Etude sur le profil des allocataires de l’Assurance chômage
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Etude sur le profil des allocataires de l’Assurance chômage

on

  • 584 views

Le profil des allocataires de l’Assurance chômage traduit l’importance des contrats courts sur le marché du travail. À fin décembre 2011, l’Assurance chômage indemnise 2 425 600 personnes ...

Le profil des allocataires de l’Assurance chômage traduit l’importance des contrats courts sur le marché du travail. À fin décembre 2011, l’Assurance chômage indemnise 2 425 600 personnes (France entière). Au cours des dernières années, la structure du marché du travail s’est considérablement modifiée avec le développement des contrats courts mais aussi celui du temps partiel et de l’activité réduite (personnes en emploi et au chômage au cours du même mois).

Statistics

Views

Total Views
584
Views on SlideShare
584
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
3
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

CC Attribution-NonCommercial-ShareAlike LicenseCC Attribution-NonCommercial-ShareAlike LicenseCC Attribution-NonCommercial-ShareAlike License

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Etude sur le profil des allocataires de l’Assurance chômage Etude sur le profil des allocataires de l’Assurance chômage Document Transcript

    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  1  QUI SONT LES ALLOCATAIRES DEL’ASSURANCE CHÔMAGE ?Une étude de l’Unédic - Avril 2013Le profil des allocataires de l’Assurance chômage traduit l’importance des contrats courts surle marché du travail.À  fin  décembre  2011,  l’Assurance  chômage  indemnise  2  425  600  personnes  (France  entière).    Au   cours   des   dernières   années,   la   structure   du   marché   du   travail   s’est   considérablement   modifiée   avec   le  développement   des   contrats   courts   mais   aussi   celui   du   temps   partiel   et   de   l’activité   réduite   (personnes   en  emploi  et  au  chômage  au  cours  du  même  mois).    La population des allocataires de l’Assurance chômage reflète aujourd’hui la dualité croissantedu marché du travail entre contrats courts et contrats longs :• Plus  de  la  moitié  des  allocataires  présents  fin  2011  s’est  inscrite  au  chômage  suite  à  une  fin  de  CDD  ou  de  mission  d’intérim  (51%).  • La  durée  d’affiliation  (référence  de  travail)  est  inférieure  à  un  an  pour  près  d’un  tiers  des  allocataires  (31%).  • Les  références  de  travail  à  temps  partiel  concernent  près  d’un  quart  des  allocataires  (23%).  • Près   d’1,2   million   d’allocataires   de   l’Assurance   chômage   pratiquent   une   activité   réduite,   dont   54%  perçoivent  une  partie  de  leur  allocation  en  complément  du  salaire  issu  de  l’activité.    Cette étude donne un éclairage sur le profil actuel des allocataires de l’Assurance chômage àfin 2011. Ce  profil  étant  très  lié  au  parcours  professionnel  suivi  en  amont  de  l’inscription  au  chômage,  on  a  également   identifié   dans   cette   étude   les   principales   trajectoires   des   demandeurs   d’emploi   et   regroupé   les  allocataires  en  6  populations  selon  les  caractéristiques  suivantes  :1. Référence  de  travail  à  temps  partiel    2. Licenciés  à  temps  plein  3. Ruptures  conventionnelles  ou  départs  volontaires  à  temps  plein    4. Fins  de  CDD  à  temps  plein      5. Intérimaires  6. Intermittents  du  spectacle      Près de 3 demandeurs d’emploi sur 5 sont couverts par l’Assurance chômage.  À  fin  décembre  2011,   les   2  425  600   allocataires   indemnisés   par   l’Assurance   chômage   se   répartissent   en  :   2  248  800  bénéficiaires  de  l’Aide  au  Retour  à  l’Emploi  (ARE)  ou  de  l’Allocation  Chômeurs  Agés  (ACA),  103  100  allocataires  en  formation  (AREF)  et  73  700  en  conversion  (CSP,  CRP,  CTP).  En  dehors  de  la  formation  et  de  la  conversion,  si  l’on  ajoute  les  allocataires  titulaires  d’un  droit  à  l’Assurance  chômage  mais  non  indemnisés  le  mois  considéré  –  principalement  600  000  personnes  en  activité  réduite  dont  le  nombre  d’heures  travaillées  ou  le  salaire  perçu  dépassent  le  seuil  permettant  le  cumul  avec  une  allocation  –  ce  sont  près  de  3  demandeurs  d’emploi  sur  51  qui  sont  couverts  par  l’Assurance  chômage.  La  suite  de  cette  étude  s’intéresse  à  l’ensemble  des  allocataires  indemnisés  au  titre  de  l’Assurance  chômage.  1  Catégories  A,  B,  C  et  dispensés  de  recherche  d’emploi  (DRE)  
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  2  SOMMAIRE    Caractéristiques  des  allocataires  ....................................................................  3  NIVEAU  DE  DIPLÔME  ................................................................................................................................  4  MOTIF  DE  L’INSCRIPTION  ..........................................................................................................................  5  SECTEURS  D’ACTIVITÉ  CONCERNÉS  ..........................................................................................................  6  DURÉE  DE  LA  PÉRIODE  COTISÉE  PRÉCÉDANT  L’INSCRIPTION  AU  CHÔMAGE  ...........................................  7  RÉGIME  GÉNÉRAL  ET  ANNEXES  .................................................................................................................  8  ANCIENNETÉ  AU  CHÔMAGE  ...................................................................................................................  11  SALAIRES  DE  RÉFÉRENCE  .........................................................................................................................  12  ALLOCATIONS  VERSÉES  ...........................................................................................................................  13    Profils  types  des  allocataires  .........................................................................  15    Glossaire/Définitions  ....................................................................................  28  ANNEXES  .................................................................................................................................................  31      
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  3  Caractéristiques des allocatairesAutant d’hommes que de femmesEn   2011,  les   hommes   représentent   50,8  %   des   allocataires   indemnisés   par   l’Assurance   chômage.   Les   jeunes  (moins   de   25   ans),   qui   représentent   15,5  %   de   l’ensemble,   constituent   une   population   légèrement   plus  masculine  avec  52,6  %  d’hommes.  La  part  des  femmes  est  très  faible  chez  les  moins  de  20  ans  avec  seulement  un  tiers  de  femmes  dans  cette  tranche  d’âge.  Cela  s’explique  notamment  par  le  fait  que  les  jeunes  femmes  sont  scolarisées  plus  longtemps.  La  tranche  25-­‐49  ans  représente  61,9  %  des  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage,  et  celle  des  50  ans  ou  plus,  22,6  %  [Graphique  1].  Graphique  1  :  Pyramide  des  âges  des  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  en  décembre  2011          Source  :  Fichier  national  des  allocataires  (Unédic/Pôle  Emploi).  En  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011  observé  avec  6  mois  de  recul.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage,  France  entière.  Note  de  lecture  :  les  femmes  représentent  35%  des  allocataires  de  moins  de  20  ans.      
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  4  NIVEAU  DE  DIPLÔME  Plus de la moitié des allocataires indemnisés n’ont pas le BAC55,2  %  des  allocataires  indemnisés  n’ont  pas  le  BAC  (contre  22%  en  2010  dans  l’ensemble  des  personnes  en  emploi2)  et  un  quart  détiennent  un  diplôme  de  niveau  BAC+2  ou  plus  (contre  33%  des  personnes  en  emploi).  Le  niveau  de  diplôme  est  plus  élevé  chez  les  femmes  :  49,8  %  d’entre  elles  ont  au  moins  le  BAC,  contre  40,0  %  chez  les  hommes.  Plus  d’un  tiers  des  indemnisés  ont  un  CAP  ou  un  BEP,  majoritairement  des  hommes  et  des  jeunes.   Enfin,   18,3  %   des   indemnisés   ont   arrêté   leurs   études   avant   le   BAC   [Graphique   2];   il   s’agit  principalement   de   seniors.   La   prédominance   des   seniors   dans   les   faibles   niveaux   de   diplôme   n’est   pas  spécifique  au  chômage.  Elle  illustre  plutôt  l’augmentation  du  niveau  de  formation  initiale,  observée  sur  longue  période  dans  la  population  française.  En  1982,  environ  13%  de  la  population  en  emploi  avaient  un  diplôme  de  niveau  BAC+2  ou  plus  ;  en  2010,  cette  proportion  s’établit  à  33%.  Ainsi,  si  un  niveau  de  formation  initiale  peu  élevé  semble  accroître  le  risque  de  chômage,  un  niveau  élevé  de  formation  ne  préserve  pas  totalement  de  ce  risque,  comme  l’indique  notamment  le  cas  des  femmes.  Graphique  2  :  Répartition  des  allocataires  indemnisés  par  niveau  de  diplôme  (%)          Source  :  Fichier  national  des  allocataires  (Unédic/Pôle  Emploi).  En  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011  observé  avec  6  mois  de  recul.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage,  France  entière.  2  Source  :  INSEE,  France  métropolitaine,  personnes  de  15  ans  ou  plus  
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  5  MOTIF  DE  L’INSCRIPTION  Trois quarts des jeunes indemnisés par l’Assurance chômage se sont inscritssuite à une fin de CDD ou de mission d’intérimLa  moitié  des  personnes  indemnisées  par  l’Assurance  chômage  se  sont  inscrites  après  une  fin  de  CDD  (38,7  %)  ou  de  mission  d’intérim  (12,3  %).  Le  tiers  des  allocataires  (32,0  %)  sont  indemnisés  suite  à  un  licenciement,  et  11,4  %  après  une  rupture  conventionnelle.  L’indemnisation  suite  à  une  fin  de  CDD  et  de  contrat  d’intérim  est  surreprésentée  chez  les  jeunes  (76,7  %).  En  effet,   ce   type   de   contrat   est   plus   fréquent   chez   les   jeunes   que   pour   le   reste   de   la   population  :   27,0  %   des  contrats  occupés  par  les  jeunes  en  2011  sont  des  CDD,  selon  l’Insee,  contre  7,6  %  chez  les  25-­‐49  ans  et  4,5  %  chez  les  seniors.  À  l’inverse,  les  seniors,  majoritairement  détenteurs  de  CDI,  s’inscrivent  plus  souvent  suite  à  un  licenciement  économique  [Graphique  3].  Graphique  3  :  Répartition  des  allocataires  indemnisés  par  motif  de  fin  de  contrat  de  travail  (%)        Source  :  Fichier  national  des  allocataires  (Unédic/Pôle  Emploi).  En  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011  observé  avec  6  mois  de  recul.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage,  France  entière.    Motifs de fin de contrat pour les intérimaires et les intermittents du spectacleLes  intérimaires  indemnisés  par  lAssurance  chômage  (annexe  4)  sinscrivent  dans  90,6%  des  cas  suite  à  une  fin  de   mission   dintérim.   Les   fins   de   CDD   comptent   pour   8,8%   des   allocataires   couverts   selon   les   modalités   de  lannexe  4.  Par  définition,  les  intermittents  du  spectacle  sont  employés  sous  contrat  à  durée  déterminée  ;  leur  entrée  en  indemnisation  survient  toujours  après  une  fin  de  CDD.  
