Vues typiques de MAGAGASCAR
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Vues typiques de MAGAGASCAR

on

  • 1,825 views

Typical views of MADAGASCAR

Typical views of MADAGASCAR

Statistics

Views

Total Views
1,825
Views on SlideShare
1,821
Embed Views
4

Actions

Likes
0
Downloads
13
Comments
1

1 Embed 4

http://www.slideshare.net 4

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel

11 of 1

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Vues typiques de MAGAGASCAR Vues typiques de MAGAGASCAR Presentation Transcript

    •  
    •  
    • Capitale : Antananarivo. Superficie : 587 040 Km2. Population : 20 042 551 hab. Langues officielles : Malgache, Français, anglais. Monnaie : Ariary.
    • Madagascar est un état insulaire situé dans la partie occidentale de l’océan indien, au large de l’Afrique de l’Est, dont il est séparé par le canal du Mozambique large de 415 km. Durant la majeure partie du XIXe siècle, l’île est administrée par le Royaume de Madagascar que l’invasion coloniale française abolit en 1895. Le premier gouvernement malgache voit le jour le 10 Octobre 1958 et en 1960, Madagascar retrouve son indépendance. Ce pays magnifique sur le plan touristique est actuellement, l’un des pays les plus pauvres du monde.
    • Tananarive, appelée Antananarivo en malgache, est la capitale économique et politique de Madagascar et de sa province d’Antananarivo . La ville fut tout d'abord construite comme une forteresse vers le début du XVIIe siècle, par les rois Merina qui en ont fait leur résidence principale dans les années 1790. La communauté s'est développée très rapidement alors que les rois Merina, notamment Radama 1 er , avaient le contrôle de la majeure partie de l'île (XIXe siècle). Les Français s'emparent de la ville en 1895. Elle devient, plus tard, la capitale de la colonie française de Madagascar. Elle conservera son statut de capitale lors de l’accession à l' indépendance du pays, en 1960.
    • Vue générale d’Antananarivo
    • Le Rova ou Palais de la Reine situé sur les hauteurs de la capitale. Au sommet du portail d’entrée se dresse un aigle, symbole de la Royauté.
    • Ci-dessous, cette rue en escaliers, bordée de magasins et de petits étals débouche sur l’avenue de l’Indépendance. Ci-dessus l’avenue de l’Indépendance où se tenait le « zoma » (marché) le Samedi qui est maintenant interdit. Au fond, on aperçoit la gare.
    • Petit orchestre d’enfants jouant sur l’avenue de l’Indépendance.
    • Ce quartier d’Antananarivo, si beau au coup d’œil, abrite surtout des familles nombreuses très pauvres. La proximité de l’eau apporte une grande humidité dans les maisons.
    • Les demeures de ce quartier sont construites en « dur », mais sans aucun confort. Un petit brasero placé dans le coin de la maison est utilisé pour cuire les aliments, des paillasses servent de lits, des cordes tendues reçoivent les quelques haillons de la famille. Souvent, une seule petite fenêtre permet à la lumière d’entrer dans la maison.
    • En 1989, le Père Pedro ne peut rester impassible devant la misère des milliers de sans-abri de la capitale qui vivent dans des conditions humaines révoltantes. Il les aide à construire leurs maisons et à vivre d’un travail. C’est là que va naître l'association Akamasoa qui apporte son soutien à l’œuvre du Père Pedro.  
    • Le Père Pedro au milieu des chiffonniers d’Antananarivo.
    • Le lac Itasy. Le lac Itasy est le troisième lac de la Grande île, à 120 km à l’ouest de la capitale. Il se trouve à 1221 m d’altitude, au cœur d’une région volcanique. Il est un lieu idéal de repos et de balades pour les touristes.
    • Une maison typique des faubourgs de la capitale. Le sol est en latérite ce qui explique la couleur rouge ocrée de toutes les routes et les maisons de l’île qui est aussi appelée : l’Ile rouge.
    • Antsirabé est la troisième ville de Madagascar. C’est une ville thermale qui fut surtout très fréquentée au début du XXe siècle. On y trouve aussi de nombreux vendeurs de pierres précieuses (saphir, rubis, émeraude, opale etc…). Antsirabé est la ville qui possède le plus de « pousse-pousse » dans l’île. Cette ville est située à 167 km au Sud d’Antananarivo.
    • Antsirabé
    • L’Hôtel des Thermes d’Antsirabé.
    • La cathédrale d’Antsirabé.
    • Le marché où tous les fruits exotiques côtoient les fruits continentaux car, Madagascar jouissant de tous les climats, les cultures sont variées. Hélas, le pouvoir d’achat est très bas et les Malgaches à petits revenus ne peuvent acheter ces denrées.
    • Le lac Tritriva près d’Antsirabé. Le Gardien des lieux raconte aux visiteurs que lorsque un évènement majeur va se passer à Madagascar, le lac devient rouge. Une légende dit aussi qu’un couple d’amoureux s’est suicidé et que leurs corps restèrent introuvables.
    • La campagne entre la capitale et Antsirabé. On y trouve des rizières et des champs d’ananas.
    • Sur les bords de routes des étals de fruits, selon les saisons, attendent des acheteurs potentiels qui circulent en voiture. On peut même déguster sur place des tranches d’ananas. Le marchandage est de rigueur.
    •  
    •  
    • A gauche, des vendeuses guettent des clients. A droite, un potier qui modèle une calebasse.
    • Village au bord de la route
    • Vue du ciel, entre Antananarivo et Toamasina (Tamatave).
    • Toamasina-Tamatave
    • Toamasina est une ville de la côte Est de Madagascar. Avant les liaisons aériennes, ce port était un carrefour vital de l’océan indien. Son port exporte girofle, vanille et café. Cette côte est régulièrement dévastée par des cyclones. Ci-dessus, le moyen de transports le plus usité de la ville, le pousse-pousse. Ci-contre, la mosquée.
    • L’église Notre-Dame de Lourdes. L’église Sainte-Thérèse.
    • Ci-contre, à gauche, le jardin de la Colonne. Ci-contre, l’avenue de l’Indépendance.
    •  
    • Une école de brousse. Il existe, encore actuellement, des régions à Madagascar sans infrastructures routières, entrainant un fort taux d’analphabétisme. Sur la côte Est, près de Tamatave, plusieurs écoles de brousse ont été mises en place pour permettre aux enfants l’apprentissage de la lecture et du calcul. Cette base leur donnera la possibilité d’acquérir un métier manuel. Leur avenir sera meilleur que celui de leurs parents.
    • Nosy Be est une île côtière de Madagascar située dans le Canal du Mozambique, au nord-ouest. Cette île volcanique a une superficie de 321 km2. Nosy Be se trouve dans la grande baie d'Ampasindava. Colonisée par les Français dès 1841, soit 55 ans avant le reste de Madagascar. Nosy Be est devenue, au XIXe siècle, un comptoir commercial important de la côte ouest. A partir des années 1850, les plantations de rapport s'y sont développées, entreprises par des colons Réunionnais, Mauriciens et Français. Ainsi, la petite île est devenue une colonie agricole, recouverte de champs de cannes, d‘indigo, de café, puis d‘ylang ylang à partir des années 1920. C'est de cette activité que lui vient le surnom d' île aux parfums.
    • Nosy Be
    • Photos personnelles (scannées) et du Net. Informations prises sur le Net et sur place. Musique de Zadeh et Lasonas : Terra New Light. Conception et réalisation de L.Cavallari. Février 2009. [email_address]
    • Au Revoir