Dossier de production groupe 140

  • 201 views
Uploaded on

Dossier de Production pour une production audiovisuelle dans le cadre pédagogique - SKEMA Business School - Cours de Sustainable Performance

Dossier de Production pour une production audiovisuelle dans le cadre pédagogique - SKEMA Business School - Cours de Sustainable Performance

More in: Education
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
201
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
3
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. GROUPE 140 – Campus de Sophia Antipolis Sustainable Performance 2013-2014 La stratEgie d’achats dans la Grande Distribution et la ResponsabilitE Sociale de l’Entreprise ? Composition du Groupe : Margaux Lesca Elen Giupponi Marie Amiot Céline Descamps Thibaud Loyriac « Compte tenu de leur constante recherche de diminution des coûts, les centrales d’achats peuvent-elles réellement se fixer une politique d’achats responsable ? » 1
  • 2. GROUPE 140 – Campus de Sophia Antipolis Sustainable Performance 2013-2014 CONTENU DU DOSSIER 1. CONTENU DECOUPAGE DU REPORTAGE REDACTION DE L'INTRODUCTION REDACTION DE LA QUESTION MICROTROTTOIR REDACTION DES QUESTIONS ITV REDACTION DES FICHES JOURNALISTES FICHE DE SUIVI DES CONTACTS 2. ORGANISATION FICHE DE CONTACTS : EQUIPE TECHNIQUE, PERSONNES RESSOURCES, INVITES FICHE DE POSTE LISTE DU MATERIEL PLANNING DE TOURNAGE AUTORISATION DE TOURNAGE (Annexes signées et ajoutées au dossier par la suite) CESSION DE DROIT IMAGE (Annexes signées et ajoutées au dossier par la suite) 2
  • 3. GROUPE 140 – Campus de Sophia Antipolis Sustainable Performance 2013-2014 1. CONTENU SUJET : La prise en compte des enjeux de développement durable dans les centrales d’achat. QUESTION CENTRALE : Compte tenu de leur constante recherche de diminution des coûts, les centrales d'achats peuvent-elles réellement se fixer une politique d'achats responsable ? PUBLIC: L’interview : Madame Catherine Taupiac; interlocuteur principal et un professionnel du secteur (attente de réponses). Micro trottoir : clients du distributeur Journaliste : Céline Descamps TRAITEMENT : Interview In-Situ. Interview du responsable des achats madame Catherine Taupiac par notre journaliste Céline Descamps. RESUME : La grande distribution se résume beaucoup depuis le début de son avènement, dans les années 1980, à la phrase de Bernardo Trujillo : « faire un îlot de pertes dans un océan de profits ». En effet, l’apparition des centrales d’achats et la diffusion de la grande surface ont développé le concept de grande distribution vers la domination du producteur jusqu’au détaillant avec un modèle économique très performant. Pour autant, cette réalité économique est bien souvent critiquée. La responsabilité sociale des entreprises qui composent ce secteur a été maintes fois remise en cause : une domination trop lourde des filières d’approvisionnement, des prix d’achat trop bas, des produits dont le bilan carbone n’est pas en corrélation avec le prix ; des stratégies marketing visant à tromper le consommateur… Les sujets à traiter ne manquent pas. Mais tant du point de vue de nos intérêts intellectuels que de l’importance et de la récurrence de ce sujet, nous avons décidé de nous arrêter essentiellement à la stratégie d’achat des entreprises. De ce point de vue, la période de crise que nous traversons va nécessairement entrer en jeu, de même que les difficultés des producteurs de lait ou d’œufs que nous avons beaucoup entendus récemment. Mais il y aura également beaucoup à voir sur l’aspect purement écologique qu’implique une ou une autre stratégie de ces centrales d’achats. En effet, la prise en compte des enjeux de développement durable impose à l’acheteur de connaître les réglementations existantes et les stratégies de l’entreprise dans ce domaine : exigences vis-à-vis des fournisseurs en matière d’éco-emballages ou de logistique (modes de 3
