• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
L'eglise en réseaux_Intervention p. Eric Salobir _ 13ème rencontre des Tisserands _ 6 avril 2013
 

L'eglise en réseaux_Intervention p. Eric Salobir _ 13ème rencontre des Tisserands _ 6 avril 2013

on

  • 660 views

 

Statistics

Views

Total Views
660
Views on SlideShare
646
Embed Views
14

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 14

http://www.eglise.catholique.fr 14

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    L'eglise en réseaux_Intervention p. Eric Salobir _ 13ème rencontre des Tisserands _ 6 avril 2013 L'eglise en réseaux_Intervention p. Eric Salobir _ 13ème rencontre des Tisserands _ 6 avril 2013 Document Transcript

    •  Eglise  et  réseaux  –  Notes  personnelles  Le  réseau,  les  réseaux  A  l’heure  du  Web  2.0,  c’est-­‐à-­‐dire  de  la  rencontre  entre  un  besoin  d’interactivité  et  une  technologie   qui   permet   d’assouvir   ce   besoin,   on   ne   parle   plus   que   de   réseaux.   L’Eglise  catholique,   elle-­‐même,   souhaite   se   connecter,   voire   «  se   mettre   en   réseau  »,   pour  reprendre  une  expression  du  langage  informatique  qui  fait  florès.  Cependant,  qu’est-­‐ce  qu’un  réseau  ?      Au   sens   premier,   selon   la   définition   du   dictionnaire,   le   réseau   est   «  un   ensemble   de  lignes   entrecroisées,   ou   le   dessin   que   forment   ces   lignes  ».   Au   sens   figuré,   le   réseau  désigne   «  un   ensemble   de   relations  »   représentées   par   des   lignes.   On   peut   donc   noter,  tout   d’abord,   que   l’approche   d’une   organisation   à   travers   le   prisme   du   réseau   met   la  relation  en  avant,  par  rapport  aux  réalités  qui  sont  reliées,  à  leurs  propriétés  spécifiques  ou  aux  ensembles  qu’elles  constituent.      S’il  existe  plusieurs  types  de  réseaux,  qu’il  serait  fastidieux  d’énumérer  ici,  deux  d’entre  eux   semblent   prééminents,   par   la   place   qu’ils   occupent   dans   nos   organisations   tout  comme   dans   la   nature.   Le   premier   type   est   le   réseau   «  en   étoile  ».   Il   a   un   centre,  comporte   des   passages   obligés   et   tous   ses   membres   n’ont   pas   la   même   fonction   ni   la  même  importance.  C’est  le  cas  du  réseau  sanguin,  organisé  autour  d’un  cœur.  Lorsque  le  froid   engourdit   nos   membres,   nous   prenons   conscience   du   caractère   foncièrement  inégalitaire  de  ce  réseau  :  le  sang  reflue  des  membres  pour  se  concentrer  sur  les  organes  vitaux.   Ce   modèle   dit   «  en   étoile  »   est   aussi   adopté   par   la   plupart   des   réseaux   de  distribution  :  adduction  d’eau  ou  réseau  bancaire.  L’analogie  entre  la  circulation  du  sang  et   celle   de   l’eau   peut   permettre   de   comprendre   les   choix   faits   par   les   urbanistes.  Pourtant,   il   semble   que   l’architecture   du   réseau   ferré   français   ait   été   sciemment  influencée   par   la   philosophie   des   réseaux   héritée   de   Saint-­‐Simon1.   Sa   distribution   en  rayonnement   à   partir   de   la   capitale   fut   établie   par   une   Loi   dite   «  Etoile   de   Legrand  »2  (1842).   Dans   une   France   jacobine,   un   réseau   ayant   une   tête   avait,   sans   doute,   quelque  chose  de  logique  et  de  rassurant.      Il   existe   cependant   un   autre   type   de   réseau,   dont   l’organisation   est   suggérée   par  l’étymologie  même  du  mot  réseau.  En  effet,  le  terme  vient  de  retiolus,  diminutif  de  rete,  -­‐is,  le  filet.  Il  s’agit  d’une  organisation  en  maillage,  dont  on  trouve  notamment  l’exemple  dans   le   réseau   neuronal.   Les   expériences   de   rééducation   après   une   lésion   cérébrale  montrent,   en   effet,   la   capacité   d’un   tel   réseau   à   faire   transiter   l’influx   nerveux   par   de  nouvelles   voies,   en   remplacement   des   connexions   qui   ont   été   détruites.   C’est   cette  particularité   qui   a   poussé   les   militaires   à   développer   des   réseaux   informatiques   en  maillage,   ancêtres   d’Internet  :   ce   type   de   réseau   est   plus   difficile   à   détruire,   car   on   ne  peut  pas  lui  trancher  la  jugulaire.  Un  tel  réseau,  présente  une  relative  horizontalité  et  est  caractérisé   par   sa   modularité  :   dans   sa   version   informatique,   Internet,   il   est   composé   ne  «  nodules   informationnels  » 3  connectés   par   des   hyperliens.   Son   fonctionnement   est                                                                                                                  1  Bathélémy   Prosper   Enfantin,   directeur   de   la   Compagnie   du   chemin   de   fer   Paris-­‐Lyon-­‐Méditerranée   l’a  appliquée  dans  son  entreprise.      2  Loi  relative  à  l’établissement  des  grandes  lignes  de  chemin  de  fer  en  France,  dite  «  Etoile  de  Legrand  »  (1842)  3  Lev  Manovich  OPTIC  -­‐  Eric  Salobir  o.p.  –  7  mars  2013  –  Notes  personnelles     1  
