Your SlideShare is downloading. ×
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique

20,933

Published on

Support du stage de l'URFIST de Rennes, du 11 mai 2011, animé par Alexandre Serres et Olivier Le Deuff.

Support du stage de l'URFIST de Rennes, du 11 mai 2011, animé par Alexandre Serres et Olivier Le Deuff.

Published in: Technology, Business
0 Comments
11 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
20,933
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
13
Actions
Shares
0
Downloads
527
Comments
0
Likes
11
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide
  • Sur les applications de web sémantique : encore assez rares sur le web ; qqs applications en cours dans le tourisme : projet Hi-Touch (cf Archimag) : projet financé par Commission Européenne, commencé en 2002, opérationnel en 2004 ; technologies du web semant. au service des acteurs du tourisme en Europe ; constat du manque de visibilité des ressources touristiques bases du projet : 2 éléments : construction d ’une ontologie commune sur le tourisme (référentiel de notions), permettant une indexation commune des objets touristiques, leur mise en relation… outil de recherche multilingue et intelligent, capable de recherches personnalisées entre les deux, un thesaurus du tourisme et des loisirs entreprise Mondeca comme fournisseur de logiciels de modélisation de connaissances…
  • Le « NET » = réseau, le « WEB » = toile et le « GRAPH » sont trois instanciations d’une même réalité interconnectée, hyperreliée. Il y a 2 manières de voir les choses : En pyramide classique : le Net est l’infrastructure technologique « sur laquelle » se déploient les contenus de la toile, contenus à partir desquels se tissent de relations sociales de participation, de coopération … - En pyramide inversée : si l’on change notre angle de vue, si l’on considère que les tuyaux, l’infrastructure technologique est « invisible » et qu’elle n’interfère plus avec les usages c’est alors le relations sociales, le GRAPH qui permet de caractériser l’essence de l’internet actuel. Par vocation, comme tout média, Internet est là pour entretenir un rapport au réel, pour créer du lien, de la dépendance sociale. Dans cette optique, les contenus restent l’élément central et le Net n’est plus que le point de passage; le canal de diffusion. Dans l’un comme dans l’autre cas, chacune de ces trois entités indissociables (NET, WEB, GRAPH) peuvent être caractérisées par une propriété fondamentale :  Le NET est avant tout l’espace de stockage. Il est caractérisé par le franchissement toujours renouvelé d’un seuil, d’une barrière technologique (essentiellement aujourd’hui celle de la bande passante / VIDEO)  le WEB est l’étage de la diffusion. Il se caractériser par le seuil d’interaction et de co-production que ses contenus autorisent. Le Web 1.0 était à sens unique (producteur => consommateur), le web 2.0 est à double sens.  le GRAPH est l’étage de dissémination. Tels des insectes pollinisateurs, les internautes mais aussi leurs « agents », leurs « avatars » virtuels, leurs « agendas électroniques » vont donner une résonnance inédite aux contenus produits et diffusés. Il vont permettre de jouer sur la perméabilités des contenus, déplaçant par exemple vers la sphère publiques des contenus initialement produits ou diffusés « pour » et « dans » la sphère intime. C’est donc bien d’un écosystème que l’on parle quand on essaie d’approche la vraie nature de ces 3 notions. Un écosystème informationnel qui rend légitime et nécessaire la réflexion sur ce que Bateson appelait une écologie de l’esprit. ET LES MOTEURS DANS TOUT CA ???
  • le fossé d’intelligibilité  : avec le temps, un contenu se décontextualise et la médiation culturelle devient de plus en plus difficile et spécialisée, pour ne plus être parfois assumée que par quelques experts ou universitaires (par exemple, les anciennes inscriptions et les paléographes, etc.). Le contenu devient inintelligible et perd sa lisibilité culturelle . le fossé d’obsolescence  : les techniques et les appareils nécessaires à la maintenance et à l’accès au contenu ne font plus partie du système technique courant et nécessitent une
  • Transcript

    • 1. Histoire d’internet et du web : d’Arpanet au web sémantique Stage de l’URFIST de Rennes 11 mai 2011 Alexandre Serres Olivier Le Deuff
    • 2. Urfist de Rennes, 2011 hypertexte ? W3C ? Internet des objets ? time-sharing ? Web sémantique ? TCP/IP ? Web 2.0 ? cyberspace ? Arpanet ?
    • 3. PLAN
      • Introduction : définition, nature d’internet
      • Retour aux origines
      • D’Arpanet à Internet
      • Naissance et développement du web
      • Petit historique du web 2.0
      • Web sémantique, évolutions en cours
      • Retour sur les imaginaires du web
      • La question de la neutralité du Net
      Urfist de Rennes, 2011
    • 4. Introduction : Quelle définition d’internet ?
      • Problème et difficultés de la définition d’internet :
        • Média, support, dispositif, réseau, outil ?
        • Fusion de différents outils et médias
        • Espace privé et public…
      • Difficiles définitions par :
        • Les usages
        • Les fonctions
        • Les applications
      Urfist de Rennes, 2011
    • 5. Introduction : sur la définition d’internet
      • Les définitions techniques :
        • « réseau international de communication entre utilisateurs d'ordinateurs »
        • Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et le World Wide Web, en utilisant le protocole de communication IP (internet protocol). ... fr.wikipedia.org / wiki /Internet
        • « Réseau des réseaux à l'échelle mondiale qui effectue l’interconnexion d'un grand nombre de réseaux internationaux, régionaux et locaux, tous basés sur un jeu de protocoles commun à savoir TCP/IP »
      Urfist de Rennes, 2011
    • 6. Introduction : sur la définition
      • Les infrastructures informationnelles :
        • Notion définie par sociologues américains (à propos du système international de classification des maladies)
        • Définie par conjugaison de 5 critères :
          • distribuée et incarnée dans de multiples structures
          • transparente (pour l’utilisateur)
          • de dimension collective
          • étendue et transversale
          • normalisée
        • Correspond bien à la nature d’Internet
      Urfist de Rennes, 2011
    • 7. Introduction : sur les composants d’internet
      • Internet comme enchevêtrement de :
        • Réseaux :
          • Internetworking, réseau de réseaux
        • Protocoles :
          • TCP/IP, HTTP, FTP, SMTP…
        • Applications :
          • Messagerie, forums, WWW, chat, etc.
        • Services :
          • Communication, recherche d’information, publications…
        • Ressources :
          • Sites web, blogs, bibliothèques numériques…
        •  Confusions fréquentes entre internet et ses applications
        • Nécessité de bien distinguer les niveaux
      Urfist de Rennes, 2011
    • 8. Introduction : sur les composants d’internet. Vue d’ensemble
      • 4 grands types d’applications et de services :
        • Messagerie :
          • Messagerie individuelle et collective, forums
        • Services de traitement informatique :
          • Connexion à distance, transfert de fichiers
        • Services de publication/information :
          • Web
        • Services de communication directe :
          • Chat, visioconférence, peer-to-peer…
      • Pendant longtemps, applications bien distinctes ; aujourd’hui fusionnées sur le web.
      Urfist de Rennes, 2011
    • 9. Introduction : sur l’histoire d’internet
      • Trois raisons pour s’intéresser à l’histoire d’Internet ; meilleure compréhension :
        • de la nature et des évolutions actuelles d’Internet:
          • technologie ouverte, mobile, en constante évolution
        • de la numérisation :
          • Histoire d’Internet = histoire de l’informatique, du numérique, de l’IA, de l’hypertexte…
        • de la puissance actuelle américaine :
          • Histoire d’internet = histoire des USA
      Urfist de Rennes, 2011
    • 10. Introduction : sur l’histoire d’internet. Deux lectures problématiques
      • La lecture militaire : la légende du réseau militaire indestructible
        • Arpanet = réseau militaire, « donné » ensuite aux universités ?
        • Rumeur fondée sur la confusion entre Arpanet et le projet, avorté, de réseau de Paul Baran.
