Uploaded on

Enfants en situation de rue - Politique thématique …

Enfants en situation de rue - Politique thématique

Cette politique thématique décrit l’approche de Tdh pour les enfants en situation de rue et définit le cadre principal des projets concernant les ESR. Cette politque thématique présentée dans ce document de référence fournit les principes directeurs et les axes stratégiques des projets ESR. L’objectif des projets ESR est de développer ou de soutenir les ressources individuelles et sociales des ESR et de leurs familles afin d’augmenter leur capacité de choix et de créer des alternatives concrètes à la situation de rue pour que les ESR et leurs familles soient socialement intégrés.

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
4,198
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
34
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. © Tdh / Christian Brun Enfants en situation de rue Politique sectorielle – Janvier 2010
  • 2. Créée en 1960, Terre des hommes est une organisa- tion suisse qui construit un avenir meilleur pour les enfants démunis et leurs communautés grâce à des approches novatrices et des solutions concrètes et durables. Active dans plus de 30 pays, Tdh développe et met en place des projets de terrain qui permet- tent d’améliorer la vie quotidienne de plus d’un mil- lion d’enfants et de leurs proches, notamment dans les domaines de la santé et de la protection. Cet engagement est financé par des soutiens individuels et institutionnels dont plus de 85% sont affectés directement aux programmes de Tdh. © Tdh / Bernard Marks
  • 3. Sommaire I. LES ENFANTS EN SITUATIONS DE RUE SELON TDH 7 1) La problématique « Enfants en situations de rue » 8 2) Raisons d'agir 10 3) Contexte des interventions 11 a) Les acteurs 11 b) Tdh apporte une expertise au niveau local et international 12 II. INTERVENTION DE TDH 15 1) Les principes directeurs de Tdh 16 2) Le cadre d'orientation pour les projets ESR 17 3) La finalité et groupes cibles des projets ESR 19 a) La finalité 19 b) Groupes cibles 19 4) Axes stratégiques 20 a) Axe A: Survie et renforcement des compétences 20 b) Axe B: Réseaux et développement organisationnel et humain 21 c) Axe C: Prévention et promotion des droits 21 5) Modèle d’action 21 III. TDH EN PRATIQUE 25 1) Mise en pratique des axes stratégiques 26 a) Axe A: Survie et renforcement des compétences enfants et familles 26 b) Axe B: Développement organisationnel et humain 30 c) Axe C: Prévention et promotion des droits 31 ANNEXE I 36 ANNEXE II 37
  • 4. © Tdh / Jean-Jacques Ruchti
  • 5. I Les enfants en situations de rue selon Tdh
  • 6. Enfants en situation de rue – I. Les enfants en situations de rue selon Tdh 1) La problématique « Enfants en situations de rue » Le phénomène des enfants en situations de rue a de Ce n’est par conséquent pas l’enfant qui est plus ou multiples facettes et les conséquences rétroagissent les moins dans la rue (comme dans les catégories « de unes sur les autres, si bien qu’il est difficile de pointer la rue » versus « dans la rue »), ce sont au contraire des causes et il est encore moins pertinent d’isoler une les réalités de la rue qui sont plus ou moins intégrées cause unique qui expliquerait globalement la vie dans la par les enfants. Et ces réalités varient entre des élé- rue. Les dynamiques dans les contextes locaux dépen- ments positifs comme la solidarité immédiate et des dent de combinaisons différentielles entre facteurs violations parmi les plus outrageuses de la dignité économiques, sociaux et politiques. L’urbanisation humaine. La vie dans la rue est une combinaison entre provoque d’immenses problèmes touchant à la vie d’une part différentes contraintes affectant l’enfant et sociale, l’éducation, la santé et l’habitat, qui excèdent d’autre part ses propres stratégies de survie, et ceci les capacités d’un secteur public qui s’amenuise. Les varie en fonction du contexte. Il est nécessaire de bidonvilles et les quartiers pauvres s’étendent sans qualifier ces réalités avec ceux qui les vivent, et non infrastructures de base et, dans certains contextes, à leur place, et des outils qualitatifs qui impliquent sont imprégnés de violence urbaine, éléments qui l’enfant lui-même sont nécessaires. contribuent à l’installation dans la rue. Les situations de rue des enfants n’est de loin pas Des raisons économiques forcent l’enfant à alterner uniforme, et l’appréhension qu’ils font de leur réalité entre la violence domestique et communautaire dans est complexe, leur monde subjectif est façonné par les les bidonvilles et la violence publique1 dans la rue. relations interpersonnelles qu’ils ont établies dans la L’enfant balance entre ces deux mondes. Ces enfants rue ou avec d’autres lieux et d’autres personnes. En ont une telle mobilité qu’il est dès lors très difficile ce sens, l’enfant peut être dans la rue mais subjecti- d’établir des statistiques fiables. Ils ne sont pas tou- vement sont esprit est dans la famille / communauté jours dans la rue, ils peuvent aussi être en prison ou ou au contraire l’enfant peut se trouver dans une en institution, de retour dans leur famille pour un institution, dans sa communauté, dans sa famille mais moment, fréquentant les activités d’un projet, ou son esprit est subjectivement dans la rue avec « son ils peuvent encore s’être déplacés d’une ville à une groupe ». Preuve en est que certains enfants qui tra- autre ou avoir été contraints de se déplacer. La lit- vaillent dans la rue en tirent une grande fierté, alors térature utilise différentes catégories – « enfant de la que d’autres le font contre leur gré, d’autres ne se rue », « dans la rue », « sans-abri », « abandonné », « à reconnaissent pas comme enfant « de » ni « dans » la risque », « en conflit avec la loi », « en circonstances rue mais comme travailleur. En effet, l’enfant qui a été spécialement difficiles », etc. Des catégories diver- exclu de la famille, de la communauté, de l’école crée gentes, mais qui se chevauchent et qui ne peuvent avec son groupe de rue une nouvelle identité. être ni comparées ni unifiées. Dans ce sens, l’identification des différentes situations Il est donc très difficile de donner un nombre exact de rue est beaucoup plus pertinente que l’identification pour les enfants en situations de rue. Par contre, il est de ce qu’on appellerait « le véritable enfant de la rue ». essentiel d’évaluer la qualité de leur vie en les encou- Le temps passé sur l’analyse de situation qualitative rageant à exprimer leur propre opinion. Cela permet n’est jamais perdu aussi longtemps qu’un réseau donne d’identifier les différents profils d’enfants, une étape assez d’espace pour des interventions coordonnées nécessaire pour comprendre les dynamiques sociales concernant différents profils d’enfants expérimentant qui les affectent et conséquemment pour intervenir différentes situations de rue. Notre approche enjoint de manière à les aider à améliorer leurs propres par conséquent d’établir et de renforcer des réseaux, réalités. La problématique des ESR est une question partageant une approche commune. de qualité des relations existantes entre ces enfants et les gens qui les entourent. C’est pourquoi Terre Cette approche commune commence avec la définition des hommes préfère utiliser l’expression « Enfants des ESR, insistant sur le paradigme de l’acteur social: en Situations de Rue » (ESR), puisque le problème les enfants en situations de rue sont des acteurs n’est pas « l’enfant de la rue » mais la situation à cause sociaux, et non pas simplement des victimes ou des de laquelle l’enfant peut se retrouver dans la rue. délinquants. Néanmoins, ils ne sont pas seulement victimes, ils sont également acteurs. Comme c’est toujours le cas chez ceux qui sont aux marges de 8
  • 7. Enfants en situation de rue – I. Les enfants en situations de rue selon Tdh la société, ces enfants ne font pas que s’adapter à la des solutions qui vont de la répression pure et dure à situation ; ils essaient activement de surmonter leurs des mesures de renforcement des capacités. La mise difficultés en rejoignant un autre monde – la rue – en en institution des enfants, prévalant encore dans beau- créant leur propre monde – leur rue. coup de pays, ne fait que dissimuler les symptômes, sans s’attaquer aux causes. La tâche est si immense Il faut regarder derrière les nombres, et se demander que seule l’approche en réseau préconisée par pour qui, depuis quand, comment et pourquoi vivre Tdh a une chance de faire la différence, à condition dans la rue est un problème. Le problème des ESR de partager une perspective commune. exige que l’on éclaire aussi ceux qui sont en contact avec eux, parce qu’ils font partie du problème, et Pressée de toutes parts, à partir du niveau macro espérons-le aussi de la solution. Quand ils parlent social des familles se disloquent. Un scénario typique de ces enfants, les gens analysent habituellement la est la frustration liée au sous-emploi ou non-em- situation à travers leurs propres valeurs, positions et ploi, ou à de mauvaises conditions de travail, souvent intérêts. Pour certains, ces enfants sont des bandits, aggravée par l’alcool et la drogue, avec des enfants pour d’autres ils sont des victimes. Certains exagèrent parfois impliqués dans des trafics ou d’autres straté- les statistiques, et ce faisant il se peut qu’ils augmen- gies de survie informelles. Lorsque la communauté tent le sentiment d’insécurité, qui, à son tour, sera est laminée par la lutte pour la survie, toute rupture exploité pour justifier les opérations de « nettoyage » dans la famille affecte de manière aiguë le statut des des rues. D’autres sous-estiment le problème ou plus enfants. La mère, plus liée à la sphère familiale de par simplement ils censurent le sujet. les rôles de genre, se retrouve forcée de retrouver une « protection » auprès d’un autre homme, qui la Ceci appelle à un renforcement des options de plupart du temps réagit à l’affaiblissement de son prévention et de promotion. Car, avec le déclin du propre rôle économique en rejetant violemment secteur public, le problème est susceptible d’empirer. les enfants qui ne sont pas les siens. Enfermés dans Des politiques éducationnelles inadéquates – les coûts une situation de fragilisation des liens familiaux, des directs et indirects de la scolarité, le manque de places enfants sont contraints de se rendre dans la rue ou d’apprentissage – et un système de justice des créent leurs propres stratégies de survie. Alors que mineurs répresseur et excessivement rigide les adolescents ont plutôt tendance à « abandonner » conduisent à la privation de liberté d’innombrables leur famille lorsqu’ils sont maltraités, la situation des enfants en conflit avec la loi, avec des textes légaux filles est beaucoup plus critique, étant donné que les qui ne sont souvent