SST Santé et Sécurité au Travail

  • 7,778 views
Uploaded on

Gestion des risques, Focus TMS et RPS. Facteur Humain, Métarègles de Fiabilité, et Prévention de l'erreur humaine.

Gestion des risques, Focus TMS et RPS. Facteur Humain, Métarègles de Fiabilité, et Prévention de l'erreur humaine.

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
  • bonjour, pourriez-vous, svp m'adresser votre présentation. mon email : solange.kieffer@gmail.com
    Are you sure you want to
    Your message goes here
  • Bonjour, pourriez vous m'envoyer cette présentation? voici mon mail:wejden_chahtour@yahoo.fr
    Are you sure you want to
    Your message goes here
  • Bonjour, je suis nouveau dans le domaine, franchement, votre slide est très bien fait !
    Are you sure you want to
    Your message goes here
  • Bonjour, pourriez vous m'envoyer cette présentation? voici mon mail: mjoel6@yahoo.fr
    Are you sure you want to
    Your message goes here
  • Bonjour,@SofieneNeffati
    Bien sûr, je vous ouvre le téléchargement.Bien cordialement.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
No Downloads

Views

Total Views
7,778
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
5

Actions

Shares
Downloads
171
Comments
6
Likes
11

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. SANTÉ SÉCURITÉ AU TRAVAIL
  • 2. AGENDA Santé & Sécurité au Travail ? Pourquoi s'en soucier ? Quelques catastrophes majeures – Les acteurs principaux – Les autres acteurs – Les 3 Piliers SST – Les 9 Principes de prévention – Concepts utiles – Typologie des risques – Pyramide des événements indésirables – L'effet Iceberg – Courbe de Farmer – Classification des Risques Professionnels – Les outils SST – Analyse des Risques – Sinistralité – Indicateurs SST – TMS – RPS – Et les RH dans tout ça ? - Les 3 portes d'entrée des risques – Les Métarègles de Haute Fiabilité – Les Pratiques de Fiabilisation – Les modèles de management SST – Normes et Référentiels – Bibliographie. 2
  • 3. Qu'entend - on par SST ? Santé – Sécurité au Travail : Conditions et facteurs qui affectent, ou pourraient affecter, la santé et la sécurité des employés ou d'autres travailleurs (y compris les travailleurs temporaires et le personnel détaché par un sous-traitant), des visiteurs, ou de toute autre personne présente sur le lieu de travail)1 Sante et sécurité au travail : Conditions et facteurs ayant une influence sur le bienêtre des employés, des travailleurs temporaires, du personnel détaché par un fournisseur, des visiteurs et de toute autre personne présente sur le lieu de travail. (OHSAS 18001) Sécurité Absence de risque, de dommage inacceptable. (OHSAS 18001)2 On parle aujourd'hui de « santé et sécurité au travail » plutôt que '' d'hygiène, sécurité et conditions de travail'' et , sous cet intitulé, on regroupe diverses disciplines visant à supprimer ou à limiter certains effets nuisibles des activités humaines sur l'être humain (santé physique et mentale) et sur son environnement (santé environnementale). 3 1 http://formation-prevention-public.fr 2 www.agrojob.com 3 www.wikipedia.org 3
  • 4. SST : Pourquoi s'en soucier ? Argument économique : La non conformité est coûteuse (amendes, dysfonctionnements...). Les accidents coûtent cher (coûts directs, indirects, surcoût Argument éthique : Argument productif : cotisation AT,etc) Les accidents représentent La prévention a une action de la souffrance, de positive sur la qualité et la l'énergie, du temps, des productivité. Commencer morts.Autant de raisons de par la sécurité, sujet s'en occuper. unanime, permet d'élargir la méthode aux autres Argument légal : domaines. Les obligations de sécurité de prévention et de Argument d'image : préservation de la santé Les entreprises où la santé et la sécurité ne sont pas sont inscrits au Code du correctement managées souffrent d'un image Travail. désastreuse auprès des diverses parties prenantes (internes -externes), et d'un déficit de confiance. 4 SST = Santé et Sécurité au Travail
