Liberté du Judaisme 119 janvier fevrier 2013
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Liberté du Judaisme 119 janvier fevrier 2013

on

  • 493 views

Les Juifs du Touat ...

Les Juifs du Touat

Tel-Aviv

Comment se fait-il que nous restions juifs sans
croyance ni pratique religieuse ?

Les Fêtes Juives et nous...


L'antisémitisme à gauche

Statistics

Views

Total Views
493
Views on SlideShare
492
Embed Views
1

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 1

https://insystem.websecure.ma 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

CC Attribution License

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Liberté du Judaisme 119 janvier fevrier 2013 Document Transcript

  • 1. Présidente d’Honneur : Doris Bensimon ‫לייז‬ L.d.J. Siège social 13 rue du Cambodge 75020 Paris N° 119 janvier-février 2013 le numéro 2,50€ http://www.liberte-du-judaisme.fr Editorial Le semestre qui vient de se terminer a eu de quoi satisfaire une association à vocation culturelle telle que "Liberté du Judaïsme". Colloques spécialisés, et expositions thématiques se sont succédés à un rythme qu'il a parfois été difficile de suivre. Nous essayons, dans la mesure de nos moyens, de suivre ce foisonnement d'activités. Vous trouverez dans la présente Lettre quelques comptes-rendus et réflexions à la suite de certaines de ces manifestations qui concernent les milieux juifs, et plus largement le monde de l'immigration. Lorsque l'on voit le bouillonnement actuel autour de l'Histoire et des Cultures juives, dont nous sommes peu ou prou les héritiers, on ne peut que faire sienne cette phrase de Levinas sur "L'étrange bonheur d'être juif". Étrange bonheur, car les événements au Moyen Orient et leurs métastases en France mêlent à ce bonheur une sourde inquiétude. Inquiétude qui, bien entendu, se reflète également au sein de notre association comme en témoigne la controverse autour d'un livre récent sur Islamisme et Islam que nous persistons à ne pas confondre. Pour l'année qui s'ouvre, souhaitons nous que ce bonheur soit de moins en moins étrange. Le Bureau La Lettre de LdJ. Janvier – février 2013 Rédaction et administration 13 rue du Cambodge 75020 Paris Directrice de la publication: Simone Simon Comité de Rédaction : Flora Novodorsqui, Danièle Weill-Wolf, Michel Mohn, Simone Simon, Isidore Jacubowiez, Copytoo 281 rue des Pyrénées 75020 Paris Dépôt légal à la parution ISSN 1145-0584 Les Juifs du Touat Notre amie Fabienne Dahan a été voir l'exposition au MAHJ sur les Juifs d'Algérie. Intriguée par un des panneaux elle a voulu en savoir plus: La région du Touat : Ayant longtemps appartenue au Maroc, la région du Touat est aujourd’hui une province du Sahara algérien. Le Touat, quadrilatère enfermé entre des régions désertiques (voir plan ci-dessous), est situé au sud de Tlemcen et longe la frontière-est marocaine. Il comprend trois grandes régions : le Gourara des Zénètes berbères, le sud-est des pasteurs et le Touat proprement dit, sur l’axe nord-sud, le long de l’oued Messaoud avec son chapelet d’oasis (capitale Adrar) résultant d’une eau très abondante. Le nom donné à la région provient de "zénète" et de "tit" : source, en référence à l’abondance de l’eau dans cette région. Celui de l’ancienne capitale commerciale, Tamentit, provient également de "amen" : eau et de "tit ": source, ce qui confirme le rôle crucial de l’eau dans cette région. Qui étaient ces Juifs du Touat ? Si leurs origines font l’objet de différentes hypothèses, il est acquis que les premières populations juives arrivant sur le sol africain étaient essentiellement constituées d’exilés fuyant les persécutions et d’esclaves. Leur présence daterait, selon certains, du XIIe, pour d’autres, du VIIIe avant notre ère, avec une grande migration juive vers l’Afrique de l’Ouest, consécutive à la destruction du royaume d’Israël. Elle aurait été 1
  • 2. suivie par d’autres de plus en plus importantes, notamment en -586, après la destruction du Temple de Salomon. Plus sûrement, car les sources archéologiques l’attestent, les Juifs captifs ont été déportés en -320 vers l’Afrique, l’Egypte, la Cyrénaïque. Après la chute de Carthage en - 146, des populations juives se sont installées dans les villes et les ports d’Afrique du Nord. Lors de la destruction du Second Temple en 70, autre date déterminante, de nombreux Juifs esclaves ont été vendus par les Romains sur les côtes d’Afrique du Nord. Au cours des premiers siècles de notre ère, des populations juives se sont réfugiées auprès des Berbères des montagnes ou du désert de Libye et de Cyrénaïque et se sont unies à eux, contre les Romains. Inversement, de nombreux Berbères se sont judaïsés, surtout en Tripolitaine, dans les Aurès et les ksour du Sahara. C’est ainsi qu’entre le IIe et le Xe siècle des vagues migratoires juives sont venues peupler les régions du Mzab, du Touat, du Tafilalet, du Dra’ et du Sous. Elles ont apporté leur savoir-faire, notamment dans le creusement de "fogaguir" (sing.,foggara), système d’irrigation original. La richesse en eaux souterraines a pu ainsi être canalisée sur le modèle mésopotamien, empêchant l’évaporation de l’eau dans le désert, au moyen de puits régulièrement espacés. Elles ont été rejointes par d’autres populations juives venues de Mésopotamie (VIe), d’Arabie, puis d’Espagne (VIIe), sans doute attirées par cette région désertique éloignée de tout, qui les protégeait, ainsi que par l’abondance de l’eau. Développant les cultures, l’artisanat et un commerce d’échanges, les Juifs, aux origines diverses, ont prédominé particulièrement sur la région du Touat, considérée alors comme un modèle de prospérité, jusqu’à devenir l’Empire Juif du Touat. Cet "Empire sans Empereur" était constitué de plusieurs villes fédérées établies dans les oasis et palmeraies, elles-mêmes créées par les grands nomades Zénètes (de "zenatiya" : langue en berbère), qui ont introduit, entre les IVe et Ve siècles, le chameau et le palmier et ouvert le commerce caravanier transsaharien. En 901, puis surtout en 984, une première arrivée en masse de la tribu musulmane de Guedoua est suivie de plusieurs vagues de milliers d’immigrants Arabomusulmans du Maghreb, d’Egypte, d’Arabie, d’Irak. Au cours de ces premières vagues migratoires, l’équilibre du Touat se maintient entre les communautés, loin de l’agitation du Maghreb où les Juifs sont obligés de vivre sous le statut de dhimmi. Au Touat, la Communauté juive accueille tous ceux qui sont désireux de s’enrichir, et les musulmans favorisent ainsi dans cette région le commerce entre l’Afrique du Maghreb et l’Afrique Noire (sel,"meleh" en hébreu, d’où vient le mot " mellah", acheté à prix d’or sans jeu de mot ; le cuivre plus important que l’or, servant de monnaie et permettant d’acheter des esclaves dont le thème nécessiterait un article spécifique; bijoux, ivoire) Le Touat connaît un véritable âge d’or. A partir du XIIIe siècle, le royaume juif du Touat, sa capitale Tamentit et ses escales de Bouda et Tsabit figurent sur les cartes majorquines. Disparition des Juifs du Touat : Progressivement, la région s’installe dans l’insécurité. Elle ne peut plus subvenir aux vagues continues d’immigration qui vont provoquer un déséquilibre démographique. Au XIe siècle, il n’y a plus assez d’eau pour les cultures et la région cherche à accroître son importation. Mais celle-ci est rendue difficile par la grande insécurité et le pillage sur les pistes caravanières, obligeant les Juifs à se regrouper et à abandonner des villes où ils étaient installés depuis plusieurs siècles. Il s’ensuit une période de désorganisation. Les Juifs touatiens subissent une accumulation de calamités au siècle suivant : des razzias et des rançons, à proportion de l’invasion croissante de tribus arabo-musulmanes, auxquelles s’ajoutent des invasions de sauterelles causant des famines terribles et meurtrières, comme celle de 1376. Le fossé entre les communautés juives, les autres communautés autochtones et les communautés musulmanes se creuse davantage, les Arabo-musulmans augmentant en nombre. Les Juifs, qui avaient la prépondérance sur cette région, sont devenus minoritaires dans les Oasis et ont perdu le commerce caravanier à la fin du XIVe. Ils doivent se replier dans l’insécurité et la précarité, dans un quartier de Tamentit. Un équilibre définitivement rompu : L’équilibre est définitivement rompu à la fin du XVe siècle avec l’arrivée d’Abd El Krim Al Meghili, grand érudit, vouant une haine non moins grande envers ceux qu’il considère ennemis de l’Islam. A son arrivée en 1479, il s’installe à Tamentit. Il y soumet les Juifs touatiens et les chrétiens au statut de dhimmi. Ce statut accroît l’insécurité déjà fortement présente, du fait de l’interdiction de posséder des armes. L’Affaire dite "des synagogues" scelle définitivement les relations entre Communautés et met fin à l’aventure exceptionnelle des Juifs dans cette région en 1492, année tristement célèbre de l’autre côté de la Méditerranée, chez les Juifs ibériques. La demande de construction d’une nouvelle synagogue à Tamentit (la première synagogue date de 570) divise les ulémas. Présentée comme une infidélité insultante envers Allah, elle devient le prétexte déclencheur de la destruction des synagogues du Touat et du massacre des Juifs. Ce massacre met fin, de façon certaine, aux influences judaïques, importantes et longues de plusieurs siècles, dans tout le Sahara Occidental. La prospérité du Touat décline à partir de la fin du XVe siècle. Même si ce déclin n’est pas directement lié à la disparition des Juifs dans la région, elle en est 2
