Your SlideShare is downloading. ×
Guide
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Saving this for later?

Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime - even offline.

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Guide

2,028
views

Published on

Published in: Economy & Finance

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
2,028
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
56
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. REPUBLIQUE TUNISIENNEProjet Mise à Niveau des entreprises privées tunisiennes aux exigences Environnementales (MNE) Coopération Tuniso-Allemande Guide environnemental dans diverses branches de lindustrie UTICA Commerce et de lArtisanat Union Tunisienne de lIndustrie, duMEDD MIEPME des Petites et Moyennes Entreprises Ministère de lEnvironnement et du Ministère de lIndustrie, de lEnergie et Coopération Technique Développement Durable Allemandewww.gtz-tunisie-mne.org E-mail : Tél.: + 216 71 96 48 05 Immeuble Jawharat El Bouheïra, App. B21www.utica.org.tn gtz-mne@gnet.tn … cest GAGNER ! Fax : + 216 71 96 17 51 Les Berges du Lac - 2035 Tunis www.utica.org.tn www.utica.org.tn
  • 2. SOMMAIRE SOMMAIREPréface Page 1I. Introduction généraleI.1 Groupes cibles Page 5I.2 Contexte tunisien de lentreprise & de lenvironnement Page 5I.3 Pollution industrielle en Tunisie Page 6II Secteur de la chimieII.1 Branche plastiqueII.1.1 Présentation de la branche Page 15II.1.2 Production et valeur ajoutée Page 15II.1.2.1. Production Page 15II.1.2.2. Valeur ajoutée Page 15II.1.2.3. Investissements Page 16II.1.3 Perspectives de développement de la branche Page 16II.1.4 Problèmes environnementaux Page 16II.2 Branche extraction huile de grignon, raffinage huile de graine etsavonnerie (savon de ménage)II.2.1 Présentation de la branche Page 21II.2.1.1 Raffinage dhuiles de graine Page 21II.2.1.2 Extraction dhuiles de grignon Page 21II.2.1.3 Savonnerie de ménage Page 21II.2.2 Problèmes environnementaux Page 21II.2.2.1 Raffinage dhuile Page 21II.2.2.2 Extraction dhuile de grignon Page 24II.2.2.3 Savonnerie Page 26II.3 Branche pesticides & insecticidesII.3.1 Présentation de la branche Page 31II.3.1.1 Production Page 31II.3.1.2 Problèmes environnementaux Page 31III. Secteur cuir et chaussuresIII.1 Présentation du secteur Page 35III.2 Principaux paramètres du secteur Page 35III.2.1 Production Page 35III.2.2 Emploi Page 35III.2.3 Investissements Page 36III.2.4 Valeur ajoutée Page 36III.2.5 Balance commerciale Page 36III.2.5.1 Importations du secteur Page 36III.2.5.2 Exportations Page 36III.2.5.3 Balance commerciale Page 36III.1 Branche tannerie et mégisserieIII.1.1 Présentation de la branche Page 39III.1.2 Principaux paramètres de la branche Page 39III.1.2.1 Production Page 39GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 3. SOMMAIRE III.1.2.2 Emploi Page 39 III.1.2.3 Investissements Page 39 III.1.2.4 Balance commerciale Page 39 III.1.2.4.1 Importations du secteur Page 39 III.1.2.4.2 Exportations Page 39 III.1.2.5 Perspectives et développement de la branche Page 39 III.1.3 Problèmes environnementaux Page 40 III.1.3.1 Principaux produits chimiques utilisés comme matières premières Page 40 III.1.3.2 Procédés de transformation des peaux animales en cuir Page 42 III.1.3.2.A Rivière Page 42 III.1.3.2.A.1 Pré-trempe ou reverdissage Page 42 III.1.3.2.A.2 Trempe et lavage Page 42 III.1.3.2.A.3 Enchaulage Page 42 III.1.3.2.A.4 Epilage - Pelannage Page 42 III.1.3.2.A.5 Ebourrage Page 42 III.1.3.2.A.6 Echarnage Page 42 III.1.3.2.A.7 Façonnage ou décrassage Page 42 III.1.3.2.A.8 Déchaulage Page 42 III.1.3.2.A.9 Confitage Page 43 III.1.3.2.B Tannage Page 43 III.1.3.2.B.1 Picklage Page 43 III.1.3.2.B.2 Dégraissage Page 43 III.1.3.2.B.3 Tannage Page 43 III.1.3.2.B.4 Retannage Page 44 III.1.3.2.C Le corroyage-finissage Page 44 III.1.3.2.C.1 Opérations mécaniques sur cuir humide Page 44 III.1.3.2.C.2 Opérations chimiques sur cuir humide Page 44 III.1.3.2.C.3 Opérations de séchage Page 44 III.1.3.2.C.4 Opérations mécaniques sur cuir sec Page 44 III.1.3.2.C.5 Opérations de finissage Page 44 III.1.3.3 Pollution engendrée par la fabrication du cuir Page 45 III.1.3.3.A Sources de pollution Page 45 III.1.3.3.B Flux de pollution Page 47 III.1.3.3.B.1 Pollution hydrique Page 47 III.1.3.3.B.2 Déchets solides Page 51 III.1.3.3.B.3 Emissions gazeuses Page 52 III.1.3.4 Mesures de réduction de la pollution générée par la fabrication du cuir Page 52 III.1.3.4.A Technologies propres Page 52 III.1.3.4.B Traitements des rejets hydriques Page 55 III.1.3.4.B.1 Traitement regroupé des effluents Page 55 III.1.3.4.B.2 Traitement séparé des effluents Page 56 III.1.3.4.B.2.a Pré-traitement des effluents sulfureux Page 56 III.1.3.4.B.2.b Pré-traitement des effluents chromés Page 56 III.1.3.4.B.2.c Traitement biologique Page 56 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 4. SOMMAIREIV Secteur de lagroalimentaireAperçu général Page 61IV.1 Branche concentré de tomates et pâte de piments (harissa)IV.1.1 Présentation de la branche Page 65IV.1.1.1 Tomate Page 65IV.1.1.1.1 Production Page 65IV.1.1.1.2 Matières premières Page 65IV.1.1.1.3 Exportations Page 66IV.1.1.2 Pâte de piments (harissa) Page 66IV.1.2 Perspectives de développement de la branche Page 67IV.1.2.1 Prévisions globales Page 67IV.1.2.2 Perspectives par activité Page 67IV.1.2.2.1 Concentré de tomates Page 67IV.1.2.2.2 Pâte de piments (harissa) Page 67IV.1.3 Problèmes environnementaux Page 67IV.1.3.1 Différentes étapes de fabrication Page 67IV.1.3.1.1 Réception et lavage Page 67IV.1.3.1.2 Triage Page 68IV.1.3.1.3 Broyage Page 68IV.1.3.1.4 Préchauffage Page 68IV.1.3.1.5 Passoire Page 68IV.1.3.1.6 Extraction et raffinage Page 68IV.1.3.1.7 Concentration Page 68IV.1.3.1.8 Pasteurisation Page 69IV.1.3.1.9 Remplissage et sertissage Page 69IV.1.3.1.10 Stérilisation des boîtes Page 69IV.1.3.1.11 Refroidissement Page 70IV.1.3.1.12 Séchage Page 70IV.1.3.2 Pollution engendrée par la transformation des tomates et des piments Page 70IV.1.3.2.1 Emissions atmosphériques Page 70IV.1.3.2.2 Déchets solides Page 71IV.1.3.2.3 Nuisances sonores Page 71IV.1.3.2.4 Rejets hydriques Page 71IV.1.3.2.4.1 Eaux pluviales Page 71IV.1.3.2.4.2 Eaux sanitaires Page 71IV.1.3.2.4.3 Eaux usées industrielles Page 71IV.1.3.3 Mesures de réduction de la pollution Page 72IV.2 Branche abattoirsIV.2.1 Présentation de la branche Page 77IV.2.2 Problèmes environnementaux Page 78IV.2.2.1 Abattoirs de viande rouge Page 78IV.2.2.2 Abattoirs de volailles Page 79IV.2.2.2.1 Préparation des volailles Page 79IV.2.2.2.2 Accrochage Page 79IV.2.2.2.3 Anesthésie - saignée Page 79IV.2.2.2.4 Échaudage Page 79IV.2.2.2.5 Plumaison Page 79GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 5. SOMMAIRE IV.2.2.2.6 Finition Page 79 IV.2.2.2.7 Eviscération Page 80 IV.2.2.2.8 Ressuyage Page 80 IV.2.2.2.9 Opérations de découpe et de conservation par le froid Page 80 IV.2.2.3 Recensement des rejets générés par les abattoirs Page 83 IV.2.2.3.1 Sang Page 83 IV.2.2.3.2 Déchets solides Page 83 IV.2.2.3.3 Rejets hydriques Page 84 IV.2.2.3.4 Rejets gazeux Page 85 IV.2.2.3.5 Nuisances sonores Page 85 IV.2.2.4 Traitement des rejets générés par les abattoirs Page 85 IV.2.2.4.1 Traitement du sang Page 85 IV.2.2.4.2 Traitement des déchets solides Page 86 IV.2.2.4.3 Traitement des rejets hydriques Page 86 IV.2.2.4.3.1 Eaux pluviales Page 86 IV.2.2.4.3.2 Eaux sanitaires Page 86 IV.2.2.4.3.3 Eaux du parc auto Page 86 IV.2.2.4.3.4 Eaux usées dabattage Page 86 IV.3 Branche laiteries et produits dérivés IV.3.1 Présentation de la branche Page 91 Préambule Page 91 IV.3.1.1 Situation nationale Page 91 IV.3.1.2 Situation de la production Page 91 IV.3.1.3 Situation de la transformation Page 91 IV.3.1.4 Situation de la distribution Page 92 IV.3.1.5 Situation internationale Page 92 IV.3.1.6 Comparaison internationale Page 92 IV.3.1.7 Actions à entreprendre Page 92 IV.3.1.8 Création dentreprises et partenariat Page 93 IV.3.2 Procédés de fabrication Page 93 IV.3.2.1 Lait stérilisé Page 93 IV.3.2.2 Lait fermenté Page 93 IV.3.2.3 Yaourt Page 93 IV.3.2.4 Crème fraîche Page 93 IV.3.2.5 Fromage frais Page 93 IV.3.2.6 Beurre Page 93 IV.3.3 Problèmes environnementaux Page 94 IV.4 Branche conserves de produits de la mer IV.4.1 Présentation de la branche Page 99 IV.4.1.1 Sardine Page 99 IV.4.1.2 Thon Page 99 IV.4.2 Perspectives de développement Page 100 IV.4.3 Procédés de conservation Page 100 IV.4.3.1 Décongélation Page 100 IV.4.3.2 Découpage en tranches Page 100 IV.4.3.3 Lavage des tranches et égouttage Page 100 IV.4.3.4 Cuisson Page 100 IV.4.3.5 Mise en boîte Page 100 IV.4.3.6 Sertissage Page 100 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 6. SOMMAIREIV.4.3.7 Stérilisation Page 100IV.4.4 