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  6  SECTEURS  D’ACTIVITÉ  CONCERNÉS  Des emplois perdus majoritairement dans le commerce, les transports,l’hôtellerie et les activités du tertiairePrès   d’un   tiers   des   emplois   perdus   étaient   exercés   dans   des   activités   de   commerce,   de   transports   et  d’hôtellerie.   Les   jeunes   y   sont   particulièrement   surreprésentés.   L’emploi   intérimaire   étant   par   convention  rattaché  aux  activités  de  services  administratifs  et  de  soutien  (ex  :  activités  juridiques,  comptables,  location  et  crédit-­‐bail,   publicité,…),   la   part   des   emplois   perdus   est   également   importante   dans   ce   secteur.   Une   part  importante  des  emplois  perdus  provient  également  de  l’administration  publique,  l’enseignement  et  la  santé  [Graphique  4].  Graphique  4  :  Répartition  des  emplois  par  secteur  d’activité  (%)              Sources  :  Fichier  national  des  allocataires  (Unédic/Pôle  Emploi)  ;  statistique  annuelle  de  l’emploi  affilié  à  l’Assurance  chômage  (Pôle  emploi)Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  en  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011  observés  avec  6  mois  de  recul,  France  entière;  emplois  affiliés  à  l’Assurance  chômage  au  31/12/2011.  11,7%%8,0%%28,9%%3,8%%1,9%%1,0%%19,4%%16,8%%8,5%%18,2%%8,8%%28,8%%3,7%% 4,4%%1,3%%18,1%%12,1%%4,6%%0,0%%5,0%%10,0%%15,0%%20,0%%25,0%%30,0%%35,0%%Industrie%manufacturière,%industries%extrac=ves%%et%autres%Construc=on% Commerce%de%gros%et%de%détail,%transports,%hébergement%et%restaura=on%Informa=on%et%communica=on%Ac=vités%financières%et%d%assurance%Ac=vités%immobilières%Ac=vités%spécialisées,%scien=fiques%et%techniques%et%ac=vités%de%services%administra=fs%et%de%sou=en%Administra=on%publique,%enseignement,%santé%humaine%et%ac=on%sociale%Autres%ac=vités%de%services%Secteur%de%lemploi%perdu% Secteur%des%emplois%salariés%
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  7  DURÉE  DE  LA  PÉRIODE  COTISÉE  PRÉCÉDANT  L’INSCRIPTION  AU  CHÔMAGE  Près de la moitié des allocataires ont une durée d’affiliation supérieure àdeux ans46,7  %  des  allocataires  ont  une  durée  d’affiliation3  supérieure  à  2  ans.  Près  du  quart  ont  une  durée  d’affiliation  d’un  à  deux  ans  (22,4  %).  La  durée  d’affiliation  est  inférieure  à  6  mois  pour  12,0  %  d’entre  eux.  La  durée  d’affiliation  est  très  corrélée  au  motif  de  fin  de  contrat  de  travail.  Ainsi,  elle  tend  à  être  plus  courte  pour  une  fin  de  CDD  ou  d’intérim.  À  l’inverse,  les  allocataires  inscrits  suite  à  un  licenciement  ou  à  une  rupture  conventionnelle  enregistrent  des  durées  d’affiliation  plus  élevées  que  l’ensemble  des  allocataires  [Graphique  5].  Les  femmes  ont  des  durées  d’affiliation  relativement  plus  élevées,  de  même  que  les  indemnisés  plus  âgés  :  49,9  %  des  femmes  et  70,5  %  des  seniors  ont  une  durée  d’affiliation  supérieure  à  2  ans.  La  durée  d’affiliation  est  en  revanche  peu  impactée  par  le  niveau  de  diplôme.  Graphique  5  :  Répartition  de  la  durée  d’affiliation  par  motif  de  fin  de  contrat  (%)          Source  :  Fichier  national  des  allocataires  (Unédic/Pôle  Emploi).  En  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011  observé  avec  6  mois  de  recul.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage,  France  entière.  3   L’affiliation   correspond   à   la   période   de   cotisation   à   l’Assurance   chômage.   La   convention   d’Assurance   chômage   prévoit   que   tout  demandeur  d’emploi  qui  justifie  de  4  mois  d’affiliation  à  l’Assurance  chômage,  dans  une  période  de  28  mois  s’il  a  moins  de  50  ans  et  36  mois  s’il  a  50  ans  ou  plus,  est  susceptible  d’être  indemnisé  au  titre  de  l’ARE.  !!0,1!!!! 0,0! 0,1!0,2!0,0!!!0,9!!!! 1,1! 0,5!20,6!26,3!11,9!!!5,1!!!! 5,8! 4,7!28,3!38,6!18,7!!!14,8!!!!18,1!16,1!27,5!32,4!22,4!!!79,2!!!!74,9!78,7!23,1!2,6!46,7!0%#10%#20%#30%#40%#50%#60%#70%#80%#90%#100%#Licenciement! Départ!volontaire! Rupture!conven>onnelle!Fin!de!CDD! Fin!de!mission!dintérim!Total!24!mois!et!+!de!12!à!moins!de!24!mois!de!6!à!moins!de!12!mois!de!3!à!moins!de!6!mois!Moins!de!3!mois!Manquant!
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  8  RÉGIME  GÉNÉRAL  ET  ANNEXES  Plus de 4 allocataires sur 5 relèvent du régime général82,2  %  des  allocataires  sont  indemnisés  au  titre  du  régime  général.  Les  travailleurs  intermittents  et  les  intérimaires  des  entreprises  de  travail  temporaire  –  annexe  4  au  règlement  général  de  l’Assurance  chômage  –  représentent  13,4  %  des  allocataires.  Cette  population  est  plus  masculine  et  plus  jeune  que  la  moyenne  des  allocataires.  Les  intermittents  du  spectacle  –  annexes  8  et  10  au  règlement  général  de  l’Assurance  chômage  –  représentent  3,7  %  des  allocataires.  Ils  sont  surreprésentés  parmi  les  hommes  (4,9  %)  et  les  personnes  entre  25  et  49  ans  (4,8  %)  [Graphique  6].  Graphique  6  :  Répartition  des  allocataires  par  régime  particulier  (%)          Source  :  Fichier  national  des  allocataires  (Unédic/Pôle  Emploi).  En  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011  observé  avec  6  mois  de  recul.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage,  France  entière.        
