• Like
Les médias sociaux et la censure en Chine
 

Les médias sociaux et la censure en Chine

on

  • 854 views

Alors que la Chine est l’un des pays subissant le plus de censure sur Internet, le pays abrite également le plus grand nombre d'internautes : 25% des internautes dans le monde sont en effet ...

Alors que la Chine est l’un des pays subissant le plus de censure sur Internet, le pays abrite également le plus grand nombre d'internautes : 25% des internautes dans le monde sont en effet Chinois. Synthesio vous propose un état des lieux des médias sociaux dans le pays.

Statistics

Views

Total Views
854
Views on SlideShare
816
Embed Views
38

Actions

Likes
1
Downloads
10
Comments
0

1 Embed 38

http://synthesio.com 38

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Les médias sociaux et la censure en Chine Les médias sociaux et la censure en Chine Document Transcript

    • Les médias sociaux en Chine Les médias sociaux en Chine Sommaire La moitié des internautes d’Asie sont chinois.... 3 350 millions d’informations censurées en 2010.... 4 Un internaute chinois est inscrit sur 3 réseaux sociaux en moyenne.... 7 Marques et médias sociaux en Chine.... 10 Conclusion.... 14Synthesio - Les médias sociaux en Chine - Janvier 2011 1
    • Les médias sociaux en ChineLa moitié des internautes d’Asie sont chinois2 Nombres d’internautes Pénétration d’Internet 825 094 396 Chine 32% Chine Asie Asie 425 159 613 22%La Chine abrite 35% de la population asiatique mais 52% de ses internautes2. Malgré son retard sur les paysoccidentaux en termes de pénétration de l’Internet, le pays le plus peuplé du monde fait preuve d’un effortremarquable. Avec un tiers de sa population connectée2 soit 425 millions de personnes, dont 87% à haut débit3,et la première croissance annuelle du nombre d’internautes de la région, la Chine montre qu’elle a les moyensd’atteindre un niveau d’accès à Internet avancé.49 millions de Chinois accèdent à Internet uniquement grâce à leur mobile3Un an après le lancement du réseau 3G (1er octobre 2009), 66% des internautes chinois accèdent à Internet grâceà leur téléphone mobile3 et, pour 49 millions d’entre eux, soit 11,7% des internautes du pays, il s’agit de l’uniqueterminal d’accès au web3. Cette utilisation est prégnante surtout au sein de la population rurale chinoise chez quiplus de 70% des internautes se servent de leur téléphone pour accéder à l’Internet, alors que ce chiffre se situe 10points plus bas chez les citadins.60% des internautes chinois ont moins de 30 ans Répartition démographique des internautes chinois Pourcentage d’étudiants parmi les internautes 55+ 31% 45-54 5% Chine 9% 15-24 France 33% 35-44 23% 12% 25-34 30%La répartition démographique des internautes chinois s’éloigne beaucoup de celle des pays occidentaux. Alorsque chez ces derniers elle est relativement homogène, la Chine concentre les deux tiers de ses internautes dansla tranche d’âge 15-34 ans. En effet, les internautes chinois sont très jeunes et pour 31% étudiants. En Francepar exemple, le pourcentage d’étudiants parmi les internautes dépasse tout juste les 12% et moins de 35% desinternautes sont compris dans la tranche d’âge 15-34 ans.2 Internet World Stats, 30 juin 20103 26ème Rapport Annuel de l’Internet en Chine, CNNIC, 2010Synthesio - Les médias sociaux en Chine - Janvier 2011 2
