de Loreto, PérouAnthurium ternifolium Croat & Carlsen 2004 Département de Pastaza, EquateurAnthurium tsamajainii Croat 2005 AmazonieAnthurium tunquii Croat 2005 AmazonieAnthurium yamayakatense Croat 2005 AmazonieArachis gregoryi Simpson, Krapov. & Valls 2005 Etat du Mato Grosso, BrésilArachis linearifolia Valls, Krapov. &Simpson 2005 Etat du Mato Grosso, BrésilArachis submarginata Valls, Krapov. & Simpson 2005 Etat du Mato Grosso, BrésilAristolochia kanukuensis Feuillet 2007 GuyanaArthrostylidium berryi Judziewicz & Davidse 2008 AmazonieAsplenium palaciosii A.Rojas 2008 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurAsplenium sessilipinnum A.Rojas 2008 Province de Napo, EquateurAulonemia nitida Judz. 2005 GuyanaBactris nancibaensis J.J. de Granville 2007 Guyane FrançaiseBanisteriopsis macedae W.R.Anderson 2007 Région de Madre de Dios, PérouAmazonie vivante page 66
    • Espèces Scientifique(s) Date LieuBauhinia arborea Wunderlin 2006 Prov. de Napo, EquateurBesleria neblinae Feuillet 2008 AmazonieBesleria yatuana Feuillet 2008 AmazonieBlechnum bicolor M.Kessler & A.R.Sm. 2007 La Paz, BolivieBlechnum Bolivienum M.Kessler & A.R.Sm. 2007 La Paz, BolivieBlechnum bruneum M.Kessler & A.R.Sm. 2007 La Paz, BolivieBlechnum guayanense A.Rojas 2008 GuyanaBlechnum pazense M.Kessler & A.R.Sm. 2007 La Paz, BolivieBlechnum repens M.Kessler & A.R.Sm. 2007 La Paz, BolivieBlechnum smilodon M.Kessler & Lehnert 2007 La Paz, BolivieBocoa ratteri H.E.Ireland 2007 Etat de Maranhão, BrésilBomarea Amazonieica Hofreiter & E.Rodr. 2006 AmazonieBorreria amapaensis E.L.Cabral & Bacigalupo 2004 Etat d’Amapa, BrésilBorreria guimaraesensis E.L.Cabral & Bacigalupo 2004 Etat du Mato Grosso, BrésilBorreria pazensis E.L.Cabral & Bacigalupo 2005 La Paz, BolivieBorreria tocantinsiana E.L.Cabral & Bacigalupo 2004 Etat du Tocantins, BrésilBrachionidium condorense L.Jost 2004 Prov. de Morona-Santiago, EquateurBrachionidium deflexum L.Jost 2004 Prov. de Morona-Santiago, EquateurBromelia araujoi P.J.Braun, Esteves & Scharf 2008 Etat de Maranhão, BrésilBromelia braunii Leme & Esteves 2003 Etat du Tocantins, BrésilBulbostylis medusae Prata, Reynders & Goetgh. 2007 AmazonieButia exospadix Noblick 2006 Etat de Pará, BrésilByrsonima homeieri W.R.Anderson 2007 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurCalathea hopkinsii Forzza 2007 AmazonieCaluera tavaresii Campacci & J.B.F.Silva 2008 Etat de Pará, BrésilCalycolpus aequatorialis Landrum 2005 Prov. de Sucumbios, EquateurCalycolpus andersonii Landrum 2008 Etat de Pará, BrésilCalyptranthes ishoaquinicca M.L.Kawas. & B.Holst 2005 Prov. de Sucumbios, EquateurCalyptranthes manuensis B.Holst & M.L.Kawas. 2006 Region de Madre de Dios Region, PérouCampyloneurum Amazonieense B.León 2004 AmazonieCapparidastrum frondosum X. Cornejo & H.H. Iltis 2008 Guyane Française; Guyana; Suriname; Etats d’Amazonicas, de Bolivar, VenezuelaCapparidastrum osmanthum X. Cornejo & H.H. Iltis 2008 Bolivar, Delta Amacuro, VenezuelaCastelnavia noveloi C.T.Philbrick & C.P.Bove 2008 Etat de Tocantins, BrésilCatasetum apolloi Benelli & Grade 2008 Etat du Mato Grosso, BrésilCatasetum dejeaniorum Chiron 2006 Guyane FrançaiseCatasetum hopkinsonianum G.F.Carr & V.P.Castro 2008 Etat de Rondônia, BrésilCatasetum rionegrense Campacci & G.F.Carr 2008 AmazonieCatasetum teixeiranum Campacci & J.B.F.Silva 2008 AmazonieCatostemma lemense Sanoja 2005 Etat de Bolivar, VenezuelaCayaponia ferruginea Gomes-Klein 2005 AmazonieCeiba lupuna P.E.Gibbs & Semir 2003 Région de Saint Martin, PérouCeratostema oyacachiensis Luteyn 2005 Province de Napo, EquateurCeratostema pendens Luteyn 2005 Province de Morona-Santiago, EquateurCereus yungasensis Fuentes & Quispe 2009 La Paz, BolivieChrysophyllum wilsonii T.D.Penn. 2006 AmazonieCissus flavens Desc. 2009 Guyane FrançaiseCissus kawensis Desc. 2009 Guyane FrançaiseCnidoscolus adenochlamys Fern.Casas 2004 Etat de Maranhão, BrésilCnidoscolus aurelii Fern.Casas 2004 Etat de Tocantins, BrésilCnidoscolus graminifolius Fern.Casas 2006 Etat de Tocantins, BrésilCnidoscolus mitis Fern.Casas 2005 Etat du Mato Grosso, BrésilCochlidium acrosorum A.Rojas 2007 Etat de Bolivar, Venezuela Amazonie vivante page 67
    • Espèces Scientifiques Dates LieuxCochlidium nervatum A.Rojas 2007 AmazonieCordia cremersii Feuillet 2003 Guyane FrançaiseCordia fanchoniae Feuillet 2008 Guyane FrançaiseCordia marioniae Feuillet 2003 GuyanaCoryanthes pacaraimensis Campacci & J.B.F.Silva 2007 Etat de Roraima, BrésilCoussarea longilaciniata Delprete 2006 GuyanaCoussarea spicata Delprete 2006 Guyane FrançaiseCremastosperma bullatum Pirie 2004 AmazonieCremastosperma cenepense Pirie & Zapata 2004 AmazonieCremastosperma yamayakatense Pirie 2004 AmazonieCremersia platula Feuillet & Skog 2003 Guyane FrançaiseCroton faroensis Secco 2004 Etat de Pará, BrésilCroton subasperrimum Secco, Berry & Rosário 2005 AmazonieCuphea alatosperma T.B.Cavalc. & S.A.Graham 2008 AmazonieCuphea exilis T.B.Cavalc. & S.A.Graham 2008 Etat de Pará, BrésilCurtia ayangannae L. Cobb & Jans.-Jac. 2007 GuyanaCyathea bettinae Lehnert 2004 La Paz, BolivieCyathea obnoxia Lehnert 2006 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurCyathea plicata Lehnert 2006 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurCybianthus tayoensis Pipoly & Ricketson 2006 AmazonieDacryodes edilsonii Daly 2005 Etat d’Acre, BrésilDanaea ushana Christenh. 2006 Guyane FrançaiseDaphnopsis granitica Pruski & Barringer 2005 Guyane FrançaiseDaphnopsis granvillei Barringer 2005 Guyane FrançaiseDavilla neei Aymard 2007 AmazonieDieffenbachia wurdackii Croat 2005 Région de Loreto, PérouDilkea lecta Feuillet 2009 Suriname, Guyane FrançaiseDilkea vanessae Feuillet 2009 Guyane FrançaiseDiospyros gallo Wallnöfer 2000 Etat de Bolivar, VenezuelaDiospyros ottohuberi Wallnöfer 2000 Etat de Bolivar, VenezuelaDiospyros Paráensis Sothers 2003 Etat de Pará, BrésilDiospyros tepu Wallnöfer 2000 Bolivar, VenezuelaDiospyros xavantina Sothers 2003 Etat du Mato Grosso, BrésilDiplusodon cryptanthus T.B.Cavalc. 2004 Etat de Tocantins, BrésilDoliocarpus schultesianus Aymard 2007 Departement de Vaupes, ColombieDoryopteris surinamensis Yesilyurt 2008 SurinameDracontium guianense G.H.Zhu & Croat 2004 Guyane FrançaiseDracontium iquitense E.C.Morgan & J.A.Sperling 2007 Région de Loreto, PérouDracula mendozae Luer & V.N.M.Rao 2004 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurDrosera Amazonieica Rivadavia, Fleischm. & Vicent. 2009 Etats d’Amazonas et de Roraima, BrésilDrosera grantsaui Rivadavia 2003 EtatsduMatoGrosso,Tocantins,Pará,BrésilDrosera solaris A.Fleischm., Wistuba & S.McPherson 2007 GuyanaElaphoglossum arachnidoideum Mickel 2008 GuyanaElaphoglossum boudriei Mickel 2008 GuyanaElaphoglossum choquetangae M.Kessler & Mickel 2006 La Paz, BolivieElaphoglossum cotapatense M.Kessler & Mickel 2006 La Paz, BolivieElaphoglossum cremersii Mickel 2008 Guyane FrançaiseElaphoglossum crispipalea M.Kessler & Mickel 2006 La Paz, BolivieElaphoglossum elkeae M.Kessler & Mickel 2006 La Paz, BolivieElaphoglossum ellenbergianum M.Kessler & Mickel 2006 La Paz, BolivieElaphoglossum gonzalesiae M.Kessler & Mickel 2006 La Paz, BolivieElaphoglossum inquisitivum M.Kessler & Mickel 2006 La Paz, BolivieElaphoglossum madidiense M.Kessler & Mickel 2006 La Paz, BolivieAmazonie vivante page 68
    • Espèces Scientifiques Dates LieuxElaphoglossum murinum M.Kessler & Mickel 2006 La Paz, BolivieElaphoglossum neei M.Kessler & Mickel 2006 La Paz, BolivieElaphoglossum paucinervium M.Kessler & Mickel 2006 La Paz, BolivieElaphoglossum paxense A.Rojas 2003 La Paz, BolivieElaphoglossum puberulentum M.Kessler & Mickel 2006 La Paz, BolivieElaphoglossum rosettum R.C.Moran & Mickel 2004 La Paz, BolivieElaphoglossum semisubulatum R.C.Moran & Mickel 2004 La Paz, BolivieElaphoglossum solomonii A.Rojas 2003 La Paz, BolivieElaphoglossum sunduei M.Kessler & Mickel 2006 La Paz, BolivieEncyclia chironii V.P.Castro & J.B.F.Silva 2004 AmazonieEncyclia clovesiana L.C.Menezes & V.P.Castro 2007 Etat de Rondônia, BrésilEndlicheria arachnocome Chanderb. 2004 Région de Loreto, PérouEndlicheria arenosa Chanderb. 2004 AmazonieEndlicheria argentea Chanderb. 2004 Région de Loreto, PérouEndlicheria aurea Chanderb. 2004 La Paz, BolivieEndlicheria chrysovelutina Chanderb. 2004 Région de Loreto, PérouEndlicheria coriacea Chanderb. 2004 AmazonieEndlicheria ferruginosa Chanderb. 2004 Province de Napo, EquateurEndlicheria griseosericea Chanderb. 2004 Province de Napo, EquateurEndlicheria lorastemon Chanderb. 2004 Province de Zamora-Chinchipe, EquateurEndlicheria rubra Chanderb. 2004 Région de Saint Martin, PérouEndlicheria ruforamula Chanderb. 2004 Région de Saint Martin, PérouEphedranthus boliviensis Chatrou & Pirie 2003 Etat d’Acre, BrésilEpidendrum dejeaniae Chiron, Hágsater & L.Sánchez 2006 Guyane FrançaiseEpidendrum foulquieri Chiron 2005 Guyane FrançaiseEpidendrum paruimense G.A. Romero & Carnevali 2004 GuyanaEpidendrum reclinatum Carnevali & I.Ramírez 2003 GuyanaEpidendrum strobilicaule Hágsater & Benelli 2008 Etat du Mato Grosso, BrésilEpiscia duidae Feuillet 2008 AmazonieEpiscia rubra Feuillet 2008 AmazonieErythroxylum timothei Loiola & Sales 2009 Etat de Maranhão, BrésilEugenia breviracemosa Mazine 2009 AmazonieEugenia caducibracteata Mazine 2009 Etats d’Amazonas, Maranhão, Pará, BrésilEugenia galbaoensis Mattos 2005 Guyane FrançaiseEugenia pallidopunctata Mazine 2009 Etat de Pará, BrésilEugenia tenuiflora Mazine 2009 AmazonieFestuca sumapana Stančík 2003 Département de Meta, ColombieFicus duartei C.C. Berg & Carauta 2003 Guyane FrançaiseFicus duckeana C.C. Berg & Ribeiro 2003 Guyane FrançaiseFosterella batistana Ibisch, Leme & J.Peters 2009 Etat de Pará, BrésilGalactophora angustifolia J.F.Morales 2005 Dépt de Caqueta, ColombieGaleandra santarena S.H.N.Monteiro & J.B.F.Silva 2003 Etat de Pará, BrésilGalianthe Boliviena E.L.Cabral 2005 La Paz, BolivieGalianthe sudyungensis E.L.Cabral 2005 La Paz, BolivieGalipea congestiflora Pirani 2004 Etats de Maranhão, Pará, Tocantins, BrésilGalipea maxima Pirani & Kallunki 2007 Région de Loreto, PérouGongora jauariensis Campacci & J.B.F.Silva 2009 AmazonieGrosvenoria zamorensis H.Rob. 2006 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurGuadua incana Londoño 2008 Dépt de Caqueta, ColombieGuatteria alticola Scharf & Maas 2005 GuyanaGuatteria anteridifera Scharf & Maas 2008 Guyane Française; Amapa, BrésilGuatteria anthracina Scharf & Maas 2006 Guyane Française; Guyana; SurinameGuatteria arenicola Maas & Erkens 2008 Etat d’Acre, Brésil Amazonie vivante page 69