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  9  Encadré 1: Le régime général et ses annexesAu  règlement  général  de  l’Assurance  chômage  sont  jointes  des  annexes  dont  l’objet  est  d’adapter  ce  règlement  aux  conditions  d’emploi  spécifiques  de  salariés  relevant  de  professions  particulières.  Il  en  est  ainsi  notamment  pour  les  marins,  VRP,  journalistes  ou  intérimaires  et  intermittents.  Ces  derniers  ont  pour  particularité  d’être  employés  sur  des  contrats  de  très  courtes  durées  et  d’alterner  régulièrement  de  ce  fait  périodes  de  travail  et  périodes  d’indemnisation.  L’annexe  4  regroupe  les  salariés  intérimaires  des  entreprises  de  travail  temporaire  et  les  salariés  intermittents  (CDD   d’usage   hors   intermittents   du   spectacle).   Les   adaptations   principales   par   rapport   au   régime   général  résident  dans  la  comptabilisation  systématique  de  la  durée  d’affiliation  en  heures  (jamais  en  jours)  et  l’absence  de  seuil  dans  le  cumul  de  l’allocation  et  de  la  rémunération.  Les  allocataires  qui  relèvent  de  l’annexe  4  ont  des  parcours  très  variés.  Pour  certains,  le  chômage  suite  à  une  mission   d’intérim   ou   un   CDD   d’usage   est   exceptionnel,   et   sera   suivi   de   périodes   d’emploi   durable.   Pour  d’autres,  l’alternance  des  périodes  de  chômage  et  de  travail,  sous  des  contrats  divers,  est  fréquente.  Les  annexes  8  et  10  relatives  aux  intermittents  du  spectacle,  à  la  différence  des  autres  annexes,  ne  se  limitent  pas  à  une  adaptation  du  règlement  général  mais  comportent  des  règles  dérogatoires  aux  principes  de  celui-­‐ci.  Ces   dérogations   portent   particulièrement   sur   la   condition   d’activité   requise   pour   acquérir   des   droits   à  l’Assurance  chômage,  la  durée  d’indemnisation,  le  mode  de  calcul  de  l’allocation  et  le  montant  de  l’allocation  minimale.    Les  intermittents  du  spectacle  sont  engagés  par  contrat  à  durée  déterminée,  pour  des  emplois  d’ouvriers  ou  techniciens  de  l’édition  d’enregistrement  sonore,  de  la  production  cinéma  et  audiovisuelle,  de  la  radio,  de  la  diffusion  et  du  spectacle  (annexe  8),  ou  d’artistes  du  spectacle  (annexe  10).    La  plupart  des  allocataires  perçoivent  l’ARE  (93,6  %).  Ils  sont  3,6  %  à  suivre  une  formation.  Enfin,  2,8  %  des  allocataires  ont  intégré  des  dispositifs  d’accompagnement  renforcé  (CSP,  CRP  ou  CTP4).  Ces  dispositifs  étant  réservés  aux  personnes  se  retrouvant  au  chômage  à  la  suite  d’un  licenciement  économique,  la  population  qui  en  bénéficie  est  structurellement  plus  âgée  [Tableau  1].  Tableau  1  :  Répartition  des  allocataires  de  l’Assurance  chômage  par  type  d’allocation  (%)    Type  dallocation  ÂGE   SEXE  Total  Moins  de  25  ans  25-­‐49  ans   50  ans  et  plus   Homme   Femme  ARE   92,3   93,1   95,9   94,2   93,0   93,6  ARE-­‐formation   6,9   3,8   0,9   2,8   4,4   3,6  CSP/CRP/CTP   0,8   3,1   3,2   3,0   2,6   2,8  Total   100,0   100,0   100,0   100,0   100,0   100,0    Source  :  Fichier  national  des  allocataires  (Unédic/Pôle  Emploi).  En  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011  observé  avec  6  mois  de  recul.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage,  France  entière.    4  La  convention  de  reclassement  personnalisé  (CRP)  et  le  contrat  de  transition  professionnelle  (CTP)  sont  deux  dispositifs  de  reclassement  des   salariés   licenciés   pour   motif   économique.   Ces   dispositifs,   remplacés   depuis   le   1er   septembre   2011   par   le   contrat   de   sécurisation  professionnelle  (CSP),  permettent  aux  personnes  concernées  de  percevoir  une  indemnisation  proportionnelle  à  leur  salaire  antérieur  et  de  bénéficier  d’un  accompagnement  individualisé.  
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  10  Caractéristiques AREF CRP/CSP/CTPEnsemble des allocatairesindemnisés par lAssurancechômageMOTIF DE FIN DE CONTRAT DE TRAVAILLicenciement économique 6,1 99,5 10,8Autres licenciements 16,9 0,0 21,2Fin de CDD 46,6 0,0 38,7Fin de mission dintérim 7,1 0,0 12,3Départ volontaire 3,6 0,0 2,2Autres causes 4,9 0,5 3,5Rupture conventionnelle 14,9 0,0 11,4TOTAL 100 100 100GENREHomme 39,5 54,4 50,8Femme 60,5 45,6 49,2TOTAL 100 100 100TRANCHE DÂGEMoins de 25 ans 29,7 4,7 15,525-49 ans 64,6 69,6 61,950 ans et plus 5,6 25,7 22,6TOTAL 100 100 100NIVEAU DE DIPLÔMECollège 5,3 12,0 16,7Lycée < BAC 1,0 1,1 1,6CAP, BEP 26,9 37,6 37,0BAC 33,1 20,6 20,6BAC+2 17,0 15,9 12,2BAC+3 et +4 11,4 6,7 6,6BAC+5 ou plus 5,2 6,2 5,3TOTAL 100 100 100ANCIENNETÉ DANS LINDEMNISATION≥ 1 an 28,2 0,0 25,0< 1 an 71,8 100,0 75,0TOTAL 100 100 100Type de contratTemps partiel 31,9 13,0 23,4Temps plein 68,1 87,0 76,6TOTAL 100 100 100Encadré 2 : Les bénéficiaires de la formation et de la conversionLes  bénéficiaires  de  l’ARE  formation  (AREF)  Les  allocataires  indemnisés  au  titre  de  l’ARE  formation  sont  caractérisés  par  une  majorité  de  femmes,  plutôt  jeunes.  Ils  sont  également  plus  diplômés  que  l’ensemble  des  allocataires  indemnisés.  Quasiment  la  moitié  se  sont  inscrits  suite  à  une  fin  de  CDD  et  près  d’un  tiers  étaient  à  temps  partiel.  Leur  salaire  de  référence  ainsi  que  leur  niveau  d’indemnisation  est  plus  faible  que  l’ensemble  des  allocataires.  Les  dispositifs  d’accompagnement  renforcé  (CRP/CTP/CSP)  Les   hommes   sont   légèrement   surreprésentés   parmi   les   allocataires   du   CRP/CTP/CSP.   Ils   sont   plus   âgés   que  l’ensemble  des  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  et  sont  inscrits  sur  les  listes  de  Pôle  emploi  suite   à   un   licenciement   économique.   Ils   sont   indemnisés   au   maximum   pendant   un   an   et   bénéficient   d’une  allocation  plus  élevée  que  la  moyenne.  Tableau  2  :  Caractéristiques  de  l’AREF  et  du  CRP/CSP/CTP  (en  %)                                                                                                  Source  :  Fichier  national  des  allocataires  (Unédic/Pôle  Emploi).  En  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011  observé  avec  6  mois  de  recul.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage,  France  entière.      
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  11  ANCIENNETÉ  AU  CHÔMAGE  Un quart des allocataires ont perçu au moins 1 an d’allocations chômage  25,0  %  des  allocataires  ont  été  indemnisés  pendant  plus  d’un  an  et  sont  donc  «  chômeurs  de  longue  durée  »5.  Cette  proportion  est  légèrement  supérieure  chez  les  femmes  et  elle  augmente  considérablement  avec  l’âge.  Les  allocataires  indemnisés  depuis  plus  d’un  an  sont  notamment  surreprésentés  dans  le  nord,  le  nord-­‐est,  et  en  Ile-­‐de-­‐France.  Cette  implantation  du  chômage  de  longue  durée  semble  liée  au  facteur  âge,  puisque  la  part  de  seniors  indemnisés  est  élevée  dans  ces  régions.  Graphique  7  :  Répartition  des  allocataires  par  ancienneté  dans  le  régime  (%)            Source  :  Fichier  national  des  allocataires  (Unédic/Pôle  Emploi).  En  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011  observé  avec  6  mois  de  recul.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage,  France  entière.      5  L’ancienneté  au  chômage  indemnisé  se  mesure  en  nombre  d’allocations  journalières  perçues.  Elle  peut  être  significativement  différente  de   l’ancienneté   au   chômage   (notamment   pour   les   allocataires   en   activité   réduite)   qui   correspond   au   nombre   de   jours   écoulés   depuis  l’inscription.    