    • Les médias sociaux en Chine350 millions d’informations censurées en 201040,04% des Chinois sont sur Facebook5Alors que Facebook est le réseau social le plus populaire dans le monde, le phénomène reste marginal en Chine.Néanmoins, il ne s’agirait pas tellement d’une question de préférences des utilisateurs mais plus simplement d’accès.En effet, le gouvernement chinois a mis en place en 1998 le projet Bouclier doré, communément surnommée leGrand Firewall de Chine (GFW), dans le but de surveiller et de censurer le web pour ses habitants. Ainsi, le directeurdu Conseil de l’information chinois, Wang Chen, a déclaré que 350 millions d’informations, aussi bien du texte quedes photos ou des vidéos, avaient été bloquées en 2010 sur le web chinois.L’accès à la plupart des grands réseaux sociaux occidentaux ainsi qu’à de nombreux sites d’information est doncrestreint voire impossible, à moins de passer par un serveur proxy, qui garantit l’anonymat de l’internaute. Le peu demembres chinois de Facebook sont bien souvent des citoyens ayant vécu ou étudié à l’étranger et qui souhaitentmaintenir des liens avec ces communautés mais si l’on souhaite s’intégrer en Chine, mieux vaut s’inscrire sur lesréseaux sociaux chinois.Du contenu chinois pour les ChinoisN’ayant pas accès à la majorité des médias sociaux du reste du monde, les Chinois créent leurs propres réseauxsociaux s’en inspirant. Ceux-ci sont uniquement destinés aux sinophones. Soumis au contrôle des autoritésleur activité suspendue.Les entreprises étrangères souhaitant être présentes en Chine doivent en faire la demande auprès du gouverne-ment. Cette autorisation est accordée seulement si l’entreprise s’engage à respecter les contraintes de censure im-posées par le gouvernement et elle doit être renouvelée après quelques années. Comment Google a tenu tête au gouvernement chinois En janvier 2010, Google découvre que les comptes Gmail de quelques activistes chinois avaient été piratés. Détectant une attaque trop sophistiquée pour être l’œuvre d’un individu lambda, Google soupçonne le gouvernement chinois, allant jusqu’à publier sur son blog un article à ce sujet. L’entreprise américaine avait jusque là accepté de censurer les résultats de son moteur de recherche en Chine. Mais à la découverte de cet acte de piratage, Google a décidé de respecter sa devise “Don’t be evil” et a annoncé la fermeture de son site chinois. En mars 2010, c’est chose faite et les internautes chinois souhaitant se rendre sur Google sont redirigés vers la version hongkongaise du moteur de recherche, celle-ci ne subissant aucune censure. Le gouvernement pouvait les menacer de bloquer cette redirection à tout moment. Quatre mois après, Google a réussi à renouveler son autorisation d’opérer en Chine en temporisant la redirection par une page requérant Toutefois, les autorités peuvent toujours revenir sur leur décision et de nombreux services de Google, comme Youtube ou Blogger, continuent d’être interdits.45 SocialBakers, 21 janvier 2011Synthesio - Les médias sociaux en Chine - Janvier 2011 3
    • Les médias sociaux en ChineTémoignages sur la censure chinoiseEntretien : la censure des médias sociaux en ChineSynthesio s’est entretenu avec un vétéran autoproclamé des technologies en Chine, qui a souhaité garder sonanonymat. Il blogue depuis 2002, créant de nouveaux blogs à mesure que les premiers se voient fermés par letristement célèbre Grand Firewall de Chine.Des réseaux sociaux copiésLa Chine est connue pour ses produits imités, et les réseaux sociaux n’y échappent pas.“Twitter, Facebook et consorts sont étouffés dans l’œuf avant d’avoir l’occasion de devenir populaires… Des nouvellesimitations sont constamment créées pour offrir des solutions alternatives aux Chinois : Renren pour Facebook, Sina Weibopour Twitter, Youku pour Youtube, etc. C’est un phénomène qui plait au gouvernement.”La censure de l’Internet chinoisLes réseaux chinois et étrangers sont régulièrement bloqués par le gouvernement chinois. D’après notre interviewé,il s’agit du “système de censure le plus sophistiqué au monde”. Chaque fournisseur de services liés au contenu surInternet est tenu “d’employer à plein temps une équipe chargée de surveiller le contenu mis en ligne par les utilisateurs.Ces employés doivent ensuite faire remonter les informations à un département particulier du gouvernement dédié à lapropagande Internet… Les mots-clés sensibles tels que démocratie, Tibet, place Tiananmen ou des noms de dirigeants dupays,” sont bloqués. “On raconte que le dictionnaire contenant ces mots-clés sensibles est très lourd, mais les blogueurspeuvent quand même contourner l’outil automatisé de surveillance en postant leurs notes indirectement ou bien enincluant un « mauvais » mot de manière évidente. D’où la nécessité de veilleurs humains.”