• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Sdvs rapport pré diagnostic urbanisme vf
 

Sdvs rapport pré diagnostic urbanisme vf

on

  • 1,001 views

Rapport de pré-diagnostic Urbanisme du projet SDVS

Rapport de pré-diagnostic Urbanisme du projet SDVS

Statistics

Views

Total Views
1,001
Views on SlideShare
1,001
Embed Views
0

Actions

Likes
1
Downloads
49
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Sdvs rapport pré diagnostic urbanisme vf Sdvs rapport pré diagnostic urbanisme vf Document Transcript

    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 1 VILLE DE SOUSSE Projet Stratégie de Développement Urbain Durable. Rapport de pré-diagnostic Urbanisme 2012 Belghith Derouiche
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 2
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 3 TABLE DES MATIERES METHODOLOGIE................................................................................................................................................5 INTRODUCTION ..................................................................................................................................................6 PREMIERE PARTIE : CADRE GENERAL DE L’URBANISATION DE SOUSSE...........................9 Chapitre 1 : CADRE INSTITUTIONNEL DE LA PRODUCTION URBAINE...............................................................10 I. Outils, acteurs et échelles territoriales..................................................................................................................................10 II. Une réglementation descendante dominée par l’Etat : Quelle place de la Stratégie de développement de la ville de Sousse ? ...................................................................................................................................................................................11 Chapitre 2 : CONTEXTE SPATIAL ET HISTORIQUE DES ESPACES URBANISES.................................................13 I. L’occupation du sol ..............................................................................................................................................................13 II. La croissance urbaine..........................................................................................................................................................14 II.1. La période arabo-islamique..........................................................................................................................................16 II.2. La période coloniale.....................................................................................................................................................16 II.3. La période contemporaine............................................................................................................................................16 DEUXIEME PARTIE : LES ESPACES URBANISES.............................................................................. 20 Chapitre 3 : LA MEDINA..................................................................................................................................................21 I. Cadre institutionnel de la gestion de la médina ....................................................................................................................24 II. l’intervention sur le bâti de la médina .................................................................................................................................24 III. Les raisons socio-économiques de la dégradation du patrimoine urbain de la médina......................................................25 Chapitre 4 : LES ESPACES TERTIAIRES, INDUSTRIELS ET TOURISTIQUES.......................................................27 I. Les espaces tertiaires ............................................................................................................................................................27 II. Les espaces industriels ........................................................................................................................................................30 III. Les espaces touristiques.....................................................................................................................................................33 Chapitre 5 : LES QUARTIERS D’HABITATIONS..........................................................................................................38 I. Approche quantitatives du parc logement ............................................................................................................................38 II. Approche des quartiers d’habitations selon le mode de la production urbaine ...................................................................39 II.1. Les quartiers spontanés................................................................................................................................................40 II.2. Les quartiers réglementaires ........................................................................................................................................41 II.2.1. Le quartier Riadh..................................................................................................................................................41 II.2.2. Le quartier Sahloul ...............................................................................................................................................43 Chapitre 6 : LES URBANISATIONS PROJETEES .........................................................................................................44 I. La gare de Sousse .................................................................................................................................................................44 II. Bouhsina nord (Cité olympique) .........................................................................................................................................45 III. Sahloul 4 ............................................................................................................................................................................45 IV. Centre urbain .....................................................................................................................................................................45 V. Technopôle..........................................................................................................................................................................46 TROISIEME PARTIE : LES INFRASTRUCTURES ............................................................................... 51
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 4 Chapitre 7 : LE RESEAU ROUTIER................................................................................................................................52 I. L’aspect spatial du réseau routier .........................................................................................................................................52 I.1. Le noyau central............................................................................................................................................................53 I.2. La desserte des quartiers de Sousse...............................................................................................................................56 I.2.1. Les radiales ............................................................................................................................................................56 I.2.2. Les rocades ............................................................................................................................................................57 I.3. La desserte avec les autres villes limitrophes................................................................................................................60 I.4. La desserte avec les autres régions du pays...................................................................................................................60 II. L’aspect fonctionnel du réseau routier ................................................................................................................................63 II.1. Le trafic........................................................................................................................................................................63 II.2. Le stationnement..........................................................................................................................................................64 Chapitre 8 : LES RESEAUX DES TRANSPORTS COLLECTIFS..................................................................................66 I. Les transports ferroviaires ....................................................................................................................................................66 I.1. La desserte à l’échelle de la région du Sahel.................................................................................................................66 I.2. La desserte à l’échelle du pays......................................................................................................................................69 II. Les bus ................................................................................................................................................................................73 II.1. Le réseau urbain...........................................................................................................................................................73 II.2. Le réseau suburbain .....................................................................................................................................................76 II.3. Le réseau des grandes lignes........................................................................................................................................79 III. Louages et taxis collectifs..................................................................................................................................................79 IV. Les déplacements...............................................................................................................................................................82 V. Les infrastructures portuaires et aéroportuaires ..................................................................................................................83 V.1. Le port de Sousse.........................................................................................................................................................83 V.2. L’aéroport de Monastir................................................................................................................................................85 V.3. L’aéroport d’Enfidha ...................................................................................................................................................85 Chapitre 9 : LES RESEAUX PUBLICS ............................................................................................................................87 I. Le réseau électrique..............................................................................................................................................................87 II. Le réseau d’eau potable.......................................................................................................................................................88 III. Le réseau d’assainissement................................................................................................................................................88 IV. Le réseau de téléphone.......................................................................................................................................................89 QUATRIEME PARTIE : LES EQUIPEMENTS ........................................................................................ 90 Chapitre 10 : LES EQUIPEMENTS..................................................................................................................................91 I. Les équipements scolaires ....................................................................................................................................................92 II. Les équipements hospitaliers...............................................................................................................................................94 III. Les équipements universitaires ..........................................................................................................................................97 IV. Les équipements administratifs .......................................................................................................................................100 V. Les équipements culturels, sportifs et de loisirs................................................................................................................100 V.1. Les équipements sportifs ...........................................................................................................................................103 V.2. Les parcs et jardins publics........................................................................................................................................104 V.3. Les équipements d’enfance et de jeunesse.................................................................................................................105 V.4. Les équipements culturels..........................................................................................................................................105 VI. Les équipements des services publics divers ...................................................................................................................108 SYNTHESE DES OBSERVATIONS FINALES.......................................................................................111 BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................................................116
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 5 METHODOLOGIE Champs général de l’étude Le point central de notre travail consiste à l’élaboration d’un « rapport descriptif de la ville ». Le thème principal de ce rapport descriptif est l’urbanisme. Le focal de l’étude Dans notre étude on va d’abord commencer par décrire le cadre général de l’urbanisation de Sousse. Ceci nous permettra d’identifier la cadre institutionnel de la production urbaine, la situation spatiale des espaces urbanisés et le contexte historique de la croissance urbaine. Ensuite nous allons aborder ce travail à traves trois points de vues : -Le premier point de vue est celui des espaces urbanisés. Dans cette partie on va identifier les principales entités urbaines de la ville. Il s’agit de la médina, les espaces tertiaires, industriels et touristiques, les quartiers d’habitations et les urbanisations projetées. -Le deuxième point de vue est celui des infrastructures. Dans cette partie on va étudier le réseau routier, les réseaux de transports collectifs et les réseaux publics. -Enfin le troisième point de vue est celui des équipements. Dans cette partie on va analyser les équipements scolaires, les équipements universitaires, les équipements hospitaliers, les équipements administratifs, les équipements culturels, sportifs et de loisirs et enfin les équipements des services publics divers. Le terrain de l’étude Dans notre étude, le terrain de base est celui du périmètre communal. Néanmoins dans notre travail on va se basé également sur des périmètre plus larges à savoir les délégations dont le périmètre fait partie entièrement ou partiellement de la commune de Sousse (Sousse Medina, Sousse Riadh, Sousse Jawhara et Sousse Sidi Abdelhamid), le Grand Sousse (Sousse, M’saken, Kalaâ Seghira, Hammam Sousse, Kalaâ Kebira, Akouda, Ezzouhour, Zaouia, Ksiba Thrayet et Messaadine), le gouvernorat de Sousse et dans une moindre mesure la région du Sahel (gouvernorat de Sousse, Monastir et Mahdia) voir même parfois l’échelle nationale. L’élargissement du terrain d’étude est motivé par plusieurs raisons. D’abord l’importance de situer la place de Sousse à l’échelle régionale et nationale. Ensuite, dans plusieurs cas, les données et les statistiques disponibles concernent l’échelle des délégations ou du gouvernorat. Le corpus de l’étude Dans notre étude on va s’appuyer principalement sur deux types de matériaux. La littérature et les entretiens. Pour la première, les documents de la planification urbaine (PAU, SDA, PDU, etc.) nous ont étaient des sources riches en informations. Pour les entretiens nous avons essayé autant que possible de dégager la perception qu’on les personne interrogés sur la situation urbaine de la ville. Outre les informations déjà existantes qu’on a pu se procurer nous nous sommes appuyé sur des informations de première main. En effet, le manque de données ou leurs incompatibilité avec le périmètre communal nous on amener plusieurs fois à la fabrication de l’information. Par ailleurs, grâce à l’aspect tangible de
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 6 l’espace urbain nous n’avons pas hésité à procéder empiriquement en s’appuyant sur des observations personnelles. INTRODUCTION La ville de Sousse et le troisième pôle démographique de la Tunisie. En 2004, la commune de Sousse comprend 173047 habitants derrière la commune de Tunis (728453 habitants) et celle de Sfax (265131 habitants). En passant de 83500 habitants en 1984 à 173047 habitants en 2004, la population de Sousse a doublé en 20 ans. Avec 4%, la commune de Sousse enregistre donc le taux de croissance annuel le plus élevé, loin devant Sfax (1.5%) et Tunis (1.3%). En s’appuyant sur les projections démographiques à l’horizon 2030 réalisées par l’INS, « La fourchette dans laquelle, raisonnablement, devrait s’inscrire la population future de la commune de Sousse, semble devoir être comprise entre 230.000 et 250.000 en 2030 »1 . Localisée au Centre-Est du pays, sur la cote méditerranéenne, Sousse est à mi-chemin entre les deux premières grandes villes du pays : Tunis et Sfax2 . La ville est certes située en périphérie sud-est du gouvernorat mais elle bénéfice d’une position centrale par rapport à l’ensemble de la région du Sahel. Ceci confirme la position de Sousse non seulement comme un simple chef lieu du gouvernorat mais notamment comme capitale régionale du Sahel. Aujourd’hui le bâtie de la commune de Sousse est partie intégrante d’un continuum urbain qui s’étend du coté du littoral jusqu’a Hergla au nord et Monastir au sud. Du coté de l’intérieur du pays il s’étend jusqu’a Mseken en passant par Elmessaadine, Ezouhour, Elkalaa-Essoghra et Elkalaa-Elkobra en passant par Hamam-Sousse et Akouda. Cette situation est le résultat d’une urbanisation par coalescence. En effet, c’est au cours des trente dernières années que s’est opéré la soudure des tissus urbain entre Sousse et Hammam-Sousse, entre Mseken et Elmessaadine et entre Elkalaa-Elkobra et Akouda3 . La ville de Sousse est connectée à l’autoroute qui relie Tunis et Sfax. Elle est desservit par le transport ferroviaire soit directement à travers la gare de Sousse soit indirectement à travers la correspondance par la gare de Elkalaa-Essoghra. Sousse est dotée d’un port commercial situé en cœur de ville. Même si la ville n’a pas d’aéroport mais elle bénéficie de la proximité de deux infrastructures aéroportuaires. La première est celle de l’aéroport de Monastir et la deuxième et celle de l’aéroport d’Enfidha. Doté du statut de chef lieu de gouvernorat, la ville de Sousse concentre les sièges des administrations publiques. Elle comprend des équipements d’envergure régionale tels que CHU, universités, cité olympique, etc. De ce point de vue la ville est un véritable pole régional. 1 République tunisienne, Commune de Sousse, Plan d’aménagement urbain de la commune de Sousse : rapport de présentation, 2007. Page 79. 2 « La relative proximité de la capitale est a la fois un handicap et un atout : handicap face au développement des fonctions de commandement et de décision, fortement accaparées par la capitale et atout de la proximité des centres directionnels et des services de haut niveau qui tendent a tirer vers le Nord les dynamiques de développement au niveau du grand Sousse ». (Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport provisoire de 3éme phase, Mars 2010. Page 14). 3 République tunisienne, ministère de l’équipement de l’habitat et de l’aménagement du territoire, direction générale de l’aménagement du territoire, Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport provisoire de 3éme phase, Mars 2010. Page 53.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 7
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 8
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 9 Première partie : CADRE GENERAL DE L’URBANISATION DE SOUSSE
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 10 Chapitre 1 : CADRE INSTITUTIONNEL DE LA PRODUCTION URBAINE Avant d’établir un état des lieux des aspects urbains de la ville de Sousse, il convient de brosser à grand trait le cadre institutionnel de la production urbaine dans la ville. D’une part, ceci nous permettra d’identifier les acteurs directement impliqués dans l’urbanisme. D’autre part, ce travail nous permettra de situer la Stratégie de développement de la ville de Sousse dans le cadre institutionnel de l’urbanisation de la ville. I. Outils, acteurs et échelles territoriales La cadre juridique dont lequel se fait la production urbaine en Tunisie est fixé par le « code de l'aménagement du territoire et de l'urbanisme » (CATU) promulgué en 1994. Ce code fixe deux branches d’urbanisme servant à la fabrication de la ville à savoir la planification d'aménagement et les opérations d'aménagements Pour ce qui est de la planification, elle s’appui sur le « Schéma Directeur d'Aménagement » (SDA)4 et le « Plan d’Aménagement Urbain » (PAU)5 . Le SDA du Grand Sousse qui date de 2010 fixe la planification territoriale à l'échelle régionale. Il est élaboré par le bureau d’étude privé URBACONSULT dirigé par Morched Chabbi et son approbation revient au ministère de l’équipement, de l’habitat et de l’aménagement du territoire (MEHAT). Le PAU de Sousse date de 2008. Il fixe la planification territoriale à l'échelle municipale. Il est élaboré par les bureaux d’étude privés de Jalel Abdelkafi et Amor Mezgar. Tout comme le SDA du Grand Sousse, le PAU de Sousse est approuvé par le MEHAT. Selon la CATU, le PAU de Sousse doit être conforme au SDA du Grand Sousse. Outre ces documents de planifications, l’urbanisme à Sousse se fait par des opérations d’aménagements à savoir les périmètres d'interventions foncières (PIF)6 et les lotissements7 . Ces opérations d’aménagements doivent êtres conformes au PAU. Les périmètres d'interventions foncières (PIF) sont crées par le MEHAT. Dans les PIF peuvent intervenir pour la réalisation d’opération d’aménagement, l'État, les collectivités locales et quatre agences publique. Pour ces derniers il s’agit de l’Agence Foncière d’Habitation (AFH), l’Agence Foncière Touristique (AFT), l’Agence Foncière Industrielle (AFI) créées en 1973 et l'Agence de Réhabilitation et 4 Code de l'aménagement du territoire et de l'urbanisme (CATU), articles 5 à 9. 5 Code de l'aménagement du territoire et de l'urbanisme (CATU), articles 12 à 29. 6 Code de l'aménagement du territoire et de l'urbanisme (CATU), articles 30 à 39. 7 Code de l'aménagement du territoire et de l'urbanisme (CATU), articles 58 à 67.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 11 de la Rénovation Urbaine (ARRU) créées en 1981. L’acteur qui intervient dans les PIF se charge de l’élaboration d’un plan d'aménagement de détail (PAD). Les agences qu’on vient d’énumérée sont des établissements publics à caractère industriel et commercial et à financement autonome. Elles jouent un rôle important dans l’urbanisation de la ville de Sousse. L’AFH continue à produire les quartiers d’habitations tels que Sahloul. L’AFI est chargé de la zone industrielle de Sidi Abdelhamid. L’AFT est l’aménageur de la zone touristique sur le littoral nord de Sousse. L’ARRU intervient principalement dans les quartiers spontanés tels qu’El Matar et secondairement dans la médina de Sousse. Les lotissements sont le deuxième type d’opération d’aménagements. Ils sont approuvés par la municipalité et le gouvernorat après avis du MEHAT. Depuis 19908 , les lotissements peuvent être réalisés par des promoteurs privés. D’autres opérateurs publiques assurant la promotion immobilière et sont susceptibles d’intervenir à Sousse. La Société Nationale Immobilière de Tunisie (SNIT) créée au lendemain de l’indépendance en 1957 était l’acteur principal de la production de la ville en Tunisie (promotion foncière, promotion immobilière, financement, etc.). Dans les années 1970’ avec la création de l’AFH et la caisse Nationale d’Epargne Logement devenue Banque de l’Habitat en 1986, les activités de la SNIT sont réduites à la promotion immobilière. Outre la SNIT, la Société de Promotion des logements Sociaux (SPROLS) crée en 1977 est un deuxième opérateur public assurant la mise en œuvre de la politique de l’Etat en termes de logement social. Enfin un autre outil de planification urbaine à Sousse mérite d’êtres mentionné. Il s’agit du Plan de Déplacement Urbain (PDU) élaboré en 2006 par FORMAPLAN et commandité par la ville de Sousse dans le cadre d’une collaboration avec MedCités. II. Une réglementation descendante dominée par l’Etat : Quelle place de la Stratégie de développement de la ville de Sousse ? La lecture du cadre institutionnel de la production urbaine à Sousse nous permet de constater sa la logique descendante. En effet, au sommet se trouve la SDA du Grand Sousse. Ensuite vient le PAU de la ville de Sousse qui doit se conformer au SDA. Apres viennent les PIF et les lotissements qui doivent à leurs tours se conformer au PAU. D’autre part la production urbaine à Sousse parait dominée par le MEHAT. En effet, c’est ce dernier qui est chargé de l’approbation du SDA et du PAU. C’est également à lui que revient la création des PIF. Toute fois depuis 1990 et à travers les lotissements, un segment de la production urbaine semble s’ouvrir non seulement aux acteurs publics locaux mais aussi aux acteurs privés. Par ailleurs, le PDU de Sousse reste absent du CATU. Ceci à un impact direct sur sa mise en œuvre. Les propositions envisagées dans le PDU ne semble pas avoir vu le jour en raison de l’incapacité juridique de la commune à le faire. En effet, il s’agit de projet dont la maitrise d’ouvrage revient juridiquement à des 8 Loi n°90-17 du 26 février 1990
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 12 institutions tels que le ministère du transport, le ministère de l’équipement, etc. et non pas à la commune qui est le commanditaire du PDU. OUTILS DE LA PRODUCTION URBAINE NATURE DE L'OUTIL ECHELLE D'APPLICATION APPROBATION RELATION AVEC LES AUTRES OUTILS SDA du Grand Sousse planification d'aménagement régionale MEHAT - PAU de Sousse planification d'aménagement municipale MEHAT Doit êtres conforme au SDA PIF opération d'aménagement locale MEHAT Doit êtres conforme au PAU LOTISSEMENT opération d'aménagement locale Municipalité de Sousse ou Acteurs privés Doit êtres conforme au PAU PDU N’est pas inscrit au CATU Stratégie de Développement de la Ville de Sousse ? La place de « la Stratégie de Développement de la Ville de Sousse » dans le cadre juridique de la production urbaine Source : élaboration personnelle * * * * * Observation finale sur le cadre institutionnel de la production urbaine En l’état actuel des choses, la « la Stratégie de Développement de la Ville de Sousse » serait un document technique sans assise juridique ce qui entrainerait des difficultés pour sa mise en œuvre par la commune. En revanche, la politique générale de la Tunisie post-révolution tendrait vers une décentralisation. Face à ça, la Stratégie de Développement de la Ville de Sousse pourrait être un moyen pour encourager cette décentralisation.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 13 Chapitre 2 : CONTEXTE SPATIAL ET HISTORIQUE DES ESPACES URBANISES I. L’occupation du sol La décomposition du périmètre communal en fonction de l’occupation du sol nous permet de distinguer les différentes parties du territoire à savoir l’espace urbanisé existant et projeté, les espaces naturels et les espaces agricoles. Pour ce qui est de l’espace urbanisé9 , à l’est, il longe presque l’ensemble du littoral en partant de la limite avec la commune de Hammam Sousse jusqu'à la limite avec Monastir. Au nord, les quartiers de Khézema assurent une continuité urbaine entre Sousse et Hammam Sousse. Tandis qu’au sud, les zones humides formées par Oued Hamdoun et la Sebkhat créent une coupure urbaine. En fin, à l’ouest l’urbanisation existante s’étend principalement à travers les quartiers de Sahloul et Riadh. L’espace urbanisé projeté comprend les différentes opérations urbaines qui sont programmées ou en cours de réalisation. Il s’agit principalement du centre urbain, Sahloul IV, Bouhsina Nord et le pole technologique. Les espaces naturels comportent les parties du territoire interdits à l’urbanisation. Se sont principalement les berges de l’Oued kharroub au nord, le périmètre du domaine public hydraulique de la Sebkhat géré par le ministère de l’agriculture et le « couloir STEG » réservé à la ligne haute tension qui part de la centrale thermique. En fin, des espaces agricoles composés essentiellement d’oliveraies sont situés au sud de la Sebkhat et à l’ouest du futur pole technologique. Aujourd’hui, l’espace urbanisé représente 3174ha alors que l’espace agricole représente 427.5ha. Cette situation s’inscrit dans le contexte général des pressions urbaines sur les terres agricoles que connait Sousse depuis des décennies10 . 9 Pour des raisons de commodité, dans la délimitation de l’espace urbanisé existant nous avons englobé volontairement les territoires dotés d’une densité bâtie faible ainsi que les petite et moyenne parcelles encore libres allant jusqu'à une surface de 1 ha. 10 Houimli explique que le cout élevé de la construction à conduit l’urbanisation des terres agricole par les processus inter-reliés de l’urbanisation réglementaire et celles illégale. Selon lui, « le manque de moyens financiers a amené les opérateurs publics comme l’AFH à augmenter le prix de vente des terrains à bâtir dans des lotissements aménagés sur d’anciennes terres agricoles, de plus en plus éloignés des centres urbains. Cette nouvelle formule a accentué l’exclusion des ménages à bas salaires de l’accession à la propriété. En l’occurrence, ces populations sont allées chercher la solution sur le marché parallèle, chez des spéculateurs fonciers privés qui opèrent souvent sur des terrains agricoles non viabilisés, en toute infraction aux lois foncières en vigueur (comme la loi de protection des terres agricoles) et aux règlements élémentaires de l’urbanisme (comme le permis de construire par exemple). Cela s’est traduit par la production importante d’un habitat de plus en plus diffus et extrêmement consommateur d’espace, transformant profondément l’espace agricole périurbain. Cela est vrai dans la mesure où les divers opérateurs publics ou privés sont tous partis à la recherche de terrains moins coûteux dans l’arrière- pays proche de la ville, ce qui a généré une forte consommation d'espace dans des zones périurbaines classées agricoles ». (HOUIMLI Ezzeddine, 2008, Les facteurs de résistance et de fragilité de l’agriculture littorale face à l’urbanisation : Le cas de la région de Sousse Nord en Tunisie, Thèse de doctorat, Ecole
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 14 II. La croissance urbaine Du point de vue du contexte historique, trois grandes périodes semblent caractérisées la croissance urbaine de la ville de Sousse. La première s’étend jusqu'à 1881 et concerne la formation de la médina. La deuxième s’étend de 1881 jusqu’au 1956 et concerne la formation de la ville coloniale. La dernière s’étend de 1956 jusqu’aujourd’hui et concerne les urbanisations de l’après indépendance. nationale supérieure du paysage de Versailles, Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l’Environnement (Agro Paris Tech), Spécialité : Sciences et architecture du paysage. Page164).
