Your SlideShare is downloading. ×
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Conjonct eco t1_2012
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Conjonct eco t1_2012

199

Published on

Published in: Economy & Finance
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
199
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple – Un But – Une Foi-1- ------------ MINISTERE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES NOTE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE Premier trimestre 2012 Point E, rue de Diourbel X rue de Saint Louis BP 116 Dakar Tél 33 869 21 39 fax : 33 824 36 15 Site web : www.ansd.sn ©ANSD/DSECN/DSC, mai 2012
  • 2. AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ANSDBabakar FALL Directeur GénéralMamadou Falou MBENGUE Directeur Général AdjointMamadou Alhousseynou SARR Directeur des Statistiques Economiques et de la Comptabilité NationaleMaxime Bruno NAGNONHOU Chef de la Division des Statistiques ConjoncturellesCOMITE DE REDACTIONDaouda BALLE Matières premièresBaba NDIAYE Prix à la consommationFahd NDIAYE Produit Intérieur Brut trimestrielMoussa THIAM Conjoncture économique internationaleInsa SADIO Création d’entreprisesJean Paul DIAGNE Prix à l’import et à l’exportMadiaw DIBO Finances publiquesEl Hadji Omar SENGHOR Echanges extérieursMalick DIOP Situation monétaireDISTRIBUTIONAïssatou GUEYE THIAM Chef de la Division de la Documentation, de la Diffusion et des Relations avec les Usagers 2
  • 3. SommaireAVANT - PROPOS ......................................................................................................................................... 4Résumé ............................................................................................................................................................. 5I - ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL...................................................................... 6 I.1 Conjoncture économique internationale ............................................................................................ 6 I.2 Cours des matières premières ............................................................................................................ 6II - CONJONCTURE ECONOMIQUE NATIONALE .................................................................................. 7 II.1 Evolution du Produit Intérieur Brut trimestriel .................................................................................. 7 II.2 Evolution des prix ................................................................................................................................. 8 II.2.1 Evolution des prix à la consommation ....................................................................................... 8 II.2.2 Evolution des prix à la production industrielle .......................................................................... 9 II.2.3 Evolution des prix des produits à l’exportation et à l’importation .......................................... 9 II.3 Finances publiques ............................................................................................................................ 10 II.4 Situation monétaire ............................................................................................................................ 11 II.5 Evolution des échanges extérieurs ................................................................................................. 12 II.6 Emploi dans l’industrie ...................................................................................................................... 13 II.7 Agrement au code des investissements et au statut d’entreprise franche d’exportation ........ 14ANNEXES ...................................................................................................................................................... 16Tableau 1 : le Produit Intérieur Brut trimestriel......................................................................................... 17Tableau 2 : Répartition du panier selon les nomenclatures secondaires ............................................ 17Tableau 3 : Opérations financières de l’Etat (TOFE) .............................................................................. 18Tableau 4 : Evolution trimestrielle des cours des matières premières ................................................. 18Tableau 5 : Exportations (en millions FCFA) ............................................................................................ 19Tableau 6 : Importations (en millions FCFA) ............................................................................................ 19Tableau 7 : Evolution trimestrielle de la main d’œuvre et de la masse salariale dans l’industrie .... 20Tableau 8 : Situation monétaire (en milliards de FCFA)......................................................................... 20Tableau 9 : Indice des prix à la consommation (base 100 en 2008) .................................................... 21Tableau 10 : Valeur ajoutée en volume par branches d’activités (séries brutes) ............................... 22Tableau 11 : Indice des Prix à la Production Industrielle base 100 en 2006 ...................................... 23Tableau 12 : Evolution de l’indice des prix à l’exportation ..................................................................... 24Tableau 13 : Evolution de l’indice des prix à l’importation ..................................................................... 24 3
