Your SlideShare is downloading. ×
Dossier Presse Etude Transition Energétique et Système Electrique
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Dossier Presse Etude Transition Energétique et Système Electrique

204

Published on

En 2012, l’UFE a évalué les points clés et les conséquences d’une transition énergétique, et a travaillé, sur le plan macroéconomique, avec le Centre d’Analyse Stratégique.

En 2012, l’UFE a évalué les points clés et les conséquences d’une transition énergétique, et a travaillé, sur le plan macroéconomique, avec le Centre d’Analyse Stratégique.

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
204
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
6
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. DOSSIER DE PRESSETransition Energétiqueet système électriqueQuels enjeux?quels facteurs clefs de réussite?Quels nouveaux équilibres pour le système électrique? Contact Presse Anne CHENU 06.09.22.77.01 - 01.58.56.20.84 anne.chenu@ufe-electricite.fr Novembre 2012
  • 2.    SOMMAIRE   Contexte                    page 3   Quelle est la situation énergétique de la France aujourd’hui?   Sur quoi doit porter le Débat sur la transition énergétique ?      Les Points Clés de l’étude               page 6   La demande   L’efficacité énergétique   Les énergies renouvelables   Les réseaux   L’acceptabilité sociétale   Le climat   Le financement   La croissance et l’emploi  Conclusion                    page 21         2  
  • 3. CONTEXTE  En 2011, l’UFE avait modélisé trois scénarios de transition énergétique :     70 % de nucléaire,    50 % de nucléaire,    20 % de nucléaire. En  2012,  l’UFE  a  évalué  les  points  clés  et  les  conséquences  d’une  transition  énergétique,  et  a travaillé, sur le plan macroéconomique, avec le Centre d’Analyse Stratégique. En tant qu’organisation professionnelle regroupant l’ensemble des acteurs du secteur, elle s’est livrée à un travail d’analyse de la transition énergétique de façon factuelle, sans porter de jugement de valeur. Quelle est la situation énergétique de la France aujourd’hui? En  préambule,  il  est  important  de  rappeler  la  situation  énergétique  actuelle  en  France,  pour comprendre spécifiquement la place qu’occupe, l’électricité dans la consommation d’énergie.   La consomma on d’énergie en France Consomma on totale d’énergie :1800 TWh 95 590 117 160 125 8 80 90 115 40 93 70 90 32 3   3  
  • 4.   Si on détaille le vole et « Chauffag ge », résiden ntiel et tertia aire, on rema arque qu’il y y a plus de c chauffage au fioul ‐ ‐ 120 TWh‐ qque de chaufffage électriq que ‐102 TWWh.    Concernnant l’impact t sur le chan ngement climmatique, il c convient de rappeler quee l’un des avantages compéti itifs  du  systtème  électri ique  françai est  son  très  bon  bil CO2.  Po produire 1 MWh  is  t lan  our  e d’électricité,  la  France  émet  4  fois  moin de  CO2  que  la  moyenne  euro 4 ns  opéenne.  À  titre  de  4  
  • 5. compara aison, l’Allem magne émet, 850Mt de CCO2 par an. L La France émmet, quant à  elle,  370Mt t de CO2, soit l’équ uivalent de la production n de CO2 du  seul parc éle ectrique allemand.  faut aussi rappeler que le déficit comEnfin, il f mmercial de la France s’é élève, aujour rd’hui, à 70 M Md€.  Sur ces 70 MMd€, 65 sont portations d ’énergies, le t dus aux imp e pétrole pes sant, à lui seuul, 50 Md€, soit 80 % du défici it.    Sur quoi i doit porter le débat sur r la transitio on énergétiqu ue ? Au  vu  de  ces  éléme ents,  le  déba sur  la  Tra at  ansition  Energétique  ne  doit  pas  se   centrer  sur la  seule  r  té et il doit vélectricit viser deux ob bjectifs clairs  :   préserver, vo oire amplifie er, l’avantage e de la Franc ce en matièr re de lutte co ontre le changement  c climatique   réduire le dé éficit commeercial énergé tique de la F France     5  
