ViV Magazine Volume 4 (April - May 2014)

  • 138 views
Uploaded on

The people who surround us influence the path of our lives... (Notre entourage joue un rôle important dans notre vie et influence notre parcours...)

The people who surround us influence the path of our lives... (Notre entourage joue un rôle important dans notre vie et influence notre parcours...)

More in: Lifestyle
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
138
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. ARIELLE & COOKIE Travel Matrix Exclusive Profile: Sandra Jean Chef Thia Béatrice Célestin Matrice de Voyage Une entrevue avec les Jumelles dynamiques d’Haïti An interview with Haiti’s Dynamic Twins Vol.4 Apr. - May. 2014 HAITI | USA | DR | WWW.VIVMAGHAITI.COM
  • 2. ViVmaghaiti.com | Pg. 2 |
  • 3. gagneur CONTRIBUTORS NASTASSIA ROY Publisher KENTY FRANCOIS Art Direction INGRID ROY Editor at Large FREDERICK ALEXIS Editorial Photographer CONTRIBUTING WRITERS FITNESS Annaelle Canez-DuoFit Xavier Elie-DuoFit DANCE FASHION Emma Laham (Fashion Ayiti) Danae Brandt CULTURE & ENTERTAINTMENT Alexa Masucci HEALTH Mélissa Wolff BEAUTY Kia Elie DANCE CHOREOGRAPHY Institut de Dance Lynn Williams Rouzier Lynn Williams Rouzier Marynn Rouzier CONTRIBUTING PHOTOGRAPHERS Verdy Verna (Chef Thia) Albert Serra Photography (Lea Leveque) Make-up & Styling Quitterie Elie (Cover) Maikadou (Dance) Sandra Jean (Editorial) DANCERS James Celestin Jr. / Jordan Rouzier Billy Jerry Jean-Baptiste / Alexa Piquion Coreen Smith / Esmeralda Rouzier Anaelle Charlot / Clifford Clerveaux Veronique Bernard / Saralys Craft Kalimay Stewart / Yasmeen H.A ART & WEB DESIGN GRAPHICS & ARTWORK Berritech Graphics Kreativ Koncept Randolph Roy Volume 4 April-May 2014 CONTACT US (509) 3892-9993 / (509) 3774-1414 advertising editorial@vivmaghaiti.com editorial info@vivmaghaiti.com general ViVmaghaiti.com | Pg. 4 |
  • 4. gagneur CONTENTS ON THE COVER OUR FITNESS OUR HEALTH OUR ENTERTAINMENT OUR PEOPLE OUR BEAUTY & STYLE 42 10 16 20 68 22 30 38 40 32 34 42 48 46 Volume 4 April-May 2014 Our Bilingual Magazine! Cookie & Arielle- The Dynamic Twins! Les Jumelles Dynamiques! Less Is More with DuoFit: See Greater Results by Spending Less Time at the Gym. A Good Wax… Tips from Cecile Arty! Une Bonne Épilation! StyledbyVee Spring / Summer 2014 Trends IDDLWR Fighting Heart Disease with Juicing! Combattre les maladies cardiaques avec les Jus! Exclusive Profile: Sandra Jean QUINOA, The seed that’s causing sensation. Le grain qui fait fureur. Gluten-Free Lifestyle Vivre Sans Gluten Exclusive Profile: Chef THIA Exclusive Profile: Léa Levêque Design in Haiti- KREATA: Béatrice Célestin If You Missed Ultra 2014… Mieux Vaut moins que plus: Obtenez de meilleurs résultats en passant moins de temps au Gym. Notre Revue Bilingue! Chef Thia She refers to her particular style of cooking as“unique”. Elle qualifie son style particulier de cuisiner comme “unique”. ViVmaghaiti.com | Pg. 6 |
  • 5. gagneur OUR CULTURE OUR RELATIONSHIPS OUR EVENTS 50 36 52 56 58 62 64 66 66 Our Bilingual Magazine! TRAVEL MATRIX Matrice de voyage #ComeseeHaiti Chocolate Eggstagrams Les Medias Sociaux SOS Depression EUTHANASIA: To live or to stop living, that is the question… The Joy Of Reading! Motherhood KREATA, Design in Haiti EUTHANASIE: Vivre ou cesser de vivre, c’est là la question… Business in Haiti: The Case for New Foreign Entrants Les affaires en Haïti : Le cas des nou- veaux investisseurs étrangers. La Joie De Lire. La Maternité Notre Revue Bilingue! CONTENTS 38 Volume 4 April-May 2014 Exclusive Profile: Sandra Jean ViVmaghaiti.com | Pg. 8 |
  • 6. The people who surround us influence the path of our lives... I have had the great fortune of meeting some pretty amazing women throughout my life. Some of them unique persons, who have, in one way or the other, contributed to make me the wom- an that I am proud to be today. With their guidance and wise advice, they all have“put a penny to feed my piggy”, have helped me get through very tough times, and taught me to always keep my head and my spirits high. Since I was born, I have been surrounded by extremely talent- ed and admirable women who have been inspirational to me in their own special way. But my mother has undoubtedly been the most important fig- ure in my life. She has been my driving force, my role model, always encouraging me to do my best at whatever I undertook, never losing her faith in me, and applauding even my tiniest achievements. (And she still does). Believe me, it takes a lot of strength and entails a lot of sacrifice to raise two girls on your own. Being a single parent is no small or easy feat and now more than ever, I know it for a fact.  And I count my blessings every day for having such an extraor- dinarily wonderful grandmother who, aside from many other things, has been and still is my unconditional best friend and my greatest teacher, my confidante and counselor. To these life-givers, care providers, who selflessly dedicate a great part of their lives to cherish and nurture us, I express my heartfelt thanks. The people who surround us influence the path of our lives, be it by sharing their experiences, teaching us life lessons or being a spark of inspiration to fuel our creativity. And who can be closer to us than our mom? So in this issue, we celebrate the women who, to a greater and lesser extent, have helped build the foundations of the society in which we live. To these astonishing human beings for whom we feel great admiration; to all those women in our lives who care for us and for whom our hearts are overfilled with love and affection; to those who grant us the privilege of pronouncing the sweetest word of the vocabulary:“mother”, we dedicate this Mother’s day edition. So ladies, here is to you with our highest appreciation and grat- itude!  Notre entourage joue un rôle important dans notre vie et influence notre parcours... J’ai eu la chance de rencontrer des femmes extraordinaires au cours de ma vie. Certaines d’entre elles, des personnages uniques dans leur genre, qui ont, d’une façon ou d’une autre, contribué à faire de moi la femme que je suis fière d’être aujourd’hui. A travers leur direction et leurs bons conseils elles ont toutes mis leur petit grain de riz pour m’aider à traverser des moments parfois très difficiles et m’ont appris à toujours me maintenir la tête haute et à conserver mon bon moral. Depuis ma naissance, j’ai toujours été entourée de femmes absolument admirables et vertueuses qui m’ont servi de source d’inspiration d’une façon très spéciale. Mais, sans nul doute, la personne la plus importante de ma vie c’est ma mère. Elle est ma force motrice, l’exemple à suivre, m’encourageant toujours à déployer mes meilleurs efforts dans tout ce que j’entreprends, ne perdant jamais la foi en moi et applaudissant mes moindres prouesses. (Et elle continue à le faire). Croyez-moi, élever deux filles, seule, requiert de beaucoup de courageetimpliquedegrandssacrifices. Êtreunemèrecélibataire n’est pas une petite affaire ni une mince tâche. A présent plus que jamais, j’en sais long ! Etjem’estimechanceuseetbénied’avoirunegrand-mèrevraiment merveilleuse qui, à part beaucoup d’autres choses, a toujours été et est encore ma meilleure amie, mon inconditionnelle et mon plus grand guide, ma confidente et ma conseillère. Je tiens à remercier ces femmes qui donnent leurs vies, qui fournissent des soins et qui consacrent une grande partie de leur temps à nous chérir et à nous nourrir, de tout mon cœur. Notreentouragejoueunrôleimportantdansnotrevieetinfluence notre parcours, que ce soit en partageant ses expériences, en nous enseignant des leçons de vie, ou en étant une étincelle d’inspiration qui allume le feu de notre créativité. Et qui peut être plus proche de nous que notre maman? C’est pourquoi, dans cette édition, nous célébrons les femmes qui, à plus petite ou plus grande échelle, ont participé à construire les bases de la société dans laquelle nous vivons. Nous dédions cette publication de la fête des Mères à ces femmes qui font partie de nos vies, qui nous apprécient et pour qui nos cœurs sont pleins d’amour et d’affection ; à toutes celles qui nous permettent de jouir du grand privilège de pouvoir prononcer le mot le plus doux du vocabulaire: « maman ». Nous disons donc : « à la vôtre mesdames, avec notre plus grande considération et notre profonde gratitude! » EDITORIAL ViVmaghaiti.com | Pg. 10 |
  • 7. ARIELLE AND COOKIE, Haiti’s Dynamic Twins ViVmaghaiti.com | Pg. 12 |
  • 8. ARIELLE AND COOKIE, Haiti’s Dynamic Twins The subject of twins has always been a fascinating and intriguing one. Although twins are two distinct human beings, according to mythology, they are two halves of a same whole, sharing a bond deeper than that of ordinary siblings. Many twins claim they always have a subconscious feeling of connection, constantly having thoughts about each other. For example, even when they are apart and do not speak to each other for a few days, they suddenly both ring each other exactly at the same time or realize they had simultaneously had a headache. They seem to live life as a team, not as individuals, feeling as though they always have a back-up, a silent partner, communicating with the mind without having to speak, a sort of special telepathy. Not having to answer each other’s questions, because they already know the answers, finishing each other’s sentences and even feeling the other’s distress at a distance, in case of a traumatic experience such as an accident. Arielle and Cookie Faubert are twin sisters but not identical. Although they definitely look like siblings and inherited features of both their parents, Arielle looks more like Jacques, her charismatic and friendly dad. This young businesswoman is the owner of the renowned restaurant Papaye, located at Rue Metellus No.48 in Petion-Ville, and a very talented chef with an extremely pleasant personality. Apart from tending to their homes and multiple daily activities, these two young ladies are very devoted mothers who have managed to properly educate their now grown children, (which in itself is a full-time job), and be successful entrepreneurs, each in their own specific field, which is no easy task in today’s busy world, where time management is crucial. When you look at Cookie, her twin, you see a younger version of Mona, her delightful and beautiful mom. She is a very talented and creative artist who specializes in sumptuous iron and glass chandeliers, and is totally charming. ViV had the pleasure of interviewing these captivating ladies in the paradisiacal ambiance of Papaye restaurant while savoring one of its delicious dishes, exquisitely prepared and presented by the top chef, with a glass of their finest wines. Q--You are not identical twins because you look very different physically but do you share the same tastes, ideology, in other words are you alike in your way of thinking, do you feel your personalities are similar and how? A--Both of us have very strong personality traits which fluctuate depending on how passionate we are about the cause. We don’t have the same tastes. Cookie has a more classic style while Arielle’s is more eccentric. Our ideology is very similar as we share the same moral values. We both have an A type personality. We are both very sensitive, although it might not show. We are both very direct and outspoken. We are very lively although we both agree that Cookie is more humorous and Arielle is more sarcastic. Q--Manytwinsfeeltheyareneveraloneinaspiritualsense; that their whole identity is about being part of a pair. Is that so in your case? A—Yes, we are indeed spiritually connected. Q--Doyoufeelthatspecialtwinbond?Haveyouhadstrong telepathic experiences? A--We definitely feel the bond but have had no telepathic experiences as yet. Q--Atanearlyage,sometwinsinventaspeciallanguageto communicate between themselves. Did you develop your private twin language? A--We have an ocular communication. When we look into each other’s eyes, we read each other’s mind. Q--Although you were born in Puerto Rico and lived there for a long time, you both decided to settle down in Haiti. Both your parents being Haitian I assume you always maintained close links with your country, but what motivated your decision to come back home? A--We were born in Puerto-Rico but our elementary school years were split between Haiti and Puerto Rico since our father had a business in both islands. So in reality we spent numerous years in Haiti which allowed us to bond with our close relatives (aunts, uncles, cousins, etc...). That definitely attracted us to Haiti and played an important part in our settling down here. Not to mention the beauty of our country. Q--Both of you are quite artistic in your own special way. I understand your mom, Mona, is the source of that creativity. Do you feel you inherited your talent from her and in what way did she influence your sense of creativity? A--We both think that growing up in a loving home, with a mother with such a sensitive soul and interest in all forms of artistic expressions definitely influenced us a great deal. She, in turn, was influenced by “Ti Nainaine” (Claire Denis), her great aunt, who had great painting skills and made all sorts of artistic handicrafts, and definitely feels that this contributed to develop her talent as a painter. And we don’t say this lightly. Our mother sprays magic dust on everything she touches. She is the best!!! Arielle: Q--As a top chef and restaurant owner you must be very busy. How do you manage to be such a prosperous entrepreneur and still find time for yourself and your family? A— Papaye is celebrating its twelfth anniversary, and I must say that it is much easier now. But in the beginning, like during the first 8 years, it was extremely difficult. Managing to find some time for me was a luxury… but now that my staff is well trained, and my son is becoming more independent I can finally scream “CALGON TAKE ME AWAY”! Q--Where did you learn your professional skills? What is the secret to the tasty food you prepare? A--I graduated from the French Culinary Institute in NYC. Some of my teachers were Jacques Pepin, Andre Soltner, Alain Sailhac (Lutece) who are considered legends in the food world. And, as far as taste is concerned, well I do hope my food is tasty! ViVmaghaiti.com | Pg. 13 |
  • 9. Cookie: Q-- You make awesome chandeliers. Where did the idea come from? Did you study art and where? Where can one find this lovely art work? A--My career as an artist in ironwork began after a very good friend of mine, Christine, came to my house and saw a cande- labrum I had drawn and had executed for me by a craftsman. She asked me to have the same made for her. At that time, I was throwing a party and had two other candelabra made for the occasion. When my mother and sister saw them, they told me I should consider going into iron work because I had a hidden talent. It all began there and here I am, (14 years later), absolutely loving it. My work is sold by Donna Karan at her store Urban Zen in the Hamptons (Sag Harbor), Urban Zen store in the village in NYC, and at ABC Carpet in NYC. Actually, I must add that creating has definitely been my passion, but then Donna came to Haiti saw my work and brought me to so much exposure. She designed the award for the Clinton Global Initiative and chose me to execute the design in collaboration with Nadia Swarovski, whose crystals were used for that purpose. It was finally chosen to be the award which will be presented every year to the citizens who are honored. ‘Caribbean fusion’aren’t words you expect to see written in a Haitian restaurant review, but Papaye carries off the idea with considerable aplomb, taking Creole dishes and jamming them up against Asian, European and other culinary influenc- es. Somehow it works, and is worth repeated investigation.” Cookie in the eyes of Donna Karan: ‘’Karine Faubert Villard, lovingly called “Cookie” by all who know her, was born to Haitian parents in San Juan, PR. Cookie launched her career as a wrought iron artist in Port-au-Prince, Haiti twelve years ago when she began to transform chande- liers, patio furniture, house gates, windows, and doors. With great skill and an impeccable eye, Cookie finds artistic suc- cess by mixing crystals with wrought iron to create objects of beauty; the roughness of the iron and the sophistication of the crystals come together in perfect union.’’-DK On this note, ViV proudly congratulates these two women who, with their professionalism and hard work contribute to enrich Haiti’s wide array of talents. Le sujet des jumeaux a toujours été un domaine fascinant et intrigant. Quoiqu’il s’agisse de deux êtres humains bien distincts, d’après la mythologie, les jumeaux sont deux moitiés d’un même tout, partageant un lien plus profond que celui des frères et sœurs ordinaires. Beaucoup de jumeaux disent avoir toujours un sentiment inconscient de connexion, ayant constamment des pensées l’un vers l’autre. Par exemple, quand ils sont séparés et ne se parlent pas pendant quelques jours, soudainement ils se retrouvent tous les deux en train de s’appeler en même temps ou ils se rendent compte qu’ils souffraient d’une migraine au même moment. Ils semblent vivre la vie en équipe, pas de façon individuelle, ressentantqu’ilsonttoujoursunsoutien;unpartenaire silencieux; communiquantentreeuxmentalement,sansavoiràseparler,soit, une espèce de télépathie. N’ayant pas à répondre aux questions; connaissantd’avancelesréponses;terminantlesphrasesl’unpour l’autre et ayant même une sensation de détresse, au moment de situations traumatisantes, tel qu’un accident, même quand ils se trouvent loin l’un de l’autre. Arielle et Cookie Faubert sont des sœurs jumelles, mais pas identiques. Quoiqu’elles aient définitivement un air de famille, ayant hérité des traits de leurs deux parents, Arielle ressemble beaucoup plus à Jacques, son jovial et charismatique papa. Cette jeune femme d’affaires est la propriétaire du restaurant de grande renommée « Papaye «, situé au No.48 de la rue Metellus à Pétion Ville, est un chef talentueux, jouissant d’une personnalité très agréable. A part s’occuper de leurs foyers et de vaquer à leurs multiples obligations quotidiennes, ces deux jeunes dames sont des mères très dévouées qui ont réussi à bien élever leurs enfants,- à présent desadultes-,(cequireprésentedéjàensoiuntravailàtempsplein) tout en devenant des entrepreneurs à succès, chacune dans leur domaine spécifique, ce qui est loin d’être une tâche facile dans le monde si mouvementé d’aujourd‘hui, où l’administration du temps est crucial. QuandonregardeCookie,sasœurjumelle,onretrouveuneversion plus jeune de Mona, sa ravissante maman. Cette artiste très douée et ingénieuse se spécialise dans la création de somptueux chandeliers en fer et verre et a aussi un caractère très plaisant. C’est avec grand plaisir que ViV a interviewé ces deux dames captivantes dans l’ambiance paradisiaque du restaurant Papaye, tout en dégustant un des plats délicatement préparé et présenté par son chef vedette, accompagné d’une coupe d’un de ses meilleurs vins. ARIELLE ET COOKIE, Les Jumelles Dynamiques D’Haïti
