La Presse Nouvelle Magazine 253 fevrier mars 2008

  • 585 views
Uploaded on

La Presse Nouvelle Magazine n°253 février 2008 - 26e année …

La Presse Nouvelle Magazine n°253 février 2008 - 26e année

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
585
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. PNM 253 BON 28/02/08 12:34 Page 1 LA PRESSE NOUVELLE Magazine Progressiste Juif PNM aborde de manière critique les problèmes politiques et culturels, nationaux et internationaux. Elle se refuse à toute diabolisation et combat résolument toutes les manifestations d'antisémitisme et de racisme, ouvertes ou sournoises. PNM se prononce pour une paix juste au Moyen-Orient, sur la base du droit de l'Etat d'Israël à la sécurité, et sur la reconnaissance du droit à un Etat du peuple palestinien. N° 253 - FÉVRIER/MARS 2008 - 26e A N NÉE L e N° 5 , 5 0 € MENSUEL EDITE PAR L’U.J.R.E. Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide A vos agendas ! Assemblée générale de l’UJRE Samedi 5 avril 2008 à 15 h. 21 FÉVRIER 1944 VINGT ET TROIS ÉTRANGERS ET NOS FRÈRES POURTANT... Le 21 février 1944, 23 résistants étrangers parmi lesquels plusieurs juifs membres de la M.O.I. sont fusillés au Mont-Valérien. Que leur reproche-t-on ? D’avoir pris les armes contre l’envahisseur nazi. Leur arrestation est le fruit de la collaboration étroite entre la police française et les services allemands. Mais il ne suffisait pas de les fusiller, il fallait les faire passer pour de dangereux “terroristes”. C’est cette image qu’a voulu en donner la trop fameuse Affiche Rouge. Elle inspira le célèbre poème de Louis Aragon, mis en musique par Léo Ferré. Dans le monde d’aujourd’hui, leur combat pour la dignité, les droits de l’homme et un monde meilleur est toujours actuel. Lire Sommaire en page 3 PRÉCISION U n lecteur nous écrit: “Si je trouve dans l’ensemble votre magazine intéressant et d’un niveau qui ne laisse aucune place aux approximations, il me semble que les éditos, bien que j’en partage souvent le contenu, soient trop centrés sur la vie politique nationale française”... Votre remarque, cher lecteur, nous permet de faire une mise au point sur la ligne éditoriale à laquelle nous nous référons. Notre journal, fondé en 1934 dans sa version yiddish (Naïè Pressè) s’inscrit dans la continuité d’un engagement dans les luttes antifascistes et progressistes d’avant guerre, et pendant les jours noirs de l’Occupation et de la Résistance à laquelle prirent courageusement part ses rédacteurs*. Depuis la création de l’UJRE unifiant en 1943, dans la clandestinité, des groupes de combat de la résistance juive, il en exprime le point de vue, sans concessions aux sirènes de la pensée unique, et poursuit sa participation aux luttes pro- COMMUNIQUÉ Prolongeant l’action des groupes de combat SOLIDARITÉ, l’Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide naît en 1943 dans la clandestinité de la lutte contre l’occupant nazi. Elle est alors co-fondatrice du CRIF et à la Libération, à l’initiative de la création du MRAP, par la fondation du Mouvement National Contre le Racisme (MNCR). L’UJRE tient à exprimer son indignation concernant le projet du Président de la République d’instituer un parrainage, par chaque élève de CM2, d’un enfant juif disparu lors du génocide de la deuxième guerre mondiale. C’est lors du récent diner annuel du CRIF que le Président de la République, tout en reprenant ses conceptions contraires à la laïcité, concernant l’apport des valeurs religieuses, a exposé ce projet à la fois invraisemblable, effarant et dangereux, consistant à obliger les enseignants de CM2 à imposer à leurs élèves un devoir de culpabilité au sujet des crimes antisémites. Si ces crimes nécessitent, certainement, que les futurs citoyens soient informés, dès l’école primaire, de l’existence des camps d’extermination et des raisons historiques qui ont permis la Shoah, sans préjudice d’autres initiatives en direction d’élèves plus âgés et d’adultes, il est inadmissible de confondre, comme l’a fait le chef de l’Etat, émotion et mémoire. La raison en est simple : l’émotion est à l’Histoire ce que la vengeance est à la Justice. Se contenter de jouer sur l’émotion sans fournir la moindre clé de compréhension ne peut aboutir qu’au résultat inverse de celui recherché. En créant les conditions les plus propices à la concurrence victimaire, on ne peut qu’attiser les haines identitaires réciproques, alors que l’urgence serait d’agir pour les prévenir. Tout se passe comme si en haut lieu, on cherchait par un tel projet, non seulement à “acheter” un hypothétique vote communautaire, mais aussi à aggraver les réflexes de repli sur soi, tant il reste vrai que le maintien d’un pouvoir manifestement impopulaire passe par la division de ceux qui ont toutes les raisons de le combattre. Le Bureau de l’UJRE 15 février 2008 QUI SOMMES-NOUS ? gressistes de notre pays. En tout premier lieu, la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et contre toutes les discriminations qui conduisent aujourd’hui à la traque inhumaine des immigrés, et aux actions brutales contre les sans-papiers. Secondement, la lutte pour la Paix avec une attention particulière pour le ProcheOrient et Israël, auquel des liens particuliers nous rattachent. Ceci suppose un règlement politique de la question. S’il est nécessaire de garantir le droit à la sécurité d’Israël, les droits nationaux du peuple palestinien à un Etat viable et souverain doivent également être consacrés. Il faut donc mettre un terme à l’occupation des territoires ; il faut respecter la dignité de ce peuple et renoncer à la politique unilatérale du fait accompli, tel le Mur de la honte, qui ouvre la porte à toutes les violences. Enfin, et cela répond, nous semble-t-il, directement à votre question, nous sommes français, juifs laïques et progressistes et citoyens du monde. Dans cet esprit, nous nous situons sans équivoque aux côtés des forces de progrès et de paix de notre pays, dont la devise, il n’est pas inutile de le rappeler, réside dans le triptyque “Liberté, Egalité, Fraternité”, ce qui sous-entend de défendre aujourd’hui la laïcité et toutes les avancées du pacte républicain fondé sur la solidarité qui découle de la victoire sur le fascisme et des conquêtes sociales et démocratiques, des luttes du peuple français. C’est pourquoi, cher ami, notre défense bec et ongles de ces avancées de civilisation se retrouve dans beaucoup de nos éditoriaux. L’équipe de rédaction de la PNM * Voir YISKOR BUCH (Souviens-toi), édité par l’UJRE en 1946 à la mémoire de 14 écrivains juifs fusillés ou morts en déportation : Aron Bekerman fusillé au Mont-Valérien le 16 septembre 1941, I. S. Cendorf, Yossl Cukier, Meyer Dzilowski, T. Elski, Ch. Kagan, H. Kowalska, David Kutner, Mounié Nadler, fusillé à Romainville par les SS le 11 août 1942, David Pliskin, Iankl Szpan, Oizer Warshawski, W. Wieviorke, Baruch Winogura.
