0
CROIRE
FAIRE
VISER
«
»
RAPPORT ANNUEL
de gestion
2012-2013
Rapport annuel de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 2
Rapport annuel de gestion 2012-2013
Institut unive...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 3
Liste des acronymes
AIPI Association de...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 4
TTaabbllee ddeess mmaattiièèrreess
List...
Rapport annuel de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 5
Déclaration de fiabilité
À titre de directeur géné...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 6
leur expérience du terrain. Avec une di...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 7
interprofessionnelles fructueuses, la f...
Rapport annuel de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 8
Rapport annuel de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 9
Présentation de l’Institut universitaire
en santé ...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 10
NNoottrree mmiissssiioonn
Chef de file...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 11
NNooss vvaalleeuurrss
L’Institut unive...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 12
Les membres du
conseil d’administratio...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 13
LLaa ssttrruuccttuurree oorrggaanniiss...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 14
LLeess ffaaiittss ssaaiillllaannttss
1...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 15
Agrément obtenu sur le climat de trava...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 16
LL’’oorrggaanniissaattiioonn ddeess ss...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 17
Le guichet régional en psychiatrie est...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 18
LLeess ccaarraaccttéérriissttiiqquuees...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 19
détresse que les hommes de la région (...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 20
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 21
Les résultats au regard du plan straté...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 22
LL’’aaggrréémmeenntt
Pour l’année 2012...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 23
5. Assurer une vigie systématique aupr...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 24
L’équipe utilise l’information découla...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 25
Octobre 2012 : Fenêtres laissées ouver...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 26
Correctifs mis en place pour appliquer...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 27
partir duquel peut être élaboré et aju...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 28
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 29
L’enseignement
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 30
UUnn mmiilliieeuu ssttiimmuullaanntt e...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 31
temps de leurs stages cliniques pour e...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 32
Nous devrons cependant surmonter l’obs...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 33
La recherche
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 34
Le Centre de recherche de l’Institut u...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 35
Figure 1
Chaires de recherche du Canad...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 36
Les chercheurs du centre de recherche
...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 37
déjà à l'interface des neurosciences e...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 38
* Renforcement : quand une synapse est...
Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 39
Le D
r
Morin est considéré mondialemen...
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Rapport annuel 2012-2013_iusmq
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Rapport annuel 2012-2013_iusmq

1,390

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,390
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
11
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Rapport annuel 2012-2013_iusmq"

  1. 1. CROIRE FAIRE VISER « » RAPPORT ANNUEL de gestion 2012-2013
  2. 2. Rapport annuel de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 2 Rapport annuel de gestion 2012-2013 Institut universitaire en santé mentale de Québec 2601, chemin de la Canardière Québec (Québec) G1J 2G3 Coordination et production : Service des communications Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives Canada ISBN 978-2-922451-42-9 ISSN 2291-7845 Le Rapport annuel de gestion 2012-2013 est aussi disponible sur le site Internet de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec – www.institutsmq.qc.ca
  3. 3. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 3 Liste des acronymes AIPI Association des infirmières en prévention et contrôle des infections MOP Manuel d’organisation par projet AQRDM Association québécoise de retraitement des dispositifs médicaux MSSS Ministère de la Santé et des Services sociaux ASI Assistant supérieur immédiat OIIAQ Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec CA Conseil d'administration OIIQ Ordre des infirmières et infirmiers du Québec CHSLD Centre hospitalier de soins de longue durée ORLO Oto-rhino-laryngologie et ophtalmologie CHU Centre hospitalier universitaire PAAM Projet d'auto-administration des médicaments CII Conseil des infirmières et infirmiers PCI Prévention et contrôle des infections CIIA Conseil des infirmières et infirmiers auxiliaires PDSB Principe de déplacement sécuritaire des bénéficiaires CMDP Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens PHSP Programme d’hébergement avec soins psychiatriques CRIUSMQ Centre de recherche de l’IUSMQ PHSPP Programme d’hébergement avec soins physiques et psychiatriques CSBE Commissaire à la santé et au bien-être du Québec PMO Plan de main d’œuvre CSSS Centre de santé et des services sociaux POCR Plan d'organisation clinique régionale CVQ Comité de vigilance et de la qualité PON Procédures d’opérations normalisées DAI Dossier accident/incident POR Pratiques organisationnelles requises DG Direction générale POSB Principe de déplacement sécuritaire des bénéficiaires DGA Direction générale adjointe PREM Plan régional des effectifs médicaux DPCSI Direction des programmes-clientèles et des soins infirmiers PSST Programme de santé et sécurité au travail DRF Direction des services financiers PTI Plan thérapeutique infirmier DRHDO Direction des ressources humaines et du développement organisationnel RAMQ Régie de l’assurance maladie du Québec DRI Direction des ressources informationnelles RIE Risques des infections environnementales DSPH Direction des services professionnels et hospitaliers SARM Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline DSTH Direction des services techniques et d'hôtellerie SIBTA Suivi intensif bref des troubles affectifs EI Espace Institut- système intranet SISSS Système d'information sur la sécurité des soins et des services ETC Équivalent temps complet SIU Système d'information de l'usager IMPAC Intervention multisectorielle programme d’accompagnement à la cour municipale de la Ville de Québec SMSST Système de management de la santé et de la sécurité au travail ISMP Institut pour l'utilisation sécuritaire des médicaments TIBD Traitement intensif bref à domicile ISSBA Institut supérieur de la santé et des bioproduits d'Angers TRPIN Table régionale en prévention des infections nosocomiales IUSMQ Institut universitaire en santé mentale de Québec UETMIS Unité d’évaluation des technologies et des modes d'intervention en santé IVRS Infection des voies respiratoires supérieures URDM Unité de retraitement des dispositifs médicaux MEL Module d’évaluation - liaison USSPS Unité de services en soins physiques spécialisés
  4. 4. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 4 TTaabbllee ddeess mmaattiièèrreess Liste des acronymes .............................................................................................................................................................. 3 Déclaration de fiabilité .......................................................................................................................................................... 5 MMeessssaaggee ddeess aauuttoorriittééss........................................................................................................................................................... 5 Présentation de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec.................................................................................. 9 NNoottrree mmiissssiioonn ............................................................................................................................................................... 10 NNoottrree vviissiioonn .................................................................................................................................................................. 10 NNooss vvaalleeuurrss ................................................................................................................................................................... 11 Les membres du conseil d’administration.................................................................................................................... 12 Le cercle des ambassadeurs ......................................................................................................................................... 12 La structure organisationnelle...................................................................................................................................... 13 Les faits saillants........................................................................................................................................................... 14 L’organisation des services........................................................................................................................................... 16 Les caractéristiques de la population et les principales données de santé.................................................................. 18 Les résultats au regard du plan stratégique ........................................................................................................................ 21 L’agrément ................................................................................................................................................................... 22 Relativement à la sécurité des soins et des services.................................................................................................... 24 Relativement à l’examen des plaintes et à la promotion des droits ............................................................................ 27 L’enseignement ................................................................................................................................................................... 29 La recherche ........................................................................................................................................................................ 33 Les statistiques .................................................................................................................................................................... 45 Les conseils et comités ........................................................................................................................................................ 49 Les rapports financiers ........................................................................................................................................................ 69 L’état du suivi des réserves, commentaires et observations formulés par l’auditeur indépendant............................ 71 Le code d’éthique et de déontologie des administrateurs.................................................................................................. 73 Annexe 1 Orientations stratégiques et priorités d’action 2012-2013 ............................................................................... 77 Annexe 2 États financiers résumés.................................................................................................................................... 80