que partiellement appliqués2 . rôles de genre les empêchent de développer le même Des normes non-officielles, influencées par l’opinion degré d’autonomie qui est généralement attribué aux publique, sont souvent préférées, ce qui en retour garçons. En conséquence, le risque d’être happé par renforce les relations de pouvoir et la coercition, ainsi des réseaux souterrains d’exploitation physique et que des mesures qui n’ont que des fondements légaux sexuelle est plus grand pour les filles que pour les limités, si déjà elles en ont3. Dans la plupart des pays, garçons, telles que les situations cachées des petites l’attitude générale considère les stratégies de survie bonnes. L’abus d’enfants, le trafic d’enfants et d’autres physique et émotionnelle (travail, vol, drogues, rela- violations intolérables de la Convention Internationale tions sexuelles) des enfants comme des symptômes des Droits de l’Enfant (CDE, 1989) ne sont donc pas d’une pathologie sociale des pauvres, vue comme une sans liens avec des politiques économiques. « classe dangereuse ». Cela déclenche le cercle vicieux de la déviance et de la répression: dès le moment où Le concept de « pauvreté » est toutefois insuffisant le vagabondage est considéré comme une offense, pour expliquer la vie dans la rue. Ce ne sont pas tous la criminalisation des enfants en situations de rue les enfants pauvres qui vont vivre dans la rue. L’affec- provoque une délinquance plus grande. Au début, tion que la majorité des familles pauvres arrive encore l’enfant commet des petits délits juste pour survivre, à montrer à leurs enfants est admirable. Cependant, et ensuite, puisqu’il est déjà étiqueté comme un crimi- les enfants des bidonvilles ne sont souvent considérés nel, il assume le rôle d’un véritable délinquant et finit publiquement qu’à partir du moment où ils sont deve- par se spécialiser dans cette carrière. La répression nus des « enfants des rues », c’est-à-dire un problème maintient des enfants dans la rue. public et visible. La rupture familiale et la violence domestique peuvent être considérées comme des Cependant, interpellée par un contact occasionnel événements poussant immédiatement des enfants avec ces enfants, « l’opinion publique » balance entre à fuguer, mais elles ne sont pas les causes réelles et 9
  • 8. Enfants en situation de rue – I. Les enfants en situations de rue selon Tdh sous-jacentes de la vie dans la rue. La pauvreté n’est et non pas les dynamiques macro sociales qui les qu’une condition favorisant le passage à la rue, elle conditionnent. Le véritable problème est la crise n’est pas une cause. L’indigence est un « symptôme », d’intégration sociale, qui peut être définie comme un état dans lequel on se trouve, les causes réelles l’ajustement des relations entre individus et groupes étant des facteurs menant à la paupérisation, et ceux-ci (effritement des liens sociaux), basé sur un « contrat sont avant tout liés à des politiques économiques. Plus social » qui les lient par des droits et des devoirs grande est la concentration de la richesse (capital mutuels et légitimes. La société stigmatise les « enfants économique et propriété foncière) et du pouvoir, et de la rue », leur accolant tous les dangers associés à plus grandes sont les inégalités de statuts et d’accès la rue dans l’imaginaire social. Cependant, les enfants à des niveaux de vie (et de travail) dignes. pour qui la rue est un milieu de vie ou de survie sont eux-mêmes les plus susceptibles de subir violence Cependant, avec la confusion générale entre symptô- et discrimination et de voir leurs droits violés. Des mes et causes, ce sont les « comportements déviants » droits dont il faut rappeler l’existence-même. d’enfants pauvres et de leurs familles qui sont traités 2) Raisons d’agir Terre des hommes intervient dans la problématique Tdh reconnaît que les enfants en situation de rue, des enfants en situations de rue parce que ces enfants de par leurs expériences de vie, leur autonomie, ont leurs droits les plus fondamentaux bafoués et nécessitent de stratégies spécifiques qui visent leur qu’ils sont particulièrement vulnérables, abandonnés réintégration sociale et pour cela qu’elles répondent à divers phénomènes susceptibles de porter atteinte à leurs besoins d’affection, de protection, de soins, à leur vie, à leur survie et à leur développement, d’éducation qui soient adaptées aux réalités vécues comme l’exploitation du travail infantile, trafic d’en- et acceptées par eux. fants, abus et exploitation sexuels, engagement dans le trafic de drogues, dans des conflits armés, attaques Ainsi, les enfants en situations de rue comptent parmi suicides, abus de substances toxiques, participation à un des axes prioritaires d’intervention de la Fondation des activités criminelles. Ces diverses situations sont Terre des hommes4. susceptibles de mettre en danger l’enfant ou même de provoquer sa mort. Domaines prioritaires Axes prioritaires Approches transversales Santé • Santé materno-infantile / nutrition • La prévention et la lutte contre • Soins spécialisés toutes les formes d’abus d’enfants • Eau, assainissement & hygiène • Le plaidoyer • Le VIH/SIDA Protection • Le trafic et l’exploitation • Le genre • La situation de rue, la déficience • L’approche psychosociale d’appui familial • La sécurité • La justice juvénile • Les crises humanitaires et les conflits armés Sa raison d’agir est donc une motivation forte pour quotidien que la maltraitance et la délinquance. Vic- aider concrètement des enfants en difficulté et une times d’injustices et d’inégalités, ils en perpétuent et indignation face aux conditions qui leur sont faites. accentuent les effets à défaut de pouvoir réellement Sans aide, les enfants en situations de rue ont une agir sur les structures sociales. Il s’agit donc de qualité de vie et une espérance de vie très réduites. favoriser leur passage du statut de délinquants Ils sont exposés à toutes sortes d’abus physiques, contraints par une dynamique d’exclusion psychologiques et sociaux. En l’absence d’alternatives sociale au statut d’acteurs engagés dans une viables, ces mêmes enfants risquent de n’avoir comme dynamique d’intégration sociale. 10
  • 9. Enfants en situation de rue – I. Les enfants en situations de rue selon Tdh Par conséquent, l’aide de Tdh à ces enfants consiste à stratégie5. En effet, l’un ne va pas sans l’autre: l’aide diminuer leur détresse et renforcer leurs compéten- à la survie et le développement des compétences ces et chaque fois que cela est possible d’intervenir n’ont aucun sens s’il n’y a pas de changement dans auprès de leur famille et communautés, tout en agis- les causes productrices d’exclusion sociale, et il n’y a sant sur les causes structurelles – le gouvernement, évidemment pas de développement social sans indivi- les institutions, la culture – qui forcent des millions dus qui, au-delà de la survie, peuvent se développer d’enfants à travers le monde à survivre dans la rue. sur un plan personnel. Les activités s’inscrivant dans C’est la combinaison entre d’une part des actions notre cadre d’orientation stratégique sont mises en directes auprès et avec les enfants, leur famille et œuvre à des « vitesses » différentes: l’aide à la survie communauté pour l’aide à la survie et le développe- constitue une urgence humanitaire, le renforcement ment de leurs compétences, et d’autre part l’inter- des compétences se développe à moyen terme, et vention sur les structures sociales (gouvernementales, la prévention des abus associée à la promotion des institutionnelles, culturelles) à travers des actions droits est une œuvre de longue haleine (voir modèle de plaidoyer et de formation, dans une optique de d’action page 21). développement social, qui constitue la clé de notre 3) Contexte des interventions a) Les acteurs organismes étatiques: législatifs, exécutifs et judiciaires doivent être impliqués. Il faut toutefois relever que si La problématique des enfants en situations de rue dans certains contextes les organes gouvernementaux est d’une grande complexité et les situations vécues s’impliquent pour améliorer les conditions de vie des par les enfants très diverses, marquées par la vio- enfants en situations de rue, dans de nombreux cas lence. L’engagement et l’articulation de l’ensemble des et renforcé par une culture, la vision criminaliste, la acteurs du système de garantie de droits, institutions stigmatisation prévalent avec comme conséquences publiques, privées et associatives, se montre alors la maltraitance des enfants. comme indispensable pour contribuer à la création 4) Les organisations non-gouvernementales, d’un environnement de promotion sociale, de préven- associations locales impliquées dans le système tion et de protection (dans la rue et lors d’une (ré) de garantie des droits. intégration, dans la famille et la communauté). 5) Les médias en tant que formateurs d’opinion sont des acteurs incontournables pour contribuer Les enfants eux-mêmes sont des acteurs qui peu- à un changement de regard de la société sur la pro- vent modifier et co-construire la vie collective. Les blématique des enfants en situation de rue et sur les enfants en situation de rue ont généralement acquis enfants eux-mêmes. de multiples compétences, construites entre autres 6) Les patrons: Pour les enfants qui vont dans la rue dans la rue comme stratégie de survie. Renforcer le à la recherche de leur survie et/ou celle de leur famille protagonisme infanto-juvénile dans les projets ouvre les petits patrons sont susceptibles de répondre à la à une participation active de leur part dans les chan- demande de formation professionnelle et d’activités gements sociaux pour la garantie de leurs droits. génératrices de revenus. 7) Des organisations internationales, organisa- 1) Les enfants et les jeunes: Le développement tions « onusiennes », ONG’s internationales, services des compétences des enfants et jeunes doit permettre de coopération internationale et aide humanitaire, la formation de réseaux d’enfants et de jeunes qui sont également impliquées dans la lutte contre la s’impliquent dans des actions de défense et promotion situation de rue, chacune avec un ou des focus et de leurs droits. des axes spécifiques. 2) Les familles et communautés: Travailler pour 8) Les « exploiteurs » sont nombreux à tirer pro- l’empowerment familial et communautaire et pour fits de situations de rue des enfants. Exploitation du l’identification et la valorisation des ressources et travail infantile, exploitation sexuelle, trafiquants de des bases d’appui existantes, en renforçant les méca- drogues et d’armes, membres de gangues, groupes nismes existants. criminels, adultes de rue. Connaître leurs motivations 3) Les gouvernements locaux et nationaux: Pour et leurs modes d’actions est nécessaire pour tracer une protection intégrale, de nombreux services et des stratégies dans l’intérêt de l’enfant. 11