  • 3. néanmoins une des causes, ajoutées à l’insécurité et à l’économie en chute, du fait du nombre important de guerres tribales visant la conquête des places commerciales. Dans un même temps, la pénétration européenne, surtout portugaise, à la fin du XVe siècle, convoitant les richesses, permet un transport plus sûr des marchandises par voie maritime. Cette région ne sera plus un lieu d’échanges et d’intercession avec l’Afrique Noire et deviendra une tâche blanche sur la carte, avec de nombreux villages abandonnés, jusqu’aux premières explorations de la fin du XIXe et de la pénétration européenne. Diaspora des Juifs touatiens après 1492 : Nous ne savons presque rien sur ces populations juives (chiffre, densité, etc.) du temps de leur prospérité. Le nombre des Juifs massacrés au Touat en 1492 n’est pas davantage connu. Les survivants se sont dispersés sous trois formes principales. Un premier groupe est resté sur place et a accepté l’islamisation. Les Juifs ainsi restés sont appelés des Mohadjriyim (ou transfuges, convertis), qu’il faut plutôt prononcer Mohagrin (abaissés, humiliés), ce qui correspondait plus à leur situation. Un deuxième groupe a rejoint les communautés juives du Tafilalet où des "piyyoutim" composés en l’honneur de rabbins de Tamentit ont été retrouvés et témoignent d’un trajet, après le massacre, vers le Tafilalet marocain. D’autres ont rejoint les communautés du Dra’ et du Mzab, où des tombes de descendants de Tamentit ont également été retrouvées. Un troisième groupe a rejoint le sud des Touareg ou le Soudan. Vers la Mauritanie, ils ont introduit la construction de puits profonds et ont apporté leur savoir-faire à la population. Certains ont rejoint les Gao, où ils ont été protégés et ont fait prospérer la région. D’autres ont rejoint les Banou-Israël vivant depuis longtemps aux abords du Niger, près de Tombouctou, mais tous y seront massacrés en 1496. D’autres encore se sont réfugiés auprès de groupements au Sahara ou au Sahel, tels que les Daggatoun, une tribu de Juifs nomades originaire de Tamentit, ayant vécu et vivant toujours dans le Sahara parmi les Touareg qui les tolèrent tout en les méprisant, les maintenant dans un statut inférieur tout en reconnaissant leur savoir-faire. Diverses autres tribus du Sahara sont reconnues comme ayant des origines judaïques : les Daw Sahak-Ida Oushaq, les Igdalen (les hommes aux cheveux tressés), les Enaden (de inad ; au singulier : end " autre " ; signifiant " ceux qu’on ne nomme pas"), caste fermée elle-aussi méprisée. Il est admis par ailleurs que beaucoup de Juifs ont été assimilés par les Noirs d’Afrique. Aujourd’hui : Il n’existe plus au Touat de vestiges de nécropoles ou de synagogues. Une première épitaphe hébraïque datée de 1329 a été découverte à l’oasis de Bouda. Des pierres tombales ont été retrouvées, alors qu’elles étaient réutilisées comme matériau de construction, notamment pour des puits. Une immense dalle recouverte d’inscriptions hébraïques, datée de 79, servait à des lavandières pour leur linge. Une lettre datée de 1235, faisant état d'échanges caravaniers via Touat, a été retrouvée dans la Ghenizah du Caire. Les patronymes sont d’autant plus importants qu’ils témoignent, presque seuls, d’une histoire juive et d’un lien bien ténu de transmission avec cette région. De nombreux patronymes du Maghreb doivent leur origine à la localisation des différentes communautés. Ils étaient souvent portés, et le restent encore de nos jours, aussi bien par des musulmans que par des juifs. Le nom Touati, avec ses diverses variantes (Tovati, Ettouati, Touitou) provient de la région du Touat ; celui de Gourari provient du Gourara ; celui de Znati, avec ses variantes (Eznati, Aznati, Zenati) fait référence à l’ethnie Zénète. Les noms de Tamishti, Amar, Drai, Teboul (Abitbol), Benitah, Chékroun, Bénichou, parmi d’autres, proviennent également de la région touatienne. Les Juifs du Touat ainsi que leur massacre sont longtemps restés peu connus. Jacob Oliel a tenté de les sortir de l’oubli, de les réhabiliter en faisant connaître leur extraordinaire épopée. Tous mes remerciements à M. Jacob OLIEL auteur du livre Les Juifs au Sahara, une présence millénaire (éd. Elysée, Québec, 2011) qui a accepté, après lecture, de m'apporter ses éclairages. Né à Béchar dans le Sahara occidental, Jacob Oliel, enseignant chercheur indépendant, est un grand spécialiste du désert. Ses longues années de recherches sur le terrain en Afrique du Nord ont abouti à plusieurs ouvrages. Elles lui ont permis de se découvrir des ancêtres caravaniers, ainsi que de faire, en 1991, un voyage au Touat avec Théodore Monod, son ami de trente ans, qui avait rédigé la préface de ses deux premiers livres. Ses dernières parutions sont, outre le livre cité plus haut : Les camps de Vichy, Maghreb-Sahara 1939-1944, éd. Du Lys, Montréal, 2005 et Mardochée, éd. Elysée, Québec, 2010. Compléments : 1) La plupart des renseignements concernant les Juifs de cette région a été fournie par les chroniqueurs touatiens musulmans, témoignant de la présence de rabbins érudits et d’une école d’hébraïsants. 2) Des Responsa (réponses données par des jurisconsultes sur des questions de droit religieux ou privé, posées par des communautés éloignées) des rabbins d’Alger ont ainsi permis de confirmer avec certitude qu’il existait un foyer religieux Juif, reconnu comme une Communauté, dans la région du Touat. Ces Responsa informent également sur la situation de plus en plus précaire des Juifs et sur leur insécurité croissante: leurs enfants peuvent être enlevés, emmenés très loin et vendus comme esclaves. 3) Les Oasis Sahariennes ont toujours été l’objet de convoitises. Elles ont été connues notamment par : - Antonio Malfante qui y a séjourné en 1447 ; - Léon l’Africain arrivé à Touat en 1506, il a révélé le désastre de 1492 de la communauté Juive vieille de treize siècles. -Les chroniqueurs lors des conquêtes et la mise à jour vers 1900, d'un recueil de nombreux documents de la région du Touat. 3