  • 6. Les Points Clés de l’étude  Les travaux de l’UFE ont permis de mettre en évidence 8 points clés dans la transition énergétique:  • la demande  • les énergies renouvelables  • les  réseaux  • l’acceptabilité sociétale  • le climat  • le financement  • la croissance de la France et les emplois      6  
  • 7. I ‐ La D Demande  À horizon 2030, la de emande peut s’avérer pl us forte que prévue, du f fait :   d d’une reprise e de la croiss sance écono omique du pa ays   d des transfert ts d’usages d ers l’électricité performante   du pétrole ve    Le  graphique  mont qu’en  ca de  hauss moyenne du  PIB  (1 tre  as  se  e  1,7 %  PIB),  ll’effort  en  efficacité énergéti ique  permet au  mieux d’ici  2030 d’annuler  l’impact  de la  croissan économ t,  x,  0,  e  nce  mique  sur  on de la deml’évolutio mande d’élec ctricité.  En cas de croissance e forte — pluus de 2 % de  PIB — due n notamment à une relanc ce de la compétitivité  elle,  la  demaindustrie ande  d’électricité  pourra repartir  à  la  hausse  malgré  une  politique  d’efficacité  ait  àénergétiique ambitie euse.   Entre  un scénario  d croissance faible  (1,3  %  PIB)  et  un  scénario  de  croissanc forte  (2 % PIB),  la  n  de  e  u ce  % variation n de la demaande d’électr ricité est de ll’ordre de 1000 TWh. Si  l’effica acité  énergé étique  est  un composa nte  essentie de  la  tra ne  elle  ansition  éne rgétique,  il  n’est  pas exclu  qu la  réalisation  de  ses  objectifs  ne soit  pas  to ue  e  otalement  au  rendez‐vo compte  tenu  des  ous problèm mes de financ cement qui seront majeu urs dans la mise en œuvre e des politiq ues publique es.  Pour fair s incertitudes, tant sur le re face à ces e niveau de  croissance qque sur lefficcacité énerggétique, il existe  deux  options soit  utilis le  poten s :  ser  ntiel  nucléaire  existant,  soit  constru uire  des  mo oyens  de producti ion thermiquue.   7  
  • 8. Dans le  cas du mainntien de la production n ucléaire le d développeme ent des ENR  R permettrait t de faire face à la hausse de la a demande dd’électricité lliée à la crois ssance écono omique.  Une  des  questions centrales  de  la  tran s  nsition  éner rgétique  portera  sur  la diminutio de  la  a  on consomm mation de pétrole en Fra ance. Pour r répondre à c cet enjeu ma ajeur, il pour rrait être envvisagé de réduire  de  50 %  la  consommat tion  de  fiou l  pour  le  ch hauffage  au  profit  du  g et  de  l’é gaz  électricité performante,  notam mment  par  l’utilisation  d pompes  à  chaleur  (30 de  à 0TWh).  Ces  dernières  po ourraient égalemeent être utilissées dans ceertains proce ess industriels (10TWh). De même, u un programm me massif de  déve eloppement  du  transpo électriqu e,  soit  colle ort  ectif,  soit  in ndividuel,  poourrait  être engagé. (30TWh) ).  Rappelons s que la cons sommation d de pétrole po our le seul transport est d de 600 TWh. L’ensemble du  programme de tr ransferts env visageable a ainsi été est timé, à 70 TW Wh.    Pour  faire  face  à  cette  cons sommation  d’électricité supplémentaire  liée  à  une  vol é  lonté  de décarbonation  plus  forte  de  la  France,  un  d développement  ambitieux    des  ENR serait  d’autant  plus  R pertinennt. Cela suppose, aussi, tooutes choses s égales par ailleurs, de m maintenir la  production nucléaire au  nivea approprié La  produc au  é.  ction    ENR  p permet  de  ré épondre  à  cette    croissa c ance  de  la  demande  dd’électricité tout en garantissant t la sécurité d d’approvisionnement du système.  Ainsi,  da un  conte ans  exte  de  croissance  écon nomique  fort et  de  transferts  d’usa te  ages  du  pét trole  vers l’électric cité, combine er maintien  de la produc ction nucléaire et un hau ut niveau de e développem ment des ENR permettrait d’optimiser dan ns le temps :  la performannce CO2 de la France ;   ommerciale de la France  ;  la balance co  le développeement indus s, qu’il s’agis striel français sse du secte eur automob bile, ferroviaire ou du  s erte.    secteur de l’économie ve   8  
