VILLE DE SOUSSE
Projet Stratégie de Développement Urbain
Durable.
Rapport de pré-diagnostic
Environnement
2012
Khaoula Let...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
1
SOMMAIRE
SOMMAIRE ................
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
2
1-2- Gestion des milieux nature...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
3
2-1-2-2-4- Problèmes majeurs co...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
4
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1 : ...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
5
LISTE DES FIGURES
Figure 1 : Ev...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
6
ABREVIATIONS
3E Equipements Ele...
7
PARTIE A : PRESENTATION DE LA VILLE DE SOUSSE
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
8
1- Cadre environnementale et so...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
9
La zone du grand Sousse est mar...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
10
Le climat de la ville est plut...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
11
Tableau 3: Répartition mensuel...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
12
Les vents les plus fréquents (...
13
PARTIE B : DESCRIPTION DE L’ETAT
ENVIRONNEMENTAL ACTUEL DANS LA VILLE DE
SOUSSE
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
14
1- Les ressources, les milieux...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
15
Oued El Hakmin 0.26 0.26 d’Oue...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
- La nappe de Chott Mariam
s’éten...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
17
L’exploitation de ces nappes a...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
Kroussia 1
Balooum 1.5
Dhreaa Swa...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
eaux épurées sont réutilisées à 7...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
autres consommations avec 0.5%.
1...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
21
La fourniture d’eau par transf...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
22
des substituts en général coût...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
1-2-1-2-Littoral et mer : Menaces...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
24
1-2-1-2-2- Caractéristiques de...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
25
dynamiques qui régissent l’équ...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
26
Une bande du littoral de cette...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
27
Figure 8: Etat du littoral à l...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
28
- Des sentiers illégaux où cir...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
29
évacuation de grandes quantité...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
30
(rejet d’eaux pluviales de la ...
Stratégie de Développement de la Ville de Sousse
Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT
31
Les actions menées ce sont lim...
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Sdvs rapport pré diagnostic environnement
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Sdvs rapport pré diagnostic environnement

1,225

Published on

Rapport de pré-diagnostic Environnement du projet SDVS

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,225
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
48
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Sdvs rapport pré diagnostic environnement"

  1. 1. VILLE DE SOUSSE Projet Stratégie de Développement Urbain Durable. Rapport de pré-diagnostic Environnement 2012 Khaoula Letaief
  2. 2. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 1 SOMMAIRE SOMMAIRE .............................................................................................................................................. 1 LISTE DES TABLEAUX ............................................................................................................................... 4 LISTE DES FIGURES................................................................................................................................... 5 ABREVIATIONS......................................................................................................................................... 6 PARTIE A : PRESENTATION DE LA VILLE DE SOUSSE ........................................................................... 7 1- Cadre environnementale et socio – économique........................................................................... 8 2- Caractérisation du milieu naturel du site d’étude .......................................................................... 8 2-1- Cadre physique et étage bioclimatique................................................................................... 8 2-1-1- Topographie .................................................................................................................... 8 2-1-2- Bassins versants et oueds................................................................................................ 9 2-1-3- Climat............................................................................................................................... 9 2-2- Pluviométrie .......................................................................................................................... 10 2-3- Températures........................................................................................................................ 10 2-4- Les caractéristiques ombrothermiques................................................................................. 11 2-5- Les conditions d’ensoleillement et du rayonnement solaire................................................ 11 2-6- Les conditions nautiques....................................................................................................... 11 2-6-1- Les vents........................................................................................................................ 11 2-6-2- Les marées..................................................................................................................... 12 2-6-3- Les houles...................................................................................................................... 12 PARTIE B : DESCRIPTION DE L’ETAT ENVIRONNEMENTAL ACTUEL DANS LA VILLE DE SOUSSE............ 13 1- Les ressources, les milieux naturels et l’environnement .............................................................. 14 1-1- Etat des ressources hydriques............................................................................................... 14 1-1-1- Quantification et caractérisation des ressources propres en eau dans la région de Sousse 14 1-1-1-1- Les eaux de ruissellement ..................................................................................... 14 1-1-1-2- Les nappes phréatiques......................................................................................... 15 1-1-1-3- Les nappes profondes............................................................................................ 17 1-1-1-4- Les eaux non conventionnelles ............................................................................. 18 1-1-2- Consommation en eau potable dans la ville de Sousse ................................................ 19 1-1-3- Les ressources en eau externes à la région de Sousse.................................................. 20 1-1-4- Menace de pénurie et sécurisation des approvisionnements en eau .......................... 21
  3. 3. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 2 1-2- Gestion des milieux naturels................................................................................................. 22 1-2-1- Gestion du littoral et des eaux côtières ........................................................................ 22 1-2-1-1- Cadre institutionnel et règlementation en matière d’aménagement du littoral en Tunisie 22 1-2-1-2- Littoral et mer : Menaces et Pressions.................................................................. 23 1-2-1-2-1- Etalement de l’urbanisation et situation du DPM............................................. 23 1-2-1-2-2- Caractéristiques des côtes de la Ville de Sousse et rythme de fréquentation des plages 24 1-2-1-2-3- Evolution du trait de côte sur le littoral de Sousse........................................... 24 1-2-1-2-4- Pollution des plages .......................................................................................... 28 1-2-1-2-5- Pollution des eaux côtières et déséquilibre des écosystèmes.......................... 28 1-2-1-2-6- Impact du changement climatique sur les risques littoraux et plans de protection 30 1-2-2- Zone humide : la Sebkha de Sousse .............................................................................. 31 1-2-3- Les Oueds dans la ville de Sousse.................................................................................. 32 1-2-3-1- Oued Blibène......................................................................................................... 32 1-2-3-2- Oued Hallouf.......................................................................................................... 32 1-2-3-3- Oued Hamdoun ..................................................................................................... 33 1-2-3-3-1- Les eaux usées industrielles .............................................................................. 33 1-2-3-3-2- Les eaux usées domestiques............................................................................. 33 2- Lutte contre la pollution et promotion de la qualité de la vie ...................................................... 35 2-1- Gestion des déchets solides .................................................................................................. 35 2-1-1. Politique, acteurs et programmes d’action en matière de gestion de déchets solides 35 2-1-2. Etat actuel de la gestion des déchets solides................................................................ 36 2-1-2-1- Les déchets ménagers et assimilés........................................................................ 36 2-1-2-1-1- Etat actuelle de la collecte des DMA dans la ville de Sousse : Couverture, Participation du secteur privé, Mode de collecte et Recouvrement des coûts.................... 37 2-1-2-1-2- Unité opérationnelle pour la GDS et modalité de traitement des déchets ménagers et assimilés ........................................................................................................... 39 2-1-2-1-3- Estimation du gisement et composition ........................................................... 41 2-1-2-1-4- Recouvrement des coûts................................................................................... 46 2-1-2-2- Les déchets des établissements de soin................................................................ 46 2-1-2-2-1- Définition........................................................................................................... 46 2-1-2-2-2- Mécanisme de tri, de collecte et de traitement ............................................... 47 2-1-2-2-3- Estimation des DASRI produits.......................................................................... 47
  4. 4. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 3 2-1-2-2-4- Problèmes majeurs constatés concernant la gestion des déchets des établissements de soin.......................................................................................................... 48 2-1-2-3- Les déchets industriels .......................................................................................... 49 2-1-2-3-1- Système actuel de collecte et de traitement .................................................... 49 2-1-2-3-2- Estimation des rebus......................................................................................... 50 2-1-2-4- Les déchets verts encombrants et déchets de construction et de démolition..... 50 2-1-3. Evaluation de la filière de valorisation .......................................................................... 51 2-1-4. Le secteur informel dans la gestion de déchets solides................................................ 53 2-1-5- Communication environnementale .............................................................................. 54 2-1-6- Identification des principaux problèmes liés à la GDS dans la ville de Sousse.............. 54 2-2- Assainissements et rejets liquides......................................................................................... 55 2-3- Profil énergétique et consommation d’électricité ................................................................ 56 2-3-1- Production d’électricité dans la ville de Sousse ............................................................ 56 2-3-2- Consommation sectorielle en électricité et en gaz....................................................... 57 2-4- Qualité de l’air....................................................................................................................... 59 2-4-1- Les éléments de la stratégie nationale de lutte contre la pollution atmosphérique et mise en contexte local................................................................................................................... 59 2-4-2- Les sources de pollution atmosphérique dans la ville de Sousse.................................. 59 2-4-2-1- Le transport ........................................................................................................... 60 2-4-2-2- L’industrie.............................................................................................................. 61 2-4-2-3- Autres sources de pollution atmosphérique......................................................... 62 2-4-3- Impact de la pollution atmosphérique sur la santé : Etudes et enquêtes épidémiologiques réalisées dans la région de Sousse .................................................................. 62 2-5- Pollution sonore .................................................................................................................... 63 2-6- Les espaces verts et l’esthétique de l’environnement.......................................................... 65 2-6-1- Cadre conceptuel utilisé................................................................................................ 65 2-6-2- Etat des lieux des espaces verts dans la ville de Sousse ............................................... 65 2-6-3- Part et distribution des espaces verts........................................................................... 66 2-6-4- Contraintes liées à la réalisation et au maintien des espaces verts.............................. 68 Sources bibliographiques ...................................................................................................................... 69