  • 4. Voyages Vienne et la reconnaissance de l’extermination des Juifs Vienne abritait au début du siècle une des plus grandes communautés juives d’Europe. 11% de la population était d’origine juive. Que reste-il dans la capitale autrichienne de cette communauté ? Au mois d’août dernier 2012, visitant la ville, j’ai cherché à le savoir. Les Juifs se sont installés à Vienne en 1190. Après que plusieurs pogroms les eurent expulsés successivement en 1421 et 1669, l’Acte de tolérance, promu en 1782, par l’empereur Joseph II, leur reconnaît un certain nombre de droits. La constitution de 1848 leur accorde un statut de plein droit et en 1852 la communauté juive de Vienne est constituée officiellement. Cette communauté en pleine expansion suscite très rapidement bien des jalousies. En 1890, l’antisémite notoire, Karl Lueger, devient maire de Vienne et en dépit de la protection de l’empereur, un antisémitisme politique prend naissance, antisémitisme qu’Hitler(1) reprendra et poursuivra. En 1938, après l’annexion de l’Autriche par Hitler (l’Anchluss), 40 synagogues sont brûlées pendant la Nuit de Cristal, la population juive est massacrée. Vienne 1941 (Document Maison de 120 000 d’entre eux la Conférence de Wannsee - Berlin) réussissent à émigrer, 65 000 périssent dans les camps d’extermination. Au nombre de 200 000 avant 1938, les Juifs ne sont plus que 1500 à la fin de la guerre. Après 1945, aucune incitation n’est faite aux Juifs de revenir à Vienne. On en devine la raison : les Autrichiens ne souhaitaient pas redonner aux Juifs les postes qu’ils occupaient avant la guerre et pas davantage leur rendre appartements et biens qu’ils s’étaient appropriés. Ils préfèrent se considérer eux aussi comme les premières victimes des crimes du National Socialisme et refusent de reconnaître l’adhésion de la majorité du peuple autrichien au Führer et à sa politique d’extermination. L’Holocauste n’est ni expressément mentionné, ni enseigné à l’école dont le programme s’arrête à la première guerre mondiale. Les monuments de mémoire Plusieurs monuments de mémoire témoignent à Vienne de cette attitude et de ces réticences. Réalisé en 1968 et situé place Morzinplarz, sur le site de l’ancien Hôtel Métropole où la Gestapo interrogeait et torturait, un monument est dédié aux victimes de la Gestapo. Une très petite étoile jaune signale que les Juifs figuraient parmi ces victimes. A côté du musée de l’Albertina, en centre ville, se trouve le Monument contre la Guerre et le Fascisme, édifié en 1988. Ce monument a fait l’objet de nombreuses controverses car il représente des Juifs nettoyant les trottoirs et les rues devant la population : des scènes qui se sont effectivement produites en 1938. A la suite de ces attaques et à l’initiative de Simon Wiesenthal, qui a perdu toute sa famille dans les camps, un monument, dédié aux victimes de la Shoah, a été construit en 2000 sur la Judensplatz. Il représente, en référence aux Juifs " le peuple du Livre", une bibliothèque avec l’inscription des principaux lieux d’extermination. Sur la même place, un petit musée, ouvert en 2010, retrace, à partir de fouilles archéologiques de la plus ancienne synagogue, la vie des Juifs au Moyen Age. Non loin de là se trouvent les Archives de Résistance et de la Déportation, ouvertes en 1968, qui montrent clairement l’adhésion de la population à la prise du pouvoir par Hitler et à l’antisémitisme. La réalité de l’extermination est évidente par l’existence d’archives nominatives des victimes. Ouvert en 2011, un nouveau musée juif se tient dans le palais Eskeles, en centre ville, rue Dorothergzass. D’une belle architecture intérieure, il montre une des plus grandes collections d’objets personnels liturgiques juifs appartenant à Max Berger qui a vu périr toute sa famille. L’unique synagogue, rue Seitensttengasse, épargnée par le pogrom de 1938, parce que non visible extérieurement, peut se visiter sur rendez-vous. A la suite de l’indignation suscitée par un attentat néo-nazi, en 1965, contre un Juif communiste et survivant, les Autrichiens ont commencé à changer d’attitude. Les Juifs ont pu revenir à nouveau dans leur ville natale, rejoints en 1956 par les Juifs hongrois et, par la suite, ceux des Républiques de l’ex URSS. Comme l’écrit Michel Haupl, actuel maire de Vienne, dans un guide bien documenté (2), les Juifs, pour la plupart assimilés, constituaient avant la guerre l’intelligentsia viennoise. Ils ont, reconnaît-il, grandement contribué au développement de la ville. Parmi les plus illustres on peut citer Fanny Von Arnstein qui tenait des salons littéraires en 1812, le banquier Salomon Rothschild, Théodore Herzl, le fondateur des idées du sionisme dès 1878, le psychanalyste Sigmund Freud qui a fui Vienne en 1938 dont on peut visiter la maison avec le fameux divan, l’architecte Adolf Loos, les écrivains Stephan Zweig, Arthur Schnitzler, Joseph Roth, Robert Musil, les musiciens Arnold Schönberg, Gustav Malher, le metteur en scène Billy Wilder… Regroupant actuellement plus de 7000 personnes, la communauté est bien structurée, avec un président élu, Ariel Muzicant, pour les affaires politiques et administratives, tandis que les questions religieuses relèvent de la compétence du grand rabbin Paul Chaim Eisenberg. Des services sociaux, tels que le "Jewish Welcome Service Vienna", "l’Esra Center for Psychosocial", ont en charge l’aide matérielle et le soutien psychologique à la population juive. De nombreuses écoles et associations culturelles témoignent de la vigueur de la communauté. Signes inquiétants, cependant, aux élections de 1999, Jorg Haïder, fondateur du parti d’extrême droite, le FPO obtient 26,9 % aux élections et entre au gouvernement de Wolgang Schussel pour constituer une grande coalition qui échoue rapidement. A la suite de dissensions internes, Jorg Haïder, fonde un nouveau parti d’extrême droite, le BZO. 4
  • 5. Aux dernières élections de 2008, le SPO, social démocrate, obtient 29,31%, le BZO, Alliance pour l’avenir de l’Autriche 10,7%, le FPO, Parti Autrichien de la Liberté 17,5%., l’OVP, Parti Populaire Autrichien 26%, les Verts 10,4%. Les prochaines élections auront lieu en 2013 Si l’on compare les monuments et les musées dédiés à l’extermination à Vienne de ceux, exemplaires, existant à Berlin, il est évident que l’Autriche n’en est qu’au début d’un réel travail de mémoire (3). Monique Duché-Benoun 1) Hitler, né à Vienne, voulait devenir peintre. Refusé plusieurs fois par l’Académie des Beaux Arts, il a voué une profonde haine envers les institutions universitaires et académiques où pourtant les Juifs n’étaient pas majoritaires 2) Le guide de la municipalité "Jewish Vienna-Heritage and Mission", distribué au musée juif. Un livre en anglais de Robert Schindel, "Jewish Vienna", Editions Mandelbaum Verlag, constitue également une précieuse source d’information. Deux visites spécifiques, indiquées par l’Office de Tourisme, ont lieu chaque semaine sur le thème "Juifs de Vienne". 3) A noter également l’institution depuis 1995 d‘un fonds national d’indemnisation pour les victimes du national-socialisme. Une somme de 5087 euros est attribuée aux victimes persécutées par le régime national-socialiste en guise de geste moral. --------------------------Israël, impressions de voyage Je suis restée à Tel Aviv, seule, pour découvrir cette ville. Je ne la connaissais pas, si ce n’est l’aéroport, et mes impressions vont peut-être sembler bien candides. Je me serais crue dans une ville européenne avec des quartiers très branchés et une population très cosmopolite. J’avais une chambre dans un hôtel auberge de jeunesse à deux pas de la plage et j’y ai rencontré surtout des amoureux d’Israël. Ce point de vue changeait beaucoup de ce que je pouvais entendre en France. A part les Juifs français et ceux qui ont fait un voyage religieux dans ce pays, de la part de beaucoup de Français, je n'ai entendu que des critiques de ce pays. Quelquefois, on n’ose à peine dire que l’on a fait un voyage en Israël. J’étais donc contente de me trouver au milieu de touristes curieux et sans ostracisme vis-à-vis d’Israël. Tel Aviv est une ville trépidante et zen en même temps. On y voit très peu de religieux. .Je me sentais en pleine sécurité au centre ville et j’avais une très grande sensation de liberté beaucoup plus qu’en France. Une ville sans policier ! Même pas de police aux carrefours malgré une circulation automobile très forte à certaines heures. Pour un français, c’est inimaginable ! Peut-être sont- ils là incognitos ! Je ne sais pas vraiment parler hébreu mais on se débrouille fort bien sans cette langue. Le russe semblerait devenir la 3° langue d’Israël avec l’arabe et l’hébreu. Mais, j’ai été très étonnée qu’on y respecte le shabbat presque comme à Jérusalem car on m’avait dit que les laïques fuyaient Jérusalem pendant le shabbat ! Il ne faut jamais écouter les rumeurs ! A Jérusalem, j’ai vu ouverte une boîte de nuit le vendredi soir et nous avons trouvé un restaurant ouvert pas loin du King David. La deuxième semaine, j’ai rejoint le groupe avec lequel je devais voyager. Notre voyage était un voyage de contacts avec des associations qui œuvrent pour la paix. Je peux dire qu’il y en a énormément en Israël. Chaque fois que j’y suis allée, j’en ai rencontré. Il est dommage qu’on n’en parle pas dans les reportages sur Israël. Nous avons dormi à Neve Shalom, un petit village où il y a des écoles bilingues, arabe et hébreu, où des