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 15
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 16 Les trois périodes de la croissance urbaine Source : Elaboration personnelle II.1. La période arabo-islamique C’est aux Phéniciens que revient la fondation du premier noyau urbain de la ville de Sousse. Par la suite Hadrumète devient l’une des principales villes de la province romaine d’Afrique. Au VIIe siècle, avec l’arrivé des arabes, une médina commence à se développer. Au Moyen Age, sous les Aghlabides, la ville connait un essor grâce à son important port de commerce. Par la suite, au Xe siècle, sous les Fatimides, la ville de Sousse a perdu de son importance au profil de Mahdia. Ce n’est qu’au XVIe siècle avec les Turcs que la ville retrouve son développement. A la fin du XIXe siècle, l’espace urbanisé de la ville est constitué par les limites actuelles de la médina. Il s’étendait sur environ 32ha. II.2. La période coloniale Avec l’installation du protectorat en 1881, la médina est dédoublée par une ville européenne. Durant cette époque « Sousse a acquis des terrains autour de la médina et plus particulièrement dans le centre, autour du port, de la gare et des casernes »11 . Durant les premières années du XIXe siècle, les principales extensions de l’espace bâti se sont faites au nord à travers les quartiers de Cappace Grande et du Trocadero, à l’ouest avec les casernes et au sud par des établissements industriels. Durant les années 1950’ la ville comptait 48172 habitants12 . L’espace bâti s’étendait sur 504.8ha13 . II.3. La période contemporaine Au lendemain de l’indépendance, les urbanisations existantes on connut d’importantes transformations. La médina se paupérise et la ville européenne commence a se tertiarisée. D’un autre coté, des nouvelles extensions urbaines se sont faites dans plusieurs directions. Pendant les années 1960-1970, c’est le développement du tourisme au nord et des industries au sud. Les unités hôtelières se sont implantées d’abord au niveau de la plage de Boujaafar et ensuite entre Khezama et Hammam Sousse. Les établissements industriels étaient accompagnés par la prolifération de quartiers spontanés. A partir des années 1980’, la ville s’est développée principalement à travers les quartiers résidentiels tels que Riadh et 11 République tunisienne, Commune de Sousse, Plan d’aménagement urbain de la commune de Sousse : rapport de présentation, 2007. Page 25. 12 République tunisienne, Commune de Sousse, Plan d’aménagement urbain de la commune de Sousse : rapport de présentation, 2007. Page 26. 13 République tunisienne, ministère de l’équipement de l’habitat et de l’aménagement du territoire, direction générale de l’aménagement du territoire, Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport de 1ére phase, Avril 2006. Page 18.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 17 Sahloul mis en place par les operateurs publics. Aujourd’hui la commune de Sousse compte environ 185.000 habitants14 . Selon nos estimations, l’espace bâti s’étendait sur environ 3174ha. 14 www.commune-sousse.gov.tn
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 18
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 19 * * * * * Observation finale sur le contexte spatial et historique des espaces urbanisés La ville de Sousse connait une croissance urbaine exponentielle. La surface urbanisée, on l’a vue, s’est multiplié par six en l’espace de 60 ans. Aujourd’hui, plus de 70% du périmètre communal est urbanisé. Avec les opérations à l’étude et en cours de réalisation, ce taux dépassera 80%.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 20 Deuxième partie : LES ESPACES URBANISES
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 21 Chapitre 3 : LA MEDINA La médina de Sousse comporte des logements ainsi que des activités commerciales et artisanales. S’étendant sur 32ha elle comprend un peut moins de 2000 logement en 2004. Avec environ 60 logements à l’hectare, la médina de Sousse représente une densité plus élevé que la moyenne de la commune qui elle se situe à environ 17 logements à l’hectare. En effet la médina constitue environ 1% des espaces urbanisé de la commune alors qu’elle accueille plus de 3% des logements. Comparée au reste de la ville, la singularité de la médina réside dans son tissu urbain traditionnel véritable témoignage des villes arabo-musulmane et méditerranéenne. « Elle constitue, avec la médina de Monastir, l’unique prototype qui nous soit parvenu de l’architecture militaire côtière des premiers siècles de l’Islam »15 . Ce tissu urbain est entouré par une muraille datant du IXe siècle et érigé sur des vestiges romains et byzantins. Elle est aujourd’hui presque entièrement conservée. Une série de monuments datant également du IXe siècle est repartie sur l’ensemble de la médina (le Ribat, la Grande mosquée, la Kasbah, etc.). La trame viaire est composée de rues principales, ruelles et impasses. Elle est presque entièrement piétonne. Les principaux axes accueillent les souks. Les voies secondaires mènent aux quartiers résidentiels constitués par des maisons à patio. 15 UNESCO Médina Commune Nbr de logements* 1960 53852 % des logements 3.64 100 Surface urbanisée (ha) 32 3174 % de la surface urbanisée (ha) 1.01 100 Nbr de logements/ha 61.25 16.97 Densité des logements Source : Elaboration personnelle à partir des données INS 2004 (*)
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 22 Encadré : Types de logements D’après une étude de l’ARRU, effectuée en 1985, la médina de Sousse comprend trois types de logements : - 59,8 % des logements sont de type « maison traditionnelle », dont la typologie est caractérisée par la forme introvertie du logement et son organisation autour d’un patio, ainsi que par la présence d’une entrée en chicane avec un ou plusieurs espaces de transition entre la rue et le patio. On y distingue trois catégories de logements, illustrant la stratification sociale de la population et rangées par ordre croissant selon leur importance relative au sein des maisons traditionnelles : la maison « bourgeoise » (12,9 %), la maison « populaire » (41,5 %) et la maison « citadine » ou « modeste » (47,6%). - 8 % d’« immeubles européens », généralement des bâtiments à R+1 ou R+2 organisés selon le modèle européen (cage d’escalier desservant les appartements) et surtout présents dans la partie basse de la médina. - l’oukala (ou fondouk) pour seulement 0,5 % du total des logements : des « hôtels » de type traditionnel, ou anciens caravansérails, i.e. des grandes maisons à patio, les pièces d’habitation étant louées pour l’hébergement et les services utilisés en commun. Source : Agence Française de Développement, Méthodologies d'évaluation économique du patrimoine urbain : une approche par la soutenabilité, Mai 2012. Page 144-145.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 23
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 24 La médina de Sousse I. Cadre institutionnel de la gestion de la médina Le code de l'aménagement du territoire et de l'urbanisme et le code du patrimoine archéologique, historique et des arts traditionnels sont les deux principaux instruments législatifs qui encadrent la production urbaine de la médina. La réglementation urbaine est définit dans le PAU. Ce dernier fixe pour la médina une zone avec des règles spécifiques16 dont le périmètre coïncident avec la muraille. En 2010, à la demande de l’ICOMOS17 , le périmètre de cette zone est élargit à travers une « zone tampon » d’environ 200 mètres au-delà des murs de la médina. Aujourd’hui les travaux de réhabilitation se font sans un cadre réglementaire fin et précis fixant la méthode de l’intervention dans le patrimoine urbain. Le projet d’un plan de sauvegarde pour la médina serait aujourd’hui en gestation. La gestion de la médina est partagée entre plusieurs institutions. Au premier plan on a la commune de Sousse assistée depuis 1978 par l’association de la sauvegarde de la Médina (ASM). Depuis sont inscription comme patrimoine mondial en 1988, le ministère de la culture intervient à travers l’Institut national du patrimoine (INP). L’Agence de Réhabilitation et de Rénovation urbaine (ARRU) quand à elle joue plutôt un rôle opérationnel. « Aujourd’hui la médina doit être doté d’un atelier d’architecture et d’urbanisme, l’atelier de la médina, qui doit être le principal acteur responsable de sa gestion. C’est un peut ce que fait l’ASM à Tunis qui comportent des architectes spécialisés dans le patrimoine urbains, des historiens, etc. j’ai déjà fait cette proposition au maire et j’espère qu’elle va se concrétiser »18 . II. l’intervention sur le bâti de la médina Depuis les années 1980’, la commune, l’ASM et l’INP collaborent dans la réhabilitation de la médina. L’intervention de l’ARRU à commencé principalement depuis les années 2000’. Les différentes interventions ont concerné le repavage de certaines rues, le ravalement de certaines façades et la 16 Avec un COS de 0.75 et un CUF de 1.5, le bâti autorisé dans la médina ne dépasse pas en général deux étages. 17 Le Conseil International des Monuments et des Sites (ICOMOS) est une organisation non-gouvernementale internationale qui œuvre pour la conservation des monuments et des sites dans le monde. 18 Moez Naija. Directeur des Travaux. Municipalité de Sousse. Entretient réalisé le 12/12/2012.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 25 réhabilitation ponctuelles des réseaux publics19 . Les principaux monuments ont étaient restaurés et selon une étude du CMI20 leur majeur partie est aujourd’hui sauvées. Certains édifices publics ont étaient restaurés et réaffectés à d’autres activités tels que Dar El Gaied qui accueille l’arrondissement municipal et Dar Echaraa qui devrait accueillir un centre culturel. Depuis 2010 un projet de réhabilitation de la médina est lancé. Il est financé par la commune, l’AFD et l’Union Européenne. La maitrise d’ouvrage est assurée par l’ARRU. Le projet consiste à la rénovation des réseaux publics et le ravalement de façades le long d’un circuit identifié. En octobre 2012, une rencontre avec la société civile a était organisée par la commune pour discuter du projet. Elle a révélé certaines réticence voir même des oppositions. Aujourd’hui le projet semble maintenu avec quelques modifications. « Ce projet constitue une opportunité pour se mettre à l’abri du risque de déclassement de la liste du patrimoine mondial auquel est soumise la médina de Sousse depuis quelques temps »21 . Environ 70 propriétés privées « immeuble menaçant ruine » (IMR) ont étaient récemment réhabilités par la commune assistée par l’ASM. Cependant, malgré cet effort, il reste plusieurs logements privés dégradés que la commune n’a pas les moyens de les réhabiliter. S’ajoute à ça le manque de mécanisme de collaboration entre la commune et les habitants pour les incités à la réhabilitation de ces bâtiments tout en préservant leur caractère patrimonial. Par conséquence, le rythme de la dégradation du bâti dans la médina est loin d’être maitrisé. Une étude de l’AFD22 rapporte que le nombre des IMR de la médina de Sousse est passé de 217 en 1985 à 336 en 2004. Parmi ces IMR, ceux qui étaient irrécupérables (à démolir) sont passés de 19 en 1985 à 119 en 2004. Dans les IMR récupérable en 2004, 123 étaient moyennement dégradé et 94 fortement degré. Toujours selon la même source, « En supposant que les taux de dégradation se maintiennent à ce niveau, on peut ainsi estimer que, net des reconstructions déjà entreprises (et si elles suivent le même rythme que précédemment), seulement 2,79 % du patrimoine architectural de la médina de Sousse aura disparu au cours des 20 années suivantes, ce qui correspond tout de même environ à 50 immeubles destinés à l’habitation et au commerce (contre 118 sans reconstruction envisagée) »23 . III. Les raisons socio-économiques de la dégradation du patrimoine urbain de la médina La difficulté de la préservation du bâti qu’on vient de citer, s’inscrit dans le contexte générale de défiguration et de dégradation du patrimoine urbain de la médina de Sousse dont les raisons sont d’ordre social et économique. Au lendemain de l’indépendance, selon HOUIMLI Ezzeddine (2008) la ville de Sousse à connu trois types de mobilité démographique « Pendant la deuxième moitié du XXe siècle, Sousse a connu, à l’instar 19 Les réseaux concernés par la réhabilitation sont ceux de l’assainissement, l’alimentation en eau potable et l’électricité. En revanche, la médina de Sousse souffre toujours de l’inexistence presque totale d’un réseau d’évacuation des eaux pluviales ce qui entraine des problèmes d’humidité responsable de la dégradation du bâti. 20 Le Centre pour l’Intégration en Méditerranée, « Médinas 2030 », Etude documentaire, novembre 2010. Page 296-303. 21 Moez Naija. Directeur des Travaux. Municipalité de Sousse. Entretient réalisé le 12/12/2012. 22 Agence Française de Développement, Méthodologies d'évaluation économique du patrimoine urbain : une approche par la soutenabilité, Mai 2012. Page 145-168. 23 Agence Française de Développement, Méthodologies d'évaluation économique du patrimoine urbain : une approche par la soutenabilité, Mai 2012. Page 169.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 26 des autres villes tunisiennes notamment la capitale Tunis, un triple mouvement des populations qui a eu des répercussions importantes sur le devenir de la ville (…). En effet, le départ des étrangers vers leurs pays d’origine a généré une importante mobilité interne des populations soussiennes entre la médina et la ville européenne. (…) cinq années (1956-1961) ont suffi pour l’accomplissement de l’essentiel des deux mouvements. Parallèlement, l’«hémorragie» humaine qu’a connue la médina a créé un appel de population. De fait, la médina récemment désertée par ses habitants ancestraux, a attiré des populations d’origine rurale de l’intérieur du pays, venues à la recherche d’emplois »24 . Cette mobilité de la population a était suivit par un dépeuplement de centre historique. En effet, la population de la médina était d’environ 20 milles habitant dans les années 1930’. Elle est passé à environ 10 mille habitant dans les années 1970’. Entre 1994 et 2004 elle est passée de 5941 à 5281. Durant cette période, c’est le seul arrondissement municipal qui ne connait pas une croissance positive de la population. Aujourd’hui selon l’étude de l’AFD25 déjà cité, la population de la médina semble majoritairement âgé et à faible revenue. Arrondissement 1984 1994 2004 Taux de croissance annuel 1984-1994 Taux de croissance annuel 1994-2004 Sousse Medina 7225 5941 5281 -1,94 -1,17 Sousse Nord 31371 40330 56075 2,54 3,35 Cité Riadh / 19131 34447 / 6,06 Sousse Sud 44913 59588 77244 2,87 2,63 Total commune de Sousse 83509 124990 173047 4,12 3,31 Croissance de la population Source : SDA Grand Sousse (2010) La conséquence de ce dépeuplement est la dégradation du bâti déshabité. Le régime de l’indivision de la propriété alimente ce phénomène. D’un autre coté, ce dépeuplement est interallié avec la prolifération des échoppes de souvenir qui défigurent le cadre bâti. Dans son étude26 , le CMI parle de « dévitalisation » et de « soukalisation ». Les produits vendus contrefaits et importés d’Asie sont destinés aux touristes. Pour ces derniers, la médina n’est qu’un lieu de transit pour des visites guidées de quelques heures en suivant les deux circuits touristiques aménagés à cet effet. Face à ça l’activité artisanale véritablement ancrée dans le patrimoine de la médina à du mal à survivre. Il semble que le développement d’un tourisme culturel dans la médina souffre de la réputation internationale dominante de la ville de Sousse pour ce qui est du tourisme balnéaire de masse. * * * * * Observation finale sur la médina Le patrimoine urbain de la médina de Sousse est assez conservé grâce à la réhabilitation des monuments et la réaffectation des édifices publics. Mais les propriétés privées sont confrontées à la dégradation et à la défiguration. Du point de vue institutionnel la médina 24 HOUIMLI Ezzeddine, 2008, Les facteurs de résistance et de fragilité de l’agriculture littorale face à l’urbanisation : Le cas de la région de Sousse Nord en Tunisie, Thèse de doctorat, Ecole nationale supérieure du paysage de Versailles, Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l’Environnement (Agro Paris Tech), Spécialité : Sciences et architecture du paysage. Page 132. 25 Agence Française de Développement, Méthodologies d'évaluation économique du patrimoine urbain : une approche par la soutenabilité, Mai 2012. Page 142-148. 26 Le Centre pour l’Intégration en Méditerranée, « Médinas 2030 », Etude documentaire, novembre 2010. Page 294.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 27 ne dispose ni d’un cadre réglementaire ni d’organisme de gestion approprié. Du point de vu social elle souffre du dépeuplement. Enfin du point de vue économique l’activité artisanale se voit substituée par les échoppes de souvenir. Chapitre 4 : LES ESPACES TERTIAIRES, INDUSTRIELS ET TOURISTIQUES I. Les espaces tertiaires Autant l’existence d’un limite physique constituée par la muraille nous a aidé a identifié avec précisons le centre historique, la délimitation claire du « centre ville » nécessite le croisement de plusieurs sources. Sommairement le « centre ville » est une entité urbaine qui s’tend autour de la médina. Plusieurs sources s’accordent qu’il comprend à l’est l’épaisseur urbaine intercalée entre le centre historique et la zone portuaire27 . A l’ouest il est matérialisé principalement par la nouvelle régénération urbaine de la caserne28 . Limité au sud, il s’arrête entre la rue du 18 janvier et la rue de Tripoli. Par contre au nord il s’étend jusqu’au Bv. Abdelhamid El Kadhi29 . Cette délimitation qui résulte du recoupement de plusieurs sources semble confirmée par le PAU qui en fait une zone dotée de règlement d’urbanisme spécifique30 . Du point de vue fonctionnel, le « centre ville » est caractérisé par la concentration des activités tertiaires. En effet, c’est l’entité urbaine où se localise les administrations publiques, les sièges sociaux des entreprise, les établissements financiers (banques, assurances, etc.), les bureaux accueillant des professions libérales ainsi que des activités commerciales et de loisirs. La constitution de ce « centre ville » à travers les activités tertiaires s’est faite en plusieurs phases. Le premier noyau date de l’époque coloniale. Représenté par la ville européenne il comprend les ilots situés entre la médina et le port ainsi que les urbanisations au niveau de la plage Boujaafar. Ce territoire « (…) est pratiquement pris en étau entre le littoral longtemps désaffecté de la plage Hadrumète, le port, la gare, la place Farhat Hached, le parc Charles Nicolle et le quartier dégradé de Cappace Grande »31 . Par la suite, bloquée à l’est par le port et à l’ouest par les casernes, la saturation de la ville coloniale à entrainé l’extension des activités tertiaires vers le nord entre la Corniche et l’avenue Mongi Slim en relation avec le développement des activités touristique et qui étaient « l’une des rares directions favorable à 27 République tunisienne, Commune de Sousse, Plan d’aménagement urbain de la commune de Sousse : rapport de présentation, 2007. Page 34. 28 République tunisienne, ministère de l’équipement de l’habitat et de l’aménagement du territoire, direction générale de l’aménagement du territoire, Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport final de 3émé phase, Septembre 2010. Page 55. 29 République tunisienne, Commune de Sousse, Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse, Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page 33. 30 Avec un COS de 0.75 et un CUF de 4.5, le bâti autorisé dans cette zone est de 6 étages. 31 République tunisienne, Commune de Sousse, Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse, Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page 33.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 28 l’extension du centre moderne »32 . Durant les dernières années, cette extension s’est poursuivit le long de la RN1. Elle s’est accompagné par un « (…) processus d’affinage du centre repoussant l’habitat des catégories sociales pauvres, incapables de résister devant la concurrence d’activités plus rentables, telles que le commerce et les activités de bureau »33 . 32 République tunisienne, Commune de Sousse, Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse, Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page 33. 33 République tunisienne, Commune de Sousse, Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse, Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page 33.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 29