Problèmes environnementaux Page 101IV.4.4.1 Émissions atmosphériques Page 101IV.4.4.2 Déchets solides Page 101IV.4.4.3 Nuisances sonores Page 101IV.4.4.4 Rejets hydriques Page 101IV.4.4.4.1 Eaux sanitaires Page 101IV.4.4.4.2 Eaux usées industrielles Page 102V Secteur des textilesV.1 Branche des textiles (Filature, teinturerie et délavage)V.1.1 Entreprises du secteur Page 109V.1.2 Production et valeur ajoutée Page 109V.1.3 Investissement Page 109V.1.4 Emplois Page 109V.1.5 Exportations Page 109V.1.6 Importations Page 110V.1.7 Perspectives de développement Page 110V.1.8 Partenariat Page 110V.1.2 Problèmes environnementaux Page 110V.1.2.1 Activité de filature Page 110V.1.2.1.1 Rejets atmosphériques Page 111V.1.2.1.2 Déchets solides Page 111V.1.2.1.3 Nuisances sonores Page 111V.1.2.1.4 Rejets hydriques Page 111V.1.2.2 Activité de teinturerie Page 112V.1.2.2.1 Rejets atmosphériques Page 113V.1.2.2.2 Déchets solides Page 113V.1.2.2.3 Nuisances sonores Page 113V.1.2.2.4 Rejets hydriques Page 113V.1.2.3 Activité de délavage Page 114V.1.2.3.1 Rejets atmosphériques Page 114V.1.2.3.2 Déchets solides Page 114V.1.2.3.3 Nuisances sonores Page 114V.1.2.3.4 Rejets hydriques Page 115V.1.2.4 Activité dimpression Page 115VI Secteur des industries des matériaux de construction,de la céramique et du verreVI.1 Branche briqueterie, céramique et marbreVI.1.1 Introduction Page 123VI.1.2 Produits céramiques Page 124VI.1.2.1 Briques et hourdis Page 124VI.1.2.1.1 Entreprises, emplois et partenariat Page 124VI.1.2.1.2 Production Page 124VI.1.2.1.3 Investissements Page 124VI.1.2.1.4 Perspectives de développement Page 124VI.1.2.1.5 Procédés de fabrication Page 125GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 7. SOMMAIRE VI.1.2.2 Carreaux en céramique Page 126 VI.1.2.2.1 Entreprises, emplois et partenariat Page 126 VI.1.2.2.2 Production Page 126 VI.1.2.2.3 Exportations Page 126 VI.1.2.2.4 Importations Page 126 VI.1.2.2.5 Investissements Page 127 VI.1.2.3 Articles sanitaires en céramique Page 127 VI.1.2.3.1 Entreprises, emplois et partenariat Page 127 VI.1.2.3.2 Production Page 127 VI.1.2.3.3 Exportations Page 127 VI.1.2.3.4 Importations Page 127 VI.1.2.3.5 Investissements Page 127 VI.1.2.4 Articles ménagers en céramique Page 128 VI.1.2.4.1 Entreprises, emplois et partenariat Page 128 VI.1.2.4.2 Production Page 128 VI.1.2.4.3 Exportations Page 128 VI.1.2.4.4 Importations Page 128 VI.1.2.4.5 Investissements Page 128 VI.1.2.5 Procédés de fabrication Page 128 VI.1.2.6 Recensement des nuisances Page 129 VI.1.2.6.1 Emissions atmosphériques Page 129 V.1.2.6.2 Déchets solides Page 129 V.1.2.6.3 Nuisances sonores Page 129 V.1.2.6.4 Rejets hydriques Page 130 VI.1.3 Produits de carrières Page 130 VI.1.3.1 Marbre Page 130 VI.1.3.1.1 Entreprises, emplois et partenariat Page 130 VI.1.3.1.2 Production Page 130 VI.1.3.1.3 Exportations Page 130 VI.1.3.1.4 Importations Page 131 VI.1.3.1.5 Investissements Page 132 VI.1.3.1.6 Perspectives de développement Page 132 VI.1.3.2 Procédés de fabrication Page 132 VI.1.3.3 Recensement des nuisances Page 132 VI.1.3.3.1 Emissions atmosphériques Page 132 V.1.3.3.2 Déchets solides Page 132 V.1.3.3.3 Nuisances sonores Page 133 V.1.3.3.4 Rejets hydriques Page 133 V.1.3.3.4.1 Description du procédé de traitement Page 133 Annexes GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 8. PRÉFACEPréfaceLe présent guide environnemental sadresse aux petites et moyennes entreprisestunisiennes désireuses de sengager dans un processus damélioration de leursituation environnementale.Cet outil leur apportera une aide, notamment en ce qui concerne la conformité auxtextes réglementaires en vigueur en Tunisie, ainsi que ladoption des outils demanagement environnementaux. Par ailleurs, il se proposera de soutenir lacompétitivité des entreprises par une meilleure gestion de lenvironnement.Ce guide servira aussi à démontrer à travers des exemples vécus quil est possible nonseulement de réduire les coûts mais aussi de tirer profit à travers des investissementsécologiques permettant lamélioration de léco-efficacité.Limplication des entreprises au processus de Mise à Niveau Environnementale estsans doute très importante, face aux échéances et aux exigences de lintégration à lazone de libre échange avec lUnion Européenne.Le projet "Mise à Niveau des Entreprises Tunisiennes aux ExigencesEnvironnementales (MNE)" de la coopération allemande au développement, lacoopération technique allemande (GTZ), contribue à la réalisation de cet objectif enpartenariat actif avec lUnion tunisienne de lindustrie, du commerce et de lartisanatUTICA, le Ministère de lenvironnement et du développement durable MEDD, et leMinistère de lindustrie, de lénergie et des petites et moyennes entreprises MIEPME.LUnité de Gestion du Projet MNE remercie toutes les personnes qui ont contribué à lapréparation de ce guide.Tunis, novembre 2004.Ont collaboré à lélaboration de ce guide:M. Karim Hamzaoui, Union Tunisienne de lIndustrie, du Commerce et de lArtisanat, UTICA.M. Mohamed Ali Bel Hadj Saad, Ministère de lEnvironnement et du Développement Durable.M. Moujahed Hannachi, Ministère de lIndustrie et de lEnergie.M. Anis Gharbi, Fédération Nationale de la Chimie.Mme Zohra Nabli, Fédération Nationale de lAgro-Alimentaire.M. Salem Fekih, Fédération Nationale du Cuir et de la Chaussure.M. Abdelhamid Ben HMed, Fédération des Industries des Matériaux de Construction, de laCéramique et du Verre.M. Dr. Otto Schmidt, Projet GTZ MNE.M. Ing. Ahmed Elleuch, Projet GTZ MNE.GUIDE ENVIRONNEMENTAL 1
  • 9. I. INTRODUCTION GÉNÉRALE
  • 10. INTRODUCTION GÉNÉRALEI. Introduction générale Niveau des entreprises privées tunisiennes aux exigencesLe tissus industriel tunisien a connu Environnementales MNE » est destinédepuis les années 70 des mutations aux promoteurs industriels de petites etprofondes et des restructurations moyennes entreprises, aux gérants, auxprogressives. Sa modernisation en directeurs techniques, aux bureauxréponse aux contraintes et exigences de détudes externes, aux responsablesplus en plus qualitatives et normatives environnement, aux centres techniquesdune économie qui a lentement évolué et à lUTICA (fédérations des secteurs).du dirigisme à léconomie du marché, Il a pour objet de présenter auxest devenue une réalité. Les PME personnes ou organismes et servicestunisiennes qui constituent lâme concernés les divers aspects de lavivante de léconomie tunisienne avec réglementation tunisienne en matièreplus de 95% du tissu industriel font, denvironnement et les différentsaujourdhui, face à de nouveaux défis et problèmes environnementaux dans lesenjeux, et leur modernisation et leur secteurs industriels.internationalisation les obligent à menerdes actions stratégiques qui leur I.2 Contexte tunisien depermettent de faire face à la concurrence lentreprise & deinternationale (barrières normatives et lenvironnementréglementaires, souvent même trèssophistiquées). Le développement économique en Tunisie sest accompagné dun grandParmi ces actions stratégiques, la Mise à effort dindustrialisation du pays. LesNiveau Environnementale de ces impératifs de croissance et de créationentreprises nest plus un tabou, cest une demplois lemportaient sur lesréalité saillante sans laquelle lentreprise considérations de protection dene peut ni survivre ni évoluer. lenvironnement et de préservation des équilibres souvent fragiles desCe guide va permettre aux PME écosystèmes.daméliorer leur rendementenvironnemental tout en favorisant une Plusieurs unités industrielles ont étéproduction efficiente. ainsi mises en place et différentes implantations industrielles ont étéIl a pour ambition daider les érigées en labsence de préoccupationspromoteurs industriels à atteindre les environnementales rigoureuses.objectifs suivants:• une utilisation plus efficace des La croissance industrielle qui sestressources ainsi quune réduction des produite tout le long des quatrerejets de contaminants et des déchets; dernières décennies a eu des effets• une réduction des coûts de positifs en termes de production, deproduction; création demploi, de capacité dexportation du pays et de niveau de• une meilleure performance vie dune manière générale. Cependant,environnementale et économique; elle a eu de nombreux effets négatifs sur• une meilleure compétitivité; lenvironnement en termes de• une réduction des risques pour la déséquilibre régional, utilisationsanté des travailleurs; intensive de certaines ressources,• une plus grande satisfaction des pollution de leau, de lair, du sol, etc…attentes des clients; Les rares opportunités dinvestissement• un meilleur contrôle des risques dans des régions défavorisées durattachés à la responsabilité civile; Centre-Ouest et du Sud, ainsi que•une meilleure image de limplantation des industries chimiqueslétablissement. de transformation de produits miniers sur le littoral sont à lorigineI.1 Groupes cibles dimportants préjudices écologiques.Ce guide environnemental, réalisé par Pour que les objectifs assignés à cela GTZ dans le cadre du projet « Mise à secteur, à moyen et à long terme, soientGUIDE ENVIRONNEMENTAL 5