  • 10. Enfants en situation de rue – I. Les enfants en situations de rue selon Tdh b) Tdh apporte une expertise au pairs. Les relations avec l’UNICEF, l’UNESCO et l’OIT niveau local et international à travers des plateformes de discussions, de mise en place de réseaux sont un exemple. L’invitation, Terre des hommes a mis en place son premier projet en 2007, par l’Institut International des droits de visant à protéger les enfants en situations de rue en l’Enfant (IDE) à co-organiser avec le Service Social 1986 dans le Nordeste du Brésil. Depuis, préoccu- International un séminaire « Enfants en situations de pée par la grande vulnérabilité de ces enfants, Tdh rue. Prévention, intervention, respect des droits » a élargi ses actions à différents centres urbains de et à y partager son expérience en est un autre. Tdh concentration de cette problématique dans le monde, contribue également à des rapports parallèles pour en soutenant des partenaires locaux ou en mettant le Comité des Droits de l’Enfant de l’ONU avec la en place ses propres actions. participation d’enfants et de jeunes, dans le respect de leurs possibilités individuelles, qui rapportent leur Durant ces quelques 20 ans, Tdh a acquis un savoir faire vision sur l’application/violation de leurs droits. considérable dans le domaine, à travers des pratiques capitalisées dans des contextes très différents6 d’une A un niveau national et local, Tdh contribue au part, et s’appuyant sur des références théoriques développement des capacités locales et nationales à d’autre part. Tdh répond ainsi au défi de mettre en assurer un système de protection intégrale et joue relation le savoir académique et le savoir pratique un rôle catalyseur d’actions de plaidoyer en réseau visant l’amélioration de ses interventions. et de participation dans des espaces de défenses et promotion des droits et l’élaboration et présentation Tdh offre un soutien ou renforce des actions déjà de politiques publiques. existantes pour que l’enfant puisse vivre dans un environnement protecteur et met l’accent sur le La spécificité d’organisations opérationnelles comme développement de leurs compétences et celles de Terre des hommes est d’être en position bien sou- leur entourage (familles et communautés) considéré vent de pouvoir promouvoir et faciliter, à travers essentiel à la conquête de la mise en place d’un sys- des projets sur le terrain et des actions spécifiques, tème effectif de protection. des points de mise en œuvre de la Convention. Tdh peut se trouver en position de pouvoir faciliter le flux Son travail de plaidoyer7 combiné à une expérience d’information entre les acteurs de terrain (étatiques en profondeur et une analyse au niveau international et non) et le Comité des droits de l’enfant, les Corps a permis à Tdh de gagner la reconnaissance de ses des Nations Unies et la communauté des ONGs. Notes de la section I 1 Par violence publique, nous entendons que les enfants vivent diverses contraintes et une grave violation de leurs droits fondamentaux. 2 Voir la stratégie du secteur «Droits de l’Enfant», Terre des hommes, Bernard Boëton, Décembre 2000, p.2, point C. 3 Des interêts lies au maintien de l’ordre public minimisent souvent l’article 3 de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (L’intérêt supérieur de l’enfant) et les formalités relatives (procédure probatoire, détention séparée des adultes et des mineurs, etc.). 4 Voir le plan stratégique de la Fondation Terre des hommes 2005-2009, la mise à jour de mi-parcours 2007 définit la santé et la protection comme domaines prioritaires. 5 Voir le cadre d’orientation stratégique et les axes A et B. 6 Tels que le Brésil, le Bangladesh l’Afghanistan, le Pakistan, le Vietnam, le Burundi, Madagascar. 7 Pour obtenir des exemples de plaidoyers en pratique, veuillez consulter: section III, point 1-c, Plan de travail: Plaidoyer. 12
  • 11. © Tdh / Odile Meylan
  • 12. II Intervention de Tdh
  • 13. Enfants en situation de rue – II. Intervention de Tdh 1) Les principes directeurs de Tdh Le plan stratégique de Tdh présente la vision et les • Considérer l’enfant en tant qu’acteur. Tdh principes de la Fondation. Par principe directeurs, nous adopte une approche multi-sectorielle et place l’enfant entendons les principes qui guident les interventions au centre de l’analyse du problème et des réponses de Tdh, globalement sous le domaine « protection », qui y sont apportées. Cette approche « centrée sur et particulièrement pour le travail avec les enfants l’enfant » a comme pré-requis: en situation de rue. - Le droit de participation. Chaque enfant déve- • Charte de Terre des hommes. La Fondation vise loppe ses propres représentations sur sa situation à réhabiliter la vie d’un enfant en accord avec ses droits. et son contexte. Pour une intervention efficace, les Tdh réalise cet objectif en: (a) apportant une aide directe enfants doivent être écoutés, stimulés à exprimer aux enfants et familles souffrant des pires formes de leur opinion et à participer au processus de prise détresse et (b) en servant d’ambassadeur auprès des de décision dans toutes les affaires les concernant structures gouvernementales locales et nationales, (art.12 de la CRC) que ce soit à un niveau personnel et d’organismes internationaux. Soit: apporter une ou social. assistance de survie et développer les compétences des enfants, d’une part et influencer des changements - Un soutien psychosocial de l’enfant prenant dans les structures sociales d’autre part. en compte et développant sa capacité de résilience. Chaque enfant possède des ressources • Approche basée sur les droits des enfants et personnelles et sociales qu’il emploie à différents les besoins. Tdh adopte une approche basée sur les moments de sa vie, c’est ce qui lui permet de créer droits humains/droits des enfants pour combattre des stratégies de survie dans la rue par exemple. Les l’exclusion, les violences psychologiques, physiques et interventions qui sont mises en œuvre se focalisent sociales. Une approche basée sur les droits humains/ sur la reconnaissance, la valorisation et le dévelop- droits des enfants décrit une situation non seulement pement des ressources internes (personnelles et en termes de besoins humains mais en termes de sociales) et externes (du contexte). responsabilité sociale/gouvernementale pour l’appli- cation des droits de l’individu. Il ne s’agit donc pas de • Intégrer la famille dans les activités du projet charité ou d’assistancialisme, mais d’empowerment chaque fois que cela est possible. Le bien-être et de protagonisme. Les droits fondamentaux des psychosocial de la famille, famille élargie a un impact enfants en situation de rue sont violés et des mesures direct sur celui des enfants. La famille est l’espace doivent être prises pour les combattre. privilégié de protection et de socialisation de l’enfant. Afin de renforcer les liens familiaux et garantir un • L’intérêt supérieur de l’enfant 8 oriente toutes développement positif de l’enfant, la famille a besoin les actions, dès l’analyse de situation des enfants dans d’être reconnue dans ses compétences et un appui la rue, aux choix d’alternatives après leur sortie de adapté doit lui être porté dans les moments de fra- la rue afin de faire prévaloir le bien être des enfants. gilités. Son implication dans les interventions avec les Ce principe implique tous les aspects de la vie d’un enfants contribue à la qualité des relations enfants enfant et doit respecter les visions des enfants – parents (adulte responsable). eux-mêmes. • Renforcer les bases d’appui communautaires • Utilisation d’une approche systémique. Le existantes. Pour faire face à leurs réalités d’exclusion développement de l’enfant est considéré comme un sociale, les communautés développent des mécanismes phénomène complexe ancré dans les interactions de protection et des bases d’appui communautaire. Les constantes entre des éléments liés à la personne, la interventions basées sur les communautés, que ce soit famille, la communauté et la société. Tous ces élé- pour contribuer à la prévention de la violence contre ments sont en relation, s’influençant réciproquement les enfants, à rétablir le bien-être des familles et/ou à et en constants changements. L’intervention promeut renforcer les liens familiaux lors d’une réintégration et contribue à créer un environnement dans lequel familiale doivent consulter et impliquer les populations les personnes sont responsabilisées et peuvent agir concernées, identifier les ressources communautai- sur le système et le contexte qui les entoure. La res et les renforcer. C’est un droit indéniable et une personne est acteur. preuve de respect envers elles. 16
  • 14. Enfants en situation de rue – II. Intervention de Tdh • Engager le gouvernement à prendre ses res- des projets, renforcer le travail de plaidoyer et les ponsabilités. La protection représente la plus grande compétences professionnelles. Les actions prévues responsabilité d’un État envers ses citoyens. Tdh en sont basées sur le principe de complémentarité et partenariat avec des acteurs locaux et nationaux a de subsidiarité9. comme rôle principal de soutenir/d’engager le gou- vernement à prendre ses responsabilités dans les • Faciliter l’accès aux services. A travers le contact sphères exécutives, législatives et judiciaires, à travers direct avec les enfants et la notification de problé- le dialogue, la formation, le plaidoyer et la pression matiques, Tdh est en position de faciliter l’accès aux si cela s’avère nécessaire. Ce n’est que lorsqu’il ne services de base existants tel que la santé, l’éduca- peut pas prendre en charge cette responsabilité que tion, la reconnaissance légale et le logement (ou les les ONGs doivent intervenir et complémenter les propriétés foncière). activités existantes. • Considérer le genre. L’utilisation d’une approche • Faciliter le dialogue entre acteurs clés. Tdh basée sur le genre doit favoriser une participation travaille à la construction de réseaux pluridiscipli- effective et équitable des femmes, hommes, filles et naires avec d’autres acteurs gouvernementaux, non garçons, et permettre une égalité d’accès aux oppor- gouvernementaux, organismes internationaux, dans tunités et aux ressources. La prise en compte du le but de rendre accessible ou créer si nécessaire genre dans les projets est une condition d’efficacité des alternatives pour les enfants et leurs familles, des actions et de changements appropriés. augmenter l’efficacité, la réplicabilité et la couverture 2) Le cadre d’orientation pour les projets ESR10 Le modèle ci-dessous, servant de cadre d’orientation, un niveau affecte l’équilibre du tout. Ici le système est est un modèle systémique. L’approche systémique le système d’intervention (axes A et B), incluant ses permet de considérer les influences réciproques entre effets (C) qui influencent en retour le système. les éléments formant un système: tout changement à Société11 / Communauté Enfant / Famille Axe C Axe A Prévention des abus Survie & Renforcement & Promotion des droits des compétences Projet Axe B Réseaux & Développement organisationnel et humain 17