  • 10. ViVmaghaiti.com | Pg. 15 |
  • 11. Q—Vous n’êtes pas des jumelles identiques vu que vous êtes as- sez différentes physiquement parlant. Mais partagez-vous les mêmes goûts, les mêmes idéologies, en peu de mots, vos façons de penser se ressemblent-elles, sentez-vous que vous ayez la même personnalité et pourquoi? A--Nous avons toutes les deux un caractère assez fort, qui fluctue selon le degré de passion avec lequel nous nous impliquons dans une cause. Nous n’avons pas les mêmes goûts. Cookie a un style plus classique, tandis qu’Arielle est plus excentrique. Notre idéologie est similaire vu qu’on partage les mêmes valeurs morales. Nous sommes toutes les deux sensibles, quoique ça ne paraisse pas. Nous sommes très directes et franches. Nous avons une personnalité vivace quoiqu’il soit vrai que Cookie est plus humoriste et Arielle est plus sarcastique. Q—Beaucoup de jumeaux ne se sentent jamais seuls dans un sens spirituel; ils sentent que toute leur identité consiste à faire partie d’une paire. Est-ce ainsi dans votre cas? A—Oui, nous sommes définitivement connectées spirituellement. Q—Ressentez-vous ce lien « jumeau » spécial? Avez-vous eu de fortes expériences télépathiques ? A—Nous ressentons absolument le lien. Néanmoins, jusqu’ à présent, nous n’avons vécu aucune expérience télépathique. Q—A un jeune âge, certains jumeaux inventent un langage spé- cial pour communiquer entre eux. Avez-vous développé un lan- gage spécial de « jumelles » ? A—Nous avons une communication oculaire. Quand on se regarde dans les yeux, on peut lire nos pensées. Q—Vous êtes nées à Porto Rico et quoique vous ayez vecu là-bas pendant longtemps vous avez toutes les deux décidé de vous in- staller en Haïti. Vos parents étant haïtiens, je suppose que vous avez toujours maintenu des liens très étroits avec votre pays. Mais qu’est ce qui a vous incité à prendre la décision de rentrer chez vous ? A—Nous sommes effectivement nées a Porto Rico mais nous avons passé nos années d’école élémentaire à faire le va et vient entre Haïti et Porto Rico étant donné que notre père avait des entreprises dans les deux iles. Donc en réalité, nous avons passé beaucoup d’années en Haïti, ce qui nous a permis de nous rapprocher de notre famille (tantes, oncles, cousins, etc...). Ça nous a définitivement attirées à Haïti et a joué un rôle important dans notre décision de nous y établir. Sans compter la beauté de notre pays. Q—Vous êtes toutes les deux très artistiques, chacune à sa façon. Si je comprends bien, votre mère, Mona, est la source de cette créativité. Considérez-vous avoir hérité votre talent d’elle et de quelle façon a-t-elle influencé votre sens de créativité? A—Nous sommes toutes les deux convaincues que le fait d’avoir grandi dans un foyer plein d‘amour, avec une mère ayant une âme si sensible et un intérêt si profond pour toutes les formes d’expression artistique, nous a définitivement beaucoup influencées. Pour sa part, notre mère a été influencée à son tour par “Ti Nainaine” (Claire Denis), sa grand- tante, qui avait un don pour la peinture et faisait toutes espèces de manualités. Elle aussi pense que son talent de peintre a été influencé par nainaine Et, nous ne disons pas cela à la légère. Notre mère donne une touche magique à tout ce qu’elle touche. C’est la meilleure!!! ARIELLE ET COOKIE, Les Jumelles Dynamiques D’Haïti
  • 12. Arielle: Q—Entantquechefprincipaletpropriétairederestaurant, tudoisêtrebienoccupée.Commentt’arranges-tupourêtre une femme d’affaires avec tant de succès et malgré tout trouver le moyen de consacrer du temps à ta famille et à toi-même ? A— Papaye fête son douzième anniversaire, et je dois dire que c’est bien plus facile pour moi en ce moment. Mais au début, soit les 8 premières années, c’était tres difficile. Me trouver du temps pour moi-même était un vrai luxe…mais maintenant que mon équipe de travail est bien entrainée et que mon fils devient de plus en plus indépendant, je peux finalement m’écrier:” CALGON EMPORTEZ-MOI”! Q—Où as-tu appris tes connaissances professionnelles ? Quel est le secret de la nourriture délicieuse que tu prépares? A—Je suis diplômée de L’Institut Culinaire Français de New York. Parmi mes professeurs, je peux te mentionner des gens comme Jacques Pépin, André Soltner, Alain Sailhac (Lutece) qui sont considérés des légendes dans le monde culinaire. Et en ce qui concerne ma nourriture, et bien j’espère bien qu’elle soit bonne ! Cookie: Q—Tu élabores des chandeliers magnifiques. D’où t’es venue cette idée? As-tu étudié l’art en quelque part ? Et où peut-on trouver ces belles pièces artistiques? A—Ma carrière d’artiste travaillant le fer a commencé lorsqu’une très bonne amie à moi, Christine, m’a rendu visite à la maison et a vu un candélabre que j’avais dessiné et fait exécuter pour moi par un artisan. Elle m’a demandé de lui en faire faire un pareil. A cette époque j’organisais une fête chez moi et j’ai fait faire deux autres candélabres pour l’occasion. En les voyant, ma mère et ma sœur m’ont dit que je devrais considérer de me lancer dans la production d’objets en fer car j‘avais un talent caché. Tout a donc commencé là, il y a de cela 14 ans et me voila aujourd’hui encore àfairelamêmechoseetenraffolant.Mespiècessontvenduespar Donna Karan aux magasins Urban Zen dans les Hamptons (Sag Harbor), à Urban Zen au village à NY, et à ABC Carpet à NY. En fait, je dois souligner que quoique mes créations me passionnent, c’est grâce au fait que Donna soit venue en Haïti et les ait vues qu’elle leur a donné tant de publicité. Elle a préparé le prix pour l’événement Clinton Global Initiative et m’a choisie pour exécutersondesseinencollaborationavecNadiaSwarovski,dont les cristaux ont été utilisés à cette fin. Cette pièce a finalement été choisiepourêtreleprixquiseradonnéchaqueannéeauxcitoyens qui seront honorés. “Papaye”d’après un reportage de Lonely Planet « Fusion caribéenne » n’est pas précisément le qualificatif qu’on s’attend à voir écrit dans un reportage sur les restaurants haïtiens. Néanmoins, Papaye rassemble ces attributs avec un aplomb remarquable, en incorporant des influences asiatiques, européennes et d’autres à ses plats créoles. D’une façon assez surprenante, le résultat est très bon et mérite d’être soumis à une recherche continue”. Cookie aux yeux de Donna Karan: ‘’Karine Faubert Villard, affectueusement surnommée “Cookie” partousceuxquilaconnaissent,estnéeàSanJuan,PR.,deparents haïtiens. Cookie a commencé sa carrière comme artiste du fer forgé à Port-au-Prince, Haïti, il y a de cela douze ans, lorsqu’elle se lança à transformer des chandeliers des meubles de jardin, des barrières, des fenêtres et des portes. Avec beaucoup de talent et un goût et une finition impeccables, Cookie obtient son succès artistique en mélangeant des cristaux au fer forgé pour créer des objets de grande beauté; le rugueux du fer et la sophistication des cristaux s’entrelacent en une union parfaite. » -DK Sur cette note, ViV se sent fier de présenter ses compliments à ces deux femmes qui, avec leur professionnalisme et leur travail contribuent à enrichir le vaste éventail de talents d’Haïti. ViVmaghaiti.com | Pg. 17 |
  • 13. See Greater Results by Spending Less Time at the Gym Although we love exercising, spending hours doing so is not our idea of fun. Besides more often than not it is impossible since we have busy lives, full time jobs and a social life. In today’s soci- ety high intensity interval training routines such as T-25, Tabata Training and TurboFire are the rave because they require bursts of intense effort followed by short periods of rest, all in less time than the average workout. However, are they gimmicks or is there some truth to their method? In fact, these short but pow- erful routines work and crush the“I do not have time to exercise” excuse. “I exercise for four hours a day but I am not see- ing any results. How can this be?” Most individuals are unaware that two factors come into play when exercising to reduce body fat percentage: intensity and duration, with intensity meaning how hard you are exercising and duration being the length of the exercise routine. We often tell our clients that the best way to achieve results is by mix- ing high intensity series with moderate intensity workouts, also called HIIT. Those HIIT workouts limit duration by maximizing intensity, which will increase your metabolism and calorie burn for up to 24 hours after exercising, known as the after burn effect. Addi- tionally, we advise clients to stay within 45 to 60 minutes when exercising because research has shown that after 60 minutes your body will start to produce a hormone, cortisol, which will break down muscle tissue and increase body fat storage; this hinders your workout. Additionally, it has also been shown that you become less focused after 60 minutes, which reduces the effectiveness of your workout. Obtenez de meilleurs résultats en passant Moins de temps au Gym Malgré notre amour pour l’exercice, passer des heures à en faire n’est pas vraiment notre tasse de thé pour nous amuser. En plus, la plupart du temps il nous est impossible de ce faire, étant donné quenousavonsdesrythmesdevieagités,noustravaillonsàtemps plein et nous avons une vie sociale. Dans la société d’aujourd’hui, les routines d’entrainement à intervalle de haute intensité telles que le « T-25 », les entrainements «Tabata » et « TurboFire » font fureur parce qu’ils exigent des explosions d’effort intense, suivies de courtes pauses, et tout ça en moins de temps que requiert la moyenne des entrainements. Mais, s’agit-il de trucs ou y a-t-il un fonddevéritédanscetteméthode? Enfait,cespuissantesroutines de courte durée fonctionnent et invalident l’excuse classique : « je n’ai pas le temps de faire des exercices ». “Je m’entraine quatre heures par jour mais je ne vois aucun résultat. Comment est-ce possible?” La plupart des gens ne sont pas conscients de deux facteurs qui entrent en jeu quand on fait des exercices pour réduire le pourcentage de graisse corporelle: intensité et durée, le premier signifiant le degré de difficulté des mouvements et le deuxième, la durée de la routine d’exercices. Très souvent, nous disons à nos clients que la meilleure façon d’obtenir de bons résultats est de combiner des séries d’exercices de haute intensité et d’intensité modérée, connues aussi comme des HIIT. Ces routines d’exercices HIIT limitent la durée en maximisant l’intensité, ce qui active la rapidité du fonctionnement du métabolisme tout en signifiant que plus de calories sont brulées au cours des 24 heures suivant la routine d’exercices, ce qu’on appelle l’effet de postcombustion. En outre, nous recommandons à nos clients de s’entrainer durant 45 à 60 minutes, étant donné que de nombreuses recherches ont démontré qu’après 60 minutes, notre corps commencera à produire une hormone, le cortisol, quiprovoqueraunedégradationdutissumusculairetout en augmentant le stockage de graisse corporelle, ce qui entrave notre entrainement. En plus, il a aussi été démontré qu’après 60 minutes, on perd la concentration, ce qui diminue l’efficacité de notre entrainement. DuoFit’s top 5 tips to limit duration, maximize intensity and increase efficiency (side bar) 1. Chat less. 2. Reduce rest time between sets. Personally we limit rest in be- tween our sets of the same exercise to 30 seconds and rest be- tween sets of different exercises to a maximum of two minutes, which is just enough time to change weights and hit the ground running again. 3. Make use of super-sets. A super-set is a combination of ex- ercise performed right after the other with no rest in between. Usually super-sets can involve muscles of the same group or op- posite muscles, usually biceps and triceps; chest and back. 4. Have a workout plan before you arrive at the gym and spend less time wandering machines thinking of the one you will use next. 5. Put your phone down and FOCUS. Les 5 conseils principaux de DuoFit pour limiter la durée, maximiser l’intensité et accroitre le rendement (barre latérale) 1. Bavardez moins. 2. Réduisez les pauses entre les séries. Personnellement, nous limitons les pauses entre nos séries d’un même exercice à 30 secondes, celui des pauses entre les séries d’exercices variés à un maximum de deux minutes, ce qui donne juste assez de temps pour échanger les haltères et se remettre au feu de l’action. 3.Tirezpartidessuper-séries.Unesupersérieestunecombinaison d’exercices performés l’un après l’autre sans répits entre eux. Habituellement, les super séries peuvent impliquer des muscles du même groupe ou de groupes opposés, généralement biceps et triceps; poitrine et dos. 4. Établissez un programme d’entrainement avant d’arriver au gym et passez moins de temps à vous balader de machine en machine en réfléchissant à laquelle sera la suivante que vous utiliserez. 5. Déposez vos portables et CONCENTREZ-VOUS. DUOFIT Less is More ViVmaghaiti.com | Pg. 18 |
  • 14. Lunge to Bicep Curl Works: quadriceps, hamstrings, glutes and biceps 1. Stand with feet shoulder-width apart 2. Hold the dumbbells next to your thighs and palms facing for- ward 3. Lunge forward by bending your knees 90 degrees and curl your weights toward shoulders 4. Return to starting position and repeat, either with the same leg or the opposite leg ** Advance Tip: Add a Triceps Kickback after the Bicep Curl. Fente avec Curl de biceps Fait travailler: les quadriceps, les muscles ischio-jambiers et fess- iers, ainsi que les biceps. 1. Tenez-vous debout avec vos pieds écartés à la largeur des épaules 2. Soutenez les haltères à coté de vos cuisses avec les paumes de vos mains vers l’avant. 3. Exécutez une fente vers l’avant en pliant vos genoux à 90 de- grés et fléchissez vos poids jusqu’à vos épaules 4. Retournez à la position de départ et recommencez soit avec la même jambe ou avec la jambe opposée ** Conseil supplémentaire: Ajoutez une extension arrière (Triceps Kickback) après les flexions (curls) de biceps. DuoFit top 4 combination exercises Short on time and still looking for that maximum work? Use the following combination exercises to target everything from your legs to your arms without forgetting your abs. Les 4 combinaisons principales d’exercices de DuoFit Disposez-vous de peu de temps et souhaitez-vous quand même maximiser votre entrainement ? Pratiquez les combinaisons suivantes d’exercices pour tout cibler, de vos jambes à vos bras, sans oublier vos abdominaux. Squat to Overhead Press Works: quadriceps, hamstrings, glutes , abs and shoulders 1. Stand with feet shoulder-width apart 2. With elbows bent and palms forward, hold a comfortable weight in each hand 3. Lower yourself in a squat position while making sure that your knees do not go pass your toes 4. Push through your heels to stand up and press the weights overhead into an overhead press 5. Return to starting position and repeat. “Squat to Overhead Press” Fait travailler: les quadriceps, les muscles ischio-jambiers et fessiers, ainsi que les épaules. 1. Tenez-vous debout avec vos pieds écartés à la largeur des épaules 2. Avec vos coudes pliés et les paumes de vos mains vers l’avant, soutenez un haltère d’un poids confortable avec chaque main. 3. Baissez-vous en position accroupie tout en vous assurant que vos genoux ne dépassent pas vos orteils. 4. Appuyez-vous sur vos talons pour vous mettre debout et fléchissez les haltères au-dessus de la tète pour exécuter un « overhead press ». 5. Retournez à la position de départ et recommencez. DUOFIT Mieux vaut moins que plus ViVmaghaiti.com | Pg. 19 |