  • 4. AVANT - PROPOSL’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD), dans sa mission de productionet de diffusion des données statistiques pour les besoins du Gouvernement, des administrationspubliques, du secteur privé, des partenaires au développement et du public, produit une masseimportante d’informations conjoncturelles relatives notamment aux prix à la consommation, auxprix à la production industrielle, à la production industrielle, au commerce extérieur, au produitintérieur brut trimestriel (PIB) trimestriel. La présente « Note de Conjoncture Economique (NCE) »fait une analyse synthétique de toutes les informations conjoncturelles produites par l’ANSD et parles autres structures du Système Statistique National (SSN) pour en faciliter la lecture auxdifférents utilisateurs.Elle fait le point sur la conjoncture économique au Sénégal au cours du premier trimestre 2012 etprocède par la mise en contexte de l’économie nationale dans l’environnement économiqueinternational pour mettre en lumière les interdépendances. L’accent est mis sur les relations decauses à effets entre conjonctures internationale (perspectives de croissance dans le monde, prixdes matières premières, etc.) et nationale (évolution des prix à la consommation, des exportations,des importations, des prix à l’exportation, des prix à l’importation, du PIB trimestriel, des emploisdans le secteur moderne etc.).La Note de Conjoncture Economique retrace dans sa première partie, l’environnementéconomique international. La deuxième partie a trait à la conjoncture économique nationale. Elleest publiée au plus tard 60 jours après la fin du trimestre sous revue. 4
  • 5. RésuméMalgré les incertitudes liées à la crise de la dette souveraine en zone euro, l’activité économiquemondiale au premier trimestre de 2012 est restée bien orientée. Les pays émergents et ceux endéveloppement continuent de profiter de l’amélioration de leurs politiques économiques, mais lesfacteurs de vulnérabilité internes augmentent progressivement. Dans la zone euro, l’activitééconomique est demeurée stagnante.Sur le continent africain, la croissance est restée modérée du fait de la faiblesse de la demandeextérieure. Les tensions inflationnistes sur les produits alimentaires et énergétiques enregistrées en2011 se sont atténuées au premier trimestre 2012. L’augmentation des cours des matières premièresagricoles et énergétiques a continué d’alimenter la hausse des prix au niveau mondial.Au plan national, le produit intérieur brut trimestriel (PIB) en volume a progressé en rythme annuel,sous l’effet de la bonne tenue des activités des secteurs primaire et tertiaire, au moment où, lesecteur secondaire a quasiment stagné. Les activités non agricoles ont, pour leur part, enregistré unenette amélioration à l’exception des industries alimentaires qui ont baissé, du fait notamment de lacontre performance de fabrication de corps gras alimentaires et de transformation de produitshalieutiques. Les secteurs en hausse sont notamment l’agriculture, les extractives, les BTP, la chimie,l’énergie, le commerce, les services aux entreprises, les services financiers, les servicesd’administration, d’éducation et de santé. En outre, la valeur ajoutée de la pêche s’est repliéenotamment en raison des retards de mise en œuvre des accords de pêche avec la Mauritanie.Au titre des prix, le relèvement des cours mondiaux notamment des matières premières minérales, del’énergie et lubrifiant, ainsi que des produits finis destinés à l’industrie ont induit la hausse des prix àl’importation. En revanche, les prix des produits à l’exportation se sont repliés. Au plan intérieur, il estnoté un fléchissement des prix à la consommation, imputable principalement au repli de ceux des «produits alimentaires et boissons non alcoolisées », des services de « communication », des services de« transports » et des « biens et services divers ». Les prix à la production industrielle ont, pour leurpart, progressé sous l’effet du renchérissement notamment de l’activité des industries textiles et ducuir en liaison avec la hausse du cours mondial du coton.Les finances publiques ont été marquées par une atténuation du déficit budgétaire, imputable auxeffets conjugués de la progression des recettes budgétaires et dons, et de la contraction desdépenses publiques.Les échanges extérieurs ont été caractérisés par une amélioration de la balance commerciale soutenuepar la réduction du déficit vis-à-vis de la France et par l’excédent commercial vis-à-vis du Niger.S’agissant de l’emploi, les résultats de l’enquête de conjoncture auprès des entreprises font état d’unecroissance de l’emploi permanent dans l’industrie, imputable notamment à la progression de l’effectifdans les industries de production d’énergie et de papier et de carton.Les agréments au code des investissements et au statut d’entreprise franche d’exportation ont connuune hausse de leurs montants, tandis que le nombre de projets agréés a chuté. 5
  • 6. I - ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONALLa conjoncture économique internationale reste marquée, au premier trimestre 2012, par unestagnation de l’activité économique dans la zone euro, avec un recul noté notamment en Grèce,en Italie et en Espagne. La situation économique est préoccupante en Grèce, avec la montée enpuissance des partis « anti-austérité ». Aux Etats Unis, une consolidation de la reprise économiqueest notée, au moment où, dans les pays émergents, une hausse du PIB de 6,3% en 2012 contre5,8% en 2011 est attendue.I.1 Conjoncture économique internationaleAux Etats-Unis, selon les estimations du Département américain au Commerce, le ProduitIntérieur Brut (PIB) réel trimestriel a, en rythme annualisé, progressé de 2,2% au premier trimestre2012. Ce résultat marque une légère dégradation par rapport au trimestre précédent, où lacroissance économique annualisée est estimée à 3,0%. Ce regain de la croissance estessentiellement imputable à laccélération des dépenses de consommation privée.Selon les estimations d’Eurostat, au cours du premier trimestre 2012, le PIB de la Zone euro(ZE17 et UE27) est demeuré stable par rapport au trimestre précédent. L’Allemagne (0,5%), laBelgique (0,8%) et l’Estonie (0,5%) ont notamment enregistré une hausse de l’activitééconomique, alors que l’Espagne (-0,3%), l’Italie (-0,8%) et la Grèce ont vu leur activitééconomique se dégrader. En France et au Royaume Uni, le PIB trimestriel est demeuré stable parrapport au