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  12  SALAIRES  DE  RÉFÉRENCE  Plus élevés chez les hommes, les plus âgés et les plus diplômés82,9  %  des  salaires  de  référence  sont  compris  entre  600  et  2  400  €  brut  par  mois,  avec  une  concentration  plus  forte  pour  ceux  compris  entre  1  250  et  1  800  €  brut  par  mois  (40,4  %).  Le  niveau  des  salaires  journaliers  de  référence   (SJR)6   est   fortement   corrélé   à   l’expérience   professionnelle  :   47,8  %   des   seniors   ont   un   salaire   de  référence   de   plus   de   1  800  €   brut   contre   seulement   12,4  %   des   jeunes.   On   observe   également   de   fortes  disparités  de  SJR  selon  le  sexe  et  le  niveau  de  diplôme.  Ainsi,  47,7  %  des  hommes,  et  62,5  %  des  détenteurs  d’un   diplôme   de   niveau   supérieur   au   BAC+2   ont   un   salaire   de   référence   de   plus   de   1  800  €   brut,   contre  respectivement  27,1  %  des  femmes  et  30,2  %  des  individus  qui  n’ont  pas  le  BAC.  Rappelons  que  le  SMIC7  au  1er  janvier  2012  est  de  1  426  €  brut  par  mois.  Tableau  3  :  Répartition  des  allocataires  par  tranches  de  salaire  de  référence  brut  (%)    Tranche  du  salaire    moyen  de  référence  brut  SEXE   ÂGE   DIPLÔME  TOTAL  Homme   Femme   <  25  ans  25-­‐49  ans  50  ans  et  plus  <  BAC  BAC  à  BAC  +2  >  BAC  +2  Moins  de  600  €   2,2   5,0   10,2   1,9   3,8   5,2   1,9   1,1   3,6  De  600  €  à  moins  de  1  200  €  11,1   26,0   29,6   16,0   17,5   20,8   16,8   11,6   18,4  De  1  200  €  à  moins  de  1  800  €  38,9   41,8   47,9   41,9   30,9   43,8   40,3   24,7   40,4  De  1  800  €  à  moins  de  2  400  €  25,6   15,2   10,1   22,7   21,6   20,9   20,9   17,9   20,5  De  2  400  €  à  moins  de  3  000  €  8,1   5,1   1,3   7,1   9,2   5,1   7,5   11,8   6,7  De  3  000  €  à  moins  de  3  650  €  4,0   2,5   0,5   3,4   4,9   1,8   4,0   8,2   3,3  De  3  650  €  à  moins  de  4  250  €  2,7   1,4   0,2   2,1   3,2   1,0   2,5   5,8   2,1  Plus  de  4  250  €   7,3   2,9   0,3   4,8   8,9   1,5   6,1   19,0   5,0  Total   100   100   100   100   100   100   100   100   100      Source  :  Fichier  national  des  allocataires  (Unédic/Pôle  Emploi).  En  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011  observé  avec  6  mois  de  recul.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage,  France  entière.      6  Le  Salaire  Journalier  de  Référence  (SJR)  sert  de  base  pour  déterminer  l’allocation  journalière.  Il  sobtient  :  • par  laddition  des  rémunérations  soumises  aux  contributions  de  Pôle  emploi  et  perçues  au  cours  des  12  mois  civils  précédant  le  dernier  jour  travaillé  et  payé    • par  la  division  de  ce  revenu  de  référence  par  365  jours  (y  compris  pour  les  années  bissextiles),  desquels  sont  retranchés  les  jours  dabsence  et  les  jours  sans  contrat  de  travail.  7  Salaire  minimum  interprofessionnel  de  croissance
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  13  ALLOCATIONS  VERSÉES  Les allocataires touchent en moyenne 69 % de leur salaire net de référenceAu  31  décembre  2011,  les  bénéficiaires  de  l’Assurance  chômage  touchent  en  moyenne  1  055  €  net  par  mois,  soit  69  %  de  leur  salaire  net  de  référence  [Graphique  8].    Ce   taux   de   remplacement   augmente   lorsque   le   niveau   de   rémunération   antérieur   est   plus   faible.   Ainsi,   les  bénéficiaires  de  l’Assurance  chômage  indemnisés  sur  la  base  d’une  référence  de  travail  au  SMIC  touchent  une  allocation  mensuelle  équivalente  à  78  %  de  leur  salaire  net  de  référence.  Par  ailleurs,  environ  un  quart  des  bénéficiaires  de  l’Assurance  chômage  sont  indemnisés  sur  des  références  de  travail  à  temps  partiel.  Pour  eux,  le  rapport  entre  l’indemnisation  nette  et  le  salaire  net  de  référence  est  plus  fort.  Ainsi,  les  bénéficiaires  indemnisés  sur  des  références  de  travail  à  temps  partiel  touchent  en  moyenne  77  %  du  salaire  net  de  référence,  contre  68  %  pour  le  temps  complet.  Graphique  8  :  Rapport  de  l’indemnisation  nette  sur  le  salaire  net,  par  tranche  de  salaire  de  référence        Source  :  Fichier  national  des  allocataires  (Unédic/Pôle  Emploi).  En  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011  observé  avec  6  mois  de  recul.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage,  France  entière.  Note  de  lecture  :  5  %  des  allocataires  touchent  moins  de  500  €  et  ont  un  rapport  de  l’indemnisation  nette  sur  le  salaire  net  de  92  %.      
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  14  Encadré 3 : Le Calcul de l’allocationSelon  le  salaire  précédant  la  période  de  chômage  (SJR  :  Salaire  Journalier  de  Référence)  et  le  coefficient  de  temps  partiel,  l’allocataire  bénéficie  d’une  allocation  journalière  calculée  par  une  de  ces  4  formules  :  • 75%  du  SJR  • Allocation  minimale  (27,66  €  au  01/07/2011)  • 40,4%  du  SJR  +  partie  fixe  (11,34  €  au  01/07/2011)  • 57,4%  du  SJR  La  formule  sélectionnée  est  la  plus  avantageuse  pour  le  demandeur  d’emploi.  Elle  correspond  au  maximum  des  valeurs  obtenues  par  les  3  dernières  formules,  tant  qu’il  ne  dépasse  pas  75%  du  SJR.  Le   graphique   ci-­‐dessous   présente   par   salaire   mensuel   brut,   le   montant   de   l’indemnisation   journalière   dont  bénéficie  un  allocataire  ayant  travaillé  à  temps  complet,  et  la  formule  qui  a  permis  de  le  calculer.      Exemple  :  Une  personne  à  temps  complet  qui  touche  le  SMIC  (soit  47€  par  jour)  sera  indemnisée  à  hauteur  de  :  40,4%  *  47  €  +  11,34€  =  30€  par  jour.  Le  coefficient  réducteur  est  appliqué  à  l’allocation  minimale  et  à  la  partie  fixe  pour  les  personnes  ayant  travaillé  à  temps  partiel.  Le  salaire  est  déjà  réduit  du  fait  du  temps  partiel.    
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  15  Profils types des allocatairesL’analyse  des  caractéristiques  des  allocataires  indemnisés  par  le  régime  d’Assurance  chômage  met  en  évidence  10   profils   types.   Les   8   premiers   groupes   (ou   classes)   d’allocataires   ont   été   construits   selon   des   méthodes  d’analyse   de   données,   de   telle   sorte   que   les   caractéristiques   observées   au   sein   d’un   même   groupe   soient  semblables,   mais   qu’elles   soient   aussi   différentes   que   possible   de   celles   des   autres   groupes   [Encadré  méthodologique].   Dans   chaque   groupe   émergent   des   caractéristiques   dominantes   que   l’on   ne   retrouve  cependant   pas   chez   l’ensemble   des   individus   ce   qui   peut   nuire   à   la   lisibilité   de   l’analyse   (Ex  :   quelques  allocataires   avec   une   référence   de   travail   à   temps   plein   dans   une   classe   ou   le   temps   partiel   est   une  caractéristique  largement  majoritaire).  On  a  donc  dans  un  deuxième  temps  appliqué  les  règles  de  décisions  issues  des  spécificités  dominantes  mises  en  évidence  afin  de  mettre  les  caractéristiques  observées  au  sein  d’un  même  groupe  en  totale  adéquation  avec  leur  intitulé.  Les  intérimaires  (annexe  4)  et  les  intermittents  du  spectacle  (annexes  8  et  10),  en  raison  de  leurs  spécificités,  notamment  réglementaires  pour  les  annexes  8  et  10,  font  l’objet  des  2  derniers  profils  types.  À   l’exception   de   ces   deux   derniers   groupes   la   segmentation   a   été   construite   selon   les   règles   décrites   ci-­‐dessous  :    Pour  la  bonne  lisibilité  de  l’analyse,  ces  classes  ont  été  regroupées  en  6  populations  :  • Référence  de  travail  à  temps  partiel    • Licenciés  à  temps  plein  • Ruptures  conventionnelles  ou  départs  volontaires  à  temps  plein    • Fins  de  CDD  à  temps  plein      • Intérimaires  • Intermittents  du  spectacle  Près  de  2%  des  allocataires  n’ont  pas  pu  être  classés.  Ce  sont  les  autres  motifs  de  fin  de  contrat  à  temps  plein,  essentiellement  des  fins  de  période  d’essai  à  l’initiative  de  l’employeur  ou  encore  une  autre  rupture  pour  motif  économique.  
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  16  Encadré méthodologique : L’analyse de données et la classification des allocatairesL’analyse  de  données,  en  bref  Lorsqu’on  analyse  au  plus  3  variables,  il  est  possible  den  faire  une  représentation  graphique  qui  restitue  toute  linformation.  Ce  nest  plus  vrai  si  l’on  est  en  présence  de  plus  de  3  variables.  Or,  c’est  le  cas  dans  notre  analyse  des  caractéristiques  des  allocataires  de  l’Assurance  chômage.  Comment  faire  pour  tenir  compte  de  l’ensemble  de  l’information  ?  L’analyse  des  données  permet  de  traiter  un  nombre  très  important  de  données,  avec  de  nombreuses  variables,  et  de  dégager  les  aspects  les  plus  intéressants  de  la  structure  des  données.    Un  premier  type  de  méthode  d’analyse  des  données  aide  à  faire  ressortir  les  relations  pouvant  exister  entre  les  différentes  données,  et  à  en  tirer  une  information  statistique  qui  permette  de  décrire  de  façon  plus  succincte  les  principales  informations  contenues  dans  l’ensemble  des  données.    Dautres  techniques  permettent  de  regrouper  les  données  de  façon  à  faire  apparaître  clairement  ce  qui  les  rend  homogènes,  et  ainsi  mieux  les  identifier  et  les  définir.  On  utilise  dans  notre  analyse  des  allocataires  en  Assurance  chômage  ce  deuxième  type  de  méthode  d’analyse  de  données,  pour  la  construction  d’une  typologie  (ou  classification),  c’est-­‐à-­‐dire  de  groupes  d’individus.  La  classification  des  allocataires,  mais  comment  ?  Au   préalable,   étant   données   les   spécificités   propres   aux   travailleurs   intermittents   et   intérimaires   des  entreprises   de   travail   temporaire   (annexe   4)   d’une   part,   aux   intermittents   du   spectacle   (annexes   8   et   10)  d’autre  part,  ces  individus  ont  été  isolés  pour  former  deux  groupes.    La  méthode  de  classification  a  été  appliquée  sur  les  allocataires  restants,  à  savoir  ceux  dépendant  du  régime  général.  Les  variables  actives,  utilisées  pour  effectuer  le  regroupement  des  individus,  sont  leurs  attributs  socio  démographiques  (sexe,  âge,  niveau  de  diplôme),  les  caractéristiques  de  leur  emploi  perdu  (secteur  d’activité,  type  de  contrat  de  travail,  nombre  d’heures  travaillées8,  motif  de  fin  de  contrat),  celles  relatives  à  leurs  droits  à  l’indemnisation  (montant  de  l’indemnisation,  durée  maximale  d’indemnisation)  ainsi  que  leur  ancienneté  dans  le  régime  d’Assurance  chômage.  La  classification  s’effectue  alors  en  deux  temps  :  1. Analyse  factorielle  des  Correspondances  Multiples  (ACM)  sur  ces  variables  2. Classification  hiérarchique  :  Elle  est  basée  sur  les  coordonnées  des  allocataires  sur  les  dix  premiers  axes  fournis  par  l’ACM.  On  choisit  un  nombre  de  classes  (8)  à  obtenir.  Il  s’agit  alors  de  construire  4  groupes   aussi   différents   que   possible   les   uns   des   autres,   et   dans   lesquels   les   individus   sont   aussi  semblables   que   possible   entre   eux.   Pour   cela,   l’analyse   typologique   part   des   individus   eux-­‐mêmes  (chaque   individu   forme   au   départ   un   sous-­‐groupe)   et   les     agrège   progressivement   (regroupement  progressif  des  sous-­‐groupes)  selon  la  ressemblance  de  leurs  réponses  aux  variables  sélectionnées.    8  La  variable  de  l’intensité  du  temps  de  travail  (temps  complet  /  temps  partiel)  ne  figure  pas  dans  la  table  de  données  utilisée  pour  la  partie  1  de  l’étude.  Sa  prise  en  compte  nécessite  l’utilisation  d’une  autre  table  de  données,  qui  est  un  échantillon  au  1/40  des  allocataires  de  l’Assurance  chômage.  