  • 15. Enfants en situation de rue – II. Intervention de Tdh Dans le cadre d’orientation, les flèches pleines symbo- l’épanouissement des capacités individuelles. Car dans lisent les interactions concrètes, alors que les flèches ce cas c’est toujours le projet / réseau qui répond à brisées montrent l’influence possible d’un des acteurs des besoins ou à des ambitions. Il s’agit au contraire sur l’interaction entre les deux autres. En tant qu’ac- de voir que, c’est à travers le renforcement de leurs teur du système d’intervention, le projet / réseau peut compétences que les usagers peuvent aussi devenir seulement définir ce qu’il veut faire, et comment il des agents de promotion des droits et de défense des veut le faire, à l’intérieur des relations dans lesquelles abus, devenant dès lors « acteurs » du projet / réseau, il est directement impliqué: avec (A) l’enfant / la famille et non plus uniquement « bénéficiaires ». d’une part, et avec (B) les différents acteurs de la société / communauté d’autre part. Le projet / réseau Notre perspective commence par conséquent par le n’a pas la capacité ni l’autorité de dicter comment fait de faire très attention aux besoins et aux capa- l’intégration sociale (C) doit se faire dans les activités cités des enfants (profils) qui exigent des espaces quotidiennes concrètes. Il peut seulement influencer appropriés où ils peuvent être satisfaits. Pour cela, cette relation dans la direction d’un ajustement réci- des instruments d’appréhension de la réalité qui proque (développement des capacités) à travers les impliquent directement l’enfant sont nécessaires, ainsi activités (A) et (B): renforcer les enfants / familles et que l’élaboration de stratégies individuelles avec les prévenir, à travers la promotion des droits, d’autres enfants. C’est cette participation de l’enfant dans le abus au sein de la société. choix des actions et espaces appropriés qui vont assurer le développement de leurs compétences et L’approche systémique permet de voir que les choses leur rôle d’acteur social. Par conséquent, écouter ne doivent pas simplement se faire parallèlement, mais les enfants en situations de rue vient en premier. On qu’en fait une chose peut aussi, en tout cas en partie, peut ensuite construire une typologie des profils des se faire à travers une autre: il ne s’agit pas simple- enfants. Cette approche partant du terrain, allant ment de renforcer les compétences individuelles et des personnes aux structures, est résumée dans le en même temps de créer des conditions culturelles schéma suivant: et structurelles (société / communauté) favorables à Personnes Options Structures Evaluation des besoins et des Choix en fonction des profils et Utilisation et mise en réseau compétences, et identification combinaison des options de sur- d’espaces appropriés pour les des profils-type (avec la parti- vie et renforcement des compé- activités nécessaires cipation de la personne) tences, avec les options de pro- motion et de prévention, dans (ou création de tels espaces s’ils (Voir annexe I : exemples de le but de satisfaire les besoins sont manquants) profils-type) des enfants et développer leurs compétences Selon cette approche, le développement social est Cela donne aussi davantage de chances pour adap- un processus dans lequel les capacités existantes et ter les structures dans un sens constructif. C’est désirées des personnes contribuent à adapter les pourquoi dans notre stratégie, toutes les options de structures sociales. Ce processus de changement renforcement des compétences peuvent se concré- social repose sur le principe de la CDE concernant le tiser dans différents endroits: la rue, la famille, un droit de l’enfant à l’expression. Partir des personnes drop-in, un foyer. Les options de promotion et de et des activités, et pas en premier lieu des structu- prévention ajoutent deux autres niveaux, qui sont res, c’est donner davantage de poids aux expressions des « endroits virtuels »: les réseaux locaux, et les des enfants, et moins aux intérêts institutionnels. réseaux internationaux. 18
  • 16. Enfants en situation de rue – II. Intervention de Tdh 3) La finalité et groupes cibles des projets ESR a) La finalité Cette transformation rejoint la notion de « empower- ment », au sens du transfert du pouvoir d’une équipe Les projets « Enfants en situations de rue » développés d’intervenant vers les usagers. Le « empowerment » ou soutenus par la Fondation Terre des hommes ont (que nous traduisons par « renforcement des com- comme finalité: Les ressources individuelles et pétences ») est pour nous le processus par lequel la sociales sont développées afin d’augmenter les « compétence » générale d’une personne peut s’ap- capacités de choix des ESR et de leur famille, puyer sur des processus sociaux afin de construire par ailleurs des alternatives concrètes à la de nouvelles relations sociales. Cela arrive lorsque la situation de rue sont créées dans la société participation, la compétence personnelle, l’estime de assurant l’intégration sociale des ESR et de soi et la conscience sont stimulées. Nous préférons leur famille. cependant parler de « développement des capacités de choix », terme plus concret et actuellement mieux L’intégration sociale est le résultat d’un ajustement compris que « développement des capacités » ou que interactif entre l’individu et la société. La société/ « empowerment ». Formulé de manière simple, sans gouvernement a des droits à assurer aux individus slogan, notre objectif contient l’idée essentielle: les et ces derniers ont des devoirs envers la société. capacités de choix résultent à la fois du renforce- Ainsi, l’intégration sociale des enfants en situation ment des compétences personnelles (axe A) et des de rue résulte de l’existence d’alternatives réelles à opportunités sociales (axe B). la situation de rue, de l’empowerment des acteurs et de la mise en œuvre de politiques qui leur permettent b) Groupes cibles d’exercer pleinement leurs droits. L’on retrouve cette logique dans le modèle du cadre d’orientation où le Tdh intervient notamment auprès de tout enfant en projet ou réseau: d’un côté (axe A) développe les situation de rue qui vit et/ou mène des activités compétences des enfants et de leur famille, visant dans la rue dommageables à son développe- l’appréhension de leur réalité et une pro activité dans ment (voir ci-après). C’est-à-dire contraires à le processus de transformation de cette dernière et l’intérêt supérieur de l’enfant. Toute évaluation de d’un autre côté (axe B) la prévention et la promotion l’intérêt supérieur de l’enfant doit clairement aller à des droits humains, ces deux axes s’influençant et se l’encontre de l’exercice de ses droits et être compris renforçant mutuellement. à partir de l’image que l’enfant a de lui-même et de sa situation. Il faut bien sûr tenir compte du fait que Cette finalité est réalisée à travers des activités pra- les adultes ont rôles et peuvent influencer une prise tiques qui se renforcent mutuellement (axes A et B). de décision. Dans la pratique, cela nous amène à Pour que les capacités de choix des individus soient développer des actions à partir de l’écoute active de plus grandes, il est en effet nécessaire de travailler l’enfant, en tenant compte de ses opinions dans toutes simultanément au niveau individuel et au niveau collec- les décisions qui ont trait à sa vie. L’intérêt supérieur tif. Le Prof. Indien Amartya Sen (Prix Nobel d’écono- de l’enfant doit être considéré dans tout le cycle de mie) considère que les êtres humains ne sont pas juste projet et par tous les acteurs/partenaires impliqués mus par des intérêts personnels et il met l’accent sur dans un projet Terre des hommes. Lors de l’analyse leur capacité à réagir quand ils se trouvent en face de de situation déjà, l’écoute des enfants, de leur famille la situation difficile de quelqu’un d’autre, de s’unir pour et des différents acteurs actifs dans le domaine de lutter contre la discrimination, la torture, la misère l’enfance contribuera dans le choix des groupes cible et la pauvreté12 . Le développement ne peut pas être lors de l’implantation du projet. réduit à l’accès aux seules ressources matérielles. Il recommande de considérer les choix que les gens peuvent faire: il s’agit de porter l’attention non sur la richesse matérielle mais sur les vies réelles que les gens peuvent choisir13. En une phrase: on devrait toujours considérer la capacité de l’organisation sociale à améliorer les capacités humaines14. 19
  • 17. Enfants en situation de rue – II. Intervention de Tdh Enfants à risque Enfants qui Enfants qui ont une activité dorment dommageable à leur dans la rue développement dans la rue Ce qui caractérise un projet ESR est le fait que les famille d’accueil) et du milieu dans lequel vit l’enfant enfants sont identifiés à partir de la rue. Le public cible (communauté, quartier) pour sa protection et son est en priorité les enfants qui vivent dans la rue mais développement psychosocial, un projet ESR impliquera également les enfants qui ont une activité dans la rue ces acteurs et contribuera à leur empowerment. dommageable15 à leur développement. Les enfants à risque de se rendre dans la rue sont considéré D’autres organisations peuvent être constitutives au sein du groupe cible en terme de prévention et du groupe cible dans des actions de formations et bénéficieront des interventions de la Fondation visant développement des compétences institutionnelles la protection des enfants. Considérant l’importance (voir section I, point 3a - Les acteurs). du rôle familial (famille biologique, famille élargie ou 4) Axes stratégiques Tdh développe des stratégies de protection des enfants a) Axe A: Survie et renforcement des qui visent à autonomiser les personnes et communau- compétences tés qui sont ou pourraient être affectées. L’accent de ces stratégies est de favoriser l’organisation autonome, L’articulation des actions de capacités de choix d’encourager la participation pour trouver des solu- (empowerment) se fait en fonction des besoins et tions, d’améliorer les conditions de vie et de travail, capacités des enfants et de leurs familles (abordage de de renforcer les droits et d’accroître les possibilités rue, sortie de l’exploitation dont l’enfant est victime, des personnes concernées à exercer un contrôle renforcement et développement des compétences sur leur vie16. Les stratégies contemplent également individuelles et sociales, choix et mise en place de le renforcement des capacités des acteurs qui inter- stratégies individuelles avec l’acteur) et visent la viennent sur la problématique et dans le domaine de réintégration familiale et/ou sociale. La réintégra- l’enfance afin de développer leurs compétences et tion est atteinte lorsque les liens sont rétablis et augmenter les opportunités pour les groupes cible, permettent à l’enfant de développer un sentiment en particulier pour les enfants. Les axes prioritaires d’appartenance. sont basés sur le modèle servant de cadre d’orienta- tion pour les projets ESR. Les relations entre l’enfant et sa famille, le programme et la société forment un ensemble systémique: 20