  5. 5. Rapport annuel de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 5 Déclaration de fiabilité À titre de directeur général, j’ai la responsabilité d’assurer la fiabilité des données contenues dans ce rapport annuel de gestion ainsi que des contrôles afférents. Les résultats et les données du rapport annuel de gestion 2012-2013 de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec décrivent fidèlement la mission, les mandats, les responsabilités, les activités et les orientations stratégiques de l’établissement; présentent les objectifs, les indicateurs, les cibles à atteindre et les résultats; présentent des données exactes et fiables. Je déclare que les données contenues dans le rapport annuel de gestion 2012-2013 ainsi que les contrôles afférents à ces données sont fiables et qu’elles correspondent à la situation telle qu’elle se présentait au 31 mars 2013. Simon Racine, M.D. Directeur général MMeessssaaggee ddeess aauuttoorriittééss Un bilan positif À la mi-chemin de notre planification stratégique 2011- 2015, c’est avec beaucoup de fierté et d’enthousiasme que nous vous présentons les progrès réalisés par l’Institut universitaire en santé mentale de Québec (IUSMQ) au cours du dernier exercice 2012-2013. Ce rapport démontre l’engagement de l’ensemble de notre personnel à faire de l’IUSMQ, un leader dans le traitement, l’évaluation des services, l’enseignement et la recherche sur les maladies mentales. Le rétablissement de la personne au cœur de nos préoccupations Nos travaux sur l’approche du rétablissement ont été très concluants au cours de la dernière année. En mai 2012, nous avons eu la chance d’enrichir notre réflexion sur le rétablissement en recevant une sommité mondiale sur le sujet, madame Marianne Farkas de l’Université de Boston qui a attiré plus de 400 participants à l’IUSMQ. Cette visite, des plus inspirantes, a contribué à l’adoption de notre plan directeur sur le rétablissement et nous a confirmé que nous étions sur la bonne voie. Ainsi, nous sommes allés un peu plus loin en sondant quelque 1 300 usagers sur leur perception de l’approche du rétablissement et sur leur degré de satisfaction quant aux services reçus. L’exercice a permis de reconnaître la qualité de la relation entre l’usager et le personnel comme une force de notre établissement, notamment au plan de la politesse et de la confidentialité. Bien que le sondage n’ait révélé aucun élément d’insatisfaction majeur, il nous a toutefois incité à poursuivre nos efforts pour faciliter l’implication de l’usager dans son plan de traitement et les choix qui se présentent à lui, ainsi qu’à rendre plus accessible l’information sur son état de santé et sur les services offerts. Des soins de qualité dans un environnement qui respire le rétablissement Avec l’ouverture des trois dernières unités rénovées du programme-clientèle des troubles psychotiques, la majorité des personnes hospitalisées à l’IUSMQ pourront maintenant bénéficier d’un milieu de traitements et de soins spécialisés et surspécialisés à la fine pointe des meilleures pratiques en psychiatrie. Les nouveaux milieux de soins sont aussi rassurants pour les familles et les proches qui reconnaissent que l’environnement est stimulant et qu’il favorise davantage le retour à une vie contributive dans la communauté. Ainsi, ces milieux rénovés leur permettent une plus grande implication dans l’épisode de soins. Un guide qui met en valeur l’apport des proches dans le rétablissement de la personne malade Peu importe le diagnostic, l’âge, le sexe, la classe sociale ou le lieu de résidence de la personne atteinte, la grande majorité des proches et des familles font face aux mêmes problèmes et présentent les mêmes besoins en terme d’information et de soutien. En mai 2012, l’IUSMQ lançait Le Guide d’information et de soutien destiné aux membres de l’entourage d’une personne atteinte de maladie mentale. Pour la réalisation du Guide, l’Institut et ses partenaires n’ont pas hésité à mettre en commun leur expertise et
  6. 6. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 6 leur expérience du terrain. Avec une distribution de plus de 56 000 exemplaires aux quatre coins du Québec, ce guide offre de l’information générale sur l’organisation des services de santé mentale, sur les maladies mentales, des conseils pratiques, des notions de base sur la confidentialité et le secret professionnel, de même qu’une liste des ressources en santé mentale répertoriées pour chaque région administrative de la province. Ce nouvel outil fournit des pistes pour favoriser la communication, pas toujours évidente et pourtant essentielle, entre la personne atteinte d’une maladie mentale, l’équipe traitante et les membres significatifs de l’entourage. Ces derniers occupent un rôle primordial dans le rétablissement de la personne, puisqu’ils sont au cœur de son évolution au quotidien. Une première au Québec : La Cour supérieure du Québec siège dans nos installations Les juges de la Cour supérieure du district de Québec siègent, depuis septembre 2012, à I’IUSMQ où une salle d'audience permanente a été aménagée à même les infrastructures de l’établissement. Ce projet pilote, une première au Québec, vise à améliorer les services dispensés aux usagers en santé mentale et à favoriser leur rétablissement tout en protégeant leur dignité Cette démarche, très prometteuse dans le secteur de la santé mentale, est le résultat d’un protocole d’entente intervenu en juin 2012 entre la Cour supérieure, l’IUSMQ et le Ministère de la Justice du Québec. Elle permet de présenter à un juge de la Cour supérieure, sur les lieux même de l’établissement, les requêtes d’autorisation de soins malgré le refus catégorique d’un usager de recevoir les soins jugés nécessaires. Ainsi, l’IUSMQ a innové dans l’amélioration des soins et des services aux personnes atteintes, en réduisant le temps requis pour une comparution devant le tribunal et en diminuant les facteurs de stress causés par le déplacement vers le palais de justice. Ces mesures facilitent l’accès à la justice et contribuent à protéger la dignité de notre clientèle tout en assurant le décorum approprié à une audience devant un juge de la Cour supérieure. Un centre de recherche en neurosciences et en santé mentale qui se positionne parmi les meilleurs au Canada Le plan de développement du CRIUSMQ s’articule autour de trois grands axes : les neurosciences cliniques et cognitives, les neurosciences intégratives, et les neurosciences cellulaires et moléculaires. Considérant le potentiel remarquable des équipes en place, un plan d’agrandissement a été déposé aux autorités gouvernementales, incluant une participation significative de la Fondation de l’Institut. Avec deux nouveaux chercheurs seniors de niveau international qui ont joint l’équipe de recherche en cours d’année, ce sont 66 chercheurs, près de 400 personnes impliquées dans les activités de recherche et de soutien ainsi que près de 200 étudiants des cycles universitaires supérieurs qui contribuent à l’avancement des connaissances et à l’amélioration des approches diagnostiques et thérapeutiques. Au début de l’année 2013, le centre de recherche, de concert avec l’Université Laval, s’est vu octroyer une chaire d’excellence en recherche du Canada en neurophotonique dont le financement s’élève à près de 25 M$. Un milieu d’enseignement actif En 2012-2013, c’est près de 14 000 journées de stage qui ont été dispensées à plus de 600 stagiaires provenant de programmes professionnels et cliniques, collégiaux et universitaires. De plus, l’IUSMQ a organisé le colloque interétablissement 2012 sous le thème Santé mentale des jeunes adultes, nous pouvons faire mieux! De la recherche à l’organisation des soins et des services. Ce colloque a rassemblé plus de 450 participants. Agrément avec mention d’honneur En novembre 2012, nous avons reçu la visite des représentants d’Agrément Canada pour laquelle nous avons obtenu la plus haute distinction, soit un agrément avec mention d’honneur, pour un taux de conformité de 97 %. Cette première dans l’histoire de notre établissement n’est pas le fruit du hasard, mais le résultat des efforts soutenus de l’ensemble de notre personnel. Nous nous sommes particulièrement distingués pour la sécurité des soins prodigués aux usagers, obtenant une note parfaite pour les 37 pratiques entourant la sécurité des usagers et les mesures mises en place pour minimiser les risques. Des défis d’envergure nous attendent Les défis ne manqueront pas en 2013-2014! Conscients de notre environnement, des réalités de nos partenaires du réseau de la santé et des services sociaux et des organismes communautaires, ainsi que des besoins de notre clientèle et de leurs proches, le conseil d’administration et le comité des directeurs de l’IUSMQ ont accordé la priorité aux sept objectifs suivants : l’évolution et la régionalisation des programmes-clientèles, les collaborations
  7. 7. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 7 interprofessionnelles fructueuses, la fluidité de la trajectoire régionale de services, le dépistage précoce de la maladie et des services adaptés, l’évolution de notre centre de recherche, les pratiques de gestion innovantes ainsi que l’approche intégrée d’amélioration continue de la qualité et de la performance. Nous sommes convaincus que ces choix donneront des résultats tangibles dans notre prestation de soins et de services et qu’ils contribueront à optimiser notre mission d’établissement de référence et d’expertise en santé mentale, et ce, pour le bénéfice des personnes atteintes et de leurs proches. Nous tenons sincèrement à remercier tous les employés de l’Institut, les médecins, dentistes et pharmaciens, ainsi que tous ceux qui œuvrent bénévolement pour leur engagement au quotidien et leur détermination à l’amélioration des soins et des services offerts par notre établissement. Nous tenons également à souligner le soutien remarquable de nos partenaires de la première ligne (des soins de proximité), des organismes communautaires, des proches et des familles, sans lesquels, il nous serait impossible d’accompagner les personnes atteintes vers le rétablissement. Simon Racine, M.D. Directeur général Raymonde Touzin, Présidente du conseil d’administration
  8. 8. Rapport annuel de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 8
  9. 9. Rapport annuel de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 9 Présentation de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec
  10. 10. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 10 NNoottrree mmiissssiioonn Chef de file en santé mentale, affilié à l’Université Laval, l’Institut universitaire en santé mentale de Québec offre aux personnes adultes des soins et des services spécialisés de qualité axés sur le rétablissement, l’intégration sociale et la qualité de vie. Engagé dans un réseau de partenaires, il traite la maladie mentale et soutient la personne et les proches, il contribue également à la prévention et au dépistage; il contribue activement à l’enseignement, au développement et au transfert des expertises; il s’investit dans l’avancement des connaissances par la recherche fondamentale, clinique et évaluative; il poursuit sa démarche d’excellence en procédant à l’évaluation des modes d’intervention et à l’implantation des meilleures pratiques. NNoottrree vviissiioonn L’Institut universitaire en santé mentale de Québec se projette dans un futur où chaque personne atteinte de maladie mentale bénéficie d’un dépistage précoce et peut aspirer à son rétablissement, en ayant accès à un traitement optimal, favorisant sa participation pleine et entière à la société.
  11. 11. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 11 NNooss vvaalleeuurrss L’Institut universitaire en santé mentale de Québec prône des valeurs qui constituent ses fondements au quotidien. Ces valeurs sont le respect, l’excellence, la responsabilité, la complémentarité et la cohérence. Le respect … dans toutes nos relations. Nous estimons chaque personne pour sa valeur, nous reconnaissons sa dignité et les différences individuelles et culturelles. L’excellence … dans les soins que nous prodiguons, dans notre gestion et dans tous les domaines où nous œuvrons. Nous poursuivons, dans un esprit d’innovation, la recherche et le développement des meilleures pratiques dans l’organisation, la dispensation et l’évaluation des soins et services. La responsabilisation … dans nos actions. Nous recherchons en équipe et individuellement l’efficacité et l’efficience des services rendus, afin d’atteindre un résultat spécifique, mesuré par des indicateurs et répondant aux plus hauts standards de qualité. Nous valorisons le développement de l’expertise et l’optimisation des compétences. La complémentarité … dans nos partenariats. Nous collaborons au sein d’un réseau intégré d’intervenants pour dispenser de façon coordonnée une gamme de services orientés vers le rétablissement, conformément aux besoins et aux attentes de la personne. Nous travaillons en synergie, en développant un esprit d’équipe axé sur la qualité des soins et services, les connaissances et la recherche. La cohérence … dans nos communications et nos pratiques. Nous favorisons une gestion participative en misant sur une communication transparente réciproque, basée sur la confiance mutuelle. Nous agissons conformément aux priorités partagées, visant l’atteinte d’une cible commune. NNoottrree ddééffiinniittiioonn dduu rrééttaabblliisssseemmeenntt eett nnooss eennggaaggeemmeennttss Pour nous, membres de l’équipe de l’Institut, nous définissons le rétablissement comme suit : Le rétablissement est un engagement dans un cheminement unique et personnel, ancré dans l’espoir et le pouvoir d’agir de la personne. Au-delà des effets catastrophiques de la maladie, elle aspire à une vie pleinement épanouie dans sa communauté. Nos engagements : Nous croyons au potentiel et aux forces de la personne. Nous écoutons et nous respectons les choix de la personne. Nous accompagnons la personne dans son projet de vie, selon ses valeurs et sans réserve. Nous encourageons la personne à exercer sa pleine citoyenneté. Nous nous arrimons au réseau de la personne pour favoriser le partage des forces de chacun. Nous accueillons la contribution des familles et des proches au rétablissement de la personne.