Arabes israéliens et des Juifs choisissent d’habiter .On y travaille à la cohabitation entre Arabes et Juifs et au respect des deux peuples. Certes seule une petite élite peut en faire partie car l’école est privée et payante. Nous sommes ensuite allés à Jaffa au Centre pour la Paix fondé par Shimon Peres après l’assassinat de Rabin ! Là aussi, on travaille à des échanges entre Palestiniens et Israéliens : on forme en Israël des médecins palestiniens à des médecines de pointe. On organise des activités entre enfants juifs et arabes de Jaffa. On a encore visité Givat Aviva, une Université judéoarabe qui donne des cours d’arabe entre autre chose et où se trouve une bibliothèque qui a comme archive l’ensemble des journaux palestiniens avant 1948. C’est là, que la personne qui nous a accueillis nous a montré que cette fameuse ligne verte dont on parle, n’est qu’une ligne de cessez le feu élaborée par un Anglais de manière incohérente et elle nous a emmenés dans un village arabe que la ligne verte coupe en deux. Il y a un check point privatisé qui permet d’aller d'un côté et de l’autre, ce qui occasionne une perte de temps importante pour ceux qui doivent le passer. Quant au mur, nous l’avons longé. Il ne fait qu’une vingtaine de kilomètres. Le reste n’est qu’une clôture de sécurité. Enfin nous sommes allés à Ramallah. C’était la fête de l’AÏD. Nous n’avons pas été contrôlés. Ramallah est une ville qui ressemble à toutes les capitales des pays voisins. Une bourgeoisie y est installée, assez riche au vu des habitations modernes et luxueuses dans le quartier de la moukatta et ailleurs. Les magasins ouverts regorgent de victuailles et de produits et les enseignes de multinationales comme Pizza Hut, Starbuck, Sony décorent le paysage urbain ! Une circulation incessante. Moi qui suis allée à Damas et à Amman, je n’ai pas vu de différences entre Ramallah et ces villes "libres" de toute occupation étrangère. Nous sommes allées dans un café très branché où la personne qui nous a servis parlait le français car elle avait fait un séjour d’étude à Nantes. Ce voyage a permis à beaucoup d’entre nous de remettre en question certaines idées toutes faites sur la région. Certes, il faut que les palestiniens aient leur pays et qu’Israël vive en sécurité dans des frontières reconnues mais il ne faut pas raconter n’importe quoi sur la Cisjordanie ! Les médias français désinforment sur la région par omission et parti pris. Simone Bismuth Bureau de L.d.J. Simone Simon Maryse Sicsu Jean Ferrette Brigitte Thiéblin Noémie Fischer Flora Novodorsqui Présidente Vice-Présidente Secrétaire général Secrétaire adjointe Trésorière Trésorière adjointe Contact L. d. J.: 01 47 66 42 63 ou secretariat2@ liberte-du-judaisme.fr Site internet : www.liberte-du-judaisme.fr 5
  • 6. Lu , Vu , Juifs de Pologne ou Juifs en Pologne ? entendu Mame loshn Ses locuteurs l'appellent "mame loshn", la langue de maman. Avec ses inflexions et l'adjonction de suffixes qui rapproche les choses en allongeant les mots, elle semble être faîte pour la tendresse. (1) Née sur les bords du Rhin, il y a un millier d'années, elle a traversé l'Europe d'ouest en est, ramassant au passage des mots de rencontre et des façons de parler. Traversant les frontières, elle était devenue une langue européenne et plus tard une langue mondiale. A la sortie de la seconde guerre mondiale, il n'était pas rare pour un voyageur de passer de pays en pays en parlant dans tous la même langue, le Yiddish. C'était pour les Juifs de l'Europe de l'est la langue de l'intimité, au contraire de l'hébreu, la langue de papa, que seuls les hommes, qui, petits garçons, avaient été au héder,(2) connaissaient un tant soit peu. Cette langue maternelle parlée, avant la dernière guerre, par plus de 10 millions de personnes, a été gazée dans les camps. Ce qui en restait a sombré avec les départs du Yiddishland vers l'Occident et les Amériques. Les enfants de ceux qui parlaient cette langue dans les villes et villages où ils formaient d'importantes minorités l'ont abandonnée pour les puissantes langues environnantes, l'anglais, le français ou l'espagnol, pendant que l'hébreu, sortait de sa sphère religieuse pour devenir, en Israël, la langue nationale. C'est cette langue, que d'aucuns considèrent en état de mort clinique, qui a tenu colloque au Palais de l'Unesco à Paris les 12 et 13 novembre (3) car si certains la trouvent bien malade, d'autres ont décidé de la maintenir en vie et ils sont venus d'Australie et de Pologne, des Etats-Unis et d'Israël, de Grande-Bretagne et de France pour apporter leurs solutions, à un public attentionné de plus de 400 personnes. D'abord, et en premier lieu, sauver les trésors qui ont été écrits dans cette langue. Les sauver par la traduction, et il y a urgence, car pour traduire il faut des traducteurs, mais aussi conserver et c'est le gigantesque travail de numérisation qui se fait dans différents cénacles. Ensuite il faut transmettre, d'abord aux enfants et les exemples qui ont été cités sur ce qui se fait à New York, à Melbourne ou à Varsovie, même si ce ne sont que gouttes d'eau dans un océan de besoins, montrent que les idées ne manquent pas. Et puis il y a les arts, ceux qui sont véhiculés par la langue : le théâtre et les chansons ; la multiplication des groupes qui reprennent et enrichissent la musique klezmer, les théâtres qui continuent à jouer des pièces en yiddish avec, souvent, des acteurs dont ce n'est pas la langue. Et puis, surtout, il y a la détermination de ceux qui veulent de toute leur force croire que l'on peut faire revivre une langue, comme cela s'est produit pour l'hébreu, car comme l'avait chanté Jacques Brel en français et comme nous l'a chanté en yiddish Mendy Cahan venu d'Israël : "On a vu souvent rejaillir le feu de l'ancien volcan qu'on croyait trop vieux". I.J. 1. Il est courant en yiddish d'allonger les mots pour rendre la chose plus proche : Ex. : bébé, bébélè;. kindé kindelé.. 2. Ecole élémentaire où on apprenait à lire l'hébreu de la Thora C'est d'entrée que cette question s'est posée lors des tables rondes qui se sont tenues au Couvent des Bernardins dans le cadre de l'exposition préparée par l'AFPCJ (1) qui a été présentée en ce même et prestigieux lieu entre le 11 et le 26 octobre 2012 (2). Il existe un tel contentieux entre Juifs et Polonais qu'il est parfois difficile d'imaginer que ces deux peuples ont vécu côte à côte et assez souvent en bonne harmonie durant presque un millénaire. Harmonie voulue par l'aristocratie et par? la royauté élective polonaise qui bien sûr y trouvèrent leur intérêt et qui légiférèrent en ce sens dès 1264 par l'Edit de Kalisz. Cet Edit renouvelé régulièrement jusqu'en 1750 disparut avec le Royaume de Pologne dépecé par ses trop puissants voisins ; il plaçait la population juive sous la protection royale et définissait son statut. Statut qui alla jusqu'à octroyer une autonomie de gestion pour les Quatre Pays, le Vaad, qui en 1596 devint l'organe représentatif des Juifs, mais aussi le collecteur d'impôts, sur l'ensemble du territoire contrôlé des souverains de Pologne (3). A cette époque il y avait un peu plus de 500.000 Juifs en Pologne ; ils étaient plus de 3 millions en 1939 à la veille de la guerre. Après le cataclysme nazi, il en restait environ 250.000 dont 200.000 étaient revenus d'URSS où ils avaient fui devant l'invasion allemande. Las! Le calvaire n'était pas terminé, la soif d'antisémitisme n'avait pas été complètement assouvie et de pogroms en assassinats individuels on dénombra environ 1500 morts entre 1945 et 1947, du fait cette fois de Polonais. Les Juifs survivants quittèrent la Pologne. Il en resta une cinquantaine de mille. En 1956, la Pologne entre en révolte contre le gouvernement communiste imposé par les Soviétiques. Pour détourner l'orage, les Juifs sont montrés du doigt par les autorités et leur situation devient pour le moins inconfortable, une trentaine de mille s'exile à leur tour. Enfin en 1968, la vague de manifestations qui déferle sur l'Europe n'épargne pas la Pologne, Le gouvernement ressort une arme bien rodée, l'antisémitisme sous couvert de l'antisionisme dans le cadre de la guerre des Six-jours qui a opposé Israël et les Pays Arabes. Ce qui reste de Juifs quitte le pays, y compris ceux qui y étaient retournés dans le but d'y construire le Socialisme. A cette longue litanie, il faut mettre dans l'autre plateau de la balance les Polonais qui firent ce qu'ils purent pour sauver des Juifs. Tout d'abord, l'organisation de sauvetage Zegota, soutenue par le Gouvernement Polonais de Londres qui réussit à mettre à l'abri environ 30.000 Juifs, puis les actions individuelles comme celle que nous avons pu voir tout récemment au cinéma dans les égouts de Lwow (4) , et il n'est pas anodin que 5800 Polonais aient été honorés par la Médaille des Justes, car si en France contrevenir aux lois du Grand Reich était très souvent passible de la déportation, en Pologne c'était l'exécution immédiate. Dans ce même plateau de la balance, il faut mettre, et les Polonais ne manquent pas de le rappeler, que deux millions de Polonais ont disparus pendant la guerre. 3. "Permanence du yiddish" organisé par le B'nai Brith et la Maison de la Culture Yiddish 6
