Franchir une étape dans la mise en accessibilité - UE2010

677 views
598 views

Published on

Mini-conférence n°1 : Franchir une étape dans la mise en accessibilité - UE2010

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
677
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
90
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Franchir une étape dans la mise en accessibilité - UE2010

  1. 1. Mini-conférence 1 :Franchir une étape dans la mise en accessibilité
  2. 2. Résumé
  3. 3. Mini-conférence 1 - Franchir une étape dans la mise en accessibilitéDeux expériences, l’une de mise en accessibilité dun site, lautre de structuration dune offreaccessible à léchelle dun territoire touristique, vous permettront de découvrir des perspectives pourlaccueil des personnes en situation de handicap, toutes déficiences confondues.Animateur : Stéphane Orsini, Rhône-Alpes Tourisme ;Rapporteur : Anaïs Dingli, Syndicat mixte de développement du Bassin de Bourg-en-Bresse Cap3B ;Secrétaire de séance : Régine Roche, Source.Le Haut-Kœnigsbourg : un château pour tous !Intervenante : Estelle Lequesne, chargée des publics spécifiques et handicapés au château du Haut-Kœnigsbourg (Bas-Rhin).Propriété du Conseil général du Bas-Rhin depuis le 1er janvier 2007, le château du Haut-Kœnigsbourgest une forteresse de montagne, dont larchitecture est caractéristique des châteaux forts de la fin duXVe siècle. Ce sont plus de 500 000 visiteurs qui y sont accueillis chaque année. Aussi, la question despublics occupe une place cruciale dans la stratégie mise en œuvre par le monument qui se doit dêtreaccessible à tous les publics et en particulier aux personnes handicapées. Et ce nest pas le moindredes défis !Depuis plus de dix ans, une réelle réflexion est menée sur lamélioration de laccessibilité tantphysique quintellectuelle pour les personnes déficientes sensorielles, motrices, intellectuelles oupsychiques.Cette réflexion nous a amenés à définir une méthodologie de travail qui consiste à confronter lesbesoins de ces publics aux contraintes architecturales et organisationnelles du château avec, commeoutil principal, la concertation. Impliquer les associations, les personnels, les prestataires et lesinstitutionnels est indispensable pour garantir la réussite dune telle politique.Plus concrètement, nous avons commencé par réaliser un état des lieux du monument pour définir lecadre dans lequel des solutions devaient être apportées. Les différentes actions à mener ont alorsété déterminées : aménagement, offre cultuelle adaptée, formation du personnel, promotion etcommunication, politique tarifaire... Dédiées dans un premier temps spécifiquement à laccueil despublics handicapés, ces actions nous ont permis doffrir aux visiteurs en situation de handicap lavisite la plus adaptée possible.Aujourdhui, nous entrons dans une seconde phase. Les besoins des personnes handicapées doiventmaintenant être intégrés dans la politique globale et dans les différents projets menés par lechâteau.Pour en savoir plus : www.haut-koenigsbourg.frDépasser la simple mise en accessibilité des sites touristiques et de loisir : pour un territoire facileet des loisirs pour tous, le Pays Voironnais (Isère)Intervenante : Elisabeth Four Merlin, animatrice du dispositif CTTLA Pays Voironnais (Isère).Présentation dun contrat de territoire de tourisme et loisirs adaptés (CTTLA) en Rhône-Alpes.