trimestre précédent. Le taux de chômage dans la zone euro est estimé à 10,9% en finmars 2012, contre 10,6% en décembre 2011, d’où une légère détérioration. En Allemagne, le tauxde chômage s’est établi à 5,5%, il a atteint des niveaux record en Espagne (24,1% en mars) et enGrèce (21,7% en février).Au Japon, la croissance du PIB est estimée à 1,0% en rythme annualisé au premier trimestre2012. Les exportations se sont accrues de 12,3% en rythme annualisé, l’investissement public(23,6%) et la consommation des ménages (4,4%) se sont bien comportés.En Chine, les effets du ralentissement de léconomie mondiale se confirment, la croissanceéconomique est prévue à 8,4% en 2012 contre 8,9 % en 2011.Dans l’ensemble des pays émergents (y compris la Russie), la croissance économique estestimée pour l’année 2012 à 6,3% en rythme annualisé. Elle serait notamment de 3,7% en Russie,6,9% en Inde, 4,7% au Brésil et 3,6% au Mexique. L’Afrique du sud a enregistré une croissance de3,0% en rythme annualisé au premier trimestre 2012, selon les estimations du Fonds monétaireinternational (FMI).I.2 Cours des matières premièresA l’entame du premier trimestre 2012, la demande de pétrole a ralenti concomitamment à unaccroissement de l’offre mondiale de pétrole à la suite d’une reprise de la production libyenne.Toutefois, le prix du pétrole est à nouveau en nette hausse, reflétant les tensions géopolitiquesnées de la question du nucléaire iranien. Sous ce rapport, le cours du brut a augmenté de 9%,s’établissant à 118,6 dollars après 108,8 dollars le trimestre précédent. En glissement annuel, ils’est apprécié de 12,8%. Le cours de l’or a légèrement reculé de 0,5% entre le quatrième trimestre 2011 et le premiertrimestre 2012. Cette évolution est attribuable à une baisse de la demande mondiale du métalprécieux qui s’est établi à 1 097,6 tonnes au cours des trois premiers mois de lannée, soit unevaleur estimée de 59,7 milliards de dollars. Cette évolution résulte du recul de la demandeindienne de 29,0% par rapport au premier trimestre 2011, à 207,6 tonnes, sous l’effet d’unepolitique restrictive en matière d’importation d’or, de la faiblesse de la roupie et des mouvementsd’humeur dans le secteur de la bijouterie.La hausse du cours de l’huile de soja est en partie attribuable au fléchissement des disponibilitésexportables, les marchés ayant réagi aux prévisions de tension croissante entre loffre et la 6
  • 7. demande d’huiles. Le relèvement modéré de la production mondiale dhuile de palme, lacontraction de la production de colza sont autant de facteurs qui ont contribué à relever les cours.Le cours du coton est resté sur une orientation baissière depuis le deuxième trimestre 2011. Il areculé de 2,0% par rapport au trimestre précédent. Cette tendance à la baisse des prix du cotons’explique par une orientation haussière de la production mondiale et par le recours croissant à lafibre synthétique dans l’industrie textile, notamment en chine.Les importants achats de riz de la part de la Chine et du Nigéria n’ont pas pu endiguerl’orientation du cours de ce produit qui est ressorti en baisse de 15,5% en variation trimestrielle etde 1,3% en glissement annuel. Les spéculations sur la qualité des fèves dans certains grands pays producteurs, ont suscité laméfiance des acheteurs et entraîné un repli des cours du cacao, ressortis en baisse de 5,3% entrele quatrième trimestre de l’année 2011 et le premier trimestre de 2012. En glissement, la baisseest de 29,9%.II - CONJONCTURE ECONOMIQUE NATIONALEII.1 Evolution du Produit Intérieur Brut trimestrielAu premier trimestre 2012, le Produit Intérieur Brut trimestriel (PIB) en volume a progressé de4,0% par rapport au trimestre correspondant de l’année précédente1. Cette hausse provientessentiellement de la bonne tenue de l’activité des secteurs primaire (+4,0%) et tertiaire (+5,7%),au moment où, le secteur secondaire a quasiment stagné (-0,4%).Graphique 1: Evolution des taux de croissance du produit intérieur brut et de la valeur ajoutée non agricole(calculés par rapport à la période correspondante de l’année précédente)Source : ANSDLes activités non agricoles ont enregistré une nette amélioration de la valeur ajoutée (+4,0%) àl’exception de celle des industries alimentaires qui a baissé de 12,8%. Par rapport à l’année 2011,les secteurs d’activités en hausse sont notamment l’agriculture (+5,3%), les industries extractives(+7,5%), les BTP (+4,7%), les industries chimiques (+9,3%), les industries de production d’énergie(+7,8%), le commerce (+8,2%), les services aux entreprises (+6,3%), les services financiers(+8,4%), les services d’administration, d’éducation et de santé (+8,9%). La valeur ajoutée de lapêche (-3,9%) s’est repliée, en raison notamment des retards de mise en œuvre des accords depêche avec la Mauritanie.1 Les données commentées ne sont pas corrigées des variations saisonnières. Le commentaire porte sur les évolutions dutrimestre de l’année en cours par rapport au trimestre correspondant de l’année précédente. 7
  • 8. Le repli noté dans l’activité des industries alimentaires provient de la contre performance de celledes industries de fabrication de corps gras et de transformation de produits halieutiques,consécutivement à la mauvaise campagne agricole, notamment arachidière et au recul de lapêche en 2011.Le regain d’activité dans l’agriculture (+5,3% après -24,1%) provient de la progression de laproduction horticole dont les exportations ont augmenté de 17,8% au cours de la période.La bonne orientation des activités extractives est due pour l’essentiel à la hausse de la productionde phosphates et de sel en liaison avec les commandes extérieures.Le sous-secteur des bâtiments et travaux publics a poursuivi sa progression (+4,7%) qui est tiréenotamment par les projets nationaux d’infrastructure. Il a profité également du dynamisme de laproduction des matériaux de construction.Le relèvement de l’activité des industries chimiques est soutenu par les performances de celle dela chimie