• Save
La place de l’eglise dans l’occident médiéval 03s
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share

La place de l’eglise dans l’occident médiéval 03s

  • 596 views
Uploaded on

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
596
On Slideshare
570
From Embeds
26
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
1

Embeds 26

http://salle218.fr 26

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1.  Correction de la fiche d’Histoire des Arts.900 1000 1100 1200 1300 1400 1500 Âge des églises romanes Âge des églises gothiques
  • 2. 900 1000 1100 1200 1300 1400 1500 Âge des églises romanes Âge des églises gothiques Reconstruction des églises dans le monde entier. A l’approche de la troisième année après l’an mil, dans presque toutela terre, surtout en Italie et dans les Gaules, on se mit à reconstruire leséglises. Bien qu’elles fussent dans un état convenable et n’en eussent pasbesoin, on vit cependant le peuple chrétien tout entier rivaliser pour lapossession des églises les plus belles. Et ce fut comme si le monde lui-même, secouant les haillons de sa vieillesse, se couvrait de toutes partd’une éblouissante robe d’églises. Raoul Glaber, Histoires, III, 13, première moitié du XIe siècle.
  • 3. L’église, au Moyen-Âge, est un bâtiment essentiel pour les fidèles chrétiens, quila fréquentent régulièrement.A partir du XIe siècle, on multiplie les constructions d’églises en pierre (RaoulGlaber : « un blanc manteau d’églises » sur l’Europe). Dans les grandes villes etles grandes abbayes sont construites des églises immenses et somptueuses,grâce au talent des meilleurs architectes.Le style architectural évolue : tout d’abord l’art roman (Xe-XIIe siècles), puis l’artgothique (XIIIe-XVe siècle). On les distingue essentiellement par la forme desvoûtes (voir fiche HidA).
  • 4.  Jusqu’au XIe S., la plupart des églises ont une toiture en bois. Eglise Saint-Michel à Hildesheim, 1033 (Allemagne)Abbatiale de Saint-Philbert-de-Grandlieu, IXe S., Loire-Atlantique. Église Saint-Jacques des Guérets, Loir, XIe siècle
  • 5.  Puis, les architectes recherchent la monumentalité : voûtes de pierre et larges portails deviennent les caractéristiques de l’art roman.Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay, Bourgogne. Façade. Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay, Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay, Tympan central du narthex Bourgogne. Nef achevée en 1140.
  • 6.  Puis, les architectes recherchent la monumentalité :voûtes de pierre et larges portails deviennent lescaractéristiques de l’art roman. La construction, entre 1088 et les années 1120, de la troisième église abbatiale de Cluny, avec ses 150 mètres de long, fixe ainsi pour cinq siècles, jusqu’à l’achèvement de Saint-Pierre de Rome, un modèle insurpassé de gigantisme.
  • 7.  Dans le nord de la France, au XIIe siècle, des architectes utilisent une nouvelle technique de voûtage en employant des arcs croisés en diagonale. Désormais, les piliers suffisent à porterles nervures de la voûte et les pierres quiforment les voûtes triangulaires ne sontplus que du remplissage. Il n’est plus besoinde murs massifs entre les piliers. L’édifice est devenu une espècedarmature de pierre. On peut évider lesintervalles sans compromettre la solidité delensemble et remplacer les murs de pierrepar damples fenêtres. C’est là que lesvitraux colorés trouvent leur place. On aboutit ainsi à une église dun typetout à fait nouveau : un édifice de pierre etde verre comme le monde nen avait jamaisconnu. Voûtes de la nef de la cathédrale de Reims XIIIe-XIVe S., 38 m.
  • 8.  Dans le nord de la France, au XIIe siècle, des architectes utilisent une nouvelle technique de voûtage en employant des arcs croisés en diagonale. Désormais, les piliers suffisent à porterles nervures de la voûte et les pierres quiforment les voûtes triangulaires ne sontplus que du remplissage. Il n’est plus besoinde murs massifs entre les piliers. L’édifice est devenu une espècedarmature de pierre. On peut évider les Cathédrale de Reimsintervalles sans compromettre la solidité de XIIIe-XIVe S.lensemble et remplacer les murs de pierrepar damples fenêtres. C’est là que lesvitraux colorés trouvent leur place. On aboutit ainsi à une église dun typetout à fait nouveau : un édifice de pierre etde verre comme le monde nen avait jamaisconnu.
  • 9. Les couleurs des églises gothiques : vitraux et illumination de la cathédrale de Reims.
  • 10. Les couleurs des églises gothiques : vitraux et illumination de la cathédrale de Reims.
  • 11. Cathédrale Notre-Dame, Paris, XIIIe S.Illumination de la cathédrale de Reims (détail de la façade).
  • 12. Localiser l’abbayede Sénanque.
  • 13. Vue aérienne depuis le Sud.
  • 14. Vue du Nord. Chevet de l’église.
  • 15. La nef et le chœur de l’église
  • 16. Le cloître
  • 17. La salle capitulaire
  • 18. La salle du chauffoir
  • 19. Le dortoir des moines
  • 20. Sénanque, une abbaye cistercienne Visite virtuelle de labbaye