    •  délinéarisé  :   la   navigation   se   fait,   au   gré   des   liens,   d’information   en   information,   de   page  en  page,  sans  parcours  préétabli  ou  obligatoire.    Réseaux  sociaux  L’étude  de  nos  organisations  sur  le  modèle  des  réseaux  semble  être  contemporaine  d’un  changement   de   paradigme  :   le   passage   de   réseaux   en   étoile   à   des   réseaux   en   maillage.  Elle  est  aussi  contemporaine  d’avancées  dans  le  domaine  de  l’informatique,  ce  qui  n’est  probablement   pas   le   fruit   du   hasard.   Il   ne   faut   cependant   pas   confondre  communications  et  télécommunications  :  un  réseau  social  est  avant  tout  un   réseau  dont  les  éléments  (les  lignes)  sont  des  relations  sociales.  Un  réseau  qui  «  fait  société  ».      L’origine   du   terme   est   significative  :   il   fut   employé   pour   la   première   fois   par  l’anthropologue   des   sociétés   John   Arundel   Barnes   en   1954,   dans   une   étude   intitulée  «  Class  and  Committees  in  a  Norwegian  Island  Parish  ».   Les   réseaux   sociaux   désignaient  ainsi  des  réalités  de  l’anthropologie  religieuse.  Par  ailleurs,  à  y  regarder  de  plus  près,  le  premier  réseau  social  dans  lequel  un  individu  se  trouve  tramé  n’est-­‐il  pas  sa  famille  ?      Forts  de  ces  constatations,  nous  pouvons  aborder  les  réseaux  sociaux  en  nous  gardant  de  toute  «  approche   fétichiste  des   technologies  numériques  »4  et  exploiter   la   proximité  existant  entre  les  réseaux  de  notre  société  et  les  services  en  ligne  comme  Facebook.  En  effet,  les  médias  numériques  sont  des  productions  de  la  société,  au  deux  sens  du  génitif  :  ils   en   sont   le   fruit,   mais   ils   la   façonnent   aussi   en   retour.   Les   ressemblances   entre   ces  deux   réalités   sociale   et   numérique,   ne   sont   donc   pas   le   fruit   du   hasard.   En   outre,   les  services  en  ligne,  internet  en  tête,   constituent  de  moins  en  moins  un  univers  parallèle,  une   prétendue   «  Second   life  »  et  de  plus  en  plus   une  composante  de  notre  expérience  de  vie,   aux   côtés   des   réalités   tangibles   de   notre   existence   déconnectée  :   une   rencontre   faite  autour   d’un   café   sur   poursuit   sur   Facebook,   et   inversement.   Pour   reprendre   les  néologismes  forgés  par  le  sociologue  Bernard  Cathelat5,  nous  pourrions  dire  que,  depuis  2008,  nous  sommes  passés  d’un  «  alter-­‐monde  »  à  une  «  virtu-­‐réalité  ».    Alors,  si  nos  contemporains  se  contemplent  volontiers  dans  le  reflet  souvent  déformant  des  médias  en  ligne,  peut-­‐être  faut-­‐il  user  de  ce  jeu  de  miroir  :  porter  un  regard  attentif  sur   la   société   pour   comprendre   le   monde   numérique   et   penser,   en   retour,   la   société  comme   un   réseau.   Ces   deux   démarches   nous   permettront   de   mettre   en   lumière  certaines  réalités  avant  de  faire  entrer  un  troisième  acteur  :  l’Eglise.  En  effet,  ce  regard  en   miroir   de   la   société   et   du   monde   numérique   laisse   penser   qu’une   organisation  comme   l’Eglise   catholique   ne   peut   se   développer   sur   les   réseaux   sociaux   numériques,  que   si   elle   prend   conscience   qu’elle-­‐même   est   aussi   un   réseau   social   et   qu’elle   se  comporte   comme   tel.   On   ne   fait   pas   «  du   réseau   social  »   comme   on   «  ferait   dans   le  social  »,  ne  serait-­‐ce  qu’en  raison  du  caractère  chronophage  d’une  action  sur  les  réseaux  sociaux  numériques,  qui  demande,  justement,  de  mobiliser  son  réseau.  N’en  déplaise  aux  hommes  de  marketing,  seule  la  cohérence  paye.                                                                                                                        4  Philippe  Breton  ???  5  Directeur  de  recherches  au  Centre  de  communication  avancée  (CCA),  membre  du  forum  Netexplorateur  OPTIC  -­‐  Eric  Salobir  o.p.  –  7  mars  2013  –  Notes  personnelles     2  
    •  La  société  comme  un  réseau  Notre   société  :   un   philosophe,   s’il   était   à   la   place,   la   qualifierait   sûrement   de   post-­‐moderne,  tant  elle  écarte  progressivement  toute  forme  de  tradition  pour  s’en  remettre  à  la   seule   raison.   Pour   ma   part,   je   me   bornerai   à   relever   deux   corolaires   de   cette  dénomination,   qui   nous   seront   utiles.   Tout   d’abord,   la   montée   de   l’individuation  :  l’individu   occupe   désormais   une   place   prééminente.   Cette   tendance   n’est   cependant   pas  obligatoirement  synonyme  d’individualisme  forcené  :  notre  société,  qui  fait  la  part  belle  aux   médias   numériques,   voit   naître   des   projets   collaboratifs   comme   Wikipedia   et   des  logiciels   libres.   Le   «  Partage  »   n’est   pas   seulement   un   argument   marketing   et   fait   des    émules  dans  la  «  vraie  vie  ».  On  note  ainsi,  et  c’est  le  second  corollaire,  un  réel  souci  du  bien  commun.  Dans  ce  contexte  paradoxal,  c’est  le  rapport  de  l’individu  à  la  société  qui  est  interrogé.      Individu  et  société  :  l’heure  du  choix  En   effet,   l’atténuation   de   la   pression   sociale   donne   à   l’individu   plus   de   latitude   pour  décider   des   modalités   de   son   existence  :   on   n’est   plus   orfèvre   ou   tanneur   comme   son  père,   on   peut   épouser   une   fille   qui   vient   d’un   autre   village,   ce   qui   aurait   horrifié   les  contemporains   de   Marcel   Pagnol.   