de base, qui a profité de la demande extérieure et du raffinage de produits pétroliers. Lesproductions d’acide phosphorique et d’engrais ont connu des évolutions contrastées.Le dynamisme du secteur tertiaire, notamment des sous-secteurs du commerce (+8,2%), desservices financiers (+8,4%) et des services aux entreprises (+6,3%) est corrélé à l’augmentationmarquée des importations de biens (+13,6%) au cours du premier trimestre 2012.II.2 Evolution des prixII.2.1 Evolution des prix à la consommationLes prix à la consommation ont enregistré une baisse de 0,5% en rythme trimestriel. Cettesituation s’explique principalement par le repli des prix des « produits alimentaires et boissons nonalcoolisées » (-2,3%), des services de « communication » (-1,0%), des services de « transports »(-0,2%) et des « biens et services divers » (-0,1%). Cette évolution a été amoindrie par laprogression des prix des « restaurants et hôtels » (+1,8%), des « boissons alcoolisées, tabacs etstupéfiants » (+1,1%) et des services de « logement, eau, électricité, gaz et autres combustibles »(+1,0%).Graphique 2 : Evolution trimestrielle de l’indice des prix à la consommation 105,0 104,0 103,0 102,0 101,0 100,0 99,0 98,0 97,0 96,0 T1-09 T2-09 T3-09 T4-09 T1-10 T2-10 T3-10 T4-10 T1-11 T2-11 T3-11 T4-11 T1-12 Indice généralSource : ANSDLes prix des « produits alimentaires et boisson non alcoolisées » se sont repliés de 2,3% parrapport au trimestre précédent, sous l’effet principalement de ceux des « légumes frais en fruit 8
  • 9. ou racine » (-15,8%), des « poissons frais » (-13,3%), des « légumes frais en feuilles » (-11,5%)et des « sels, épices, sauces et produits alimentaires non déclarés ailleurs » (-8,2%). Cetteévolution résulte du ravitaillement suffisant des marchés en produits frais. En variation annuelle,les prix de la fonction ont augmenté de 2,9%.Les prix des services de « communication » ont fléchi de 1,0%, en liaison avec la baisse deceux de la « communication téléphonique » (-1,3%). En variation annuelle, ils ont augmenté de0,5%.L’indice des prix de la fonction « transports » a enregistré une diminution de 0,2%, imputable àcelle des prix des carburants et lubrifiants (-2,1%). L’évolution des prix de ces derniers estconsécutive à la nouvelle grille tarifaire, marquée par une baisse des prix des produits pétroliers.Les prix sont ressortis à +5,4% en rythme annuel.L’inflation sous jacente2 est ressortie à +0,2% en rythme trimestriel et à +1,9% en variationannuelle. Les prix des produits frais ont diminué de 4,2%, à la faveur d’une amélioration de leuroffre au niveau des étals. En variation annuelle, ils se sont accrus de 2,3%. Les prix du secteurénergétique ont progressé de 1,3%, sous l’effet de l’accroissement de ceux du gaz et descombustibles solides. En variation annuelle, l’indice des prix du secteur énergétique a progressé3,9%.II.2.2 Evolution des prix à la production industrielleLes prix à la production industrielle sont ressortis à +1,9% par rapport au trimestre précédent, sousl’effet du renchérissement notamment de l’activité des industries textiles et du cuir, ainsi que decelle de l’énergie. Les industries mécaniques et extractives ont vu leurs prix à la production serepliés de 1,6%, au moment où, ceux des autres industries manufacturières sont demeurésstables. L’évolution des prix à la production de la branche industries textiles et du cuir résulte durenchérissement de lactivité dégrenage de coton, induit par la hausse du cours mondial du coton.Par rapport au premier trimestre de 2011, les prix à la production ont augmenté de 9,0%. Evolution densemble de lIndice des Prix à la Production Industrielle 125,0 120,0 115,0 110,0 105,0 100,0 T1 2009 T2 2009 T3 2009 T4 2009 T1 2010 T2 2010 T3 2010 T4 2010 T1 2011 T2 2011 T3 2011 T4 2011 T1 2012II.2.3 Evolution des prix des produits à l’exportation et à l’importationLes prix des produits à l’exportation se sont repliés de 2,0% par rapport au trimestre précédent,résultant essentiellement de la baisse de ceux des produits des groupes « autres demi-produits »(-7,1%), « alimentation-boisson tabac » (-4,5%), et « produits finis destinés à la consommation »(-0,1%). L’accroissement des prix à l’exportation des produits des groupes « or industriel »2 L’inflation sous-jacente permet de suivre l’évolution du niveau général des prix hors produits frais eténergétiques. 9
  • 10. (+34,6%), « matières premières animales et végétales » (+12,8%) et « matières premièresminérales » (+8,0%) a atténué cette tendance baissière. La progression des prix de l’or s’expliquepar le relèvement des cours mondiaux consécutif à la crise de la dette souveraine dans la zoneeuro. Comparés au premier trimestre de 2011, les prix des produits à l’exportation se sont relevésde 10,0%.S’agissant des prix des produits à l’importation, il est enregistré une hausse de 3,1%, parrapport au quatrième trimestre 2011, imputable à l’augmentation de ceux des produits des groupes« matières premières minérales » (+19,9%), « énergie et lubrifiant » (+6,7%) et « produits finisdestinés à l’industrie » (+11,0%). Le repli des prix à l’importation des produits du groupe« matières premières animales et végétales » (-10,0%) a amoindri cette tendance haussière. Parrapport à la période correspondante en 2011, les prix des produits à l’importation ont progressé de11,2%.II.3 Finances publiquesA fin mars 2011, le déficit budgétaire global s’est atténué en s’établissant à -65,9 milliards FCFAcontre -114,0 milliards FCFA un an auparavant. Cette amélioration est consécutive aux effetsconjugués de la progression des recettes budgétaires et dons (+12,5%) et de la baisse desdépenses publiques (-5,7%).Les recettes budgétaires se sont établies à 325,7 milliards FCFA au cours du premier trimestrede 2012 contre 290,0 milliards FCFA pour la période correspondante de 2011, soit une hausse de12,3%. Cette évolution est en liaison avec la progression des recettes fiscales (+9,7%) qui sontpassées de 284,6 milliards FCFA à 312,2 milliards FCFA, sur la période susvisée. De plus, 9,1milliards FCFA ont été mobilisés à fin mars 2012, au titre du Fonds de Soutien à l’Energie (FSE).Toutefois, cette performance a été amoindrie par la chute du recouvrement des recettes nonfiscales (-18,5%).Graphique 3 : Répartition des recettes budgétaires et du FSE à fin mars de 2011 et 2012Les dons sont ressortis à 23,0 milliards FCFA à fin mars 2012, après 20,0 milliards FCFA durant lepremier trimestre de l’année précédente, soit un relèvement de 15,0%. Cette hausse est enrelation avec celle des dons budgétaires (3,5 milliards FCFA à fin mars 2012 contre 1,6 milliardFCFA à fin mars 2011) et des dons en capital qui sont estimés à 19,5 milliards FCFA au premiertrimestre de 2012 contre 18,4 milliards FCFA un an auparavant. 10