  • 7. Et maintenant? Maintenant, soixante dix ans après l'extermination, certains Polonais commencent à se retourner sur leur passé, et dans ce passé il y a ce vide béant. Alors on essaye de combler ce vide et les exemples de cette bonne volonté ne manquent pas ; depuis les cérémonies qui ont marqué l'anniversaire de la liquidation du Ghetto de Lodz jusqu'à la construction en plein Varsovie, face au monument en souvenir de la révolte du Ghetto, d'un Musée sur L'Histoire des Juifs de Pologne qui devrait être inauguré en octobre 2013. Mais le plus marquant, peut-être, n'est-il pas que l'intervenante polonaise au colloque "Permanence du yiddish" (5) ait titré son intervention "L'engouement pour l'étude du Yiddish en Pologne" ? I.J. 1. Association franco-polonaise pour la culture juive 2. "Mille ans des Juifs en Pologne", avec l'appui de l'Institut Polonais de Paris 3. Henri Minczeles "Une Histoire des Juifs de Pologne" Editions de la Découverte 2006 4. "Sous la ville" un film d'Agnieszka Holland. 5. Voir l'article page précédente. Lu , Vu , entendu De trois expositions à Paris et en Banlieue… La Cité nationale de l’histoire de l’immigration (ex Musée des Colonies, ex Musée de la France d’ Outre-mer ) présente à Paris, dans le très beau Palais de la Porte Dorée construit dans le style Art déco à l’occasion de l’exposition coloniale, une intéressante exposition sur les Algériens en France pendant la guerre d’Algérie ; cinquante ans après la fin de cette guerre, elle "propose d’aborder les diverses réalités de vie des migrants algériens à travers les questions de vie sociale, de l’accueil fait à l’immigration et de la solidarité envers leur engagement politique et syndical" Des photos, des articles de journaux, des livres, des œuvres d’art, des objets et des films nous transportent à cette époque difficile où la rivalité politique entre les mouvements nationalistes se traduit par des attentats, où la répression contre les militants algériens est féroce et culmine avec la manifestation du 17 octobre 1961 à Paris par la police du préfet Papon, où les travailleurs algériens vivent souvent dans des bidonvilles comme ceux de Nanterre ou Gennevilliers. Un téléfilm de l’émission "Cinq colonnes à la une" est projeté à l'entrée de l’expo montrant les conditions de vie sordides des familles dans le bidonville de Gennevilliers. Par ailleurs La torture est évoquée par le livre d’Henri Alleg et le procès des tortionnaires de Djamila Boupacha (un téléfilm récent revient sur cet épisode). De beaux et émouvants tableaux de Lorjou, Khadda, Lapoujade, Fougeron, Matta entre autres et des romans engagés de Kateb Yacine, Mohamed Dib…sont exposés à côté d’articles plus ou moins censurés de l’Express, de l’Observateur ou de Témoignage chrétien sur la répression en France ou les "événements d’Algérie". L’aide directe apportée par quelques intellectuels français au FLN –en particulier le réseau Jeanson- est montrée à travers documents et photos d’époque mais les manifestations en faveur de la paix des syndicats étudiants et ouvriers sont très peu mises en valeur ; l’action de l’OAS est soulignée ainsi que les manifestations de joie de la communauté algérienne en France lors de l’indépendance. Tous ces documents d’archives anciennes ou récentes (archives de la Préfecture de police, archives algériennes, films et photos de familles) rassemblés par Benjamin Stora et Linda Amiri, commissaires de l’expo, permettent d’avoir une connaissance apaisée de cette période ; mais, souligne Benjamin Stora, "l’Algérie rêvée n’est pas celle qui se bâtit après 1962". Une autre exposition s’est tenue à la Mairie du 5ème arrondissement : photos de l’immigration et de l’intégration des Juifs en France de 1880 à 1948. Cette petite expo très intéressante présentait en octobre dernier, grâce à de nombreuses photos de l’Association de la Mémoire Juive de Paris, un panorama de la vie juive parisienne. On y retrouvait les activités des Juifs polonais et allemands, leurs engagements politiques et syndicaux, les loisirs et les sports pratiqués par plusieurs associations sportives ; étaient représentées la période des rafles et de la déportation suivies du sauvetage des enfants dans les maisons de la C.C.E. (1) par exemple. Une belle et émouvante expo, un parcours de mémoire, un patrimoine exceptionnel qui permettent de prendre la mesure de la richesse de cette diaspora ashkénaze venant de l’Europe de l’est, fuyant pogromes et misère et se retrouvant provisoirement " heureux comme Dieu en France" ; histoires familiales se mêlant à la grande histoire… Enfin à l’Ecomusée de Fresnes, non loin de la sinistre prison où furent enfermés des résistants et des militants du FLN, se tient une exposition sur les Pieds-noirs en Algérie de 1830 à 1962 et leur installation après cette date en région parisienne. Photos, graphiques, cartes, commentaires illustrent ces deux périodes de manière pédagogique ; des films accompagnaient cette expo, dont "Algérie mes fantômes", de J.P. Lledo, auteur dont nous parlons par ailleurs, ainsi qu’un concert de musique ladino et une conférence sur " Camus et l’Algérie." Toute la partie relative à la vie des Européens et des Juifs en Algérie incluant les persécutions antisémites est bien présentée et utile pour les jeunes de maintenant et des anciens ayant vécu cette période. Les difficultés liées à l’exil de 1962 sont expliquées simplement et sans manichéisme, ce qui permet d’éliminer nombre de stéréotypes. Dans ce petit musée du Val de Marne installé dans une ancienne ferme restaurée et aménagée pour différentes activités, cette exposition donne une image équilibrée de l’histoire des Pieds-noirs et complète celle des Algériens en France de la Cité de l’histoire de l’immigration. Michel Mohn 1) Commission Centrale de l'Enfance, organisme créé par l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide pour prendre en charge les enfants après la catastrophe. Certains de ces enfants sont actuellement membres de l'AACEE, association que nous retrouvons au sein du Rajel 7
  • 8. Lu , Vu , entendu Chaïm Soutine (I893-1943) au Musée de l'Orangerie Cette exposition présente 70 toiles de Soutine. Elle a été une surprise pour moi car elle propose, de façon très complète, un parcours à travers différents thèmes : le portrait, le paysage et la nature morte (bœufs écorchés, lapins suspendus à un crochet, ...). Ce dernier genre, bien que les auteurs de l'exposition fassent allusion à Chardin, est particulièrement malmené. Il ne s'agit pas de compositions complexes destinées à décorer un intérieur. Soutine travaille avec l'idée de série. Les carcasses de bœufs écorchés répétées de toile en toile, les lapins suspendus à un crochet au centre du tableau tête en bas, semblent exprimer la violence de la mort infligée (les yeux du lapin expriment l'étonnement). Quel que soit le genre abordé, l'originalité de Soutine réside dans la frontalité, l'absence de décor ou d'espace, bref, dans la présentation de l'être ou de l'objet qui nous regarde. A cela s'ajoute la violence des contrastes colorés et les déformations. Ainsi, dans "le sacristain", le blanc du vêtement émerge dans une petite tache de lumière immergée dans l'ombre du noir. Quant aux paysages, ils sont eux aussi soumis à une déformation telle qu'ils deviennent des blocs de peinture, couleurs, gestes. En 1939 (à la fin de sa vie), les paysages seront eux-mêmes associés à des événements naturels : le vent devient sensible à travers les