Your SlideShare is downloading. ×
DECLARATION LEON MANUS PRESIDENT DU CONSEIL ELECTORAL PROVISOIRE 21 JUIN 2000
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

DECLARATION LEON MANUS PRESIDENT DU CONSEIL ELECTORAL PROVISOIRE 21 JUIN 2000

121
views

Published on

Dans cette déclaration Me. Leon Manus trace son parcours pour devenir President du Conseil Electoral Provisoire d'Haiti (CEP), les conditions dans lesquelles il a trouve la machine électorale, ses …

Dans cette déclaration Me. Leon Manus trace son parcours pour devenir President du Conseil Electoral Provisoire d'Haiti (CEP), les conditions dans lesquelles il a trouve la machine électorale, ses efforts de coopération avec le gouvernement et les menaces reçues des Présidents Jean Bertrand Aristide et Rene Preval pour publier des résultats électoraux qu'ils avaient eux-memes fabriques.

Published in: News & Politics

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
121
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. DECLARATION  DE  Me  LEON  MANUS   PRESIDENT  DU  CONSEIL  ELECTORAL  PROVISOIRE   21  Juin  2000     Au  mois  de  mars  1999,  sur  demandes  réitérées  et  insistantes  du  Président  de  la   République,  et  après  mûres  réflexions,  j'ai  accepté  avec  d'autres  citoyennes  et   citoyens  haïtiens  d'être  membre  d'un  ultime  Conseil  Electoral  Provisoire  chargé   d'organiser  à  l'échelle  nationale  des  élections  libres,  honnêtes  et  démocratiques   pour  tous  les  postes  électifs  en  Haïti,  à  l'exception  des  postes  de  huit  sénateurs  et  de   celui  de  Président  de  la  République.       Compte  tenu  de  la  situation  critique  de  mon  pays  et  présumant  que  mon  expérience   et  ma  réputation  de  citoyen  honnête  et  intègre  pouvaient  faire  une  différence  dans   l'organisation  de  ces  joutes  électorales,  j'ai  accepté  de  sortir  de  ma  retraite  pour  me   mettre  au  service  de  mon  pays  et  d'apporter  ainsi  ma  contribution  à  ce  que  je   considérais  et  continue  de  considérer  comme  une  mission  hautement  patriotique.   Quand  mes  collègues  du  CEP  m'ont  fait  bénéficier  de  l'éminent  privilège  de  présider   cette  haute  institution,  je  me  suis  engagé  sur  l'honneur  à  ne  pas  démériter  de  leur   confiance  et  à  ne  pas  décevoir  le  peuple  haïtien.  N'appartenant  à  aucun  parti   politique  et  n'étant  au  service  d'aucun  clan  ou  faction,  je  me  suis  donc  engagé   résolument  au  service  de  ma  patrie.       Les  difficultés  ont  surgi  dès  les  premiers  pas  du  Conseil.  Des  problèmes  d'ordre   technique,  administratif  et  financier  ajoutés  à  des  faiblesses  inhérentes  à  la   structure  même  de  l'institution  électorale  ne  nous  ont  pas  permis  de  respecter  le   calendrier  initial.  En  outre,  même  si  le  CEP  est  un  organisme  indépendant,  il  doit   compter  sur  la  coopération  active  des  pouvoirs  publics  pour  le  bon   accomplissement  d'une  partie  importante  de  sa  mission:  la  dotation  budgétaire,   l'accès  aux  médias  d'état,  la  mise  en  place  des  mesures  de  sécurité  tant  pour  les   électeurs  que  pour  les  candidats.       Dans  la  réalité,  le  CEP  a  du  faire  face  très  tôt  à  l'incompréhension  des  uns,  la   mauvaise  foi  des  autres,  et  souvent,  au  manque  de  coopération  des  instances   gouvernementales  et  ceci  a  son  plus  haut  niveau.  