  12. 12. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 12 Les membres du conseil d’administration au 31 mars 2013 Raymonde Touzin, présidente ........................................Agence de la santé et des services sociaux Monique Carrière, vice-présidente.......................................................................................Cooptée Monique Marois, vice-présidente.....................................................................................Population Simon Racine, M.D., secrétaire .............................................................................. Directeur général Alhousseyni Bah, administrateur ...................................................................Personnel non clinique Sylvie Boulet, administrateur..............................................................................Comité des usagers François Chassé, administrateur................................................................ Conseil multidisciplinaire Jean-François Dallaire, administrateur ...................................................................................Coopté Martine Danjou, administrateur .................... Cooptée provenant d’un organisme communautaire Paule De Blois, administrateur........................................................................Fondation de l’IUSMQ Hubert Wallot, M.D., administrateur.................... Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens Gilles Fournier, administrateur ...........................................................................Comité des usagers Claude Godbout, administrateur ....................................Agence de la santé et des services sociaux Élaine Grégoire, administrateur................................................ Conseil des infirmières et infirmiers Lucille Morin, administrateur................................................................................................Cooptée Lina Normandin, Ph.D., administrateur ....................................................................Université Laval Jean-Guy Ouellet, administrateur...........................................................................................Coopté Louis Poulin, administrateur ...................................................................................................Coopté Sophie Régnière, administrateur ......................................................................................Population Michel J. Tremblay, Ph.D., administrateur................................................................Université Laval Le cercle des ambassadeurs Jean-Guy Roy Réjean Cantin Michel Gervais Denis Gagnon Pierre Gingras Raymonde Touzin .....................................................................................................Présidente du CA Simon Racine, M.D................................................................................................... Directeur général
  13. 13. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 13 LLaa ssttrruuccttuurree oorrggaanniissaattiioonnnneellllee
  14. 14. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 14 LLeess ffaaiittss ssaaiillllaannttss 1 — DES SOINS ET DES SERVICES CENTRÉS SUR LA PERSONNE Adoption et début de l’implantation du Plan d’action 2012-2015 sur le rétablissement; Consensus du Département régional de psychiatrie, des partenaires de la 1 re et de la 2 e ligne et de l’Institut sur les enjeux cliniques dans le cadre du Plan d’organisation clinique régional. Début de l’implantation de l’offre de service renouvelée; Visite d’Agrément Canada complétée avec succès, avec un taux de conformité de 97 %; Réalisation d’un sondage de satisfaction auprès des usagers, familles et proches afin d’identifier les priorités d’action du futur plan intégré d’amélioration de la qualité. 60 hospitalisations écourtées ou évitées grâce au TIBD; Réduction significative des heures de surveillance constante; Aménagement d’une salle d’audience de la Cour supérieure à l’IUSMQ et d’un service d’accompagnement à la cour municipale de la Ville de Québec pour les personnes aux prises avec un trouble de santé mentale, de déficience intellectuelle, de trouble envahissant du développement ou d’itinérance; Assignation d’un juge et d’un avocat de l’aide juridique en permanence dans le cadre du programme IMPAC; Ouverture du plateau diagnostique aux médecins de famille de la région pour la clientèle en santé mentale et la population; Proactivité médiatique ayant engendré 290 reportages avec des experts de l’IUSMQ. Couverture majoritairement positive. 2 — L’ACCESSIBILITÉ ET LA CONTINUITÉ DES SOINS ET DES SERVICES Recommandations adoptées par les instances régionales sur la révision de l’organisation des services des urgences psychiatriques régionales; Mise sur pied d’un comité régional de mise en œuvre des recommandations sur les urgences psychiatriques pour assurer le suivi adéquat à cette priorité régionale; Révision du rôle des infirmières cliniciennes en aval et en amont des évaluations psychiatriques (MEL); Dépôt d’une offre de services en santé physique et médecine spécialisées pour les personnes âgées. 3 — LE TRANSFERT ET L’APPLICATION DES CONNAISSANCES ET DE L’EXPERTISE Déploiement de formation en ligne dans le cadre du projet d’autoformation régionale pour un total de plus de 2 500 inscriptions; Développement du concept de la fonction médecin spécialiste répondant en psychiatrie. 4 — LA MISSION UNIVERSITAIRE Les fonds de recherche du CRIUSMQ ont augmenté pour s’établir à 10 M$ au cours du dernier exercice; Deux nouveaux chercheurs se sont joint au CRIUSMQ en 2012-2013 portant l’effectif à 66 chercheurs; Obtention d’une chaire d’excellence en recherche du Canada de près de 25 M$ en neurophotonique au CRIUSMQ; Près de 400 personnes impliquées dans les activités de recherche et de soutien au CRIUSMQ; Près de 200 étudiants au CRIUSMQ provenant des cycles universitaires supérieurs inscrits dans divers programmes; Intégration administrative du CRIUSMQ à l’Institut complétée; Début des activités de l’unité de soutien aux activités de recherche intégrées aux soins et services; Accueil de 615 stagiaires de niveau professionnel et clinique, collégial et universitaire pour un total de 13 797 jours de stage; Partenariat avec sept universités québécoises et cinq européennes, 19 collèges d’enseignement et quatre commissions scolaires; Création de la direction scientifique de l’UETMIS. 5 — LA VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES Mise à jour du PMO, identification des zones à risque et planification du recrutement pour les 5 prochaines années;
  15. 15. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 15 Agrément obtenu sur le climat de travail organisationnel incluant le volet mobilisation des ressources humaines; Atteinte de la très grande majorité des cibles de l’entente de gestion. Aucune heure travaillée par le personnel infirmier et les préposés aux bénéficiaires provenant d’agences privées; Poursuite du programme Institut promoteur de la santé – volet employés; Implantation très avancée du SMSST; l’IUSMQ est leader en la matière au plan provincial; Décision du MSSS pour confirmer le PREM régional; Atteinte de tous les résultats attendus pour le Programme de prévention des agressions. 6 — LA QUALITÉ, LA PERFORMANCE ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Maintien de l’équilibre budgétaire; Rénovations complétées et relocalisation des unités de soins du programme-clientèle des Troubles psychotiques en façade de l’établissement; Développement des actifs informationnels, dont SIU, SAGE formation et réseau Wi-Fi; Développement du cycle annuel de gestion et adaptation des outils; Amorce d’une campagne majeure de financement de la Fondation de l’Institut pour la recherche. Objectif de 10 M$; Avancées importantes dans le cadre du programme de développement durable Institut écoresponsable.
  16. 16. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 16 LL’’oorrggaanniissaattiioonn ddeess sseerrvviicceess Le Département régional de psychiatrie de l’IUSMQ regroupe tous les services psychiatriques offerts dans les établissements de la région de la Capitale-Nationale. S’adressant aux personnes de 18 ans et plus souffrant de troubles de santé mentale graves, les ressources travaillent en synergie pour offrir une gamme complète de soins et de services axés sur le rétablissement, l’autonomie et l’intégration sociale. Le Département régional se déploie au CSSS Charlevoix, au CHU de Québec sites Enfant-Jésus, Saint-Sacrement, Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ), l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ) et à l’IUSMQ. Il regroupe également les services de psychiatrie générale et des urgences psychiatriques du CHU de Québec. Afin d’appuyer la mission de l’Institut, les soins de courte durée y sont regroupés en programmes-clientèles et unités de services, en fonction des troubles de santé mentale, afin d’offrir les services les plus adaptés à l’état de santé de la personne. Les soins psychiatriques regroupés en programmes-clientèles et unités de services Le programme-clientèle des Troubles psychotiques s’adresse aux personnes souffrant de troubles schizophréniques, schizo-affectifs et psychotiques apparentés. Le programme-clientèle des Troubles anxieux et de l’humeur s’adresse aux personnes souffrant de troubles de l’humeur : trouble bipolaire et dépression majeure, troubles anxieux ou troubles déficitaires de l’attention. Le programme-clientèle des Troubles sévères de personnalité traite les personnes présentant un trouble de personnalité aggravé par une détresse importante. Le trouble de personnalité peut être associé à d’autres troubles mentaux. Le programme-clientèle de Déficience intellectuelle et troubles mentaux traite des personnes présentant des troubles de santé mentale ou de graves troubles du comportement, associés à une déficience intellectuelle ou à un trouble envahissant du développement. Le programme-clientèle de Psychiatrie périnatale s’adresse aux femmes qui présentent ou développent des troubles de santé mentale avant, pendant ou après la grossesse. Le programme-clientèle de Gérontopsychiatrie offre des soins aux personnes âgées de 65 ans et plus présentant une première maladie mentale ou souffrant de troubles de santé mentale se compliquant avec le vieillissement. Le programme-clientèle d’intervention pour les troubles des conduites alimentaires est offert à l’extérieur de l’IUSMQ, au CHU de Québec site CHUL et traite les personnes aux prises avec des troubles sévères de conduite alimentaire tant sur les volets évaluation, hospitalisation qu’en suivi externe. Une offre complétée par six unités de services La psychiatrie générale est présente dans tous les centres hospitaliers de la région et offre davantage des services d’évaluation et de traitement pour les cas moins sévères ou ne nécessitant pas une expertise de surspécialité. Cependant, nous travaillons à la mise en place d’un programme régional de psychiatrie générale qui intégrera un volet important des soins partagés avec la 1 re ligne (soins de proximité). La psychiatrie de liaison et psychosomatique s’adresse aux personnes dans les centres hospitaliers généraux et spécialisés présentant un problème de santé physique et qui, en cours de traitement, développent des symptômes psychiatriques importants (agitation importante, gestes agressifs, imprévisibilité, confusion) ou des problèmes de santé mentale susceptibles de compromettre leur guérison.
  17. 17. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 17 Le guichet régional en psychiatrie est la porte d’entrée des demandes formulées par des médecins omnipraticiens de 1 re ligne (CSSS, cabinets médicaux, unités de médecine familiale, groupes de médecine familiale) aux services spécialisés et surspécialisés en psychiatrie, offerts à l’Institut, lorsque la demande n’est pas urgente. Les services d’urgence sont localisés sur trois sites du CHU de Québec soit : à l’Enfant-Jésus, à Saint-Sacrement et au CHUL. Selon l’approche interdisciplinaire, on y évalue, stabilise, traite et oriente la clientèle vers les services et ressources appropriées. La psychiatrie et toxicomanie s’adresse uniquement aux usagers de l’IUSMQ qui présentent des problèmes de toxicomanie associés à leur trouble de santé mentale. La psychiatrie légale traite les personnes référées par les tribunaux pour des troubles de santé mentale graves et sévères, les patients dangereux (ex. : délinquants dangereux) et celles présentant des troubles de comportement sexuel. Projet d’organisation clinique régional (POCR) L’ensemble des programmes-clientèles et unités de services arrive bientôt à terme d’une profonde restructuration dans la foulée de la précédente évaluation (2006-2010). Cet exercice de révision de la programmation est notre Projet d’organisation clinique régional. Les conclusions et les plans d’action seront déposés au début de l’automne 2013. Les soins spécialisés de longue durée Moins de 155 personnes sont aujourd’hui hébergées à l’IUSMQ. Avec l’avancement des connaissances et des traitements dans le domaine de la santé mentale, le rétablissement et la réinsertion sociale de cette clientèle sont dorénavant possibles. La disponibilité de ressources non institutionnelles adaptées permet de planifier et de réussir leur réinsertion sociale. Pour les cas plus lourds et complexes, l’Institut prévoit, dans un avenir prochain, offrir des soins spécialisés qui, bien que toujours axés vers le rétablissement de la personne, peuvent s’inscrire dans une hospitalisation plus longue.
