Your SlideShare is downloading. ×
Fait n°6 dépendance à l'europe v1
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Introducing the official SlideShare app

Stunning, full-screen experience for iPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Fait n°6 dépendance à l'europe v1

89
views

Published on

L’Europe est le principal client en termes d’exportations de biens et services locaux, plus de 60% des exportations de la ville sont dirigées vers l’Europe. Par ailleurs, le marché européen constitue …

L’Europe est le principal client en termes d’exportations de biens et services locaux, plus de 60% des exportations de la ville sont dirigées vers l’Europe. Par ailleurs, le marché européen constitue le principal émetteur pour le secteur touristique où il couvre 80% des arrivées et des nuitées, contre seulement 1% pour les pays de l’Asie et une part très négligeable des pays du Moyen Orient et des pays de l’Afrique.
Aujourd'hui Les crises économiques vécus par les pays d’Europe se répercutent sur celle de la ville de Sousse et fragilise les rapports de partenariats.

Published in: News & Politics

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
89
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
5
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. FAIT N°6FAIT N°6Dépendance au marché européenFévrier 2013
  • 2. DESCRIPTIONL’Europe premier clientL’Europe est le principal client en termes d’exportations de biens et serviceslocaux, plus de 60% des exportations de la ville sont dirigées vers l’Europe. Parailleurs, le marché européen constitue le principal émetteur pour le secteurtouristique où il couvre 80% des arrivées et des nuitées, contre seulement 1% pourles pays de l’Asie et une part très négligeable des pays du Moyen Orient et despays de l’Afrique.Cette grande disparité est du au fait que les tours opérateurs européens ontconstitué depuis les années 1970, les principaux partenaires commerciaux qui ontconstitué depuis les années 1970, les principaux partenaires commerciaux qui ontaujourd’hui la mainmise sur le secteur et ont porté préjudice aux acteurs locaux,sur les quels ils exercent une pression considérable dans la négociation des prix.Face à une telle situation, les hôteliers se sont dans l’obligation de réduire leurstarifs et par conséquent de faire des concessions sur la qualité de service.Février 2013 Dépendance au marché européen 2
  • 3. DESCRIPTIONL’Europe principal pourvoyeur de touristes.De plus la forme la plus développé du tourisme dans la ville est le tourismebalnéaire. Cependant la ville dispose d’un ensemble de potentialités qu’il seraitintéressant d’exploiter et qui peuvent intéresser le marché européen, considérécomme principal émetteur du secteur, tels que le tourisme de santé, le tourismeculturel, etc.L’Europe principal partenaire industriel.Cette dépendance économique à l’Europe ne se limite pas uniquement au secteurtouristique mais touche aussi le tissu industriel de la ville, dans la mesure où elleest considérée comme un partenaire principal pour les pays de l’Europe. Mais cetouristique mais touche aussi le tissu industriel de la ville, dans la mesure où elleest considérée comme un partenaire principal pour les pays de l’Europe. Mais cepartenariat est dominé par des activités de sous-traitance, essentiellement pourles deux secteurs les plus importants de la ville, à savoir le textile et l’habillementet le matériel électronique. Ces secteurs représentent 90% des exportations de laville. L’activité de sous-traitance reste une activité vulnérable de nature précaire etde valeur ajoutée très limitée. En règle générale, les sous-traitants importent lesproduits semi-finis des donneurs d’ordres européens qui se chargent de lacommercialisation et parfois de la distribution finale, bénéficiant ainsi de leursmarges. Les liens en amont et en aval d’une telle activité sont minimes, ce quisignifie que la valeur des exportations qui revient réellement à la ville estrelativement basse.Février 2013 3Dépendance au marché européen
  • 4. DESCRIPTIONL’Europe, partenaire privilégié.La Tunisie membre de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce) après lasignature de l’accord du GATT (General Agreement on Tarifs and Trade). L’objectifprincipal de cet accord multilatéral était la liberté des échanges par l’abaissementdes droits de douane et la réduction des restrictions quantitatives ou qualitativesaux échanges. Seuls les pays membres de l’OMC bénéficiaient de cet accord.La signature d’un accorde de libre échange avec l’Union EuropéenneRenforcement du partenariat Tunisie-UE avec la signature de l’accord duRenforcement du partenariat Tunisie-UE avec la signature de l’accord dupartenaire privilégié en 2012.Entre autre, la ville a singé plusieurs accords de jumelage avec diverses villesEuropéennes dont l’échange reste limité à des activités culturelles relativementrares. Ces accords peuvent être développés davantage pour porter sur un échangeéconomique potentiel.Février 2013 4Dépendance au marché européen