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  17  1. Le temps partiel, aux trois quarts féminin, représente près d’un quart desréférences de travail  Les  références  de  travail  à  temps  partiel  regroupent  23,2  %  de  l’ensemble  des  allocataires  [Tableau  4].  Ce  sont  essentiellement   des   femmes   (74,1   %   contre   49,2  %   dans   l’ensemble).   Un   quart   de   ces   allocataires   ont   été  indemnisés   depuis   plus   d’un   an.   Ainsi,   les   allocataires   avec   des   références   de   travail   à   temps   partiel   au  chômage  de  longue  durée  (5,8  %  des  allocataires)  ont  été  plus  souvent  licenciés  sur  des  contrats  longs.    La  faible  intensité  de  travail  va  de  pair  avec  une  indemnisation  basse  :  90  %  touchent  moins  de  980  €  d’allocations  par  mois,  contre  seulement  30  %  pour  l’ensemble  des  allocataires  [Graphique  9].  Par  ailleurs,  on  observe  une  surreprésentation  de  l’indemnisation  à  temps  partiel  dans  les  DOM  (5,6  %  contre  3,3  %  dans  l’ensemble)  alors  que  la  région  parisienne9  est  beaucoup  moins  impactée  (11,6  %  contre  17,5  %  dans   l’ensemble).   A   noter   également   des   niveaux   de   diplômes   plus   faibles   (19,7   %   contre   24,1   %   dans  l’ensemble).  Graphique  9  :  Montant  de  l’indemnisation  mensuelle  nette  par  type  de  référence  de  travail              Source  :  Fichier  national  des  allocataires,  échantillon  au  40ème  (Unédic/Pôle  Emploi).  En  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  hors  annexe  8  et  10,  France  entière.    9  Ile  de  France  cf.  Annexes  page  33  
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  18  Tableau  4  :  Caractéristiques  des  allocataires  avec  des  références  de  travail  à  temps  partiel        Source  :  Fichier  national  des  allocataires,  échantillon  au  40ème  (Unédic/Pôle  Emploi).  En  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage,  France  entière.  Ancienneté < 1 anchômage delongue duréeRÉFÉRENCES DE TRAVAILTemps plein 0,0 0,0 0,0 76,8Temps partiel 100,0 100,0 100,0 23,2ANCIENNETÉ DANS LINDEMNISATIONAncienneté < 1 an 100,0 0,0 75,1 75,0Chômage de longue durée 0,0 100,0 24,9 25,0MOTIF DE FIN DE CONTRATLicenciement éco 6,6 9,2 7,2 10,8Autres licenciements 15,2 29,1 18,7 21,2Fin de CDD 65,3 43,4 59,9 38,7Fin de mission dintérim 0,1 0,0 0,1 12,3Départ volontaire 2,3 3,1 2,5 2,2Rupture conventionnelle 7,8 11,8 8,8 11,4Autres causes 2,9 3,4 3,0 3,5NIVEAU DE DIPLÔMEDiplôme <= BAC 79,8 81,7 80,3 75,8Etudes supérieures 20,2 18,3 19,7 24,1GENREHomme 26,9 22,7 25,9 50,8Femme 73,1 77,3 74,1 49,2TRANCHE DÂGEMoins de 25 ans 22,1 13,5 20,0 15,525-49 ans 60,6 48,8 57,7 61,950 ans et plus 17,3 37,7 22,4 22,6DURÉE DAFFILIATIONINCONNU 0,1 0,3 0,1 0,3Moins de 3 mois 0 0 0,0 0,1De 3 à 6 mois 6,8 1 5,4 11,9De 6 mois à 1 an 24,4 3,8 19,3 18,7De 1 an à 2 ans 31,4 22,8 29,3 22,4Plus de 2 ans 37,2 72,1 45,9 46,7RÉGIONREGION PARISIENNE 11,3 12,7 11,6 17,5BASSIN PARISIEN 16 15 15,8 15,7NORD 8,6 8,2 8,5 6,3EST 7,2 8,5 7,5 7,8OUEST 13,3 11,5 12,9 12,6SUD-OUEST 11,4 11,1 11,3 10,9CENTRE-EST 11,1 11,3 11,1 11,3MEDITERRANEE 15,9 15,1 15,7 14,5DOM 5,3 6,5 5,6 3,3Effectif en fin de mois 419 520 138 760 558 280 2 403 320% 17,5% 5,8% 23,2% 100,0%Temps partielTemps partiel Ensemble
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  19  2. Les licenciés, souvent confrontés au chômage de longue durée  Les   licenciés   avec   des   références   de   travail   à   temps   plein   (26,0  %   de   l’ensemble   des   allocataires)   se  caractérisent   par   une   majorité   d’hommes   (57,7   %),   davantage   de   seniors   (34,0   %   ont   50   ans   et   plus),   des  durées   d’affiliation   longues   (80,7   %   avaient   travaillé   plus   de   2   ans)   et   de   forts   montants   d’indemnisation  [Tableau  5  –  Graphique  10].  Ainsi,  un  quart  des  licenciés  à  temps  plein  reçoivent  plus  de  1  430  euros  net  par  mois.  Trois  groupes  se  distinguent  par  leur  niveau  d’étude  et  leur  ancienneté  dans  l’indemnisation.  Les  licenciés  à  temps   plein   diplômés   (5,4   %   des   allocataires)   sont   plus   implantés   en   région   parisienne   (32,4   %)   et  majoritairement   d’âge   intermédiaire   (69,6   %   ont   entre   25   et   49   ans).   Les   chômeurs   de   longue   durée   peu  diplômés  (7,6  %  des  allocataires)  sont  les  plus  âgés  (52,1  %  ont  50  ans  et  plus).  Les  licenciés  à  temps  plein  peu  diplômés  dont  l’ancienneté  ne  dépasse  pas  1  an  d’indemnisation  (12,9  %  des  allocataires)  sont  plus  jeunes  et  ont  des  durées  d’affiliation  plus  faibles  que  les  autres  licenciés  à  temps  plein.  Graphique  10:  Montant  de  l’indemnisation  mensuelle  nette  des  licenciés  à  temps  plein              Source  :  Fichier  national  des  allocataires,  échantillon  au  40ème  (Unédic/Pôle  Emploi).  Encours  d’indemnisation  au  31/12/2011.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  hors  annexe  8  et  10,  France  entière.    
