FAIT N°9FAIT N°9Processus du changement de mode degouvernance localeFévrier 2013
DESCRIPTIONL’individu au centre de l’espace publicLa révolution citoyenne a replacé l’individu au centre de l’espace publi...
DESCRIPTIONManque de représentativitéManque de représentativité des acteurs locaux : On passe de la notion d’éluslocaux à ...
DESCRIPTIONClivage de l’élite politiqueMalgré la stabilité sociale et l’absence de sursauts sociaux sporadiques, lanouvell...
DESCRIPTIONDéficit de données au niveau communalSoit par inexistence, obsolescence ou rareté, il y a un déficit de données...
JUSTIFICATIONSManque de représentativité élective citoyenneInstauration d’une délégation spéciale au niveau du conseil com...
JUSTIFICATIONSInstabilité de l’élite politico-administrativeAu niveau notamment des EPIC et EPA et services extérieurs de ...
DEFIS ECONOMIQUES9.1 Processus de développement économique participatif.La réalisation des initiatives conjointes quant à ...
DEFIS DE GOUVERNANCE9.5 Renforcement des capacités et compétences des collectivités localesIl se fait à travers l’attribut...
DEFIS DE GOUVERNANCE9.8 Renforcement des activités associativesLa répartition efficace et équitable, selon les plans et pr...
DEFIS DE GOUVERNANCE9.11 Unification de l’information sur la villeL’unification des données permet de faire face à la diff...
DEFIS D’URBANISME9.13 Politique urbaine localeDévolution de la politique d’aménagement urbain de la ville aux acteurs publ...
DEFIS SOCIAUX9.15 La bonne gouvernance comme moyen pour promouvoir le Bien Etre.La bonne gouvernance renferme l’ensemble d...
PROJETSObservatoire des déplacements, projet RAMUDDate prévu de lancement : 2013Maitrise d’ouvrage : Municipalité de Souss...
PROJETSProjet Démocratie LocaleDate de lancement : 2013Maitrise d’ouvrage : Municipalité de SousseContenu :Localisation : ...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Fait n°9 processus du changement de mode de gouvernance locale v1

211

Published on

La révolution citoyenne a replacé l’individu au centre de l’espace public, nouvellement conquis. Il en résulte l’émergence d’une nouvelle approche des institutions étatiques et de nouveaux rapports entre les différentes composantes de la société. La Tunisie a toujours connu une gouvernance centralisée: le cadrage local était très faible avec une absence de volonté politique pour l’émergence d’une gouvernance locale.

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
211
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
10
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Fait n°9 processus du changement de mode de gouvernance locale v1