  18. 18. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 18 LLeess ccaarraaccttéérriissttiiqquueess ddee llaa ppooppuullaattiioonn eett lleess pprriinncciippaalleess ddoonnnnééeess ddee ssaannttéé En 2013, la population de la région de la Capitale-Nationale s’établit à un peu plus de 700 000 habitants. Près de la moitié, soit 47,3 % est âgée de 45 ans et plus, en comparaison à 44,8 % pour l’ensemble du Québec chez cette même tranche d’âge. L’autre moitié est composée à 27,1 % de personnes âgées entre 25 et 44 ans et à 25,6 % de personnes âgées entre 0 et 24 ans, ce qui rejoint le portrait démographique de la province 1 . Par ailleurs, c’est dans le secteur de la Jacques-Cartier, situé dans le territoire du CSSS de Québec-Nord, qu’on retrouve la population la plus jeune (22,1 % de 0 à 17 ans) Près de 90 % de la population vit dans la zone la plus urbanisée de la région 2 , soit les territoires socio-sanitaires des CSSS de la Vieille-Capitale et de Québec-Nord 3 . Au plan économique Avec le plus faible taux de chômage de la province en 2011 (5,8 % en comparaison à 7,8 % pour le Québec) et avec un revenu personnel par habitant (avant impôt) de 36 170 $ en 2010, la région se classe au premier rang des régions québécoises 4 . Malgré ce portrait des plus favorables, il subsiste certaines zones de pauvreté : en 2009, la proportion des familles à faible revenu est moins élevée (5,9 %) que dans l’ensemble du Québec (9,8 %) 5 . Un des atouts de la population est certainement sa forte scolarisation : 27,5 % est titulaire d’un diplôme universitaire en comparaison à 23,9 % pour le Québec 6 . Seulement 10,9 % des 24 à 65 ans, n’a pas de diplôme d’études secondaires, alors que ce taux est de 16,6 % au niveau de la province. Bilan de santé mentale Selon les dernières données disponibles (2009), la très grande majorité de la population (82 %) évalue sa santé mentale comme étant très bonne ou excellente, en comparaison avec la moyenne québécoise qui se situe à 76,8 % 7 . Par ailleurs, plus d’un adulte sur quatre (29,2 %) disait en 2003, éprouver un stress quotidien élevé, alors que près d’un sur cinq (18,4 %) mentionnait présenter une détresse psychologique élevée. Les femmes semblent plus touchées par cette 1 Institut de la statistique du Québec, (6 février 2013) Estimation de la population des régions administratives, 1er juillet des années 1986, 1991, 1996, 2001 et 2006 à 2012. Direction des statistiques sociodémographiques. Téléchargé le 10 juin 2013 à l’adresse : http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/societe/demographie/dons_regnl/regional/ra_total.htm 2 Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale (2012). Portrait de santé de la région de la Capitale- Nationale 2012, Québec, Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale, Direction régionale de santé publique, 401 pages. 3 MSSS (février 2005). Service du développement de l’information. Gouvernement du Québec . 4 Institut de la statistique du Québec (2012). Bulletin statistique régionale – Capitale-Nationale. Gouvernement du Québec. 5 Institut de la statistique du Québec (2012). Bulletin statistique régionale – Capitale-Nationale. Gouvernement du Québec. 6 Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale (2012). Portrait de santé de la région de la Capitale- Nationale 2012, Québec, Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale, Direction régionale de santé publique, 401 pages. 7 Statistique Canada, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC), 2009.
  19. 19. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 19 détresse que les hommes de la région (22,7 % contre 14 %) 8 . En 2009-2010 3,5 % de la population de la région a déclaré avoir reçu un diagnostic de trouble de l’humeur, ce taux se situant à 4,9 % chez la population de la province 9 . Autre particularité de la population : la consommation d’alcool. De fait, 22,5 % des personnes sondées en 2012 ont affirmé avoir une consommation abusive d’alcool 10 en comparaison à 18,2 % chez la population québécoise. L’écart est encore plus marqué entre les femmes de la région et celles de la province : 18,4 % contre 11,1 % 11 . Par ailleurs, en 2008, une plus grande proportion de jeunes âgés de 15 ans et plus ont affirmé avoir eu des idées suicidaires (soit chez 2,6 % en comparaison à 2,3 % au plan provincial); et 0,4 % de la population a tenté de se suicider (taux provincial de 0,5 %) 12 . Malgré une baisse importante du taux de mortalité par suicide au cours des dernières années, le phénomène demeure préoccupant. En 2008, on dénotait 17,2 suicides pour 100 000 habitants dans la Capitale-Nationale, comparativement à 15,4 pour 100 000 personnes au Québec 13 . La mortalité par suicide dans la Capitale‐Nationale, est la plus élevée parmi les grandes régions canadiennes. Au plan régional cependant, les territoires de Basse-Ville – Limoilou – Vanier (29,9), et de Charlevoix (20,2) présentent des taux de mortalité par suicide largement supérieurs à la moyenne. 8 Institut de la statistique du Québec (2008). Enquête québécoise sur la santé de la population. Gouvernement du Québec. 9 Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale (2012). Portrait de santé de la région de la Capitale- Nationale 2012, Québec, Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale, Direction régionale de santé publique, 401 pages. 10 Définie comme 5 verres ou plus d'alcool en une même occasion, au moins une fois par mois dans la dernière année. 11 Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale (2012). Portrait de santé de la région de la Capitale- Nationale 2012, Québec, Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale, Direction régionale de santé publique, 401 pages. 12 Institut de la statistique du Québec (2008) Enquête québécoise sur la santé de la population. Gouvernement du Québec. 13 Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale (2012). Portrait de santé de la région de la Capitale- Nationale 2012, Québec, Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale, Direction régionale de santé publique, 401 pages.
  20. 20. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 20
  21. 21. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 21 Les résultats au regard du plan stratégique Consultez les orientations stratégiques et priorités d’action 2012-2013 à l’annexe 1.
  22. 22. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 22 LL’’aaggrréémmeenntt Pour l’année 2012-2013, nos efforts se sont concentrés autour de la préparation de la visite de novembre 2012. Nous avons donc procédé aux différents sondages (auto-évaluation sur les normes, efficacité organisationnelle, pulse, culture de sécurité) en plus de planifier les quatre jours de la visite. Nous avons obtenu un agrément avec mention et nos premiers travaux ont touché six points de suivi nous permettant d’obtenir un agrément avec mention d’honneur, la plus haute distinction décernée par l’organisme. Recommandations agrément (visite de novembre 2012) Suites apportées à ces recommandations 1. Normes leadership 16.1 Les dirigeants de l'organisme élaborent et mettent en œuvre un système de gestion de la qualité défini et intégré pour évaluer le rendement et améliorer la qualité. L’adoption du plan d’action intégré de l’amélioration continue de la qualité a permis de cibler les actions qui sont déjà amorcées et celles qui devront être réalisées au cours de la prochaine année afin de maintenir et d’améliorer le niveau de sécurité des patients à l’intérieur de notre prestation de soins et de services. Le plan d’action sera suivi tout au cours de l’année lors des rencontres mensuelles du comité de coordination et de suivi de l’Agrément et des certifications et révisé annuellement. Les objectifs issus de l’environnement interne : 1. Assurer le suivi des 10 priorités identifiées suite aux questionnaires d’autoévaluation de novembre 2011 d’Agrément Canada. 2. Effectuer l’analyse des résultats du sondage de satisfaction de la clientèle réalisé en 2012. 3. Diffuser des résultats du sondage de satisfaction. 4. Émettre et suivre des recommandations en lien avec le sondage de satisfaction de la clientèle. 5. Démarrer l’évaluation de la satisfaction des clientèles en continu. 6. Assurer le suivi des résultats du sondage auprès des familles de 2009. 7. Évaluer la satisfaction des partenaires. 8. Assurer le suivi des sondages Pulse et d’Acti-Menu. 9. Assurer le suivi général des principaux objets de plaintes des usagers. Les objectifs issus de l’environnement externe : 1. Assurer la conformité des 37 POR. 2. Assurer le suivi des recommandations de la visite d’Agrément Canada de novembre 2012. 3. Réaliser la planification de la prochaine visite d’Agrément Canada prévue en 2015 ou 2016. 4. Assurer le suivi des visites et des activités d’accréditation d’organismes externes. (ex. : ordre professionnel)
  23. 23. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 23 5. Assurer une vigie systématique auprès de certains organismes et instances en santé et services sociaux, santé mentale et psychiatrie. (ex. : MSSS, CSBE, Protecteur du citoyen, rapports du coroner). 2. Normes imagerie diagnostique 15.4 L'équipe se prépare aux urgences médicales en participant à des exercices de simulation. Un protocole a été élaboré afin de structurer la démarche liée à la réalisation d’exercices d’urgences médicales. Il a été adopté le 7 mars 2013. Les exercices de simulation ont eu lieu les 4 et 11 avril 2013. L’ensemble de la démarche a permis de mettre en pratique les mesures prévues dans le protocole (qui, quoi et comment) en cas d’une urgence médicale et ainsi d’améliorer l’efficacité de tous les membres de l’équipe dans l’éventualité d’une réelle situation d’urgence médicale. La diffusion du rapport des exercices de simulation a permis à tout le personnel de prendre connaissance des pratiques à maintenir et de celles à améliorer. Un cartable incorporant le protocole, le calendrier des exercices et les rapports a été mis à la disposition de l’équipe d’imagerie médicale afin qu’ils puissent se référer en tout temps aux informations en cas d’interrogation. Selon le protocole établi, deux exercices de simulation seront réalisés annuellement par tout le personnel du service d’imagerie médicale et un rapport leur sera diffusé indiquant les pratiques à maintenir et celles à améliorer, le cas échéant. 3. Normes d’imagerie diagnostique 15.6.4 L’équipe établit des mesures en vue d’évaluer la stratégie de prévention des chutes de façon continue. La révision du programme de prévention des chutes, l’élaboration de processus d’audit et la mise à jour des outils utilisés en lien avec la prévention des chutes ont permis d’améliorer et de consolider les pratiques déjà effectuées par le personnel en imagerie médicale. L’ensemble des outils et de la démarche de prévention des chutes sera révisé annuellement par l’équipe d’imagerie médicale en collaboration avec l’équipe de qualité performance et gestion des risques de l’Institut afin d’effectuer en continu la mise à jour. 4. Normes services d’imagerie diagnostique 4.11 L’équipe dispose d’un système d’alimentation électrique de secours qui est mis à l’essai régulièrement et qui est conforme aux règlements applicables. L’Institut a mandaté la firme Génécor experts-conseils afin d’analyser les solutions de raccordement des équipements de radiologie au réseau électrique d’urgence. Les mesures prises ensuite ont permis de relier les appareils en radiologie au réseau d’urgence de l’IUSMQ, assurant la sécurité des patients en cas de panne électrique et la continuité des services en cas de besoin. L’alimentation des appareils de radiologie au réseau d’urgence est testée mensuellement selon le programme d’entretien préventif en vigueur à l’Institut. Les rapports seront acheminés au coordonnateur du programme- clientèle des soins physiques spécialisés. Ainsi, toute lacune du système sera détectée rapidement et corrigée dans les plus brefs délais afin de garantir la sécurité des usagers utilisant les services d’imagerie médicale. 5. Normes d’imagerie diagnostique 15.6.5 Le rapport d’audit a permis de mettre en lumière les pratiques en place. Toutes les stratégies actuelles sont
