• Like
Open Access
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

Open Access

  • 463 views
Published

Histoire et état des lieux de l'Open Access

Histoire et état des lieux de l'Open Access

Published in Education
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
463
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3

Actions

Shares
Downloads
7
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Histoire et état des lieux de l’Open Access De tout temps, les chercheurs ont communiqué entre eux l’état de leurs recherches et leurs découvertes afin d’échanger et de faire évoluer la connaissance. A travers chaque époque les avancées techniques et technologiques ont fait progresser ce partage d’informations mais ont été souvent accompagnées de réticences et de craintes surtout de la part des plus conservateurs. L’imprimerie fut par exemple un outil facilitant un début de démocratisation du partage du savoir religieux et profane au grand dam de certains conservateurs religieux qui y voyaient la perte de leur pouvoir dans leur rôle de médiateur avec la puissance divine. Bien plus tard, de nouveaux intermédiaires vont apparaitre : les éditeurs scientifiques. Ils ont pu centraliser, accroitre la visibilité et l’accessibilité des résultats de chercheurs qui y trouvaient à la fois une reconnaissance et une légitimité d’autant plus que l’éditeur bénéficiait d’un certain prestige. Ils ont cependant commencé à introduire et à renforcer au fil du temps une dimension économique et un clivage entre créateur et diffuseur. Petit à petit les éditeurs ont ralenti ces partages de pair à pair en facturant les revues scientifiques suffisamment pour réduire l’accès à tous à ces nouvelles connaissances. Aujourd'hui, le savoir est numérisé, et grâce au réseau internet et aux technologies numériques, circule, se diffuse et se partage à la vitesse des réseaux, proche de celle de la lumière, ce qui permet une dynamique collective, la coopération de communautés et l’émergence de nouvelles connaissances. Constatant cet état de fait qui vient bousculer et renouveler la dimension économique et politique du partage des savoirs, des groupes de travail dans le domaine des sciences ont commencé à promouvoir un nouveau mode de diffusion des savoirs scientifiques : l’Open Access. 1. La genèse des archives ouvertes En 2001, la Public Library of Science (PLOS) a publié une lettre ouverte, poussant les éditeurs scientifiques à autoriser la mise à disposition en libre accès, dans des bibliothèques publiques en ligne, des documents issus de la recherche qui sont publiés dans leurs revues. En décembre 2001, une conférence pour promouvoir l’accès ouvert est organisée par l’Open Society Institute. Il en résultera le 14 Février 2002 la publication d’un texte prônant le partage du savoir scientifique : le Budapest Open Access Initiative (BOAI). Lien vers le texte original : http://www.opensocietyfoundations.org/openaccess/read Open Access, v.1.1, 2013, by Terheck. 1/5 CC-BY-SA-3.0 license
  • 2. En juin 2003, dans le Maryland, un groupe de travail élabore une déclaration (Bethesda Statement) afin de stimuler la discussion au sein de la communauté de recherche biomédicale sur la façon de procéder pour atteindre, aussi rapidement que possible, l'objectif largement partagé d'offrir un accès ouvert à la littérature scientifique fondamentale. En octobre 2003, c’est à Berlin qu’est élaboré un texte (Berlin Declaration on Open Access to Knowledge in the Sciences and Humanities) visant à promouvoir l’Open Access. En 2001, en France, un système d’archivage de publications scientifiques en ligne, HAL, a été créé à l’initiative du CNRS. Dix ans plus tard, l’Open Society Institute a réaffirmé son attachement aux principes de l’Open Access. http://www.opensocietyfoundations.org/openaccess/boai-10translations/french 2. Etat des lieux Depuis maintenant plus d’une décennie, les archives ouvertes se sont développées dans le monde entier. Des universités ont créé leur propre plateforme institutionnelle, d’autres déposent dans des archives ouvertes nationales ou internationales, et depuis quelques temps certains éditeurs scientifiques proposent même une partie de leur dépôt sur le mode Open Access (exemple : Couperin). De nombreuses initiatives ont vu le jour pour promouvoir l’Open