  • 2. PNM 253 BON 28/02/08 12:34 Page 2 P.N.M. FÉVRIER/MARS 2008 2 CARNET Décès La PNM a appris avec chagrin la mort de : Suzanne KALISZ Décédée le 30 janvier, nous l’avons accompagnée au cimetière de Bagneux lundi 4 février 2008. Suzanne fut permanente à la CCE en même temps que Blanche Prager vers les années 80. Elle fit un certain nombre de colos comme représentante de la CCE et parfois comme directrice / économe. Puis elle devint directrice du dispensaire L’Aide Médicale jusqu’à sa fermeture. André ROSSEL-KIRSCHEN C’est après avoir posé beaucoup de questions qu’il avait accepté de parrainer l'Association MRJ-MOI (Mémoire des Résistants Juifs de la M.O.I.) : “Notre combat est le même”. Sa famille et ses proches ont demandé que son souvenir soit associé à celui de ses camarades du Procès de la Maison de la Chimie. Ainsi sera-t-il fait*. * Un article de Gilles Perrault lui sera consacré dans un prochain numéro de notre magazine. Mémoire Le 19 décembre 2007, notre père Maurice Rok décédé en 2000, aurait eu 100 ans. Une pensée et un don à la "Naïe Presse" qui l'a toujours accompagné. Bien amicalement, Charles et Roger Rok et leurs familles. Bonjour, je m’appelle AARON et je suis né le 1er février 2008. Je fais la joie de mon frère ADAM, de mes sœurs LAURA et LÉA et de mon oncle GILLES Mes parents NATHALIE ET MICHAËL BENDAVID, mes grands-parents PAULETTE ET ALBERT STAINBER, MÉLANIE ET MAURICE BENDAVID, leurs enfants et petits-enfants sont heureux de ma venue. Mazel tov ! AVIS DE RECHERCHE “… fille de Raphaël LEWKOWICZ, arrêté en mars 1943, par la police de Vichy, lors d’une distribution de tracts communistes, il me semble que mon père appartenait aux groupes de combat de l’UJRE. Je fais des recherches afin de recueillir des informations sur cette période de ma vie. En effet, cachée dans un internat de la ville, j’aimerais savoir qui m’avait placée dans cette cachette, qui payait… enfin, lever le voile sur cette période tant occultée des juifs résistants”. Merci d’écrire au journal Presse Nouvelle Magazine 14 rue de Paradis 75010 Paris Hélène AKIERMAN Evénement au “14” Nous continuons projeté devant une salle comble U n grand bravo, tout d’abord au Centre national de la cinématographie dont le service des Archives françaises du film a admirablement restauré notre film*. La splendeur des images le méritait. Bravo aussi au projectionniste. C’est dans une salle comble que l’on a (re)découvert un film tourné par l’UJRE en 1946 pour témoigner de la création par sa commission centrale de l’enfance (CCE), de FOYERS**, maisons d’enfants pour l’hébergement et l’éducation des enfants de fusillés et déportés, orphelins et rescapés de la barbarie nazie, et obtenir ainsi des soutiens financiers (Joint, etc.). A la tribune, Roland Wlos, Paulette Sarcey, et le réalisateur Yves Jeuland. Paulette, qui fut agent de liaison de la M.O.I. et qui joue son propre rôle dans ce film, ne l’avait jamais vu. Son émotion, certes maîtrisée, était évidente. Je m’attendais à voir un documentaire destiné à montrer aux éventuels financeurs, comment l’UJRE via sa Commission Centrale de l’Enfance s’occupait d’orphelins juifs dans ses foyers** d’hébergement (Montreuil, Andrésy, …) et colonies*** de vacances. Précisons d’emblée que tout était difficile dans l’après-guerre. Il y eut des cartes de rationnement jusqu’en 1949 au moins, et à l’époque, peu d’enfants partaient en vacances ! D’emblée, j’ai eu le souffle coupé par la beauté de l’image évoquant à l’évidence La Lumière d’été de Grémillon et parfois l’empâtement, la richesse d’Eisenstein. Pas de secret : Deux des cinéastes s’étaient formés au Bauhaus. Pour nombre de non-yiddishophones, le film fut perçu comme muet, mais n’avons pas eu, à tort peut-être, l’impression de manquer quelque chose. Attendons la copie sous-titrée... Pour moi, le message du film est contenu dans sa beauté. L’équipe des réalisateurs aurait pu rappeler l’horreur du génocide, la détresses des orphelins : on ne gomme pas la souffrance. Elle a choisi de montrer des enfants beaux, sains, rieurs : gais comme le sont tous les enfants du monde quand l’intensité du jeu leur fait tout oublier, le temps du jeu. Il était vital d’enseigner à ces enfants que le soleil existe et que vivre peut être beau. Il a été rappelé que l’encadrement, les moniteurs, étaient pour beaucoup d’anciens résistants. Les visages sont empreints d’une grande détermination. On devine à les voir qu’ils sont solides et qu’on peut s’appuyer sur eux. Les leçons de Janusz Korczak et de Makarenko se sont révélées utiles, pour essayer de conduire ces enfants sur les Chemins de la Liberté. Après la projection, le débat s’est ouvert. Difficilement. Nous avions tous la gorge serrée. C’est bien la seule fois que j’ai pleuré au cinéma, exception faite de Mourir à Madrid et d’un film sur l’apartheid. Décidément, le fascisme ne passe pas. C’est peut-être pourquoi nous aussi, nous continuons… Et c’est pourquoi sans doute je ne puis parler de ce film REPÈRES * NOUS CONTINUONS, film produit par qu’à la première personne. l’UJRE en 1946 (Equipe de réalisation : L’émotion me submerge Moshe Bahelfer, O. Fessler, A. encore. Nombre d’anciens Hamza, Ilya Holodenko, Jean des foyers ont évoqué leurs Weinfeld, prises de vue : Agaï, souvenirs, toujours précieux, Defassiaux) et rafraîchi les nôtres. Il n’y ** Neuf foyers d’enfants de fusillés et avait pas à l’époque de cellu- De gauche à droite : les de soutien psychologique, Roland Wlos, Paulette déportés furent ouverts : Aix-lesa observé Paulette, et pour- Sarcey, Yves Jeuland Bains, Andrésy (Manoir de Denouval), Arcueil, Le Raincy (Allée des tant, aucun de ces enfants n’avait mal Côteaux), Le Raincy (Le Platau), Livrytourné, ils sont tous devenus ce que leurs Gargan, Montreuil I (rue Dombasle), parents avaient souhaité en faire en arriMontreuil II (rue François Debergue), vant en France : de bons citoyens, des Sainte-Maxime. Ils accueillirent des enfants mentsch ! orphelins juifs de père et mère ou de l’un des A propos de l’aide apportée par une deux, ou encore dont le parent survivant ne organisation américaine, le JOINT, l’un pouvait assurer pour des raisons diverses, des participants s’est souvenu que sa et notamment économiques, l’éducation. Le mère faisait du porte à porte à Paris, et premier fut ouvert en février 1945. Ils foncqu’elle n’était pas la seule, afin de tionnèrent jusqu’en 1958 comme des “répucollecter des fonds pour les orphelins. bliques d’enfants”. Environ 750 enfants y La CCE tenait à ne pas vivre que de ont passé quelques semaines et plus de 400 charité, pour employer un vilain mot. sont restés plus d’un an. En novembre 1945, Elle organisait pour financer ses 350 enfants et jeunes demeuraient dans les foyers des kermesses, dont à Paris, foyers. (1) celle de l’Hôtel Moderne, ce dont un *** De 1945 à 1988, dans plus de 40 colocertain nombre de spectateurs du film nies de la CCE, on évalue à 30.000 le nomse souviennent encore. bre de séjours organisés fréquentés par enviAlors, à voir et à revoir, ensemble. Et ron 150.000 enfants (Aix-les-Bains, oui, je, tu, il ou elle continue. Nous Andrésy, Ancelle, Aurillac, Broc, Cannes, continuons. Plus que jamais. NM Celles-sur-Plaine, Château-Gontier, Chatel, Compiègne, Entremont, Haut-Seyssins, Hossegor, La Féclaz, La Motte Saint[NDLR] : Des copier-coller incongrus ont Martin, La Salcée, Le Roc, Les Sciernes rendu le mot du Président de l’UJRE publié d’Albeuve, Les Giettes, Leysin, Mercy le dans la PNM de janvier incompréhensible. Haut, Mimizan Plage, Mont-sous-Vaudray, Que les lecteurs de la PNM et surtout son Nice, Praz sur Arly, Pornichet, Saint-Jean de auteur trouvent ici nos excuses. Nous resLuz, Saint-Paul sur Save, Saint-Pierre tituons ci-dessous le texte dans le vrai de d’Irube, Sainte-Maxime, Savennes, Saxel, son message : Soumensac, Stella Plage, Tarnos, Uriage, “En ce début de l'an 2008, je tiens à adresVérossaz... (1) ser aux lecteurs et amis de la PNM et de l’UJRE un message différent de celui des (1) Cf. L’ALBUM LA C.C.E. 40 ANS DE SOUannées précédentes. Mon état de santé m'a VENIRS par LES AMIS DE LA C.C.E, cloué loin de l’UJRE et de la PNM. Un an ISBN : 2-9510865-1-2 d'absence, c'est beaucoup. Trop. LE MOMENT EST VENU DE PASSER LA MAIN. Sauf erreur, je suis le premier Président de l’UJRE à passer la main de son vivant. Pendant les derniers douze mois, la PNM et l’UJRE ont continué. L'équipe qui a pris en main l'existence du journal et de l’UJRE a fait ses preuves. En mon âme et conscience, je souhaite que ...* voudra bien continuer à la présidence de l’UJRE et de la PNM. Je connais, vous connaissez, sa modestie. Je désire que …* passe outre sa propre modestie et continue à diriger les deux organismes, comme depuis un an. Pour ma part, je continuerai à écrire dans la PNM, en toute liberté. J'aimerais aussi continuer la coopération au Crif. Mais c'est aux organes de direction de l’UJRE et de la PNM de décider. A bientôt 82 ans, je laisse la place à des amis et camarades “plus jeunes”. Je suis prêt à continuer au sein de l’UJRE et de la PNM. A vous de décider. D'ores et déjà, je vous confie un article sur un personnage hors du commun, John Rabe, le nazi qui a sauvé la vie à des dizaines de milliers de chinois, lors de la guerre sino-japonaise. Bon courage, allez de l'avant ! mon action, avec et parmi vous, m'a rempli de joie et d'espoir. Lucien Steinberg” * À la demande de la personne, son nom a été effacé. Courrier des lecteurs C hers lecteurs, votre magazine envisage d’adapter prochainement sa formule éditoriale. Cela pourrait passer par tant de paramètres ! le format du journal, le papier utilisé, le nombre de pages, la taille des articles, les illustrations, etc. Alors, pour toujours mieux répondre à vos attentes, dites-nous ce que vous en pensez ? Le journal actuel est parfait ? Il répond à vos souhaits ? Il peut évoluer ? Comment ? Ne vous limitez pas, toutes vos remarques nous intéressent, qu’elles concernent le contenu (des rubriques à suggérer ?) ou le format du journal ... et merci d’avance de nous aider à faire progresser le journal, notre journal, nous poursuivons l’ambition d’éditer un “magazine progressiste juif” pas comme les autres, qui réponde toujours mieux à vos aspirations. L’équipe de rédaction de la PNM
