• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Qui sont les allocataires indemnisés par l’Assurance chômage ?
 

Qui sont les allocataires indemnisés par l’Assurance chômage ?

on

  • 6,669 views

Dans son étude « Qui sont les allocataires indemnisés par l’Assurance chômage ? », l’Unédic analyse les caractéristiques et les trajectoires des 2,4 millions de chômeurs indemnisés à la ...

Dans son étude « Qui sont les allocataires indemnisés par l’Assurance chômage ? », l’Unédic analyse les caractéristiques et les trajectoires des 2,4 millions de chômeurs indemnisés à la fin de l’année 2011. Cette première édition approfondit la compréhension de cette population, qui reflète désormais l’hétérogénéité croissante du marché du travail. Certains résultats interrogent des idées reçues sur le chômage.

Statistics

Views

Total Views
6,669
Views on SlideShare
1,308
Embed Views
5,361

Actions

Likes
0
Downloads
45
Comments
0

16 Embeds 5,361

http://www.unedic.org 4025
http://www.europe1.fr 806
http://info.sfr.fr 192
http://www.unedic.fr 128
http://www.20minutes.fr 95
http://www.spundge.com 53
http://unedic.org 23
http://unedic.fr 14
http://www.unedic.com 8
http://destinationclients.forumactif.org 4
http://qatools.netratings.com 4
https://www.google.fr 3
http://m.20minutes.fr 2
http://translate.googleusercontent.com 2
http://backoffice.20mn.net 1
https://twitter.com 1
More...

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

CC Attribution-NonCommercial-ShareAlike LicenseCC Attribution-NonCommercial-ShareAlike LicenseCC Attribution-NonCommercial-ShareAlike License

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Qui sont les allocataires indemnisés par l’Assurance chômage ? Qui sont les allocataires indemnisés par l’Assurance chômage ? Document Transcript