  • 4. GROUPE 140 – Campus de Sophia Antipolis Sustainable Performance 2013-2014 transport), bannissement des produits fabriqués selon des pratiques sociales inacceptables dans certains pays du sud. La demande croissante de produits issus du commerce équitable ou de produits bio se traduit aussi par l’élargissement des panels fournisseurs et des temps de prospection plus longs avec un portefeuille de fournisseurs plus large à gérer. L’acheteur distribution peut aussi jouer un rôle de sensibilisation auprès de ses fournisseurs sur leur responsabilité en matière de développement durable. Les évolutions dans la distribution sont nombreuses : le secteur est de plus en plus concurrentiel, les tendances de consommation changent les achats doivent inclure des services plus nombreux et plus novateurs qu’auparavant. Dans ce contexte, les acheteurs distribution devront accentuer leurs négociations sur le rapport qualité/prix et être force de propositions pour répondre aux attentes des consommateurs. Notre travail sera donc d’aller à la « quête » des groupes qui se démarquent par leur stratégie responsable d’une part, et d’autre part, statuer sur une hypothétique optimisation de leurs achats. 4
  • 5. GROUPE 140 – Campus de Sophia Antipolis PLAN 1 INTRODUCTION Sustainable Performance 2013-2014 Plan introductif avec une slide noire et écriture blanche : « Sustainable performance 2013 SKEMA Business School – GROUPE 140 » Scène 1 : Une bande de blondes en train de boire un café (les 4 filles avec des voix de crécelles): - Qu’est ce que tu penses du café ? - Ouh il est très bon il doit venir de loin … Au moins du Brésil ! - Non mais n’importe quoi, le café today il est acheté par des centrales d’achat gigantesques !!! - Ouais mais tu crois pas que ça doit être vachement polluant comme système ? Moi c’est pour ça que j’achète toujours du commerce équitable - Moi je pense qu’elle doivent faire des efforts pour être + responsables quand même - N’importe quoi ! Moi je pense que tout ce qui les intéresse c’est faire baisser les coups pour avoir plus de profits, surtout en temps de crise. (Elle secoue sa crinière blonde) - Thibaud (bien habillé en mode patron) : Nous pouvons effectivement nous demander que “Compte tenu de leur constante recherche de diminution des coûts, les centrales d'achats peuvent-elles réellement se fixer une politique d'achats responsable ? » PLAN 2 Début interview madame Taupiac : image d’elle en train de parler, sans le son de sa voix (musique + voix off qui la présente « … nous avons d’abord pensé { interviewer la personne qui enseigne ce cours à SKEMA …»). Apparition de son nom et de sa fonction. Plan de Céline lui expliquant notre problématique (séquence accélérée) et l’accélération se termine lorsque Céline lui demande « Et vous en pensez quoi, vous de tout ça ? ». PLAN 3 Les questions réelles seront : Pouvez vous nous donner votre définition d’une centrale d’achat ? Comment se caractériserait une politique d’achats responsables selon vous ? Quelles sont les grandes entreprises qui se distinguent par une politique d’achat responsable particulièrement ambitieuse ? Peut-on distinguer plusieurs stratégies/approches selon les secteurs d’activité. (Electronique plus facile que produits frais par ex ?) Mais les plans des réponses seront coupés et montés afin d’avoir l’essentiel du contenu. Le plan sera donc entièrement sur madame Taupiac. PLAN 4 Retour sur la scène avec le café : Une blonde : - Ca a l’air super intéressant mais j’ai pas tout compris… J’ai besoin d’un peu plus d’informations je crois… Thibaud : - Allons voir un professionnel !! 5
  • 6. GROUPE 140 – Campus de Sophia Antipolis PLAN 5 ITV MAITRE Sustainable Performance 2013-2014 La volonté des entreprises d’aller vers une démarche plus responsable est généralement partagée mais cette démarche est souvent considérée comme problématique dans un contexte économique difficile. Pourtant certaines entreprises qui ont intégré le développement durable comme démarche stratégique se portent plutôt bien économiquement. Pour les aider certains outils ont été mis en place mais comment s’y retrouver dans la jungle des labels et garanties des achats responsables ?