    • Espèces Scientifique(s) Date LieuGuatteria ayangannae Scharf & Maas 2005 GuyanaGuatteria duodecima Maas & Westra 2008 Etat d’Acre, BrésilGuatteria elegans Scharf 2006 Guyane FrançaiseGuatteria flabellata Erkens & Maas 2008 Etats d’Amazonas, Rondônia, BrésilGuatteria intermedia Scharf 2006 Etats d’Amazonas, Amapa, Brésil; Guyane Fr.; SurinameGuatteria japurensis Maas & Westra 2008 AmazonieGuatteria leucotricha Scharf & Maas 2006 Guyane FrançaiseGuatteria minutiflora Scharf & Maas 2006 Guyana; SurinameGuatteria montis-trinitatis Scharf 2006 Guyane FrançaiseGuatteria pakaraimae Scharf & Maas 2005 GuyanaGuatteria pannosa Scharf & Maas 2006 Guyane Fr.; Etat d’Amapa, BrésilGuatteria partangensis Scharf & Maas 2005 GuyanaGuatteria wokomungensis Scharf & Maas 2005 GuyanaGuzmania pseudodissitiflora H.Luther & K.F.Norton 2008 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurGuzmania vinacea H.Luther & K.F.Norton 2008 AmazonieHabenaria ludibundiciliata J.A.N.Bat. & Bianch. 2006 Etats du Mato Grosso, Maranhão, Pará, Roraima, BrésilHabranthus minor Ravenna 2003 Etat de Tocantins, BrésilHekkingia bordenavei H.E. Ballard & Munzinger 2003 Guyane FrançaiseHeteropsis croatii M.L.Soares 2009 Etats d’Amazonas, d’Acre, BrésilHeteropsis duckeana M.L.Soares 2009 Etats d’Amazonas, de Pará, BrésilHeterotaxis schultesii Ojeda & G.A.Romero 2005 AmazonieHibiscus andersonii Krapov. & Fryxell 2004 Etat du Mato Grosso, BrésilHibiscus chancoae Krapov. & Fryxell 2004 Région de Saint Martin, PérouHibiscus ferreirae Fryxell & Krapov. 2004 Etat du Mato Grosso, BrésilHibiscus manuripiensis Krapov. 2008 Pando, BolivieHibiscus paludicola Fryxell & Krapov. 2004 Etat du Mato Grosso, BrésilHibiscus saddii Krapov. & Fryxell 2004 Etat du Mato Grosso, BrésilHibiscus windischii Krapov. & Fryxell 2004 Etat du Mato Grosso, BrésilHiraea glabrata W.R.Anderson & C.Davis 2005 Etat de Rondônia, BrésilHypolytrum leptocalamum M. Alves & W.W. Thomas 2002 GuyanaInga loubryana Poncy 2007 Guyana, Guyane FrançaiseIxora araguaiensis Delprete 2008 Etat de Tocantins, BrésilIxora irwinii Delprete 2008 Etat de Tocantins, BrésilJusticia mcdowellii Wassh. 2003 GuyanaJusticia mesetarum Wassh. & J.R.I.Wood 2004 Etat du Mato Grosso, BrésilJusticia obovata Wassh. & J.R.I.Wood 2004 Etats d’Acre, d’Amazonas, BrésilJusticia rhomboidea Wassh. & J.R.I.Wood 2004 Etats d’Amazonas, Rondônia, Brésilkanukuensis Feuillet Feuillet 2007 GuyanaKreodanthus rotundifolius Ormerod 2005 AmazonieLampadaria rupestris Feuillet & L.E. Skog 2003 GuyanaLarnax bongaraensis S.Leiva 2006 AmazonieLarnax maculatifolia E.Rodr. & S.Leiva 2006 AmazonieLarnax pomacochaensis S.Leiva 2006 AmazonieLecointea guianensis Gontsch. & Yakovlev 2006 Guyane FrançaiseLepanthes neillii L.Jost 2004 Prov. de Morona-Santiago, EquateurLepanthes rigidigitata Luer & Hirtz 2004 Prov. de Morona-Santiago, EquateurLepidagathis callistachys Kameyama 2009 Etats du Mato Grosso, Rondônia, BrésilLepidagathis Paráensis Kameyama 2009 Etat de Pará, BrésilLepidagathis wasshausenii Kameyama 2009 Etat du Mato Grosso, BrésilLessingianthus longicuspis Dematt. 2008 Etat du Mato Grosso, BrésilLicaria aureosericea van der Werff 2000 GuyanaAmazonie vivante page 70
    • Espèces Scientifique(s) Date LieuLicaria rufotomentosa van der Werff 2003 Guyane FrançaiseLigeophila chinimensis Ormerod 2005 AmazonieLigeophila unicornis Ormerod 2008 AmazonieLindmania vinotincta B.Holst & Vivas 2009 Bolivar, VenzuelaLindsaea digitata Lehtonen & Tuomisto 2008 AmazonieLissocarpa kating B.Walln. 2004 Région de Loreto, PérouLissocarpa ronliesneri B.Walln. 2004 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurLissocarpa uyat B.Walln. 2004 AmazonieLycopodiella krameriana B.Øllg. 2004 SurinameMacrocarpaea ayangannae J.R. Grant, Struwe & J.K. Boggan 2001 GuyanaMacrocarpaea berryi Grant 2005 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurMacrocarpaea chthonotropa Grant 2005 Région de Saint Martin, PérouMacrocarpaea claireae Grant 2008 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurMacrocarpaea dies-viridis Grant 2007 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurMacrocarpaea dillonii Grant 2004 AmazonieMacrocarpaea gran-pajatena Grant 2005 Région de Saint Martin, PérouMacrocarpaea hilarula Grant 2005 Dépt de Meta, ColombieMacrocarpaea innarrabilis Grant 2004 AmazonieMacrocarpaea jactans Grant 2005 Province de Napo, EquateurMacrocarpaea kuelap Grant 2004 AmazonieMacrocarpaea laudabilis Grant 2005 Dépt de Caqueta, ColombieMacrocarpaea luctans Grant 2007 AmazonieMacrocarpaea luya Grant 2004 AmazonieMacrocarpaea neillii Grant 2005 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurMacrocarpaea opulenta Grant 2007 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurMacrocarpaea pringleana Grant 2004 Province de Pastaza, EquateurMacrocarpaea quechua Grant 2005 Région de Saint Martin, PérouMacrocarpaea quizhpei Grant 2008 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurMacrocarpaea weigendiorum J.R.Grant 2004 Ucayali Region, PérouMacrocarpaea ypsilocaule Grant 2005 Dépt de Putumayo, ColombieMacroclinium Paráense Campacci & J.B.F.Silva 2009 Etat de Pará, BrésilMalouetia gentryi M.E.Endress 2004 Région de Loreto, PérouMandevilla Amazonieica J.F.Morales 2005 AmazonieMandevilla columbiana J.F.Morales 2005 Dépt de Caqueta, ColombieMandevilla matogrossana J.F.Morales 2005 Etat du Mato Grosso, BrésilMandevilla megabracteata J.F.Morales 2007 GuyanaMandevilla similaris J.F.Morales 2007 Etat de Bolivar, VenezuelaManihot baccata Allem 1999 Guyane FrançaiseMaranta coriacea S.Vieira & V.C.Souza 2008 Etats du Mato Grosso, Tocantins, BrésilMaranta longiflora S.Vieira & V.C.Souza 2008 Etat de Tocantins, BrésilMaranta pulchra S.Vieira & V.C.Souza 2008 Etat du Mato Grosso, BrésilMaranta purpurea S.Vieira & V.C.Souza 2008 Etat du Mato Grosso, BrésilMarcgraviastrum grandiflorum de Roon & Bedell 2006 AmazonieMargaritopsis inconspicua C.M.Taylor 2005 Etats d’Acre, Amazonas, BrésilMarkea vasquezii E.Rodr. 2006 AmazonieMascagnia aequatorialis W.R.Anderson & C.Davis 2005 Province de Napo, EquateurMascagnia affinis W.R.Anderson & C.Davis 2005 Etat du Mato Grosso, BrésilMascagnia arenicola C. Anderson 2001 GuyanaMascagnia conformis W.R.Anderson 2007 Guyane FrançaiseMascagnia glabrata W.R.Anderson & C.Davis 2005 Etats du Mato Grosso, Rondônia, BrésilMasdevallia aptera Luer & L.O’Shaughn. 2004 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurMasdevallia frilehmannii Luer & Vasquez 2001 Parc National de Madidi, La Paz, BolivieMasdevallia lynniana Luer 2004 Prov. de Zamora-Chinchipe, Equateur Amazonie vivante page 71
    • Espèces Scientifique(s) Date LieuMatelea quindecimlobata Farinaccio & W.D.Stevens 2009 AmazonieMaxillaria kelloffiana Christenson 2009 Guyana; Etat de Roraima, BrésilMegalastrum alticola Kessler & Sm. 2006 La Paz, BolivieMegalastrum ciliatum Kessler & Sm. 2006 La Paz, BolivieMegalastrum marginatum 6] Kessler & Sm. 2006 La Paz, BolivieMegalastrum rupicola Kessler & Sm. 2006 La Paz, BolivieMelpomene caput-gorgonis Lehnert 2009 La Paz, BolivieMelpomene flagellata Lehnert 2009 La Paz, BolivieMelpomene huancabambensis Lehnert 2009 Région de Saint Martin, PérouMelpomene jimenezii Lehnert 2009 La Paz, BolivieMelpomene occidentalis Lehnert 2009 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurMelpomene Parádoxa Lehnert 2009 La Paz, BolivieMelpomene personata Lehnert 2009 La Paz, BolivieMelpomene vulcanica Lehnert 2009 Province de Napo, EquateurMezilaurus manausensis van der Werff 2003 AmazonieMicrochilus borjaquijosae Ormerod 2007 Province de Napo, EquateurMicrochilus brunnescens Ormerod 2005 Province de Napo, EquateurMicrochilus campanulatus Ormerod 2008 Guyana;Etatsd’Amazonas,Bolivar,VenezuelaMicrochilus constrictus Ormerod 2005 AmazonieMicrochilus guianensis Ormerod 2008 GuyanaMicrochilus microcaprinus Ormerod 2005 Région de Saint Martin, PérouMicrochilus pedrojuanensis Ormerod 2005 Etat de Pará, BrésilMicrochilus pseudobrunnescens Ormerod 2005 Province de Napo, EquateurMicrochilus putumayoensis Ormerod 2005 Dépt de Putumayo, ColombieMicrochilus rioesmeraldae Ormerod 2005 Etat de Bolivar, VenzuelaMicrochilus rioitayanus Ormerod 2005 Région de Loreto, PérouMikania urcuensis H.Rob. & W.C.Holmes 2006 Province de Napo, EquateurMonstera aureopinnata Croat 2005 AmazonieMonstera barrieri Croat, Moonen & Poncy 2005 Guyane FrançaiseMonstera cenepensis Croat 2005 AmazonieMonstera vasquezii Croat 2005 AmazonieMormodes gurupiensis Campacci & J.B.F.Silva 2009 Etats de Maranhão, de Pará, BrésilMostuea muricata Sobral & Lucia Rossi 2003 Etat du Mato Grosso, BrésilNapeanthus rupicola Feuillet & L.E. Skog 2003 GuyanaNasa victorii Weigend 2004 Région de Saint Martin, PérouNautilocalyx coccineus Feuillet & L.E. Skog 2003 GuyanaNautilocalyx crenatus Feuillet 2008 AmazonieNautilocalyx orinocensis Feuillet 2008 AmazonieNautilocalyx paujiensis Feuillet 2008 Etat de Bolivar, VenezuelaNautilocalyx pusillus Feuillet 2008 Etat de Bolivar, VenezuelaNautilocalyx roseus Feuillet 2008 Etat de Bolivar, VenezuelaNautilocalyx ruber Feuillet 2008 AmazonieNautilocalyx vestitus Feuillet 2008 Etat de Bolivar, VenezuelaNeocalyptrocalyx morii X. Cornejo & H.H. Iltis 2008 Guyane FrançaiseNeosprucea paterna M.H.Alford 2008 GuyanaOcotea badia van der Werff 2005 AmazonieOcotea hirtandra van der Werff 2005 AmazonieOcotea imazensis van der Werff 2005 AmazonieOcotea laevifolia van der Werff 2005 AmazonieOcotea lenitae van der Werff 2005 Région de Saint Martin, PérouOcotea leptophylla van der Werff 2005 AmazonieOcotea vasquezii van der Werff 2005 AmazonieOctomeria portillae Luer & Hirtz 2004 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurAmazonie vivante page 72
    • Espèces Scientifique(s) Date LieuOphiocaryon barnebyanum Aymard & Daly 2006 AmazonieOrnithidium elianae Carnevali & M.A. Blanco 2008 Guyane Fr.; Guyana; SurinameOryctanthus minor Kuijt 2009 Guyane FrançaiseOryctina atrolineata Kuijt 2003 GuyanaOuratea acicularis R.G.Chacon & K.Yamam. 2008 Etat de Tocantins, BrésilOuratea candelabra Sastre 2006 GuyanaOuratea claudei Salvador, E.P.Santos & Cervi 2006 Etat de Tocantins, BrésilOuratea jansen-jacobsiae Sastre 2007 Guyana; SurinameOuratea javariensis Sastre 2005 AmazonieOuratea miniguianensis Sastre 2007 Guyane FrançaiseOuratea pseudogigantophylla Sastre 2006 SurinameOuratea retrorsa Sastre 2007 Guyane FrançaiseOuratea sipaliwiniensis Sastre 2007 SurinameOuratea superimpressa Sastre 2007 GuyanaOuratea takutuensis Sastre 2007 GuyanaPalicourea gelsemiiflora C.M.Taylor 2006 AmazoniePalicourea gemmiflora C.M.Taylor 2006 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurPalicourea lemoniana C.M. Taylor 2006 AmazoniePalicourea loxensis C.M.Taylor 2006 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurPalmorchis caxiuanensis Rocha, S.S.Almeida & Freitas 2006 Etat de Pará, BrésilPaloue sandwithii Redden 2008 GuyanaParádrymonia barbata Feuillet & L.E. Skog 2003 GuyanaParádrymonia glandulosa Feuillet 2009 AmazonieParádrymonia hamata Feuillet 2009 AmazonieParádrymonia lutea Feuillet 2009 AmazonieParádrymonia maguirei Feuillet 2009 AmazonieParádrymonia tepui Feuillet 2009 AmazonieParádrymonia yatua Feuillet 2009 AmazoniePaspalum veredense G.H.Rua, R.C.Oliveira, Valls & 2008 Etat de Tocantins, Brésil Graciano-RibeiroPassiflora angusta Feuillet & J.M. MacDougal 2008 Etat de Bolivar, Venezuela; GuyanaPassiflora arta Feuillet 2007 GuyanaPassiflora ascidia Feuillet 2002 GuyanaPassiflora balbis Feuillet 2002 GuyanaPassiflora compar Feuillet 2007 Guyana, Guyane FrançaisePassiflora curva Feuillet 2009 Guyane FrançaisePassiflora davidii Feuillet 2007 Guyane FrançaisePassiflora gabrielliana Vanderpl. 2006 Guyane FrançaisePassiflora longicuspis Vanderpl. & S.E.Vanderpl. 2006 Guyane FrançaisePassiflora pardifolia Vanderpl. 2006 Etat de Maranhão, BrésilPassiflora rufa Feuillet & J.M. MacDougal 2008 Guyane Fr.; Guyana; SurinamePassiflora tecta Feuillet 2008 Guyana; Suriname; Bolivar, VenezuelaPassiflora venusta R.Vásquez & M.Delanoy 2007 La Paz, BoliviePassiflora vescoi D.Rignon & L.Rignon 2003 Guyane FrançaisePepinia martinellii H.Luther 2009 Etat de Pará, BrésilPeritassa manaoara Lombardi 2007 AmazoniePhainantha shuariorum C.Ulloa & D.A.Neill 2006 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurPhilodendron ampamii Croat 2005 AmazoniePhilodendron ancuashii Croat 2005 AmazoniePhilodendron aureimarginatum Croat 2004 Région de Loreto, PérouPhilodendron avenium Grayum & Croat 2005 AmazoniePhilodendron barbourii Croat 2005 AmazoniePhilodendron brent-berlinii Croat 2005 Amazonie Amazonie vivante page 73