  5. 5. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 4 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Les Oueds du Grand Sousse.................................................................................................. 9 Tableau 2 : Pluviométrie annuelle et saisonnière dans la Ville de Sousse............................................ 10 Tableau 3: Répartition mensuelle des températures moyennes.......................................................... 11 Tableau 4 : Evaporation moyenne mensuelle dans la région de Sousse .............................................. 11 Tableau 5 : Evaporation moyenne mensuelle dans la région de Sousse .............................................. 11 Tableau 6: Les ressources et exploitation en eau dans le gouvernorat de Sousse............................... 14 Tableau 7: Inventaire des ressources en eau de ruissellement dans la région de Sousse.................... 14 Tableau 8: Situation des nappes phréatiques dans la région de Sousse............................................... 15 Tableau 9: Situation des nappes profondes dans la région de Sousse ................................................. 17 Tableau 10 : Cadre institutionnel, légale et opérationnel pour la GDS en Tunisie ............................... 35 Tableau 11 : Éléments d’organisation de la collecte des déchets municipaux en régie et par le secteur privé....................................................................................................................................................... 38 Tableau 12 : Estimation du gisement en déchets assimilés dans la ville de Sousse ............................. 42 Tableau 13 : Réalisations actuelles des filières de valorisation et de recyclage dans la ville de Sousse ............................................................................................................................................................... 51 Tableau 14 : consommation d’électricité par secteur d’activité dans la ville de Sousse...................... 57 Tableau 15: Niveaux de bruit mesurés et calculés selon les données de prospective de trafic........... 64
  6. 6. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 5 LISTE DES FIGURES Figure 1 : Evolution de l’exploitation des nappes phréatiques et le nombre des puits dans la région de Sousse.................................................................................................................................................... 16 Figure 2 : Evolution de l’exploitation des ressources en eau profonde dans la région de Sousse ....... 18 Figure 3 : Evolution de la consommation de l’eau potable par usage dans la ville de Sousse ............. 19 Figure 4: Sources et Quantités des eaux de transfert pour la région de Sousse.................................. 20 Figure 5: Etat des habitations sur le DPM au niveau de la Plage de Gaied Souassi (littoral sud de la ville de Sousse)...................................................................................................................................... 23 Figure 6: Photos aérienne montrant l’état du trait de côte en 1962.................................................... 25 Figure 7: Photo comparative montrant l’évolution du trait de côte dans la zone sud de Sousse entre 1962 et 2010.......................................................................................................................................... 26 Figure 8: Etat du littoral à l’extrémité Sud au niveau de la Centrale Thermique (d’après image satellite Google Earth, site web)......................................................................................................................... 27 Figure 9: prolifération d’ulves sur les rives de l’Oued Hamdoun à l’embouchure vers la mer de Sidi Abdelhamid ........................................................................................................................................... 30 Figure 10: Localisation des principales sources de rejets d’eaux usées domestiques et industrielles au niveau de l’oued Hamdoun................................................................................................................... 34 Figure 11 : Zones d’intervention des services municipaux et du secteur privé pour la collecte des déchets municipaux............................................................................................................................... 37 Figure12 : Part du secteur privé dans la collecte des DMA en 2011..................................................... 38 Figure 13: Répartition par source des quantités de DMA estimées ..................................................... 42 Figure 14: Quantités mensuelles collectées des DMA en 2011 ............................................................ 44 Figure 15: Evolution de la quantité de déchets ménagers et assimilés solides collectés..................... 45 Figure 16: Composition des déchets ménagers solides dans la ville de Sousse.................................... 45 Figure 17 : Evolution des quantités de DASRI produits par les deux CHU de la ville de Sousse........... 48 Figure 18: évolution de la Quantité de déchets en plastique déposés dans les centres Eco-Lef dans le Grand SOUSSE ....................................................................................................................................... 52 Figure 19: Evolution de la consommation d’électricité par secteur d’activité dans la ville de Sousse. 57 Figure 20: Nombre de chauffe-eau solaire par gouvernorat et par an................................................. 58 Figure 21 : Distribution des espaces verts aménagés et ouverts au publique sur l’air de la ville de Sousse.................................................................................................................................................... 67
  7. 7. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 6 ABREVIATIONS 3E Equipements Electriques et Electroniques ANGed Agence Nationale de Gestion de déchets solides ANME Agence Nationale de Maîtrise de l’Energie ANPE Agence Nationale de Protection de l’Environnement C° Degré Celsius CRDA Commissariat Régional de Développement Agricole DASRI Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux DEE Déchets Electriques et Electroniques DHMPE Direction de l’Hygiène du Milieu et de la Protection de l’Environnement DIB Déchet Industriel Banal DID Déchet Industriel Dangereux DMA Déchets Ménagères et Assimilées DMS Déchets Municipaux Solides FODEP Fond de Dépollution G Gramme GDS Gestion de Déchets Solides GODEM Gestion Optimisée des Déchets en Méditerranée GTZ Deutsche Gesellschaft für Technische ZusammenArbeit Hab Habitant j Jour Km Kilomètre L Litre M Mètre Mm3 Millions de mètre cube N° Numéro OAA Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture ONAS Office National de l’Assainissement OTDD L'Observatoire Tunisien de l'Environnement et du Développement Durable PRONGIDD Programme National de Gestion Intégrée et Durable des Déchets s Seconde SHAMS Sustainable Human Activities in Mediterranean Urban Systems SONEDE Société Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux STEG Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz Sweepnet The Regional Solid Waste Exchange of information and Expertise Network in Mashreq and Maghreb Countries
  8. 8. 7 PARTIE A : PRESENTATION DE LA VILLE DE SOUSSE
  9. 9. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 8 1- Cadre environnementale et socio – économique Sousse est une ville portuaire de l'est de la Tunisie. Elle est caractérisée par un climat semi-aride et une pluviométrie moyenne estimée à 320 mm/an1 . La population de sa municipalité compte 220 235 habitants (correspondant à quelques 60.000 logements et près de 50.000 ménages) selon les estimations de l’INS en 2011(sur la base de ses 4 délégations), répartie sur une superficie de 4516 hectares soit 1.7 % de la superficie totale du gouvernorat. La ville de Sousse comporte à elle seul 35% de la population de tout le gouvernorat, et marque un taux de croissance de 1.6% qui reste supérieur au taux national (1.2%)2 . L’exode rural, additionné à l’afflux important d’immigrants a contribué à l’accroissement de la population relativement jeune (35 % des habitants de la ville de Sousse ont moins de 25 ans). Dotée d'un pôle universitaire elle compte 30.000 étudiants dont +/- 9.000 viennent de villes plus éloignées et sont logés dans des foyers universitaires publics et privés [1]. La ville présente une densité démographique de 4894 habitant/Km2 qui est 20 fois plus importante que celle au niveau du gouvernorat2 . L'économie de la ville est basée sur deux principaux secteurs, à savoir l'industrie et le tourisme. Les industries présentent un tissu assez diversifié et opèrent principalement dans le domaine du textile et de l'habillement, de l'agroalimentaire, du mécanique et du métallurgique avec une part de marché de 81% par rapport au nombre totale des industries dans la ville3 . 60 % des industries sont condensées au niveau de la zone industrielle de Sidi Abdelhamid, les autres sont éparpillées au niveau du centre-ville (Sousse Jawhara et Sousse Medina) et de Sousse Erriadh3 . Outre sa capacité à attirer les investissements et les entrepreneurs, l'attractivité de la ville fait d'elle un pôle touristique qui a accueilli selon l’ONTT ,344 497 visiteurs non-résidents pendant l'année 2012 (presque le double de sa population actuelle). Le tourisme est essentiellement balnéaire, vue la qualité notable du littorale et de la mer à Sousse et son climat adapté à ce type d'activité. 2- Caractérisation du milieu naturel du site d’étude 2-1- Cadre physique et étage bioclimatique 2-1-1- Topographie La ville de Sousse est située à l’extrémité Sud du Golf de Hammamet, sur le littoral Est de la Tunisie par 35° de latitude Nord et 10° de longitude Est. Elle fait partie d’une unité géomorphologique plus vaste appelée le Sahel tunisien. 1 Donnée moyenne fournie par la Direction Régionale de Météorologie 2 Calculés sur la base des données estimatives présentées par l’INS en 2011 3 Calculés sur la base des données fournies par l’API pour la répartition des industries par secteur d’activité dans la ville de Sousse
  10. 10. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 9 La zone du grand Sousse est marquée par un relief monotone, constitué de vastes pleines et de collines vallonnées ne dépassant pas 75 m d’altitude, parsemés de Sebkhas et limitées dans sa côté Nord Est par quelques massifs montagneux. De l’ouest et au sud, la géomorphologie passe progressivement en des steppes basses et plates qui plongent dans la mer[2,3]. 2-1-2- Bassins versants et oueds Malgré que les bassins versants ne coïncident pas avec les limites territoriales de la commune de Sousse, il est nécessaire de présenter les caractéristiques géométriques, pédologiques, urbanistiques et biologiques de ces milieux. En effet, la connaissance des bassins versants est fondamentale pour les études hydrologiques de vulnérabilité des ressources en eau ainsi que celles des risques naturels, notamment les inondations. D’ailleurs, ces bassins constituent l’affluent des trois principaux oueds qui traversent la ville et influent fortement sa réalité, à savoir, du nord au sud, Oued Blibène, Oued El Hallouf et Oued Hamdoun. Le périmètre hydrologique de la région de Sousse suit les limites de quatre bassins versant des oueds Hammam, Blibéne, El Hallouf et Hamdoun qui se caractérisent par la faiblesse de leur pente, leur taille réduite, et une forme ramassée en aval qui s’élargit, en amont, en lits d’oueds drainés vers la mer. Tableau 1 : Les Oueds du Grand Sousse Source : [3] Oued Superficie (Km2 ) Longueur de l’oued (m) Pente moyenne du Thawleg (°/°°) Indice de compacité Hammam 222 8700 2.0 1.22 Blibène 15 3700 6.0 1.45 El Hallouf 12 2800 8.1 1.33 Hamdoun 313 11500 2.2 1.15 La ville de Sousse est insérée entre deux oueds mineurs ; Blibène et El Hallouf et un oued majeure ; Hamdoun. Le réseau hydrologique nourrissant ces trois bassins versants est assez éclaté en un ensemble de chenaux plus ou moins importants, drainant vers l’exutoire des bassins les eaux d’une surface totale de 340 Km2 . Les collines sont de nature sableuse – argileuse, ce qui explique l’extension indéfinie des cours d’eaux. En amont des bassins, la pression des écoulements irréguliers des chenaux et la faible végétation engendrent une érosion importante, à la fois hydrique et éolienne. Dans la région, coule d’ouest en est une nappe phréatique, dont le niveau se situe entre 30 et 40 m à l’amont et se rapproche du sol à l’aval (3 à 5m). Elle affleure les cours des oueds lors des fissures des roches sédimentaires et les alimente en eau[2,3]. 2-1-3- Climat La ville de Sousse est régie par un étage bioclimatique semi - aride inférieur à climat tempéré caractérisé par des hivers doux et des étés chauds.
  11. 11. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 10 Le climat de la ville est plutôt soumis à l’influence maritime qui s’estompe légèrement en allant vers l’intérieur de la région, créant des écarts de plus en plus accentués. La faiblesse des reliefs dont la topographie est monotone et de basse altitude, marque d’autant plus la nuance littorale de la ville4 . 2-2- Pluviométrie La pluviométrie annuelle moyenne a été calculée sur une longue période dans la station littorale de Sousse. Le tableau suivant présente la répartition saisonnière des précipitations dans la ville. Tableau 2 : Pluviométrie annuelle et saisonnière dans la Ville de Sousse Source : [4] Saison Moyenne annuelle en mm % automne % hiver % printemps % été Pluviométrie 343 41 30 24 5 La pluviométrie moyenne est comprise entre 320 et 340 mm/an et le régime est irrégulier avec 60 jours de pluie. En effet, la pluviométrie annuelle est caractérisée par un phénomène saisonnier présentant des écarts considérables de précipitations mensuelles et prennent très souvent la forme d’averses très variables dans l’espace et dans le temps. Les pluies automnales et hivernales s’accaparent à elles seule 71% du total des précipitations enregistrées dans la ville. La saison pluvieuse commence généralement en septembre, et revêt souvent un caractère torrentiel avec des quantités abondantes dispersées sur quelques jours. Les pluies d’hiver sont moins violentes et plus persistantes. Néanmoins, les dernières années ont été marquées par le retard de la saison pluviale, la décalant jusqu’au mois d’Octobre. Cette pluviométrie influe sur le régime de chargement des Sebkhas, des oueds et des nappes hydriques. Les observations des précipitations annuelles moyennes sur la région montrent un gradient décroissant des côtes vers l’intérieur témoignant ainsi d’une résistance continentale claire aux effets maritimes accentué, par un gradient de latitude Nord/Sud5 . 2-3- Températures Les températures annuelles sont généralement modérées avec une moyenne de 18.6°C. La ventilation mensuelle des températures moyennes montre que le mois le plus chaud est le mois d’Août avec une moyenne de 26.3°C et le mois le plus froid est le mois de Janvier avec une moyenne de 11.2°C, soit une amplitude thermique de 15.1°C, comme le montre le tableau. Les températures extrêmes enregistréespendant l’année 2011 sont les suivantes 42.5°C pour le mois d’Août et 10°C pour le mois de Janvier4 . 4 Données fournies par la Direction Régionale de Météorologie 5 Données essentiellement recueillie d’après Schéma Directeur d’Aménagement de la Région Economique du Centre EST, recoupées er confirmées par la Direction Régionale de Météorologie.