      • La lecture communicationnelle
        • Arpanet comme produit de l’utopie cybernétique
        • Survalorisation du rôle de « l’imaginaire technique», oubli des autres composants de l’innovation
      Urfist de Rennes, 2011
      •  Problèmes des deux lectures :
        • « mono-causales », alors que multiplicité des origines
        • Linéaires, alors que processus complexe, hétérogène
    • 11. Introduction : sur l’histoire d’internet. Les grandes étapes
      • 1/ 1945-1970 :
        • émergence des acteurs, des problématiques, des techniques… Premiers réseaux
        • 1967-1969 : naissance d’ARPANET
      • 2/ 1970-1990 :
        • d’Arpanet à Internet
      • 3/ 1990-2000 :
        • D’internet au web
      • 4/ 2000- :
        • Du « web 1 » au « web 2.0 » et au web sémantique
      Urfist de Rennes, 2011
    • 12. Origines d’internet : l’hypertexte Urfist de Rennes, 2011 1945 1958 1959-1960 1962 1968 1969 ASSOCIATIONNISME -HYPERTEXTE
    • 13. Origines d’internet : L’hypertexte
      • Définition de l’hypertexte :
        • Principe de lecture et d’écriture non-linéaire
        • "une écriture-lecture non-linéaire donnant à l'utilisateur une liberté de mouvement (T. Nelson)
        • Nature hybride de l’hypertexte
      • Diversité des approches :
        • Réseau de noeuds et de liens
        • Navigation
      Urfist de Rennes, 2011
    • 14. Origines d’internet : L’hypertexte, Vannevar Bush
      • Mathématicien-physicien américain (1890-1974)
      • Trois facettes :
        • L’ingénieur-chercheur :
          • Analyseur différentiel, Memex…
        • Le gestionnaire de la recherche scientifique, le coordonnateur de l'effort de guerre scientifique :
          • MIT
          • Manhattan Project
        • Le visionnaire de l’information:
          • As we may think
      Urfist de Rennes, 2011
    • 15. Origines d’internet : L’hypertexte, Vannevar Bush
      • Vannevar Bush comme fondateur de l’hypertexte
      • Texte canonique As we may think , juillet 1945
      • Concepteur du Memex : préfiguration de l’ordinateur
      • Un dispositif à la Jules Verne
      • Originalité du Memex :
        • possibilité, pour l'utilisateur, de créer des liens entre deux documents
        • d'annoter son parcours de lecture
        • de conserver la trace de son cheminement
      Urfist de Rennes, 2011
    • 16. Origines d’internet : L’hypertexte, Ted Nelson
      • Chercheur américain ; sciences humaines, littéraire
      • Critique de l’informatique existante
      • 1965 : invente le terme hypertext , pour désigner "une écriture-lecture non-linéaire donnant à l'utilisateur une liberté de mouvement"
      • Projet Xanadu :
        • utopie de la bibliothèque universelle, « horizon absolu de l’hypertexte »,
        • Projet immense, commencé dans les années 60 et inachevé…
      Urfist de Rennes, 2011
    • 17. Origines d’internet : L’hypertexte, Ted Nelson et Xanadu
      • Idée d’un système de publication mondial :
        • Chacun pourrait publier ses documents
        • Tous les documents reliés par des liens
      • Notion de «transclusion»:
        • « copie virtuelle » d’un document, possibilité de récupérer une partie de document
      • http:// fr.wikipedia.org / wiki / Projet_Xanadu
      • Hypertexte au cœur de Xanadu :
      Urfist de Rennes, 2011
    • 18. Origines d’internet : la cybernétique Urfist de Rennes, 2011 1945 1958 1959-1960 1962 1968 1969 CYBERNETIQUE ASSOCIATIONNISME -HYPERTEXTE
    • 19. Origines d’internet : La cybernétique, 1945 - 50’s
      • Etym. : grec kubernêtikê = art du pilotage , kubernetikos = propre à être piloté ; latin gubernator = gouvernail > gouvernement
      • « Science du contrôle et des communications », 1948
      • Contexte : le “bouillon de culture” de l’après-guerre
      • Origines immédiates :
        • guidage des missiles pendant la guerre (feedback)
        • Conférences Macy : réflexion interdisciplinaire
      • Fondateur : Norbert Wiener (1894-1964)
      Urfist de Rennes, 2011
    • 20. Origines d’internet : La cybernétique, 1945 - 50’s
      • Deux notions centrales :
        • Le contrôle : science de la machine, régulation…
        • La communication ou l’organisation
      • Fondements : la systémique
        • Comparaison des êtres vivants et de la machine
        • Postulat de base : tout être se définit par la nature des échanges avec l’environnement
          • Primat de la relation
      • Notion essentielle : le feedback, la rétroaction
        • Feedback = source de tout comportement intelligent, rétroaction de l’effet sur la cause…
      Urfist de Rennes, 2011
    • 21. Origines d’internet : La cybernétique, 1945 - 50’s Urfist de Rennes, 2011 CYBERNETIQUE CADRE THEORIQUE : -Primat de la communication -Notion de Control And Command -Machines à communiquer CADRE « SOCIAL » : - influence sur chercheurs ( Licklider, Fano …) -Nouveau laboratoire -« Collège invisible » de chercheurs MIT Norbert Wiener
    • 22. Origines d’internet : l’informatique interactive Urfist de Rennes, 2011 1945 1958 1959-1960 1962 1968 1969 CYBERNETIQUE INFORMATIQUE INTERACTIVE TIME-SHARING RESEAUX (Licklider) INTERFACES (Engelbart) ASSOCIATIONNISME -HYPERTEXTE
    • 23. Origines d’internet : L’informatique interactive Urfist de Rennes, 2011 Nouveau modèle de l’ordinateur (début 60 ’s) Interactions hommes-machines «  Man-Computer Symbiosis  » (Licklider 1960) Technologie de l’intelligence : «  L’Augmentation  » de l’efficacité intellectuelle (Engelbart 1959-62) Recherches sur les interfaces (souris), l ’hypertexte... Partage des ressources, réseaux des « communautés en ligne » (Licklider, Fano 1963) Prémonition de la bibliothèque virtuelle (Licklider 1961-63) Ordinateurs en time-sharing
    • 24. Origines d’internet : L’informatique interactive, l e time-sharing
      • Un nouveau modèle d’ordinateur, opposé au traitement par lots ( batch processing )
      • Sur ordinateurs à transistors
      • Partage de l’ordinateur
      • Partage des ressources
      • Accès à distance
      • Systèmes interactifs
      Urfist de Rennes, 2011
    • 25. Origines d’internet : L’informatique interactive, les interfaces, Douglas Engelbart
      • Ingénieur-informaticien américain, très marqué par le texte de Bush de 1945
      • Chercheur au SRI (Stanford)
      • Objectif central :
        • Développement des capacités de travail coopératif à partir des ordinateurs
        • "l'augmentation" des capacités humaines d'intelligence.
      Urfist de Rennes, 2011 " Il faut trouver un moyen pour que les gens puissent travailler de façon plus proche avec une meilleure coopération et compréhension des problèmes complexes si nous voulons avoir une chance de nous en sortir ."
    • 26. Origines d’internet : L’informatique interactive, les interfaces, Douglas Engelbart
      • Deux grands axes de recherche :
      • Les interfaces graphiques:
        • Invention de la souris
        • Fondements de l’informatique interactive : traitement de texte, fenêtrage, icônes…
      • Le travail coopératif :
        • Réalisateur du premier hypertexte : NLS (oN-Line System )
        • Messagerie collective, préfiguration des groupware
      • Engelbart au croisement d’hypertexte et d’Internet
      Urfist de Rennes, 2011 Le premier « mulot », inventé en 1964 : « indicateur de position X-Y pour système d’affichage »
    • 27. Origines d’internet : l’ARPA Urfist de Rennes, 2011 1945 1958 1959-1960 1962 1968 1969 CYBERNETIQUE INFORMATIQUE INTERACTIVE ARPA / IPTO TIME-SHARING RESEAUX (Licklider) INTERFACES (Engelbart) ASSOCIATIONNISME -HYPERTEXTE
    • 28. Origines d’internet : L’ARPA , 1958 Urfist de Rennes, 2011 Défi externe : Spoutnik Oct. 1957 Défi interne : Gestion de la recherche militaire (rivalités…) Création de l’ARPA ( Advanced Research Projects Agency ) Janvier 1958 Conquête spatiale (  août 58 NASA) Recherches militaires avancées (missiles, tests nucléaires…) Pilotage centralisé de la recherche militaire Navy Army US Air Force
    • 29. Origines d’internet : L’ IPTO ( Information Processing Techniques Office )
      • Petit service de la recherche informatique au sein de l’ARPA, créé en 1962
      • Des dirigeants visionnaires (Licklider), jeunes et brillants (Sutherland, Taylor, Roberts)
      • Des moyens financiers importants
      • Une équipe très réduite (3-4 personnes)
      • Un fonctionnement souple, informel
      • Une vision de l’informatique interactive et communicationnelle
      • Un réseau de chercheurs
      • De nombreux projets de recherche avancée
      Urfist de Rennes, 2011
    • 30. Origines d’internet : la transmission par paquets Urfist de Rennes, 2011 1945 1958 1959-1960 1962 1968 1969 CYBERNETIQUE INFORMATIQUE INTERACTIVE ARPA / IPTO TRANSMISSION PAR PAQUETS TIME-SHARING RESEAUX (Licklider) INTERFACES (Engelbart) ASSOCIATIONNISME -HYPERTEXTE
    • 31. Origines d’internet : Premiers travaux sur la transmission par paquets Urfist de Rennes, 2011 Kleinrock 1961 Lincoln Lab Rapport Baran 1961-65 RAND NPL Angleterre 1966-67
      • Un mode de transmission inédit
      • Opposé à la commutation par circuits
      • Découpage des messages en paquets
      • Notion de réseau distribué (Baran)
      • Trois recherches concomitantes mais séparées
      ATT
    • 32. Origines d’internet : Premiers travaux sur la transmission par paquets
      • Rôle-clé des travaux de Paul Baran :
        • 1960-65 : idée de réseau distribué
      • Projet Baran souvent confondu avec Arpanet
      Urfist de Rennes, 2011
    • 33. Origines d’internet Urfist de Rennes, 2011 1945 1958 1959-1960 1962 1968 1969 CYBERNETIQUE INFORMATIQUE INTERACTIVE ARPA / IPTO INFORMATIQUE comme ComputerScience TRANSMISSION PAR PAQUETS TIME-SHARING Climat « libertaire » 60’s RESEAUX (Licklider) INTERFACES (Engelbart) ASSOCIATIONNISME -HYPERTEXTE
    • 34. Origines d’internet : Un projet très minoritaire, l’ ARPA Network
      • Comment est né le projet de réseau ?
        • Projet d’un homme seul : Robert Taylor , directeur de l’IPTO
      • Plusieurs raisons :
        • Économiques : partage nécessaire des ressources informatiques des universités
        • Techniques : petit réseau de l’IPTO insatisfaisant
        • Idéologiques : Taylor influencé par Licklider
      •  pas de raison militaire !
      • Février 66 : exposé du projet, accord et financement immédiat.
      • Mais nombreux obstacles au début :
        • Recrutement difficile du chef de projet : Larry Roberts
        • Oppositions des chercheurs
          • Réticences au partage des ressources
          • Incohérences techniques
      • Véritable lancement du projet : octobre 67
        • Choix des 4 premiers sites
      Urfist de Rennes, 2011
    • 35. Origines d’internet : l’émergence d’ARPANET
      • 1967-1969
      • Trois catégories d’acteurs :
        • ARPA-IPTO
        • Etudiants et chercheurs
        • Ingénieurs de BBN
      • Management du projet :
        • Dimension managériale essentielle dans la réalisation d’ARPANET :
          • « Style ARPA » : souplesse et fermeté, décentralisation et pilotage stratégique
        • Rôle-clé de Larry Roberts , « l’un des pères d’ARPANET »
      Urfist de Rennes, 2011
    • 36. Emergence d’ARPANET : NWG et RFC comme symboles de la nouvelle culture Internet Urfist de Rennes, 2011 A. Serres, Urfist de Rennes, 2010 Le Network Working Group : une équipe de jeunes chercheurs (Cerf, Crocker…) Les RFC : un système inédit de communication scientifique Valeurs des 60 ’s Inventivité (recherches sur les protocoles) Souplesse de fonctionnement Liberté d’expression Communication non-hiérarchique « Méritocratie informelle » Fondements des valeurs de l’Internet Auto-organisation
    • 37. Emergence d’ARPANET : les RFC comme mémoire technique d’Internet
      • Les RFC contiennent toutes les spécifications techniques d’Internet
        • Depuis avril 1969, 5997 RFC publiées !
      • Rôle-clé de Jon Postel , éditeur des RFC pendant 30 ans
      • RFC comme symbole de l’architecture ouverte d’Internet :
        • Publication des standards de l’ IETF ( Internet Engineering Task Force )
          • Nombreux groupes de travail
        • Soumissions indépendantes : « Anyone can write an RFC and submit it independently »
      Urfist de Rennes, 2011
    • 38. Emergence d’ARPANET : premières connexions de 1969 Urfist de Rennes, 2011 BBN Livraison des IMP SRI SDS-940 UCLA Sigma-7 UCSB IBM 360 Univ. Utah PDP-10 1ère connexion 21 novembre IMP n°2 1/10 IMP n°1 1/ 9 IMP n°4 1/12 IMP n°3 1/11
    • 39. Emergence d’ARPANET : premières connexions de 1969 Urfist de Rennes, 2011 Source : SRI International Voir aussi les différentes cartes et schémas d’ARPANET sur l’Atlas of Cyberspaces
    • 40. D’Arpanet à Internet : 1970-1990
      • Croissance, crise et fin d’ARPANET
      • Essor et multiplication des réseaux informatiques
      • TCP/IP vs X25 : la controverse des protocoles de communication
      • Grandes étapes de l’interconnexion généralisée
      • Les premières applications d’Internet
      Urfist de Rennes, 2011
    • 41. 30 ans d’Internet Urfist de Rennes, 2011 Phil LEQUESNE infoTECHnet juin 08 1970 1980 1990 2000 2010 FTP mail scientifiques ISOC IETF 1 janv 1983 IP v4 500 ordi Sept 1969 ARPANET 4 ordi mi2008 1,3 Mutil IPv6 enfoui mobilité Web semantique Web 2.0 Blogs Grand public Google Web entreprises eBay Amazon Yahoo Fev 1993 MOSAIC Vint G CERF voIP Skype P 2 P 22 nov 77 internet
    • 42. Croissance, crise et fin d’ARPANET : la croissance
      • Essor du nombre de sites connectés :
        • décembre 1969 : 4 sites
        • juin 1970 : 9 sites
        • avril 1971 : 15 sites
        • janvier 1973 : 35 sites
        • 1977 : 111 sites
        • 1981 : 213 sites
      • Internationalisation :
        • été 1973 : premières connexions internationales (Norvège, G.B.)
      • Explosion du trafic :
        • 1972 : 1 million de paquets/jour
        • sept. 1973 : 2,9 millions de paquets/jour
      • Succès de la démonstration publique d’Arpanet en 1972
      • Utilisateurs :
        • Chercheurs en Informatique des universités
        • Responsables de l’ARPA
        • Entreprises en contrat
        • Centres militaires
      • Usages :
        • Messagerie
        • Transfert de fichiers
        •  Arpanet comme libre espace d’échange de ressources
      • Caractère expérimental du réseau :
        • Recherches sur le réseau lui-même
      Urfist de Rennes, 2011
    • 43. Urfist de Rennes, 2011 Croissance, crise et fin d’ARPANET : e n 1971
    • 44. Urfist de Rennes, 2011
    • 45. Essor des réseaux informatiques : aux Etats-Unis
      • Années 7O : création et multiplication de réseaux informatiques :
        • Autres projets de réseaux de l’ARPA :
          • Réseaux radio par paquets (AlohaNet, PRNET), par satellite (SATNET)
        • Réseaux commerciaux :
          • TELENET : 1972
          • CompuServe : 1979
        • Réseaux universitaires :
          • TheoryNet ( 1977), CSNET (Computer Science research NETwork), 1979…
          • USENET
          • BITNET
        •  Deux réseaux importants pour l’histoire d’Internet
      Urfist de Rennes, 2011
    • 46. Essor des réseaux informatiques
      • Réseaux universitaires (USA):
      • USENET (Unix User Network) :
        • 1979 ; pas vraiment un réseau, mais service de conférences électroniques ;
        • Créé à l’Univ. de Caroline du Nord par des étudiants
        • « l’Arpanet du pauvre » ;
        •  création des newsgroup (forums de discussion)
      • BITNET (Because It’s Time NETwork) :
        • 1981 , Univ. de New York ;
        •  création des listserv (listes de diffusion) ;
      Urfist de Rennes, 2011
    • 47. Essor des réseaux informatiques : en Europe
      • Réseaux européens :
      • Réseau britannique du NPL (National Physical Laboratory) :
        • juin 1966 ; G.B. , Davies et Scantelbury ;
        • Réseau expérimental, puis à visée commerciale
        • Rôle-clé dans l’invention de la transmission par paquets
      • CYCLADES ( France) :
        • 1972-78 ; réseau expérimental, Délégation à l’Informatique, Louis Pouzin ;
        • Inventeur du datagramme
        • Interconnexion de 20 universités et centres de recherche
      • Intérêt de Cyclades :
        • Caractère pionnier de Cyclades
        • Mais échec du projet, à cause de rivalité télécoms/informatique
        • Retard de la France pour Internet ?
      Urfist de Rennes, 2011
    • 48. Essor des réseaux informatiques
      • 1983 : séparation d ’ARPANET en deux réseaux :
        • MILNET : réseau militaire
        • ARPANET : réseau universitaire, « épine dorsale » d ’Internet
      • 1986 : NSFNet (National Science Foundation Network)
        • devient « l’épine dorsale » de l’Internet américain et remplace ARPANET en 1989
      Urfist de Rennes, 2011
    • 49. Les protocoles de communication
      • Problème posé dès 1972 : l’interconnexion de réseaux hétérogènes
        • analogie avec l’interconnexion d’ordinateurs hétérogènes
        • Changement d’échelle
      • Essor des réseaux inséparable de recherche sur les protocoles
      • Enjeux :
        • Partage des ressources
        • Communication entre différents réseaux spécialisés, donc entre différentes communautés
        • Caractère ouvert ou non des protocoles :
          • Controverse socio-technique entre X25 et TCP/IP
      Urfist de Rennes, 2011
    • 50. Les protocoles de communication : quelques étapes
      • 1974 : mise au point de TCP ( Transmission Control Protocol ), par Vinton Cerf et Robert Kahn.
        • Objet : interconnexion de réseaux hétérogènes
      • 1976 : adoption du protocole X25 comme norme ISO :
        • interconnexion des réseaux de télécommunications
      • 1976 : mise au point de UUCP ( Unix to Unix CoPy ) :
        • Objet : interconnexion de machines UNIX
      • 1978 : TCP/IP amélioration de TCP, avec la partie IP (Internet Protocol)
        • IP gère les processus de routage, TCP contrôle le processus de connexion
        • N° IP : n° d’une machine sur le Net.
          • Ex. : 193.52.64.243
      Urfist de Rennes, 2011
    • 51. Les protocoles de communication : une controverse sociotechnique Urfist de Rennes, 2011 Standard , légitimé par l’usage Architecture ouverte, protocole passerelle. Simplicité technique. Libre accès (1983) Transmission par paquets, « sans connexion » Norme internationale ISO Architecture OSI complexe (7 couches) « Circuit virtuel », approche « orientée-connexion », inspirée du téléphone TCP/IP X 25 Même objectif mais deux conceptions des réseaux ARPA, universités américaines, NSF ; Etats-Unis, réseaux américains Informaticiens UIT, Postes (France, GB, Japon, Canada...) Grandes entreprises... Europe, réseaux européens ; Ingénieurs des télécoms Des communautés différentes Des forces différentes
    • 52. Grandes étapes de « l’ internetting » (sous TCP/IP)
      • 1977 : premières connexions entre ARPANET, AlohaNet et SATNET, grâce à TCP
      • 1981 : connexion ARPANET / CSNet (TCP/IP)
      • Janvier 1983 : TCP/IP mis dans le domaine public par l’ARPA
      •  véritable naissance d’Internet ?
      • Sept. 83 : version d’UNIX intègre TCP/IP
        • généralisation de TCP/IP dans les universités américaines et européennes
      • 1985 : adoption de TCP/IP par NSFNet
        • généralisation et succès de TCP/IP aux Etats-Unis
      • 1989 : adoption de TCP/IP par les réseaux européens
      Urfist de Rennes, 2011
    • 53. Histoire de « l’internetting » : quel bilan ?
      • Phénomène de boule de neige de l’essor des réseaux informatiques
      • Importance cruciale des protocoles :
        • Internet =TCP/IP
      • Rôle-clé des utopies techniques d’Arpanet :
        • Liberté et ouverture des standards : architecture ouverte de TCP/IP
        • Libre partage des ressources
      • Permanence des controverses socio-techniques :
        • Temps partagé/traitement par lots, TCP-IP/X 25, UNIX/Windows, Linux/Windows, libre accès/accès propriétaire…
      • Internet comme réseau de recherche et d’échange des savoirs
      Urfist de Rennes, 2011
    • 54. Applications « historiques » d’Arpanet
      • L’émulation de terminal (connexion à distance) :
        • juillet 71 : mise au point du protocole TELNET ( Terminal Emulation Network ), par Jon Postel (RFC-318)
        • Permet la prise en mains d’un serveur à distance
        • Problèmes de sécurité
        • Application utilisée jusque fin 90’, notamment pour l’interrogation à distance des catalogues de bibliothèques
          • Aujourd’hui quasiment disparue
      • Le transfert de fichiers : FTP
        • 1971 : spécifications de FTP ( File Transfer Protocol ), par Jon Postel
        • Application informatique toujours en vigueur :
          • Transfert de fichiers sur un serveur
          • Mais problèmes de sécurité
      Urfist de Rennes, 2011
    • 55. Applications « historiques » d’Arpanet : la messagerie
      • La messagerie électronique (e-mail ) :
        • Existait avant Arpanet
        • mars 72 : premiers programmes de courrier électronique, par Ray Tomlinson de BBN
        • Trouvaille de l’@ :
          • Signe de délimitation entre la personne et le nom de serveur
      • Ray Tomlinson , ingénieur de BBN et inventeur du premier protocole de courrier électronique
      Urfist de Rennes, 2011
      • Généralisation du courrier
      • électronique sur ARPANET
      Voir Evolution of Email
    • 56. Applications « historiques » d’internet et des réseaux
      • Charnière 70-80 : les services de communication de groupe :
        • 1979 : apparition des forums ( newsgroups ) sur USENET
        • 1981 : premières listes de diffusion (listserv) sur BITNET
        • 1984 : BBS ( Bulletin Board Services ) sur FidoNet
      • Charnière 80-90 : services d’information
        • 1989 : WAIS ( Wide Area Information Servers ) ; recherche d ’information dans des bases de données
        • 1989 : World Wide Web, au CERN ; système hypertexte
        • 1992 : GOPHER, Univ. du Minnesota, recherche par arborescence
      Urfist de Rennes, 2011
    • 57. Applications « historiques » : Usenet, les forums
      • Origines :
        • Groupe d’étudiants de Caroline du Nord, en 1979, en-dehors d’Arpanet (et d’Internet)
        • « L’Arpanet du pauvre »
      • Définition :
        • Usenet : abréviation de UNIX User Network (réseau des utilisateurs des machines Unix)
        • Pas un vrai réseau mais ensemble de protocoles servant à générer, stocker et récupérer des « articles » (messages)
        • Service de conférences électroniques, appelées forums ( newsgroups )
      • Usenet : à l’origine des premiers forums de discussion
        • Accessibles aujourd’hui par Google Groups
        • En perte de vitesse aujourd’hui :
          • Concurrence des forums du web
      Urfist de Rennes, 2011
    • 58. Du web au web 2.0 Urfist de Rennes, 2011
    • 59. Le début de l’histoire : 1989
      • Une idée de Tim Berners-lee : un réseau décentralisé pour son laboratoire.
      • Objectif : partager de l’informations entre scientifiques.
      • Le projet est qualifié de « vague mais prometteur » par son chef au Cern ( European Organization for Nuclear Research)
      • Mars 1989, texte de Tim Berners-Lee : « Information Management: A Proposal »
        • Proposition d’un système hypertexte, pour améliorer la diffusion des informations internes
      • Source : http:// public.web.cern.ch /public/ fr /About/History90-fr.html
      Urfist de Rennes, 2011
    • 60. Naissance et développement du web
      • World Wide Web ou Web ou WWW ou W3 ou Toile d’araignée mondiale
      • Ensemble de serveurs reliés les uns aux autres par :
          • Des liens physiques : réseau matériel, infrastructure d’Internet
          • Un protocole : HTTP (HyperText Transfer Protocol)
          • Des liens logiques (liens hypertextes), entre des pages web, identifiées par une adresse logique ( URL : Uniform Resource Locator) et structurées par le même langage de description : HTML (HyperText Markup Language)
      • Web accessible par un navigateur ( browser ) : InternetExplorer, Firefox…
        • Pour comprendre le fonctionnement du web : diaporama de BBCNews
      Urfist de Rennes, 2011
    • 61. Un territoire à exploiter…
      • 12 novembre 1990 : texte de Berners-Lee et Robert Cailliau :
        • WorldWideWeb : Proposal for a HyperText Project
        • Création du terme World Wide Web
        • Description du web, exposé des principes techniques
        • Mise en place du 1er serveur web ( Next )
        • 13 novembre : 1ère page web de l’histoire #9. La première page
        • Création du premier navigateur web
        • Tim et Robert, les nouveaux héros et pionniers des mystères du web…
      Urfist de Rennes, 2011
    • 62. 1991 : Le WWW est rendu public par T. Berners-Lee dans un message sur Usenet Urfist de Rennes, 2011
    • 63. Une capture d’écran du système Urfist de Rennes, 2011
    • 64. 1991 : extension chez les universitaires
      • Premier serveur Web des États-Unis : mis en réseau en décembre 1991 auprès du Stanford Linear Accelerator Center (SLAC), en Californie.
      • Info.cern.ch :
        • première adresse web sur un NeXT computer au CERN.
      • Toute première page : http://info.cern.ch/hypertext/WWW/TheProject
      Urfist de Rennes, 2011 Premier serveur au Cern. Décembre 1990
    • 65. La première page web Urfist de Rennes, 2011 retour
    • 66. 1993 : Mosaic
      • Le NCSA ( National Center for Supercomputing Applications ) de l'Université de l'Illinois lance le navigateur Mosaic ( Marc Andreessen )
      • Facile à installer aussi bien sur Mac que sur PC
      • Premier navigateur populaire (avant Erwisa and ViolaWWW) car intègre les images et les formulaires.
      • Navigateur graphique
      Urfist de Rennes, 2011
    • 67. Urfist de Rennes, 2011
    • 68. 1994 : la vraie naissance
      • Enfin des sites web…
      • En mai, première conférence sur le web au Cern (« Woodstock du web ») organisée par Robert Cailliau
      • La seconde en octobre intitulée « Mosaic and the web »
      Urfist de Rennes, 2011
    • 69. Des conférences de pionniers et d’initiés
      • Des récompenses et de l’innovation
      • Anecdote : Tim O’ Reilly remporte la récompense du meilleur service commercial
      • Les actes en ligne pour voir les thématiques abordées.
      Urfist de Rennes, 2011
    • 70. Naissance et développement du web : repères chronologiques
      • Grandes périodes :
        • 1989-1994 : émergence du web , création des premiers navigateurs et premiers outils ; Archie, Wanderer, Yahoo…
        • 1994-2000 : essor des trois familles d’outils (moteurs, annuaires, métamoteurs) ; domination d’Alta Vista et Yahoo ; indexation morphologique, indice de pertinence ; grands annuaires généralistes (Open Directory)
        • 2000-2004 : explosion de la « bulle internet », montée en puissance de Google ; indice de popularité ; émergence du web 2.0 (blogs, Wikipedia), et du web sémantique
        • 2004-2008 : explosion du web social, hégémonie de Google, diversification, spécialisation des outils ; indexation sémantique, généralisation des métadonnées ..
        • 2009- ? Web de données, redocumentarisation, veille ou surveillance ?
        • Voir aussi «  L’histoire et l’avenir du web  »
      Urfist de Rennes, 2011 A. Serres, Urfist de Rennes, 2011
    • 71. L’accroissement
      • Du nombre de sites
      • Du nombre d’internautes
      • 1994 :
        • Fondation de Netscape , par Marc Andreessen, distribué gratuitement
          • Essor grand public du web
        • Fondation du World Wide Web Consortium (W3C)
        • Création de Yahoo…( on en reparle après )
      Urfist de Rennes, 2011
    • 72. 1995 : Alta Vista
      • 1995 :
        • Création de MSN, Internet Explorer ; guerre des navigateurs
        • Création d’Alta Vista
        • Création de la web society : Université technique de Graz (Hyper-G), CERN, Université du Minnesota (Gopher) et l’INRIA.
      Urfist de Rennes, 2011
    • 73. Naissance et développement du web : e xplosion des sites web
      • 1992 :
        • 26 sites web
      • 1993 :
        • Juin : 130
        • Décembre : 623
      • 1994 :
        • Juin : 2738
        • Décembre : 10 022
      • 1995 :
        • Juin : 23 500
      • 1996 :
        • Janvier : 100 000
        • Juin : environ 230 000
      • 1997 :
        • Avril : plus de 1 million
      • Mars 1998 : > 2 millions
      • Janvier 1999 : 4 millions
      • Février 2000 : > 11 millions
      • Janvier 2001 : > 27 millions
      • Janvier 2002 : > 36 millions
      • Août 2003 : > 42 millions
      • Janvier 2004 : > 46 millions
      • Février 2005 : > 59 millions
      • Février 2006 : > 76 millions
      • Février 2007 : > 108 millions
      • Février 2008 : > 158 millions
      • Février 2009 : > 216 millions
      • Août 2010 : 213 458 815
      • Février 2011 : 284 842 077 sites
      • (source Netcraft )
      Urfist de Rennes, 2011
        • (source : Wikipedia )
    • 74. Naissance et développement du web : e xplosion des sites web Urfist de Rennes, 2011 Croissance Août 1995-avril 2011
    • 75. L’histoire d’un outil indispensable : le navigateur
      • Des navigateurs avant Mosaic
      • Nicola Pellow, une mathématicienne du CERN,créé le premier navigateur en mode texte associé au projet du World Wide Web. (Nom WorldWideWeb puis Nexus)
        • Erwise , développé par des étudiants de l'université d'Helsinki,
        • Midas (pour PC) conçu par Tony Johnson du SLAC,
        • Viola (Unix/PC) de l'étudiant Pei Wei de Berkeley,
        • Samba (pour Mac) créé par Robert Cailliau.
          • Source : http:// www.les-infostrateges.com /article/0505181/ historique-des-principaux-navigateurs
      • Voir Histoire des navigateurs
      Urfist de Rennes, 2011
    • 76. L’histoire d’un outil indispensable : le navigateur. Netscape
      • Nom de code : Mozilla pour Mosaic Killer…
      • Projet différent de Mosaic même si on y retrouve des créateurs du premier
      • Métaphore de la navigation et de la cybernétique :
        • Le gouvernail
        • Pour en savoir plus et pour télécharger d ’anciennes version : Netscape archive
      Urfist de Rennes, 2011
    • 77. Le symbole de l’entrée dans un nouvel univers..
      • Et l’apprentissage de la patience…
      • Le symbole mettait parfois plus de 30 secondes avant de vous charger une page…
      Urfist de Rennes, 2011
    • 78. La guerre des navigateurs. IE… le méchant ?
      • Rupture de neutralité
      • Ne respecte pas toutes les recommandations
      • MSIE avec Windows 95
      Urfist de Rennes, 2011
    • 79. La guerre des navigateurs
      • Le W3C souhaite réagir car les deux navigateurs imposent des règles différentes
        • problèmes de comptabilité.
      • 1994 : 80 % du marché pour Netscape
      • AOL rachète Netscape
      • 1998 : changement de situation :
        • Emergence du navigateur Opéra depuis 1996
        • MSIE en position de monopole (entre 80 et 90 % au début des années 2000)
        • Emergence de la technologie Gecko chez les moteurs alternatifs
      Urfist de Rennes, 2011
    • 80. La guerre des navigateurs : Netscape et Mozilla
      • 1998 : Netscape ouvre son code..
        • Objectifs : offrir de nouvelles potentialités via mozilla.org
      • Mozilla Firefox sort en 2004 et change la donne et l’équilibre
      • Le rôle de Google : support financier de Mozilla
      • Mais Google Chrome arrive et monte en puissance avec sa réputation de moteur rapide
      Urfist de Rennes, 2011
    • 81. La guerre des navigateurs : La répartition des forces actuelles
      • Source : http:// blog.britoweb.net /post/2011/03/02/ Parts-de-marche-des-navigateurs
      Urfist de Rennes, 2011
    • 82. Du web « 1.0 » au web « 2.0»
      • Web « 1.0 » :
        • Web comme collection de sites statiques, reliés par des liens logiques et seulement offerts à la consultation
        • Primauté à la publication, à la diffusion et à la recherche d’information
      • Web 2.0 :
        • Web comme plate-forme de services informatiques interactifs, fondée sur des réseaux sociaux d’usagers
        • Primauté au partage, à l’interaction, à la personnalisation
        • Web social
      Urfist de Rennes, 2011
    • 83. Du web « 1.0 » au web « 2.0» Urfist de Rennes, 2011
    • 84. L’histoire. Début été 2004
      • Dale Dougherty,
      • membre de l’équipe
      • de Tim O’Reilly (co-fondateur).
      Urfist de Rennes, 2011 2008
        • Craig Cline de MediaLive
        • Le journaliste John Battelle ( wired magazine )
    • 85. Une histoire de 5 ans ? Urfist de Rennes, 2011
    • 86. Le web 2.0 date en fait de 1999…
      • A noter aussi que le terme web 2.0 date en fait de 1999…crée par Darcy Di Nucci , consultant en design informatique dans l’article «  fragmented future »
      • The Web we know now, which loads into a browser window in essentially static screenfulls, is only an embryo of the Web to come. The first glimmerings of Web 2.0 are beginning to appear, and we are just starting to see how that embryo might develop. The Web will be understood not as screenfulls of text and graphics but as a transport mechanism, the ether through which interactivity happens. It will [...] appear on your computer screen, [...] on your TV set [...] your car dashboard [...] your cell phone [...] hand-held game machines [...] maybe even your microwave oven.
      Urfist de Rennes, 2011 Voir aussi l’article en anglais web 2.0 de wikipédia
    • 87. Quelques interrogations
      • Dale Dougherty :
        • Qualifié parfois de pionnier de l’Internet mais il est surtout le premier à développer une vision commerciale du web en créant le
        • GNN (Global Network Navigator) : premier site à inclure de la publicité en 1993 et qui fut racheté par AOL en 1995.
      • Similitude avec quelques sites qualifiés de web 2.0 et rachetés par de plus grandes entreprises.
      Urfist de Rennes, 2011
    • 88. L’influence de Craig Cline ?
      • Difficile de bien discerner la part de Craig Cline dans la formulation du terme. Ce dernier étant décédé en septembre 2006 . Son blog n’était d’ailleurs plus remis à jour depuis l’aggravation de sa maladie.
        • Tim O’Reilly ne le cite étrangement pas dans son article « pionnier » qui tente de faire le point sur le sujet.
      • Un agent du changement :
        • Craig was big like a brown bear: slow and watchful, deliberate yet excitable. He had a unique perspective on the printing and publishing industry as it went through the dramatic changes brought about by the Web. He played a valuable role in introducing the agents of change to the old guard.
      Urfist de Rennes, 2011
    • 89. Une origine quelque peu mythifiée ?
      • Malgré tout, il semble qu’il y ait bien un début historique :
        • certainement mythifié mais un début quand même à cette notion de web 2.0
        • difficile de le qualifier encore de concept.
      • Web 2.0 = New age of web = Influence des théories du New Age ?
        • Voir partie sur les imaginaires
      Urfist de Rennes, 2011
    • 90. Le rôle de John Battelle
      • Un journaliste pionnier et fondateur de Wired Magazine
      • Un prescripteur de tendances
      • Un critique et analyste de Google
      • Co-modérateur des conférences web 2.0
        • 52 000 abonnés sur twitter
        • Un blog d’analyse et de réflexions
      Urfist de Rennes, 2011
    • 91. Les conférences
      • Octobre 2004
        • Le bug de la tentative de breveter le mot web 2.0
      • Conférences comme « dépôts de service »
      • Le fameux article d’O’Reilly qui constitue un effet de définition
      Urfist de Rennes, 2011
    • 92. Les moments majeurs du web 2.0
      • Youtube comme une concrétisation technique
      • Besoin d’un milieu technique qui permet l’hébergement et la diffusion de flux importants
      • Rôle des infrastructures haut débit et des backbones
      Urfist de Rennes, 2011
    • 93. Le web 2.0 fait pleinement partie du web
      • La mort du web 2.0 ? : Le web 2.0 est mort, vive le web !
      • Terme déjà désuet ?
      Urfist de Rennes, 2011
    • 94. La mort du web ?
      • Formule choc et provocatrice de Chris Anderson
      Urfist de Rennes, 2011
    • 95. En fait des frontières plus floues
      • Voir cet article
      • Que faut-il intégrer dans le web ?
      • Un problème de catégorisation … mais un essor évident du numérique et de la production et l’échange de données
      Urfist de Rennes, 2011
    • 96. Les leaders des 90’s Urfist de Rennes, 2011
    • 97. Des aspects emblématiques d’une époque
      • Les gifs animés
      • Les barres
      • Les fonds étoilés : ambiance guerre des étoiles
      • Les frames
      • Les mentions bêta ou web 2.0
      • Autant d’aspects qui permettent de dater un site en un coup d’œil
      • Evolution des goûts
      Urfist de Rennes, 2011
    • 98. Un folklore numérique Urfist de Rennes, 2011
    • 99. Yahoo! L’évolution du web en un seul site
      • De l’annuaire
      • … au moteur
      • Jusqu’à une offre de services variées avec des rachats
      • Du classement à la captation
      • Fondée en 1994 à l’université de Stanford par David Fillo et Jerry Yang
      • Site le plus visité en 2004
      • Acronyme de Yet Another Hierarchical Officious Oracle ?
      • … Ou obligation de commencer par un Y, pour entrer dans la nomenclature des projets de Stanford, les deux créateurs s’inspirent des yahoos des voyages de Gulliver
      Urfist de Rennes, 2011
    • 100. Un simple annuaire. Ici en 1996 Urfist de Rennes, 2011
    • 101. 1997, l’annuaire s’étoffe Urfist de Rennes, 2011
    • 102. 1999, de nouveaux services : mail, Ymessenger, etc. Urfist de Rennes, 2011
    • 103. 2000… Yahoo shoping, Yahoo photos Urfist de Rennes, 2011
    • 104. 2001 Urfist de Rennes, 2011
    • 105. 2002, un annuaire bien moins visible Urfist de Rennes, 2011
    • 106. 2003 : vers la personnalisation Urfist de Rennes, 2011
    • 107. 2004 : le site le plus visité selon Alexa Urfist de Rennes, 2011
    • 108. 2005 Urfist de Rennes, 2011
    • 109. 2006 : Personnalisation et simplification Urfist de Rennes, 2011
    • 110. 2007 : le moteur mis en avant Urfist de Rennes, 2011
    • 111. 2009 : une liste de services et un moteur Urfist de Rennes, 2011
    • 112. 2010 Urfist de Rennes, 2011
    • 113. 2011 : le tout en un Urfist de Rennes, 2011
    • 114. Un web toujours plus social ?
      • Des communautés au web social ?
      • Qu’entend-on par social ?
      • Les travaux d’Howard Rheingold sur les communautés virtuelles sont déjà bien anciens
      • Remettre l’engouement pour le web social dans une perspective historique depuis Arpanet
      Urfist de Rennes, 2011
    • 115. Courte histoire des réseaux sociaux Urfist de Rennes, 2011
    • 116. Evolutions en cours et à venir. Et 1… et 2… et 3… et 4. 0 ? Urfist de Rennes, 2011 Source : Livre Blanc Aproged)
    • 117. J'ai tout compris au Web Sémantique ! Urfist de Rennes, 2011 Source : Autrans Atelier Web sémantique
    • 118. Le web sémantique
      • Vers un Web sémantique :
        • Recherches « intelligentes » de ressources pré-indexées
        • Travaux en cours sur les ontologies, les métadonnées
        • Web des données
      • Coexistence de différents webs : documentaire, social, sémantique
      Urfist de Rennes, 2011
    • 119. Le web sémantique
      • Constat des insuffisances du « web 1 » :
        • absence de description et d’indexation des ressources
        • hétérogénéité des formats…
        • pas de structure explicite du web : pas d’exploitation de la signification des liens entre les documents
      • Objectifs de nombreux travaux, depuis 10 ans :
        • meilleure structuration du web, exploitation sémantique de la nature du web (« Semantic Web »)...
        • Acteur principal : W3C
      • Diversité des expressions : « web sémantique », « web 3.0 », « web intelligent »…
        • Vision de T. Berners-Lee d’un « web des données »
      Urfist de Rennes, 2011
    • 120. Le web sémantique
      • L'information et les services sur le Web sont aujourd'hui peu exploitables par des machines … Et de moins en moins exploitables sans l'aide des machines …
      • Le web de demain :
        • un vaste espace d'échanges de ressources entre machines permettant l'exploitation de grands volumes d'informations et de services variés, aidant les utilisateurs en les libérant d'une (bonne) partie de leur travail de recherche, et de combinaison de ces ressources
      Urfist de Rennes, 2011
    • 121. Le web sémantique
      • Le web sémantique pour quoi faire ?
        • Exemple de Tim Berners-Lee de la recherche automatisée pour la consultation d’un médecin
      Urfist de Rennes, 2011
    • 122. Le web sémantique
      • Principes et outils du web sémantique :
        • quadruple normalisation nécessaire, quatre directions de recherche :
          • identification des ressources numériques : les URI (Uniform Resource Identifier)
          • description des ressources : systèmes de métadonnées, RDF
          • structuration des documents numériques : XML
          • indexation des ressources : langages de description, thésaurus, ontologies, classifications…
        • principe fondamental du web sémantique:
          • séparation du contenu des documents de l’organisation de ce contenu
      Urfist de Rennes, 2011
    • 123. Le web sémantique : les métadonnées, RDF (Resource Document Framework)
      • Langage de description des ressources, et cadre conceptuel pour les métadonnées
        • 1ère version en 1999, finalisé en 2004 par le W3C
      • RDF fondé sur notion de triplet :
        • Une métadonnée = un couple : propriété + valeur
        • Description d’une ressource = un triplet : ressource + propriété + valeur
          • Sujet, prédicat, objet
            • Sujet : ressource à décrire
            • Prédicat : une propriété applicable à cette ressource
            • Objet : valeur de cette propriété
      Urfist de Rennes, 2011
    • 124. Le web sémantique : les triplets RDF
      • Notion de triplet :
        • Association d’une propriété à une ressource , ainsi que la valeur de cette propriété
      • Exemple :
        • Notre Dame de Paris est un roman dont l’auteur est Victor Hugo
        • Deux éléments de description possibles :
          • Notre Dame de Paris est un roman
          • Notre Dame de Paris a pour auteur Victor Hugo
        • Deux triplets :
          • Notre Dame de Paris, type, roman
          • Notre Dame de Paris, auteur, Victor Hugo
      Urfist de Rennes, 2011
    • 125. Le web sémantique : les triplets RDF
      • Comment faire comprendre aux machines la requête : quel est l’auteur du roman « Notre Dame de Paris » ?
        • Eviter le bruit de l’analyse morphologique
        • Etablir des règles comprises par le système d’information :
      Urfist de Rennes, 2011 Source : Interstice
    • 126. Le web sémantique : les triplets RDF
      • Exemple de recherche sur Victor Hugo :
      Urfist de Rennes, 2011 Source : Interstice
    • 127. Le web sémantique : les ontologies
      • Condition du web sémantique : des ressources bien indexées
        • langages de description, thésaurus, classifications, ontologies…
      • Enjeu : avoir des outils communs, normalisés, pour permettre une indexation automatisée et sémantique des ressources
      •  Analogie avec les langages documentaires
      Urfist de Rennes, 2011
    • 128. Le web sémantique : les ontologies
      • A l'origine, terme philosophique (science de l'être).
      • En informatique : ontologie = une représentation des connaissances et la définition de catégories.
        • Une ontologie structure les termes d'un domaine, en établissant des relations de proximité entre eux, du type "partie de".
      • Une ontologie : une vue commune, partagée par une communauté, sur un domaine de connaissance
        • Exemple du tourisme
      Urfist de Rennes, 2011
    • 129. Le web sémantique
      • Quelles conséquences ?
        • Travail en profondeur dans la « trame » des documents, notion de « granularité » de l’information
        • possibilités inédites de recherche intelligente sur le contenu
        • nouvelles formes de représentation de l’information : en amont (conception avec XML), en aval (recherche)
      Urfist de Rennes, 2011
    • 130. Le web sémantique : quelle réalité ?
      • « Invisibilité » du web sémantique , mais explosion des triplets RDF : 10 Mrds de triplets en ligne ! (selon F. Gandon)
      • Nombreuses réalisations, nombreux projets de recherche en cours.
      • Quelques exemples :
        • Les solutions Mondeca
          • Ex. du Portail touristique de la Nièvre
            • Agrégation de sources diverses
            • Utilisation de la géolocalisation
            • Aspects sémantiques à partir de relations entre des classes d’objets
        • Catalogue Cismef du CHU Rouen
        • Bibliothèque numérique européenne Europeana
        • Moteur sémantique Portail Culture.fr , Collections
        • Voir «  Web sémantique : quelles applications aujourd’hui ?  »
      Urfist de Rennes, 2011
    • 131. Evolutions en cours
      • Internet 1ère génération (1970)
        • Accès direct entre les machines (Arpanet)
          • telnet, ftp…
      • Internet 2ème génération (1990)
        • World Wide Web
          • HTTP, HTML
        • Hyperliens de page a page
          • Internet devient une toile (Web)
        • L’utilisateur est au centre du Web
          • Mais la publication est difficile
      • Internet 3ème génération (2000)
        • Technologies pair-à-pair
          • L’information n’est plus liée au réseau
            • Plus de notion de serveur
      • (d’après Nicolas.Lumineau)
      Urfist de Rennes, 2011
    • 132. Evolutions en cours : les trois couches Urfist de Rennes, 2011 A. Serres, Urfist de Rennes, 2010
    • 133. Evolutions en cours : le projet de GGG
      • Evolution du World Wide Web vers un Giant Global Graph , selon Tim Berners-Lee
      • Distinction de trois niveaux :
        • Les infrastructures : le Net
          • Relie les machines
        • La plate-forme de contenus : le Web
          • Relie les documents
        • Le graphe social : social networking et web sémantique
          • Relie les hommes et leurs ressources
      • Articulation des dimensions sociales et sémantiques du web.
      • Voir le billet de Francis Pisani
      Urfist de Rennes, 2011
    • 134. Evolutions en cours : le projet de GGG
      • Deux conceptions du Giant Global Graph :
        • Mark Zuckerberg (PDG de Facebook):
          • “ C’est l’ensemble des relations de toutes les personnes dans le monde. Il y en a un seul et il comprend tout le monde. Personne ne le possède. Ce que nous essayons de faire c’est de le modéliser, de représenter exactement le monde réel en en dressant la carte (to mirror the real world by mapping it out).” (source : F. Pisani )
          • Représentation graphique de toutes les interactions des internautes
          • Approche « fermée », centralisatrice : GGG contrôlé par Facebook
      Urfist de Rennes, 2011
    • 135. Evolutions en cours : le projet de GGG
      • Deux conceptions du Giant Global Graph :
        • T. Berners-Lee :
          • “ ce ne sont pas les sites de social networking qui sont intéressants – c’est le Social Network lui-même. La façon dont je suis connecté, pas la façon dont mes pages web sont connectées. Nous pouvons utiliser le mot “graphe” maintenant pour le distinguer du Web”
          • Graphe social: pas seulement les réseaux sociaux, mais tous les supports d’interaction
            • Messageries, blogs, services collaboratifs…
          • Agrégation de données hétérogènes, pour représenter les relations et les documents
          • Proposition d’infrastructure ouverte, partagée, distribuée, avec des standards ouverts
      Urfist de Rennes, 2011
    • 136. Net – Web - Graph Urfist de Rennes, 2011 Seuil « technologique » Seuil d’interaction / de production Seuil de rétroaction / perméabilité GRAPH = Relations sociales WEB = plateforme de contenus NET = infrastructure
    • 137. Evolutions en cours et à venir
      • Internet « AAA » :
        • Anyone, anywhere, anytime
        • Internet dans les objets
      • Révolution de IPv6 :
        • Codage des adresses des machines sur 128 bits , au lieu de 32 bits pour IPv4
        • augmentation quasi-infinie du nombre d'adresses disponibles :
          • passage de 4 milliards d'adresses avec IPv4 à plus de 300 milliards de milliards de milliards de milliards !
          • Illustration (d'après J.M. Cornu) :
            • dans les 10000 milliards de milliards d'étoiles de l'univers
            • avec trois planètes habitables pour étoile
            • si chaque planète est habitée par 10 milliards d'habitants
            • IPv6 pourrait attribuer à chaque personne 100 000 adresses !!
        • « Disparition », dissémination d’internet, interconnexion généralisée
      Urfist de Rennes, 2011
    • 138. Objets communicants mobiles any Time /any Where /any Device (Xavier DALLOZ)
      • Mobilité : généralisation du « sans fil »
      • En voiture : GPS géolocalisation
      • Chez soi : convergence domotique
        • TV magnetoscope, photo,clim ...grille-pain !!!
      • Sur soi : PAN
        • smart cards / cartes à puces
        • Téléphone à tout faire
        • iPod / clé USB
        • Photo numérique / camescope
      Urfist de Rennes, 2011 Phil LEQUESNE intechnet sept 2007 -> IPv6
    • 139. Imaginaires, mythes et discours Urfist de Rennes, 2011
    • 140. L’imaginaire comme constituant du réel
      • La littérature d’anticipation
      • Une préparation à la nouveauté voire un développement d’aspirations
      Urfist de Rennes, 2011
    • 141. L’effet boomerang ou l’utopie permanente
      • Mythe démocratique
      • Mythe de l’accès universel au savoir
      • Mythe de l’opposition virtuel/réel
      • Mythe de la décorporalisation
      Urfist de Rennes, 2011 Sur ces points, voir aussi les diaporamas des « liaisons numériques » d’Antonio Casili .
    • 142. Des préfigurations du réseau
      • Paris au XXème siècle de Jules Verne : «  le réseau télégraphique couvrait alors la surface entière des continents et le fond des mers  »
      • Paul Otlet dans le Traité de documentation (1934) :
        • « On peut imaginer le télescope électrique, permettant de lire de chez soi des livres exposés dans la salle teleg des grandes bibliothèques, aux pages demandées d’avance. Ce sera le livre téléphoté ».
      • La référence à Xanadu de Ted Nelson, créateur du terme hypertexte. Xanadu : capitale de Kubilai Khan, Citizen Kane
      Urfist de Rennes, 2011 Source : L’imaginaire de l’Internet et son évolution
    • 143. L’application d’Owni pour naviguer dans les textes
      • L’Internet se manifeste
      • Internet et le web comme autant d’espaces à imaginer politiquement, socialement, etc.
      • Une nouvelle utopie ?
      Urfist de Rennes, 2011
    • 144. Les autoroutes de l’information et la démocratie
        • « L’infrastructure globale de l’information ne sera pas seulement une métaphore de la démocratie en marche, elle en fera la promotion en accroissant considérablement la participation des citoyens dans le processus de décision. […] Je vois un nouvel âge athénien de la démocratie forgé dans les forums créés par l’infrastructure globale de l’information »
        • GORE Al, 1994, Discours à la rencontre de l’Union internationale des télécommunications (uit), Buenos-Aires, 21 mars, <http://www.goelzer.net/telecom/al-gore.html>.
      • Cité par Eric George < http://www.observatoire-omic.org/documents/file/GPB_08_03_26_George.pdf>
      Urfist de Rennes, 2011
    • 145. Discours enchantés ou apocalyptiques
      • L’absence d’une culture technique
      • La lutte entre technophiles et technophobes
        • “ Les technologies, notamment celles qui sont qualifiées de plus en plus de réseautiques tendent à porter de plus en plus des discours de type messianique dans un monde désenchanté” (Musso, 2000).
      Urfist de Rennes, 2011
    • 146. Une mise en scène ?
      • Pierre Musso qui voit une « co-émergence d’une mutation technique et d’un imaginaire qui lui est associé, comme s’il fallait mettre en scène la mutation pour la promouvoir et la réaliser, voire inventer des usages. »
      Urfist de Rennes, 2011
    • 147. Le village global
      • McLuhan et Harold Innis
        • 1962 : De la galaxie Gutenberg à la galaxie Marconi
      • médiasphères de Debray
      • Interview dans Playboy en 1969
      • Voir aussi anciens messagers, nouveaux médias de la Bibliothèque et archives du Canada (BAC)
      Urfist de Rennes, 2011 Medium is message
    • 148. Un village avec une palabre informatisée
        • « La palabre orale, avec ses rituels, équilibrait le village. La palabre informatisée, et ses codes, doit recréer une &quot;agora informationnelle&quot; élargie aux dimensions de la nation moderne. Ainsi se dégageront, progressivement, des accords, des compromis. Ils exprimeront un consensus engageant des collectivités de plus en plus larges, des perspectives de plus en plus lointaines » (Nora, Minc, 1978, p. 124).
      Urfist de Rennes, 2011
    • 149. La noosphère
      • Teilhard de Chardin
      • La sphère des esprits
      • Une théorie qui inspire certains analystes du web sémantique…
      • Un autre mélange de genres avec des références à la Fadben, au web 2.0 et à la noosphère
      Urfist de Rennes, 2011
    • 150. Une culture informatique et celle des hackers
      • «  Cette culture des hackers partage le même refus de l’informatique centralisée dont IBM était à l’époque le symbole. La grande différence entre les deux cultures vient de ce que les hackers ont une vision beaucoup plus large de l’usage et de l’avenir de l’informatique. Ce n’est pas seulement un outil intellectuel pour universitaires, mais un dispositif à mettre entre les mains de tous, capable de bâtir non seulement de nouveaux collèges invisibles, mais aussi une nouvelle société  »
        • Patrice Flichy
      Urfist de Rennes, 2011
    • 151. La décorporalisation
      • La tendance est alors à la décorporalisation  de l’homme ou mutation organique du réseau comme le décrit Joêl de Rosnay
      • Pierre Musso parle alors de dissolution du corps et décrit une transformation où le religieux est présent  [18] :
        • « Ultime étape de l’ascèse cyberspatiale : le complément du branchement cerveau-ordinateur sur la matrice, c’est la désincarnation du corps. Dans les cerveaux du cyberespace, le statut du corps se modifie : l’esprit domine (comme cerveau-réseau-ordinateur), il s’immerge, navigue et disparaît « dans » les mailles du filet. Ce sont des « anges » désincarnés qui communiquent. (…) Ainsi est restauré le dualisme qui survalorise l’esprit-cerveau, au détriment du « corps-viande ». Il s’agit de devenir des « purs esprits », vieux rêve mystique réalisé par l’ordinateur en réseau. »
      Urfist de Rennes, 2011
    • 152. La figure du cyborg
      • Nouveau Golem ?
      • Manifeste du cyborg de Dona Haraway
        • « Le cyborg est un organisme cybernétique, hybride de machine et de vivant, créature de la réalité sociale comme personnage de roman. La réalité sociale est le vécu des relations, notre construction politique la plus importante, une fiction qui change le monde. Les divers mouvements féministes internationaux ont autant construit “ l’expérience des femmes ” qu’ils ont mis à découvert ou fait la découverte de cet objet collectif crucial. Cette expérience des femmes est une fiction et un fait de la plus haute importance politique. La libération nécessite que l’on construise la conscience de l’oppression et des possibles qui en découlent, qu’on les appréhende en imagination. Le cyborg : question de fiction et de vécu, qui change ce qui compte en tant qu’expérience des femmes en cette fin de XXe siècle. Il s’agit d’une lutte de vie et de mort, mais la frontière qui sépare la science-fiction de la réalité sociale n’est qu’illusion d’optique. »
      Urfist de Rennes, 2011
    • 153. L’homme augmenté
      • Les discours du transhumanisme (voir les travaux de Raymond Kurzweil )
      • Le mythe du cyborg
      • Les théories de l’augmentation. Douglas Englebart et son centre de recherche sur l'augmentation de l'intelligence humaine
      • Souris, et interfaces graphiques
      Urfist de Rennes, 2011
    • 154. Le cyberespace
      • «  Comme le Far West, le cyberespace alimente bien des fictions, qui alimentent elles-mêmes la réalité. Comme les cow-boys au début du 20 ème siècle, les cyberpunks influencent aujourd’hui la construction sociale d’un monde encore embryonnaire. »
      • André-Claude Potvin
      Urfist de Rennes, 2011
    • 155. Cyberspace : un vocabulaire de SF
      • Terme créé par William Gibson
      • 1984 : Neuromancer… Neuromancien
      Urfist de Rennes, 2011
    • 156. Le mouvement cyberpunk
      • &quot;Le mouvement cyberpunk provient d'un univers où le dingue d'informatique et le rocker se rejoignent, d'un bouillon de culture où les tortillements des chaînes génétiques s'imbriquent.&quot;
        • Bruce Sterling, Greg Bear. Mozart en verres miroir  .J’ai lu. Folio. 2001
        • Source : http:// www.guidedesegares.info /2005/12/07/ linfluence-cyberpunk-sur-les-representations-de-linternet /
        • Voir aussi Cory Doctorow
      Urfist de Rennes, 2011
    • 157. Le monde du neuromancien
      • « Pour créer des univers de fictions, je pars plus de mon intuition que de ce qui est logique, car pour moi le monde dans son ensemble est illogique. Quand j'ai commencé à m'intéresser aux ordinateurs je n'y connaissais rien, mais j'aimais bien le principe de l'interface, donc j'ai déconstruit le langage informatique et l'ai reconstruit à ma façon pour montrer ce que la technologie pourrait devenir. Et ce que j'ai imaginé a, en retour, commencé à influencer ceux qui fabriquent les machines. Tout ça n'a rien de rationnel. »
      • Interview de William Gibson par les humains associés .
      Urfist de Rennes, 2011
    • 158. Mise à distance ou rapprochement par la technique ?
      • Fusion de deux corps : le réel et le virtuel : matrix, etc.
      • Cyberanthropologie
      • Selon Amber Case : rapprochement permis par les outils sociaux
      • Le web 2.0 permettrait de passer outre la séparation et ferait du web un outil parfaitement intégré au réel
      Urfist de Rennes, 2011
    • 159. L’influence cybernétique
      • Néfaste selon Céline Lafontaine qui parle d’un Empire cybernétique…Norbert Wiener en Dark Vador ?
      • « L’utopie de la communication » selon Philippe Breton, avec Wiener en instigateur d’une nouvelle forme de barbarie
      • Critique de l’ouvrage dans Terminal en 1993
      • En fait, incompréhension et oubli de la richesse de la pensée autour de la cybernétique.
      • Echec relatif d’un projet et récupération d’une partie de l’imaginaire
      Urfist de Rennes, 2011
    • 160. Des craintes face à l’impérialisme technologique
      • « Il y a eu une tyrannie de l'espace réel avec l'empire et la colonie. (Rome, pour aller vite). Aujourd'hui la tyrannie se déplace dans le virtuel, vers une nouvelle concentration. Autant la mondialisation des échanges d'homme à homme est une chose merveilleuse, autant l'interactivité mondiale est à mon avis une chose redoutable. Je suis internationaliste, mon père était émigré, et je ne suis pas en train de me replier sur le nationalisme. Je suis d'accord avec une citoyenneté du monde qui respecterait toutes les différences spatiales, culturelles... Mais je redoute la suprématie d'un temps mondial unique, d'un temps cosmique d'unification appliqué à la terre. Car l'unification est forcément tyrannique. C'est ça le vrai cyberspace, ce n'est pas le visio-casque. Il y a un grand danger et il faut se battre car cette évolution n'est pas fatale. »
      • Paul Virilo . Hiver 1993 dans Terminal, 62
      Urfist de Rennes, 2011
    • 161. Indépendance du cyberespace
      • La déterritorialisation comme concept…
      • 1996 : Déclaration d’indépendance. Rédigée par John Perry Barlow
      • Démonstration d’une volonté d’échapper aux gouvernants habituels
      • De l’indépendance à la neutralité ?
      Urfist de Rennes, 2011
    • 162. Cyberculture
      • Rémi Sussan montre les divers itinéraires des utopies « numériques »
      Urfist de Rennes, 2011
    • 163. 1994 : Pierre Lévy donne un cadre
      • L’intelligence collective. Pour une anthropologie du cyberspace .
      • Une des premières tentatives d’analyse du phénomène web
      • Démarche sociotechnique
      • Voir aussi l’analyse de Jean Louis Weissberg dans terminal
      Urfist de Rennes, 2011
    • 164. La Société de l’information
      • L’informationalisme (Daniel Bell, 1974)
      • L’idée que tout est calculable
      • Daniel BELL. Vers une société post-industrielle . Robert Laffont, 1974
      • Voir « Histoire de la notion d’information » de Jérôme Ségal
      Urfist de Rennes, 2011
    • 165. L’oubli de la matérialité
      • Vers des interfaces invisibles ?
      • « Je pense que lorsque l'interface sera vraiment élégante, elle sera devenue invisible. » William Gibson
      Urfist de Rennes, 2011
    • 166. Le mythe de la dissociation information et communication
      • « La révolution numérique a permis la convergence de deux domaines technologiques autrefois disjoints, celui de la communication et celui de l’information : les réseaux sont devenus intelligents et les ordinateurs, communicants. C’est l’extension progressive de cette convergence à l’ensemble des secteurs économiques qui, en changeant les modes de production et de consommation, constitue la base d’une nouvelle révolution industrielle. »
        • Nicolas CURRIEN, Pierre-Alain MUET. Société de l’information in Rapport sur la société de l’information . Conseil économique et social. 2004. p.10 Disp. sur : <http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/044000180/0000.pdf>
      Urfist de Rennes, 2011
    • 167. La mesure du web
      • L’homme est la mesure de toute chose
      • Mesurer le web et le cyberespace
      • Atlas du cyberespace
      • L’imaginaire d’une toile interconnectée remis en cause par la théorie du nœud papillon
      Urfist de Rennes, 2011
    • 168. L’Education permanente
      • Voir le texte d’Hervé Le Crosnier dans terminal 75 en 1997
      • Savoirs déconnectés et partagés (voir World philosophie de Pierre Lévy) et le projet des arbres de connaissances.
      • Les réseaux qui permettraient la formation directe : voir le learning center actuellement
      Urfist de Rennes, 2011
    • 169. L’esprit dans la machine
      • L’idée d’une intelligence artificielle
      • De virus, bots, indépendants
      Urfist de Rennes, 2011
    • 170. Métaphores ou architextes ?
      • Métaphores qui induisent en erreur ? Métaphore de la page?
      • Ou normes et formes à l’intérieur de la machine
      Urfist de Rennes, 2011
    • 171. Les deux fossés (B. Bachimont) Urfist de Rennes, 2011
    • 172. Enjeux socio-techniques : la question de la neutralité
      • «  La neutralité du Net est un principe fondateur d'Internet qui garantit une séparation forte entre le réseau (dont le rôle unique est de transporter les données) et les applications en périphérie (qui seules sont en mesure de gérer ces données). La neutralité implique donc l'exclusion de toute discrimination par le réseau en fonction de la source, de la destination ou du contenu des données transmises  » (d’après Rapport de La Quadrature du Net )
          • Voir aussi billet sur Homo Numericus
      Urfist de Rennes, 2011
    • 173. Enjeux socio-techniques : la question de la neutralité
      • Problèmes liés à la neutralité du réseau :
        • Encombrement de bande passante :
          • Peer-to-peer
          • Augmentation du transfert de vidéos…
      Urfist de Rennes, 2011
    • 174. Enjeux socio-techniques : la question de la neutralité
      • Problèmes liés à la neutralité du réseau:
        • Absence de filtrage des contenus :
          • Prolifération des contenus indésirables
        • Violations du droit d’auteur…
        • Problèmes de sécurité du réseau…
        • Problème de l’accès par les téléphones mobiles
      Urfist de Rennes, 2011
    • 175. Enjeux socio-techniques : la question de la neutralité
      • Deux enjeux majeurs de la neutralité du réseau :
        • Libre circulation des contenus et services :
          • Liberté d’information menacée :
            • Si réseau devient non neutre, accès impossible aux documents de son choix
            • Contrôle de l’information par diffuseurs
          • Liberté d’expression entravée
        • > Valeur constitutionnelle de la liberté d’accès à internet
      Urfist de Rennes, 2011
    • 176. Enjeux socio-techniques : la question de la neutralité
      • Deux enjeux majeurs de la neutralité du réseau :
        • Garantie de l’innovation et de la concurrence
          • Internet neutre = plateforme de services ouverte à tous les acteurs ; possibilité de nouveaux entrants
            • Ex. de Google, Facebook…
        • Si réseau devient non neutre :
          • Innovation menacée :
            • Processus d’innovation raréfiés
          • Concurrence faussée :
            • Renforcement des positions acquises, des monopoles
            • Distorsions de concurrence
              • Ex. de Skype sur réseaux de téléphonie mobile
      Urfist de Rennes, 2011
    • 177. Enjeux socio-techniques : la question de la neutralité
      • Remises en cause de la neutralité du réseau :
        • Par opérateurs de télécommunications :
          • Gestion discriminatoire des trafics et des usagers
        • Par les états :
          • Volonté de filtrage des contenus internet
          • « Ecoutes numériques » aux USA
          • Pression de l’industrie musicale et audiovisuelle
        • Par les géants du web :
          • Accord Google / Verizon d’août 2010
          • Acheminement différencié des services en ligne
          • Hiérarchie tarifaire
      Urfist de Rennes, 2011
    • 178. Enjeux socio-techniques : la question de la neutralité
      • Enjeux économiques énormes :
        • Tarifs différenciés pour les éditeurs de services en ligne
        • Restructuration du marché de la télévision et de la VoD sur le web
        • Marché du mobile
          • Concurrence Google/Apple
            • Voir article d’H. Le Crosnier
        • Risques de concentration des monopoles :
          • Fusion des industries de contenus et des « industries de compteurs »
      • Changement de modèle économique d’internet ?
      Urfist de Rennes, 2011
    • 179. Enjeux socio-techniques : la question de la neutralité
      • Débats politiques en cours :
        • Positions des gouvernements, de la FCC, de la Commission Européenne… pour la neutralité
          • Mais pression des opérateurs
        • Propositions récentes de l’ARCEP
      • Risques d’éclatement d’internet ?
        • Des réseaux OrangeNet, AOLNet, GoogleNet… ?
      • Un débat politique et citoyen
      Urfist de Rennes, 2011
    • 180. En guise de conclusion
      • Connaissance de l’histoire d’Internet comme élément essentiel des cultures informationnelle et numérique
      • Permet la compréhension :
        • Du fonctionnement d’internet
        • Des enjeux socio-techniques
        • Des évolutions à venir
      Urfist de Rennes, 2011

    ×