    • Espèces Scientifique(s) Date LieuPhilodendron campii Croat 2004 Dépt de Pastaza, EquateurPhilodendron cardosoi E.G.Gonç. 2004 Etat de Pará, BrésilPhilodendron carinatum E.G.Gonç. 2005 Etat d’Amapa, BrésilPhilodendron condorcanquense Croat 2005 AmazoniePhilodendron huashikatii Croat 2005 AmazoniePhilodendron lupinum E.G.Gonç. & J.B.Carvalho 2008 Etat d’Acre, BrésilPhilodendron moonenii Croat 2004 Guyane FrançaisePhilodendron palaciosii Croat & Grayum 2005 Province de Napo, EquateurPhilodendron paucinervium Croat 2004 Région de Loreto, PérouPhilodendron reticulatum Grayum 2005 AmazoniePhilodendron scottmorianum Croat & Moonen 2007 Guyane FrançaisePhilodendron swartiae Croat 2005 AmazoniePhilodendron ushanum Croat & Moonen 2006 Guyane FrançaisePhilodendron wadedavisii Croat 2006 AmazoniePhoradendron acuminatum Kuijt 2003 SurinamePhoradendron bicarinatum Kuijt 2003 AmazoniePhoradendron granvillei Kuijt 2003 Guyane FrançaisePhoradendron juruanum Kuijt 2003 AmazoniePhoradendron krameri Kuijt 2003 Suriname; GuyanaPhoradendron krukovii Kuijt 2003 AmazoniePhoradendron lindemanii Kuijt 2003 Etat du Mato Grosso, BrésilPhoradendron oliveirae Kuijt 2003 Etat de Pará, BrésilPhoradendron singulare Kuijt 2003 AmazoniePhyllanthus puntii Webster 2004 Etat d’Acre, BrésilPilocarpus trifoliolatus Skorupa & Pirani 2004 Etat de Pará, BrésilPiper aulacospermum Callejas 2005 Guyane FrançaisePiper ciliomarginatum Görts & Christenh. 2005 GuyanaPiper remotinervium Görts 2005 Guyane FrançaisePitcairnia amboroensis Ibisch, Vásquez, Gross & Kessler 1999 Parc Nat. d’Amboró, Santa Cruz, BoliviePitcairnia buscalionii W.Till 2003 AmazoniePitcairnia cremersii Gouda 2009 Suriname; Guyane FrançaisePitcairnia heydlaufii Vásquez & Ibisch 2000 Dépt de Cochabamba, BoliviePitcairnia rojasii H.Luther 2007 AmazoniePitcairnia saxosa Gouda 2009 Guyane FrançaisePitcairnia semijuncta Baker 2009 Guyane Fr; Guyana; SurinamePitcairnia vargasii Vásquez & Ibisch 2009 Dépt de Cochabamba, BoliviePlatystele Paráensis Campacci & J.B.F.Silva 2009 Etat de Pará, BrésilPleurothallis feuilletii Luer 2004 Guyane FrançaisePleurothallis tiarata Luer & Hirtz 2004 Prov. de Morona-Santiago, EquateurPleurothallis ximenae Luer & Hirtz 2004 Prov. de Morona-Santiago, EquateurPolylychnis ovata Wassh. 2006 Etat d’Amapa, Brésil; SurinamePolypsecadium apolobamba Al-Shehbaz & A.Fuentes 2008 La Paz, BoliviePolystichum albomarginatum Kessler & Sm. 2005 La Paz, BoliviePolystichum congestum Kessler & Sm. 2005 La Paz, BoliviePolystichum giganteum Kessler & Sm. 2005 La Paz, BoliviePolystichum lepidotum Kessler & Sm. 2005 La Paz, BoliviePolystichum rufum Kessler & Sm. 2005 La Paz, BoliviePolystichum solomonii Kessler & Sm. 2005 La Paz, BoliviePotalia coronata Struwe & V.A.Albert 2004 AmazoniePourouma cordata C.C.Berg 2004 AmazoniePouteria ericoides T.D.Penn. 2006 AmazoniePouteria erythrochrysa T.D.Penn. 2006 AmazoniePouteria flavilatex T.D.Penn. 2006 AmazonieAmazonie vivante page 74
    • Espèces Scientifique(s) Date LieuPouteria freitasii T.D.Penn. 2006 AmazoniePouteria maxima T.D.Penn. 2006 AmazoniePouteria pentamera T.D.Penn. 2006 AmazoniePouteria resinosa T.D.Penn. 2006 AmazoniePouteria stipulifera T.D.Penn. 2006 Etat d’Acre, BrésilPouteria stylifera T.D.Penn. 2006 Dépt de Pastaza, EquateurPrestonia acrensis J.F.Morales 2004 Etat de Roraima, BrésilPrestonia amabilis J.F.Morales 2004 Etat de Roraima, BrésilProsthechea regentii V.P.Castro & Chiron 2005 Province de Napo, EquateurProsthechea roraimensis V.P.Castro & Campacci 2004 Guyane FrançaiseProtium aidanianum Daly 2005 AmazonieProtium calendulinum Daly 2007 GuyanaProtium gallosum Daly 2007 AmazonieProtium retusum Daly 2007 Etats d’Acre, Amazonas, BrésilProtium urophyllidium Daly 2007 AmazoniePseudoxandra acreana Maas 2006 AmazoniePseudoxandra borbensis Maas 2003 AmazoniePseudoxandra cauliflora Maas 2003 AmazoniePseudoxandra duckei Maas 2003 AmazoniePseudoxandra obscurinervis Maas 2003 AmazoniePseudoxandra papillosa Maas 2003 AmazoniePseudoxandra pilosa Maas 2003 Etat de Rondônia, BrésilPsittacanthus acevedoi Kuijt 2009 AmazoniePsittacanthus atrolineatus Kuijt 2009 Etat du Mato Grosso, BrésilPsittacanthus baguensis Kuijt 2009 Etat de Pará, BrésilPsittacanthus bergii Kuijt 2009 Etat de Rondônia, BrésilPsittacanthus brachypodus Kuijt 2009 AmazoniePsittacanthus carnosus Kuijt 2009 Etat de Pará, BrésilPsittacanthus crassipes Kuijt 2009 AmazoniePsittacanthus dentatus Kuijt 2009 Etat d’Acre, BrésilPsittacanthus elegans Kuijt 2009 AmazoniePsittacanthus geniculatus Kuijt 2009 Etat de Pará, BrésilPsittacanthus ovatus Kuijt 2009 Province de Napo, EquateurPsittacanthus rugostylus Kuijt 2009 Prov. Morona-Santiago, EquateurPsychotria ceronii C.M.Taylor 2006 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurPsychotria cutucuana C.M.Taylor 2006 Dept. Pastaza, EquateurPsychotria montivaga C.M.Taylor 2006 AmazoniePsychotria poyoana C.M.Taylor 2006 GuyanaQualea johannabakkerae Marc.-Berti 2002 Etats d’Amazonas, de Pará, BrésilQualea marioniae Marcano-Berti 2002 AmazonieQuiina berryi J.V.Schneid. & Zizka 2003 AmazonieQuiina cidiana J.V.Schneid. & Zizka 2003 Guyane FrançaiseQuiina piresii J.V.Schneid. & Zizka 2003 AmazonieRaddiella vanessiae Judziewicz & Sepsenwol 2007 Etats du Mato Grosso, Rondônia, BrésilRaputia praetermissa Pirani & Kallunki 2005 AmazonieRauvolfia gracilis Koch & Kin. 2007 AmazonieRemijia hubbardiorum B.M.Boom 2005 AmazonieRhodospatha acosta-solisii Croat 2005 AmazonieRhodospatha brent-berlinii Croat 2005 AmazonieRhodospatha katipas Croat 2005 AmazonieRhodospatha piushaduka Croat 2005 AmazonieRhodostemonodaphne crenaticupula Madriñán 2004 Province de Napo, EquateurRhodostemonodaphnecuricuriariensis Madriñán 2004 Province de Napo, Equateur Amazonie vivante page 75
    • Espèces Scientifique(s) Date LieuRhodostemonodaphne longipetiolata Madriñán 2004 AmazonieRhodostemonodaphne napoensis Madriñán 2004 AmazonieRhodostemonodaphne negrensis Madriñán 2004 AmazonieRhodostemonodaphne parvifolia Madriñán 2004 AmazonieRhodostemonodaphne peneia Madriñán 2004 AmazonieRhodostemonodaphne sordida Madriñán 2004 Région de Loreto, PérouRhodostemonodaphne Madriñán 2004 Etat d’Amapa, BrésiltumucumaquensisRhynchospora acanthoma Araújo & Longhi-Wagner 2008 Etat de Pará, BrésilRhynchospora M.T. Strong 2001 GuyanaangustipaniculataRhynchospora bracteovillosa Araújo & Thomas 2003 Etat du Mato Grosso, BrésilRhynchospora cordatachenia M.T.Strong 2005 Guyane FrançaiseRhynchospora eurycarpa Araújo & Longhi-Wagner 2004 Etat du Mato Grosso, BrésilRhynchospora leucoloma Araújo & Longhi-Wagner 2003 Etats du Mato Grosso, de Pará, BrésilRhynchospora rupestris Araújo & Thomas 2008 Etats du Mato Grosso, de Pará, BrésilRhynchospora rupicola M.T. Strong 2001 GuyanaRhynchospora saxisavannicola Strong 2005 Guyane FrançaiseRibes Amazonieica Weigend & E.Rodr. 2005 AmazonieRoraimaea aurantiaca Struwe, Nilsson & Albert 2008 Etat de Roraima, BrésilRoupala nonscripta K.S.Edwards & Prance 2003 AmazonieRoupala psilocarpa K.S.Edwards & Prance 2003 Etats d’Amapa, d’Amazonas, BrésilRuellia exserta Wassh. & Wood 2003 Etats du Mato Grosso, Rondônia, BrésilRuyschia andina de Roon 2005 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurSalacia negrensis Lombardi 2007 AmazonieScaphispatha robusta E.G.Gonç. 2005 Etat de Pará, BrésilScelochilus newyorkorum Vásquez, Ibisch & Vargas 2003 Río Cotacajes, La Paz, BolivieSchefflera ciliatifolia Fiaschi & Frodin 2008 AmazonieSchefflera dichotoma Fiaschi & Frodin 2008 AmazonieSchefflera plurifolia Fiaschi & Frodin 2008 Etats d’Amazonas, Mato Grosso, Rondônia, BrésilSchefflera umbrosa Fiaschi & Frodin 2008 Etats of Amazonas, Pará, BrésilSchwenckia alvaroana Benítez 2006 Dépt de Caqueta, ColombieSelaginella gynostachya Valdespino 2008 Guyana; Guyane FrançaiseSelaginella karowtipuensis Valdespino 2008 GuyanaSenna biglandularis Araujo & Souza 2007 Etat de Tocantins, BrésilSerjania souzana Ferrucci & Acev.-Rodr. 2005 Etat du Mato Grosso BrésilSida castanocarpa Krapov. 2007 Etats de Maranhão, Tocantins, BrésilSida simpsonii Krapov. 2007 Etat du Mato Grosso, BrésilSida teresinensis Krapov. 2007 Etat de Pará, BrésilSiparuna lewisiana S.S.Renner & Hausner 2005 AmazonieSobralia cardosoi Campacci & J.B.F.Silva 2009 Etat de Roraima, BrésilSolanum eitenii Agra 2008 Etat de Maranhão, BrésilSolanum megaspermum Agra 2008 AmazonieSolanum pedemontanum M.Nee 2006 Etats d’Acre, d’Amazonas, BrésilSpathiphyllum barbourii Croat 2005 AmazonieSpathiphyllum brent-berlinii Croat 2005 AmazonieSpathiphyllum buntingianum Croat 2005 AmazonieSpathiphyllum diazii Croat 2005 AmazonieSpecklinia feuilletii Luer 2005 Guyane FrançaiseSpigelia Amazonieica Fern.Casas 2004 AmazonieSpigelia megapotamica Fern.Casas 2008 AmazonieSpigelia rondoniensis Fern.Casas 2006 Etat de Rondônia, BrésilStaelia tocantinsiana R.M.Salas & E.L.Cabral 2007 Etat de Tocantins, BrésilAmazonie vivante page 76
    • Espèces Scientifique(s) Date LieuStelis abbreviata Luer & Hirtz 2007 Province de Napo, EquateurStelis adinostachya Luer & Hirtz 2007 Province de Napo, EquateurStelis aliquantula Luer & Hirtz 2007 Prov. de Morona-Santiago, EquateurStelis bricenorum G.A.Romero & Luer 2006 AmazonieStelis bucculenta Luer & Hirtz 2007 Prov. de Morona-Santiago, EquateurStelis encephalota Luer & Hirtz 2007 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurStelis lapoi Luer & Hirtz 2007 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurStelis laudabilis Luer & Hirtz 2007 Prov. de Morona-Santiago, EquateurStelis mnemonica Luer & Hirtz 2007 Prov. de Morona-Santiago, EquateurStelis nigrescens Luer & Hirtz 2007 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurStelis orecta Luer & Hirtz 2007 Prov. de Morona-Santiago, EquateurStelis picea Luer & Hirtz 2007 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurStelis sparsiflora Luer & Hirtz 2007 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurStelis strobilacea Luer 2007 Prov. de Morona-Santiago, EquateurStelis uncifera Luer & Hirtz 2007 Prov. de Morona-Santiago, EquateurStenospermation ancuashii Croat 2005 AmazonieStenospermation parvum Croat & A.Gomez 2005 Dépt de Pastaza, EquateurStruthanthus prancei Kuijt 2003 AmazonieStyrax griseus P.W.Fritsch 2004 Etat de Pará, BrésilSwartzia canescens Torke 2007 Etats d’Amapa, de Pará, Brésil; Guyane Fr.; SurinameSwartzia coriaceifolia Torke 2004 AmazonieSwartzia juruana Torke 2004 Etat d’Acre, BrésilSwartzia manausensis Torke 2007 AmazonieSwartzia ramiflora Torke 2007 AmazonieSwartzia trimorphica Mansano & A.L.Souza 2005 AmazonieSyagrus vermicularis Noblick 2004 Etat de Maranhão, BrésilTachia lancisepala Struwe, Kinkade & Maas 2005 Etat de Rondônia, BrésilTachia siwertii Struwe, Kinkade & Maas 2005 Etats de Pará, d’Amazonas, BrésilTachigali barnebyi van der Werff 2008 Etat de Rondônia, BrésilTachigali candelabrum van der Werff 2008 AmazonieTachigali chrysaloides van der Werff 2008 Etats d’Acre, Mato Grosso, Rondônia, BrésilTachigali fusca van der Werff 2008 Etat d’Acre, BrésilTalisia croatii Acev.-Rodr. 2003 Etats d’Acre, d’Amazonas, BrésilTalisia douradensis Acev.-Rodr. 2003 Etat de Pará, BrésilTalisia ghilleana Acev.-Rodr. 2003 AmazonieTalisia granulosa Acev.-Rodr. 2003 AmazonieTalisia parviflora Acev.-Rodr. 2003 AmazonieTetracera maguirei Aymard & B.M. Boom 2003 GuyanaTetrapterys anomala W.R.Anderson 2005 GuyanaTococa costoides Michelang. 2006 AmazonieTococa leticiana Michelang. 2006 AmazonieTocoyena arenicola Delprete 2008 Etat de Tocantins, BrésilTovomita calophyllophylla García-Villacorta & Hammel 2004 Région de Loreto, PérouTovomita gazelii Poncy & Offroy 2006 Guyane FrançaiseTrichocentrum loyolicum Pupulin, Karremans & G.Merino 2008 Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurTriplophyllum boliviense Prado & Moran 2008 Etats d’Acre, Amapa, Amazonas, Brésil; Guyane Française; GuyanaTriplophyllum glabrum Prado & Moran 2008 Etats de Pará, d’Amazonas, Pará, de Rondônia, Brésil; GuyanaTurnera Amazonieica Arbo 2005 AmazonieTurnera discors Arbo 2005 Etat de Rondônia, BrésilTurnera kuhlmanniana Arbo 2005 Etat de Rondônia, Brésil Amazonie vivante page 77