  • 11. INTRODUCTION GÉNÉRALE atteints, de grands efforts sont à I.3 Pollution industrielle en consentir par les industriels pour Tunisie adopter des pratiques et des techniques respectueuses des exigences de Le rapport « Croissance économique et lenvironnement. durabilité écologique en Tunisie », réalisé par la Banque Mondiale en 1995, Des calculs effectués pour le cas de la a traité la détermination de lintensité de Tunisie, en appliquant la méthodologie la pollution industrielle par secteur développée par la Banque Mondiale dactivité (ou pollution par unité connue sous le nom de IPPS (Système de dactivité) sur la base des données Protection de la Pollution Industrielle), empruntées au Système de Protection ont permis de saisir lampleur de la de la Pollution Industrielle "IPPS". pollution industrielle dans le pays et Lequel système est basé sur le fait que la didentifier les principaux problèmes pollution industrielle est fortement sectoriels, notamment les industries influencée par léchelle de lactivité chimiques qui constituent le principal industrielle, sa composition sectorielle polluant en Tunisie en terme et ses procédés technologiques. démissions de substances toxiques (plus de 45% de substances toxiques Les principaux indicateurs utilisés pour organiques et plus de 25% des la mesure de limportance de la substances toxiques métalliques). pollution toxique de lair, de leau et du sol, étaient : En effet, la pollution est définie principalement par les déchets gazeux, • Demande biologique en oxygène liquides et solides obtenus lors de (DBO5) lextraction et de la transformation des •D e m a n d e c h i m i q u e e n matières premières en produits oxygène(DCO) industriels et de consommation. • pH • Les matières en suspension (MES) qui Les valeurs limites pour la pollution indiquent le degré de la pollution sont fixées par bulletin officiel. Le fait hydrique ; quune substance résiduaire a un • Le dioxyde de soufre (SO2); les oxydes caractère polluant est défini par réglementation. Nous citons à titre dazote NOx; le monoxyde de carbone dexemple : (CO); lozone (O 3 ); les composés organiques volatils (COV) qui indiquent • Arrêté du Ministre de lEconomie du lintensité de la pollution 20 juillet 1989 portant homologation de atmosphérique et les gaz à effet de serre, la norme tunisienne NT 106.002 relative tel que le dioxyde de carbone (CO2), le aux rejets deffluents hydriques dans le méthane (CH4). milieu récepteur ; • Arrêté du Ministre de lEconomie du 28 décembre 1994 portant homologation Selon ce rapport, lindustrie chimique en de la norme tunisienne relative aux Tunisie contribue à 52% dans la valeurs limites et valeurs guides de pollution de lair, à 70% dans la certains polluants dans lair ; pollution de leau et à 60% dans la pollution du sol. • Arrêté du Ministre de lIndustrie du 13 avril 1996 portant homologation de la Les unités industrielles classées comme norme tunisienne NT 106.04 relative à fortement polluantes sont à lorigine lair ambiant ; dune dégradation de la qualité de leau, • Arrêté du Ministre de lIndustrie du 03 de lair et du sol. Certaines sont même avril 1997 portant homologation de la responsables directe de la perturbation norme tunisienne NT 106.05 relative aux du système écologique marin ou des valeurs limites démission des polluants écosystèmes terrestres de certaines des cimenteries. régions tes que le littoral de Sfax, de • et autres… (voir annexe) Gabès et de Bizerte. Pour les émissions des gaz à effet de serre (CO2, CFC, etc…), la consommation tunisienne en6 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 12. INTRODUCTION GÉNÉRALEsubstances appauvrissant la couche lourds amène à les considérer parmi lesdozone, après une période culminant produits dangereux. De plus, ces huilesen 1997 avec plus de 1135 tonnes (ODP), usagées contiennent des composéscommence à décroître à un taux annuel aromatiques à base de noyauxde 13,5% pour atteindre 850 tonnes benzénique condensés pouvant, pour(ODP) en 1999. De telles substances sont certains, influencer des cancers de lagénérées notamment par le secteur du peau.froid, de la climatisation, de fabricationde mousses, les aérosols et les appareils Parmi les principaux problèmes, il y a ladextinction. collecte et lélimination des huiles usagées. Elles sont particulièrementConcernant la pollution hydrique, le dispersées sur tout le territoire tunisien.volume des eaux utilisées par le secteur Actuellement, le volume dhuilesindustriel et collecté par le réseau usagées collecté est de lordre de 50% dedassainissement public a été estimé en la production initiale.1999 à 17 millions de m3 environ, soit10,5% du volume total collecté. A leur tour, les déchets solides générésCependant, ce volume ne représente par le secteur industriel tunisien sont dequne partie des eaux utilisées dans les trois types :processus industriels qui sont dans de • Les déchets inertes (déblais, déchetsnombreux cas rejetées dans la nature (la minéraux divers provenant desmer, les lacs, les oueds, etc…) avec une industries extractives, …) représentantcharge polluante plus ou moins 1% de la totalité des déchets solidesimportante. Ces rejets sont à lorigine de industriels ;pollution des milieux récepteurs et leurs • Les déchets banals (assimilables auxeffets atteignent souvent les nappes déchets ménagers et pouvant être traitésphréatiques. La consommation en eau de la même manière) représentant 24%industrielle ne cesse daccroître pour de la totalité des déchets solidesatteindre plus de 180 millions de m3 en industriels ;lan 2000 (soit 4% des ressources • Les déchets spéciaux (déchetsutilisées) dont 69,2 millions de m3 contenant des éléments nocifs enprovenant des nappes profondes (soit concentration variable) représentant6,4% du volume exploité deaux 75% de la totalité des déchetssouterraines). Les projections faites à industriels.lhorizon 2030 montrent une netteaugmentation de la part de lindustrie La maîtrise de la pollution par cesdans la demande deau à 7,3%. déchets solides rencontre actuellement de nombreuses difficultés, notamment :Un autre type de rejet liquide aussi • Labsence de filières organisées pourimportant que celui des eaux certains types de déchets ;résiduaires et qui a posé beaucoup de • Les difficultés de lindustrie deproblèmes du point de vue collecte, recyclage ;traitement et élimination, dans ces dix • Labsence dun système dedernières années, est celui des huiles recouvrement des coûts pour la gestionusagées en Tunisie. des déchets.Rappelons que les huiles à moteur et les Enfin et en matière de consommationhuiles industrielles, selon leur usage, dénergie, les activités industrielles sontcontiennent des additifs, à savoir des les principales utilisatrices de lénergieantioxydants, des substances électrique avec une part atteignant 63%c himiques, des dispersants, des de la consommation globale. Lescomposés à base de polymères pour industries du secteur chimie, delamélioration de la viscosité, etc. matériaux de construction et du pétrole sont les principaux consommateursDu fait de leur utilisation et de leurs dénergie électrique.additifs, les huiles usagées sontchargées en plusieurs impuretés,principalement du calcium, dumagnésium, du zinc, du phosphore, dufer et du plomb. La présence de métauxGUIDE ENVIRONNEMENTAL 7
  • 13. SECTEUR DE LA CHIMIEAperçu généralLe secteur des industries chimiques au niveau des PME représente 2 à 3 % du P.I.Btunisien et 13 à 15% de la valeur ajoutée du secteur manufacturier.Ainsi, ce secteur englobe 743 entreprises industrielles de différentes tailles, détenuesmajoritairement par le secteur privé et emploie près de 19 780 personnes.Principaux paramètres du secteur :• Nombre dentreprises: 743 dont 487 < à 10 emplois.• Production: 960 MDT• Taux de croissance annuelle: 5,5 %• Exportation: 142 MDT• Investissement: 194,3 MDT• Emploi: 19 780 personnes(Source API 2001)Les entreprises appartenant au secteur des industries chimiques qui ont adhéré auprogramme de mise à niveau sont au nombre de 132 au 31 Décembre 2002, dont 24entreprises sont certifiées ISO 9001 et un nombre moins important, certifiées ISO14001.GUIDE ENVIRONNEMENTAL 11