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 30 Par ailleurs il faut faire mention de deux états de fait concernant le développement de ces activités tertiaires. Le premier est que leurs naissances et leurs extensions sont le résultat d’un processus « spontané »34 . Le deuxième est que ce processus arrive à saturation. En effet, selon le SDA de 2010, « Sousse est caractérisée par un espace central qui a peu évolué au cours des 30-40 dernières années »35 . Selon le PAU de 2007, en raisins des obstacles créés par certains équipements, « il n’est pas sûr que les mécanismes de l’affinage du centre fonctionnent spontanément à l’ouest et au sud de la médina »36 . D’un autre coté, la saturation du « centre ville » par les activités tertiaires n’est pas un phénomène récent. En faisant note « d’asphyxie et de congestion du centre ville de Sousse »37 , il y a déjà 20 ans on raconte que « cette hyper concentration des fonctions tertiaires dans un quadrilatère d’une cinquantaine d’hectare, est à l’ origine du congestionnement du centre de la ville, et des problèmes de circulation qu’il connait »38 . II. Les espaces industriels L’implantation des premiers établissements industriels dans la ville de Sousse a commencé au début du XXe siècle dans le quartier Suisse39 . En contact direct avec les limites sud de la zone portuaire, cette partie du territoire d’environ 30 ha est insérée entre le littoral et la route de Monastir et s’étend jusqu’au Oued El Hallouf. Datant de l’époque coloniale elle a connu l’implantation du comptoir général de bâtiment, la coopérative oléicole de Sahel, l’office des céréales, etc. Le développement de l’activité industrielle au sud de Sousse s’est poursuivit après l’indépendance avec l’installation des grandes entreprises publiques. En effet, à partir des années 1960’, des établissements tels que AMS, SITEX, SOMATRAL on vu le jour dans les quartiers de Ksibet Chott, El Ghodrane et El Aouinet40 . D’autres établissements se sont développés au gré des opportunités foncières et en profitant de la proximité des infrastructures. Les industries situées à Sidi Kacem en sont un exemple. Lors de leurs implantions ces industries étaient situés en dehors de la ville. Aujourd’hui, rattrapées par l’urbanisation, elles se sont trouvées enclavées à l’intérieur de quartier polyfonctionnel et d’habitation. « Ces industries deviennent en même temps "la victime et le bourreau" du développement urbain et économique de la ville. Bourreau, car elles étouffent l’extension urbaine et la verrouillent. Victime, car elles doivent être délocalisées et désaffectées »41 . La mise en place de l'agence Foncière Industrielle (API) en 1973 a permis la création de la premier zone industrielle planifiée à Sousse. Il s’agit de la ZI de Sidi Abdelhamid. Le périmètre à était définit en 1975 et la viabilisation s’est terminé dans les années 1980’. Composé de deux zones, Sidi Abdelhamid 1 et Sidi Abdelhamid 2, sa superficie et d’environ 97ha. Elle s’inscrit entre la route de Monastir et la voie ferrée. 34 République tunisienne, ministère de l’équipement de l’habitat et de l’aménagement du territoire, direction générale de l’aménagement du territoire, Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport final de 3émé phase, Septembre 2010. Page 55. République tunisienne, Commune de Sousse, Plan d’aménagement urbain de la commune de Sousse : rapport de présentation, 2007. Page 36. 35 République tunisienne, ministère de l’équipement de l’habitat et de l’aménagement du territoire, direction générale de l’aménagement du territoire, Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport final de 3émé phase, Septembre 2010. Page 55. 36 République tunisienne, Commune de Sousse, Plan d’aménagement urbain de la commune de Sousse : rapport de présentation, 2007. Page 36. 37 CHABBI Morched, Livre blanc du Grand Sousse, 1990. Page 60. 38 CHABBI Morched, Livre blanc du Grand Sousse, 1990. Page 32-33. 39 CHABBI Morched, Livre blanc du Grand Sousse, 1990. Page 27. 40 République tunisienne, Commune de Sousse, Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse, Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page 43. 41 République tunisienne, Commune de Sousse, Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse, Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page 43.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 31 Au nord elle est limitée par la cité Bâtiment. Au sud elle s’étend jusqu’aux installations de la STEG. D’ailleurs il semble que l’aspect industriel de cette partie du territoire a était préalablement incité par
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 32
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 33 l’existence de la centrale thermique de la STEG. Sidi Abdelhamid est aujourd’hui la plus grande ZI du gouvernorat42 . La création de la ZI de Sidi Abdelhamid à permis non seulement l’installation de nouveaux établissements mais surtout la délocalisation des anciennes usines enclavées dans la ville. C’est dans ce cadre que les industries du quartier Suisse sont aujourd’hui presque entièrement désaffectées. D’après le PAU, le quartier Suisse, la zone industrielle Sidi Kacem et les espaces accueillant les établissements industriels crées par l’état à partir des années 1960’ sont destinées à être convertis pour accueillir des logements et des activités tentiaires. Ils constituent donc aujourd’hui des réserves foncières fortement mutables. ZI de Sidi Abdelhamid D’un autres coté et afin d’appuyer l’affinage du centre de la ville des établissements industriels, le PAU prévoit le dédoublement de la ZI de Sidi Abdelhamid à l’ouest jusqu’au-delà de la voie ferrée sur un territoire de plus de 90ha. « La ZI de Sidi Abdelhamid est aujourd’hui presque saturée. Mais l’extension prévu dans le PAU est difficile à mettre en ouvre en raison de sa coupure par la voie ferré »43 . A l’échelle du gouvernorat l’activité industrielle passera à une vitesse supérieure avec la ZI offshore projetée à Enfidha. L’aménagement de ce district industriel qui s’étend sur 200ha a déjà commencé et des entreprises on commencé a s’y installé. Il est inscrit dans la cadre d’un programme global l’articulant avec l’aéroport d’Enfidha qui vient d’être mit en exploitation et le port eau profonde projeté. III. Les espaces touristiques Avant de regarder les espaces touristiques dans la ville de Sousse, il est utile de s’arrêter un instant sur la place du tourisme soussien dans le contexte économique nationale et la situation des espaces touristiques de la ville dans l’activité touristiques régionale. 42 Les autres ZI du gouvernorat de Sousse sont : Kalaa Kébira I : 7 ha, Kalaa Kébira II : 15 ha, Enffidha I : 38 ha, Enfidha II : 37 ha en cours d'aménagement, Bouficha:18 ha, Kondar : 14 ha et Sidi El Hani : 30 ha en cours de réalisation. Source : Agence de Promotion de l'Industrie et de l'Innovation. www.tunisieindustrie.nat.tn 43 Afif Mhiri. Directeur de l’urbanisme. Municipalité de Sousse. Conversation personnelle. 18/12/2012.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 34 La ville de Sousse est l’expression territoriale de la focalisation de la politique économique nationale sur le tourisme balnéaire. En effet, depuis les années 1960’ Sousse-Monastir constitue avec Hammamet-
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 35
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 36 Nabeul et Djerba-Zarzis les trois principaux pôles touristiques du pays. C’est dans ce contexte économique national que se situent les espaces touristiques de la ville de Sousse. En 2001-2002, la ville de Sousse est la première ville touristique de la Tunisie devant Djerba et Hammet44 . A l’échelle régionale, les activités touristiques à Sousse font parties de toute une zone qui s’étend du centre de la ville jusqu’au limite de Hergla sur environ 28km du littoral45 . Cette urbanisation touristique linéaire présente des densités variées et les deux principales concertations en sont Sousse et Kantaoui. Le processus de la formation de cette zone exprime l’évolution morphologique des espaces touristiques passant d’une logique d’hôteliers dans la ville vers une logique de station intégrée qui semble inchangé depuis des décennies. La description de l’Atlas de Sousse (1996) en est la preuve. Pour la ville de Sousse, les espaces touristiques occupent l’ensemble du littoral nord en partant de la plage Boujaafar jusqu'à la limite communale avec Hammam-Sousse. S’étendant sur environ 130ha ils accueillent principalement des hôtels et des activités de loisir et d’animation. La zone touristique 44 République tunisienne, ministère de l’équipement de l’habitat et de l’aménagement du territoire, direction générale de l’aménagement du territoire, Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport de 1ére phase, Avril 2006. Page 67. 45 CHABBI Morched, Livre blanc du Grand Sousse, 1990. Page 30. Encadré : La répartition géographique des activités touristiques Exclusivement littoral, le tourisme présente une dynamique des localisations qui s’exprime par la mobilisation continue des côtes. Quatre zones se distinguent : -La première est celle de Sousse-ville où les établissements hôteliers sont intégrés au tissu urbain et fonctionnent en relation avec les équipements et les services de la ville. Sa capacité total pour les hôtels 2 étoiles et plus est de 1750 lits. -La deuxième est celle de la Corniche qui est une zones exclusivement touristique, aveu une densité de 400 lits par hectare. Elle comprend 5 hôtels et une capacité totale de 1664 lits. - La troisième zone est située entre la Corniche et Oued El Hammam. Elle est l’exemple type des sites de deuxième génération, avec des densités relativement faibles et une organisation en deux secteurs hôteliers : un secteur de front de mer et un secteur de « seconde ligne » (ou arrière-zone balnéaire). Sa capacité est de 8774 lits dont 1067 lits dans l’arrière-zone. - La quatrième zone est celle d’El Kantaoui qui, avec une capacité d’hébergement prévue de 20.000 lits, est indépendante de la ville de Sousse dont elle est éloignée de neuf kilomètres. Sa capacité actuelle est de 8633 lits. Source : Atlas de Sousse. 1996. Page 30.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 37 Cette entité urbaine peut être divisée en deux parties en fonction de la densité bâtie et de l’articulation avec l’environnement immédiat. Une partie est insérée entre l’Av. Hedi Chaker et le Bv. la Corniche. Elle est dotée d’un COS de 0.5 et un CUF de 3. L’articulation avec le reste de la ville se fait directement par le Bv. la Corniche en revanche l’Av. Hedi Chaker la sépare de la plage. La deuxième partie est dotée d’une épaisseur plus large. Elle part de l’Oued Blibane jusqu'à la limite communale nord. Avec un COS de 0.25 et un CUF de 2 elle présente une densité plus faible. L’articulation avec le reste de la ville se fait indirectement par la « route touristique » (Av. 14 janvier). En effet, l’accessibilité se fait par des passages transversaux à la route. En revanche, les établissements hôteliers sont en contact direct avec la plage. Aujourd’hui le littoral nord de Sousse est presque entièrement urbanisé. C’est en fonction de ça qu’a était définit les orientations de la planification locale et régionale pour appuyer les activités touristiques. Selon le PAU, la dernière réserve foncière destiné à accueillir les espaces touristiques est la zone des Oliviers. Située à l’extrémité nord de la commune elle est intercalée entre les hôtels et Khézama est elle s’étend sur environ 20ha. Le SDA du Grand Sousse (2010) quand à lui recommande d’augmenter la capacité des espaces touristiques existants. « La densification des zones touristiques existantes qui se situent entre la limite de la commune de Sousse et El Ménchia. Les extensions des hôtels se font en hauteur tout en respectant le COS afin d’atteindre une densité de 220lits/ha afin de rattraper le retard et de répondre à la demande internationale et nationale »46 . La confirmation de l’activité touristique dans le gouvernorat de Sousse tend à se poursuivre avec les zones touristiques programmées. A Hergla une station intégrée d’ampleur régionale voir même nationale est programmée sur 450ha. * * * * * Observation finale sur les espaces tertiaires, industriels et touristiques La territorialisation des activités dans la ville de Sousse peut se résumer dans la localisation des activités tertiaires dans le « centre-ville », les activités touristiques au nord et les activités industrielles au sud. Le développement de ces activités s’est fait de différentes manières. Les activités tertiaires se sont localisées spontanément dans le centre. Les activités touristiques se sont localisées au nord dans le cadre d’une planification publique. Les activités industrielles se sont localisées au sud, d’abord spontanément (depuis l’époque coloniale) ensuite de façon planifiée (ZI aménagée par l’AFI). Par ailleurs, en dépit de ces différents processus de localisation, un point commun semble réunir la territorialisation des activités dans la ville de Sousse à savoir la saturation. En effet, le littoral est presque entièrement urbanisé. Le « centre-ville » n’a pratiquement pas changé depuis de décennies. Il reste peu de foncier libre à vocation industrielle. 46 République tunisienne, ministère de l’équipement de l’habitat et de l’aménagement du territoire, direction générale de l’aménagement du territoire, Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport final de 3émé phase, Septembre 2010. Page 152.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 38 Chapitre 5 : LES QUARTIERS D’HABITATIONS I. Approche quantitatives du parc logement Le nombre de logement dans la commune de Sousse est passé de 18426 en 198447 à 31552 en199448 pour atteindre 53852 en 200449 . Entre 1994 et 2004 en passant d’une densité d’environ 7 logements à l’hectare à 12 logements à l’hectare, le nombre de logement dans la commune de Sousse à connu un taux de croissance annuel de 5.5%. C’est une croissance supérieure à la moyenne du Grand Sousse (4.3%) ainsi qu’a la moyenne nationale (2.96%)50 . Arrondissement Population Ménages Logements Sousse Atika 5281 1532 1960 Sousse Nord 56075 15161 20600 Cité Riadh 34447 8293 10660 Sousse Sud 77244 17980 20632 Total commune de Sousse 173047 42966 53852 Population, ménages et logements par arrondissement Source : INS (RGPH 2004) En s’appuyant sur les données de 2004 disponible de l’INS et qui concernes les délégations dont le périmètre fait partie entièrement ou partiellement de la commune de Sousse, quelques remarques méritent d’êtres évoqué pour ce qui est des caractéristiques du logement. Le caractère balnéaire de la ville de Sousse et le développement des activités touristiques essentiellement estivale semble avoir un impact direct sur l’occupation des logements. En effet, environ 80% des logements sont occupé en permanence. Le reste est soit des logements secondaires soit des logements vacants. La délégation de Sousse Médian où sont concentrées les activités touristiques est la plus touché par ce phénomène. Le type de logement dominant à Sousse est le logement individuel (villa). Avec 46% du nombre total des logements, il s’agit d’un taux plus élevé que la moyenne à l’échelle du gouvernorat (42.4%). Le taux 47 CHABBI Morched, Livre blanc du Grand Sousse, 1990. Page 11. 48 République tunisienne, ministère de l’équipement de l’habitat et de l’aménagement du territoire, direction générale de l’aménagement du territoire, Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport final de 3émé phase, Septembre 2010. Page 36. 49 INS (RGPH 2004). 50 République tunisienne, ministère de l’équipement de l’habitat et de l’aménagement du territoire, direction générale de l’aménagement du territoire, Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport final de 3émé phase, Septembre 2010. Page 36.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 39 élevé des villas dans la délégation de Sousse Jawhara où la vocation résidentielle est dominante51 le prouve. Cette forme d’habitat est connue par sa densité bâtie faible et ipso facto par sa consommation importante de l’espace. Cette consommation spatiale par l’habitat semble se confirmé par la taille dominante des logements. La domination des logements de 3 pièces de la même manière dans les quartes délégations prouve qu’il s’agit d’une tendance générale et non pas d’un phénomène concentré dans certaines parties du territoire. Délégations Logement occupé Logement secondaire Logement vacant Sousse Medina 71.1 8.7 20.3 Sousse Riadh 81.1 3.5 15.5 Sousse Jawhara 79.6 4.7 15.7 Sousse Sidi Abdelhamid 86.4 3.6 10 Total "Ville de Sousse" 79.6 5.1 15.4 Répartition des logements selon le mode d'occupation (en pourcentage) Source : INS (RGPH 2004) Délégations logement traditionnel villa ou étage de villa Studio appartement Sousse Medina 0.6 33.8 23.6 42 Sousse Riadh 0.4 47.9 39.9 11.7 Sousse Jawhara 0.2 53.3 23 23.4 Sousse Sidi Abdelhamid 1 49.1 37.8 12 Total "Ville de Sousse" 0.6 46.0 31.1 22.3 Répartition des logements selon le type (en pourcentage) Source : INS (RGPH 2004) Délégations 1 seule pièce 2 pièces 3 pièces 4 pièces 5 pièces ou plus Sousse Medina 3.3 23.6 41.6 22.7 8.8 Sousse Riadh 3.6 25.2 44.3 21.2 5.6 Sousse Jawhara 3.6 25.6 38.3 23.1 9.4 Sousse Sidi Abdelhamid 3.5 24.6 45.1 20.3 6.4 Total "Ville de Sousse" 3.5 24.8 42.3 21.8 7.6 Répartition des Logements selon le nombre de pièces (en pourcentage) Source : INS (RGPH 2004) II. Approche des quartiers d’habitations selon le mode de la production urbaine Les quartiers d’habitation de la ville de Sousse peuvent êtres reparties en deux catégories selon leurs modes de production. D’un coté on a les quartiers qui se sont développés progressivement avec des noyaux qui s’agrandissent petit à petit dans des terrains interdit à l’urbanisation. Ce développement se fait 51 La délégation de Sousse Medina concentre des activités touristiques. La délégation de Sousse Sidi Abdelhamid comprend des activités industrielles. La plus grande partie de la délégation de Sousse Riadh ne fait pas partie de la commune de Sousse.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 40 dans un processus d’auto-construction sans l’existence préalable de voirie et de réseaux publics. C’est les quartiers spontanés. D’un autre coté on a les quartiers développés de façon additive par la juxtaposition de morceaux de ville dans le cadre de la viabilisation des terrains par l’AFH. C’est les quartiers règlementaires. II.1. Les quartiers spontanés Les premiers noyaux des quartiers spontanés se sont implantés à Bir Chobbek au sud de la médina. Par la suite durant les années 1960’ d’autres quartiers se sont développés à l’Aouinet à proximité des grands établissements industriel publics. Après dans les années 1980’ les quartiers El Ghodrane et El Matar se sont développés aux alentours de Oued El Hallouf. Selon CHABBI Morched (1990), pendant les années 1990’ la concentration la plus importante des logements spontanés dans la ville de Sousse s’étend au sud jusqu'à la route ceinture. Elle est localisée à Ksibet Echatt, Ettathir, El Ghodrane, El Aouinet, et Boukhzar. D’autres implantations se situent à Sidi Abdelhamid et Oued El Kharroub. De multiples raisons interreliés sont à l’origine de la prolifération de ces quartiers. Tout comme les autres grandes villes en Tunisie, l’attractivité la ville de Sousse due au développement économique a entrainé une forte immigration rurale. Cette population à faible revenue et en raison de son non solvabilité s’est trouvée exclut du marché foncier et immobilier réglementaire. Pour s’installer à Sousse elle s’est tournée vers le marché parallèle. Pour cette population, le territoire sud de la ville offre les conditions favorables à l’installation. En effet, d’une part il s’agit de terrain bon marché puisqu’ils sont interdits à l’urbanisation tels que les zones inondables ou destinés aux activités industrielles. D’autre part, ils se trouvent à proximité des bassins d’emplois qu’offrent les activités industrielles. Ce processus a eu un impact direct sur la planification urbaine. Au sud de Sousse, plusieurs terrains étaient voués aux activités industrielles dans le PAU de 1978. Avec la prolifération des quartiers spontanés dans ces terrains, le PAU de 1988 est venu les requalifiées en zones d’habitats pour les régulariser. Cette démarche semble se poursuivre avec le dernier PAU de 2008. « La plan d’aménagement n’est pas une stratégie pour le futur mais une sorte de « recollement » des infractions effectuées. Le prochain PAU n’échappera pas à cet état de fait puisque même lorsque le PAU de 2008 était en cours d’élaboration, le non respect de la réglementation urbaine était toujours à l’œuvre »52 . Depuis sa création en 1981, l’Agence de Réhabilitation et de Rénovation urbaine (ARRU) est le principal acteur public opérationnel dans les quartiers spontanés en Tunisie. Son intervention concerne la voirie, l’éclairage public, les réseaux publics, la rénovation des logements et l’installation d’équipements. A Sousse l’ARRU est intervenue dans les quartiers de Bouhsina, Boukhzar, Kazmet et Aouinet notammaent à travers le programme national de promotion des quartiers populaires dans les grandes villes. Mais c’est le quartier El Matar (146ha) qui constitue l’intervention la plus innovante de l’ARRU à Sousse. 52 Afif Mhiri. Directeur de l’urbanisme. Municipalité de Sousse. Entretient réalisé le 9/11/2012.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 41 Le quartier El Matar C’est un « projet pilote » de réhabilitation et d'aménagement urbain. Il s’agit de la première expérience de partenariat avec les habitants. La commune de Sousse comme maitre d’ouvrage et l’ARRU comme maitre d’ouvrage délégué financent les aménagements principaux. Ces financements sont destinées à être remboursés par les habitants sous forme de participation. Les habitant financent les aménagements secondaires. Cependant ce montage opérationnel et financier a eu des difficultés de mise en œuvre : « Les habitant qui étaient très peu au départ on vendu leurs terrains ce qui a entrainer la multiplication des propriétaires. Les autorités publiques se sont trouvés face à plusieurs interlocutoire ce qui a rendu difficile l’établissement d’un accord communs conciliant les différents intérêts. Aujourd’hui les aménagements principaux prévus par l’ARRU sont réalisé. En revanche, les aménagements secondaires prévues par les habitants n’ont pas vu le jour »53 . II.2. Les quartiers réglementaires Dés leurs créations dans les années 1970’, les opérateurs publics sont devenues les principaux acteurs de la production des quartiers d’habitation en Tunisie. « A Sousse, heureusement, que la plupart des lotissements sont réalisés par les agences publiques (AFH, AFI, ARRU, etc.). En effet, à la différence des lotisseurs privé, ces agences sont les seules qui aménagent les espaces publics (raccordement au réseaux publics, trottoirs, éclairage public, etc.) dans les opérations qu’elles réalises »54 . Dans la ville de Sousse, l’action des opérateurs publics s’est traduite principalement par l’intervention de l’AFH dans la naissance de véritable « banlieue résidentielles » de Sousse. Les quartiers de Riadh et Sahloul en sont la parfaite illustration. II.2.1. Le quartier Riadh Le quartier Riadh est un veritable morceau de ville. Il est situé à l’extrémité ouest de Sousse où le périmètre communal en est sa frontière. A l’est le quartier est limité par la route ceinture. Au nord et au sud il est situé respectivement entre la RL820 et la RN12. Le quartier Riadh s’étend sur environ de 330ha 53 Afif Mhiri. Directeur de l’urbanisme. Municipalité de Sousse. Entretient réalisé le 9/11/2012. 