Cette   tendance   est   même   poussée   jusqu’à   l’excès,  quand   certains   affirment   qu’on   peut   décider   de   changer   de   sexe   et,   bientôt,   des  caractéristiques  de  son  enfant.  Nous  sommes  dans  une  société  du  choix.    L’appartenance  est,  dès  lors,  moins  reçue  que  choisie.      On   comprend   alors   pourquoi   notre   réalité   humaine   est   progressivement   abordée   sous  l’angle  des  réseaux  plutôt  que  sous  celui  des  classes.  Dans  la  littérature  anglophone,  le  nombre   d’occurrences   du   terme   «  réseaux   sociaux  »   a   ainsi   dépassé   celui   du   terme  «  classes  sociales  »  depuis  l’an  2000.6  Le  réseau  de  se  focalise  pas  sur  l’appartenance,  par  essence   statique,   mais   sur   la   relation,   qui   est   dynamique.   En   outre,   il   s’accommode  mieux  des  appartenances  multiples  et  changeantes,  qui  sont  devenues  notre  quotidien.  On  a  ainsi  un  film,  plutôt  qu’une  photo  de  notre  société  qui,  comme  ses  médias,  est  «  à  la  demande  ».      Il  ne  faut  certes  pas  se  leurrer  :  réseaux  et  classes  restent  deux  notions  corrélées  et,  en  moyenne,  le  réseau  social  d’un  individu  est  d’autant  plus  étendu  qu’il  appartient  à  une  catégorie   socio-­‐professionnelle   élevée.   Pourtant,   la   notion   de   réseau   s’avère  intéressante  pour  mieux  connaître  la  société.  Une  équipe  américaine  l’a  ainsi  appliquée  à  l’étude   de   l’obésité  :   elle   a   démontré   qu’une   personne   en   surpoids   a   plus   de   chance  d’avoir  des  personnes  en  surpoids  dans  son  entourage  qu’une  personne  mince.  L’obésité  serait-­‐elle  contagieuse  ?  Est-­‐ce  par  effet  d’entraînement  (on  mange  ce  que  mangent  nos  parents  et  amis),  par  rapprochement  (qui  se  ressemble  s’assemble)  ou  par  évolution  de  la   norme   sociale   (le   poids   socialement   acceptable   évolue   d’un   milieu   à   l’autre)  ?   Difficile  à  dire,  mais  les  recherches  ne  font  que  commencer  ;  et  elles  s’avèrent  prometteuses  pour  améliorer  la  santé  publique.      Un  nouveau  mode  de  socialisation  Ce  passage  d’une  identité  reçue,  que  certains  diront  «  imposée  »,  à  une  identité  choisie,  induit   de   nouveaux   modes   de   socialisation.   Pour   faire   simple,   disons   que   l’on   passe   d’un  modèle   hiérarchique   et   pyramidal   à   un   modèle   plus   participatif.   Là   encore,   nous                                                                                                                  6  Sources  :  Google  Book  Ngram  Viewer  OPTIC  -­‐  Eric  Salobir  o.p.  –  7  mars  2013  –  Notes  personnelles     3  
    •  sommes  face  à  un  paradoxe.  D’un  côté,  la  mobilisation  se  fait  de  plus  en  plus  au  niveau  de  l’individu,  qui  s’engage,  par  choix,  dans  la  défense  de  telle  ou  telle  cause.  C’est  le  cas  des   mouvements   sociaux,   qui   dépassent   largement   le   cadre   des   structures  représentatives  :   la   manifestation   précède   le   syndicat.   On   l’a   également   vu   avec   la  mobilisation  massive  autour  du  refus  du  mariage  gay.  Les  participants  étaient  bien  plus  nombreux  que  les  seuls  militants  de  la  «  Manif  pour  tous  ».      D’un  autre  côté,  alors  que  l’individu  est  roi,  on  assiste  à  la  multiplication  des  collectifs.  Un   recours   au   groupe,   comme   si   la   liberté   gagnée   dans   une   société   choisie   pesait   sur   les  épaules  de  nos  contemporains  ;  comme  si  elle  s’avérait  même  parfois  écrasante,  dans  un  contexte   de   déterminisme   social   faible.   Mais   trois   défis   se   posent   à   ces   collectifs   plus   ou  moins   spontanés  :   comment   dépasser   les   revendications   consensuelles  ?   Comment   bâtir  une   stratégie,   quand   on   ne   relève   pas   d’une   organisation   centralisée  ?   Comment  proposer   un   contre-­‐modèle   cohérent  ?   Pour   reprendre   l’exemple   cité   plus   haut,   la   Manif  pour  tous  est  surtout  affrontée  à  l’un  de  ces  défis  :  bâtir  une  stratégie  pour  «  l’après  24  mars  ».   On   voit   cependant   qu’il   est   de   taille.   Pour   des   collectifs   plus   flous,   comme   la  FASM,  les  trois  défis  sont  bien  réels.      Des  organisations  collaboratives  Dans  ce  contexte  de  prééminence  de  l’individu  et  d’émergence  de  collectifs,  les  modèles  organisationnels  évoluent  aussi.  Empruntant  les  caractéristiques  des  réseaux,  ils  passent  d’une   structuration   en   étoile,   avec   un   chef   à   leur   tête,   à   un   modèle   collaboratif,   plus  proche   du   maillage  :   les   entreprises   adoptent   une   organisation   par   projet,   au   sein   de  laquelle  le  responsable  fonctionnel  n’est  plus  le  supérieur  hiérarchique  ;  la  créativité  se  développe  au  sein  d’équipes.  Le  rôle  du  leader  est  alors  fortement  remis  en  question  :  à  l’image  de  ce  qui  existe  sur  les  réseaux  sociaux,  le  supérieur  de  communauté,  comme  le  cadre  supérieur,  doit  se  muer  en  community  manager.      Sa  légitimité  est  mise  en  question  :  dans  une  société  à  l’image  des  réseaux  numérique,  il  n’y   a   pas   d’autorité   supérieure  et   la   légitimité   se   mérite.   