Auberge madeleine rapport d`ctivités 2011-2012
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
441
On Slideshare
441
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Rapport des activités 2011 – 2012
  • 2. 1 Introduction............................................................................................1 2 Conformité et objet de la charte.............................................................1 3 Fonctionnement démocratique de l’organisme.......................................2 Le Conseil d’administration........................................................2 4 Dynamisme, engagement et concertation...............................................3 Sensibilisation............................................................................3 Stages de formation...................................................................4 5 La contribution de la communauté à la réalisation des activités............4 Les bénévoles............................................................................4 Dons en nature..........................................................................4 La communauté.........................................................................5 Activités dédiées à un grand public...........................................5 - 6 6 L’équipe de travail..................................................................................7 7 Les participantes.................................................................................... 7 8 Projet de relocalisation............................................................................7 9 Implication de l’Auberge auprès de la communauté...............................8 9.1 Profil statistique.....................................................................................8 - 17 Taux d’occupation et les demandes d’hébergement...................8 Les sources de références..........................................................9 Le nombre de femmes...............................................................9 La durée des séjours..................................................................9 L’âge des résidantes...................................................................10 L’origine des résidantes..............................................................10 La scolarité................................................................................11 Les enfants................................................................................11 Le revenu...................................................................................12 Leurs destinations......................................................................13 Les difficultés.............................................................................14 La violence.................................................................................14 La santé mentale.......................................................................15 La toxicomanie...........................................................................15 Les problèmes de jeu.................................................................16 La judiciarisation........................................................................17 La santé physique......................................................................17 10 Notre travail au quotidien.......................................................................18 - 21 Les rencontres individuelles.......................................................18 Service d’accompagnement des résidantes................................18 Ateliers de recherche de logements...........................................19 Les activités de groupe..............................................................19 Activités thématiques................................................................19 Activités pour résidantes et ex-résidantes.................................20 Atelier de peinture.....................................................................20 Les services externes.................................................................21 Le support post-hébergement....................................................21 Le support en logement.............................................................21 Annexe ..................................................................................................23 - 25 Conclusion ...........................................................................................26 Table des matières
  • 3. ChèrEs amiEs, une autre année s’en est allée rejoindre la riche et féconde histoire de l’Auberge Madeleine où résidantes et usa- gères ont pu trouver tout l’accueil et l’accompagnement vers cette confiance en soi qu’il faut pour consentir à de nouveaux pas sur l’ardu et combien complexe parcours d’une vie. Lors de notre Assemblée générale annuelle du 13 juin 2011, nous vous avions fait part du beau rêve que nous portions quant à l’acquisition d’une maison plus adéquate en vue des divers services disponibles à notre Auberge. Depuis quelques mois, ce projet prend forme, se concrétise, et déjà s’y ancre cet avantage thérapeutique de pouvoir offrir une chambre à soi pour chacune des résidantes, répit salutaire avant le nouvel élan. S’y dessinent aussi des possibilités accrues pour des services externes toujours plus axés sur la prévention. À sept reprises cette année, les membres du C.A. se sont réunis. Des rencontres plus ponctuelles des membres de l’exécutif ont aussi été cédulées de même que pour les trois personnes mandatées par le C.A. en regard du projet d’achat du nouvel im- meuble, des rénovations, et des aménagements qui permettront aux intervenantes de mieux répondre aux besoins des résidantes et usagères. A la mi-mars 2012, madame Irene Kozina a remis sa démission comme membre du C.A. Nous la remercions pour sa participation active et son apport au cours des dernières années et lui souhaitons du succès dans ses futurs engagements. Ce Rapport 2011-2012 reflète toute la somme du travail d’une année à l’Auberge Madeleine en nous offrant un portrait fidèle de la quotidienneté qui s’y vit : pour les résidantes et usagères, les travailleuses et la directrice, les bénévoles. Merci aux intervenantes et travailleuses et à leur directrice pour la qualité de leurs divers gestes et actions, la compétence et le cœur toujours qu’on y retrouve, la spécificité toute «madeleinienne» tant dans leurs réponses aux urgences, l’accom- pagnement durant le séjour à l’interne, la continuation, la poursuite de cet accompagnement dans le cadre de services externes et sans oublier de souligner leur saine gestion des avoirs chapeautant le tout. Merci aux bénévoles, donatrices et bienfaiteurs. Gestes et dons tangibles ou humbles actions et oboles, au bout du compte, tous s’entrecroisent, se tissent et font qu’à l’Auberge Madeleine pour tant et tant de femmes, la vie reprend ses sens. Nicole Leduc, présidente du C.A. La nouvelle maison de l’Auberge Madeleine
  • 4. 1 Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 2Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 1 Introduction 2 La conformité entre les activités réalisées par l’organisme et les objets de sa charte Nous avons le plaisir de vous présenter le rapport des ac- tivités de l’Auberge Madeleine pour la période du 1e avril 2011 au 31 mars 2012. Le présent rapport met en évidence la capacité de l’Auberge Madeleine de poursuivre sa mis- sion d’origine tout en développant des services adaptés aux besoins actuels de la population des femmes en diffi- culté ou itinérantes. L’objet de notre charte établie lors de notre fondation en 1983 consiste à « Établir et maintenir un refuge pour l’usa- ge des femmes sans foyer ». Depuis son ouverture en 1984, l’Auberge Madeleine pour- suit sa mission d’accueillir, d’héberger et de supporter des femmes sans abri, seules, en difficulté, âgées de 18 ans et plus. Les résidantes demeurent à l’Auberge de quelques jours à quelques mois, le temps de régler des situations difficiles, de se réorienter, de reprendre le contrôle sur leur vie. Notre travail s’inscrit dans le respect, la tolérance, la reconnaissance des forces et des habiletés des femmes à trouver des solutions adaptées à leurs situations. Selon nos règlements généraux, l’Auberge Madeleine pour- suit les objectifs suivants : ∏ Établir et maintenir une maison d’hébergement pour les femmes en difficulté ou sans abri. ∏ Répondre aux besoins immédiats de chacune des fem- mes accueillies. ∏ Leur offrir un support adéquat durant cette période de détresse. ∏ Les accompagner dans les démarches nécessaires à l’amélioration de leur situation. ∏ Dans une perspective d’intervention féministe, aider les femmes à faire des choix sur leur propre base. ∏ Sensibiliser la communauté par rapport à la situation et aux besoins des femmes sans abri ou en difficulté. 3 Fonctionnement démocratique de l’organisme L’Auberge Madeleine, est avant tout une rencontre et une union de personnes qui poursuivent le même but: amélio- rer les conditions de vie des femmes sans abri et en diffi- culté. Ces personnes, qu’elles soient membres de l’Auberge Madeleine ou de notre Conseil d’administration, travailleu- ses, bénévoles, stagiaires, donatrices ou participantes, conjuguent leurs efforts, leurs compétences, leur généro- sité pour que l’Auberge Madeleine poursuive son œuvre. L’Auberge Madeleine est constituée en une corporation dont le nombre de membres était de 101 au cours de l’an- née 2011-2012. Vingt-deux membres étaient présents lors de la 29e Assemblée générale annuelle qui s’est tenue le 13 juin 2011. La séance d’information publique s’est tenue à la même date et 7 personnes y ont participé. Le Conseil d’administration Le Conseil d’administration s’est réuni à 7 reprises au cours de l’année. Les membres du Conseil d’administration tra- vaillent fort à faire connaître l’Auberge, à sensibiliser leur milieu respectif sur la situation des femmes sans abri, à supporter et favoriser le développement des activités de l’Auberge. Les membres pour l’année 2011 – 2012 étaient : Nicole Leduc (présidente). Diane Buteau (vice-présidente) . Robert Goyer (trésorier). Patricia Middleton (secrétaire). Cécile Brunelle. Françoise Dupont. Claude Mailhot. Irène Kozina Danielle Liard Micheline Cyr (directrice, membre ex-officio) Les membres du Conseil d’administration sont avant tout des personnes impliquées bénévolement à l’Auberge à tra- vers divers comités qui nous supportent dans certaines tâ- ches. Nous profitons au maximum des compétences et des expériences variées des membres du C.A. Les secteurs de représentation des membres du Conseil sont les suivants : Membres de la communauté desservie : . 5 membres Personnes bénévoles ou militantes : . 2 membres Personne usagère des services de l’organisme : . 1 membre Personnes à l’emploi de l’Auberge Madeleine : . 2 (1 employée et la directrice qui est membre ex-officio). Un comité de travail pour la relocalisation de l’Auberge Madeleine a été constitué de Micheline Cyr, Diane Buteau et Cécile Brunelle. Les membres du comité ont participé à 6 rencontres dont certaines avec la firme d’architectes et avec le groupe de ressource technique impliqué dans le projet.