  • 9. II – L’efficacité énergétique  L’effort d’efficacité énergétique pose d’abord un problème de financement. Pour le seul secteur de l’électricité  l’UFE,  estime  l’investissement  à  réaliser  à  170 Md€,  afin  d’économiser  116 TWh.  Il  est évident  que  l’effort  d’efficacité  énergétique  dans  le  secteur  électrique,  comme  sur  les  autres énergies (fioul, gaz), sera un véritable enjeu de financement.  Il est donc essentiel, compte tenu des montants en cause :   d’orienter prioritairement les investissements vers les actions les plus efficaces au moindre  coût ;   de mettre en place les dispositifs de financement appropriés.  Les études faites par l’UFE montrent que pour gagner 1 TWh, le coût des actions à mettre en œuvre  peut aller de 1 à 4 Md€, selon les actions choisies. Par exemple, il y un facteur de coût de 1 à 4 entre l’isolation en comble non habitable en logement collectif et l’Isolation de comble habitable en maison individuelle.      9  
  • 10. III – Le es énerg gies renouvelable es  Au‐delà  de ces enjeux liés à la m maîtrise de  la demande, , un autre enjeu essentiiel à la réuss site de la transitio on énergétiqu ue est celui d de l’essor sig gnificatif des énergies ren nouvelables  sur lesquelle es repose une grannde partie de e l’évolution du mix élect trique.      À 2030, l’essor des re enouvelables s’appuie su ur :   l’exploitation du  potent éolien  fr n  tiel  rançais  —  te errestre  et  offshore  –  l’’un  des  premiers  en  o Europe ;   un développ pement impo ortant du so olaire, à la ha auteur de ce e que l’on co onstate dans s les pays  v voisins, comme l’Allemag gne;   un développ pement signif ficatif de la b biomasse ;   l’arrivée  de  l’hydrolien, compte  te ,  enu  des  posssibilités  du  littoral  fran nçais.  Il  s’ag d’une  git  t technologie émergente, mais essent ielle.  Par  aille eurs,  en  acc compagneme des  nou ent  uvelles  énerg gies,  la  Fran dispose  déjà  d’un  gisement  nce  gd’énergie renouvelable hydrauliq que qui pour rrait être enc core mieux e exploité, à ha auteur de 11 1TWh. Si à l’imaage de ce qu ue l’on consttate ces dernniers mois sur l’éolien, le rythme de e développem ment des  ENR  ne  suit  pas  l’ambition  affichée,  pour  continuer  à  assurer  la  sécurité  de  l’approvisionnement électriqu du  pays,  soit  le  déve ue  eloppement  de  moyens  de  production  thermiq ues  supplém mentaires sera néc cessaire, soit le maintien d’un certain n niveau de pproduction nucléaire sera a inévitable.   10  
  • 11.     D’import tants  bénéf fices  pour  l’économie  française  sont  attend dus  avec  l’’essor  des  énergies renouvelables,  au  p premier  plan duquel  le renforcement  de  la  filière  indus n  e  strielle  française.  Le développ pement  d’u une  filière  industrielle  ENR  perme i ettrait  de  créer  des  e c emplois,  ma aussi,  ais d’amélioorer la balanc ce commerciale du pays . Réduire de 50 % le taux x d’importat tion des équi ipements de  type  ENR,  c’est‐àà‐dire  fabriquer  plus  d’é équipements en  France,  c’est  potent s  tiellement  réduire  le déficit co ommercial d de la France  de 40 Md€ à horizon 20 030. En revaanche, sans  cette restructuration industrieelle sur le ter rritoire natio onal, ce déficcit commercial se creuser rait fortemen nt.     11  
  • 12. IV – Le es réseaux  Les  rése eaux  sont  au cœur  du  système  élec u  ctrique  qu’il  s’agisse  des interconne s  exions,  du  ré éseau  de transpor rt national, e et des réseau ux de distrib bution.     Dans un contexte de e développement du ma arché unique e européen, et de transiition énergét tique, les intercon nnexions son nt à doubler en puissanc e, afin :   d d’assurer la sécurité d’alimentation é électrique ;  d’accompagner l’essor des EnR ;  d  d de mutualise er les moyen ns de product tion europée ens ;   d de fusionner r les variations de consom mmation et leur volatilité é ;   d de fluidifier le marché de e l’énergie. 12  
  • 13.   Le  rôle  des  intercon nnexions  est,  ainsi,  tou à  fait  stra ut  atégique.  S’il  manquait,   par  exemp 7 GW  ple, d’intercoonnexions, d du fait notam mment de dif fficultés d’ac cceptabilité d des ouvrages s par les pop pulations, alors il f faudrait commpenser par  7 GW de pr roduction th hermique ou u maintenir lla capacité n nucléaire correspo ondante.  Pa arallèlement il  est  à  noter  que  tout  retard dans  le  développem t,  d  ment  des interconnnexions imp pactera d’auttant la constr ruction du m marché intérieur europée en de l’électr ricité.      13  
  • 14. Sur le plan national, le développement des réseaux de transport doit répondre à plusieurs objectifs :   l’exploitation pleine et entière du foisonnement entre les trois régimes de vent en France :  celui de la Manche, celui de l’Atlantique et celui de la Méditerranée ;   l’utilisation  du  potentiel  de  production  solaire  dans  le  sud  pour  répondre  aux  besoins  de  consommation sur l’ensemble du territoire métropolitain ;   rééquilibrer le réseau au vu des nouvelles localisations des moyens de production.  En plus des investissements courants sur ce réseau de transport, 10 Md€ vont être nécessaires pour financer  ces  nouveaux  besoins.  C’est  un  enjeu  essentiel,  car  le  fait  de  ne  pas  réaliser  ces investissements à temps conduirait à de graves déséquilibres du système. Les  enjeux  sont  aussi  très  importants  pour  les  réseaux  de  distribution  pour  lesquels  il  va  falloir investir de l’ordre de 110 Md€ d’ici 2030, afin, d’abord, de poursuivre les investissements courants correspondant :   au renouvellement du patrimoine ;   à l’amélioration de la qualité de la fourniture ;   au renforcement du réseau ;   au  raccordement  des  utilisateurs  du  réseau,  aussi  bien  les  producteurs  que  les  consommateurs. Il  convient,  ensuite,  d’adapter  les  réseaux  à  la  transition  énergétique,  avec  trois  composantes principales :    le développement des EnR réparties sur l’ensemble du territoire ;   le développement des véhicules électriques ;   l’évolution de la puissance électrique appelée par les consommateurs.  Pour pouvoir limiter ces investissements, il existe plusieurs leviers d’optimisation :   en  matière  de  gestion  de  la  pointe  :  le  pilotage  de  la  demande  à  travers  des  dispositifs  tarifaires adaptés, mais aussi grâce à des innovations technologiques comme par exemple  les smart grids En  matière  d’optimisation  de  l’intégration  des  ENR  :  l’incitation  à  l’autoconsommation  et  une localisation des ENR proche des lieux de consommation permettra de limiter les investissements de raccordement  et  de  renforcement  des  réseaux.  Au‐delà,  les  réseaux  devront  développer  tous  les outils de flexibilité utiles au système électrique. Au total, ces leviers permettraient d’éviter jusqu’à 7 Md€ d’investissements à l’horizon 2030.      14  
  • 15. V – L’a acceptab bilité soc ciétale  Entre le  développem ment du nom mbre de mâts s d’éoliennes, de surface es de pannea aux photovo oltaïques, et  la  né écessité  abs solue  de  renforcer  et  développer  les  réseaux de  transp x  port,  la  que estion  de l’acceptaation sociéta ale va se pose er de façon c cruciale. Or, il fau ut actuellement 10 ans ppour mettre  une ligne enn service, do ont 9 ans de  procédures  et un an de  travaaux.  L’exemp de  la  lig THT  Fra ple  gne  ance‐Espagne  —  dont  RTE  vient  de lancer  un  chantier  R e innovant t en matière d’enfouissement — s’esst ainsi faite après plus de 20 ans de c n.   concertation    Pour Ia L Ligne THT Co otentin Maine, plus de 40 000 réunions s publiques s se sont tenue es.  Si les ouuvrages ne so ont pas consstruits dans d aisonnables, des risques  importants  pèseront  des délais ra ohérence  da l’évolutio du  systèm électriqu Il  est  do essentiell  que  les  procédures sur  la  co ans  on  me  ue.  onc administ tratives soien nt plus en ad déquation avvec la dynammique de tran nsition.      15  
  • 16. VI – Le e climat  Selon les s choix effectués, d’une part en termmes de recours à la produ uction thermmique, d’autre part en termes dde transfertss d’usages, la a transition  énergétique e peut faire v varier les ém missions de C CO2 de la France dde ‐ 60 à + 73 3 Mt en 20300. À titre de rappel, les émissions de la France s sont, actuelle ement, de 37 70Mt de CO2 2.         16  
  • 17. VII – L Les inves stissements   La  transition  énergé vestissement de  l’ordre de  400 Md hors  les  170 Md€  étique  condu à  des  inv uit  ts  e  d€, d’efficac cité énergétiq que évoqués s précédemm ment.      Notons  que  l’ensemmble  de  ces investissem s  ments  n’est  pas  entière ement  imput table  à  la  transition  ténergétiique.  En  eff fet,  le  simple  maintien   en  l’état  du  système  électrique  actuel  implique  des  d sements de linvestiss l’ordre de 18 80 / 200 Mdd€, tandis qu ue les orienta ations décid ées dans le  cadre du Grenelle de  l’envir e  ronnement,  nécessitera aient  une  centaine  de  milliards  s c supplémenta aires  (cf. l’étude U UFE 2011).   estissements,  avec  ou  sa transitio sont  don extrêmemLes  inve ans  on,  nc  ment  import tants.  Ils  con nstituent, pour l’es ssentiel, des coûts fixes à à long terme , entre 30 et t 40 ans.   Il est don nc indispensable de pouv voir sécurise cement. Cela passe par 3  éléments clés :  er leur financ  é du cadre réglementaire une stabilité e ;   un market design français et europée en adapté ;  d des prix et ta arifs qui reflè ètent, a miniima, les coût ts. Tout cec ci conduit à u une augment tation du coû ût du MWh p produit.   17  
  • 18.   Le  Gren nelle  de  l’e environneme supposa une  évo ent  ait  olution  de  30  à  40 €/M 3 MWh.  La  transition  ténergéti ique implique, en elle‐mêême, un surc coût du mêm me ordre de ggrandeur.   Ces chif ffres  avaient t été publiés s, en 2011, p ans le cadre  de son étud par l’UFE, da de « Électrici ité 2030 : Quels ch hoix pour la FFrance ? ».  À titre de comparais son, le prix d du MWh pay yé par les parrticuliers en Allemagne e est déjà de l’ ’ordre de 140 € suupérieur au pprix actuel duu MWh payé é par les part ticuliers fran nçais. Sans co ompter donc c l’impact sur les co oûts sur les p prix de l’Ener rgiewende, q qui font actu uellement débat.       18  
  • 19. VIII – La croiss sance et les empl   lois L’approc che  menée  en  partena ariat  avec  le  Conseil  d’Analyse  Stratégique  est  volontairement  Smacroécconomique a au niveau de et mesure le  surcroît de croissance, o e la France, e ou de consommation nationale,  que  provoque  la  tran nsition  énerg gétique,  par rapport  à  une  situatio n  de  type  « Mise  en  r  u «œuvre ddu Grenelle dde l’Environnnement ».     L’effet  d relance  dû  à  la  transition  énergé de  étique  dépen de  la  con nd  nstitution  de filières  industrielles  e françaisees compétitiv ves. Une tran nsition énerg gétique prodduit, globalem ment, un eff fet de relance de l’écono omie de 2013 3 à 2020, notammment grâce auux secteurs s suivants :  • Bâtimen nt   • Construc ction métalliique  • Machinees industriell es Après  22020,  on  constate  un  ralentisseme de  l’effe de  relance,  puis  l’a pparition  d’ r ent  et  ’un  effet  nniste.  L’écodéflation onomie  perd alors  glob d  balement  en compétitiv n  vité,  compte tenu  du  poids  des  e  pimportat tions et de l’augmentatio on du coût dde l’électricité é.  Toutefoi is, cet effet  déflationnist être évité si   des filières  industrielles te pourrait ê s françaises  fortes se développ pent,  (effica acité  énergétique,  ENR.. conduisan à  partir  de  2020,  à  une  diminu ..)  nt,  ution  des importat tions industr rielles.   19  
  • 20.   En  effet,  si  aucune  politique  industrielle  n’ ’accompagne la  transitio énergétiq e  on  que,  son  eff sur  la  fet balance commerciale e sera négatif, compte te enu :  • d’une  part,  du  poids  des  importat d d tions  de  ma omaine  des  énergies  atériel,  tant  dans  le  do renouvelablees que dans celui de l’eff ficacité énerg gétique ;  • e et d’autre paart, du fait q que la transittion énergéttique ne vien nt pas dimin uer significativement  les imports d de produits p pétroliers.    Cet impact négatif p pourrait en re evanche être e fortement réduit, voire e s’estomper r, si :    • la  création  d filières  in de  ndustrielles  f françaises  es effective,  réduisant  a st  ainsi  l’import tation  de  matériel lié aau développement des E ENR et de l’effficacité énergétique ;  • les politique es publiques encouragen t les transferts d’usage v vers l’électri cité produite e par des  ENR, permet ttant de réduuire les impoortations de produits pét troliers.  20  
  • 21.   En  matière  d’emplo une  app ois,  proche  glob bale  est  néc cessaire  et  apparaît  com a mme  seule  crédible. Comme  en matière  de croissancce, on const ate un effett positif les p premières annnées, qui se e ralentit  nduire ensuitpour con te à une dég gradation de  l’emploi global, en Franc ce, à terme. Un impa act positif sur r l’emploi po ourrait être m maintenu si :  • la création d de filières ind dustrielles fra ançaises (effficacité énerg gétique, ENR R...) était effe ective ;  • o on maintena ait l’emploi nnucléaire en  France ;  • l’ensemble  d politique publiques en  matière d’énergie  induisait  un e  amélioration  de  la  des  es  s  e  c compétitivité économiqu ue de l’indus strie français se.  En  co onclusion La  transition  énergét n :  tique est un  enj t  jeu  indu ustriel, éconoomique eet politiq que maje eur  • Développer  fortement  les  ENR  en privilégian les  transferts  d’usag n  nt  ges  du  pétrrole  vers  méliorerait  l e  bilan  CO2 de  la  France,  ainsi  qu e  son  indép l’électricité  et  le  gaz  am 2  pendance  é énergétique, tout en allé égeant son ddéficit commercial.  • C Créer ou connsolider, sanns attendre,  les filières in ndustrielles nécessaires  dans le dom maine des  ENR et de l’e efficacité éne ergétique, es st un enjeu n national maje eur.  • ttrait  une  relance  écono La  réussite  d la  transition  énergétiique  permet de  omique  et  la  création  d d’emplois du urables, sanss peser sur la a compétitivi ité nationale e.  • Le  maintien  d’un  poten ntiel  nucléai re  permettr de  sécuriser  la  repr rait  rise  de  la  cr roissance  é économique e, et toutes le es transform mations liées à la transitio on énergétiq ue.  21  

×