    • Espèces Scientifique(s) Date LieuxTurnera laciniata Arbo 2005 Etat de Pará, BrésilTurnera occidentalis Arbo & Shore 2005 Région de Saint Martin, PérouTurnera reginae Arbo 2005 Etat de Maranhão, BrésilUnonopsis heterotricha Maas & Westra 2007 Etat de Pará, BrésilWeinmannia davidsonii Fuentes & Rogers 2007 La Paz, BolivieWeinmannia yungasensis Fuentes & Rogers 2007 La Paz, BolivieXanthosoma baguense Croat 2005 AmazonieYanomamua araca Grant, Maas & Struwe 2006 AmazonieZollernia surinamensis Mansano, A.M.G.Azevedo & G.P.Lewis 2005 Suriname; Guyane FrançaisetotAl de plantes : 637Amazonie vivante page 78
    • PoissonsEspèces Scientifiques Dates LieuxAcestridium colombiense Retzer 2005 ColombieAcestridium gymnogaster Reis & Lehmann 2009 Rio Madeira, BrésilAcestridium scutatum Reis & Lehmann 2009 Rio Madeira, BrésilAcestridium triplax Rodriquez & Reis 2007 Bassin oriental de l’Amazone, BrésilAcestrocephalus acutus Menezes 2006 Etat de Pará, BrésilAcestrocephalus pallidus Menezes 2006 Etat d’Amazonas, BrésilAdontosternarchus nebulosus Lundberg & Cox Fernandes 2007 Bassin AmazonienAmazoniespinther dalmata Bührnheim, Carvalho, Malabarba & Weitzman 2008 Bassin AmazonienAmmoglanis amapaensis Mattos, Costa & Gama 2008 BrésilAncistrus parecis Fisch-Muller, Cardoso, da Silva & Bertaco 2005 AmazonieAncistrus tombador Fisch-Muller, Cardoso, da Silva & Bertaco 2005 Fleuves Tapajós et Tocantins, BrésilAnostomoides passionis Dos Santos & Zuanon 2006 Rio Xingu, BrésilApareiodon agmatos Taphorn B., D.C., H. López-Fernández & C.R. 2008 Fleuve Mazaruni, Guyana BernardAphyocharax yekwanae Willink, Chernoff & Machado-Allison 2003 Plateau des Guyanes du VenezuelaAphyolebias boticarioi Costa 2004 Bassin du Rio Purus, BrésilApistogramma baenschi Römer, Hahn, Römer, Soares & Wöhler 2004 PérouApistogramma barlowi Römer & Hahn 2008 Nord PérouApistogramma eremnopyge Ready & Kullander 2004 PérouApistogramma erythrura Staeck & Schindler 2008 Rio Mamoré, BolivieApteronotus galvisi de Santana, Maldonado-Ocampo & Crampton 2007 Bassin du Rio Meta, ColombieAstyanax ajuricaba Marinho and Lima 2009 Etat d’Amazonas, BrésilAstyanax clavitaeniatus Garutti 2003 Rio Surumu, Etat de Roraima, BrésilAstyanax dnophos Lima & Zuanon 2004 Rio Xingu, BrésilAstyanax siapae Garutti 2003 Rio Siapa, Etat d’Amazonas, VenezuelaAstyanax utiariti Bertaco & Garutti 2007 Axe fluvial Rio Tapajós, Brésil, centre BrésilAstyanax villwocki Zarske & Géry 1999 Bassin Amazonien Pérou et BolivieAttonitus bounites Vari & Ortega 2000 Amazonie OccidentaleAttonitus ephimeros Vari & Ortega 2000 Amazonie OccidentaleAttonitus irisae Vari & Ortega 2000 Amazonie OccidentaleBaryancistrus beggini Lujan, Arce & Armbruster 2009 Venezuela : Amazonas, axe fluvial Rio Orinoco, Rio VentuariBaryancistrus demantoides Werneke, Sabaj, Lujan & Armbruster 2005 Venezuela, Amazonas, axe fluvial Rio Orinoco, Rio VentuariBrachyplatystoma capapretum Lundberg & Akama 2005 Bassin AmazonienBryconadenos weitzmani Menezes, Netto-Ferreira & Ferreira 2009 Axe fluvial Rio Curuá, Rio Xingu, BrésilBryconamericus carlosi Román-Valencia 2003 AmazonieCaenotropus schizodon Scharcansky & Lucena 2007 Axe fluvial Rio Tapajós, BrésilCaiapobrycon tucurui Malabarba & Vari 2000 Rio Tocantins, bassin du Brésil, BrésilCallichthys serralabium Lehmann A. & Reis 2004 Fleuve Haut Orinoco et NegroCentromochlus macracanthus Soares-Porto 2000 Axe fluvial Rio Negro, Bassin Amazonien, BrésilCetopsidium ferreirai Vari, Ferraris & de Pinna 2005 Rio Trombetas, BrésilCetopsidium pemon Vari, Ferraris & de Pinna 2005 Rio Branco, BrésilCetopsidium soniae Vari & Ferraris Jr. 2009 Rio Branco, BrésilCetopsis arcana Vari, Ferraris & de Pinna 2005 Rio Tocantins, BrésilCetopsis caiapo Vari, Ferraris & de Pinna 2005 Rio Tocantins, BrésilCetopsis montana Vari, Ferraris & de Pinna 2005 Rio Tocantins, BrésilCetopsis parma de Oliveira, Vari, Ferraris, 2001 Bassin Occidental de l’AmazoneCetopsis pearsoni Vari, Ferraris & de Pinna 2005 Amazonie OccidentaleCetopsis sandrae Vari, Ferraris & de Pinna 2005 Rio TapajosCetopsis sarcodes Vari, Ferraris & de Pinna 2005 Rio Tocantins, BrésilCetopsis starnesi Vari, Ferraris & de Pinna 2005 Bassin Sud-Ouest de l’Amazonie Amazonie vivante page 79
    • Espèces Scientifiques Date LieuxChaetostoma changae Salcedo 2006 Centre du PérouChaetostoma daidalmatos Salcedo 2006 Fleuve Huallaga centre PérouChaetostoma stroumpoulos Salcedo 2006 Fleuve Huallaga centre PérouCharacidium xavante de Garca et al 2008 Rio Xingu, BrésilCompsaraia samueli Albert & Crampton 2009 Fleuve AmazoneCorumbataia veadeiros Carvalho 2008 Rio Tocantins, BrésilCorydoras albolineatus Knaack 2004 BolivieCorydoras isbrueckeri Knaack 2004 BolivieCorydoras negro Knaack 2004 BolivieCorydoras noelkempffi Knaack 2004 BolivieCorydoras ortegai Britto, Lima & Hidalgo 2007 Rio Putumayo au PérouCorydoras Parágua Knaack 2004 BolivieCorydoras paucerna Knaack 2004 BolivieCorydoras tukano Britto & Lima 2003 Rio Tiquié, Bassin supérieur du Rio Negro, BrésilCreagrutus barrigai Vari § Harold 2001 Sections centrales nord et ouest du Bassin AmazonienCreagrutus britskii Vari et Harold 2001 Rio Tocantins, BrésilCreagrutus changae Vari et Harold 2001 Amazone OccidentalCreagrutus cracentis Vari et Harold 2001 Rio TapajosCreagrutus ephippiatus Vari et Harold 2001 Rio NegroCreagrutus figuiredoi Vari et Harold 2001 Rio Tocantins, BrésilCreagrutus flavescens Vari et Harold 2001 Amazone OccidentalCreagrutus gracilis Vari et Harold 2001 Amazone OccidentalCreagrutus holmi Vari et Harold 2001 Amazonie OccidentalCreagrutus ignotus Vari et Harold 2001 Rio TapajosCreagrutus manu Vari et Harold 2001 Bassin S.O. de l’AmazoneCreagrutus menezesi Vari and Harold 2001 Rio Negro et Rio Tocantins, BrésilCreagrutus molinus Vari and Harold 2001 Rio Tocantins, BrésilCreagrutus mucipu Vari et Harold 2001 Rio Tocantins, BrésilCreagrutus occidaneus Vari et Harold 2001 Bassin Occidental de l’AmazoneCreagrutus ortegai Vari et Harold 2001 Amazone OccidentalCreagrutus ouranaster Vari et Harold 2001 Bassin Occidental de l’AmazoneCreagrutus petilus Vari et Harold 2001 Sud Ouest AmazoneCreagrutus pila Vari et Harold 2001 Bassin Occidental de l’AmazoneCreagrutus runa Vari et Harold 2001 Rio NegroCreagrutus saxatalis Vari et Harold 2001 Rio Tocantins, BrésilCreagrutus seductus Vari et Harold 2001 Rio Tocantins, BrésilCreagrutus ungulus Vari et Harold 2001 Bassin Sud-Ouest de l’AmazoneCreagrutus zephyrus Vari et Harold 2001 Rio NegroCrenicichla zebrine Montaña,López-Fernández&Taphorn 2008 Fleuve Ventuari, Bassin versant sup. de l’Orinoco, Etat d’Amazonas, VenezuelaCrossoloricaria bahuaja Chang & Castro 1999 Madre de Dios, Sud-Est PérouCynopotomas xiagunao Menezes 2008 Rio Xingu, BrésilCyphocharax derhami Vari & Chang 2006 Nord Est PérouDenticetopsis epa Vari, Ferraris & de Pinna 2005 Rio Tocantins, BrésilDenticetopsis seducta Vari, Ferraris & de Pinna 2005 Bassin de l’AmazoneDerhamia hoffmannorum Géry & Zarske 2002 Fleuve Mazaruni au GuyanaDicrossus gladicauda Schindler & Staeck 2008 ColombieEntomocorus melaphareus Akama & Ferraris 2003 Rio AmazonasGelanoglanis nanonocticolus Soares-Porto, Walsh, Nico & Netto 1999 Bassinsversant des fleuves Orinoco et AmazoneGelanoglanis travieso Rengifo, Lujan, Taphorn & Petry 2008 Fleuve Marañon (Bassine de l’Amazon), N-E PerouGeophagus gottwaldi Schindler & Staeck 2006 Rio Orinoco au VenezuelaAmazonie vivante page 80
    • Espèces Scientifique(s) Date LieuGladioglanis anacanthus Rocha, de Oliveira & Rapp Py-Daniel 2008 Rio Aripuaña, Amazonas, BrésilGuianacara cuyunii López-Fernández, Taphorn Baechle & 2006 Plateau des Guyanes Est Venezuela KullanderGuianacara stergiosi López-Fernández, Taphorn Baechle & 2006 Plateau des Guyanes Est Venezuela KullanderGymnotus arapaima Albert & Crampton 2001 Plaine inondable de l’AmazoneGymnotus curupira Crampton, Thorsen & Albert 2005 Bassin de l’AmazoneGymnotus jonasi Albert & Crampton 2001 Plaine inondable de l’AmazoneGymnotus mamiraua Albert & Crampton 2001 Plaine inondable de l’AmazoneGymnotus melanopleura Albert & Crampton 2001 Plaine inondable de l’AmazoneGymnotus obscurus Crampton, Thorsen & Albert 2005 Bassin de l’AmazoneGymnotus onca Albert & Crampton 2001 Plaine inondable de l’AmazoneGymnotus ucamara Crampton, Lovejoy & Albert 2003 Amazone PéruvienGymnotus varzea Crampton, Thorsen & Albert 2005 Bassin de l’AmazoneHarttia depressa Rapp Py-Daniel & Oliveira 2001 GuyanaHarttia dissidens Rapp Py-Daniel & Oliveira 2001 GuyanaHarttia duriventris Rapp Py-Daniel & Oliveira 2001 GuyanaHarttia guianensis Rapp Py-Daniel & Oliveira 2001 GuyanaHarttia merevari Provenzano 2005 Etat Bolívar, Fleuve de Caura, VenezuelaHarttia punctata Rapp Py-Daniel & Oliveira 2001 GuyanaHarttia trombetensis Rapp Py-Daniel & Oliveira 2001 GuyanaHarttia uatumensis Rapp Py-Daniel & Oliveira 2001 GuyanaHasemania nambiquara Bertaco & Malabarba 2007 Rio Tapajós supérieur, axe fluvial du BrésilHemiancistrus guahiborum Werneke,Armbruster,Lujan&Taphorn 2005 Rio Ventuari, Amazonas, VenezuelaHemiancistrus pankimpuju Lujan & Chamon 2008 Bassin de l’AmazoneHemiancistrus subviridis Werneke, Sabaj, Lujan & Armbruster 2005 Rio Orinoco, Amazonas, VenezuelaHemibrycon divisorensis Bertaco, Malabarba, Hidalgo & Ortega 2007 Axe fluvial rio Ucayali, Sierra del Divisor, PérouHemigrammus arua Lima, Wosiacki and Ramos 2009 Etat de Pará, BrésilHemigrammus geisleri Zarske & Géry 2007 Amazonas centralHemigrammus neptunus Zarske & Géry 2002 Rio Manuripi, Dépt du Pando, BolivieHemigrammus ora Zarske & Géry 2006 Guyane FrançaiseHemigrammus silimoni Britski & Lima 2008 Bassin du Rio Tapajós, BrésilHemiodus jatuarana Langeani 2004 Rio Trombetas, Brésil, Bassin Amazone, BrésilHemiodus tocantinensis Langeani 1999 Rio Tocantins, BrésilHisonotus chromodontus Britski & Garavello 2007 Rio Tapajós, Brésil, Etat Mato Grosso, BrésilHisonotus luteofrenatus Britski & Garavello 2007 Rio Tapajós, Brésil, Etat Mato Grosso, BrésilHoplias curupiru Oyakawa & Mattox 2009 AmazoneHypancistrus contradens Armbruster, Lujan & Taphorn 2007 Amazonas, VenezuelaHypancistrus debilittera Armbruster, Lujan & Taphorn 2007 Amazonas, VenezuelaHypancistrus furunculus Armbruster, Lujan & Taphorn 2007 Amazonas, VenezuelaHypancistrus lunaorum Armbruster, Lujan & Taphorn 2007 Amazonas, VenezuelaHyphessobrycon borealis Zarske, Le Bail & Géry 2006 Guyane FrançaiseHyphessobrycon heliacus Moreira, Landim & Costa 2002 Rio Tapajós, Bassin brésilien, Central BrésilHyphessobrycon hexastichos Bertaco & Carvalho 2005 Etat du Mato Grosso, BrésilHyphessobrycon melanostichos Carvalho & Bertaco 2006 Rio Tapajós, Bassin brésilien, Chapada dos Parecis, Brésil centreHyphessobrycon nigricinctus Zarske & Géry 2004 Rio Madre de Dios au PérouHyphessobrycon notidanos Carvalho & Bertaco 2006 Rio Tapajós, Bassin brésilien, Chapada dos Parecis, Brésil centreHyphessobrycon oritoensis García-Alzate, Román-Valencia & Taphorn 2008 Axe fluvial du fleuve Putumayo, Amazonie ColombienneHyphessobrycon pando Hein 2008 Département du Pando, BolivieHyphessobrycon scutulatus Lucena 2003 Rio Tapajós, système fluvial du Brésil Amazonie vivante page 81