  • 15. Squat Diagonal du Bucheron Fait travailler: les quadriceps, les muscles ischio-jambiers et fessiers, les épaules, les abdos et les obliques. 1. Tenez-vousdeboutavecvospiedsécartésàlalargeurdesépaules 2. Rabaissez-vous à une position accroupie (squat) tout en vous assurant que vos genoux ne dépassent pas vos orteils. 3. Exécutez une rotation du buste en poussant les haltères vers la partie arrière de la salle. 4. Retournez à la position de départ et recommencez Kickback Push-Up Plank Works: triceps, chest, abs, glutes and hamstrings 1. Start in a modified push-up position with one knee on the ground and one leg extended 2. Perform a push-up 3. Return to starting position and alternate ** Advanced Tip: Use a Bosu ball to add instability to further engage your core. Planche avec Kickback et Push-Up Fait travailler: les triceps, la poitrine, les abdos, les muscles ischio-jambiers et fessiers. 1. Commencez dans une position modifiée de redressement (push-up) avec un genou sur le sol et une jambe allongée 2. Faites un redressement (push-up) 3. Retournez à la position de départ et alternez ** Conseil supplémentaire : Utilisez un ballon « Bosu » pour augmenter l’instabilité et rendre l’exercice plus intense Butterfly Squat Works: quadriceps, glutes, hamstrings and chest 1. Stand with feet shoulder-width apart. Holding the dumbbells, position your arms parallel to the floor 2. Lower yourself in a squat position while making sure that your knees do not go pass your toes. 3. While performing the squat, push the dumbbells together and squeeze your chest in the middle 4. Return to starting position and repeat. Squat Papillon Fait travailler: les quadriceps, la poitrine, les muscles ischio- jambiers et fessiers. 1. Tenez-vous debout avec vos pieds écartés à la largeur des épaules. En soutenant les haltères, placez vos bras en parallèle avec le sol. 2. Rabaissez-vous à une position accroupie (squat) tout en vous assurant que vos genoux ne dépassent pas vos orteils. 3. En exécutants le squat, rapprochez les haltères en faisant pression vers le milieu de votre poitrine 4. Retournez à la position de départ et recommencez DUOFIT Mieux vaut moins que plus ViVmaghaiti.com | Pg. 20 |
  • 16. A Good Wax! In the last several years, waxing has become a common service offered at most salons and spas. Whether it’s eyebrows, upper lips, armpits or, well, someplace more intimate, many people choose waxing for longer-lasting hair removal. But to those who’ve never done it (or who’ve done it once and had a bad experience), it can seem a bit daunting. If you’re think- ing about giving waxing a try, we’ve spoken to Cecile Arty from Temps Danse Beauté, who has over 25 years of expertise and got the inside scoop on everything from preparation and pain to what kind of results to expect, so you can be well prepared when it comes time to take it all off—your hair, that is. Preparing for a Wax If you’re worried about or can’t tolerate pain, use a numbing cream (apply at least an hour before waxing). Make sure skin is dry and free of lotions and oils. Let hair grow for at least 15 days whether you’ve shaved or used a hair removal cream. “Don’t cut the hair either because you need a good length in order to get a good waxing job.”she says. How Often to Wax The time does vary between waxes, depending on how quickly or coarsely the hair grows back. Cecile says it’s best to wait around 3 weeks. “People should wait three to four weeks between waxing,” she says.“But in an emergency, if they have a new boyfriend or are about to go on vacation, they can come back in two weeks with no problem.” What to Expect First your waxer will clean and disinfect the area. After that, she’ll apply the wax and remove small areas of hair at a time. Afterwards, she’ll remove any wax residue and apply cream or oil. Post-Wax Treatment Although the pain does subside as soon as the wax is over, the area can remain sensitive, which is why it is better not to use any scrubs for the next 48 hours and not to expose the area to direct sun for at least 24 hours. On a daily basis, nourish skin with lotion or oil in order to keep it supple. You can also use a body glove once a week to exfoliate away the dead skin so that pores don’t become clogged causing ingrown hairs and bumps. if you have an ingrown tendency there are great products on the market to help treat and prevent that issue. EXTRA TIPS: -If you are getting a face waxing (eyebrows, upper lip…) it is bet- ter to do so the day before you have somewhere to go to avoid redness. -For best results from waxing its best not to shave in between. When you shave the hair grows back coarse. -Leftover wax can be easily removed with baby oil. “Waxing has become a common service offered at most salons and spa.”s”. ViVmaghaiti.com | Pg. 22 |
  • 17. Une Bonne Épilation! “L’épilation est devenue un service commun, offert dans la plupart des salons et des spas.” Au cours des dernières années, l’épilation est devenue un service commun, offert dans la plupart des salons et des spas. Qu’il s’agisse des sourcils, de la moustache (lèvre supérieure), des aisselles ou alors, de quelque part de plus intime, beaucoup de gens choisissent l’épilation pour une élimination du poil plus durable. Mais ça peut paraitre un peu redoutable pour ceux/celles qui ne se sont jamais fait épiler (ou qui l’ont fait une fois et ont eu une mauvaiseexpérience).Sivousavezl’intentiond’essayerl’épilation, nous avons parlé à Cécile Arty de Temps Danse Beauté, qui a plus de 25 ans d’expérience dans le domaine et nous avons obtenu toute l’information de première main sur tout le processus, de la préparation à la douleur, jusqu’aux résultats que vous pouvez souhaiter obtenir, afin que vous soyez bien préparés quand le moment de tout enlever sera venu – vos poils, je veux dire… Préparation pour l’épilation Si vous avez peur que ça fasse mal ou vous ne tolérez pas la douleur, utilisez une crème anesthésiante (appliquez au moins une heure avant l’épilation. Assurez-vous que votre peau soit bien sèche et dépourvue de lotions et d’huiles). Laissez le poil repousser pendant au moins 15 jours après vous être rasé ou après avoir utilisé une crème épilatoire. “Ne coupez pas les poils non plus car ils doivent être d’une certaine longueur pour obtenir de bons résultats lors de votre épilation”, dit-elle. A quelle fréquence devez-vous vous épiler? La fréquence varie entre épilations, en dépendant de la rapidité de repousse du poil et de son épaisseur. Cécile dit qu’il vaut mieux attendre trois semaines. “Les gens devraient attendre entre trois et quatre semaines entre épilations”, dit-elle. Mais en cas d’urgence, par exemple si vous avez un nouveau copain ou vousallezpartirenvacances,vouspouveztoujoursreveniraprès deux semaines, sans problèmes. ‘“ A quoi vous attendre D’abord la personne qui va vous épiler nettoiera et désinfectera la région à être épilée. Ensuite, elle appliquera la cire et ôtera le poil, par petites régions poilues à la fois. Après, elle ôtera tous les résidus de cire et appliquera une crème ou une huile. Traitement post-épilatoire Quoique la douleur ne persiste pas après l’épilation, la région épilée peut demeurer sensible. C’est pourquoi il n’est pas recommandé d’utiliser aucune sorte d’exfoliants pendant les 48 qui suivent, ni d’exposer la région épilée directement aux rayons solaires pendant au moins 24 heures. Donnez un suivi quotidien en nourrissant la peau avec une lotion ouunehuileafindelamaintenirsouple. Vouspouvezaussiutiliser un gant de corps une fois par semaine pour exfolier la peau sèche afinquevosporesnesoientpasobstrués,cequiprovoquelespoils incarnés et les irritations et boutons. Si vous avez tendance aux poils incarnés, il y a d’excellents produits sur le marché pour vous aider à traiter ce problème et à éviter cet inconvénient. PETITS CONSEILS SUPPLEMENTAIRES: -Si vous programmez une épilation faciale (sourcils, moustache, lèvresupérieure…)ilestpréférabledelafaireunjouravantsivous allez sortir ou vous avez un rendez-vous, pour éviter les rougeurs. -Pour obtenir de meilleurs résultats de votre épilation il est préférable de ne pas se raser entre sessions. Quand on se rase, le poil repousse plus épais. -Les résidus de cire peuvent être facilement ôtés avec de l’huile pour bébé.
  • 18. The theatricality of the stage has always been a great source of inspiration for designers everywhere, many of whom started as costume designers. It is still apparent to this day of the over the top eccentricities found on the runway (Giant bags, Meat Dresses, Iron Masks etc) which are meant to provoke emotions for the watchers. We all remember the slight ballerina fashion craze following the Black Swan. We were drawn by the elaborate whimsical costumes that made us dream. As the dance season is upon us, we look to see how the stage influxes fashion and vice versa. As a tradition, most dance schools deliver spectacular shows. We are always amazed at the grace and power of these dancers. As part of this editorial, we teamed up with dance school Institut de Dance Lynn Williams Rouzier (IDDLWR). Owned by Lynn Williams Rouzier, the school has been around for over forty years and offers a scholarship program available for disadvantaged kids. At IDDLWR classes of ballet, folk- lore, modern and hip-hop are taught with enthusiasm and professionalism. The institute holds two shows a year, one in folklore and hip-hop around February-March, and one in ballet only held in June. Costumes are a big part of organizing a show at IDDLWR. All costumes are strictly designed by Lynn herself and made at her mother’s workshop Atelier Laure Bailly, which she took over since her death.“I live only for that”she says. Each costume is designed specifically according to the dance and the dancer.“Each dance has rules and colors to be respected. Then I go ahead according to the dancer’s skin tone and I play with the colors.” Be sure to check out IDDLWR’s upcoming show on June 28th as well as Dance For Life’s show on June 21st. We look forward to see the array of colorful costumes at the sure to be beautiful recitals. L’aspect théâtral de la scène a toujours été une grande source d’inspiration pour les designers de partout, parmi lesquels un grand nombre ont commencé leur carrière comme créateurs de costumes. Jusqu’à présent, il est évident que le but de toutes ces excentricités exagérées qu’on retrouve sur le podium ou sur scène (des sacs géants, des robes élaborées avec des steaks, des masques en fer, etc.…) est de susciterdifférentesémotionsdanslepublic,parfoismêmedelechoquer. On sesouvienttousdelamode deballerine que ladanse du« SigneNoir » a déclenché. On était tous attirés par les costumes féeriques qui nous faisaient rêver. A mesure qu’approche la saison de danse, on s’attend à voir comment la scène influencera la mode et vice versa. C’est une tradition que la plupart des écoles de danse présentent de merveilleux spectacles. On est toujours émerveillés par la grâce et la puissance de ces danseurs. Afin de vous offrir cet éditorial, on a fait équipe avec l’Institut de Danse Lynn Williams Rouzier (IDDLWR). Mme. Lynn Williams Rouzier est la propriétaire de cette école, qui existe depuis plus de quarante ans et qui offre des programmes de bourses pour les enfants défavorisés. A l’IDDLWR on donne des cours de ballet, de folklore, de danse moderne et de hip-hop, teintés d’enthousiasme et de professionnalisme. L’institut offre deux spectacles par an. Le premier de folklore et de hip-hop aux environs des mois de février-mars, et l’autre de ballet, présenté seulement en juin. Les costumes constituent une partie importante de la préparation des spectacles de l’IDDLWR. Ils sont tous exclusivement et personnellement dessinés par Lynn et exécutés à l’atelier de sa mère, Atelier Laure Bailly, duquel elle a pris la relève depuis le décès de cette dernière. “C’est ma seule raison de vivre” dit-elle. « Chaque costume est conçu spécifiquement d’après la danse et le danseur qui va l’exécuter. A chaque danse correspondent des règles et des couleurs qui doivent être respectées. Et de la j’élabore selon le ton de la peau du danseur tout en jouant avec les couleurs.” Nemanquezpasdevousinformersurleprochainspectaclequel’Institut de Dance Lynn Williams Rouzier offrira le 28 juin ainsi que sur le show « Danser pour la Vie » qui sera présenté le 21 du même mois. Nous avons hâtedevoirtoutelagammedecostumesquiferontpartiedecesrécitals qui, sans nul doute, seront merveilleux. A mesure qu’approche la saison de danse, on s’attend à voir comment la scène influencera la mode et vice versa. As the dance season is upon us, we look to see how the stage influxes fashion and vice versa. L’Institut de Danse Lynn Williams Rouzier ViVmaghaiti.com | Pg. 24 |
  • 19. Coreen Smith,16 Alexa Piquion, 5 Clifford Clerveaux, 24 Anaelle Charlot, 14 ViVmaghaiti.com | Pg. 25 |
  • 20. Yasmeen H.A, 16 Saralys Cratft, 15
  • 21. Kalimay Stewart, 13
  • 22. Esmeralda Rouzier,14 Veronique Bernard, 5
  • 23. Jordan Rouzier, 5 Billy Jerry Jean-Baptiste, 24 James Célestin Jr., 25 ViVmaghaiti.com | Pg. 31 |
  • 24. Fighting Heart Disease with Juicing! In a modern world where our diets are overwhelmed by meats, dairy prod- ucts, excessive drinking, processed sugar, (notwithstanding stress), battling and preventing heart disease has become increasingly common amongst us. WELL…What if I told you that juicing, if done regularly has the power to be a major player in this fight. Cardiologist, Clinical Professor of Medi- cine at Wayne State University School of Medicine and Director of Cardiac Wellness Dr. Khan helps us better understand how something so basic as juicing may help prevent heart disease. The cells in our bodies need nutrients to function properly, such as vitamins and minerals. Also known as micronutrients, when our body receives an adequate amount of the latter, we feel energized and full without having to consume so many macronutrients (ex: Fats, Carbohydrates, and Proteins) Dr. Khan states. Our modern world has drowned us in processed foods that are packed with macronutrients and very few if any micronutrients. With our busy and over stressed days, the easiest way to increase micronutrient consumption is JUICING!!! In this issue, we put the spotlight on a vegetable that is very common in our Haitian culture for its sweet taste, its beautiful deep red color, and its many amazing health benefits.The beetroot also known locally as“Betrave”, when juiced on a regular basis, may help prevent the development of heart diseases and stroke. Known as a super food; beetroots contain potassium, magnesium, iron, vitamins A, B6, vitamin C, folic acid, carbohydrates, pro- tein, and antioxidants. For some time researchers have known that beet- roots have the power to reduce blood pressure, but it was not until 2010 that researchers from the UK displayed that nitrate was the key ingredient in lowering blood pressure and officially made the beetroot a heart fight- ing vegetable. The study tested three groups of individuals; Group A consumed beet juice, Group B consumed a placebo drink, and Group C was given nitrate pills. Within 24 hours the individuals from Groups A & B showed a drop in their blood pressure. This study was funded by the British Heart Foundation and is published online in the American Health Association journal under Hy- pertension. In a world where we have also become so dependent on western medi- cation, once diagnosed with certain heart diseases or high blood pressure, patients are commonly prescribed a collection of pharmaceutical drugs. “Juicing for Heart Health”is an easy and fun way to help reduce heart attack and stroke with a natural approach and without side effects of medica- tion (Dr. Khan, 2013). Please note that before starting your juicing journey for heart health you should always consult your doctor before reducing or stopping prescribed medications. Here is a quick and sweet recipe that will help you incorporate more beet root into your daily diet! 1 Large Beet Root (peeled) 1 Medium Red Apple 1 Medium Green Apple 3 Medium Carrots 1 chunk of pineapple (if desired) Splash of lemon or lime **Serve immediately after juicing or make it fun for the summer by blend- ing it with some ice and serving it as a super powered slushy! Kids are also known to love this recipe. With Love from our kitchen to yours, Mel Green Kitchen Haiti ViVmaghaiti.com | Pg. 32 |
  • 25. Combattre les Maladies Cardiaques avec les Jus! Dans un monde moderne où les diètes sont saturées de viandes, deproduitslaitiers,deconsommationexcessived’alcool,desucre raffiné, sans oublier le stress, avoir à combattre et prévenir les maladies cardiaques est devenu de plus en plus un fait courant pour nous. ET BIEN… si je vous disais que la consommation de jusdefaçonrégulièreestcapabledejouerunrôleimportantdans cette lutte. Le Dr. khan, cardiologue et professeur de Médecine Clinique à l’École Universitaire de Médicine de l’État de Wayne et Directeur de Bienêtre Cardiaque, nous aide à mieux comprendre comment quelque chose de si banal comme la consommation de jus peut aider à prévenir les maladies cardiaques. Les cellules de notre corps ont besoin de nutriments, tels que les vitamines et les minéraux, pour fonctionner correctement. Quand notre corps reçoit une quantité suffisante de ces derniers, (également appelés micronutriments), nous éprouvons un regain d’énergie et nous nous sentons remplis sans avoir à consommer autant de macronutriments (ex: graisses, hydrates de Carbone, et Protéines), indique le Dr. Khan. Notre monde modernenousaengloutisdansunocéand’alimentstransformés qui sont bourrés de macronutriments ayant très peu sinon aucun micronutriment. Avec notre vie agitée et surchargée de stress, la façon la plus simple d’augmenter notre ingestion de micronutriments est de consommer des JUS !! Dans cette édition, nous mettons en vedette un légume qui est très courant dans notre culture haïtienne grâce à son gout sucré, sa belle couleur rouge foncée, et ses multiples et extraordinaires bénéfices de santé. La betterave, telle qu’elle est connue localement, peut éviter le développement de maladies cardiaques et d’accidents vasculaires quand elle est consommée sous forme de jus de façon régulière. Reconnue comma étant un super-aliment, la betterave contient du potassium, du magnésium, du fer, des vitamines A, B6 et C, de l’acide folique, des hydrates de carbone, de la protéine et des antioxydants. Ça fait assez longtemps que les chercheurs savent que les betteraves sont capables de réduire l’hypertension, mais ce ne fut qu’en 2010 que des chercheurs anglais affichèrent que le nitrate était l’ingrédient clé pour baisser la tension artérielle et proclamèrent la betterave comme le légume combattant les maladies cardiaques. L’étudeatestétroisgroupesd’individus :leGroupeAconsommait du jus de betterave; le groupe B consommait une boisson placebo et des pilules de nitrate ont été administrées au Groupe C. Au bout de 24 heures, les groupes A et B ont montré une baisse de tension artérielle. Cette recherche fut financée par la Fondation Britannique Cardiaque et a été publiée en ligne par le journal de l’Association Américaine de Santé sous la rubrique d’Hypertension. Dans un monde où nous sommes devenus si dépendants de la médecine occidentale, une fois que les patients ont été diagnostiqués comme souffrant de certaines maladies cardiaques ou de tension artérielle élevée, généralement on leur prescrit une collection de médicaments pharmaceutiques. “La consommation de Jus pour la santé cardiaque” est un moyen amusant et simple d’aider à réduire les crises cardiaques et les accidents vasculaires, avec une approche naturelle et sans les effets secondaires des médicaments (Dr. Khan, 2013). Veuillez noter qu’avant d’entreprendre votre aventure de jus, vous devez toujours consulter votre médecin avant de réduire ou d’interrompre votre traitement a base de médicaments prescrits. Alasuite,unerecetterapideetsucréequivousaideraàincorporer plus de betteraves à votre diète quotidienne! 1 Grande betterave (pelée) 1 pomme rouge moyenne 1 pomme verte moyenne 3 carottes moyennes 1 gros morceau d’ananas (si désiré) Un doigt de citron ou de lime **Servez immédiatement après avoir pressé le jus ou si vous souhaitez le rendre plus appétissant pour l’été, malaxer avec de la glace et servez comme un slushy super puissant! Les enfants adorent cette recette. ViVmaghaiti.com | Pg. 33 |
