Le défi de l'adaptation - Patrice CAYRE - UE2009
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Le défi de l'adaptation - Patrice CAYRE - UE2009

on

  • 703 views

Visite de terrain n°2: Le défi de l'adaptation - Animateur : Patrice CAYRE - UE2009

Visite de terrain n°2: Le défi de l'adaptation - Animateur : Patrice CAYRE - UE2009

Statistics

Views

Total Views
703
Slideshare-icon Views on SlideShare
703
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Le défi de l'adaptation - Patrice CAYRE - UE2009 Le défi de l'adaptation - Patrice CAYRE - UE2009 Document Transcript

    •   VISITE 2 : LE DEFI DE L’ADAPTATION  Animateur : Patrice Cayre, animateur réseau enseignement agricole  Dans les deux cas présentés, le Domaine Royal de  Randan, propriété de la Région,  et le  village de vacances Lio’hand Evasion, dédié au handicap, c’est le thème du défi de l’adaptation. Dans les deux cas il y a eu prise de risque. Dans les deux cas, il y a urgence à DECLOISONNER. Ce  défi  amène  les  participants  de  cette  journée  à  proposer  de  dépasser  la  seule  question  du handicap pour rechercher la plus grande lisibilité pour tous.  La mobilisation des cinq sens semble être à associer à la découverte des territoires et devenir outil de médiation partagé. Quant à l’adaptation trop poussée elle peut isoler. La démarche liée aux handicaps révèle les difficultés du multi‐acteurs.     Le Domaine Royal de Randan  Place Adélaïde d’Orléans  63310 Randan  04 70 41 57 86  SITE  ACCESSIBLE  AUX  PERSONNES  A  MOBILITE  REDUITE  OU  HANDICAPEES  (13  000  visiteurs  entre  le  30  mai  et  le  30  septembre  2009/  prix    d’entrée : 4 euros et 3 pour les groupes)   Lionel Sauzade, conservateur du Domaine Royal de Randan, a accueilli les participants, a accompagné la visite du Domaine Royal de Randan puis a déjeuné avec les participants. Il est sur le site à l’année avec deux gardiens et pendant la période d’ouverture cinq guides viennent les rejoindre. Sa  présentation  a  mis  en  évidence  l’ampleur  des  travaux  (3,2  millions  de  travaux  réalisés  dans  les deux  dernières  années  pour  rénover  l’extérieur  et  le  toit  terrasse  des  dépendances,  l’aile  des cuisines,  et  la  chapelle)  et  l’ampleur  des  urgences.  L’articulation  entre  réhabilitation  et  accueil  du public est rendue plus difficile par les urgences permanentes. Il a insisté sur la modernité historique du lieu qui a toujours été un lieu de villégiature. Le château de Randan n’est pas un palais mais un lieu d’intimité, dans lequel le mobilier était moins d’apparat que de confort. La présentation in‐situ des collections est le noyau du projet culturel. Le Domaine est idéalement placé par rapport aux montagnes d’Auvergne et la terrasse plein sud du château constitue une table d’orientation. Les défis architecturaux de Fontaine qui avait pour projet de  mettre  en  valeur  le  paysage,  la  modernité  des  matériaux  utilisés  et  l’ambiance  romantique confèrent à ce domaine une valeur rare.    