Access, et des réflexions sont régulièrement menées au niveau gouvernemental pour inciter les chercheurs à publier les résultats de leurs recherches sur des archives ouvertes. Un des arguments les plus repris en faveur de ce partage des connaissances scientifiques est que la recherche est généralement financée par de l’argent public ; Il semblerait donc logique que les résultats de ces recherches soient partagés gratuitement afin d’accélérer les avancées scientifiques. De plus, les instituts de recherche et les universités doivent payés d’importantes sommes d’argent à des éditeurs pour avoir accès aux résultats de la recherche, alors que leurs chercheurs sont les producteurs principaux de ces savoirs. De leurs côté, les éditeurs de revues scientifiques craignent de voir leurs revenus diminuer s’ils ne sont plus les dépositaires exclusifs des savoirs scientifiques. Ils ne s’opposent plus au principe de l’archivage ouvert en ligne, mais usent encore de pratiques contraignantes à même de décourager les chercheurs désirant partager les résultats de leur recherche dans leurs revues, et publier simultanément en accès libre. 10 ans après l’initiative de Budapest en faveur de l’Open Access, entre encouragement et réalité, il faut admettre que l’accessibilité aux résultats des recherches financées sur fonds publics reste encore modeste : en France de 5 à 10 %, des articles scientifiques, sont libres. Open Access, v.1.1, 2013, by Terheck. 2/5 CC-BY-SA-3.0 license
  • 3. 3. Enjeux et perspectives 3.1. Des enjeux ou comment tous être gagnants Il ne faut pas croire que l’accès aux résultats scientifiques ne concerne que le microcosme des chercheurs ou des éditeurs. En effet, l’accès ouvert aux résultats de la recherche représente un enjeu démocratique pour le partage de l’information entre les chercheurs mais aussi entre tous les citoyens. Relever ce défi repose sur la capacité de tous les acteurs à comprendre la nature des enjeux auxquels ils sont confrontés. - - - Des enjeux scientifiques pour une visibilité nationale et/ou internationale et une valorisation de la recherche non seulement pour les chercheurs mais aussi les établissements. Des enjeux économiques : un financement doit être prévu en concertation avec les éditeurs, les financeurs et les établissements, sans omettre de garantir une équité d’accès à l’information afin d’éviter une fracture sociale, et sans pour autant négliger la problématique de la propriété intellectuelle. des enjeux sociaux pour une meilleure appropriation des résultats de la recherche par l’ensemble de la société et pour une véritable solidarité entre les chercheurs et en particulier ceux des pays émergents ou trop pauvres pour financer les accès payants à des éditeurs prestigieux. 3.2. Les perspectives Le changement est possible mais il suppose une véritable concertation entre tous les acteurs : chercheurs, éditeurs, établissements, documentaliste, financeurs, institutions… Les établissements ont un rôle essentiel auprès des chercheurs. En effet, il semble indispensable que ces derniers encouragent leurs chercheurs à devenir des acteurs de la diffusion ouverte de leurs travaux grâce à une communication efficace et un accompagnement technique permanent. Les réticences et la défiance des chercheurs à l'égard de l'auto-archivage institutionnel, qui craignent de se voir imposer une contrainte administrative supplémentaire chronophage, pourront être levées par des mesures d’encouragement. Ils devront peut-être passer par des mesures transitoires ou pérennes, coercitives ou incitatives : - - des actions contraignantes à l’initiative des établissements doivent sans doute exister afin de changer le comportement des chercheurs et obliger ces derniers à publier et partager les résultats de leur recherche, des actions d’informations relatives au cadre juridique de l’auto-archivage et de leurs droits d’auteur, des limites de leur contrat de travail sont par ailleurs indispensables pour les rassurer. Open Access, v.1.1, 2013, by Terheck. 3/5 CC-BY-SA-3.0 license