  4. 4. Le schéma touristique et de loisirs du Pays Voironnais met laccent sur la notion daccessibilité duterritoire. Il est primordial de rappeler que les efforts menés au titre des quatre handicaps (moteur,mental, auditif et visuel) servent lensemble des besoins des publics. En effet, les aménagements etles équipements dédiés aux personnes en situation de handicap facilitent la vie de tous (personnesâgées, jeunes mamans, jeunes enfants...).En sappuyant sur les expériences de quatre acteurs du Pays Voironnais, on notera autant lamotivation qui les a conduits à adapter leurs sites mais aussi leurs offres aux personnes en situationde handicap, quau développement dinitiatives "passerelles" permettant à tous les publics daccéderaux prestations dans des conditions optimales.Blandine Bellintani, propriétaire du gîte Valériane à Saint-Aupre dispose du quadruple handicap autitre du label Tourisme et Handicaps. Son gîte reste un modèle dexemplarité en termesdaménagements et dastuces décoratives permettant autant laccessibilité pour les personneshandicapées que pour le confort des familles en séjour.A partir des exemples de la base daviron du lac de Paladru, de la ferme pédagogique "Ballalama" àRéaumont et des écuries du Centaure à Réaumont, il sera intéressant de comprendre quels outils ontété mis en place pour rendre accessible lactivité à la déficience mentale. Une combinaison dastuces,de bon sens et de travail auprès des personnes handicapées pour sadapter à leurs attentes.Pour en savoir plus : www.paysvoironnais.info
  5. 5. Le Haut-Kœnigsbourg : un château pour tous! Estelle LequesneChargée des publics spécifiques et handicapés au château du Haut-Kœnigsbourg (Bas-Rhin)
  6. 6. Présentation non disponible
  7. 7. Dépasser la simple mise en accessibilité des sitestouristiques et de loisir : pour un territoire facile et des loisirs pour tous, le Pays Voironnais Elisabeth Four Merlin Animatrice du dispositif CTTLA Pays Voironnais (Isère)
  8. 8. PRESENTATION CONTEXTE Le pays Voironnais Promotion du tourisme adapté en pays Voironnais. http://www.paysvoironnais.info/voiron/fr/25/tourisme-adapte.htmlPrésentation Elisabeth Four Merlin, animatrice du dispositif CTTLA (Contrat de Territoirede Tourisme et de Loisirs Adaptés) Pays Voironnais (Isère)Le cadre : Voiron est une ville de 21 000 habitants avec, à proximité, le lac de Paladru, et laChartreuse. Il y a donc une offre touristique diffuse sur le territoire : loisirs, randonnées,activités nautiques. Les collectivités et les acteurs y sont moteurs.En matière de handicap, au départ, en 2005, nous avons bénéficié d’un contexte favorable,avec une vingtaine d’acteurs qui avaient l’intention d’aller dans le sens d’une démarched’accessibilité. La région appuie elle aussi.Mais il y a eu un problème de délais et il a fallu trois ans entre l’idée et la réalisation duprojet, ce qui a engendré une perte de motivation et à la fin il ne restait qu’un seul acteur. Celanous a incité à devenir prudent pour ne pas donner de fausses illusions aux acteurs quivoulaient s’engager.En 2008 les démarches sont reparties et l’on travaille désormais avec trois acteurs. Il fautmontrer que les personnes âgées, les personnes opérées, les mamans avec poussette etc. ontaussi leur place sur le territoireAujourd’hui nous en sommes au deuxième contrat de territoireNous adoptons une démarche plus participative pour co-construire la démarche du territoire.Des groupes de travail et de réflexion avec les acteurs privés du tourisme du loisir et les élussont mis en place. Il faut construire l’offre, avoir une base de données, des groupes pilotespour que les gens se rencontrent, pour établir des passerelles et responsabiliser les partenaires.On met en place également des échanges d’expériences (de type éductour). On remarque qu’ily a une forte demande des acteurs pour se rencontrer et échanger. Il faut que le terrain soit uneforce de proposition au delà de quelques acteurs pilotes. Il s’agit aussi de capitaliser lesexpériences, de mutualiser les pratiques.Mise à part l’aménagement des sites pour accueillir des visiteurs handicapés, il faut quel’environnement, notamment en terme d’hébergement et de restauration suive derrière. Il fautdonc une réelle logique de complémentarité et informer continuellement. S’assurer de labonne information sur nos démarches et nos aménagements afin que nous ne soyons pasnoyés dans la masse. Il faut tenir a jour les réseaux dans le temps. Il faut accueillir denouveaux partenaires en explicitant nos démarches sur le terrain avec des visitesd’expériences misent en place et qui fonctionnent.
