Questions, méthodes et outils sur les Archives Ouvertes
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share

Questions, méthodes et outils sur les Archives Ouvertes

  • 4,941 views
Uploaded on

Support du stage de l'URFIST de Rennes, " Questions, méthodes et outils sur les Archives Ouvertes", animé par Marie-Laure Malingre et Alexandre Serres, le 22 avril 2014 à Rennes.

Support du stage de l'URFIST de Rennes, " Questions, méthodes et outils sur les Archives Ouvertes", animé par Marie-Laure Malingre et Alexandre Serres, le 22 avril 2014 à Rennes.

More in: Education
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
4,941
On Slideshare
3,875
From Embeds
1,066
Number of Embeds
4

Actions

Shares
Downloads
75
Comments
0
Likes
3

Embeds 1,066

http://www.sites.univ-rennes2.fr 743
http://www.scoop.it 321
http://webcache.googleusercontent.com 1
http://www.pearltrees.com 1

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide
  • A noter :
    l’augmentation vertigineuse des coûts d’abonnement des revues : + 402 % en 25 ans !
    Abonnement à une revue STM :entre 400 et 2500 € par an, avec des pics astronomiques : Brain Research : 17800 € la version papier
    En SHS, coût moyen : 370 €
    Aug mentation plus régulière du coût des monographies : + 71 % en 25 ans
    Mouvement de + en + massif de désabonnement des universités aux revues scientifiques :
    UPMC : désabonnement de Science, qui demandait une augmentation de 100 % !
    - voir https://www.mysciencework.com/news/11105/epidemie-de-desabonnements-aux-revues-scientifiques
  • Dernière nouvelle :
    Du 2 au 4 décembre, l’INRIA a co-organisé, avec le Max Planck, la conférence Berlin 7 sur le libre accès à l’information scientifique et technique ;
    signature, le 3 décembre, de la Déclaration de Berlin (du 22 octobre 2003) par 9 universités représentées par Lionel Collet, président de la CPU :
    Université Henri Poincaré - Université de Limoges - Université du Mans - Université de Nantes - Université de Nice - Université Paris Descartes - Université de Poitiers - Université de Provence - Université de Rennes 2
    Déclaration de Berlin : engagement des institutions, visant à « encourager nos chercheurs et boursiers à publier leurs travaux selon les principes du paradigme du libre accès ;
    encourager les détenteurs du patrimoine culturel à soutenir le libre accès en mettant leurs ressources à disposition sur l’Internet ;
    développer les moyens et les modalités pour évaluer les contributions au libre accès et les revues scientifiques en ligne pour maintenir les critères d’assurance qualité et d’éthique scientifique ;
    agir favorablement pour que les publications en libre accès soient jugées lors des évaluations intervenant dans le cadre de la promotion professionnelle et académique ;
    illustrer les mérites intrinsèques du libre accès et des contributions à une telle infrastructure par le développement d’outils logiciels, la fourniture de contenus, la création de métadonnées, la publication d’articles ».
  • UK PubMed Central : il la recommande pour le dépôt d’articles, dans le domaine des sciences de la vie, dans le cas où il finance les recherches.
  • « Promouvoir le libre accès aux publications et aux données de la recherche publique et de faire du libre accès aux publications un principe général applicable aux projets financés par les programmes-cadres de recherche de l'UE. »
  • http://www.peerproject.eu/fileadmin/media/ppt_about_peer/JM_AEF119545_20090915.pdf

Transcript

  • 1. 1 Marie-Laure Malingre et Alexandre Serres URFIST de Rennes 22 avril 2014 Questions, méthodes et outils sur les Archives Ouvertes
  • 2. 22
  • 3. 3 • 1. Introduction – Définition, repères historiques, enjeux du Libre Accès • 2. Quelles politiques du Libre Accès? – Au niveau européen – Au niveau français • 3. Le paysage des Archives Ouvertes – Plateformes et protocole OAI – Dans le monde, en France • 4. Rechercher dans les Archives ouvertes • 5. Déposer dans les Archives Ouvertes • 6. Quelques questions vives – Difficultés, obstacles – Questions juridiques – Questions politiques et scientifiques • 7. Ressources SOMMAIRE
  • 4. 4 1.Introduction : Définition Repères historiques Enjeux autour du Libre Accès
  • 5. 5 • De l’importance des majuscules : quelle différence entre libre accès et Libre Accès (Open Access) ?  Selon l’Initiative de Budapest pour l’Accès Ouvert :  « le libre accès à la littérature scientifique est sa mise à disposition gratuite sur l’Internet public, permettant à tout un chacun de lire, télécharger, copier, transmettre, imprimer (…), ou s’en servir à toute autre fin légale, sans barrière financière, légale ou technique autre que celles indissociables de l’accès et l’utilisation d’Internet. » (d’après Libre Accès Inist). Introduction : définition