Même  l'assistance  internationale   sollicitée  par  le  Conseil  était  considérée  avec  suspicion  par  les  pouvoirs  publics.  Par   conséquent,  l'environnement  dans  lequel  le  CEP  était  contraint  d'opérer  à  souvent   été  piégé  d'embûches  et  d'hostilités.  Les  calomnies  et  menaces  tombaient  à   profusion,  les  unes  ouvertes,  les  autres  plus  subtiles,  orchestrées  le  plus  souvent  par   et  à  travers  les  médias  d'état.       J'ai  enduré  tout  cela  avec  sérénité  et  patriotisme.  Mon  honneur  et  ma  dignité  ont  été   souvent  mis  à  rude  épreuve.  J'ai  toujours  pensé  que  si  à  la  fin  du  processus  mon   pays  finissait,  grâce  à  l'action  du  CEP,  par  être  doté  d'institutions  sérieuses  et   légitimes,  aucun  prix  ne  devait  être  considéré  comme  trop  élevé.      
  • 2. La  journée  du  21  mai  a  été  pour  le  CEP  et  le  pays  tout  entier  un  motif  de  grande   satisfaction.  Contrairement  aux  pronostics,  tout  s'est  déroulé  dans  le  calme  et   malgré  certains  retards  et  des  problèmes  logistiques  liés  à  la  lourdeur  et  au  manque   de  rôdage  de  certaines  pièces  de  la  machine  électorale,  les  critiques  les  plus   intraitables  tant  nationaux  qu'étrangers  ont  dû  reconnaître  que  la  journée  et  le  vote   du  21  mai  ont  été  un  succès.       Gloire  et  Honneur  au  peuple  Haïtien!       Cependant,  dès  le  lendemain,  les  protestations  ont  pris  corps,  plaçant  le  CEP  sous  les   feux  croisés  tant  de  ceux  qui  clamaient  victoire  que  de  ceux  qui  criaient  à  la  fraude   généralisée.  De  part  et  d'autre,  les  pressions  se  faisaient  de  plus  en  plus  fortes.  La   vérité,  comme  toujours  dans  ce  genre  de  situation,  se  trouve  bien  souvent  au  milieu.   Mais  les  passions  exacerbées  plaçaient  le  CEP  dans  un  camp  ou  dans  l'autre,  alors   que  sa  responsabilité  était  de  respecter  à  la  lettre  les  dispositions  de  la  loi  électorale   concernant  l'ensemble  des  opérations  y  compris  le  comptage,  la  tabulation  des   votes,  la  gestion  des  litiges  jusqu'à  la  proclamation  des  résultats  définitifs.       D'autant  plus  que  ces  contestations  s'étaient  dans  bien  des  cas  avérés  légitimes,  en   particulier  en  ce  qui  à  trait  au  rôle  actif  de  quelques  éléments  de  la  police  dans   certains  actes  de  fraude,  de  vols  d'urnes  et  de  falsification  de  procès  verbaux  au   cours  de  la  nuit  et  au  lendemain  du  scrutin.       La  publication  de  certains  résultats  partiels  a  été  exploitée  par  les  uns  et  les  autres   pour  jeter  le  discrédit  sur  le  CEP.  Même  la  Mission  d'Observation  de  l'OEA  jugeait   nécessaire  de  lancer  une  mise  en  garde  qui  a  été  diversement  interprétée.       Tout  en  maintenant  notre  position  concernant  la  manière  dont  cette   correspondance  de  la  MOE  a  été  rendue  publique,  je  dois  reconnaître  que  certaines   des  considérations  qu'elle  contient  nous  ont  permis  de  mieux  approfondir  certains   aspects  techniques  et  de  calculer  à  nouveau  le  pourcentage  de  votes  obtenus  par  les   candidats  en  stricte  conformité  avec  les  stipulations  de  la  loi  électorale.  Ainsi,  les   résultats  définitifs  pour  les  candidats  au  Sénat  de  la  République  ont  vu  seulement   cinq  sénateurs  élus  dès  le  premier  tour.  La  majorité  de  ceux-­‐la  qui  venaient  par  la   suite  en  tête  au  moment  du  décompte  partiel  devait  participer  à  un  second  tour.   