Elle   vient   moins   d’un   savoir-­‐faire,   comme   celle   des   maîtres   artisans   du   passé,   et   plus   d’un   savoir-­‐être,   d’une  compétence  comportementale  :  engagé,  le  leader  ne  peut  se  contenter  d’un  management  exhortatif   de   type   «  allez-­‐y  !  »   et   se   doit   de   développer   un   coaching   collaboratif,   une  proximité   relationnelle.   En   outre,   l’objectif   n’est   pas   de   tout   prendre   en   mains,   mais  plutôt   de   soutenir   ceux   qui   agissent   et   qui   créent  :   il   faut   donner   des   moyens   aux  marges,   et   ne   pas   tenter   de   centraliser   l’action.   L’idée   est   qu’en   étant   ainsi   moins   leader,  on  peut  paradoxalement  être  un  meilleur  leader  !  L’époque  est  à  l’abandon  du  fantasme  de   la   toute   puissance.   Ce   changement   de   paradigme   est   plus   patent   encore   dans   des  organisations   comme   l’Eglise,   au   sein   desquelles   nombre   de   personnes   sont   engagées  sur  le  mode  du  volontariat,  du  bénévolat,  de  l’adhésion  à  une  cause.  Contrairement  aux  salariés,  rien  ne  les  retient,  si  ce  n’est  une  foi  en  Christ  et  en  son  Eglise  qui  doit  aussi  être  alimentée.      Certains   poussent   plus   loin   et   vont   jusqu’à   remettre   en   cause   la   notion   même   de  leadership.   Selon   eux,   en   centrant   l’attention   sur   un   individu,   elle   induirait   de  l’individualisme.   Henry   Mintzberg,   professeur   de   management   à   l’université   Mc   Gill   de  Montréal,  va  jusqu’à  prôner  le  remplacement  du  leadership  par  le  «  communityship  ».  A  regarder   le   fonctionnement   des   chapitres   communautaires   en   usage   dans   certains  ordres  religieux,  on  pourrait  penser  qu’il  n’a  rien  inventé.      OPTIC  -­‐  Eric  Salobir  o.p.  –  7  mars  2013  –  Notes  personnelles     4  
    •  Dernier   point,   dans   cette   approche   sociétale   sous   l’angle   des   réseaux  :   l’engagement.  Comme   nous   l’avons   vu,   il   n’a   pas   disparu,   mais   ses   modalités   ont   évolué.   Fini,   le  militantisme   indéfectible   de   l’Action   Catholique  :   un   jeune   peut   donner   une   année  entière   de   sa   vie   pour   préparer   les   JMJ,   mais   sur   la   base   d’un   contrat   clair   et   à   durée  déterminée.  Comme  sur  Internet,  on  veut  savoir  à  quoi  l’on  s’engage  et  pour  combien  de  temps.   Et   l’on   veut   aussi   souvent   pouvoir   se   désengager  d’un   clic   :   c’est   ce   que   Robert  Putnam  appelle  «  opting  out  ».  Tout  responsable,  même  dans  l’Eglise,  doit  garder  cela  en  tête  s’il  veut  emmener  une  équipe  au  terme  de  son  projet.    Eglise  (et)  réseau  social  En  regard  de  cette  approche  de  réseau  en  maillage  et  de  cette  nouvelle  socialisation,  par  essence   horizontale,   les   structures   hiérarchiques   comme   celle   de   l’Eglise   catholique  peuvent   apparaître   en   porte-­‐à-­‐faux.   Les   traditions   spirituelles   à   l’organisation   moins  structurée   pourraient   sembler   plus   en   phase   avec   internet.   Au   sein   même   de   l’Eglise,  certains   pourraient   être   tentés   d’opposer   d’un   côté   «  un   peuple   qui   connaîtrait   Dieu  selon  la  vérité  »7  et  l’annoncerait  à  ses  pairs  sur  le  Web  et,  d’un  autre  côté,  un  corps  du  Christ  composé  «  d’une  diversité  de  membres  et  de  fonctions  »8  au  sein  duquel  «  la  grâce  accordée  aux  apôtres  tient  la  première  place  »9.  Pourtant,  il  ne  s’agit  pas  de  deux  visions  de   l’Eglise,   mais   seulement   de   deux   définitions.   En   l’occurrence,   il   ne   vous   aura   pas  échappé   que   la   formulation   que   j’en   ai   donnée   vient   d’un   seul   et   même   texte  :   il   y   a  maintenant   50   ans,   alors   qu’internet   n’était   pas   même   un   projet,   les   pères   conciliaires  rédigeant   la   Constitution   dogmatique   Lumen   Gentium   ont   jeté   les   bases   d’une  articulation  entre  ces  deux  définitions.      De  nos  jours,    le  développement  rapide  d’internet  accroit  l’urgence  d’une  appropriation  toujours   plus   grande   de   ces   textes.   Chacun,   à   son   niveau   et   selon   sa   compétence,   peut  œuvrer   pour   mobiliser   et   mettre   en   synergie   des   réseaux,   sans   pour   autant   menacer  l’unité  dont  les  pasteurs  sont  les  garants.  J’irai  même  plus  loin  :  si  l’Eglise  est  un  corps,  pour   reprendre   une   image   paulinienne   qui   a   fait   ses   preuves,   doivent   pouvoir   y  cohabiter  des  réseaux  en  étoile,  hiérarchisés,  comme  le  réseau  sanguin  et  des  réseaux  en  maillage,   comme   celui   des   neurones.   Je   ne   m’inquiète   pas   pour   les   réseaux  hiérarchiques,   qui   bénéficient   de   près   de   2000   ans   d’expérience.   En   revanche,   les  réseaux   ecclésiaux   ne   doivent   pas   rester   des   réseaux   en   étoile  :   au   sein   d’un   corps  hiérarchisé,  il  y  a  de  la  place  pour  des  réseaux  en  maillage.  Il  me  semble  important  de  voir   se   développer   ces   réseaux,   qui   permettront   à   notre   Eglise   d’être   pleinement   en  prise  avec  les  réseaux  numériques.      Ils   vont   s’avérer   être   des   facteurs   déterminants   de   succès   pour   nos   entreprises  numériques   sur   au   moins   trois   points.   