  • 3. PNM 253 BON 28/02/08 12:34 Page 3 P.N.M. FÉVRIER/MARS 2008 3 L’Etat d’Israël est-il un Etat juif ? par Patrick Farbiaz Après la Conférence de Paix d’Annapolis du 27 novembre 2007, la PNM poursuit sa consultation des responsables politiques français. Ce mois-ci : Patrick FARBIAZ, responsable des relations internationales et de l’altermondialisation des Verts. L a question posée par le premier Ministre Olmert aux dirigeants palestiniens à l’occasion de la réunion d’Annapolis est en soi une question piégée. Elle somme les palestiniens de mettre fin à leur exigence du droit au retour, d’accepter de fait que les arabes palestiniens de l’Etat d’Israël soient considérés comme des citoyens de seconde zone (ce qu’ils sont déjà dans la réalité politique actuelle de l’Etat d’Israël). Mais elle contient une idée encore plus grave. Si les Palestiniens et la communauté internationale entérinent l’idée d’un Etat ethniquement pur au Moyen Orient, ils cautionnent l’idée-même d’Etat confessionnel, dans toute la région. Le modèle du Liban, créé sous mandat français, est déjà devenu peu ou prou celui de l’Irak. De partition en partition, d’épuration ethnique en négation de l’idée-même de citoyenneté et de laïcité, on en vient à une situation où l’Arabie Saoudite wahhabite, modèle théocratique par excellence, est érigé en référence obligée de tout système politique au Moyen-Orient. Bien sûr nous savons que les conditions particulières de la naissance du sionisme politique ont engendré une situation complexe. L’affaire Dreyfus et les pogroms ont permis l’émergence de la théorie de Herzl. Les héritiers du Bund, partisans d’une autonomie des diasporas dans la lutte du mouvement ouvrier, comme les tenants de l’assimilation ont disparu dans les décombres de la Shoah. Mais, depuis 1967, nous assistons à une nouvelle phase du sionisme qui divise profondément la population israélienne. L’émergence du sionisme religieux, qui jusqu’à cette date refusait le concept même de sionisme, a déclenché un double phénomène : La colonisation des terres palestiniennes au nom du Grand Israël, d’une part ; et la colonisation intérieure par la marginalisation et l’expulsion à terme des arabes israéliens. Devant cet apartheid qui ne dit pas son nom, l’idée de séparation, renforcée ces dernières années par la construction du Mur, illégitime et illégal aux yeux de la communauté internationale, a grandi et nourri une sorte de fuite en avant, non seulement des dirigeants de l’Etat d’Israël, mais aussi, ce qui est beaucoup plus préoccupant, d’une grande partie de la société israélienne. L’idée de l’égalité des droits, de citoyenneté détachée de la religion ou de l’appartenance à une composante ethnique a reculé. La “guerre de civilisation” alimentée par Al Qaïda et par Bush a renforcé ce sentiment de fossé entre non pas deux, mais trois identités en Israëlmême : d’un côté les juifs religieux orthodoxes de tendance conservatrice, pour qui l’identité d’Israël ne peut être que fondée sur la religion et son respect le plus strict et donc un Etat théocratique au sens premier du terme. D’autre part l’ensemble des juifs laïques, libéraux, des druzes, des russes ayant utilisé le droit au retour pour s’installer en Israël et même des immigrants économiques non juifs qui viennent pour remplacer les travailleurs palestiniens de Gaza et de Cisjordanie. La troisième composante, les arabes d’Israël représentant 20 % des citoyens israéliens sont par nature suspectés de délit de “cinquième colonne”. Ils se retrouvent de fait exclus dans leur propre pays. La définition dans ce cas de l’Etat juif se fait par la négative. Qui n’est pas juif ? Celui qui est arabe. Il est clair que nous ne pourrons sortir de cette impasse mortifère que par un double mouvement : la fin de la colonisation de la Cisjordanie et la création d’un Etat Palestinien viable reliant Gaza et la Cisjordanie avec comme capitale Jérusalem Est, mais aussi le choix entre la constitution d’un Etat théocratique et l’Etat multiculturel et multiethnique à caractère démocratique en Israël-même, qui en rompant avec l’idée illusoire d’être la tête de pont de l’Occident dans le monde arabe prendrait toute sa place dans la construction d’EtatsUnis du Moyen Orient. C’est évidemment une utopie, mais pas plus que celle de Théodore Herzl à la fin du XIXème siècle. Cette utopie-là coûterait en tout cas moins de souffrances et permettrait d’aller vers une paix juste et durable dans la région. Il n’y aura pas en effet d’émancipation politique des juifs sans émancipation parallèle des peuples arabes. Penser Israël contre le monde arabe relève non seulement du court-termisme, mais constitue aussi une utopie dangereuse. Sortir de la communautarisation juive de l’Etat d’Israël est la seule manière de sortir de la gouvernance de “la peur démographique”. L’heure du choix pour Israël approche inexorablement car la mondialisation, si elle renforce dans un premier temps les réflexes identitaires, les particularismes religieux et ethniques, brasse les populations et dilue les souverainetés nationales. De l’Afrique du Sud à la grande Serbie, les illusions nationalistes ont sombré. L’avenir d’Israël n’est pas dans l’exclusion ni dans le repli sur l’Etat des seuls juifs, c’est d’être un Etat en paix avec ses voisins, un Etat de tout ses citoyens, libres et égaux en droits comme en devoirs. Proche-Orient Bruits de guerre J.Dimet p. 4 L’Etat d’Israël est-il un Etat juif ? P. Ferbiaz p. 3 SOCIÉTÉ Non à l’instrumentalisation... A. Krakowski p. 4-6 Une France pour les juifs H.Levart p. 5 EUROPE Forfaiture R. Wlos p. 5 MÉMOIRE Nous continuons... N.Mokobodzki p. 2 Le Judéo-Espagnol à Washington entretien avec D. Vidal p. 6 CULTURE Le juif selon Stendhal G-G. Lemaire p. 7 Confrontation linguistique et idéologique en Palestine R. Cohen p. 8 Louise Michel Contre l’antisémitisme L ors de l’inauguration du SQUARE LOUISE-MICHEL dans le 18ème arrondissement de Paris, sous la présidence de Bertrand Delanoë, hommage fut rendu à la figure légendaire du mouvement ouvrier français. En modifiant la dénomination de ces jardins bien connus des parisiens et des touristes, qui de la place Saint-Pierre montent vers le Sacré-Cœur, la décision du Conseil de Paris mettait fin à une situation aberrante. En effet, depuis 1930, ce lieu s’appelait SQUARE WILLETTE, du nom du sieur Adolphe Willette, illustrateur montmartrois, fils d’un colonel fidèle du Maréchal Bazaine, fidèle jusque dans sa prison où celui-ci fut détenu pour trahison. Le fils, pour sa part, fit parler de lui comme propagandiste actif de l’antisémitisme. Dès 1886, par ses tableaux et ses écrits, il se prête aux pires insultes. Il sera l’un des principaux collaborateurs d’Edouard Drumont, qui dirige la revue La Libre Parole illustrée et publie La France juive, brûlot antisémite très connu de l’époque. Enfin, en 1889, en pleine affaire Dreyfus, Willette se porte candidat aux élections législatives dans le 9ème arrondissement, sous l’étiquette “candidat antisémite”, et mène campagne de façon haineuse et ordurière contre les juifs responsables de tous les maux* ... ; mais il recueillit un très faible nombre de voix. L’antisémitisme à l’époque ne payait pas non plus. Aujourd’hui, en rendant hommage à Louise-Michel, l’institutrice des enfants pauvres de Montmartre, celle qui appela le peuple à sauvegarder les canons de la Butte en 1871, celle qui pendant sa déportation en Nouvelle Calédonie à la suite de la Commune de Paris, s’éleva contre le colonialisme et le racisme, l’une des premières féministes, la Butte Montmartre reprend ses vraies couleurs. Jean Wlos Ancien conseiller de Paris * Sur l’une de ses affiches électorales, on pouvait lire : “Les juifs sont grands parce que nous sommes à genoux” - “Ils sont 50.000 à bénéficier seuls du travail acharné et sans espérance de 30 millions de Français devenus leurs esclaves tremblants” - “Le juif est d’une race différente et ennemie de la nôtre”...