    • Espèces Scientifique(s) Date LieuHypostomus ericae Hollanda Carvalho & Weber 2005 Syst. fluvial moyen et inférieur AmazoneHypostomus ericius Armbruster 2003 Axe fluvial Rio Amazonas (Pérou)Hypostomus faveolus Zawadzki, Birindelli & Lima 2008 Rio Tocantins, Brésil et Rio Xingu, Bassin brésilien (centre Brésil)Hypostomus hemicochliodon Armbruster 2003 Rio Amazonas axe fluvial du PérouHypostomus macushi Armbruster, J.W. and L.S. de Souza 2005 GuyanaHypostomus paucipunctatus Hollanda Carvalho & Weber 2005 Syst. fluvial moyen et inférieur AmazoneHypostomus simios Hollanda Carvalho & Weber 2005 Syst. fluvial moyen et inférieur AmazoneHypostomus soniae Hollanda Carvalho & Weber 2005 Syst. fluvial moyen et inférieur AmazoneHypostomus waiampi Hollanda Carvalho & Weber 2005 Syst. fluvial moyen et inférieur AmazoneItuglanis mambai Bichutte & Trajano 2008 Rio Tocantins, BrésilJupiaba isasy Netto-Ferreira et al 2009 Rio TapajosJupiaba kurua Birindelli, Zanata, Sousa & Netto-Ferreira 2009 Rio Curuá, Rio Xingu, Bassin brésilien (Brésil)Jupiaba Paránatinga Netto-Ferreira et al 2009 Rio TapajosJupiaba poekotero Zanata & Lima 2005 Rio Tiquié, Bassin Sup. du Rio Negro, BrésilKnodus borki Zarske 2008 Iquitos, PérouKnodus shinahota Ferreira & Carvajal 2007 Rio Shinahota, Bassin du Rio Chaparé (système fluvial de Mamoré), BolivieKnodus tiquiensis Ferreira & Lima 2006 Rio Tiquié, Bassin Sup. du Rio Negro, BrésilLaetacara fulvipinnis Staeck & Schindler 2007 Rio Orinoco et Rio Negro (Venezuela)Lasiancistrus saetiger Armbruster 2005 Etat de Pará, Brésil,Leporinus Amazonieicus Dos Santos & Zuanon 2008 Plaines de l’Amazone, BrésilLeporinus bleheri Géry 1999 Bassin du Rio Guaporé-IténezLeporinus geminis Garavello & Santos 2009 Araguaia-Tocantins, Bassin de l’Amazone, BrésiLeporinus guttatus Birindelli & Britski 2009 Rio Curuá, Rio Xingu, Bassin brésilien, Serra do Cachimbo, BrésilLeporinus unitaeniatus Garavello & Santos 2009 Araguaia-Tocantins, Bassin de l’Amazone, BrésilLeptodoras cataniai Sabaj 2005 Etat de l’Amazonas, VenezuelaLeptodoras oyakawai Birindelli, Sousa & Sabaj Pérez 2008 Bassin Tapajós et Xingu, BrésilLithoxus jantjae Lujan 2008 Hauts Plateaux du GuayanaLithoxus jantjae Lujan 2008 Amazonas, VenezuelaLoricaria lundbergi Thomas & Rapp Py-Daniel 2008 Canaux fluviaux du Bassin de l’AmazoneLoricaria pumila Thomas & Rapp Py-Daniel 2008 Canaux fluviaux du Bassin de l’AmazoneLoricaria spinulifera Thomas & Rapp Py-Daniel 2008 Canaux fluviaux du Bassin de l’AmazoneMegadontognathus kaitukaensis Campos-da-paz 1999 Bassin de l’AmazoneMegalonema amaxanthum Lundberg and Dahdul 2008 Département du Pando, BolivieMegalonema orixanthum Lundberg and Dahdul 2008 Bassin de l’Orinoco, Etat d’Amazonas, VenezuelaMoema apurinan Costa 2004 Bassin du Rio Purus, BrésilMoenkhausia cosmops Lima, Britski & Machado 2007 Rio TapajôsMoenkhausia diktyota Lima & Toledo-Piza 2001 Rio Negro du BrésilMoenkhausia dorsinuda Zarske & Géry 2002 Rio Iténez en BolivieMoenkhausia levidorsa Benine 2002 Rio Aripuanã, Bassin Amazone, BrésilMoenkhausia margitae Zarske & Géry 2001 Rio Ucayali au PérouMoenkhausia petymbuaba Lima & Birindelli 2006 Serra do Cachimbo, Rio Xingu, BrésilMyloplus planquettei Jégu, M., P. Keith and P.-Y. Le Bail 2003 Plateau des GuyanesMyoglanis koepckei Chang 1999 Rio Amazonas, PérouNannacara quadrispinae Staeck & Schindler 2004 Delta de l’Orinoco au VenezuelaNannostomus rubrocaudatus Zarske 2009 Région de Loreto, PérouOdontostilbe Equateurensis Bührnheim & Malabarba 2006 Bassin de l’AmazoneOdontostilbe nareuda Bührnheim & Malabarba 2006 Bassin de l’AmazoneOdontostilbe parecis Bührnheim & Malabarba 2006 Bassin de l’AmazoneOtocinclus batmani Lehmann A. 2006 Rio Puré (Colombie), et 2 bras morts du Rio Amazonas (Iquitos), PérouAmazonie vivante page 82
    • Espèces Scientifique(s) Date LieuOtocinclus cocama Reis 2004 Région du Loreto, PérouOtocinclus cocama Reis 2004 Rio Ucayali, PérouPachyurus stewarti Casatti & Chao 2002 Bassin du Rio Napo, Est EquateurPanaqolus changae Chockley & Armbruster 2002 Pérou OrientalPanaque bathyphilus Lujan & Chamon 2008 Bassins fleuves Itaya et Momon (Pérou)Paráncistrus nudiventris Rapp Py-Daniel & Zuanon 2005 Rio Xingu, Brésil,Pariosternarchus Amazonieensis Albert & Crampton 2006 Fleuve AmazonePeckoltia cavatica Armbruster, J.W. and D.C. Werneke 2005 GuyanaPeckoltia sabaji Armbruster, J.W. 2003 Plateau des GuyanesPhallobrycon adenacanthus Menezes, Ferreira & Netto-Ferreira 2009 Rio Xingu, Bassin brésilienPhenocogaster apletostigma de Lucena, Z.M.S. & C. de S. Gama 2007 Etat d’Amapá, BrasilPhreatobius dracunculus Shibatta, Muriel-Cunha & De Pinna 2007 Bassin Sud Ouest de l’AmazonePhreatobius sanguijuela Fernández, Saucedo, Carvajal-Vallejos & 2007 Fleuve Iténez, Bolivie SchaeferPhysopyxis ananas Sousa and Rapp 2005 Bas. Rio Jutaí, Solimões, Amazonas, BrésilPhysopyxis cristata Sousa and Rapp 2005 Rio Negro, Amazonas, BrésilPimelodus haisodus Ribeiro et al 2008 Rio Tocantins, BrésilPimelodus joannis Ribeiro et al 2008 Rio Tocantins, BrésilPimelodus stewarti Ribeiro et al 2008 Rio Tocantins, BrésilPimelodus tetramerus Ribeiro & Lucena 2006 Rios Tapajós, Tocantins, BrasilPlatyurosternarchus crypticus de Santana & Vari 2008 Rio Branco, BrésilPotamotrygon boesemani Rosa, Carvalho, and Wanderley 2008 SurinamePropimelodus caesius Parisi, Lundberg & DoNascimiento 2006 Bassin de l’AmazonePseudancistrus corantijniensis DeChambrier,S.andJ.I.Montoya-Burgos 2008 Plateau des GuyanesPseudobunocephalus lundbergi Friel 2008 Etat de Bolivar, VenezuelaPterygoplichthys weberi Armbruster and Page 2006 Fleuve Amazone, Amazonas, ColombiePyrrhulina elongata Zarske & Géry 2001 Rio Tapajos au BrésilRhabdolichops lundbergi Correa, Crampton & Albert 2006 Amazone CentralRhabdolichops navalha Correa, Crampton & Albert 2006 Amazone CentralRhabdolichops nigrimans Correa, Crampton & Albert 2006 Amazone CentralRhinodoras armbrusteri Sabaj et al 2008 Rio Branco, BrésilRineloricaria daraha Rapp Py-Daniel & Fichberg 2008 Bas. Rio Daraá, Negro, Amazone, BrésilRivulus amanan Costa & Lazzarotto 2008 Axe fluvial Japurá, Bas. versant Amazonas, BrésilRivulus amanapira Costa 2004 Rio Negro, BrésilRivulus caurae Radda 2004 Rio Caura, Etat de Bolivar, VenezuelaRivulus gaucheri Keith, P., L. Nandrin & P.-Y. Le Bail 2006 Guyane FrançaiseRivulus kayabi Costa 2007 Bas. versant deTapajós, Brésil méridionalRivulus kirovskyi Costa 2004 Amazone Central, BrésilRivulus mahdiaensis Suijker, W.H. and G.E. Collier 2006 GuyanaRivulus sape Lasso-Alcalá, O.M., D.C. Taphorn, C.A. 2006 Plateaux des Guyanes, Venezuela Lasso & O. León-MataRivulus uakti Costa 2004 Rio Negro, BrésilRivulus uatuman Costa 2004 Brésil CentralRoeboides oligistos Lucena 2000 Rios Orinoco et AmazonasScoloplax baskini Rocha, de Oliveira & Rapp Py-Daniel 2008 Rio Aripuanã, Amazonas, BrésilSerrasalmus altispinis Merckx, Jégu & Santos 2000 Rio Atumã, Amazonas, BrésilSimpsonichthys inaequipinnatus Costa 2008 Rio Tocantins, BrésilSimpsonichthys reticulatus Costa & Nielsen 2003 Rio Xingu, plaines inondées du BrésilSkiotocharax meizon Presswell, Weitzman & Bergquist 2000 GuyanaSorubim maniradii Littmann, Burr & Buitrago-Suarez 2001 Bassin Sup. et moyen de l’AmazoneSteatogenys ocellatus Crampton, Thorsen & Albert 2004 Plaines inondées du Bassin de l’AmazoneSteindachnerina notograptos Lucinda & Vari 2009 Rio Tocantins, BrésilSternarchorhynchus caboclo de Santana & Nogueira 2006 Bassin de l’Amazone, Brésil Amazonie vivante page 83
    • Espèces Scientifique(s) Date LieuSternarchorhynchus curumim de Santana & Crampton 2006 Plaines inondées du Bassin de l’Amazone, BrésilSternarchorhynchus severii de Santana & Nogueira 2006 Bassin de l’Amazone, BrésilSternopygus branco Crampton, Hulen & Albert 2004 Plaines inondées du Bassin de l’Amazone, BrésilSynbranchus lampreia Favorito, Zanata & Assumpção 2005 Etat de Pará, Brésil,Teleocichla centisquama Zuanon & Sazima 2002 Xingu River, AmazoneTetragonopterus lemniscatus Benine, R.C., G.Z. Pelição & R.P. Vari 2004 Bassin Versant de Corantijn au SurinameTetranematichthys wallacei Vari & Ferraris 2006 Rio NegroTometes lebaili Jégu, Keith & Belmont-Jégu 2002 Bassins des fleuves Mana et Maroni en Guyane Fr., et le fleuve Commewine (Suriname) Jégu, Santos & Belmont-Jégu 2002 Rio Negro (Brésil) et Orinoco (Venezuela)Tometes makue Fernandez & Miranda 2007 BolivieTrichomycterus thermatotAl de poissons : 257Amazonie vivante page 84
    • AmPhibiensEspèces Scientifique(s) Date LieuAdelophryne patamona MacCulloch, Lathrop, Kok, Minter, Khan, and 2008 Guyana Barrio-AmorosAllobates caeruleodactylus Lima and Caldwell 2001 Etat d’Amazonas, BrésilAllobates cepedai Morales 2002 Dépt de Meta, ColombieAllobates conspicuus Morales 2002 Manu, Madre de Dios, Pérou; Acre, BrésilAllobates craspedoceps Duellman 2004 Région de St Martin, PérouAllobates crombiei Morales 2002 Río Xingú, Etat de Pará, BrésilAllobates fratisenescus Morales 2002 Fleuve de Pastaza, EquateurAllobates fuscellus Morales 2002 Etats d’Amazonas et Rondônia, BrésilAllobates gasconi Morales 2002 Río Juruá Etats d’Acre et d’Amazonas, BrésilAllobates granti Kok, MacCulloch, Gaucher, Poelman, Bourne, 2006 Guyane Française Lathrop, and LengletAllobates insperatus Morales 2002 Santa Cecilia, Prov. de Napo, EquateurAllobates masniger Morales 2002 Etat de Pará, BrésilAllobates melanolaemus Grant and Rodriguez 2001 Région de Loreto, PérouAllobates nidicola Caldwell and Lima 2003 Etat d’Amazonas, BrésilAllobates ornatus Morales 2002 Région de Saint Martin, PerouAllobates picachos Ardila-Robayo, Acosta-Galvis, 2000 Ouest de la Cordillère Orientale Boyacá et & Coloma Santander et Est de la Cordillère Centrale de Caldas et Antioquia, ColombieAllobates spumaponens Kok and Ernst 2007 Rés. Forestière du Mont Mabura, GuyanaAllobates subfolionidificans Lima, Sanchez, and Souza 2007 Etat d’Acre, BrésilAllobates sumtuosus Morales 2002 Etat de Pará, Brésil; Rég. de Loreto, PérouAllobates undulatus Myers and Donnelly 2001 Etat d’Amazonas, VenezuelaAllobates vanzolinius Morales 2002 Etat d’Amazonas, BrésilAmeerega altAmazonieica Twomey and Brown 2008 Rég. de St Martin et de Loreto, PérouAmeerega ignipedis Brown and Twomey 2009 Région de Loreto, PérouAmeerega pepperi Brown and Twomey 2009 Vallée sup. de Huallaga, PérouAmeerega pongoensis Schulte 1999 Pongo de Aguirre, Amazonas, PérouAmeerega yoshina Brown and Twomey 2009 Région de Saint Martin, PérouAmeerega yungicola Lötters, Schmitz, and Reichle 2005 Département de La Paz, BolivieAnomaloglossus baeobatrachus Boistel and Massary 1999 Guyane Fr., Suriname, BrésilAnomaloglossus breweri Barrio-Amorós 2006 Etat de Bolívar, VenezuelaAnomaloglossus kaiei Kok, Sambhu, Roopsind, Lenglet & Bourne 2006 Parc National Kaieteur, GuyanaAnomaloglossus moffetti Barrio-Amorós and Brewer-Carias 2008 Brésil, VenezuelaAnomaloglossus triunfo Barrio-Amorós, Fuentes-Ramos & Rivas- 2004 Etat de Bolívar, Venezuela FuenmayorAnomaloglossus wothuja Barrio-Amorós, Fuentes-Ramos & Rivas- 2004 Etat d’Amazonas, Venezuela FuenmayorAtelopus dimorphus Lötters 2003 Cordillère Azul, Huánuco, PérouAtelopus epikeisthos Lötters, Schulte, and Duellman 2005 Région d’Amazonas, PérouAtelopus mittermeieri Ac ost a- Ga lv is, Rueda-A lmonacid, 2006 El Encino Municipal, Santander, Velásquez-Álvarez, Sánchez-Pacheco, et Colombie Peña-PrietoAtelopus monohernandezii Ardila-Robayo, Osorno-Muñoz & Ruiz- 2002 Dépt de Santander, Colombie CarranzaAtelopus oxapampae Lehr, Lötters, and Mikael 2008 Chontabamba, Prov. de Pasco, Rég. de Pasco, PérouAtelopus petersi Coloma, Lötters, Duellman, & Miranda- 2007 Prov. de Napo et de Chimborazo, Equateur LeivaAtelopus petriruizi Ardila-Robayo 1999 Dépt Caquetá, ColombieAtelopus pyrodactylus Venegas and Barrio 2006 Prov. de Mariscal Cáceres, Rég. de St Martín, PérouAtelopus reticulatus Lötters, Haas, Schick, and Böhme 2002 Région d’Ucayali, PérouBrasilotyphlus guarantanus Maciel, Mott and Hoogmoed 2009 MatoGrossonord,villedeGuarantãdoNorte Amazonie vivante page 85