  • 6. 6  Trois principes fondamentaux :  accessibilité :  de toute la littérature scientifique  pérennité :  accessibilité garantie sur le long terme, par le recours à des formats de diffusion et des protocoles communs, permettant l’intéropérabilité des contenus  gratuité de l’accès :  condition-clé de l’accessibilité des travaux scientifiques.  Utilisation et réutilisation des contenus dans le respect du droit d’auteur Introduction : principes du Libre Accès
  • 7. • Mouvement historique du Libre Accès : • L’une des mutations profondes des circuits et des processus de publication et de diffusion de l’IST • Trois raisons à la base du Libre Accès : – Problème du coût des revues scientifiques – Monopole des revues sur la publication scientifique – Délais de publication • Difficultés d’accès à l’IST Introduction : repères sur le Libre Accès
  • 8. 8 Introduction : l’envolée des coûts des revues
  • 9. 9 Introduction : l’envolée des coûts des revues • Une question brûlante : – Voir les désabonnements massifs des universités aux revues scientifiques, en 2013 et 2014 : • UPMC : # Science • Paris Descartes : # 34 titres • Couperin vs APS (American Physical Society) • Belgique : pétition de chercheurs • Univ. de Montréal : # 1142 revues de Wiley Online • Et si même Harvard ne peut plus payer… – Position de Steve Harnad
  • 10. Les autres chercheursLes autres chercheurs ne peuvent accéder aune peuvent accéder au post-tirage quepost-tirage que si leursi leur université est abonnéeuniversité est abonnée à la revue où il està la revue où il est publiépublié Le post-tirage est accepté,Le post-tirage est accepté, validé et publié par une revuevalidé et publié par une revue LE CYCLE D’IMPACTLE CYCLE D’IMPACT DÉMARRE :DÉMARRE : La recherche se faitLa recherche se fait Le chercheur écritLe chercheur écrit le « prétirage » dele « prétirage » de son articleson article Le prétirage estLe prétirage est soumis à une revuesoumis à une revue Le prétirage est évalué parLe prétirage est évalué par un comité de lectureun comité de lecture Le prétirage corrigé par l’auteurLe prétirage corrigé par l’auteur devient un «post-tirage»devient un «post-tirage» 12-18Mois Accès restreint -- Impact RestreintAccès restreint -- Impact Restreint (d’après(d’après support Eprintssupport Eprints en libre accès)en libre accès) NOUVEAUX CYCLESNOUVEAUX CYCLES D’IMPACT : les nouvellesD’IMPACT : les nouvelles recherches s’appuient surrecherches s’appuient sur les recherches précédentesles recherches précédentes
  • 11. 11 Accès maximal -- Impact maximalAccès maximal -- Impact maximal partout, en tout temps (d’après(d’après support Eprintssupport Eprints)) NOUVEAUX CYCLES D’IMPACT : Les nouvelles recherches s’appuient sur les recherches précédentes Les autres chercheurs ne peuvent accéder au post- tirage que si leur université est abonnée Le post-tirage est accepté, validé et publié par la revue LE CYCLE D’IMPACTLE CYCLE D’IMPACT DÉMARRE :DÉMARRE : La recherche se faitLa recherche se fait Le chercheur écritLe chercheur écrit le « prétirage » dele « prétirage » de son articleson article Le prétirage est soumis à une revue Le prétirage est évalué par un comité de lecture Le prétirage corrigé par l’auteur: devient un « post-tirage » Le pré-tirage estLe pré-tirage est auto-archivé sur leauto-archivé sur le site Web desite Web de l’établissement oùl’établissement où travaille le chercheurtravaille le chercheur 12-18Mois Le post-tirage estLe post-tirage est publiépublié dans une revue à accès libredans une revue à accès libre ouou auto-archivéauto-archivé sur le site Web desur le site Web de l’établissement du chercheurl’établissement du chercheur NOUVEAUX CYCLES D’IMPACTNOUVEAUX CYCLES D’IMPACT L’impact scientifique desL’impact scientifique des articles de recherche libresarticles de recherche libres d’accès s’accroît et s’accélèred’accès s’accroît et s’accélère grâce à l’augmentation degrâce à l’augmentation de l’accèsl’accès
  • 12. 12  “Le but de l’Initiative pour l’accès libre et les motifs qui inciteront les chercheurs à auto-archiver n’est pas :  de combattre, de ruiner ou de remplacer les éditeurs  ni de résoudre les problèmes budgétaires des bibliothèques (et pourtant…)  ni de fournir un accès aux enseignants, aux étudiants et au grand public (et pourtant…)  ni de fournir un accès aux gens du Tiers Monde (et pourtant…)” (d’après(d’après support Eprintssupport Eprints en libre accès)en libre accès) Introduction : quelle problématique du Libre Accès ?