    •  « Adélaïde d’Orléans (1777‐1847), sœur et conseillère du roi Louis‐Philippe (1773‐1850) est l’âme des lieux. En 1821, elle acquiert l’ancien duché de Randan et entreprend sa réhabilitation. En dix ans, elle fait agrandir, restaurer et meubler le château, construire des dépendances et créer un parc paysager. Ces travaux sont réalisés sous la direction de Pierre‐François‐Léonard Fontaine (1762‐1853), premier architecte du royaume, avec la complicité constante de Louis‐Philippe. Après la chute de la Monarchie de  juillet,  Randan  connaît  de  nombreuses  vicissitudes    mais  à  la  fin  du  XIXème  siècle,  le  Domaine reprend  vie  grâce  à  la  comtesse  de  Paris  (1848‐1919)  qui  entretient  avec  passion  sa  propriété d’Auvergne et la modernise. En 1925, l’incendie du château marque le déclin du Domaine Royal qui ferme ses grilles et tombe dans l’oubli. En 1999, la mise en vente du dernier Domaine Royal français encore privé et de son mobilier a suscité une mobilisation qui a conduit le Ministère de la Culture à acheter le fonds mobilier et les collectivités locales à acquérir la maîtrise foncière du site. En février 2003, le Conseil Régional d’Auvergne en est devenu  propriétaire.  Depuis  plusieurs  années,  d’importants  travaux  de  sauvegarde  se  poursuivent  : mise  hors  d’eau  des  bâtiments  (orangerie,  ateliers,  grands  communs,  chapelle,  aile  des  cuisines), réhabilitation du  parc, restauration du  mobilier,… En 2008, l’Etat a  transféré  au Conseil  Régional la propriété des collections mobilières. Après deux années de travaux, le Domaine ouvre de nouveau ses grilles au public. Le château du Domaine royal de Randan a été édifié de 1821 à 1825 et résulte de la restructuration et de  l’agrandissement  d’un  édifice  du  XVIème  siècle.  Détruit  par  un  incendie  en  1925,  il  offre  une silhouette  romantique  qui  conserve  un  niveau  de  réception  original  organisé  autour  d’une  salle  à manger souterraine éclairée par des verrières et accolée à une enfilade de salons. Du 30 mai au 30 septembre, RETOUR D’EXPEDITION, CHASSES ET VOYAGES D’UN PRINCE FRANÇAIS. Au début du XXème siècle, Ferdinand d’Orléans, duc de Montpensiee a créé au château de Randan un musée  cynégétique  rassemblant  450  animaux  tués  lors  de  ses  voyages  à  travers  le  monde  et naturalisés  par  le  taxidermiste  londonien  Rowland  Ward.  Classée  Monument  Historique  en  1991, restaurée, elle est présentée pour la première fois dans sa totalité. » (extraits du document remis à l’entrée du Domaine)  Dès  le  début  des  travaux  de  réhabilitation  le  choix  de  favoriser l’accès aux personnes en fauteuil roulant a été fait.  Une rampe a été créée pour accéder à la billetterie, dès la première ouverture au public en 2003.  L’architecte  des  Monuments  Historiques  avait  donné  son  accord pour qu’une fenêtre devienne porte pour permettre  aux  personnes  en  fauteuil  de  pénétrer  dans  l’accueil.  L’accessibilité  aux  personnes  handicapées  étant  annoncée,  les gardiens ont souvent porté des fauteuils pour permettre  aux visiteurs d’accéder à des parties non encore ouvertes. Une rampe a été créée pour accéder à la chapelle. De l’autre côté un monte‐personne vient d’être installé  en  extérieur  pour  permettre  aux  personnes  en  fauteuil  d’accéder  aux  cuisines  récemment rénovées, les escaliers étant non praticables dans le Monument Historique.  La  création  d’un  escalier  pour  accéder  au  toit  terrasse  pose  problème  aujourd’hui,  les  services  de  sécurité  du  Département  voulant  qu’un  escalier  de  secours  soit  prévu  en  cas  d’incendie ? La pente du chemin d’accès à l’ascenseur reste forte, faut‐il remodeler le parc ?  Et à terme comment imaginer l’accès en fauteuil roulant dans la ruine ?   Plus globalement la question du PROJET a été posée.  Plusieurs  études  ont  été  réalisées  mais  aujourd’hui  veut‐on  «  remonter  les  ruines  et  les  rendre accessibles  »  ?  Veut‐on  créer  un  lieu  d’ambiance  et  mettre  l’accent  sur  des  points  de  vision  ? L’approche de l’adaptation semble pouvoir être différente suivant les scénarios. 90% des Monuments Historiques ne sont pas aux normes. Comment aborder l’échéance européenne de 2015 et les nouvelles normes européennes annoncées ? 