  24. 24. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 24 L’équipe utilise l’information découlant de ses évaluations pour apporter des améliorations à sa stratégie de prévention des chutes maintenues, car elles supportent de façon efficace la prévention des chutes au service d’imagerie médicale. Les autres stratégies qui étaient utilisées de façon inégale sont maintenant appliquées systématiquement suite aux recommandations émises dans le rapport. D’autre part, la présentation du rapport d’audit à tout le personnel du service d’imagerie médicale a assuré la transmission et l’application uniforme des recommandations par ceux-ci. Les audits seront effectués annuellement et un rapport sera produit et présenté à l’équipe d’imagerie médicale afin d’assurer l’amélioration continue et le maintien des meilleures pratiques concernant la prévention des chutes. 6. Normes prévention des infections 13.11 Tous les secteurs de retraitement des endoscopes comportent des aires séparées pour le nettoyage et la décontamination. Ils sont munis d’une zone d’entreposage, d’une plomberie, d’un drain et d’un système de ventilation appropriés. Les mesures de contrôle de qualité après chaque retraitement des endoscopes assurent qu’ils sont stériles et sécuritaires. Ces mesures de suivi concernant la qualité de retraitement des endoscopes assurent le maintien des normes de sécurité. La mise en chantier des travaux d’aménagement physique en juin 2013 permettra à l’équipe de procéder à la stérilisation des endoscopes dans des lieux conformes aux exigences en vigueur dès septembre 2013. RReellaattiivveemmeenntt àà llaa ssééccuurriittéé ddeess ssooiinnss eett ddeess sseerrvviicceess Actions réalisées pour promouvoir de façon continue la déclaration des incidents/accidents Quatre articles dans le journal interne En tête : Juin 2012, volume 4, numéro 4 : Prévenir les accidents graves liés aux obstructions respiratoires lors de l’alimentation; Octobre 2012, volume 4, numéro 6 : Semaine nationale de la sécurité des patients et La double identification du client; Décembre 2012, volume 4, numéro 8 : Caféine, boissons énergisantes et substances d’entrainement. À consommer avec modération. Deux articles dans le Presse-Papiers : Octobre 2012, numéro oct-03 : Semaine nationale de la sécurité des patients; Octobre 2012, numéro oct-04 : Boissons énergisantes et substances d’entrainement : l’heure juste. Quinze avis de gestion des risques : Avril 2012 : Date butoir pour la saisie des données dans le registre national en vue de la seconde publication du rapport semestriel des incidents et accidents survenus lors de la prestation de soins de santé et de services sociaux; Avril 2012 : Nouvelle procédure : Gestion intégrée de la prestation sécuritaire des soins et services; Mai 2012 : Situations à risque concernant le transport des usagers; Mai 2012 : Plan de sécurité des patients 2012-2013; Mai 2012 : Situation à risque concernant la validité de la carte d’assurance maladie; Juin 2012 : Situation à risque relative à l’administration des médicaments (FADM); Juillet 2012 : Clarification sur les nouvelles lignes directrices du MSSS concernant la déclaration des incidents et accidents; Juillet 2012 : Situation à risque concernant l’accès prioritaire de l’ascenseur en cas d’urgence; Juillet 2012 : Prévention des obstructions respiratoires; Juillet 2012 : Publication du second rapport semestriel des incidents et accidents du MSSS; Octobre 2012 : Mise à jour de notre registre local des incidents et accidents;
  25. 25. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 25 Octobre 2012 : Fenêtres laissées ouvertes par temps froid; Novembre 2012 : Procédure de double identification du client avant toute procédure ou prestation de services; Décembre 2012 : Risques accrus d’obstruction respiratoire pendant les périodes de fêtes; Février 2013 : Interruption prolongée du système d’alarme agression Honeywell. Dix-huit séances de formation sur les thèmes de la déclaration, de la culture de sécurité et des nouvelles lignes directrices sur la déclaration : Huit séances individuelles Dix séances de groupe o Nombre de personnes formées : 116 Comité de concertation clinique des ASI de jour, programme : Troubles psychotiques, Troubles sévères de personnalité, Psychiatrie légale, Troubles anxieux et de l’humeur; Comité de concertation clinique des ASI de jour au PHSPP, PHSP, USSPS; Comité de concertation clinique des ASI de soir de tous les programmes et coordonnateurs de soir/nuit/fin de semaine; L-6300; H-6100; Tournée individuelle des ASI de huit unités (non présentes aux Comités de concertation clinique); M-3400; Agentes administratives faisant la saisie des AH-223; G-6200/H-6100 (à trois reprises); Service social; G-2200. Formation en ligne : La dysphagie et le syndrome du mangeur rapide; o Nombre de personnes formées : 270. Activités de sensibilisation et d’information à l’intention des usagers et des employés dans le cadre de la Semaine nationale de la sécurité des patients, du 29 octobre au 2 novembre 2012 : Affiches; Communiqués; Tournée d’un kiosque mobile sur les unités de soins et distribution de documents d’information et de livrets de jeux éducatifs sur la sécurité, avec l’aide de bénévoles (15 unités); Diffusion de la vidéo « Plus jamais… » deux fois le midi et une fois en soirée; Conférence de M me Michelle Dionne « Qu’arrive-t-il lors d’un événement grave ? » deux fois de jour et une fois de soir; Kiosque sur les risques de consommation de caféine, boissons énergisantes et substances d’entrainement. Une fois le midi à l’IUSMQ, deux fois au Centre Mgr Marcoux. Principaux constats tirés de l’évaluation annuelle de l’application des mesures de contrôle des usagers (art. 118.1) Une diminution des heures d’utilisation des mesures de contrôle de l’ordre de 30,4 % a été enregistrée en 2012-2013 par rapport à l’an dernier; Le recours à l’isolement a augmenté de 39,8 %, le taux d’utilisation passant conséquemment de 2,1 à 3,3; La contention complète demeure la mesure la moins utilisée totalisant 0,09 % des heures totales d’utilisation des mesures de contrôle; La contention incomplète, principalement utilisée dans le programme des soins et services psychiatriques de longue durée, est en baisse de 35,4 %. Le taux d’utilisation de cette mesure ne dépasse pas 30 % pour la majorité de la clientèle.
  26. 26. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 26 Correctifs mis en place pour appliquer les recommandations d’un coroner Recommandations d’un coroner Correctifs mis en place Juin 2012 : Recommandations transmises à tous les directeurs généraux, réf : 12-MS-01911-0 Former adéquatement le personnel en ce qui a trait à l’utilisation des mesures de contention; Effectuer un inventaire du matériel de contention, faire régulièrement des inspections pour s’assurer de la bonne condition du matériel et tenir à jour un registre sous la responsabilité de l’ergothérapeute; Inspecter les matelas pour éviter le glissement de l’usager lors de l’utilisation de ridelles de lit; Individualiser le processus de surveillance des usagers sous contention et évaluer la possibilité d’augmenter le ratio du personnel de nuit. La formation contention-isolement a été donnée aux intervenants de soins de longue durée, avec une majeure sur la contention; La Direction des programmes clientèles et des soins infirmiers gère l’inventaire de tout matériel de contention de l’Institut, sauf celui qui est prêté en essai par les ergothérapeutes aux unités de soins. Le chef du service de réadaptation fonctionnelle confirme la présence d’un registre concernant les équipements de contention gérés par les ergothérapeutes. Le matériel est inspecté avant chaque usage; Une procédure d’installation sécuritaire et des recommandations ont été diffusées à tous les chefs d’unités, par un avis de gestion des risques concernant l’usage sécuritaire des barres d’appui amovibles au lit; L’usage des contentions est encadré par un protocole d’application des mesures de contention et d’isolement, y sont définies les modalités de surveillance. Octobre 2012 : Rapport d’investigation du coroner, réf : A-311922 150 632. Décès subit, en novembre 2010, d’une usagère souffrant d’une pneumonie Au directeur des programmes-clientèles et des soins infirmiers : Revoir le comportement du personnel infirmier à la lumière du rapport d’investigation; À l’OIIQ : Revoir le comportement du personnel infirmier à la lumière du rapport d’investigation. Demande de connaître les mesures qui seront prises considérant les observations faites dans ce dossier. Résumé des actions réalisées suite à l’enquête d’événement sentinelle en gestion des risques, telles que transmises au Coroner et à l’OIIQ. La communication avec la famille : Un rappel a été fait au personnel concerné à l’effet d’aviser immédiatement la famille ou son représentant légal lors du transfert de la personne vers une autre unité ou vers un autre établissement. Lorsque le décès est constaté dans un autre centre hospitalier, il leur a également été indiqué de vérifier si la famille en a été informée, et si ce n’est pas le cas, d’entamer une démarche en ce sens. L’examen de l’état physique global et l’examen pulmonaire par les infirmières : Une formation sur l’examen clinique pulmonaire a été donnée à toutes les infirmières. En vue de s’assurer de l’intégration des connaissances acquises, il a été demandé à chaque infirmière, suite à la formation reçue, de faire trois examens pulmonaires sous supervision. Deux formulaires rappelant les éléments à prendre en compte pour une évaluation complète de la condition pulmonaire des personnes (histoire/examen physique) ont été mis à leur disposition. Les infirmières peuvent également avoir recours à un plan thérapeutique infirmier standardisé sur les difficultés respiratoires à
  27. 27. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 27 partir duquel peut être élaboré et ajusté le PTI de la personne concernée. Suite à l’évènement, le chef d’unités et l’assistante du supérieur immédiat de l’unité où avait été initialement admise la personne ont fait un rappel au personnel infirmier quant à leur rôle et responsabilités en matière d’évaluation de la condition physique et des symptômes aigus et des actions et interventions attendues d’eux en pareilles circonstances. L’utilisation du code bleu : L’équipe de l’unité de médecine de l’Institut a été avisée de l’importance de toujours déclencher le code bleu même si la situation d’urgence a lieu à l’unité de médecine, et ce, dans le but de pouvoir compter sur l’assistance des agents de sécurité pour faciliter le travail des ambulanciers. Notes évolutives de l’éducateur spécialisé au dossier de l’usagère : La coordonnatrice professionnelle des éducateurs a été interpellée pour qu’en tout temps des notes évolutives soient rédigées au dossier par l’éducatrice qui assure le suivi des usagers de la ressource où était hébergée la personne avant son admission à l’Institut. Un guide sur la tenue de dossier est maintenant à la disposition des éducateurs. RReellaattiivveemmeenntt àà ll’’eexxaammeenn ddeess ppllaaiinntteess eett àà llaa pprroommoottiioonn ddeess ddrrooiittss Moyens pour la population d’accéder au rapport annuel de l’établissement portant sur : l’application de la procédure d’examen des plaintes, la satisfaction des usagers et le respect de leurs droits Le rapport de la Commissaire locale aux plaintes et à la qualité des services est disponible sur le site Internet de l’Institut au : http://www.institutsmq.qc.ca/fileadmin/publications/Rapport_annuel_Commissaire_2011-2012.pdf Le rapport est également disponible pour toute personne qui en formule la demande au bureau de la Commissaire locale aux plaintes et à la qualité des services de l’établissement.