  12. 12. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 11 Tableau 3: Répartition mensuelle des températures moyennes Source : [4] Mois Jan. Fév. Mars. Avril. Mai. Juin. Juill. Aout. Sep. Oct. Nov. Déc. T (°C) 11.2 12.1 14 16 19 22.8 25.6 26.3 25.1 21 16.3 12.3 2-4- Les caractéristiques ombrothermiques L’analyse du diagramme ombrothermique ressortissant de la superposition des données relatives aux amplitudes pluviales et aux températures mensuelles, indique une évaporation moyenne annuelle de 1243 mm dans la région de Sousse. Le total annuel évaporé moyen dépasse largement les hauteurs précipitées, dénotant le caractère semi – aride du milieu et témoignant de l’ampleur d’un éventuel déficit hydrique de la région. Un maximum d’évaporation se produit pendant les mois les plus chauds de la saison estivale6 . Tableau 4 : Evaporation moyenne mensuelle dans la région de Sousse Source : [4] Mois Jan. Fév. Mars. Avril. Mai. Juin. Juill. Aout. Sep. Oct. Nov. Déc. Total Evap (mm) 83.7 89.6 96.1 84 89.9 117 133.3 130.2 126 102.3 111 80.6 1243.7 2-5- Les conditions d’ensoleillement et du rayonnement solaire Grâce à sa position, la région bénéficie d'un taux global de rayonnement solaire (Q) de 180 Kilocalorie/cm2/an, et d'une moyenne de 12h d'ensoleillement/jour, mais ces données sont variables selon les saisons, les nuages, l'évapotranspiration et l'humidité. Quant au nombre d'heures d'ensoleillement annuel, il est de l’ordre de 2749 heures/an pour la région de Sousse. ; notons ici que les stations de la zone sud-ouest bénéficient de plus d'heures que le reste de la région littorale à l'Est en raison de leur éloignement de la mer et de ses ascendants; notons aussi que ce taux est en évolution perpétuelle ces dernières années ce qui a engendré une hausse plus importante au sud-ouest et raccourcissement des périodes de froid en hiver6 . 2-6- Les conditions nautiques 2-6-1- Les vents Selon les mesures effectuées sur 958 jours et se rapportant à la direction des principaux vents régnant sur la région de Sousse pour la période entre 2003 et 2007, nous avons pu dresser le tableau suivant : Tableau 5 : Evaporation moyenne mensuelle dans la région de Sousse Source : [4] Direction du vent Nord - ouest Sud - Est Sud – Sud - Est Nord – Nord - Est Pourcentage (%) 25.2 11.6 10.8 0.6 6 Données essentiellement recueillie d’après Schéma Directeur d’Aménagement de la Région Economique du Centre EST, recoupées er confirmées par la Direction Régionale de Météorologie.
  13. 13. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 12 Les vents les plus fréquents (38% du temps) ont une vitesse relativement faible entre 4 et 6m/s. ils proviennent du Sud Est et du Nord-Ouest. Le vent Nord-Ouest pénètre la zone Nord Est entièrement ouverte sur la mer à travers la percée de l’Oued Errebia de la pleine de Bouficha. Ces vents marquent la saison hivernale et sont secs et froids. Les vents Nord - Est, communément appelés « Chergui » caractérisent l’automne et sont responsables des principaux apports pluviométriques de la région. Ces vents soufflant de la mer sont hautement important dans la formation des dunes littorales. Les vents dominants les plus violents proviennent du Nord - Nord - Est. Leur vitesse peut atteindre 20 à 25 m/seconde. Ces vents sont à l’origine de la houle provenant de ces mêmes secteurs et frappe la côte obliquement créant ainsi des courants de dérive parallèles à la côte suivant une direction Nord Sud. La zone côtière de Sousse connaît rarement des temps de sirocco,vent chaud et sec d’origine saharienne. En général les vents sont faibles et modérés et exceptionnellement violent. Ils apportent souvent fraîcheur et humidité7 . 2-6-2- Les marées Les marées dans cette zone se caractérise par une faible amplitude (moyenne annuelle de 0.3 m), l’amplitude maximale journalière ne dépasse pas 0.5 m. Lors de la superposition des marées et des phénomènes atmosphériques la variation maximale d’amplitude peut atteindre 1 m. Le zéro hydrographique local se situe à 0.45 m en dessous du zéro NGT7 . 2-6-3- Les houles L’analyse des houles au large de la côte Est Tunisienne a montré que pendant environ 5% du temps les houles ont une amplitude supérieure à 3.6 m et se produisent surtout en hiver et proviennent principalement du Nord - Ouest ou du Nord Est et rarement du Sud Est. Les houles d’amplitude moyenne comprise entre 1.5 et 3.6 m représentent 25% du temps et se produisent toute l’année et proviennent principalement du Nord, Nord Est ou aussi du Sud Est[5]. A la côte, les houles les plus fréquentes proviennent du Nord ou du Nord Est (32%), de l’Est (27%) et du Sud Est (20%). Mais ceux qui sont à l’origine de la dynamique des courants côtiers sont principalement les vents du Nord et du Nord Est puis les vents du Sud Est[6]. Les vents des secteurs orientaux (Nord Est et Sud Est) qui influencent le plus la dynamique des eaux côtières prédominent durant la belle saison (printemps et été) à une époque où ils sont donc peu violents[7]. L’ensemble de ces paramètres topographiques et climatologiques confère à la ville un climat méditerranéen agréable marqué par des écarts thermiques faibles conjugué à une basse fréquence des phénomènes exceptionnels (Coups de siroco, précipitations torrentielles…).Ces atouts naturelles ont contribué à l’ouverture de la ville sur des dimensions économiques nouvelles renforçant une dynamique de peuplement, déjà ancienne et toujours croissante. 7 Données essentiellement recueillie d’après Schéma Directeur d’Aménagement de la Région Economique du Centre EST, recoupées er confirmées par la Direction Régionale de Météorologie
  14. 14. 13 PARTIE B : DESCRIPTION DE L’ETAT ENVIRONNEMENTAL ACTUEL DANS LA VILLE DE SOUSSE
  15. 15. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 14 1- Les ressources, les milieux naturels et l’environnement 1-1- Etat des ressources hydriques 1-1-1- Quantification et caractérisation des ressources propres en eau dans la région de Sousse8 Les ressources en eaux propres à la région de Sousse proviennent de l’exploitation des aquifères alimentés par les quatre bassins versants qui limitent le gouvernorat. Compte tenu du climat semi – aride de la région, se traduisant par un apport pluviométrique faible et irrégulier (estimé à 847 millions de m3 /an) et une pédologie argileuse favorisant l’extension du réseau hydrographique au détriment de l’infiltration, la région de Sousse présente un potentiel en eau assez limité, caractérisé dans la pluparts des nappes par une qualité médiocre et une forte salinité. La région se trouve d’année en année en difficulté d’approvisionnement en eau face à une demande élevée et en perpétuelle croissance tant agricole et industrielle que domestique et tertiaire. Les principales catégories des ressources en eau disponibles et exploités se répartissent comme l’indique le tableau suivant : Tableau 6: Les ressources et exploitation en eau dans le gouvernorat de Sousse Source : CRDA Source Ressources mobilisée (Mm3 ) Part (%) Exploitation (Mm3 ) Part (%) Taux d’exploitation (%) Eau de ruissellement 34.4 40.4 34.4 54.1 100 Nappe phréatique 14.55 17.1 15.15 23.8 104 Nappe profonde 15.9 18.7 12.5 19.6 78.6 Eaux non conventionnelles 20.28 23.8 1.506 2.5 7.5 Total 85.13 100 63.556 100 72.5 1-1-1-1-Les eaux de ruissellement Les eaux de ruissellements proviennent essentiellement des cours d’eau et des oueds alimentés par les apports pluviaux. Les ressources en eaux de ruissellements mobilisables sont estimées à 50 millions m3 dont 34.4 millions de m3 sont mobilisées, soit 69%, par la couverture de deux oueds et la mise en place de dalots, ainsi que l’aménagement d’un barrage, de barrages collinaires et de lacs collinaires (Tableau7). Tableau 7: Inventaire des ressources en eau de ruissellement dans la région de Sousse Source : CRDA Source Ressources mobilisables (Mm3) Ressources mobilisées (Mm3) Utilisation Grand barrage Barrage Oued Errmal 29.5 22 Irrigation d’un terrain agricole de 5000 ha Barrages collinaires Oued El Khairat 8.1 8 Alimentation de la nappe 8 Toutes les informations traitées dans la partie « Etat des ressources hydriques » proviennent de la CRDA
  16. 16. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 15 Oued El Hakmin 0.26 0.26 d’Oued el Khairet Oued El Barak 1 1 Oued Moussa 1.2 1.2 Irrigation d’une surface agricole de 156 ha Lacs collinaires 27 lacs collinaires 2.5 0.94 Irrigation, eau pour le bétail, alimentation de certaines nappes Cours d’eaux aménagés Oueds 2 1 Irrigation des grandes cultures et alimentation des nappes Total 50.2 34.4 69% mobilisées par rapport au total Malgré l’importance relative des ressources mobilisables, ces oueds traversent les agglomérations urbaines de la ville de Sousse, entre autres villes, ce qui rend leur aménagement difficile et coûteux.Une grande partie de ces eaux est drainée dans la mer. D’autant plus que certaines eaux comme celles du barrage collinaire d’Oued Moussa présentent souvent une forte salinité qui les rendes difficilement exploitables et inadaptées à l’irrigation. Cette salinité proviendrait probablement d’une forte concentration en engrais des eaux pluviales, dont elles se chargent en parcourant les sols, souvent agricoles, avant de rejoindre les cours d’eaux et les bassins versants. 1-1-1-2-Les nappes phréatiques La région de Sousse comprend en totalité 11 nappes phréatiques, dont la majorité est renouvelable, avec des profondeurs entre 30 et 50 m du sol. Tableau 8: Situation des nappes phréatiques dans la région de Sousse Source : CRDA Nappe Ressources exploitables (Mm3 ) Ressources exploitées (Mm3 /an) Taux d’exploitation (%) Puits équipés Puits non équipés et délaissés Nombre total des puits Bouficha 0.95 0.9 94.7 200 158 358 Synclinal d’Oued Leya 3.3 3 90 546 237 783 Synclinal de Msaken 1.3 2.2 169 309 206 515 Chott Mariam 0.8 1 125 198 65 263 Sidi El Hani 0.5 0.3 60 30 20 50 Frada 0.4 0.3 75 36 13 49 Sidi Siidène 0.35 0.35 100 65 68 133 Sabkha El Kalbia 1.3 1.1 84.6 132 55 187 Kondar 2.9 3.6 124 598 211 809 Oued El Khairat 0.95 0.4 42 76 41 117 Chgarnia 1.8 2 111 278 111 389 Total 14.55 15.15 104 2468 1185 3653 Les ressources en eaux provenant des nappes phréatiques sur la région de Sousse sont estimées à 14.5 Mm3 , exploitées via 2468 puits de surface équipés de moteurs électriques ou thermiques. Les principales nappes phréatiques recensées dans la région sont :