“Je ne connais pas le nombre exact de personnes travaillant pour le gouvernement. On les appelle « l’Armée à 50 cents »mots-clés qui bloque automatiquement le contenu dès qu’un mot sensible est détecté. Les modérateurs humains, eux, sede sauvegarde. Et ils communiquent grâce à la messagerie instantanée QQ, même leurs supérieurs donnent leurs ordresà travers des groupes QQ.Les blogs en langues étrangères subissent un meilleur traitement. J’imagine que le gouvernement est persuadé que trèspeu de personnes les lisent. Mais il y a aussi des exceptions comme Danwei, un blog anglais populaire chez les expatriésen Chine, qui a été bloqué. En ce qui concerne les blogs hébergés par des serveurs situés à l’étranger, la situation varie.S’ils sont orientés politique, aucune chance, bien évidemment. Sinon, alors je leur souhaite bonne chance.”Contourner les barrières de la censureSelon l’interviewé, “En Chine, les blogueurs techno jouent un rôle important dans l’introduction de la liberté d’expression,en présentant des nouvelles technologies. Leur connaissance de l’Internet et leurs compétences sont des atouts leurpermettant d’accéder aux informations sans obstacles. Ils diffusent les outils permettant de contourner les barrières de lacensure, des logiciels tiers comme SSH, VPN. Ces blogueurs sont généralement des utilisateurs actifs de Twitter, Facebook,Youtube et autres services bloqués. Et certains d’entre eux font héberger leurs blogs à l’étranger. ”Des faux commentaires“Beaucoup d’agences de RP digitales travaillent maintenant sur les forums populaires. Elles sont engagées dans le butde créer des évènements marketing pour leurs clients, d’attaquer leurs concurrents, et autant de tâches que pouvezl’imaginer. Même les grandes entreprises de RP ou de publicité embauchent ces gangsters du net pour leur transférer leursproblèmes éthiques. Il existe de nombreux articles soi-disant légers qui sont en réalité de la publicité indirecte. Celacommencer par là.”Synthesio - Les médias sociaux en Chine - Janvier 2011 4
    • Les médias sociaux en ChineFaire des affaires en Chine et écouter les médias sociaux chinois“Je crois que c’est le bon moment pour les entreprises souhaitant utiliser les réseaux sociaux chinois, tant qu’elles seconcentrent sur le négoce.qu’apportent les réseaux sociaux. La seule différence c’est qu’il faut apprendre à coopérer avec le gouvernement une foisqu’il se rend compte que ça lui est nuisible. Vous avez sans doute entendu parler de Google qui, pour tenir tête à l’exigencede censure du gouvernement, a retiré ses serveurs de Chine pour s’installer à Hong Kong, l’an dernier.Je pense que Sina Weibo est le réseau social le plus populaire en Chine actuellement, et pour les années à venir. Denombreuses célébrités et beaucoup de soi-disant leaders d’opinion sont dessus. Ces ressources attirent un nombreconséquent d’utilisateurs actifs. Et je sais que ces fondateurs essaient de trouver un équilibre entre la censure et la libertéd’expression. D’un côté, ils font très attention à ne pas énerver le gouvernement. De l’autre, ils offrent une forme limitée deliberté d’expression qui me semble être une réforme graduelle dans le seuil de tolérance du gouvernement. Cette libertélimitée suscite l’intérêt de nombreux membres. Beaucoup d’évènements sociaux importants sont relayés sur Weibo.”Synthesio - Les médias sociaux en Chine - Janvier 2011 5