  • 5. 3 Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 4Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 4 Dynamisme, engagement de l’organisme dans le milieu et concertation avec les ressources du milieu L’Auberge travaille en collaboration avec d’autres organis- mes et intervenants, entre autres, par sa participation à des regroupements. L’Auberge Madeleine est membre de : • Réseau d’action des femmes en santé et services so- ciaux de Montréal (RAFSSS) La directrice est membre du Conseil d’administration. Elle a participé à 6 ren- contres et à l’assemblée générale. • Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal Inc. (RAPSIM). La directrice a participé à l’assemblée générale annuelle et à une assemblée générale spéciale. La directrice est membre du Comité de liaison en iti- nérance de Montréal qui réunit des intervenants de la Ville de Montréal, de l’Agence de la santé et des ser- vices sociaux de Montréal, du Réseau d’aide pour les personnes seules et itinérantes de Montréal et autres intervenants du mileir. Elle a participé à 3 rencontres. Trois rencontres de ressources pour femmes, membres du RAPSIM, ont eu lieu. Une conférence de presse sur la situation de débordement dans les ressources pour femmes sans abri, a été organisée avec le soutien du RAPSIM. • Fédération des ressources d’hébergement pour fem- mes violentées et en difficulté du Québec. La direc- trice a participé à 3 rencontres provinciales dont un colloque d’orientation et à 5 rencontres régionales des maisons de Montréal. • Regroupement intersectoriel des organismes commu- nautaires de Montréal (RIOCM). Participation à l’As- semblée générale. Autres regroupements: • L’Auberge Madeleine est membre du Fonds dédié à l’habitation. Une intervenante participe aux travaux du comité de gestion, elle a participé à 5 rencontres. • FOHM (Fédération des OSBL d’habitation de Montréal) partenariat dans un projet de lo- gement social avec support communautaire. • RACOR (Réseau alternatif et communautaire des or- ganismes en santé mentale de l’île de Montréal) • Table des groupes de femmes de Montréal La directrice a présenté une conférence lors d’un forum public organisé par la Table des grou- pes de femmes de Montréal : «Mieux voir pour mieux agir: Non à l’itinérance des femmes» De plus, les intervenantes sont en contact étroit avec des intervenants d’organismes communautaires et institutionnels qui offrent des services utiles aux rési- dantes de l’Auberge. La plupart de ces organismes font également appel à l’Auberge Madeleine pour les réfé- rences en hébergement (voir dans le profil statistique). Sensilibisation • Des travailleuses ont présenté les activités de l’Auber- ge lors d’une rencontre de l’Association des épouses des membres de la Commission de Navigation Aérien- ne de l’OACI. • Cinq organismes montréalais dont l’Auberge Madeleine ont rencontré la presse le 22 novembre 2011 pour aler- ter la population et le gouvernement face à la situation sans précédent de débordement et d’aggravation de l’itinérance féminine dans les ressources, particuliè- rement en hébergement. Les femmes sont inquiètes de cette augmentation marquée et craignent le pire. Suite à la conférence de presse, plusieurs entrevues ont eu lieu. L’Auberge Madeleine a été en entrevue avec : Maisonneuve en direct, La Presse canadienne, le Devoir, RDI, CBC, CTV. Nous vous invitons à consulter la liste des activités de concertation et de sensibilisation en annexe. Stages de formation : Quatre intervenantes ont supervisé le travail des stagiai- res durant l’année 2011-2012, pour un total de 951 heures de stages. Les stagiaires étaient, étudiantes à l’Université de Montréal à l’École de travail social, au CEGEP du Vieux- Montréal en Technique de travail social, à l’Université du Québec en Outaouais en Sciences infirmières. Elles ont pu profiter des connaissances et des expériences du milieu d’intervention. Elles ont apprécié l’Auberge Ma- deleine et l’implication de l’équipe d’intervenantes. Leur présence a été très enrichissantes pour les résidantes. 5 La contribution de la communauté à la réalisation des activités de l’organisme Les bénévoles Cette année, soixante-trois bénévoles nous ont apporté, une généreuse contribution en offrant 948 heures de leur temps. Entre autres activités, les bénévoles ont participé à l’envoi du bulletin, à l’animation d’activités récréatives, ont aidé à la cuisine, ont été présentes pour les résidantes ou encore nous ont apporté un support ponctuel, technique, informatique ou administratif. Les résidantes bénéficient de leur implication et le personnel apprécie grandement cette aide soutenue. On doit souligner la fidélité exception- nelle de certains bénévoles qui sont avec l’Auberge depuis le début, soit 28 ans. Nous désirons remercier tous les bénévoles, hommes et femmes, qui nous ont apporté leur aide, à l’occasion ou de façon régulière. Dons en nature De nombreux donateurs viennent régulièrement à l’Auber- ge pour déposer des dons en nature: des vêtements, de la vaisselle, de la literie, des livres et jeux, de la nour- riture non périssable. De plus, nous avons reçu des ca- deaux, chocolats, bijoux et produits de beauté pour les résidantes à l’occasion des fêtes de Pâques et de Noël. Tous ces dons sont grandement appréciés des résidantes dont les maigres revenus ne leur offrent pas la possibilité de «se gâter».
