le nucléaire

503 views
425 views

Published on

Published in: Economy & Finance
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
503
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

le nucléaire

  1. 1. Le NucléairePour Ou Contre ?KETTAB SamiZERGA Abdel-MoumenDJABROUHOU Sofiane
  2. 2. -“ Le nucléaire est une solution contre le réchauffement climatique “, “le nucléaire nouspermet de ne pas payer cher notre électricité…“-“Oui mais le nucléaire est une industrie dangereuse, qui produit des déchets qui ont unedurée de vie de milliers d’années …“ I. JE SUIS POUR LE NUCLEAIRE : Différent des autres sources d’énergies le nucléaire est propre car il ne produit pas de gaz àeffet de serre, ainsi il permet de lutter contre le réchauffement climatique, le cout estrelativement peu élevé se qui permet d’avoir une énergie accessible au population a revenumoyen mais aussi et surtout a l’industrie qui peut ainsi se développer et permettre lacréation d’emplois et de richesse.Il est indéniable qu’il s’agit d’une source d’énergie très profitable pour les pays en voie dedéveloppement, a condition de respecter les normes de sécurités, de respect del’environnement notamment par le traitement des déchets radioactives.L’énergie nucléaire a permis à nombre de pays d’acquérir leur autonomie énergétique,l’énergie nucléaire et aussi utilisé pour des applications scientifiques d’extrême importancepour l’être humaine pour son confort mais aussi pour sa santé.Une centrale nucléaire ne produit pas directement de CO2,Leau chaude produite des centrales peut servir comme eau de chauffage ou pour chaufferdes serres au lieu dêtre rejetée dans le milieu naturel,Ces centrales sont constamment améliorées pour limiter la taille des déchets radioactifs,Ce sont les centrales qui produisent le plus dénergie électrique par rapport à la surface ausol (à lexception de certains barrages),On entend encore, même après Tchernobyl, même après Fukushima, venter les mérites et lasûreté des installations nucléaires, une forme dexception Française... Sur cet argument, onpeut tenter dentrer dans un débat de chiffres, sur le nombre daccidents dits "mineurs"(mais où lon a parfois frôlé la catastrophe comme au Blayais en 1999) qui a ponctué la viedes centrales Françaises ces dernières années. On peut en outre évoquer la question desdéchets, dont on ne sait que faire. On peut aussi souligner a minima la partialité desinstances de surveillance des centrales...Mais là nest pas largument clé. Largument clé, ce sont les pro-nucléaires qui nous lefournissent. Tentant de caricaturer les anti-nucléaire, ils pointent que le risque zéronexistent pas, arguant que ce nest pas parce quil y a un accident aérien que lon va arrêterla production davions. Ils ont là à 100 % raison. La vie est faite de risque. Reste à déciderceux que lon veut bien prendre. Et en loccurrence, dune part, lavis de la population najamais été recueilli sur cette question, et, dautre part, quand bien même la probabilité dunaccident serait faible, le risque, lui est gigantesque.
  3. 3. La première qualité de limprévisible est de se produire au-delà de toute probabilité. Bienque jai tout fait pour éviter un accident de voiture, il peut arriver. En matière nucléaire,laccident peut-être du à une cause humaine, naturelle, terroriste, voire à un cumul defacteurs. Cest là où largumentation du pro-nucléaire pêche : oui laccident peut arriver,comme pour nimporte quelle activité industrielle et domestique, mais en aucun cas sesconséquences ne peuvent être comparables. 25 ans après, une zone dun rayon de 30 km esttoujours inhabitable, et ce encore pour des milliers voir des centaines de milliers dannées.Autour, la contamination est plus faible mais pourtant bien effective. On parle en tout de1000 km2 de terres contaminées pour la Russie, 1500 km2 pour lUkraine, et 7000 km2 pourla Biélorussie.Là est, je crois, la clé du problème : le risque zéro nexiste pas, et les conséquences dunaccident nucléaire impliquent lirradiation de territoires et de générations à une échelle quile rendent exceptionnel. Ce report de la charge sur les générations futures est inacceptable.Nous ne voulons pas, nous ne pouvons pas, courir ce risque.Enfin, insistons sur le fait que cette technologie est dangereuse même en dehors desaccidents : contamination des travailleurs, rejets radioactifs à différentes étapes du cycle deproduction, déchets quon ne sait pas gérer et qui transitent en train ou en bateau à traversle monde, risque de prolifération et de transfert de technologie vers le nucléaire militaire,etc.1. Peut-on se passer du nucléaire ?Pour limiter les conséquences du changement climatique, il faudrait, au niveau mondial,diviser par deux les rejets de gaz carbonique d’ici 2050. Mais pour arriver à ce résultat, il fautque l’effort principal de réduction vienne des pays développés. Pour la France, la réductiondevrait être d’un facteur 4 (objectif fixé dans la loi d’orientation sur l’énergie de 2005). Elledevrait être entre 5 et 6 en Allemagne, où les rejets par habitant sont plus élevés qu’enFrance. Ceci nécessite pratiquement de diviser d’autant la consommation d’énergies fossiles.Les combustibles fossiles, qui assurent à ce jour plus de 80 % de la production énergétiquemondiale et environ 50 % en France, devraient être remplacés par des sources nonémettrices de gaz carbonique, dont font parties les renouvelables et le nucléaire. Ces deuxsources d’énergie sont-elles complémentaires, ou peut-on répondre au remplacement descombustibles fossiles en ne comptant que sur les seules renouvelables et en abandonnantprogressivement le nucléaire ?Des réponses divergentes sont apportées à ces questions.En Europe, certains pays comme l’Allemagne affirment vouloir sortir plus ou moins vite dunucléaire, d’autres considèrent qu’il reste une voie d’avenir, en dépit de Fukushima. Les paysémergents, avec au premier rang la Chine, l’Inde et le Brésil, estiment que leur priorité est ledéveloppement économique, et que les efforts de réduction des gaz à effet de serre doiventêtre faits par les pays industriels, responsables de l’augmentation passée de la teneur en(gaz à effet de serre) de l’atmosphère.