  • 11. Graphique 4 : Répartition des dons à fin mars de 2011 et 2012Au cours des trois premiers mois de 2012, les dépenses totales et prêts nets ont connu un replide 5,7%, comparativement à la période correspondante de 2011, en passant de 428,5 milliardsFCFA à 404,1 milliards FCFA. Cette baisse est imputable au recul des dépenses en capital (175,4milliards FCFA à fin mars 2012 contre 207,0 milliards FCFA à fin mars 2011). Le relèvement de4,4% des dépenses courantes passées de 219,2 milliards FCFA à 228,8 milliards sur la périodesous revue, a atténué cette évolution. Cette progression est en liaison avec celle des traitementset salaires qui se sont établis à 111,3 milliards FCFA au premier trimestre de 2012, après 101,1milliards FCFA pour la période correspondante de l’année précédente.Graphique 5 : Répartition des dépenses totales à fin mars de 2011 et 2012II.4 Situation monétaireAu terme du premier trimestre de 2012, les avoirs extérieurs nets (AEN) se sont établis à 875,6milliards FCFA, soit une augmentation de 10,7 milliards FCFA par rapport à la fin du trimestreprécédent. Cette évolution est consécutive au relèvement de 3,8% des avoirs extérieurs nets del’Institut d’émission. Elle a été atténuée par une baisse de 12,3% des avoirs extérieurs nets desbanques. En glissement annuel, les AEN se sont contractés de 8,1% à fin mars 2012, sous l’effetde la diminution de 83,7 milliards FCFA (- 40%) des AEN des banques.Le crédit intérieur s’est établi à 2115,5 milliards FCFA à fin mars 2012 contre 2122,2 milliardsFCFA au terme du trimestre précédent, soit un recul de 0,3%. Cette diminution résulte del’amélioration de la Position Nette du Gouvernement (-3,4%) et du rétrécissement des crédits àl’économie (-0,1%). Comparé à la fin du premier trimestre de 2011, le crédit intérieur a progresséde 13,2%, en liaison avec l’accroissement de 17,6% des crédits à l’économie. En revanche, laPosition Nette du Gouvernement s’est améliorée de 22,2% en glissement annuel. 11
  • 12. En relation avec l’évolution de ses contreparties, la masse monétaire a diminué de 2,4% parrapport à la fin du quatrième trimestre de 2011 pour s’établir à 2647,6 milliards FCFA au premiertrimestre de 2012. Cette situation résulte du retrait des billets et pièces en circulation (-0,3%) et dela diminution des dépôts des autres banques (-3,0%). En glissement annuel, la masse monétaire acrû de 4,4% à fin mars 2012, imputable principalement aux dépôts en compte courant et postes(C.C.P), aux dépôts en banques et aux billets en circulation.II.5 Evolution des échanges extérieursLes exportations du Sénégal se sont établies à 317,7 milliards FCFA durant les trois premiersmois de 2012 contre 280,1 milliards FCFA au quatrième trimestre de 2011, soit une hausse de13,4%. Cette évolution est consécutive essentiellement à l’augmentation des exportations deciment (+59,2%), des produits halieutiques (+56,7%) et du coton et tissus en coton qui ont atteint6,6 milliards FCFA contre 0,54 milliard FCFA au trimestre précédent. La baisse des exportationsde produits arachidiers (-60,3%), d’acide phosphorique (-20,8%), de produits pétroliers (-5,5%) etd’or industriel (-6,9%) a atténué cette tendance haussière. Par rapport au premier trimestre de2011, les exportations ont progressé de 11,3%. Les principaux produits exportés sont lesproduits pétroliers (46,7 milliards FCFA), l’acide phosphorique (39,0 milliards FCFA), les produitshalieutiques (36,7 milliards FCFA) et le ciment (36,4 milliards FCFA).Les importations du Sénégal sont ressorties à 750,9 milliards FCFA au premier trimestre de2012 contre 721,7 milliards FCFA au quatrième trimestre de 2011, soit une progression de 4,0%.Ce résultat est dû à l’augmentation des importations de matériels de transport et pièces détachées(+60,3%), de produits céréaliers (+19,0%) et de produits chimiques (+5,8%). L’accroissement a étéatténué par le repli des importations d’huiles et graisse (-35,6%), de produits laitiers, fruits et 12
  • 13. légumes (-21,2%) et de produits pétroliers (-9,5%). Comparées au premier trimestre de 2011, lesimportations se sont accrues de 36,4%. Les principaux produits importés concernent lesproduits pétroliers (178,2 milliards FCFA), les machines et appareils (89,1 milliards FCFA), lesproduits céréaliers (84,3 milliards FCFA) et les matériels de transport et pièces détachées (68,5milliards FCFA).Les principaux clients du Sénégal sont le Mali (18,9%), l’Inde (12,9%), la Suisse (9,7%) et laFrance (4,4%). Les principaux pays partenaires du Sénégal sont la France (15,0%), le Nigéria(14,2%), l’Inde (8,1%) et la Chine (5,9%).Le solde commercial s’est établi à -433,2 milliards FCFA à la période sous revue contre -441,6milliards FCFA au quatrième trimestre de 2011. L’amélioration du solde commercial constatée estimputable à la réduction du déficit vis-à-vis de la France (-98,4 milliards FCFA contre -122,1milliards FCFA au trimestre précédent) et à l’excédent commercial vis-à-vis du Niger (1,4 milliardFCFA contre 0,7 milliard FCFA au dernier trimestre 2011). Toutefois, cette évolution du soldecommercial est atténuée par le renforcement du déficit vis-à-vis du Nigéria (-105,6 milliards FCFAcontre -51,4 milliards FCFA au trimestre précédent). En glissement annuel, le solde commercials’est détérioré pour s’établir à -433,2 milliards FCFA contre -265,2 milliards FCFA au premiertrimestre de 2011.II.6 Emploi dans l’industrieAprès la hausse enregistrée au quatrième trimestre 2011, l’emploi permanent dans l’industries’est accru de 1,7% au premier trimestre 2012, imputable notamment aux industries de productiond’énergie (8,3%) et de papier et de carton (6,1%). En revanche, les industries extractives (-2,7) etdes matériaux de construction (-0,7%%) ont vu leurs emplois baissés. 13