gestes du peintre. "Retour de l'école sous l'orage", tableau lui aussi peint à la même date, présente deux enfants cheminant sur une route dans un paysage. On pourra remarquer que les humains et le paysage sont traités à égalité. A mon avis, ce tableau influencera Francis Bacon à ses débuts dans sa conception de l'humain-inhumain. Au total, on ressort de cette exposition avec une curieuse impression : celle du rouge qui malmène et nous agresse et qui rappelle quelque part la couleur du sang comme si Soutine avait éclaboussé toutes ses toiles d'une douleur déjà là et qu'on peut retrouver, présente à l'état brut, dans sa série des bœufs écorchés. Françoise Bein Lu , Vu , entendu De El Alamein à l'opération Torch El Alamein, juillet 1942, aux confins de la Lybie et de l'Egypte, pointe extrême de l'avancée de l'Afrika Korps allemand vers le Moyen Orient en juillet 1942 Opération Torch : Débarquement des Américains à Alger 8 novembre 1942. Le Colloque qui s'est tenu les 6, 7 et 8 novembre 2012 au Mémorial de la Shoah à Paris était consacré à la situation des Juifs d'Afrique du Nord à ce tournant de l'histoire, et à ses suites. Il est bien évident qu'il n'est pas question de rendre compte ici de l'intégralité de ces journées qui ont réuni des historiens venus d'Allemagne, des Etats-Unis, d'Israël, d'Italie, du Maroc et de France. Nous nous contenterons, parce que c'est moins connu, de rapporter ce qui a été dit sur la situation en Libye et en Palestine. En Libye, colonie Italienne, il y avait en 1939 un peu plus de 50 000 Juifs. Si les lois raciales mussoliniennes furent appliquées mollement, il n'en reste pas moins que des camps d'internement furent ouverts, des Juifs francophones remis aux autorités vichystes de Tunisie et des Juifs Libyens déportés dans un camp en Italie et, de là, envoyés à BergenBelsen. Mais le plus effrayant est sans doute qu'en novembre 1945, malgré la présence de l'armée britannique, un pogrom fut organisé contre la communauté juive par des agitateurs arabes. Il y eut 130 morts. Un second pogrom eut lieu en juin 1948 moins d'un mois après la déclaration d'indépendance de l'Etat d'Israël. Il n'y eut "que" 14 morts. Ces deux pogroms déclenchèrent le départ des Juifs de Libye, vers l'Italie et vers Israël, clandestinement au début, du fait de l'interdiction faite aux immigrants d'entrer dans la Palestine sous mandat Britannique (1) (2) C'est de la Palestine sous mandat que nous a parlé un autre intervenant. Devant l'avancée des Allemands, les Anglais, occupés par ailleurs à réprimer une insurrection arabe en Irak, prirent contact avec le Yichouv (4) pour organiser en commun la défense de la Palestine. Un plan fut établi pour défendre absolument un réduit territorial autour du Mont Carmel. Ce plan "Massada of the North" comportait la poursuite éventuelle de la résistance par une guérilla dans la région montagneuse. C'est à cette occasion que fut créé le Palmach, formé de jeunes Juifs qui reçurent une formation militaire des Britanniques. Le danger était d'autant plus sérieux que la Syrie était alors sous mandat français, que les militaires français qui s'y trouvaient avaient prêté allégeance au gouvernement de Vichy et que celui-ci avait autorisé les Allemands à utiliser les aérodromes du territoire syrien. Après la dernière bataille d'El Alamein en novembre 1942 et le décrochement des troupes de Rommel le danger s'éloigna. L'historien israélien (3) se demande aujourd'hui, s'il y avait un réel danger… Il pense que non et s'appuie sur le fait que l'Afrika Korps ne comptait que 4 divisions, c'est-à-dire beaucoup moins que le nombre de divisions engagées devant Stalingrad. Il pense également qu'Hitler était bien plus motivé par une victoire en Russie qu'au Moyen Orient. C'est certainement vrai. Il n'empêche qu'Hitler intima l'ordre, en novembre 1942, à Rommel de ne pas décrocher devant El Alamein et que le fonctionnement des nazis n'était pas forcément militairement rationnel. Il suffit de se souvenir qu'au milieu de l'année 1944, alors que les armées allemandes reculaient sur tous les fronts, les nazis se donnèrent les moyens d'exterminer 400 000 Juifs hongrois. Dans la guerre spécifique que les nazis menèrent contre les Juifs, au sein de la guerre qu'ils menaient contre les Alliés, mettre la main sur les 500 000 Juifs du Yichouv devait être, pour ces fous dangereux, des plus attractifs. I.J. 1. Costantino Di Sante. Institut Historique de Marques, Italie 2. Antonelle Tiburzi de l'Association Nationale des anciens déportés politiques, Italie 3. Daniel Uziel, Yad Vashem Israél. 4. La communauté juive de Palestine avant la création d'Israël. 8
  • 9. Lecture & Controverse Un ouvrage (1) a suscité dans les réunions de L.d.J, un débat animé. Elie Garbarz, un des fondateurs de L.d.J a porté un avis élogieux. Nicole Abravanel, historienne, un jugement très critique. Plutôt que de présenter des points de vue antithétiques, nous choisissons de les rapprocher dans un même article. -------------------------------------------L’auteur est Algérien de mère juive et de père pied-noir. Il a refusé d’émigrer. Il rêvait d’une Algérie démocratique et multiethnique. Il a été membre du parti communiste algérien. Il a réalisé plusieurs films et documentaires. Puis, sous menace d’assassinat par les islamistes, il est venu en France. Connaissant bien, et pour cause, le monde arabo-musulman, le sien, il a réfuté dès le départ l’enthousiasme dominant la plupart de nos commentateurs, sur les révolutions arabes. Ainsi, il avait prévu, presque seul, le pourcentage électoral d’Enahda en Tunisie. il décortique l’idéologie, l’histoire et les techniques d’encadrement des frères musulmans, puis nous assène des faits, encore des faits… et se voit contraint de prévoir un avenir sombre, lui optimiste de nature. Ce livre, publié cette année, a été écrit en majorité avant décembre 2011. Par le style parfois, par le fond, loin du "politiquement "correct’, c’est un livre dérangeant. Elie Garbarz Ce livre n’est pas "un livre dérangeant", il est d’abord, principalement, un livre partisan. On ne peut que souscrire à la définition de l’islamisme formulée comme "Le projet politique de modeler la société suivant les seules règles d'une charria qui évacuerait totalement le droit positif européen" (p. 86). A la page suivante (p. 87), on lit lors d’un rapprochement éclair avec l’histoire des Juifs d’Algérie que " La puissance coloniale n’a pu imposer d’office la nationalité française par un décret de nationalité collective [comme elle l’a fait avec le décret Crémieux], ce qui aurait été considéré comme un acte de guerre à l’Islam". Les " indigènes", les musulmans acquérant le statut de citoyens français dans la République une et indivisible ? Les colonisateurs en auraient-ils eu l’intention en 1870 après la proclamation de la République ? Les institutions islamiques le pouvoir de s’y opposer ? universitaires, comme de façon très actuelle le doyen de l’université de la Manouba à Tunis, qui refusent l’islamisation de leur société… L’avenir serait écrit d’avance et il ne sera pas beau à vivre. Nicole Abravanel Nous voulons cependant dire que l’un comme l’autre nous nous sommes associés à des protestations en soutien au mouvement démocratique en Tunisie. Serait-ce parce qu’un des principes fondateurs de la conception du temps dans le judaïsme, qu’il soit teinté de plus ou moins d’optimisme ou de pessimisme, reste l’espérance ? Nicole Abravanel & Elie Garbarz 1) "Révolution démocratique dans le monde arabe, Ah ! si c’était vrai …" Jean-Pierre Lledo Armand Colin, Paris, 2012 Lu , Vu , Entendu Comment se fait-il que nous restions juifs sans croyance ni pratique religieuse ? Pas loin de quatre-vingts personnes se sont précipitées au MAHJ le dimanche 7 octobre en espérant trouver une réponse à cette lancinante question. Ils n'ont pas été déçus, mais ils sont tout de même repartis sans la réponse. Simon Diner, scientifique et non croyant, a sans doute trouvé sinon la réponse, du moins une réponse pour luimême. Enfant durant la guerre il a vu son père, venu de Kichinev, déporté et ne pas revenir. Il a vu des gens l'aider et, chose qui mérite d'être souligné c'est l'entreprise dans laquelle travaillait son père qui l'a fait passer en zone nonoccupée et qui a continué à servir à sa mère, durant toute la guerre, le salaire du père (1). Après