  • 13. 13 Le but de l’accès libre, c’est de :Le but de l’accès libre, c’est de : maximisermaximiser l’impactl’impact de la recherchede la recherche en maximisanten maximisant l’accèsl’accès à la rechercheà la recherche (d’après(d’après support Eprintssupport Eprints en libreen libre accès)accès)
  • 14. 14 • Libre accès (Open Access) englobe : – Revues en libre accès : la voie “d’Or” – Archives ouvertes : la voie “Verte” • Archive ouverte (Open Archive) : – Auto-publication volontaire sur un serveur, inter-opérable • Open access = gratuité totale ou partielle • Open archive initiative (OAI) = ouverture de l'architecture technique, interopérabilité • Open source = publicité du code-source des logiciels Introduction : terminologie
  • 15. Grandes voies pour accès libreGrandes voies pour accès libre ((open accessopen access) et les modèles) et les modèles économiqueséconomiques 1515 Voie verte (green road) Archives ouvertes Archives institutionnelles Archives thématiques Ici publi aussi Archive nationale/inter. Voie dorée (gold road) Revues AL Auteur-payeur Communautaire Rapport KE de (Friend, F, 2011) Source : T. Chanier
  • 16. 16  Les archives ouvertes (Open Archive) :  Réservoirs d’articles, de textes scientifiques…  Auto-archivés : libre dépôt par les chercheurs  En accès libre et gratuit  Avec des logiciels libres : E-Prints…  Accessibles sur des moissonneurs OAI  Un nouveau modèle de communication scientifique :  Alternative au monopole des revues  Libre diffusion des résultats de la recherche Introduction : définition des Archives ouvertes
  • 17. 17 Quelques repères historiques • Les prémisses : – 1991 : Création de arXiv.org (hep-th) par Paul Ginsparg • 1ere archive ouverte : Pré-publications archivées et accessibles librement • Aujourd’hui plus de 930 000 e-prints, en Physique, Mathématiques, Informatique, Biologie, Statistiques… – 1997 : Création de CogPrints par Stevan Harnad • « Scholarly skywriting » • Dépôt d’articles avant et après publication en Sciences Cognitives, puis en linguistique, biologie, philosophie, informatique • 1998 : September Forum (/ American Scientist Open Access Forum) – 1998 : • Projet Scielo – Archive initiée par le Chili et le Brésil – Extension ensuite à d’autres pays de langue espagnole et portugaise • SPARC – Autres projets • RePEc, NDLTD…
  • 18. 18 Quelques repères historiques • L’initiative pour les Archives ouvertes – 1999-2001 : mise en œuvre d’une systématisation du dispositif • 1ère Convention de Santa Fe • Open Archive Initiative (OAI) • Protocole commun OAI-PMH (Open Archive Initiative – Protocol for Metadata Harvesting) > interopérabilité des archives ouvertes • Moissonneurs OAI > OAISTER – 2000-2001 : Création du CCSD (Centre pour la communication scientifique directe) et lancement de HAL en collaboration avec l’équipe de P. Ginsparg.
  • 19. 19 Quelques repères historiques – 2002 : Déclaration de Budapest / BOAI • Promotion du libre accès aux connaissances scientifiques • Voie dorée et voie verte – 2003 : Déclaration de Berlin sur le libre accès • « promouvoir un Internet qui soit un instrument fonctionnel au service d’une base de connaissance globale et de la pensée humaine » • En France : CNRS, INSERM, INRIA, Institut Pasteur… – 2006 : en France • « Protocole d’accord en vue d’une approche coordonnée , au niveau national, pour l’archivage ouvert de la production scientifique » • Signé par les principaux organismes de recherche et établissements d’enseignement supérieur + CPU – CGE
  • 20. 20 Quelques repères historiques – 2008 : Extension de HAL en Europe • Hprints (SHS, pays nordiques) – 2010 : • Proposition de loi aux Etats-Unis pour rendre obligatoire la diffusion, 6 mois après leur publication, des résultats de recherche financés par des agences fédérales • Déclaration de l’Alhambra sur le libre accès, notamment recommandation de favoriser les Archives Ouvertes • Déclaration de Bogota (novembre) entre partenaires du projet Necobelac (collaborationEurope et Amérique latine / Caraïbes) pour promouvoir le libre accès aux résultats scientifiques
  • 21. 21 Quelques repères historiques – 2011 : • Août 2011 : 2000 archives ouvertes moissonnées dans Base et répertoriées dans OpenDOAR • Déclaration de l’IFLA en faveur du libre accès – 2012 : • Recommandations en faveur du dépôt dans les AO pour les 10 ans à venir – Une trentaine de promoteurs (dont Stevan Harnad, Peter Suber, Marin Dacos, Jean-Claude Guédon…) • Principes de la BOAI réaffirmés dans « Ten years on from the Budapest Open Access Initiative : setting the default to open »
  • 22. 22 « En ligne ou invisible ? »« En ligne ou invisible ? » (Lawrence 2001)(Lawrence 2001) « Les articles en ligne ont l’avantage d’être cités 336 % plus souvent que« Les articles en ligne ont l’avantage d’être cités 336 % plus souvent que les articles hors ligne »les articles hors ligne » Lawrence, S. (2001)Lawrence, S. (2001) Free online availability substantially increases a paper's impactFree online availability substantially increases a paper's impact Nature 411 (6837): 521.Nature 411 (6837): 521. http://www.neci.nec.com/~lawrence/papers/online-nature01/ (d’après(d’après support Eprintssupport Eprints en libre accès)en libre accès) Introduction : l’enjeu de la visibilité
  • 23. 23  Une rapide comparaison des consultations :  Thèses imprimées :  consultations évaluées en moyenne à 1 fois tous les 10 ans  Thèses en ligne (cf : article de D. Le Hénaff, 2005) :  Sur TEL : plus de 1000 téléchargements / jour…  Sur PASTEL : une thèse téléchargée 8 fois/mois Introduction : l’enjeu de la visibilité
  • 24. 24 • «  Étude de cas : visibilité et impact du Libre Accès pour un » Introduction : l’enjeu de la visibilité Début du dépôt  de ses articles  dans l’AO de son université Augmentation spectaculaire du nombre : -de citations : >1200 en un an ! -de téléchargements : total de  165 000 ! Articles publiés   chaque année  par Ray Frost,  depuis 1993
  • 25. 25 2. Quelles politiques du Libre Accès  ?  Au niveau européen Au niveau français
  • 26. 26  Un mouvement irréversible, mais progressif  Des soutiens institutionnels importants :  Sénat américain, Union Européenne, gouvernements…  Grands organismes scientifiques : ANR, CNRS, INSERM, INRIA (Fr.), NIH (E.U.), RCUK (G.B.)…  Des initiatives nationales fortes et volontaristes :  Plates-formes nationales d’hébergement des archives ouvertes  En France : HAL  Vers l’obligation de dépôt, ex :  Aux USA : dans PubMed (pour les recherches financées par le NIH)  en Espagne, en Norvège pour toutes les disciplines  Question de la prise en compte future dans l’évaluation des chercheurs Politiques du Libre Accès :  quel bilan ? 