  • 14. SECTEUR DE LA CHIMIE : BRANCHE PLASTIQUEII.1.1 Présentation de la Polypropylène, de Polyamide, de PVC, etc. Létape finale de cettebranche transformation est la confection du produit souhaité et son impression.La branche « plastique » occupe enTunisie une position prioritaire dans Les technologies de la transformationlindustrie. Cette importance provient du plastique sont diversifiées, et londu fait que cette branche touche presque distingue principalement:tous les autres domaines dactivitéindustrielle, artisanale, commerciale, • Le moulage par injection,agricole et touristique. • Lextrusion-soufflage de corps creux, • Lextrusion gonflage de sacs,A lheure actuelle, lindustrie tunisienne • Le thermoformage,de fabrication de plastique estreprésentée par 420 unités industrielles. • Le rotomoulage,Cette branche est jeune, puisque 20% • Le moulage par compression,des entreprises ont moins de 5 ans dâge • Le calandrage,et plus de 50% ont moins de 12 ans. • Lenduction et le revêtement,Leffectif employé compte dans cette • Le moulage au contact et parbranche environ 11 000 personnes, soit projection de plastique, renforcé de fibre2,2% de lemploi des industries de verre.manufacturières. Les articles fabriqués dans la brancheLanalyse de la répartition des peuvent être regroupés en 5 gammes deentreprises par tranche deffectifs laisse produits:apparaître une forte concentration de • La fabrication darticles de ménage, dePME dans cette branche. Ainsi, 50% des menuiserie et dameublement,entreprises ont moins de 20 salariés et • La fabrication darticles à usageprès de 80% des entreprises ont moins agricole: film plastique pour serres,de 50 salariés. tubes, tuyaux et accessoires pour lirrigation, grillages,II.1.2 Production et valeur • La fabrication darticles de bâtiment:ajoutée tuyauteries, quincaillerie électrique, tubes de protection de câblesII.1.2.1. Production électriques, gaines de ventilation, • La fabrication de divers articlesLa valeur de la production totale de la demballage,plasturgie a atteint 501 millions de • La fabrication darticles techniques àdinars en 2002. Cette branche a connu forte valeur ajoutée.une croissance régulière et continuedenviron 20% par an au cours des La production darticles demballage estdernières années. la principale activité de la branche des industries plastiques.Ci-après les principaux paramètres decette branche: Cest ainsi que certains matériaux, tels• Nombre dentreprises : 420 que le polystyrène (PS), le polyéthylène• Production: 501 MDT (PE), le polychlorure de vinyle (PVC) et• Exportation: 74 MDT le polyéthylène haute et basse densité (PEHD et PEBD), sont utilisés pour le• Investissement (2002): 35 MDT conditionnement de certains liquides et• Emploi: 11 000 personnes semi-liquides alimentaires.(source API 2002) II.1.2.2. Valeur ajoutéeEn Tunisie, cette branche sest orientéetotalement vers la transformation des Le taux de la valeur ajoutée de lamatières plastiques, notamment par branche des plastiques de lannée 2002injection ou extrusion des films à basse par rapport à lannée 2001 est estimé àet à haute densité de Polyéthylène, de 38%.GUIDE ENVIRONNEMENTAL 15
  • 15. SECTEUR DE LA CHIMIE : BRANCHE PLASTIQUE II.1.2.3. Investissements En matière dinvestissements réalisés, la branche plastique se classe au deuxième rang par rapport à lactivité manufacturière. La valeur des investissements réalisés dans la branche des plastiques durant lannée 2002 est denviron 35,5 millions de dinars. II.1.3 Perspectives de développement de la branche Certaines entreprises tunisiennes, soucieuses de la nécessité daméliorer la qualité de leurs produits, ont adopté de nouvelles technologies pour aboutir à lallégement des articles finis et à la possibilité de recyclage aussi bien des déchets de matières premières que de produits finis. A titre dexemples, citons les bouteilles en PET utilisées pour les boissons gazeuses, eaux minérales et autres, et réutilisables (programme Ecolef). II.1.4 Problèmes environnementaux Les nuisances environnementales que pourraient générer les différents procédés de transformation des matières plastiques sont les suivants : • Des eaux de refroidissement, • Des eaux de lavage des déchets de plastique à recycler, • Des eaux de nettoyage du parterre, • Du solvant de nettoyage des rouleaux dimpression, • Des huiles usagées, • Des emballages, • Des ordures ménagères, • Des copeaux et des produits de plastique de qualité médiocre, • Des émissions atmosphériques (poussières, COV, fréons des installations frigorifiques), • Des nuisances sonores (bruit et vibration).16 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 16. SECTEUR DE LA CHIMIE : BRANCHE PLASTIQUE Activité : Plastique Nature de la pollution Mesures de dépollution Eaux sanitaires • Branchement dans le réseau de l’ONAS • Collecte dans une fosse sceptique, puis transport vers la STEP de l’ONAS (en cas d’absence de réseau). Eaux de refroidissement Refroidissement – Recyclage des eaux refroidies. Eaux de lavage des déchets de Tamisage - Dessablage – Déshuilage - plastique Recyclage. Effluents chargés en solvant et en Distillation des solvants pour les Hydrique encre. réutiliser. Huiles usagées Collecte et livraison aux sociétés agréées. Écoulements accidentels • Le stockage des matières liquides engendrés par les opérations de devra se faire à l’intérieur des murs déchargement, de déchargement de rétention, sur un sol étanche. et du stockage des matières • Les points de chargement et de liquides. déchargement devront être équipés de cuvettes de récupération. Eaux de ruissellement et celles de Les réseaux des eaux usées la toiture. industrielles, des eaux sanitaires, des eaux de ruissellement et celles de la toiture devront être séparés. Fumées de combustion. Entretien régulier des brûleurs + cheminée bien étudiée. Atmosphérique Fuites des fréons contenus dans • Vérifier si les fréons utilisés sont les installations frigorifiques. autorisés. • Inventaire des fréons. Dégagement des composés Évaluer les quantités de COV et si organo-volatils (COV). possible effectuer des analyses. Poussières (en particulier PVC et Cyclonage et filtration à travers des broyage des déchets de plastique) filtres à manches. Ordures ménagères. Transport vers une décharge contrôlée. Déchet solide Déchets de plastiques, papiers, Stockage par nature (triage) puis cartons, batteries usagées, livraison aux recycleurs ou recyclage métaux, etc. sur place. Résidus des distillations. Transport vers une décharge spéciale ou destruction dans un incinérateur. Boue de l’unité de traitement des Déshydratation et transport vers une eaux usées. décharge contrôlée. Bruits Mesures, protections auditives individuelles, choix d’équipements Sonore plus silencieux, isolation sonore. Vibrations générées par les Installer les équipements sur des équipements. socles anti-vibratoires.GUIDE ENVIRONNEMENTAL 17
  • 17. SECTEUR DE LA CHIMIE : BRANCHE HUILE & SAVONII.2.1 Présentation de la II.2.2 Problèmesbranche environnementauxLa production nationale dans cette II.2.2.1 Raffinage dhuilebranche est assurée par environ dix septentreprises industrielles implantées Les huiles végétales (soja, colza) et lesdans les régions de Sfax, du Sahel et de huiles de grignon subissent unTunis. traitement nécessaire et suffisant avant leur mise à la disposition duII.2.1.1 Raffinage dhuiles de graine consommateur. Le raffinage des huiles comprend les étapes suivantes :Les entreprises de raffinage dhuile sont • Démucilagination ;au nombre de neuf. • Neutralisation ;Lévolution de la production de cettebranche est reflétée dans le tableau 1 (Cf • Décoloration ;bas de page). • Désodorisation.II.2.1.2 Extraction dhuiles de La démucilagination :grignon Cest un traitement qui consiste à éliminer certains éléments courammentPour lextraction dhuiles de grignon, appelés mucilages ayant une réactionlévolution de la production de cette nuisible lors du raffinage, de labranche est reflétée dans le tableau 2 (Cf conservation ou de lutilisation debas de page). lhuile. Le procédé consiste à traiter lhuile par 0,1 à 0,3% dacideLa production dhuile raffinée et dhuile phosphorique à froid pour dissocier lesde grignon ne cesse daugmenter pour phospholipides (mucilages) et lesrépondre à laccroissement de la glycérides.demande locale pour ces produits.Lannée 2000 a enregistré une La neutralisation :augmentation assez appréciable de la Lhuile attaquée par lacideproduction totale. phosphorique subit une neutralisation par une solution de soude. A la sortie duII.2.1.3 Savonnerie de ménage réacteur, le mélange subit une séparation centrifuge où lhuile estLa production des savons de ménage séparée des mucilages et des produitsreprésente 85% de la production totaledes savons. Le taux de croissance annuel saponifiés. Lhuile démucilaginée estmoyen de la production totale des lavée avec de leau chaude.savons est de lordre de 5%. ème Une 2 centrifugation sépare lhuile des· Nombre dentreprises: 12 eaux de lavage. Ces eaux chargées constituent le rejet liquide principal de· Production: 25 MDT lunité de raffinage. Leur débit est estimé à· Taux de croissance: 4% 3 environ 1 m /tonne dhuile raffinée. Lhuile· Exportation: 2,5 MDT obtenue (acidité < 0,3°Bé) subit un· Investissement (2002): 1,5 MDT séchage par évaporation sous vide.· Emploi: 800 personnes Tableau 1 : Évolution du secteur dextraction dhuiles de graines raffinées. Année 1997 1998 1999 2000 Huile de graines raffinées 144 300 152 900 151 000 164 500 (Production en tonnes) Tableau 2 : Évolution du secteur dextraction dhuiles de grignon. Année 1997 1998 1999 2000 Huile de grignon 15 000 12 500 14 000 18 000 Huile de grignon raffiné 600 1 000 1 000 4 500 Production totale 15 600 13 500 15 000 22 500 (Production en tonnes)GUIDE ENVIRONNEMENTAL 21