  • 14. L’emploi temporaire a reculé 0,5%, sous l’effet du repli de celui des industries mécaniques(-20,0%), de production d’énergie (-14,7%) et chimiques (-7,0%). L’amélioration de l’emploitemporaire, notamment dans les industries extractives (31,8%) et alimentaires (3,9%) a amoindricette évolution. Au cours de la période sous revue, le personnel temporaire des industries textileset du cuir, ainsi que du papier et du carton est resté inchangé.II.7 Agrément au code des investissements et au statut d’entreprise franche d’exportationIl a été enregistré durant les trois premiers mois de 2012, une hausse du montant et une baisse dunombre de projets agréés au code des investissements et au statut d’entreprise franched’exportation. Les investissements globaux ont augmenté de 8,5% en s’établissant à 366,4milliards FCFA contre 337,7 milliards FCFA au quatrième trimestre 2011. Quant au nombre deprojets, il s’est établi à 65 contre 78 au quatrième trimestre 2011, soit une diminution de 16,7%.Cette situation a entrainé une baisse de 789 unités du nombre d’emplois permanents prévus (880contre 1 669). En termes de régime, le volume des investissements agréés au code desinvestissements a représenté 71,9% du total tandis que le poids des projets agréés au code desinvestissements a été de 90,8%.Par rapport à la période correspondante de 2011 (73,3 milliards FCFA agréés), la dynamique desinvestissements agréés au premier trimestre 2012 a été très positive eu égard à l’augmentationsubstantielle de 293,1 milliards FCFA enregistrée, malgré la situation politique tendue.Source : APIX, Guichet UniqueS’agissant des investissements productifs (hors infrastructures), le montant a fortement augmenté(297,8%) par rapport au dernier trimestre 2011. En effet, 366,4 milliards FCFA d’investissementsont été agréés pour 65 projets, contre 92,1 milliards FCFA pour 77 projets au quatrième trimestre2011.La répartition sectorielle des investissements productifs montre une prédominance des activités dusecondaire (58,8%) et du secteur primaire (28,9%), suivies des projets du secteur tertiaire (12,3%). 14
  • 15. Sur le plan géographique, les investissements agrées révèlent que la zone Nord a accaparé 79,3%du volume total des investissements approuvés, pour un montant de 290,7 milliards FCFA répartientre les régions de Saint Louis (101,8 milliards FCFA ; 8 projets ; 54 emplois permanents prévus)et de Louga (188,9 milliards FCFA ; 3 projets ; 114 emplois permanents prévus). La région deDakar (38 projets ; 580 emplois permanents), traditionnellement en tête des régions d’accueil, estvenue en 3ème position avec 69,9 milliards FCFA des investissements agréés, soit 19,1% suivi deloin par la région de Ziguinchor (1,1%).Par origine, les investissements agréés au profit des promoteurs étrangers ont augmenté de 269,4milliards FCFA, pour atteindre 289,1 milliards FCFA au premier trimestre 2012 contre 19,7milliards FCFA au cours de la même période de 2011. Ainsi, les projets d’origine étrangèrereprésentent 78,9% des investissements productifs agréés contre 21,1% pour les investisseursnationaux. Ces investissements proviennent principalement d’Europe, en particulier de l’Allemagne(187,7 milliards FCFA) et de l’Italie (50,9 milliards FCFA) pour la zone nord, de l’Ile Maurice (26,2milliards FCFA) pour Dakar et de l’Espagne (4,8 milliards FCFA) pour Ziguinchor. 15
  • 16. ANNEXES 16
  • 17. Tableau 1 : le Produit Intérieur Brut trimestriel Pourcentage de variation par rapport au Pourcentage de variation par rapport au trimestre précédent même trimestre de l’année précédente 2011 2012 2011 2012 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1ZE17 0,2 0,1 -0,3 0,0 1,6 1,3 0,7 0,0UE27 0,2 0,3 -0,3 0,0 1,7 1,4 0,8 0,1France -0,1 0,3 0,2 0,0 1,6 1,5 2,0 0,3Allemagne 0,3 0,6 -0,2 0,5 2,9 2,7 0,8 1,2Royaume Uni 0,0 0,6 -0,2 -0,2 0,6 0,5 0,8 0,0Italie 0,3 -0,2 -0,7 -0,8 0,7 0,2 -0,5 -1,3Espagne 0,2 0,0 -0,3 -0,3 0,8 0,8 0,3 -0,4Etats Unis 1,3 1,8 3,0 2,2 1,6 1,5 1,6 2,1Japon -1,0 1,5 -0,3 1,0 -1,7 -0,4 -0,5 2,7Chine 2,3 2,4 1,9 1,8 ** ** ** **** données non disponiblesSources : Eurostat, China NBS, BEA/USDCTableau 2 : Répartition du panier selon les nomenclatures secondaires Pond. T1- 11 T4- 11 T1- 12 T1-12/ T1-12 / T4-11 T1-11 INDICE GLOBAL 10000 101,3 104,0 103,5 -0,5% 2,1% ORIGINE Indice des produits locaux 7061 102,0 105,3 103,8 -1,4% 1,7% Indice des produits importés 2939 99,6 100,8 102,7 1,8% 3,1% DURABILITE Indice des biens durables 3946 95,3 99,6 99,3 -0,3% 4,2% Indice des biens non durables 2602 105,1 109,5 107,7 -1,7% 2,5% Indice des biens semi-durables 219 100,7 101,6 102,1 0,4% 1,4% SECTEURS Indice primaire 2999 106,7 111,4 109,1 -2,0% 2,3% Indice secondaire 3768 100,2 102,0 102,1 0,1% 2,0% Indice tertiaire=services 3233 97,7 99,5 99,8 0,3% 2,1% Inflation sous jacente Indice "Produits frais" 1452 110,7 118,3 113,3 -4,2% 2,3% Indice "lEnergie" 692 111,7 114,6 116,1 1,3% 3,9% Indice Hors Energie et Produits frais 7856 98,7 100,4 100,5 0,2% 1,9% 17