  • 27. 27 • Rapport de l’European Research Advisory Board – en décembre 2006, conseil consultatif, préconise une politique d’incitation, au dépôt, pour les post-publications : 6 mois au plus après publication. • Conseil européen pour la recherche – Prise de position en faveur du Libre accès dès 2006 – 2007 : • ERC Guidelines for Open Access • Obligation de dépôt rendue publique fin 2007 par l’European Research Council (ERC) pour les recherches qu’il finance – Participation en 2007 à l’archive UK PubMed Central (UKPMC) – Étude juin 2012 : 62% des articles issus de recherches financées par l’ERC sont en libre accès – 1er  novembre 2012 : Europe PubMed Central (Europe PMC) remplace UKPMC (domaine biomédical). Politiques du Libre Accès :  au niveau européen
  • 28. 28 • Politique de la Commission européenne pour les  Archives ouvertes – 2006 : subvention du projet DRIVER > base de connaissance de la recherche européenne – 2008 : Mise en place d’un projet pilote pour  l’autoarchivage et le libre accès aux publications issues des projets exécutés au titre du 7e programme-cadre (7e PCRD) • Dépôt obligatoire pour 20% des recherches financées par le 7e PCRD • Accompagnement de l’obligation de dépôt en Libre Accès Politiques du Libre Accès :  au niveau européen
  • 29. 29 • Lancement d’OpenAIRE, http://www.openaire.eu/ , « Open Access infrastructure for Research in Europe » – Projet européen But : « Accompagner l’obligation de dépôt en accès libre (deposit mandates) décidée par la Commission Européenne et le Conseil Européen de la Recherche (ERC). » (Source : Couperin) • 7e PCRD + Conseil européen de la recherche • Métamoteur chargé de moissonner les archives institutionnelles compatibles pour en faire remonter les projets estampillés « 7e PCRD » • Fondé sur Driver – OpenAIREplus > liens entre les publications et les données Politiques du Libre Accès :  au niveau européen
  • 30. 30 • Documents diffusés par la Commission  européenne en juillet 2012 : – Communication • Décision d’adopter une politique générale de Libre Accès à l’ensemble de la recherche financée dans le cadre du 8e PCRD = Horizon 2020 – 7e  PCRD (2007-2013) > projet pilote sur 7 domaines disciplinaires = 20% de la recherche financée par le 7e PCRD –Horizon 2020 (2014-2020) > politique de libre accès pour les publications financées par des fonds européens – Recommandation du 17 juillet 2012  • pour l’accès et la conservation des publications scientifiques et des données de la recherche d’ici 2014 (voies verte et dorée) Politiques du Libre Accès :  au niveau européen
  • 31. 31 • Projet FOSTER,  http://www.fosteropenscience.eu/ « Facilitate Open Science Training for European Research » – Projet de 2 ans (2014-2016) :  • Dispositifs pérennes à destination des chercheurs européens, pour promouvoir la science ouverte dans leurs méthodes de travail • Optimiser la visibilité et l’impact de la recherche dans le cadre de la politique européennes de L. A. » Inclut la formation » Portail FOSTER Politiques du Libre Accès :  au niveau européen
  • 32. 32 • Association européenne des universités – Recommandation de 2008 • encourage l’ensemble des universités européennes à mettre en place des archives ouvertes institutionnelles et à définir des politiques rendant obligatoire à l’échelle de l’établissement le dépôt des publications de recherche. • Fédération européenne des académies nationales de sciences et de sciences humaines – Adoption d’une déclaration intitulée « Open Science for the 21st century» qui prône le partage des résultats et des outils de recherche (avril 2012) Politiques du Libre Accès :  au niveau européen
  • 33. 33 • Action du CNRS dans le mouvement des  archives ouvertes – Création du CCSD, Centre pour la Communication scientifique directe (2000-2001) – Institution d’une archive nationale multidisciplinaire commune : HAL (2002) • Un service pour toute la recherche française – Autour de HAL : MediHal, ScienceConf.org, Héloïse / Hal partenaire de projets européens : Peer, OpenAire, MedOAnet • Depuis 2003, engagement des établissements d’enseignement supérieur et de recherche (mandats) • GTAO Couperin Politiques du Libre Accès :  au niveau français