    • éclairagesÉ T U D E S E T A N A L Y S E S AVRIL 2013N°5QUI SONT LES ALLOCATAIRESINDEMNISÉS PAR L’ASSURANCECHÔMAGE ?L’Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population desallocataires de l’Assurance chômage. Ses résultats donnent un éclairage sur le profildes allocataires, à travers une analyse de leurs caractéristiques et de leurs trajectoires.À fin décembre 2011, 2 425 600 personnes étaient indemnisées par l’Assurance chômage(France entière).La population des demandeurs d’emploi indemnisés présente une diversité de situations,reflet de l’évolution du marché du travail. Au cours des dernières années, la structuredu marché du travail s’est considérablement modifiée avec le développement des contratscourts, du temps partiel et de l’activité réduite (personnes en emploi et au chômageau cours du même mois).Le profil des allocataires traduit cette dualité croissante du marché du travail, entrecontrats courts et contrats longs. Plus de la moitié des allocataires présents fin 2011s’est inscrite au chômage suite à une fin de CDD ou de mission d’intérim (51%). La duréed’affiliation (référence de travail) est inférieure à un an pour près d’un tiers des allocataires(31%). Près d’un quart des allocataires a des références de travail à temps partiel (23%).Ils sont près d’1,2 million à pratiquer une activité réduite, dont 54% perçoivent une partiede leur allocation en complément du salaire issu de l’activité.Àfin décembre 2011, les 2 425 600 alloca-taires indemnisés par l’Assurance chômagese répartissent ainsi  : 2  248  800 bénéfi-ciaires de l’Aide au retour à l’emploi (ARE) ou del’Allocation chômeurs âgés (ACA) ; 103 100 allo-cataires en formation (AREF) ; et 73 700 en conver-sion (CSP, CRP, CTP).En dehors de la formation et de la conversion, sil’on ajoute les allocataires titulaires d’un droit à l’As-surance chômage, mais non indemnisés le moisconsidéré (principalement 600 000 personnes enactivité réduite dont le nombre d’heures travailléesou le salaire perçu dépassent le seuil permettantle cumul avec une allocation), ce sont près de3 demandeurs d’emploi1sur 5 qui sont couvertspar l’Assurance chômage. La suite de cette études’intéresse à l’ensemble des allocataires indemni-sés au titre de l’Assurance chômage.Près de 3 demandeurs d’emploi sur 5sont couverts par l’Assurance chômage1. Catégories A, B et C + dispensés de recherche d’emploi (DRE).
    • Hommes Femmes TotalBAC+5 ou plus01020304050607080901005,35,510,918,341,518,65,47,813,623,032,218,05,36,612,220,636,918,3BAC+3 et +4BAC+2BACCAP, BEPCollège, lycée< Bacéclairages n° 5— 2 —Plus de la moitié desallocataires indemnisésn’ont pas le Bac55,2%des allocataires indemnisés n’ont pasle Bac (contre 22 % en 2010 dans l’en-sembledespersonnesenemploi2),etunquartdétiennentundi-plômedeniveauBac + 2ouplus(contre33 %despersonnesenemploi). Le niveau de diplôme est plus élevé chez les femmes :49,8 % d’entre elles ont au moins le Bac, contre 40,0 % chezles hommes. Plus d’un tiers des indemnisés ont un CAP ouun BEP, majoritairement des hommes et des jeunes. Enfin,18,3 % des indemnisés ont arrêté leurs études avant le Bac[graphique 2] ; il s’agit principalement de seniors. La prédomi-nance des seniors dans les faibles niveaux de diplôme n’estpas spécifique au chômage. Elle illustre plutôt l’augmentationdu niveau de formation initiale, observée sur longue périodedans la population française. En 1982, 13  % environ de lapopulation en emploi avaient un diplôme de niveau Bac + 2 ouplus ; en 2010, cette proportion s’établit à 33 %.Ainsi, si un niveau de formation initiale peu élevé semble ac-croître le risque de chômage, un niveau élevé de formationne préserve pas totalement de ce risque, comme l’indiquenotamment le cas des femmes.Autant d’hommesque de femmesEn 2011, les hommes représentent 50,8  % des allo-cataires indemnisés par l’Assurance chômage. Lesjeunes (moins de 25 ans), qui représentent 15,5 % del’ensemble, constituent une population