Compte-rendu réunions publiques Agenda 21 du 14 et 16 juin

  • 2,165 views
Uploaded on

Lors de réunions publiques les 14 et 16 juin, les habitants étaient invités à se prononcer sur l'Agenda 21 mis en place par la ville de Rouen. Cette présentation présente les résultats.

Lors de réunions publiques les 14 et 16 juin, les habitants étaient invités à se prononcer sur l'Agenda 21 mis en place par la ville de Rouen. Cette présentation présente les résultats.

More in: Business
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
2,165
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
1

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN COMPTE-RENDU DES REUNIONS PUBLIQUES DES 14 & 16 JUIN 2010 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 2. DEROULÉ TEMPS 1 INTRODUCTION TEMPS 2 QU’EST-CE QU’UNE VILLE DURABLE? TEMPS 3 LA DÉMARCHE AGENDA 21 LOCAL À ROUEN TEMPS 4 STRATÉGIE POUR L’ACTION ET SUITE DES TRAVAUX 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 3. INTRODUCTION Deux réunions publiques ont été organisées dans le cadre de l’Agenda 21 local de la Ville de Rouen : • lundi 14 juin 2010 à la Maison des Jeunes et de la Culture Rouen Gauche • mercredi 16 juin 2010 à l’Hôtel de Ville Ce compte-rendu retrace les grandes lignes de la présentation donnée lors des deux réunions (disponible sur www.rouen.fr/agenda21) ainsi que les échanges avec la salle. Animation des réunions : • Yvon Robert, 1er adjoint à la Ville de Rouen • Marie-Hélène Houalla, directrice Développement Durable à la Ville • Aurélie Louguet, consultante pour le cabinet Ramboll, mandaté par la Ville de Rouen pour l’accompagner dans sa démarche Agenda 21 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 4. INTRODUCTION Objectif des réunions : • décrire la démarche Agenda 21 local de la Ville de Rouen Agenda = ce qui doit être fait 21 = au 21ème siècle • donner des clés pour comprendre les concepts de développement durable et de ville durable 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 5. DEROULÉ TEMPS 1 INTRODUCTION TEMPS 2 QU’EST-CE QU’UNE VILLE DURABLE? TEMPS 3 LA DÉMARCHE AGENDA 21 LOCAL À ROUEN TEMPS 4 STRATÉGIE POUR L’ACTION ET SUITE DES TRAVAUX 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 6. QU’EST-CE QU’UNE VILLE DURABLE? Ont été présentés: • Le concept de développement durable, avec ses 4 dimensions (environnement, social, économie et gouvernance) • Les fondements du concept de ville durable: Charte d’Aalborg de 1994: la ville en tant qu’échelle d’action pertinente en faveur du développement durable Charte de Leipzig de 2007: la ville comme un bien économique, social et culturel précieux et irremplaçable, avec une attention particulière sur les quartiers déshérités • Quelques illustrations concrètes: Des bâtiments « passifs », qui consomment peu d’énergie et en produisent autant, voire davantage L’éco-quartier Vauban à Fribourg, en Allemagne, qui privilégie les déplacements doux 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 7. QU’EST-CE QU’UNE VILLE DURABLE? • Quelques illustrations concrètes: (suite) Un exemple de financement participatif pour l’implantation d’un parc éolien à Aix-la-Chapelle, en Allemagne L’éco-quartier Eva Lanxmeer, aux Pays-Bas, pour la réutilisation des eaux de pluie et des eaux usées • Les efforts spécifiques en France pour parvenir à des villes durables: Le cadre de référence national et l’appel à reconnaissance des projets territoriaux de développement durable Le Plan Ville Durable de 2008: appels à projets « éco-quartiers » et « éco- cités » Des objectifs chiffrés au niveau national (ex. réduire d'au moins 40% les consommations d'énergie et d'au moins 50% les émissions de gaz à effet de serre dans un délai de 8 ans dans les bâtiments de l'Etat et des établissements publics) 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 8. QUESTIONS Les émissions de gaz à effet de serre (GES) • La Ville a réalisé son Bilan Carbone. Quels en sont les résultats ? Comment envisage- t-on de réduire les émissions de GES de la Ville ? Combien cela va-t-il coûter ? En effet, il s’agit d’un Bilan Carbone « Patrimoine et services ». Les émissions de gaz à effet de serre ont été estimées à 32 800 tonnes équivalent carbone par an, soit autant que les rejets annuels de 4 000 Français, ce qui entre dans la moyenne nationale. Le Bilan Carbone va donner lieu à un plan d’actions sur dix ans. Des actions seront notamment menées sur le chauffage, les déplacements (un Plan de Déplacement – PDE – est en cours d’élaboration), l’éclairage