    • Les médias sociaux en ChineUn internaute chinois est inscrit sur 3 réseaux sociaux6Réseau de tous ou réseau du bonheur ?de 600 millions de Chinois7. Un tiers des membres des réseaux sociaux se connectent d’ailleurs tous les jours. Renren Kaixin001 Qzone 51 Nombre de 120 millions8 75 millions 388 millions 160 millions membres Type de Etudiants Cadres jeunes Adolescents Ruraux membres Social gaming, Ergonomie, membres Beaucoup de Force beaucoup de très actifs membres membres actifs Faiblesses Etudiants migrent Perte de vitesse sur Valeur ajoutée et Considéré comme vers Kaixin001 les jeux rétention faibles démodésouvent à des segments particuliers de la population. Les deux réseaux sociaux les plus prometteurs sont Renren etQQ pet, QQ games, etc.) et que 51.com est en perte de vitesse chez les citadins, Renren et Kaixin001 ont su tirerleur épingle du jeu. Renren, « le réseau de tous » Créé en 2006 sous le nom Xiaonei (« le réseau du campus »), ce réseau reprend le modèle de Facebook, à savoir s’imposer dans les grandes universités chinoises pour se développer. Reprenant jusqu’à l’interface graphique du réseau de Zuckerberg, Renren a toutefois un peu plus de mal à retenir ses membres après leur sortie de l’université. C’est pourquoi, après avoir changé de nom en 2008, Renren a lancé une vaste reprendre contact avec leurs anciens camarades. La force de Renren réside dans son utilisation des jeux à la fois créés en interne et par des tiers. Non seulement le réseau sait proposer un catalogue de jeux attrayant et constamment renouvelé, mais il amis en place une mécanique appelée funware grâce à laquelle les membres voient leur statut et leurs services améliorés en fonction de leur implication dans les jeux de la plateforme.6 26ème Rapport Annuel de l’Internet en Chine, CNNIC, 20107 Nielsen China Forum: Go Digital in China, décembre 20108 Chiffres déclarés par les entreprisesSynthesio - Les médias sociaux en Chine - Janvier 2011 6
    • Les médias sociaux en Chine Kaixin001, le réseau des cadres En 2008, Kaixin001 rejoint le marché des réseaux sociaux en Chine. Visant un public de cadres jeunes et citadins, cible idéale pour les annonceurs, Kaixin001 a su devenir la destination des membres vieillissant de Renren. Avec une stratégie d’acquisition fondée sur un spamming massif, Kaixin001 a connu une croissance rapide, recrutant 1 500 membres en quelques jours. « Le réseau heureux » a bâti sa réputation sur la qualité de ses jeux, mais à force d’insister pour les développer en interne, il a rapidement été dépassé par Renren. Néanmoins, ses membres passent en moyenne 33 minutes par visite sur le site pour consulter une trentaine de pages.20% des membres des réseaux sociaux chinois s’y sont inscrits pour jouer9Au même titre que les rencontres, les jeux sont un facteur de motivation et de rétention majeur pour lesinternautes qui rejoignent massivement les réseaux sociaux. La moitié des utilisateurs réguliers de Renren utilisentles jeux. Jeu Description Equivalent sur Facebook Happy Farm Faire prospérer une ferme Farmville Renren restaurant Tenir un restaurant Restaurant city Happy Aquarium Pet game Happy Acquarium Happy baby Pet game Pet Society Building one Les joueurs vivent, travaillent et NC interagissent dans un même immeuble Promotion Devenir le meilleur employé NC House-Buying Jeu dimmobilier NC Wonder Hospital Guérir ses patients NC X-World Bataille de clans Mafia wars 361° Basketball Jeu de gestion déquipe sponsorisé NC par la marque de sportswear 361°L’engouement pour ces jeux est tel que de nombreux Chinois demandent à leurs parents de continuer à jouer à leurplace lorsqu’ils sont occupés et ceux-ci le font avec beaucoup d’enthousiasme, voyant cela comme une opportunitéde maintenir un lien fort avec leurs enfants.Avec 40% des membres de réseaux sociaux chinois prêts à cliquer sur une bannière dans un jeu9 et 35% regardant 9 , le social gaming représente une opportunité à saisir pour lesannonceurs et les marques.9 China Social Game Annual Report, Appleap inc., 2010Synthesio - Les médias sociaux en Chine - Janvier 2011 7
    • Les médias sociaux en Chine Lay’s, Happy farmer Avant de connaître le succès qu’on lui connaît sur Facebook, le jeu Happy Farmer a été développé par l’entreprise chinoise 5 minutes pour Renren. La marque de chips Lay’s a intégré le jeu en proposant aux utilisateurs de cultiver des pommes de terres et d’acheter des usines de fabrication de chips Lay’s. L’opération a connu un grand succès : 519 540 utilisateurs ont fabriqué des chips 8,4 millions de membres ont visité la page liée à l’activité 65,6% des joueurs de Happy Farm avaient acheté des chips Lay’s dans les 2 mois suivant le début de l’opération alors qu’ils n’étaient que 45% avant son lancement Lohas, Happy garden Happy Farm est devenu si populaire qu’il a été adapté sur différentes plateformes. Ainsi Kaixin001 propose le jeu Happy Garden, copie plus axée sur le jardinage. Le leader de l’agroalimentaire chinois COFCO commercialise des boissons aux fruits, haut de gamme et bios, sous la marque Lohas. Ce positionnement les a poussés à choisir Kaixin001 pour leur campagne. Les joueurs de Happy Garden avaient la possibilité de planter des graines et de presser du jus Lohas. Chaque bouteille offerte à un autre joueur permettait de participer à une loterie pour gagner un lapin virtuel ou une bouteille de Lohas. 9,7 millions d’utilisateurs ont participé Lohas a vu ses ventes augmenter de 30%784 messages par seconde sur Sina Weibo10Les internautes chinois ont rapidement adopté la pratique du microblogging et prennent très au sérieux lesinformations diffusées sur les homonymes locaux de Twitter. En effet, selon un sondage mené par le Quotidien de lajeunesse de Chine, 73% des internautes considèrent le microblogging comme une source importante d’informationOn compte deux acteurs majeurs du microblogging en Chine, le plus actif étant le Weibo de Sina, avec 25millions de messages par jour10. Annonçant 50 millions d’utilisateurs en Octobre 2010, après un an d’activité,et en comptant 70 millions en février 2011 d’après les prévisions, Weibo se situe à la frontière entre Twitter etmédias disponibles sans quitter la plateforme. Ce fonctionnement renforce la création de communautés soudées.Tencent dispose également de sa plateforme de microblogging appelée QQ microblogging et déclare 80 millions demembres dont la fréquence d’activité est néanmoins inférieure à Weibo.A elles deux, les principales plateformes de microblogging chinoises vont bientôt dépasser le nombre d’utilisateursmondiaux de Twitter. Et pour la première fois en janvier 2011, le top 10 des microbloggers les plus suivis dansle monde compte une personnalité n’utilisant pas Twitter mais Weibo : l’actrice chinoise Yao Chen est arrivée endixième position du classement, prenant la place d’Oprah Winfrey. Un mois plus tard, Yao Chen a également dépasséles chanteuses Taylor Swift et Katy Perry, se plaçant en 8ème place avec ses 5 722 251 abonnés.10 Chiffres donnés par l’entrepriseSynthesio - Les médias sociaux en Chine - Janvier 2011 8
    • Les médias sociaux en ChineMarques et médias sociaux53% des internautes chinois rejoignent les communautés de marques pourobtenir plus d’informations sur celles-ci11 Attitude envers les entreprises qui Attitude envers les entreprises qui écoutent tiennent un microblog les plateformes de microblogging 49% 46% 91% Beaucoup plus confiance Satisfaits Un peu plus confiance 72% Effrayés 62% 25% 16% 26% 6% 19% 22% 22% 4% 14% 8% Chine Etats-unis France Satisfied Confused AfraidAlors qu’en Europe ou en Amérique, la présence d’entreprise sur les médias sociaux est souvent sujette à débats, lesChinois ont une attitude très positive envers les marques utilisant ces outils pour communiquer. Selon une étudemenée par Fleishman-Hillard12présente sur une plateforme de microblogging, contrairement à la France et aux Etats-Unis où c’est le cas pour 3%et 7% des internautes respectivement.En outre, les Chinois sont plus nombreux qu’ailleurs à apprécier la veille des entreprises sur les plateformes demicroblogging, information d’autant plus intéressante pour les marques que 62% des internautes chinois sont plussusceptibles de partager une opinion négative en ligne, contre 41% dans le monde13.Bien qu’ils soient moins présents sur Internet, les Chinois s’y sentent plus impliqués. En effet, le contrôle strictdu gouvernement leur fait préférer les sources d’informations plus informelles. Lorsque Fleishman-Hillard leur ademandé de noter les sources d’informations selon leur importance les trois premières ont été dans l’ordre : le web,l’email et le bouche à oreille.11 Discover Digital Life, TNS-Sofres, February 20111213 Nielsen China Forum: Go Digital in China, décembre 2010Synthesio - Les médias sociaux en Chine - Janvier 2011 9
    • Les médias sociaux en Chine Les sources d’information les plus importantes rd 10 9 8 7 Chine Etats-unis 6 France 5 4 3 2 1 0 r le es ail eb TV rie eil m in W ur or az E- ur Co à ag Jo he M uc Bo61% des utilisateurs de réseaux sociaux chinois ont déjà effectué un achatà cause d’une opération de marketing digital14L’implication des Chinois sur le web et leur ouverture d’esprit face à la présence des marques dans leur quotidiennumérique ne sont pas des attitudes qui s’arrêtent en ligne. En effet, après une expérience numérique positive avecune marque, 42% des utilisateurs de médias sociaux considèrent l’achat du produit et 27% passent à l’acte. Parailleurs, deux tiers des consommateurs interrogés par OgilvyOne ne brident pas leurs pulsions d’achat. Chevrolet Cruze, août 2010 En août 2010, pour le lancement en Chine de la Chevrolet Cruze, General Motors a réalisé une série de onze épisodes avec l’aide de Youku et du China Film Group. Diffusée à rythme hebdomadaire sur Youku, le Youtube chinois, la série raconte l’histoire de deux amis de 40 ans qui se présentent à un télé-crochet et revivent leurs souvenirs d’adolescence, la Chevrolet Cruze apparaissant à chaque épisode. Les internautes avaient la possibilité de cumuler des points en laissant des com- mentaires et en partageant les vidéos, dans le but de remporter une Cruze. Le 28 42mn, Des vieux garçons. Jouant sur la nostalgie et l’émotion, l’opération a connu un franc succès : 1,4 millions de vues pour le premier épisode en 3 jours 98 000 inscrits le premier mois sur le site de Chevrolet pour suivre la série14 OgilvyOne connected report, 2010Synthesio - Les médias sociaux en Chine - Janvier 2011 10
    • Les médias sociaux en Chine BMW sur Kaixin001 En octobre 2009, la marque BMW crée sur Kaixin001 un groupe dédié qui sera mille membres et de 2 millions de visites. Les groupes de marques sur Kaixin001 leur permettent, entre autres, de partager des informations sous forme de notes de blog, de les relayer (sur le même principe que le Retweet sur Twitter) et de tenir un espace d’échanges pour ses membres. BMW a publié plus de 90 notes de blog qui ont reçu en moyenne 115 commentaires et a relayé 63 informations qui ont elles-mêmes étaient relayées 7600 fois chacune. De novembre 2009 à janvier 2010, le concours Smiley X1 offrait l’opportunité aux membres de remporter des objets dérivés de la nouvelle BMW X1. La marque avait mis à disposition des membres des images de Smiley faisant référence au modèle X1 : les membres les partageant avec plus de dix de leurs contacts en une journée augmentaient leurs chances de gagner. 