  • 6. 5 Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 6Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 La communauté Nous remercions, les fidèles donateurs qui poursuivirent leur soutien à notre mission. Il s’agit d’un support indispensable au maintien de no- tre organisme ; 22 fondations, 28 corporations, 15 associa- tions, 27 églises, 10 communautés religieuses et plus de 400 personnes solidaires à notre cause nous soutiennent fidèlement, que ce soit par des dons en argent ou en na- ture. Nous recevons également des subventions du gouverne- ment provincial via l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal (programme PSOC) et de la Société d’habitation du Québec ainsi que du gouvernement fédéral via le programme SPLI (Stratégie de partenariat de lutte à l’itinérance). Ces subventions sont en lien direct avec no- tre ancrage dans la communauté et la pertinence de nos services aux yeux des instances mentionnées. Nous publions à trois reprises dans l’année un bulletin de liaison qui est acheminé à plus de 800 personnes à travers la communauté et qui traite, entre autre, des différentes activités qui ont été organisées par les travailleuses de l’Auberge et de la situation des personnes itinérantes. L’Auberge reçoit hebdomadairement des dons de nourritu- re de l’organisme Moisson Montréal. C’est grâce à ces dons que nous arrivons à offrir des repas de qualité à chaque jour et que nous sommes en mesure de faire des dons de nourriture à un certain nombre de femmes qui utilisent nos services externes. Une fois par année, c’est à notre tour d’offrir de notre temps à Moisson Montréal. Pour une sixième année consécutive, les épouses des membres de la Commission de Navigation aérienne de l’OACI ont organisé une collecte de fonds pour l’Auberge; pour cette Journée de Charité, elles ont confectionné de succulents mets internationaux et ont animé une grande tombola avec des dizaines de magnifiques cadeaux mis en jeu. Des travailleuses de l’Auberge ont participé à l’évè- nement et ont présenté les activités de l’Auberge. Environ 600 personnes ont été présentes lors de cette journée. Activités dédiées à un grand public De plus, nous avons organisé un vernissage pour exposer les œuvres réalisées dans le cadre d’ateliers de peinture offerts à l’Auberge où nous avons présenté une trentaine de toiles peintes par les usagères. Cette année, pour la première fois, les oeuvres exposées ont été encadrées grâce à une subvention de la Fondation Epiderma. L’expo- sition a été visible un mois, pendant lequel des dépliants et de l’information sur l’Auberge Madeleine étaient offerts à tous les clients du restaurant où avait lieu le vernissage. De plus, l’Auberge met à jour régulièrement son site inter- net (www.aubergemadeleine.org) en y publiant ses bul- letins de liaison et ses rapports d’activités ce qui permet une plus grande visibilité pour les principales missions de l’organisme. Enfin, un spectacle bénéfice a eu lieu au Lion d’or le 8 mars 2012. Nous remercions les artistes suivants: Ève Cournoyer (porte-parole de l’Auberge Madeleine), les filles de Canailles, Marie-Marine Levesque, Les Lazy Lovers et l’animatrice de la soirée, Béatrice Picard. Cette activité a été coordonnée par deux travailleuse de l’Auberge Made- leine : Adélie Bellemare et Maude Fecteau. Béatrice Picard, animatrice de la soirée avec Françoise Dupont, membre du CA Ève Cournoyer, porte-parole de l’Auberge Les Lazy Lovers Marie-Marine Lévesque Les filles de Canailles Adélie Bellemare et Maude Fecteau, organisatrices de la soirée
  • 7. 7 Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 8Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 6 L’équipe de travail Nous tenons à remercier les travailleuses de l’Auberge Ma- deleine pour leurs compétences et leur implication. Nous avons la chance d’avoir une équipe formidable, diversifiée et capable de relever de nombreux défis. Entre le 1er avril 2011 et le 31 mars 2012 : Trente-trois femmes ont travaillé à l’Auberge Madeleine pour un total de 34 912 heures. Les postes occupés à temps plein étaient les suivants: 1 directrice, 1 adjointe administrative, 10 intervenantes, 1 cuisinière, 1 préposée à l’entretien. Les postes à temps partiel étaient dans les domaines suivants : intervention, support externe, anima- tion, accompagnement dans les démarches, support com- munautaire et individuel en logement, aide-cuisinière. Il y a eu des réunions d’équipe régulières (5,5 heures par mois), une formation continue (435 heures), un soutien adéquat au quotidien et une réunion mensuelle avec un accompagnateur clinique de « Médecins du monde » (2,5 heures par mois). La formation du personnel demeure une priorité pour l’Auberge. En 2011-2012, de nombreuses heures de formations externes ont été accordées aux tra- vailleuses. De plus, les nouvelles intervenantes ont reçu, au cours de cette période, 202 heures de « training ». Une organisation de travail basée sur la solidarité qui offre du support et des chances de développement personnel est un facteur important de maintien de la motivation et de l’engagement des travailleuses. 7 Les participantes Cette année, 209 femmes ont vécu de quelques jours à quelques mois à l’Auberge Madeleine, à une ou plusieurs reprises durant l’année pour un total de 271 séjours. Ces femmes d’âges, d’origines, de milieux différents, doivent vivre ensemble pendant une période difficile de leur vie. Cette cohabitation n’est pas toujours évidente; expliquer le mandat de l’Auberge, démystifier des peurs, des préjugés ou encore rassurer certaines femmes permet de créer des opportunités de rapprochement. La vie de groupe devient un espace propice à l’échange, au partage et à l’entraide dans le non jugement des situations de chacune. Durant la même période, 283 femmes, toutes d’anciennes résidantes, ont utilisé nos services externes. Ces services sont très utilisés et peuvent prendre plusieurs formes : support post-hébergement, accompagnement, support en logement, participation à diverses activités. Le support à long terme est une des clés du maintien des acquis, de la stabilité résidentielle et de l’inclusion dans la société. Ces femmes sont soutenues dans leur désir réel d’amélio- rer leurs conditions de vie, désir qui se confronte à de mul- tiples obstacles et contraintes. Il faut respecter le rythme de chacune et les assurer de notre appui aussi bien dans les bas que dans les hauts du trajet sinueux qu’elles em- pruntent vers l’amélioration tangible de leur situation. 9 Implication de l’Auberge auprès de la communauté 9.1 Profil Statistique Dans cette partie du bilan d’activités, nous vous présen- tons certaines statistiques concernant les femmes héber- gées et les services qui leur sont offerts lorsqu’elles sont à l’Auberge et suite à leur départ, ainsi que nos rapports avec nos partenaires. L’Auberge Madeleine accueille des centaines de femmes chaque année qui, pour une raison ou pour une autre, ont besoin d’un lieu d’hébergement. La violence, la pauvreté, l’isolement sont parmi les principaux obstacles auxquels elles auront été confrontées dans leur vie. Le taux d’occupation et les demandes d’hébergement : Notre capacité d’accueil est de 19 places. Cette année, le taux d’occupation a été de 98.5% (96% l’année dernière). Nous avons dû refuser 5145 demandes par manque de place (4442 demandes l’année dernière). Nous avons aussi refusé 197 autres demandes à cause de situations particulières (femmes avec enfants, conditions nécéssitant un hébergement au 1er étage, place non-dis- ponible à cause du délai de préparation d’une chambre, etc.). Elles ont besoin d’être hébergées mais elles ont aussi un grand besoin d’être accueillies, supportées, respectées et d’être considérées avec dignité. L’Auberge Madeleine, c’est beaucoup plus qu’un toit pour ces femmes. Lors de chacune des demandes refusées, nous prenons le temps de référer la femme à un autre organisme pour qu’elle puisse recevoir l’aide nécéssaire. Nous l’invitons aussi à nous rappeler à un autre moment pour vérifier nos disponibilités. 8 Projet de Relocalisation Depuis 2 ans , l’Auberge Madeleine travaille à un pro- jet de relocalisation dans un immeuble qui permettrait d’accueillir 26 femmes plutôt que 19 et ce, dans des chambres privées plutôt que dans des chambres partagées comme c’est maintenant le cas. Cette décision a été prise pour répondre à la situation alarmante de débordement que l’Auberge Madeleine a connu au cours des dernières années. En 2011-2012, le nombre de refus par manque de place était de 5145, en 2010-2011 de 4442, en 2009-2010 de 2822 et en 2008-2009 de 2697. Le projet a reçu un engagement conditionnel de la société d’habitation du Québec le 8 décembre 2010 dans le cadre du programme de subvention Accès Logis Québec, Subven- tion PAMH. L’engagement définitif devrait être obtenu sous peu. En juin 2011, l’Auberge Madeleine a acquis un immeuble grâce à un prêt qui sera remboursé dès que l’Auberge recevra ‘engagement définitif en rapport avec la subven- tion du programme Accès Logis. L’endroit prévu pour la relocalisation de l’Auberge Mad- eleine est avantageux car il est paisible, relativement loin de l’agitation du centre-ville mais en même temps très ac- cessible. De plus, le bâtiment est sur le territoire du CSSS Jeanne-Mance, le même que notre installation actuelle. Les plans et le devis pour la rénovation de l’immeuble ont reçu les approbations suivantes : avis favorable du comité consultatif d’urbanisme du Plateau Mont Royal, avis favor- able du comité d’architecture et d’urbanisme, résolution du conseil d’arrondissement du Plateau Mont Royal, réso- lution du comité exécutif de la ville de Montréal, résolution du conseil municipal de Montréal, résolution du conseil d’agglomération, résolution et du règlement au conseil d’arrondissement du Plateau Mont Royal. Les appels pour soumissions ont eu lieu et l’entrepreneur responsable des travaux de rénovation devrait être choisi sous peu. Nous espérons emménager dans notre nouvelle maison l’hiver prochain. Nous sommes toute très enthousiates de pouvoir concrétiser ce projet qui nous tient tellement à coeur.