la guerre, vivant dans un milieu communiste, il a l'occasion de se rendre en Roumanie, du temps d'Anna Pauker (2) et il se forge, alors, l'idée qu'être juif c'est être communiste et sans doute un peu vice-versa. Puis, peu à peu, au hasard des rencontres, il s'aperçoit que l'on peut être juif sans être communiste, que l'on peut être juif et croyant et plus tard, à l'aide de Raymond Aron, que l'on peut être juif sans être sioniste. C'est dans l'Histoire et la Culture juives qu'il va trouver les réponses aux questions qu'il se pose. le seul autre… et sa victoire est inscrite inexorablement dans le temps, La dernière phrase de l’ouvrage parle pour le sens que l’auteur lui donne : "Le printemps s'arrête. Cela se rafraîchit. Il vaut mieux te couvrir, femme" (p. 326). Une première rencontre est celle de Benjamin Fondane ou plutôt de son œuvre. Fondane, français d'origine roumaine, arrêté en 1944, refusa de sortir de Drancy sans sa sœur. Il mourut à Auschwitz (3). Une autre rencontre fut celle d'un photographe, Jean Besancenot, qui lors de la guerre du Rif avait photographié des familles de Juifs marocains, ce qui lui a fait découvrir que l'on pouvait aussi être juif sans être ashkénaze. La vie l'ayant conduit, ensuite, du côté de la Provence, il découvrit en la personne de Rabbi Levi ben Gershom, dit Gersonide, (4) que l'on pouvait être juif et universel. Le rôle et le nombre des Juifs dans les sciences questionnent S. Diner et il pense avoir trouvé une partie de la réponse dans le livre d'Amos Funkestein, "Théologie et Imagination scientifique". A 77 ans Simon Diner n'est toujours pas croyant et il est toujours juif. Sans doute fait-il sienne la phrase de Levinas qu'il nous a citée sur "L'étrange bonheur d'être juif ". Disparu(e)s les femmes, les jeunes, les artistes, les Voir les notes : Page suivante Les faits sont décontextualisés. Islam et islamisme constamment confondus de façon à promouvoir un monde arabo-musulman intemporel (non pas au plan ses pratiques comme les islamistes y prétendent en voulant imposer un orthopraxisme originaire imaginaire mais symétriquement, au plan de sa conception même du politique) et un islam maître absolu du jeu. Selon une méthode, hélas, souvent mise en pratique à l’encontre du judaïsme, l’ouvrage fourmille d’amalgames de façon à construire un ennemi global. L’islam-islamisme amalgamé devient l'ennemi et I.J. 9
  • 10. 1. Il s'agit des Peintures Duco et cela mérite d'être relevé. 2. Ministre des Affaires Etrangères, puis vice-premier ministre du gouvernement communiste de Roumanie, elle est démise de ces fonctions en 1952 puis arrêtée en 1953 dans le cadre de la campagne antisémite qui déferle sur les "démocraties populaires". Elle est libérée en 1953 après la mort de Staline. 3. Nous avons publié dans la lettre 116 le poème de Benjamin Fondane que Simon Diner a lu au cours de son exposé. Ce poème a été écrit en 1942 mais contrairement à ce que nous avions indiqué dans la présentation de ce poème, Fondane a été déporté et assassiné en 1944. Il a donc écrit ce poème avant d'avoir connu dans sa chair la réalité du massacre. 4.Gersonide, né en 1288 à Bagnols-surCèze vécut à cheval sur le 13ème et le 14ème siècle il fut tout à la fois commentateur de la Bible, mathématicien, astronome, philosophe, médecin et l'un des propagateurs des écrits d'Averroès qui fit connaître via le monde arabe la philosophie d'Aristote. Il proposa le "Bâton de Jacob" pour mesurer la distance angulaire entre eux étoiles. L'Assemblée générale de "Liberté du Judaïsme" De l'étranger Deux nouvelles qui ne manquent pas d'intérêt : D'Espagne Le gouvernement espagnol a annoncé que tout sépharade pourra maintenant bénéficier du droit à la nationalité espagnole. Jusqu'à maintenant, et depuis 1982 seulement, ce droit s'appliquait uniquement aux Sépharades résidant en Espagne depuis au moins 2 ans. D'après des estimations 250 000 personnes environ parleraient encore le judéo-espagnol. De Russie Moscou a inauguré le 8 novembre, en présence de Shimon Pérès, son grand musée juif. Jusqu'à cette date, le seul musée juif de la ville avait été mis en place grâce à une initiative privé. Petit, certes, mais intéressant. On pouvait y voir des documents qu'il n'était pas facile de trouver ailleurs. Ci-contre : un affiche antisémite qui date de 1952: "Le complot des Blouses Blanches" ______________________________ s'est tenue le 14 novembre 2012 au 13 rue du Cambodge. Le Rapport moral et le Rapport financier ont été adoptés à l'unanimité des présents et représentés. Les activités de l'Association ont été très soutenues au cours de l'année écoulée avec 9 conférences de haute qualité, 6 parutions de la "Lettre de LdJ", la création d'un nouveau Site internet "Liberte-du-judaisme.fr" et la participation aux activités du Rajel. Le Conseil d'Administration a été reconduit dans son intégralité à l'exception de Nicole Abravanel qui a souhaité se retirer ; cheville ouvrière et organisatrice du cycle de conférences, elle a été très chaleureusement remerciée. Au Bureau, le poste de Secrétaire Général est occupé par Jean Ferrette, élu ce jour au conseil d’administration et nous lui souhaitons la bienvenue. Cercle de Lecture Nous étions une dizaine dimanche 11 novembre autour de Mané et Victor les deux héros du livre de Robert Menasse "Chassés de l'enfer". Deux héros que cinq siècles séparent et qu'un ténu lien familial réunit. Le premier qui dû fuir le Portugal de l'Inquisition est devenu un personnage historique à Amsterdam sous le nom de Manassé ben Israël, le second traîne son mal de vivre dans la Vienne de l'après-guerre, mal dénazifiée. Un livre qui a eu une diffusion réduite en France, mais qui mérite le détour. Manassé ben Israël vu par Rembrandt Les Fêtes Juives et nous… Aucun groupe humain ne peut perdurer sans références culturelles communes. Ces références, partagées entre contemporains, renvoient aussi à l’histoire du groupe ; la célébration de fêtes, occasion de sociabilité, familiale ou élargie, met également ses membres en communication symbolique avec les générations passées. Quelle que soit son option à l’égard de la croyance religieuse, tout Juif doit tout à la fois pouvoir se réclamer de son appartenance à la judéité et exercer son "droit d’inventaire", c’est-à-dire être libre de prendre la distanciation critique qu’il estime pertinente vis-à-vis des récits et des pratiques traditionnelles du groupe. Les fêtes juives font partie de l’héritage commun aux croyants et aux incroyants qui sont habilités à "s’approprier" celles qui sont à leurs yeux les plus "signifiantes" en les célébrant à leur manière. Roselyne Richter Pensez à régler votre cotisation ou votre abonnement à la Lettre de L.D.J, pour l'année 5773 (Septembre 2012 à août 2013). Si vous le pouvez, faites un don à L.D.J. Il peut être déductible de vos impôts. Un certificat CERFA vous sera délivré. Envoyez vos chèques à notre trésorière : Noémie Fischer 119 bis rue d'Avron 75020 Paris 10
  • 11. Echos des conférences de LDJ Mardi 23 octobre 2012 Joëlle Allouche-Benayoun Généalogie Juive Notre amie Joëlle (1) est venue avec quelques membres de son équipe nous présenter le Cercle de Généalogie Juive dont elle est la vice-présidente. Ce cercle, fondé en 1984, comporte aujourd'hui plus de 600 adhérents répartis entre Paris et quelques villes de province. Son objectif : aider ceux qui désirent retrouver les traces de leurs aïeux à le faire. Elle nous a montré tout à la fois la complexité du travail de recherche de documents écrits significatifs et la passion qu'il peut y avoir à le faire. Car la généalogie ne consiste pas uniquement à reconstituer un arbre familial, mais par la force des choses elle est dans l'obligation de mettre son nez dans l'histoire, la géographie et les évolutions sociologiques du pays et de la région où se sont passées ces histoires familiales. La recherche de ses ancêtres n'est pas une opération de tout repos. Si l'existence d'un registre d'état civil laïque est obligatoire depuis 1792 dans la France métropolitaine et depuis 1830 en Algérie, remonter plus haut est plus délicat et les obstacles ne manquent pas. Le nom de famille n'est finalement pas une très vieille coutume et en France il a fallu attendre 1808 pour qu'un décret de Napoléon impose aux Juifs d'en adopter un. La même chose avait été faite en 1806 dans l'empire tsariste mais dans la pratique il fallut attendre 1822 pour que la chose entre dans les mœurs. Par contre c'est dès 1797 qu'on imposa aux Juifs de l'Empire Austro-hongrois des noms à consonance germanique. En Alsace on peut se référer aux recensements qui ont eu lieu en 1784 puis en 185I. Mais la recherche ne se borne pas aux documents officiels, elle peut passer par des documents familiaux : "Ketoubah", invitation à un mariage, information sur un décès, etc… Bref, un beau terrain d'activité pour ceux qui veulent remonter à leurs sources. Et ils sont nombreux, si on en juge par les 800 participants au dernier Congrès International de Généalogie qui s'est tenu à Paris en juillet dernier. Isidore Jacubowiez. 