  28. 28. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 28
  29. 29. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 29 L’enseignement
  30. 30. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 30 UUnn mmiilliieeuu ssttiimmuullaanntt eett eennrriicchhiissssaanntt L’IUSMQ actualise sa mission d’enseignement en contribuant à la formation pratique de stagiaires de tous les niveaux (universitaire, collégial et de formation professionnelle) et provenant de diverses maisons d’enseignement dont l’Université Laval, avec qui il détient un contrat d’affiliation. En fait, l’Institut est partenaire de sept universités québécoises et de cinq universités européennes (de France, de Belgique et d’Allemagne), grâce à des ententes de service. Il est également associé à 19 collèges d’enseignement du Québec et offre depuis peu, de la formation professionnelle clinique après entente avec quatre commissions scolaire de la région de Québec. La Direction de l'enseignement de l’Institut joue dorénavant un rôle pivot au sein des établissements chargés d'offrir de la formation et de l'apprentissage clinique en psychiatrie et en santé mentale, tant dans la région de la Capitale-Nationale que dans l'Est-du- Québec. Nous pouvons affirmer que notre milieu est devenu, au fil des ans, un endroit de choix pour tout professionnel souhaitant faire une immersion en psychiatrie. Notre modèle a d’ailleurs fait ses preuves. Ainsi, la Direction de l’enseignement a accueilli au cours de l'année 2012-2013 : 276 stagiaires de niveau universitaire dans 14 disciplines; 255 stagiaires de niveau collégial dans 10 disciplines; 19 étudiants de niveau doctoral en psychologie, en provenance du Québec et de l'Europe ; 65 stagiaires en formation professionnelle clinique dans cinq disciplines apparentées à la santé mentale. La supervision des 13 797 jours de stage a été assurée par 154 professionnels de l’Institut. Les particularités attractives de l'Institut, comme milieu de stage, relèvent de l'expertise de pointe en psychiatrie et en santé mentale de l'établissement au sein du Réseau universitaire intégré en santé – Université Laval (RUIS-UL). Ce transfert de savoir par les professionnels superviseurs devrait permettre aux futurs travailleurs du réseau de la santé d'apprécier les bénéfices en matière d'accès, de continuité et de complémentarité des services. De plus, les spécificités reliées au mode d'organisation par programmes-clientèles et unités de services permettent aux étudiants d'approfondir leurs connaissances concernant des problématiques particulières en santé mentale et leur donnent ainsi une occasion privilégiée de faire partie d'une équipe de collaboration interprofessionnelle. Voici les principales activités de la Direction de l’enseignement pour l’année 2012-2013 : Les lundis de l'enseignement (six) représentent des tribunes par excellence pour les résidents en psychiatrie afin de les habiliter à faire des présentations devant un auditoire de professionnels de différentes disciplines, sur des sujets variés en lien avec la santé mentale. Les activités au miroir (15) des formations pour les résidents en psychiatrie qui, sous la supervision d’un psychiatre autre que leur superviseur, font une entrevue avec un client, sous observation par les autres résidents, via un miroir sans tain. Les clubs de lecture en gérontopsychiatrie (16). Les téléconférences de l’Association des médecins psychiatres du Québec, (huit). Les activités de formation médicale continue sur la santé mentale (17). Les présentations multidisciplinaires hebdomadaires mettent en valeur le travail, le rôle et l’expertise de nos professionnels. Très populaires, elles s’adressent à l’ensemble des stagiaires et ont lieu de septembre à avril de chaque année (20). Cette approche, unique à l’IUSMQ, influence positivement les stagiaires ; nombre d’entre eux envisagent de venir travailler à l’Institut. Enfin, le soutien financier de la Direction de l’enseignement, a permis à 34 superviseurs de stages de participer à des journées de formation, congrès ou colloques, pour un total de 88 jours de formation. LL’’IIUUSSMMQQ,, mmiilliieeuu ddee ffoorrmmaattiioonn eenn rreecchheerrcchhee ppoouurr lleess rrééssiiddeennttss eenn ppssyycchhiiaattrriiee En réponse aux normes générales d’agrément du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, la participation des résidents à une activité de recherche a été rendue obligatoire par le comité de programme de résidence en psychiatrie. Il s’agit d’une formation permettant aux résidents d’acquérir plusieurs compétences liées à l’érudition et à la communication qui se déroule de façon simultanée et longitudinale sur leurs cinq années de résidence. Ainsi, après entente avec un superviseur de recherche (R-2), les résidents peuvent obtenir une libération de
  31. 31. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 31 temps de leurs stages cliniques pour effectuer leur formation pratique à la recherche (R-3 à R-5). Ils bénéficient également du soutien d’un conseiller à la recherche clinique et évaluative et de l’apport de nos cliniciens chercheurs dans la majorité de nos milieux d’enseignement. Cette année, un seul projet de recherche a été complété. Quatre projets ont débuté et se poursuivront en 2013-2014, tout comme les trois nouveaux récemment mis de l’avant. Tous ces projets en lien avec la recherche clinique évaluative ont impliqué 19 résidents en psychiatrie, deux psychologues et cinq psychiatres. Cette croissance du nombre de projets, par rapport à l’an dernier, révèle un intérêt significatif des stagiaires pour la recherche et s’avère une excellente occasion de travailler en collaboration interprofessionnelle. RRÉÉAALLIISSAATTIIOONNSS DDEE LL’’AANNNNÉÉEE 22001122--22001133 IInnddiiccaatteeuurrss dd’’aaccttiivviittééss dd’’eennsseeiiggnneemmeenntt eett ddee ttrraannssffeerrtt ddeess ccoonnnnaaiissssaanncceess La direction générale de l’Institut a confié à la Direction de l’enseignement la responsabilité d’assurer la « consolidation et la mise en valeur des activités d’enseignement et de transfert des connaissances » des médecins et des professionnels de l’IUSMQ à l’intention de nos partenaires externes, situés principalement sur le territoire du RUIS-UL. Pour réaliser ce mandat, la Direction de l’enseignement, en collaboration avec la Direction des ressources informationnelles de l’Institut, a élaboré et mis en fonction, en 2012, des indicateurs qui ont permis de documenter les activités d’enseignement, de transfert et d’application des connaissances dispensées par les professionnels. Jusqu’à ce jour, il était impossible de faire état des activités autres que celles reliées directement aux activités cliniques comptabilisées dans le SIU. Cette année a été une bonne période de rodage pour rendre compte de cette partie de leur travail. Voici les résultats au 31 mars 2013 : Les différentes activités ont été identifiées en trois principales catégories : Les communications orales; Le soutien à la pratique clinique; Le perfectionnement offert aux intervenants du réseau. Un total de 648 heures de temps de professionnels offert à 2 229 personnes du réseau. Soulignons que ces indicateurs, mis en fonction au début de l’année financière 2012-2013 résultent de la grande collaboration des professionnels pour l’enregistrement de leurs activités qui, jusqu’à ce jour, n’étaient pas comptabilisées. C’est donc dire que le total ci-dessus ne tient pas nécessairement compte de tout ce qui été fait comme travail de transfert et d’application des connaissances ; le réflexe d’enregistrer ces activités se fera graduellement. Nous souhaitons cependant, qu’en 2013-2014, l’ensemble des professionnels prenne conscience de l’importance de quantifier et de qualifier ce qui se faisait jusqu'alors dans l’ombre. Nous sommes conscients que cette compilation de la part des différents professionnels demande du temps et ce, à travers l’ensemble des autres activités cliniques qui leur est demandé dans le cadre normal de leurs fonctions. Le fait de rendre compte de ces activités devra être considéré dans le futur comme une valorisation importante de leur travail professionnel. CCoollllooqquuee iinntteerrééttaabblliisssseemmeennttss eenn ppssyycchhiiaattrriiee eett eenn ssaannttéé mmeennttaallee ddee QQuuéébbeecc Au printemps, l’IUSMQ, en collaboration avec l’Institut universitaire en santé mentale Douglas (IUSMD), l’Hôpital Louis-H. Lafontaine (HLHL), en partenariat avec l’Institut Philippe-Pinel (IPP) et l’Hôpital Rivière- des-Prairies (HRDP) proposait à tout le réseau de la santé et des services sociaux, le colloque Santé mentale des jeunes adultes, nous pouvons faire mieux! De la recherche à l’organisation des soins et des services. Plus de 450 personnes y ont pris part. PPrroodduuccttiioonn ddee mmoodduulleess dd’’aauuttooaapppprreennttiissssaaggee En cours d’année, il a été convenu que les modules d’autoapprentissage destinés principalement aux externes en médecine et aux résidents en psychiatrie seraient placés sur une plateforme d’autoformation régionale. Ainsi, l’ensemble des étudiants et les professionnels de la région ont accès à une formation spécialisée à distance sur des sujets en lien avec leurs activités cliniques et ce, dans une formule offrant davantage de flexibilité. Avec les modules, il devient plus facile de répondre aux besoins de formation grandissants et de réagir face à la pénurie de formateurs qui présentent de sérieux signes d’essoufflement. Par ailleurs, les modules d’autoapprentissage constituent des moyens pédagogiques mieux adaptés aux nouvelles technologies (nouveaux médias, accessibilité en tout temps et en tous lieux) qui sont de plus en plus en plus utilisées.
  32. 32. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 32 Nous devrons cependant surmonter l’obstacle majeur pour la réalisation de ces modules de formation : le manque de disponibilité de la part des psychiatres, compte tenu du peu d’effectifs disponibles. À court terme, nous envisageons de recourir à des professionnels autres que les médecins psychiatres pour la réalisation de modules en lien avec les besoins des programmes universitaires. À ce jour, nous avons réalisés trois modules et nous prévoyons en produire quelques-uns au cours de la prochaine année en tenant compte des disponibilités de chacun. CCoooorrddiinnaattiioonn ddeess ssttaaggeess eenn ssooiinnss iinnffiirrmmiieerrss En collaboration avec la DPCSI, la Direction de l’enseignement a procédé au regroupement et à la coordination de tous les stages en soins infirmiers. L’implantation du logiciel pour la gestion de ces stages (HspNet) a grandement facilité ce regroupement. Bien que nous en soyons à notre première année d’utilisation, les résultats en termes d’efficacité sont réels. MMééccaanniissmmeess ddee ccoooorrddiinnaattiioonn ddeess ssttaaggeess Le comité formé par la Direction de l’enseignement, pour définir les mécanismes de coordination de l’ensemble des stages a bien évolué. Nous pouvons maintenant préciser les offres de stages pour 75 % des disciplines. Il nous reste à définir le rôle du coordonnateur de stages de chacune des disciplines et à établir un processus juste et équitable pour valoriser leur rôle. D’ici la fin de l’année, nous comptons atteindre un taux optimal de coordination de l’ensemble des stages. CCeennttrree ddee ddooccuummeennttaattiioonn Les locaux du centre de documentation sont en cours de modernisation. Le montant alloué par le RUIS-UL permettra de réaménager l’espace en fonction des nouvelles technologies de l’information, incluant une salle d’écoute de matériel didactique et une zone de travail pour le Wi-Fi. PPRROOJJEETTSS PPOOUURR 22001133--22001144 Compléter l’offre formelle de stage pour toutes les disciplines où nous recevons des stagiaires; Élaborer une politique d’enseignement pour l’Institut. Il n’en existe aucune présentement; Préparer un programme de formation à la supervision pour l’ensemble de nos superviseurs, en tenant compte des particularités de chacune des disciplines; Réaliser un sondage de satisfaction auprès de notre clientèle étudiante; Soutenir les professionnels et les encourager à produire des modules d’autoformations; Après le succès du Colloque inter établissements réalisé en 2012, nous prévoyons organiser quelques formations, ateliers ou séminaires afin de répondre aux besoins exprimés par nos partenaires du réseau, en lien avec certains thèmes, dont, la délinquance sexuelle, le trouble bipolaire, et les troubles anxieux. Selon les disponibilités de nos professionnels et dans la mesure de nos moyens, nous tenterons de répondre à certaines d’entre elles.