  • 8. 9 Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 10Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 Le nombre de femmes : Cette année, 209 femmes ont été hébergées, comparative- ment à 238 l’année dernière. La durée des séjours : Le nombre de séjours varie d’une année à l’autre en fonc- tion des durées de séjours. Cette année, les séjours ont duré en moyenne 25 jours comparativement à 22 jours l’année dernière. Ainsi la du- rée des séjours ayant été un peu plus longue cette année, il y a eu un moins grand nombre de séjour de femmes hébergée malgré le taux d’occupation de 98,5 %. Des séjours plus longs sont nécessaires pour supporter les résidantes qui ont certaines démarches en cours et pour favoriser l’atteinte de certains de leurs objectifs. L’Auberge Madeleine permet aux résidantes de faire plus d’un séjour dans la même année. Parfois, leur situation et leurs conditions de vie peuvent rendre l’atteinte de leurs objectifs plus difficile ce qui explique leur besoin de faire plus d’un séjour. Ainsi, 45 résidantes (22 %) sont venues plus d’une fois cet- te année; cette proportion était de 21 % l’année dernière. Il est à noter que certains séjours chevauchent deux an- nées de compilation des statistiques, ainsi une résidante pourra être venue une seule fois dans l’année mais comp- tabilisée pour deux fois, si elle terminait un séjour au dé- buté dans l’autre année de compilation. En tout, il y aura eu 271 séjours, comparativement à 304 séjours l’année dernière. Tableau 1 : Nombre de femmes accueillies selon le nombre de séjours nombre de séjours nombre de résidantes 1 164 2 30 3 13 4 2 L’âge des résidantes : Cette année, la moyenne d’âge des résidantes est de 45 ans; l’âge moyen était de 44 ans l’année dernière, tout comme les 2 années antérieures. En 2000-2001, l’âge moyen des résidentes était de 37 ans. Le tableau ci-dessus traduit le vieillissement des résidan- tes avec 38 % des residantes qui sont âgées de 51 ans et plus. En 2000-2001, 10 % des résidantes étaient âgées de 51 ans et plus. L’origine des résidantes : De toutes les femmes hébergée cette année, 75% sont originaires du Québec. Quelques femmes (5%) sont nées dans une autre province canadienne et les autres (18%) sont nées dans un autre pays . Enfin (2%) sont d’origines inconnues. Les résidantes sont québécoises, haïtiennes, européen- nes, sud-américaines, africaines, américaines, autochto- nes. Cette diversité culturelle constitue un enrichissement autant pour les travailleuses que pour chacune des fem- mes hébergées. La majorité (87%) des résidantes s’expriment habituelle- ment en français et 10% en anglais. Nous avons accueilli 5 femmes (2%) s’exprimant dans une autre langue que le français et l’anglais. Certaines intervenantes ou résidantes parlaient cette autre langue, sinon nous faisions appel à toutes sortes de stratégies pour comuniquer. Tableau 2 : Répartition (%) des résidantes selon les catégories d’âge 2011 – 2012 2010 – 2011 2009 – 2010 2008 – 2009 2007 – 2008 18-30 ans 12 15 18 14 21 31-50 ans 50 54 52 59 53 51-60 ans 26 21 23 20 20 61 ans et plus 12 10 7 7 6 Il peut s’avérer difficile pour ces femmes parlant une lan- gue étrangère de s’intégrer dans le groupe. Il est alors essentiel pour nous de faciliter leurs liens avec les autres. Certaines résidantes participent aussi à une meilleure in- tégration de ces femmes, en leur apprenant des mots en français, en leur faisant visiter le quartier, etc. Les sources de références : En général, les femmes nous téléphonent directement pour demander un hébergement, ayant déjà fait un séjour dans les années ou les mois passés; parmi les demandes acceptées, plus de 55% ont été faites par ces résidantes. Les références, d’une part, proviennent : d’une autre mai- son d’hébergement (18%), d’une ressource communautaire (7%), d’un service médical (5%) d’un CLSC (3%) ou par les policiers (3%). Pour les autres (9%), elles nous sont référées soit par un agent d’aide sociale, un agent de probation, une ligne d’écoute, une connaissance, etc.