  4. 4. Leur argument est valable aujourd’hui, mais sera d’autant plus difficile à défendre que cespays progresseront dans leur développement ; il restera pertinent pour les pays pauvres(notamment l’Afrique et l’Asie du Sud-est).Quoi qu’il en soit, un large consensus se dessine, au moins en Europe, autour d’unemeilleure utilisation de l’énergie, permettant de l’économiser ; large consensus égalementpour le développement des énergies renouvelables fournissant de la chaleur (biomasse,solaire...). Le consensus est moins marqué dès que l’on aborde le sujet complexe del’électricité : l’électricité peut-elle se substituer massivement aux énergies fossiles (etnotamment au pétrole dans les transports) ? Quelle peut être la contribution des énergiesrenouvelables à la production d’électricité ? N’existe-t-il pas aussi une autre voie,permettant de continuer à utiliser les énergies fossiles, notamment dans les centralesélectriques au charbon, mais en captant et stockant le CO2 produit par leur combustion.2. Le nucléaire à travers le monde :Les Etats-Unis d’Amérique sont les premiers au monde au niveau du nombre de réacteurnucléaire (104 centrales), la France deuxième au classement mondial avec (58 centrales), entroisième position le Japon (50 centrales), en quatrième position la Russie (33 centrales), encinquième position la Corée Du Sud (23 centrales).L’Algérie dispose de deux réacteurs : Le Nour, situé a draria, mis en fonction depuis 1989, etle “es salam“, situé a ain-oussara, mis en fonction depuis 1993. Il s’agis de deux réacteursexclusivement destinés à la recherche scientifique et a d’autres applications civiles. II. Je suis contre le nucléaire :La radioactivité est l’un des plus grands inconvénients de l’énergie nucléaire, car elleconstitue un danger réel pour la santé de l’être humain et toute forme de vie.Par ailleurs, le traitement des déchets radioactifs demeures une problématique qui n’atoujours pas trouvé de solution. Peut-être que les générations suivant trouverons lemeilleurs moyen de réduire ou de détruire définitivement ces déchets radioactives trèsdangereux, constitué en premier lieu de plutonium, métal argenté toxique, il est produit parles centrales nucléaire et qui devient déchets, il permet aussi la création d’armes nucléaires.En autre, le rejet de radioactivité dans l’air, et très nuisible voir mortel pour les populationenvironnante.Un accident vite arriver, le transport des déchets nucléaires est plus que dangereux, si parmalheur les déchets se trouve libérer le pays peux être contaminé en totalité.
  5. 5. 1. Pourquoi le nucléaire peut-il être dangereux?La radioactivité existe à létat naturel en quantité négligeable et sans risque. Mais dès quelledépasse le seuil considéré comme "naturel", il y a un risque.Lensemble des dégagements dune centrale sont radioactifs mais, en temps normal, lesrisques sont minimes et nimpliquent pas de dangers directs. Des contrôles réguliers sonteffectués à ce dessein aux alentours des installations nucléaires par des agencescomme lAutorité de sûreté nucléaire. Pour être considérée comme inoffensive, laradioactivité doit rester inférieure à 0,1% de lexposition naturelle (soit 0,001 sievert, selonles chiffres du CEA).En cas daccident dans une centrale nucléaire, comme cest le cas au Japon, les dégagementsradioactifs deviennent très importants, bien au-dessus des seuils tolérés et donc dangereuxpour la santé humaine.2. Quelles sont les conséquences de la radioactivité sur la santé?Les conséquences de la radioactivité sur la santé de lHomme varient en fonction delexposition aux rayonnements.En cas daccident nucléaire, les secouristes et le personnel des centrales sont exposés demanière soudaine et violente aux rayonnements. Cette exposition se caractérise trèsrapidement par des vomissements, des hémorragies et de la fièvre. Ces symptômes peuventapparaître dès les premières heures suivant lexposition radioactive.Les riverains, plus éloignés de la source radioactive, sont exposés de manière moinssoudaine et plus faible, mais prolongée. Cette exposition provoque des cancers, notammentdu poumon, du colon, et des leucémies (cancer du sang). Elle fait également peser un risquesur les descendants des personnes exposées: les enfants à naître présentent plus deproblèmes de croissance, de malformations, voire de troubles mentaux.2. Les alternatives au nucléaire sont-elles sans risque?Les énergies fossiles - comme le nucléaire - peuvent présenter un risque pour la santé,généralement dû aux moyens mis en place pour lextraction des matières premières(essence, pétrole...). La consommation de ces substances entraîne elle-même le rejet danslatmosphère de gaz nocifs.Lénergie nucléaire est considérée comme lune des énergies fossiles les plus propres. Maisen cas daccident, elle devient la plus dangereuse. Comme à Tchernobyl, lorsquunecatastrophe nucléaire se produit, les risques de contamination et les conséquencessanitaires sont extrêmement importants et graves.Les énergies renouvelables, alternatives au nucléaire, sont évidemment plus propres etmoins dangereuses. Mais leur développement nest pas encore suffisamment avancé pourquelles soient aussi performantes que les énergies nucléaires.

×