54 Afif Mhiri. Directeur de l’urbanisme. Municipalité de Sousse. Entretient réalisé le 9/11/2012.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 42 soit environ 6% de la surface totale de la commune et presque 10 % de la surface urbanisé. Avec 34447 habitant, 8293 ménages et 10660 logements en 2004, le quartier Riadh concentre environ 20% des habitants, des ménages et des logements de Sousse. La densité des logements est le double de la moyenne communale. Riadh Commune Nbr de logements* 10660 53852 % des logements 19.79 100 Surface urbanisée (ha) 330 3174 % de la surface urbanisée (ha) 10.40 100 Densité logements/ha 32.30 16.97 Densité des logements Source : Elaboration personnelle à partir des données INS 2004 (*) Réalisé en cinq phases, l’aménagement du quartier à démarré au début des années 1980’. Durant cette décennie a était réalisé les deux premières tranches le long de la RN12. Durant les années 1990’ a était réalisé la 3éme et la 4éme tranches le long de la RL820. Chaque tranche s’étend sur environ 50ha. La dernière tranche quand a elle s’étend sur plus de 100ha le long de la limite ouest du périmètre communal. Avec cette dernière, la soudure urbaine s’est effectuée avec Ezzouhour. Le quartier Riadh Dans la cité Riadh, l’AFH à programmé une grande variété de typologie de logements (individuel, semi- collectif, collectif) et selon des formes urbaines et des densités différentes (isolé, en bande, jumelé, etc.). L’aménagement prévoit des équipements publics de proximité notamment dans les ilots au centre des quartes premières tranches. La vente des terrains viabilisé a était effectué aussi bien directement par l’AFH pour des particulier que par l’intermédiaire de la SNIT pour ce qui est des logements sociaux. « Au total, Cité Riadh a été une réussites dans la production massive de logements sociaux pour les classes moyennes en assurant un mélange entre les différents strate sociales par le biais des lotissements et des logements construits par la SNIT. L’offre de terrains aménagées et de logements bâtis à des prix inferieurs à ceux du marché privé a contribuer a freiner la spéculation foncière, du moins dans les banlieues occidentales de Sousse devenues les banlieues-dortoirs des ouvriers de l’industries et des services et des employés du tertiaires »55 . 55 République tunisienne, Commune de Sousse, Plan d’aménagement urbain de la commune de Sousse : rapport de présentation, 2007. Page 49-50.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 43 II.2.2. Le quartier Sahloul Le quartier Sahloul constitue l’extension nord-ouest de la ville de Sousse. Il s’inscrit entre la route ceinture, la bretelle d’accès à l’autoroute et la RL818 qui le sépare de Khézama. Dans sa partie sud, ses récentes extensions s’entendent jusqu’au Oued El Kharroub. Ce quartier achève la jonction au nord entre Sousse et Hamma-Sousse. S’étendant sur environ 250ha il constitue environ 8% de la surface urbanisée de Sousse. Divisé en quatre tranches, la première et la deuxième se sont développées autour du CHU. La troisième et la quatrième tranche sont aménagés plus au sud. L’étude du projet par l’AFH a démarré dans les années 1980’ mais ce n’est que durant les années 1990’ que se sont faites les principales urbanisations. En effet, l’AFH a eu des difficultés dans la préemption des terrains. La situation favorable du site tant par rapport au réseau routier (accessibilité de l’autoroute et connexion avec le centre ville) que par rapport aux quartiers aisé de Khézama à entrainer l’augmentation de la valeur du foncier. Face à ça, les propriétaires des terrains on refusé de vendre selon les prix proposé par l’AFH qui a finalement acheté a des prix assez élevés. Toutes ces conditions (situation favorable et prix du foncier élevé) ont fait de Sahloul un quartier destiné à la classe moyenne et aisé. La programmation par l’AFH de typologie de logement dominée par l’habitat individuel a alimenté encore plus cette tendance. Le quartier Sahloul * * * * * Observation finale sur les quartiers d’habitations D’un point socio-spatial les quartiers d’habitation de la ville de Sousse peuvent être divisés en trois catégories. En effet, « à Sousse, la nature des groupes sociaux change du sud vers le nord. Au sud, on a les quartiers populaires : Souisse, Koudiet Malek, Bir Chebak à forte
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 44 densité. A l'ouest, on a les couches moyennes : Bouhsina, Ezzahra, et plus populaires Et- Taamir, El Aouina, Souafa, Oued El Kharroub. Au nord, on a les quartiers aisés : Khezama Est et Ouest, zone des plages »56 . Si on croise cette fragmentation socio-spatiale avec les autres entités urbaines de la ville, force est de constater que les quartiers populaires se sont implantés dans les territoires industriels au sud. Les quartiers des couches aisées se sont développés en contact des activités touristiques au nord. Entre les deux, c’est la classe moyenne qui s’est implantée à l’ouest. Les premiers se sont développés à travers une urbanisation spontanée. Les deux autres on était créées à travers une urbanisation réglementaire. Chapitre 6 : LES URBANISATIONS PROJETEES Outre l’urbanisation existante, d’autres espaces urbanisés projetés sont soit à l’étude soit en cours de réalisation. Dans ce cadre, cinq opérations importantes, soit du point de vue la surface que du point de l’activité structurante, méritent d’être mentionnées. La gare de Sousse, le quartier Bouhsina nord (cité olympique), le quartier Sahloul 4, le centre urbain et le technopole. I. La gare de Sousse Il s’agit d’un projet urbain autour de la gare SNCFT. En 2007, une SEM (société d’économie mixte) dont la commune de Sousse en est l’un des actionnaires, est créée pour assurer la maîtrise d’ouvrage du projet. L’opération s’étend sur environ 6ha. Le programme comprend un hôtel, une tour de 40 étages, des immeubles de bureaux et le réaménagement de la gare. Aujourd’hui le projet est en panne et la SEM est presque en veilleuse. Selon Moez NAIJA57 , un appel d’offre internationale sera lancé pour attribuer le projet à un promoteur. Un tuniso-canadien est un turc seraient intéressés. 56 HOUIMLI Ezzeddine, 2008, Les facteurs de résistance et de fragilité de l’agriculture littorale face à l’urbanisation : Le cas de la région de Sousse Nord en Tunisie, Thèse de doctorat, Ecole nationale supérieure du paysage de Versailles, Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l’Environnement (Agro Paris Tech), Spécialité : Sciences et architecture du paysage. Page 169. 57 Directeur des Travaux. Municipalité de Sousse. Entretient réalisé le 12/12/2012.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 45 II. Bouhsina nord (Cité olympique) Il s’agit d’un quartiez résidentiel. La maîtrise d’ouvrage est assurée par l’AFH à travers un PIF. Le terrain est situé entre la RL819 au nord, la route ceinture à l’ouest et les équipements sportifs de la cité olympique à l’est. Il s’étend sur environ 80ha. L’étude serait achevée mais il semble que l’exécution n’a pas encor démarré. III. Sahloul 4 Sahloul 4 est la dernière phase des quartiers déjà réalisé de Sahloul 1, 2 et 3 qu’on a déjà évoqués. Le lotissement est situé entre le quartier de Sahloul 3 au nord et Oued EL Kharroub au sud. « Le quartier sera enclavé. L’accessibilité principale est assurée uniquement par l’Av. Khalifa El Karoui qui est déjà saturée. La solution pourrait résider dans la fameuse rocade projetée. Le foncier destiné à de cette voie est disponible. Par contre sa réalisation nécessite des ouvrages de franchissement au niveau de la voie ferré et du Oued »58 . Il s’étend sur108,9 ha. A vocation résidentielle, il comprend de l’habitat individuel (22,7ha), de l’habitat collectif (16,9ha), des équipements administratifs (25,05ha), et des parcelles comprenant des équipements et de l’habitat collectif (10,4ha). La viabilisation des terrains est achevée. Les parcelles vendues commencent à êtres construites. IV. Centre urbain L’implantation des casernes à l’ouest de la médina date de l’époque coloniale. L’idée de leur reconversion en quartier polyfonctionnel remonte au PAU de 1976 et celui de 1988. Le PAU de 2000 prévoyait la démolition des deux casernes nord et sud. La création d’une voie de 50m de large tout autour. La programmation d’équipement administratifs (sièges du gouvernorat, de la municipalité et du rectorat) un complexe culturel (salle de cinéma, théâtre, etc.), un hôtel, des logements, des bureaux et des commerces. Cependant, la voie de 50 m a était abandonnée, la caserne sud est maintenue et le réaménagement de la caserne nord en quartier polyfonctionnel est confié à l’AFH. Le projet est lancé en 2003. Aujourd’hui il est toujours en cours de réalisation. 58 Afif Mhiri. Directeur de l’urbanisme. Municipalité de Sousse. Entretient réalisé le 9/11/2012.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 46 Le Centre urbain Activités projetés Source : Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse. Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page52-53. V. Technopôle Les technopoles s’inscrivent dans une politique nationale qui vise à travers la création d’une série de pôles technologiques dans plusieurs villes à favoriser l’innovation et la compétitivité de l’industrie. Le technopole de Sousse est spécialisé dans les domaines de l’Informatique, la Mécanique et l’Electronique. Il est situé à l’ouest de la ville à l’extérieur des espaces urbanisé et en contact direct avec la route ceinture. Lors de sa définition en 2003, la gestion du projet était confiée à une société publique. Le périmètre s’étendait sur 55ha et l’achèvement des travaux était prévu pour 2010. Cependant, en 2009 la gestion du
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 47 projet est assurée en partenariat public-privé par la société SPCS. Cette dernière gère également la zone Industrielle et la zone d’offShoring situées à Enfidha. Avec ces changements, le périmètre du technopole de Sousse est destiné à s’élargir pour englober les terrains libres de Hammam-Maarouf au sud. Aujourd’hui seulement l’Ecole Nationale d'Ingénieurs de Sousse, la pépinière d’entreprise SoftTech et le Centre de recherche en microélectronique et nanotechnologie sont déjà réalisé. * * * * * Observation finale sur les urbanisations projetées À travers les opérations qu’on vient d’évoquer, les urbanisations projetées manifestent une domination des activités résidentielles et tertiaires. D’un autre coté force est de constater que parallèlement à la poursuite de l’engagement de l’AFH sur plusieurs front (Centre urbain, Sahloul, etc.), des opérations en partenariat public-privé sont en gestation. Enfin il faut faire mention que les urbanisations projetées s’opèrent aussi bien par des nouvelles urbanisations dans des terrains libres que par la régénération d’urbanisations existantes dans des terrains déjà construits. Encadré : Activités projetés Le pôle est constitué de : Un espace dédié à la formation et la recherche scientifique : -L’Ecole Nationale d’ingénieurs de Sousse. -Un Centre de Recherche spécialisé en Nanotechnologie et Microélectronique doté d’une salle blanche -Un centre de Ressources Technologiques en Microélectronique destiné à compléter la chaine de valeur en mettant à la disposition des entreprises un centre de prototypage rapide. Ce CRT est géré par le CETIME. Une pépinière d’entreprise IME SOFTECH (valorisation de l’innovation) géré par l’APII Un espace de production et de développement de 35 ha destiné aux entreprises innovantes dans les domaines IME. (Location de bureaux et d’ateliers ainsi que des parcelles de terrains). Un espace des services communs comprenant le siège de la société, une base de vie et un centre d’affaires. Source : www.technopole-sousse.com
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 48
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 49
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 50
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 51 Troisième partie : LES INFRASTRUCTURES
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 52 Chapitre 7 : LE RESEAU ROUTIER Par réseau routier nous entendons dire l’ensemble de la voirie qui assure les déplacements en général et ceux motorisés en particulier. Nous traiterons ce réseau selon deux points de vue. D’abord d’un point de vue spatial afin de dégager la structure du réseau et la hiérarchie de ses différentes composantes. Ensuite le point de vue fonctionnel nous permettra de comprendre l’utilisation de ce réseau à savoir le trafic et le stationnement. I. L’aspect spatial du réseau routier Avant de faire l’état des lieux du réseau routier de la ville de Sousse, il est utile de rappeler d’abord la classification administrative des routes en Tunisie et ensuite de présenter les composantes principales du réseau routier de la ville de Sousse. Le réseau routier en Tunisie est administré d’une part par les municipalités et d’autre part par le ministère de l’équipement, de l’habitat et de l’aménagement du territoire (MEHAT). Les municipalités s’occupent des voies municipales. Les routes classées en routes nationales (RN), routes régionales (RR) et routes locales (RL) sont sous la tutelle du MEHAT. Les voies municipales assurent la desserte des différents quartiers de chaque ville. Les RL assurent les dessertes entre les différentes villes à l’intérieur de chaque région. Enfin les RN et les RR assurent la desserte entre les différentes régions du pays. Généralement les RN connectent plusieurs régions alors que les RR connectent seulement deux ou trois régions. Pour ce qui est de Sousse, selon le PDU, la ville s’inscrit dans un système urbain qui « s’est formé à partir d’un réseau dense de villes satellites de taille variable qui s’articulent autour d’un pôle dominant: la ville de Sousse »59 . Toujours selon la même source, ce système urbain « se structure le long du réseau routier radial et concentrique »60 et permet de dégager « sept couloirs de mobilité au départ et en direction de Sousse »61 . C’est en fonction de ces « couloirs de mobilité » que le PDU de Sousse identifie les principales voies du réseau routier de la ville (RN, RR, RL et routes municipales). 59 Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse. Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page 12. 60 Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse. Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page 15. 61 Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse. Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page 15.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 53 Couloirs de mobilité Source : Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse. Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page15. Réseau routier de Sousse. Classification hiérarchique et administrative62 Source : Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse. Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page17. En s’appuyant sur les composantes principales du réseau routier de la ville de Sousse identifiées dans le PDU, force est de constater qu’il s’agit d’un réseau concentré vers un noyau central. A partir de ce noyau divergent les principales routes selon une structure radioconcentrique. Cette dernière permet de connecter le centre de la ville d’abord avec les autres quartiers de Sousse, ensuite avec les autres villes limitrophes et enfin avec les autres régions du pays. I.1. Le noyau central Composé essentiellement d’avenues, ce noyau central se déploie autour de la médina à travers des axes nord-sud entrecoupés par des axes est-ouest. Intercalées entre d’un coté la médina est de l’autre coté le port de Sousse, un premier axe nord-sud comprend l’Av. Mohamed V, l’Av. Habib Thameur et l’Av. Med Ali. Il se prolonge au nord, au delà de la place Farhat Hached, par l’Av. Habib Bourguiba et au sud par l’Av. Mohamed V. 62 Dans cette classification, l’A1 et le RR48 sont en dehors du périmètre municipal mais ont une influence sur le réseau routier de Sousse. La petite rocade est la route composée principalement par l’Av. Med Karoui, la rue Abdelhamid Essakka, l’Av. des Catacombes. La grande rocade est une route projetée dont seulment l’Av. Jalloul Ben Cherifa est aujourd’hui existante. La route littorale est l’ensemble composé par l’Av. Hedi Chaker, l’Av. Habib Bourguiba, l’Av Mohamed V et l’Av. Hedi Nouira. La voie qui contourne la médina est composée par l’ensemble Av. Marechal Tito, Bv. Yahia Ibn Omar, et Av. Med Ali.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 54 Intercalée entre d’un coté la médina et de l’autre coté le centre urbain nord et la caserne militaire, un deuxième axe nord-sud comprend l’Av. Marechal Tito à partir de laquelle bifurquent au nord l’Av. Tahar Sfar et l’Av. Ibn Eljazzar et au sud l’Av 15 octobre, la rue Elmasjid Elaksa et l’Av. Ibn Khaldoun.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 55
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 56 Ces deux axes nord-sud sont entrecoupés par une série d’axes est-ouest. Au nord de la médina, il s’agit de l’Av. de la République, l’Av. Med Maarouf et le Bv. Yahia Ibn Omar qui convergent vers la place Farhat Hached. Au niveau du Bab El Gharbi il s’agit de la rue du Commandant Bejaoui. Au sud de la médina, il s’agit de la rue du 18 janvier, la rue de Tripoli et la rue Ekhouan Essafa. Place Farhat Hached I.2. La desserte des quartiers de Sousse En partant de noyau central déjà décrit divergent toutes les radiales du réseau routier. Ce noyau central constitue également le centre de gravité d’un ensemble de rocades. Ces radiales et rocades permettent de connecter le centre de la ville avec les autres quartiers de Sousse. I.2.1. Les radiales A partir de l’Av. Habib Bourguiba, une première radiale qui commence par l’Av. Hedi Chaker et se prolonge par la RL845 permet de desservir la zone touristique et les quartiers de Turki et de Khézama-est. Dans le prolongement de l’Av. Tahar Sfar, la radiale de la RN1-nord permet de joindre les quartiers de Turki, Jawhara, Sfaya et Khézama est et ouest. En continuité avec l’Av. Ibn Eljazzar, la RL 818 mène jusqu’aux quartiers de Jawhara, Oued Kharoub, Khézama-ouest et Sahloul. A partir de la rue du Commandant Bejaoui divergent deux radiales. D’un coté la RL 819 permet de desservir les quartiers de Oued Kharoub et Souafa et d’un autre coté, la RL820 permet de desservir les quartiers de Souafa, Ettamir, 9 Avril, La Faculté et Riadh. Dans le prolongement de l’Av. 15 octobre, la RN1-sud permet de joindre les quartiers de Bouhsina, Ettamir et Oued Sidi Kacem. De la la RN1-sud bifurque la RN12 et la RL822. La première mène aux quartiers de Bouhsina, Ettamir, La Faculté et Riadh. La deuxième mène aux quartiers de Bir Chebek, Kodiet Melek, El Aouinet et Oued Sid Kacem.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 57 La rue Elmasjid Elaksa continue au sud pour mener aux quartiers de Kodiet Melek, Ibn Khaldoun, El Aouinet, El Ghodrane et El Matar. Enfin, à partir de l’Av. Ibn Khaldoun, la RR82 permet de desservir les quartiers de Ksibet Chott et Sidi Abdelhamid. I.2.2. Les rocades Une première rocade, la rocade Med Karoui, enveloppe la partie ouest du noyau central est composée par l’Av. Med Karoui, la rue Abdelhamid Essakka, l’Av. des Catacombes, la rue Errahma et la rue Abi Zamaa Elbalaoui. Il s’agit d’une rocade entièrement insérée dans le tissu urbain, ayant un parcours sinueux et constituée de voies de section différentes. Elle « constitue une des voies structurantes les plus anciennes de la ville de Sousse. Elle a son origine sur la RN-1 et son aboutissement sur la Route de Monastir »63 . Une deuxième rocade formée par la D4 ou « la route ceinture ». C’est une voie rapide qui traverse partiellement le tissu urbain. Elle est composée de 2x2voies avec un terre-plein au milieu. La Déviation D4 : « La route ceinture » 63 Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse. Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page 37.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 58 Encadré : La Déviation D-4/RN-1 La D-4 est la déviation de la RN-1, qui a été créée pour contourner les villes de Hammam-Sousse et Sousse. Elle naît à la ville d’Akouda et se prolonge jusqu’à la RR-82, route parallèle à la côte qui va vers Monastir, ville située au sud de Sousse. La D-4, se connecte à toutes les routes radiales d’accès à Sousse y compris aux bretelles d’accès à l’autoroute. Malgré son rôle originaire de contournement, cette route risque de devenir une simple voie urbaine bordée des deux côtés par des quartiers résidentiels : Sahloul, Hammam Maarouf, Riadh, Oued Sidi Kacem, El Matar. La D-4 exerce une triple fonction : -Voie de contournement : elle contourne les villes de Hammam Sousse et Sousse mais en passant près du quartier Riadh. -Voie de raccordement à l’autoroute. -Voie de distribution du trafic aux différentes radiales et quartiers périphériques. La D-4 est constituée de huit intersections à niveau. Ceci implique à la fois, un croisement de flux, une perte de capacité aux intersections et une sécurité faible aux croisements. Toutes les intersections sont complètes. Source : Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse. Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page 19-20.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 59