  • 9. 11 Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 12Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 La scolarité : Les femmes qui viennent à l’Auberge Madeleine sont en général peu scolarisées ; 61% des femmes hébergées ont au plus un diplôme d’études secondaires. Des résidantes n’ont donc pas complété leurs études de niveau secondaire (31%). Le niveau de scolarité est parfois le reflet d’un parcours de vie. Dans un contexte social de spécialisation de la main-d’œu- vre, de rareté de l’emploi permanent, le fait d’être peu scolarisées rend plus difficile l’accès au marché du travail. Certaines résidantes (36%) nous ont dit avoir entrepris des études post-secondaires : soit au niveau collégial (19%) ou au niveau universitaire (17%). Cependant, nous n’avons pas de données quant à la l’obtention d’un diplôme. Les enfants : L’Auberge Madeleine est une maison d’hébergement où les femmes sont hébergées seules, c’est-à-dire sans leurs en- fants. Cependant, 91 résidentes (44%) nous ont mentionné avoir des enfants, dont certains d’âge mineur. Ces jeunes enfants peuvent vivre temporairement chez un parent, unE amiE alors que leur mère est en maison d’hé- bergement. D’autres ont été pris en charge par le CPEJ (Cen- tre de protection de l’enfance et de la jeunesse). Ils auront été pris en charge par le CPEJ, récemment ou depuis plus longtemps, car il aura été démontré que leur sécurité et leur développement étaient compromis. Pour d’autres, les mères elles-mêmes auront demandé le pla- cement, lors d’une période où elles ont eu besoin d’une aide extérieure. Pour plusieurs résidantes, se retrouver loin de leurs en- fants, est un réel déchirement. Certaines nous ont dit maintenir un contact plus ou moins régulier avec leurs enfants. Plusieurs femmes vivent dans l’espoir de reprendre leurs enfants avec elles ou de pouvoir les visiter et en font même leur priorité. Les conditions dans lesquelles elles vivent peuvent parfois rendre ce rapprochement plus dif- ficile. Les problèmes de santé mentale, de dépendance, l’instabilité résidentielle et la grande pauvreté dans la- quelle elles vivent peuvent faire partie des obstacles en travers ce but. Nous les supportons dans leurs démarches et leurs espoirs afin qu’elles puissent atteindre cet objectif dans un avenir plus ou moins rapproché. Pour d’autres, nous les aiderons à faire le deuil de cet espoir. Pour celles qui sont ou ont été victimes de violence conju- gale, les émotions seront vives. Certaines parleront de leurs enfants témoins de cette violence. Nos rencontres avec elles, leur permettront d’exprimer leur tristesse, leur colère, leur culpabilité. Nous les aiderons aussi à devenir conscientes des effets de la violence conjugale sur leurs enfants  : difficultés d’apprentissage, isolement, fugues, dépression. Cette année, nous avons accueilli 5 femmes enceintes. Être en maison d’hébergement au moment d’une grossesse, est révélateur de situations empreintes de manque de support et d’isolement. Ces femmes ont d’autant plus besoin de support puisqu’el- les ont la venue d’un enfant à préparer en plus de se re- trouver dans une période difficile. Les résidantes, dans leur ensemble, vivent avec des res- sources financières limitées. La pauvreté est commune à chacune. Même si elles essaient de trouver des solutions à leurs difficultés, les obstacles reliés au revenu sont majeurs. Lors de leur séjour, nous les informons, les aidons à s’as- surer un revenu auquel elles ont droit et à faire un budget, nous les mettons en contact avec des centres d’aide et d’intégration à l’emploi, des ressources d’aide matérielle; nous les encourageons à s’inscrire sur les listes d’attente pour les logements sociaux ou à prix modique. Les femmes, pour la plupart (71%) quittent l’Auberge en ayant une allocation de la Sécurité du revenu. Elles doivent apprendre « à vivre » avec moins de 590$ par mois (revenu Le revenu : Tableau 3 : Répartition (%) des sources de revenus à l'arrivée au départ 2011 – 2012 2010 – 2011 2011 – 2012 2010 – 2011 Sécurité du revenu (Aide sociale) 70 71 71 72 Revenus autres ou aucun revenu 11 14 10 13 Rentes (vieillesse,invalidité) 7 5 7 5 Emploi 5 4 5 4 Assurance-emploi 3 2 3 2 Prêt-bourse,pension alimentaire 1 2 1 2 Support des parents ou du conjoint 1 1 0 1 inconnu 2 1 3 1 pour une personne seule sans restriction à l’emploi) . Trop souvent, les coûts reliés au logement équivalent à près de 100% du revenu. Elles doivent trouver des stratégies pour arriver à se nour- rir, payer les services publics, les vêtements. Certaines useront de créativité positive, arriveront à se débrouiller, tandis que d’autres auront recours à des sources de re- venu plus marginales, pouvant conduire à des comporte- ments à risques, à des démêlés avec la justice. En conséquence, pour toutes, vivre dans ces conditions est une source de stress importante; une porte d’entrée grande ouverte à la détérioration de leur santé mentale et physique.
  • 10. 13 Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 14Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 Leurs destinations : La plupart des résidantes voudraient, à leur départ de l’Auberge, se retrouver dans un endroit stable, convenable et sécuritaire. Cette année, 19 % des femmes (22 % l’année dernière) ont eu l’opportunité de quitter l’Auberge pour un logement permanent ou un lieu d’hébergement à long terme (ap- partement, OSBL, hébergement long terme avec support communaitaire…). Cependant, en majorité, les femmes quittent l’Auberge vers des destinations plus temporaires. Certaines choisis- sent donc de compter sur leur propre réseau (14%), en allant chez unE amiE, un membre de la famille ou leur conjointE et ce, malgré des conditions parfois difficiles. Il est important de noter que le fait de retourner vivre avec un conjoint ne signifie ni un échec, ni une réussite. Ces retours se font pour plusieurs raisons. Parfois, les femmes se sentent pas prête à vivre seule, à quitter la personne avec qui elles vivaient ou bien elles n’entrevoient aucune autre solution. Si c’est ce qu’elles désirent, le processus de séparation se fera en plusieurs étapes. Pour certaines, un terrain d’entente peut avoir été négocié avec le conjoint. Tableau 4 : Répartition (%) des destinations au départ 2011 - 2012 2010 - 2011 Appartement, chambre 15 20 Hébergement avec support 4 2 Ami, famille, conjoint 14 17 Autre hébergement court terme 33 26 Autre lieu (hôtel, prison, etc.) 8 8 Hôpital 4 1 Ressources thérapeutiques 1 1 inconnue 21 25 Les difficultés : Les résidantes demandent à être hébergées car elles se retrouvent sans abri de façon passagère ou depuis plus longtemps. Elles se retrouvent sans abri à cause d’une ac- cumulation de pertes au fil des ans : au niveau logement, emploi, finances, liens sociaux et familiaux. Elles se retrouvent sans abri à cause de la pénurie des logements sociaux ou à prix abordable. Elles ne peuvent fournir de références ou un endosseur si un propriétaire l’exige. Elles pourront avoir quitté un appartement à cause de l’in- salubrité de ce logement, du harcèlement d’un voisin ou du concierge, d’un climat malsain ou apeurant dans l’im- meuble d’habitation. Elles pourraient avoir à quitter un logement à cause des retards accumulés dans le paiement du loyer suite à une perte d’emploi, au départ de la personne avec qui elles cohabitaient, à cause de leur faible revenu, à cause des dépenses liées à une dépendance. La violence : La violence fait partie intégrale de la vie de la majorité des résidantes. Parmi les femmes hébergées cette année, 178 résidantes (85%) nous ont parlé de cette violence vécue dans le passé et/ou encore aujourd’hui. Elles nous parlent des abus vécus durant l’enfance, de la violence physique, psychologique, de l’inceste. Elles nous parlent d’un viol subi récemment, des menaces d’un en- fant devenu adulte. Plus de 2 résidantes sur 3 (68%), par- lent de la violence d’un conjoint. Toute cette violence les a marquées dans leur corps et dans leur tête. Elles vivent avec les conséquences directes de cette violence : fractures, ecchymoses, honte, perte d’es- time de soi, dépression, refuge dans les dépendances (dro- gues, alcool, médicaments, jeux), tentatives de suicide. Nous les écoutons, les rassurons dans leurs émotions, dans leurs choix, nous les informons de leurs droits, leur expliquons le cycle de la violence et les aidons à prendre Elles pourraient avoir eu à quitter un logement à cause des plaintes répétées des voisins exaspérés par les bruits, par les cris reliés à la violence conjugale. Et, elles auront perdu un emploi, vu leur faible scolarité, vu leurs absences répétées suite à leurs problèmes de santé physique, de santé mentale, de toxicomanie, d’habitudes de jeu, ou à cause de nouvelles exigences de l’emploi. Elles seront seules, sans réseau social supportant, à cause des liens familiaux usés. Elles sont exclues de la famille, du cercle d’amiEs, marginalisées. Parfois elles se sont el- les-mêmes isolées de leur milieu par honte due au man- que d’argent, par honte d’être toujours si différentes, par crainte de voir leurs proches mêlés à certaines situations à risque. Cette accumulation de pertes causant un stress important, aura favorisé le développement de problèmes de santé mentale et physique, de dépendance aux substances et/ ou au jeu. Tableau 5 : Proportion de résidantes ayant vécu et/ou vivant de la violence (%) 2011 – 2012 2010 – 2011 2009 – 2010 2008 – 2009 2007 – 2008 85 84 85 81 85 conscience de leur propre pouvoir pour se sortir de ces situations. Elle peuvent profiter des activités de groupe et être accompagnées : sur les plans jurudiques ou autres. Certaines résidantes choisiront de ne pas parler de cette violence parce qu’elle est trop pénible à avouer, à raconter. Des émotions comme la honte, la culpabilité monteraient à la surface et les « empêcheraient » de régler des problè- mes qu’elles considèrent plus urgents. Pour d’autres, la violence fait partie intégrante de leur vie depuis si longtemps qu’elles en arrivent à banaliser ce problème et n’en parlent tout simplement pas. Pour les autres, elles n’auront que très peu de choix : elles iront dans une autre maison d’hébergement à court terme ou encore à l’hôtel. Certaines devront se rendre à l’hôpital pour des problèmes de santé physique ou des problèmes de santé mentale. D’autres encore auront décidé lors de leur séjour à l’Auberge, de demander du support dans une ressource pour le traitement de la toxicomanie ou des pro- blèmes de jeu. Pour ce qui est du 21% des destinations inconnues, ce sont souvent celles des résidantes qui, après une courte pause, retournent à leur réalité sans nous en informer : la rue, leur conjoint, leur famille. Chaque séjour peut être considéré comme une étape. Cependant, les appartements et les chambres sont rares et coûteux, les critères de sélection des propriétaires ne favorisent pas les femmes avec si peu de revenus. Il y a peu de logements sociaux et les listes d’attente s’allon- gent.