Qu’est-ce qu’un écolabel ? Quels critères sont nécessaires pour établir un degrés de confiance suffisant pour l’acheteur ? Scène avec un professionnel du secteur : Présentation identique à celle faite pour madame Taupiac : image de cette personne en train de parler, sans le son de sa voix, voix off le présentant, apparition de son nom et de sa fonction. PLAN 6 Variabilité des activités : Plusieurs facteurs peuvent avoir une incidence sur les activités de l’acheteur distribution ( Le type de commerce, L’organisation de la fonction achats peut être plus ou moins centralisée , La distribution de marques propres ou MDD, L’acheteur e-commerce…) Nos questions pour lui seront les suivantes : Pouvez-vous vous présenter ? Présentation rapide de l’entreprise ? Comment s’organise votre processus d’achat ? Avez-vous une stratégie particulière concernant les achats responsables, si oui, pouvez vous nous la développer ? En quoi cette stratégie vous permet-elle de vous différencier et de vous donner un avantage concurrentiel ? Comment gérez vous les coûts de production, parallèlement à votre politique de développement durable ? Est ce que vous envisagez qu’une gestion responsable des achats peut induire une diminution des coûts ? Avez vous un lien avec des petits producteurs ? Si oui, de quelle manière ? Quelle est leur importance, leur poids dans vos achats ? La crise économique a-t-elle changé votre manière de procéder dans votre stratégie d’achat ? Comment garantir la valeur ajoutée des achats responsables d'une entreprise auprès des consommateurs finaux ? Une démarche d’achats responsables peut-elle s’envisager sans une phase d’évaluation des résultats obtenus ? Comment procéder pour mener { bien son auto-évaluation ? Comment évaluer ses fournisseurs par rapport aux engagements définis dans les contrats et les cahiers des charges ? Quel suivi envisager ? En fonction de ses réponses et de la tournure de l’interview, les différents plans pourront alterner entre Céline et l’intervenant. PLAN 7 Retour sur la scène du café : - ouais moi il m’a trop convaincue mais les autres clients, qu’est ce qu’ils en 6
  • 7. GROUPE 140 – Campus de Sophia Antipolis PLAN 8 PLAN 9 MICRO TROT Sustainable Performance 2013-2014 pensent les autres ? Ouais, t’as trop raison, est-ce qu’ils sont au courant ? Parce que moi, avant d’apprendre tout ça, j’étais dans le flou, des fois j’ai l’impression qu’on nous ment ! Allons leur demander ! Si les consommateurs finaux sont de plus en plus intéressés par les produits à haute valeur ajoutée sociale et environnementale (croissance du commerce équitable et des produits biologiques), ils peuvent être sceptiques sur l’implication de l’entreprise dans la démarche de développement de la consommation responsable. L’actualité récente renforce sans doute la volonté des entreprises de s'investir dans une démarche responsable, mais la relation B to C implique de convaincre le consommateur final.  Ceci peut être dit en voix off pendant la scène de transition – à voir. Scène de transition en accéléré (on voit un ou deux d’entre nous en train de marcher pour aller interroger des clients sortant d’un grand magasin – devant Carrefour par exemple si nous avons l’autorisation) Scène(s) micro-trottoir : Etes vous convaincu par la promesse « achat responsables » de votre distributeur ? Vous sentez vous concerné(e) par les messages de publicité des grands magasins ? Ici aussi, bien sûr, le ou les plan(s) dépendront des réponses des personnes interviewées, du temps qu’il nous reste sur la vidéo… PLAN 10 CONCLUSION Retour sur la scène du café : - On l’avis de l’école, on a l’avis du professionnel, et des consommateurs Moi je crois que ça commence à me suffire en informations… J’ai peur qu’après ça fasse un peu trop… Et sinon, vous pensez pas qu’il y aurait moyen de conclure ? Thibaud fait la conclusion, son texte sera rédigé en fonction de ce que l’on a pu apprendre pendant les interviews. 2. ORGANISATION 7
  • 8. GROUPE 140 – Campus de Sophia Antipolis Sustainable Performance 2013-2014 FICHE DE CONTACTS : EQUIPE TECHNIQUE, PERSONNES RESSOURCES, INVITES PRENOM Céline Elen Marie Thibaud Margaux NOM Descamps Giupponi Amiot Loyriac Lesca TEL 06.70.52.00.30 06.50.47.71.44 06.87.64.25.16 06.08.98.51.51 06.11.47.81.21 MAIL celine.descamps@skema.edu elen.giupponi@skema.edu marie.amiot@skema.edu thibaud.loyriac@skema.edu margaux.lesca@skema.edu FICHE DE POSTE DESCRIPTION Cadreur Son Chargé de production Journaliste Making Of (caméra) Making Of (journaliste) Photo NOM Elen Giupponi Thibaud Loyriac Margaux Lesca Céline Descamps Marie Amiot Thibaud Loyriac Elen Giupponi LISTE DU MATERIEL DESCRIPTION Caméra 1 Appareil Photo Banderole Skema Autres décors PRIS RENDU 8
  • 9. GROUPE 140 – Campus de Sophia Antipolis Sustainable Performance 2013-2014 PLANNING DE TOURNAGE HORAIRE LIEU RDV TOURNAGE (N° DU PLAN) 9