  • 5. Quelques Catastrophes Majeures Ces catastrophes ne sont que quelques exemples connus d'une chronologie hélas beaucoup plus longue ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● 09/10/1963 Catastrophe lac artificiel Vajont (Italie), vague de 200m de hauteur submergeant la vallée et causant 2168 morts dans les villages rasés. 21/10/1966 Glissement de terril, Aberfan, Pays de Galles, 144 morts, dont les 116 enfants de l'école primaire 27/12/1974 catastrophe de Liévin, coup de grisou dans la mine, 42 victimes et fermeture du site minier. 10/07/1976 Catastrophe de Seveso, Italie, explosion usine chimique 16/03/1978 Marée noire Amoco Cadiz, 220 000 tonnes de pétrole répandu sur les côtes françaises 28/03/1979 Centrale nucléaire Three Miles Island, USA, fusion partielle du cœur d'un réacteur. 03/12/1984 Catastrophe de Bhopal, Inde, fuite de 40 tonnes de gaz toxiques de l'usine de pesticides Union Carbide, 8000 morts en 3 jours, et 20000 en 20 ans. 26/04/1986 explosion réacteur centrale de Tchernobyl, Ukraine. 01/11/1986 Incendie usine Sandoz, Suisse, déversement produits toxiques dans le Rhin, interdiction de pêche pendant 6 mois 24/03/1989 Exxon Valdez, naufrage navire pétrolier côte sud Alaska, 40000t de brut répandu sur 1700 km de côte. 21/09/2001 Explosion usine chimique AZF Toulouse, 30 morts, au moins 2500 blessés. 01/02/2003 Désintégration navette Columbia à son entrée dans l'atmosphère 20/04/2010 Plateforme pétrolière Deepwater Horizon coule au large de la Louisiane, Golfe du Mexique, 11 morts et grave marée noire 11/03/2011 Accident nucléaire Centrale de Fukushima, Japon , suite à un tsunami 17/04/2013 Explosion nitrate d'ammonium usine fabrication engrais, West (Texas) 24/04/2013 Catastrophe de Dacca,effondrement d'un immeuble sur +1000 victimes ateliers textiles 06/07/2013 Lac Mégantic, Québec,Déraillement d'un train transportant du pétrole brut, avec embrasement de la ville (47 morts) http://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_de_catastrophes_industrielles http://io9.com/the-most-horrifying-industrial-disasters-of-all-time-506430995 5
  • 6. Les Acteurs Principaux de la SST LA SÉCURITÉ ET LA SANTÉ AU TRAVAIL ! C'EST L'AFFAIRE DE TOUS L'EMPLOYEUR Code du Travail art. L4122-1 : L'employeur doit assurer la sécurité, et protéger la santé physique et mentale des travailleurs : il prend les mesures appropriées et les met en œuvre conformément aux principes généraux de prévention (L4121-2) LES TRAVAILLEURS Code du Travail art.L4122-1 : obligation ''de prendre soin de sa sécurité et de sa santé, ainsi que de celles des autres personnes concernées par ses actes ou ses omissions au travail'' 6
  • 7. Les autres acteurs de la SST HSE/QSE Médecin du Travail Infirmière CHSCT Direction Secouristes Du Travail Managers Inspection Du Travail Service Méthodes CHALLENGE CARSAT Responsable Maintenance Auditeurs divers Service Appui ANACT,INRS Entreprises extérieures communication Soustraitants Responsable Formation 7
  • 8. Les 3 piliers du système de management de la Santé et Sécurité au Travail PDCA, roue de Deming : Amélioration Continue Liv1- Dispositions générales ● Certifications et normes Liv2- Lieux de travail Liv3- Équipements & protections ISO 18001, MASE,OHSAS, Liv4- Risques spécifiques d'exposition ISO 31000 Liv5- Activités & opérations spécifiques ● Outils Management SST, Liv6- Organismes de prévention Liv7- Contrôle, affichages, Inspection Risk Management Liv8- Outremer ● Culture santé et sécurité, Code Rural culture haute fiabilité, Dispositions Conformité Prévention Amélioration formation aux Facteurs complémentaires réglementaire des Risques continue Humains... spécifiques au monde Document Unique rural et forestier 9 Principes de Prévention Plan de Prévention 8 Code du Travail Partie IV : ● ● ● ● ● ● ● ● ●