  • 26. VIVRE SANS GLUTEN LasensibilitéauGlutenestdevenuetrèsrépanduecequiaentrainé un mouvement visant à la production d’aliments exempts de gluten. Mais est-ce toujours la meilleure option? La nutritionniste Kimberly Snyder a signalé le gluten comme étant le responsable des inflammations de l’intestin grêle, de la mauvaise digestion, de la difficulté à absorber les nutriments de source alimentaire et des troubles d’intestin perméable. Soumettre vos enfants et votre famille à un régime exempt de gluten peut éviter toutes espèces de complications à la longue mais, comme pour tout changement radical de diète, il est d’une importance primordiale de consulter un médecin et de s’assurer que c’est bien la meilleure option pou vous. A la suite, nous vous présentons les produits favoris exempts de gluten de ViV magazine ! Ces produits sont délicieux et faciles à trouver dans votre supermarché local. En plus des fantastiques friandises pour adultes, HERO vous offre à présent es options pour bébés: - Céréale de maïs pour bébé HERO - Exempt de Gluten - Céréale de crème de maïs pour bébé HERO - Exempt de Gluten - Petits pots de fruits pour bébés HERO en saveurs différentes (pomme-banane et poire, salade de fruits et 4-fruits) - Exempt de Gluten Gluten-Free Lifestyle Gluten sensitivity is widespread, and this has led to a near-global movement towards gluten-free foods. But is this always the best option? Nutritionist Kimberly Snyder has marked gluten as the culprit behind inflammation of the small intestine, poor diges- tion, difficulty absorbing nutrients from foods, and leaky gut. Putting your children and family on a gluten-free diet may pre- vent all sorts of complications down the road, but like every big diet change it is primordial to consult a physician and make sure that it is the best option for you. Here are ViV magazine’s Gluten-Free Faves! These products taste great and are easy to find in your local supermarket. In addition to fantastic adult treats, HERO now offers baby options: - HERO Baby Corn Cereal - Gluten Free - HERO Baby Cream of Rice Cereal - Gluten Free - HERO Baby Fruit Jars in different flavors (apple, banana and pear, fruit cocktail, and 4-fruits) - Gluten Free
  • 27. ViVmaghaiti.com | Pg. 35 |
  • 28. QUINOA, THE SEED THAT’S CAUSING SENSATION Because of its high nutritional value, the United Nations’ Food and Agriculture Organization (FAO) officially declared 2013 as the International Year of Quinoa. This savory cere- al seed, grown by the Incas from time immemorial, has a high protein content, not to mention the 9 essential amino acids, and is free of gluten and cholesterol. This food, rich in micro nutrients which is speedily replacing rice in the diet of lovers of organic, healthy and nourishing products, is easily cooked and can be served as a salad, or with veg- etables, meats and poultries and can as well be enjoyed alone. Packed with antioxidants, it has anti inflammatory benefits and is an excellent source of heart healthy mono- unsaturated fats. The processes of boiling and cooking do not seem to compromise the quality of quinoa’s nutrients, allowing us to savor its texture as well as its exquisite taste, while maintaining its nourishing benefits. A Vegetarians’ favorite. There are different types of quinoa. The white one which is most common and can be found in most supermarkets ; the red one, which, according to connoisseurs, best keeps its shape after being cooked, thus being ideal for salads and other dishes which require the distinctive presence of the seed to be noticeable; and the black quinoa with a sweeter taste and whose color is not affected by cooking. You can also find quinoa in a flake presentation which is perfect for a healthy breakfast. Quinoa flour is used to pre- pare sweet or salted squashes or purees and for pastries. ViV shares a simple and delicious recipe with you MEXICAN QUINOA SALAD Ingredients: 2 cups of cooked quinoa ½ table spoon of lemon juice ¼ cup of finely chopped parsley ¼ cup of finely chopped coriander 1cup black or red beans, rinsed and drained 1cup ½ of corn, drained (1can 15 oz) 2 tablespoons olive oil Two or three large red and fresh tomatoes, diced Preparation: Cook the quinoa grain for 10-15 minutes in boiling water, let cool off, add the olive oil and the lemon juice, incorporate the rest of the ingredients and mix delicately. Serve cold. **For those who like it spicy and to give it a more Aztec touch, you can add: 1 (15 oz.) can of rinsed and drained nopales Diced pulp of one avocado 2 or 3 jalapeno peppers, finely chopped Preparation: FRESH, HEALTHY AND SUCCULENT!!!!! ViVmaghaiti.com | Pg. 36 |
  • 29. LE GRAIN QUI FAIT FUREUR En vue de sa haute valeur nutritive, la FAO (Organisation des NationsUniespourl’Alimentationetl’Agriculture)aofficiellement déclaré 2013 comme l’Année Internationale du Quinoa. Ce savoureux grain entier de céréale, cultivé par les Incas depuis des temps immémoriaux, contient un taux élevé de protéines, sans compter les 9 amino acides essentiels, tout en étant exempt de gluten et de cholestérol. Cet aliment riche en micro nutriments, qui remplace rapidement le riz dans la diète des amants de produits organiques, sains et nourrissants, est de cuisson rapide etpeutêtreservisousformedesalade,accompagnéedelégumes, de viandes ou de volaille, et peut être aussi bien dégusté seul. Bourré d’antioxydants il a des bienfaits anti-inflammatoires et est une excellente source d’acides gras mono insaturés bons pour le cœur. Les processus d’ébullition ou de cuisson ne semblent pas compromettre la qualité des nutriments du quinoa, nous permettantainsideprofiterdesatextureetdesongoûtexquistout en gardant ses bénéfices nourrissants. Un favori des végétariens. Il y a différentes sortes de quinoa. Le blanc qui est le plus commun etpeutêtretrouvédanslaplupartdessupermarchés;lerougequi, d’après les connaisseurs garde mieux sa forme après la cuisson, étant donc l’idéal pour les salades et d’autres mets où la présence distinctedugrainestparticulièrementdésirable,etlenoirquiaun petit goût sucré et conserve sa couleur après la cuisson. On peut aussi trouver le quinoa sous forme de copeaux qui sont parfaits pour un petit déjeuner santé. La farine de quinoa est utilisée pour la préparation de purées salées ou sucrées et dans la pâtisserie. ViV partage avec vous une petite recette simple et délicieuse : SALADEMEXICAINEDEQUINOA Ingrédients : 2 tasses de quinoa cuit ½ cuillérée de jus de citron ¼ de tasse de persil finement haché ¼ de tasse de coriandre finement haché 1tasse d’haricots noirs ou rouges cuits, rincés et égouttés 1 tasse ½ de maïs égoutté (1 cannette de 15 onces) Deux cuillérées d’huile d’olive Deux ou trois grandes tomates rouges et fraiches coupées en cubes **Pour ceux qui aiment le pimenté et afin de donner une touche plus aztèque aa votre salade, vous pouvez y ajouter : 1 Cannette de 15 onces de Nopals rincés et égouttés La pulpe d’un avocat coupée en cubes 2 ou 3 Piments jalapeno finement hachés Préparation : Faire cuire le quinoa pendant 10-15 minutes dans de l’eau bouillante, ajoutez peu à peu l’huile d’olive et le jus de citron, incorporez le reste des ingrédients et mélangez délicatement. Servez froid. FRAIS, SAIN ET SUCCULENT!!! ViVmaghaiti.com | Pg. 37 |
  • 30. Whether she is handling a microphone or a blow dryer, Sandra Jean is an artistic force of nature with a sassy New York accent. She is a hair stylist and the previous owner of Hair Village, one of the most popular salons in the Tri-State area. But don’t be fooled! The multi-talented Jean can swing jokes in impeccable Kreyol while expertly talking about the right color for your long locks. “It’s always something I liked to do, you know? I didn’t think that I’d necessarily make a career out of it.” And if that alone does not impress you, her solo song‘Karesse’has been airing on the radio for 30 years. Sandra was one of the lead singers and founder of the all-women band: Riske, which toured and performed in New York and Haiti. Riske released a total of two albums before the women went their separate ways. But having first and foremost been a hair stylist, Sandra refocused on her work. “You have to keep reinventing yourself as a stylist.You have to be up to date on all the latest techniques, products and news - so I constantly attend seminars and classes.” Her newest venture’s success has been an ode to her hard work. Ysafahrri salon is winning the hearts and loyalty of its clientele, and guarantees a personally tailored service that allows anyone to update or optimize their look. Born with an artistic soul, she has not yet sacrificed her singing to the altar of hair styling. Afternoons are spent working on her music, or escaping to Furcy and Belot to disconnect from the business. “I’m not a city girl- I’m a total country side girl. When I lived in New York, I used to take my car and drive towards greener areas to breathe a little.”She laughs about not having a green thumb but constantly having the need to surround herself with plants and flowers - something she missed while abroad. This inspiration will pour out into the new album she plans on releasing next year. Her musical return will be marked by a combination of elements that essentially make up who she is, and what she loves: Brazilian percussions, Haitian keyboard and other influences she has amassed along the way. “What I am trying to do with the upcoming album is give it a world beat. It recreates the vision I originally had for Riske’s sound. I’m a lover. I want peace and I want love, so most of my songs are about that, really.” Despite the international influences that will permeate the music, the Haitian sun runs deep in her veins. She plans on doing a lot of local tourism and rediscover the more authentic side of Haiti. This love dates back from childhood, and has marked who she is today. She recounts how her grandmother used to roast and grind coffee in front of her,“nothing on earth can equal that taste, when they do it from scratch. I grew up in Port-de-Paix, so it was very real, very close to nature. Everything was so fresh! Fresh food, fresh air. Everyone was so kind, and everybody knew everybody.” Born with an artistic soul, she has not yet sacrificed her singing to the altar of hair styling. Exclusive Profile: andra Jean S ViVmaghaiti.com | Pg. 40 |
  • 31. Que ce soit en manipulant un microphone ou en manœuvrant un séchoir, Sandra Jean est une force artistique de la nature, ayant un petit accent New-yorkais insolent. C’est une coiffeuse qui auparavant, était propriétaire d’un des salons de coiffure les plus populaires de la région des trois états, le Hair Village. Mais détrompez-vous! Cette femme aux multiples talents peut tout aussi bien raconter des blagues en parfait créole, que vous donner des conseils professionnels sur la couleur qui convient mieux pour vos longues boucles. « C’est quelque chose que j’ai toujours aimé faire, tu sais ? Je n’ai jamais pensé que j’aurais nécessairement à en faire une carrière. » Et si ça ne suffit pas pour vous impressionner, sachez que son solo de la chanson ‘Karessé’ est diffusé a la radio depuis trente ans. Sandraétaitl’unedeschanteusesprincipalesetaussilafondatrice du groupe musical entièrement féminin: Riske, qui a fait des tournées artistiques et s’est présenté à New York et en Haïti. Riske a sorti deux albums avant que ce groupe de femmes se sépare pour entreprendre des parcours différents. Mais Sandra, étant avanttoutunecoiffeuse,s’estremiseàtravaillerdanscedomaine. “Quand on est coiffeur on doit se réinventer constamment. On doit être à jour avec les dernières techniques, les produits et les nouveautés, c’est donc pourquoi j‘assiste toujours à des séminaires et je prends des cours d’actualisation.” Le succès de sa nouvelle entreprise est une ode à son dur labeur. Le salon de coiffure “Ysafahrri” conquiert les cœurs et la loyauté de sa clientèle, et garantit un service individuel et personnalisé qui permet à tout un chacun d’actualiser ou d’optimiser son look. Étant une artiste dans l’âme, elle n’a pas vraiment tout a fait sacrifié son chant sur l’autel de la coiffure, Elle passe des après-midi complètes à travailler sur sa musique, ou s’évadant à Furcy ou à Belot pour se déconnecter de son business. “Je ne suis pas citadine. Je suis totalement une fille de province. Quand j’habitais à New York, je prenais ma voiture et je me dirigeais vers des régions plus vertes pour respirer un peu.” Elle rit du fait de ne pas avoir le pouce vert et d’avoir toujours besoin de s’entourer de plantes et de fleurs. Quelque chose qui lui manquait quand elle habitait à l’étranger. Cette inspiration va déferler sur le nouvel l’album qu’elle pense sortir l’année prochaine. Son retour musical sera marqué par un mélange d’éléments qui font essentiellement d’elle qui elle est et cequ’elleaime:percussionsbrésiliennes;clavierhaïtienetd’autres influences qu’elle a ramassé sur son chemin. “Ce que j’essaie de faire avec la prochaine sortie de mon album c’est de donner essentiellement à ce dernier un rythme universel, qui représente ce que j’avais en tête à l’origine pour le rythme de Riske. Je suis une femme qui aime. Je veux la paix et je veux de l’amour de sorte que c’est de quoi s’agit la plupart de mes chansons en réalité.” Malgré les influences internationales qui imprègneront la musique, le soleil haïtien coule très fort dans ses veines. Elle a l’intention de faire beaucoup de tourisme local et de redécouvrir le coté plus authentique d’Haïti. Cet amour remonte à son enfance et a beaucoup influencé ce qu’elle est aujourd’hui. Elle raconte comment sa grand-mère avait l’habitude de griller et de moudre le café devant elle « rien au monde n’égale ce goût, Étant une artiste dans l’âme, elle n’a pas vraiment tout à fait sacrifié son chant sur l’autel de la coiffure. Exclusive Profile: Sandra Jean quand c’est fait comme il faut, de zéro. J’ai grandi à Port-de-Paix, donc c’était très réel, très proche de la nature. Tout était si frais ! Nourriture fraiche, air frais. Tout le monde était gentil et tout le monde se connaissait. “ ViVmaghaiti.com | Pg. 41 |
  • 32. Ultra Music Festival 2014 marked the end of March, where the incredible production lit up the southernmost tip of the Floridian peninsula. Neon lasers, noise pollution and a general sense of magic flooded over the crowd and stages during the 3-day performances. Among a line-up boasting the best DJs in the world, Haiti proudly stood its ground with Michael Brun on Main Stage.   But could this be the last UMF ever? MiamiOfficialshaveurgedtheclosingofthislong-standing tradition in favour of the community’s safety and the city’s reputation after a 21-year-old young man was found dead in his car. No autopsy report has been released yet, but DJs and fans have rallied on social platforms with the message: #SaveUltra.   Will it be enough to convince worried parents and concerned government forces? LeFestivaldeMusiqueUltra2014amarquélafindumoisdemars avec sa spectaculaire production qui a illuminé l’extrémité sud de la péninsule de la Floride. Des lasers néons, la pollution sonore et un sentiment magique généralisé ont inondé la foule et les scènes pendant les trois jours qu’a duré ce spectacle. Sur la longue liste des meilleurs DJs du monde figurait le nom de Michael Brun qui a performé sur la scène principale, en tenant bien haut la bannière d’Haïti.   Mais ce dernier événement marquera-t-il aussi la fin du Festival de Musique Ultra pour toujours? Les autorités de la ville de Miami demandent d’éliminer cette tradition de longue date au nom de la sécurité de la communauté et de la réputation de la ville, suite au décès d’un jeune homme de 21 ans dont le corps sans vie a été retrouvé dans sa voiture. Aucun rapport d’autopsie n’a encore été diffusé, mais les DJs et les fans se sont rassemblés sur les plateformes sociales autour du message : #SaveUltra (Sauvez Ultra). Cela suffira-t-il pour convaincre les parents inquiétés et les forces gouvernementales concernées ? If You Missed ULTRA 2014… But could this be the last UMF ever? Mais ce dernier événe- ment marquera-t-il aussi la fin du Festival de Musique Ultra pour toujours?