  • 34. 34 – Protocole d’accord national français (juillet 2006) • entre la CPU, le CCSD, la CGE et les EPST • pour une durée de 2 ans • pour organiser le co-pilotage de la plateforme de dépôt – Programme Archives-ouvertes.fr • fondé sur HAL ; texte fondateur > 2007 Approche nationale coordonnée de l’archivage  ouvert sur la base de HAL Soutien du MESR (> BSN, ISTEX, HAL) Politiques du Libre Accès :  au niveau français
  • 35. 35 • En SHS – TGE Adonis (2007) • Espace de navigation dans les documents numériques produits en SHS – ISIDORE (2010) > point d’accès unifié aux ressources en Open Acess en SHS en France – Huma-Num (juin 2013), Très Grande Infrastructure de recherche = fusion du TGE Adonis et de IR Corpus Politiques du Libre Accès :  au niveau français
  • 36. 36 • Bibliothèque Scientifique Numérique – Créée en 2009 – 2 objectifs (cf. Cleo) : • Répondre aux besoins des chercheurs en portant l’offre en IST à un niveau d’excellence mondiale • Améliorer la visibilité de la recherche française – Pilotage partagé par les grands acteurs de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche – Segment BSN 4 : archives ouvertes Politiques du Libre Accès :  au niveau français
  • 37. 37 • BSN Actions 2012 – Texte stratégique de recommandations • Révision du protocole d’archives ouvertes HAL de 2006 – Élargir le périmètre des signataires – Concilier les archives ouvertes institutionnelles et l’archive ouverte nationale HAL – Repenser la gouvernance et le financement de HAL en s’orientant vers une Unité Mixte de Service Politiques du Libre Accès :  au niveau français (Source : Arabesques, n° 68)
  • 38. 38 • Réaffirmation du soutien des pouvoirs publics  au Libre Accès à l’information scientifique – Janvier 2013 : déclaration de Geneviève Fioraso • « Renforcer le droit à l’auto-archivage d’une pré-publication et d’un article par la communauté scientifique, dans des archives ouvertes, institutionnelles et disciplinaires. Le but est de généraliser le « Green Open Access » à l’ensemble des publications scientifiques publiées selon le mode traditionnel. » • Soutien aux Archives ouvertes et relance de HAL; convention signée le 2 avril 2013 ; pilotage mixte à travers une UMS (lien BSN) Politiques du Libre Accès :  au niveau français
  • 39. 39 • Comment ? – 7actions • Développer l’OA Green en engageant dans le cadre de BSN une concertation sur les durées d’embargo • Accompagner l’évolution de l’OA Gold • Promouvoir le développement d’une 3e voie = Platinium Road • Optimiser la plateforme HAL • Proposer aux chercheurs-auteurs unmodèle national de contrat de publication • Engager une réflexion sur la place des productions scientifiques dans les modes d’évaluation de la recherche • Initier un travail en commun avec les éditeurs nationaux Politiques du Libre Accès :  au niveau français
  • 40. 40 • Convention de partenariat en faveur des archives  ouvertes et de la plateforme mutualisée HAL : 2  avril 2013 – Signée par 26 acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche (CPU, CNRS, INSERM, INRA, INRIA, Institut Pasteur, Conférence des Grandes Ecoles, AMUE…) – Objectifs : Mettre en oeuvre une politique scientifique et technique commune en consolidant les moyens permettant aux chercheurs de : • Partager les résultats de leurs travaux sous forme numérique • Les diffuser immédiatement et gratuitement • Assurer leur conservation à long terme Politiques du Libre Accès :  au niveau français
  • 41. 41 3. Le paysage des Archives Ouvertes
  • 42. Combien d’archives ouvertes ? • Dans le monde (au 01/04/2014) : – 2616 archives ouvertes recensées sur OpenDoar, 3630 recensées sur ROAR – Une croissance très forte : de 128 en 2005 à 2616 en 2014
  • 43. Où sont les archives ouvertes ? • Par continents : prépondérance très nette de  l’Europe : près de la moitié des archives  ouvertes (46 %)
  • 44. Où sont les archives ouvertes ? • Par pays : – Etats-Unis : 443 AO (16,8 %) – Grande-Bretagne : 221 (8,4 %) – Allemagne : 168 (6,4%) – France… : 85 (3,2 %) (cf liste)
  • 45. 45 • Plusieurs types d’Archives ouvertes : – multidisciplinaires – disciplinaires  – thématiques – spécialisées par types de documents – institutionnelles – gouvernementales – d’agrégation Diversité des archives ouvertes 
  • 46. 46 • Prépondérance écrasante des AO  institutionnelles : > des ¾   Quels types d’archives ouvertes ? 