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  20  Tableau  5  :  Caractéristiques  des  allocataires  issus  de  licenciements  avec  des  références  de  travail  à  temps  plein        Source  :  Fichier  national  des  allocataires,  échantillon  au  40ème  (Unédic/Pôle  Emploi).  En  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage,  France  entière.          <=BAC & ANC.<1 an<=BAC & CLDÉtudessupérieuresRÉFÉRENCES DE TRAVAILTemps plein 100,0 100,0 100,0 100,0 76,8Temps partiel 0,0 0,0 0,0 0,0 23,2ANCIENNETÉ DANS LINDEMNISATIONAncienneté < 1 an 100,0 0,0 65,5 63,4 75,0Chômage de longue durée 0,0 100,0 34,5 36,6 25,0MOTIF DE FIN DE CONTRATLicenciement éco 39,3 30,6 38,5 36,6 10,8Autres licenciements 60,7 69,4 61,5 63,4 21,2Fin de CDD 0,0 0,0 0,0 0,0 38,7Fin de mission dintérim 0,0 0,0 0,0 0,0 12,3Départ volontaire 0,0 0,0 0,0 0,0 2,2Rupture conventionnelle 0,0 0,0 0,0 0,0 11,4Autres causes 0,0 0,0 0,0 3,5NIVEAU DE DIPLÔMEDiplôme <= BAC 100,0 100,0 79,1 75,8Etudes supérieures 100,0 20,9 24,1GENREHomme 57,6 59,6 55,2 57,7 50,8Femme 42,4 40,4 44,8 42,3 49,2TRANCHE DÂGEMoins de 25 ans 8,8 5,3 3,5 6,7 15,525-49 ans 64,9 42,7 69,6 59,4 61,950 ans et plus 26,3 52,1 27,0 34,0 22,6DURÉE DAFFILIATIONINCONNU 0 0 0 0,0 0,3Moins de 3 mois 0 0 0 0,0 0,1De 3 à 6 mois 1,2 0,1 0,7 0,8 11,9De 6 mois à 1 an 7,8 0,5 4,4 4,9 18,7De 1 an à 2 ans 16,6 9,1 12,7 13,6 22,4Plus de 2 ans 74,3 90,3 82,2 80,7 46,7RÉGIONREGION PARISIENNE 20,2 20,9 32,4 23,0 17,5BASSIN PARISIEN 16,9 16,9 10,8 15,6 15,7NORD 6 6,4 5,3 6,0 6,3EST 8,2 9,7 5,9 8,2 7,8OUEST 11,7 10,2 9,8 10,9 12,6SUD-OUEST 9,6 8,8 9,8 9,4 10,9CENTRE-EST 10,5 10,7 11,2 10,7 11,3MEDITERRANEE 13,1 13,1 13,2 13,1 14,5DOM 3,8 3,3 1,7 3,2 3,3Effectif en fin de mois 310 240 183 520 130 840 624 600 2 403 320% 12,9% 7,6% 5,4% 26,0% 100,0%Licenciés temps pleinLicenciés tempspleinEnsemble
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  21  3. La rupture conventionnelle ou le départ volontaire d’un contrat à tempsplein concerne un allocataire sur dix  Ce   groupe   représente   10,6   %   de   l’ensemble   des   allocataires   [Tableau   6].   Il   comprend   légèrement   plus  d’hommes  que  de  femmes  (51,8  %  contre  48,2  %)  ainsi  que  des  niveaux  de  diplômes  plus  élevés.  Les  ruptures  conventionnelles  et  les  départs  volontaires  sont  applicables  dans  le  cadre  de  contrats  à  durée  indéterminée,  d’où  des  durées  d’affiliation  relativement  élevées  :  80,1  %  de  durées  d’affiliation  supérieures  à  2  ans  contre  46,7  %   pour   l’ensemble.   Les   niveaux   d’indemnisation   sont   relativement   plus   élevés   que   l’ensemble   des  allocataires   (hors   intermittents)   puisque   un   quart   des   allocataires   ayant   utilisé   la   rupture   conventionnelle  touchent  plus  de  1  200  euros  net  par  mois  (contre  20%  dans  l’ensemble  hors  intermittents)  [Graphique  11].  Il  semblerait  que  la  région  Méditerranée  soit  plus  concernée  par  ce  mode  de  rupture  de  contrat  (17,3  %  contre  14,5  %  dans  l’ensemble).  Graphique  11  :  Montant  de  l’indemnisation  mensuelle  nette  des  ruptures  conventionnelles  ou  départs  volontaires  à  temps  plein              Source  :  Fichier  national  des  allocataires,  échantillon  au  40ème  (Unédic/Pôle  Emploi).  En  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  hors  annexe  8  et  10,  France  entière.    
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  22  Tableau  6  :  Caractéristiques  des  allocataires  ayant  conclu  une  rupture  conventionnelle  ou  un  départ  volontaire          Source  :  Fichier  national  des  allocataires,  échantillon  au  40ème  (Unédic/Pôle  Emploi).  En  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage,  France  entière.    RÉFÉRENCES DE TRAVAILTemps plein 100 76,8Temps partiel 0 23,2ANCIENNETÉ DANS LINDEMNISATIONAncienneté < 1 an 67,1 75,0Chômage de longue durée 32,9 25,0MOTIF DE FIN DE CONTRATLicenciement éco 0 10,8Autres licenciements 0 21,2Fin de CDD 0 38,7Fin de mission dintérim 0 12,3Départ volontaire 14,7 2,2Rupture conventionnelle 85,3 11,4Autres causes 3,5NIVEAU DE DIPLÔMEDiplôme <= BAC 63,7 75,8Etudes supérieures 36,3 24,1GENREHomme 51,8 50,8Femme 48,2 49,2TRANCHE DÂGEMoins de 25 ans 8,8 15,525-49 ans 71,1 61,950 ans et plus 20 22,6DURÉE DAFFILIATIONINCONNU 0,3Moins de 3 mois 0,1De 3 à 6 mois 0,6 11,9De 6 mois à 1 an 4,4 18,7De 1 an à 2 ans 15 22,4Plus de 2 ans 80,1 46,7RÉGIONREGION PARISIENNE 18,6 17,5BASSIN PARISIEN 13,6 15,7NORD 4,2 6,3EST 6,4 7,8OUEST 12,6 12,6SUD-OUEST 11,3 10,9CENTRE-EST 12,4 11,3MEDITERRANEE 17,3 14,5DOM 3,5 3,3Effectif en fin de mois 253 960 2 403 320% 10,6% 100,0%Ruptureconventionnelleou démission àtemps pleinEnsemble
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  23  4. Les fins de CDD à temps plein se distinguent entre eux par le niveau dediplôme  Le  niveau  de  diplôme  permet  de  dissocier  deux  groupes  assez  hétérogènes  parmi  les  fins  de  CDD  à  temps  plein.  Les  plus  diplômés  (5,5  %  des  allocataires)  sont  majoritairement  des  femmes  (58,1  %),  plutôt  situés  en  région  parisienne.  Les  moins  diplômés  sont  plutôt  des  hommes  (54,6  %),  jeunes  (36,6  %  ont  moins  de  25  ans),  situés  dans  le  sud  de  la  France  [Tableau  7].  Malgré  des  durées  d’affiliation  plus  longues  (et  donc  des  droits  plus  longs),  les  fins  de  CDD  diplômés  ne  se  distinguent  pas  des  autres  fins  de  CDD  par  l’ancienneté  dans  l’indemnisation.  Le   niveau   d’indemnisation   des   fins   de   CDD   à   temps   plein   est   proche   du   niveau   d’indemnisation   moyen  [Graphique  12].  Les  plus  diplômés  touchant  en  moyenne  100  euros  net  de  plus  que  les  autres  fins  de  CDD  à  temps  plein.  Graphique  12  :  Montant  de  l’indemnisation  mensuelle  nette  des  fins  de  CDD  à  temps  plein                    Source  :  Fichier  national  des  allocataires,  échantillon  au  40ème  (Unédic/Pôle  Emploi).  En  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  hors  annexe  8  et  10,  France  entière.  
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  24  Tableau  7  :  Caractéristiques  des  allocataires  ayant  perdu  un  CDD  à  temps  plein        Source  :  Fichier  national  des  allocataires,  échantillon  au  40ème  (Unédic/Pôle  Emploi).  En  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage,  France  entière.      <=BAC Etudes SupRÉFÉRENCES DE TRAVAILTemps plein 100,0 100,0 100,0 76,8Temps partiel 0,0 0,0 0,0 23,2ANCIENNETÉ DANS LINDEMNISATIONAncienneté < 1 an 85,0 84,7 84,9 75,0Chômage de longue durée 15,0 15,3 15,1 25,0MOTIF DE FIN DE CONTRATLicenciement éco 0,0 0,0 0,0 10,8Autres licenciements 0,0 0,0 0,0 21,2Fin de CDD 100,0 100,0 100,0 38,7Fin de mission dintérim 0,0 0,0 0,0 12,3Départ volontaire 0,0 0,0 0,0 2,2Rupture conventionnelle 0,0 0,0 0,0 11,4Autres causes 0,0 0,0 0,0 3,5NIVEAU DE DIPLÔMEDiplôme <= BAC 100,0 72,6 75,8Études supérieures 100,0 27,4 24,1GENRE 0,0Homme 54,6 41,9 51,1 50,8Femme 45,4 58,1 48,9 49,2TRANCHE DÂGE 0,0Moins de 25 ans 36,6 31,0 35,1 15,525-49 ans 50,9 63,1 54,2 61,950 ans et plus 12,5 5,9 10,7 22,6DURÉE DAFFILIATIONINCONNU 0,0 0,0 0,0 0,3Moins de 3 mois 0,0 0,0 0,0 0,1De 3 à 6 mois 16,1 13,1 15,3 11,9De 6 mois à 1 an 34,1 29,8 32,9 18,7De 1 an à 2 ans 26,2 30,8 27,5 22,4Plus de 2 ans 23,7 26,3 24,4 46,7RÉGIONREGION PARISIENNE 10,4 20,2 13,1 17,5BASSIN PARISIEN 15,8 11,9 14,7 15,7NORD 5,8 4,8 5,5 6,3EST 7,2 7,4 7,3 7,8OUEST 14 14,2 14,1 12,6SUD-OUEST 13,3 12 12,9 10,9CENTRE-EST 11,5 11,6 11,5 11,3MEDITERRANEE 18,6 15,2 17,7 14,5DOM 3,4 2,6 3,2 3,3Effectif en fin de mois 353 760 133 200 486 960 2 403 320% 14,7% 5,5% 20,3% 100,0%Fin de CDD temps plein Fins de CDDtemps pleinEnsemble
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  25  5. Les intérimaires sont souvent des hommes jeunes  Le  groupe  rassemble  tous  les  intérimaires  de  la  population  des  allocataires  (13,5  %).  Il  est  masculin  (71,3  %  d’hommes)   et   issu   d’un   enseignement   professionnel   (CAP   ou   BEP   dans   46,1  %   des   cas,   contre   36,9  %   pour  l’ensemble  de  la  population)  [Tableau  8].  Ils  sont  plus  jeunes  que  la  moyenne  (22,5  %  ont  moins  de  25  ans  contre  15,5  %  pour  l’ensemble  des  allocataires)  et  plus  implantés  dans  le  bassin  parisien.  Un  intérimaire  sur  3  a  une   durée   d’affiliation   comprise   entre   6   mois   et   un   an   (38,9  %   contre   18,7  %   dans   l’ensemble).   Le   niveau  d’indemnisation  «  intermédiaire  »  de  1  050  €  à  1  500  €  est  fréquent  (48,6  %,  contre  et  28,6  %  pour  l’ensemble  de  la  population)  [Graphique  13].    Graphique  13  :  Montant  de  l’indemnisation  mensuelle  nette  des  intérimaires            Source  :  Fichier  national  des  allocataires,  échantillon  au  40ème  (Unédic/Pôle  Emploi).  En  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  hors  annexe  8  et  10,  France  entière.  