1. Une étude très complète de Joëlle Allouche-Benayoun sur les Juifs d'Algérie figure sur notre Site internet "liberte-dujudaisme.fr". Un condensé en a été publié dans la Lettre de LdJ n° 115 ----------------------------------------------------------------------Notes sur "L'antisémitisme à gauche" 1) Avec la thèse de L. Soloweitschik à l'Université Libre de Bruxelles. 2) Un des groupes socialisants emmené par Jean Allemane. 3) Les grands procès dans les "démocraties populaires" qui ont très souvent mis en cause des militants d'origine juive {Slansky, Arthur London (Pour ce dernier voir le film de Costa Gravas : "l'Aveu" où Yves Montand tient le rôle de Arthur London)}. Mercredi 28 novembre 2012 Jean Ferrette, sociologue, chercheur au laboratoire " Cultures et sociétés en Europe " de l’Université de Strasbourg, " La mauvaise conscience : 200 ans d’antisémitisme de gauche ? " On a joué à "guichet fermé" mercredi 28 dans le local de LdJ où Jean a traité de l'antisémitisme à gauche. D''entrée il a indiqué qu'il s'exprime "en tant que témoin ayant eu recours aux historiens" ; il parle depuis sa pratique de chercheur en sociologie d’une " question-vive", dont on sait qu’elle soulève les passions car " l’orateur qui se fait le véhicule de l’état de la recherche est nécessairement suspect de servir l’un ou l’autre camp". Il énonce ensuite les cas d’antisémitisme de gauche auxquels il a été lui, militant dans plusieurs organisations d'extrême gauche, personnellement confronté. L'antisémitisme à gauche est au départ principalement dû à l'assimilation des Juifs aux banques et essentiellement aux Rothschild. Il a fallu attendre 1898 pour que les socialistes de l'époque prennent conscience qu'il y avait aussi des prolétaires juifs. (1). C'est dans ce contexte qu'éclate l'affaire Dreyfus. Jusqu'à la publication du "J'accuse" de Zola, les mouvements socialistes restent indifférents et à l'écart de l'Affaire. C'est peu à peu sous l'action des milieux anarchistes (Bernard Lazare) et Allemanistes (2) que plusieurs groupes socialistes rejoignent le camp des Dreyfusards. Entre les deux guerres on assiste à un reflux de l'antisémitisme qui ne reprendra de la voix qu'à partir des années 1936 porté, cette fois, par les pacifistes, qui sousentendent que ce sont les Juifs qui poussent à la guerre contre Hitler. Nombre de ces pacifistes se joindront à Vichy par la suite. A la sortie de la guerre on va trouver l'antisémitisme à gauche au sein du le Parti communiste français qui calque son attitude sur l'Union soviétique. C'est l'époque des procès dans les "démocraties populaires" (3) qui culmine en 1952 avec le complot dit des "blouses blanches" et de la dénonciation du "cosmopolitisme"…des Juifs Pour l'extrême gauche c'est à la fin de la guerre d'Algérie que ressurgit, au grand jour, l'antisémitisme à gauche. Il prend deux formes : Le négationnisme où sont impliqués des exhommes de gauche (Paul Rassinier) et l'antisionisme qui pour certains ne se distingue pas de l'antisémitisme, la victoire israélienne de 1967 faisant des Juifs un "peuple fier, sûr de lui-même et dominateur ", et transformant, du même coup, les Palestiniens en nouveaux prolétaires… Après avoir traité de l’islamo-gauchisme, Jean Ferrette s’interroge : existe-t-il un antisémitisme à gauche, ou de gauche ? Il est indéniable que l’antisémitisme se situe principalement à l’extrême-droite même si toutes les composantes de la gauche ont tenu dans l’espace et dans le temps, des propos antisémites sous des formes différentes. Et il attire l’attention sur ce qu’il appelle l’antisémitisme "en creux " : celui qui ne dénonce pas les Juifs mais s’accommode bien de l’antisémitisme des autres. Danièle Weill-Wolf 11
  • 12. Cercle de Lecture Activités de LDJ Conférences Mercredi 12 septembre 2012 L'année a commencé avec la projection du film "Pologne aller-retour" qui a suivi un voyage organisé par l'UEJF à Auschwitz avec pour la première fois une délégation de Tsiganes de France. Cette projection a été suivie d'une discussion avec la réalisatrice : Anna Pitoun. Mercredi 3 octobre 2012 Gérard Haddad : Psychiatre, Psychanalyste "La nécessité de l'autre" avec présentation de son dernier livre : "Lumière des astres éteints" - La psychanalyse face aux camps" (Grasset). Mardi 23 octobre 2012 Joëlle Allouche-Benayoun Vice-Présidente du Cercle de généalogie juive. Rédactrice en chef de Généalogie Juive. "Activités, actualités et mise en perspective de la généalogie juive" Mercredi 28 novembre 2012 Jean Ferrette: Sociologue, Chercheur au Laboratoire "Cultures et Sociétés en Europe de l'Université de Strasbourg" "La mauvaise conscience : 200 ans d'antisémitisme de gauche ?" Mercredi 19 décembre 2012 Martine de Koninck, comédienne et Dominique Renaud, historien, du Collectif Fusion : "Les banlieues et nous. Dix ans d'actions éducatives en banlieues populaires" Mercredi 16 janvier 2013 Albert-Armand Maarek, Historien : "Itinéraire de la famille Smadja en Tunisie: exemple d'une émancipation sur trois générations aux XIXe & XXe siècles" Mercredi 13 février 2013 Bernard Sadon : " Jacques Lazarus, itinéraires d'un Juif français de notre temps". Programme du Cercle de Lecture LdJ Les prochaines rencontres autour d'un livre auront lieu : Le dimanche 20 janvier 2103 : "Chansons pour la fille du boucher" de Peter Manseau Editions Christian Bourgois Le dimanche 3 mars 2103 "L'invention de la Solitude " de Paul Auster Acte Sud 1982 – Traduit de l'américain Notifiez votre participation au Et ailleurs  Allez voir ce film car LdJ recevra Kamal Haskar qui nous parlera de son film courant mars 2013  Au Mémorial de la Shoah "La spoliation économique des Juifs en France" La politique de Vichy et les rouages de son administration. A partir du 15 janvier 2013  Andrée Lerousseau "C'est toi que j'écris -" : Tiqqoun et la restitution du "tu" dans l'œuvre poétique de Nelly Sachs. Henri Minczeles Mercredi 12 juin 2013 " Le mouvement ouvrier juif" Attention : en 2013 Les conférences débuteront à 19 heures. (accueil dès 18h30) Elles sont suivies d'un débat et se tiennent au 13 rue du Cambodge Paris 20ème "Juifs d'Algérie"  pouvez lire le texte complet de la conférence de Jean Ferrette dont vous trouverez un compte rendu succinct page 11, ainsi que des divers documents concernant Hanouka. Cité Nationale de l'Histoire de l'immigration. 293 avenue Daumesnil 75012 Paris Vies d'exil. 1954-1962 : "Des Algériens en France pendant la Guerre d'Algérie." (voir page 7) Jusqu'au 19 mai 2013  A l'Ecomusée du Val de Bièvre 41 rue Maurice Ténine Fresnes 94 " Pieds-Noirs ici, la tête ailleurs" Une exposition sur le retour des Européens et des Juifs d'Algérie (voir page 7) Jusqu'au 20 janvier 2013  Au Musée de l'Orangerie Place de la Concorde à Paris "L'ordre du Chaos" Une exposition sur Chaïm Soutine. Peintre juif de l'Ecole de Paris qui mourût en 1943 sous l'occupation allemande (voir page 8) Jusqu'au 21 janvier 2013  Sur notre Site : "liberte-du-judaisme.fr" vous Au MAHJ Une exposition sur la présence juive en Algérie. Jusqu'au 27 janvier 2013 (en attente) Mercredi 15 mai 2013 Au cinéma de l'Entrepôt 7 rue Francis de Pressensé Paris 14ème L'Amitié Judéo-Musulmane de France (AJMF) présente le 15 janvier 2013 à 20 heures un film de Kamal Hashkar : "Tinghir-Jérusalem, les échos du mellah " Mercredi 20 mars 2013 Mardi 16 avril 2013 Jean-Charles Szurek " Les combats de Marek Edelman" 01 46 55 73 83 A la Bibliothèque Nationale 5, rue Vivienne, Paris IIe "Les Rothschild en France au XIXe siècle" Une exposition sur une famille qui a fait fantasmer les antisémites du monde entier …et les autres Jusqu'au 10 février 2013 12