  • 4. PNM 253 BON 28/02/08 12:34 Page 4 P.N.M. FÉVRIER/MARS 2008 4 Proche-Orient Bruits de guerre par Jacques Dimet A quelques mois de la présidentielle américaine aucune solution ne semble encore en vue pour arriver à l’accord de paix que le président Bush avait promis lors de la conférence d’Annapolis. L ’assassinat d’Imad Moughnieh à Damas par l’explosion d’une voiture piégée a considérablement fait monter la tension dans la région. Cet homme, peu connu du grand public, était le responsable militaire du Hezbollah libanais. Pour les dirigeants du parti islamique, le crime est signé : c’est Israël qui serait derrière l’assassinat. Ehud Olmert, pour sa part, a démenti une quelconque participation des services de l’Etat hébreu dans cet acte. Le fait que l’assassinat ait eu lieu à Damas, la capitale syrienne, ne laisse pas d’interroger sur les véritables commanditaires. Toujours est-il que la mort du chef militaire a attisé les tensions, d’abord au Liban. Des centaines de milliers de Libanais sont descendus dans les rues le même jour, les uns, représentant la majorité politique issue des dernières élections, pour commémorer le troisième anniversaire de l’assassinat de l’ancien premier ministre Rafic Hariri ; les autres étant des partisans du Hezbollah (qui est aussi l’une des principales formations de l’opposition) qui participaient aux obsèques de Moughnieh. Et c’est à cette dernière occasion que le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a déclaré en s’adressant aux responsables israéliens : “Sionistes, si vous voulez ce type de guerre ouverte, alors le monde entier doit entendre ceci : qu’une guerre ouverte soit !” Le gouvernement israélien a pris au sérieux ces menaces et a renforcé les mesures de sécurité. Du côté palestinien, les choses restent pour le moment en état, Gaza étant gérée directement par le Hamas, et la Cisjordanie par l’Autorité palestinienne. L’ouverture de force de la frontière entre Gaza et l’Egypte a permis pendant quelques jours de desserrer le blocus israélien, et à la population palestinienne de souffler. Aujourd’hui la frontière est de nouveau fermée. L’écrivain israélien Amoz Oz a mis en garde les autorités de son pays contre la tentation d’une opération militaire contre les Gazaouites. “Israël, a-t-il affirmé à la radio publique, doit se garder de dépê- cher son armée à Gaza (…). Israël s’exposerait à beaucoup plus de perte dans une telle opération que par celles occasionnées par sept ans de bombardement à la roquette. (...) De plus, a-t-il poursuivi, une telle opération ne changerait rien, vu que les tirs de roquettes se produi- Beyrouth : Des milliers de manifestants réunis en l'honneur de Rafic Hariri © Reuters saient alors que nous contrôlions la bande de Gaza. Notre présence à Gaza nir avec les Palestiniens alors que n’a pas empêché ces tirs.” des tirs de roquettes se poursuivent En conclusion l’écrivain a affirmé : contre Israël, le Shass quitterait “il y a certes un prix politique à immédiatement le gouvernement”, payer pour parvenir à un cessez le a-t-il affirmé alors que préciséfeu avec le Hamas. Mais j’estime ment, depuis la conférence qu’il vaut mieux payer ce prix que d’Annapolis, Israéliens et Autorité celui d’une opération militaire à palestinienne ont engagé des négoGaza qui pourrait être catastrociations sur le tracé des frontières, phique.” Jérusalem et le sort actuel des réfuDe son côté, le responsable du giés palestiniens de 1948. Hamas, Ahmed Youssef, conseiller Ces négociations devraient aboutir, au ministère des affaires étrangères selon le président Bush, à un (dans le gouvernement formé par accord de paix. Mais pour le vicele mouvement islamiste), a de noupremier ministre israélien Haïm veau demandé une trêve avec Ramon : “Il est possible de parveIsraël tout en mettant en cause le nir à une déclaration de principes gouvernement israélien : “Si les (…) personne ne s’attend à un habitants de Sdérot veulent savoir accord détaillé le 1er janvier”. pourquoi des roquettes continuent D’un autre côté, le rapport de la à s’abattre sur eux, ils feraient Commission Winograd chargée mieux de demander à leur gouverd’évaluer les causes de l’échec de nement pourquoi il rejette nos la dernière guerre au Liban a mis en appels à un cessez-le-feu”*. cause l’état-major de l’armée et par Israël a plusieurs fois rejeté les voie de conséquence le ministère propositions de cessez-le-feu émade la Défense dirigé à l’époque par nant du Hamas, argumentant que Amir Peretz, dirigeant du parti tralorsque celui-ci avait affirmé vailliste. respecter une trêve, il n’avait pas Ehud Barak qui préside à nouveau empêché d’autres organisations, aux destinées du Parti et qui est comme le Jihad islamique, de l’actuel ministre de la Défense continuer à envoyer des roquettes avait annoncé son départ si la comsur le territoire israélien. mission d’enquête se montrait criAu sein du gouvernement israélien tique avec l’armée. Finalement, le Shass (parti orthodoxe séfarade) Ehud Barak a décidé de rester. “Je a menacé de quitter la coalition si me souviens très bien de ce que j’ai s’engageaient des pourparlers avec déclaré dans le passé, mais la les Palestiniens sur la question de situation a changé” a-t-il notamJérusalem. Cette décision du ment affirmé en évoquant des Conseil des sages de la Torah (la menaces contre la sécurité d’Israël direction du parti), prise fin janvier en provenance, selon lui, d’Iran et a été renforcée par une déclaration du Hezbollah. du chef du Shass, le vice-premier * Tribune publiée dans Haaretz le mardi 12 ministre Eli Ishaï : “Si des avanfévrier 2008 cées diplomatiques devaient surve- NON À L'INSTRUMENTALISATION HONT LA MÉMOIRE DES ENFANTS JUIFS, EXTE N ous dénonçons cette campagne indigne de diversion alors qu'à la veille des élections municipales et cantonales, la chute libre de sa cote de popularité se poursuit dans les sondages, chute la plus élevée pour un président de la République élu depuis quelques mois seulement. Une revue de presse révèle des critiques sévères, des condamnations quasi-unanimes de cette initiative présidentielle. PERSONNALITÉS Simone Veil, rescapée des camps d'extermination nazis Cette initiative est inimaginable, insoutenable et injuste. On ne peut pas demander à un enfant de s'identifier à un enfant mort. Cette mémoire est beaucoup trop lourde à porter. Nousmêmes, anciens déportés, avons eu beaucoup de difficultés après la guerre à parler de ce que nous avions vécu, même avec nos proches. Aujourd'hui encore, nous essayons d'épargner nos enfants et petits-enfants. Elie Wiesel s'est exprimé à France Inter dans le même sens. Gérard Klein (acteur) série télévisée “L'instit'” C'est une idée affreuse … quand on a 10 ans, on est fort et fragile à la fois. Je pense qu'on n'a pas besoin de ce poids supplémentaire, surtout lorsqu'on voit tout ce qui se passe dans l'actualité. PHILOSOPHES Régis Debray Je trouve l'idée déplacée car plus émotionnelle que pédagogique. Ce ne peut pas être une obligation scolaire. Ce que je crains surtout, c'est une escalade des mémoires communautaires. Michel Sparagano Après Guy Môquet, voici que les enfants d'Izieu sont à leur tour enrôlés dans la spectaculaire stratégie présidentielle... J'ai enseigné la philosophie pendant vingt ans dans les classes de terminale. La mort était une notion au programme. J'ai le souvenir de visages se crispant imperceptiblement, j'ai vu quelques larmes couler qui disaient assez que la mort à ce moment-là n'était pas " rien ". Quelle est l'histoire de chaque gamin ? A-t-il récemment perdu un proche ? ... Qu'en sera-t-il de ces mômes de onze ans, à qui l'on demande de parrainer un petit supplicié ? HISTORIENS Esther Benbassa Endosser la mémoire de ces enfants tués cruellement ne contribuera nullement à combattre l'antisémitisme, mais seulement à culpabiliser des jeunes esprits qui, pour y échapper, pourraient rejeter les porteurs de cette mémoire, donc les juifs. Allons-nous élever des générations d'enfants dans l'émotion, en fait des générations d'amnésiques qui ne regarderont pas ce qui se passe devant leur porte, les immigrés, les sans-papiers, les enfants de sanspapiers, la misère des uns et des autres ? Car qui dit émotion dit aussi renforcement de l'individualisme. En fait, le contraire de ce qu'on attendrait de l'enseignement de la Shoah à l'école. Henri Rousso dénonce un “marketing mémoriel” tandis que Annette Wieviorka, spécialiste reconnue de l'histoire de la Shoah et petite-fille de déportés, estimait qu'il y avait quelque (suite en page 5)