légèrement plus mas-culine avec 52,6 % d’hommes.La part des femmes est très faible chez les moins de 20 ansavec seulement un tiers de femmes dans cette tranche d’âge.Cela s’explique notamment par le fait que les jeunes femmessont scolarisées plus longtemps.La tranche 25-49 ans représente 61,9 % des allocataires in-demnisés par l’Assurance chômage, et celle des 50 ans ouplus 22,6 % [graphique 1].GRAPHIQUE 1 PYRAMIDE DES ÂGESDES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PARL’ASSURANCE CHÔMAGE EN DÉCEMBRE 2011GRAPHIQUE 2 RÉPARTITION DES ALLOCATAIRESINDEMNISÉS PAR NIVEAU DE DIPLÔME (%)Source : Fichier national des allocataires (Unédic / Pôle Emploi). Encours d’indemnisation au 31/12/2011 observé avec 6 mois de recul.Champ : allocataires indemnisés par l’Assurance chômage, Franceentière.Note de lecture : les femmes représentent 35 % des allocatairesde moins de 20 ans.Source : Fichier national des allocataires (Unédic / Pôle Emploi). Encours d’indemnisation au 31/12/2011 observé avec 6 mois de recul.Champ : allocataires indemnisés par l’Assurance chômage, Franceentière.2. Source : Insee, France métropolitaine, personnes de 15 ans ou plus.51 %45 %60 ans et +55 à 60 ans50 à 55 ans45 à 50 ans40 à 45 ans35 à 40 ans30 à 35 ans25 à 30 ans20 à 25 ansHommes- de 20 ans1500002000002500001000005000005000010000015000020000025000055 %65 % 35 %49 %47 % 53 %48 % 52 %49 % 51 %51 % 49 %53 % 47 %52 % 48 %51 % 49 %Femmes
    • QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L’ASSURANCE CHÔMAGE ?— 3 —La moitié des personnes indemnisées par l’AssurancechômagesesontinscritesaprèsunefindeCDD(38,7 %)ou de mission d’intérim (12,3 %). Le tiers des allocataires(32,0 %) sont indemnisés suite à un licenciement, et 11,4 %après une rupture conventionnelle.L’indemnisation à la suite d’une fin de CDD et de contrat d’in-térim est surreprésentée chez les jeunes (76,7 %). En effet,ce type de contrat est plus fréquent chez les jeunes que pourle reste de la population : selon l’Insee, 27,0 % des contratsoccupés par les jeunes en 2011 sont des CDD, contre 7,6 %chez les 25-49 ans et 4,5 % chez les seniors.À l’inverse, les seniors, majoritairement détenteurs de CDI,s’inscrivent plus souvent à la suite d’un licenciement écono-mique [graphique 3].Près d’un tiers des emplois perdus étaient exercés dansdes activités de commerce, de transport et d’hôtel-lerie. Les jeunes y sont particulièrement surreprésen-tés. L’emploi intérimaire étant par convention rattaché auxactivités de services administratifs et de soutien (exemple :activités juridiques, comptables, location et crédit-bail, publi-cité…), la part des emplois perdus est également importantedans ce secteur. Une part importante des emplois perdusprovient également de l’administration publique, l’enseigne-ment et la santé [graphique 4 page suivante].MOTIFS DE FIN DE CONTRAT POUR LES INTÉRIMAIRESET LES INTERMITTENTS DU SPECTACLELes intérimaires indemnisés par l’Assurance chômage (annexe 4) s’inscrivent dans 90,6% des cas suite à une fin de missiond’intérim. Les fins de CDD comptent pour 8,8% des allocataires couverts selon les modalités de l’annexe 4.Par définition, les intermittents du spectacle sont employés sous contrat à durée déterminée ; leur entrée en indemnisationsurvient toujours après une fin de CDD.Des emplois perdus majoritairement dans le commerce,les transports, l’hôtellerie et les activités du tertiaireTrois quarts des jeunes indemnisés par l’Assurancechômage se sont inscrits après une fin de CDDou de mission d’intérimLIcenciementéconomique12,72 732,813,538,24,75,84,71,115,661,112,212 23,51,36,524,831,510,910 93,81,117,734,511,83,23,26,74311,411 43,52,212,338,74050607080901001009080706050403020100TOTALHOMMESFEMMES- DE 25 ANS25-49 ANS50 ANS ET +12,7 3,02,813,538,220,49,54,7 5,81,11,115,661,19,32,412,2 3,51,36,524,831,520,210,9 3,817,734,520,011,911,8 3,23,26,743,022,39,738,7 12,3 2,2 11,4 3,521,210,8AutreslicenciementsFin deCDDFin de missiond’interimDépartvolontaireRuptureconventionnelleAutrescausesSource :Fichier nationaldes allocataires(Unédic /Pôle Emploi).En coursd’indemnisationau 31/12/2011observé avec6 mois de recul.Champ :allocatairesindemniséspar l’Assurancechômage,France entière.GRAPHIQUE 3 RÉPARTITION DES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR MOTIF DE FIN DE CONTRAT DE TRAVAIL (%)