  • 18. Tableau 3 : Opérations financières de l’Etat (TOFE) (en milliards) Fin mars Variation en % 2011 2012 2012/2011 Prov.1. Total recettes et dons 310,0 348,7 12,5%1.1 Recettes budgétaires et FSE 290,0 325,7 12,3% Recettes fiscales 284,6 312,2 9,7% Recettes non fiscales 5,4 4,4 -18,5% FSE - 9,1 -1.2 Dons 20,0 23,0 15,0% Budgétaires 1,6 3,5 118,8% En capital 18,4 19,5 6,0%2. Dépenses totales et prêts (net) 428,5 404,1 -5,7%2.1 Dépenses courantes 219,2 228,8 4,4% Traitements et salaires 101,1 111,3 10,1% Intérêts sur la dette publique 22,8 18,5 -18,8% Extérieure 9,0 6,0 -33,5% Intérieure 13,8 12,5 -9,1%Autres dépenses courantes 95,3 99,0 3,9%2.2 Dépenses en capital 207,0 175,4 -15,3%Financement intérieur et sur prêts non concessionnels 131,0 109,6 -16,3%- Sur ressources Non PPTE et IADM 117,2 109,6 -6,4%- PPTE et IADM financed 8,3 - -100,0% Financement extérieur 76,0 65,8 -13,4%2.3 Prêts nets 2,3 -0,1 -104,4%Solde Global des Administrations publiques -114,0 -65,9 -42,2% Source : DGCPT et DPEE Tableau 4 : Evolution trimestrielle des cours des matières premières T1 12/ T1 11/ Matières premières 2T2010 3T2010 4T2010 1T2011 2T2011 3T2011 4T2011 1T2012 T4 11 T1 12Pétrole (Brent-$/b)) 79,6 76,85 87,18 105,15 112,26 112,12 108,77 118,6 9,0% 12,8%Or ($/g) 42,18 43,27 48,24 48,79 53,22 60,16 59,39 59,1 -0,5% 21,1%Huile de soja ($/t) 825,92 909,05 1158,43 1273,76 1260,97 1205,77 1119,55 1176,33 5,1% -7,6%Coton ($/t) 1984 2053 3310 4570,33 4037 2731,08 2257,67 2213,3 -2,0% -51,6%Riz (Thaï long) 469,6 469,2 520,57 527,23 498,33 564,57 616,07 520,5 -15,5% -1,3%CACAO ($/t) 3210,183 3067,36 2960,477 3338,657 3020,237 3039,973 2471,763 2341 -5,3% -29,9% 18
  • 19. Tableau 5 : Exportations (en millions FCFA) 2011 2012 Variation (en %) T1-2012/ T1-2012/ T1 T4 T1 T4-2011 T1-2011Produits halieutiques 35 926 23 427 36 712 56,71 2,19Produits arachidiers 7 606 8 738 3 470 -60,29 -54,38Produits pétroliers 42 707 49 446 46 713 -5,53 9,38Acide phosphorique 24 475 49 230 38 981 -20,82 59,27Ciment hydraulique 34 481 22 883 36 431 59,21 5,66Phosphates 658 1 424 2 219 55,85 237,25Engrais minéraux 3 134 702 677 -3,55 -78,38Cotons et tissus en coton 5 878 540 6 581 1 117,69 11,97Or industriel 30 694 35 350 32 916 -6,88 7,24Autres produits 99 828 88 394 113 029 27,87 13,22Total 285 385 280 133 317 730 13,42 11,33Source : ANSDTableau 6 : Importations (en millions FCFA) 2011 2012 Variation en % T1 2012/ T1 2012/ T1 T4 T1 T4 2011 T1 2011Produits laitiers, fruits et légumes 25 191 30 016 23 644 -21,23 -6,14Produits céréaliers 71 426 70 843 84 299 18,99 18,02Huiles et graisses 10 086 30 313 19 510 -35,64 93,43Sucres et produits sucrés 7 193 6 818 8 498 24,65 18,14Boissons et tabacs 2 732 11 491 9 936 -13,53 263,74Papiers et carton 7 353 12 868 14 162 10,06 92,59Produits pétroliers 119 906 196 856 178 186 -9,48 48,61Métaux et ouvrages en métaux 44 730 40 757 40 836 0,19 -8,71Machines et appareils 59 672 89 360 89 134 -0,25 49,37Matériels de transport et pièces détachées 69 566 42 716 68 490 60,34 -1,55Matières plastiques artificielles 11 206 29 216 24 114 -17,46 115,18Produits chimiques 35 736 50 134 53 017 5,75 48,36Autres produits 85 758 110 346 137 102 24,25 59,87Total 550 555 721 734 750 928 4,04 36,39 Source : ANSD 19
  • 20. Tableau 7 : Evolution trimestrielle de la main d’œuvre et de la masse salariale dans l’industrie Effectifs Masse salariale Permanent Temporaire Permanent TemporaireINDUSTRIES EXTRACTIVES -2,7 31,8 -12,1 39,0INDUSTRIES ALIMENTAIRES 1,3 3,9 -8,1 -15,6INDUSTRIES TEXTILES ET DU CUIR 0,0 0,0 0,1 1,1INDUSTRIES DU PAPIER ET DU CARTON 6,1 0,0 10,2 0,0INDUSTRIES CHIMIQUES -0,7 -7,0 3,9 -14,8MATERIAUX DE CONSTRUCTION -0,7 0,7 6,9 9,8INDUSTRIES MECANIQUES 0,9 -20,0 -12,9 -20,8AUTRES INDUSTRIES MANUFACTURIERES 6,1 -4,9 18,9 14,8INDUSTRIES DE PRODUCTION D’ENERGIE 8,3 -14,7 11,0 -20,0ENSEMBLE INDUSTRIE 1,7 -0,5 2,0 -10,4 Tableau 8 : Situation monétaire (en milliards de FCFA) 3 T1_2011 T4_2011 T1_2012 Evolution(%) Glissement(%)Situation monétaire (1) (2) (3) (3)/(2) (3)/(1)- AVOIRS EXTERIEURS NETS 953,0 864,9 875,6 1,2 -8,1 . BCEAO 747,6 726,2 753,9 3,8 0,8 . BANQUES 205,4 138,7 121,6 -12,3 -40,8- CREDIT INTERIEUR 1869,4 2122,2 2115,5 -0,3 13,2 . POSITION NETTE DU GOUVERNEMENT 210,2 169,3 163,6 -3,4 -22,2 . CREDITS A LECONOMIE 1 659,2 1 953,0 1 951,9 -0,1 17,6 * CAMPAGNE 4,5 6,3 13,6 116,1 199,2 * ORDINAIRES 1 654,6 1946,7 1 938,3 -0,4 17,1 Dont douteux et litigieux 57,8 54,1 52,4 -3,2 -9,4- MASSE MONETAIRE 2 535,5 2 712,7 2 647,6 -2,4 4,4 . CIRCULATION FIDUCIAIRE 576,2 589,4 587,3 -0,3 1,9 . DEPOTS EN C.C.P. 6,1 7,9 7,9 0,0 30,5 . DEPOTS EN BANQUES 1 953,2 2 115,4 2 052,3 -3,0 5,1- AUTRES ELEMENTS NETS 286,9 274,4 343,5 25,1 19,7Source : BCEAO3 Les situations sont données à la fin des trimestres considérés. 20
  • 21. Tableau 9 : Indice des prix à la consommation (base 100 en 2008) sur un variation Contribu- Libellé Pond. T1-11 T4-11 T1-12 Trimestre annuelle tionProduits alimentaires et 3286 105,5 111,2 108,6 -2,3% 2,9% 160,7boissons non alcoolisées 577 85,7 91,5 99,5 8,7% 16,0% -87,5 Céréales non transformées 237 105,8 112,5 109,1 -3,1% 3,0% 15,6 Bœuf 294 155,7 181,5 157,4 -13,3% 1,1% 134,8 Poissons frais 203 99,8 105,0 106,7 1,6% 6,9% -6,4 Lait 330 107,6 110,6 110,8 0,1% 2,9% -0,8 Huiles 43 100,1 101,6 105,0 3,4% 4,9% -2,8 Autres fruits frais 161 89,8 94,3 79,3 -15,8% -11,7% 45,7 Légumes frais en fruits ou racine 37 108,9 112,5 99,6 -11,5% -8,5% 9,1 Légumes frais en feuillesSel, épices, sauces et produits 181 119,6 116,9 107,3 -8,2% -10,3% 33,1alimentaires n.d.aBoissons, alcoolisées, tabacs 41 103,1 99,1 100,2 1,1% -2,9% -0,9et stupéfiantsArticles dhabillement et 973 97,8 97,3 97,5 0,2% -0,3% -4,4chaussuresLogement, eau, électricité et 1524 105,0 105,6 106,6 1,0% 1,6% -31,2autres combustiblesMeubles, articles de ménage 587 100,2 101,3 102,2 0,9% 1,9% -10,0et entretien courant du foyerSanté 379 103,1 103,6 104,3 0,6% 1,1% -4,6Transports 833 100,0 105,6 105,4 -0,2% 5,4% 3,8Communication 535 78,1 79,2 78,4 -1,0% 0,5% 8,0Loisirs et cultures 555 97,2 99,0 99,1 0,0% 1,9% -0,3Enseignement 270 103,9 106,6 106,6 0,0% 2,5% 0,0Restaurants et hôtels 617 102,7 101,5 103,3 1,8% 0,5% -21,5Biens et Services Divers 96,9 99,3 99,2 -0,1% 2,4% 0,5 400 10000 101,3 104,0 103,5 -0,5% 2,1% 100,0Indice général 21