  • 47. 47 • Prépondérance des AO multidisciplinaires : – 1557 AO • A noter : – L’importance du domaine STM : • total de 1707 AO – La place de l’histoire et de l’archéologie : • 213 AO Quelles disciplines ?
  • 48. • Les plus anciennes • En sciences exactes : – ArXiv : P. Ginsparg, 1991 ; actuellement, plus de 930 000 documents en Physique, Mathématiques, Informatique, Statistiques... Site miroir d’ArXiv en France – CogPrints : S. Harnad, 1997; au départ Sciences Cognitives, puis Psychologie, Philosophie, Linguistique, Informatique… • En Economie : – EconPapers (Economics working papers) :> 1 534 000 documents • En Psychologie : – Association for the Scientific Study of Consciousness : 404 documents • En Sciences de l’Information et de la Communication: – @rchivesSIC : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr • Une des premières AO en France, mai 2002 – MemSic : http://memsic.ccsd.cnrs.fr Exemples d’archives ouvertes disciplinaires
  • 49. 49 • Une nette majorité d’articles de revues : 1795 AO dédiées aux articles de revues Quels types de documents dans les archives ouvertes ?
  • 50. Les archives ouvertes en France • Croissance forte des AO : – De 4 en 2005, à 85 en 2014
  • 51. 51 • HAL (HyperArticles en Ligne) : – http://hal.archives-ouvertes.fr/ – Portail d’archives ouvertes le plus important en France – Géré par le CCSD (Centre pour la Communication Scientifique Directe), du CNRS – Partenariats avec tous les établissements de recherche et universités – Auto-archivage de documents publiés ou en cours de publication – Croissance spectaculaire des dépôts Les archives ouvertes multidisciplinaires
  • 52. Les archives ouvertes en France • D’après l’enquête ADBU-Couperin 2012 (178 réponses) : – Domaines couverts : • Sciences dures : 78 % • Eco-gestion : 52,4 % • Lettres et SHS : 48,6 % • Médecine-pharmacie : 32,4 % – Projets : • 50 % d’AO en service, 25 % en réflexion – Structures administratives : • 80 % ne sont pas inter-établissements • 75 % inscrits dans projet d’établissement
  • 53. Les archives ouvertes en France • D’après l’enquête ADBU-Couperin 2012 (178 réponses) : – Objectifs des projets d’AO : • Valorisation de la recherche : – Diffusion et visibilité des contributions : 64 % • Production d’indicateurs : 21 % – Mais cités comme sans objet pour 20 % – Coût humain : • Entre 0,5 et 1 ETP en moyenne • Implications dans le dépôt : – Bibliothécaires : 59 % – Secrétariat : 32 % (en hausse) – Chercheurs : 59 % des cas
  • 54. 54  Enjeux des AO institutionnelles :  Visibilité de l’établissement  Visibilité des équipes  Evaluation de la recherche…  Collections dans HAL :  Possibilité de créer des collections d’AO :  par établissement : exemple de Rennes 2  par laboratoire : exemple de GeoSciences Rennes  par colloque : exemple de ORASIS’09  ...  Exemples d’Archives Ouvertes d’établissements :  Archimer : Ifremer  Artur-FC : Université de Franche-Comté Plateformes : les archives ouvertes institutionnelles
  • 55. • Exemples d’AO thématiques : – Archive EduTice : Education et Technologies de l ’information • Exemples d’AO par types de documents : – Thèses : TEL, INP Toulouse Thèses, Pastel – Mémoires : Dumas – Rapports : LARA – Photographies et images scientifiques : MediHal Plateformes : les AO thématiques, ou spécialisées par types de documents
  • 56. 56 4. Rechercher dans les Archives Ouvertes
  • 57. 57  3 composantes à la base :  L’OAI-PMH (Open Archives Initiative-Protocol for Metadata Harvesting) :  protocole visant à favoriser l’échange de données entre bases hétérogènes  partage des métadonnées  Entrepôts OAI :  Fournissent les données  Archives ouvertes, bibliothèques numériques, portails de revues…  Agrégateurs OAI :  Collectent les données par un « moissonneur » (harvester) :  Programme lancé par le fournisseur de services pour la collecte de métadonnées auprès d’un ou plusieurs entrepôts OAI  Via un point unique (une seule interface) = interrogation sur des centaines, des milliers d’archives ouvertes  Exemple de OAISTER Technologies : le protocole OAI-PMH
  • 58. • Des « Moissonneurs » – OAISTER (Cf. Worldcat) http://oaister.worldcat.org/ – Base, http://www.base-search.net/about/en/index.php – CORE, http://core.kmi.open.ac.uk – SOAJ, http://www.osti.gov/soaj (Sciences) • Des répertoires – OpenDOAR : http://www.opendoar.org – ROAR, http://roar.eprints.org – Repository Maps : http://maps.repository66.org/ – DOAJ : http://doaj.org/ • Et puis aussi ... – Google scholar : http://scholar.google.fr – ISIDORE : http://www.rechercheisidore.fr/ (SHS) L’OAI-PMH en action : des outils dédiés (Cf. G. Gallezot)
  • 59. • Rechercher des documents en libre accès avec un “moissonneur” Rechercher dans les Archives ouvertes OAISTER > 30 millions de notices
  • 60. • Rechercher des documents en libre accès avec OpenDOAR > recherche des contenus Rechercher dans les Archives ouvertes Moteur Google Custom Search > Requêtes Google
  • 61. • Identifier des dépôts d’archives ouvertes avec OpenDOAR Rechercher des Archives ouvertes Utiliser les différents filtres
  • 62. 62 Rechercher des Archives ouvertes Critères de filtrage Différents formats d’export des résultats • Identifier des dépôts d’archives ouvertes avec ROAR
  • 63. Rechercher dans HAL Requête booléenne et possibilités de filtrage – Accès par identifiant Consultation par domaine, par collection, par année de dépôt… Résultats
  • 64. 64 5. Déposer dans les Archives Ouvertes
  • 65. • Communiquer rapidement ses travaux de recherche • Participer à un corpus scientifique ouvert • Favoriser le travail en réseau, le partage • Améliorer sa visibilité • Allonger le cycle de vie des articles • Avoir des statistiques d’usage • Garantir l’archivage à long terme, les citations Déposer : quels avantages pour le chercheur ?