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 60 Entre ces deux rocades, le projet d’une troisième rocade est évoqué dans le PDU (2005) et indiqué dans le PLU (2008). Elle devrait partir de l’Av. Jalloul Ben Cherifa au nord pour envelopper les quartiers de Souafa, Ettamir, El Aouinet et El Ghodrane pour aboutir à la RR82. D’autres voies sont prévues dans les extensions urbaines projetées par le PAU (2008). Une voie devrait passer parallèlement à la route ceinture pour relier la RL819 et la RL820. Une autre voie devrait s’intercalée entre Sidi Abdelhamid et le littoral parallèlement à la RR82 et dans le prolongement des avenue Mohamed V-Hedi Nouira. I.3. La desserte avec les autres villes limitrophes Dans le système radioconcentrique du réseau routier qu’on vient de décrire, les rocades assurent une desserte essentiellement interne à la ville de Sousse. On peut considérer que la route ceinture permet de desservir Hammam-Sousse et Akouda mais dans les deux cas elle passe soit sur la limite ou en dehors de l’espace bâti. En revanche les radiales se prolongent pour connecter Sousse avec les autres villes de la région. La ville de Hammam-Sousse est connectée grâce à la RL845, la RN1 et la RL818. La RL845 continu jusqu’a El Kantaoui et Hergla. La RN1 continu jusqu’a Akouda et permet de desservir également Kalaâ Kebira par l’intermédiaire de la RR48. La RL819 permet de desservir Kalaâ Seghira. La RN12 mène à Ezzouhour. La RN1-sud permet de joindre Elmessaadine et continue jusqu'à M’saken. La RL22 connecte l’ensemble Zaouia-Ksiba-Thrayet. Enfin la RR82 diverge pour desservir d’une part Sahline et d’autre part Monastir. La RN1 sud. En arrière plan la ville de Messadine. I.4. La desserte avec les autres régions du pays Outres leurs rôle dans la desserte des villes limitrophes, certaines radiales du réseau routier de Sousse se prolongent pour desservir d’autres régions du pays soit directement soit indirectement par l’intermédiaire de l’autoroute A1 Tunis-Sfax.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 61 La RN1 continu au nord jusqu'à Tunis et au sud jusqu'au-delà de Sfax. A partir de la RN1 et la route ceinture part la RR48 qui continue jusqu'à Kondar où elle croise la RN2 qui mène au nord à Enfidha et
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 62
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 63 au sud à Kairouan. La RN12 continu jusqu'à Kairouan en passant par Sidi El Héni. La RR82 dessert Monastir et Mahdia. L’articulation avec l’autoroute A1 Tunis-Sfax se fait par la RN1-nord, la RN1-sud au niveau de M’saken, la RR48 du coté de Kalaâ Kebira, la jonction de la RL818 et la RL819 aux alentour de Kalaâ Seghira et la RN12 au-delà d’Ezzouhour. L’autoroute A1. En arrière plan la ville de Kalaa Kébira. II. L’aspect fonctionnel du réseau routier Une fois qu’on a exposé le réseau routier de la ville de Sousse du point du vue formel et spatial, dans ce qui suit on va apporter quelques descriptions du point de vue fonctionnel. Pour cela on va se référé aux données fournis dans le PDU64 qui fait mention des caractéristiques du trafic dans les voies principales ainsi que de la situation au niveau du stationnement. Nous tenons a précisez que cette descriptions n’aura qu’un caractère indicatif vue qu’il s’agit d’un travail relativement ancien. En effet, on ne va pas s’approfondir dans les données techniques détaillées mais on va se limité aux grandes caractéristiques. II.1. Le trafic Selon le PDU, environ 150 milles véhicules par jour sont échangés entre la zone formée par les villes de Sousse et Hammam-Sousse délimitée par la route ceinture et les autres villes limitrophes. La moitié de ces échanges se fait avec les villes situées au sud et à l’ouest. Ce trafic augment d’environ 30% aux alentour de la rocade Med Karoui. D’après la même source, le trafic le plus important se fait selon la direction nord-sud de la ville ainsi que vers Ezzouhour et Riadh à l’ouest. Le trafic reste faible dans la partie nord-ouest de la ville. Pour ce qui est des rocades, selon le PDU le trafic est plus important sur la route ceinture que sur la rocade Med Karoui. Cependant cette dernière est la plus chargée en raison de sa faible capacité. D’après la même source, entre 1994 et 2004, la trafic dans la route ceinture a presque triplé tandis que celui dans la rocade Med Karoui a augmenté de 15%. Pour ce qui est du centre ville, le PDU mentionne que 50% 64 Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse. Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 64 des échanges nord-sud se font a travers la place Farhat Hached. Le tronçon de la RN1 qui traverse la ville reste l’axe le plus chargé. D’autres axes présentent un trafic important à savoir le Bv Abdelhamid Elkadhi, le Bv Habib Bourguiba, le Bv Hedi Chaker, l’Av. Mohamed V, l’Av. Habib Thameur et l’Av. Med Ali et l’Av. Med Maarouf. Par ailleurs, le PDU apporte une description du trafic durant les deux périodes de pointe du matin et du soir ainsi que pendant l’hiver et l’été. Selon cette source, la route ceinture présente un trafic presque identique pour les deux périodes de pointe. En revanche, la rocade Med Karoui à un trafic plus important pour la période de pointe du soir que celui de la période de pointe du matin. Dans le centre de la ville, durant les périodes de pointe, la place Farhat Hached reste le point le plus chargé. D’autres endroits présentent également un trafic important à savoir l‘intersection Av. Marechal Tito-Av. Tahar Sfar-Bv. Yahia Ibn Omar ainsi que l’intersection Av. Jalloul Ben Chrifia avec la RN1 et la RL845. Enfin, selon le PDU, le trafic en été enregistre une augmentation de 18% durant la période de pointe du matin et 5% durant la période de pointe du soir. Diagramme de charge : Volumes heure de pointe matin. 2005. Source : Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse. Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page117. II.2. Le stationnement Dans l’analyse du stationnement le PDU de la ville de Sousse met l’accent sur un certain nombre de problématique aussi bien du coté des usagers que du coté des espaces destinés à cet effet. Il s’agit de du non respect des interdictions de stationnement, la gratuité du stationnement sur la plupart des voiries et la quasi inexistence de parkings. En étudiant le taux de rotation dans des zones choisis ponctuellement65 , le 65 Zone1 : Avenue Habib Bourguiba. -Taux de rotation élevé. Environ 7 véhicules par jour et par place. Zone 2 : îlot de la corniche autour du complexe Nejma et compris entre Av Hedi Chaker, Bd Abdelhamid AlKadhi. -Taux de rotation faible. Environ 2 véhicules par jour et place. Zone 3: îlot compris entre République, Mohamed Maarouf, et Béchir Sfar. Il comprend aussi les rues adjacentes comprises dans ce triangle, à savoir la Rue du 22 Janvier 1952, Rue du docteur Kalmet, Rue Professeur Roux, et Rue Anatole France. -Taux de rotation élevé. Environ 5 véhicules par jour et place. Zone 4 : Zone comprise dans le triangle : Mohamed V, Habib Thameur, la Banque Centrale et la Rue Salah Saad. -Taux de rotation faible. Environ 3 véhicules par jour et place. Zone 5 : Avenue Mohamed Ali entre Habib Thameur et Souk Baba Jedid. Taux de rotation élevé. Environ 5 véhicules par jour et place. Zone 6 : parking des remparts. -Taux de rotation moyen. Environ 4 véhicules par jour et place.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 65 PDU fait mention qu’environ 20% des voitures stationnées sont en situation illégale. Par ailleurs le PDU fait état de la saturation de la capacité de stationnement dans l’hyper-centre de la ville ainsi que la faible possibilité d’extension de cette capacité. « En conclusion, le stationnement dans le centre ville de Sousse est majoritairement gratuit, anarchique, et n’est soumis à aucune réglementation. Le stationnement des deux côtés dans pratiquement toutes les rues gêne énormément la circulation véhiculaire et cause beaucoup de retard aux automobilistes. Les manœuvres de virage sont de plus en plus difficiles quant un véhicule occupe les coins des rues. La circulation des Bus de la STS est encore aggravée au centre ville à cause du stationnement non réglementé »66 . * * * * * Observation finale sur le réseau routier Le réseau routier de la ville de Sousse est un réseau plus radial que concentrique. Les radiales ayant une bonne couverture du territoire desservent les quartiers de Sousse, les villes limitrophes et certaines régions du pays. Les rocades quand à elles présentent quelques carences. La rocade Med Karoui est défragmentée (parcours sinueux et des voies de section différentes). La route ceinture ne joue véritablement le rôle de rocade que dans sa partie sud (entre la RL820 et la RR82). Dans sa partie nord (de la RL820 jusqu'à la jonction avec la RN1) elle se transforme en tangentielle qui dessert Hammam-Sousse. La troisième rocade qui devrait se situer entre les deux qu’on vient de citer n’a toujours pas vu le jour. Source : Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse. Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page 149-150-151. 66 Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse. Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page 151.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 66 Chapitre 8 : LES RESEAUX DES TRANSPORTS COLLECTIFS I. Les transports ferroviaires Comme c’est le cas pour l’ensemble du pays, le réseau ferroviaire de la ville de Sousse est géré par la Société Nationale des Chemins de Fer Tunisiens (SNCFT). Le réseau assure essentiellement une desserte à l’échelle de la région du Sahel et à l’échelle du pays. Pour le premier cas il s’agit de la ligne du métro de Sahel Sousse-Monastir-Mahdia. Pour le deuxième cas il s’agit de la ligne Tunis-Sousse-Sfax- Gabes/Tozeur I.1. La desserte à l’échelle de la région du Sahel La desserte à l’échelle de la région du Sahel est assurée par la ligne de métro Sousse-Monastir-Mahdia. « Cette ligne de 70 Km de long est totalement électrifiée. Elle prend naissance à partir de l’arrêt Sousse Bab Jedid, traverse Sousse Sud et la zone industrielle de Sousse et contourne Sahline jusqu’à Monastir en desservant au passage l’aéroport et une partie de la zone touristique de Monastir (Dkhila) et le complexe Universitaire de Monastir. Au sud de Monastir la ligne continue jusqu'à Ksar Hellal et Moknine en passant par la zone industrielle de Monastir et les principales agglomérations situées sur cet axe: Khniss, Ksibet Elmedouini, Bennane, Bouhjar, Lamta et Sayada. A la sortie de Moknine, elle dessert la zone industrielle de Téboulba et continue jusqu'à Mahdia en desservant les villes de Teboulba, Bekalta, la zone touristique de Mahdia et le complexe Universitaire de Mahdia. Cette ligne est à double voie entre Sousse Bab Jedid et Moknine et à voie unique sur le reste de la ligne »67 . Au départ de Sousse, 21 trains par jour partent vers Monastir et 18 d’entres eux arrivent jusqu'à Mahdia68 . La ville de Monastir est relativement bien connectée avec une fréquence de passage d’environ 40mn en moyenne et un trajet qui dure environ 30mn en moyenne. Mahdia reste tout de même moins connectée avec une fréquence de passage de 50mn en moyenne et un trajet qui dure un peut moins de 2h en moyenne. Destinations Nombre de métro par jour Durée moyenne du trajet Fréquence moyenne de passage* 67 www.sncft.com.tn 68 Les données sur les quelles nous nous sommes basées dans notre travail concernent la période de septembre 2012 à juin 2013.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 67 Monastir 21 0:28:49 0:42:30 Mahdia 18 1:52:47 0:50:00 Métro du Sahel * Entre le premier train et le dernier train vers cette destination Source : Elaboration personnelle
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 68
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 69 Le déplacement de la gare de Sousse Bab Jedid à la hauteur de la place Farhat Hached serait à l’etude. Ce projet est destiné à améliorer l’intermodalité entre le métro de Sahel, la station de bus Sidi Yahia et la gare SNCFT de Sousse. Le métro du Sahel assure non seulement la desserte des villes du Sahel mais notamment tout un système de pôles industriels, touristiques et universitaires. Pour ce qui est des activités industrielles, le métro relie les ZI de Sousse, de Monastir, de Ksar Helal et de Teboulba. Au niveau des activités touristiques, le métro traverses les ZT de Monastir (où il dessert également l’aéroport Habib Bourguiba) et la ZT de Mahdia. Du point de vue des universités, le métro relie les établissements universitaires de Monastir et de Mahdia. I.2. La desserte à l’échelle du pays La desserte à l’échelle du pays se fait par la ligne Tunis-Sousse-Sfax. Au delà de Sfax, à Ghraiba, cette ligne bifurque pour aller d’un coté jusqu’a Tozeur et de l’autre jusqu'à Gabes69 . Autrefois cette ligne traversait le centre de Sousse provoquant une coupure dans la ville. Mais depuis quelques temps le tronçon traversant la ville est mis hors service. Le train ne traverse plus la gare qui devient en cul de sac. Une connexion via Kalaâ Seghira permet désormais de connecter Sousse avec la ligne Tunis-Sfax-Gabes/Tozeur. La gare de Sousse Vers le nord cette ligne permet de desservir d’abord les villes situées au nord du gouvernorat de Sousse à savoir Kalaâ Seghira, Kalaâ Kebira, Enfidha et Bouficha. Ensuite elle relie la partie ouest du gouvernorat de Nabeul à travers les villes de Bir Bouregba, Bou Argoub et Grombalia. Enfin elle arrive à Tunis. Vers le sud cette ligne permet de desservie El Jem dans le gouvernorat de Mahdia avant d’arriver dans la région de Sfax où elle dessert les villes de Sakiet Ezzit, Sfax, Mahres et Ghraiba. Au-delà de Ghraiba, cette ligne bifurque. La première bifurcation continue à longer le littoral pour desservir Gabes et la deuxième bifurcation pénètre l’intérieur du pays. Cette dernière traverse le gouvernorat de Sidi Bouzid pour s’arrêter à Maknassy, le gouvernorat de Gafsa pour s’arrêter à Sened, Gafsa et Metlaoui, et enfin le gouvernorat de Touzeur pour s’arrêter à El Ouidiane et à Tozeur. Les dessertes qu’on vient de décrire 69 Le réseau ferroviaire de la Tunisie est un réseau qui est présent uniquement dans « la moitié nord du pays ». Vers le sud, il s’arête à Gabes et Tozeur.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 70 sont assurées par 16 train par jour70 au départ de la gare de Sousse. 12 trains partent de Sousse vers Tunis. 4 trains partent vers Sfax. Pour ces derniers, 2 trains continuent vers Gabes et les deux autres continuent vers Tozeur. 70 Les données sur les quelles nous nous sommes basées dans notre travail concernent la période de septembre 2012 à juin 2013.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 71
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 72 Pour la direction vers la capital du pays, la ville la mieux desservit reste Tunis (12 trains par jour). Vient après la ville de Bir Bouregba dans le gouvernorat de Nabeul (11 trains par jour). Pour ces destinations, la durée du trajet reste relativement moyenne avec en moyenne environ 1h pour Bir Bouregba et moins de 2h pour Tunis. Les villes au nord du gouvernorat de Sousse restent peut desservis avec 3 à 5 trains par jours. Les fréquences de passages peuvent aller jusqu'à 3h et 4h malgré que se sont des villes assez proches puisque la durée du trajet ne dépasse pas 1h. Pour la direction vers le sud du pays, avec 4 trains par jour, la desserte reste faible. La fréquence de passage minimale est plus de 5h. A cela s’ajoute une duré de trajet importante notamment au-delà du gouvernorat de Sfax où elle peut atteindre 6h. Destinations Nombre de train par jour Durée moyenne du trajet Fréquence moyenne de passage* Gouvernorat Ville Sousse Kalaâ Seghira 3 0:12:20 3:42:30 Kalaâ Kebira 3 0:15:20 4:20:00 Enfidha 5 0:38:00 3:31:40 Friguia Park 2 0:41:30 1:55:00 Bouficha 3 0:55:00 4:20:00 Nabeul Bir Bouregba 11 1:01:00 1:42:00 Bou Argoub 2 1:20:00 0:55:00 Grombalia 7 1:19:34 2:30:00 "Grand Tunis" Hammam Lif 8 1:33:45 2:27:00 Tunis 12 1:52:30 1:33:38 Ligne Sousse-Tunis * Entre le premier train et le dernier train vers cette destination Source : Elaboration personnelle Destinations Nombre de train par jour Durée moyenne du trajet Fréquence moyenne de passage*Gouvernorat Ville Mahdia El Jem 4 0:58:45 5:26:40 Sfax Sakiet Ezzit 2 1:39:30 7:40:00 Sfax 4 1:46:15 5:26:40 Mahres 3 2:26:00 7:25:00 Ghraiba 3 2:46:20 7:25:00 Gabes Gabes 2 3:58:30 16:20:00 Sidi Bouzid Maknassy 2 3:37:00 11:15:00 Gafsa Sened 2 4:10:30 11:15:00 Gafsa 2 4:58:00 11:15:00 Metlaoui 2 5:35:00 11:15:00 Tozeur El Ouidiane 2 6:13:00 11:15:00 Tozeur 2 6:23:00 11:15:00 Ligne Sousse-Sfax-Gabes/Tozeur * Entre le premier train et le dernier train vers cette destination Source : Elaboration personnelle En s’appuyant sur le découpage administratif, les gouvernorats connectés avec Sousse par le transport ferroviaire constituent deux bandes territoriales. La première longe le littoral entre Tunis et Gabes. La deuxième, située entre le centre et le sud de la Tunisie, traverse le pays d’est en ouest. Les gouvernorats du nord-ouest, du centre et du centre ouest, même ceux limitrophes à Sousse comme Kairouan sont en
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 73 dehors de toute connexion par le train. En résumé, le réseau ferroviaire assure une connexion moyenne avec le nord du pays. Une connexion faible avec le sud. Aucune connexion n’est assurée vers l’ouest. II. Les bus Le réseau des bus de la ville de Sousse se décompose en un réseau urbain desservant la ville, un réseau suburbain desservant le gouvernorat et un réseau des grandes lignes qui assurent une desserte nationale. Ce réseau est géré par la Société de transport du Sahel (STS). La gestion des grandes lignes est partagée avec d’autres sociétés de transport. « Le réseau de la STS répond a une demande de type centre périphérie et épouse de ce fait une forme radiale »71 . Ce réseau est organisé par un système de terminus et de stations importantes. Il s’agit du terminus Sidi Yahia, la station STS situé à la place Ljubljana, la station Bab Jedid, la gare routière Souk Lahad. A l’intérieur du périmètre communal, d’autres terminus marquent la fin de trajet de certaines lignes à savoir le terminus de l’hôpital Sahloul, le terminus Riadh et le terminus El Ghodrane. Au niveau du nombre de voyageur, le PDU72 mentionne une croissance dans le réseau urbain et notamment suburbain mais une décroissance dans le réseau des grandes lignes. Selon la même source, c’est le réseau suburbain qui attire le plus de voyageurs notamment le transport scolaire. Néanmoins ces données sont à prendre avec beaucoup de précaution. En effet, non seulement il s’agit de donné anciennes (année 90’) mais elle concerne tout les voyageurs de la STS et non pas de la ville de Sousse. II.1. Le réseau urbain Le réseau urbain centralisé autour du terminus Sidi Yahia à partir de laquelle partent l’ensemble des lignes. La longueur des lignes varie de 10 à 23km. La distance séparant deux arrêts ne dépasse presque pas 600m. Les fréquences de passage varient entre 10 et 30 minutes mais elles « ont plutôt un caractère théorique »73 . La vitesse commerciale varie de 13 à 38km/h mais « se dégrade sensiblement en heure de pointe et en particulier au centre ville »74 . Ce réseau est composé par huit lignes. Quartes d’entres elles se prolongent au delà de la ville de Sousse. Les quartes autres desservent les quartiers à l’intérieur du périmètre. La couverture territoriale du réseau urbain pourrait êtres divisée en deux « faisceaux ». Un « faisceau nord-ouest » et un « faisceau sud-ouest ». Le premier est constitué par les lignes 12, 13B, 2B et 13C. Le deuxième est constitué par les lignes 3, 8 barré, 8 et 5. Dans le faisceau nord-ouest, les lignes 13B, 2B et 13C partent de Sidi Yahia et passent par l’Av. Med Maarouf et l’Av. de la République pour desservir les quartiers de Trocadero, Ibn Jazzar et El Habib. Par la suite, le trajet de la ligne 13B est en partie en boucle et s’étend jusqu'à Hammam Sousse. Elle emprunte la RN1 et la RL818. Elle dessert les quartiers Turki, Sfaya, Khézema est et ouest, Sahloul, Hmadat Douik et Oued Kharroub Jawhara. Le trajet de la ligne 2B s’étend également jusqu'à Hammam Sousse. Elle emprunte d’abord la RN1 et ensuite la RL818 en passant par l’Av. Jalloul Ben Chérifa. Sont parcours 71 Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport provisoire de 3éme phase, Mars 2010. Page 56. 72 Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse. Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page 128. 73 Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport provisoire de 3éme phase, Mars 2010. Page 57. 74 Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport provisoire de 3éme phase, Mars 2010. Page 57.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 74 coïncide en partie avec celui de la ligne 13B et dessert donc les mêmes quartiers. La ligne 13C connecte le CHU Sahloul. Elle emprunte la RL818. Elle dessert les quartiers d’Oued Kharroub Jawhara, Hmadat Douik, et successivement Sahloul 3, Sahloul 2 et Sahloul 1 avant de s’arrêter devant le CHU.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 75