    • 1009080706050403020100Manquant - de 3 mois De 3 à - de 6 mois De 6 à - de 12 mois 24 mois et +De 12 à - de 24 mois-0,1-0,00,00,10,10,20,30,2LICENCIEMENTRUPTURECONVENTIONNELLE ETDÉPART VOLONTAIREFIN DE CDDFIN DE MISSIOND’INTERIMTOTAL79,214,85,10,978,416,34,80,523,127,528,320,62,632,438,626,322,4 46,718,711,9Manquant - de 3 mois 3-6 mois 6-12 mois 12-24 mois 24 mois et +-0,1LICENCIEMENT 79,214,85,10,9éclairages n° 5— 4 —46,7%des allocataires ont une durée d’affilia-tion3supérieure à 2 ans. Près du quartont une durée d’affiliation de 1 à 2 ans (22,4 %). La duréed’affiliation est inférieure à 6 mois pour 12,0 % d’entre eux.La durée d’affiliation est très corrélée au motif de fin decontrat de travail. Ainsi, elle tend à être plus courte pour unefin de CDD ou d’intérim. À l’inverse, les allocataires inscrits àla suite d’un licenciement ou d’une rupture conventionnelleenregistrent des durées d’affiliation plus élevées que l’en-semble des allocataires [graphique 5].Les femmes ont des durées d’affiliation relativement plus éle-vées, de même que les allocataires indemnisés plus âgés :49,9 % des femmes et 70,5 % des seniors ont une duréed’affiliation supérieure à 2 ans. La durée d’affiliation est, enrevanche, peu impactée par le niveau de diplôme.Source : Fichier national des allocataires (Unédic / Pôle Emploi). En cours d’indemnisation au 31/12/2011 observé avec 6 mois de recul.Champ : allocataires indemnisés par l’Assurance chômage, France entière.3. L’affiliation correspond à la période de cotisation à l’Assurance chômage. La convention d’Assurance chômage prévoit que tout demandeur d’emploiqui justifie de 4 mois d’affiliation à l’Assurance chômage, dans une période de 28 mois s’il a moins de 50 ans et 36 mois s’il a 50 ans ou plus, est susceptibled’être indemnisé au titre de l’ARE.5Secteur des emplois salariésSecteur de l’emploi perduConstructionInformationetcommunicationActivitésfinancièresetd’assuranceActivitésImmobilièresActivitésspécialisées,scientifiquesettechniquesetactivitésdeservicesadministratifsetdesoutienAdministrationpublique,enseignement,santéhumaineetactionsocialeAutresactivitésdeserviceCommercedegrosetdedétail,transport,hébergementetrestaurationIndustriemanufacturière,industriesextractivesetautres0101520253011,718,228,9 28,83,8 3,78,08,81,94,41,0 1,319,418,116,812,18,54,6Source :Fichier national desallocataires (Unédic/Pôle Emploi) ;statistique annuellede l’emploi affiliéà l’Assurancechômage (Pôleemploi)Champ :allocatairesindemnisés parl’Assurancechômage en coursd’indemnisationau 31/12/2011observés avec6 mois de recul,France entière;emplois affiliésà l’Assurancechômage au31/12/2011.*Hors agriculture, sylviculture et pêcheGRAPHIQUE 4 RÉPARTITION DES EMPLOIS PAR SECTEUR D’ACTIVITÉ* (%)Près de la moitié des allocataires ont une duréed’affiliation supérieure à 2 ansGRAPHIQUE 5 RÉPARTITION DE LA DURÉE D’AFFILIATION PAR MOTIF DE FIN DE CONTRAT (%)
    • 1009080706050403020100TOTALHOMMESFEMMES- DE 25 ANS25-49 ANS50 ANS ET +14,7 4,879,90,8 0,30,71,00,80,60,716,782,27,6 2,888,64,918,875,42,57,789,213,4 3,782,2Régime Général Annexe 4 Annexes 8 et 10 Autre annexeENCADRÉ 1QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L’ASSURANCE CHÔMAGE ?