  17. 17. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT - La nappe de Chott Mariam s’étend une surface totalement urbanisée, et où l’activité agricole est de moins en moins importante. Cette nappe est exploitée actuellement par 198 puits de surface et le d’exploitation atteint 125%. - La nappe de Frada dont les ressources exploitables sont de l’ordre de 0.4 Mm3. Elle compte 36 puits de surface qui assurent l’exploitation de 75% de son potentiel en eau. Les eaux de cette nappe sont en général très charg qui explique sa faible utilisation. - Synclinal de Msaken qui regroupe les nappes de Msaken, Zaouia, Kneis, Sousse Riadh et Sousse Médina et s’étend sur tout le bassin versant de Oued Hamdoun. La nap exploitée à travers 309 puits et présente des eaux de qualité bonne à médiocre selon les zones. Il est notable l’intensité d’utilisation de cette nappe qui est de l’ordre de 160%. - Sunclinal de Oued Laya Akouda et Hammam Sousse. Son exploitation est assurée par 546 puits de surface, grâce à sa bonne qualité d’eau rapportée dans les zones d’alimentation en cours d’eau (2 à 10 m de profondeur).Les nappes des bassins versants des oueds Ha munis de puits exploités essentiellement par les industries (Oued el Hallouf) ou pour l’usage domestique (Oued Blibène). Figure 1 : Evolution de l’exploitation des de Sousse Source: CRDA Il apparaît clairement que les demandes en eaux souterraines dépassent largement les capacités des nappes phréatiques, avec un taux d’exploitation de 104%. 11460 0 2000 4000 6000 8000 10000 12000 14000 16000 2002 Ressourcesexploitées(Milliersdem3) Ressources exploitées (Milliers de m3) Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT nappe de Chott Mariam qui s’étend sur plusieurs dizaine de kilomètres, sur laquelle s’étend une surface totalement urbanisée, et où l’activité agricole est de moins en moins importante. Cette nappe est exploitée actuellement par 198 puits de surface et le d’exploitation atteint 125%. dont les ressources exploitables sont de l’ordre de 0.4 Mm3. Elle compte 36 puits de surface qui assurent l’exploitation de 75% de son potentiel en eau. Les eaux de cette nappe sont en général très chargées en sel et sont donc inutilisable par l’agriculture ce qui explique sa faible utilisation. qui regroupe les nappes de Msaken, Zaouia, Kneis, Sousse Riadh et Sousse Médina et s’étend sur tout le bassin versant de Oued Hamdoun. La nap exploitée à travers 309 puits et présente des eaux de qualité bonne à médiocre selon les zones. Il est notable l’intensité d’utilisation de cette nappe qui est de l’ordre de 160%. Sunclinal de Oued Laya ; cette nappe couvre les délégations de Kalaa Akouda et Hammam Sousse. Son exploitation est assurée par 546 puits de surface, grâce à sa bonne qualité d’eau rapportée dans les zones d’alimentation en cours d’eau (2 à 10 m de profondeur).Les nappes des bassins versants des oueds Hallouf et Blibène sont également munis de puits exploités essentiellement par les industries (Oued el Hallouf) ou pour l’usage domestique (Oued Blibène). : Evolution de l’exploitation des nappes phréatiques et le nombre des puits Il apparaît clairement que les demandes en eaux souterraines dépassent largement les capacités des nappes phréatiques, avec un taux d’exploitation de 104%. 13040 14210 3064 3326 3546 2002 2005 2007 Année Ressources exploitées (Milliers de m3) Nombre de puits 16 qui s’étend sur plusieurs dizaine de kilomètres, sur laquelle s’étend une surface totalement urbanisée, et où l’activité agricole est de moins en moins importante. Cette nappe est exploitée actuellement par 198 puits de surface et le taux dont les ressources exploitables sont de l’ordre de 0.4 Mm3. Elle compte 36 puits de surface qui assurent l’exploitation de 75% de son potentiel en eau. Les eaux de ées en sel et sont donc inutilisable par l’agriculture ce qui regroupe les nappes de Msaken, Zaouia, Kneis, Sousse Riadh et Sousse Médina et s’étend sur tout le bassin versant de Oued Hamdoun. La nappe est exploitée à travers 309 puits et présente des eaux de qualité bonne à médiocre selon les zones. Il est notable l’intensité d’utilisation de cette nappe qui est de l’ordre de 160%. ; cette nappe couvre les délégations de Kalaa Kbira, Kalaa Sghira, Akouda et Hammam Sousse. Son exploitation est assurée par 546 puits de surface, grâce à sa bonne qualité d’eau rapportée dans les zones d’alimentation en cours d’eau (2 à 10 m de llouf et Blibène sont également munis de puits exploités essentiellement par les industries (Oued el Hallouf) ou pour l’usage nappes phréatiques et le nombre des puits dans la région Il apparaît clairement que les demandes en eaux souterraines dépassent largement les capacités des 15150 3653 2011 Nombre de puits
  18. 18. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 17 L’exploitation de ces nappes a connu une augmentation notable durant les dernières décennies : les ressources exploitées sont passée de 11.46 Mm3 en 1995 à 13.04 Mm3 en 2000, pour franchir 14.21 Mm3 en 2007 et atteindre enfin 14.55 Mm3 en 2011. Cette augmentation est corrélée à des besoins d’irrigations de plus en plus importantes, les ressources des nappes phréatiques étant exclusivement dédiées à des fins agricoles. La pression des prélèvements sur certaines nappes est plus rapide et intense que la capacité de rechargement par infiltration des eaux pluviales. Cette intensification s’est traduite en l’augmentation rapide des forages. Le nombre de puits de surface est passé de 3064 en 2002 à 3653 en 2011. Le nombre de puits délaissés, indiquant une surexploitation qui se traduit en un déficit ponctuel en eau, n’a cessé également de croitre surtout que des pratiques anarchiques de forage sont de plus en plus observées chez les agriculteurs. A cet état d’épuisement observé sur la majorité des nappes exploitées, s’ajoute la qualité des eaux jugée dans la plus part des cas médiocre. En effet, environ 44.3% des ressources mobilisables, soit 6.45 Mm3 , sont logés dans des nappes ayant une salinité qui dépasse 4g/l. Les aquifères deviennent de plus en plus chargées, d’autant qu’on s’approche du littoral.D’autant plus que la multiplication des pompages excessifs diminue la piézométrie de la nappe, la rendant de plus en plus vulnérable à la contamination saline, favorisée par la nature du sol sableux argileux. Par ailleurs, les eaux de ruissellement accumulent souvent de grandes quantités de polluants ou nutriments trop brutalement apportés aux rivières, dans leurs courses sur les sols agricoles, les rues, les pavées, les toitures, …. Etc. En gagnant l’aval des lits des oueds ces eaux polluées peuvent atteindre la nappe au niveau de son affleurement en provoquant sa contamination. La situation alarmante des nappes phréatiques dans le gouvernorat de Sousse, n’est pas singulière. Bien que le gouvernorat de Monastir exploite ses ressources avec un taux qui ne dépasse pas 80.6%, plusieurs nappes importantes sont surexploitées respectivement de 130 à 150%. Le même phénomène est observé au niveau du gouvernorat de Sfax, ou nous témoignons d’un épuisement critique de 6 nappes avec des taux compris entre 128 et 267 % d’exploitation. 1-1-1-3-Les nappes profondes Le CRDA recence 11 nappes profondes dans la région de Sousse, dont la profondeur est comprise entre 50 et 350m. Ses ressources sont estimées à 15.9 Mm3 , dont 87 % sont exploitées, soit 12.5 Mm3, par la réalisation de 178 puits profonds (par rapport à 119 puits en 2003). La qualité des eaux est acceptable avec une salinité comprise entre 1 et 6 g/l. La nappe d’oued El Khairat qui présente la plus grande réserve mobilisable, a une salinité excessive qui varie entre 1.5 et 5 g/l. Tableau 9: Situation des nappes profondes dans la région de Sousse Source : CRDA Nappe Ressources renouvelables (Mm3 ) Ressources exploitées (Mm3 /an) Taux d’exploitation (%) Nombre de puits Salinité (g/l) Plioquaternaire de Bouficha 1 0.8 80 32 3.8 – 1.6 Mio – pliocène Bouficha 0.5 0.4 80 5 1.7 – 0.9 Knaïs 0.5 0.6 120 18 3 – 1
  19. 19. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT Kroussia 1 Balooum 1.5 Dhreaa Swatir 0.7 Oued El Khairat 6 Chgarnia 1.7 Djbel Mankoub 1 Pliocène Djbel Fadhloun 1 Djbel El Garsi 1 Total 15.9 Figure 2 : Evolution de l’exploitation des ressources en eau profonde dans la région de Sousse Source: CRDA L’exploitation des aquifères profonds a connu une augmentation considérable jusqu’au début des années 2000, avec un pic de 11.12 Mm énormes qui ont affecté le rythme de transfert des eaux du Nord. La SONEDE s’est donc rabatt intensifier ses pompages sur la nappe d’oued El Khairat pour assurer la desserte en eau potable. Les apports pluviométriques se sont améliorés à partir de 2005, et l’exploitation des eaux profondes a régressée de 29 % par rapport à l’année 2002. Un n apparu depuis le début de 2011, avec un taux d’accroissement de 33.7%, soit 4.21 Mm pompée que celle de 2007. La flambée de consommation estivale, et les limites des infrastructures (conduites pour transporter les eaux du Nord) et des installations de traitement des eaux, ont poussé encore une fois la SONEDE à puiser dans les aquifères profonds. 1-1-1-4-Les eaux non conventionnelles Les eaux non conventionnelles stations d’épuration (6 au niveau du gouvernorat) et les eaux provenant des stations de dessalement (ne constituent que 3% du volume total d’eaux non conventionnelle), le tout est estimé à 3 Cependant la ville de Sousse n’exploite que les eaux épurées des deux stations d’épuration Sousse Sud et Sousse Nord, ne comptant actuellement aucune station de dessalement des eaux de mer. Les 9 Toutes les informations traitées dans la partie « 11,12 0 2 4 6 8 10 12 14 2002 Ressourcesexploitées(Mm3) Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 0.5 50 2.0 133 0.9 128 4.5 75 1.8 106 0.9 90 0.02 2 0.08 8 12.5 Evolution de l’exploitation des ressources en eau profonde dans la région de Sousse profonds a connu une augmentation considérable jusqu’au début des années 2000, avec un pic de 11.12 Mm3 en 2002. Cette période a connu des déficits pluviométriques énormes qui ont affecté le rythme de transfert des eaux du Nord. La SONEDE s’est donc rabatt intensifier ses pompages sur la nappe d’oued El Khairat pour assurer la desserte en eau potable. Les apports pluviométriques se sont améliorés à partir de 2005, et l’exploitation des eaux profondes a régressée de 29 % par rapport à l’année 2002. Un nouveau rebondissement d’exploitation est apparu depuis le début de 2011, avec un taux d’accroissement de 33.7%, soit 4.21 Mm pompée que celle de 2007. La flambée de consommation estivale, et les limites des infrastructures sporter les eaux du Nord) et des installations de traitement des eaux, ont poussé encore une fois la SONEDE à puiser dans les aquifères profonds.9 Les eaux non conventionnelles dans la région de Sousse proviennent des eaux épurées depuis les stations d’épuration (6 au niveau du gouvernorat) et les eaux provenant des stations de dessalement (ne constituent que 3% du volume total d’eaux non conventionnelle), le tout est estimé à 3 Cependant la ville de Sousse n’exploite que les eaux épurées des deux stations d’épuration Sousse Sud et Sousse Nord, ne comptant actuellement aucune station de dessalement des eaux de mer. Les raitées dans la partie « Etat des ressources hydriques » proviennent de la CRDA 11,12 7,93 8,29 12,5 2002 2005 2007 2011 Année 18 10 6 – 2.5 160 5 – 1 12 4 – 1 21 5 – 1.5 15 4 – 1 10 3 – 1 1 1.6 2 2 – 1.5 286 6 - 1 Evolution de l’exploitation des ressources en eau profonde dans la région de Sousse profonds a connu une augmentation considérable jusqu’au début des en 2002. Cette période a connu des déficits pluviométriques énormes qui ont affecté le rythme de transfert des eaux du Nord. La SONEDE s’est donc rabattue à intensifier ses pompages sur la nappe d’oued El Khairat pour assurer la desserte en eau potable. Les apports pluviométriques se sont améliorés à partir de 2005, et l’exploitation des eaux profondes ouveau rebondissement d’exploitation est apparu depuis le début de 2011, avec un taux d’accroissement de 33.7%, soit 4.21 Mm3 plus d’eau pompée que celle de 2007. La flambée de consommation estivale, et les limites des infrastructures sporter les eaux du Nord) et des installations de traitement des eaux, ont poussé dans la région de Sousse proviennent des eaux épurées depuis les stations d’épuration (6 au niveau du gouvernorat) et les eaux provenant des stations de dessalement (ne constituent que 3% du volume total d’eaux non conventionnelle), le tout est estimé à 34 Mm3 . Cependant la ville de Sousse n’exploite que les eaux épurées des deux stations d’épuration Sousse Sud et Sousse Nord, ne comptant actuellement aucune station de dessalement des eaux de mer. Les » proviennent de la CRDA