  • 33. Spécial Fête des Mères Meubles de Jardin, Vanity sets, Articles electro- ménagers à TOP HARDWARE du 1er au 24 Mai
  • 34. .... Too few are those who know about the enormous talent hidden behind this young woman’s overwhelmingly eccentric personality. ....Très peu sont ceux qui connaissent l’énorme talent caché derrière la personnalité extrêmement excentrique de cette jeune femme. ViVmaghaiti.com | Pg. 44 |
  • 35. Almost everyone knows, or at least has heard of “Krazy Thia”, (as she labels herself on the internet), but too few are those who know about the enormous talent hidden behind this young woman’s overwhelmingly eccentric personality. This dedicated single mother of three beautiful children, who juggles between her maternal responsibilities and her daily oc- cupations, while striving to make ends meet in a depressed Flo- ridian economy, displays her artistic skills in the exquisite dishes she lovingly creates. Painter, comedian, entertainer, caterer,“Chef Thia” graduated with honors from the prestigious Miami School of Culinary Arts, “Le Cordon Bleu” several years ago and, since then, she has worked in a wide variety of fine cuisine restaurants. She told ViV that since a very young age, both her grandmothers shared their passion for cooking with her and were thus, the true source of inspiration which encouraged her to become the great chef she is today. On top of all the efforts she had to make to pave her way in a mostly male dominated industry, she also had her mind set on proving to the world that cooking is an exquisite art. She refers to her particular style of cooking as“unique”, with lots of fusion and says that the secret to her colorful and delicious preparations lies in trying out new mixtures every day, trusting her palate and being audacious. She believes Haiti is becoming a culinary hot spot in the Caribbean and that is one of the reasons why she generally tends to add a dash of her Creole roots to her special dishes, to give them the final and magical touch. Presque tout le monde connait, ou a au moins entendu parler de “Krazy Thia”, (tel qu’elle s’est baptisée elle-même sur l’internet). Néanmoins, très peu sont ceux qui connaissent l’énorme talent caché derrière la personnalité extrêmement excentrique de cette jeune femme. Cette mère célibataire et dévouée de trois beaux enfants, qui jongle entre ses responsabilités maternelles et ses multiples occupations, tout en se débattant pour joindre les deux bouts dans une économie Floridienne déprimée, déploie ses dons artistiques dans l’élaboration des délicieux plats qu’elle crée avec amour. Peintre, comédienne, humoriste et traiteur, “Chef Thia” a obtenu son diplôme, avec mention honorifique, de la prestigieuse école d’art culinaire de Miami, « le Cordon Bleu », il y a de cela quelques années et, depuis lors, elle a travaillé dans une grande variété de restaurants de fine cuisine. Elle dit à ViV que, depuis son très jeune âge, ses deux grand-mères avaient partagé leur passion pour la gastronomie avec elle et étaient donc, la vraie source d’inspiration qui l’a encouragée à devenir le grand chef qu’elle est aujourd’hui. En plus de tous les efforts qu’elle a du faire pour se frayer un chemin dans cette industrieàprédominancemasculine,elles’étaitaussifixélebutde prouver au monde que la gastronomie est un art raffiné. Elle qualifie son style particulier de cuisiner comme “unique”, avec beaucoup de fusion et nous avoue que le secret de ses délicieuses préparations coloriées consiste à essayer de nouvelles combinaisons chaque jour, à avoir foi en son palais et à être audacieuse. Elle est convaincue qu’Haïti est en train de devenir un point culinaire populaire dans les Caraïbes et c’est bien une des raisons pour laquelle elle a généralement tendance à ajouter une pincéedesesracinescréolesàsesmetsspéciaux,pourleurdonner la touche finale et magique. Exclusive Profile: Chef Thia Elle qualifie son style particulier de cuisiner comme “unique” She refers to her particular style of cooking as“unique” ViVmaghaiti.com | Pg. 45 |
  • 36. She gives a piece of advice to all culinary students getting ready to join the work force: “Be humble, accept criticism positively, focus and learn from your mistakes, let your creativity fly to the skies and unleash your passion, while always preserving your originality and last but not least, be disciplined”. While living in Miami at present, her most cherished dream is to be able to open her signature restaurant in her native Haiti. Her kaleidoscope of goodies is quite wide and just to mention one of her specialties Viv highly recommends Chef Thia’s “Mon grilled steak”. Cynthia Verna’s expertise, her love for Caribbean/fusion platters, her delicate choice of spices, her creativity, dedication and wild imagination are just some of the characteristics why all those who have had the privilege of enjoying her culinary god-given gift consider her as the fairy godmother of modern Haitian cui- sine. On this note, you will excuse me since I am about to savor a delicious seafood platter exquisitely elaborated by Chef Thia!!!! Our readers can contact Chef Thia on: INSTAGRAM: chefthia, FACEBOOK: cookingma-thia, EMAIL: cynthiaverna96@gmail.com Exclusive Profile: Chef Thia Her most cherished dream is to be able to open her signature restaurant in her native Haiti. ViVmaghaiti.com | Pg. 46 |
  • 37. Les conseils qu’elle partage avec les étudiants d’art culinaire qui se préparent à se lancer sur le marché du travail sont les suivants: Soyez humble, acceptez la critique de façon positive, concentrez-vous et apprenez de vos erreurs. Donnez libre cours à votre créativité et déclenchez votre passion, tout en conservant toujours votre originalité et, ma recommandation finale mais pas pour autant la moindre : soyez disciplinés”. Quoiqu’elle demeure actuellement à Miami, son rêve le plus cher est de pouvoir ouvrir son propre restaurant dans sa natale Haïti. Son kaléidoscope de délices est très vaste et pour ne citer qu’une de ses spécialités, ViV recommande chaudement le plat surnommé par Chef Thia comme “Mon grilled steak”. L’expertise de Cynthia Verna, son amour pour les plats de fusion caribéenne, son choix délicat d’épices, sa créativité, son dévouement et son imagination fertile ne sont que quelques uns des traits et qualités de Chef Thia qui lui valent d’être considérée par tous ceux qui ont eu le privilège de déguster son don culinaire divin, comme la marraine-fée de la cuisine haïtienne moderne. Danscetteoptique,jevouspriedebienvouloirm’excuser,carjem’apprête àmedélecteravecundélicieuxplatdefruitsdemer,exquisémentpréparé par Chef Thia!!! Nos lecteurs peuvent contacter Chef Thia sur: INSTAGRAM: chefthia, FACEBOOK: Cooking with Ma-thia, EMAIL:cynthiaverna96@gmail.com Exclusive Profile: Chef Thia Son rêve le plus cher est de pouvoir ouvrir son restaurant dans sa natale- Haïti.
  • 38. KREATA - Design In Haiti Béatrice Célestin Bloomberg Magazine said it,“We’ve passed the point where de- sign is merely the look and feel of things. Today it’s core to any successful business”.

 The Dream Team behind KREATA is well aware, having mount- ed a successful trade show of 25 creative booths.

“Trade shows bring business opportunities, open the gate to an industry, help build contacts and expand networks,”says Beatrice Celestin alias TwixC - Haitian born and raised Designer & Artist.
 “As a Creative / an Artist, I like to challenge myself into being daring with the works of art that I do and feed my curiosity on how society perceives it, accepts it or not. I love to experiment with materials and medium and mixing the traditional and the digital ages to have a result that stands out, that is different dar- ing & compelling.”
 Her philosophy, TwixCism, spreads around every project and service she creates that involves Art & Design. She has a particu- lar affection for BLACK Backgrounds with bright colors stepping out of it. She has a thing for the Negative space and an endless crush on Helvetica Font Family. She put that energy and passion into KREATA.
 “I believe that this work has to be done by us civilians as well in order to raise standards in our dear Haiti. And this is how KREATA came about.”

 But what is KREATA about?

 “Kreata is the respect and understanding of the creative in- dustry in the country.
Kreata is the union of talented creative showcasing their talents and bringing opportunities.
Kreata is the raise of the standards in the creative fields in Haiti.
Kreata is the opening of the mind of the population in Visual Communi- cations,”she explains.

 Catch Ralph Dupoux, Xavier Delatour, Dida Zakelsek, The team of Graphcity, Lionel St Pierre, Didier Romain, Daniel Celestin, Hugline Jerome as they carve Haiti’s Design scene one project at a time. “Kreata is the respect and understanding of the creative industry in the country.” ViVmaghaiti.com | Pg. 48 |
  • 39. KREATA - Design In Haiti Béatrice Célestin “Kreata est le respect et la compréhension de l’industrie créatrice dans le pays.” Tel que le Magazine Bloomberg l’a manifesté, “Nous avons dépassé le stade où le design se rapporte simplement à l’apparence et à la texture des choses. Aujourd’hui c’est l’essence de n’importe quelle entreprise à succès. » L’équipe solide et qualifiée en charge de KREATA en est très consciente, et dans cetteoptique,elleamontéuneexpositioncommercialetrèsréussie,comprenant 25 stands créatifs. “Les expositions commerciales contribuent à créer des opportunités d’affaires, à ouvrir les portes aux industries, à aider à établir des contacts et à élargir les réseaux », exprime Béatrice Célestin alias TwixC – une dessinatrice et créatrice qui est née et a grandi en Haïti. “En tant que Créatrice et Artiste, j’aime bien me mettre au défi en étant audacieusedanslacréationdemontravailartistique,cequi,àlafois,mepermet de satisfaire ma curiosité en observant comment la société le perçoit, l’accepte ou le rejette. J’aime expérimenter avec les matériaux et le milieu et faire un mélange d’aspects traditionnels et digitaux afin d’obtenir un résultat qui sort de l’ordinaire, tout en étant audacieux et captivant.” Tous les projets ou services qu’elle crée dans le domaine de l’Art et du design sont empreints de sa philosophie, le TwixCism. Elleaunepréférencemarquéepourlesfonds NOIRS desquels ressortent des couleurs brillantes, aime bien l’espace Négatif et raffoledescaractèresdelafamilleHelvético. Elle investit toute son énergie et sa passion dans KREATA. “Je suis convaincue que ce travail doit être effectué par nous, la population civile, dans le but d’élever les standards dans notre Haïti chérie. Et c’est ainsi que KREATA a surgi.” Mais de quoi s’agit KREATA? “Kreata est le respect et la compréhension de l’industrie créatrice dans le pays. 
Kreata est le trait d’union des créateurs vertueux qui exposent leurs talents tout en créant des opportunités. Kreata sert à élever les standards des domaines créatifs en Haïti. Kreata contribue à l’ouverture d’esprit de la population vis-à-vis des Communications Visuelles, » explique-t-elle. Observez comment Ralph Dupoux, Xavier Delatour, Dida Zakelsek, l’équipe de Graphcity, Lionel St Pierre, Didier Romain, Daniel Célestin, Hugline Jérôme s’efforcent pour développer la scène du design en sculptant en détail un projet à la fois.




  • 40. Exclusive Profile: Léa Levêque I remember seeing Lea dance. It was years ago during a recital in Haiti. The music came on, and the following second, she was gone. She had been replaced by a fluid blur of rhythmic movements, dazzling you. Of course, you noticed the other dancers, but you could only focus on her - she was not dancing: she was dance. “I have this thing, where I’m in love with music. I don’t care where I am, if the music comes on and I feel it in my soul. I start to dance!” Her mother noticed her “groove”, at a young age. Lea would constantly dance around the house, at parties, or anywhere she’d be. “I’d lock myself in my room and practice. I’d come up with new ways to move my body.” She has carried her passion until now, bettering herself in her studio: a firm believer in hard practice. She dances about 5 hours a day, and makes sure that she stays healthy with kale smoothies, good carbs and the right amount of sleep. On weekends, she clocks 12 to 14 hours. How does a highschooler balance her social life with these rigorous hours? Lea told ViV that dancing constantly teaches her about time- management, and discipline. “It teaches me things that can’t be taught.” Despite the fatigue, she never fails to make time for her friends, who understand her commitment and support her in her art. Finding joy and purity of expression in her world, Lea believes that dance is still as relevant as ever. It serves as entertainment, as expression, and as pure form of connection from dancer to audience. From a pigeon-toed, hunchback toddler to a true Haitian dancing queen, Lea is finding her wings. “Dance teaches me things that can’t be taught.” ViVmaghaiti.com | Pg. 50 |
  • 41. Je me souviens d’avoir vu Lea danser. Ça fait assez longtemps, à un récital en Haïti. La musique commença et une seconde après, elle se dissipa. Un mirage de mouvements flous et souples l’avait remplacée et nous émerveillait. On pouvait évidemment remarquer les autres danseurs, mais celle qui captivait notre regard c’était elle, car elle ne dansait pas : elle était la danse. “ Il y a quelque chose en moi, qui me rend amoureuse de la musique. Quand elle commence à jouer et je la sens dans mon âme, je ne peux m’empêcher de danser!” Sa mère avait remarqué sa grâce et sa cadence depuis un tres jeune âge. Lea dansait constamment un peu partout dans la maison, aux fêtes ou quelque soit où elle se trouvait. “Je m’enfermais dans ma chambre pour m’exercer. Je découvrais de nouveaux mouvements que mon corps exécutait.” Jusqu’a présent, elle continue à être aussi passionnée, poussant son corps à l’extrême dans son studio: elle croit fermement à l’entrainement acharné. Elle pratique la danse pendant prèsde5heuresparjourets’assuredesemaintenirensantéenconsommantdessmoothies de chou frisé, des bons glucides et en dormant suffisamment. Les weekends, elle accumule de 12 à 14 heures de pratique. Comment une adolescente s’arrange-t-elle pour équilibrer sa vie sociale avec des horaires si rigoureux? Lea dit à Viv que le fait de danser constamment lui avait appris à administrer son temps et a avoir de la discipline. “La danse m’enseigne des choses qui ne peuvent pas être enseignées.” Malgré la fatigue, elle trouve toujours du temps pour ses amis, qui comprennent son engagementtotaletl’encouragentdanssonart.LemondedeLealuiprocure delajoietout commeunepuretéd’expressionetelleestconvaincuequeladanseestplusimportanteque jamais. Elle nous sert de divertissement, tout en nous permettant de nous exprimer et en étant une forme pure de connexion entre le danseur et le public. En se transformant de la petite fille aux pieds tournés et au dos vouté à une vraie reine de danse, Léa commence à ouvrir ses ailes. “La danse m’enseigne des choses qui ne peuvent pas être enseignées.”