C'est  ce  qu'ont  révélé  le  décompte  final  des  votes  et  la  tabulation  des  résultats  en   fonction  des  dispositions  de  la  loi  électorale.     Ce  sont  ces  résultats  qu'en  tant  que  Président  du  CEP  je  comptais  rendre  publics,   conformément  aux  prescrits  de  la  constitution  haïtienne,  aux  principes  d'éthique  et   d'équité  qui  doivent  être  la  boussole  des  serviteurs  de  l'état.  En  agissant  ainsi  je   tenais  à  rester  fidèle  à  l'engagement  que  j'avais  pris  sur  l'honneur  de  respecter  la   volonté  du  peuple  haïtien.       Sitôt  que  ma  décision  a  été  portée  à  la  connaissance  de  l'Exécutif,  les  pressions  ont   commencé  à  se  faire  de  plus  en  plus  pressantes  pour  convertir  les  résultats  partiels  
  • 3. en  résultats  définitifs.  Ceci,  au  mépris  absolu  de  toutes  considérations  de  justice,  et   de  respect  de  la  loi  électorale.       Dès  lors,  ma  sécurité  a  été  gravement  mise  en  danger  car  je  n'ai  jamais  accepté  de   cautionner  les  derniers  résultats  électoraux  incorrects  et  non  conformes  à  la  loi   électorale.  Du  plus  haut  niveau  de  l'Etat,  des  messages  non  équivoques  m'ont  été   transmis  sur  les  conséquences  que  pourrait  entraîner  tout  refus  de  ma  part  de   publier  les  prétendus  résultats  définitifs.  En  outre,  des  groupes  d'individus  se   réclamant  d'un  parti  politique  influent  commençaient  à  exécuter  leurs  menaces  de   mettre  la  capitale  et  les  villes  de  province  à  feu  et  à  sang,  de  brûler  et  de  tout   détruire  sur  leur  passage.       M'adressant  un  ultimatum  pour  la  proclamation  immédiate  des  résultats  que  moi  je   considérais  comme  illégitimes  et  incorrects,  je  me  sentis  incapable  d'un  tel  acte  de   trahison  envers  mon  pays  dans  ce  tournant  décisif  de  son  histoire.  Je  compris  alors   que  ce  conflit  -­‐  opposant  ma  position  légale  et  constitutionnelle  à  l'intransigeance   arbitraire  du  Pouvoir  et  à  la  furie  orchestrée  de  certaines  organisations  dites   "populaires"  -­‐  devenait  inévitable.       Une  telle  situation  ne  me  laissait  d'autre  choix  que  celui  de  m'éloigner   temporairement  du  pays  pour  éviter  le  pire  et  freiner  ce  déchaînement.       Ne  défendant  aucun  intérêt  personnel,  j'ai  donc  décidé  de  tourner  le  dos  à  cette  saga   électorale  la  tête  haute  sans  accroc  à  mon  honneur,  à  ma  dignité,  à  mon  patriotisme.       Je  continue  à  croire  à  la  Démocratie  qui  met  fin  à  la  dictature  et  apporte  à  l'homme,   la  Liberté,  la  Justice,  l'esprit  de  partage  et  de  dialogue,  le  mieux  être  et  le   développement.       Je  sais  que  des  hommes  vindicatifs  et  stipendiés  n'acceptent  pas  que  sur  cette  terre   d'Haïti  des  hommes  intègres  capables  de  vivre  dans  la  dignité.  Ils  sont  toujours  prêts   à  tout  faire  pour  salir  l'honneur  d'honnêtes  gens.  D'ores  et  déja  je  les  dénonce   devant  la  conscience  nationale  et  internationale.       Citoyens  de  mon  pays,  je  continue  à  croire  à  la  rédemption  de  notre  patrie,  car   malgré  toutes  les  vicissitudes  de  son  existence,  aucun  peuple  ne  peut  vivre   indéfiniment  dans  l'ignorance,  la  division,  l'insécurité,  la  misère  et  l'injustice.       Leon  Manus      

×