  • 18. Enfants en situation de rue – II. Intervention de Tdh b) Axe B: Réseaux17 et développement individuel, réplication – et contribue au renforcement organisationnel et humain des capacités locales et nationales, générant et trans- férant son savoir-faire institutionnel. Le travail en réseau se fait dans tous les axes d’in- terventions des projets – actions directes, de plai- c) Axe C: Prévention et promotion des doyer ou encore de formations – avec les acteurs en droits présence (locaux, nationaux et internationaux) afin de proportionner une attention intégrale de qualité La prévention et la promotion des droits sont des aux enfants en situations de rue et leur offrir des préoccupations majeures de Terre des hommes. La opportunités réelles comme alternatives à la rue. prévention à la situation de rue passe par le déve- En effet, la complexité et diversité des situations loppement des capacités des familles et des com- de violations de leurs droits et des violences physi- munautés afin de renforcer un environnement de ques, psychologiques, sociales vécues par les enfants protection pour les enfants. Des actions systémati- rendent difficiles les réponses demandées par une ques de plaidoyer18, développées en réseau sur une seule organisation. base de droit visent la promotion et mise en place de politiques sociales par les gouvernements locaux, Afin d’assurer la cohérence et la qualité de ses actions, régionaux et nationaux et un changement d’attitudes Terre des hommes adopte une approche formative de la société, telles que discrimination, criminalisation, basée sur l’apprentissage par l’expérience dans un « normalisation » d’injustices. processus continu – formations en groupe, coaching 5) Modèle d’action Tdh travaille à la défense et promotion des droits Suivant le principe de subsidiarité et de complémen- des enfants et chaque fois que cela est possible, vise tarité aux actions d’institutions / structures existantes une intégration négociée de ses activités au sein des gouvernementales et non gouvernementales plutôt politiques gouvernementales régionales/nationales que de prendre leur place, Terre des hommes à sur la protection. Lorsque celles-ci sont insuffisan- développé le modèle d’action suivant (voir schéma tes, tente de les développer à travers des actions de page suivante). plaidoyer et parallèlement contribue au renforcement des systèmes de protection des enfants dans et par les communautés elles mêmes. Terre des hommes vise la viabilité et pérennité de ses actions et pour ce faire investit dans le développement des capacités de tous les acteurs dont font partie les ESR, leur famille et communautés. 21
  • 19. Enfants en situation de rue – II. Intervention de Tdh Analyse de situation 3 axes stratégiques et activités Axe A Axe B Axe C Survie et renforcement Réseaux & Développement Prévention des abus des compétences des organisationnel et humain et promotion des droits enfants et familles 1. Articulation en réseaux 1. Accès aux services et 1. Abordage et travail dans 2. Formation des équipes création d’opportunités Temps la rue 2. Plaidoyer / Sensibilisation 2. Reconnaissance légale 3. Suivi individuel / conseil 4. Liens familiaux et communautaires 5. Education et réintégration scolaire 6. Formation et intégration professionnelle 7. Associations d’enfants et jeunes Finalité Les ressources individuelles et sociales sont développées afin d’augmenter les capacités de choix des ESR et de leur famille, par ailleurs des alternatives concrètes à la situation de rue sont créées dans la société assurant l’intégration sociale des ESR et de leur famille. 22
  • 20. Enfants en situation de rue – II. Intervention de Tdh Notes de la section II 8 Intérêt Supérieur de l’Enfant, selon article 3 de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. 9 A partir d’une analyse de situation et selon les acteurs présents, Tdh va développer des actions nécessaires et inexistantes ou soutenir en partenariat des actions pour prévenir et lutter contre la situation de rue. 10 Ce modèle a été repris par la politique de lutte contre la traite des enfants et par la politique de protection dans des contextes d’urgence. 11 Gouvernements, institutions civiles, culture. 12 Amartya Sen, « La liberté individuelle: une responsabilité sociale », dans: L’économie est une science morale, Paris: La Découverte, 1999, pp. 74-75. 13 Ibid., pp. 63-64. 14 Ibid., pp. 64-65. 15 Activités contraires à l’intérêt supérieur de l’enfant (Art.3, Convention Internationale des Droits de l’Enfant): voir ci-dessus « Principes directeurs Tdh ». 16 Tiré de « Lutte contre la traite des enfants - Stratégie sectorielle Tdh» . 17 Définition selon Tdh dans la GCP: Tissu d’acteurs (individus ou groupes) en interaction entre eux. Ces acteurs peuvent être liés par des règles ou objectifs communs. Ou alors, ce qui les réunit est l’appartenance à un même contexte. Pour définir un réseau donné, on peut aussi partir d’un individu et identifier les relations qui le lient à d’autres individus ou groupes. Il existe des réseaux formels et non formels, ces derniers étant extrêmement flexibles et toujours en mutation. 18 Pour Tdh, le plaidoyer est un ensemble d’actions planifiées, destinées à influencer un groupe cible en faveur d’un changement positif dans l’environnement de l’enfant. 23
  • 21. © Tdh / Didier Martenet / L’Illustré
  • 22. III Tdh en pratique
  • 23. Enfants en situation de rue – III. Tdh en pratique 1) Mise en pratique des axes stratégiques Les projets ESR à Terre des hommes viennent en n’est pas seulement un droit fondamental de l’enfant, appui aux capacités locales et nationales. Les actions c’est aussi essentiel pour le développement social, se basent à la fois sur les valeurs de l’organisation et car le jeu est le meilleur et le plus direct des moyens les implications du cadre d’orientation et sont en lien pour comprendre des règles. La compréhension avec les valeurs générales et les normes contenues des règles du jeu permet la prise de conscience des dans la CDE, la Charte de Tdh et la Politique Tdh de règles du jeu social. Prévention aux abus (Politique de Protection de l’Enfant • Encourager les enfants à exprimer leurs perceptions chez Tdh) 19. Une (ré)intégration sociale positive et et à défendre leurs droits. Augmenter la conscience durable et la prévention à la situation de rue requiert publique à propos de la perception que les enfants une intervention ample, auprès de la famille, et/ou de ont des autres acteurs, comme la police, les réseaux la communauté pour travailler les différentes relations, criminels organisés, etc., et concernant les repré- rétablir les liens et le sentiment d’appartenance d’une sentations qu’ils se font de la justice/injustice et des part et de la société (gouvernements et société civile) droits de l’enfant. pour adapter/créer des politiques publiques pour • Renforcer la compétence des enfants à transformer les ESR et prévenir/protéger l’enfant contre toute les conflits individuels en des actions collectives posi- violation des droits d’autre part. La problématique tives, à travers le développement de compétences des ESR est une question de qualité des relations symboliques (langage, capacités de négociation), existantes entre ces enfants et les gens et institutions pour un meilleur accès à des services sociaux de qui les entourent. base et/ou à l’autonomie. • Développer une approche genre dans les diverses L’articulation de diverses activités développées en fonc- actions du projet afin de promouvoir le développe- tion des besoins et capacités de l’enfant est nécessaire ment social de la femme. L’inégalité des opportunités pour développer ses compétences et rendre possible pour les femmes est une composante importante sa (ré) intégration familiale, scolaire, communautaire de toute la problématique. et/ou sociale et cela indépendamment de l’espace physique où elles sont développées. Certains principes a) Axe A: Survie et renforcement des définissent et orientent ces activités: compétences enfants et familles • Identifier et valoriser les compétences individuelles Abordage et sociales des acteurs (acquises dans et hors de la rue), développer les capacités humaines et l’auto- Le travail dans la rue commence par l’identification nomie en tant que base forte pour de meilleures des enfants en situations de rue et l’observation de conditions de vie, la promotion des droits de l’enfant leur dynamique en se rendant là où ils se trouvent. et de la société civile. Contribuer à la perception Il s’agit de tisser des liens avec l’enfant, d’appréhen- par l’acteur qu’il est capable. der la vision qu’il a sur sa réalité et favoriser que • Les ressources humaines et matérielles du projet ce dernier initie un processus de sortie active de la incluent les compétences des enfants eux-mêmes, rue. C’est-à-dire qu’il décide de quitter la rue parce de la famille et des communautés. qu’il a pris conscience de sa réalité et qu’il veut la • L’enfant est libre de participer à des activités du modifier; mais cela ne peut se faire que s’il voit des projet, il doit toutefois être constamment stimulé alternatives concrètes et acceptables par lui hors de dans son processus de choix. la rue (plaidoyer). Il ne s’agit généralement pas d’une • Impliquer directement les acteurs dans l’élabora- décision « définitive », mais bien plutôt d’un processus tion des stratégies d’appui et dans les processus de sortie avec des allées et venues dans différents de suivi. espaces. Ce processus peut signifier de douloureuses • Créer des espaces d’écoute et d’expression. Promou- ruptures de comportement (normes et valeurs), de voir et optimiser la participation active des enfants relations avec le groupe d’appartenance, de bases dans toutes les sphères du projet, favoriser leur d’appui dans la rue et un retour vers un monde qui contribution aux prises de décisions. a marginalisé, discriminé, stigmatisé, exclu. Pour faire • Avoir une attitude ludique dans l’interaction avec le pas, il faut que l’enfant se sente capable: capable les enfants; une attitude ludique doit habiter toute de faire, d’avoir, d’être. activité de renforcement des capacités. Pouvoir jouer 26