  • 22. Tableau 10 : Valeur ajoutée en volume par branches d’activités (séries brutes) Valeurs ajoutées par branches dactivités aux prix constants de 1999 (en milliards FCFA) Variations (%) 2012 / 2012 / 2011 2012 2011 2011 BRANCHE DACTIVITE T1 T2 T3 T4 T1 T1/T4 T1/T1Valeur ajoutée non agricole 1011,2 1018,5 1001,5 1040,7 1051,5 1,0 4,0secteur primaire 142,5 126,8 123,5 259,0 148,2 -42,8 4,0secteur secondaire 253,1 257,0 231,3 241,1 252,2 4,6 -0,4secteur tertiaire 675,9 677,7 689,6 717,0 714,7 -0,3 5,7Taxes nettes sur les produits 137,0 134,4 132,8 158,5 141,6 -10,7 3,3Produit intérieur brut 1208,5 1195,9 1177,3 1375,7 1256,6 -8,7 4,0Agriculture 60,4 42,9 43,0 176,5 63,6 -64,0 5,3Élevage 50,6 50,8 51,0 51,3 52,4 2,2 3,6Pêche 15,2 15,5 13,9 12,6 14,6 16,1 -3,9Industries extractives 16,3 17,6 15,6 18,6 17,6 -5,5 7,5Bâtiments et Travaux Publics 72,8 74,5 71,2 73,3 76,2 4,0 4,7Industries chimiques 20,3 24,4 24,4 24,0 22,2 -7,3 9,3Énergie 27,7 28,3 31,9 32,2 29,8 -7,3 7,8Industries alimentaires 80,2 77,2 50,7 58,2 69,9 20,2 -12,8Autres industries 52,1 52,6 53,1 53,5 54,0 0,8 3,6Commerce 190,0 185,1 190,8 210,6 205,7 -2,4 8,2Transport 43,2 45,8 45,0 45,1 43,8 -2,9 1,4Poste et Télécommunications 127,8 124,8 126,4 127,0 128,4 1,1 0,5Services financiers 45,4 46,1 45,4 48,8 49,2 1,0 8,4Services aux entreprises 59,4 61,5 62,5 63,1 63,1 -0,1 6,3Services immobiliers 63,5 63,9 64,3 64,6 65,2 0,8 2,6Administration Éducation santé 135,7 139,0 143,4 145,7 147,8 1,5 8,9Autres activités de services 40,5 41,0 41,5 41,9 41,5 -0,9 2,4Branche fictive -29,6 -29,6 -29,7 -29,8 -30,0 0,6 1,3Source : ANSD 22
  • 23. Tableau 11 : Indice des Prix à la Production Industrielle base 100 en 2006 T1 T2 T3 T4 T1 T1 2012/ T1 2012/ Pond. 2011 2011 2011 2011 2012 T4 2011 T1 2011INDUSTRIES EXTRACTIVES 43 113,6 117,5 117,8 119,0 117,1 -1,6 3,1Extraction de phosphate 16 102,0 103,4 103,4 106,2 108,0 1,7 6,0Extraction de pierre, de sable et dargiles 12 143,1 148,9 149,8 150,5 141,3 -6,1 -1,3Extraction ou production de sel et de natron 15 102,5 107,5 107,5 107,5 107,5 0,0 4,9INDUSTRIES ALIMENTAIRES 408 105,2 106,4 106,9 107,0 107,1 0,2 1,8Transf. Conserv. de poissons, crustacés et mollusques 41 103,5 112,4 114,8 115,7 115,2 -0,4 11,3Fabrication de corps gras alimentaires 48 105,3 105,3 105,3 105,3 108,6 3,1 3,1Travail de grains, fabrication daliments pour animaux 71 115,6 115,7 116,6 117,0 115,4 -1,4 -0,2Fabric. de produits alimentaires à base de céréales n.c.a 3 106,7 123,3 123,3 124,6 124,6 0,0 16,7Confiserie, chocolaterie 12 107,2 107,2 107,2 107,2 107,2 0,0 0,0Fabrication de sucre 111 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 0,0 0,0Transformation et conservation de fruits et légumes 15 100,0 98,6 98,6 98,6 98,6 0,0 -1,4Fabrication de condiments et assaisonnements 35 96,4 96,4 96,4 96,4 96,4 0,0 0,0Fabrication de produits laitiers et de glace 18 113,2 117,7 121,0 118,4 117,9 -0,4 4,2Fabrication de boissons 36 111,4 111,4 111,4 111,8 113,4 1,4 1,7Fabrication de produits à base de tabac 18 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 0,0 0,0INDUSTRIES TEXTILES ET DU CUIR 16 86,8 86,8 88,3 91,3 126,0 38,0 45,2Egrenage de coton 13 85,1 85,1 86,8 90,2 129,5 43,7 52,3INDUSTRIES DU BOIS 1 99,6 99,6 99,6 99,6 99,6 0,0 0,0INDUSTRIES DU PAPIER ET DU CARTON 17 98,9 99,1 100,1 100,6 100,5 -0,1 1,6INDUSTRIES CHIMIQUES 171 128,3 133,5 139,2 144,4 143,5 -0,7 11,8Raffinage pétrolier 47 168,7 185,6 180,2 188,8 198,2 4,9 17,5Fabrication de produits chimiques de base 49 133,7 136,0 159,4 169,2 155,5 -8,1 16,4Fabrication de produits pharmaceutiques 19 93,7 93,0 92,2 92,1 94,5 2,6 0,8Fabrication de savons, détergents et produits dentretien 24 107,5 107,5 107,5 107,5 107,5 0,0 0,0Fabrication de peinture et vernis 10 99,5 99,6 99,6 99,6 99,6 0,0 0,1Fabrication dautres produits chimiques de base 2 88,7 84,4 81,6 81,6 81,6 0,0 -8,1Fabrication de produits en matières plastiques 13 88,2 87,4 95,1 94,2 95,9 1,8 8,7INDUSTRIES DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION 162 98,0 99,0 99,8 97,1 96,7 -0,4 -1,3INDUSTRIES MECANIQUES 28 99,9 101,3 100,3 101,0 97,6 -3,4 -2,3Produits de la sidérurgie 9 107,3 111,3 110,4 114,7 103,5 -9,8 -3,6Fabrication dautres ouvrages en métaux 8 98,8 100,5 98,0 95,4 96,3 0,9 -2,5Fabrication de machines et matériels électriques 8 99,4 98,2 98,2 98,2 98,2 0,0 -1,2Fabric. déquip. et appareils de radio, tv 2 72,6 72,6 72,6 72,6 72,6 0,0 0,0AUTRES INDUSTRIES MANUFACTURIERES 13 101,9 102,0 102,0 102,0 102,0 0,0 0,1ENERGIE 141 138,2 145,5 151,3 164,6 180,6 9,7 30,6Production et distribution délectricité 82 150,6 164,2 174,1 197,0 224,5 14,0 49,0Captage, traitement et distribution deau 59 119,6 119,6 119,6 119,6 119,6 0,0 0,0ENSEMBLE INDUSTRIE 1000 112,0 115,2 117,3 119,8 122,1 1,9 9,0 23
  • 24. Tableau 12 : Evolution de l’indice des prix à l’exportation 2012/ 2011 2011 2012Groupe d’utilisation Pond. T1 T2 T3 T4 T1 T1/T4 T1/T1alimentation-boisson tabac 333,4 128,8 144,5 115,9 138,8 132,5 -4,5 2,9énergie et lubrifiant 216,0 201,6 208,6 209,8 232,2 235,0 1,2 16,6matières premières animales et végétales 57,9 122,1 112,1 119,7 143,9 162,3 12,8 33,0matières premières minérales 24,1 127,1 112,9 123,8 117,5 126,9 8,0 -0,2autres demi-produits 299,4 148,6 152,1 161,1 168,0 156,1 -7,1 5,0produits finis destinés à la consommation 64,9 90,1 102,7 103,9 108,7 108,6 -0,1 20,5or industriel 4,4 308,4 285,9 200,5 326,6 439,5 34,6 42,5Indice global 1000,0 148,3 155,5 149,7 166,4 163,1 -2,0 10,0Tableau 13 : Evolution de l’indice des prix à l’importation 2011 2012 2012/2011Groupe d’utilisation Pond. T1 T2 T3 T4 T1 T1/T4 T1/T1alimentation-boisson-tabac 288,0 142,9 148,0 145,3 143,0 144,3 0,9 1,0énergie et lubrifiant 262,0 165,3 193,4 190,0 194,3 207,4 6,7 25,5matières premières animales et végétales 17,7 208,9 208,7 223,0 219,1 197,1 -10,0 -5,6matière premières minérales 1,2 95,4 84,4 89,3 75,7 90,7 19,9 -4,9autres demi-produits 179,6 115,5 124,6 123,8 124,6 123,8 -0,6 7,2produits finis destinés à lindustrie 87,5 99,5 96,5 111,4 113,2 125,7 11,0 26,4produits finis destinés à la consommation 164,0 98,8 108,9 103,9 97,7 98,7 1,0 -0,1Indice global 1000,0 133,9 145,8 144,7 144,4 148,9 3,1 11,2 24

×