  • 5. PNM 253 BON 28/02/08 12:34 Page 5 P.N.M. FÉVRIER/MARS 2008 P.N.M. NOVEMBRE 2007 Religion ? HONTEUSE PAR NICOLAS SARKOZY DE , EXTERMINÉS DANS LES CAMPS NAZIS chose de réellement monstrueux de vouloir faire porter par un enfant de neuf, dix ou onze ans la mémoire d'un enfant mort à une autre période. POINTS DE VUE DE PERSONNALITÉS POLITIQUES, SYNDICALES, D'ORGANISATIONS DIVERSES Dominique de Villepin Je ne crois pas que l'on puisse imposer la mémoire (…) je crois que la charge de mémoire d'un enfant mort, c'est quelque chose de très lourd à porter. François Bayrou, Président du Modem Charger un enfant de neuf à dix ans de la mémoire personnelle, du nom et de l'histoire d'une petite victime de cette épouvantable tragédie, cela risque d'avoir des conséquences psychologiques et morales très lourdes. On a l'impression que ces conséquences n'ont pas été envisagées. Pierre Moscovici, député PS C'est une idée tout à fait malvenue, une approche compassionnelle, généreuse mais profondément erronée. Il faut la retirer. Parti communiste français Nicolas Sarkozy sait-il que des milliers d'enseignants, de responsables associatifs, avec le témoignage d'anciens déportés, font vivre la mémoire et restituent le contexte historique de cette tragédie du XXème siècle ? (…) Cette question exige une hauteur de vue qui ne peut entrer dans le plan de communication d'un président en difficulté. Georges Séguy, déporté et résistant, ancien secrétaire général de la Cgt La décision insensée de Nicolas Sarkozy (…) risque de provoquer de sérieux traumatismes psychiques. De plus, ce genre de ségrégations religieuses des victimes du nazisme est inacceptable pour ceux qui ont survécu à l'enfer des camps de la mort. Qu'elle fût générée par l'antisémitisme, par le racisme dont les Tziganes ont tant souffert, ou par la haine du fascisme hitlérien et pétainiste contre les résistants de toute sensibilité politique, de toute croyance religieuse ou de toute origine ethnique, la barbarie nazie fut et reste avant tout un crime contre toute l'humanité. Raphaël Haddad, président de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) Ce n'est pas en s'identifiant à la victime qu'on fera reculer le racisme et l'antisémitisme d'aujourd'hui et de demain. On ne peut pas prescrire la mémoire pour prévenir l'oubli. LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) Le recours à l'émotion conduit à tous les anachronismes. Le MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples ressent un profond malaise face à un " tri sélectif des mémoires”. REPRÉSENTANTS DES ENSEIGNANTS Jacques Portes, président de l'association des professeurs d'histoire-géo L'émotion fait perdre les capacités de réflexion. Bientôt, chacun va revendiquer d'avoir plus souffert que l'autre. La dérive peut être dangereuse. L'APGH dénonce qu'une fois de plus, une intervention intempestive du pouvoir politique dans l'utilisation de la mémoire et par contrecoup de l'histoire, une fausse bonne idée lancée sans la moindre (suite en page 6) 5 Une France pour les juifs par Henri Levart L a récente parution du Monde des Religions consacrée au sempiternel thème “Être juif en France” laisse une étrange impression. Que le magazine, en toute liberté d’opinion, traite des croyances religieuses, c’est somme toute logique, compte tenu de sa fonction. Mais que l’éclairage donné à la présence et à la vie des juifs dans notre pays soit uniquement délimité par le degré de piété et l’attachement inconditionnel à la politique israélienne, voila matière à débat. Or, ni l’histoire, ni le présent ne peuvent se circonscrire dans un si pâle halo de lumière. S’il est vrai que l’inquiétude, malheureux héritage des souffrances endurées, est une composante de l’identité juive, la participation aux combats patriotiques et sociaux est devenue matériau solide de cette identité. LéviStrauss disait que l’homme naturel n’était ni antérieur, ni extérieur à la société ; qu’il nous appartenait de retrouver sa forme immanente à l’état social, hors duquel la condition humaine est inconcevable. Est-il raisonnable de traquer en permanence l’antisémitisme dans les media jusqu’à éditorialiser une médisance d’écolier ? Certes, la vigilance antiraciste s’impose. Mais il n’y a pas, à notre connaissance, de prohibition sociale à l’encontre de la population juive. Et puis, les fictions quotidiennes sur la Shoah à la télévision font œuvre pédagogique, peut-être même à dose excessive... Nous nous refusons à croire que les juifs ne soient pas mentalement sortis d’Egypte. Quant à la réduction de la judaïté à l’approbation systématique de la politique israélienne, nous nous y refusons également. Repoussant les sommations communautaristes, le consensus victimiste, une posture morale souveraine, il y a une toute autre façon de tirer la leçon de nos malheurs. Nous avons de belles et grandes valeurs à transmettre au patrimoine commun de la Nation. Souvenonsnous. A la Libération, comment portés par le souffle de la victoire antifasciste, de la Résistance, les juifs avaient su sublimer leur douleur pour s’engager avec enthousiasme en faveur des idéaux émancipateurs. Alors que le judaïsme français n’a jamais été monolithique, se définir uniquement par rapport à la religion, c’est fournir un support à l’offensive sarkozyste contre la laïcité. Pour en revenir au Monde des Religions, les lecteurs de la PNM ont eu bien raison de s’indigner de l’absence de notre titre* dans la liste des journaux cités. Le fait de passer du statut des juifs décrété par Vichy aux déportations et à la création de l’Etat d’Israël en omettant la participation des juifs à la Résistance est tout aussi condamnable. Notre malaise est quelque peu atténué par le pertinent article de Régine AZRIA sur les réflexes d’appartenance à un groupe, et les pro- Europe pos mesurés du Grand Rabbin René-Samuel SIRAT, s’interdisant d’abuser des sentiments religieux. © Malesherbes Publications * [NDLR] Tout comme bon nombre de titres d’organisations juives progressistes (“La Lettre” des Amis de la Cce, Les “Cahiers” du Cercle Bernard Lazare, “Notre Volonté” de l’Union des Engagés Volontaires et Anciens Combattants Juifs) ... VOTE DU CONGRÈS Forfaiture par Roland Wlos N on, le 4 février ne sera pas un jour de gloire pour les parlementaires qui, par leur vote lors de la réunion du Congrès de Versailles, ont refusé que le peuple français ait le dernier mot. En votant pour la révision constitutionnelle, ou en s’en abstenant (comme la plupart des élus socialistes), ils ont commis un déni de démocratie, permettant ainsi au traité européen de Lisbonne de ne pas être soumis à référendum*, et d’être ratifié à la sauvette par l’Assemblée Nationale et le Sénat. Le Président de la République prétend que cela “va permettre de relancer la construction européenne”. Mais de quelle Europe s’agit-il ? Tout simplement de celle rejetée le 29 mai 2005, non par sentiment anti-européen, bien au contraire, mais parce qu’à l’issue d’un débat approfondi comme jamais on n’en avait connu sur l’Europe, le peuple français a voté majoritairement contre celle qui consacre la concurrence libre et non-faussée, y compris en ce qui concerne les services publics, la rigueur budgétaire interdisant toute politique publique poussée, le marché du travail déréglementé alors que le dumping social et fiscal privilégie le moins-disant au détriment des conditions de vie du plus grand nombre, la Banque centrale indifférente aux revendications salariales, intouchable, une Europe forteresse avec une politique d’immigration contraire aux droits de l’homme, l’allégeance à l’OTAN … Pour ceux qui doutent de la similitude entre ce qui a été rejeté et le nouveau traité, Giscard d’Estaing, le père du défunt projet a parlé clair : “En ce qui concerne le contenu, les propositions sont inchangées. Elles sont présentées de façon différente. (…) Les gouvernants européens se sont mis d’accord sur des changements cosmétiques pour qu’elle soit plus facile à avaler”. Quel aveu ! Prétendre, comme l’a fait Sarkozy, qu’il avait prévenu de ses intentions, est fallacieux. Cela revenait à lui donner un chèque en blanc, car quelque soit le contenu - a fortiori s’il est jumeau de celui que le peuple a rejeté - il dessaisit le peuple français du droit d’être juge, comme il l’avait déjà fait, en laissant la construction européenne aux mains d’élites et de technocrates. Ce que le peuple a fait, seul le peuple peut le défaire et les parlementaires n’ont pas la légitimité de voter un projet pour lequel 54% des français ont voté NON. D’autant plus grave, l’Annexe, camouflée en fin de Traité, ressuscite l’article I de la Constitution selon lequel le droit européen est supérieur au droit national. Ce qui est à l’ordre du jour pour sortir l’Europe de la crise dans laquelle l’ont plongée les politiques libérales de ces dernières décennies, c’est une refondation sociale, écologique et démocratique du projet européen. Car ce qui est mis en œuvre avec ce traité ne peut qu’aggraver les contradictions entre les orientations libérales de l’Union et les aspirations qui dominent dans chaque pays. * Rappelons que la ratification du Traité de Lisbonne nécessitait de modifier la Constitution ; si la majorité des 3/5 des votants du Congrès n’avait pas été réunie, cette modification aurait dû être soumise à referendum. C’est, par ailleurs, ce que 59% des Français estimaient nécessaire.