  • 11. 15 Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 16Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 La santé mentale : Cette année, 78 % des résidantes avaient un problème de santé mentale. La toxicomanie : Notre intervention auprès des femmes ayant un problème de toxicomanie se traduit d’abord par le respect de leur situation. L’important est de pouvoir parler avec elles et de reconnaî- tre leurs efforts au quotidien. Ces résidantes, pour la plupart, avaient un problème de santé mentale diagnostiqué par un professionnel de la santé : schizophrénie, troubles bipolaires, troubles obses- sifs compulsifs, trouble anxieux et dépression. Plusieurs prennent une médication psychotrope (antipsychotiques, antidépresseurs, anticonvulsivants, etc.) et ont un suivi avec leur médecin ou leur psychiatre. Certaines sont im- pliquées dans des activités dans les hôpitaux, ressources communautaires, ateliers de travail. D’autres résidantes avaient un problème de santé mentale non diagnostiqué et non traité. Ainsi il peut arriver lors de leur séjour à l’Auberge que nous soyons témoins de leur grande souffrance : quand leur état mental leur fait perdre le contact avec la réalité, quand leurs peurs les envahis- sent à tout moment. Nous sommes alors dans l’obligation de croire qu’une éva- luation psychiatrique serait souhaitable. Nous leur faisons part de nos observations et nous leur proposons un ac- Tableau 6 : Proportion de résidantes ayant des problèmes de santé mentale (%) 2011– 2012 2010 – 2011 2009 – 2010 2008 – 2009 2007 – 2008 78 78 77 77 74 Tableau 7 : Proportion de résidantes ayant un problème de toxicomanie (%) 2011 – 2012 2010 – 2011 2009 – 2010 2008 – 2009 2007 – 2008 44 45 48 51 53 compagnement pour aller consulter un professionnel. Cer- taines accepteront, alors que d’autres refuseront catégori- quement. Notre travail consistera alors à intervenir pour désamorcer l’anxiété de façon quotidienne, pour tenter d’assurer ces résidantes un lieu où elles pourront se sentir en sécurité, malgré tout. Il est évident que de vivre ou d’avoir vécu pendant des années dans un climat de violence, de devoir survivre avec des ressources financières limitées, d’être isolée de sa fa- mille, de ses amiEs, de vivre dans un appartement « dé- labré », de souhaiter de meilleures conditions de vie qui n’arrivent jamais… a un effet direct sur la santé mentale. Une prise de conscience s’orientant vers l’usage sécuri- taire des drogues, la réduction des méfaits, la consomma- tion contrôlée est encouragée en vue de l’amélioration de la qualité de vie de ces femmes. L’abstinence totale doit demeurer un objectif à long terme pour celles qui font ce choix. Les problèmes de jeu : Les jeux de hasard et d’argent existent depuis toujours. Depuis l’ouverture des casinos, depuis l’installation des appareil de loteries-vidéo dans (presque) tous les quar- tiers, depuis la prolifération des « gratteux », le jeu est devenu plus accessible à tous. Leur accessibilité, leur légalisation, la perception des jeux de hasard comme pouvant être une solution aux problè- mes de pauvreté et d’isolement ont fait que les femmes font partie des tristes statistiques sur les problèmes de jeu excessif, surtout depuis les années 90. Contrairement aux problèmes de toxicomanie, les problè- mes de jeu sont souvent invisiles. Ainsi, certaines résidan- tes choississent de taire leur problème; d’autres le bana- lisent. La proportion de 7 % indiquée au tableau est très certainement sous-évaluée comparativement à la réalité. Tableau 8 : Proportion de résidantes ayant un problème de jeu excessif (%) 2011 – 2012 2010 – 2011 2009 – 2010 2008 – 2009 2007– 2008 7 6 8 12 10 Les femmes que nous cotoyons à l’Auberge Madeleine vont jouer car elles espèrent que leurs gains amélioreront leurs conditions de vie, mais au bout du compte elles se retrou- vent encore plus pauvres. Elles vont jouer car elles veulent briser l’isolement, sortir de la maison; elles se retrouvent encore plus seules, à cause du manque d’argent, de la honte. Tout comme les femmes ayant des problèmes de toxico- manie, l’important est de pouvoir échanger avec elles et encourager leurs forces et stratégies visant à retrouver un pouvoir face à cette dépendance.