  33. 33. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 33 La recherche
  34. 34. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 34 Le Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec (CRIUSMQ) est le plus grand centre de recherche en neurosciences et en santé mentale de la grande région de Québec et l'un des trois plus importants et dynamiques dans ce domaine au Canada. Durant les dix dernières années, le CRIUSMQ a pu à la fois recruter de nombreux jeunes chercheurs canadiens et étrangers en médecine personnalisée, en neurosciences cliniques et fondamentales et créer de novo un centre de neurophotonique qui se situe à l'avant-garde mondiale de l'utilisation de l'optique et de la photonique en neurosciences. La croissance de ses fonds de recherche a avoisiné les 20 % par année pour atteindre aujourd’hui près de 10 M$ annuellement. Le CRIUSMQ est monothématique; il est le seul centre de recherche dans la région de Québec qui se consacre exclusivement à l’étude des neurosciences et de la santé mentale. Il a pour mission de faire avancer les connaissances sur les causes et le traitement des maladies neurologiques et psychiatriques infantiles, adultes et gériatriques, et de faire progresser les connaissances sur le cerveau et le comportement. Cela s’effectue en harmonie, d’une part, avec la mission clinique et sociale de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec et, d’autre part, avec les priorités de recherche de l’Université Laval et de ses facultés. Le CRIUSMQ représente un carrefour d’intégration transdisciplinaire et transtechnologique, ce qui constitue son unicité. Quatre éléments illustrent de manière éloquente cette réalité : l’origine multifacultaire des membres du CRIUSMQ; son programme de médecine personnalisée; son programme intégrant modèles animaux et humains pour l’étude et le traitement des maladies psychiatriques; l’avènement du centre de neurophotonique. En effet, les chercheurs du CRIUSMQ proviennent de 4 facultés : médecine, sciences et génie, sciences sociales, et pharmacie, et d’une quinzaine de départements facultaires. Quant à lui, le centre de neurophotonique regroupe des chercheurs en neurosciences, optique photonique, chimie, physique des matériaux, nanotechnologies, mathématiques, biologie des systèmes, biostatistique, psychiatrie et psychologie. Tous œuvrent à comprendre les mécanismes cellulaires et moléculaires qui régissent le fonctionnement du cerveau normal et pathologique. Cette année encore, les travaux réalisés par les chercheurs du Centre se sont traduits par des percées scientifiques majeures, comme en témoigne la section Découvertes et une grande reconnaissance par les pairs. Le centre de recherche offre une opportunité unique en recherche pour le développement de technologies et de médicaments afin de faire progresser les soins pour les personnes atteintes de maladies du cerveau. C’est notamment grâce au leadership reconnu des chercheurs et à la grande qualité de leurs travaux que le centre de recherche s’est taillé une renommée enviable au plan international. Cette force permet ainsi de soutenir l’espoir des personnes vivant avec un problème de santé mentale, ainsi que leurs proches. Un développement soutenu Le Centre présente un développement remarquable à plusieurs points de vue ainsi qu’une croissance stable. Au cours des 10 dernières années, le nombre de chercheurs au centre de recherche est passé de 25 à 66, soit 41 chercheurs réguliers et 25 chercheurs associés, selon la définition du Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQ-S). Le nombre d’étudiants a triplé, atteignant maintenant plus de 200 aux études supérieures et postdoctorales. La somme annualisée des octrois de recherche obtenus par nos chercheurs, en compétition aux niveaux national et international, s’est considérablement accrue, passant de 1.5 M$/an en 2000 à 8,5 M$/an en 2012 (voir figure 1). Le créneau unique qu’occupe le centre de recherche, tant au Québec que sur la scène internationale, ainsi que l’excellence et le caractère innovant de sa contribution scientifique, ont été reconnus à de multiples reprises par le Fonds de recherche du Québec - Santé (FRQ-S), les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), les Chaires de recherche du Canada (CRC) et la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI), qui ont soutenu tangiblement son développement au cours des dernières années.
  35. 35. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 35 Figure 1 Chaires de recherche du Canada Le centre de recherche compte six titulaires de Chaires de recherche du Canada. 1 400 000 $ Faculté des sciences sociales, École de psychologie 1 400 000 $ Faculté de médecine, Département de psychiatrie et de neurosciences Chaire de recherche du Canada en neurogenèse postnatale 500 000 $ Titulaire : Dr Armen Saghatelyan (du 2010-09-01 au 2015-08-31) Faculté de médecine, Département de psychiatrie et de neurosciences Chaire de recherche du Canada en biophotonique 500 000 $ Titulaire : Dr Daniel Côté (du 2006-05-01 au 2012-04-30) Chaire de recherche du Canada en psychiatrie moléculaire 500 000 $ Titulaire : Dr Martin Beaulieu (du 2007-03-01 au 2012-02-29) Faculté de médecine, Département de psychiatrie et de neurosciences Chaire de recherche du Canada sur la cognition, la prise de décisions et la plasticité cérébrale de l’être humain 500 000 $ Titulaire : Dre Shirley Fecteau (du 2010-09-01 au 2015-08-31) Faculté de médecine, Département de réadaptation 4 800 000 $ CHAIRES DE RECHERCHE DU CANADA Chaire de recherche du Canada sur les troubles du sommeil Titulaire : Dr Charles Morin (du 2011-06-01 au 2018-05-31) TOTAL - CHAIRES DE RECHERCHE DU CANADA Chaire de recherche du Canada en génétique des troubles neuropsychiatriques Titulaire : Dr Michel Maziade (du 2009-01-01 au 2015-12-31) Faculté des sciences et de génie, Département de physique, de génie physique et d'optique
  36. 36. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 36 Les chercheurs du centre de recherche Les chercheurs du centre de recherche sont répartis à l’intérieur des trois axes de recherche selon leurs thématiques de recherche. 1. Les neurosciences cellulaires et moléculaires regroupent les chercheurs dont les intérêts principaux concernent les bases cellulaires et moléculaires de divers processus neuronaux, tant normaux que pathologiques. Les chercheurs sont : Réguliers Mohamed Chahine, Ph. D. Daniel Côté, Ph. D. Paul De Koninck, Ph. D. Yves De Koninck, Ph. D. Simon Hardy, ing jr., Ph. D. Edward W. Khandjian, Ph. D. Luca Pellegrini, Ph. D. Armen Saghatelyan, Ph. D. Lisa Topolnik, Ph. D. Katalin Toth, Ph. D. 2. Les neurosciences intégratives regroupent les chercheurs dont les activités s’effectuent à l’aide de modèles animaux ou sur de vastes systèmes neuronaux intégrés. Ces chercheurs sont : Réguliers Martin Beaulieu, Ph. D. Martin Deschênes, Ph. D. Claude Gravel, Ph. D. Matthieu Guitton, Ph. D. Martin Lévesque, Ph.D. André Parent, Ph. D. Martin Parent, Ph. D. Igor Timofeev, Ph. D. 3. Les neurosciences cliniques et cognitives regroupent les recherches génétiques, cliniques et épidémiologiques chez l’humain. Ces chercheurs sont : Réguliers Amélie Achim, Ph. D. Célyne Bastien, Ph. D. Alexandre Bureau, Ph. D. Yvon Chagnon, Ph. D. Michèle Clément Ph. D. Simon Duchesne, ing., Ph. D. Shirley Fecteau, Ph. D. Pierre R. Gagnon, M.D., FRCPC Marc Hébert, Ph. D. Carol Hudon, Ph. D. Philip Jackson, Ph. D. Joël Macoir, Ph. D. Michel Maziade, M.D., FRCPC Chantal Mérette, Ph. D. Laura Monetta, Ph. D. Charles Morin, Ph. D. Martin D. Provencher, Ph. D. Nancie Rouleau Ph. D. Marc-André Roy, M.D., FRCPC, M. Sc. Martine Simard, Ph. D. Pascale Tremblay, Ph. D. Annie Vallières, Ph. D. Maximiliano Wilson, Ph. D. Recrutement Au cours de l’année 2012-2013, le centre de recherche a attiré 2 nouveaux chercheurs seniors internationaux. Ce recrutement majeur démontre la notoriété du centre de recherche au niveau mondial. Ces chercheurs ont intégré l’axe Neurosciences cliniques et cognitives. Marco Battaglia, M.D. Le psychiatre-chercheur Marco Battaglia est arrivé à l’automne 2012 au centre de recherche. Provenant de l’Université Vita-Salute San Raffaele à Milan, Italie, il est maintenant professeur au département de psychiatrie et de neurosciences de la Faculté de médecine de l’Université Laval. Spécialiste de la psychopathologie du développement et de la psychobiologie de l’anxiété chez l’enfant et l’adulte, il s’intéresse particulièrement aux phénotypes intermédiaires pour l’étude parallèle des facteurs de risque génétiques. Cecilia Marino, M.D., Ph. D. Cecilia Marino était médecin psychiatre à l’Institut scientifique Eugenio Medea en Italie avant d’arriver au CRIUSMQ. Elle a une expertise au niveau de l’étude du comportement et de la psychiatrie génétique. Ses travaux de recherche portent sur des méthodes d’investigations génétiques et neuropsychologiques sur le développement de la lecture et du langage dans des conditions normales et anormales. Chaire d'excellence en recherche du Canada Par ailleurs, le gouvernement fédéral a annoncé que le CRIUSMQ sera l'hôte de la Chaire d'excellence en recherche du Canada sur la neurophotonique. Cette chaire contribuera à consolider le leadership dont font preuve l'Université Laval et le centre de recherche en matière de photonique et de neurosciences. De plus, elle favorisera des découvertes novatrices quant aux technologies biomédicales. Avec un soutien financier de près de 25 M$, le centre de recherche met les efforts pour recruter une sommité mondiale qui viendra appuyer les efforts des chercheurs travaillant
  37. 37. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 37 déjà à l'interface des neurosciences et de l'optique- photonique. Découvertes et percées scientifiques Les travaux des chercheurs du centre ont porté fruits cette année. Voici un aperçu de quelques découvertes ou percées effectuées par les chercheurs du Centre. Pour plus de détails, voir le site web du centre de recherche www.crulrg.ulaval.ca . Percer la structure des canaux ioniques de la membrane cellulaire Une percée en science fondamentale effectuée par des chercheurs de la Faculté de médecine pourrait jeter un nouvel éclairage sur l'arythmie cardiaque, la douleur, l'épilepsie et certaines formes de paralysie. Les détails de cette découverte sont présentés dans l'édition du 5 novembre des Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) par l'équipe de Mohamed Chahine. La contraction normale d'un muscle dépend de la circulation d'ions entre l'intérieur et l'extérieur des cellules musculaires. La chose vaut également pour la transmission de l'influx nerveux dans les neurones. Dans les deux cas, ces ions traversent la membrane cellulaire en empruntant des canaux ioniques – des brèches créées par l'organisation spatiale de protéines intégrées à la membrane. « Ces canaux opèrent grâce à des capteurs de voltage qui leur permettent de détecter des stimulations afin de déclencher la contraction musculaire ou l'influx nerveux, explique Mohamed Chahine. Connaître la structure de ces capteurs est donc d'une grande importance pour mieux comprendre les causes de certaines maladies neuromusculaires ou neuronales. » En mai dernier, le professeur Chahine et ses collaborateurs publiaient, dans la revue PLOS ONE, une étude portant sur un jeune patient et cinq membres de sa famille qui souffraient d'arythmie cardiaque, de trouble de conduction et de fibrillation auriculaire. Les chercheurs ont découvert chez ces patients une nouvelle mutation, touchant le capteur de voltage du canal sodique cardiaque, qui génère la fuite sélective de protons (H+). Cette percée leur a donné l'idée de « créer » en laboratoire des mutations similaires par substitution d'acides aminés dans les protéines des canaux. En procédant de la sorte, ils sont parvenus à élucider la structure des quatre capteurs de voltage des canaux sodiques. Stimulation cérébrale: pour contrer la dépendance Les personnes dépendantes à différentes substances et qui désirent changer, mais qui n'y parviennent pas, connaissent un déficit dans la prise de décisions relatives à leur santé. L'équilibre entre les systèmes réflexif et réflectif est altéré, laissant plus de place à l'impulsion et moins à l'inhibition. Ainsi, les décisions prises par les personnes dépendantes combleront d'abord une envie irrépressible (de cocaïne, de nicotine, de nourriture), plutôt que de répondre à un impératif de santé. « Quand le cerveau est en difficulté, un réseau cérébral peut-être sur ou sous-activé. Il faut alors rebalancer l'activité cérébrale de ce réseau », explique Shirley Fecteau, professeure au Département de réadaptation et chercheure au CRIUSMQ et au Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation intégration sociale (CIRRIS). Elle est aussi titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la neuroplasticité cognitive. Pour la recherche, Shirley Fecteau traite des cas lourds de dépendance. « L'objectif, c'est que ça devienne un traitement, comme c'est déjà le cas pour la dépression. Ça pourrait alors s'appliquer à différents cas. » Pour assurer la meilleure transition possible entre la recherche en laboratoire et les situations réelles, la chercheure travaille aussi avec la technologie de réalité virtuelle. C'est une petite pièce sur les murs de laquelle on peut projeter un scénario et des avatars qui imitent le quotidien, en 3D. On peut donc mettre le patient en situation « quasi réelle » et évaluer son comportement et ses décisions. La stimulation du cortex préfrontal pourrait être utilisée à plusieurs fins thérapeutiques touchant les émotions chez des individus avec syndrome post- traumatique ou autisme, ainsi que la rééducation de la communication chez les patients ayant été victimes d'AVC. Le sommeil contribue à consolider la mémoire Josée Seigneur, Sylvain Chauvette et Igor Timofeev ont récemment publié dans la revue Neuron (une revue à très fort facteur d’impact) leurs travaux montrant la présence de potentialisation à long terme (LTP, Long Term Potentiation) pendant le sommeil à ondes lentes. Comme la LTP permet le renforcement des synapses*, cette observation donne à penser que le sommeil contribuerait à consolider la mémoire des événements appris pendant la journée.