    • Espèces Scientifique(s) Date LieuCentrolene condor Cisneros-Heredia and Morales-Mite 2008 Versant ouest de la Cordillère del Cóndor, Prov. de Zamora-Chinchipe, EquateurCentrolene durrellorum Cisneros-Heredia 2007 Prov.deZamora-ChinchipedeNapo,EquateurCentrolene mariaelenae Cisneros-Heredia and McDiarmid 2006 Prov. de Napo, Tungurahua, Morona-Santiago & Zamora-Chinchipe, EquateurChiasmocleis avilapiresae Peloso and Sturaro 2008 Connu du sud du fleuve Amazone, au sein de son axe fluvial du centre de l’Etat d’Amazonas et de l’Etat de Rondônia oriental, de l’Etat du Mato Grosso nord ouest, de l’Etat de Pará sud central jusqu’à l’embouchure de l’AmazoneChiasmocleis devriesi W. Chris Funk & David C. Cannatella 2009 Pérou amazonienChiasmocleis jimi Caramaschi and Cruz 2001 Etats d’Amazonas et Pará, BrésilChiasmocleis magnova Moravec and Köhler 2007 Iquitos, Région d’Amazonas, PérouCochranella amelie Cisneros-Heredia and Meza-Ramos 2007 Province de Pastaza, EquateurCochranella erminea Torres-Gastello, Suárez-Segovia & Cisneros- 2007 Bassin versant de Tambo, Prov. Satipo, Région de Heredia Junín, PérouCochranella mcdiarmidi Cisneros-Heredia, Venegas, Rada & 2008 Pérou, Equateur SchulteCochranella phryxa Aguayo-Vedia and Harvey 2006 Département de La Paz, BolivieDendrobates nubeculosus Jungfer and Böhme 2004 District de Mazruni Potaro, GuyanaDendropsophus coffeus Köhler, Jungfer, and Reichle 2005 Pérou; Dépt de La Paz, BolivieDendropsophus delarivai Köhler and Lötters 2001 Yungas de Cochabamba, BolivieDendropsophus gaucheri Lescure and Marty 2000 Guyane Française, SurinameDendropsophus joannae Köhler and Lötters 2001 Département du Pando, BolivieDendropsophus juliani Moravec, Aparicio, and Köhler 2006 Région de Madre de Dios, Pérou; Dépt du Pando, Bolivie et éventuellement du Dépt de Santa Cruz, occurrence probable au Brésil limitrophe.Dendropsophus reichlei Moravec, Aparicio, Guerrero-Reinhard,Calderon, 2008 Département du Pando, Bolivie & KöhlerGastrotheca atympana Duellman,Lehr,Rodríguez,&vonMay 2004 Pampa Hermosa, Prov. de Tarma, Junín, PérouGastrotheca carinaceps Duellman, Trueb, and Lehr 2006 Prov. d’Oxapampa, alentours de San Alberto,PérouGastrotheca ossilaginis Duellman and Venegas 2005 Région de Saint Martin, PérouGastrotheca phalarosa Duellman and Venegas 2005 Région de Saint Martin, PérouGastrotheca piperata Duellman and Köhler 2005 Dépt de Cochabamba, BolivieGastrotheca zeugocystis Duellman,Lehr,Rodríguez,&vonMay 2004 Cordillère de Carpish, Huánuco, PérouHemiphractus helioi Sheil and Mendelson 2001 Brésil, Pérou, BolivieHyalinobatrachium carlesvilai Castroviejo-Fisher, Padial, Chaparro, 2009 Versant Amazonien des Andes, Pérou et Aguayo & De la Riva BolivieHyalinobatrachium eccentricum Myers and Donnelly 2001 Etat d’Amazonas, VenezuelaHyalinobatrachium ignioculus Noonan and Bonett 2003 Venezuela, GuyanaHyalinobatrachium mesai Barrio-Amorós and Brewer-Carias 2008 Brésil, VenezuelaHyalinobatrachium mondolfii Señaris and Ayarzagüena 2001 Delta d’Amacura et Monagas, VenezuelaHyalinobatrachium nouraguense Lescure and Marty 2000 Réserve de Nouragues, Guyane Fr.; President Figueiredo, Etat d’Amazonas, BrésilHyloscirtus tapichalaca Kizirian, D., Coloma, L.A. & Paredes- 2003 Province de Zamora-Chinchipe, Recalde, A. EquateurHyloxalus aeruginosus Duellman 2004 Région de Saint Martin, PérouHyloxalus chlorocraspedus Caldwell 2005 Ouest de Porto Walter, Etat d’Acre, Brésil & région d’Ucayali, PérouHyloxalus eleutherodactylus Duellman 2004 Région de Saint Martin, PérouAmazonie vivante page 86
    • Espèces Scientifique(s) Date LieuHyloxalus insulatus Duellman 2004 Région Amazonas, PérouHyloxalus leucophaeus Duellman 2004 Région Amazonas, PérouHyloxalus patitae Lotters et al 2003 Upper Amazonieian Basin, PérouHyloxalus saltuarius Grant and Ardila-Robayo 2002 Département Caquetá, ColombieHyloxalus sordidatus Duellman 2004 San Martín Region, PérouHyloxalus spilotogaster Duellman 2004 Région de Saint Martin, PérouHypodactylus araiodactylus Duellman and Pramuk 1999 Région Amazonas, PérouHypodactylus fallaciosus Duellman 2000 Etat d’Amazonas, PérouHypodactylus lundbergi Lehr 2005 District de Paucartambo, Prov. de Pasco, Région de Pasco, PérouHypsiboas angelicus Myers and Donnelly 2008 Etat de Bolívar, VenezuelaHypsiboas jimenezi Señaris and Ayarzagüena 2006 Etat de Bolívar, VenezuelaHypsiboas liliae Kok 2006 District de Potaro-Siparuni, GuyanaHypsiboas nympha Faivovich, Moravec, Cisneros-Heredia & 2006 Bassin Supérieur de l’Amazone, Est Equateur ; Köhler N.Est Pérou & Leticia, ColombieHypsiboas rhythmicus Señaris and Ayarzagüena 2002 Parc National Jaua-Sarisariñama, Etat de Bolívar, VenezuelaHypsiboas tepuianus Barrio-Amorós and Brewer-Carias 2008 Sud de Sarisariñama-tepui, Localité VI, Etat de Bolívar, VenezuelaLeptodactylus heyeri Boistel, Massary, and Angulo 2006 Guyane FrançaiseLeptodactylus Paráensis Heyer 2005 Etat de Pará, BrésilNannophryne apolobambica De la Riva, Ríos, and Aparicio 2005 Prov.deFranzTamayo,DéptdeLaPaz,BolivieNobella ritarasquinae Kolher 2000 Amazonie bolivienneNoblella duellmani Lehr, Aguilar, and Lundberg 2004 District de Paucartambo, Prov. de Pasco, Rég. de Pasco, PérouNoblella pygmaea Lehr and Catenazzi 2009 Vallée supérieure de Cosnipata Valley, Région de Cusco, Pérou méridionalNymphargus laurae Cisneros-Heredia and McDiarmid 2007 Province d’Orellana, EquateurNymphargus mixomaculatus Guayasamin, Lehr, Rodríguez & 2006 Cordillère de Carpish, Province d’Huánuco, Aguilar Région d’Huánuco, PérouNymphargus wileyi Guayasamin, Bustamante, Almeida-Reinoso & 2006 Province de Napo, Equateur FunkOreobates choristolemma Harvey and Sheehy 2005 Prov. de Caranavi, Dépt de La Paz, BolivieOreobates lehri Padial, Chaparro, and De la Riva 2007 Forêts humides des vallées de l’Apurimac et Kosñipata, Pérou méridionalOreobates madidi Padial, Gonzáles, and De la Riva 2005 Prov. de Franz Tamayo, Dépt La Paz, BolivieOreobates sanderi Padial, Reichle, and De la Riva 2005 Prov. de Franz Tamayo, Dépt La Paz, BolivieOreophrynella dendronastes Lathrop and MacCulloch 2007 Mont Ayanganna, GuyanaOreophrynella seegobini Kok 2009 Montagnes de Pakaraima, GuyanaOreophrynella weiassipuensis Señaris, Nascimento, and Villarreal 2005 Wei-AssipuTepui,frontièreduGuyana-BrésilOsornophryne puruanta Gluesenkamp and Guayasamin 2008 CordillèredePimampiro,Prov.Imbabura,EquateurOsteocephalus castaneicola Moravec et al 2009 Amazonie bolivienneOsteocephalus deridens Jungfer, Ron, Seipp, and Almendáriz 2000 Prov. de Napo, Francisco d’Orellana et Sucumbíos, EquateurOsteocephalus exophthalmus Smith and Noonan 2001 Tepui au sud d’Imbaimadai, GuyanaOsteocephalus fuscifacies Jungfer, Ron, Seipp, and Almendáriz 2000 Prov. de Napo, Francisco d’Orellana et Sucumbíos, EquateurOsteocephalus heyeri Lynch 2002 Dépt d’Amazonas, Colombie et Région adjacente de Loreto, PérouOsteocephalus leoniae Jungfer and Lehr 2001 Prov. d’Oxapampa, Rég. de Pasco, PérouOsteocephalus mutabor Jungfer and Hödl 2002 Région d’Ucayali, PérouOsteocephalus phasmatus MacCulloch and Lathrop 2005 Mont Ayanganna, Guyana Amazonie vivante page 87
    • Espèces Scientifique(s) Date LieuOsteocephalus yasuni Ron and Pramuk 1999 Amazone sup., Equateur; Loreto, Pérou; Dépt d’Amazonas, ColombiePhyllomedusa camba De la Riva 1999 Bassin Sud Est de l’Amazone du Pérou du Sud Est (Régions de Madre de Dios et d’Ycayali), Brésil occidental (Etats d’Acre, d’Amazonas et de Rondônia) jusqu’à la Bolivie orientale (Dépts du Beni, de Cochabamba, de La Paz, du Pando et de Santa Cruz)Pristimantis achuar Elmer and Cannatella 2008 Prov. de Pastaza et de Napo, EquateurPristimantis adiastolus Duellman and Hedges 2007 Forêts montagneuses humides inf., Est de la Cordillère Yanachaga , Rég. de Pasco, PérouPristimantis albertus Duellman and Hedges 2007 Río San Alberto, Oxapampa, Pasco, PérouPristimantis altamnis Elmer and Cannatella 2008 Province de Napo, EquateurPristimantis andinognomus Lehr & Coloma 2008 Est des Andes, Equateur méridionalPristimantis aniptopalmatus Duellman and Hedges 2005 Ouest Yanachaga, Prov. d’Oxapampa, Pasco, PérouPristimantis aquilonaris Lehr, Aguilar, Siu-Ting, and Jordán 2007 Forêts montagneuses, Rég. de Piura, PérouPristimantis aracamuni Barrio-Amorós & Molina 2006 Connu seulement du sommet du Cerro Aracamuni, montagne granitique associée au massif de Neblina, Etat d’Amazonas, VenezuelaPristimantis ardalonychus Duellman & Pramuk 1999 Prov. de Rioja, Rég. de St Martin, PérouPristimantis atrabracus Duellman & Pramuk 1999 Prov. de Bagua, Rég. d’Amazonas, PérouPristimantis aureolineatus Guayasamin, Ron, Cisneros-Heredia, Lamar 2006 Bassin de l’Amazone (Equateur oriental et N.E. & McCracken Pérou)Pristimantis auricarens Myers and Donnelly 2008 Sommet d’Auyantepui, Bolívar, VenezuelaPristimantis avicuporum Duellman and Pramuk 1999 Prov. de Bagua, Rég. d’Amazonas, PérouPristimantis bellator Lehr, Aguilar, Siu-Ting & Jordán 2007 NorddePiuraetRég.adjacentedeCajamarca,PérouPristimantis bicantus Guayasamin & Funk 2009 VersantAmazoniendesAndesdel’EquateurPristimantis bipunctatus Duellman and Hedges 2005 Basses plaines et forêts montagneuses humides d’Ucayali, PérouPristimantis caeruleonotus Lehr, Aguilar, Siu-Ting, & Jordán 2007 Prov. d’Huancabamba, Rég. de Piura, PérouPristimantis coronatus Lehr and Duellman 2007 Prov. d’Huancabamba, Rég. de Piura, PérouPristimantis corrugatus Duellman, Lehr, & Venegas 2006 Nord Cordillère Centrale, Nord du PérouPristimantis cuneirostris Duellman and Pramuk 1999 Prov. de Bagua, Rég. d’Amazonas, PérouPristimantis dendrobatoides Means and Savage 2007 Massif Wokomung, Centre Ouest Guyana, habitat de forêts montagneuses humidesPristimantis exoristus Duellman and Pramuk 1999 Pro. de Morona-Santiago, EquateurPristimantis flavobracatus Lehr, Lundberg, Aguilar, & von May 2006 District de Chontabamba, Prov. d’Oxapampa, Pasco, PérouPristimantis guaiquinimensis Schlüter and Rödder 2007 Guaiquinima Tepui, Bolivar, VenezuelaPristimantis huicundo Guayasamin, Almeida-Reinoso, & Nogales- 2004 Province de Sucumbíos, Cordillère Orientale dans Sornosa l’Equateur du NordPristimantis infraguttatus Duellman and Pramuk 1999 Prov. de Morona-Santiago, EquateurPristimantis jester Means and Savage 2007 Massif Wokomung, centre ouest du GuyanaPristimantis kichwarum Elmer and Cannatella 2008 Province de Napo, EquateurPristimantis koehleri Padial and De la Riva 2009 Dépt de Santa Cruz, BoliviePristimantis leucorrhinus Boano, Mazzotti, and Sindaco 2008 District de Chontabamba, Prov. d’Oxapampa, Pasco, PérouPristimantis lucasi Duellman and Chaparro 2008 Forêts montagneuses humides, District d’Oxapampa, Pasco, PérouPristimantis marahuaka Fuentes-Ramos and Barrio-Amorós 2004 Etat d’Amazonas, VenezuelaPristimantis melanogaster Duellman and Pramuk 1999 Région d’Amazonas, PérouAmazonie vivante page 88