  • 4. - des actions de formation relative à l’indexation et aux techniques de diffusion et de mise en ligne sont aussi plus que nécessaires pour transformer ce qui aujourd’hui semble anecdotique pour certains en une pratique naturelle. Les éditeurs Au départ les éditeurs étaient fortement opposés à un accès gratuit des contenus de recherche, craignant de mettre leur modèle économique en danger. Ils ont fini par accepter une accessibilité partielle et gratuite mais ne semblent pas vouloir aller beaucoup plus loin malgré le développement d’archives ouvertes par d’autres acteurs du monde scientifique. Il faut espérer que cette concurrence qui gagne en taille, visibilité et légitimité les encourage à modifier leurs politiques de diffusion du savoir scientifique. Les universités Elles ont un rôle déterminant à jouer à travers les enseignants et enseignants documentalistes par la promotion des archives ouvertes auprès des étudiants. Ces ressources en ligne représentent une source de savoirs riches, actualisés et en constante évolution, qui vient compléter d’autres espaces documentaires mais surtout favorise l’autoformation et une visibilité internationale. Elles doivent également inciter leurs chercheurs à publier sur les archives ouvertes. Conclusion Les pratiques de partage des savoirs sur des archives ouvertes connaissent une croissance exponentielle qui va de pair avec le développement des technologies numériques. Ce développement ne signifie cependant pas la disparition des éditeurs scientifiques qui justifie leur légitimité par la garantie de la qualité des savoirs publiés pour les lecteurs, et la garantie de notoriété et de visibilité aux auteurs. Néanmoins diffusion : - un effet pervers semble apparaitre en mettant en concurrence 2 canaux de un canal représenté par des éditeurs porteurs d’un savoir officiel, reconnu et validé où l’auteur gagne autorité et prestige. un canal libre, démocratique, participatif, porteur d’un savoir moins légitime où l’auteur perd de la reconnaissance de ses pairs et de la visibilité internationale faute de publier dans une revue prestigieuse. Il faudra donc veiller à ce que les auteurs qui publient en Open Access ne soient pas pénalisés par leur pratique, mais plutôt valorisés. Open Access, v.1.1, 2013, by Terheck. 4/5 CC-BY-SA-3.0 license
  • 5. Bibliographie Couperin-ADBU-INRA-INRIA 2012. Synthèse sur les résultats de l'enquête Archives ouvertes. [en ligne], [consulté le 07 avril 2013]. Disponible sur le Web : http://www.couperin.org/images/stories/AO/enquete_ao_analyse.pdf Marine Rigeade. Les archives ouvertes institutionnelles en France : état des lieux et perspectives. [en ligne], [consulté le 07 avril 2013]. Disponible sur le Web : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-56708 Couperin. Bien universel, par essence, l'article scientifique, n'est pas un bien comme les autres. [en ligne], [consulté le 07 avril 2013]. Disponible sur le Web : http://www.couperin.org/groupes-de-travail-et-projets-deap/open-access/libreacces/257-libre-acces/1052-article-scientifique Schöpfel Joachim et Stock Christiane. « Les archives ouvertes en France » Un potentiel documentaire pour la formation à distance. Distances et savoirs, 2009/3 Vol.7, p. 443-456. Salaün, Jean-Michel, Arsenault, Clément. Introduction aux sciences de l’information. Editions La Découverte, Paris, 2010. p.118-126. Fioraso, Geneviève. Discours lors des 5e journées Open Access. 25/01/2013. [en ligne], [consulté le 06 avril 2013]. Disponible sur le Web : http://www.enseignementsuprecherche.gouv.fr/cid66992/discours-de-genevieve-fioraso-lors-des-5e-journees-open-access.html Veille partagée sur l’Open Access réalisée sur Scoop.it, thématique sid-dmser avec filtre sur le tag "Open Access". [en ligne], [consulté le 06 avril 2013]. Disponible sur le Web : http://www.scoop.it/t/sid-dmser?tag=Open+Access Suber, Peter. Open Access Overview. [en ligne], [consulté le 09 avril 2013]. Disponible sur le Web : http://legacy.earlham.edu/~peters/fos/overview.htm About me : Terheck, professeur documentaliste, library specialist, Education nationale, France. Interested in Web 2.0, Education, Social Media, Digital Literacy, Curation, STEM and LIS. You can follow me on: - Scoop.it : www.scoop.it/t/agora and www.scoop.it/t/sid-dmser - Twitter : https://twitter.com/Terheck - Google+ : https://plus.google.com/105731467372397585166 - Pinterest on Open Access and Open Data : http://www.pinterest.com/terheck/open-data/ - RebelMouse : https://www.rebelmouse.com/Terheck/ Open Access, v.1.1, 2013, by Terheck. 5/5 CC-BY-SA-3.0 license