  1. 1. FAIT N°9FAIT N°9Processus du changement de mode degouvernance localeFévrier 2013
  2. 2. DESCRIPTIONL’individu au centre de l’espace publicLa révolution citoyenne a replacé l’individu au centre de l’espace public,nouvellement conquis. Il en résulte l’émergence d’une nouvelle approche desinstitutions étatiques et de nouveaux rapports entre les différentes composantesde la société.Approche centraliséeLa Tunisie a toujours connu une gouvernance centralisée: le cadrage local était trèsLa Tunisie a toujours connu une gouvernance centralisée: le cadrage local était trèsfaible avec une absence de volonté politique pour l’émergence d’une gouvernancelocale.Des zones côtières favoriséesLe système de gouvernance, à l’échelle national, était défaillant du fait de laconcentration manifeste en faveur des zones côtières. Il s’est créé un déséquilibredes systèmes urbains au niveau national et régional (Carence manifeste des villesmoyennes) et un réseau de transport focalisé sur le littoral.Février 2013 Processus du changement de mode de gouvernance locale 2
  3. 3. DESCRIPTIONManque de représentativitéManque de représentativité des acteurs locaux : On passe de la notion d’éluslocaux à un concept nouveau, forgé pour la circonstance en 2011, de déléguésspéciaux.Instabilité des institutions localesFait corroboré après coup de la « révolution », provenant de la contestation ausein de l’élite politico économique de la légitimité des acteurs publics locaux.sein de l’élite politico économique de la légitimité des acteurs publics locaux.Société civile structurée mais non mise en réseau et fonctionnelleAugmentation en nombre des structures associatives avec une prédominance dusocial et caritatif sur les autres domaines mais sans réseautage.Février 2013 Processus du changement de mode de gouvernance locale 3
  4. 4. DESCRIPTIONClivage de l’élite politiqueMalgré la stabilité sociale et l’absence de sursauts sociaux sporadiques, lanouvelle élite politique n’a pas pu créer un consensus minimal pour la gestion dulocal et a tendance à reproduire artificiellement le clivage national.Découpage administratif d’arrondissements communaux inopérantMême si il existe un déséquilibre démographique flagrant entre lesarrondissements, la tendance est à maintenir le découpage malgré sonarrondissements, la tendance est à maintenir le découpage malgré sondisfonctionnement social.Recouvrement d’impôts locaux inerte ou non spontanéPhénomène grandissant après 2011, la collectivité locale joue alors l’instrumentde « la prédation » avec le citoyen récalcitrant et ce à travers la prestation d’unservice administratif fourni en contrepartie du paiement de l’impôt.Février 2013 Processus du changement de mode de gouvernance locale 4
  5. 5. DESCRIPTIONDéficit de données au niveau communalSoit par inexistence, obsolescence ou rareté, il y a un déficit de données au niveaude la ville. La plus part de celles communiqués par les pouvoirs publics le sont auniveau national ou en référence au gouvernorat. Par ailleurs, les donnéesdisponibles actuellement, même au niveau de l’INS sont désuètes et nepermettent pas de disposer d’indicateurs fiables.Manque au niveau de la « fabrication » de donnéesD’une part actuellement, les données sont centralisées au niveau des institutionsD’une part actuellement, les données sont centralisées au niveau des institutionsétatiques, ce qui complique leur collecte et leur disponibilité au niveau duterritoire communal.Culture du partage et de la transparence inexistante.L’opacité de l’action publique appliquée depuis toujours et le manque deconfiance autour de l’autorité n’ont pas favorisé le développement d’une culturede partage de données tant à Sousse qu’en Tunisie en général. Aujourd’hui, lesinstitutions publiques ne disposent ni d’un service dédié à la communication dedonnées ni de personnel ayant comme prérogative la collecte et la diffusion.Février 2013 Processus du changement de mode de gouvernance locale 5
  6. 6. JUSTIFICATIONSManque de représentativité élective citoyenneInstauration d’une délégation spéciale au niveau du conseil communal de lamunicipalité, faute d’élections libres à temps après la démission des membres et ladissolution de l’ancien conseil. Du coup, un manque de légitimité politiquecitoyenne paralyse le staff municipal et l’accule à gérer le quotidien et leprovisoire.Prestation de services communaux variablePrestation de services communaux variableMalgré l’accroissement démographique de certains arrondissements communaux,le service municipal fourni n’a pas suivi l’évolution, ce qui a créé undisfonctionnement quant à l’égalité de prestation de service pour les citoyens.Défiance de la gouvernance régionale et localeNon représentativité du conseil régional supranational et du conseil communal.Absence d’institutions intercommunales dans la ville de Sousse.Février 2013 6Processus du changement de mode de gouvernance locale
  7. 7. JUSTIFICATIONSInstabilité de l’élite politico-administrativeAu niveau notamment des EPIC et EPA et services extérieurs de l’administration àSousse. Changement multiple à la tête des services extérieurs (Une moyenne de2,5 fois / 1 an et 4 mois) sans impact réel ou motif technique, démontrant unemanque de concertation et d’interaction au sein de l’élite indiquée.Qualité de vie urbaine à niveaux multiplesLe développement inégal sur le plan social et urbain de certaines localités auLe développement inégal sur le plan social et urbain de certaines localités audétriment d’autres a eu pour conséquence l’apparition de problèmes au niveau dela cohésion sociale et un sentiment d’exclusion sociale, source de tensions et declivages sociaux.Les indicateurs indispensables au développement de stratégiesL’existence de données est une condition fondamentale pour agir dans une ville àtravers l’orientation des choix politiques. La disponibilité et l’actualisation desdonnées permet l’élaboration d’un diagnostic fiable et permanent, en vue demettre en place des stratégies de développement fiables.Février 2013 7Processus du changement de mode de gouvernance locale