  • 18. SECTEUR DE LA CHIMIE : BRANCHE HUILE & SAVON La décoloration : · Les rejets liquides de la raffinerie La décoloration se réalise par dhuiles proviennent essentiellement adsorption de lhuile sur une terre des opérations de démucilagination et activée, notamment la bentonite. Lhuile de neutralisation. Cela explique la est séparée par filtre presse. couleur jaunâtre du rejet contenant de lhuile entraînée lors du lavage et Cette phase permet déliminer les dautres impuretés. pigments colorés, les peroxydes et les · Les huiles surnageant (par flottation) produits secondaires doxydation et par sont collectées pour être collectées avec suite dobtenir un meilleur goût de les pâtes de neutralisation (pâte lhuile. savonneuse) et cédées au fabricant de savon. Avant dêtre évacuée du filtre, la terre · Les eaux de refroidissement du est traitée par la vapeur pour éliminer raffinage dhuiles deviennent de plus en les traces dhuile. plus chargées, opaques, de couleur blanche laiteuse et dégagent de A la sortie du filtre, la vapeur émane des mauvaises odeurs. Généralement, ces odeurs très désagréables. Une fois mise en eaux sont vidées à raison dune fois par contact avec lair, la terre décolorante an, ce qui pourrait engendrer un risque épuisée prend feu et dégage une fumée dentartrage ou de corrosion des blanche très nocive. équipements du circuit de refroidissement. La désodorisation : Cest la dernière étape du raffinage · Les eaux de régénération des résines réalisée par distillation sous vide poussé échangeuses dions des adoucisseurs à une température élevée (230 à 250°C) sont chargées en chlorure de sodium. avec injection de vapeur deau · Les lieux de stockage des produits surchauffée. Une quantité dacide dangereux qui peuvent être une source citrique en solution dans leau est de pollution, notamment pour le ajoutée à lhuile pendant la phase de combustible, les matières premières refroidissement dans le désodoriseur dangereuses (huiles brutes, soude, afin de protéger lhuile contre acide…), les produits finis (huiles loxydation et daugmenter son temps raffinées…) et lunité de production elle- de conservation. Une fois désodorisée, même. lhuile est refroidie à travers des · Les écoulements accidentels qui échangeurs de chaleur pour être stockée peuvent survenir lors de à une température de 40 à 50°C. déchargements ou de chargements de camions renfermant des produits Aux effluents ci-dessus mentionnés, on dangereux (soude, acides, ajoute : combustible...). · Les eaux résiduaires contenant des · Les eaux de ruissellement et celles de phospholipides, des acides gras, des la toiture qui peuvent être une pollution matières organiques, une bonne hydrique par infiltration dans le milieu quantité dhuiles et de graisses naturel. recyclables. · Les huiles usagées qui doivent être · Les eaux de lavage du parterre collectées et délivrées aux sociétés contenant, outre les matières agréées par les autorités chargées de précédemment citées, des poussières et lenvironnement. autres déchets solides ayant échappé · Les eaux sanitaires. aux opérateurs. · Une analyse des eaux résiduaires · Les emballages et les ordures dune raffinerie dhuiles a donné les ménagères. résultats suivants : Paramètres Unités Valeurs pH - 11,07 MES mg/l 7 260 DCO mg/l 7 632 DBO5 mg/l 1 380 Matières grasses mg/l 3 80722 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 19. SECTEUR DE LA CHIMIE : BRANCHE HUILE & SAVON Activité : Raffinage d’huiles Nature de la pollution Mesures de dépollution Milieu récepteur : Milieu récepteur : ONAS Naturel Dessablage Dessablage Eaux usées alcalines ou acides Dégraissage Dégraissage chargées en matières décantables, Démulsification Démulsification MES, matières organiques Flottation Flottation oxydables, huiles et graisses. Régulation pH Neutralisation Coagulation Traitement Floculation biologique. Décantation. Eaux de refroidissement Refroidissement – Dégraissage – devenant de plus en plus Recyclage des eaux refroidies et chargées en huiles et graisses. dégraissées.Hydrique Écoulements accidentels • Le stockage des matières liquides devra engendrés par les opérations de se faire à l’intérieur des murs de chargement, de déchargement et rétention, sur un sol étanche. du stockage des matières • Les points de chargement et de liquides. déchargement devront être équipés de cuvettes de récupération. Eaux sanitaires • Branchement dans le réseau de l’ONAS. • Collecte dans une fosse sceptique, puis transport vers la STEP de l’ONAS (en cas d’absence de réseau). Eaux de ruissellement et celles de Les réseaux des eaux usées industrielles, la toiture. des eaux sanitaires, des eaux de ruissellement et celles de la toiture devront être séparés. Huiles usagées. Collecte et livraison aux sociétés agréées. Les fumées de combustion. Entretien régulier des brûleurs + cheminée bien étudiée. L’odeur dégagée par la vapeur Lavage à contre courant de la vapeurAtmosphérique utilisée pour le lavage de dans une colonne d’eau. l’adsorbant. L’odeur dégagée par l’adsorbant Stabilisation de l’adsorbant épuisé avec épuisé. de la chaux et son transport au jour le jour vers une décharge contrôlée L’odeur dégagée par les eaux de Dégraissage des eaux de refroidissement. refroidissement chargées en graisses. Les ordures ménagères + Transport vers une décharge contrôlée. l’adsorbant épuisé.Déchet solide Les déchets d’emballage. Livraison aux recycleurs. Les déchets de graisses et de la Livraison aux usines de savon. pâte savonneuse. La boue de l’unité de traitement Déshydratation et transport vers une des eaux usées. décharge contrôlée. Bruits Mesures, protections auditives individuelles, choix d’équipements plusSonore silencieux, isolation sonore. Vibrations générées par les Installer les équipements sur des socles équipements. anti-vibratoires. GUIDE ENVIRONNEMENTAL 23
  • 20. SECTEUR DE LA CHIMIE : BRANCHE HUILE & SAVON II.2.2.2 Extraction dhuile de grignon · Les lieux de stockage des produits dangereux peuvent être une source de Lextraction de lhuile à partir du pollution, notamment pour les matières grignon dolive seffectue par passage de premières dangereuses (solvants, la substance grasse de la masse solide grignons chargé en margine qui peut des graines (contenant 6,5 à 6,8% sinfiltrer dans le sol et constituer une dhuile) sur un solvant, à savoir de pollution organique…), les produits lhexane ou du sulfure de carbone. finis (huiles de grignon…) et lunité de production elle-même, Lextraction se fait en trois étapes : · Le déchargement, le chargement et le • Séchage du grignon frais stockage du grignon frais et épuisé • Extraction par immersion peuvent être à lorigine de dégagement de poussières, • Distillation du mélange. · Les huiles usagées qui doivent être collectées et délivrées aux sociétés Séchage du grignon frais: agréées par les autorités chargées de Le grignon frais est séché à une lenvironnement. humidité de 7 à 9% dans des tambours · Les eaux sanitaires. rotatifs (séchoirs) avec de lair chaud produit par des chaudières utilisant, en • Les emballages et les ordures général, comme combustible le grignon ménagères. épuisé provenant de latelier dextraction dhuile de grignon. Les gaz de combustion sont polluants à lenvironnement. Cest une fumée noire chargée en particules de grignon entraînées par lextracteur. Toutefois, lépuration de ces gaz de combustion se fait par cyclonage suivi dune filtration et dun lavage à eau dans un tour dabsorption qui génère aussi des eaux usées nécessitant un traitement avant tout rejet. Extraction par immersion: La masse de grignon est complètement immergée dans le solvant qui senrichit, avec le temps, par de la matière grasse. Distillation du mélange: Le mélange obtenu par extraction est distillé par injection indirecte de la vapeur. Le solvant volatil sera récupéré par condensation pour être recyclé et lhuile de grignon est soutirée