  • 6. PNM 253 BON 28/02/08 il u e nrn nt u er e e e ril n laui ae be ”, e s at e ne e e ar st er ué en ier e it s r nis ri it s s i. an ir a s x n s G P re ar t. es e, s Page 6 P.N.M. FÉVRIER/MARS 2008 6 s .. 5 s el ur e 12:34 NON À ... (suite de la page 5) réflexion sur les conditions de la mise en œuvre et sur les garde-fous à placer. Gilles Moindrot, secrétaire général du SNIUPP-FSU Cette annonce nous met mal à l'aise. Il y a le risque que l'enfant, soit s'identifie, soit rejette cette identification, ou encore qu'il ait un sentiment de culpabilité ou de responsabilité pour le destin d'un élève duquel il n'est aucunement responsable. SE-UNSA, deuxième syndicat dans le primaire : Le SE-UNSA est particulièrement choqué de cette initiative du président de la République, qui ignore tout de la façon dont un jeune se construit. Eduquer ne saurait être qu'affaire d'émotion. Jean-Jacques Hazan, secrétaire général de la FCPE L'histoire n'est pas une succession d'émotions. Et le devoir de mémoire n'est pas individuel. Il ne se fait pas d'un enfant vivant, ou d'une classe, à un enfant mort. Pourquoi leur faire porter ce poids ? Faut-il s'identifier à un phénomène pour le comprendre ? Se jumeler à un mort, c'est psychologiquement lourd. Ca peut être traumatisant. Pour travailler sérieusement sur la mémoire, aidons les associations qui interviennent dans les écoles pour expliquer cet épisode historique. Ce mouvement d'opinion a porté ses fruits. Monsieur Sarkozy, comme sur d'autres dossiers, manœuvre en recul. Emmanuelle Mignon, directrice de cabinet du Président, explique que de possibles aménagements sont envisageables. Le projet pourrait concerner une classe entière. Mais le chef de l'Etat a la volonté très nette de ne pas céder sur cet enseignement. Et Madame Simone Veil serait pressentie pour animer une commission de réflexion sur cet enseignement, alors même que Xavier Darcos réduirait la part de l'horaire consacré à l'histoire-géographie dans le primaire ! Où l'hypocrisie, le machiavélisme, la démagogie sont érigés en règles de bonne gouvernance... Quelles pistes envisager ? Continuer à approfondir le travail sur la mémoire de la Shoah entrepris depuis des années avec les enseignants, les parents, les témoins, les historiens, diverses associations … Rappelons les initiatives émouvantes et très fortes prises lors de l'inauguration dans les établissements scolaires des plaques commémoratives des enfants juifs déportés, notamment avec l'AMEJD (Association pour la mémoire des enfants juifs déportés). Avec Michel Sparagano, on pourrait, par exemple, commencer par demander aux écoliers de parrainer leurs petits camarades que monsieur Hortefeux, le “ministre de la chasse aux enfants”, rafle aux abords des écoles pour les expédier vers des pays qu'ils ne connaissent pas, parce que leurs parents n'ont pas les bons papiers…. En tout état de cause, le projet inique de Mr. Sarkozy, même “aménagé”, doit être retiré. Tant de coups tordus sont à craindre… de “ces gens-là”. La vigilance active de tous s'impose. Annette KRAKOWSKI Enfant juive cachée pendant la guerre 20/02/2008 Mémoire Judéo-espagnol à Wa s h i n g t o n Le professeur Haïm Vidal Sephiha a été reçu durant une semaine au Musée-Mémorial de l’Holocauste, à Washington, auquel il a fait donation de sa bibliothèque linguistique. Trois questions de la PNM à son fils, Dominique Vidal Sephiha, qui l’accompagnait : P NM : Quelles sont la nature et la raison de cette donation ? D.V-S. : Survivant d’Auschwitz, mon père Haïm Vidal Sephiha, chimiste de formation, a décidé, à l’âge de 30 ans, de “réveiller” la langue de son enfance : le judéo-espagnol. Il s’est donc lancé dans un long programme De gauche à droite : d’études, portant à la Paul Shapiro, directeur du Centre de recherches, Ingeborg et Haïm Sephiha, Sarah J. Bloomfield, directrice du Mémorial, et Dominique Vidal-Sephiha fois sur l’espagnol, l’hébreu, les autres “Bibliothèque judéo-espagnole de langues sémitiques, l’histoire des juifs Haïm Vidal Sephiha” - c’est son nom sépharades, etc. Après avoir passé sa officiel - y sera présentée sur le site thèse d’Etat, il a été, jusqu’à sa retraite Internet et accessible au public (avec (officielle), titulaire de la chaire de un ex-libris dans chaque volume), mais judéo-espagnol à l’INALCO - à l’édes bourses aideront des chercheurs à poque, c’était la seule au monde ! venir l’étudier. Au fil de ces trente-cinq années de recherches et d’enseignement, il a constitué une bibliothèque linguistique unique, comportant des milliers de livres souvent rares, de documents, de thèses et autres mémoires qu’il a suivis, de revues et de journaux, de photographies, de cassettes audio et vidéo, etc. Beaucoup d’ouvrages concernent évidemment le génocide nazi. A 85 ans, Haïm a décidé de léguer ce “trésor” à une institution capable de le rendre accessible aux étudiants et aux chercheurs, qui le feront fructifier. Les institutions juives françaises n’étant pas en mesure de le faire, nous avons répondu positivement à une proposition du Mémorial-Musée de l’Holocauste à Washington - United States (Holocaust Memorial Museum -USHMM). PNM : Pourquoi ce choix ? D.V-S. : C’est un lieu de mémoire vivante remarquable. Son exposition permanente permet chaque année à plus de deux millions de visiteurs, jeunes notamment, de découvrir en profondeur ce que furent le génocide nazi et ses victimes - les millions de juifs exterminés bien sûr, mais aussi les résistants, les prisonniers soviétiques, les malades mentaux, les homosexuels, les Témoins de Jéhovah... Le Mémorial-Musée comporte aussi un Centre de recherches qui multiplie les colloques avec la participation d’experts du monde entier et publie de nombreux livres. Il est enfin doté d’une très riche bibliothèque et photothèque, liée à celle du Congrès américain - la plus grande de la planète. Non seulement la PNM : Comment expliquez-vous l’intérêt de cette bibliothèque pour les livres de votre père ? D.V-S. : Aux Etats-Unis, le judaïsme est pour l’essentiel ashkénaze, ce que la bibliothèque du Musée reflétait. C’est pourquoi ses responsables ont manifesté autant d’intérêt pour la collection de Haïm : à leurs yeux, il s’agissait d’ouvrir leur bibliothèque et, du même coup, celle du Congrès à la réalité passée et présente de la culture judéo-espagnole. Nous l’avons bien senti pendant cette semaine passée à Washington : la Présidente du Musée qui a accueilli Haïm, le Directeur du Centre d’études qui s’est longuement entretenu avec lui, les chercheurs avec lesquels il a débattu entendaient honorer à la fois une vie dédiée à la langue judéo-espagnole et à ces juifs originaires d’Espagne et souvent ignorés du judaïsme institutionnel, en Israël et ailleurs. Même à Auschwitz ! En 2000, mon père retourne pour la première fois dans le camp où il a souffert pendant un an et demi. Et que découvre-t-il ? Des plaques célèbrent le million de victimes dans toutes les langues, sauf… en judéo-espagnol, que parlaient pourtant plus de 160.000 d’entre elles. Il faudra des mois et des mois de mobilisation, avec l’association “Judéo-espagnol à AUSCHWITZ” fondée par Haïm, pour qu’enfin cette plaque soit installée, en 2003… * Dans cet esprit, ce Mémorial-Musée a signé une convention avec le Parti Communiste Français pour le traitement de ses archives concernant cette période. Point de vue Tous victimes ? U n passage de l’interview du Père Desbois dans PNM* m’avait échappé. Or, il est très révélateur : “Les Allemands sont en train de ré-ensevelir leurs morts de la seconde guerre mondiale, y compris les SS, dans de magnifiques cimetières militaires, à travers toute l’Ukraine. Je n’ai rien a priori contre de tels cimetières. Mais, il serait inacceptable que pendant ce temps, les restes des victimes s’enfoncent dans une boue anonyme”. Lui ne trouve rien à redire. Libre à lui. Mais n’est-ce pas une illustration flagrante de ce “respect mutuel” qu’on nous préconise en haut lieu ? (voir Rencontres internationales sur la mémoire partagée**). Côte à côte, “les magnifiques cimetières” des bourreaux et de leurs complices, et le million d’hommes, femmes et enfants, leurs victimes … Tous “victimes de guerre” ? Maurice CLING Co-président de la FNDIRP * Michel Gurfinkiel, Interview du Père Desbois in PNM n° 247 de Juin 2007 ** Rencontres organisées à l’UNESCO par le gouvernement français les 26 et 27 oct. 2006, cf. Actes des premières rencontres internationales sur la mémoire partagée, Ed. La Documentation Française, Paris 2007, 10 € LA PRESSE NOUVELLE Magazine Progressiste Juif édité par l’U.J.R.E. Comité de rédaction : Jacques Dimet, Bernard Frédérick, Nicole Mokobodzki,T.R. Staroswiecki, Lucien Steinberg, Nathan Zederman, Roland Wlos, Solange Zoldan N° paritaire 64825 (en cours de renouvellement) C.C.P. Paris 5 701 33 R Directeur de la Publication : Lucien STEINBERG Rédaction - Administration : 14, rue de Paradis 75010 PARIS Tel. : 01 47 70 62 16 Fax: 01 45 23 00 96 Mèl : ujre@wanadoo.fr Site : http://ujre.monsite.wanadoo.fr (bulletin d’abonnement téléchargeable) Tarif d’abonnement : France et Union européenne: 6 mois 28 euros 1 an 55 euros Etranger, hors U.E : 70 euros IMPRIMERIE DE CHABROL PARIS BULLETIN D'ABONNEMENT Je souhaite m'abonner à votre journal "pas comme les autres", magazine progressiste juif. Je vous adresse ci-joint mes nom, adresse postale, date de naissance, mèl et téléphone PA R R A I N A G E (10 € pour 3 mois) J’ O F F R E U N A B O N N E M E N T À : Nom et prénom .............. Adresse ....................... Téléphone ..................... Courriel ......................