  • 66. 66  Je vais être plagié :  Le dépôt permet de prendre date et garantit la paternité de l’œuvre  Plus un document est visible, plus il sera délicat de le copier  Mon éditeur va me faire un procès :  Aujourd’hui, la plupart des éditeurs acceptent l’auto-archivage  Voir la politique des éditeurs sur SHERPA/ROMEO  Le mouvement va s’essouffler :  Voir les 2616 archives ouvertes recensées sur OpenDoar  Ca prend du temps !  Auto-archiver : environ 20 minutes / publication  Un auteur peut déposer pour toute l’équipe  La bibliothèque peut assurer une aide technique et juridique  Les archives ouvertes sont des sources de “seconde classe”:  Très grande majorité de post-prints, donc déjà évalués !!!  Contrôle afin de vérifier la validité scientifique du document Déposer dans une archive ouverte : les (fausses) craintes
  • 67. 67  Demander l’accord des co-auteurs  Déposer plutôt les «fichiers-auteurs» (pre-print, post-print, final draft), produits dans le laboratoire, sauf deux exceptions :  le « fichier éditeur » d’un article publié dans une revue en « open access »  Certains éditeurs préfèrent le dépôt de leur version (IEEE, SIAM, EDP sciences…)  Dès qu’un document est publié, ajouter dans l’archive ouverte les références de publication, et le lien DOI vers la publication commerciale  Utiliser le dépôt différé pour respecter la période d’embargo de l’éditeur (notion de barrière mobile)  Ne pas déposer les documents confidentiels (brevets) ou les documents destinés à la vente (ouvrages…) > Les éditeurs commerciaux n’ont que les droits cédés par les auteurs ! (d’après J. Sicot) Déposer dans une archive ouverte : aspects juridiques et déontologiques
  • 68. 68 Que peut-on déposer ? Exemple de HAL (avril 2014) Déposer dans une archive ouverte
  • 69. Un dépôt est composé de plusieurs éléments : 1. Le texte intégral 2. Les métadonnées : a) scientifiques, qui décrivent le contenu du texte intégral (titre, auteurs, résumé, discipline, mots clé ou autre) b) relatives à la publication du document (nom du journal, DOI, type de publication, etc.). c) administratives (établissements, contrats, etc.) Introduction : l’enjeu de la visibilité Déposer dans une archive ouverte Source : CCSD
  • 70. • Préalables : – S’inscrire : se créer un compte sur l’archive ouverte – De préférence, préparer le dépôt en amont : • Créer les métadonnées : résumé, mots-clés, domaines… • Trois étapes du dépôt : – Choix du type de document : • Preprint, postprint, thèse, etc. – Remplissage des métadonnées : • Métadonnées scientifiques et relatives à la publication • Métadonnées auteur(s) – Dépôt du fichier pour le texte intégral Déposer : quelles étapes ?
  • 71. Renseigner champs obligatoire S’associer comme auteur par défaut Source : J. Sicot
  • 72. AprèsAprès identification ,identification , choisir le typechoisir le type de documentde document à déposerà déposer Déposer : quelles étapes ?