  • 9. Les 9 Principes de Prévention La réduction des risques se fonde sur les principes généraux de prévention. Chacun a un rôle à jouer pour préserver la santé et la sécurité des personnes dans l’entreprise. Les Neuf principes stipulés à l'article L4121-2 du Code du travail guident les actions de celles et de ceux qui s’impliquent dans la lutte contre les risques professionnels : 1) Éviter ou éliminer les risques 2) Évaluer les risques qui ne peuvent être évités 3) Combattre les risques à la source 4) Adapter le travail à l’homme 5)Tenir compte de l’état d’évolution de la technique 6) Remplacer ce qui est dangereux par ce qui ne l’est pas ou ce qui l’est moins 7) Planifier le prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent : la technique, l'organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et influence des facteurs ambiant 8)Prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle 9)Donner les instructions appropriées aux travailleurs 9
  • 10. SST et principe d'amélioration continue Amélioration continue : Application au domaine SST Principe d'amélioration continue : PDCA, la roue de Deming Élimination ou réduction Évaluation des risques Prévention et des risques protection collective et Intégration individuelle des Mises à Jour Dire ce que l'on va faire Faire mieux améliorer Faire ce que l'on a dit Vérifier qu'on l'a fait Axes d'amélioration Intégration du Retour d'expérience Outils d'analyse Contrôles et audits Suivi des indicateurs et pilotage 10
  • 11. Concepts utiles Il existe une confusion fréquente entre DANGER et RISQUE DANGER : propriété ou capacité intrinsèque d'un équipement, d'une substance, d'une méthode de travail, de causer un dommage pour la santé des travailleurs RISQUE : la combinaison de la probabilité de la survenue d’un événement dangereux (occurrence) et du dommage résultant (gravité). Ex : le feu Le danger, c'est le feu Le risque, c'est la lésion, donc la brûlure Ex : la manutention de colis Le danger, c'est le poids des colis Le risque, c'est la lésion, donc le mal de dos,etc Ex : le travail sur échafaudage Le danger, c'est le travail en hauteur Le risque, c'est la chute Source : www.ineris.fr 11
  • 12. Typologie générale des Risques : 6 grandes familles Risques naturels Risques Transports ● ● ● ● ● ● Risques Risques Risques vie quotidienne Risques conflits Technologiques Professionnels Les risques naturels : avalanche, feu de forêt, inondation, mouvement de terrain, cyclone, tempête, séisme et éruption volcanique... Les risques technologiques : d'origine anthropique (i.e. liés à l'intervention de l'homme) , ils regroupent les risques industriel, nucléaire, biologique, rupture de barrage, exploitations minières et souterraines... Les risques professionnels : liés à la sécurité et à la protection de la santé des travailleurs (CNAMTS-INRS) Les risques des transports collectifs : personnes, matières dangereuses... Les risques de la vie quotidienne : accidents domestiques, accidents de la route ... Les risques liés aux conflits : guerres,exode clandestin... 12
  • 13. Pyramide des événements indésirables Combien de fois se dit-on que ce n'est pas si grave ? Que ça passe ? Que c'est sans conséquences, ou presque ? Alors qu'en fait : le compteur tourne ! Catastrophe Accident Presque accident Précurseur - Événement sentinelle Incident Dysfonctionnement D'après :www.qualite-securite-soins.fr/congres-de-strasbourg-fin-mai/congres-2011/ 13
  • 14. L'effet Iceberg : Pour éliminer les accidents, il faut tarir la source des écarts aux bonnes pratiques, des actes dangereux et conditions dangereuses. Comme toujours, il s'agit de remonter la filière : dangereuses ● La source des accidents se Jusques à quand ? trouve dans les accidents graves ● La source des accidents graves 1 Mort des 60 Accidents Graves découle travail accidents avec arrêts de 600 Accidents avec arrêt ● La source des accidents avec 6000 Accidents sérieux arrêt de travail découle des accidents sérieux, et sérieux ou sérieux potentiels potentiels 60000 actes dangereux ● La source des accidents sérieux ou et sérieux potentiels découle conditions dangereuses des conditions dangereuses, des actes dangereux, des écarts aux bonnes pratiques. Source : La Sécurité en Entreprise, JP Mouton & J Chaboud, Dunod Ed. 14