— 5 —4. La Convention de reclassement personnalisé (CRP) et le Contrat de transition professionnelle (CTP) sont deux dispositifs de reclassement des salariéslicenciés pour motif économique. Ces dispositifs, remplacés depuis le 1er septembre 2011 par le Contrat de sécurisation professionnelle (CSP), permettentaux personnes concernées de percevoir une indemnisation proportionnelle à leur salaire antérieur, et de bénéficier d’un accompagnement individualisé.82,2%des allocataires sont indemnisés au titredu régime général. Les travailleurs inter-mittents et les intérimaires des entreprises de travail temporaire(annexe 4 au règlement général de l’Assurance chômage) re-présentent 13,4 % des allocataires. Cette population est plusmasculine et plus jeune que la moyenne des allocataires. Les in-termittents du spectacle (annexes 8 et 10 au règlement généralde l’Assurance chômage) représentent 3,7 % des allocataires.Ils sont surreprésentés parmi les hommes (4,9 %) et les per-sonnes entre 25 et 49 ans (4,8 %) [graphique 6].La plupart des allocataires perçoivent l’ARE (93,6 %). Ils sont3,6 % à suivre une formation. Enfin, 2,8 % des allocataires ontintégré des dispositifs d’accompagnement renforcé (CSP, CRPou CTP4). Ces dispositifs étant réservés aux personnes se re-trouvant au chômage à la suite d’un licenciement économique,la population qui en bénéficie est structurellement plus âgée.Source : Fichier national des allocataires (Unédic / Pôle Emploi). En cours d’indemnisation au 31/12/2011 observé avec 6 mois de recul.Champ : allocataires indemnisés par l’Assurance chômage, France entière.GRAPHIQUE 6 RÉPARTITION DES ALLOCATAIRES PAR RÉGIME PARTICULIER (%)Plus de 4 allocataires sur 5 relèvent du régime généralLE RÉGIME GÉNÉRAL ET SES ANNEXESAu règlement général de l’Assurance chômage, sontjointes des annexes dont l’objet est d’adapter ce règlementaux conditions d’emploi spécifiques de salariés relevantde professions particulières. Il en est ainsi notamment pourles marins, VRP, journalistes ou intérimaires et intermittents.Ces derniers ont pour particularité d’être employés sur descontrats de très courtes durées, et d’alterner régulièrement,de ce fait, périodes de travail et périodes d’indemnisation.L’annexe  4 regroupe les salariés intérimaires des entre-prises de travail temporaire et les salariés intermittents(CDD d’usage hors intermittents du spectacle).Les adaptations principales par rapport au régime géné-ral résident dans la comptabilisation systématique de ladurée d’affiliation en heures (jamais en jours) et l’absencede seuil dans le cumul de l’allocation et de la rémunération.Les allocataires qui relèvent de l’annexe 4 ont des parcourstrès variés. Pour certains, le chômage à la suite d’unemission d’intérim ou un CDD d’usage est exceptionnel,et sera suivi de périodes d’emploi durable. Pour d’autres,l’alternance des périodes de chômage et de travail,sous des contrats divers, est fréquente.Les annexes  8 et 10 relatives aux intermittentsdu spectacle, à la différence des autres annexes,ne se limitent pas à une adaptation du règlement général,mais comportent des règles dérogatoires aux principesde celui-ci. Ces dérogations portent particulièrementsur la condition d’activité requise pour acquérir desdroits à l’Assurance chômage, la durée d’indemnisation,le mode de calcul de l’allocation et le montant de l’alloca-tion minimale.Les intermittents du spectacle sont engagés par contratà durée déterminée, pour des emplois d’ouvriers oude techniciens de l’édition d’enregistrement sonore,de la production cinéma et audiovisuelle, de la radio,de la diffusion et du spectacle (annexe  8), ou d’artistesdu spectacle (annexe 10).
    • éclairages n° 5— 6 —82,9%des salaires de référence sont comprisentre 600 et 2 400 euros brut par mois,avec une concentration plus forte pour ceux compris entre1 250 et 1 800 euros brut par mois (40,4 %). Le niveau desSalaires journaliers de référence (SJR)6est fortement corrélé àl’expérience professionnelle : 47,8 % des seniors ont un salairede référence de plus de 1 800 euros brut, contre seulement12,4 % des jeunes. On observe également de fortes disparitésde SJR selon le sexe et le niveau de diplôme. Ainsi, 47,7 % deshommes et 62,5 % des détenteurs d’un diplôme de niveausupérieur au Bac + 2 ont un salaire de référence de plus de1 800 euros