  • 7. PNM 253 BON 28/02/08 12:34 Page 7 P.N.M. FÉVRIER/MARS 2008 7 C LE JUIF SELON U L T U R E PALESTINIEN EN ISRAËL, DRÔLE DE VIE ... STENDHAL par Jacques LEWKOWICZ par Gérard-George LEMAIRE L a récente publication du second volume de la nouvelle édition des Œuvres romanesques complètes de Stendhal dans la collection de la Pléiade (Gallimard) comprend des textes que l’auteur du Rouge et le noir n’a jamais publiés de son vivant. L’un d’eux a retenu mon attention : il s’intitule Le Juif. Il semblerait que l’idée de ce récit (on ne sait pas s’il voulait en faire un roman ou une nouvelle, même si la seconde hypothèse paraît la plus probable) lui vint lors d’un court séjour à Fiume (rebaptisée aujourd’hui Rijeka) en 1831, lorsqu’il était consul à Trieste. Il y aurait croisé un homme juif qui l’aurait fort impressionné sans qu’on en sache la raison. Quoiqu’il en soit, il en conserve un souvenir assez fort pour l’évoquer en marge de Lucien Leuwen où il est question de ce “juif de Fiume”. L’histoire relate les mésaventures d’un jeune juif vénitien d’une beauté rare, mais affecté d’une passion exclusive et néfaste : le goût de l’argent. Sa famille tout entière est frappée par le même mal. L’avidité de la mère n’a d’égal que le sens du lucre de sa sœur. Le décor est planté. La véritable religion de ce petit monde n’est autre que l’argent. Quand notre héros songe à se marier, sa belle-famille lui subtilise tous ses meubles et ses économies alors que sa mère et sa sœur en profitent pour le dépouiller du reste. Commencent alors les tribulations de notre héros qui se rend en France en 1814 où il fait des affaires fructueuses avec les Alliés jusqu’au jour où son associé tue deux soldats. Il se réfugie à Valence et tombe alors amoureux d’une jeune femme. Quand les occupants quittent la France, il doit se hâter de partir, abandonnant la belle Catherine qu’il avait épousée alors qu’il n’avait pas encore divorcé. Se souvenant alors qu’il avait une première épouse en Italie, il songe à la rejoindre. Mais le sort s’acharne et le malheur le frappe sans répit. On ignore comment l’affaire devait se terminer. Il est toutefois évident que Le Juif de Stendhal ne se trouvait pas dans une situation enviable. La raison en est d’abord sa cupidité, mais aussi son absence de sens moral. La beauté physique du Juif ne traduit pas une beauté intérieure. Ces pages assez médiocres étonnent quand on pense à Stendhal qui s’est révélé un grand styliste. Elles ont tout de même été saluées par un intellectuel de la Collaboration en la personne de Maurice Bardèche. Cet ami de Robert Brasillach, qui a échappé à l’épuration, n’a jamais renié ses idées. Il a écrit un Stendhal romancier où il s’émerveille de ce brouillon, le considérant un témoignage recueilli “sous la dictée”. Pour lui, c’est un “document humain, d’une fidélité et d’une naïveté délicieuse”. Les responsables de cette nouvelle édition de La Pléiade le citent sans le moindre commentaire, et même avec complaisance. Il ne faudrait pas pour autant accuser Stendhal d’antijudaïsme. Son œuvre entière ne laisse rien filtrer d’un pareil sentiment. Il n’a pas, comme Voltaire, le souci de démontrer l’ineptie religieuse, historique et éthique de la Bible et, cela s’entend, des Hébreux qui en ont été les auteurs, et de leurs descendants qui en restent les gardiens. Il ne serait pas non plus acceptable de mettre ces propos sur le compte d’un esprit de l’époque. D’autant plus que Henri Beyle a été un fidèle de Napoléon, qui a créé le Consistoire, consolidant les droits accordés aux Juifs par la Révolution en 1791. Il faudrait peut-être en rechercher la cause dans un tout autre registre. En 1825, Stendhal publie un petit pamphlet : D’un nouveau complot contre les industriels. Le prétexte de cet opuscule est le lancement d’un nouveau journal, Le Producteur, d’inspiration Saint-Simonienne. Stendhal y attaque les principes de Saint-Simon, s’insurge contre le pouvoir accordé aux industriels et fustige la banque. L’argent se trouve au cœur du problème tout comme l’immoralisme qu’il suppose. Sa dénonciation du système bancaire est virulente. Il condamne le “libéralisme” qui laisse libre cours aux agissements des hommes d’affaires. Il souligne : “Les banquiers, les marchands d’argent ont besoin d’un certain degré de liberté. Un baron Rothschild était impossible sous Bonaparte, qui eût peut-être envoyé à Sainte-Pélagie un prêteur récalcitrant.” Le nom de Rothschild n’est pas introduit par hasard quand il s’agit de “marchands d’argent”. Il représente à ses yeux le comble des mauvais comportements qu’il dénonce. L’argent étant son Dieu, il incarne le mal moderne. Tout comme le pitoyable Juif de Venise de sa fiction. * STENDHAL, Œuvres romanesques complètes, Ed. Gallimard Paris Bibliothèque de la Pléiade - 2005: Tome I 1248 p. 50 € - 2007: Tome II : 1488 p. 52,50 € La PNM a reçu ... - L’annonce de la sortie du dernier livre de Max KOHN : Vitsn, mots d’esprit yiddish et inconscient, Ed. Lambert-Lucas 4 rue d’Isly Limoges 2008 - 180 p. 25 € Lauréat du Prix Max Cukierman en 2006, Max Kohn, né à Paris en 1951, est psychanalyste, maître de conférences HDR à Paris Diderot, membre de l’unité rattachée au CNRS « Psychanalyse et pratiques sociales » et psychanalyste à la Maison de la mère et de l’enfant à Paris (Fondation Albert-Hartmann, Société Philanthropique). S i le conflit israélopalestinien a plus d’une fois défrayé la chronique, la présence de palestiniens citoyens israéliens a peu attiré l’attention. Et pourtant, ils existent. L’un d’entre eux, Sayed KASHUA, a Sayed KASHUA même fait une percée médiatique qui devrait faire réfléchir, notamment les responsables israéliens, sur l’absurdité de la poursuite de leur actuelle politique de dénégation des droits des palestiniens. Sayed KASHUA, chroniqueur du quotidien israélien “Haaretz” est également scénariste d’une série télévisée portant sur la communauté arabe d’Israël. Au début de sa carrière, il tente de rentrer dans le moule palestinien. Il est reporter dans les territoires occupés, pour “KolHaïr” le magazine de Jérusalem. Mais le traumatisme de l’occupation des villes cisjordaniennes par la soldatesque israélienne le blesse au point de l’amener à se réfugier dans la critique gastronomique et télévisée. Puis, il est recruté par le journal israélien “Haaretz”. Refusant d’être l’alibi palestinien d’un journal israélien, il se lance dans l’écriture du scénario d’une série télévisée. Dans celle-ci, il décrit la vie quotidienne d’un arabe israélien, ses difficultés, ses efforts pour paraître “juif” pour, à n’importe quel prix, établir les meilleures relations possibles avec ses voisins juifs. Il décrit le regard des décalés, tant celui des autres palestiniens, que des israéliens qui tentent, eux aussi, de se faire accepter par “les arabes”. La surprise vient de ce que ce feuilleton a conquis l’audience juive de la chaine 2 de télévision sur laquelle il est diffusé. Les israéliens n’y sont pourtant pas ménagés. Mais celui qui est considéré comme le Woody Allen palestinien a suffisamment d’adresse pour que les israéliens qui ont suffisamment d’esprit critique pour accepter de rire d’eux-mêmes et de leurs travers soient séduits par ces récits moqueurs. Mais ses sarcasmes n’épargnent pas non plus les arabes. Tant et si bien que KASHUA passe pour un illuminé, un collabo ou un hérétique à leurs yeux dans toute la mesure où il est difficile, dans une situation de conflit, de faire place à l’humour. Cependant, cette réalité devrait faire réfléchir les uns et les autres et notamment les dirigeants israéliens qui portent la lourde responsabilité d’imposer leur force supérieure dans ce conflit. Si un auteur palestinien est capable d’établir un pont culturel entre les deux communautés, ne peut-on envisager qu’une reconnaissance mutuelle du droit à l’existence, de part et d’autre, ne permette un jour d’établir la paix ? * [NDLR] Sayed Kashua est journaliste et écrivain. Premier roman : Les Arabes dansent aussi trad. de l'hébreu par Katherine Werchowski - Éd. 10-18 Poche, Paris 2006, 251 p., 7.80 €. Lire aussi Et il y eut un matin trad. de l'hébreu par Sylvie Cohen et Edna Degon - Éd. de l'Olivier, Paris 2006, 280 p., 21 € Israël, invité d'honneur “C'est la reconnaissance d’une littérature dynamique, d’une immense richesse, à l’image d’une société multiculturelle. Une littérature qui puise dans le passé, s’affirme dans un présent mouvementé, sans a priori, n’esquivant aucune question, qui interroge et analyse sans concession.” D ans notre prochain numéro, une large place sera consacrée au SALON DU LIVRE* qui reçoit cette année 40 auteurs israéliens dans le cadre du 60ème anniversaire de la création de l’Etat d’’Israël. * Du 14 au 19 mars, le SALON DU LIVRE se tient à PARIS EXPO Porte de Versailles / Hall 1 22 mars 2008 à 15h. l’Ujre organise sa 2ème participation au Printemps des Poètes. Pour exprimer son désir de Paix au Proche-Orient, SARAH SEBBAG nous fera le plaisir de présenter un montage poétique. 14 rue de Paradis Paris 10° - M° Gare de l’Est WITZN RETROUVÉS MOT D’ENFANT QUAND MESSIE ? Un garçonnet de 6 ans demande à son père : - Papa, quand viendra le Messie ? - Quand tous les gens seront bons et honnêtes - répond le père. - Mais si tous sont déjà bons et honnêtes, alors que viendra faire le Messie ? VIENDRA LE