puis stockée. Aux effluents ci-dessus mentionnés, on ajoute : · Les fuites de lhexane, dans le local de stockage et celui dextraction qui peuvent facilement former un milieu explosif, · Les fûts de matières dangereuses, · Les eaux de ruissellement et celles de la toiture peuvent être une pollution hydrique par infiltration dans le milieu naturel,24 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 21. SECTEUR DE LA CHIMIE : BRANCHE HUILE & SAVON Activité : Extraction d’huile de grignon Nature de la pollution Mesures de dépollution Eaux de lavage des gaz de Décantation – filtration – recyclage combustion, chargées en matières dans le circuit de lavage des gaz de décantables et en MES. combustion. Écoulements accidentels • Le stockage des matières liquides engendrés par les opérations de devra se faire à l’intérieur des murs chargement, de déchargement et de rétention, sur un sol étanche. du stockage des matières • Les points de chargement et de liquides. déchargement devront être équipés de cuvettes de récupération. Écoulements de la margine Le stockage du grignon devra se faire contenue dans le grignon frais à l’intérieur des murs de rétention, stocké. sur un sol étanche et légèrement incliné pour faciliter le drainage de la Hydrique margine vers un bassin de stockage. Cette margine sera évacuée vers une décharge aménagée et autorisée par les autorités locales. Eaux sanitaires. • Branchement dans le réseau de l’ONAS. • Collecte dans une fosse sceptique, puis transport vers la STEP de l’ONAS (en cas d’absence de réseau). Eaux de ruissellement et celles de Les réseaux des eaux usées la toiture. industrielles, des eaux sanitaires, des eaux de ruissellement et celles de la toiture devront être séparés. Huiles usagées. Collecte et livraison aux sociétés agréées. Les fumées de combustion de Cyclonage – Filtration – Lavage à couleur noirâtre et l’air de contre courant dans une colonne séchage du grignon sont chargés d’eau. Atmosphérique en particules. Les poussières dégagées lors des Extraction – Filtration. opérations de chargement, de déchargement et de stockage du grignon. Les fuites de l’hexane. Équiper les locaux de stockage et d’extraction de l’hexane par un détecteur explosimètre. Les ordures ménagères + la boue Transport vers une décharge Déchet solide de traitement. contrôlée. Les déchets d’emballage. Livraison aux recycleurs. Le grignon épuisé. Réutilisation dans la combustion ou dans l’élevage. Bruits. Mesures, protections auditives individuelles, choix d’équipements Sonore plus silencieux, isolation sonore. Vibrations générées par les Installer les équipements sur des équipements. socles anti-vibratoires.GUIDE ENVIRONNEMENTAL 25
  • 22. SECTEUR DE LA CHIMIE : BRANCHE HUILE & SAVON II.2.2.3 Savonnerie Paramètres Unité Valeur Chlorures (Cl-) Mg/l 60 350 La fabrication du savon de ménage Sodium Mg/l 120 520 comporte une phase chimique (saponification, relargage et liquidation) Aux effluents ci-dessus mentionnés, on qui entraîne la formation de rejets ajoute : liquides pollués et une phase physique · Les eaux de purge de chaudière et de de mise en forme et de conditionnement régénération des adoucisseurs. des produits finis. · Les eaux de ruissellement et celles de la toiture qui peuvent être une pollution Saponification : hydrique par infiltration dans le milieu La saponification est une réaction naturel. dhydrolyse et de neutralisation des · Les lieux de stockage des produits acides gras par de la soude. Il sagit de dangereux qui peuvent être une source mélanger dans des chaudrons des huiles de pollution, notamment pour le et des pâtes savonneuses, extraites du combustible, les matières premières raffinage de lhuile de graine ou de la dangereuses, les produits finis et lunité récupération de lhuile de grignon, avec de production elle-même. une solution de soude caustique · Les écoulements accidentels qui concentrée et une quantité de sel. Une peuvent surgir lors des opérations de cuisson à la vapeur de 1 à 2 jours est déchargement ou de chargement de nécessaire avec un excès de lessive de camions renfermant des produits soude. On obtient ainsi une pâte de dangereux. savon (appelée colle de savon) qui ne · Les huiles usagées qui doivent être peut être exploitée quune fois collectées et délivrées aux sociétés débarrassée de la glycérine formée et des agréées par les autorités chargées de matières premières nayant pas réagi. lenvironnement. · Les eaux sanitaires. Relargage et liquidation: · Les emballages et les ordures Pour séparer la colle de savon, on ménagères. applique la méthode de relargage qui consiste à ajouter de leau salée (solution Traitement de la glycérine de NaCl à 22°B) afin de détruire Dans toutes les méthodes précitées de lenveloppe de solvatation de la colle de décomposition des graisses, on obtient savon pour libérer le produit sous forme comme sous-produit une eau glycérinée de « germe de savon » : semi-liquide contenant 6 à 14% de glycérine, et quon surnageant la sous-lessive. Suivant la transforme, dans lusine même, en quantité dimpuretés présentes et la glycérine brute à plus de 90%. Ceci qualité du savon à fabriquer, on refait seffectue par évaporation sous vide, deux à trois relargages avant recours suite à quoi les eaux glycérinées sont aux opérations (3 ou plus) de son lavage débarrassées des impuretés gênantes. à leau douce (liquidation). La pâte de Cette opération se faisait autrefois par savon obtenue est enfin atomisée sous traitement avec du lait de chaux et de vide (dans un séchoir) pour être loxalate dammonium. Comme résidu, concentrée et séchée à un taux on obtenait des boues ou des déchets dhumidité déterminé (20%). A travers ressemblant au brai, ainsi que des bouillies une boudineuse, on produit les savons nauséabondes quon précipitait par sous forme de cubage. Les eaux condensation barométrique. Lodeur soutirées contiennent de la glycérine, de désagréable se transmettait aux effluents des la soude et du sel. La quantité des eaux condenseurs et pouvait facilement créer une usées industrielles varie entre 6 et 10 nuisance pour les avoisinants. Lépuration m3/tonne de savon. Une analyse dun des eaux glycérinées se fait aujourdhui à échantillon de ces eaux résiduaires a laide déchangeurs dions qui éliminent donné les résultats suivants : de leau glycérinée les impuretés par réaction déchange dions et les Paramètres Unité Valeur abandonnent aux eaux usées lors de la PH 12,69 régénération. Les effluents (régénérats) des MES mg/l 48 598 échangeurs sont parfois fortement acides, DCO mg/l 10 176 parfois fortement alcalins et se caractérisent DBO5 mg/l 1 720 par une concentration très élevée en Huiles et graisses mg/l 8 600 impuretés organiques.26 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 23. SECTEUR DE LA CHIMIE : BRANCHE HUILE & SAVON Activité : Savonnerie Nature de la pollution Mesures de dépollution Eaux usées alcalines chargées Neutralisation - Microfiltration – en glycérine, MES et en Extraction de la glycérine – Recyclage chlorures. des eaux traitées dans l’opération de relargage. Eaux de régénération des Recyclage dans les opérations de adoucisseurs. relargage. Huiles usagées. Collecte et livraison aux sociétés agréées. Écoulements accidentels • Le stockage des matières liquides engendrés par les opérations de devra se faire à l’intérieur des murs de Hydrique chargement, de déchargement rétention, sur un sol étanche. et du stockage des matières • Les points de chargement et de liquides. déchargement devront être équipés de cuvettes de récupération. Eaux sanitaires. • Branchement dans le réseau de l’ONAS. • Collecte dans une fosse sceptique, puis transport vers la STEP de l’ONAS (en cas d’absence de réseau). Eaux de ruissellement et celles Les réseaux des eaux usées de la toiture. industrielles, des eaux sanitaires, des eaux de ruissellement et celles de la toiture devront être séparés. Fumées de combustion. Entretien régulier des brûleurs + Atmosphérique cheminée bien étudiée. Fuites des fréons contenus dans • Vérifier si les fréons utilisés sont les installations frigorifiques. autorisés. • Inventaire des fréons. Odeur dégagée par les Lavage à contre courant de la vapeur opérations d’extraction de la dans une colonne d’eau. glycérine. Ordures ménagères. Transport vers une décharge contrôlée. Déchet solide Déchets de la microfiltration + Transport vers une décharge contrôlée. le charbon épuisé. Déchets d’emballage. Livraison aux recycleurs. Bruits. Mesures, protections auditives individuelles, choix d’équipements plus Sonore silencieux, isolation sonore. Vibrations générées par les Installer les équipements sur des socles équipements. anti-vibratoires.GUIDE ENVIRONNEMENTAL 27