brut, contre respectivement 27,1 % des femmeset 30,2 % des individus qui n’ont pas le Bac. Rappelons quele Smic7au 1er janvier 2012 est de 1 426 euros brut par mois.Des salairesde référence plus élevéschez les hommes, les plusâgés et les plus diplômésIndemnisatIndemnisatMoins de25 ans25-49ans50 anset plusAGE SEXETOTALHommes Femmes89,610,479,120,953,946,175,924,174,125,975,025,00102030405060708090100Indemnisation < 1 anIndemnisation ≥ 1anMoins de25 ans25-49ans50 anset plusAGE SEXETOTALHommes Femmes89,610,479,120,953,946,175,924,174,125,975,025,00102030405060708090100GRAPHIQUE 7 RÉPARTITION DES ALLOCATAIRESPAR ANCIENNETÉ DANS LE RÉGIME (%)Source : Fichier national des allocataires(Unédic / Pôle Emploi). En coursd’indemnisation au 31/12/2011 observéavec 6 mois de recul.Champ : allocataires indemnisés parl’Assurance chômage, France entière.Un quart des allocatairesa perçu au moins 1 and’allocations chômage25%des allocataires ont été indemnisés pendantplus d’un an et sont donc «  chômeurs delongue durée5 ». Cette proportion est légèrement supérieurechez les femmes, et elle augmente considérablement avecl’âge. Les allocataires indemnisés depuis plus d’un an sontnotamment surreprésentés dans le Nord, le Nord-Est et en Île-de-France. Cette implantation du chômage de longue duréesemble liée au facteur âge, puisque la part de seniors indem-nisés est élevée dans ces régions.LES BÉNÉFICIAIRES DE LAFORMATION ET DE LA CONVERSIONLES BÉNÉFICIAIRES DE L’ARE FORMATION (AREF)Les allocataires indemnisés au titre de l’AREformation sont caractérisés par une majoritéde femmes (60,5 %), plutôt jeunes (29,7 % ontmoins de 25 ans). Ils sont également plus diplômésque l’ensemble des allocataires indemnisés (33,6 %ont plus que le Bac contre 24,1 % dans l’ensemble).Quasiment la moitié se sont inscrits à la suited’une fin de CDD (46,6 %), et près d’un tiers étaientà temps partiel (31,9 %). Leur salaire de référenceainsi que leur niveau d’indemnisation sont plus faiblesque l’ensemble des allocataires.LES DISPOSITIFS D’ACCOMPAGNEMENTRENFORCÉLes hommes sont légèrement surreprésentés parmiles allocataires des CRP / CTP / CSP (54,4 %).Ils sont plus âgés que l’ensemble des allocatairesindemnisés par l’Assurance chômage (25,7 % ont50 ans ou plus contre 22,6 % dans l’ensemble),et sont inscrits sur les listes de Pôle Emploi à la suited’un licenciement économique. Ils sont indemnisésau maximum pendant un an, et bénéficient d’uneallocation plus élevée que la moyenne.ENCADRÉ 25. L’ancienneté au chômage indemnisé se mesure en nombre d’allocations journalières perçues. Elle peut être significativement différente de l’anciennetéau chômage (notamment pour les allocataires en activité réduite) qui correspond au nombre de jours écoulés depuis l’inscription.6. Le Salaire journalier de référence (SJR) sert de base pour déterminer l’allocation journalière. Il s’obtient :• par l’addition des rémunérations soumises aux contributions de Pôle Emploi et perçues au cours des 12 mois civils précédant le dernier jour travaillé et payé ;• par la division de ce revenu de référence par 365 jours (y compris pour les années bissextiles), desquels sont retranchés les jours d’absence et les jours sanscontrat de travail.7. Salaire minimum interprofessionnel de croissance.
    • QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L’ASSURANCE CHÔMAGE ?— 7 — Tranche du salaire Sexe Âge Diplôme Total moyen de référence brut Hommes Femmes < 25 ans 25-49 ans 50 ans et + < Bac Bac à Bac + 2 > Bac + 2 600 € ou moins 2,2 5,0 10,2 1,9 3,8 5,2 1,9 1,1 3,6De 600 € à 1 200 € 11,1 26,0 29,6 16,0 17,5 20,8 16,8 11,6 18,4De 1 200 € à 1 800 € 38,9 41,8 47,9 41,9 30,9 43,8 40,3 24,7 40,4De 1 800 € à 2 400 € 25,6 15,2 10,1 22,7 21,6 20,9 20,9 17,9 20,5De 2 400 € à 3 000 € 8,1 5,1 1,3 7,1 9,2 5,1 7,5 11,8 6,7De 3 000 € à 3 650 € 4,0 2,5 0,5 3,4 4,9 1,8 4,0 8,2 3,3De 3 650 € à 4 250 € 2,7 1,4 0,2 2,1 3,2 1,0 2,5 5,8 2,1Plus de 4 250 € 7,3 2,9 0,3 4,8 8,9 1,5 6,1 19,0 