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  26  Tableau  8  :  Caractéristiques  des  intérimaires  de  l’Assurance  chômage        Source  :  Fichier  national  des  allocataires,  échantillon  au  40ème  (Unédic/Pôle  Emploi).  En  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage,  France  entière.  MOTIF DE FIN DE CONTRATLicenciement éco 0 10,8Autres licenciements 21,2Fin de CDD 8,7 38,7Fin de mission dintérim 90,7 12,3Départ volontaire 0 2,2Rupture conventionnelle 11,4Autres causes 0,6 3,5NIVEAU DE DIPLÔMEDiplôme <= BAC 85,5 75,8Etudes supérieures 14,5 24,1GENREHomme 71,3 50,8Femme 28,7 49,2TRANCHE DÂGEMoins de 25 ans 22,5 15,525-49 ans 66,6 61,950 ans et plus 10,9 22,6DURÉE DAFFILIATIONINCONNU 0 0,3Moins de 3 mois 0,1 0,1De 3 à 6 mois 26,8 11,9De 6 mois à 1 an 38,9 18,7De 1 an à 2 ans 31,4 22,4Plus de 2 ans 2,8 46,7RÉGIONREGION PARISIENNE 14 17,5BASSIN PARISIEN 21,4 15,7NORD 7,3 6,3EST 10,2 7,8OUEST 14,6 12,6SUD-OUEST 9,8 10,9CENTRE-EST 12,6 11,3MEDITERRANEE 9,2 14,5DOM 0,8 3,3Effectif en fin de mois 324 000 2 403 320% 13,5% 100,0%Intérimaires Ensemble
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  27  6. Les intermittents du spectacle, majoritairement implantés en Ile de France  Majoritairement   masculine   (68,6  %   d’hommes),   cette   classe   regroupe   les   ouvriers   et   techniciens   de   la  production  cinématographique  et  de  l’audiovisuel  (2,0  %)  ainsi  que  les  artistes  du  spectacle  et  techniciens  des  entreprises  du  spectacle  (1,6  %)  [Tableau  9].  La  moitié  de  ces  allocataires  sont  localisés  en  Ile-­‐de-­‐France  et  52,8  %   ont   fait   des   études   supérieures   (contre   24,1  %   pour   l’ensemble   des   allocataires),   ces   critères   étant   plus  marqués  chez  les  ouvriers  et  techniciens  de  la  production  (annexe  8).  Tableau  9  :  Caractéristiques  des  intermittents  du  spectacle  indemnisés  par  l’Assurance  chômage          Source  :  Fichier  national  des  allocataires,  échantillon  au  40ème  (Unédic/Pôle  Emploi).  En  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage,  France  entière.      MOTIF DE FIN DE CONTRATLicenciement éco 10,8Autres licenciements 21,2Fin de CDD 99,7 99,7 99,7 38,7Fin de mission dintérim 12,3Départ volontaire 2,2Rupture conventionnelle 11,4Autres causes 0,3 0,3 0,3 3,5NIVEAU DE DIPLÔMEDiplôme <= BAC 41,5 53,8 47,2 75,8Etudes supérieures 58,5 46,2 52,8 24,1GENREHomme 70,9 65,9 68,6 50,8Femme 29,2 34,1 31,4 49,2TRANCHE DÂGEMoins de 25 ans 5,6 3,4 4,6 15,525-49 ans 80,1 78,3 79,3 61,950 ans et plus 14,3 18,3 16,1 22,6RÉGIONREGION PARISIENNE 59,7 36,7 49,3 17,5BASSIN PARISIEN 5,8 7,7 6,7 15,7NORD 2,1 2,4 2,3 6,3EST 1,6 4,2 2,8 7,8OUEST 7,3 11,9 9,4 12,6SUD-OUEST 6,5 12,2 9,1 10,9CENTRE-EST 7,1 9,4 8,1 11,3MEDITERRANEE 9,6 14,7 11,9 14,5DOM 0,3 0,8 0,5 3,3Effectif en fin de mois 47 480 39 560 87 040 2 403 320% 2,0% 1,6% 3,6% 100,0%Ouvriers ettechniciens de laproductioncinématographiqueet de laudiovisuel(Annexe 8)Artistes duspectacle ettechniciens desentreprises duspectacle(Annexe 10)Intermittents(Annexes 8 et10)Ensemble
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  28  Glossaire/DéfinitionsEmploi,  chômage  et  inactivité  Le  chômeur  est  défini  par  le  Bureau  International  du  Travail  (BIT)  comme  une  personne  en  âge  de  travailler  qui  n’a  pas  travaillé  au  cours  de  la  semaine  de  référence  et  qui  est  disponible  pour  travailler  dans  les  deux  semaines.   Il   doit   également   avoir   entrepris   des   démarches   actives   de   recherche   d’emploi   dans   le   mois  précédent,  ou  avoir  trouvé  un  emploi  qui  commence  dans  les  3  mois.    L’inactif   est   défini   par   le   BIT   comme   une   personne   qui   souhaite   travailler,   mais   n’est   pas   comptée   comme  chômeur  soit  parce  qu’elle  ne  recherche  pas  d’emploi,  soit  parce  qu’elle  n’est  pas  disponible  rapidement  pour  travailler.  Catégories  de  demandeurs  d’emploi  A  :  Individu  sans  emploi,  à  la  recherche  d’un  emploi  et  tenu  d’accomplir  des  actes  de  recherche  d’emploi  B  :  Individu  pourvu  d’un  emploi  d’au  plus  78  heures  /  mois,  tenu  d’accomplir  des  actes  de  recherche  d’emploi  C  :  Individu  pourvu  d’un  emploi  de  plus  de  78  heures  /  mois,  tenu  d’accomplir  des  actes  de  recherche  d’emploi  D  :  Individu  sans  emploi  mais  non  disponible,  non  tenu  d’accomplir  des  actes  de  recherche  d’emploi  E  :  Individu  pourvu  d’un  emploi,  non  tenu  d’accomplir  des  actes  de  recherche  d’emploi  Allocataire  Demandeur  d’emploi  qui  réunit  les  conditions  pour  bénéficier  d’une  allocation  de  l’Assurance  chômage  (ARE,  ACA,  AREF,  CRP,  CTP,  CSP),  qui  la  perçoit  effectivement  sur  le  mois  considéré.  Allocataire  en  activité  réduite  Demandeur  d’emploi  qui  réunit  les  conditions  pour  bénéficier  de  l’allocation  d’aide  au  retour  à  l’emploi  et  qui  déclare  lors  de  l’actualisation  une  activité  réduite  tout  en  demeurant  à  la  recherche  d’un  emploi.  Il  perçoit  effectivement  l’ARE  et  une  rémunération  sur  le  mois  considéré.  Allocataires  mandatés  Il   sagit   des   allocataires   ayant   perçu   un   paiement   -­‐   premier   paiement   ou   non   -­‐   au   cours   de   la   période   de  référence  statistique  du  mois  et  au  titre  de  lallocation  concernée.  Même  en  cas  de  paiement  nul  (récupération  de  trop-­‐perçu)  lallocataire  est  compté  à  cette  rubrique;  mais  si  plusieurs  paiements  sont  effectués  pour  un  même  allocataire  au  cours  dun  mois  donné,  il  nest  compté  quun  seul  allocataire  mandaté  pour  le  mois.  Allocations  journalières  Cest  le  total  des  journées  indemnisées  pour  chaque  allocataire  mandaté  au  cours  du  mois.  Taux  Journalier  Moyen  Il  sagit,  selon  lallocation,  du  montant  journalier  versé  en  moyenne  à  un  allocataire.  Salaire  journalier  de  référence  (SJR)  Il  constitue  la  base  de  calcul  de  l’allocation  chômage  servie.  Il  est  déterminé  à  partir  des  anciens  salaires  bruts  soumis  aux  contributions  d’Assurance  chômage.  ACA  :  Allocation  "Chômeurs  Agés"  L’allocation  chômeurs  âgés  (ACA)  a  été  mise  en  place  en  janvier  1997  et  a  été  supprimée  le  31  décembre  2001  au  profit  de  l’ARE.    Pour  les  personnes  éligibles  à  l’ARE  (allocation  d’aide  au  retour  à  l’emploi)  à  compter  du  1er  juillet  2001,  le  montant  de  l’ARE  est  versé  jusqu’à  la  retraite.    Pour   celles   éligibles   à   l’AUD   (allocation   unique   dégressive)   avant   le   1er   juillet   2001,   le   montant   de   l’ACA  correspondait  au  montant  initial  de  l’AUD,  c’est-­‐à-­‐dire  sans  dégressivité  jusqu’à  la  retraite.      