Tout   d’abord,   nous   l’avons   dit,   une   présence  efficace   sur   les   réseaux   sociaux   numériques   est   beaucoup   plus   chronophage  qu’une  action  via  un  mass  média  :  là  où  un  seul  article  était  diffusé  auprès  d’un  large  public,  il  faut  maintenant  entamer  une  infinité  de  dialogues  avec  une  infinité  d’interlocuteurs.  En  outre,  il  faut  également  assurer  la  promotion  et  la  distribution  de  l’information  que  l’on  met   en   ligne  :   c’est   le   fameux   «  buzz  ».   Ces   actions   ne   sont   pas   à   la   portée   d’une  institution,   aussi   solide   soit-­‐elle,   mais   elles   sont   abordables   par   tout   un   peuple   de                                                                                                                  7  Concile  Vatican  II,  Constitution  dogmatique  sur  l’Eglise  Lumen  Gentium,  9.  8  Idem,  7.    9  Ibid.  OPTIC  -­‐  Eric  Salobir  o.p.  –  7  mars  2013  –  Notes  personnelles     5  
    •  croyants.   Pour   évangéliser   sur   internet,   toutes   les   forces   vives   sont   requises.   Dans   le  monde  de  l’entreprise,  on  appellerait  cela  du  «  crowdsourcing  »10    En   outre,   il   faut   bien   reconnaître   que   nous   n’avons   pas   toutes   les   compétences   en  interne.   Une   collaboration   avec   des   professionnels   me   semble   donc   déterminante.  Cependant,   le   recours   ponctuel   à   une   agence   de   web   design   ou   de   publicité   virale   ne   me  semble   pas   satisfaisant.   Or,   l’approche   en   réseau   horizontal   augmente   la   surface   de  contact   et   donc   la   porosité   entre   ces   milieux   professionnels   et   l’Eglise   catholique,   en  créant   les   conditions   d’un   accompagnement   dans   la   durée   et   le   lieu   d’un  compagnonnage  avec  les  acteurs  de  la  culture  numérique.    Enfin,   le   réseau   en   maillage   présente   un   atout   de   nature   plus   théologique.   Face   à   son  écran,  l’internaute  se  trouve  bien  seul.  En  permettant  à  des  chrétiens  qui  se  trouvent  sur  le   seuil   de   l’Eglise   et   qui   se   méfient   parfois   de   l’institution,   de   se   situer   comme  appartenant  à  un  peuple  de  croyants,  on  leur  permet  d’objectiver  leur  rapport  à  Dieu.                                                                                                                            10  En  français,  «  Externalisation  ouverte  »  est  lutilisation  de  la  créativité,  de  lintelligence  et  du  savoir-­‐faire  dun  grand  nombre   de   personnes,   en   sous-­‐traitance,   pour   réaliser   certaines   tâches   traditionnellement   effectuées   par   un   employé  ou  un  entrepreneur.  OPTIC  -­‐  Eric  Salobir  o.p.  –  7  mars  2013  –  Notes  personnelles     6  
    •  II.  Le  réseau  social  à  la  lumière  de  la  société  Partir  de  la  notion  de  réseau  pour  décrypter  les  nouvelles  formes  de  socialisation  nous  a  permis  de  voir  comment  conformer  nos  organisations   à  notre  objectif  :  être   présents   de  façon   efficace   sur   les   réseaux   numériques.   Reste   maintenant   à   aborder   les   outils   dont  nos  réseaux  sociaux  ecclésiaux  pourront  se  saisir.      En   effet,   la   présence   sur   ces   réseaux   s’avère   déterminante,   quand   on   sait   que   la  fréquentation   des   globale   des   sites   internet   français   est   en   baisse   depuis   2011.   Pour  rejoindre  le  public,  il  ne  faut  plus  attendre  qu’il  vienne  à  nous  mais  aller  le  chercher  là  où  il  se  trouve  :  sur  les  nouvelles  agoras.    En  outre,  alors  que  notre  société  laïque  relègue  la  religion  dans  la  sphère  du  privé,  sur  Facebook   ou   Twitter,   la   vie   de   chacun   s’étale   à   la   vue   de   tous.   Pour   reprendre   la  terminologie   du   psychanalyste   Serge   Tisseron,   l’intimité   devient   «  extimité  »  11  et   les  convictions  religieuses  s’invitent  ainsi  dans  le  débat  public  :  le  christianisme    est  chassé  par  la  porte,  mais  les  chrétiens  reviennent  par  la  fenêtre.      C’est   le   second   volet   de   ce   jeu   de   miroirs  :   voir   évoluer   des   groupes   humains,   «  in   real  life  »  peut  nous  aider  mieux  comprendre  les  règles  de  la  vie  sociale  connectée  et  à  nous  y  insérer  avec  plus  de  facilité,  voire  à  devenir  de  vrais  community  managers.      Multiplicité  des  contacts  Il   nous,   tout   d’abord,   faut   reconnaître   les   caractéristiques   propres   que   les   réseaux  numériques  ont  su  imposer  au  fait  social.  Tout  d’abord,  les  réseaux  sociaux  numériques  fondant   leur   succès   et   leur   modèle   économique   sur   le   nombre   de   leur   membres,   ils  cherchent  constamment  à  l’augmenter.  Pour  cela,  ils  lancent  chaque  internaute  dans  une  course   à   la   multiplicité   des   contacts  :   tout   est   fait   pour   vous   faire   tisser   de   nouveaux  liens.  La  règle  des  15012,  établie  en  1993  par  l’anthropologue  britannique  Robin  Dunbar,  dénombre  le  maximum  de  relations  suivies  simultanées  que  peut  entretenir  un  individu.  Force   est   de   constater   qu’elle   n’a   plus   cours   sur   Facebook.   