  8. 8. DEFIS ECONOMIQUES9.1 Processus de développement économique participatif.La réalisation des initiatives conjointes quant à leur élaboration par les acteurséconomiques et les autorités locales assurent une répartition équitable des bienset services à l’échelle de la ville et un investissement équilibré et profitable quirépond aux besoins économiques locaux.9.2 Incitations internationales à l’échelle locale.Etablir un partenariat direct avec des villes (Jumelage, parrainage, etc.) étrangèreset recevoir des fonds internationaux permet à la ville un rayonnementinternational, lui ouvrant la voie à un essor économique certain.9.4 Incitations locales à l’investissement national et étranger.L’activité économique est par essence spontanée (laisser faire) et ne peut êtrecanalisée. Toutefois, par la promulgation d’une panoplie d’incitations locales(avantages fiscaux, aménagements de terrains, systèmes d’emploi, etc.) lesprometteurs et les entreprises seront en mesure d’investir dans la ville.Février 2013 8Processus du changement de mode de gouvernance locale
  9. 9. DEFIS DE GOUVERNANCE9.5 Renforcement des capacités et compétences des collectivités localesIl se fait à travers l’attribution effective de responsabilités (un pouvoir décisionnelautonome et non tributaire d’autre) et la dotation de ressources suffisantes (soitalloués, soit propres, soit un pouvoir de lever des impôts).9.6 Représentation légale et légitime de l’élite politico administratif localLe processus électoral est le seul garant d’une représentativité efficace de l’éliteLe processus électoral est le seul garant d’une représentativité efficace de l’élitepolitique locale qui puisera sa légitimité sur l’assise représentative et sa légalitédans la périodicité du déroulement des élections.9.7 Représentation de la Société Civile auprès de la communeClassifiée par thème d’intervention, les ONG auront un droit de proposition et desuivi des projets locaux.Février 2013 9Processus du changement de mode de gouvernance locale
  10. 10. DEFIS DE GOUVERNANCE9.8 Renforcement des activités associativesLa répartition efficace et équitable, selon les plans et projets exécutables, de lasubvention communale peut être un palliatif efficace pour la durée et l’existencemême de l’activité associative et éviter ainsi les dons conditionnés étrangers.9.9 Renforcement des structures décentralisées.Redéfinir la commune et ses institutions et leur donner les moyens humains etfinanciers. La municipalité n’est pas un découpage spatial, elle est un pouvoir definanciers. La municipalité n’est pas un découpage spatial, elle est un pouvoir dedécision territoriale qu’il faudrait définir, préciser et lui donner les moyens.9.10 Participation et coordination des acteursFace à la multiplication des acteurs disposant d’informations et de données, laparticipation de ces différents acteurs notamment les universitaires et leurscoordinations permettra d’intégrer le maximum de sources données parfoisfaiblement exploité (tels la sphère universitaire), de garantir une cohérenceglobale et de réduire les éventuelles contradictions.Février 2013 10Processus du changement de mode de gouvernance locale
  11. 11. DEFIS DE GOUVERNANCE9.11 Unification de l’information sur la villeL’unification des données permet de faire face à la difficulté de collecte engendréepar leurs éclatement sectoriel (ministères, agences publiques, etc.) et la difficultéde l’exploitation engendrée par les différentes logiques sur lesquelles se basecertains operateurs (assainissement, électricité, etc.). L’unification de l’informationet la coordination de sa collecte et de sa fabrication permet de constituer unréférentiel commun pour tous les différents acteurs qu’il est prévu d’impliquerdans le cadre d’une gouvernance locales. C’est en ayant une base commune qu’ilest possible d’articuler les différentes interventions et d’avoir une cohérenceest possible d’articuler les différentes interventions et d’avoir une cohérenceglobale des différentes actions.9.12 Observation à l’échelle de la commune.En dehors de l’INS et de quelques observatoires nationaux, il est très rare derencontrer une observation locale instituée. En continuité avec la décentralisationprévue par la nouvelle constitution, ce défis vise à décentraliser également (selonle principe de subsidiarité) la fonction de l’observation par la création etl’actualisation d’une base de données à l’échelle de la commune et regroupantl’ensemble des secteurs (économie, société, territoire, environnement, etc.).Février 2013 11Processus du changement de mode de gouvernance locale
  12. 12. DEFIS D’URBANISME9.13 Politique urbaine localeDévolution de la politique d’aménagement urbain de la ville aux acteurs publicslocaux. Permettre aux Conseils locaux, et régionaux, élus démocratiquement deprendre en charge et de débattre leurs priorités d’aménagement urbainconformément à leurs besoins et spécificités. Ainsi, certains aspects urbainsnotamment de proximité doivent être du ressort des autorités locales qui décidedes orientations locales tout en tenant compte des intérêts nationaux.9.14 Passage du gouvernement de la ville à la gouvernance locale9.14 Passage du gouvernement de la ville à la gouvernance localeLe premier assure la gestion séparée des différentes composantes de la ville(humaines, sociales, urbaines, économiques, etc.) alors que le deuxième est unegestion intégrée qui tient compte simultanément de ces différentes composantes.Février 2013 12Processus du changement de mode de gouvernance locale
  13. 13. DEFIS SOCIAUX9.15 La bonne gouvernance comme moyen pour promouvoir le Bien Etre.La bonne gouvernance renferme l’ensemble des pratiques de gestion publique, deresponsabilisation et du contrôle en vue d’améliorer les conditions de vie des gens.Ainsi le renforcement de la bonne gouvernance sera un défi pour améliorer le BienEtre dans la ville.9.16 L’instauration d’une base de connaissances solides.La ville de Sousse a besoin d’une base de connaissance solide pour bien évaluer sasituation actuelle et son futur potentiel de développement. Cela implique que laville doit mieux comprendre ses points forts et ses points faibles, avoir une bonneconnaissance de sa diversité et de sa créativité.Février 2013 13Processus du changement de mode de gouvernance locale
  14. 14. PROJETSObservatoire des déplacements, projet RAMUDDate prévu de lancement : 2013Maitrise d’ouvrage : Municipalité de SousseContenu : observation et analyse des déplacements au niveau de la ville.Localisation : espace communalFévrier 2013 14Processus du changement de mode de gouvernance locale
  15. 15. PROJETSProjet Démocratie LocaleDate de lancement : 2013Maitrise d’ouvrage : Municipalité de SousseContenu :Localisation : Ville de SousseFévrier 2013 15Processus du changement de mode de gouvernance locale
  1. A particular slide catching your eye?

    Clipping is a handy way to collect important slides you want to go back to later.

×