  • 24. Enfants en situation de rue – III. Tdh en pratique Dans certains cas la sortie de rue de l’enfant n’est Liens familiaux et communautaires pas envisageable par lui, le degré d’appartenance à une gangue, la dépendance à des substances psycho Cela concerne toute activité conduisant à l’attache- actives, des liens avec la criminalité, un vécu trop ment mutuel et sécurisant de l’enfant avec d’autres douloureux ont éliminé toute vision de vie hors de personnes adultes: le droit à la vie en famille la rue. Suivre cet enfant, partager ce qui est encore et communautaire. partageable, au-delà de toute attente mais dans la possibilité, toujours, d’un moment clé. La situation de rue est souvent liée à une histoire de violence, d’abus ou d’abandon intrafamilial ou communautaire. Rompre avec une vision punitive et Outils correspondants: proposer un appui en partenariat avec la famille est • Activités sportives et jeux dynamiques prisés par un défi qui tient compte du fait que les situations de l’enfant (verbale, artistique, théâtrale etc.). grande vulnérabilité de ces dernières se constituent • Activités qui proportionnent l’expression de comme une menace pour le bien être des enfants. Il l’enfant. s’agit d’investir dans la famille à travers la valorisation • Appui juridique si nécessaire. et le renforcement de ses compétences, travailler • Outil Oc togone E nfant s Situat ion Rue, avec elle en l’impliquant dans la réorganisation de Tdh, 2005. ses relations internes et externes, rechercher avec • Manuel 20 jeux à but psychosocial, Tdh, 2007. elle des solutions et des ressources disponibles dans des réseaux familiaux, communautaires et sociaux, auprès du pouvoir public, pour la conquête de son Suivi individuel / conseil autonomie et la construction d’un espace de protec- tion et d’attachement pour leurs enfants. Durant toutes les phases de l’abordage à la réinté- gration, il est offert à l’enfant un support qui l’aide à Chaque fois que cela est possible et en accord avec surmonter les nombreux défis auxquels il va devoir l’enfant, les liens doivent être favorisés en priorité faire face et un suivi individuel qui l’implique direc- avec la famille (monoparentale, nucléaire, élargie, d’ac- tement et lui permette de réfléchir sur lui-même, cueil). En effet, c’est à travers les liens affectifs d’une sur son projet de vie et l’aide à prendre ses propres famille que l’enfant peut se développer physiquement, décisions. Les stratégies individuelles sont construites psychologiquement et émotionnellement. avec l’enfant et négociées. Elles tiennent compte du contexte dans lequel évolue l’enfant, ainsi que des L’intervention pour une réintégration familiale durable contraintes (familiales, sociales, culturelles) auxquelles requiert un travail de médiation du projet avec et il est soumis. L’identification et la valorisation des entre l’enfant, la famille et la communauté ainsi qu’une compétences de l’enfant et le respect de son vécu et responsabilisation de toutes les parties et appui de de ses choix augmentent la possibilité d’une réussite la communauté (i.e. leaders, personnes influentes, de socialisation. religieux, voisins, associations, etc.). Une écoute attentive est indispensable à ce travail Si nécessaire légalement, une validation de la réin- de guidance et dans certains cas, une orientation sertion par les services de protection de l’enfance psychologique et nécessaire. et les autorités locales doit être faite. Toutefois, la réintégration familiale n’est pas toujours Outils correspondants: possible, le principe d’intérêt supérieur de l’enfant • Protection des enfants, Manuel d’intervention en devant toujours prévaloir. Dans ce cas d’autres solu- sit de crise humanitaire, Tdh, 2007. tions doivent être considérées avec l’enfant selon son • Protection des enfant, Manuel de formation Psycho- âge, son développement et son contexte: social (Boite à Outil), Tdh, 2008 (pp. 49-59). - Qui compte pour moi. • Foyer d’accueil temporaire. - Mon dossier personnel. • Appartement protégé. - Mon plan de vie. • Appui communautaire. • Le « Jeu Pédagogique » collecte d’informations • Réintégration professionnelle. et le suivi de l’enfant, Brésil, 2008. 27
  • 25. Enfants en situation de rue – III. Tdh en pratique entrer dans un système très différent des expérien- Outils correspondants: ces vécues et de son rythme de vie dans la rue. Une • Visites à domicile. phase transitoire est presque toujours nécessaire • Réunions/activités avec les familles pour ren- suivant le profil de l’enfant. forcer et développer leurs compétences. • Participation des familles à des activités du projet. • Médiation des relations entre l’enfant et la famille Outils correspondants: (utilisation possible du génogramme). • Activités psychosociales, jeux, sports, activi- • Implication des familles dans la recherche de solu- tés artistiques, lecture et création d’histoires/ tion de logement et/ou d’emploi si nécessaire. contes, discussions dirigées, espaces d’activités • Réunions d’articulation avec des partenaires libres, etc. de réseaux. • Activités de promotion (spectacles, festivals • Identification des bases d’appui et renforce- traditionnels) des enfants au sein de l’école, pour ment des liens communautaires en s’appuyant mettre en évidence leurs compétences. sur des leaders communautaires formels ou • Participation évolutive qui tient compte du déve- informels. loppement de l’enfant et du contexte culturel • Thérapie communautaire. (Echelle de Hart). • Associations d’enfants et d’adolescents autour d’un but commun. Education et (ré)intégration scolaire • Sensibilisation des familles pour qu’elles recon- naissent la nécessité de fréquenter l’école et L’accent est mis sur deux classes de processus: l’action participent à la vie scolaire de leur enfant. éducative en tant que formation humaine et sa prépa- • Stimulation de la création d’espaces scolaires ration à intégrer un système scolaire public et/ou un communautaires (non-formels) à défaut d’avoir système qui lui est complémentaire. Ces deux classes des professeurs et des écoles publiques. se chevauchent et se renforcent mutuellement. • Réunion avec les autorités des écoles pour sensibiliser sur le droit de tous les enfants à C’est la formation humaine20, fondamentale dans tout aller à l’école. Des échanges ainsi qu’une coo- processus éducatif, qui permet à l’enfant d’acquérir la pération avec les directeurs d’écoles pour capacité de réfléchir sur le monde dans lequel il vit favoriser l’intégration des ESR au sein de leurs (acquisition de l’autonomie) de manière à contribuer établissements. à sa transformation de manière responsable. Cela • Formation et création de groupes de travail du doit se faire dans l’acceptation de l’enfant comme un personnel éducatif pour sensibiliser et dévelop- être légitime et non pas comme un passage à la vie per leurs compétences à un travail d’enseigne- adulte. Dans une vision d’un être capable: capable ment avec les enfants qui sont ou ont été en de réfléchir sur ses actions, de voir et corriger des situation de rue. erreurs, de coopérer, de développer l’auto-respect et • Un appui administratif, légal et financier est le respect pour l’autre. Le processus éducatif s’initie parfois nécessaire pour la réussite d’une réin- par l’acceptation de l’enfant dans sa totalité (empathie) tégration scolaire: obtention des documents avec un travail de guidance pour des changements officiels lorsque exigé par les directeurs sco- d’attitudes. Ce que l’enfant est et sait doit être iden- laires, octroi de matériel éducatif et finances tifié, valorisé (regard sur les compétences) et utilisé pour les coûts cachés liés à l’école (transports, comme point de départ sur lequel sera construit le argent repas…) processus de développement. Un environnement • Manuel 20 jeux à but psychosocial, Tdh, 2007 éducatif doit être positif, ouvert et encourageant. • Inter-Agency Network for Education in Les questions du genre seront prises en compte dans Emergencies (INEE). toute activité. • Handbook for Teachers, J.Annan, L.Castelli, A.Devreux, E.Locatelli. La (ré) intégration scolaire est un pas nécessaire pour un changement à long terme dans la vie de l’enfant et l’accès à de nouvelles opportunités. Pour faire ce pas, l’enfant doit être préparé (et conscient) à 28
  • 26. Enfants en situation de rue – III. Tdh en pratique Formation et intégration professionnelle • Formation professionnelle: La formation professionnelle concerne l’augmenta- - Les formations à long terme doivent être tion des capacités spécifiques au monde du travail priorisées avec alternance entre le développe- et connaissances du métier choisi par l’enfant, en ment des capacités techniques et compétences fonction des possibilités d’intégration dans le marché personnelles et sociales nécessaires au monde de l’emploi formel ou des activités informelles de du travail. Coaching sur le lieu de travail. génération de revenus, à condition qu’elles se fassent • Post formation: dans le respect des droits de l’enfant. La formation - Appui au placement ou aide à la formation est encouragée pour les enfants qui ont atteint l’âge d’une petite entreprise. légal, selon les lois du pays ou les recommandations - Référence à des agences de microcrédit, de l’OIT, soit dans des plans de formation officiels provision de boîtes à outils. ou dans des plans de formation alternatifs. - Mise en place d’un système de suivi durant au moins 6 mois. La formation professionnelle doit se faire après la réin- tégration familiale et communautaire quand cela est possible, dans un cadre/environnement protecteur. Les Association d’enfants et jeunes enfants exposés à la rue ne peuvent pas se concentrer sur des formations professionnelles, la première étape L’Association d’enfants et de jeunes autour d’un but est de combler les besoins de première nécessité (cf. commun et d’une action collective amène les enfants Pyramide de Maslow) et de permettre à l’enfant de à acquérir le potentiel de faire et de négocier des réfléchir sur lui-même et sur son projet de vie, donc changements dans leurs propres vies et dans leur être capable de se projeter dans le futur. environnement social. Une formation et postérieure intégration profession- Les enfants en situations de rue ont souvent acquis nelle demande le développement de capacités diffé- cette capacité de s’associer déjà dans la rue pour rentes des dynamiques vécues par les enfants dans la assurer leur survie. C’est à travers un processus édu- rue, une orientation individuelle et des opportunités catif et la valorisation des leurs compétences que la d’apprendre à faire face aux multiples défis à surmonter participation des enfants et des jeunes peut s’articuler doivent être offertes. Durant tout le processus de autour d’un projet