  • 5. JUSTIFICATIONSIntensification de la concurrenceLes exportations des produits manufacturiers sont lourdement concentrées sur letextile et l’habillement. Avec le démantèlement de l’Accord Multi Fibre (AFM), laville est désormais confrontée à une concurrence plus dure sur les marchés del’Union européenne, surtout en provenance de l’Asie et de l’Europe de l’Est, avecdes coûts de main d’œuvre plus bas et/ou une productivité plus forte. Ce risqueest extrêmement élevés vu le fort degré de dépendance vis-à-vis de l’UnionEuropéenne qui achètent 90% des exportations de la ville. De plus que la plupartEuropéenne qui achètent 90% des exportations de la ville. De plus que la plupartde ces exportations proviennent de la sous-traitance, une activité vulnérable àvaleur ajoutée très limitée.Conjoncture économiqueLes crises économiques vécus par les pays d’Europe se répercutent sur celle de laville de Sousse et fragilise les rapports de partenariats.Février 2013 5Dépendance au marché européen
  • 6. JUSTIFICATIONSUn potentiel à exploiterLa structure actuelle des exportations présente toutefois quelques points positifsqu’il est nécessaire de développer et qui présentent un fort potentiel. En effet, ilexiste un certain nombre de nouveaux produits à l’exportation en croissance telsque les faisceaux de câble, les composants électroniques, certains produitsplastiques, etc. mais leur part dans les exportations reste toutefois limitée. Cesproduits promoteurs et particulièrement ceux à fort contenu technologiquenécessitent pour leur développement des actions vigoureuses en matièred’investissement physique et humain, de maîtrise technologique, de recherche etdéveloppement, etc.Coût de la main d’œuvreLe coût de la main d’œuvre locale constitue un facteur déterminant pourl’attractivité des IDE. Les salaires de la main d’œuvre non qualifiée en Tunisie enmoyenne, dans le secteur manufacturier sont légèrement plus bas qu’en Egypte,au Maroc et en Turquie. Les salaires tunisiens demeurent compétitifs même parrapport à la Pologne et à la Hongrie mais le différentiel est essentiellement de 10%à 20%, ce qui n’est probablement pas suffisant pour combler l’écart deproductivité. Par ailleurs les salaires en Chine et en Inde sont trois fois plus basqu’en Tunisie. Il est également intéressant de noter que, dans une enquête récentesur la perception des investisseurs sur l’attractivité relative des pays de laméditerranée, en terme de main d’œuvre qualifiée à bon marché, la Tunisie a éténoté 8/10.Février 2013 6Dépendance au marché européen
  • 7. DEFIS ECONOMIQUES6.1 Qualité des produits locauxL’amélioration de la qualité des produits locaux et leur conformité aux normesinternationales et miser sur des produits de luxe et une technologie très avancée.6.2 Marché à potentiel élevé dans le secteur touristiqueDiversifier les marchés partenaires, qui présentent un potentiel à exploiter, tel quele marché maghrébin et lui assurer un produit qui répond à ses besoins et sesexigences.Cette diversification doit porte également sur le produit lui-même qui ne devraitplus se contenter du tourisme balnéaire et développer d’autres niches.plus se contenter du tourisme balnéaire et développer d’autres niches.6.3 De la sous-traitance à la « co-traitance »S’orienter vers un partenariat européen débouchant sur la « co-traintance » (etnon plus sur la sous-traitance).L’activité de sous-traitance demeure le métierindustriel le plus exporté, en témoigne le niveau excessif des importations dusecteur. Les donneurs d’ordre sous traitent à des entreprises locales les tâches lesplus répétitives et disqualifiées du processus de fabrication. La vraie garantie desurvie des entreprises locales est de pouvoir vendre un produit fini avec lemaximum de matières premières produites localement.Février 2013 7Dépendance au marché européen
  • 8. DEFIS ECONOMIQUES6.4 Promotion des exportations de servicesLe choix des services offrant des opportunités rapides d’exportation doit seconcentrer sur des secteurs porteurs et innovants à forte valeur ajoutée tels queles services informatiques, d’ingénierie, comptables, d’audit et de conseil, etc. Lamise en œuvre de cette stratégie permettrait une forte réduction de lavulnérabilité de la ville par rapport aux fluctuations de la demande des servicestouristiques.6.5 La compétitivité coût6.5 La compétitivité coûtLes efforts d’amélioration de la compétitivité coût devraient se poursuivre parl’augmentation de la productivité du travail à travers le développement descompétences et la modernisation des procédés technologiques.6.6L’équilibre des exportationsEn termes d’exportations il faudrait trouver un équilibre entre spécialisation etdiversification. D’un côté le secteur traditionnel d’exportation ; textile ethabillement ; doit être renforcé en terme de valeur ajoutée beaucoup plus grande,tout en y incluant des produits nouveaux de moyenne et de haute gamme voués àl’exportation et en atteignant de nouveaux marchés.Février 2013 8Dépendance au marché européen