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 76 Dans le faisceau sud-ouest, les lignes 8 barré, 8 et 5 partent de Sidi Yahia et passent par Beb Jédid pour desservir les quartiers de Cappace Piccolo et Bir Chobbek. Par la suite, les lignes 8 barré et 8 empruntent la RN12. Elle dessert les quartiers Ettamir, l’Aouinet, la Faculté. Au delà de la route ceinture, la ligne 8 barré finit sont trajet à Riadh alors que la ligne 8 continue vers Ezzouhour. La ligne 5 quand à elle, s’oriente vers le sud pour desservir les quartiers de Koudiet Melek, Ibn Khaldoun et El Ghodrane. Les deux faisceaux s’interpénètrent à travers les deux lignes 12 et 3. La ligne 12 traverse le terminus Sidi Yahia. Dans le faisceau nord-ouest elle mène jusqu'à El Kantaoui en empruntant la RN1 et la RL845. Dans cette direction elle dessert les quartiers d’Ibn Jazzar, El Habib, Turki et Sfaya avant de relier Khézema et la zone touristique. Dans le faisceau sud-ouest elle mène jusqu'à la gare routière Souk Lahad. Dans cette direction elle dessert les quartiers de Bir Chobbek et Ezzahra. La ligne 3 part du terminus Sidi Yahia. Dans un premier temps elles effectuent le même trajet que les lignes 13B, 2B et 13C du faisceau nord-ouest au niveau de l’Av. Med Maarouf et l’Av. de la République. Dans un deuxième temps elle emprunte la rocade Med Karoui et la RL820 pour prendre la direction du faisceau sud-ouest. Elle dessert les quartiers de Trocadero, d’Ibn Jazzar, El Habib, Oued Kharroub Jawhara, les casernes, Bouhsina, Boukhzar, et âpres la traversé de la route ceinture, cette ligne relie le quartier Riadh où elle finit sont trajet. II.2. Le réseau suburbain Comme le réseau urbain, le réseau suburbain est également centralisé autour du terminus Sidi Yahia à partir de laquelle partent l’ensemble des lignes. « Les fréquences de passage varient entre 10 et 40 minutes »75 . La longueur des lignes varie de 15 à 88km. Ce réseau est composé par treize lignes. Ces dernières peuvent êtres groupées en trois directions principales. La direction nord-ouest comprend les lignes 16, 18/12, 17, 18, 19, 15, 25, et 26. La direction ouest comprend les lignes 20 et 24. Enfin la direction sud-ouest comprend les lignes 21, 22 et 23. L’ensemble des lignes de la direction nord-ouest partent de Sidi Yahia, passe par la station STS et empruntent la RN1. Ensuite les lignes 16 et 18/12 suivent la RL845 pour desservie Hammam-Sousse, El Kantaoui, Chott Mariem où s’arrête la ligne 16 et Hergla où s’arrête la ligne 18/12. Les lignes 17, 18, 19, 15, 25, et 26 continuent par la RN1et traversent Hammam-Sousse. Aux alentour d’Akouda, les lignes 17, 18 et 19 poursuivent par la RN1 pour desservir respectivement Sidi Bou Ali, Hergla et Enfidha alors que les lignes 15, 25, et 26 empruntent la RR48. Dans cette direction la ligne 15 s’arrête à Kalaa Kebira alors que les lignes 25 et 26 continuent leurs trajets pour desservir respectivement Kondar et El Gabou. Les deux lignes de la direction ouest partent de Sidi Yahia, passe par la station STS et reviennent vers Bab El Gharbi pour emprunter la RL818. La ligne 20 s’arrête à Kalaa Kébira alors que la ligne 24 continue jusqu'à Ennaguer. L’ensemble des lignes de la direction sud-ouest partent de Sidi Yahia, passe par Bab Jedid, la gare routière Souk Lahad. Par la suite la ligne 21 emprunte la RL822 pour desservir Zaouia, Ksiba et Thrayet. Les lignes 22 et 23 empruntent la RN1-sud. La ligne 22 s’arrête à Msaken alors que la ligne 23 continue jusqu'à Menzel Kamel. 75 Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse. Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page 132.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 77
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 78
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 79 II.3. Le réseau des grandes lignes Le réseau des grandes lignes est centralisé autour la gare routière Souk Lahad. Ces grandes lignes sont gérées outre la STS par un ensemble de sociétés de transport. Il s’agit principalement de la Société Nationale de Transport Interurbain (SNTRI) (liaisons avec Tunis, Zarzis, Bizerte, Midoun, Nafta et Tozuer), la Société Régionale de Transport General de Jendouba (SRTJ), la Société Régionale de Transport El Gouafel (SRTG) et la Société Régionale de Transport de Kéf (SRTK). Les principales liaisons en grandes lignes assurées par la STS comprennent Monastir, Gafsa, Béja, Mahdia, Kairouan et Nabeul. La desserte à l’échelle nationale de la ville de Sousse se fait par trois lignes de bus. La ligne Sousse-Gafsa passe par Msaken au sud. Ces principales destinations sont les petites et moyennes localités situées dans les gouvernorats de Monastir, Mahdia, le sud du Kairouan, la ville de Sidi Bouzid et la ville de Gafsa. Pour cette ligne il existe un seul bus à l’allé et un seul au retour par jour. La longueur du trajet est d’environ 300km et il faut 4h45 pour arriver à Gafsa en partant de Sousse. La ligne Sousse-Zaghouan-Béja passe par Hammam Sousse au nord. Ces principales destinations sont les villes du nord du gouvernorat de Sousse tels que Sidi Bou Ali et Enfidha, les villes de Zriba, Zaghouan et Fahs dans le gouvernorat de Zaghouan et les villes de Mjaz El Bab et Béja dans le gouvernorat de Béja. Comme pour la ligne Sousse-Gafsa, pour cette ligne il existe un seul bus à l’allé et un seul au retour par jour. La longueur du trajet est d’environ 227km. En partant de Sousse, il faut environ 4h30 pour atteindre Béja. La ligne Monastir-Sousse-Kairouan part de Monastir et passe par Sahline avant d’atteindre Sousse. Par la suite elle passe par Msaken au sud avant de prendre la direction de Kairouan à travers Sidi El Heni. Trois bus par jours sont assurés au départ de Sousse pour cette ligne. Deux vers Kairouan et un vers Monastir. La longueur du trajet Sousse-Monastir est d’environ 24km pour une duré d’environ 30mn. Le trajet Sousse-Kairouan est d’environ 57km pour une duré d’environ 1h. III. Louages et taxis collectifs Outre les taxis individuels, le secteur privé assure à Sousse un service de transport semi-collectif par des véhicules de 7 à 9 places. A la différence des taxis individuels il s’agit là de trajet généralement prédéfinit et payé non pas au compteur mais à la place. En fonction des destinations, ce type de transport se divise en trois catégories. Les louages bande rouge assurent des liaisons à l’échelle nationale. Les principales destinations comprennent Tunis, Sfax, Nabeul, Beja, Zaghouan, Kairouan, Mahdia, Monastir, Gafsa, Médenine, etc. la station est située à Taffala. A partir de là, la plupart des véhicules se rabattent sur la route ceinture pour atteindre leurs destination. Les louages bande bleu et les taxis collectifs (voiture jaune avec bande bleu) assurent des liaisons à l’échelle du gouvernorat. Les principales destinations comprennent Riadh/Ezzouhour, Msaken, El Kantaoui/Chott Meriem, Sidi Bou Ali/Enfidha, Hammam-Sousse, Kalaâ Kebira, Kalaâ Seghira, etc. Comme les louages bande rouge, les louages bande bleu partent de la station Taffala. A partir de là, la plupart des véhicules empruntent la RL822, la RN1-sud et la RN12 pour les destinations sud. D’autres véhicules empruntent la rocade Med Karoui pour se rabattre soit sur la RL820 soit sur RN1-nord. La station des taxis collectifs quand à elle est située à Sidi Yahia en contact avec le terminus des bus. Pour rejoindre cette station la
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 80
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 81
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 82 plupart des véhicules empruntent l’Av. Yahia Inb Omar et sortent soit par l’Av. Med Maarouf soit par l’Av. de la Republique. * * * * * Observation finale sur les transports collectifs En décrivant les différents réseaux des transports en commun à Sousse, nous avons pu dégager les différents pôles de ces réseaux. Il s’agit du terminus Sidi Yahia, la gare de Sousse, la Station de métro de Bab Jedid, la gare routière Souk Lahad et la station des louages Taffala. L’intermodalité entre ces différents réseaux est tributaire d’une interconnexion entre les pôles qui les structurent. Cependant sur ce plan on constate des faiblesses. Par rapport au terminus Sidi Yahia, la gare de Sousse est située à environ 500m et la station du métro Bab Jedi à environ 800m ce qui entraine une rupture de charge conséquente. La gare routière Souk Lahad est certes en périphérie du centre de la ville mais bénéficie tout de même de l’interconnexion avec les bus, les louages bande bleu et les taxis collectifs. Avec uniquement une liaison en bus, la station des louages Taffala semble déconnectée des autres réseaux. IV. Les déplacements Une fois qu’on a décrit le réseau routier et les réseaux des transports collectifs, il est utile de regarder de plus prés l’utilisation de ces réseaux dans les déplacements. Pour cela on va procéder à une relecture des données fournit par le PDU76 sur la répartition modale de déplacement. Selon la source qu’on vient de citer, et se basant sur un terrain d’étude constitué par Sousse et Hammam- Sousse, les déplacements se décomposent en « 1,1 déplacement par habitant et par jour en mode motorisé »77 et « 1,25 déplacements par habitant et par jour en marche à pied »78 . En outre, le PDU décompose les modes motorisés en voiture particulière, taxis et louages, deux roues, camions et transports collectifs. C’est en s’appuyant sur cette classification, que le PDU établit la répartition modale de déplacement. 76 Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse. Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. 77 Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse. Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page 90. 78 Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse. Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page 90.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 83 Répartition modale des déplacements par mode. Source : Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse. Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page91. En partant de cette analyse nous proposons une nouvelle lecture. Pour cela on va regrouper les déplacements en voiture particulière avec les déplacements en camion dans une seule catégorie à savoir les déplacements en véhicule privé et on va établir une répartition modale qui intègre les déplacements à pied. Mode de déplacement Nbr de déplacements Part modale en % Marche à pied 259.665 53.2 Deux roues 38.846 8.0 Transports collectifs 57.126 11.7 Taxis et louages 41.131 8.4 Véhicule prive 91.402 18.7 TOTAL 488.170 100.0 Répartition modale des déplacements Source : Elaboration personnelle à partir des données PDU Cette nouvelle lecture nous permet de constater la prédominance de la marche à pied dans les déplacements ainsi que l’utilisation massive des véhicules privés comparé au transport collectif et semi collectif (taxis et louages). Par ailleurs, « ce qu’on pourrait remarquer c’est le recul de la marche à pied pour la ville de Sousse entre 1994 et 2005 de 58% à 53% des déplacements effectues. Par contre on observe le renforcement de la voiture particulière de 13.6% à 19% ainsi que la stabilisation du transport collectif entre 1994 (20.3%) et 2005 (20%) »79 . V. Les infrastructures portuaires et aéroportuaires La ville de Sousse comprend une infrastructure portuaire : le port de Sousse. En revanche la ville ne comprend pas d’aéroport mains bénéficie de deux infrastructures aéroportuaires situées à proximité : l’aéroport de Monastir et l’aéroport d’Enfidha. V.1. Le port de Sousse Le port de Sousse est géré par L’Office de la Marine Marchande et des Ports. Situé en plein centre de la ville, il s’étend sur 40ha. Il comprend un bassin de pécheur, un bassin de voilier et deux bassins de commerce : un bassin nord et un bassin sud. Une zone de déports et d’activité industrielle jouxte le port au sud. 79 Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport provisoire de 3éme phase, Mars 2010. Page 62.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 84 Le port de Sousse Le total de la marchandise embarquée et débarquée dans le port de Sousse ne cesse d’évoluer. En effet, entre 1994 et 2010 elle a plus que quadruplé. Cependant, le port occupe une position faible par rapport aux autres ports de la Tunisie. Le total de la marchandise embarquée et débarquée ne représente que moins de 10% de l’ensemble de la marchandise des ports de la Tunisie. L’obsolescence de ses caractéristiques techniques80 serait à l’origine de la faible capacité du port de Sousse. Selon le PDU81 , l’accès maritime « est très étroit » et le cercle d’évitage ne permet pas l’accès aux bateaux de plus de 20 milles tonnes. D’âpres le SDA du Grand Sousse, ceci à entrainer « la réduction de l’arriéré pays du port »82 . Face à ses faiblesses, la restructuration du port de Sousse (extension du port de commerce vers le sud, reconvention d’une partie du port en port de plaisance, etc.), serait à l’étude. Par ailleurs, il faut aussi faire mention du port en eau profonde qui est programmé à Enfidha et qui est destiné à être la plus grande infrastructure portuaire de la Tunisie. Ceci nous amène à se questionner sur le devenir du port de Sousse. Aujourd’hui ce port souffre déjà de la concurrence des ports de Tunis- Goulette-Rades et Sfax83 auquel il est situé à environ 150km. La création du port en eau profonde d’Enfidha à environ 50km laisse présager l’aggravation de cette situation84 . Navires entrés Marchand. Débarquées (mille T) Marchand. Embarquées (mille T) Total marchandises (mille T) Tunis. goulette Rades 241 436 158 594 Sfax 132 225 186 411 Gabes 55 250 156 406 Bizerte 42 304 27 331 Sousse 97 122 66 188 80 Les caractéristiques techniques du port de commerce de Sousse : -Largeur de l’accès maritime : 60m. -Rayon du cercle d’évitage et de rotation : 300m. -Taille du bassin : 24ha. -Nombre de postes à quais : 8 postes. -Taille du terre plein : 3.84ha. -Surface d’emmagasinage : 0.4ha. -Linéaire de quais : 1132m. Source : Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport provisoire de 3éme phase, Mars 2010. Page 89. 81 Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse. Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Page 47. 82 Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport provisoire de 3éme phase, Mars 2010. Page 89. 83 Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport provisoire de 3éme phase, Mars 2010. Page 88. 84 Le port de Sousse semble entrer dans une phase que connait la plupart des infrastructures portuaires à l’intérieur des villes. Ces dernier d’abord implantés en périphérie de la ville son souvent rattrapés par l’urbanisation et se trouvent enclavés dans la ville. Dans l’impossibilité de s’étendre et de se modernisé, ces ports commencent à décliner pour devenir des friches et provoquer une nuisance dans la ville. L’exemple du port de Tunis illustre parfaitement ce processus.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 85 Zarzis 53 13 100 113 Ensemble des ports 617 1349 693 2042 Transport maritimes en 2010 (Moyenne mensuelle) Source : Tableau réalisé a partir des données INS (2012) Années Total marchandises (mille T) 1994 547 2000 896 2004 1430 2010 2256 Evolution de la marchandise embarquée et débarquée Source : Tableau réalisé a partir des données INS (2012) et PDU (2005) V.2. L’aéroport de Monastir La mise en service de l’aéroport de Monastir remonte à 1968. A partir de 2008 il est exploité dans le cadre d’une concession par le consortium turc TAV. L’aéroport s’étend sur environ 200ha. La capacité de cet aéroport est de 3.5 millions de passagers par an85 . Situé à environ 15km, l’accessibilité de l’aéroport à partir de Sousse est assurée aussi bien par la route RR82 que par le métro de Sahel. L’aéroport de Monastir est affecté essentiellement aux vols charter destinés aux touristes du Sahel ce qui oblige les passagers de la ville de Sousse de passer par l’aéroport Tunis-Carthage86 afin d’emprunter les vols régulier87 . L’aéroport de Monastir V.3. L’aéroport d’Enfidha Le démarrage de la réalisation de l’aéroport d’Enfidha date de 2007 pour une mise en service qui a était prévue en 2009. Tout comme l’aéroport de Monastir, l’aéroport d’Enfidha est exploité depuis 2008 par le même consortium turc TAV. La superficie totale de l’aéroport est 5700ha. Situé à environ 40km, l’accessibilité de cet aéroport à partir de Sousse est assurée par l’autoroute A1. En revanche, aucun 85 www.oaca.nat.tn. 86 L’aéroport de Tunis-Carthage avec une capacité de 4.5 millions de passager par an et presque 40000 vols en 2011 demeure au sommet de l’infrastructure aéroportuaire de la Tunisie. Avec environ 8000 vols en 2011. 87 Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport provisoire de 3éme phase, Mars 2010. Page 86-87.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 86 transport en commun efficace ne relie la ville à l’aéroport. Dans un premier temps, la capacité de cet aéroport est de 7 millions de passagers par an. A terme, il devrait accueillir 22 millions de passager par an88 . L’aéroport d’Enfidha Selon les données de 2011, l’aéroport de Tunis-Carthage avec environ 40000 vols est actuellement le premier aéroport en Tunisie loin devant l’aéroport de Monastir et l’aéroport d’Enfidha (environ 8000 vols chacun). Mais avec à terme une capacité presque cinq fois plus importante que l’aéroport de Tunis- Carthage, l’aéroport d’Enfidha est voué à être la première infrastructure aéroportuaire de la Tunisie. Même si l’aéroport de Tunis-Carthage maintiendra une partie des vols réguliers, l’aéroport d’Enfidha sera réservé aussi bien aux vols charters desservant Hammamet et le Sahel que les vols réguliers vers les principales destinations internationales89 . Enfidha Monastir Skanés Tunis-Carthage Nombre de vols (Nbr) 8728 8314 39964 Passagers entrés (mille pass.) 629 484 1907 Passagers sortis (mille pass.) 629 503 1998 Passagers en transit (mille pass.) 23.2 18 131 Transport aériens en 2011 Source : Tableau réalisé a partir des données INS (2012) * * * * * Observation finale les infrastructures portuaires et aéroportuaires Le port de Sousse est situé en plein cœur de la ville. Son trafic de marchandise est en évolution. Mais avec des caractéristiques techniques obsolètes ce trafic reste très faible par rapport aux autres ports de la Tunisie. Par ailleurs, aujourd’hui, Sousse reste dépendante de l’aéroport de Tunis-Carthage pour la plupart des vols régulier. Elle bénéficie de l’aéroport de Monastir pour les vols charter destiné essentiellement aux touristes. La ville pourrait bénéficier de l’aéroport d’Enfidha qui prendra en charge aussi bien les vols 88 www.tavhavalimanlari.com.tr 89 Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport provisoire de 3éme phase, Mars 2010. Page 87.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 87 charter que les vols réguliers. Cet aéroport est connecté à Sousse par l’autoroute mais la desserte en transport en commun est faible. Chapitre 9 : LES RESEAUX PUBLICS I. Le réseau électrique Le réseau électrique est géré par la STEG. Une centrale thermique et deux postes de transformation HT/MT structurent le réseau électrique dans le gouvernorat de Sousse. La centrale thermique est située au sud de la ville de Sousse. Les deux postes de transformation HT/MT sont situés l’un aux environ de Elkalaa-Elkobra et l’autre du coté de Mseken. A partir de ces trois unités partent les différentes lignes électriques. Trois lignes de transport à 225Kv relient le gouvernorat de Sousse avec la région de Tunis au nord, la région de Kairouan et le sud du pays. En 2002, 193 Km de lignes à MT relient les postes de moyenne tension avec les postes de basse tension. En 2002, 191Km de lignes en basse tension alimentent les différents quartiers. Avec un tels réseau, pour le gouvernorat de Sousse, « la densité du réseau électrique est parmi les plus élevées en comparaison avec le reste du pays »90 . D’un autre coté, 98.2% des logements des quartes délégations représentant la ville de Sousse sont raccordés au réseau électrique alors que le taux à l’échelle du gouvernorat est de 97% et celui à l’échelle du pays est de 95.7%. 90 Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport provisoire de 3éme phase, Mars 2010. Page 79.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 88 La centrale thermique STEG II. Le réseau d’eau potable Le réseau d’eau potable est géré par la SONEDE. Environ 70% des besoins en eau potable du gouvernorat de Sousse sont couvertes par des apports extérieurs au gouvernorat91 . Pour l’agglomération urbaine de Sousse, la totalité de l’alimentation en eau est assurée par des adductions externes à l’agglomération à savoir le bassin Kairouanais et le nord de la Tunisie. La distribution de l’eau dans la ville de Sousse est assurée par deux réservoirs. Le réservoir des catacombes situé à l’ouest de Sousse est destiné au centre de la ville. Le réservoir d’Ezzouhour permet d’alimenter les autres quartiers et notamment les nouveaux lotissements réalisé par l’AFH92 . Pour ce qui est du taux de raccordement, 96.7% des logements des quartes délégations représentant la ville de Sousse sont raccordés au réseau d’eau potable alors que le taux à l’échelle du gouvernorat est de 92.7% et celui à l’échelle du pays est de 77.7%. III. Le réseau d’assainissement Le réseau d’assainissement est géré par l’ONAS. Dans le gouvernorat de Sousse, le réseau d’assainissement comporte 6 stations d’épuration et 77 stations de pompage. Le linéaire du réseau s’étend sur 1253 km. Le volume d´eau collectée par an est de 24.71 millions de m3 et le volume d´eau traitée par an est de 24.07 millions de mètres cube93 . Parmi les 6 stations d’épuration, deux d’entre elle concerne la ville de Sousse. Il s’agit en premier lieu de la station d’épuration Sousse-Sud située du coté de la Sebkhet et en deuxième lieu de la station d’épuration Sousse-Nord située à Hammam-Sousse. Se sont les deux stations d’épurations les plus ancienne du gouvernorat et dont les capacités de traitement sont les plus importantes. Cependant « les deux STEP créées il y a plus de 20 ans sont déjà saturées et ne permettent plus la prise en charge de rejets additionnels »94 . Station d'épuration Site Entrée en exploitation Capacité de traitement (m3/jour) Sousse Nord Hammam Sousse 1978 17400 91 Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport provisoire de 3éme phase, Mars 2010. Page 84. 92 Plan d’aménagement urbain de la commune de Sousse : rapport de présentation, 2007. Page 68-69. 93 www.onas.nat.tn 94 Plan d’aménagement urbain de la commune de Sousse : rapport de présentation, 2007. Page 70.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 89 Sousse Sud Sousse 1980 18700 Kalat Sghira Kalat Sghira 1993 1450 Sidi Bou Ali Sidi Bou Ali 1996 644 Msaken Msaken 1996 7844 Enfidha Aéroport Enfidha 2009 500 Les Stations d'épuration du gouvernorat de Sousse Source : ONAS (2011) Comparé à la moyenne nationale et même du gouvernorat, la ville de Sousse reste relativement bien couverte par le réseau d’assainissement. En effet, 92.8% des logements des quartes délégations représentant la ville de Sousse sont raccordés au réseau d’assainissement loin devant le taux à l’échelle du gouvernorat qui est de 76.1% et encore plus à celui à l’échelle du pays qui est de 53.5%. Délégations Electrique Eau potable Réseau d'assainissement Sousse Medina 98.8 97.2 98.2 Sousse Riadh 97.7 96.5 91 Sousse Jawhara 98.9 97.7 96.7 Sousse Sidi Abdelhamid 97.5 95.4 85.3 Total "Ville de Sousse" 98.2 96.7 92.8 Total gouvernorat de Sousse 97 92.7 76.1 Total Tunisie 95.7 77.7 53.5 Taux de raccordement des logements aux réseaux publics (en pourcentage) Source : INS (RGPH 2004) IV. Le réseau de téléphone A travers les lignes téléphone fixes et celles du téléphone mobile, le réseau du Gouvernorat de Sousse ne cesse de s’accroitre. Entre 1991 et 2003, le nombre d’abonnement de téléphone fixes à plus que quadruplé. Entre 2001 et 2003, le nombre d’abonnement de téléphone mobile à plus que triplé. Cette hausse semble en interrelation avec l’augmentation de la population et des ménages et ipso facto avec l’augmentation de la demande en lignes téléphoniques pour l’ensemble du Gouvernorat de Sousse. En effet, entre 1991 et 2003, la densité des lignes téléphone fixes par ménage à triplé. Entre 2001 et 2003, la densité des lignes téléphone mobile par habitant à doublé. Pour ce qui est des quartes délégations représentant la ville de susse, en 2004, le nombre de ménage possédant une ligne de téléphone fixe et mobile reste bien supérieur à la moyenne du gouvernorat ainsi qu’a la moyenne nationale. Délégations Téléphone fixe Téléphone mobile Sousse Medina 51.9 70.3 Sousse Riadh 41.2 62.4 Sousse Jawhara 54.6 73 Sousse Sidi Abdelhamid 36.4 53.9 Total "Ville de Sousse" 46.0 64.9