  • 15. Risques et Courbe de Farmer Risque inacceptable Risque Acceptable (?) Tous les risques peuvent être classés en fonction de leur fréquence d'apparition et de leur gravité, ainsi que le montrent les travaux de l'anglais Farmer (1967). Le risque peut être latent (pas encore manifeste), apparent (i.e. se manifeste) ou disparu (peut plus se manifester). www.unit.eu Le risque majeur est la possibilité d'un événement d'origine naturelle ou anthropique, dont les effets peuvent mettre en jeu un grand nombre de personnes, occasionner des dommages impor­ tants et dépasser les capacités de réaction de la société. Un risque majeur est caractérisé par sa faible fréquence et par son énorme gravité. Échelle de gravité des dommages du Ministère de lʼÉcologie et du Développement Durable : 15
  • 16. Classification des Risques Professionnels Identifier tous les dangers existant dans l'entreprise impose de connaître les différents risques auxquels les travailleurs (stagiaires, salariés de l'entreprise, des entreprises intervenantes ) sont susceptibles d’être exposés : risques liés aux équipements de travail (machines et outils, véhicules …), ● aux substances toxiques présentes (produits chimiques, biologiques…), ● aux méthodes de travail (travail en hauteur, gestes répétitifs…), ● à l’énergie utilisée (électrique, air comprimé, hydraulique, nucléaire …), ou ● à l'organisation du travail (travail de nuit, à l’extérieur, isolé…). ● www.officiel-prevention.com 16
  • 17. Classification des Risques Professionnels RISQUES MÉCANIQUES ● ● ● ● ● heurts par les parties mobiles en mouvement des machines écrasement par chutes d’objets ou des véhicules coupures et perforations par outils de travail projections de particules solides (copeaux de métal, de bois, de roche) ou de matière incandescente contraintes posturales et visuelles et gestes répétitifs … RISQUES PHYSIQUES ● ● ● ● ● ● ● ● RISQUES BIOLOGIQUES ● ● ● ● ● ● exposition à des agents infectieux (bactériens, viraux, parasitaires, fongiques) et allergisants par piqûre Morsure Inhalation voie cutanéo-muqueuse … vibrations produites par les engins niveau sonore trop élevé température trop forte ou trop basse intempéries pour les travaux extérieurs (humidité, vent…) niveau d'éclairement qualité de l’air sur le lieu de travail (poussières, anoxie …) courant électrique incendie et explosion … RISQUES RADIOLOGIQUES ● ● ● ● ● existence de radiations ionisantes et radioéléments de rayonnements laser de radiations UV et IR rayonnements électromagnétiques divers… RISQUES CHIMIQUES ● ● ● ● ● ● ● RISQUES PSYCHOLOGIQUES ● ● ● ● ● www.officiel-prevention.com exposition à des substances chimiques par inhalation, ingestion ou contact cutané Produits gazeux, liquides ou solides, cancérigènes Mutagènes Toxiques Corrosifs Irritants Allergisants… agression physique ou verbale sur le lieu de travail par un client /élève/patient harcèlement moral ou sexuel par un supérieur hiérarchique stress managérial charges mentales excessives (travail permanent sur écran …) Différentes contraintes de temps, interruptions … 17
  • 18. Les Outils du système de management SST Analyse des risques Analyse des accidents HAZOP,AMDEC, Matrice de risques Certifications Référentiels adaptés au pilotage des processus Arbre des causes méthode des 5 pourquoi... Règlement Intérieur Recueil de prescriptions au Personnel (RPP) Document Unique Plan de Prévention Code du Travail Protections collectives capot anti explosion, cabine anti-bruit, plancher anti-vibratile, etc EPI Outils réglementaires gants, casque, chaussures sécu, harnais, lunettes protection, casque ou bouchons antibruit,masques, etc Outils organisationnels Revue de Direction Posture Managériale Suivi des Indicateurs Minute de Sécurité Campagne de sensibilisation Audits Communication Interne Visite de Sécurité Formation Audits d'autoévaluation Challenges, jeux,etc Audits de certification Audits Corporate, etc 18