  • 24. SECTEUR DE LA CHIMIE : BRANCHE PESTICIDES ET INSECTICIDESII.3.1 Présentation dusecteur II.3.1.2 Problèmes environnementauxEn Tunisie, lutilisation annuelle depesticides est denviron 8.000 tonnes. La diversité des matières premières,Sur le marché, on trouve plus de 430 sous-produits et produits finis, font quesubstances commercialisées, les différents ateliers déversent descorrespondant à 260 matières actives. types deaux très différents les uns desLes insecticides occupent la première autres. De plus, dans une même usine,place (50%), suivis par les fongicides on ne se limite pas à la confection dunpuis les herbicides. seul produit, mais on fabrique de multiples produits sous forme liquide,II.3.1.1 Production solide ou en aérosol.La production tunisienne dans cette Les matières premières sont très variées,branche est assurée par six entreprises. on trouve :Les trois unités les plus importantes • Dérivés pétroliers (ex. White spirit)produisent environ 5.000 tonnes/an de • Solvantssoufre sublimé, trituré et micronisé. • PoisonsElles assurent dune manièresatisfaisante les besoins du marché • Parfum.tunisien en souffre agricole, soit 60% dela consommation tunisienne en Les étapes de la production sontfongicides, herbicides et raticides. généralement du type malaxage, remplissage et sertissage.Outre ces trois grandes entreprises, laproduction nationale est assurée par Un lavage à eau ou à solvant esttrois unités dont la production porte sur: nécessaire pour le malaxeur,· Les insecticides, acaricides et notamment lors dun changement denématocides produit ou de son arrêt. Un nettoyage du parterre est assuré afin déliminer les· Les herbicides matières qui ont échappé aux· Les fongicides opérateurs.· Les raticides· Les hélicides · Ces types de lavage génèrent des rejets deaux usées chargées en matières décantables, en MES, en solvant, enLa production tunisienne des matières organiques, etc.insecticides et pesticides a évolué très · Lactivité peut être à lorigine de rejetstimidement au cours de la période 1995 - de produits dangereux et périmés.1999, cette situation est reflétée dans letableau 1. · Les lieux de stockage des produits dangereux peuvent être une source deLe tableau 2 présente lévolution des pollution, notamment pour les matièresimportations et des exportations des premières dangereuses, les produitsinsecticides et pesticides (Cf bas de finis et lunité de production elle-même.page). · Les écoulements accidentels peuvent Tableau.1. Évolution de la production des insecticides et pesticides (1995 – 1999) Années 1995 1996 1997 1998 1999 Production 6 7 8 9 10 (Unité: M.D) Tableau.2. Évolution des échanges commerciaux des insecticides et pesticides Années 1995 1996 1997 1998 1999 Importations 15 23 19 26 24 Exportations 1 1 0,1 0,2 1 Taux de couverture 7% 4% 1% 1% 4% (Unité: M.D)GUIDE ENVIRONNEMENTAL 31
  • 25. SECTEUR DE LA CHIMIE : BRANCHE PESTICIDES ET INSECTICIDES apparaître lors du déchargement ou du collectées et délivrées aux sociétés chargement de camions renfermant des agréées par les autorités chargées de produits dangereux. lenvironnement. · Les eaux sanitaires. · Les fûts de matières dangereuses, · Les eaux de ruissellement et celles de · Les emballages et les ordures la toiture peuvent être une pollution ménagères. hydrique par infiltration dans le milieu • Absence des Fiches de données de naturel. sécurité ( FDS) des matières premières et · Les huiles usagées qui doivent être produits finis. Activité : Pesticides & insecticides Nature de la pollution Mesures de dépollution Eaux usées alcalines ou acides Tamisage – Décantation – chargées en matières Neutralisation – Traitement décantables, MES et en matières biologique. organiques. Effluents chargés en solvant. Filtration – Distillation – Recyclage du solvant. Écoulements accidentels • Le stockage des matières liquides engendrés par les opérations de devra se faire à l’intérieur des murs chargement, de déchargement de rétention, sur un sol étanche. et du stockage des matières • Les points de chargement et de Hydrique liquides. déchargement devront être équipés de cuvettes de récupération. Eaux sanitaires. • Branchement dans le réseau de l’ONAS. • Collecte dans une fosse sceptique, puis transport vers la STEP de l’ONAS (en cas d’absence de réseau). Eaux de ruissellement et celles Les réseaux des eaux usées de la toiture. industrielles, des eaux sanitaires, des eaux de ruissellement et celles de la toiture devront être séparés. Huiles usagées. Collecte et livraison aux sociétés agréées. L’odeur dégagée par les Extraction - Lavage à contre courant produits volatils. des gaz dans une colonne d’eau. Atmosphérique Les poussières dégagées lors Extraction – Filtration. des opérations de manipulation des produits sous forme de poudre. Les fumées de combustion. Entretien régulier des brûleurs + cheminée bien étudiée. Les ordures ménagères. Transport vers une décharge Déchet solide contrôlée. Les déchets d’emballage. Livraison aux recycleurs. Les produits périmés. Transport vers une décharge spéciale. La boue de l’unité de traitement Déshydratation et transport vers une des eaux usées. décharge spéciale. Bruits. Mesures, protections auditives individuelles, choix d’équipements Sonore plus silencieux, isolation sonore. Vibrations générées par les Installer les équipements sur des équipements. socles anti-vibratoires.32 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 26. SECTEUR CUIR ET CHAUSSUREIII. Secteur cuir et • 83 unités de maroquinerie dont 44 totalement exportatrices.chaussure • 12 unités de vêtements cuir dont 9 totalement exportatrices.Aperçu général • 50 unités de composants dont 36 totalement exportatrices.Le secteur du cuir et de la chaussure sest La répartition graphique de ces unitéstoujours distingué par : est comme suit:• Sa valeur ajoutée importante • 30 % sont installées dans le Grandengendrée par la transformation dune Tunis.matière première locale. • 25 % sont à Sfax.• Sa capacité en tant que générateur • 20 % sont au Cap Bon.demploi. • 15 % sont à Bizerte.• Sa proximité géographique dun (Source API année 2005)marché européen grand consommateurdarticles de mode. III.2 Principaux paramètres du secteurCes trois facteurs principaux font que cesecteur contribue effectivement au III.2.1 Productiondéveloppement de léconomietunisienne et par là-même à la Cette production industrielle (Cf.promotion des exportations. tableau 1) est très concurrencée par une production artisanale qui est surtoutIII.1 Présentation du secteur accentuée dans la chaussure et la maroquinerie.Le secteur du cuir et de la chaussureemploie un artisanat très significatif et III.2.2 Emploiune importante branche industrielle quiest constituée de près de 447 unités Le secteur du cuir et de la chaussureopérationnelles dont 203 totalement emploie environ 40 463 personnes sansexportatrices. compter le commerce de détail et deCette industrie est composée de : gros des matières premières et produits• 23 tanneries mégisseries. finis.• 270 unités de chaussures et de tiges Lemploi est reparti par activité commedont 149 totalement exportatrices. suit (Cf. tableau 2).Tableau 1Tableau 2GUIDE ENVIRONNEMENTAL 35
  • 27. SECTEUR CUIR ET CHAUSSURE : BRANCHE TANNERIE ET MEGISSERIE III.2.3 Investissements III.2.5 Balance commerciale Cf. tableau 1 III.2.5.1 Importations du secteur III.2.4 Valeur ajoutée Cf. tableau 2 La valeur ajoutée du secteur est en nette III.2.5.2 Exportations progression vue lintégration de plus en plus importante de lindustrie de Cf. tableau 3 composants de chaussures et de maroquinerie. III.2.5.3 Balance commerciale Actuellement , elle est de lordre de 60 %. Cf. tableau 4 Tableau 1 Tableau 2 Tableau 3 Tableau 436 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 28. SECTEUR CUIR ET CHAUSSURE : BRANCHE TANNERIE ET MEGISSERIEIII.1 Branche tannerie et III.1.2.4 Balance commercialemégisserie III.1.2.4.1 Importations du secteurIII.1.1 Présentation de la Cf. tableau 3branche III.1.2.4.1 ExportationsLa branche tannerie et mégisserieoccupe une position importante en Cf. tableau 4Tunisie. Elle est constituée de près de 23unités opérationnelles. III.1.2.5 Perspectives et développement de la brancheIII.1.2 Principaux paramètres Les objectifs des entreprises actives dansde la branche la branche tannerie et mégisserie en terme denvironnement sont :III.1.2.1 Production • Lidentification et le respect des obligations réglementaires découlant enLa valeur de la production totale de la terme de prélèvement deau, pollutionbranche tannerie et mégisserie a atteint de lair, pollution des sols et sous-sols,près de 80 millions de dinars en 2005 pollution des déchets solides et liquides,(Source API année 2005). matières premières et énergie, bruits et vibrations, risques technologiques, risques de sécurité, risques naturels,III.1.2.2 Emploi risques produits et emballages, pollution visuelle…La branche Tannerie et mégisserie • Amélioration de la gestion desemploie environ 1700 personnes. déchets en réduisant les quantités et enLemploi est reparti par activité comme optimisant leur valorisation.indiqué dans le tableau 1. • Réduire les rejets atmosphériques des unités de production.III.1.2.3 InvestissementsCf. tableau 2Tableau 1Tableau 2Tableau 3Tableau 4GUIDE ENVIRONNEMENTAL 39