  • 73. Renseigner les données descriptives du document à déposer Contrôle sur le titre Ne pas oublier de renseigner les champs concernant la référence originale de la publication (revue, doi, etc.) ! Source : J. Sicot
  • 74. Le champ « journal » permet d’interroger automatiquement les données de la base RoMEO pour vérifier la politique de l’éditeur en matière d’auto- archivage Source : J. Sicot
  • 75. Saisie des auteurs + affiliations (au moment de la publication du document !) Source : J. Sicot
  • 76. Chargement des fichiers (PDF, RTF , DOC, LATeX, etc.) Indiquer les droits sur les fichiers : (version auteur, version éditeur, etc) Source : J. Sicot
  • 77. • Avant la mise en ligne, vérification et validation par le CCSD et un réseau de chercheurs spécialisés dans leur domaine : – Vérification : juridique et technique – Validation scientifique : • Vérifier la nature scientifique du document • Vérifier l’adéquation au domaine scientifique choisi par le déposant • Après validation, mise en ligne publique rapide • Possibilité de modifier les métadonnées, de créer une nouvelle version pour ce document – Mais impossibilité de retirer le document Après le dépôt
  • 78. Gérer son compte • Accéder à la liste de ses dépôts : – Pour modifier les métadonnées… • Consulter ses statistiques • Créer des alertes • Gérer son compte • Accéder aux fonctions avancées (privilèges) : – Collections, exports…
  • 79. Gérer son compte : les statistiques
  • 80. • Constitution de « collections » : – « tampon » à demander – Collections par laboratoire, sur un projet de recherche, sur un colloque • Exemple : Colloque ERTé sur la culture informationnelle • Extraction automatique de liste de publications (html, PDF, Excel, formats bibliographiques, etc.) et création de C.V de chercheur, etc.) • Création de pages web formatées sur un ensemble de références • Interconnexions avec archives ouvertes internationales (ArXiv, PubMed, RePEc) • Création d’alertes, de flux RSS pour mener une veille scientifique Services avancés de HAL
  • 81. 81 6. Quelques questions vives : -Difficultés, obstacles -Questions juridiques, politiques, scientifiques
  • 82. • D’après l’enquête « Archives ouvertes » Couperin-ADBU-INRA-INRIA 2012 : Difficultés, obstacles
  • 83. Questions juridiques • Accès libre et propriété intellectuelle – La propriété intellectuelle des auteurs n’est pas remise en cause – Respect de la paternité et devoir de citation – Respect du droit des images – Question de la cession des droits à l’université • Accès libre et édition – Dépôt de la version éditeur du document • Pour la version éditeur, autorisation de l’éditeur nécessaire – Dépôt de la version auteur du document • Avant publication : l’auteur reste détenteur des droits sur son texte • Après publication sous contrat : si le contrat ne spécifie rien, l’auteur a le droit de diffuser son document dans une AO; s’il existe une clause explicite, l’auteur demande l’autorisation à l’éditeur de déposer et doit respecter l’embargo éventuel • Après publication, sans contrat, l’auteur a le droit de déposer VOIR :
  • 84. Questions politiques • Quelles politiques des AO ? – Inciter ou obliger les chercheurs à déposer ? • Faire des lois avec obligation de dépôt pour les recherches financées par des fonds publics ? – Exemple des Etats-Unis, de la GB – Pour les archives institutionnelles : • AO d’établissement propre, sur serveur local ? – Projets mieux soutenus, inscrits dans les contrats d’établissement • ou AO d’établissement sur HAL ?
  • 85. Questions scientifiques • Question de l’évaluation scientifique : – Quelle prise en compte des dépôts des chercheurs dans l’évaluation scientifique ? • Des chercheurs • Des établissements – Enjeu de visibilité, d’impact – Quels indicateurs ? • Indicateurs d’usage ? > une question ouverte…
  • 86. Questions scientifiques et éditoriales • Quels équilibres des modèles éditoriaux entre les disciplines ? • Question des spécificités éditoriales des SHS et de l’importation du modèle STM : – Monographies vs articles • Question du modèle éditorial en SHS : éclatement des revues, fragilité… – Inquiétude des éditeurs de revues face à Commission Européenne : - Cf Motion de mars 2013 – Question de la durée de l’embargo : 3 ans en SHS, au lieu de 12 mois selon la Commission – Problème du financement des revues • Voir Chartron, Ghislaine. « Open access et SHS : Controverses ».
  • 87. 87 7. Ressources
  • 88. 88 Ressources : études, textes… • Chartron, Ghislaine. « Open access et SHS : Controverses ». (version preprint d’un article à paraître dans la Revue Européenne des Sciences sociales, février 2014). Disp. sur : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/96/52/72/PDF/Ghislaine- Chartron_RSS-fA_vrier2014-preprint.pdf • Chartron, Ghislaine. "A la recherche des équilibres de l'Open access: déploiement en France". Groupe Open Access du GFII, 2013. • Ebrahim N. A., Salehi H., Embi M. A. , et alii., “Visibility and Citation Impact », International Education Studies, Vol. 7, No. 4, 2014 • Joachim Schöpfel, Hélène Prost. Développement et Usage des Archives Ouvertes en France. Rapport 2e partie : Usage. • Couperin-ADBU-INRA-INRIA. Synthèse sur les résultats de l'enquête Archives ouvertes 2012
  • 89. 89 Quelques ressources • CIEP. Une sélection de ressources sur l’accès libre et gratuit à l’information scientifique • Couperin.org. Groupe de travail Open Access. • INIST. Libre accès à l’information scientifique et technique • Arabesques, n° 68. « BSN. Un accès facilité au savoir » • Guides Formadoct : – Qu’est-ce que le Libre Accès ? – Les Archives ouvertes – Déposer un texte dans une Archive Ouverte • Liste Diigo : Libre Accès