  38. 38. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 38 * Renforcement : quand une synapse est renforcée, la réponse post-synaptique, pour un même stimulus, est davantage marquée, amplifiée. Découverte d’une région du cerveau permettant à la souris de coordonner sa respiration et les mouvements ultrarapides de son museau Quiconque a déjà observé une souris ou un hamster a vite réalisé que ces petites créatures explorent le monde et interagissent avec leurs congénères grâce à leur museau et à leurs moustaches. Ce qui est moins évident est comment s'harmonisent ces frénétiques reniflements et battements de vibrisses. Comment parviennent-ils à ne pas interférer avec la respiration normale ou la mastication de l'animal? La réponse se trouverait dans une région bien délimitée du cerveau qui agirait comme horloge centrale de la respiration. Cette zone coordonnerait aussi les commandes envoyées aux muscles impliqués dans les comportements oro-faciaux (mouvements du visage et des oreilles). C'est ce qu'avance, dans l'édition du 28 avril 2012 de la revue Nature, une équipe internationale de chercheurs, à laquelle sont associés Martin Deschênes et Maxime Demers de la Faculté de médecine. « Les rongeurs explorent leur environnement en reniflant et en agitant leurs vibrisses, des poils qui sont en fait des organes tactiles, explique le professeur Deschênes. La fréquence des reniflements et des battements de moustaches peut dépasser 700 à la minute, et plusieurs muscles impliqués dans les comportements oro-faciaux sont aussi actifs durant la respiration, ce qui soulève le problème de leur coordination. » Les travaux qu'il a menés avec des chercheurs américains et japonais suggèrent que ces comportements seraient coordonnés par la respiration et gouvernés par une horloge centrale située dans le bulbe rachidien. Cet oscillateur synchroniserait l’activité rythmique des neurones qui actionnent les vibrisses et enverrait des projections neuronales vers les centres moteurs qui contrôlent la plupart des muscles faciaux. Ces travaux ouvrent une porte pour mieux comprendre le fonctionnement du cerveau humain. « Plusieurs régions du système nerveux central génèrent des activités rythmiques qui contrôlent la motricité, les états d'éveil-sommeil et la cognition, souligne Martin Deschênes. Il s'agit de comprendre comment ces oscillateurs neuronaux coordonnent leur activité pour assurer le fonctionnement normal du cerveau. Un dérèglement de ces rythmes ou de leur contrôle peut entraîner des problèmes neurologiques tel le tremblement dans la maladie de parkinson et l'épilepsie. » Identifier les pathologies à leur stade précoce grâce à la rétine Identifier les pathologies à leur stade précoce est une des priorités des recherches en santé mentale. Des résultats scientifiques récents, publiés dans la revue américaine Biological Psychiatry, révèlent que les altérations des systèmes dopaminergiques et sérotoninergiques, responsables des maladies mentales, modifient la réponse de la rétine à une stimulation lumineuse. Les chercheurs en clinique et en recherche fondamentale de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec, Joëlle Lavoie, Marc Hébert, Martin Beaulieu et leurs collègues, offrent une meilleure compréhension des bases physiopathologiques des anomalies rétiniennes présentes chez les patients souffrants de troubles psychiatriques dans cet article de janvier 2013 de la revue Médecine Sciences Amérique. (Source : Morgane Lemasson – MSAmérique) Prix et distinctions D r Michel Maziade reçoit le D r . Alexander Gralnick Award D r Michel Maziade, directeur scientifique du CRIUSMQ et professeur titulaire au Département de psychiatrie et de neurosciences à l’Université Laval est le lauréat 2013 du D r . Alexander Gralnick Award. Ce prix est remis tous les deux ans par la Child Welfare League of America (CWLA) à une personne qui se démarque dans le domaine de la schizophrénie de l’enfant et de l’adolescent. Le D r Maziade, reconnu pour ses recherches sur les maladies psychiatriques infantiles et adultes, a également été honoré par la plus grande organisation des professionnels de la psychiatrie au monde, l’American Psychiatric Association (APA), qui lui a décerné en 2012, le titre de Distinguished Life Fellow. Charles Morin, Ph. D. reçoit le Prix Marcel-Vincent 2012 Le Prix Marcel-Vincent 2012 est remis au D r Charles Morin, professeur titulaire à l’École de psychologie de l’Université Laval et directeur du Centre d’étude des troubles du sommeil au CRIUSMQ.
  39. 39. Rapport annuel de gestion de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec 39 Le D r Morin est considéré mondialement comme le chercheur contemporain ayant le plus contribué à l’avancement des connaissances sur l’insomnie. L’originalité de ses travaux tient au fait qu’il a constamment privilégié la voie des interventions psychologiques, plutôt que la traditionnelle solution pharmacologique. Ses travaux ont démontré que si la médication s’avère utile à brève échéance, les effets thérapeutiques résultant de l’approche comportementale sont néanmoins beaucoup plus durables. Marc Hébert, Ph. D. partie intégrante d'une équipe performante Les sept chercheurs en ophtalmologie de la Faculté de médecine, dont fait partie le D r Marc Hébert, font des prodiges avec les modestes moyens dont ils disposent. C'est la conclusion qui s'impose à la lumière d'une étude traitant de la productivité des départements d'ophtalmologie des universités canadiennes qui paraît dans le numéro de février du Canadian Journal of Ophtalmology. Charles Morin, Ph. D. publie dans The Lancet Le chercheur Charles Morin s’intéresse depuis 30 ans à l’insomnie et à son traitement. La prestigieuse revue scientifique The Lancet a fait appel à son expertise et publie, dans son édition de janvier 2012, un article dans lequel le professeur de l’Université Laval parle de la thérapie cognitivo-comportementale mise au point par lui et son équipe. Il traite également de pistes de prévention pour ce problème de santé publique qui touche 13 % de la population canadienne. Morgane Lemasson, Ph. D. gagnante d'un prix ACFAS 2012 Morgane Lemasson, assistante de recherche au CRIUSMQ pour les travaux réalisés en collaboration avec Marina Snapyan, dans le laboratoire du D r Saghatelyan, s’est méritée le prix de vulgarisation scientifique de l’ACFAS 2012. Joëlle Lavoie, candidate au doctorat, remporte une bourse de l’Association des femmes d’affaires L’Association des femmes d’affaires, professionnelles et de carrière de la grande région de Rimouski a tenu son Brunch de la Relève dimanche le 25 Mars 2012 à l’Hôtel Rimouski. L’association, de concert avec plusieurs acteurs de la communauté d’affaires rimouskoise, a remis un total de 17 500 $ sous forme de bourses d’études, à 14 jeunes femmes méritantes et engagées, lors d’une activité très spéciale qui a attiré plus de 130 personnes. Joëlle Lavoie, étudiante au doctorat en neurobiologie au centre de recherche, s’est mérité une bourse d’étude de 2 000 $. Un jury composé de membres de l’Association a retenu les meilleures finalistes qui ont assisté au brunch, chacune d’elles étant marrainée par une femme d’affaires lors de cette journée. L’Association des femmes d’affaires, professionnelles et de carrière de la grande région de Rimouski tient à remercier tous ses partenaires, et à souligner la générosité sans précédent des donateurs tant au niveau des membres de l’Association que de la gent d’affaires rimouskoise, qui ont permis l’élaboration de bourses d’études à un niveau inégalé jusqu’à maintenant. Simon Duchesne, Ph. D. remporte le prix « jeune prometteur » Le professeur Simon Duchesne Ph. D., du CRIUSMQ, a remporté le prix « Jeune prometteur » lors de la dernière édition de Portraits de science, un projet de la Boîte à science, réalisé dans 7 écoles par 560 élèves du secondaire. Lors de cette activité, des jeunes de différentes écoles secondaires ont créé 154 dossiers pour mettre en valeur un scientifique de leur entourage. Le public a ensuite voté par Internet pour ses Portraits de science préférés. Joëlle Lavoie, candidate au doctorat, récipiendaire de la Bourse Georgette Lemoyne Joëlle Lavoie s’est méritée la Bourse Georgette Lemoyne 2013-2014 d'une valeur de 5000 $. En l’honneur de Georgette Lemoyne, cette bourse est destinée à promouvoir l’éducation et l’emploi des femmes. Joëlle Lavoie, candidate au doctorat, remporte le 1 er prix du concours Cogito Joëlle Lavoie a remporté le 1 er prix du concours Cogito grâce à une entrevue télévisée où elle parle de l'ERG comme biomarqueur des maladies du cerveau. BREVETS Procédé pour moduler la profondeur de champ en microscopie optique
  1. A particular slide catching your eye?

    Clipping is a handy way to collect important slides you want to go back to later.

×