public et l’alimentation dans les cantines. Toutes ces actions se retrouveront également dans l’Agenda 21. En outre, l’impact en matière d’émissions de GES sera dorénavant pris en compte dans chaque réhabilitation entreprise par la Ville. Il est nécessaire d’adopter les normes « basse consommation » pour tout ce qui concerne le bâti. Concernant les coûts, il faudra réfléchir sur le long terme car les investissements en efficacité énergétique sont amortis au bout de plusieurs années et permettent in fine de faire des économies. • Est-ce que cela vaut la peine de faire tant d’efforts pour réduire notre empreinte carbonique si un volcan en Islande peut les anéantir en quelques jours ? Il est difficile d’entrer dans un tel débat sans chiffres à l’appui. Le principal est que si on ne peut rien faire contre le volcan, nous sommes capables de réduire nos propres émissions en modifiant nos comportements. 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 9. QUESTIONS La pollution et la santé • Rouen est une ville polluée. Même après dépollution, comment peut-on être sûr qu’aucun danger pour la santé ne subsiste sur d’anciens sites pollués ? Les sites pollués réaménagés sont d’abord dépollués parcelle après parcelle. On identifie les polluants présents ; les sols sont retirés dès lors qu’ils présentent un danger pour la santé. Des opérations de plantations (un site pollué est planté et laissé en repos pendant le temps nécessaire) permettent par exemple au sol de se renouveler et d’évacuer la pollution accumulée (ex. presqu’île Rollet). Il y a des règlements stricts en termes de constructibilité des terrains et de manière de construire. • Rouen est une ville polluée. Comment lutter contre cela ? Il faut savoir qu’à Rouen, la plus grande source de pollution de l’air n’est pas l’industrie, mais la circulation automobile. Les politiques de transport menées par la Ville et l’agglomération s’efforcent de permettre un report plus important des trajets en voiture vers les transports en commun. 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 10. QUESTIONS Les déplacements • Il n’existe pas de contournement routier de Rouen, ce qui entraîne beaucoup de passage et autant de pollution. Y a-t-il eu des études prospectives afin de déterminer un éventuel impact positif du contournement en matière de qualité de l’air en ville? Des études d’impact ont été menées mais la question de l’impact en termes de qualité de l’air ne semble pas avoir fait l’objet de mesures particulières, du fait de la difficulté d’estimer ce type d’impact. Cette question rappelle la difficulté de limiter le trafic poids lourds en général, aux abords de Rouen comme en France et en Europe. Les solutions ne se limitent pas à contourner les villes, mais à envisager des politiques globales permettant un report du trafic poids lourds sur des voies fluviales ou ferroviaires par exemple. Néanmoins, il faut savoir que des études montrent que des solutions de transport de marchandises alternatives, comme le fluvial ou le ferroutage, ne peuvent pas suffire pour alléger le trafic routier, du fait de l’augmentation permanente du transport de marchandises. La solution réside également dans la consommation de proximité qui permet de limiter les besoins de transports de 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 11. QUESTIONS L’éclairage public • A propos de la consommation des éclairages publics : combien coûtent les éclairages de la tour des Archives ? Il s’agit de LEDs qui consomment assez peu. Le coût est de l’ordre de 1,50€ par nuit. En ce qui concerne l’éclairage des monuments historiques, ce n’est pas encore des équipements basse consommation ; ils ne sont plus allumés qu’une partie de la nuit et certains jours, afin de limiter la consommation d’énergie. 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 12. QUESTIONS Les aspects sociaux du développement durable • Les exemples de la présentation se concentrent sur les aspects environnementaux du développement durable. Quid du social ? Un éco-quartier n’est pas seulement un quartier à haute valeur environnementale. • Les éco-quartiers sont parfois des lieux où le coût de la vie est plus élevé qu’ailleurs. Par conséquent, ceux qui en ont les moyens peuvent y emménager et adopter certaines pratiques considérées comme meilleurs, tandis que les plus démunis n’y ont pas accès. L’un des trois piliers du développement durable est la cohésion sociale. D’ailleurs, les objectifs nationaux fixés par l’Etat en matière d’efficacité énergétique