Présentation N&APM en environnement hospitalier (CH Laborit)
 

Présentation N&APM en environnement hospitalier (CH Laborit)

on

  • 413 views

Slides de l'atelier Gestion

Slides de l'atelier Gestion

Statistics

Views

Total Views
413
Views on SlideShare
413
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
5
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Présentation N&APM en environnement hospitalier (CH Laborit) Présentation N&APM en environnement hospitalier (CH Laborit) Presentation Transcript

  • Performance du SIH Centre Henri Laborit (Poitiers – 9 mai 2012) © 2011 SecurActive. Proprietary and Confidential
  • Agenda•SecurActive•Performance réseau et applicative : un APM àquoi çà sert ?•Spécificités du monde hospitalier•Démonstration•Retour d’expérience du CH Laborit
  • AgendaSecurActive•Pourquoi nos clients choisissent PerformanceVision•Vos objectifs•Le concept Performance Vision•Cas clients•Annexes
  • Présentation sociétéEditeur Européen depuis 2004: Application Performance Management (APM) Network Behavior Analysis (NBA)Présence forte en Europe de l’Ouest 500 clients 30 revendeurs certifiés Basé à ParisCroissance rapide basée sur l’innovation Classé dans le Fast50 de Deloitte Titulaire du prix Red Herring au niveau global
  • Références clé
  • Ils nous ont fait confiance…03/03/10 © 2010 SecurActive. Proprietary and Confidential
  • Agenda•SecurActive•Performance réseau et applicative : un APM àquoi çà sert ?•Spécificités du monde hospitalier•Démonstration•Retour d’expérience du CH Laborit
  • Résoudre vos problèmes de performance en 4 clics! © 2011 SecurActive. Proprietary and Confidential
  • Les défis de la performance applicative La performance est subjective. © 2012 SecurActive. Proprietary and ConfidentialMarch 2012
  • •You don’t know where it comes from
  • Faits : il y a un problème « performance » !  Etude 2010:  96% des administrateurs ont connu des Jamais ralentissements au cours de cette Ponctuels année; Fréquents  Pour 49%, ils sont permanents ou Permanents fréquents… • Malgré les outils de supervision traditionnels, vous ne pouvez pas diagnostiquer les dégradations de performance suffisamment vite : • Les équipes informatiques perdent beaucoup de temps… • Les utilisateurs sont frustrés… • Votre entreprise perd en productivité et en chifffres!SecurActive survey 2011: http://www.securactive.net/en/resource-library/white-papers/254-the-quest-for-better-network-application-performance
  •  Vous avez un problème, Vous ne savez pas d’où il vient… Vous pouvez… AVOIR LA REPONSE EN 4 CLICS !
  • Être informé !Des utilisateurs ont souffert d’une dégradation deperformance sur l’application Labo RD1 à 10h44 ce matin.
  • Légende des Temps deCe pic bleu indique qu’il y avait un réponse :problème de temps de réponse Jaune : Réseau Bleu : Serveurserveur. Rouge : Transfert des donnéesSeul un serveur et un groupe d’utilisateursont été atteints.
  • On peut voir qu’un seulUtilisateur a été impacté.
  • Pour cette conversation en particulier, On peut voir un temps de réponse serveur Dégradé. En cliquant sur « PCAP »…On voit la requête exacte qui a causéle ralentissement.
  • Maintenant…Vous pouvez régler le problème !
  • Ce qu’un APM peut vous apporter Mesurer le ressenti utilisateur Réduire le temps de résolution des dégradations Résolution collaborative des incidents Faciliter l’amélioration continue Gérer les changements, déploiements, migrations avec des risques réduits © 2012 SecurActive. Proprietary and ConfidentialMarch 2012
  • Le concept Performance Vision Montrer la Performance des applications et del’infrastructure telle que vos Utilisateurs la ressentent ! IT Diagnostic Supervision Intelligence
  • Fonctionnalités clé de Performance Vision• Tendances d’utilisation • Indicateurs de qualité réseau• Qui fait quoi • Congestion & dégradations• Bande passante • Anomalies ICMP, TCP, Non IP• Cartographie du trafic • Capture de trames• Rapports top Usage Network Application SIP• Reporting QoE• Workflow de troubleshooting• Performance et erreurs DNS • Qualité de Service (MOS) • Reporting de volumétrie • Diagnostic au niveau “Appel”
  • Bottom-Up = analyse réseau archaïque• Consommateur de temps• Expert uniquement• Pas de vision rétrospective (ou très coûteuse)• Nécessite de savoir a priori ce que l’on cherche © 2010 SecurActive. Proprietary and Confidential
  • Top Down = Résolution fructueuse et rapide • Résolution rapide • Analyse rétrospective • Répond à la question « d’où vient la dégradation ? » • Utilisable par toute la DSI (Collaboratif vs. Expert)© 2010 SecurActive. Proprietary and Confidential
  • Intégration rapide & non-intrusiveEquipement « tout-en-un »Capture du trafic via unSPAN ou un TAP100% non intrusif :• Pas de trafic ajouté• Pas de changement d’architecture• Pas d’indisponibilité• Pas d’agentCapture en modedistribué