  • 19. Analyse des risques Document Unique L' Analyse des risques ressortit de l'obligation faite à l'employeur d'évaluer les risques auxquels les travailleurs sont soumis, au travers du DU ou DUE, Document Unique d’Évaluation. www.atousante.com/obligationsemployeur/sante-securite Plan de Prévention S'agissant d'entreprises extérieures intervenant pour des travaux comportant certains risques et/ou atteignant 400 heures, le donneur d'ordre (entreprise utilisatrice) doit également prévoir une inspection commune (coopération) des lieux d'intervention, et un Plan de Prévention. réf.idem L'analyse des risques peut se faire à l'aide de 3 méthodes : L'HAZOP HAZard and OPerability study est une des méthodes les plus utilisées pour l'analyse des risques industriels. Son intérêt est l'identification et l'évaluation des situations pouvant représenter un risque pour le personnel ou les équipements, et le déploiement des moyens (procédés, équipements) de prévention adéquats. AMDEC Analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leur criticité Méthode qualitative la plus utilisée, elle est principalement utilisée en tant que technique d’analyse préventive pour détecter les défaillances potentielles, évaluer les risques et susciter des actions de prévention. Matrice de risques : Home-made solution  19
  • 20. Analyse des risques Fréquence Home-made solution : Matrice de risques  Gravité 20 www.camagazine.com/archives-fr/
  • 21. La sinistralité La sinistralité en terme SST est rendue publique (CNAM – INRS,etc) et recouvre : ● ● ● accidents du travail, accidents de trajet, maladies à caractère professionnel MP dont statistiquement 78% concernent les affections périarticulaires (TMS tableau 57), puis viennent ensuite les affections causées par l'amiante (tableaux 30 et 30bis), et les affections chroniques du rachis lombaire dues au port de charges lourdes (tableau 98) Accidents du travail avec arrêt !!! Cas avec incapacité permanente Décès Nombre de jours d'incapacité temporaire (IT) Durée (jours) moyenne des arrêts (IT) Accidents de trajet 640 891 54 015 90 092 29 267 8 103 558 Nombre de cas Maladies professionnelles 40 136 2012 523 323 37 823 128 10 748 158 6 102 853 59 - 67,7 Journées de travail perdues ! www.inrs.fr/accueil/header/actualites/statistiques-ATMP-2012.html 21
  • 22. Indicateurs SST Taux de fréquence (TF) = (nb des accidents avec arrêt/heures travaillées) x 1 000 000 Indice de fréquence (IF) = (nb des accidents avec arrêt/effectif salarié) x 1 000 Taux de gravité (TG) = (nb des journées perdues par temporaire/heures travaillées) x 1 000 incapacité Indice de gravité (IG) = (somme des taux d’incapacité permanente/heures travaillées) x 1 000 000 www.inrs.fr/accueil/accidents-maladies/statistique-accident-maladie/accident.html 2012 Accidents du travail 640 891 TF Taux de fréquence AT 23,5 Soit 23,5 accidents par million d'heures travaillées IF Indice de fréquence AT 35,0 Soit 35 accidents pour 1000 salariés TG Taux de gravité AT 1,4 IG Indice de gravité AT Soit une moyenne de 1,4 journées perdues pour 1000 heures travaillées 15,3 www.inrs.fr/accueil/header/actualites/statistiques-ATMP-2012.html 22
  • 23. FOCUS SUR LES TMS Les TMS, Troubles Musculo-Squelettiques, représentent environ 85% des maladies professionnelles déclarées (source ANACT). Les maladies professionnelles dues aux TMS sont recensées dans les tableaux CNAM cités dans les statistiques nationales 2012 : Tableau Intitulé 2012 57 Affections périarticulaires 98 Affections chroniques du rachis lombaire dues aux charges lourdes 3 208 79 Lésions chroniques du ménisque 533 97 Affections chroniques du rachis lombaire dues aux vibrations 488 69 Affections provoquées par les vibrations de certaines machinesoutils 160 42 148 www.inrs.fr/accueil/header/actualites/statistiqu es-ATMP-2012.html www.travailler-mieux.gouv.fr/Les-chiffres-Cles-et-Statistiques.html 23
  • 24. FOCUS RPS : Risques Psychosociaux Le stress n'est qu'une manifestation des RPS qui regroupent: ● ● ● violences internes (harcèlement moral, harcèlement sexuel), et violences externes (personnes extérieures à l'entreprise) exercées à l'encontre des salariés. La plurifactorialité des RPS met à jour 4 familles de facteurs : ● ● ● ● Les exigences du travail et son organisation : autonomie dans le travail, degré d’exigence au travail en matière de qualité et de délais, vigilance et concentration requises, injonctions contradictoires ; Schéma RPS Facteurs de risques ELVIE Le management et les relations de travail : nature et qualité des relations avec les collègues, les supérieurs, reconnaissance, rémunération, justice organisationnelle ; La prise en compte des valeurs et attentes des salariés : développement des compétences, équilibre entre vie professionnelle et vie privée, conflits d’éthique ; Violence au travail Interne/ externe Stress au travail Les changements du travail : conception des changements de tout ordre, nouvelles technologies, insécurité de l’emploi, restructurations … 24 www.travailler-mieux.gouv.fr/Les-RPS-c-est-quoi.html
  • 25. Conséquences des RPS dans l'entreprise Impact sur la santé :Les RPS ont des effets délétères sur la santé des travailleurs. Plusieurs mécanismes étiologiques (effets des stresseurs de type psychosocial, augmentation de la tension artérielle, comportements à risque…) expliquent l’association entre facteurs de RPS et différents indicateurs de santé à la fois physique et mentale. La littérature scientifique souligne les liens existant entre facteurs de RPS et maladies cardiovasculaires, Troubles Musculo-Squelettiques ou pathologies mentales (dépression, anxiété). Les RPS se révèlent donc être un enjeu majeur en termes de santé publique. Schéma RPS ARACT Centre Impact sur l'entreprise : Les RPS ont également un impact sur l’entreprise. On peut noter un lien entre l’apparition de ces risques et l’absentéisme, le taux élevé de rotation du personnel, le non-respect des horaires ou des exigences de qualité, des problèmes de discipline, la réduction de la productivité, des accidents de travail et des incidents, la non-qualité (augmentation des rebuts et des malfaçons, etc.), une dégradation du climat social, des atteintes à l’image de l’entreprise… Schéma RPS ISRIFRANCE Extraits : www.travailler-mieux.gouv.fr/Les-RPS-c-est-quoi.html 25
  • 26. Et les Ressources Humaines dans tout ça ? You get what you reward SST Bob Nelson Posture Managériale Incentives ● ● Part SST dans Accords d'intéressement Bonus d'objectifs Challenges ● ● ● ● ● Challenges sécurité dans projet service/ entreprise, ● et communication interne Jeux, lots... Entretiens d'évaluation Importance Exemplarité des ● Salariés objectivés sur managers en matière SST critères SST ● Et culture sécurité, Quel leadership, quelle animation, quels arbitrages en fiabilité matière de SST ? Quelle tolérance à la prise de risques ? Risk Tolerance ou Risk Appetite vs culture sécurité et haute fiabilité. 26
  • 27. Points d'entrée des risques Les préventeurs considèrent que les risques pénètrent dans l'entreprise par 3 voie d'entrée possibles : Obligation de coopération entre donneur d'ordres et prestataire ou sous-traitant Qualité et conformité des Machines, outillage Matières premières et produits divers Achats Prestataires Non-Respect Des Règles Obligation de travailler dans la sécurité pour soi et ses collègues Obligation de respect consignes de travail des Respect du Plan de Prévention Risques parfois Externalisés sur Entreprises prestataires Prévention de l'erreur humaine. Principes de Fiabilisation des pratiques Obligation d'appliquer Règlement Intérieur le 27
  • 28. Prévention de l'Erreur Humaine Les Métarègles de la Fiabilité Christian Morel a établi , à partir de multiples expériences critiques, des métarègles de haute fiabilité permettant de créer une culture de la fiabilité dans tous les domaines : sécurité, sûreté, qualité, performance. CULTURE MANAGEMENT CLASSIQUE CULTURE DE LA HAUTE FIABILITE Centrée sur le rôle du chef Centrée sur la collégialité Valorisation du consensus Sensibilité aux mauvais consensus Priorisation de l'action Priorisation de la réflexion à travers : débat contradictoire, REX, FFH (retour d'expérience et formation au facteur humain) Sanction des erreurs Non-punition des erreurs non intentionnelles : pour résilience, et boucle d'apprentissage (apprendre des erreurs) Ne pas renoncer Sensibilisation au ''biais de destinationite'' Foi dans les réorganisations L'important ce sont les processus Outils qualité et certification Véritable culture en amont de la fiabilité Dialogues simplificateur, mais usines à gaz Dialogues non simplificateurs, implémentation de solutions simples Extrait adapté de la présentation de Christian Morel sur son ouvrage : Les Décisions Absurdes 2 – Comment les Éviter. mais 28
  • 29. Prévention de l'Erreur Humaine Principes de Fiabilisation des Pratiques Consiste en une étape de concentration et d'échange avant l'action Moment de préparation mentale de l'intervenant Appropriation du dossier, des attendus du travail prescrit. Dialogue-échange centré sur l'intervention ● ● ● ● ● ● ● Contrôle Croisé ● ● ● Consiste à solliciter un regard externe avant de se lancer dans une action à risque Contrôle ultime avant actions sans retour possible validation de l'adéquation entre geste envisagé et action souhaitée Autocontrôle Minute d'arrêt Pre-Job Briefing Consiste à faire le point pour ne pas se laisser entraîner trop rapidement dans l'action S'approprier l'environnement de travail et les risques liés à l'activité Prise de recul nécessaire avant intervention.Permet vision globale Communication Sécurisée ● ● Consiste à valider une compréhension réciproque Car répéter une information claire sans interprétation possible, c'est garantir une transmission sans équivoque, et sécuriser les enjeux ● ● Consiste à sécuriser son action par le geste et par la voix avant d'agir. Lecture à voix haute + pointer du doigt pour montrer (procédure étiquette matériel) ● Rendre explicite un faisceau de vérifications avant d'agir REX Debriefing ● ● ● Permet un retour d'expérience à chaud afin de capitaliser les bonnes pratiques D'identifier les axes de progression possibles De faire remonter les risques non identifiés en amont de l'action prescrite Les pratiques de fiabilisation constituent un enclenchement de 6 étapes indissociables Source : d'après Christophe Moreau - Colloque National de la Performance Industrielle 29
  • 30. Les modèles de management SST Échelle de maturité Document Unique 9 principes de Prévention Simple conformité SMS SMI RISK Système de Système de Management Management Management SST Intégré QSE Modèle de + en + intégratif Culture & STRATEGIE 30
  • 31. Les normes et référentiels OHSAS 18001 ILO – OSH 2001 Occupational Health and Safety Assessment Series International Labour Organization – Occupational Health & Safety ● ● ● SMS Référentiel au service de la maîtrise opérationnelle des risques Système de Démarche volontaire de certification Management Contribue à la mise en place d’un processus SST d’amélioration continue des performances, basé sur l’identification des dangers, l’évaluation des risques et l’appréciation de l’efficacité des mesures correctives et préventives. 1 MASE Manuel d'Amélioration Sécurité des Entreprises ● ● ● Certification à l'initiative d'industriels et basée sur l'amélioration continue Permet aux entreprises intervenantes (dites extérieures, sous-traitantes, prestataires) de mettre en place un système de management Sécurité, Santé, Environnement (SSE). Ex : le nucléaire ''mase'' ses intervenants extérieurs.3 ● ● ● Norme d'application volontaire de l'OIT Référentiel sans exigence de certification les principes directeurs de l’Organisation Internationale du Travail portant sur les systèmes de management de la Sécurité et de la Santé au Travail intègrent les exigences du Code du travail et le principe d'amélioration continue2 ISO 31000 Norme de gestion des risques, non certifiable Fournit des principes et des lignes directrices du management des risques ainsi que les processus de mise en œuvre au niveau stratégique et opérationnel ● Permet de formaliser les pratiques de management des risques, tout en permettant aux entreprises de mettre en place un cadre ERM (Enterprise Risk Management) évitant ainsi une approche de management des risques par « silos ».4 ● 31 1 source apave / 2 sources Anact & Previnfo / 3 source mase-asso.fr / 4 source wikipedia
  • 32. Bibliographie Benoît Péribère AFNOR JP Mouton J Chaboud DUNOD P Mercieca C Pinatel & al ANACT Ministère du Travail, Emploi, Santé 32