du bâti sont plus élevés dans le logement social. Il existe donc des mécanismes d’équilibrage pour ceux qui ne peuvent pas se permettre d’investir dans la rénovation ou la construction. Les exemples de la présentation sont peut-être un peu réducteurs. Il ne s’agit cependant que de quelques illustrations de ce qui peut être fait. L’Agenda 21 que veut se donner la Ville de Rouen intègre bien la dimension sociale. Pour exemple, 25% des logements du futur quartier de la Luciline seront des logements sociaux. Il aurait également pu y avoir des exemples portant sur les aspects économiques du DD : par exemple, en ce qui concerne l’urbanisme, la construction de bâtiments performants induit non seulement une réduction de la consommation de ressources et d’émissions de gaz à effet de serre, mais aussi le développement de toute une filière d’éco-construction, qui relève de ce qu’on appelle la « croissance verte » et crée des emplois. 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 13. DEROULÉ TEMPS 1 INTRODUCTION TEMPS 2 QU’EST-CE QU’UNE VILLE DURABLE? TEMPS 3 LA DÉMARCHE AGENDA 21 LOCAL À ROUEN TEMPS 4 STRATÉGIE POUR L’ACTION ET SUITE DES TRAVAUX 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 14. LA DÉMARCHE AGENDA 21 LOCAL À ROUEN Ont été présentés: • Le processus Agenda 21 à Rouen • Le diagnostic du territoire réalisé début 2009 (synthèse disponible sur www.rouen.fr/agenda21) • Les résultats de l’enquête réalisée fin 2009 auprès de 100 Rouennais et 150 agents des services municipaux (disponibles sur www.rouen.fr/agenda21) • Des exemples de bonnes pratiques de la Ville, comme: le pédibus, la réduction drastique des intrants phytosanitaires pour l’entretien des espaces verts, la Maison des aînés, le marché bio, les marchés publics contenant une clause environnementale, les conseils de quartier, etc. 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 15. QUESTIONS La propreté • Remarque: « Les commerçants ne jouent pas le jeu ». Par exemple, la fontaine à l’intersection de la rue de l’Hôpital et de la rue des Carmes est masquée par un tas de poubelles le soir parce qu’un commerçant voisin préfère les laisser là que près de sa porte. Cela pose le problème du ramassage des poubelles qui a lieu le matin plutôt que le soir. Autre exemple, sur la place du Vieux Marché, il a été proposé de ramasser les poubelles le soir pour éviter de les avoir empilées à proximité des terrasses des cafés. Mais ceux-ci ont refusé de réduire un peu leur espace de terrasse pour permettre au camion poubelle de passer. • En ce qui concerne la propreté et le nettoyage des rues, les efforts se concentrent sur la rive droite. Comment cela se fait-il ? Les rues les plus fréquentées sont les plus nettoyées. La fréquentation est plus grande rive droite, du fait du tourisme, qui apporte davantage de passage et donc de saleté mais aussi de ressources, et ce pour toute la ville, pas seulement la rive droite. 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 16. QUESTIONS Le bâti • Lorsqu’un promoteur immobilier souhaite élever un immeuble, il est obligé de faire une demande préalable à la Ville ; la ville ne pourrait-elle pas imposer des modes de chauffage consommant moins d’énergie et produisant moins de gaz à effet de serre ? Malheureusement la géothermie n’est pas faisable partout, car elle nécessite de pomper de grandes quantité d’eau dans une nappe phréatique. Des possibilités pour faire des installations géothermiques viennent d’être découvertes près du centre municipal Pélissier et sont à l’étude. Le futur « éco-quartier » de la Luciline inclut également un volet géothermie. D’autres équipements de chauffage économes en énergie ne sont pas utilisables partout, comme le photovoltaïque. En revanche, le Plan d’Occupation des Sols impose l’installation de toitures végétalisées à plusieurs endroits. • La Mairie peut-elle imposer des normes de consommation ? La norme « basse consommation » sera bientôt une obligation légale pour tous les nouveaux bâtiments. Les coûts supplémentaires nécessaires sont compensés par les économies d’énergie: une analyse sur un bâtiment à Grand mare a montré qu’un bâtiment qui se veut parfait du point de vue de la consommation d’énergie nécessite des investissements compensés sur 30 ans ; mais il existe aussi des investissements avec un retour sur 6 à 7 ans qui permettent déjà de réduire considérablement la consommation énergétique d’un bâtiment. 