5,0Total 100 100 100 100 100 100 100 100 100TABLEAU 1 RÉPARTITION DES ALLOCATAIRES PAR TRANCHES DE SALAIRE DE RÉFÉRENCE BRUT (%)Au 31 décembre 2011, les bénéficiaires de l’Assurancechômage touchent en moyenne 1  055  euros net parmois, soit 69  % de leur salaire net de référence [gra-phique  8]. Ce taux de remplacement augmente lorsque leniveau de rémunération antérieur est plus faible. Ainsi, lesbénéficiaires de l’Assurance chômage indemnisés sur la based’une référence de travail au Smic touchent une allocationmensuelle équivalente à 78 % de leur salaire net de référence.Par ailleurs, environ un quart des bénéficiaires de l’Assurancechômage sont indemnisés sur des références de travail àtemps partiel. Pour eux, le rapport entre l’indemnisation netteet le salaire net de référence est plus fort. Ainsi, les bénéfi-ciaires indemnisés sur des références de travail à temps partieltouchent en moyenne 77 % du salaire net de référence, contre68 % pour le temps complet.Les allocataires touchent en moyenne69 % de leur salaire net de référenceGRAPHIQUE 8 RAPPORTDEL’INDEMNISATIONNETTESURLESALAIRENET,PARTRANCHEDESALAIREDERÉFÉRENCESource : Fichier national des allocataires (Unédic / Pôle Emploi). En cours d’indemnisation au 31/12/2011 observé avec 6 mois de recul.Champ : allocataires indemnisés par l’Assurance chômage, France entière.Note de lecture : 5 % des allocataires touchent moins de 500 euros et ont un rapport de l’indemnisation nette sur le salaire net de 92 %.Rapport moyen 69 %0100 000200 000300 000400 000500 000600 0000 %10 %20 %30 %40 %50 %60 %70 %80 %90 %100 %De500à750€De750à1000€De1000à1250€De1250à1500€De1500à1750€De1750à2000€De2000à2250€De2250à2500€De2500à2750€De2750à3000€De3000à3250€De3250à3500€De3500à3750€De3750à4000€Plusde4000€Nombre debénéficiairesRapportindemnisationnette sursalaire netTranches de salaireMoinsde500€Source : Fichier national des allocataires (Unédic / Pôle Emploi). En cours d’indemnisation au 31/12/2011 observé avec 6 mois de recul.Champ : allocataires indemnisés par l’Assurance chômage, France entière.
    • Salaire mensuel brut de référence (€)Allocationjournalièrebrute(€)TEMPS COMPLETSMICmensuel :1 365 €0 300 600 900 1 200 1 500 1 800 2 100 2 400 2 700 3 000 3 300 3 6001002030405060708075,0 % du SJR 57,4 % du SJRAllocationminimale27,66 €40,4 %du SJR +partie fixe(11,34€)LE CALCUL DE L’ALLOCATIONENCADRÉ 3Selon le salaire précédant la période de chômage (SJR : Salaire journalier de référence) et le coefficient de tempspartiel, l’allocataire bénéficie d’une allocation journalière calculée par une de ces 4 formules :• 75 % du SJR ;• allocation minimale (27,66 euros au 01/07/2011) ;• 40,4 % du SJR + partie fixe (11,34 euros au 01/07/2011) ;• 57,4 % du SJR.La formule sélectionnée est la plus avantageuse pour le demandeur d’emploi. Elle correspond au maximumdes valeurs obtenues par les 3 dernières formules, tant qu’il ne dépasse pas 75 % du SJR.Le graphique ci-dessous présente, par salaire mensuel brut, le montant de l’indemnisation journalière dont bénéficieun allocataire ayant travaillé à temps complet, et la formule qui a permis de le calculer.éclairages n° 5 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L’ASSURANCE CHÔMAGE ?— 8 —Exemple : une personne à temps complet qui touche le Smic (soit 47 euros par jour) sera indemnisée à hauteur de :40,4 % * 47 + 11,34 = 30 euros par jour.Le coefficient réducteur est appliqué à l’allocation minimale et à la partie fixe pour les personnes ayant travaillé à tempspartiel. Le salaire est déjà réduit du fait du temps partiel.CALCUL THÉORIQUE DE L’ALLOCATION JOURNALIÈREÀ PARTIR DU SALAIRE DE RÉFÉRENCEAuteurs : Cécile Laffiteau, Jean-Paul BlouardÉCLAIRAGES, ÉTUDES ET ANALYSES – AVRIL 2013Directeur de la publication : Vincent DestivalDirecteur de la rédaction : Pierre CavardDépôt légal : avril 2013Unédic : 4 rue Traversière – 75012 Paris – Téléphone : 01 44 87 64 00 – Fax : 01 44 87 64 01unedic.fr – twitter.com/unedic