  20. 20. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT eaux épurées sont réutilisées à 7.5 %, soit 1.506 Mm de fourrages et 112 ha de terrains de Golf. Malgré les efforts notables consacrées par les autorités afin d’encourager la valorisation des eaux épurées, les agriculteurs restent réticents face à cette altern très maigre. Malheureusement, les eaux usées quoique épurées ne sont pas toujours dans les normes, en particulier par rapport à leur qualité bactériologique, en absence des traitements tertiaires. Ceci accroit le risque de contamination des milieux récepteurs (cours d’eau, sol et cultures irriguées….) et peut être à l’origine de dangereux troubles de la santé. Face à l’accroissement de la demande en eau par les différents secteurs économiques et aux ressources propres limitées et souvent de qualité médiocre, la ville de Sousse reste complètement dépendantes des ressources externes. 1-1-2- Consommation en eau potable dans la ville de Sousse La SONEDE assure le quasi – totalité des besoins en eau potable pour la population d Sousse. Le branchement de la ville de Sousse au réseau de distribution de l’eau potable franchit le seuil de 99%, avec un taux de desserte de 100 %. Figure 3 : Evolution de la consommation de l’eau potable par usage dans la ville de Sousse Source: SONEDE La quantité d’eau potable consommée dans la ville de Sousse atteint 12.214 Mm 2011. L’usage domestique est de loin le plus grand consommateur d’eau potable, avec une part de 83% du volume total, suivi par le secteur to 10 Les chiffres présentés sont calculés à partir des données fournies par le CRDA et de l’ONAS 11 Les chiffres présentés sont calculés à partir des données fournies par la SONED 9947 617 1396 12014 0 2000 4000 6000 8000 10000 12000 14000 2009 Consommationeneau(millierm3) Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT eaux épurées sont réutilisées à 7.5 %, soit 1.506 Mm3 par an, dans l’irrigation de 200 ha d’oliviers et de fourrages et 112 ha de terrains de Golf. Malgré les efforts notables consacrées par les autorités afin d’encourager la valorisation des eaux épurées, les agriculteurs restent réticents face à cette alternative, et le taux d’exploitation demeure très maigre. Malheureusement, les eaux usées quoique épurées ne sont pas toujours dans les normes, en particulier par rapport à leur qualité bactériologique, en absence des traitements sque de contamination des milieux récepteurs (cours d’eau, sol et cultures irriguées….) et peut être à l’origine de dangereux troubles de la santé.10 Face à l’accroissement de la demande en eau par les différents secteurs économiques et aux es limitées et souvent de qualité médiocre, la ville de Sousse reste complètement dépendantes des ressources externes. Consommation en eau potable dans la ville de Sousse11 totalité des besoins en eau potable pour la population d Le branchement de la ville de Sousse au réseau de distribution de l’eau potable franchit le seuil de 99%, avec un taux de desserte de 100 %. Evolution de la consommation de l’eau potable par usage dans la ville de Sousse La quantité d’eau potable consommée dans la ville de Sousse atteint 12.214 Mm 2011. L’usage domestique est de loin le plus grand consommateur d’eau potable, avec une part de 83% du volume total, suivi par le secteur touristique avec 11.5%, le secteur industriel avec 5% et Les chiffres présentés sont calculés à partir des données fournies par le CRDA et de l’ONAS Les chiffres présentés sont calculés à partir des données fournies par la SONEDE 10219 10232 625 632 1423 1296 12014 12321 12214 2010 2011 Année 19 ar an, dans l’irrigation de 200 ha d’oliviers et Malgré les efforts notables consacrées par les autorités afin d’encourager la valorisation des eaux ative, et le taux d’exploitation demeure très maigre. Malheureusement, les eaux usées quoique épurées ne sont pas toujours dans les normes, en particulier par rapport à leur qualité bactériologique, en absence des traitements sque de contamination des milieux récepteurs (cours d’eau, sol et cultures Face à l’accroissement de la demande en eau par les différents secteurs économiques et aux es limitées et souvent de qualité médiocre, la ville de Sousse reste complètement totalité des besoins en eau potable pour la population de la ville de Le branchement de la ville de Sousse au réseau de distribution de l’eau potable franchit le seuil de Evolution de la consommation de l’eau potable par usage dans la ville de Sousse La quantité d’eau potable consommée dans la ville de Sousse atteint 12.214 Mm3 au titre de l’année 2011. L’usage domestique est de loin le plus grand consommateur d’eau potable, avec une part de uristique avec 11.5%, le secteur industriel avec 5% et Les chiffres présentés sont calculés à partir des données fournies par le CRDA et de l’ONAS Domestique Industrielles Hôtelières Autre Total
  21. 21. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT autres consommations avec 0.5%. 1.5 % de la consommation totale de la ville. La consommation en eau est estimée donc à 46.5 m Dans la période de 2009 à 2012, nous avons enregistrée une hausse de 2.86 % et 2.43 % dans la quantité d’eau consommée respectivement, par le secteur résidentiel et le secteur industriel. Le secteur touristique a, cependant été marqué par une baisse de la consommation en eau potable de 8.9 % entre l’année 2010 – 2011. Ce déclin a été conjugué à une diminution de fréquentation des hôtels (3496249 nuitées en 2010 contre 2079115 nuitées en 2011) générale de la Tunisie en cette période critique, au moment et après la révolution. S’ajoute à cela le penchant d’une partie considérable des touristes, essentiellement maghrébins pour la location de maisons et d’appartements chez les privés. Malgré le système tarifaire par quotas appliqué par la SONEDE, la consommation domestique en eau ne cesse d’augmenter et reste supérieure à celle des habitants au niveau de tout le gouvernorat (45.5 m3 /hab/an pour la ville de Sousse contre 34m Les prix n’étant pas le seul facteur influençant les décisions de consommation, les demandes domestiques en eau incluent un ensemble de caractéristiques socio type de logement et la structure du foyer. En effet le prog des niveaux de vie ont abouti à augmenter la fraction en eau utilisée autre que pour satisfaire les besoins essentiels en alimentation et en hygiène. Face au coût présumé élevé des sondages, avec des ressources en eaux assez limitées et souvent saumâtres dans les nappes de la ville, les ménages sont découragés par rapport à l’exploitation d’autres sources que l’eau dessert par la SONEDE pour leurs besoins supplémentaires (irrigation des jardins, entretien et nettoya construction…) Pour satisfaire les besoins de la région, la SONEDE exploite la nappe d’Oued El Khairat, qui l’approvisionne en 4.5 Mm3 /an. Cette ressources n’assure ainsi que 36 % des besoins annuels en eaux potable de la ville de Sousse uniquement, d’où la nécessité de transfert externe d’eau 1-1-3- Les ressources en eau externes à la région de Souss Figure 4: Sources et Quantités des eaux de transfert pour la région de Sousse Source: SONEDE – CRDA 12 Données recueillies depuis le rapport de diagnostic économique de la ville de Sousse 15% 30% Origines et quantités (Mm Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT autres consommations avec 0.5%. La centrale électrique de la STEG consomme 180 1.5 % de la consommation totale de la ville. La consommation en eau est estimée donc à 46.5 m3 /hab/an et à 0.62 m3 /nuitée/an dans la ville. Dans la période de 2009 à 2012, nous avons enregistrée une hausse de 2.86 % et 2.43 % dans la quantité d’eau consommée respectivement, par le secteur résidentiel et le secteur industriel. Le ant été marqué par une baisse de la consommation en eau potable de 2011. Ce déclin a été conjugué à une diminution de fréquentation des hôtels (3496249 nuitées en 2010 contre 2079115 nuitées en 2011)12 et s’explique par la conjon générale de la Tunisie en cette période critique, au moment et après la révolution. S’ajoute à cela le penchant d’une partie considérable des touristes, essentiellement maghrébins pour la location de maisons et d’appartements chez les privés. le système tarifaire par quotas appliqué par la SONEDE, la consommation domestique en eau ne cesse d’augmenter et reste supérieure à celle des habitants au niveau de tout le gouvernorat /hab/an pour la ville de Sousse contre 34m3 /hab/an dans toute la région) Les prix n’étant pas le seul facteur influençant les décisions de consommation, les demandes domestiques en eau incluent un ensemble de caractéristiques socio – économique, notamment le type de logement et la structure du foyer. En effet le progrès technique et l’augmentation constante des niveaux de vie ont abouti à augmenter la fraction en eau utilisée autre que pour satisfaire les besoins essentiels en alimentation et en hygiène. Face au coût présumé élevé des sondages, avec des eaux assez limitées et souvent saumâtres dans les nappes de la ville, les ménages sont découragés par rapport à l’exploitation d’autres sources que l’eau dessert par la SONEDE pour leurs besoins supplémentaires (irrigation des jardins, entretien et nettoyage des maisons, travaux de Pour satisfaire les besoins de la région, la SONEDE exploite la nappe d’Oued El Khairat, qui /an. Cette ressources n’assure ainsi que 36 % des besoins annuels en e Sousse uniquement, d’où la nécessité de transfert externe d’eau Les ressources en eau externes à la région de Sousse des eaux de transfert pour la région de Sousse Données recueillies depuis le rapport de diagnostic économique de la ville de Sousse – 23,6 55%6,4 15% 13 30% Origines et quantités (Mm3) des eaux de transfert Eaux du Nord Eaux Kairouanaises Barrage