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 17. QUESTIONS Les déplacements • En quoi le PCRT est-il une bonne pratique, puisqu’il permet de fluidifier le trafic et donc de faciliter l’usage de la voiture ? L’intérêt de présenter ce Plan de régulation du trafic est aussi de susciter le débat. En effet, il y a des pours et des contres pour considérer le PCRT comme une bonne pratique. C’est une bonne pratique dans la mesure où les embouteillages sont pires du point de vue de la pollution qu’un trafic fluide. Mais le PCRT ne peut être considérer de manière positive que s’il s’accompagne d’une politique volontariste sur l’offre de transports en commun. L’effet dissuasif des embouteillages est aléatoire. En revanche, l’offre de moyens de transports alternatifs est cruciale. • Quid des horaires des transports en commun, notamment le soir où beaucoup de personnes prennent leur voiture pour sortir car il n’est pas possible de rentrer en transport en commun la nuit ? L’offre de TC le soir va être développée dès la rentrée les vendredis, samedis et dimanches. Il faut savoir que c’est très coûteux. Parfois, la forte demande constatée et à laquelle répond le développement des TC ne dure pas et il devient très difficile de maintenir ce genre de service. Remarque: Il serait bien de développer des connexions vers et à partir de la gare, à des horaires étendus, afin d’encourager l’utilisation du train, par exemple pour se rendre à Paris. 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 18. QUESTIONS L’alimentation • Comment sont choisis les artisans du marché bio ? Des stands de produits bio sur d’autres marchés de Rouen sont parfois moins chers. Les variations de prix des produits bio sont aussi liées à leur origine. Il n’y a pas assez de production bio en Seine Maritime, donc les produits viennent de loin, avec une empreinte carbone plus importante. Le plan d’actions de l’Agenda 21 pourra inclure des actions en faveur du bio local, comme le développement de maraîchages à Repainville. Quoiqu’il en soit, le marché bio est un bon début. Il permet de montrer aux producteurs qu’il y a une demande, afin de les inciter à développer l’offre. Cela prend du temps. Les producteurs ont déjà beaucoup évolué depuis 10 ans, avec des pratiques beaucoup plus douces. • Remarque: La Chambre d’agriculture défend une « agriculture raisonnée ». 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 19. QUESTIONS Les aspects sociaux du développement durable • La Maison des Aînés crée une animation très positive pour les personnes âgées. pourquoi ne pas créer des crèches dans ou à proximité de la Maison, afin de développer les liens intergénérationnels ? Deux associations rouennaises proposent aujourd’hui des activités où participent des enfants et des personnes âgées, comme des ateliers avec des personnes âgées pendant la pause de midi dans des écoles. Ce sont des activités intéressantes qui méritent d’être développées à Rouen. 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 20. DEROULÉ TEMPS 1 INTRODUCTION TEMPS 2 QU’EST-CE QU’UNE VILLE DURABLE? TEMPS 3 LA DÉMARCHE AGENDA 21 LOCAL À ROUEN TEMPS 4 STRATÉGIE POUR L’ACTION ET SUITE DES TRAVAUX 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 21. LA STRATÉGIE POUR L’ACTION Ont été présentés: • La vision à long terme: les 17 « problématiques-clés » du développement durable à Rouen, dont 7 prioritaires: la mobilité en ville; l’efficacité énergétique du bâti; la valorisation de la biodiversité; la santé; la propreté; l’alimentation durable; l’information, la sensibilisation et la participation • La stratégie pour l’action pour les 4 prochaines années: 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 22. QUESTIONS Les réunions et la participation des citoyens • Pourquoi deux réunions et pas une seule, peut-être plus grande, à la Mairie ? L’idée était de proposer une réunion plus proche pour les habitants éloignés de la Mairie, notamment de la rive gauche. D’autre part, on peut craindre que les participants s’expriment moins librement dans un cadre plus formel comme celui de l’Hôtel de Ville. • Quid de l’implication du citoyen ? La dimension du changement des comportements est également présente. Un exemple qui marche très bien est le développement des pédibus, présents pour 6 écoles aujourd’hui. C’est une organisation quotidienne qui entraîne de grands changements. Tout cela repose sur la volonté des citoyens. Il s’agit pour la Mairie de leur donner les moyens de se déplacer autrement s’il le souhaite. Par exemple, dans le futur quartier de la Luciline, les quais seront aménagés de manière à faciliter les modes de transports doux, notamment avec des pistes cyclables. Un autre exemple est le transport à la demande, actuellement à l’étude. Il s’agit de taxis collectifs qui circulent sur réservation. C’est beaucoup plus économique qu’une ligne de bus traditionnelle et permet de desservir des zones moins fréquentées. 