    •  400  adhérents  de  l’association  «  les  Amis  du  Domaine  de  Randan  »  se  mobilisent,  organisent  des manifestations très appréciées. Ils accèdent gratuitement au Domaine. « Les artistes fêtent la République Le 14 juillet 2009 à partir de 14 heures. A l’occasion de la Fête Nationale et pour marquer la réouverture au public du Domaine de Randan, le Conseil Régional d’Auvergne a convié 200 artistes régionaux à faire découvrir leurs talents » Une  pièce  de  théâtre  ambulatoire  a  été  jouée  une  fois  par  semaine,  pendant  deux  ans  sur  neuf semaines, avec un grand succès.   Les participants de l’atelier ont mis en évidence le potentiel et émis  quelques idées.  Le  partenariat  associé  est  large  mais  limité  par  la  faiblesse  des  moyens  humains  (un  conservateur  et  deux  gardiens  sur  l’année)  :  lycée agricole et ONF pour l’entretien du parc, école de restauration  pour les métiers d’art, … Le projet pourrait être de faire du Domaine  de  Randan  un  outil  de  décloisonnement,  un  lieu  de  rencontres  à  l’échelle  régionale  de  la  Culture,  du  Tourisme,  de  l’Ecologie,  de l’Agriculture, de la Formation, … De fait, on parle d’accessibilité mais le Domaine de Randan n’est pas visible.  Il  est  caché.  La  Région  pourrait  engager  un  partenariat  avec  la  municipalité  pour  rendre  le Domaine visible de la route et aménager un espace public. Un ancien hôtel en bord de route a été racheté  par  la  Région  et  il  pourra  devenir  un  lieu  d’accueil.  Ce  qui  serait  innovant  ce  serait  que  la Région et la Commune travaillent de concert pour favoriser une appropriation par les habitants du Domaine  de  Randan,  qu’il  soit  inscrit  dans  un  projet  d’urbanisme  ouvert.  L’association  des  amis  et plus largement le Pays sont également à associer pour se demander comment le Domaine de Randan peut  faire RESSOURCE pour le territoire.  L’innovation dans les partenariats pourrait être de prendre l’ensemble des handicaps et de croiser les regards. Pour l’instant c’est surtout le handicap moteur qui a été regardé. Mais le parc, le chantier de rénovation,  l’ambiance  des  ruines  et  la  diversité  des  matériaux  permettraient  d’élargir  à  tous  les handicaps. Associer un médiateur au conservateur pourrait permettre d’élargir les partenariats mais aussi le mécénat. Lancer des concours ou une souscription ? Mobiliser davantage les Compagnons du Devoir ?  Mais  il  y  a  un  préalable  :  définir  la  vocation  du  Domaine.  Veut‐on  remonter  les  ruines    ou  les conserver comme décor d’un resort ? Veut‐on en faire un laboratoire et une vitrine de la Région sur les savoir‐faire  (métiers du bâtiment et de l’accueil) ?    Maquettes tactiles en Pays de Riom Marie‐Anne Barnier, animatrice du patrimoine du Pays d’Art et d’Histoire  de  Riom,  et  Jeannette  Bertrand,  de  l’ALT  Riom Limagne  ont  présenté  des  maquettes  tactiles  et  les  séjours adaptés « Du bout des doigts » pour illustrer la réflexion  L’exposition  actuellement  présentée  à  Riom  montre  la collection de maquettes tactiles constituée depuis 1993.  Toucher‐comprendre  «  Laissez‐vous  conter  les  maquettes tactiles d’un territoire » ANIMATION DU PATRIMOINE du PAYS DE RIOM  En 1993, suite à un séminaire organisé par la Caisse des Monuments Historiques en 1991 et à une rencontre  avec  Olivier  Paradis  et  Christiane  Audebert,  une  première  maquette  dédiée  à  la  Sainte‐Chapelle a été créée par Isabelle Daysol. Riom est la seule ville en France à présenter maintenant un 
    • ensemble  de  plus  de  dix  maquettes  tactiles.  Cette  action,  développée  année  après  année  dans  le cadre des conventions Ville puis Pays d’Art et d’Histoire, témoigne de la volonté de faire découvrir au plus grand nombre le patrimoine architectural du territoire dans sa diversité. Ces outils pédagogiques permettent de proposer aux  aveugles  et aux déficients visuels un tourisme culturel  de  qualité  grâce  à  une  formule  originale    adaptée  à  leur  demande  et  à  leurs  besoins,  sous forme d’un code tactile basé sur les qualités thermiques des matériaux utilisés. Les maquettes  sont accompagnées de circuits de visites adaptés, de livres en caractères agrandis et de transcriptions en braille. Des visites sont assurées par un personnel qualifié spécialement formé. Ces maquettes sont des outils de médiation indispensables au public non voyant mais elles sont aussi utiles  à tout public et tissent un lien social entre voyants et aveugles  pour une visite avec le même support.  Elles  sont  démontables  afin  de  présenter  les  différentes  campagnes  de  construction,  les différentes parties d’un édifice, un état antérieur ou encore une particularité architecturale Chaque  maquette  a  été  installée  sur  site,  pour  faciliter  la  découverte.  Des  documents  d’aide  à  la visite ont été créés. Des plaques d’aluminium portant les légendes (en couleur et en braille) ont été installées. Lorsqu’une    maquette  s’enlève,    on  découvre  des  touchers  différents,  le  plan  au  sol.  Les  couleurs attractives et les matériaux utilisés font que les maquettes intéressent les enfants comme les mal‐ et non‐voyants.  Pour  les  enfants,  l’attention  est  concentrée  sur  la  maquette  et  cela  permet  de  repérer  l’élément signifiant.  Une  représentation  en  écorché  va  permettre  de  faire  comprendre  les  circulations  ou l’organisation d’un escalier à vis, par exemple. Jusqu’à présent seuls les guides et non‐voyants manipulent les maquettes. La tendance est de faire des maquettes avec des parties aimantées et d’aller vers des outils interactifs (des petites maquettes manipulables ?). Un travail reste à engager sur les cinq sens et sur l’accessibilité des publics, notamment handicapés dans les lieux d’accueil du public. (escaliers difficiles à pratiquer pour des mal ‐ voyants, circulations impossibles  pour  les  personnes  en  fauteuil,  …).  L’adaptation  doit  aussi  amener  la  définition  d’une politique de transport. La  démarche  a  créé  un  mouvement  intéressant  du  Pays  d’accueil  touristique  vers  l’office  de tourisme.   Séjours adaptés ‐ Riom‐Limagne  Des  sites  touristiques  adaptés  au  public  déficients  visuels,  le  Pays  de  Riom‐Limagne…à  portée  de main !  Une  collection  de  maquettes  tactiles,  des  circuits  sensoriels,  des  guides  de  visite  en  braille  et caractère agrandis ont été réalisés en partenariat avec lassociation Braille et Culture.  Pour  connaître  la  diversité  des  visites  il  existe  une  documentation  complète  disponible  sur  simple demande.  Visitez avec les mains.  Situé aux portes du Parc des Volcans dAuvergne, et au Nord de Clermont‐Ferrand, le Pays de Riom‐Limagne,  vaste  terre  dorée,  parsemée  de  maïs,  de  blés  et  de  tournesols,  soffre  à  vous…  Touchez, goûtez, écoutez, ressentez…Prenez le temps de découvrir toutes ses richesses….ses églises romanes, ses châteaux, ses villages caractéristiques…Voici un aperçu des sites que vous pourrez parcourir tout au long de votre séjour et leurs supports adaptés.  
    • Une collection de maquettes tactiles réalisées à léchelle 1/50ème dotées dun code tactile, installées dans les monuments quelles représentent, vous permet dappréhender les sites dans lesquels vous vous trouvez.   A Riom : 5 maquettes.  Plan tactile du centre ancien de Riom,  Maquette tactile de la Sainte‐ Chapelle, et ses jardins,  Maquette de lhôtel de ville, Maquette tactile de la Tour de lHorloge,  Maquette de lEglise Saint‐Amable.  Prochainement : Maquette de la Place de la Fédération, à Riom.  Mais  aussi,  découvrez  les  maquettes  de    lAbbaye  Saint‐Pierre  de  Mozac,  la  Sainte‐Chapelle  à Aigueperse, lEglise Notre‐Dame de Marsat et son cloître.  Des circuits sensoriels…  Pour découvrir les centres bourgs de Riom, dAigueperse, et de Clermont‐Ferrand.  Des visites adaptées.  • Les musées : Bargouin à Clermont‐Ferrand, ou Marcel Sahut à Volvic. • Les Sources Pétrifiantes de Gimeaux. • Le centre dinformation des Eaux de Volvic. • Des châteaux comme Effiat ou Chareil‐Cintrat. • Des centres de découverte du volcanisme : Vulcania ou le Volcan de Lemptégy. • Maquette du château dEffiat.  Des sentiers pédestres (environ 1 heure de marche). • "Le chemin des Bateliers" à Pont‐du‐Château, à lOuest de Clermont‐Ferrand. • "La cheire de Paugnat" à Paugnat, entre Volvic et Charbonnières les Varennes. • "Au pays des Frênes" à St Genès‐Champanelle, au Sud‐ouest de Clermont‐Ferrand.  Eveillez vos sens…  • Des dégustations enchanteront vos papilles… • Des groupes de musiques traditionnelles vous emmèneront à la découverte dune autre époque. • Lartisanat local soffrira à vous…  Des lieux à visiter.  • Sainte Chapelle – Aigueperse. • Carnet de visite en braille avec dessins à relief pour découvrir la ville dAigueperse. • Visites guidées adaptées sur rendez‐vous au : 04.73.38.59.45. • Eglise Notre‐ Dame‐ Marsat. • Maquette tactile de léglise et du cloître. • Abbaye Saint‐Pierre‐Mozac. • Maquette tactile de labbaye. • Guide de visite en braille et caractères agrandis. • Toucher des chapiteaux historiés placés à hauteur dhomme. 
    • • visites guidées sur rendez‐vous au : 04.73.38.99.94.  Des séjours sur mesure.  Si  vous  avez  envie  de  découvrir    cette  région  en  groupe  organisé,  il  existe  des  séjours  et  des excursions diversifiés qui répondent  à vos désirs et contraintes, avec  différentes thématiques  qui peuvent être abordées tels que le volcanisme, leau, lartisanat…   Pour les déficients visuels. Du bout des doigts. 3 Jours – 2 nuits.  • Jour 1. Découverte accompagnée de Vulcania, laventure de la Terre (Label Tourisme et handicap). Déjeuner régional au restaurant du parc. Dîner à lhôtel et nuit.  • Jour 2. Visite guidée adaptée de la ville de Riom. A découvrir les maquettes tactiles des principaux monuments classés. Déjeuner dans un restaurant de la ville. Visite adaptée du volcan à ciel ouvert de Lemptégy (Label Tourisme et Handicap). Dîner à lhôtel et nuit.  • Jour 3. Visite adaptée du Musée Départementale de la Céramique. Musée équipé daudio guides, de bandes podotactiles, de légendes en braille et gros caractère, et de plans dorientation tactiles. Déjeuner dans un restaurant de Limagne. Visite de sources pétrifiantes, toucher des moules, de leau et des pièces abouties.   Visitez avec les mains est la promesse faite pour structurer l’offre et la promotion. L’équipe  commerciale  de  l’ALT  note  l’évolution  en  la  matière.  Sur  les  salons  il  ne  s’agit  plus  de démarcher  des  associations  et  groupes  de  déficients  visuels  mais  de  s’adresser  au  grand  public  en valorisant les attentions pour les déficients visuels. Les jeunes utilisent moins les associations et se déplacent en individuels. En 1999 un démarchage amenait un groupe de déficients visuels, actuellement le retour est de 20%.  Extrait de  www.handicapzero.org   Les participants de l’atelier ont apprécié la dimension pédagogique du projet mais en ont vu aussi la limite  dans  le  caractère  répétitif.  Pour  eux,  il  y  a  matière  à  élargir,  notamment  en  ouvrant  à  la mobilisation  d’autres  sens.  La  maquette  doit  être  un  outil  parmi  d’autres  pour  répondre  aux objectifs. La médiation amène à concevoir des projets d’aménagement et interpelle le territoire dans son projet d’accueil.         
    •  Lio’hand Evasion  Chemin des rocs  03700 Brugheas  Tél : 04 70 96 57 00     Lionel Beaury, responsable de Lio’hand Evasion a fait visiter le village de vacances aux participants et a  répondu  aux  questions.  Ayant  galéré  personnellement  pendant  des  années  pour  partir  en vacances, il a décrit le village idéal et l’a ouvert. C’est la mairie qui a fait l’investissement (1,5 million d’euros) et bénéficié des subventions 547%, la société coopérative qui gère aujourd’hui verse un loyer.  En  2007  la  Fondation  du  Crédit  Coopératif  a  remis  à  Lio’hand  Evasion  le  prix  de  l’initiative économique et sociale. Le village de vacances a ouvert il y a trois ans  et compte dix chalets. Il est ouvert à tous les handicaps et recherche la mixité, étant conçu pour accueillir handicapés et accompagnants. « Simplement à la suite d’un constat et un vécu de plusieurs années, je suis venu à cette réflexion : un accident  de  la  vie,  un  accident  de  la  route  ou  une  maladie  génétique,  et  toujours  le  même  constat, une fatalité acceptée plus ou moins bien par nous tous, mais une seule réalité. Aujourd’hui, en France, nous possédons des structures hospitalières et de rééducation relativement performantes pour nous redonner une certaine autonomie, mais un seul problème non traité à ce jour : l’après !!! Après l’hôpital, après le centre de rééducation, après, après et toujours après...après, je vous dis ce que l’on trouve, après le vide, le grand vide, l’incompréhension, le vide encore le vide et dans certains cas le néant ! »  Alors fort de ce constat, Lio’Hand Evasion n’apportera peut‐être pas toutes les solutions à vos problèmes, mais il vous fera vivre une  autre  expérience  et  vous  donnera  une  motivation supplémentaire pour affronter notre société parfois impitoyable envers les personnes handicapées. Sachez que notre démarche n’est pas de vous cloisonner et de créer  un  ghetto,  mais  simplement  de  vous  faire  prendre conscience  que  votre  handicap  peut  devenir  un  atout,  dans votre futur, qu’il soit familial ou professionnel. Dans  tous  les  cas,  je  vous  promets  que  cette  expérience  ne  pourra  être  que  bénéfique  et  je  ne saurais vous dire à quel point il y a dix sept ans, j’aurais aimé Lio’Hand Evasion.  Lionel » (extrait de « Pourquoi j’ai créé Lio’Hand Evasion » sur www.liohandevasion.fr)  Lionel Beaury a dessiné tous les plans et travaillé avec un constructeur de chalets en bois. La visite fait découvrir 10 chalets en bois (64 m2 + terrasse pour celui visité avec capacité pour 6 personnes ou 5  en  version  adaptée,  sans  aucun  décor),  dans  une  clairière  au  milieu  des  arbres,  avec  une conception  générale  favorisant  la  circulation  des  fauteuils  roulants  dans  le  village  de  vacances  et dans  les  hébergements  (portes  toutes  dimensionnées,  rampes  d’accès,  le  moins  de  pente possible,…). Un espace jeux en mousse et une piscine (plan incliné pour mise à l’eau n’entraînant pas de surcoût important) ont été aménagés. Des sports mécaniques sont proposés. Tout  est  fait  pour  répondre  aux  besoins  spécifiques  :  fauteuils  de  douche,  brancards  et  autres  lits médicalisés  peuvent  être  mis  à  disposition,  kinés,  infirmiers  et  autres  personnels  médicaux interviennent sur le village de vacances.     
    • Lionel  Beaury  regrette  que  le  monde  du  handicap  n’arrive  pas  à  se  fédérer.  Le  remplissage  de  son village de vacances est de 47% actuellement et il aimerait pouvoir utiliser les listings de la sécurité sociale pour faire connaître sa structure. Les services qu’il propose ne peuvent pas être mis en valeur dans les centrales de réservation touristique. Pourtant 37 millions de personnes pourraient voyager en Europe. Le centre handisport  de Vichy compte 130 lits  Il s’interroge sur les labels. Dans un camping qui a le label « tourisme et handicap », la piscine et les activités ne vont pas être adaptées. Il pense qu’il faudrait éviter les ruptures, prévoir une chaîne de déplacement.  Pour  lui  les  réglementations  sont  trop  éloignées  du  terrain.  Il  propose  d’associer  les utilisateurs et d’en faire des contributeurs pour mettre de « l’humain » dans les labels.  Le  parallèle  est  fait  avec  le  Domaine  La  Volotte  dans  le  Morvan,  hôtel  dédié    aux  personnes  en situation de handicap (capacité de 60 personnes) qui a fermé.  Les participants de l’atelier ont tenu à rappeler que le chauffeur s’est perdu en bus, la signalétique du village  de  vacances  étant  plus  que  limitée.  Pour  eux  la  question  du  jeu  d’acteurs,  du  fait  de  la multitude des intervenants, est centrale. La question à Lio’Hand Evasion est certainement plus une question  de  POSITIONNEMENT  qu’une  question  de  communication.  Il  faudrait  paysager  le  lieu,  le rendre plus ludique. Ne  faudrait‐il  pas  avoir  une  action  commerciale  vers  le  grand  public  (et  donc  figurer  dans  les centrales  de  réservation  touristique  classiques)  et  préciser  les  services  offerts  aux  personnes handicapées pour favoriser la mixité ? Pour  plusieurs  membres  du  groupe,  le  village  de  vacances  dans  sa  conception  actuelle  est  trop proche  d’un  centre  de  convalescence  :  il  ne  s’inscrit  pas  dans  le  monde  du  tourisme.  Un  travail partenarial  est  à  entreprendre  pour  voir  comment  le  prototype  dédié  au  handicap  vient  enrichir l’offre du territoire ?    Synthèse de Murielle Bousquet, déléguée générale de Source