  • Agenda•SecurActive•Performance réseau et applicative : un APM àquoi çà sert ?•Spécificités du monde hospitalier•Démonstration•Retour d’expérience du CH Laborit
  • Pourquoi êtes-vous plus impactés que d’autres ?
  • La Complexité de l’environnement technique+ de 70 applications par établissement Des applications « héritées » Chaînes applicatives complexes (« Portails »)L’imagerie médicale Quantité de données « hors normes » Problématiques de performance particulièresContrainte de disponibilité forte
  • Spécificités organisationnelles de l’HôpitalSéparation DIM / InfrastructureOuverture croissante de l’infrastructureAccès WiFi des patientsInformatique au service du patientOuverture à la médecine de villeRessources financières et humaines limitées
  • •Nombre d’applications (>70) •Applications héritées Monde •Chaînes applicatives applicatif complexes complexe •Imagerie •Volume de données Défis de l’hôpital•Ouverture aux patients et à la médecine de ville•« Tout informatisé » Complexité et•Ressources humaines et financières limitées contraintes croissantes pour la DSI
  • Spécificités de l’imagerie médicaleTransfert de données client -> serveur ET serveur -> clientTaille moyenne des fichiersStockageIntégration dans DPI, portails, …
  • Métriques pour une APS application TCP standardClient A Probe Server B SRT Query Server Response Time Resp#1 Resp#2 DTTsrv Data Transfer Time Resp#3 Resp#4 • Requête limitée à 1 or 2 paquets • Server response and Data Transfer Time (server) sont habituellement les facteurs principaux de la Qualité de ressenti utilisateur
  • Exemple de métrique pour une application d’imagerie APSClient A Probe Server B Query#1 Query#2 Query#3 DTTclt Data Transfer Time (Client) Query#4 Query#5 Query#6 SRT Server Response Time Resp DTTsrv Data Transfer Time (server) • La requête est volumineuse. • Data Transfer Time (client) est le facteur principal de la Qualité de Ressenti.
  • Exemple de cas client 1 (diagnostic)Contexte : Etablissement de 2000 employés / environ 1500 postes 1 site principal, 4 cliniques distantes intégrées au SIProblématique : Ralentissement sévère de la visualisation des images médicales
  • Déroulement d’incident « lenteur » Imagerie Analyse santé réseau Escalade Début du Analyse système Chacun dit : Plaintes utilisateurs auprès duralentissement « tout est ok » management Analyse par l’éditeur 3 jours 3 jours Analyse approfondie par resp infra Résolution Reparamétrage par Diagnostic Réunion « coup de effective l’éditeur effectué gueule du DSI » Trouver requête LDAP sans réponse 1 jour 2 jours Durée totale de la dégradation = 9 jours ouvrés
  • Que retenir ?Sur 9 jours ouvrés, 8 sont passés à identifier l’origine duproblème.Le processus est pénalisé par : Caractère réactif Méconnaissance préalable de la chaîne applicative Absence de référence des performances « habituelles »
  • Impact Financier Dépenses inutiles enImpact financier revenus Productivité métier Productivité IT infrastructure # d’utilisateurs Exemple : Coût impactés de la ligne directement / 100Mbps# actes manqués indirectement supplémentaire # ETP utilisé Exemple : achat d’un outil de Coût horaire compression de fluxPrix unitaire de Exemple : Coût ETP (€/j) l’acte Impact sur la déploiement productivité (%) d’une solution de client léger
  • Exemple d’évaluation du coûtPerte de productivité métier : 20 utilisateurs impactés à 70€ par heure, avec un impact de 30% 20 x 70€ x 8h x 9j x 30% = 30 240€Actes non facturés: 5 actes par heure au lieu de 10, à 1000€ l’acte 5 x 1000€ x 8h x 9j = 360 000€Dépense inutile en bande passante 434k€ Contrat 12 mois à 3k€ par mois Coût = 36 000€Perte de productivité DSI En moyenne, 2 ETP mobilisés pendant 9 jours ouvrés, à 60€ par mois. 2 x 8h x 60€ x 9j = 8 640€
  • Déroulement d’incident « lenteur » Imagerie avec un APM Plaintes utilisateurs Analyse santé réseau Début du Diagnostic Résolutionralentissement effectué effectuée Identification du problème et de son Reparamétrage par l’éditeur origine 1 jour 1 jour Durée totale de la dégradation = 2 jours ouvrés
  • Exemple d’évaluation du coût avec un APMPerte de productivité métier : 20 utilisateurs impactés à 70€ par heure, avec un impact de 30% 20 x 70€ x 8h x 2j x 30% = 6 720€Actes non facturés: 5 actes par heure au lieu de 10, à 1000€ l’acte 5 x 1000€ x 8h x 2j = 80 000€ 89k€, soit uneDépense inutile en bande passante économie de Aucune 345k€ Coût = 0 €Perte de productivité DSI En moyenne, 2 ETP mobilisés pendant 2 jours ouvrés, à 60€ par heure. 2 x 8h x 60€ x 2j = 1 920€
  • Agenda•SecurActive•Performance réseau et applicative : un APM àquoi çà sert ?•Spécificités du monde hospitalier•Démonstration•Retour d’expérience du CH Laborit