L’expérience   du   «  petit  monde  »  réalisée  en  1967  par  le  psychologue  Stanley  Milgram  et  qui  a  abouti  à  la  règle  des   «  6   degrés   de   séparation  »   reliant   deux   personnes   aux   USA   sera   peut-­‐être   aussi  bientôt  caduque.      Cette   pléthore   de   contacts   (je   n’ose   dire   «  d’amis  »)   induit   un   fractionnement   de  l’attention.  Le  psychanalyste  Serge  Tisseront  disait  ainsi  «  Le  fait  qu’une  personne  pense  à  moi  souvent  est  maintenant  remplacé  par  le  fait  que  beaucoup  de  personnes  pensent  à  moi  un  peu  ».  En  termes  médiatiques,  on  parlerait  d’un  morcellement  de  l’audience,  qui  rend   plus   difficile   la   transmission   d’un   message  :   au   lieu   d’une   publication   dans   la   revue  du   diocèses   ou   du   mouvement,   il   faut   maintenant   des   quantités   de   «  partages  »   et   de  «  retweets  »   pour   toucher   un   même   public.   En   outre,   le   phénomène   s’accompagne   d’une  valorisation   du   carnet   d’adresses  :   une   marchandisation,   via   des   avantages   et   des  cadeaux  accordés  internautes  les  plus  populaires  et  qui  pousse  chacun  à  devenir  leader  d’opinion.  Et  ces  leaders,  le  community  manager  du  diocèse  se  doit  de  les  connaître  et  de  les  chérir.                                                                                                                    11  Serge  Tisseron,  Lintimité  surexposée,  Ramsay  (rééd  Hachette,2003),  2001.  12  Règle   fondée   sur   l’étude   du   cortex   humain.   Le   nombre   semble   correspondre   à   la   taille   d’un   village.   Au   delà,   la  confiance   mutuelle   et   la   communication   ne   suffisent   plus   à   assurer   la   cohésion.   Peut-­‐être   est-­‐elle   aussi   liée   à   la  capacité  à  repérer  les  «  passagers  clandestins  »  dans  une  société.    OPTIC  -­‐  Eric  Salobir  o.p.  –  7  mars  2013  –  Notes  personnelles     7  
    •    Nivèlement  des  relations  et  relations  faibles  En   outre,   on   assiste   à   un   nivèlement   des   relations,   la   plupart   des   réseaux   sociaux   en  ligne   ne   proposant   qu’un   ou   deux   niveau   ou   mode   de   contact   («  amis  »   et  «  connaissances  »,   sur   Facebook).   Outre   la   question   du   sentiment,   qui   reste   comme  abandonnée,  une  telle  nomenclature  de  nos  carnets  d’adresses  pousse  à  la  multiplication  des  liens  faibles.  On  peut  s’en  inquiéter,  mais  aussi  percevoir  la  force  de  ces  liens  faibles.  Il   ne   faut   certes   pas   tomber   dans   la   cyber-­‐utopie,   qui   voit   dans   la   révolution   libyenne  une  «  Emeute  BlackBerry  »  alors  que  seuls  320.000  libyens  sur  6  millions  avaient  accès  à  internet  :   là,   comme   au   Yémen,   le   rôle   de   la   télévision   et   de   l’armé   est   plus   important  qu’on   ne   le   croit.   Cependant,   la   mobilisation   autour   de   la   Manif   pour   tous   a   montré  combien  les  réseaux  sociaux  pouvaient  palier  le  silence  des  mass  médias  et  offrir  un  lieu  de   ralliement.   Peut-­‐être   assistons-­‐nous   vraiment   à   l’émergence   d’une  «  Wikipolitique  », 13  bien   qu’à   l’heure   des   cyber-­‐révolutions,   le   principal   lieu  d’engagement  reste  la  rue  !    «  Big  brother  is  watching  you  »  A  l’heure  des  engagements  citoyens  sur  les  réseaux  sociaux,  le  développement  de  ce  que  l’on   appelle   maintenant   les   «  Big   Data  »14  permet   un   profilage   très   précis   du   client-­‐internaute.   Pour   cela,   les   informations   sont   collectées   par   des   systèmes   capables   de  déduire   un   divorce   prochain   de   la   liste   de   vos   achats   ou   de   repérer   vos   liens   de   parenté  en  suivant  votre  activité  sur  Facebook15.  Dans  ce  contexte,  «  si  vous  ne  payez  pas,  vous  n’êtes  pas  le  client  mais  le  produit  que  l’on  vent  »16.  La  donnée  est  l’or  du  XXIème  siècle.      Ces   technologies   de   profilage   sont   largement   employées   par   les   grandes   sociétés  informatiques  pour  bâtir,  autour  de  l’internaute,  un  monde  qui  lui  ressemble  de  plus  en  plus.   Depuis   2009,   Google   utilise   l’historique   de   vos   recherches   (57   paramètres  personnels) 17  pour   vous   proposer   des   réponses   toujours   plus   susceptibles   de   vous  plaire.  De  même,  Facebook  sélectionne  les  posts  de  vos  amis  pour  vous  proposer  les  plus  pertinents.  Sachant  que  les  contacts  que  les  réseaux  sociaux  s’établissent  de  proche  en  proche  et  qu’un  internaute  fait  facilement  confiance  à  l’avis  de  ses  pairs  sur  la  toile,  le  risque   d’auto-­‐endoctrinement   est   fort  :   quand   je   regarde   le   Web,   j’aime   ce   que   je   vois,  car,  en  fait,  je  me  regarde  !  C’est  le  syndrome  du  «  Truman  show  »,  qui  bâtit  pour  chaque  utilisateur  un  monde  parallèle  à  son  image,  rendant  tout  débat  citoyen  impossible.      Vous,   qui   êtes   responsables   d’activités   numériques,   voyez   bien   la   conséquence  :   il  devient  de  plus  en  plus  difficile  de  faire  passer  une  information  au  delà  du  cercle  de  ceux  qui  sont  déjà  convaincus  et  de  savoir  si  l’on  a  effectivement  percé  la  bulle  catho.                                                                                                                        13  Yann  Moulier  Boutang  14  Bases  de  données  si  importants  qu’elles  demandent  des  modes  de  traitement  spécifiques,  permettant  un  profilage  très  précis  du  client-­‐internaute  15  Fellows    16  Andrew  Lewis  17  Cf  The  Filter  Bubble  (Eli  Pariser).      OPTIC  -­‐  Eric  Salobir  o.p.  –  7  mars  2013  –  Notes  personnelles     8  
    •  Comment  Luther  devint  viral  ?  Morcellement   de   l’audience,   difficulté   à   percer   la   bulle   des   internautes   déjà   convaincus  :  cela   pourrait   paraître   décourageant.   Pourtant,   il   est   bon   de   nous   souvenir   comment  Martin   Luther   imposa,   en   son   temps,   des   idées   différentes.   Certains   diront   qu’il   s’est  appuyé  sur  l’invention  de  l’imprimerie.  Ce  n’est  pas  faux,  mais  cette  invention  était  à  la  disposition   de   tous.   En   revanche,   il   a   compris   comment   combiner   une   technologie   de  publication   améliorée   avec   les   réseaux   sociaux.   Déjà  !   Et   son   expérience   nous   apporte  plusieurs   enseignements.   Elle   montre   comment   une   nouvelle   forme   de   média   donne   à  aux   membres   d’un   groupe   minoritaire   les   moyens   de   s’exprimer,   de   déclarer   leur  solidarité  et  d’organiser  leur  action.      S’exprimer,   tout   d’abord  :   Luther   cloua   ses   «  95   thèses   sur   la   puissance   des  indulgences  »  sur  la  porte  de  l’église  du  château  de  Wittenberg  le  31  octobre  1517.  Ses  contemporains   estiment   qu’il   leur   fallut   14   jours   pour   être   connues   dans   toute  l’Allemagne  et  quatre  semaines  pour  qu’elles  soient  familières  à  toute  la  chrétienté.  Le  buzz  du  siècle  !  Pour  obtenir  cela,  il  observa  quelques  règles  simples  :     • Ecrire   dans   un   langage   accessible   :   si   les   thèses   étaient   rédigées   en   latin,   les   libelles  et  pamphlets  furent  ensuite  écrits  dans  un  allemand  simple.   • Utiliser   un   réseau   décentralisé   (Cf   1ère   partie)  :   les   participants   étaient   invités   à   participer  à  la  distribution  de  l’information,  au  partage  (lecture  aux  illettrés),   • Rendre  à  César  ce  qui  est  à  César  :     o Les  textes  étaient  diffusés  gratuitement  et  sans  droits  d’auteur,   o La   réimpression   était   libre   et   tout   imprimeur   pouvait   gagner   de   l’argent   avec  les  textes  que  Luther  proposait  gratuitement,   • Ne  pas  avoir  peur  de  la  contradiction  :  les  lecteurs  étaient  invités  à  débattre  des   thèses  luthériennes,   • Diffuser  du  multimédia  :  les  textes  étaient  accompagnés  d’images  et  de  chansons   (sur  des  airs  connus  de  cantiques  religieux.    Des   règles   qui   ont   toujours   cours   et   dont   l’Eglise   institution   devrait   plus   largement  s’inspirer.      Le   réseau   social   permet   également   à   ses   membres   de   déclarer   leur   solidarité.   En  l’occurrence,  il  permit  aux  partisans  de  la  réforme  de  se  compter  et  aux  mécontents  de  se  découvrir  plus  nombreux  qu’ils  ne  le  pensaient.  Le  réseau  est  un  mécanisme  collectif  de  signalement.    Enfin,  le  réseau  permit  aux  réformés  d’organiser  leur  action.      A   bien   y   regarder,   c’est   à   peu   près   ainsi   que   qu’un   collectif   plutôt   spontané   a   agrégé  autour   de   lui,   par   des   actions   non   violentes   et   créatives,   un   grand   nombre   d’individus  «  non  encartés  »  pour  défendre  l’identité  du  mariage.  Certains  catholiques  ont  déjà  bien  compris   la   leçon.   J’ajouterais   une   règle   qui   n’avait   pas   cours   au   temps   de   Luther   mais  que   les   organisateurs   de   la   Manif   pour   tous   ont   très   bien   comprise  :   ne   pas   asséner  d’arguments  religieux  à  une  société  qui  ne  l’est  plus.      Les  défis-­‐Facebook    Dans  le  déploiement  numérique  de  nos  réseaux  ecclésiaux,  chacun  part  à  la  chasse  aux  «  Like  »  et  cherche  à  développer  son  audience.  Quatre  défis  se  présentent  alors  à  nous.      Le  premier  consiste  à  être  des  créateurs,  pas  des  suiveurs.  L’Eglise  est-­‐elle  condamnée  à  produire   le   dernier   lip  dub   ou   la   dernière   flash  mob   de   l’histoire  ?   Si   créer   la   tendance  coûte   cher   et   n’est   pas   donné   à   tous,   nous   pouvons   au   moins   surfer   sur   la   vague   sans  OPTIC  -­‐  Eric  Salobir  o.p.  –  7  mars  2013  –  Notes  personnelles     9  