1365 personnes ont participé alors même que le groupe BMW a également intégré ses voitures à un des jeux les plus populaires de Kaixin001 : Car Parking compte 45 millions de joueurs dont 5,5 millions au quotidien. L’opération permet à la fois d’augmenter la notoriété de la marque et de créer un désir d’achat : les modèles BMW sont plus chers que les autres voitures du jeu, - quérir les BMW. Beaucoup de joueurs ont dit avoir ressenti une véritable satisfaction à l’achat d’une voiture BMW dans Car Parking.Les ventes de cosmétiques augmentent de 16,3% par an en Chine15Parmi les sujets de conversation les plus populaires en Chine, on trouve en plus de l’automobile, les cosmétiques.Objets de très nombreux échanges entre consommateurs mais également entre consommateurs et marques, lesproduits de cosmétiques intéressent beaucoup les chinoises qui s’orientent principalement vers des marques deluxe. Mentions des principales marques de comsétique sur Renren 40 000 30 000 20 000 10 000 - t ni op el or y e ido M der in Bo lline a Gi ra hy ins L’o ra y ier ris ne en ch sa ôm ve an Es rma Sh erla u o Di Pa nc rn Sa cita Sh ar ise ur m ph u Po Ni Vi be Ch Ga nc La Cl ve La Ue Gu A al Sh Se dy c e- ay La ré e int ch u te L’o Ro e Th es La YvChanel, Dior et Lancôme sont les trois marques les plus mentionnées sur le réseau Renren le mois dernier, avec uneavance considérable pour Chanel.Les forums sont encore très populaires en Chine et, en plus des réseaux sociaux classiques, les Chinois échangentbeaucoup sur des forums dédiés aux expériences d’achat, comme 55BBS.15 Bureau national des statistiques, de Chine, 2010Synthesio - Les médias sociaux en Chine - Janvier 2011 11
    • Les médias sociaux en Chine Mentions des principales marques de comsétique sur 55BBS 40 000 30 000 20 000 10 000 - L’o ins t Bo ura or e el er ne n y y Sh p ido hy i Se e a a r is an n nie ch Sh osa ôm llin or ve lai o r an re ud Di Pa nc ita Sh ar m ise Th Uem ph er Ni Vi r be au Ch Ga nc La -P Cl cc ve Ar Gu al dy tL ay La he Gi ré e u M te ain L’o c Ro Es sS e La e Yv Etude de cas : Lancôme Lancôme fait preuve d’une gestion exemplaire de sa présence en ligne en Chine. Dès 2006, la marqué crée un site communautaire, Rose Beauty, grâce auquel les consommatrices peuvent échanger autour des cosmétiques, donner leur conseils beauté. En 2011, près de 4 millions de membres font partie de cette communauté. Le forum de Rose Beauty compte 795 sujets de conversation dont le plus populaire est composé de 87 mille messages. Les administrateurs du forum jouent un rôle fondamental dans le maintien de son activité, proposant de nouveaux sujets, en relançant d’autres. Par ailleurs, Lancôme dispose depuis janvier 2008 d’un groupe dédié sur Kaixin001. Le groupe a rassemblé 250 mille membres uniquement dans sa première année d’existence. Lancôme met à leur disposition des tests cosmétiques et des tests de personnalité à orientation professionnelle que plus de trois-quarts des membres ont passés. En 2008, un concours de beauté a été organisé sur deux mois : 18 000 femmes ontSynthesio - Les médias sociaux en Chine - Janvier 2011 12
    • Les médias sociaux en ChineConclusionFriands à la fois de médias sociaux et d’interactions avec les marques, les internautes Chinois exigent des marquesqu’elles soient présentes en ligne et qu’elles sachent répondre à leurs besoins. L’avenir des marques en Chine setrouve sur le web, grâce à la mise au point de stratégies digitales pertinentes.En effet, les facteurs culturels et la censure du gouvernement conduisent à des usages particuliers de médiascatégorie socioprofessionnelle et connaître leur passion pour les jeux en ligne est indispensable pour s’adressercorrectement aux Chinois. A propos de Synthesio Synthesio est une société innovante spécialisée dans l’analyse de réputation des marques sur le web. Nous proposons tableaux de bord et études pour accompagner au quotidien nos clients, annonceurs et agences, - thesio pour comprendre la perception de leurs marques, anticiper les situations de crise ou encore préparer et analyser le lancement de nouveaux produits ou de campagnes de communication.Synthesio - Les médias sociaux en Chine - Janvier 2011 13