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 90 Total gouvernorat de Sousse 41.8 56.7 Total Tunisie 35.3 46.3 Ménages possédant les outils de communication (en pourcentage) Source : INS (RGPH 2004) 1991 1996 1997 2001 2002 2003 Nombre d’habitants 360491 446524 455901 507790 518600 529650 Nombre de ménages 72098 89305 91180 101558 103720 105930 Abonnement téléphone fixe 18664 38401 43470 72000 80000 83409 Abonnement téléphone mobile 0 0 0 34000 47805 128483 Densité téléphone fixe/ménage 0.26 0.43 0.48 0.71 0.77 0.79 Densité téléphone mobile/habitants 0.0 0.0 0.0 0.1 0.1 0.2 Evolution des abonnements téléphoniques (Gouvernorat de Sousse) Source : SDA Grand Sousse, 2010, page 81 * * * * * Observation finale sur les infrastructures des réseaux publics A la lecture de cet état des lieux, deux traits communs à l’ensemble des réseaux publics de la ville de Sousse semblent se dégager. Le premier prouve une couverture presque totale du territoire par les réseaux et notamment ceux électrique, d’eau potable et d’assainissement avec des taux de raccordement des logements toujours supérieur à 90%. Le deuxième trait commun montre une couverture du territoire toujours supérieure aussi bien à la moyenne nationale que celle du gouvernorat. Quatrième partie : LES EQUIPEMENTS
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 91 Chapitre 10 : LES EQUIPEMENTS Les équipements représentent les organes de la ville. Dans notre travail nous allons les groupés en plusieurs catégories en fonction de leurs fonction. Il s’agit des équipements scolaires (pour ne pas alourdir notre exposé, cette catégorie comporte également le secteur de la formation professionnelle), les équipements universitaires, les équipements hospitaliers, les équipements administratifs, les équipements culturels, sportifs et de loisirs et enfin les équipements des services publics divers.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 92 En étudiant les équipements on va essayer chaque fois appliquer d’abord un point de vue quantitatif et ensuite un point de vue territorial. Pour le premier on va essayer de comparer autant que possible le degré d’équipement de la ville de Sousse avec la moyenne à l’échelle du gouvernorat, la moyenne nationale et au référentiel de la planification urbaine en Tunisie. Pour ce dernier on va s’appuyer sur « le tableau des équipement » établit par le Ministère de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire95 . Pour le nombre des équipements à l’échelle nationale et à l’échelle du gouvernorat on va s’appuyer sur les données INS. Pour la ville de Sousse on va se baser sur les données de la municipalité elle-même étant donné que les statistiques de l’INS sont généralement faites en fonction des délégations. Pour le point de vue territorial on va essayer d’interpréter la localisation des équipements à l’intérieur du périmètre communal. Ce travail nécessité une donné indispensable sur laquelle va baser nos interprétations. Il s’agit du nombre d’habitant de la commune de Sousse. Malheureusement, aujourd’hui les données concernant la commune datent du recensement de 2004 et les estimations récentes de 2011 concernent les délégations. Pour la première source, Sousse comprend 173074 habitants96 . Pour le deuxième, la population totale des délégations de Sousse Medina, Sousse Riadh, Sousse Jawhara et Sousse Sidi Abdelhamid est de 22023597 . En croisant ces deux statistiques on peut déduire que la population de la commune de Sousse est supérieures à 173074 (vu le taux de croissance positif durant les dernières années) mais reste inferieur à 220235 (vu qu’une grande partie de la délégation de Sousse Riadh est en dehors du périmètre communal). En fonction de ça, le nombre d’habitant donné par la commune et qui est de 18526398 nous parait plausible. Tout le long de notre travail on va donc s’appuyer sur cette donnée. I. Les équipements scolaires En fonction du niveau d’étude, le système scolaire tunisien est structuré par trois types d’établissements. Les établissements de l’enseignement primaires : les écoles. Les établissements de l’enseignement préparatoire : les collèges. Les établissements de l’enseignement secondaires : les lycées. Dans notre travail nous traiterons les collèges et les lycées dans le même ensemble. Dans la commune de Sousse il y a 40 écoles, 10 collèges et 16 lycées99 . Pour ce qui est des écoles, la commune de Sousse comprend une école pour environ 4600 habitants. La ville semble donc souffrir d’un déficit considérable. Selon nos estimations, non seulement le nombre d’écoles est insuffisant par rapport au « tableau des équipements » qui préconise une école de taille intermédiaire pour 3500 habitants. Le nombre d’école est également inferieur par rapport à la moyenne du gouvernorat de Sousse (1 école pour 95 Il s’agit d’un tableau indiquant les différents équipements et leurs différentes tailles. Pour chaque équipement, le tableau indique le nombre d’habitants et le nombre de logements qui y sont destinés, l’unité administrative correspondante, la localisation, etc. Datant de 2004, ce document n’a aucune valeur réglementaire. Il sert uniquement comme un outil d’aide à la planification. 96 INS (RGPH 2004). 97 Ministère de développement. Estimation au 1er janvier 2011. 98 www.commune-sousse.gov.tn 99 www.commune-sousse.gov.tn
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 93
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 94 environ 3400 habitants)100 ainsi que par rapport à la moyenne nationale (1 école pour environ 2300 habitants)101 . Pour ce qui est des collèges et lycées, la commune de Sousse comprend un établissement pour environ 7100 habitants. C’est un niveau meilleur que la moyenne du gouvernorat de Sousse (1 établissement pour environ 9100 habitants)102 ainsi que par rapport à la moyenne nationale (1 établissement pour environ 7700 habitants)103 . Avec un collège pour environ 11500 habitants et un lycée pour environ 18500 habitants, la commune de Sousse bénéficie d’un degré d’équipement assez bon avec des valeurs proches voir même meilleur du « tableau des équipements » qui préconise un collège pour 10000 habitants et un lycée pour 20000 habitants. Du point de vue territorial, la mise en valeur des territoires situés à moins de 500m104 d’un établissement scolaire montre que la majorité des établissements scolaires sont situés dans centre élargit de la ville. Une deuxième concentration coïncide avec le quartier Riadh. Les quelques unités qui restent sont situés au nord de la ville à Khézema. L’ouest et le sud de la ville ne comportent aucuns établissements. Cette territorialisation des écoles semble en contradiction avec l’organisation de Sousse selon un centre à dominante tertiaire et des périphériques à dominante résidentielle. Le problème est soulevé il y a déjà 20 ans où Chabbi (1990) raconte qu’ « avec le transfert de population, que ne manquera d’entrainer le développement des quartiers d’Eriadh et de Sahloul, il est à craindre de voir s’amplifier des disparités au sein de la ville de Sousse même, où la plupart des écoles est localisée dans la zone centrale, qui connait depuis quelques années un phénomène de dépeuplement. »105 Pour ce qui est de la formation professionnelle, la ville de Sousse comporte 10 établissements106 . Avec un centre de formation pour environ 18500 habitants, Sousse bénéficie d’un niveau plus élevé que la moyenne du gouvernorat de Sousse (1 centre pour environ 43700 habitants)107 ainsi que par rapport à la moyenne nationale (1 centre pour environ 49700 habitants)108 . Les deux principaux centres qu’on a pu inventorier sont situés dans le sud de la ville. L’un dans la rue du 1er janvier du coté du quartier Koudiet Malek. L’autre, plus au sud, dans le quartier Oued Sidi Kacem. II. Les équipements hospitaliers Le secteur hospitalier public en Tunisie est géré par le ministère de la santé. En fonction du degré de spécialisation des services offerts, ce secteur est structuré en quatre niveaux. Les centres de santé de base ou dispensaires assurent des services de proximité à l’échelle des quartiers. Ensuite on a les hôpitaux de circonscription. Apres il y a les hôpitaux régionaux. Enfin les établissements publics de santé comportent les grands Centres hospitalo-universitaires (CHU). A ce secteur public s’ajoute les établissements parapublics tels que les policliniques CNSS et le secteur privé à travers des cliniques. Dans la commune de Sousse il y a deux CHU, 15 dispensaires109 , quatre cliniques privés110 et une policlinique CNSS111 . Avec l’hôpital Sahloul d’une capacité de 548 lits112 et l’hôpital farhat Hached d’une capacité de 693 lits113 , la commune de Sousse bénéficie de la localisation sur son territoire des deux 100 INS, Décembre 2011, Annuaire Statistique de la Tunisie 2010, N°53. 101 INS, Décembre 2011, Annuaire Statistique de la Tunisie 2010, N°53. 102 INS, Décembre 2011, Annuaire Statistique de la Tunisie 2010, N°53. 103 INS, Décembre 2011, Annuaire Statistique de la Tunisie 2010, N°53. 104 Nous considérant que pour les équipements de proximité un rayon de 500m correspond à une distance à porté de marche. 106 www.commune-sousse.gov.tn. 107 INS, Novembre 2011, Rapport Annuel sur les Indicateurs d'Infrastructure, 2010, N° 14. 108 INS, Novembre 2011, Rapport Annuel sur les Indicateurs d'Infrastructure, 2010, N° 14. 109 www.commune-sousse.gov.tn. 110 Clinique El Corniche, clinique El Yosr, clinique Essalem et clinique des oliviers. 111 Donnée obtenue en recoupant plusieurs sources. 112 Schéma directeur d’aménagement de la région économique du centre-est, Juin 2009. Page 147. 113 Schéma directeur d’aménagement de la région économique du centre-est, Juin 2009. Page 147.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 95 CHU du gouvernorat. Sousse est donc en avance par rapport à ce que préconise le « tableau des équipements » (1 CHU par gouvernorat). Pour ce qui est des policliniques CNSS et des quatre cliniques privés, celle qui se trouvent à Sousse sont les seules de tout le gouvernorat. La ville possède une clinique
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 96
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 97 privée pour environ 46300 habitants. Elle est nettement meilleure que la moyenne du gouvernorat de Sousse (1 clinique privée pour environ 122 milles habitants)114 ainsi que la moyenne nationale (1 clinique privée pour environ 136 milles habitants)115 . Tout ceci confirme la place régionale de la ville sur ce plan. Par ailleurs avec 15 dispensaires, la commune de Sousse comprend un établissement pour environ 12300 habitants. Il semble donc que le nombre de dispensaires est très faible par rapport au « tableau des équipements » qui préconise un dispensaire de taille intermédiaire pour 5000 habitants. Le nombre de dispensaires est également très faible par rapport à la moyenne du gouvernorat de Sousse (1 dispensaire pour environ 6300 habitants)116 ainsi que par rapport à la moyenne nationale (1 dispensaire pour environ 5000 habitants)117 . En outre, Sousse ne comporte ni d’hôpitaux de circonscription ni d’hôpitaux régionaux alors qu’a l’échelle du gouvernorat il y a 5 hôpitaux de circonscription118 et 1 hôpital régional119 et à l’échelle nationale il y a un hôpital de circonscription pour environ 96700 habitants120 et un hôpital régional pour environ 320 milles habitants121 . A la lecture de ces donnés la ville de Sousse semble donc très en avance pour ce qui est des CHU, policlinique CNSS et cliniques privés. En revanche elle enregistre un manque pour ce qui est des centres de santé de base, les hôpitaux de circonscription et les hôpitaux régionaux. Du point de vue territorial et pour ce qui est des CHU, policlinique CNSS et cliniques privés la ville est coupée en deux puisqu’ils sont tous concentrés au nord. Le CHU Sahloul est périphérique par rapport au périmètre communal mais son accessibilité par la route ceinture confirme son caractère régional. Le CHU Farhat Hached situé dans le quartier Ibn Jazzar est quand à lui plus central par rapport à la ville. La policlinique CNSS et les cliniques privés situés le long de la RN1 nord et plus précisément prés du quartier Khézama et la zone touristique. Le CHU Sahloul III. Les équipements universitaires L’université de Sousse comprend quartes facultés122 , trois écoles supérieurs123 et dix instituts supérieurs124 . Avec plus de 30 mille étudiants en 2012, elle accueille environ 10% des l’effectif des 114 INS, Décembre 2011, Annuaire Statistique de la Tunisie 2010, N°53. 115 INS, Décembre 2011, Annuaire Statistique de la Tunisie 2010, N°53. 116 INS, Décembre 2011, Annuaire Statistique de la Tunisie 2010, N°53. 117 INS, Décembre 2011, Annuaire Statistique de la Tunisie 2010, N°53. 118 INS, Décembre 2011, Annuaire Statistique de la Tunisie 2010, N°53. 119 INS, Décembre 2011, Annuaire Statistique de la Tunisie 2010, N°53. 120 INS, Décembre 2011, Annuaire Statistique de la Tunisie 2010, N°53. 121 INS, Décembre 2011, Annuaire Statistique de la Tunisie 2010, N°53. 122 Faculté de Médecine, faculté de Droit et des Sciences Politiques, faculté des Sciences Economiques et de Gestion et faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Sousse. 123 L’école Nationale d'Ingénieurs, l’école supérieure des Sciences et Technologie de Hammam Sousse, et l’école Supérieure des Sciences et Techniques de la Santé.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 98 124 L’institut des Hautes Etudes Commerciales, l’nstitut Supérieur de Finance et de Fiscalité, l’nstitut Supérieur des Beaux-Arts, l’nstitut Supérieur de Gestion, l’nstitut Supérieur d'Informatique et des Techniques de Communication de Hammam Sousse, l’nstitut Supérieur de Musique, l’nstitut Supérieur des Sciences Appliquées et de Technologie, l’nstitut Supérieur du Transport et de la Logistique, l’nstitut Supérieur Agronomique de Chott Meriem et l’nstitut Supérieur des Sciences Infirmières.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 99
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 100 étudiant en Tunisie. Parmi les 13 universités de la Tunisie, celle de Sousse est donc l’un des pôles universitaire les plus importants du pays. Du point de vue territorial il est important de signaler que l’implantation des différents établissements de l’université de Sousse n’est pas groupée mais éclatée. La majeure partie de ce pole universitaire est située dans la commune de Sousse. Parmi les 17 établissements de l’université de Sousse, 11 sont situées à l’intérieur du périmètre communal. La faculté de médecine et sept autres instituts sont implantés dans le centre élargit de la ville. La faculté des Sciences Economiques, la faculté des Lettres et l’ISET concernent bien la ville de Sousse. Ils sont certes situés en dehors du périmètre communal mais forment avec la faculté de droit un noyau universitaire au niveau de la route ceinture et du quartier Riadh. L’institut Supérieur d'Informatique et l’institut Supérieur des Sciences Appliquées concernent moins la ville de Sousse en raison de leurs situations dans la commune de Hammam Sousse. Enfin, Situé à plus de 10km au nord de la ville, seul l’institut Supérieur Agronomique de Chott Meriem semble l’établissement de l’université qui n’est pas en relation directe avec la ville de Sousse. La faculté de médecine IV. Les équipements administratifs Par équipements administratifs nous entendons dire les sièges des autorités publiques (siège du gouvernorat, de la municipalité, des délégations et des arrondissements municipaux), les sièges des directions régionales des différents ministères, les sièges des différents operateurs publics (offices, caisses, sociétés, agences, etc.). Pour la ville de Sousse, son statut du chef lieu du gouvernorat lui permet de concentrer la totalité de ces équipements administratifs. Il s’agit de 10 sièges des autorités publiques125 , 11 sièges de directions régionales ministérielles et 16 sièges d’operateurs publics. Outre quelques siège de délégation et arrondissements municipaux, selon nos estimation ce pole administratif est concentré dans un territoire d’environ 15ha ce qui représente presque 3% du territoire communal. A l’intérieur de ce pole, une véritable centralité d’équipements administratifs est formée autour de la rue Hassouna Ayachi, l’av. Med Maarouf et la plac Farhat Hached. V. Les équipements culturels, sportifs et de loisirs 125 Le siège du gouvernorat de Sousse. Le siège de la municipalité de Sousse. Les sièges des arrondissements municipaux de Sousse médiana, Sousse nord, Sousse sud et Sousse Riadh. Les sièges des délégations dont les périmètres se chevauchent avec celui de la commune à savoir les délégations de Sousse Médina, Sousse Jawhara, Sousse Sidi Abdelhamid et Sousse Riadh.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 101 Comme l’aspect récréatif constitue le dénominateur commun de ces équipements, nous avons choisit de les regrouper dans la même catégorie. Il s’agit des terrains et salles de sport, les jardins et les parcs
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 102