  • 12. 17 Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 18Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 La santé physique : Les résidantes ont, dans leur grande majorité, des pro- blèmes de santé physique temporaires ou permanents. Il est clair que leur santé est hypothéquée par la violence vécue, les habitudes de consommation, les conséquences du stress, une alimentation déficiente, le manque de soins et de médicaments, des vêtements mal adaptés à la sai- son froide. Certaines viennent à l’Auberge tout en poursuivant des traitements contre le cancer, l’hépatite C, le VIH. Il est promordial pour nous de supporter ces femmes souvent seules face à la maladie. La judiciarisation : Cette année, 17 % des résidantes nous ont partagée qu’el- les avaient eu et/ou avaient encore des problèmes avec la justice. Plusieurs des accusations qui pèsent contre elles, sont reliées au fait d’être perçues comme itinérantes, dif- férentes, marginales. Les constats d’infraction sont émis pour des gestes ano- dins : pour avoir gêné la circulation des piétons (flânage), pour s’être couchée sur un banc de parc, ou un muret de béton, pour sollicitation, pour avoir traversé une rue sans égard aux feux de circulation, … et ce, en vertu des règle- ments de la Ville de Montréal, du Code de sécurité routière ou de la Société de transport de Montréal. Dans le cas plus précis de l’hépatite et du VIH, nous de- vons susciter l’ouverture et le respect de la part de toutes les femmes hébergées, de faire de la sensibilisation pour une plus grande prise de conscience de tous les compor- tements à risque chez chacune d’entre elles. Cette année quelques résidantes (5%) ayant une défi- cience physique ont été hébergées : malentendante, non voyante, paralysée d’un membre… Le premier étage de notre maison est adapté pour accueillir les résidantes en fauteuil roulant. Les constats d’infraction sont des constats de l’intolérance d’une partie de la société envers des personnes sans abri qui occupent l’espace public. Notre travail est de les informer de leurs droits et res- ponsabilités, et au besoin de les accompagner à la Cour. Dans la majorité des cas, elles auront à faire des travaux compensatoires (travail dans la communauté) durant un certain nombre d’heures pour payer leur dette « à la so- ciété ». Quelques-unes d’entre elles devront purger une peine d’emprisonnement de quelques semaines à quelques mois. 10 Notre travail au quotidien Les rencontres individuelles : Une grande partie de notre travail consiste en rencontres individuelles avec chacune des résidantes. Tout d’abord, l’accueil d’une nouvelle résidante est un moment crucial pour lui permettre d’exprimer ses émotions liées à sa si- tuation et au fait de se retrouver en maison d’héberge- ment, que ce soit la première fois ou non. Nous lui ex- pliquons ensuite le fonctionnement de la maison, nous la présentons aux autres résidantes et nous l’aidons à s’installer dans sa chambre. Grâce aux dons de la com- munauté nous pouvons lui offrir des vêtements et des produits d’hygiène. Chacune des résidantes rencontrera régulièrement une intervenante qui l’accompagnera durant son séjour. Ces rencontres permettront à la résidante d’exprimer ses dé- sirs, ses besoins. Ces rencontres permettent l’émergence d’émotions et aussi la prise de conscience des forces et stratégies de débrouillardise de la résidante. Par la suite elles pourront fixer ensemble, les objectifs de séjour, les moyens et ressources pour y arriver. Des références pour des ressources telles la réintégration au marché du travail, un retour aux études, de l’héberge- ment à long terme, près des organismes pour la défense des droits, pour des activités ou pour voir un médecin sont données aux résidantes. Au besoin, les femmes hébergées pourront aussi faire ap- pel aux autres intervenantes pour des rencontres de sup- port ponctuelles. Cette année, nous avons fait 3183 rencontres formelles avec les femmes hébergées (près de 9 rencontres par jour, en moyenne). Service d’accompagnement des résidantes : Nous offrons un service d’accompagnement à certaines résidantes plus vulnérables dans l’accomplissement de leurs démarches plus anxiogènes. L’accompagnement fa- cilite l’accès aux ressources, dans les institutions et dans les organismes dispensateurs de services. Ainsi 36 résidantes ont pu profiter de 103 accompagne- ments par une intervenante, soit au CLSC pour rencontrer un médecin ou un travailleur social dans le but d’avoir un suivi à plus long terme, soit au bureau de la Sécurité du revenu ou de l’assurance-emploi afin de recevoir un revenu et y ayant droit, ou dans un organisme public ou communautaire lié à l’Immigration dans le but de clarifier leur statut. L’accompagnement dans les démarches rassure les rési- dantes et engendre des résultats significatifs pour la pour- suite de leurs objectifs.
  • 13. 19 Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 20Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 Ateliers de recherche de logements : Cet atelier de trois heures est offert aux femmes, une fois par semaine. L’atelier permet aux participantes de se faire un portrait sur la situation du logement privé et il offre aux femmes un lieu d’échange et de partage d’expériences concernant le logement. Il les motive dans leur recherche, leur permet d’apprivoiser de nouveaux outils tel l’Internet. Nous les aidons à faire un budget réaliste pour qu’elles puissent chercher dans la fourchette de prix qu’elles peuvent payer, formuler leurs questions, les supporter lors de leurs ap- pels téléphoniques aux propriétaires. Il y a eu un total de 105 participations de 51 femmes différentes. Nous offrons aussi de façon moins systématique du sup- port à la recherche d’emplois ; soit pour la mise à jour des curriculum vitae et l’accompagnement au Centre d’em- plois. Peu de résidantes y ont participé cette année, soit 3 résidantes dont 2 ont trouvé un nouvel emploi. C’est donc un total de 78 résidantes différentes ont profité de ce service d’accompagnements dans leurs démarches et dans la recherche de logement et d’emploi, pour un total de 211 participations à ces différents volets. Ces ré- sidantes sont âgées en moyenne de 47 ans. Il est à noter que 85 % des résidantes vivent avec des problèmes de santé mentale. Les activités de groupe : Une autre partie importante de notre travail consiste à assurer une présence dans le groupe des 19 résidantes. Les intervenantes partagent les repas avec les résidantes en plus d’une collation en fin de soirée. Ces moments sont susceptibles de susciter des discussions animées et des activités spontanées. Il est important pour nous de favori- ser un climat où chacune peut s’exprimer et sentir qu’elle fait partie de la vie de groupe. Il y aussi des activités formelles animées par une interve- nante pour les résidantes. Activités thématiques  Cette année, 70 rencontres thématiques ont eu lieu; 86 ré- sidantes différentes y ont participé. Étant donné que cer- taines résidantes assistent à plus d’une acitivité, il y aura eu au total 221 participations à ces rencontres. Ces activités touchent des thèmes différents : la confiance en soi, la solidarité, l’estime de soi, l’espoir, l’affirmation de soi, les stéréotypes, les émotions, le respect, la com- munication, les stratégies de débrouillardise, etc. Activités pour résidantes et ex-résidantes  D’autres activités ont été proposées aux résidantes tout comme aux ex-résidantes. Toutes ces activités ont pour but de briser l’isolement, découvrir de nouveaux intérêts, et susciter chez les parti- cipantes un sentiment de fierté, de confiance, d’estime de soi et une reprise de pouvoir sur leur vie Atelier de peinture Cette activité permet à chacune de s’exprimer à travers la peinture, développer sa créativité, reconnaître ses forces et ses talents, rehausser son estime de soi à travers un sentiment de fierté. Il y aura eu un total de 185 participations à 24 rencontres; 48 femmes différentes y auront assisté. Lors de ces activités de multiples thèmes ont été proposés comme point de départ afin de stimuler la créativité des femmes; 150 œuvres ont été réalisée. Un vernissage a eu lieu et 45 personnes ont assisté à l’évé- nement, en plus des clients présents. Des dépliantes d’in- formations ont été distribués afin d’expliquer le projet et sensibiliser les visiteurs. Vernissage du 8 mars 2012 Ancienne résidante avec sa famiile, posant devant sa toile C’est à travers 47 activités différentes soit : de jeux de rôle, bricolage, dessin, peinture, sculpture, les discussions que les participantes échangent entres elles. Notamment, ces activités enrichissent la dynamique de groupe et la solidarité entres les femmes et permettent à chacune de faire une réflexion sur soi, tout en développant ses talents artistiques.
  • 14. 21 Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 22Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 Le support post-hébergement : L’Auberge Madeleine offre un support aux ex-résidantes. Cette année, 266 ex-résidantes ont utilisé notre service de post-hébergement. Nous avons compilé 3251 appels et 536 visites. Les ex-résidantes nous téléphonent ou nous visitent pour avoir de l’écoute, de l’information, des références, pour venir prendre un repas, recevoir des dons de nourriture et être accompagnées pour certaines démarches. Ces contacts contribuent à supporter les femmes après leur départ soit parce qu’elles vivent des situations plus difficiles, soit parce qu’elles veulent nous partager de bon- nes nouvelles. Le support en logement : Ce projet est un service de support offert à des femmes qui vivent en logement. Il vise à briser l’isolement, à fa- voriser la stabilité résidentielle de ces femmes récemment installées dans leur «nouveau chez-soi ». Au total, 22 femmes ont bénéficié de ce service cette an- née; elles ont toutes été résidantes de l’Auberge à un mo- ment de leur vie. La moyenne d’âge est de 55 ans, elles sont donc plus âgées que la population totale des résidantes de l’Auberge Madeleine. On remarque que les problèmes de santé mentale af- fectent 91 % des participantes et 45 % d’entre elles sont confrontées à un problème important de santé physique, des proportions plus grandes que chez la population totale des femmes hébergées cette année. Les participantes, pour la plupart, vivent seule en cham- bre, dans un logement social ou privé, 4 femmes vivent avec leur enfant ou apportent un support parental régulier à ces derniers. Dans le cadre du projet, un support stable et flexible axé sur l’amélioration des compétences personnelles et socia- les, est offert aux participantes. Ce support se concré- tise principalement en visites à domicile, pour apporter Les services externes Pouvoir compter sur l’Auberge Madeleine, 7 jours par se- maine, 24 heures par jour, est essentiel pour certaines résidantes. Nous les aidons ainsi à conserver leurs acquis, leur évitons de tomber dans des situations critiques. De ces 266 ex-résidantes, 141 femmes avaient été héber- gée à l’Auberge, cette année. C’est donc 125 femmes qui ont maintenu un contact avec nous au fil des ans. L’Auberge Madeleine était pour elles un milieu de vie, de support et de partage. L’Auberge Madeleine deviendra après leur départ, une par- tie importante de leur réseau social, un lieu d’apparte- nance, d’ancrage. un soutien psychologique, de l’aide à l’appropriation du milieu de vie, à la gestion du budget, de dons de nour- riture, d’aide à la préparation de repas. Il est un soutien dans les démarches (santé, revenu, immigration, loisirs, études, travail, gestion de conflits interpersonnels, etc.) de références et d’accompagnement vers les ressources pouvant répondre à leurs besoins, de support vers l’acqui- sition d’une plus grande autonomie. L’intervenante responsable de ce projet a fait 45 appels à des professionnels pour supporter les démarches de 13 participantes qui ont eu besoin d’un support particulier. De plus, 38 accompagnements pour 12 femmes différentes ont été réalisés cette année, soit : à l’hôpital, à la chambre de la jeunesse, à l’Immigration et citoyenneté Canada, à la banque, dans un centre de jour, au CLSC, à l’Aide juridique, à la Régie des rentes, pour des visites de chambres. Cette stabilité résidentielle, pour la majorité des partici- pantes, ainsi que la diminution significative du recours au services d’hébergement à court termedémontrent la pertinence de ce service. Les résultats illustrent aussi le développement des compétences chez les participantes. Cette expérience de stabilité résidentielle et de réussite personnelles a des effets posotifs sur le maintien de la santé des participantes ainsi que sur le développement de l’autonomie et l’estime de soi.
  • 15. 23 Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 24Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 Annexe Liste des activités de représentation, concertation, sensibilisation, formation et information Dates : 8 avril Rencontre avec architectes: relocalisation de l’Auberge Madeleine 11 avril Comité de liaison en itinérance 12 avril Rencontre FRHFVDQ, région Montréal 19,20 avril Sélection pour le poste de coordonnatrice du RAFSSS 21 avril Rencontre porte-parole de l’Auberge Madeleine 28 avril Formation compilation statistique pour FRHFVDQ 29 avril CA du RAFSSS 4 mai Lancement de livre: RAPSIM 6 mai Rencontre comité FRHFVDQ, projet dépistage de la violence 10 mai CA du RAFSSS 12 mai Rencontre avec M.Silès de SDSVM 20 mai CA du RAFSSS 24,25,26 mai Rencontre de FRHFVDQ, région de Montréal 25 mai Causerie: vie maritale et aide sociale: ODAS 26 mai Comité de gestion du Fonds dédié, à l’habitation communautaire de Montréal 31 mai Rencontre comité FRHFVDQ, projet dépistage de la violence 2 juin AGA du RAPSIM 6 juin Comité de liaison en itinérance 7 juin Rencontre concertation avec organismes pour femmes sans abri 9 juin CA et AGA: Fonds dédiée à l’habitation communautaire 17 juin SDSVM: visite Auberge 29 juin Représentation Auberge CAU 26 juillet Rencontre avec chercheure Shawn Renée, McGill University 29 juillet Rencontre comité FRHFVDQ, projet dépistage de la violence 10 août Visite: le Pas de la rue 12 août Rencontre concertation avec organismes pour femmes sans abri Liste des activités de représentation, concertation, sensibilisation, formation et information 16 août CA du RAFSSS 16 août Agence SSS, présentation SPLI 19 sept. Rencontre FRHFVDQ, région de Montréal 22 sept. Rencontre concertation avec organismes pour sans abri 22 sept Comité de gestion du Fonds dédié à l’habitation communautaire de Montréal 23 sept. Rencontre comité FRHFVDQ, projet dépistage de la violence 27 sept. CA du RAFSSS 2 oct. Atelier pour formation internet: en partenariat avec le SDSVM 4 oct. Rencontre avec architectes 13 oct. CA du RAFSSS 18 oct. Comité de liaison en itinérance 25 oct. AGA du RIOCM 28 oct. Représentation Auberge: ANC Charity Coffee du OACI 1,2,3 nov. Colloque d’orientation FRHFVDQ 8 nov. Rencontre FRHFVDQ, région de Montréal 10 nov. Comité de gestion du Fonds dédié à l’habitation communautaire de Montréal 14 nov. Rencontre à l’Agence SSS pour le RAFSSS 15 nov. Rencontre avec les architectes 17 nov. Rencontre préparatoire pour conférence de presse 24 nov. Participation à une conférence de presse et entrevues dans les médias 28 nov. CA du RAFSSS 29 nov. Comité régional de liaison 30 nov. Rencontre et interview avec membre du ANC Charity Coffee 8 déc. Party de Noel du Fonds dédié à l’habitation communautaire de Montréal 13 déc. Comité de liaison en itinérance 22 déc. Rencontre avec Atelier Habitation Montréal 12 janv. Séance information: stagiaire en technique social 18 janv. Rencontre FRHFVDQ, région de Montréal 19 janv. Rencontre concertation avec organismses pour femmes sans abri 26 janv. Comité de gestion du Fonds dédié à l’habitation communautaire de Montréal 27 janv. Rencontre pour le Centre de répit et dégrisement 31 janv. Comité de liaison en itinérance
  • 16. 25 Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 26Auberge Madeleine—Rapport des activités 2011 – 2012 Liste des activités de représentation, concertation, sensibilisation, formation et information 6 fév. Visite Auberge: Youth and philantropy initiative 9 fév. Rencontre à l’Agence SSS, situation de débordement dans les organsimes pour femmes 9 fév. Lancement: recherche sur les ordonnances de traitement 20 fév. Représentation Auberge: soumission pour rénovation 21,22,23 fév. Rencontre FRHFVDQ, région de Montréal 5 mars Rencontre FRHFVDQ, région de Montréal 6 mars Rencontre avec Atelier Habitation Montréal 9 mars Rencontre avec architectes: relocalisation de l’Auberge Madeleine 23 mars Rencontre avec architectes: relocalisation 30 mars CA du RAFSSS 30 mars Visite Auberge: stagiaire Dollard Cormier L’Auberge Madeleine c’est beaucoup plus qu’un toit pour toutes ces femmes. Coordination : Micheline Cyr Rédaction : Lynda Gagnon, Micheline Cyr Compilation des statistiques : Lynda Gagnon, Annie Chartrand, Émilie Myette Photo en couverture : Dolores Vollant Photos : Dolores Vollant, Yan Chevalier Mise en page : Anne Fourquier, Daphnée Quentin Design : Ruth Farrugia Cette année, 334 résidantes et ex-résidantes ont pu compter sur l’Auberge Madeleine… une mai- son qui garde à l’abri de la faim, de la peur, du froid, de la violence et de la solitude…