    • Espèces Scientifique(s) Dates LieuxPristimantis metabates Duellman and Pramuk 1999 Prov. de Bagua, Rég.d’Amazonas, PérouPristimantis minutulus Duellman and Hedges 2007 Oxapampa, Rég. de Pasco, PérouPristimantis muscosus Duellman and Pramuk 1999 Province de Rioja, Rég. St Martin, PérouPristimantis nephophilus Duellman and Pramuk 1999 Prov. Rioja, Rég. de St Martin, PérouPristimantis ornatus Lehr, Lundberg, Aguilar, & von May 2006 Région de Pasco, PérouPristimantis pataikos Duellman and Pramuk 1999 Prov. de Bagua, Rég. d’Amazonas, Pérou; Province de Zamora-Chinchipe, EquateurPristimantis reichlei Padial and De la Riva 2009 Région d’Huánuco, PérouPristimantis rhabdocnemus Duellman and Hedges 2005 Ouest Yanachaga, Prov. d’Oxapampa, Pasco, PérouPristimantis rhodostichus Duellman and Pramuk 1999 Rég. d’Amazonas, Pérou; Prov. de Zamora- Chinchipe, EquateurPristimantis royi Morales 2007 Prov. de Huancabamba, Pasco, PérouPristimantis rufioculis Duellman and Pramuk 1999 Prov. de Rioja, St Martin, PérouPristimantis sagittulus Lehr, Aguilar, and Duellman 2004 Cordillère Orientale dans la formation des yungas, Province d’Oxapampa, Pasco, PérouPristimantis saltissimus Means and Savage 2007 Massif Wokomung, centre ouest GuyanaPristimantis sarisarinama Barrio-Amorós and Brewer-Carias 2008 Sarisariñama-tepui, Bolívar, VenezuelaPristimantis seorsus Lehr 2007 Cordillère de Vilcabamba, Prov. Satipo, Rég. de Junín, PérouPristimantis serendipitus Duellman and Pramuk 1999 Amazonas, Zamora-Chinchipe, EquateurPristimantis spectabilis Duellman and Chaparro 2008 Santa Bárbara, Huancabamba, Prov. d’Oxapampa, Rég. de Pasco, PérouPristimantis stegolepis Schlüter and Rödder 2007 Guaiquinima Tepui, Bolívar, VenezuelaPristimantis stictoboubonus Duellman, Lehr, and Venegas 2006 Nord Cordillère Centrale, Prov. de Mariscal Cáceres, St Martin, PérouPristimantis stictogaster Duellman and Hedges 2005 Ouest Cordillère Yanachaga, Prov. de Pasco, Rég. de Pasco, PérouPristimantis tantanti Lehr,Torres-Gastello&Suárez-Segovia 2007 Basse plaines Nord Amazonie, Cusco, PérouPristimantis tanyrhynchus Lehr 2007 Cordillère de Vilcabamba, Prov. de Satipo, Rég. de Junín, PérouPristimantis tepuiensis Schlüter and Rödder 2007 Guaiquinima Tepui, Bolívar, VenezuelaPristimantis wagteri Venegas 2007 Alentours du lac Los Cóndores, Rég. de St Martin, PérouPristimantis waoranii McCracken, Forstner, and Dixon 2007 Parc Nat. Yasuni, Prov. d’Orellana, EquateurPristimantis yuruaniensis Rödder and Jungfer 2008 Yuruaní-tepui, Bolívar, VenezuelaPristimantis zoilae Mueses-Cisneros 2007 Dépt de Putumayo, ColombieProceratophrys concavitympanum Giaretta, Bernarde & Kokubum 2000 Etat de Rondônia, BrésilPsychrophrynella ankohuma Padial & De la Riva 2007 Département de La Paz, BoliviePsychrophrynella chacaltaya De la Riva, Padial & Cortéz 2007 Prov. Nord Yungas, Départ La Paz, BoliviePsychrophrynella condoriri De la Riva, Aguayo & Padial 2007 Département de La Paz, BoliviePsychrophrynella guillei De la Riva 2007 Département de La Paz, BoliviePsychrophrynella iani De la Riva, Reichle & Cortéz 2007 Département de La Paz, BoliviePsychrophrynella illampu De la Riva, Reichle & Padial 2007 Département de La Paz, BoliviePsychrophrynella illimani De la Riva & Padial 2007 Prov. de Sud Yungas, La Paz, BoliviePsychrophrynella kallawaya De la Riva & Martínez-Solano 2007 Département de La Paz, BoliviePsychrophrynella katantika De la Riva & Martínez-Solano 2007 Prov. Franz Tamayo, La Paz, BoliviePsychrophrynella quimsacruzis De la Riva, Reichle & Bosch 2007 Département de La Paz, BoliviePsychrophrynella saltator De la Riva, Reichle & Bosch 2007 Département de La Paz, Bolivie,Ranitomeya Amazonieica Schulte 1999 N.E.Amazonie, Pérou Amazonie vivante page 89
    • Espèces Scientifique(s) Dates LieuxRanitomeya benedicta Brown, Twomey, Pepper& Sanchez- 2008 Rég. Loreto et Est St Martin, Pérou RodriguezRanitomeya defleri Twomey and Brown 2009 Rég. du Río Apaporis, S.E ColombieRanitomeya duellmani Schulte 1999 Amazonie Nord Est Pérou, Est Equateur et Colombie limitrophe Amazonie Nord Est, PérouRanitomeya flavovittata Schulte 1999 CanyondeHuallaga,RégdeStMartin,PérouRanitomeya intermedia Schulte 1999 Région de Saint Martin, PérouRanitomeya summersi Brown, Twomey, Pepper& Sanchez-Rodriguez 2008 Réserve de Tamshiyacu-Tahuayo, Rég. de Loreto,Ranitomeya uakarii Brown, Schulte & Summers 2006 Pérou Départ de Caqueta, ColombieRhinella cristinae Vélez-Rodriguez & Ruiz-Carranza 2002 Guyane FrançaiseRhinella lescurei Fouquet,Gaucher,Blanc&Vélez-Rodriguez 2007 Etat de Pará, BrésilRhinella magnussoni Lima, Menin, and Araújo 2007 Parc National de Manu sud est PérouRhinella manu Chaparro, Pramuk, & Gluesenkamp 2007 Guyane Fr., Guyana, SurinameRhinella martyi Fouquet,Gaucher,Blanc&Vélez-Rodriguez 2007 Départ La Paz, BolivieRhinella stanlaii Lötters and Köhler 2000 Province de Franz Tamayo, Départ LaRhinella tacana Padial, Reichle, McDiarmid, & De la 2006 Paz, Bolivie Riva Zone d’Iquitos, Rég. de Loreto, PérouScinax iquitorum Moravec, Tuanama, Pérez & Lehr 2009 Guyane FrançaiseScinax jolyi Lescure and Marty 2000 Montagnes de Pakaraima, GuyanaStefania ackawaio MacCulloch and Lathrop 2002 Montagnes de Pakaraima, GuyanaStefania ayangannae MacCulloch and Lathrop 2002 Etat d’Amazonas, VenezuelaStefania breweri Barrio-Amorós and Fuentes-Ramos 2003 Montagnes de Pakaraima, GuyanaStefania coxi MacCulloch and Lathrop 2002 Département de La Paz, BolivieTelmatobius espadai De la Riva 2005 Département de La Paz, BolivieTelmatobius sibiricus De la Riva and Harvey 2003 Province de Franz Tamayo, Départ de LaTelmatobius timens De la Riva, Aparicio, and Ríos 2005 Paz, BolivietotAl d’amphibiens : 216Amazonie vivante page 90
    • rePtilesEspèces Scientifique(s) Dates LieuAdercosaurus vixadnexus Myers & Donnelly 2001 Massif Yutajé-Corocoro, VenezuelaAnolis cuscoensis Poe and Miranda. 2008 Amazonie Andine, PérouAnolis soinii Poe, Miranda & Lehr 2008 Amazonie Andine, PérouAnolis Poe & Yanez-Miranda 2007 Rioja, Rég. de St Martin, Amazoniewilliamsmittermeierorum péruvienneApostolepis striata De Lema 2004 Etat de Rondônia, BrésilArthrosaura guianensis MacCulloch and Lathrop 2001 Plateau N.E. du Mont Ayanganna, Montagnes de Pakaraima, GuyanaArthrosaura hoogmoedi Kok 2008 Sommet plateau du Mt Maringma, District de Cuyuni-Mazruni, GuyanaArthrosaura montigena Myers & Donnelly 2008 Auyantepui, VenezuelaArthrosaura testigensis Gorzula & Senaris 1999 Etat de Bolívar, VenezuelaAtractus altagratiae Passos and Fernandes 2008 Etat de Pará, BrésilAtractus caxiuana Prudente & Santos-Costa 2006 Etat de Pará, BrasilAtractus charitoae Silva Haad 2004 Département de Vaupés, ColombieAtractus davidhardi Silva Haad 2004 Département de Letícia, ColombieAtractus emersoni Silva Haad 2004 ColombieAtractus franciscopaivai Silva Haad 2004 La Pedrera, ColombieAtractus guerreroi Myers & Donnelly 2008 Auyantepui, VenezuelaAtractus heliobelluomini Silva Haad 2004 La Chorrera, ColombieAtractus janethae Silva Haad 2004 ColombieAtractus lucilae Silva Haad 2004 La Pedreira, ColombieAtractus natans Hoogmoed & Prudente 2003 Etat d’Amazonas, BrésilAtractus surucucu Prudente & Passos 2008 Etat de Roraima, BrésilAtractus tamessari Kok 2006 Parc National de Kaieteur, district de Potaro- Siparuni, GuyanaBatrachemys heliostemma McCord et al 2001 Brésil,Colombie,Equateur,Pérou&VenezuelaCercosaura nigroventris Gorzula & Senaris 1999 Cerro Guanay, alto Río Paráguaza, Etat de Bolívar,VenezuelaDipsas baliomelas Harvey 2008 Meta, ColombieDipsas pakaraima MacCulloch & Lathrop 2004 Plateau N. E. de Mt Ayanganna, Montagnes du Pakaraima, GuyanaEchinosaura sulcarostrum Donnelly 2006 Guyana, BaramitaEunectes beniensis Dirksen 2002 Beni et Pando, BolivieGonatodes alexandermendesi Cole & Kok 2006 Parc Nat. de Kaieteur, fleuve Potaro, GuyanaGonatodes infernalis Rivas & Schargel 2008 Etat d’Amazonas, VenezuelaGonatodes superciliaris Barrio-Amoros & Brewer-Carias 2008 Etat de Bolívar, VenezuelaGymnophthalmus vanzoi Carvalho 1999 Etat de Roraima, BrésilHelicops tapajonicus Da Frota 2005 Etat de Pará, BrésilKaieteurosaurus hindsi Kok 2005 Parc Nat. de Kaieteur, district de Potaro-Siparuni, GuyanaLeposoma ferreirai Rodrigues & Avila-Pires 2005 Etat d’Amazonas, Rio Negro, BrésilLeptomicrurus renjifoi Lamar 2003 Plaines de Colombie orientaleLiophis janaleeae Dixon 2000 Moyombamba, PérouLiotyphlops haadi Silva-Haad, Franco & Maldonado 2008 ColombieMabuya altamazonica Miralles et al 2006 PérouMicrurus pacaraimae Carvalho 2002 Etat de Roraima, BrésilMorunasaurus peruvianus Kohler 2003 Río Cenepa, Rég. Amazonas, PérouPantepuisaurus rodriguesi Kok 2009 Maringma tepui, Ouest GuyanaPhalotris labiomaculatus De Lema 2002 BrésilPhyllodactylus delsolari Venegas et al 2008 PérouPhyllodactylus thompsoni Venegas, Townsend, Koch & Böhme 2008 Région Amazonas, PérouPhyllopezus maranjonensis Koch et al 2006 Région Amazonas, Pérou Amazonie vivante page 91
    • Espèces Scientifique(s) Dates LieuxPseudoboa martinsi Zaher et al 2008 BrésilPseudogonatodes gasconi Avila-Pires & Hoogmoed 2000 Etat d’Acre, BrésilRiolama luridiventris Esqueda et al 2004 Etat d’Amazonas, VenezuelaRiolama uzzelli Molina & Senaris 2003 Etat d’Amazonas, VenezuelaStenocercus prionotus Cadle 2001 Région d’Huánuco, PerúTaeniophallus quadriocellatus Santos, Di-Bernardo & Lema 2008 Etat de Pará, BrésilThamnodynastes ramonriveroi Manzanilla & Sanchez 2005 Frontières du Brésil, du Guyana, du Suriname, du VenezuelaThecadactylus solimoensis Bergmann & Russell 2007 Bolivie; Etat de Rondonia, Brésil; Sud Columbie; Equateur; Sud PérouTropidurus panstictus Myers & Donnelly Date 2001 Massif de Yutajé-Corocoro, VenezuelatotAl de reptiles : 55Amazonie vivante page 92
    • oiseAuXEspèces Scientifique(s) Date LieuAmaurospiza carrizalensis Lentino & Restall 2003 Ile Carrizal du fleuve Caura, Nord VenezuelaAratinga pintoi Silviera, de Lima & Höfling 2005 Etat de Pará, BrésilAtlapetes melanopsis Valqui & Fjeldså 1999 PérouCapito wallacei O’Neill, Lane, Kratter, Capparella et al 2000 Cordillère Azul, Rég. d’Ucayali, PérouCnipodectes superrufus Lane, Servat, Valqui & Lambert 2007 Rég. de Madre de Dios, Pérou; Départ. du Pando, Bolivie; Etat d’Acre, BrésilGrallaria ridgelyi Krabbe, Agro, Rice, Jacome, Navarrete & 1999 Equateur et Pérou SornozaMicrastur mintoni Whittaker 2003 Etat de Pará, BrésilMyiopagis olallai Coopmans and Krabbe 2000 Provinces de Napo, de Zamora- Chinchipe et au dessus de Bermejo dans la Province de Sucumbíos, Equateur; Apurímac dans le Pérou méridionalPercnostola arenarum M.L. Isler, J.A. Alonso, P.R. Isler & B.M. 2001 Pérou WhitneyPionopsitta aurantiocephala Gaban-Lima, Raposo & Höfling 2002 BrésilPoecilotriccus luluae Johnson & Jones 2001 PérouPolioptila clementsi Whitney & Alonso 2005 Iquitos, Région de Loreto, PérouScytalopus stilesi Cuervo, Cadena, Krabbe & Renjifo 2005 Cordillère Centrale, ColombieThamnophilus divisorius Whitney, Oren & Brumfield 2004 Etat d’Acre, BrésilXiphocolaptes carajaensis da Silva, Novaes & Oren 2002 Rio Xingu et Rio Tocantins, BrésilZimmerius villarejoi Alonso & Whitney 2001 PéroutotAl d’oiseaux : 16 Amazonie vivante page 93