    •  attendre   qu’elle   soit   passée.   La   courbe   de   diffusion   de   l’innovation   nous   montre,   en  l’espèce,  la  position  que  doit  adopter  le  surfer.  C’est  là  que  le  compagnonnage  avec  les  acteurs   de   la   culture   numérique   que   nous   avons   évoqué   entre   en   jeu  :   il   peuvent   nous  permettre  de  discerner  les  tendances  assez  tôt  pour  les  employer  à  tant.      Le   second   défi   consiste   à   ne   pas   être   prisonniers   du   buzz.   Dans   leur   course   à   la  notoriété,  les  catholiques  peuvent  parfois  céder  à  la  tentation  de  la  facilité  pour  se  faire  remarquer.   Comme   certaines   stars   sur   le   déclin   qu’aucune   émission   de   téléréalité   ne  rebute,  ils  sont  prêts  à  tout.  Pourtant,  peut-­‐on  surfer  sur  tout  ?  Peut-­‐on  utiliser  la  bêtise  d’une  starlette  pour  faire  parler  du  pape  ou  parodier  à  l’infini  Bref  ou  Gangam  Style  ?  A  ce  titre,  le  dernier  buzz  en  date  est  Harlem  Shake.  Faut-­‐il  vraiment  lancer  le  notre  ?  Le  danger  est  alors  de  tomber  dans  la  «  bad  buzz  »,  qui  dégrade  l’image  de  marque  autant  qu’il   vous   fait   connaître.  A   ce   titre,   deux   critères   issus   du   marketing   me   semblent   devoir  être  pris  en  compte  :     • Vérifier  le  lien  avec  le  produit  :  en  l’occurrence,  avec  la  Parole  de  Dieu  que  nous   avons  à  annoncer,  ou  avec  notre  action  pastorale.   • Apporter   une   réelle   valeur   ajoutée.   La   copie   conforme   ne   suffit   pas,   d’autant   plus   que  les  copies  de  copies  sont  souvent  moins  nettes  que  l’original.  A   ce   titre,   certains   annonceurs   excellent   dans   l’art   de   mettre   leur   produit   en   scène   et   de  surfer   sur   l’événement.   La   série   «  Bref,   je   suis   catho  »   de   la   Frassateam   me   semble  répondre  à  ces  deux  critères.      Il   faut   ensuite   garder   à   l’esprit   que   la   communication   sur   les   réseaux   sociaux   obéit  à  des  règles  et  des  méthodes  précises,  qui  peuvent  évoluer  mais  que  l’on  ne  peut  pas  vouloir  ignorer.   C’est   une   affaire   de   professionnels  :   on   se   forme,   on   embarque   des   créatifs   dans  l’aventure   ou…   on   paye.   Car,   un   buzz,   ça   coûte  !   L’exemple   de   #cetaituneblague   de  Carambar  est  assez  éclairant.      Enfin,  dans  un  monde  qui  survalorise  l’interactivité,  il  me  semble  important,  de  ne  pas  oublier   l’intériorité  :   montrer   que   l’on   peut   se   poser,   prendre   le   temps.   Que   l’on   peut  même  prier  connecté.    La  boîte  à  outils  Sans   aucune   ambition   présidentielle,   je   vous   signale   cependant   en   passant   quelques  éléments  de  la  boîte  à  outil  de  Facebook.      Une   étude   nommée   Eye   Tracking   a   ainsi   permis   de   repérer   les   parties   d’un   profil  Facebook   qui   attirent   le   plus   l’attention   et   de   reconstituer   le   cheminement   du   regard  d’une  zone  à  l’autre.  Cela  permet  de  se  concentrer  sur  les  parties  les  plus  vues.      Si   vous   ouvrez   une   page,   plutôt   qu’un   profil   particulier   vous   pourrez,   en   outre,  connaître,  pour  chaque  publication  :   • La  Portée  :  nombre  de  personnes  qui  l’ont  vue,   • Le  nombre  d’utilisateurs  engagés  :  ceux  qui  ont  cliqué  dessus,   • Le  nombre  de  personnes  qui  en  parlent  :  qui  l’ont  partagée,  commentée  ou  aimée,   • Le  pourcentage  de  viralité  :  rapport  entre  les  vues  et  les  actualités  engendrées.    Un   cabinet   de   marketing   a   également   mis   en   place   un   calcul   du   «  Q.I.   Facebook  »   des  grandes   marques,   permettant   de   savoir   si   elles   agissent   intelligemment.   Sans   espérer  entrer  dans  leur  classement,  on  peut  au  moins  noter  quelques  «  best  practices  ».    OPTIC  -­‐  Eric  Salobir  o.p.  –  7  mars  2013  –  Notes  personnelles     10  
    •  Il  y  a  une  vie  après  Facebook  Le   milliard   d’inscrits   sur   Facebook   nous   ferait   presque   oublier   qu’il   existe   d’autres  réseaux   sociaux.   Twitter,   certes,   mais   aussi   beaucoup   d’autres,   plus   spécialisés.   Outre  Flickr  pour  les  galeries  de  photos,  je  ne  saurais  trop  vous  inviter  à  aller  fureter  du  côté  d’Instagram,  qui  a  la  faveur  des  marques  de  luxe,  de  Pinterest,  qui  permet  de  réaliser  des  «  moodboards  »   (tableaux   de   tendances)   et   de   partager,   ou   de   Tumblr,   que   j’aime  beaucoup,  car  il  attire  des  artistes  très  créatifs.      Certes,   vous   pourrez   objecter   que   l’éparpillement   nous   guette.   Il   existe   cependant   des  solutions  de  multi-­‐publication  comme  IFTTT,  qui  peuvent  nous  en  sauvegarder.    Conclusion  Les   réseaux   sociaux   en   maillage,   dans   la   vie   déconnectée   comme   sur   Internet,   me  semblent   présenter   deux   atouts   de   nature   à   nous   donner   le   courage   de   les   mettre   en  place.   Tout   d’abord,   la   structure   en   filet   est   plutôt   évangélique.   Elle   est   connaturelle   à  des   pécheurs   d’hommes  :   personne   n’y   est   au   centre   et   chacun   est   y   tramé   dans   un  réseau  de  pairs,  replacé  au  voisinage  de  son  prochain.      En   outre,   elle   invite   paradoxalement   les   pasteurs   à   jouer   pleinement   leur   rôle   de   leader.  Un   rôle   qui   n’a   rien   de   commun   avec   un   «  fonctionnaire   de   Dieu  »,   mais   consister   à  guider,   à   encourager,   à   donner   des   moyens   et   à   soutenir   un   peuple   qui   se   connecte  progressivement.      Tout  cela,  si  nous  n’oublions  pas  de  parler   aussi   de   l’essentiel  :   Dieu.   Mais   pas   Dieu   en  général.  L’internaute  n’y  accorde  guère  d’importance.  Il  faut  lui  parler  de  l’Emmanuel  au  sens  étymologique  :  «  Dieu  avec  nous  »,  ou  plutôt  Dieu  avec  lui  ;  dieu  dans  sa  vie.      OPTIC  -­‐  Eric  Salobir  o.p.  –  7  mars  2013  –  Notes  personnelles     11