de Nabhana 20 a centrale électrique de la STEG consomme 180 000 m3 /an, soit /nuitée/an dans la ville. Dans la période de 2009 à 2012, nous avons enregistrée une hausse de 2.86 % et 2.43 % dans la quantité d’eau consommée respectivement, par le secteur résidentiel et le secteur industriel. Le ant été marqué par une baisse de la consommation en eau potable de 2011. Ce déclin a été conjugué à une diminution de fréquentation des et s’explique par la conjoncture générale de la Tunisie en cette période critique, au moment et après la révolution. S’ajoute à cela le penchant d’une partie considérable des touristes, essentiellement maghrébins pour la location de le système tarifaire par quotas appliqué par la SONEDE, la consommation domestique en eau ne cesse d’augmenter et reste supérieure à celle des habitants au niveau de tout le gouvernorat la région) Les prix n’étant pas le seul facteur influençant les décisions de consommation, les demandes économique, notamment le rès technique et l’augmentation constante des niveaux de vie ont abouti à augmenter la fraction en eau utilisée autre que pour satisfaire les besoins essentiels en alimentation et en hygiène. Face au coût présumé élevé des sondages, avec des eaux assez limitées et souvent saumâtres dans les nappes de la ville, les ménages sont découragés par rapport à l’exploitation d’autres sources que l’eau dessert par la SONEDE pour leurs ge des maisons, travaux de Pour satisfaire les besoins de la région, la SONEDE exploite la nappe d’Oued El Khairat, qui /an. Cette ressources n’assure ainsi que 36 % des besoins annuels en e Sousse uniquement, d’où la nécessité de transfert externe d’eau. SDD de Sousse ; 2012 Eaux Kairouanaises Barrage de Nabhana
  22. 22. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 21 La fourniture d’eau par transfert se fait essentiellement à partir : - Les eaux du Nord avec un transfert de 23.6 Mm3 /an, effectué par le canal chinois, connecté à une station de traitement Belli (gouvernorat de Nabeul), dans laquelle l’eau subit un prétraitement approprié avant qu’elle soit distribuée vers le Sahel et Sfax. - Les eaux Kairouanaises prélevées avec un total de 6.4 Mm3 /an par l’intermédiaire de 26 forages. La région compte de nombreux et grands aquifères d’une eau de bonne qualité dont la salinité ne dépasse pas 0.5 g/l. le bassin Kairouanais fournit actuellement 14.8 % de la totalité des eaux de transfert pour la région du Sahel. La part des eaux Kairouanaises dans la desserte de la région de Sousse n’a cessé de diminuer depuis 1993, période dans laquelle elle constituait 20% des ressources externes, ceci est dû au fait que ce bien est d’autant plus convoité par les habitants locaux de la région de Kairouan. - Les eaux du barrage Nabhana dont les ressources totales sont évaluées à 13 Mm3 /an, dont 7Mm3 sont exploitées par la SONEDE et 6 Mm3 sont utilisées pour l’irrigation de 2500 ha de surfaces publiques. Avant qu’elles soient pompées vers la ville, les eaux passent par deux stations de prétraitement d’ Ezzouhour et El Harkoussia. Ces ressources sont exploités à 86% par la SONEDE (Société Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux) pour fournir au gouvernorat ses besoins en eau potable. La collecte et le mélange des eaux se fait dans 4 réservoirs d’une capacité totale de 35 000 m3 (3 * 10000 m3 et 1* 5000 m3 )13 . 1-1-4- Menace de pénurie et sécurisation des approvisionnements en eau Il faut prendre conscience de la préciosité et de la rareté de l’eau, car un habitant du gouvernorat de Sousse ne disposerait que de 246 m3/hab/an (par rapport au total des ressources disponibles), alors que le seuil indicateur de la présence de problèmes de sécheresse hydrique est de 1000 m3/hab/an, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (OAA). L’érosion côtière détruit les cordons dunaires qui renferment une nappe phréatique, laquelle constitue un mur hydraulique contre l’invasion marine. La pressions des prélèvements souterrains et la surexploitation incontrôlée des nappes par des forages anarchiques et souvent n’obéissant pas aux normes influent fortement la piézométrie générale des nappes qui deviennent une proie facile à la contamination saline. Avec l’impact du réchauffement climatique (évaporation plus importantes, pluviométrie de plus en plus réduites, avancée de la mer menaçant de saliniser d’avantage les nappes phréatiques) soudées à un accroissement prévisible de la population et une inflation d’activités des secteurs industriels et touristiques, avec un mode de vie de plus en plus assoiffé en eau, ce déficit en eau a tendance à prendre de l’ampleur si des mesures de prévention ne seraient pas prises à temps. Le stress hydrique est une menace pour la stabilité de la population et un frein de toute activité économique, devant lequel la ville doit faire face afin d’assurer un minimum d’autonomie, surtout que la priorité de consommation en eau potable est à 83% destinés aux habitants de la ville. Une gestion intégrée des ressources en eau est désormais nécessaire, les conflits entre usagers domestiques, agricoles et industriels, devenant de plus en plus fréquents. La résolution des conflits d’usage peut se faire soit en agissant sur l’offre et en améliorant la mobilisation des ressources (construction des barrages, allongement des adductions, développement 13 Les données relatives à la partie «Les ressources en eau externes à la région de Sousse » sont fournies par SONEDE et le CRDA
  23. 23. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 22 des substituts en général coûteux…), soit en intervenant sur la demande par des outils règlementaires (interdiction de prélèvement ou seuil de débit maximum à respecter dans les cours d’eau…) ou de type incitatifs (tarification, quotas…). La sensibilisation pour indiquer aux usagers la rareté du bien et le coût de sa gestion et de son exploitation est aussi indispensable. Des efforts considérables de la part des autorités doivent être déployés vers l’encouragement de la mise en place des installations de dessalement des eaux saumâtres, surtout pour les hôteliers et les industries consommatrices d’eau (IAA, ITHC et IC), et l’incitation à utiliser d’avantage les systèmes d’économie d’eau, notamment pour les usagers domestiques ainsi que pour l’irrigation. La gestion durable et intégrée des ressources propres en eau, ainsi que la rationalisation de la consommation devient une priorité pour la ville, surtout que toute quantité d’eau prélevée au profit de la région, lui correspond un sacrifice en matière de production économique dans les régions de fournitures surtout que ces ressources deviennent elles-mêmes sujettes à l’exploitation excessive, et sont menacées d’épuisement avec des apports pluviaux de plus en plus avares. 1-2- Gestion des milieux naturels 1-2-1- Gestion du littoral et des eaux côtières 1-2-1-1-Cadre institutionnel et règlementation en matière d’aménagement du littoral en Tunisie La composante règlementaire qui définit les institutions les plus concernées par le littoral et les écosystèmes marins, est représentée par un nombre de ministères et d’agences nationales, ainsi que des centres ayant pour vocation, la planification de l’aménagement du littoral et un suivi de son évolution au cours du temps. Parmi ces institutions figurent principalement : - Le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable - Le Ministère de l’Agriculture et des Ressources Hydrauliques - Le Ministère de l’Equipement, des Habitats et de l’Aménagement du territoire - Le Ministère du Tourisme - Le Ministère de l’Intérieur et du Développement Local - L’APAL (crée par la loi N° 72 du 24 Juillet 1995 ; apparue dans le JORT N° 61 du 1er Aout 1995) et l’Observatoire du Littoral (Tous deux affiliés au Ministère de l’Environnement et du Développement Durable) - L’AFT et l’ONTT (sous la tutelle du Ministère du Tourisme) - Le CITET crée par la loi N° 96 – 25 du 25 Mars 1996 Les principales dispositions et textes de loi régissant l’aménagement et la gestion du littoral sont: - La loi N° 73 du 24 Juillet 1995 relative au DPM (Domaine Public Maritime) qui déclare propriété de l’Etat une zone littorale large de 100 m sur laquelle il est défendue de bâtir. - La Loi N° 29 du 03 Avril 1996 pour l’institution d’un plan national d’intervention urgente pour lutter contre les événements de pollution marine - Article 2514 , Chapitre IV du Code de l’Urbanisme. 14 Modifié par la loi N° 78 du 29 Décembre 2003
  24. 24. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 1-2-1-2-Littoral et mer : Menaces et Pressions 1-2-1-2-1- Etalement de l’urbanisation et situation du DPM Le traitement des images par satellite permet de montrer la vitesse de l’artificialisation bonde littorale large de 1 Km (1196 ha), la partie artificialisée est de 1008 ha, ce qui correspond à un taux d’artificialisation de 84%. 31% du bâtie de toute la commune de Sousse est concentrée sur une bonde de 1 Km du trait de côte, pourtant cette bande ne représente q communal. Le déséquilibre entre les proportions en sites protégés et territoires urbanisés, diminue considérablement l’attractivité de la ville. L détente. L’urbanisation qui est parfois étendue au dépend des espaces naturels et dans le DPM conduit à la destruction des cordons dunaires, aux déséquilibres des systèmes côtiers et à l’amaigrissement des plages. Sur la plage de Gaied Souassi jusqu’à la plage de Sidi Abdelhamid, plusieurs h proliféré en aval de la dune bordière, dépassant ainsi les limites du DPM, malgré les efforts déployés par l’APAL afin de maîtriser au mieux cette invasion du territoire. Les édifices et les habitations qui piétinent le DPM courent un plus qu’un bon nombre d’entre eux est déjà submergé par les eaux, suite au recul du trait de côte et l’élévation de niveau de la mer. La délimitation de Domaine Public Maritime du littoral de la ville de Sousse a été effectuée en 1994, selon l’arrêté N° 1389 du 21 Juin 1994. Figure 5: Etat des habitations sur le DPM au niveau de la Plage de Gaied Souassi (littoral sud de la ville de Sousse) Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT : Menaces et Pressions Etalement de l’urbanisation et situation du DPM Le traitement des images par satellite permet de montrer la vitesse de l’artificialisation large de 1 Km (1196 ha), la partie artificialisée est de 1008 ha, ce qui correspond à un taux d’artificialisation de 84%. 