  • 9. DEFIS DE GOUVERNANCE6.7 Coordination.Les politiques de promotion des exportations doivent être ciblées par unemeilleure coordination et communication entre toutes les parties impliquées, uneamélioration de la qualité et de l’efficacité des services fournis, un renforcementdes programmes spécifiques aux PME, une amélioration de la disponibilité entermes de financement des exportations et du système assurance-crédit àl’exportation, y compris la couverture du risque de change.6.8 Partenariat public/privéUne dépendance réduite vis-à-vis de la sous-traitance exigera un effort conjointdes secteurs privé et public. Le rôle des autorités sera déterminant pour opérercette évolution structurelle cruciale par l’encouragement d’améliorationsimportantes dans les domaines de création, de la gestion et de lacommercialisation.Février 2013 9Dépendance au marché européen
  • 10. DEFIS DE GOUVERNANCE6.9 Relance de partenariat.Les partenariats qui se sont développés entre les entreprises locales et les entrepriseseuropéennes étaient jusque là un partenariat de simples réalisations basées sur la sous-traitance, sans apports financiers ou technologiques importants. Des alliancesstratégiques d’une nature nouvelle doivent être mises en place, les entreprises se liant àtous les niveaux de leurs activités, de la recherche et développement aux circuits dedistribution en passant par le processus de fabrication lui-même. Ces accords visentaussi l’exploitation de nouvelles stratégies de commercialisation et l’accès à desnouveaux marchés.6.10 Infrastructure et Services liés à l’exportation.Les problèmes d’infrastructure et de services liés à l’exportation sont liés au rôlemonopoliste joué par le gouvernement pour la fourniture de ces services ; dont lamanutention portuaire, les télécommunications, etc. Les problèmes liés à la lenteur desprocédures douanières sont aggravés par le coût élevé des services monopolistes demanutention portuaire et une concurrence imparfaite au niveau du transport. Cesdistorsions annulent l’avantage comparatif de la proximité de la ville vis-à-vis du marchéeuropéen. Par exemple, il est moins cher de transporter un conteneur de New York ouSingapour vers Marseille que de Sousse. Ces coûts de transports moyens correspondentà 6,8% du commerce international, contre 3,2% au niveau mondial et 1,5% en Europe.Février 2013 10Dépendance au marché européen
  • 11. DEFIS SOCIAUX6.11 La réduction du taux de chômageLa dépendance économique est génératrice de chômage issu de l’affaiblissementde la compétitivité de certains secteurs industriels comme le secteur du textile àcause de la concurrence venue de l’Europe et de l’Asie. Cette concurrence vadiminuer l’employabilité du marché d’emploi locale, aggraver le chômage etaugmenter le risque de la perte de l’emploi.6.12 Consolidation des dispositifs d’insertion et de lutte contre la pauvreté.L’accord d’association avec L’UE aura des implications sociales et des répercussionsnégatives notamment sur la main d’œuvre la moins qualifiés appartenant auxsecteurs en déclin, en particulier les femmes. Il s’agit donc, sur le plan social deconsolider les dispositifs de lutte contre la pauvreté afin de préserver lespopulations les plus vulnérables des répercussions négatives de cet accord.Février 2013 11Dépendance au marché européen
  • 12. DEFIS ENVIRONNEMENTAUX6.13 Mise à niveau environnementale des entreprises.Il est actuellement impératif pour les entreprises économiques de faire leur mise àniveau environnementale et de promouvoir le concept de production propre, pourqu’elles puissent s’ouvrir sur d’autres marchés potentiels. D’autant plus que ledémantèlement des barrières douanières s’est accompagné d’une politiqueprotectionniste vers l’environnement. Se doter d’un système de gestionenvironnementale efficace permet ainsi de renforcer leurs capacités compétitiveset de s’intégrer dans l’économie mondiale.et de s’intégrer dans l’économie mondiale.12Février 2013 Dépendance au marché européen
  • 13. PROJETSZone d’offshoring de Hammam MaaroufDate prévu fin des travaux :Maitrise d’ouvrage : Société du Pôle de Compétitivité de SousseContenu : Le parc d’offshoring de Hammam Maarouf est orienté vers le secteurde l’offshoring des processus d’affaires. Centres d’affaires, data centre, servicesde l’offshoring des processus d’affaires. Centres d’affaires, data centre, servicesoffshore.Localisation : Sousse Riadh, à 10mn de l’autoroute Sousse-Tunis, à 30mn del’aéroport International d’Enfidha, à 20mn de celui de Monastir.Février 2013 13Dépendance au marché européen