responsable. formation et d’intégration professionnelle, l’écoute de l’enfant est indispensable; le respect de ses choix La participation qui mène à l’association des enfants et augmente la possibilité d’une réussite durable. des jeunes est un processus d’apprentissage graduel. Suivant le contexte culturel, il est plus ou moins dif- L’exercice d’un métier doit permettre à l’enfant et au ficile à l’adulte de créer les espaces nécessaire à une jeune d’atteindre son autonomie et vivre dans des réelle participation de l’enfant, de l’impliquer dans les conditions qui lui permettent réellement de rompre prises de décisions et l’adoption de stratégies qui le avec la situation de rue ou d’exploitation dans la rue. concernent. Toutefois, la mobilisation des jeunes à Dans cette perspective, une étude des besoins de la participer joue différents rôles, tel que: construire société doit être faite avant le lancement d’un projet un sentiment d’appartenance au groupe (ce qui est qui a comme approche l’autonomisation économique une nécessité caractéristique de l’ESR), construire de l’enfant. le sentiment de capacités, amener les enfants et les jeunes à développer des actions de plaidoyer. Outils correspondants: A travers la participation, le bien-être psychosocial • Pré-professionnel: et le développement de la résilience des enfants - Soutien pour que l’enfant soit dans un cadre augmente. protecteur (famille, logement en groupe, loge- ment chez l’employé. - Education de base. Outils correspondants: - Soutien pour l’obtention de papiers officiels • Voir les outils de « Education et (ré)intégration afin de pouvoir signer un contrat de travail. scolaire ». 29
  • 27. Enfants en situation de rue – III. Tdh en pratique b) Axe B: Développement atteindre les objectifs fixés collectivement, pour organisationnel et humain qualifier l’intervention individuelle et collective, optimiser les ressources et renforcer auprès des Articulation en réseaux21 membres l’identité au réseau. • Un réseau se doit de montrer à la société ce qu’il L’efficacité de l’ensemble des actions de lutte contre fait afin d’acquérir de la crédibilité et devenir réfé- la situation de rue dépend des synergies qui se créent rence dans son domaine d’intervention et se doit de entre les différents acteurs qui travaillent pour la créer des synergies avec d’autres réseaux/forums défense des droits des enfants. L’articulation des orga- nationaux et internationaux afin de potentialiser le nisations gouvernementales, non gouvernementales, pouvoir d’influence qui permet a) de modifier un associatives, communautaires en réseau est donc une contexte et b) d’exercer une pression efficace sur stratégie pour trouver des réponses transdisciplinai- les autorités pour qu’elles assument leurs engage- res à cette problématique. Les relations entre les ments pour la promotion et la mise en œuvre des organisations s’établissent autour du principe de la principes de la CDE. complémentarité pour augmenter les opportunités • Pour fonctionner, un réseau a besoin de moyens et de l’union pour tenter de modifier les structures financiers. Des projets conjoints qui répondent à des sociales en place et le regard porté sur les ESR. demandes identifiées collectivement ont davantage de facilité de trouver des ressources car elles optimi- Il existe des réseaux à différents niveaux qui doivent sent les ressources et potentialisent les résultats. également créer entre eux des synergies: • Primaire: niveau communautaire (CBOs, groupes, Outils correspondants: familles,enfants). • Capitalisation du réseau de São Louis / Brésil. • Secondaire: - au niveau local (ONG’s, écoles, services sociaux, autorités locales, secteur privé). Personnel quantité/qualité - au niveau national et international (coalitions, pla- teformes, ONG’s, OG’s etc). Toute activité du projet doit être pensée en termes d’équilibre optimal entre le nombre de collaborateurs Quelques points importants pour la réussite des et les qualifications requises pour les tâches à mener, actions en réseau: car la viabilité d’un projet dépend évidemment des qualifications des collaborateurs. Or, la difficulté n’est • Avant d’articuler un réseau, il est essentiel de souvent pas de trouver du personnel, mais de trouver faire une analyse du contexte, de la réalité sociale des collaborateurs formés à un travail qui, comme dans laquelle l’intervention se fera, en identifiant dans le cas des enfants en situations de rue, demande les acteurs institutionnels responsables pour les de très exigeantes qualités humaines et profession- politiques publiques ainsi que les initiatives de la nelles. Or, dans les pays d’intervention, la formation société civile. en travail social n’est pas toujours suffisante. • Un réseau a besoin de définir l’objectif, le rayon de ses actions et les axes d’intervention de manière Formation des équipes consensuelle, ainsi que les valeurs et principes qui dirigent les actions collectives. Terre des hommes adopte une approche formative • La structure d’un réseau est horizontale mais il faut participative ou tous, animateurs et participants échan- que le fonctionnement soit défini. Il s’agit de som- gent leurs savoirs et où l’apprentissage est considéré mer les compétences et diviser les responsabilités comme un processus continu dans lequel les nouvelles (time consuming). connaissances sont liées aux expériences passées. • La planification, le suivi et l’évaluation des actions La formation se concentre sur deux éléments fon- communes sont réalisés conjointement. damentaux, la motivation des professionnels et la • Un système d’information et de registres contribue valorisation et le développement des compétences au suivi du flux des enfants et familles, monitoring dans le but de développer une intervention de qualité des actions conjointes, renforcement des relations et un soutien efficace aux enfants. internes et externes. • Un processus de formation articulée contribue à Le processus formatif comprend: 30
  • 28. Enfants en situation de rue – III. Tdh en pratique • Une formation initiale qui permet d’appréhender les Fondation Terre des hommes 2005-2009: « Le but est principes de base de Terre des hommes, prendre d’améliorer de manière efficace l’application des droits contact avec la complexité de la problématique ESR des enfants. La référence en la matière est la Convention et tracer les actions à être réalisées. internationale des droits de l’enfant, dont l’article 3 a • La formation continue, selon un plan de formation pour objectif de favoriser l’intérêt supérieur de l’enfant annuel, pour guider les professionnels et renforcer en toute circonstance. La fonction de « plaidoyer » leurs compétences et connaissances de manière à au sein de la Fondation Terre des hommes n’est pas ce qu’elles soient appliquées dans leurs interven- seulement de dénoncer une situation mais aussi de tions. La formation continue des équipes doit viser mobiliser et offrir des solutions alternatives ». un équilibre optimal entre les trois composantes de l’intervention: regarder/découvrir – analyser/ Il s’agit donc de faire des liens et du lobbying en direc- connaître – agir/intervenir. tion de l’opinion publique et des décideurs politiques • La supervision ou coaching qui permet au pro- concernant la violation grave des droits subie par fessionnel de porter un regard sur sa pratique, et les ESR et promouvoir la mise en place par l’Etat de d’aider à résoudre des problèmes ou à surmonter mesures appropriées pour les combattre d’une part des difficultés. La supervision permet d’améliorer et les prévenir d’autre part. Pour être crédible, le les interventions, et de lutter contre l’usure profes- plaidoyer doit s’appuyer sur des actions concrètes sionnelle (burn-out). C’est un processus interactif auprès des ESR, de leurs familles et communautés entre supervisé et superviseur. et ces derniers doivent être associés aux diverses activités dès leur planification. Le développement des capacités des équipes passe aussi par leur participation au processus de GCP. Les actions de plaidoyer peuvent inclure: Outils correspondants: • Une participation dans les instances de promotion • Protection des enfants, Manuel d’intervention en des droits, d’élaboration de politiques publiques et sit de crise humanitaire, Tdh, 2007. de contrôle social, à des réunions promues par le • Protection des enfant, Manuel de formation Psychosocial gouvernement, ou des discussions bilatérales afin (Boite à Outil), Tdh, 2008 (pp. 49-59). de proposer et délibérer des mesures qui répondent • Tisser Regard et Pratique, Tdh, 2010. aux besoins des ESR. • Un appui aux capacités locales et nationales en contribuant au renforcement des acteurs qui tra- c) Axe C: Prévention et promotion des vaillent dans le domaine ESR, dans les services sociaux, droits l’éducation dont les universités, la santé, dans le sys- tème judiciaire, à travers des formations, séminaires, Plaidoyer/Sensibilisation échanges de bonnes pratiques. Le travail de plaidoyer de Terre des hommes22 se • La sensibilisation et mobilisation sociale avec la par- développe en réseau à différents niveaux parallèle- ticipation des enfants et familles, visant la prise de ment – communautaire, local, régional, national et conscience que la situation de rue est une question international – et en cohérence avec les mesures de violation des droits humains et du devoir de l’Etat de protection intégrale nécessaires au bien être de de créer des politiques publiques qui assurent ou l’enfant. Elles visent d’une part, la défense, promo- rétablissent le bien être des enfants. tion et mise en œuvre de politiques sociales dans la région ou pays d’intervention et d’autre part, un • La mobilisation des médias, en tant que formateur changement d’attitudes, telles que la discrimination, d’opinion, afin que la problématique ESR soit abor- la criminalisation, la « normalisation » d’injustices. Les dée de manière éthique et responsable, et diffusée actions de plaidoyer se retrouvent également dans dans le respect des droits, visant un changement de les autres axes prioritaires de la Fondation. regard de la société. Comme défini dans « La pertinence du plaidoyer pour • La dénonciation des abus et violation des droits les droits des enfants », dans le plan stratégique de la des enfants auprès des autorités judiciaires, espaces 31