31% du bâtie de toute la commune de Sousse est concentrée sur une bonde de 1 Km du trait de côte, pourtant cette bande ne représente que 17.7% du territoire Le déséquilibre entre les proportions en sites protégés et territoires urbanisés, diminue attractivité de la ville. Les résidents et les touristes manquent de lieux de ois étendue au dépend des espaces naturels et dans le DPM conduit à la destruction des cordons dunaires, aux déséquilibres des systèmes côtiers et à l’amaigrissement des Sur la plage de Gaied Souassi jusqu’à la plage de Sidi Abdelhamid, plusieurs habitats spontanés ont proliféré en aval de la dune bordière, dépassant ainsi les limites du DPM, malgré les efforts déployés par l’APAL afin de maîtriser au mieux cette invasion du territoire. Les édifices et les habitations qui piétinent le DPM courent un risque majeur d’inondation, d’autant plus qu’un bon nombre d’entre eux est déjà submergé par les eaux, suite au recul du trait de côte et l’élévation de niveau de la mer. La délimitation de Domaine Public Maritime du littoral de la ville de ffectuée en 1994, selon l’arrêté N° 1389 du 21 Juin 1994. : Etat des habitations sur le DPM au niveau de la Plage de Gaied Souassi (littoral sud de la 23 Le traitement des images par satellite permet de montrer la vitesse de l’artificialisation : sur une large de 1 Km (1196 ha), la partie artificialisée est de 1008 ha, ce qui correspond à un taux d’artificialisation de 84%. 31% du bâtie de toute la commune de Sousse est concentrée sur une ue 17.7% du territoire Le déséquilibre entre les proportions en sites protégés et territoires urbanisés, diminue es résidents et les touristes manquent de lieux de ois étendue au dépend des espaces naturels et dans le DPM conduit à la destruction des cordons dunaires, aux déséquilibres des systèmes côtiers et à l’amaigrissement des abitats spontanés ont proliféré en aval de la dune bordière, dépassant ainsi les limites du DPM, malgré les efforts déployés risque majeur d’inondation, d’autant plus qu’un bon nombre d’entre eux est déjà submergé par les eaux, suite au recul du trait de côte et l’élévation de niveau de la mer. La délimitation de Domaine Public Maritime du littoral de la ville de : Etat des habitations sur le DPM au niveau de la Plage de Gaied Souassi (littoral sud de la
  25. 25. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 24 1-2-1-2-2- Caractéristiques des côtes de la Ville de Sousse et rythme de fréquentation des plages Le littoral de Sousse constitue un capital inestimable du fait de la valeur de ses écosystèmes et de sa fonction sociale et économique ainsi que de son patrimoine culturel. La baie de Sousse est située au niveau de la côte Est de la Tunisie (35° 50’ N ; 10° 50’ W)[8]. La ville de Sousse est dotée d’un littorale qui s’étend sur à peu près 15.5 Km de linéaire, constitué essentiellement de plages sableuses plus ou moins larges et aménagées pour recueillir les baigneurs pendant la saison estivale. L’examen de l’étude du Plan d’Occupation des Plages de Sousse, Hammam Sousse et Akouda (2003), permet de distinguer trois zones littorales aux dynamiques et caractéristiques différentes[9] ; - Zone 1 : Une plage touristique qui longe les côtes sur un linéaire de 6.5 Km et s’étend des limites nord de la commune jusqu’à Oued Blibène au Sud. Elle est caractérisée par une largeur moyenne de 10 à 25 m et marquée par une dune bordière de 2 à 3m. cette plage est très fréquentée par les estivants motorisés et les touristes et elle est bien équipée. - Zone 2 : Une plage populaire de 3 Km de long, comprise entre l’Oued Blibène et le port de Sousse. Elle s’étend à l’intérieur des terres avec une largeur moyenne de 30 m et dotée d’une dune bordière de 1 à 3m. Cette plage centrale est souvent sur fréquentées. Par exemple la fréquentation de la plage Boujâafar dépasse sa capacité maximale calculée sur la base 4 m2 /estivant, alors que la norme tunisienne fixe cette valeur à 8 m2 /estivant[10]. La plage est suffisamment équipée pour recevoir les baigneurs. - Zone 3 : La zone littorale de Sidi Abdelhamid est située dans la partie extrême sud de la baie de Sousse, précisément entre le port de commerce et de pêche de Sousse et l’exutoire de l’oued Hamdoun. Elle s’étend sur un linéaire de 6 Km. La largeur de la plage est disproportionnelle sur la longueur des côtes, elle varie entre 0 et 30 m, du nord allant au sud. Cette plage n’est pas équipée[9]. 1-2-1-2-3- Evolution du trait de côte sur le littoral de Sousse L’évolution du trait de côte (érosion, engraissement) est sujette à plusieurs facteurs naturels (le vent, les marées, les courants, les houles et les apports sédimentaires des bassins versants…) La nature géomorphologique du littoral de Sousse favorise le phénomène de recul du trait de côte. Du fait de sa nature sableuse, ces côtes sont vulnérables et s’apprêtent à subir d’importants reculs sous l’effet du vent et de la dérive littorale. Les plages et les dunes se transforment continuellement et cela fait partie de leur dynamique naturelle. Cependant, la plage subit actuellement une pression considérable qui risque, si elle n’est pas maitrisée, d’entrainer sa dégradation. L’évolution du trait de côte est toutefois discontinue sur le littoral de Sousse, des segments de côtes sont extrêmement modifiés, d’autres présentent des signes d’instabilités minimes. Zone 1 : la plage touristique Cette plage a connu une dégradation faible au cours des trente dernières années[9]. Deux raisons expliquent cette situation : - Les installations hôtelières sont anciennes et ont hérités d’une assiette foncière qui a rarement dépassée les limites de la dune bordière, fixée actuellement par le DPM. Les
  26. 26. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 25 dynamiques qui régissent l’équilibre des plages ayant été peu modifié, une bonne partie du capital du tourisme balnéaire a pu être ainsi sauvegardée. - L’aménagement du port El Kantaoui n’a pas affecté les dérives littorales qui régissent l’équilibre de la plage de Sousse. L’effet de démaigrissement par jeté du port est observé plus au nord du périmètre de la ville, au niveau de la plage d’El Menchia à Hammam Sousse Zone 2 : la plage populaire entre l’oued Blibène et le port de Sousse Dans cette zone les manifestations de pénéstabilité intéressent les plages s’étendant depuis la rive droite de l’Oued Blibène jusqu’à l’hôtel Boujaâfar. Cependant les modifications sont peu sensibles. Toutefois, certains signes d’érosion marquent la plage de Borj Khedija (plage Hadhramaoute) menacée par l’aménagement de l’esplanade existante. L’esplanade a favorisée l’érosion marine pour deux raisons : - Sa position à l’aval de l’enrochement prolongeant l’hôtel Boujâafar ; celui-ci diposé perpendiculairement au jeu de la dérive littorale, favorise l’accumulation au nord et l’ablation du sud. - Au niveau de Borj Khedija, ce site est fortement exposé au vent du Nord – Est. Actuellement les sables sont soumis à une déflation dont les conséquences est l’apparition de sables qui transitent à travers l’esplanade et viennent s’accumuler sur les bas-côtés des trottoirs limitrophes. La plage de Boujâafar subit par ailleurs un léger engraissement au niveau de l’embouchure de l’oued Blibène. Pour cela on peut envisager l’explication suivante : la vitesse de l’écoulement diminue jusqu’à l’embouchure de l’oued, où les eaux sont épandues et l’énergie hydraulique sera dissipée et favorise le dépôt des matières en suspension[9]. Zone 3 : le littoral sud de la ville de Sousse Des manifestations d’instabilité très graves sont remarquées dans la partie comprise entre le port de Sousse et la baie de Sidi Abdelhamid. Le trait de côte dans cette partie a reculé remarquablement depuis 1963, comme le montre la figure7. Figure 6: Photos aérienne montrant l’état du trait de côte en 1962. Source : [11]
  27. 27. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 26 Une bande du littoral de cette zone, correspondant à la plage Gaied Soussai, a totalement perdu ses plages surtout au niveau des secteurs contigus aux aménagements portuaires (port de Sousse). Ce recul a été accentué par des apports réduits en sédiments soit en provenance du continent, soit de l’avant plage. L’invasion de la dune bordière par les privés a accentuée les déperditions en cours ; la largeur des plages est de moins de 3 m voire inexistante sur la rive droite de l’Oued El Hallouf, à cause des ouvrages de protection mis en place par le Ministère du tourisme ;2 brises lames avec un enrochement afin de protéger les infrastructures routières et les établissements contre l’invasion de la mer après un recul du trait de côte au niveau de la barrière qui protège l’Avenue Hédi Nouira remarqué entre 1962 à 1983[11]. Figure 7: Photo comparative montrant l’évolution du trait de côte dans la zone sud de Sousse entre 1962 et 2010 Source : [11] Par ailleurs, depuis la mise en place du bassin de refroidissement de la centrale électrique (réalisation de 2 digues longues respectivement de 450 et 250 mètres) un important engraissement de la plage de Sidi Abdelhamid s’est produit. Situé en amont de la jetée du port, cette partie reçoit les sédiments apportés par la dérive littorale principale, suite au blocage du transit de sable vers le sud.
  28. 28. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 27 Figure 8: Etat du littoral à l’extrémité Sud au niveau de la Centrale Thermique (d’après image satellite Google Earth, site web). Source : [11] Afin de reconstituer le cordon dunaire et limiter l’avancée de la mer au niveau de la plage de Sidi Abdelhamid, les produits de dragage du bassin tranquillisant de la STEG sont utilisés, en les mélangeant au reste d’algues brunes jeté par la mer dans la mise en place des dunes artificielles Synthèse sur le bilan de sensibilité des plages à l’évolution du trait de côte La baie de Sousse semble être exposée à des activités anthropiques assez intenses ainsi qu’à un phénomène de remaniement des dunes et d’érosion des plages, quoique local, mais assez remarquable. L’érosion du trait de côte marque surtout la zone sud du littoral, à partir du port de pêche et de commerce de Sousse. Mise à part les phénomènes naturels (vents, marnage, courants) sculptant par leur force les nouveaux traits du littoral, nombreux aspects influencent et accentuent fortement cette dynamique des côtes. - L’aménagement du port de pêche et de commerce de la ville ainsi que le bassin tranquillisant de Sidi Abdelhamid - Les ouvrages de protection mis en places au sud du port jusqu’à l’Oued Hamdoun : 2 brises lames avec un enrochement afin de protéger les infrastructures routières et les établissements contre l’invasion de la mer. 2 épis entre le port de Sidi Abdelhamid et l’Oued Hamdoun ayant pour objectif d’acheminer les effluents de l’oued et protéger le bassin contre les courants violents du sud. - Le déséquilibre entre l’apport et la soustraction en sédiments avec des écosystèmes modifiés tels que les oueds qui déversent dans la mer et dont le débit a remarquablement augmenté ces dernières années, entrainant avec eaux les sédiments et favorisant l’érosion. - Les aménagements hydrauliques sur les principaux oueds, qui réduisent la charge alluviales qui atteint normalement la mer et par la même ont entrainé un déficit sédimentaire qui se traduit à long terme par une érosion des plages - Le tourisme qui a intensifié l’utilisation du front de mer par l’installation des différentes installations et équipement qui exerce une pression notable sur la plage.