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  29  AFDEF  :  Allocation  en  Faveur  des  Demandeurs  d’Emploi  en  Formation  L’allocation   en   faveur   des   demandeurs   d’emploi   en   formation   (AFDEF)   a   été   mise   en   place   par   le   décret  n°2009-­‐  458  du  22  avril  2009.  Elle  s’adresse  aux  demandeurs  d’emploi  indemnisés  auxquels  une  formation  est  prescrite  entre  le  1er  janvier  2009  et  le  31  décembre  2009.  Cette   allocation   a   été   reconduite   en   2010   par   le   décret   n°   2010-­‐574   du   31   mai   2010,   pour   les   formations  prescrites  entre  le  1er  janvier  et  le  31  décembre  2010.  AFF  :  Allocation  de  Fin  de  Formation  L’allocation   de   fin   de   formation   (AFF)   est   entrée   en   vigueur   en   décembre   2001.   Elle   a   été   remplacée   par  lAFDEF  à  partir  de  2009.  Elle  s’adressait  aux  bénéficiaires  de  lARE  qui  épuisaient  leur  droit  ARE  avant  la  fin  de  leur  formation.  ARE  :  Allocation  daide  au  Retour  à  lEmploi  Principale  allocation  du  RAC,  elle  a  été  mise  en  place  lors  de  la  convention  d’Assurance  chômage  du  1er  Janvier  2001,   prenant   le   relais   de   l’Allocation   Unique   Dégressive   (AUD).   Lors   des   conventions   suivantes   et   plus  particulièrement  en  2006  et  2009,  les  conditions  d’attribution  ainsi  que  les  durées  ont  été  modifiées.  C’est   l’ARE2011   qui   s’applique   depuis   le   6   Mai   2011.   Il   est   à   noter   que   les   bénéficiaires   de   l’ARE   ont   la  possibilité  de  suivre  une  formation  (voir  AREF)  ou  de  cumuler  l’allocation  avec  une  rémunération  d’emploi  sous  certaines  conditions.    AREF  :  Allocation  daide  au  Retour  à  lEmploi  Formation  Cette  allocation  est  versée  aux  bénéficiaires  de  lARE  qui  sengagent  dans  une  formation  inscrite  dans  le  projet  personnalisé  daccès  à  lemploi  (PPAE).  Elle  sest  substituée  à  lAFR.  AUD  :  Allocation  Unique  Dégressive  Cette   allocation   a   été   supprimée   avec   la   mise   en   œuvre   de   la   convention   chômage   2001.   Les   personnes  admises  avant  le  1er  juillet  2001  ont  eu  la  possibilité  d’opter  pour  le  PARE.  Si  elles  ne  lont  pas  fait,  elles  ont  continué  à  être  indemnisées  en  AUD  (avec  notamment  la  dégressivité  des  allocations).  CRP  :  Convention  de  Reclassement  Personnalisé  La   CRP   est   applicable   aux   procédures   de   licenciement   pour   motif   économique   engagées   jusqu’au   1er  septembre  2011  (à  compter  du  1er  septembre  2011,  le  CSP  est  applicable).  Elle  permet  aux  bénéficiaires  de  toucher  une  Allocation  Spécifique  de  Reclassement  (ASR),  correspondant  à  80%  du  salaire  brut  sils  justifient  de  deux  ans  dancienneté  ou  correspondant  à  lARE  sils  ne  justifient  pas  de  2  ans  dancienneté.  CTP  :  Contrat  de  Transition  Professionnelle  Mis  en  place  en  Mai  2006  et  modifié  depuis,  le  CTP  se  substitue  à  titre  expérimental  à  la  CRP  dans  certains  bassins  d’emploi  désignés  par  arrêtés.  Les  personnes  concernées  par  le  CTP  sont  les  licenciés  économiques  des  entreprises   non   soumises   au   congé   de   Reclassement   (de   moins   de   1000   salariés,   ou   en   redressement   ou  liquidation  judiciaire)  sans  condition  dancienneté.  Le   CTP   est   applicable,   dans   les   bassins   d’emploi   concernés,   aux   procédures   de   licenciement   pour   motif  économique  engagé  jusqu’au  1er  septembre  2011  (à  compter  du  1er  septembre  2011,  le  CSP  est  applicable).    Lallocataire  perçoit  une  allocation  de  transition  professionnelle  (ATP)  représentant  80%  de  son  salaire  brut  moyen,   pour   12   mois   au   maximum,   sans   valeurs   plancher   ou   plafond,   il   bénéficie   dun   accompagnement  renforcé  avec  un  référent  unique  et  enfin  il  a  le  statut  de  stagiaire  de  la  formation  professionnelle.      
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  30  CSP  :  Contrat  de  Sécurisation  Professionnelle  Mis  en  œuvre  par  l’ANI  du  31  mai  2011  et  la  convention  du  19  juillet  2011,  le  CSP,  qui  remplace  la  CRP  et  le  CTP,   est   applicable   aux   procédures   de   licenciement   pour   motif   économique   engagées   à   compter   du   1er  septembre  2011.  Le  CSP  concerne  les  salariés  faisant  l’objet  dun  licenciement  économique  dans  les  entreprises  non  soumises  au  congé  de  reclassement  (entreprise  de  moins  de  1000  salariés  ou  entreprises  en  redressement  ou  liquidation  judiciaire  sans  condition  d’effectif).    Les  bénéficiaires  du  CSP  justifiant  dun  an  dancienneté  perçoivent  lallocation  de  sécurisation  professionnelle  (ASP)  correspondant  à  80%  du  salaire  brut  pendant  12  mois  ;  s’ils  ne  justifient  pas  d’un  an  d’ancienneté    leur  allocation  correspond  à  lARE.  De  plus,  ils  bénéficient  dun  accompagnement  renforcé  dans  leur  démarche  de  retour  à  lemploi  et  ont  le  statut  de  stagiaire  de  la  formation  professionnelle.  Fichier  National  des  Assédic  (FNA)  Le  FNA  est  une  base  historique  de  données  relationnelle  constituée  déléments  liés  à  lindemnisation  et  aux  différentes  aides  accordées  aux  demandeurs  demploi.  Il  permet  deffectuer  des  analyses  longitudinales  par  le  suivi  de  cohortes  dindividus,  détablir  des  statistiques  descriptives,  des  prévisions  et  de  réaliser  des  simulations  dans  le  cadre  détudes  dimpact  liés  à  des  changements  réglementaires  ou  opérationnels.  Cette   base   dinformations   statistiques   retrace   lhistorique   de   tous   les   individus   inscrits   comme   demandeurs  demploi  et  de  tous  les  bénéficiaires  dune  allocation  versée  ou  dune  aide  accordée  par  lAssurance  chômage  et  Pôle  emploi  depuis  1993.  Lensemble  des  périodes  dindemnisation  est  conservé  pour  chaque  allocataire  ou  bénéficiaire  dune  aide.  Le   fichier   reprend   les   informations   individuelles   sur   les   bénéficiaires,   les   éléments   constitutifs   des   droits  ouverts   aux   différents   régimes   dindemnisation   et/ou   aux   aides   accordées,   les   données   relatives   au   dernier  emploi  perdu  et  les  caractéristiques  des  formations  suivies.  Le  FNA  est  alimenté  chaque  mois  à  partir  des  applicatifs  opérationnels  de  Pôle  emploi.  Un  individu  est  présent  dans  le  FNA  sil  est  demandeur  demploi  inscrit  à  Pôle  emploi  ou  sil  perçoit  ou  a  perçu  une  allocation  ou  une  aide.  Les  résultats  portant  sur  les  périodes  indemnisées  au  titre  du  mois  M  sont  ainsi  connus  au  plus  tard  à  fin  M+1.    Un   certain   recul,   de   lordre   de   6   mois,   est   cependant   nécessaire   pour   connaître   de   façon   exhaustive   la  population   indemnisée   à   un   moment   donné.   En   effet,   chaque   mois,   le   fichier   continue   de   senrichir   sur   les  périodes   passées   en   raison   des   délais   de   traitement   des   dossiers   ou   des   dépôts   tardifs   des   demandes  dallocation.    Les  séries  issues  du  FNA  revêtiront  en  fonction  du  recul  des  statuts  différents  :  • provisoires  pour  le  mois  le  plus  récent  (M)  • semi-­‐définitives  de  janvier  de  lannée  précédente  au  mois  M+1  de  lannée  en  cours  • définitives  avant,  soit  jusquen  décembre  2008  à  la  date  de  production  de  ce  document.        
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  31  ANNEXES  Graphique  14  :  Zone  détudes  et  daménagement  du  territoire  (INSEE)  
    • Unédic  –  Qui  sont  les  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage  –  Avril  2013  -­‐  32  Graphique  15  :  Analyse  des  correspondances  multiples          Source  :  Fichier  national  des  allocataires  (Unédic/Pôle  Emploi).  En  cours  d’indemnisation  au  31/12/2011  observés  avec  6  mois  de  recul.  Champ  :  allocataires  indemnisés  par  l’Assurance  chômage,  France  entière.  L’ACM  a  été  produite  avec  l’ensemble  des  caractéristiques  des  allocataires  et  elle  est  illustrée  sur  le  graphique  ci-­‐dessus  par  la  durée  d’affiliation,  le  motif  de  fin  de  contrat  et  la  tranche  d’âge.