    • mAmmifèresEspèces Scientifique(s) Dates LieuxCacajao ayresi Boubli et al 2008 Rivière Aracá, affluent rive gauche du Fleuve Negro, Etat d’Amazonas, BrésilCacajao hosomi Boubli et al 2008 BrésilCallicebus aureipalatii Wallace et al 2006 Bolivie, PérouCallicebus bernhardi Van Roosmalen et al 2002 BrésilCallicebus stephennashi Van Roosmalen et al 2002 BrésilCarollia benkeithi Solari & Baker 2006 Bolivie, Brésil, PérouCarollia manu Pacheco, Solari and Velazco 2004 Région de Cuzco, PérouCoendou ichillus Voss, Silva 2001 EquateurCoendou roosmalenorum Voss, Silva 2001 BrésilCuscomys ashaninka Emmons 1999 Région de Cuzco, PérouEchimys vieirai De Vivo & Percequillo 2005 Fleuve Amazone entre la rivière Madeira inférieure juqu’à la rive droite du Tapajós, Etats d’ Amazonas et Pará, BrésilGalea monasteriensis Solmsdorff et al 2004 Cordillère OrientaleHyladelphys kalinowskii Voss, Lunde, and Simmons 2001 Guyane Française, Guyana, Pérou.Inia boliviensis Martínez-Agüero, Flores-Ramírez & Ruiz- 2006 Bolivie GarcíaIsothrix barbarabrownae Patterson and Velazco 2006 Région de Cuzco, PérouLonchophylla orcesi Albuja & Gardner 2005 EquateurLonchophylla pattoni Woodman & Timm 2006 PérouLophostoma yasuni Fonseca and Pinto 2004 EquateurMesomys occultus Patton et al 2000 Rio Jurua (localité type) en amont du Rio Urucu, Etat d’Amazonas, BrésilMico acariensis Van Roosmalen et al 2000 BrésilMico manicorensis Van Roosmalen et al 2000 Manaus, près du fleuve Madeira, BrésilMicronycteris matses Simmons, Voss, Fleck 2002 Région de Loreto, Pérou; BrésilMonodelphis handleyi Solari 2007 Forêts des basses plaines, Rég. de Loreto, PérouMonodelphis ronaldi Solari 2004 Par National de Manu, PérouNeacomys dubosti Voss, Lunde & Simmons 2001 Etat d’Amapá, Brésil; Guyane Fr.; SurinameNeacomys minutus Patton et al 2000 Axe fluvial central et inf. du Rio Juruá, BrésilNeacomys musseri Patton et al 2000 Sources du Rio Juruá, Pérou; BrésilNeacomys Parácou Voss, Lunde & Simmons 2001 Etats d’Amapa, Amazonas, Pará, Brésil; Guyane Fr.; Guyana, Suriname; Venezuela,Neusticomys ferreirai Percequillo et al 2005 Etat de Mato Grosso, BrésilPhilander deltae Lew et al 2006 Forêts de marécages inondées, région du delta du fleuve Orinoco River et rivières avoisinantes du VenezuelaPhilander mondolfii Lew et al 2006 Versant oriental de la Cordillère Orientale, Colombie et VenezuelaPhilander olroji Flores, Barquez & Díaz 2008 Pérou, BoliviePlatyrrhinus albericoi Velazco 2005 Est des Andes en Bolivie, Equateur, PérouPlatyrrhinus ismaeli Velazco 2005 Andes en Colombie, en Equateur et PérouPlatyrrhinus masu Velazco 2005 Province de Paucartambo, Cuzco, PérouRhagomys longilingua Luna, Patterson 2003 Parc National de Manu, PérouRhipidomys gardneri Patton et al 2000 Etat d’Acre, Brésil; plaines basses du Pérou du sud est, dont éventuellement la vallée du Río UcayaliAmazonie vivante. Une 94
    • Espèces Scientifique(s) Dates LieuxThomasomys onkiro Luna & Pacheco 2002 Simple localité (dont le Parc National d’Otishi) dans la Cordillère Orientale, PérouThomasomys ucucha Voss 2003 CordillèreEstdesAndes,CentreNord Equateur.totAl de mammifères : 39totAl de l’ensemble des esPèces : 1 220 Amazonie vivante page 95
    • remerciementsJames Albert PhD, University of Louisiana at Lafayette (USA) Philippe Kok, Vrije Universiteit Brussel (Belgium)Dr Jonathan W Armbruster, Auburn University, Alabama (USA) Burton K Lim PhD, Royal Ontario Museum (Canada)Teresa Cristina Sauer de Avila Pires, Museu Paráense Emílio Albertina Lima, Instituto Nacional de Pesquisas Amazônicas,Goeldi/CZO, Pará (Brasil) Amazonieas (Brésil)Philip J Bergmann, University of Arizona (USA) Daniel Loebmann, Universidade Estadual Paulista, São Paulo,Rogerio Bertani, Instituto Butantan, São Paulo (Brésil) (Brésil)José Luís Birindelli, Museu de Zoologia da USP, São Paulo (Brésil) Dr Stefan Lötters, Trier University (Germany)Jonathan I Bloch, Florida Museum of Natural History, Gainesville John G Lundberg, Academy of Natural Sciences, Philadelphia(USA) (USA)Alex Borisenko PhD, University of Guelph, Ontario (Canada) Ross MacCulloch, Royal Ontario Museum (Canada)Janalee P Caldwell, University of Oklahoma, Norman, Oklahoma Bill McCord, Arkive (UK)(USA) Marcelo Menin, Universidade Federal do Amazonieas, Manaus,Jonathan A Coddington, National Museum of Natural History, Amazonieas (Brésil)Smithsonian Institution, Washington, DC (USA) Dr Jiri Moravec, National Museum, Prague (Czech Republic)Luis A Coloma PhD, Pontificia Universidad Católica del Equateur, Larry Noblick, Montgomery Botanical Center, Florida (USA)Quito (Equateur) Dr Erme Oliveria, Universidade Federal do Amazonieas,Gabriel Costa, Universidade Federal do Rio Grande do Norte Amazonieas, (Brésil)(Brésil) Dr Paul Ouboter, University of Suriname (Suriname)Dr Janice Muriel Cunha, Universidade Federal do Pará, Belém, Steven Poe, University of New Mexico (USA)Pará Jennifer B Pramuk PhD, Wildlife Conservation Society/Bronx Zoo,(Brésil) New York (USA)Ignacio J De la Riva PhD, Museo Nacional de Ciencias Naturales, Dr Christian Rabeling, Instituto Butantan, São Paulo (Brésil)Madrid (Spain) Roberto E Reis, Pontifícia Universidade Católica do Rio Grande doAhmed Djoghlaf, UN Convention on Biological Diversity, Montreal Sul, Rio Grande do Sul (Brésil)(Canada) Dr Fernando Rivadavia, Applied Biosystems, Foster City,Bruce Dunstan, Stockade Nursery, Brisbane (Australia) California, (USA)Kathryn R Elmer PhD, University of Konstanz (Germany) Dennis Rödder, Trier University (Germany)Dr Raffael Ernst, Technischen Universität Berlin (Germany) Dr Uwe Römer, Trier University (Germany)Terry Erwin, National Museum of Natural History, Smithsonian Dr Tony Russell, University of Calgary (Canada)Institution, Washington, DC (USA) Cristian Samper, Smithsonian Institution, Washington, DC (USA)Dr Marcelo Felgueiras Napoli, Universidade Federal da Bahia, Dr Andreas Schlüter, Naturkunde Museum, Stuttgart (Germany)Salvador, Bahia (Brésil) Prof Dr Luís Fábio Silveira, Universidade de São Paulo (Brésil)Dr Andreas Fleischmann, University of Munich (Germany) F Christian Thompson, Smithsonian Institution, Washington, DCDr Francisco Luís Franco, Instituto Butantan, São Paulo (Brésil) (USA)Jossehan Galúcio da Frota, Instituto Federal de Educação, Dr Joseph Tobias, University of Oxford (UK)Ciência e Josiah Townsend, Florida Museum of Natural History, GainesvilleTecnologia, Pará (Brésil) (USA)Vicki A Funk PhD, Smithsonian Institution, Washington DC (USA) Evan Twomey, East Carolina University (USA)W Chris Funk, Colorado Etat University (USA) Richard P Vari, National Museum of Natural History, SmithsonianAriovaldo A Giaretta, Universidade Federal de Uberlândia, Minas Institution, Washington, DC (USA)Gerais (Brésil) Dr Andrew Whittaker, Birding Brésil, Manaus, AmazonieasDr Steve Gorzula, Consultant Biologist (Venezuela) (Brésil)Kristofer M Helgen PhD, National Museum of Natural History, Philip Willink PhD, The Field Museum, Chicago (USA)Smithsonian Institution, Washington, DC (USA) Don E Wilson, Chairman, National Museum of Natural History,Ron Heyer, National Museum of Natural History, Smithsonian Smithsonian Institution, Washington, DC (USA)Institution, Washington, DC (USA)Dr Elizabeth Hofling, Universidade de São Paulo (Brésil)Dr Marinus S Hoogmoed, Museu Paráense Emilio Goeldi, Pará(Brésil)Dr Gil Iack-Ximenes, Universidade Estadual de Feira de Santana,Bahia (Brésil)Dr Michel Jegu, Institut de recherche pour le développement(IRD), Paris (France)Gunther Koehler, Naturmuseum Senckenberg (Germany)Amazonie vivante page 96
    • WWfMaria Ximena Barrera, WWF Living Amazonie InitiativeLigia Barros, WWF-BrésilSandra Charity, WWF-UKCarmen Ana Dereix, WWF-ColombieMonica Echeverria, WWF-USMarie Louise Felix, WWF-GuianasJulio Mario Fernandez, WWF-ColombieMariana Ferreira, WWF-BrésilMarco Flores, WWF Living Amazonie InitiativeSarah Hutchison, WWF-UKGuy Jowett, WWF-UKAmanda Larsson, WWF-UKClaudio Maretti, WWF-BrésilLuis German Naranjo, WWF-ColombieKjeld Nielsen, WWF Living Amazonie InitiativeDenise Oliveira, WWF-BrésilViviane von Oven, WWF-BolivieJuan Carlos Riveros, WWF Living Amazonie InitiativeManlio Roca, WWF-BolivieFrancisco José Ruiz Marmolejo, WWF Living AmazonieInitiativeLila Sainz, WWF-BolivieMeg Symington, WWF-USJose Saulo Usma, WWF-ColombieAiesha Williams, WWF-GuianasHannah Williams, WWF-UKLes images ont été fournies par:Michael Andreas; Jason Bourque; Matt Brady; Paul Bratescu; PeterConheim; Karl Csaba; José María Fernández Díaz-Formentí; DevinEdmonds; Lothar Frenz; Arthur Grosset; Lars K; Mathieu Lapointe;Robert Lewis; Jairo H Maldonado; Georges Néron; Scott OlmsteadCarlos García Perez; Nicholas Poey; Carlos Rohrbacher; MauroSergio Rosim; Forrest Rowland; Keegan Rowlinson; Marc Shandro;Vincent Toh; Fernando Trujillo; Luiz Filipe Klein Varella; KrisWeinhold; Brad Wilson Amazonie vivante page 97
    • Amazonie vivante page 98© JUan pratGinestos / WWF-canon
    • coordonnées Pérou Bolivie WWF-Pérou WWF-Bolivie Trinidad Morán 853 Lince Lima 14 Santa Cruz Pérou Av. Beni Calle Los Pitones No. 2070 Santa Cruz Tel. +51 1 440 5550 Bolivie Fax +51 1 440 2133 Tel. +591 3 31150 41 Pérou.panda.org Fax +591 3 31150 42 Bolivie.panda.org Royaume-Uni WWF-UK Colombie Panda House WWF-Colombie Weyside Park Carrera 35 No.4A-25 Godalming Cali Colombie Surrey GU7 1XR Tel. +57 2 558 2577 Tel. +44 1483 426 444 Fax +57 2 558 2588 Fax +44 1483 426 409 wwf.org.co wwf.org.uk Suriname, Guyane Française et Guyana WWF International (Secretariat) WWF-Guianas Avenue du Mont-Blanc Parámaribo 1196 Gland H.A.E. Arronstraat 63 Switzerland Suite D, Tel. +41 22 364 9111 E Parámaribo Suriname Fax +41 22 364 5358 Tel. +597 42 2357 panda.org Fax +597 42 2349 wwfguianas.org WWF Initiative Amazonie Vivante WWF-Brésil, Etats-Unis SHIS EQ QL 6/8 Conjunto “E” WWF-US 71620-430 - Brasília, DF 1250 Twenty-Fourth Street, N.W. Tel. +55 61 3364 7400 Washington, DC 20090-7180 Fax +55 61 3364 7474 Tel. +1 202 495 4800 panda.org/Amazonie Fax +1 202 495 4211 worldwildlife.org Brésil WWF-Brasil Brasilia SHIS EQ QL 6/8 Conjunto E - 2° andar 71620-430 Brasilia Tel. +55 61 3364 7400 Fax +55 61 3364 7474 wwf.org.br Amazonie vivante page 99
    • l’AmAzonie vivAnte 10 ans de découvertes 1999-2009 • AMAZONIE VIVANTE - 10 ANS DE DÉCOUVERTES 1999-2009 1 200 nouvelles espèces de plantes et de vertébrés6,7 millions ont été découvertes dans le biome de l’Amazonie durant cette périodede km2 sont couverts parl’Amazonie à travers laBolivie, le Brésil, la Colombie,l’Equateur, la GuyaneFrançaise, la Guyane, lePérou, le Suriname et leVenezuela. + de 30 millions 17% de personnes peuplent des forêts de l’Amazonie cette région, et plus de ont déjà été détruites en 280 langues différentes à peine 50 ans. y sont parlées. © brian J skerry / national Geographic stock / WWF Notre raison dêtre arrêter la dégradation de lenvironnement dans le monde et construire un avenir où les êtres humains pourront vivre en harmonie avec la nature. www.wwf.fr© 1986 panda symbol WWF - World Wide Fund For nature (Formerly World Wildlife Fund) WWF.FR® “WWF” & “living planet” are WWF registered trademarks / “WWF” & “pour une planète vivante”sont des marques déposées.WWF – France. 1 carrefour de longchamp. 75016 paris.retrouvez-nous sur wwf.fr et planete-attitude.fr, le premier réseau social francophone nature et environnement.ecrit et documenté par christian thompson, the green room, en collaboration avec l’initiative amazonie vivante du WWFà titre consultatif.Produit certifié FSC 100% recyclé FCBA-COC-000077. Bilan carbone : 668 g eq CO2/exAmazonie vivante page 100