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 23. QUESTIONS L’information des citoyens • Faire culpabiliser les gens n’est pas un bon moyen de les convaincre de la nécessité du développement durable… La démarche Agenda 21 cherche au contraire à impliquer les habitants afin de les sensibiliser au développement durable. Elle cherche à identifier les améliorations possibles, promouvoir les bonnes pratiques et non pas montrer du doigt les habitants. • Lorsque l’on cherche à préserver la biodiversité en ville en laissant des espaces verts à l’état sauvage (exemple : talus au Mont Gargan), il est important de faire de la pédagogie, car autrement les riverains ont l’impression que la Mairie les néglige. L’information et la sensibilisation figurent parmi les défis clés que l’Agenda 21 se propose de relever, en priorité. • France Bleu Haute Normandie pourrait être un bon média pour l’information ; pourquoi la Mairie n’intervient pas à la radio, plutôt que dans le Paris Normandie qui coûte cher ? Ce sont les radios qui choisissent leurs émissions et leurs sujets, en fonction de la demande des auditeurs. La Mairie peut répondre à des sollicitations d’interviews. 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 24. QUESTIONS Questions sur la vision et la stratégie pour l’action • Problématiques-clés : Que signifie « participation » des citoyens? C’est l’implication des citoyens dans l’élaboration des politiques et projets de la Ville. • Problématiques-clés: numérotation (voir présentation) La numérotation des problématiques n’établit pas leur ordre de priorité. Les problématiques marquées d’une étoile ont été distinguées comme prioritaires par le CRDD et le comité de pilotage. • Stratégie pour l’action, 5 objectifs : quelles sont les « actions phares » ? Pourquoi sont-elles élaborées seulement par les services de la Mairie ? Où est la démocratie participative dans ce choix ? Le choix des actions phares repose sur une démarche itérative au sein de la Mairie. Néanmoins, elle est ouverte aux idées des habitants, qui peuvent les transmettre via le site internet de la Ville. Par ailleurs, une intercommission des conseils de quartier suit l’Agenda 21 et est impliquée dans son élaboration 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 25. QUESTIONS Questions diverses • Certaines personnes feront toujours mal le tri… … ce qui n’est pas une raison pour ne pas le faire soi-même. • A quand l’aménagement des quais bas sur la rive gauche ? Cela va commencer l’année prochaine. Les travaux des quais ont commencé par la rive droite, il y a 15 ans, tout simplement parce que c’était plus facile. Sur la rive gauche, la surface à aménager est trois fois supérieure. • Réaction sur le Plan Particulier de Mise en Sûreté contre les risques majeurs (PPMS) : qu’est-ce que c’est ? A quoi cela sert-il ? Il s’agit d’une obligation légale, notamment dans les écoles, afin de prévoir des solutions d’évacuation en cas d’incident technologique (lié à l’un des sites SEVESO présents autour de la ville par exemple). Il s’agit de l’application du principe de précaution – il ne devrait rien arriver, mais en cas d’incident, des plans sont prêts pour protéger au mieux les citoyens. C’est une logique différente mais complémentaire de la lutte contre la pollution et la protection du cadre de vie. Dans ce domaine, il ne s’agit d’imaginer des solutions à un incident ponctuel et peu probable, mais d’une discipline de tous les jours. 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 26. QUESTIONS Questions diverses • Il y a eu 29 éco-quartiers labellisés en 2009, combien cela fait-il de logements ? C’est difficile à dire, les éco-quartiers peuvent compter une cinquantaine à plusieurs milliers d’habitants. • Fiscalité écologique (taxe carbone par exemple) ? C’est une bonne solution, mais ça ne relève pas des compétences de la Ville. 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE
  • 27. Merci à tous les participants de s’être mobilisés. Vous souhaitez obtenir plus d’informations ou être tenus au courant des démarches développement durable de la Ville? Contacter Marie-Hélène Houalla, mhhoualla@rouen.fr 14 & 16 JUIN 2010 AGENDA 21 LOCAL DE ROUEN - RÉUNION PUBLIQUE