  • 42. Your idea of physical activity is bringing a straw to your mouth as you sip on co- conuts. Where to go: Seminyak Bali, Cap-Haitien Seminyak Bali: catch a surfing lesson with the locals or gaze at temples from the sand. Bali is the spot for a perfect spa vacation, fraught with massage houses, nail and hair bars, and meditation re- treats. Melt away that stress and start saying“OM”. Cap-Haitian: With the perfect blend of history and beaches, Cap-Haitian is too often written off. Rediscover its blue wa- ters, its forts and canons, but most of all, its hidden volcano at Bassin Waka What to pack: sunscreen, hat, bottles of water, yoga mat Pour les adeptes de la plage Votre idée de l’activité physique consiste-t- elle à remmener une paille à vos lèvres et à siroter un breuvage d’une noix de coco ? Où aller: Seminyak Bali, Cap-Haitien Seminyak Bali: prenez un cours de surfing avec les locaux ou contemplez les temples allongé sur le sable. Bali est l’endroit parfait pour des vacances à forfaits de spa, où les maisons de massages, de soins pour les ongles et les cheveux pullulent et où on trouve les lieux idéaux pour les retraites de méditation. Débarrassez-vous du stress et commencez à émettre le son “OM”. Cap-Haïtien: Avec la combinaison parfaite d‘histoireetdeplages,leCapHaïtienesttrop souvent laissé pour compte. Redécouvrez ses eaux bleues, ses forteresses et ses canons, mais particulièrement son volcan caché à Bassin Waka Quoi emporter avec vous: protection solaire, chapeau, bouteilles d’eau, tapis de yoga. Travel Matrix / Matrice de Voyage Alors, vous aimez escalader les chutes d’eau, nager entouré de requins et partir en excursions ??? Êtes-vous l’enquiquineur qui se réveille avant l’aube et n’arrête d’ harceler tous ceux qui sont dans la chambre jusqu’à ce qu’ils acceptent à contre cœur de partir avec vous faire une course matinale ? Etoui,c’estbienàvousqu’ons’adresse. Nous avons tout ce qu’il vous faut. Adventurous So,youliketoclimbwaterfalls,swim with sharks and go on excursions. You’re the annoying orange who wakes up before sunrise and pes- ters everyone in the room, until they begrudgingly decide to join you for a morning run. Yes, you. We’ve got you covered. Where to go: Barbados, South Afri- ca, Costa Rica Barbados: The tiny island is teem- ing with activities and sights to see. Surfing, biking and looking at breathtaking views from the tallest point of the island are only some of the many ways to put your stamina to good use. South Africa: Paradise on earth for any adrenaline junkie or beau- ty-hunter. You can spend the morn- ing abseiling downTable Mountain, cage dive with great white sharks, or bungee jump off the highest bridge in the world. Costa Rica: Welcome to the land of white water rafting and forest adventures. Wildlife is magnificent and motivation enough to leave the pristine beaches to travel inland. What to pack: Good shoes, raincoat, international electrical adapter, pil- low, toothbrush and toothpaste, emergency money (who knows where you might end up right?) Vos destinations de choix : Barbade, Afrique du Sud, Costa Rica. Barbade: Cette île minuscule grouille d’activités en tous genres et vous offre de beaux paysages à admirer. Si vous aimez faire du surf, du vélo et vous délecter en regardant les vues exceptionnelles de la pointe la plus élevée de l’île, ces dernières ne sont que quelques unes des activités que la Barbade vous suggère, vous permettant d’utiliser votre résistance à bon escient. L’AfriqueduSud:Unparadisterrestrepour lesfanatiquesdel’adrénalineet tousceux qui sont à la recherche des merveilles de la nature. Vous pouvez passer la matinée à faire du rappel tout au long de « Table Montain » (Montagne de la table) de Capetown, à faire des plongées en cage entouré de grands requins blancs, ou à faire du saut en bungee du haut du pont le plus élevé du monde. Costa Rica: Bienvenus à la terre des descentes en eau vive (rafting) et des aventures en forêt. La faune est exubérante et suffit pour vous motiver à abandonner les plages cristallines et à voyager à travers le pays. Quoi emporter avec vous : une bonne paires de chaussures, un imperméable, un adaptateur d’alimentation électrique international, un oreiller, brosse à dents et dentifrice, de l’argent pour les urgences (on ne sait jamais où on peut atterrir, n’est ce pas?) Pour ceux qui aiment l’aventure Beach Bum ViVmaghaiti.com | Pg. 52 |
  • 43. You think discovering your own country is worth your attention. And why shouldn’t it be? Here are a few tips to get you started. Where to go: Jacmel, Les Cayes Jacmel: Its old wooden gingerbreads are Haitian archi- tectural gems. Wandering around the city alone or with a guide may result in unexpected discoveries that lead you to a whole new level of fondness to Haiti. Les Cayes: Everyone knows it, the South is gorgeous. But have you been? Probably not. It’s time to tick this must-see off your bucket list. Grab your best friends, say au revoir to city life for a weekend and unwind in this magnificent location. What to pack: your friends, food, gas for the road, blan- kets, a good guide. Pour le touriste local Considérez-vous que ca vaille la peine de découvrir votre pays? Et pour quoi pas? Voilà quelques petits conseils qui vous mettront sur la bonne voie. Où aller : Jacmel, Les Cayes Jacmel: Ses vieilles maisons « gingerbread » en bois (pain d’epices) sont de vrais joyaux de l’architecture haïtienne. Se balader dans la ville seul, ou accompagné d’un guide touristique, peut vous permettre de découvrir des choses surprenantes qui susciteront en vous tout un autre niveau d’attachement à Haïti. Les Cayes: Tout le monde sait que le Sud est magnifique. Maisyavez-vousété?Probablementpas.Ilestgrandtemps de cocher ce volet de votre liste d’objectifs. Faites-vous accompagner de vos meilleurs amis, dites au revoir à la vie citadine et détendez-vous dans ce site merveilleux. Quoi emporter avec vous : vos amis, de la nourriture, de l’essence pour la route, des couvertures et un bon guide. Culture Hunter Local Tourist In 5th grade, you were busy watching the History Channel and National Geographic - the plan was always to be an archaeologist or Indiana Jones. Before a trip, so you’ve got the entire travel website and book guide memorized. Now what? Where to go: India, Kyoto Japan India: The colorful culture and dizzying life will leave you breathless. India revels in architectural wonders, authenticity and kindness. Diluted Western portrayals do not render the country justice. Grab a backpack, go. Kyoto, Japan: Unlike Tokyo’s electric world, Kyoto has embraced Japan’s traditional and peaceful culture. Cherry blossoms, wooden temples and zen gardens abound. It is not uncommon to lose yourself while staring at a waterfall crashing, or an old Samurai school. What to pack: camera, guide book, backpack, etiquette dos and dont’s (did you know that it is polite to slurp loudly while eating in Japan? It pays compliments to the chef) Pour les amateurs de culture Lorsque vous étiez en 5eme. année d’école primaire, vous passiez votre temps à regarder la Chaine d’Histoire et de National Géographique à la télé- dans le but de devenir un archéologue un jour ou peut être même IndianaJones. Avant d’entreprendre un voyage et après avoir mémorisé le site web et les brochuresdevoyageaucomplet,qu’estcequis’ensuit? Oùaller:l’Inde,Kyoto,Japon L’Inde: Son immense culture et son rythme vertigineux de vie vous émerveillera. L’Inde exulte de splendeurs architecturelles, d’authenticité et de bonté. Les descriptions occidentales diluées ne lui font pas justice. Prenezunsacàdosetallez-y. Kyoto, Japon: Contrairement au monde électrifié de Tokyo, Kyoto a fait siennelaculturepaisibleettraditionnelle.Cettevilleregorgedecerisiersen fleurs, de temples en bois et de jardins zen. C’est chose courante que de se dissiperenobservantleschutesd’eauxouunevieilleécoleSamurai. Quoi emporter avec vous : caméra, brochure-guide de voyage, sac à dos, une liste des choses à faire et à ne pas faire selon l’étiquette japonaise (saviez-vous que boire ou manger bruyamment est considéré comme un gestepoliauJapon?Çaéquivautàfaireuncomplimentauchef) ViVmaghaiti.com | Pg. 53 |
  • 44. Chocolate Eggstagrams Social Media Of all the sacrifices people make during Lent, the newest trend is sure to keep profits high in every chocolate store, throughout the season. Could there be something more addicting than cocoa truffles? Sure. Social media. For readers currently on this particular fast, allow us to satisfy your curiosity: Students are posting statuses about finals; #TurntUp is trending on twitter; that couple you thought was meant to be has started a very public war on Facebook; haters are hating; lovers are loving; and that person always posting pictures of their perfect “Instagram” life is still there, reminding you that yours needs an upgrade - nothing has changed. Here’s what is changing: productivity at work is rock- eting, company employees have found the solution to a prob- lem they had been tackling for months, couples have felt the flicker or their long lost spark, and mothers have actually en- joyed their children’s company instead of just posting a picture to say they did. Humans who have disconnected from social media have slowly come out of their shell and embraced real connections. They are discovering life beyond the Matrix: their real, neglected, fixer-upper lives. The first days are tough. You stare at the ceiling, wan- der around the house and probably start watching too much TV. “What now?”You wonder “I have so much time.” You clean the closet, change the oil in your car, change that broken light bulb. But none of that is enough. You are still bored out of your mind. Then it hits you: you have not seen your friends in 4 days - you are not bored, you’re lonely. Being constantly exposed to our friends’pictures, thoughts and latest news acts as a substitute for human interaction. Interaction minus interaction. Knowing ev- erything about the person relieves the desire to call or message. And if by some miracle you do, the conversation goes like this: -I have a new job! - Congrats, but I know! By the way I dyed my hair! - Yes, I saw your new pictures. Did I tell you about my trip? - The album on Facebook was gorgeous. *awkward silence* - So... what else is new? Nothing. Nothing is ever new, because if it had been important, it would have been posted. We feed on these little snippets of information as if they were coated in the finest co- coa. Little chocolate “eggstagrams” and truffle “tweet” to stuff in our hungry mouths. Without discrediting the powerful tool that social media can be, the prioritization of face to face interaction as opposed to digital will make the difference. Despite ridiculous advancements in technology, human connections still dictate the opportunities that will spring up throughout your life. Do not mistake me, people are not platforms for progress, they are gentle pushes that guide your steps towards a different version of yourself. This can be hard, being so anchored in our routine:The first thing we do in the morning is scroll. Scroll and absorb. Scroll. Social media is the tabloid for the masses. But like the actual tabloids, it doesn’t hurt to once in a while toss it in the garbage can and go ride a bike. So... what else is new? ViVmaghaiti.com | Pg. 54 |
  • 45. AD VIV LES MEDIAS SOCIAUX De tous les sacrifices que les gens peuvent faire durant le temps du carême, la nouvelle tendance garantit des profits très élevés à tous les magasins de chocolat pendant la saison. Peut-il exister quelque chose qui rende plus accro que les truffes au chocolat ? Bien sûr. Les medias sociaux. Pour les lecteurs qui sont actuellement à cette période de jeûne particulier, permettez-moi de satisfaire votre curiosité : les étudiants sont tous pris à poster des statu sur les examens finaux; « #TurntUp » est le dernier cri de la mode sur Twitter; ce couple que vous pensiez être l’idéal s’est déclaré une guerre très publique sur Facebook ; ceux qui ont la haine dans l’âme continuent à haïr ; les amants continuent à aimer, et la personne qui passe son temps à poster des photos de sa parfaite vie d’instagram est encore là, vous rappelant que la nôtre a besoin d’être mise à niveau –soit, rien n’a changé. Maisparcontre,voilàcequiestentraindechanger:laproductivité au travail monte en flèche; les employés de la compagnie ont réussi à résoudre un problème avec lequel ils se débattaient pendant des mois; les couples ont senti se rallumer la flamme éteinte depuis bien longtemps; et les mères sont effectivement parvenues à jouir de la compagnie de leurs enfants au lieu de poster une photo pour le prouver. Les êtres humains qui se sont déconnectés des medias sociaux sont tout doucement sortis de leur coquille et ont établi de vraies connections. Ils découvrent la vie au-delà de la Matrice: leurs vies réelles, négligées et compliquées. Les premiers jours c’est dur. On fixe le plafond, on se balade dans la maison et on regarde probablement un peu trop la télé. « Et maintenant quoi ?” se demande-t-on. « J ‘ai tellement de temps libre. » On range notre garde-robe, on change l’huile de la voiture, on remplacel’ampoulebrûlée.Maisriendetoutçan’estsuffisant. On s’ennuie à en perdre la raison. Et puis tout d’un coup ça nous saute aux yeux: ça fait quatre jour qu’on ne voit pas nos amis-on ne s’ennuie pas, on se sent seul. Et puis... quoi d’autre de nouveau? En étant constamment exposé aux photos de nos amis, à leurs pensées et aux dernières nouvelles, cette addiction se transforme en remplacement de l’interaction humaine. Interaction moins interaction. Le fait de tout savoir au sujet de la personne vous ôte l’envie d’appeler ou d’envoyer un message. Et si par miracle vous le faites, la conversation est comme la suivante : -J’ai un nouvel emploi! -Félicitations, mais je le savais! Entre autre, j’ai teint mes cheveux! - Oui, j’ai vu tes nouvelles photos. T’ai-je parlé de mon voyage ? - l’album sur Facebook était superbe. *silence embarrassant* -Et puis... quoi d’autre de nouveau? Rien. Il n’y a jamais rien de nouveau, parce que s’il s’était produit quelque chose d’important, on l’aurait posté. On se nourrit de ces petites bribes d’information comme si elles étaient recouvertes du plus délicieux des chocolats. Des petits «  oeufstagrams  » au chocolat et des petits « tweets » aux truffes pour remplir nos bouches affamées. Sans pour autant discréditer l’instrument puissant que les medias sociaux peuvent représenter, la priorisation de l’interaction face à face versus la digitale fera toute la différence. Malgré les énormes progrès de la technologie, les rapports humains régissent encore les opportunités qui surgiront au cours de notre vie. Ne me mal interprétez pas, les gens ne sont pas des plateformes pour le progrès sinon des légers supports qui surgiront au cours de notre vie pour guider nos pas vers une version différente de nous- mêmes. Ça peut être difficile vu que nous sommes si ancrés à notre routine : la première chose qu’on fait le matin c’est cliquer sur la barre de défilement. Cliquer et absorber. Cliquer. Les medias sociaux sont les tabloïdes des masses. Mais tout comme les vrais tabloïdes, ça ne nous ferait que du bien de les jeter aux poubelles de temps en temps pour s’en aller faire une promenade en bécane. ViVmaghaiti.com | Pg. 56 |
  • 46. It was four o’clock in the morning when the vibrations on my cell woke me up with a jolt. At this hour, it could not be good news. Nevertheless, when I heard Brenda, my colleague and dear friend, begging me in tears to help her, I was not surprised at all and rushed to her side, aware that there was no time to lose. Since a few weeks back, at home just as at the office, those who are close to her had noticed radical changes in her behav- ior. At work, she could no longer concentrate and was unable to solve common problems or situations in a positive manner. At home, she had sudden and unexplainable mood swings; she permanently had the blues and talked one too many a time about suicide. I immediately contacted the emergency services of the neigh- borhood clinic and accompanied her to see the doctor on duty, who after talking to her during more than an hour, referred her to the neurologist, after giving her a tentative diagnosis of a pos- sible depression. Have you ever felt sad, melancholic, unhappy, miserable, blue, depressed, and disheartened for no particular reason and for too long? Beware!! If so, those are clear signs of a depression. Many people tend to take depression lightly. Many are those who believe that it is a temporary and even imaginary phase, and some go as far as ridiculing it, labeling it as an alibi generally used by“wealthy and idle people”to hunker down into their own shell, to isolate themselves from the world or to draw the atten- tion of the people who surround them. NOTHING FURTHER FROM THE TRUTH… Depression is a very serious ailment that wounds the soul, de- teriorates your physical condition and can result in death if not treated properly and opportunely. Obviously, everybody has not gone through depressing times at some point during one’s life. But for valid reasons and during rel- atively short periods of time. Nevertheless, true clinical depres- sion is a mood disorder that can go from feelings of sadness and loss to those of rage and frustration and which interferes with your daily life during weeks and even months. Depression can distort the way you see yourself, your perspective of life and of your surroundings. There are different types of depression. Seasonal Affective Disor- der also called “winter blues” (when winter makes you gloomy), which can be treated with light psychotherapy, often given jointly with“luminotherapy”. Serious depression which can be accompanied of one, several or all the following symptoms : unrest, impatience, annoyance, irritability, anger; a tendency to withdraw or to isolate oneself; fatigue and lack of energy; feelings of helplessness and impo- tency, of worthlessness, of guilt and even of self-hatred ; loss of interest , inability to enjoy previously pleasant activities ; sudden changes of appetite, frequently accompanied of weight gain or loss ; preoccupation with death or suicide ; difficulty concen- trating and lack or excess sleep.This form of depression is usually treated with antidepressants (which serve to reestablish brain chemistry to its normal levels) and with a cognitive-behavioral therapy which consists in identifying and changing the way of thinking and in improving the mood and how the person func- tions. It can be individual (which helps understand what lies at the origin of certain thoughts and feelings) or group therapy (which allows to share one’s feelings with others facing similar problems). These therapies also help, amongst other things, to understand and put to practice certain techniques of problem solving. Finally, when depression is very severe or chronic, and the person is unable to function normally in her/his work, family or school environment, or when the person shows psychotic features such as hallucinations, or delusions (persecutory for example) and has recurrent suicidal thoughts, hears voices not originating from his surroundings or has sudden and uncontrollable crying spells, it is sometimes necessary for him/her to be treated in a hospital. Since depression affects people of all ages, one must be partic- ularly careful with children, teenagers and young adults, where depression is less easily detected and suicidal thoughts are more frequent. Problems with school environment, drastic behavioral changes and drug and alcohol use can represent some danger signs, which enhances the problem since narcotics and spirits only worsen depression. Having said this, quite fortunately depression is treatable. But since there is no miraculous cure, one must be patient since it may take some time before we can see the results of the antide- pressants and the therapy. Nonetheless, next we share a few tips which may help to avoid falling into the clutches of this disease which has become so common in today’s world. -Adopt a healthy lifestyle, based on good nutrition, exercise and good sleeping habits. -Perform activities which please you. -Practice volunteer work or get involved in group activities. -Share your feelings with someone you trust. -Try to surround yourself with positive persons who care for you. -Learn to fight negative ideas and to identify and avoid every- thing that tends to depress you. -Be happy and enjoy life, because in spite of it all it is still beau- tiful!!! S.O.S. DEPRESSION Depression is a very serious ailment that wounds the soul... ViVmaghaiti.com | Pg. 58 |
  • 47. Il était quatre heures du matin quand les vibrations de mon portable me réveillèrent en sursaut. A cette heure, ça ne pouvait rien annoncer de bon. Néanmoins, quand j’écoutai la voix de Brenda, ma collègue de travail et amie de cœur, me suppliant en sanglots de lui venir en aide, je n’en fus absolument pas surprise et m’empressai de la rejoindre, consciente qu’il n’y avait pas de temps à perdre. Depuis déjà quelques semaines, au bureau tout comme chez elle, ses proches avions remarqué ses changements radicaux de comportement. Au travail, elle n’arrivait plus à se concentrer, et il lui était presque impossible de résoudre des problèmes communs oudessituationscourantesdefaçonpositive.Alamaison,elleavait des sautes d’humeur inexplicables et soudaines, des idées noires en permanence et parlait trop souvent de suicide. Je contactai immédiatement les services d’urgence de la clinique de quartier et l’accompagnai chez le médecin de garde qui, après lui avoir parlé pendant plus d’une heure, la référa au neurologue, tout enluiavançantundiagnosticprésomptifd’unepossibledépression. Vous-êtes-vous jamais senti triste, mélancolique, malheureux, misérable, cafardeux, déprimé, démoralisé, sans aucune raison précise  et pendant trop longtemps? Attention !!! Si tel est le cas, ce sont des signes clairs de dépression. Beaucoup de gens ont tendance à prendre la dépression avec légèreté.Nombreuxsontceuxquipensentquec’estunétatpassager et même imaginaire, et certains vont jusqu’à la ridiculiser en la qualifiant d’un prétexte qu’adoptent les personnes généralement « aisées et oisives » pour se renfermer dans leur coquille, s’isoler du monde ou bien pour attirer l’attention de leur entourage. RIEN DE PLUS FAUX… La dépression est une maladie très grave qui meurtrit l’âme, détériore le physique et peut aboutir à la mort si elle n’est pas traitée convenablement et opportunément. Certes, qui n’as pas traversé des périodes dépressives à un moment donné de sa vie ? Mais pour des raisons valables et des durées relativement courtes. Néanmoins, la vraie dépression clinique est un trouble d’humeur qui peut passer des sentiments de tristesse et de perte, à ceux de rage et de frustration, et qui interfère avec votre vie quotidienne pendant des semaines ou même des mois. La dépression peut fausser votre optique de vous-même, de votre vie et de votre entourage. Il y a différentes sortes de dépression. Celle qui est cataloguée comme un trouble affectif saisonnier (quand l’hiver vous fait broyer du noir), qui peut être soignée avec une psychothérapie légère, souvent accompagnée de luminothérapie. La dépression profonde, qui se présente avec un, plusieurs, ou tous les symptômes suivants: agitation, impatience, énervement, irritabilité, colère ; une tendance à se renfermer ou à s’isoler; fatigue et manque d’énergie; sensations de désarroi et d’impuissance, d’inutilité, de culpabilité, et même de haine de soi; perte d’intérêt, incapacité de jouir d’activités auparavant plaisantes  ; changements subits d’appétit, fréquemment accompagnés de perte ou de gain de poids ; pensées de mort ou desuicide ;difficultéàseconcentrer,manqueouexcèsdesommeil. Cette forme de dépression est généralement traitée à l’aide d’antidépressifs (qui servent à rétablir la chimie cérébrale à ses nivaux normaux) et d’une thérapie cognitive-comportementale qui consiste à identifier et à changer le mode de pensée et à améliorerl’humeuretlefonctionnement.Ellepeutêtreindividuelle (aidant à comprendre ce qui est à l’origine de certaines pensées et sentiments) ou de groupe (permettant de partager ce qu’on ressent avec d’autres qui ont les mêmes problèmes). Ces thérapies servent aussi, entre autre, pour apprendre et appliquer certaines techniques de résolution de problèmes. Finalement, quand la dépression est très sévère ou chronique, rendant la personne incapable de fonctionner normalement dans son milieu laboral, familial ou scolaire ou que cette dernière présente des composantes psychotiques, telles que des hallucinations, des délires (de persécution, par exemple), et a des idées récurrentes de suicide, entend des voix qui ne proviennent pas de son entourage ou a des accès soudains et incontrôlables de pleurs, il est parfois nécessaire de la traiter dans un milieu intra-hospitalier. Étant donné qu’on peut être déprimé à tout âge, il faut faire particulièrement attention aux enfants, adolescents et jeunes adultes, chez qui la dépression est plus difficile à détecter, et les idées suicidaires sont plus fréquentes. Les problèmes avec l’environnement scolaire, les changements drastiques de comportement et le recours aux drogues ou à l’alcool peuvent représenter quelques uns des signes d’alarme, ce qui aggrave le problème, car les stupéfiants et les boissons éthyliques ne font qu’empirer la dépression. Ceci dit, fort heureusement, la dépression est une mal traitable. Mais comme il n’existe pas de cure miraculeuse, il faut être patient et donner le temps aux antidépressifs et aux thérapies d’agir, ce qui peut parfois être long. Néanmoins, à la suite nous vous fournissons quelques petits conseils qui vous aideront à éviter de tomber dans les griffes de ce mal si courant dans le monde d’aujourd’hui. -Adoptez un mode de vie sain, fondé sur une bonne nutrition, l’exercice et de bonnes habitudes de sommeil. -Faites des activités qui vous font plaisir. -Faites du bénévolat ou impliquez-vous dans des activités de groupe. -Parlez de vos sentiments à quelqu’un de votre confiance. -Essayez de vous entourer de personnes positives qui vous apprécient. -Apprenez à lutter contre les idées négatives et à identifier et éviter tout ce qui a tendance à vous déprimer. -Soyez heureux et jouissez de la vie car, contre vents et marées, elle ne cesse d’être belle !!! S.O.S. DEPRESSION La dépression est une maladie très grave qui meurtrit l’âme... ViVmaghaiti.com | Pg. 59 |
  • 48. Sandbox Rules: Who are the new kids on the block What value do foreign companies bring, and why are they not detrimental to local industries and the overall economy? These are questions that must be asked in order to support Haiti’s strategic integration into global markets - and hopefully create the incentive it needs to lessen its political and economic volatility, and by default encourage investments. But how must we achieve this without having to sacrifice our culture and fierce nationalism? The eternal divide will remain: politicians fight on the international arenatoprotecttheirnationalism,whileeconomistsstrivetowards global integration. With constantly progressing technology in transport and communications, trade is easier than ever - and in least developed countries, necessary - if done consciously. The collapse of communism, movement towards free trade and the rise of trading blocs all made this integration possible. But this new growth nurtured a richer global north, and restricted poorer countries’access to markets, and a greater polarisation of the core and periphery. Thinkingbroadly,tradeoccursintermsofproducts,goodsbutalso services. If we accept that economic power influences shifts in the international political economy, and that the concept of power alone highlights an asymmetrical relationship between two or more entities, pre-existing differences in terms of resources make for an uneven playing field when trading and competing with foreign entrants. Local companies simply cannot compete with global brands, and monopolies quickly grab hold of the market. Global powerhouse companies are mobile, resourceful and skill- laden-actingasassetsforwhichevercountrytheychoosetoinstall themselves in.They create employment, train the population, and boost the country’s productivity and competitiveness. The flaw remains, upon the entrant of these companies often centred around primary and secondary industries - being allured by the ready availability of cheap labour - smaller local companies begin supporting the new entrant’s activities by creating and supplying products lower down the latter’s value chain. This means that progressively, the economy moulds itself around the demands of these industries and first world countries. They are now vulnerable to changes in demand, at the risk of collapsing were it to abruptly change. This of course exacerbates the North - South divide. Then rises the question of cultural identity. How to retain our nationalism amidst this ferocious globalisation caused by the opening up of economic portals; can we cater to an international market without transforming ourselves to an amorphous nation whose culture suits global tastes? Haiti is not for everyone. Neither should it become. But healthy competition and strategic acceptance of important brands provides a dose of competition affecting demand, supply, quality and prices. Business in Haiti: The Case for New Foreign Entrants Surviving Haiti’s changing economy Economic shifts will occur and global exchange will require the destruction and emergence of many elements that currently make up Haiti’s business landscape. The key to surviving these transformations is vision: looking beyond profit. Thriving enterprises will have to anchor their activities on sustainability, social impact and development. Market deregulation will thus have to create parameters that favour brands that positively contribute to the local population and state. This is a message to budding entrepreneurs - effective partnerships meshing international resources and Haiti’s creativity to both make a profit and consciously meet local needs. “Succeeding in business will require the exploration of creative new avenues” To achieve this, politics and economics must work with efficient duality. Creating policy and subsidising important firms whose net revenues fall below a margin of safety, because that allows the former to pursue its lucrative activities and contribute to the economy’s predictability and stability, something the state is dependent on. Creating prosperity through the expansion of trade relations, regulating the price of currency, or entering free trade ultimately benefits local population and welfare. But as previously mentioned, monitoring these statistics must watch and strive for correlations between profits and percentages of skilled labour, productivity employment levels. Succeeding in business will require the exploration of creative new avenues to generate profits, all the while measuring the value of the impact.When welcoming new entrants or forming a local enterprise, there are two pillars: an in depth market analysis and the assurance of financial backing assuring the long-term growth of the project. To keep an edge, local entrepreneurs will have to fight against several notions, but the most important of all could lie in the distinction between positioning themselves to attract Foreign Direct Investments and positioning themselves to be competitive in trade. On the political side, conflict and violence hinder commerce, meaning that maintaining economic interdependence through FDIs reduces political instability. Economically, access to new markets fosters global competition, which reduces prices and contributes to efficiency and productivity. Another secret is to become an “intrapreneur”, boosting growth and innovation within already existing local industries and companies. There may be many resources and funding options ready to back brilliant and viable ideas, but innovating amidst an already existing structure comes with more readily available resources to materialize new products or improve service delivery. And so the key to staying competitive with foreign entrants is not by blocking them out with high trade barriers and lack of cooperation, but to boost their activity with local talent and human capital. ViVmaghaiti.com | Pg. 61 |
  • 49. Les Affaires en Haïti : Le cas des nouveaux investisseurs étrangers Les règles du jeu : Qui sont les « petits nouveaux » Que contribuent les compagnies étrangères, et pourquoi ne sont-elles pas préjudiciables aux industries locales et à l’économie globale? Ce sont les questions qu’on doit se poser afin d’appuyer l’intégration stratégique d‘Haïti aux marchés globales -et, souhaitons-le, pour créer la motivation nécessaire afin de minimiser sa volatilité politique et économique, et, par conséquent, encourager les investissements. Mais comment y arriver sans avoir à sacrifier notre culture et notre féroce nationalisme ? L’éternelle fracture demeure présente: les politiciens luttant sur la scène internationale pour protéger leur nationalisme tandis que les économistes s’efforcent pour obtenir une intégration globale. Avec une technologie qui progresse constamment dans le domaine des communications et du transport, le commerce est plus facile que jamais -et nécessaire dans les pays moins développées-quandilesteffectuéconsciemment. L’effondrement ducommunisme,lemouvementversunsystèmedelibreéchange et l’essor des blocs commerciaux ont permis cette intégration. Néanmoins, cette nouvelle expansion a servi à nourrir un hémisphère nord global plus riche et à restreindre l’accès des pays plus pauvres aux marchés, tout en provoquant une plus grande polarisation du noyau et de la périphérie. En général, le commerce s’effectue en termes de produits, de biens mais aussi de services. Si nous acceptons le fait que le pouvoir économiqueinfluenceleschangementsdansl’économiepolitique internationale, et que le concept de pouvoir, a lui seul, met l’accent sur une relation asymétrique entre deux ou plusieurs entités, les différences préexistantes en termes de ressources produisent des conditions inéquitables dans les rapports commerciaux et compétitifs avec les nouveaux investisseurs. Les compagnies locales ne sont simplement pas en mesure faire concurrence aux marques mondiales et les monopoles s’emparent rapidement du marché. Les sociétés globales sont mobiles, pleines de ressources, compétentes et habiles– ce qui représente des atouts pour n’importe quel pays où elles auront choisi de s’installer. Elles créent des emplois, donnent une formation a la population et stimulent la productivité et la compétitivité. Mais la faille demeure. A l’arrivée de ces compagnies souvent axées sur les industries primaire et secondaire – séduites par la grande disponibilité de la main d’œuvre bon marché- les petites compagnies locales commencent a appuyer les activités des nouveaux venus en créant et en fournissant des produits inferieurs dans la chaine de valeurs de ces derniers. Ce qui signifie que, progressivement, l’économie s’accouple aux demandes de ces industries des pays développés. Elles deviennent donc vulnérablesauxchangementsauniveaudesdemandes,aurisque de s’effondrer si ces dernières devaient changer abruptement. Évidemment, ca approfondit le fossé entre le nord et le sud. Se pose aussi le problème de l’identité culturelle. Comment conserver notre nationalisme au sein de cette globalisation féroce provoquée par l’ouverture de portails économiques ; sommes-nous capables de répondre aux besoins d’un marché international sans pour autant nous transformer en une nation amorphe dont la culture répond aux gouts globaux ? Haïti n’est pas au monde entier et ne devrait pas le devenir non plus. Mais la compétition saine et l’acceptation stratégique de marques importantes proportionne une dose de compétition qui affecte la demande, l’offre, la qualité et les prix. Survivre a l’économie changeante d’Haïti Les changements économiques surgiront et l’échange global exigera la destruction et la création de beaucoup d’éléments qui font a présent partie du panorama d’Haïti. Le secret pour survivre à ces transformations est la vision : voir au-delà du profit. Les entreprises florissantes devront ancrer leurs activités sur la pérennité, l’impact social et le développement. Le dérèglement du marché devra donc créer des paramètres qui favorisent les marques qui contribuent de façon positive à la population locale et a l’état. C’est un message pour les entrepreneurs naissants – former des associations efficaces, capables d’harmoniser les ressources internationales et la créativité d’Haïti pour en tirer des profits et a la fois pourvoir consciemment aux besoins locaux. Afin d’atteindre ce but, la politique et l’économie doivent marcher ensemble avec une dualité efficace. En créant des politiques et en subventionnant des entreprises importantes dont les recettes nettes tombent au-dessous d’une marge de sécurité, car ca permet à ces dernières de poursuivre ses activités lucratives et de contribuer à la prévisibilité et a la stabilité de l’économie, facteurs desquels dépend l’état. “Afin d’atteindre ce but, la politique et l’économie doivent marcher ensemble avec une dualité efficace.” Afin de garder une longueur d‘avance, les entrepreneurs locaux devront lutter contre plusieurs notions, mais la plus importante pourrait résider dans la distinction entre se positionner de façon à attirerlesInvestissementsDirectsÉtrangersousepositionnerpour être seulement compétitifs commercialement. Politiquement parlant, les conflits et la violence entravent le commerce, mais par contre, le maintien d’une interdépendance économique à travers les IDE (Investissements Directs Étrangers) réduit l’instabilité politique. Économiquement, l’accès à de nouveaux marchés encourage la compétition globale, ce qui réduit les prix et contribue à augmenter l’efficacité et la productivité. Un autre secret consiste à devenir un “intra preneur”, en stimulant la croissance et l’innovation dans les industries et les compagnies locales qui existent déjà. Il peut exister beaucoup de ressources et d’options de financement prêtes a seconder les idées brillantes et viables, mais innover au sein d’une structure qui existe déjà offre des ressources plus directement disponibles qui permettent de matérialiserdenouveauxproduitsoud’améliorerlaprestationde services. Donc,laclépourdemeurercompétitifaveclesnouveaux investisseurs étrangers ne consiste pas a leur mettre des bâtons dans les roues en leur imposant des barrières commerciales importantes et un manque de coopération, sinon de stimuler leur activité en profitant des talents locaux et du capital humain. ViVmaghaiti.com | Pg. 62 |
  • 50. > O N L I N E KEEP IN TOUCH WITH US > w w w. V i V m a g h a i t i . c o m f o l l o w u s :
  • 51. EUTHANASIA: To Live Or To Stop Living, That Is The Question… Four years which seemed like an eternity had elapsed since Linda had suffered the abominable horseback riding accident which had left her quadriplegic. Nailed for life to a hospital bed, she lived in constant and excruciating pain, since no nor- mal pain-killer could alleviate her misery, and only the mor- phine injections administered by her physician in cases of extreme crisis granted her some relief. This twenty year old young woman screamed in despair, beg- ging her distressed parents and her helpless physician to put an end to her miserable life.“Please help me go rest in peace, I cannot stand it anymore, this is not a life”, she would con- stantly cry out. “Life is a divine gift and God is the only one who can take it away from you” were the words these broken-hearted and very religious parents repeatedly pronounced in a consoling manner to their skeleton-thin daughter. Yet they too, secretly prayed their God to end her agony. Needless to say, her dedi- cated bedside physician was absolutely unwilling, a matter of principle, to help her cross over to the hereafter. But James, Linda’s high school sweetheart, who took it as a sacred duty to visit her every day since the accident, finally let himself be convinced by his beloved’s pleas and agreed to help her swallow a bottle of sleeping pills, unable to continue witnessing her never ending suffering. In a warm embrace, he watched her slowly and peacefully drift away from this Valley ofTears. He was charged with homicide for his loving and self- less gesture and is still paying his debt to society, locked up in a cold prison cell. Religion is one of the main obstacles as far as assisted suicide is concerned. Religious leaders and moral teachers believe that we do not own our existence, but only manage it, with a moral obligation to care for our life and health. That we have no absolute dominion over our life and as receivers of this godly gift, we must never directly intend to cause our own death or the death of an innocent victim, by action or omis- sion. The second is the Hippocratic Oath, which impedes members of the medical profession to terminate human life. Neverthe- less, originally, that same ancient Greek oath contained prohi- bitions against surgery, abortion and euthanasia. Yet the first has been legally practiced for centuries and the second has been legalized in many countries, while the last is still a matter of strong controversy around the world, even though it has been decriminalized in countries such as Luxembourg, the Netherlands, Belgium, Albania and Switzerland. And curiously enough, in classical Athens, city magistrates kept a supply of poison for anyone who wished to die. One of the strongest arguments of those who drastically re- ject euthanasia is that its legalization would target the poor and disabled and create incentives for insurance companies to terminate lives in order to save money on medical bills. But in turn, those in favor of euthanasia argue that terminal- ly ill people or human beings in a degrading and extremely painful unsolvable physical condition should have the right to end their suffering with a quick, dignified, and compassionate death, based on the allegation that the right to die is protect- ed by the same constitutional safeguards that guarantee such rights as marriage, procreation, and the refusal or termination of life-saving medical treatment. And that is precisely why, for example, in the U.S., the Death with Dignity Act is being stud- ied at present. On the other hand, those who are totally against the idea of an assisted suicide, contend that physicians’ primary moral responsibility is to keep their patients alive, furthermore ar- guing that there may be a“slippery slope”from euthanasia to murder. Finally, the only certainty we all have at birth, is that sooner or later we will die…And as the saying goes, although “there is a remedy for everything except death”, in some cir- cumstances death is definitely the remedy to everything”. What do you think? ViVmaghaiti.com | Pg. 64 |
  • 52. Quatre longues années qui semblaient être une éternité s’étaient déjàécouléesdepuisqueLindaavaitétévictimed’unabominable accident d’équitation qui l’avait laissée quadraplégique. Clouée à vie sur un lit d’hôpital, elle souffrait constamment de douleurs atroces,vuqu’aucun analgésiquen’arrivaitàapaisersoncalvaire, et seules les piqures de morphine administrées par son médecin, en cas de crise extrême, la soulageaient un peu. Cette jeune femme de vingt ans hurlait de désespoir, suppliant ses parents ébranlés et son médecin impuissant de mettre fin à sa misérable existence. « Je vous en prie, aidez-moi à partir me reposer en paix, je n’en peux plus, ce n’est pas une vie », criait-elle sans cesse. “La vie est un don divin et seul Dieu peut te l’enlever”, phrase que ces parents au cœur brisé et très croyants répétaient sur un ton consolateur à leur fille squelettique. Mais eux aussi priaient en silence leur Dieu de mettre une fin à son agonie. Il va sans dire que son dévoué médecin de chevet refusait absolument, par principe, de l’aider à franchir le seuil de l’au-delà. Mais James, l’amour d’adolescence de Linda, qui s’était fait un devoir sacré de lui rendre visite chaque jour depuis l’accident, se laissa finalement convaincre par les supplications de sa bien- aimée et accéda à l’aider à avaler un flacon de somnifères, incapable de continuer à être témoin de son interminable souffrance. Dans une chaleureuse étreinte il la regarda s’éclipser lentement et paisiblement de cette Vallée de Larmes. Son geste désintéressé d’amour lui valu d’être accusé d’homicide et il continue à payer sa dette envers la société, enfermé dans une glaciale cellule de prison. La religion est un des principaux obstacles en ce qui a trait au suicide assisté. Les autorités religieuses et les guides de moralité sont convaincus que nous ne sommes pas maîtres de notre existence, mais simplement les régisseurs, ayant l’obligation morale de soigner notre santé et de conserver notre vie. Que notre vie ne nous appartient pas et qu’en tant que récepteurs de ce don divin, nous ne devons jamais provoquer directement notre mort ni celle de victimes innocentes, que ce soit de manière active ou passive. Le second est le Serment d’Hippocrate, qui interdit aux médecins de mettre fin à une vie humaine. Néanmoins, à l’ origine, ce même ancien serment grec contenait des interdictions contre les chirurgies, l’avortement et l’euthanasie. Et pourtant, les premières s’effectuent légalement depuis des siècles, le deuxième a été légalisé dans maints pays, tandis que la dernière donne encore lieu à d’énormes controverses à travers le monde entier, quoiqu’elle ait été décriminalisée dans plusieurs pays tels que Le Luxembourg, les Pays Bas, la Belgique, l’Albanie et la Suisse. Et, assez curieusement, dans l’Athènes classique, les magistrats de ville gardaient toujours une réserve de poison pour tous ceux qui désiraient mourir. Un des arguments des opposants à l’euthanasie, est que sa légalisation ciblerait les démunis et les handicapés et créerait des motivations chez les compagnies d’assurance à mettre fin à des vies afin d’économiser de l’argent dans les payements de bordereaux médicaux. Mais par contre, ceux qui sont en faveur de l’euthanasie argumentent que les personnes qui sont à une phase terminale d’une maladie ou les êtres humains dans un état physique en déchéance,ensouffranceextrême,ayantuneconditionincurable, devraientavoirledroitdemettrefinàleuragonie,parmoyend’une mort rapide, charitable et digne, en partant du fait que le droit de mourir est protégé par les mêmes garanties constitutionnelles qui donnent droit au mariage, à la procréation et au refus ou à l’interruption de traitements médicaux susceptibles de prolonger la vie. C’est bien pourquoi, par exemple, aux États Unis, on étudie actuellement, la Loi sur la Mort Digne. Et ceux qui sont catégoriquement contre l’idée d’un suicide assisté soutiennent que la responsabilité morale et primordiale des médecins est celle de maintenir leurs patients en vie, tout en affirmant que l’euthanasie représente une pente dangereuse vers le meurtre. Finalement, la seule certitude qu’on ait tous à notre naissance c’est que tôt ou tard nous mourrons… Et quoique qu’il existe un dicton qui préconise que “tout a une solution sauf la mort”, dans certaines circonstances la mort est définitivement la seule solution à tout. Qu’en pensez-vous ??? EUTHANASIE: Vivre ou cesser de vivre, c’est là la question… ViVmaghaiti.com | Pg. 65 |
  • 53. THE JOY OF READING! There are so many reasons which validate the importance of reading in children as well as adults that it would be difficult for us to enumerate them on one page. Nevertheless, just to mention a few, you must know that more than an exercise, reading is actually a true pleasure and nourishment for the brain. Yes, it is indeed, one of the best exercises for the brain, and a quite complex activity which enhances the brain’s “hard-wiring” and, as a matter of fact, creates new cerebral connections, while increasing our capacity to concentrate. The practice of silently reading material written in black on the white pages of a book, benefits us much more than watching TV. or staring at the screen of a computer or of electronic games, whose noise, constant movement and flashing lights are polluting agents which stress our eyes and our brain. Reading also stimulates our imagination since our brain visualizeswhatwereadaboutpeople,placesandthings.When a story captivates our attention, we imagine the characters and share their emotions. We use our own experiences to transpose ourselves in similar situations. Reading also teaches us to feel empathy beyond cultural borders, allowing us to identify ourselves to characters of different nationalities, beliefs and traditions. Another benefit of reading is that it helps us escape, by relaxing our body and calming our mind, since we must stay still in order to read and once we penetrate into the word of letters, we momentarily disconnect ourselves from our problems and the daily stress. It is a very important aspect because nowadays, we seem to have forgotten how to relax and most of all how to enjoy silence. For those kids who adopt the good habit of reading since a very young age, books become a part of their daily life. Reading opens doors for them towards an unknown universe, and teaches them things about the world they live in and the people who surround them, and lets them experience all types of adventures. And it is a fact that parents who read frequently generally instill the taste for reading to their children, by giving them the good example. And there are many ways to encourage kids to read: by taking advantage of all the circumstances of our daily life to show them the usefulness of reading, by including the reading of story books before mister sandman arrives, as a part of the bedtime routine, etc., which is also a nice way for children to fall asleep with one and a thousand images in their minds while dreaming of their favorite heroes. And what can we say language wise? Reading is the best source of enrichment of our vocabulary. When reading, we discover new words, new expressions to add to our repertoire, which helps us to better structure our writing and to express ourselves more fluently and precisely by following the patterns provided by the texts and situations. Furthermore, one never feels lonely in the company of a good book and although it is true that travelling enlightens, well reading even more so. “Reading opens doors towards an unknown universe” ViVmaghaiti.com | Pg. 66 |
  • 54. LA JOIE DE LIRE! Les raisons qui valident l’importance de la lecture chez les enfants tout comme chez les adultes sont si nombreuses qu’il nous serait difficile de les énumérer sur une page. Néanmoins, pour n’en souligner que quelques unes, sachez que, plus qu’un exercice, la lecture est un vrai plaisir qui nourrit le cerveau. Et oui, c’est un des meilleursexercicespourlecerveauetunefonctionassezcomplexe qui renforce les connexions cérébrales et, en fait, en crée de nouvelles, tout en augmentant notre capacité de concentration. La lecture en silence d’un récit écrit en noir sur les pages blanches d’un livre nous est bien plus bénéfique que regarder la télé, rester figédevantl’écrand’unordinateur, ouceluidejeuxélectroniques, dont le bruit, le mouvement constant et les lumières clignotantes sont des agents polluants qui exercent un stress sur nos yeux et notre cerveau. La lecture stimule aussi notre imagination car notre cerveau visualise ce que nous lisons au sujet des gens, des endroits et des choses. Quand une histoire nous captive, nous imaginons les personnages et nous partageons leurs émotions. Nous utilisons nospropresexpériencespournoustransposerdansdessituations similaires. Lire nous apprend aussi à éprouver de l’empathie au delà des frontières culturelles en nous permettant de nous identifieràdespersonnagesdedifférentesnationalités,croyances et coutumes. Un autre bénéfice de la lecture est qu’elle nous permet de nous évader en relaxant notre corps et calmant notre esprit, car il nous faut rester tranquille pour lire et en pénétrant dans le monde des lettres, nous nous déconnectons momentanément de nos problèmes et du stress quotidien. C’est un point très important car de nos jours, on semble avoir oublié comment se détendre et surtout comment jouir du silence. Pour les enfants qui adoptent la bonne habitude de lire depuis leur jeune âge, les livres deviennent une partie de leur quotidien. La lecture leur ouvre des portes vers un univers inconnu, leur apprend des choses sur le monde dans lequel ils vivent et les gens qui les entourent et leur fait vivre toutes sortes d’aventures. Et c‘est un fait que les parents qui lisent fréquemment inculquent généralementlegoûtdelalectureàleursenfants,enleurdonnant le bon exemple. Et il y maintes façon de les encourager à lire : en profitant de toutes les occasions de la vie courante pour leur montrer l’utilité de la lecture, en incorporant la lecture de livres d’histoiresavantl’arrivéedumarchandde sablecommepartiedu rituel du coucher, etc., ce qui est aussi une belle façon pour eux de s’endormir avec mille et une images en tète en rêvant de leur héros favoris. Et que dire du langage? La lecture est la meilleure source d’enrichissement de notre vocabulaire. En lisant, on découvre toujours de nouveaux mots, de nouvelles expressions à ajouter à notre répertoire, ce qui nous permet aussi de mieux structurer notre écriture et de nous exprimer avec plus de facilité et de précision en suivant les modèles fournis par les textes et les situations. Et puis, on ne se sent jamais seul en compagnie d’un bon bouquin et, s’il est vrai que les voyages illustrent, et bien la lecture encore plus. “La lecture ouvre des portes vers un univers inconnu” ViVmaghaiti.com | Pg. 67 |
  • 55. ary tenderly caresses her infant’s head while breastfeeding him. Betty coaxes her toddler to sleep with a soothing lullaby. Lillian comforts her ten year old son over a skinned knee in the playground. Irene patiently helps her teenage daughter study for a mid-term exam. Elizabeth lovingly explains the facts of life and growing up to her daughter who got her period for the first time. It is past midnight and Nadia is still awake worrying and waiting for her sixteen year old daughter who went out on her first date. Brenda can’t stop boasting about her son’s brilliant achievements at university. Vivian is worried sick about her pregnant daughter’s health. And Teresa is concerned about her fifty year old son who may lose his job at the bank. The previous are all expressions of motherly love for which there is no age limit. The link between a mother and her child is profound. The special and close relationship shared by a mother and her offspring begins during pregnancy, when the mother is everything for the developing fetus, supplying warmth and sustenance, while the steady pace of her heartWWbeat provides a soothing feeling.This bond grows even stronger as years go by and is never ending. The physical tie between mother and fetus is initially provided by the placenta, but the emotional link is established through the mother’s continuous care. Whether you gave birth to a child or adopted and raised one, motherly love is an innate M ViVmaghaiti.com | Pg. 68 | “No woman can call herself free until she can choose consciously whether she will or will not be a mother. Aucune femme ne peut se dire libre tant qu’elle n’a pas consciemment fait son choix d’être ou de ne pas être mère. ” Margaret Sanger
  • 56. MOTHERHOOD and spontaneous feeling. Either you have it or you don’t. And that’s exactly why motherhood should be a choice and not an obligation. Initially, by its own nature, the relationship between mother and child is unequal, the latter needing total support and the former providing everything. A mother’s love is unconditional, disinterested, altruistic, and is considered to be the supreme form of love, and the most sacred of affective ties. Mothers give it all without expecting anything in return, but a smile or an expression of satisfaction, only pursuing their child’s welfare and happiness. Motherly love is theextraordinaryandincomparableattachment a woman feels for her child, which motivates her to care for his physical and moral wellness and education. Mothers have a natural instinct to fiercely protect their youngsters which can be perceived even in animals. Motherhood affects women in a way that is as unique as the pattern of curves and ridges on a fingertip. It is how you stretch your heart in ways you never thought possible; how you love through the ups and down, always being there, no matter what the challenges that life brings. Motherhood is leading by example when it comes to teaching right from wrong, and showing your kids which battles are worth fighting for. Motherhood is like the Promised Land, full of milk and honey: Milk symbolizing the first bond of infinite love and care, while honey represents the sweetness of life and the happiness of simply being alive. Motherly love is everlasting, from that first tiny cry. It means being kind, but honest; gentle, but strong; protective, while promoting independence. Motherhood is letting your kids think you are ten feet tall and bulletproof, so they feel you can keep them safe — even though there’s stuff out there that scares the hell out of you. It’s encouraging your kids to learn new things and to work their butts off in school, without making them feel stupid. And, when the time comes, motherhood is letting go of the reins to see where the kids go on their own. Many say that a woman will never know what it is truly like to love unconditionally, until she has had children, and we agree. Time and time again we have heard the statement ``There is no greater love than that between a mother and her child”. ViV has no doubts that this is so, and congratulates all those loving mothers, wishing them a very HAPPY MOTHER’S DAY!!!!! arie caresse tendrement la tête de son bébé tout en lui donnant le sein. Betty cajole son bambin tout en lui chantant une berceuse pour l’endormir. Liliane console son fils de dix ans qui s’est fait un bobo au genou en jouant dans la cour. Irène aide patiemment son adolescente à étudier pour les examens de fin de semestre. Elizabeth explique les faits de la vie et de la croissance à sa fille qui a eu ses premières menstruations. Il est minuit passé et Nadia est encore réveillée et s’inquiète tout en attendant le retour de sa fille de 16 ans qui est sortie à son premier rendez-vous. Brenda n’arrête pas de se vanter des brillants exploits de son fils à l’université. Vivianne est préoccupée pour la santé de sa fille enceinte. Et Térèse est malade d’inquiétude en pensant à son fils de cinquante ans qui risque de perdre son emploi à la banque. Toutes les situations précédentes ne sont que des manifestations de l’amour maternel qui n’a pas de limite d’âge. Le lien entre une mère et son enfant est profond. La relation spéciale et étroite qu’une mère partage avec son enfant commence durant la grossesse, quand la mère est tout pour le fœtus en développement, le tenant au chaud, le nourrissant, tandis que les battements constants de son cœur lui offrent un effet apaisant. Cette relation se renforce encore plus au fil des ans et est interminable. La connexion physique entre la mère et le fœtus est initialement établie à travers le placenta, mais les liens affectifs se créent a travers le contact et les soins maternels continus. Que vous ayez porté et donné jour a un enfant ou que vous l’ayez adopté et éduqué, l’amour maternel est un sentiment inné et spontané. On l’a ou on ne l’a pas. C’est donc pourquoi la maternité doit être un choix et pas une obligation. D’emblée,vusaproprenature,larelationentreunemèreetsonenfantestinégale, le dernier exigeant un appui total et la première le fournissant. L’amour d’une mère est inconditionnel, désintéressé, altruiste, et considéré comme la forme suprême d’amour et le plus sacré des liens affectifs. Les mères le donnent tout sans rien attendre en retour, sauf un sourire ou une expression de satisfaction, recherchant toujours le bienêtre et le bonheur de leur enfant. L’amour maternel est l’attachement extraordinaire et incomparable qu’une femme a pour son enfant,cequilamotiveàprendresoindesastabilitéphysiqueetmoraleetdeson éducation.Lesmèresontuninstinctnaturelquilespousseàprotégerférocement leurs petits, ce qu’on peut observer même chez les animaux. La maternité affecte les femmes d’une façon aussi unique que la configuration des arêtes et des arrondis d’une empreinte digitale. C’est agrandir son cœur de façon inimaginable, c’est aimer contre vents et marées, être toujours là pour vos enfants quelques soient les surprises que la vie vous réserve. C’est guider en étant la première à donner l’exemple quand il s’agit d‘enseigner la différence entre le bien et le mal et apprendre à vos enfants pour quel combat le feu en vaut la chandelle. La maternité est comme la Terre Promise, pleine de lait et de miel: le lait symbolisant le premier lien infini d’amour et d’attention et le miel représentant la douceur de la vie et la joie d’être simplement en vie. L’amour maternel est éternel à partir du premier petit cri. Il exige d’être aimable mais honnête; gentille mais forte; Ça veut dire être protectrice tout en encourageant l’indépendance. La maternité c’est laisser vos enfants croire que vous mesurez dix mètres de haut, que vous êtes invincible et à toute épreuve afin qu’ils se sentent en sécurité – même s’il y a des choses qui vous font terriblement peur. C’est stimuler ses enfants à apprendre de nouvelles choses et à travailler dur à l’école sans pour autant les faire se sentir stupides. Et, le moment venu, c’est savoir lâcher les rennes pour voir où vos enfants peuvent aboutir seuls. Beaucoup de gens dissent qu’une femme ne connaitra jamais l’amour inconditionnel tant qu’elle n’aura pas eu d’enfant et nous partageons cet avis. Maintes et maintes fois on a entendu cette déclaration : « Il n’existe pas de plus grand amour que celui qui existe entre une mère et son enfant ». ViV n’en a aucun doute et en profite pour faire ses compliments à toutes les mères aimantes tout en leur souhaitant une très JOYEUSE FETE DES MERES!!!!! M La Maternité ViVmaghaiti.com | Pg. 69 |
  • 57. Sophisticated Cool Guy Look Beach Party Style Khaki’s Season Easy As 1-2-3!STYLEDBYVEE BY SBVEE Spring Summer 2014 Trends @styledbyvee_ ViVmaghaiti.com | Pg. 70 |
  • 58. >O N L I N E KEEP IN TOUCH WITH US w w w. V i V m a g h a i t i . c o m > f o l l o w u s :
  • 59. STYLEDBYVEE BY SBVEE Spring Summer 2014 Trends Hippie Inspired Casual Comfy Casual Date Look Business Casual Beach Party Style @styledbyvee_ ViVmaghaiti.com | Pg. 72 |
  • 60. Spring Edition New-York Inspired Floral Chic Perfect Pastel Neutral and Prints inspiration Daylight Trends ViVmaghaiti.com | Pg. 73 |
  • 61. Our Events KREATA, Design in Haiti