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 103 publics, les maisons de jeunes, les clubs d’enfant, les musées, les théâtres, les bibliothèques, les centres culturels et les centres intégrés pour la jeunesse et l’enfance. V.1. Les équipements sportifs La majorité des équipements sportifs à Sousse sont regroupés dans trois centralités principales. Le complexe olympique comprend trois stades gazonnés dont un doté de gradin d’une capacité de 30 mille spectateurs126 et une salle couverte d’une capacité de 3500 spectateurs127 . En contact direct avec le complexe olympique, le Complexe intégré de Jeunesse et de Sport comprend quatre stades gazonnés128 . « Dans ce Complexe, une salle omnisport est aujourd’hui en cours de réalisation est le projet d’une piscine olympique est à l’étude »129 . Le complexe Sportive de l'Aouinette comprend trois stades gazonnés dont un doté de gradin d’une capacité de 5000 spectateurs et une salle couverte d’une capacité de1500 spectateurs130 . Outre ces trois centralités, la ville est dotée d’un autre stade gazonné, le stade Mhamed Maarouf, un stade en terre battue, la satde Med Zaaboub et une salle couverte dans le complexe Suisse. Grace à ces équipements sportifs la ville de Sousse compte un stade gazonné pour environ 23 mille habitants et une salle couverte pour environ 61 mille habitants. Sur ce plan Sousse parait mieux équipée que la moyenne du gouvernorat de Sousse (1 un stade gazonné pour environ 29000 habitants et 1 une salle couverte pour environ 87000 habitants)131 ainsi que par rapport à la moyenne nationale (1 un stade gazonné pour environ 56000 habitants et 1 une salle couverte pour environ 66000 habitants)132 . Du point de vue territorial, les trois centralités principales sont localisées aux limites des urbanisations ouest et sud-ouest de la ville. Le complexe olympique et le Complexe intégré de Jeunesse et de Sport forment un important pole sportif bénéficiant d’une situation axiale par rapport au périmètre communal. En effet, il est en contact direct avec la RL819 qui relie le centre de Sousse avec Kalaa Seghira et croise la route ceinture. Le complexe Sportive de l'Aouinette est un deuxième pole sportif situé au sud de la ville. Il est accessible principalement par le RL822 qui mene à Zaouiat. Le stade olympique 126 Le troisième plus grand stade de la Tunisie après ceux de Rades et d’El Manzah. 127 www.commune-sousse.gov.tn. 128 www.commune-sousse.gov.tn. 129 Moez Naija. Directeur des Travaux. Municipalité de Sousse. Entretient réalisé le 12/12/2012. 130 www.commune-sousse.gov.tn. 131 INS, Décembre 2011, Annuaire Statistique de la Tunisie 2010, N°53. 132 INS, Décembre 2011, Annuaire Statistique de la Tunisie 2010, N°53.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 104 V.2. Les parcs et jardins publics Il nous semble qu’il n’y a pas une définition communément partagée de la notion « d’espaces verts ». Selon le PAU de Sousse il y a quatre types de « zones vertes »133 . Cependant cette classification comporte des espaces qu’on a abordés dans les autres catégories d’équipements déjà définit tels que les terrains de sport. En outre, il y a très souvent des décalages entre le document de planification et la réalité du terrain. En effet, plusieurs parcelles qualifiées en jardin public dans le PAU sont en réalité des parcelles délaissées et non aménagées. D’un autre coté, l’inventaire élaboré par le service de l’environnement de la municipalité regroupe quand à lui tout les espaces qui jouent un rôle environnemental et qui n’ont pas forcement un rôle récréatif pour les citoyens tels que les rond point végétalisés, les terres pleins des routes, etc. Par conséquence, dans notre travail et afin d’éviter certaines confusion en ce qui concerne les espaces verts on va se limiter aux importants parcs et jardins publics. Dans la ville de Sousse nous avons pu inventorier cinq principaux parcs et jardins public. Le parc urbain Hmedet Douik s’étend sur environ 12 ha. (Il faut signaler que ce parc qui est situé en dehors du périmètre communal mais appartient à la commune n’est pas toujours mit en service). Le jardin Boujaafar s’étend sur environ 1.6 ha. Le jardin des Romparts s’étend sur environ 1.5 ha. « Le projet de l’extension de ce jardin le long des rempart est aujourd’hui à l’étude par la commune »134 . Enfin le jardin Hsan Ben Said et le jardin Ibn Eljazzar s’étendent chacun sur environ 1 ha. Cependant pour les parcs urbains, le « tableau des équipements » préconise un parc pour 50 mille habitants tout en appliquant la règle de 10m² d’espaces verts par habitant. Pour les jardins publics, il préconise un jardin pour 5 mille habitants. Ceci nous amène à dire qu’avec seulement le parc urbain Hmedet Douik et les quatre autres jardins publics, la ville de Sousse souffre d’un déficit important sur ce plan. Le jardin Ibn Eljazzar 133 Zones vertes aménagées (UVa) : Il s’agit de zones vertes existantes ou à créer situées à l’intérieur du tissu urbain à aménager en jardins publics, squares, parcs, carrefours, terrains de jeux. Zones vertes équipées (UVb) : Il s’agit d’une zone verte équipée à caractère sportif, de loisirs, terrain de jeux ou parc d’attraction dont les constructions seront légères et démontables. Zone verte naturelle (UVd) : Il s’agit de zones vertes naturelles où toute urbanisation est interdite. Elles correspondent aux bandes de protection longeant les Oueds, les couloirs STEG etc.… Cimetières (UVe) : Il s’agit des zones réservées aux cimetières existants ou projetés : musulmans, chrétiens et israélites. Elles doivent être aménagées en espaces verts, les allées principales ainsi que le pourtour seront bordés d’arbres. Source : Plan d’aménagement urbain de la commune de Sousse : règlement d’urbanisme, 2008. 134 Moez Naija. Directeur des Travaux. Municipalité de Sousse. Entretient réalisé le 12/12/2012.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 105 Du point de vue territorial, avec le jardin Boujaafar, le jardin des Romparts et le jardin Ibn Eljazzar c’est le centre de la ville qui est le territoire de la commune qui bénéfice le plus des parcs et jardins public. Le parc urbain Hmedet Douik et le jardin Hsan Ben Said permettent de couvrir les quartiers de Khézama au nord et les nouvelles urbanisations de Sahloul au nord-est de Sousse. En revanche, aucun de ces parcs et jardins public ne se trouvent au sud de la ville. V.3. Les équipements d’enfance et de jeunesse Dans la ville de Sousse, les équipements d’enfance et de jeunesse sont constitués par deux maisons de jeunes, deux clubs d’enfants et un centre intégré pour l’enfance et la jeunesse. Ceci constitue une maison de jeunes pour environ 90 mille habitants et un club d’enfant pour environ 90 mille habitants. D’un coté, comparé à la moyenne du gouvernorat de Sousse (une maison de jeunes pour environ 34 mille habitants et un club d’enfant pour environ 68 mille habitants)135 et à la moyenne nationale (une maison de jeunes pour environ 34 mille habitants et un club d’enfant pour environ 49 mille habitants)136 la ville parait faiblement équipée. Ces faiblesses s’expriment à travers le décalage entre le développement de la ville en général et le développement de ces équipements. En effet, depuis 1990, le nombre de clubs d’enfants n’a pas évoluer et une seule maison de jeune supplémentaire à vue le jour137 . D’un autre coté, comparé au « tableau des équipements » qui préconise un établissement par délégation cette faiblesse se confirme pour ce qui est des maisons de jeunes. En revanche et toujours par rapport au « tableau des équipements » qui préconise un établissement par commune, cette faiblesse s’infirme pour ce qui est des clubs d’enfants. Enfin, en ce qui concerne le centre intégré pour l’enfance et la jeunesse le seul établissement existant à Sousse semble satisfaire au besoin de la ville puisque le « tableau des équipements » préconise au moins un par gouvernorat. V.4. Les équipements culturels Le secteur culturel à Sousse est composé de musées, théâtres, bibliothèques et centres culturel. Il y a à Sousse quatre musées. Le musée archéologique de Sousse en est le plus important. Suite à des travaux d’agrandissement permis par le transfert de la prison, il a récemment ouvert ses portes. Il accueille une importante collection de mosaïques. En 2007 il a enregistré 12655 visiteurs138 . Les autres musées sont le musée d’art contemporain, le musée El Kobba et le musée Dar Essid. La ville comporte un théâtre municipal et un théâtre en plein air : Sidi Dhaher. Les bibliothèques sont au nombre de quatre dont la bibliothèque nationale. Enfin il y a trois centres culturels dont le centre culturel français. 135 INS, Novembre 2011, Rapport Annuel sur les Indicateurs d'Infrastructure, 2010, N° 14. 136 INS, Novembre 2011, Rapport Annuel sur les Indicateurs d'Infrastructure, 2010, N° 14. 137 Morched Chabbi, Livre blanc du Grand Sousse, 1990. Page 23. 138 République tunisienne, ministère de l’équipement de l’habitat et de l’aménagement du territoire, direction générale de l’aménagement du territoire, Etude d’élaboration du schéma directeur d’aménagement de la région économique du centre-est, rapport de 1ére phase bilan diagnostic et orientation, version finale, Juin 2009. Page 95.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 106 Le théâtre municipal
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 107
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 108 Pour ce qui est des centres culturels, la ville de Sousse possède un centre pour environ 60 mille habitants ce qui est mieux que la moyenne du gouvernorat de Sousse (1 centre pour environ 68 mille habitants)139 mais reste insuffisant aussi bien par rapport à la moyenne nationale (1 centre pour environ 50 mille habitants)140 que par rapport au « tableau des équipements » qui préconise 1 centre pour 10 mille habitants. Pour ce qui est des bibliothèques, la ville de Sousse possède une bibliothèque pour environ 46 mille habitants ce qui est loin derrière la moyenne du gouvernorat de Sousse et la moyenne nationale qui sont de 1 bibliothèque pour environ 27 mille habitants141 . Sur le plan territorial, tous ces équipements culturels sont concentrés dans la partie centrale de la ville. L’intégration de certains de ces équipements dans la médina, et notamment les musées, alimente encore plus cette polarisation des équipements culturels autour du centre. VI. Les équipements des services publics divers Dans cette catégorie d’équipements nous avons regroupés principalement les équipements qui répondent aux besoins des habitants auquel on a ajouté les équipements de commerces. Dans la ville de Sousse, ces équipements sont constitués par sept bureaux de postes, un centre de protection civil, quarts principaux équipements de sécurité (poste de police, garde nationale, commissariats, etc.), des équipements de commerces (dont les principaux sont le marché central, le marché de gros, l’abattoir et le foire), deux importants équipements de justices (un palais de justice et un tribunal d’instance) et enfin un centre des personnes âgées. Foire de Sousse Par rapport aux bureaux de postes préconisés par le « tableau des équipements » et qui est de l’ordre d’une poste de taille intermédiaire pour environ 12 mille à 15 mille habitants, la ville de Sousse avec un bureau pour environ 26 mille habitants enregistre un déficit. Pour ce qui est des équipements de justices, les centres des personnes âgés, les centres de protection civil le « tableau des équipements » préconise leurs implantations dans les chefs lieu des gouvernorats ce qui permet à Sousse d’en bénéficié. * * * * * Observation finale sur les équipements A partir de l’état des lieux des équipements dans la ville de Sousse qu’on a pu établir, trois principales observations méritent d’êtres évoquées. D’abord force est de constater la 139 INS, Novembre 2011, Rapport Annuel sur les Indicateurs d'Infrastructure, 2010, N° 14. 140 INS, Novembre 2011, Rapport Annuel sur les Indicateurs d'Infrastructure, 2010, N° 14. 141 INS, Novembre 2011, Rapport Annuel sur les Indicateurs d'Infrastructure, 2010, N° 14.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 109 polarisation des équipements d’envergure régionale dans le périmètre communale. Grace à ça, la ville de Sousse est a la fois un pole administratif, hospitalier, universitaire et sportif. Ensuite face à cette polarisation des équipements d’envergure, comme on l’a démontré, la ville de Sousse souffre d’un déficit au niveau des équipements de proximités à savoir les écoles, les dispensaires, les parcs et jardins publics, les équipements d’enfance et de jeunesse et les équipements culturels. Enfin, la territorialisation de ces équipements montre leur concentration croissante au fur et a mesure qu’on s’approche du centre de la ville entraidant parfois des disparités avec le reste des espaces urbanisés et notamment périphériques.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 110
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 111 SYNTHESE DES OBSERVATIONS FINALES Le cadre institutionnel de la production urbaine En l’état actuel des choses, la « la Stratégie de Développement de la Ville de Sousse » serait un document technique sans assise juridique ce qui entrainerait des difficultés pour sa mise en œuvre par la commune. En revanche, la politique générale de la Tunisie post-révolution tendrait vers une décentralisation. Face à ça, la Stratégie de Développement de la Ville de Sousse pourrait être un moyen pour encourager cette décentralisation. Le contexte spatial et historique des espaces urbanisés La ville de Sousse connait une croissance urbaine exponentielle. La surface urbanisée, on l’a vue, s’est multiplié par six en l’espace de 60 ans. Aujourd’hui, plus de 70% du périmètre communal est urbanisé. Avec les opérations à l’étude et en cours de réalisation, ce taux dépassera 80%. La médina Le patrimoine urbain de la médina de Sousse est assez conservé grâce à la réhabilitation des monuments et la réaffectation des édifices publics. Mais les propriétés privées sont confrontées à la dégradation et à la défiguration. Du point de vue institutionnel la médina ne dispose ni d’un cadre réglementaire ni d’organisme de gestion approprié. Du point de vu social elle souffre du dépeuplement. Enfin du point de vue économique l’activité artisanale se voit substituée par les échoppes de souvenir. Les espaces tertiaires, industriels et touristiques La territorialisation des activités dans la ville de Sousse peut se résumer dans la localisation des activités tertiaires dans le « centre-ville », les activités touristiques au nord et les activités industrielles au sud. Le développement de ces activités s’est fait de différentes manières. Les activités tertiaires se sont localisées spontanément dans le centre. Les activités touristiques se sont localisées au nord dans le cadre d’une planification publique. Les activités industrielles se sont localisées au sud, d’abord spontanément (depuis l’époque coloniale) ensuite de façon planifiée (ZI aménagée par l’AFI). Par ailleurs, en dépit de ces différents processus de localisation, un point commun semble réunir la territorialisation des activités dans la ville de Sousse à savoir la saturation. En effet, le littoral est presque entièrement urbanisé. Le « centre-ville » n’a pratiquement pas changé depuis de décennies. Il reste peu de foncier libre à vocation industrielle. Les quartiers d’habitations D’un point socio-spatial les quartiers d’habitation de la ville de Sousse peuvent être divisés en trois catégories. Au sud, on a les quartiers populaires. A l'ouest, on a les couches moyennes. Au nord, on a les quartiers aisés. Si on croise cette fragmentation socio-spatiale avec les autres entités urbaines de la ville, force est de constater que les quartiers populaires se sont implantés dans les territoires industriels au sud. Les quartiers des couches aisées se sont développés en contact des activités touristiques au nord. Entre les deux, c’est la
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 112 classe moyenne qui s’est implantée à l’ouest. Les premiers se sont développés à travers une urbanisation spontanée. Les deux autres on était créées à travers une urbanisation réglementaire. Les urbanisations projetées Les urbanisations projetées manifestent une domination des activités résidentielles et tertiaires. D’un autre coté force est de constater que parallèlement à la poursuite de l’engagement de l’AFH sur plusieurs front (Centre urbain, Sahloul, etc.), des opérations en partenariat public-privé sont en gestation. Enfin il faut faire mention que les urbanisations projetées s’opèrent aussi bien par des nouvelles urbanisations dans des terrains libres que par la régénération d’urbanisations existantes dans des terrains déjà construits. Le réseau routier Le réseau routier de la ville de Sousse est un réseau plus radial que concentrique. Les radiales ayant une bonne couverture du territoire desservent les quartiers de Sousse, les villes limitrophes et certaines régions du pays. Les rocades quand à elles présentent quelques carences. La rocade Med Karoui est défragmentée (parcours sinueux et des voies de section différentes). La route ceinture ne joue véritablement le rôle de rocade que dans sa partie sud (entre la RL820 et la RR82). Dans sa partie nord (de la RL820 jusqu'à la jonction avec la RN1) elle se transforme en tangentielle qui dessert Hammam- Sousse. La troisième rocade qui devrait se situer entre les deux qu’on vient de citer n’a toujours pas vu le jour. Les réseaux des transports collectifs En décrivant les différents réseaux des transports en commun à Sousse, nous avons pu dégager les différents pôles de ces réseaux. Il s’agit du terminus Sidi Yahia, la gare de Sousse, la Station de métro de Bab Jedid, la gare routière Souk Lahad et la station des louages Taffala. L’intermodalité entre ces différents réseaux est tributaire d’une interconnexion entre les pôles qui les structurent. Cependant sur ce plan on constate des faiblesses. Par rapport au terminus Sidi Yahia, la gare de Sousse est située à environ 500m et la station du métro Bab Jedi à environ 800m ce qui entraine une rupture de charge conséquente. La gare routière Souk Lahad est certes en périphérie du centre de la ville mais bénéficie tout de même de l’interconnexion avec les bus, les louages bande bleu et les taxis collectifs. Avec uniquement une liaison en bus, la station des louages Taffala semble déconnectée des autres réseaux. Les infrastructures portuaires et aéroportuaires Le port de Sousse est situé en plein cœur de la ville. Son trafic de marchandise est en évolution. Mais avec des caractéristiques techniques obsolètes ce trafic reste très faible par rapport aux autres ports de la Tunisie. Par ailleurs, aujourd’hui, Sousse reste dépendante de l’aéroport de Tunis-Carthage pour la plupart des vols régulier. Elle bénéficie de l’aéroport de Monastir pour les vols charter destinés essentiellement aux touristes. La ville pourrait bénéficier de l’aéroport d’Enfidha qui prendra en charge aussi bien les vols charter que les vols réguliers. Cet aéroport est connecté à Sousse par l’autoroute mais la desserte en transport en commun est faible. Les réseaux publics Deux traits communs à l’ensemble des réseaux publics de la ville de Sousse semblent se dégager. Le premier prouve une couverture presque totale du territoire par les réseaux et notamment ceux électrique, d’eau potable et d’assainissement avec des taux de raccordement par ménage toujours supérieur à 90%. Le deuxième trait commun montre une couverture du territoire toujours supérieure aussi bien à la moyenne nationale que celle du gouvernorat.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 113 Les équipements A partir de l’état des lieux des équipements dans la ville de Sousse, trois principales observations méritent d’êtres évoquées. D’abord force est de constater la polarisation des équipements d’envergure régionale dans le périmètre communale. Grace à ca, la ville de Sousse est a la fois un pole administratif, hospitalier, universitaire et sportif. Ensuite face à cette polarisation des équipements d’envergure, comme on l’a démontré, la ville de Sousse souffre d’un déficit au niveau des équipements de proximités à savoir les écoles, les dispensaires, les parcs et jardins publics, les équipements d’enfance et de jeunesse et les équipements culturels. Enfin, la territorialisation de ces équipements montre leur concentration croissante au fur et a mesure qu’on s’approche du centre de la ville entraidant parfois des disparités avec le reste des espaces urbanisés et notamment périphériques.
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 114
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 115
    • Ville de Sousse : Stratégie de Développement Urbain Durable Rapport de Pré Diagnostic URBANISME Février 2013 Page 116 BIBLIOGRAPHIE République tunisienne, Commune de Sousse, Plan des déplacements urbains (PDU) de la ville de Sousse, Document 6 : diagnostic de la situation actuelle. Septembre 2005. Agence Française de Développement, Méthodologies d'évaluation économique du patrimoine urbain : une approche par la soutenabilité, Mai 2012. Le Centre pour l’Intégration en Méditerranée, « Médinas 2030 », Etude documentaire, novembre 2010. CHABBI Morched, Livre blanc du Grand Sousse, 1990. HOUIMLI Ezzeddine, 2008, Les facteurs de résistance et de fragilité de l’agriculture littorale face à l’urbanisation : Le cas de la région de Sousse Nord en Tunisie, Thèse de doctorat, Ecole nationale supérieure du paysage de Versailles, Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l’Environnement (Agro Paris Tech), Spécialité : Sciences et architecture du paysage. République tunisienne, ministère de l’équipement de l’habitat et de l’aménagement du territoire, direction générale de l’aménagement du territoire, Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport provisoire de 3éme phase, Mars 2010. République tunisienne, ministère de l’équipement de l’habitat et de l’aménagement du territoire, direction générale de l’aménagement du territoire, Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport final de 3émé phase, Septembre 2010. République tunisienne, ministère de l’équipement de l’habitat et de l’aménagement du territoire, direction générale de l’aménagement du territoire, Schéma directeur d’aménagement du Grand Sousse, rapport de 1ére phase, Avril 2006. République tunisienne, Commune de Sousse, Plan d’aménagement urbain de la commune de Sousse : rapport de présentation, 2007. République tunisienne, Commune de Sousse, Plan d’aménagement urbain de la commune de Sousse : règlement d’urbanisme, 2008. République tunisienne, ministère de l’équipement de l’habitat et de l’aménagement du territoire, direction générale de l’aménagement du territoire, Etude d’élaboration du schéma directeur d’aménagement de la région économique du centre-est, rapport de 1ére phase bilan diagnostic et orientation, version finale, Juin 2009. République tunisienne, Code de l'aménagement du territoire et de l'urbanisme (CATU), 1994. République Tunisienne, Ministère du développement et de la coopération internationale, Institut National de la Statistique, Classification Nationale des Unités Administratives, Code géographique Tunisien, 31 décembre 2007. République Tunisienne, Ministère du développement et de la coopération internationale, Institut National de la Statistique, Annuaire Statistique de la Tunisie 2010, Décembre 2011, N°53 République Tunisienne, Ministère du développement et de la coopération internationale, Institut National de la Statistique, Rapport Annuel sur les Indicateurs d'Infrastructure 2010, Novembre 2011, N° 14.