  9. 9. Compte-rendu(rédigé par le secrétaire de séance)
  10. 10. Franchir une étape dans la mise en accessibilité.IntroLe château du Ht Koenigsbourg : château fort de montagne, restauréau début du XXe siècle sur la base de ruines existantes, selon unedémarche scientifique. Auj, Haut-Kœnigsbourg caractéristique del’architecture des châteaux forts du sud du bassin rhénan de la fin duMAGéré par Cg depuis le 1er janvier 2007, avant par le MCC et le Cmn.MH ouvert à la visite qui accueille chaque année plus de 500 000visiteurs dont 40% d’étrangers.Obj : accueillir tous les publics : jeunes, adultes et personnes âgées –francophones et étrangers – personnes valides ou en situation dehandicap – groupes, individuels et famillesComment s’adapter à ces différents publics et leur offrir l’expériencequ’ils méritent ? Comment mettre en œuvre une réelle démarche demise en accessibilité du site ?I Problématiques et enjeux de l’accessibilité1. Quelle accessibilité ?- Pour tous publics. Quand on répond aux besoins des personneshandicapées, on améliore le confort d’usage de tous les visiteurs. Onrépond aussi aux besoins des personnes âgées qui sont de plus enplus nombreuses. Ex de signalétiquePar ex : signalétique simple, claire, lisible qui répond aux normespersonnes malvoyantes- Tant physique que culturelleIl ne s’agit pas de rendre uniquement accessible physiquement et nepas donner accès au contenu. Et inversement, même si l’accessibilitéphysique n’est pas intégrale, il est quand même possible decomprendre le monument. VisitesPar ex : visites extérieures pour PMR extérieures2. Parce que les contraintes et difficultés sont nombreuses- Un monument historique : complexité de la procédure de travaux,respect de l’intégrité du lieu- Une forteresse de montagne : une architecture particulière, un climatde moyenne montagne, un site excentré- Une forte fréquentation en haute saison3. Mais des atouts forts- une volonté et une implication importanteL’amélioration de l’accessibilité est souvent perçue comme complexeparce que cela demande du temps, des investissements financiersimportants, des compétences particulières… alors qu’il s’agit que d’uneclientèle peu nombreuse : une « niche ». C’est vrai qu’auj la loi de 2005oblige à prendre en compte ces publics.Mais les actions entreprises au Haut-Kœnigsbourg ont commencéesdès 2001 avec une volonté politique forte de la part du Cmn dans un 1er
  11. 11. temps puis du Conseil Général du Bas-Rhin. Visite ludique, atelierLa volonté et l’implication sont aussi portées par la direction dumonument et l’ensemble du personnel. Notion de service public est unenotion importante pour toute l’équipe.- création d’un poste chargée des publics spécifiques et handicapésdédié à ces questions, important au minimum d’avoir une personneréférente- Une offre culturelle vaste et adaptable…Transition : nécessité de faire du sur-mesure et de bien connaître le site pourl’adapterII. La démarche1. une démarche de concertation- faire participer les futurs usagers : créer un réseau de partenairesassociatifs (pour intervenir lors des projets : pertinence, conformité,tests et relai d’information). Mais les réponses et les besoins peuvent Maquetteêtre différentes selon les individus et les types de publicEx : maquette : lorsque nous avons élaboré le cahier des charges, nousavons fait des concessions pour répondre à la fois aux besoins d’unepersonne en fauteuil, aux enfants et aux personnes aveugles.Quant au prestataire choisi après un appel d’offre, un des critères desélection était la prise en compte des besoins des personneshandicapées et la participation de personnes handicapées.- impliquer l’ensemble du personnel : billetterie, contrôle des billets,guides et animateurs, responsable des travaux, de la communication,de la programmation… tous ont un rôle à jouer dans l’accueil. Différentsgroupes de travail ont été créés permettant à chacun d’apporter sonexpertise et permettant aussi l’appropriation par chacun des projets.2. avancer pas à pas- commencer par un état des lieux : en répondant aux questionssuivantes : le déplacement d’un point à un autre / se repérer, s’orienteret comprendre l’espace / accéder aux bâtiments et aux locaux / utiliserles dispositifs et les équipements / communiquer et participer / sereposer / satisfaire les besoins physiologiques / être et se sentir ensécurité / utiliser les espaces dans des conditions de confortEtat des lieux du Haut-Kœnigsbourg réalisé en 2003. cet état des lieuxa permis de définir un cadre pour la recherche de réponsesappropriées.- puis mettre en œuvre des préconisations (améliorer l’accès, lasécurité, le confort, l’offre culturelle, la formation des personnels…)Au Haut-Kœnigsbourg au départ : création d’une visite adaptée dedécouverte du monument pour chaque type de public puisdéveloppement de l’offre- planifier en deux temps : 1. mise à niveau - 2. insérersystématiquement dans tous les projets les besoins des publicshandicapésOffres culturelles importantes dédiée aux PH, meilleure prise encompte de ces publics dans les manifestations plus complexes à mettreen œuvre, chantier en cours. Photos de visites3. avec quels moyens ? adaptées
  12. 12. Des moyens humainsDes moyens financiers :Souvent de nombreuses améliorations peuvent être apportées sansnécessiter de gros budgets.Par exemple concernant l’accueil des personnes déficientesintellectuelles :- Les visites et ateliers qui leur sont proposées ont essentiellementnécessité la formation des personnels- La mise en accessibilité de la forge au rez de chaussée n’a nécessité Accès à laque la mise en place d’une rampe d’accès. forgePour des projets d’aménagement, les budgets peuvent devenirimportants :C’est le cas notamment du projet de salle audiovisuelle qui a nécessitéun investissement de 450 000 euros : chiffre qui comprend les travaux,l’aménagement de la salle, l’audiovisuel et la création du film Photos de laProjet particulier avec création et animation de 2 groupes de travail : un salle et du filmconcernant l’aménagement avec des associations, le personnel du cgdont celui du château, l’architecte en chef des monuments historiqueset un 2e avec les assos, les personnels et le réalisateur du filmIII. Les résultats1. en terme d’accessibilité physiqueL’accessibilité et le confort d’usage sont en constante évolution.Chantiers en cours : réaménagement du chemin d’accès, études dansle cadre des diagnostics accessibilité réalisé (obligation de la loi de Brochure spécifique2005).Ces questions sont par ailleurs systématiquement intégrées dans lestravaux. Dans prochaines années, phases de gros travaux qui Visites en langue desamélioreront encore l’accessibilité : dont un restaurant accessible. signesToujours rester vigilant !2. en terme d’accessibilité culturelleLes personnes handicapées peuvent, comme les autres publicsdécouvrir le monument ou participer à des activités qui permettentd’approfondir certaines thématiques liées au château comme la viequotidienne au MA, la défense d’un château fort…Par exemple, les personnes sourdes en groupe pourront profiter devisites ou d’ateliers du patrimoine en langue des signes (interventiond’une conférencière sourde), les individuels pourront prochainementdéambuler dans le château librement à l’aide d’un visioguide. Et pourles accueillir le mieux possible, la grande majorité du personnel duchâteau a été initié à la langue des signes3. en terme d’imageŒuvrer pour rendre le monument plus accessible c’est montrer un réelintérêt pour ses visiteurs et faire preuve de dynamisme, d’ouverture etparfois même d’innovation.En effet, un projet comme ceux de la salle audiovisuelle et de lamaquette ont été créés sur mesure et nous n’avons pas trouvé dedispositif identique.4. dans les méthodes de travail
  13. 13. C’est le modèle de la concertation qui est mis en œuvre. Précurseurd’une démarche de développement durable qui doit d’ailleurss’appliquer à tous les servicesLe personnel est par ailleurs encore plus attentif aujourd’hui auxbesoins des publics.Par exemple, les guides ont été sensibilisés à l’accueil des personnesmalentendantes avec quelques préconisations sur le placement, sur lerythme de la visite et de la diction, sur l’organisation de la visite : parlerpuis montrer…autant de préconisations qui finalement sontintéressantes pour bon nombre de nos visiteurs.5. en terme de fréquentationPour autant, l’augmentation de la fréquentation des personneshandicapées n’est pas exponentielle. Elle a quasi doublée en presque10 ans. Auj, environ 2000 personnes handicapées sont accueillies au Visuel etchâteau chaque année. Depuis l’ouverture de la salle audiovisuelle en programmeseptembre 2009, ce sont 850 personnes qui ont vu le film. de la manifestationLe public handicapé est un public qui n’a pas encore l’habitude de venirdans des lieux comme le château, son architecture et sa situationconstituant un frein psychologique.Au-delà de ses chiffres, il faudrait ajouter toutes les personnes quiaccompagnaient des personnes handicapées et qui ne seraient pasvenues si rien ne leur avait été proposé. Et surtout, améliorer le confortd’usage pour tous.La question de la communication et de la promotion est d’ailleursproblématique. Il est nécessaire de s’adresser au « grand public » maisaussi d’utiliser les canaux et les médias spécialisés, notamment par lebiais du label Tourisme et handicap. Pour améliorer encore la visibilitéde nos actions et des offres adaptées, nous avons organisé depuis 6ans la manifestation Un château pour tous (tous les 2 e weekends deseptembre) pendant laquelle nous proposons aux individuels de profiterdes visites adaptées réservées le reste de l’année exclusivement auxgroupes. cette manifestation est aussi un outil de communication.ConclusionAujourd’hui ces actions s’inscrivent dans une démarche plus globale de Photo classique dudéveloppement durable et une réflexion est menée autour de la châteaucréation d’un agenda 21 propre au château.

×