  29. 29. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 28 - Des sentiers illégaux où circulent les véhicules fragilisent les dunes en cassant le cordon dunaire et endommager la végétation qui fixe le sable, conjugué par l’invasion des habitats sur le DPM. 1-2-1-2-4- Pollution des plages Le nettoyage et le ratissage des plages publiques sont à la charge des services municipaux et sont effectués surtout pendant la saison estivale. D’ailleurs la fréquence d’entretien augmente au début de la saison, pendant les mois de Mai et de Juin. Face aux ressources matérielles et humaines limitées du service communal, l’ONTT (Office National de Tourisme Tunisien) immobilise une partie de son parc d’équipement pour venir en aide à la collectivité locale dans l’entretien des plages pendant les compagnes de nettoyage. Les plages sont souvent sujettes à des pollutions occasionnées par des comportements irresponsables des baigneurs. Des déchets de tous genre sont rejetés les long des côtes et sur la plage ; les restes des plats, des mégots de cigarettes, du papier hygiénique, des sacs en plastique et des déchets d’emballage, notamment les bouteilles en plastique et les cannettes métalliques. La quantité de déchets collectée annuellement par les services municipaux s’élève à 100 tonnes15 . Pendant l’hiver, les plages sont envahies par les sachets en plastiques et toute sorte de papier emportés par le vent. Le front mer marque une accumulation d’algues et d’herbiers marins apportés par les courants marins. Les nuisances et les pollutions liées aux déchets de plage se retrouvent la plupart du temps dans la mer, avec des répercussions importantes sur la faune et la flore et l’esthétique côtière. 1-2-1-2-5- Pollution des eaux côtières et déséquilibre des écosystèmes Les analyses physicochimiques et bactériologiques sont réalisées par le service hygiène, affilié à la direction d’hygiène, du milieu et de la protection de l’environnement, sous latutelle du Ministère de la santé publique. Les prélèvements se font 1 fois tous les mois, avec une fréquence qui augmente à 2 fois par mois pendant la période estivale (Mai – Septembre). Les rapports synthétiques des analyses effectuées sont envoyés chaque 2 semaine à la direction d’hygiène, du milieu et de la protection de l’environnement à Tunis. Pendant la première quinzaine de Mai, une classification des plages est réalisée selon leurs caractéristiques physico – chimiques et bactériologiques confrontées aux normes Tunisiennes (NT 09.11 (1983) relative à Eaux de baignade – Paramètres physicochimiques et microbiologiques) et aux directives de l’OMS, suite à laquelle des courriers officiels sont envoyés au gouverneur lui faisant part des plages interdits de baignades16 . Dans le cadre d’une compagne de mesure réalisée par l’APAL six ans plutôt, l’étude des paramètres physico – chimiques a montré de fortes variations spacio – temporelles des concentrations enregistrées. Au niveau des zones d’analyses, certains points renferment de fortes teneurs en orthophosphates, en nitrites et en détergent. Quant aux métaux lourds, les résultats obtenus ont révélé des concentrations alarmantes pour le mercure et le plomb. Des teneurs considérables dépassant le seuil permis en cuivre ont été également décelés. Un haut niveau de ces substances dans l’eau témoigne d’une contamination industrielle tellurique et chimique couplée à une 15 Chiffre annoncé dans la section du présent rapport 16 Informations fournies par la DHMPE
  30. 30. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 29 évacuation de grandes quantités de matière organique, dont l’origine est les déchets animaliers ou humains bruts. 17 Enfin, la composante microbiologique montre des concentrations plus ou moins importantes en germes indicateurs de pollution par le dénombrement des coliformes totaux, des coliformes fécaux et des streptocoques fécaux, selon les points d’analyses. 18 Le degré d’impact de cette pollution sur la dégradation de l’environnement naturel du milieu marin diffère d’une zone à l’autre. La zone littorale sud de Sousse semble être la plus exposées aux nuisances. Des concentrations élevées et continues de germes sont observés au niveau de la plage de Sidi Abdelhamid et la plupart du temps au niveau de la plage Gaied Souassi. Occasionnellement, des dépassements sont décelés au niveau de la plage de Boujâafar. La plage de Sidi Abdelhamid est interdite de baignade depuis plusieurs années, sur avis du Ministère de la Santé Publique. Celle de Gaied Sousassi est dans la plupart du temps inapte à la baignade. Les activités telluriques, l’aménagement des bassins versants conjugués à quelques facteurs naturel ont entraîné outre l’érosion des plages la détérioration des herbiers et par la même le déséquilibre des écosystèmes littoraux. Les défaillances constatées peuvent être expliquée en grande partie par les facteurs suivants : - Les rejets d’eaux usées domestiques et industrielles brutes charriées, soit directement vers la mer par des canaux et des émissaires, soit par l’intermédiaire des différents oueds aboutissant à la mer de la ville de Sousse, rejettent une pollution essentiellement organique occasionnant une contamination des eaux et accentuant l’eutrophisation de l’écosystème. - L’emplacement des rejets des effluents des stations d’épuration qui en période de pointe, travaillent à saturation et rejettent des volumes d’eaux non traitées (station Sousse sud via l’oued Hallouf et station Sousse Nord via un émissaire directement dans la mer) - L’approvisionnement en gaz – oil se fait sur quai via une citerne installée dans le port de Sousse. Les fuites de carburant lors de l’approvisionnement et la vidange des petits moteurs des bateaux de pêche constituent une source continue de pollution dans le port[3]. Une pollution en hydrocarbure est donc envisageable. - Evacuation non contrôlée des activités de transformation première et de conditionnement de poissons au niveau du port de pêche qui jettent directement en mer leurs déchets à l’état brut. - Les raccordements du réseau d’eaux pluviales sont acheminés vers la mer (un peu au sud du port de pêche et de commerce). Ce réseau manque d’entretien et charge à la mer différentes formes de pollution (déchets solides d’emballage, eaux usées provenant des activités des petits métiers tels que les garages des mécaniciens, les eaux usées de la Medina…). Ces rejets provoquent l’eutrophisation du milieu récepteur. - Les ouvrages de protection mis en place au niveau de la plage Gaied Souassi provoque la stagnation de l’eau et favorise un développement intense de colonies d’algue, source de pollution et de mauvaise odeur. - l’Oued Hamdoun qui est sujet à l’effet couplé d’une pollution thermique (rejet des eaux de refroidissement de la centrale électrique de la STEG) et une pollution organique et minérale 17 Les données relatives aux analyses physico – chimique sont fournies par l’APAL 18 Les données relatives aux analyses bactériologiques sont fournies par le DHMPE
  31. 31. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 30 (rejet d’eaux pluviales de la centrale, rejets urbains et industriels) déverse ses effluents dans la plage de Sidi Abdelhamid. Entre autre cette pollution organique et thermique, avec l’écoulement en continu des eaux de l’oued, a provoqué via le réseau trophique la perturbation écologique conduisant à une prolifération massive et inhabituelle des méduses dans la baie de Sousse. D’ailleurs une prolifération massives d’ulves, un signe d’eutrophisation du milieu est décelée sur les bords de l’oued[12]. Une étude de dépollution de l’Oued Hamdoun, réalisée en 2010 par la Direction Régionale de l’Environnement et du Développement Durable [13], propose, en concertation avec les responsables de la STEG, l’aménagement d’une digue supplémentaire au niveau de l’embouchure de l’oued afin de dissiper la tâche thermique au niveau des côtes. L’implantation de cet ouvrage coûtera dans les environs de 2 523 500 DT et le suivi du projet sera à la charge de l’APAL[13]. Figure 9: prolifération d’ulves sur les rives de l’Oued Hamdoun à l’embouchure vers la mer de Sidi Abdelhamid 1-2-1-2-6- Impact du changement climatique sur les risques littoraux et plans de protection A ces pressions littoraux (accroissement de l’urbanisation, l’effet délétère de certains ouvrages de protection, la sur fréquentation des plages, les embouchures des oueds…) une menace qui pèse actuellement sur les côtes serait l’effet des changements climatiques. L’augmentation du niveau de la mer, la puissance et la fréquence des phénomènes climatiques (vents, houles…) aggraveraient la menace sur la stabilité des côtes fragilisées ; la vitesse d’érosion des côtes serait de plus en plus accélérée et le retrait serait plus marqué. Face à cette situation, il est remarquable que les actions soutenues de protection et de prévention ne soient pas entreprises d’urgence. Ce qui menace fortement les écosystèmes marins et la stabilité des côtes de la baie de Sousse.
  32. 32. Stratégie de Développement de la Ville de Sousse Rapport de Pré Diagnostic ENVIRONNEMENT 31 Les actions menées ce sont limitées à la mise en place des ouvrages de protection, dont l’impact à long terme reste à évaluer, et l’élaboration de programmes pour la réhabilitation des plages et la restitution artificielle des dunes. Dans l’ensemble, la stratégie nationale tend vers des actions locales d’adaptation plutôt que vers l’élaboration de plans d’actions planifiés de prévention des menaces littoraux. En effet, il est nécessaire de mener des recherches plus pointues afin de mieux connaître et comprendre l’évolution du climat dans la région. La concentration de l’activité touristique sur le littoral exerce des pressions sous la forme d’érosion et de pollution de l’eau de mer. Ceci représente un signe de non durabilité de l’activité touristique essentiellement balnéaire et affecte la compétitivité touristique à long terme. 1-2-2- Zone humide : la Sebkha de Sousse La Sebkha de Sousse est située dans la zone Nord-ouest de la ville. Elle ouvre sur la route régionale N°82, et est localisée à côté de la station d’épuration de Sousse Sud. Elle s’étend sur une superficie humide de 43 ha, et alimenté essentiellement par les apports pluviométriques pendant la saison hivernale. Elle abrite une faune peu abondante et accueille pendant le flux de migration des oiseaux quelques dizaines de flamands roses. Actuellement la sebkha n’est pas exploitée et se tarie complètement pendant l’été et se couvre d’une couche de sel. Malgré qu’elle soit classée depuis 1996 et reconnue comme zone humide par le Ministère de l’agriculture19 , cette zone continue aujourd’hui à être utilisée comme exutoire de tous types de déchets. La sebkha de Sousse a été exploitée depuis 1980 par les services municipaux comme dépotoirs de déchets solides, fautes de décharges contrôlée. Actuellement cette zone continue à être un lieu de décharge alternatif pour la commune de Sousse, pour y déposer les DMA et les déchets de construction surtout pendant les périodes où la décharge d’Oued Laya soit fermée, comme ça été le cas pendant le mois de Novembre 2012. Outre la pollution visuelle que cette accumulation de déchets engendre, le déversement des eaux usées non traitées pendant les périodes de surexploitation de la STEP Sousse Sud, occasionne la pollution du plan d’eau affectant ainsi l’écosystème de la zone humide. Suite aux études environnementales réalisées par le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable en 1995 et à l’élaboration du Plan Vert du Grand Sousse (1996), la sebkha de Sousse a été réhabilitée en interdisant le dépôt de tout déchet polluant, selon l’article 226 du Code des Forêts (approuvé par la loi N°20 du 13 Avril 1988, dans le JORT N°25 du 15 Avril 1988). Dans le cadre d’un projet Hollandais, il a été proposé d’aménager la sebkha en un parc urbain de 60 ha, surtout que les terrains aux alentours du bassin d’eau ne sont pas sujets à des problèmes fonciers. Ce projet semble avoir disparu, il n’est jusqu’à l’heure actuelle pas entamé20 . 19 Classée N° 17 dans la Cartographie des zones humides ; Ministère de l’agriculture, 1996 20 L’essentiel de ses informations est recueilli depuis la Direction Régionale de l’Environnement

×