  • 29. Enfants en situation de rue – III. Tdh en pratique de défense des droits, organisation internationales dans un centre (foyer), la participation des enfants et onusiennes et médias. dans les courses, la production et la préparation des aliments est promue. Outils correspondants: • Vie de famille et communautaire. Il s’agit d’as- • Formation pour les enfants, familles et commu- surer un lieu sûr et durable pour l’enfant en donnant nautés sur leurs droits, visant leur participation un appui à la famille ou en créant les conditions pour dans des forums, groupes de discussions d’en- que l’enfant puisse vivre dans un milieu familial. En fants à enfants et d’enfants à adultes. dernier ressort offrir un abri temporaire pour l’enfant • Campagnes de sensibilisation sociale sur la pro- (voir liens familiaux et communautaires). blématique ESR. • Campagnes de sensibilisation par les médias • Education. L’accent est mis sur la réintégration à contre certaines situations dans la rue (mendi- l’école et sur l’éducation non-formelle. La pédagogie cité, violence, exploitation sexuelle, exploitation est adaptée aux capacités des enfants et le contenu des du travail infantile). leçons est approprié à leur environnement social. • Invitation à participer à des activités avec les enfants visant la valorisation de leurs • Loisirs. La plus importante ressource est chez les compétences. enfants, dans leur plus profonde volonté: jouer (jeux, • Contacts directs avec le législatif, judiciaire et sport, danse, etc.). Jouer est une manière d’aider des l’exécutif. enfants en circonstances difficiles à développer leurs • Participation à des réunions promues par le propres potentiels d’êtres humains. Les jeux sont des gouvernement. outils essentiels pour permettre aux enfants de déve- • « Terre des hommes et l’advocacy. Compilation lopper leurs compétences symboliques (évaluation, d’expériences », Tdh, 2004. solidarité, interaction) et par conséquent l’intégration • « What is advocacy? », Hélène Bonvalot, 2002. sociale. Le jeu ne doit pas être négligé, jouer est une chose très sérieuse. Accès aux services et création d’opportunités • Emploi. Offrir ou créer des conditions favorables à l’intégration sur le marché formel du travail ou des Cette activité consiste à convaincre les pouvoirs activités informelles génératrices de revenu pour la publics de garantir l’accès des ESR et de leurs familles famille/les proches ou pour l’enfant dans le respect aux services publics existants. Cet accès aux services des normes légales, améliorant les conditions de tra- que le projet/réseau pouvait offrir de manière palliative vail effectives et excluant les formes intolérables de doit être revendiqué comme des droits. Toutefois les travail, assurant le respect de son intégrité physique services ne sont souvent pas suffisants ou pas adaptés. et psychologique ainsi qu’un espace pour les loisirs Il s’agit alors de convaincre les pouvoir publics de les et l’éducation. adapter ou d’en créer. Les opportunités mises à dis- position des ESR et de leur famille sont les éléments indispensables à la sortie de rue des enfants. Outils correspondants: • OMS (WHO), « Working with Street Children: • Soins de santé. L’accent est mis sur l’attention et A Training Package on Substance Use, Sexual la sensibilisation à l’équilibre physique et psychique, à and Reproductive Health Including HIV/AIDS » travers: le traitement, la référence et la sensibilisation (2000). à la santé, en se concentrant sur les risques principaux • Capitalisation projet Vietnam. pour l’intégrité physique et la stabilité psychologi- que, tels que les blessures, les maladies infectieuses, les troubles respiratoires, les drogues, les maladies sexuellement transmissibles (incluant le SIDA), etc., menant à des changements de comportement. Offre de nourriture à ceux qui souffrent de carences nutriti- ves et introduction à l’importance d’une alimentation équilibrée (protéines, sels minéraux, graisse, hydrate de carbone, vitamines). Si l’offre de nourriture se fait 32
  • 30. Enfants en situation de rue – III. Tdh en pratique Notes de la section III 19 Voir: Keeping children safe. 20 La référence est « Formation humaine et capacitation » Humberto Maturana et Sima Nisis de Rezepka. 21 Définition selon Tdh dans la GCP: Tissu d’acteurs (individus ou groupes) en interaction entre eux. Ces acteurs peuvent être liés par des règles ou objectifs communs. Ou alors, ce qui les réunit est l’appartenance à un même contexte. Pour définir un réseau donné, on peut aussi partir d’un individu et identifier les relations qui le lient à d’autres individus ou groupes. Il existe des réseaux formels et non formels, ces derniers étant extrêmement flexibles et toujours en mutation. 22 Voir plan stratégique de la Fondation Terre des hommes 2005-2009, ainsi que Proposition pour la contribution programme 2009-2012. 33
  • 31. © Tdh / Christian Brun
  • 32. Annexes
  • 33. Enfants en situation de rue – Annexes Annexe 1 Exemples de profils-type Selon la manière qu’a l’enfant de vivre sa réalité on peut tirer des profils type qui orienteront l’intervention. A suivre, quelques exemples de caractéristiques appartenant à quatre profils type différents. Ces caracté- ristiques ont été signalées par les enfants eux-mêmes: Profil 1 Forte identification avec la rue et avec leurs pairs qui sont devenus leur famille, jouent le rôle de leader, ont de l’initiative et savent élaborer des stratégies, ont une bonne lecture de leur milieu ce qui leur permet d’en tirer parti. Ont une histoire personnelle de violence familiale. Profil 2 Travailleurs, ces enfants se voient comme responsables, contribuant à la rente familiale. Démontrent de bonnes capacités de négociation et savent communiquer. Recherchent une amélioration de leur position sociale à travers un changement de leurs conditions de travail et sont capables de faire les pas nécessaires pour cette conquête. Sont conscients de leurs droits, analysent les dangers de la rue qu’ils utilisent comme espace de travail. Ils maintiennent des relations stables avec leur famille et leurs amis. Profil 3 Dans la rue par contrainte pour aider à la rente familiale, ces enfants souffrent de la stigmatisation de ceux qui les perçoivent comme « enfant de la rue ». Leur auto-image est oscillante et ont de la difficulté à donner un sens à leur situation dans la rue. Ils ont peu de contrôle sur les situations et peuvent accepter incondi- tionnellement les impositions des adultes responsables. Profil 4 Se retrouvent dans la rue par forte contrainte (perte d’un ou des parents, abus, exploitation par des adul- tes), qui les pousse à chercher leur survie dans la rue, ils développent des stratégies d’isolement comme mécanismes de défense. Seuls, ils vivent sans base de protection et ils vivent une rue violente et destructive. Enfants peu résilients, ils se voient comme victime et ils n’ont pas la force de changer leur réalité et ne s’en sentent pas capables. 36
  • 34. Enfants en situation de rue – Annexes Annexe 2 Exemples de résultats finaux avec leurs indicateurs: (voir section III: Tdh mise en pratique) L’existence d’opportunités et le • x enfants ont développé de nouvelles relations sociales hors de la développement des ressour- rue et ont construit un plan d’avenir. ces individuelles et sociales des • L’enfant est capable de prendre des décisions de manière autonome. ESR et de leur famille contribue à sa • Parents et enfants savent communiquer pacifiquement, ce qui per- sortie active de la rue 23 et à son met la permanence de l’enfant dans sa famille au delà de x années intégration familiale / communau- après sa réintégration. taire / scolaire / professionnelle. • L’enfant fréquente l’école de manière régulière depuis x temps. • Permanence de l’enfant dans le même domaine professionnel et source de revenu pour une vie autonome. • Les enfants qui maintiennent leur permanence dans la rue sont suivis. Des actions préventives qui impli- • La communauté, x familles et x enfants, est engagée dans des quent les enfants et familles activités liées à la protection. sont développées dans les com- • Les services d’appui existants dans la communauté sont connus munautés de provenance des ESR des familles et utilisés. et renforcent les bases d’appui • x demandes, désignées par la communauté, sont acheminées aux existantes. autorités compétentes par les réseaux communautaires. Un appui technique et méthodologi- • x acteurs sociaux appuyés technique et/ou méthodologique- que de renforcement des capa- ment reposent leurs interventions sur les droits internationaux cités locales et nationales est offert de l’enfant. pour contribuer au développement d’un système de protection intégral à l’enfant. Des synergies sont créées entre • Les problèmes liés à la protection sont identifiés avec les acteurs. les différents acteurs au niveau local, • Des procédures de base communes sont définies en ce qui concerne national et/ou international afin de la prise en charge des enfants à risque. garantir des interventions cohéren- • Un réseau d’actions complémentaire de protection de l’enfant existe. tes pour la protection intégrale des enfants. Des espaces de discussion sont • Engagement d’instances de représentations sociales – étatiques, renforcés / créés entre l’Etat et la société civile et représentations communautaires – dans des mani- société civile organisée (ONG, festations liées à la garantie des droits des ESR. mouvements communautaires, etc.) • Services étatiques transdisciplinaires, mouvements sociaux adhèrent avec la participation des enfants et à un mouvement de promotion des droits de l’enfant et participent familles visant la promotion des dans des espaces de discussion. droits; l’élaboration et mise en • Des enfants et familles participent dans des forums à la formulation œuvre de politiques publiques. et à la présentation de propositions de politiques publiques. • Des propositions consensuelles de politiques publiques sont prises en compte par les pouvoirs législatifs et/ou exécutifs. Des partenariats médiatiques • Les articles des partenaires médiatiques reflètent leur engagement sont établis pour sensibiliser la pour la défense des droits de l’ESR. société visant l’acquisition d’un nou- • Les violations des droits de l’ESR sont diffusées dans les médias. veau regard sur les ESR (criminali- • La problématique ESR fait partie de l’agenda des partenaires sation x violation des droits) médiatiques. 23 La sortie active de la rue se concrétise lorsque l’enfant, avec ou sans appui, prend la décision. 37
  • 35. ImPRESSUm Responsable de publication: Sabine RAKOTOMALALA / Rédaction: Françoise CORREVON / Implication de nombreux collaborateurs de Tdh notamment au travers de la réunion thématique de Lausanne 2007 / Validation par la direction de Tdh: janvier 2010 / Mise en page: Anne-Laure DORBEC / Maquette et coordination: Olivia WERMUS PHOTOS / Christian BRUN, Didier MARTENET, Odile MEYLAN, Jean-Jacques RUCHTI, Mara TRUOG IMPRESSION / ©2010, Terre des hommes – aide à l‘enfance © Tdh / Mara Truog
  • 36. © Tdh / Jean-Jacques Ruchti SIÈGE CENTRAL: Avenue de Montchoisi 15, 1006 Lausanne, Suisse Tél. +41 58 611 06 66 | Fax +41 58 611 06 77 BERN OFFICE: Schwarztorstrasse 20, CH - 3007 Bern, Switzerland © Yves Magat Tel. +41 58 611 07 90 | Fax +41 58 611 07 91