  • 29. SECTEUR CUIR ET CHAUSSURE : BRANCHE TANNERIE ET MEGISSERIE • Identifier et maîtriser les risques La majeure partie du processus de cette technologiques et les pollutions transformation se fait en phase aqueuse accidentelles que cette activité pourrait occasionnant des rejets hydriques engendrer afin den diminuer chargés principalement par des constamment les impacts sur protéines, des graisses et des produits lenvironnement. chimiques. Des résidus variés dorigine • Organiser la prévention et intégrer la organique et minérale sont également protection de la santé et la sécurité au obtenus, sous formes solides ou travail. pâteuses, soit en suspension ou en solution. Ce processus engendre donc Les activités de la prévention de la une pollution très importante quil est pollution comprennent : impératif de traiter par des techniques • la modification déquipements ou de adaptées, en même temps, à la qualité et technologie et leur modernisation. à la quantité des effluents. • Le changement de processus ou de Lorsque lon considère le procédé de procédures. fabrication du cuir en terme de flux • La réinvention et/ou la conception polluant, on distingue trois phases de nouveau des produits. principales : • La substitution des matières • La rivière : prépare la peau brute au premières. tannage en la transformant en "peau en tripe" III.1.3 Problèmes • Le tannage : transforme la "peau en environnementaux tripe" en cuir • Le corroyage-finissage : cuir fini pour la fabrication de chaussures, de La transformation des peaux animales sacs et de vestes. en cuir seffectue au cours dune succession détapes nombreuses et I I I . 1 . 3 . 1 P r i n c i pa u x p r o d u i ts complexes, mettant en œuvre à la fois chimiques utilisés comme matières des produits chimiques, des matériels et premières des équipements plus au moins sophistiqués. Le tableau en page 41 présente les quantités de produits chimiques utilisés Les techniques de ladite transformation à chaque phase principale, par tonne de consistent, après nettoyage des peaux peau salée humide. brutes, à traiter par des procédés chimiques les fibres microscopiques du Pour une bonne corrélation en fonction collagène du derme pour obtenir un des peaux traitées, il convient de produit stable et durable. A la fin, les prendre comme référence de poids, à peaux subissent un traitement de létat humide, les valeurs indiquées finition variable selon le type de peaux dans le tableau ci-dessous. et lusage auquel elles sont destinées.40 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 30. SECTEUR CUIR ET CHAUSSURE : BRANCHE TANNERIE ET MEGISSERIEGUIDE ENVIRONNEMENTAL 41
  • 31. SECTEUR CUIR ET CHAUSSURE : BRANCHE TANNERIE ET MEGISSERIE III.1.3.2 Procédés de transformation Le pelannage est une action chimique des peaux animales en cuir sur le derme provoquant une légère dégradation des fibres. Cette opération III.1.3.2.A Rivière permet, tout en augmentant la souplesse du cuir, de conférer aux fibres une Le traitement préliminaire des peaux meilleure réactivité avec les substances dans la phase rivière comprend les tannantes. La durée de cette étape peut opérations suivantes : varier de 18 heures (en foulon) à sept (7) jours (en cuves). Cette opération est III.1.3.2.A.1 Pré-trempe ou responsable de la majeure partie de la reverdissage pollution organique de la tannerie. Cette opération sert à hydrater les peaux Laction chimique est réalisée grâce à (dans leau) et à éliminer le sel de des solutions alcalines appelées pelains, conservation ainsi que toutes les en loccurrence la solution à 2°B de souillures (crottes, terre, sang, etc…). sulfure et de chaux. La durée moyenne dune pré-trempe est de : III.1.3.2.A.5 Ebourrage • 4 heures pour les peaux fraîches • 8 heures pour les peaux sèches. Cest une opération manuelle ou Cela dépend si lopération se fait dans mécanique permettant déliminer une cuve ou foulon. lépiderme et les poils relâchés ou dégradés par le pelain. III.1.3.2.A.2 Trempe et lavage Cette opération nest effectuée que Cette étape permet de ramener la peau à lorsque les peaux ont été traitées par des un état semblable à celui de la peau pelains peu actifs. Pour les peaux fraîche, cest-à-dire la laver et la traitées par des pelains très alcalins réhydrater au maximum, afin quelle (Solution chaux / sulfure de sodium), retrouve toute la souplesse et la les poils se détachent par simple rinçage flaccidité quelle a perdues au cours de sous agitation (coudreuse ou foulon). sa conservation. De ce fait, les peaux sont traitées dans III.1.3.2.A.6 Echarnage des cuves ou des appareils dagitation (coudreuses, foulons) en présence de Cest le passage de la peau coté chair sur produits mouillants ou antiseptiques. une machine à rouleau pour écharner et La quantité deau rajoutée est éliminer les tissus sous-cutanés. Dans proportionnelle au poids des peaux. certains cas, cette opération est réalisée Selon létat de leur fraîcheur, les peaux juste après la trempe. séjournent dune à quatre journées. III.1.3.2.A.7 Façonnage ou décrassage III.1.3.2.A.3 Enchaulage Cest une opération spéciale pour les Cette opération consiste à enduire les petites peaux (veaux, chèvres, peaux dune solution à base de chaux et chevreaux, agneaux). Elle consiste à de sulfure afin de faciliter, lors des éliminer, par frottement, les résidus prochaines opérations, lélimination du épidermiques enfermés dans les poil, de la laine et de lépiderme de la follicules pileux afin dobtenir une fleur peau. Les peaux sont par la suite mises très propre et lisse. au repos pendant 2 à 4 heures. III.1.3.2.A.8 Déchaulage III.1.3.2.A.4 Epilage - Pelannage Cette opération a pour but déliminer les Les deux opérations se font substances alcalines (chaux qui est généralement simultanément. parfois combinée à des acides gras) retenues par la peau et par suite de faire Lépilage a pour but déliminer ou de disparaître son gonflement alcalin. faciliter lélimination des poils, de la laine et de lépiderme.42 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 32. SECTEUR CUIR ET CHAUSSURE : BRANCHE TANNERIE ET MEGISSERIECette opération est réalisée dans un bain dérivés du polyuréthane ou decontenant soit des acides faibles lacide acrylique.(sulfuriques, hypochlorique, lactique,formique, borique et mixtures), soit des III.1.3.2.B.1 Picklagesels acides, soit des sels dammonium,soit du métabisulfite de sodium, soit du Cest une opération de préparation auperoxyde dhydrogène. tannage, par laquelle on fait absorber à la peau une quantité dacide minéral ouIII.1.3.2.A.9 Confitage organique (sulfurique, chlorhydrique, acétique ou formique en mixtures),Dans le même bain précédent, on ajoute nécessaire à lajustement du pH et à laau mélange des enzymes (farine de bois stérilisation de la peau.ou autre support de culture, chlorure Afin déviter le processus de gonflementdammonium, enzymes pancréatiques) de la peau, on effectue le picklage danschargées dhydrolyser certaines fibres un bain de sel neutre, généralement leélastiques de la peau afin de lui donner chlorure de sodium ou sulfate desa souplesse et déliminer les résidus sodium (salinité de 6 à 7°B).kératinisés et tous les éléments non Cest une préparation de la peau àtransformés en cuir. recevoir le chrome. Le chrome agit sur la peau dans un milieu acide.Le produit obtenu est "la peau en tripe",blanc, visqueux et très putrescible, III.1.3.2.B.2 Dégraissagenécessitant un passage rapide auxopérations de tannage. Cest une opération utilisée pour la peau de mouton, permettant déliminer lesIII.1.3.2.B Tannage matières grasses excédentaires. Elle est réalisée en présence de solvant (whiteLe tannage consiste à stabiliser la peau spirit, kérosène, monochlorobenzène,au moyen de réactifs minéraux ou perchloroéthylène) ou de tensioactifsorganiques qui bloquent les sites (biodégradables de préférence).hydrophiles du collagène, permettantdobtenir un cuir imputrescible et III.1.3.2.B.3 Tannagerésistant à la dégradation par desmécanismes physiques ou biologiques. Lopération de tannage est effectuée en ajoutant au bain de picklage desLes produits tanins sont nombreux et produits tannins (en solutions) capablespeuvent être classés comme suit : de se fixer sur la peau.• