sondage exclusif @TNS_Sofres pour @CQFD_itele

237 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
237
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

sondage exclusif @TNS_Sofres pour @CQFD_itele

  1. 1. Communiqué de presse Paris, le 2 décembre 2011 Sondage réalisé pour CQFD, le nouveau rendez-vous politique d’i>TELE diffusé le samedi à 10H15 Deux sujets, cette semaine :La France et l’Union Européenne 41% des Français estiment que Nicolas Sarkozy n’est « pas assez ferme » face à lachancelière allemande Un budget national validé en préambule par l’Union européenne ? Seulement 35 % desFrançais sont favorablesL’avenir de François Bayrou La main tendue de François Hollande à l’égard de François Bayrou : 66% dessympathisants PS favorablesLes Français et l’Union européenne : le principe de solidarité face à la tentation du repliAlors que les pays de l’Union européenne s’enlisent dans la crise économique et financière, lesFrançais se montrent très partagés quant au principe de solidarité européenne. En effet, si 40% dessondés pensent que « les Etats membres de l’Union européenne devraient faire davantage preuve desolidarité entre eux », une proportion équivalente de Français succombe à la tentation du replinational, puisque 41% considèrent que les Etats membres « devraient au contraire avant touts’occuper de la situation dans leurs pays ». Ces chiffres, en apparence équilibré, recouvrent de vraisclivages, bien davantage sociologiques que politiques, dans la population. C’est en effet leréférendum de 2005 sur le traité constitutionnel qui semble se rejouer ici avec une question quitraverse et divise aussi bien à droite qu’à gauche. A ce titre, les hommes (54%), les plus de 50 ans(51%) et les cadres (58%) défendent le principe de solidarité alors que les femmes (45%), les moinsde 35 ans et les catégories populaires (50%) souhaitent majoritairement que chaque Etat s’occupe desa propre situation nationale.Les Français divisés à l’égard du transfert de souveraineté budgétaire :L’idée que la France fasse d’abord valider son budget par l’Union européenne avant de le faire voterpar le Parlement Français partage les sondés. Si une majorité relative de sondés (45%) ne semblepas encore prête à sacrifier l’un des symboles de la souveraineté et de l’indépendance nationale, unpeu plus d’un tiers (35%) y consent alors que 20% des sondés déclarent ne pas avoir suffisammentd’information pour se prononcer. Là encore, ce sont les hommes (46%), les cadres (49%) et lesélecteurs du « oui » au référendum de 2005 (53%) qui se montrent les plus disposés à accepter uncontrôle de l’Union européenne, alors que les femmes (45%), les catégories populaires (46%) etélecteurs du « non » au référendum de 2005 (66%) y sont majoritairement opposés.Le couple franco-allemand où l’image d’un Nicolas Sarkozy pas assez ferme face à AngelaMerkelA l’heure où la France cherche à impulser une nouvelle dynamique dans les relations franco-allemandes pour résoudre la crise de l’euro, une majorité relative de Français (41%) estime queNicolas Sarkozy n’est « pas assez ferme » face à la chancelière allemande contre seulement 6% quile jugent « trop ferme » et 28% « comme il faut » alors qu’un quart des sondés ne se prononce pas.Un sentiment qui prédomine chez les hommes (49% pour 39% chez les femmes), les ouvriers (55%)et les sympathisants socialistes (54%), ainsi que pour 40% des sympathisants de droite.
  2. 2. La récente main tendue de François Hollande à François Bayrou : une erreur pour lessympathisants de droite, une opportunité pour la gauche et le centreLa récente déclaration de François Hollande à l’égard de François Bayrou, l’invitant à rejoindre safuture majorité en cas de victoire si ce dernier appelait à voter pour lui au second tour, met en relief unfort clivage gauche / droite : 32% des sondés déclarent que « François Hollande a eu raison de fairecette déclaration », ils sont 36% à penser le contraire et presque tout autant (32%) à ne pas seprononcer. Dans le détail, on observe que chacun des camps cherche à s’approprier les bénéfices decette déclaration soit en marquant fermement leur désapprobation pour les sympathisants de droite(63%) soit en soutenant l’idée pour les deux tiers des sympathisants PS (66%). Relevons que lessympathisants du Modem approuvent majoritairement cette déclaration puisqu’ils sont plus d’un surdeux (56%) à penser que François Hollande a eu raison de la faire.Si François Bayrou ne passe pas le premier tour de l’élection présidentielle, les avis sont extrêmementpartagés quant au candidat qu’il devrait soutenir pour le second. En réalité, les sympathisants dechaque camp espèrent qu’il appellerait, en pareil cas, à voter pour le candidat qu’ils soutiennent.Ainsi, 70% des sympathisants de gauche souhaiteraient qu’il soutienne François Hollande contre 64%des sympathisants de droite qui attendraient qu’il se rallie à Nicolas Sarkozy. Face à ce dilemme, 48%sympathisants du Modem préféreraient que François Bayrou se garde de tout choix politique ausecond tour.Une majorité de Français estime qu’il ne ferait pas un bon chef de Gouvernement ni de FrançoisHollande (53% contre 26%) ni de Nicolas Sarkozy (67% contre 15%). Notons tout de même que lessympathisants PS sont davantage nuancés sur les conséquences de cette éventualité : 42% d’entreeux considèrent, en effet, que le troisième homme de 2007 pourrait faire un bon Premier ministre deFrançois Hollande. Quant aux électeurs de François Bayrou en 2007 (60%) et, de manière encoreplus forte, les sympathisants du Modem (74%) se montrent en revanche très majoritairementpersuadés qu’il pourrait occuper Matignon si François Hollande remportait la présidentielle. Dans lecas d’une réélection de Nicolas Sarkozy, les sympathisants du Béarnais ne semblent pas vraiment lesouhaiter. ---------------------------A propos de CQFDA l’occasion de la campagne présidentielle, i>TELE crée CQFD (Ce qu’il fallait décrypter), une émission politique présentée parOlivier Galzi qui réunit 4 personnalités de la communication et des médias. Le principe de cette émission repose sur un ou deuxthèmes de l’actualité de la semaine passée et sur lesquels les Français ont pu donner leur avis à travers une enquête menéepar TNS Sofres et Mediaprism.A propos de létudeEnquête réalisée online du 24 au 25 novembre auprès d’un échantillon de 620 Français âgés de 18 ans et plus. Lareprésentativité de l’échantillon a été assurée sur les critères suivants : sexe, âge, profession de l’interviewé, région, préférencepartisane.A propos di>TELEi>TELE est la chaine dinformation en continu, 24h/24, 7j/7 du groupe CANAL+. Accessible à tous sur le canal 16 de la TNT, surle cable, le satellite, lADSL, et internet en replay sur www.itele.fr,Tous les jours au plus près de linfo grâce à la réactivité de ses équipes sur le terrain, i>TELE délivre une information rigoureuseenrichie par de lanalyse et du décryptage et des reportages en immersion.A propos de MediaprismMediaprism, filiale du Groupe Mediapost, est le 1er groupe de communication intégré au service des marques et desassociations. La force de Mediaprism sarticule autour de deux savoir-faire : la maitrise de la connaissance client et le conseilstratégique et créatif. Cette offre globale de communication basée sur la connaissance client est nourrie par une base de plusde 36 millions de consommateurs français dont 20 millions dinternautes, est déclinable en marketing relationnel, opérationnel,interactif, publicité commerciale, relations medias, études, enquêtes dopinion,... dans des secteurs aussi différents que leCaritatif, le Corporate, la Distribution ou la Banque-Assurance.En particulier, le pôle Enquêtes et Opinion de Mediaprism gère des enquêtes de toute nature et dans tous les secteurs. Cesenquêtes sont aujourdhui un élément central de la connaissance clients et danalyse de lévolution des Français dans leur viede consommateurs mais aussi de citoyens, salariés...Mediaprism (20 millions deuros de CA en 2010) est présent en France, en Belgique, en Espagne et au Royaume-UniA propos de TNS SofresLeader français et référence des études marketing et dopinion, TNS Sofres est une société du groupe TNS, lun des leadersmondiaux du marché et n° des études ad hoc. Nous p roposons une gamme de prestations détudes, ad hoc ou collective, 1autour de 5 spécialités compréhension des marchés et des consommateurs, innovation, gestion de la marque communication etgestion de la relation client. Lensemble de ces prestations est réalisé dans 11 secteurs composés dexperts dédiés à certainsmarchés ou clients. TNS est présent dans 80 pays dans le cadre dun réseau intégré, et est membre des groupes Kantar etWPP.Grâce à notre compte Twitter @TNS_Sofres, suivez toute notre actualité en temps réel.Abonnez-vous à notre chaîne Youtube et retrouvez les points de vue de nos experts en vidéo :http://www.youtube.com/TNSSofresChannelContacts presseMediaprismGéraldine Delefosse / 01 53 29 09 76 / geraldine.delefosse@mediaprism.fri>TELELaure-Anne Dumas / 01 53 91 51 40 / laureanne.dumas@canal-plus.comTNS Sofres :Anne Courtois / 01 40 92 47 77 / 06 80 37 31 73 / anne.courtois@tns-sofres.comCéline Rossignol / 01 40 92 24 10 / celine.rossignol@tns-sofres.com

×