  • 8. PNM 253 BON 28/02/08 12:34 Page 8 P.N.M. FÉVRIER/MARS 2008 8 L e Yi d d i s h e t l ’ H é b r e u , Culture CONFRONTATION LINGUISTIQUE ET IDEOLOGIQUE EN PALESTINE par Rina Cohen Après le yiddish et le judéo-espagnol, nous avons souhaité clore notre cycle des langues parlées par les juifs dans le monde* par l’hébreu. Rina COHEN, universitaire spécialisée dans la langue, l’histoire et la culture israéliennes, sollicitée, a bien voulu nous autoriser à publier son article* sur “La Palestine entre l’hébreu et le yiddish (1880-1914)”. Nous la remercions d’offrir ainsi aux lecteurs de la PNM, sur QUATRE numéros, cette passionante évocation du contexte historique et social du renouveau de l’hébreu. LA PALESTINE ENTRE L’HÉBREU ET LE YIDDISH (1880-1914) e renouveau(1) de l’hébreu et sa transformation en langue moderne sont étroitement liés au développement de l’idée sioniste, dont le but est de créer un Etat pour les juifs du monde entier. Que l’hébreu ait été la langue unificatrice semble, à première vue, aller de soi. On pourrait en effet penser qu’il s’agit d’un processus naturel issu de la volonté générale de transformer et de redonner vie à la langue sacrée, qui depuis près de 1600 ans n’était plus parlée couramment. L’hébreu était réservé au culte religieux, aux documents ayant valeur juridique ou contractuelle, aux correspondances d’affaires et éventuellement aux communications écrites ou orales entre communautés ne pratiquant pas la même langue. Le sionisme est conçu en Europe, une aire dominée par le yiddish, une famille d’idiomes judéo-allemands parlés et écrits en caractères hébraïques par les communautés russes et centreeuropéennes. L’idée de la renaissance de l’hébreu entre donc en confrontation directe avec ce groupe linguistique. Ce qui n’est pas le cas des langues judéo-méditerranéennes. Le territoire de la province ottomane de Palestine, l’Eretz-Israël des juifs, deviendra quant à lui un lieu de confrontation linguistique à partir du moment où le projet d’y édifier un État pour tous les juifs prend forme dans le monde ashkénaze. LA MUTATION DU MONDE JUIF EN RUSSIE : LA HASKALA La Haskala, le mouvement juif des Lumières voit le jour en Allemagne à la fin du XVIIIe siècle. Il appelle à l’ouverture vers le monde non-juif et à la distinction entre le religieux et le séculier. Ce courant de pensée vise à donner au judaïsme la place de religion débarrassée de toute aspiration nationale, un judaïsme dans et par lequel on préserve la langue, la mémoire biblique historique et la vision messianique etc. Cette vision du monde rend possible l’idée de l’appartenance à la nation allemande en formation. Trois quarts de siècle plus tard, la “Société pour la propagation de la Haskala parmi les juifs”(2) voit le jour à Saint-Pétersbourg. Son objectif est de répandre l’usage de la langue russe parmi les juifs qui sont exclusivement yiddishophones, en vue de leur intégration dans la société russe.(3) Le courant de la Haskala entraîne un bouleversement du mode de vie des communautés juives traditionnelles. Un phénomène renforcé par un processus d’émancipation mis en œuvre dans le domaine politico-économique. L’égalité devant la loi, le droit d’exer- L cer l’artisanat et le commerce en dehors de la zone de résidence encouragent la population juive, largement sans qualification, à apprendre des métiers ou à les exercer ailleurs que dans la communauté. Il s’agit donc d’un appel à transformer radicalement le mode de vie des communautés. Ce mouvement n’est pas un calque du Isaac Baer Levinsohn - 1788-1860 Un des grands représentants de la Haskalah, appelé aussi le “Mendelssohn” russe modèle allemand mais s’en inspire. Les maskilim (le nom que se donnent les militants russes de la Haskala) rejettent aussi bien l’assimilation que l’orthodoxie conservatrice de culture yiddish. Tout en prônant la pratique de la langue russe comme moyen d’intégration et l’abandon du yiddish qualifié de jargon, ils aspirent à la création d’une culture en langue hébraïque. En traduisant en hébreu des ouvrages écrits en russe, ils espèrent familiariser leurs coreligionnaires à la société dans laquelle ils sont appelés à vivre. Pour les juifs “éclairés”, le russe devient la langue de la vie courante. Dans le même temps, des traductions en hébreu d’œuvres littéraires européennes sont réalisées et des ouvrages en hébreu sont publiés. Les maskilim militent pour une presse en hébreu(4) et, à la différence de leurs homologues allemands, ils défendent un nationalisme juif russe permettant l’intégration dans la société russe tout en édifiant une identité spécifique rénovée et dégagée des conceptions uniquement religieuses. Il s’agit d’un courant véritablement révolutionnaire qui, à terme, doit mener les communautés juives repliées sur elles-mêmes à une participation active dans le devenir de la société russe. Au cours des vingt années de l’essor de la Haskala russe, la condition des communautés juives connaît de sérieuses améliorations dans un contexte de modernisation de l’Etat voulu par le tsar : des écoles et des universités sont ouvertes aux juifs, l’obligation de résidence dans les shtetls est parfois levée. Les juifs modernistes russes et d’Europe orientale et centrale veulent s’adapter aux temps qui changent en parlant la langue du pays, et non plus le yiddish. Ils commencent à se percevoir comme des citoyens égaux dans leurs patries respectives. Pour eux, le judaïsme est une confession et non plus la caractéristique d’une nation. Le judaïsme, ainsi transformé, devient compatible avec l’appartenance aux nations respectives. Certains vont jusqu’à rejeter complètement ce judaïsme en estimant que la religion est une idée dépassée(5). C’est dans cette effervescence intellectuelle et idéologique que, paradoxalement, va naître le nationalisme juif avec ses penseurs, les premiers “sionistes russes”, les Amants de Sion qui en posent les premiers jalons. Dans le même temps, le processus de russification des juifs se traduit par un processus de sécularisation de ces populations. Ainsi, nombreux sont aussi les juifs qui vont adhérer au mouvement révolutionnaire russe. Les pogroms de 1880-1882, émeutes anti-juives perpétrées par des populations russes orthodoxes rurales les plus misérables victimes des féodaux, mettent brutalement fin à la propagation des idées des maskilim, juifs urbains éduqués, russifiés et hébraïsants. L’ascension sociale de cette couche est freinée, ce qui provoque un fort sentiment d’injustice. Deux pôles se font jour. Si une partie des maskilim poursuit la recherche de l’épanouissement de l’identité nationale juive en tant que telle, d’autres choisissent en outre de rejoindre la mouvance révolutionnaire russe. LES INTERNATIONALISTES SOCIALISTES Les premiers socialistes juifs affirment que les juifs doivent constituer une entité indépendante dans la lutte des classes. Rejetant le judaïsme en tant que religion archaïque et la vie juive dominée par l”esprit boutiquier”, ils oscillent entre la crainte que le socialisme internationaliste conduise à l’assimilation et l’idée que l’utopie socialiste est un mouvement d’hommes nouveaux luttant contre les pesanteurs du passé et vivant déjà dans l’avenir. Un avenir qui serait celui d’un monde nouveau dans lequel les particularités ethniques deviendront obsolètes. Leur apprentissage culturel commun est le résultat d’une conjonction entre le prophétisme tiré de l’étude des textes sacrés et apocalyptiques juifs et l’utopisme des idéologues socialistes de leur époque. Dans le même temps ils se situent dans la mouvance de la Haskala militant pour la fréquentation des écoles russes et l’apprentissage de l’hébreu “pour apprendre à aimer son peuple” par opposition au yiddish “la langue ashkénaze”, celle de l’ignorance et du repli sur soi. C’est dans cet esprit qu’ils diffusent des textes bilingues, hébreu-yiddish en un premier temps, puis hébreu-russe auprès des juifs russes émigrés en Occident. La difficulté de concilier appartenance juive et internationalisme restera un objet de débat au sein du mouvement socialiste juif tout au long de son histoire.(6) .../... (la suite au prochain numéro) Pogromes en Russie (Carte d’Emile Patesson) Source : Elisée Reclus, L’homme et la terre, Paris, Librairie Universelle, 1905, vol. V, p. 469. * Rina Cohen, La Palestine entre l’hébreu et le yiddish (1880-1914), in Tsafon - revue d’études juives du Nord, consacré au dossier "Langues et cultures d’exil", n°49, printemps -été 2005, p.13-28. 1 Les linguistes israéliens débattent le phénomène de “l’hébreu moderne”. S’agit-il d’une "renaissance", "renouveau", "retour" ou même "résurrection" ? (...) 2 Shimon Dubnow, L’Histoire du peuple éternel, Tel-Aviv, Devir, (6e édition) 1966, p.636-637 (en hébreu). Les fondateurs expliquent leur engagement : “Nous avons toujours été confrontés au reproche que les juifs rejettent la Russie. De tout bord l’on nous promet que dans le séparatisme les conditions de vie de nos frères vont s’améliorer et nous deviendrons tous des citoyens égaux en droits. Nous avons donc décidé de fonder une association d’intellectuels qui devrait œuvrer pour éradiquer les défauts mentionnés, par la diffusion de la langue russe et du savoir utile parmi les juifs. Le but est le savoir au service de l’acquisition de l’égalité”. 3 Parmi les membres on compte Y. L Gordon ainsi que L. Pinsker. 4 A cette époque sont créés les premiers titres de la presse hébraïque : ?????? (hatsfira 1862), ????? (hamelits - 1860), ????? (hashahar) 5 Jonathan Frankel, Prophète et politique, Tel-Aviv, Am-Oved, 1989, p.11 (en hébreu) 6 Ibid, p.54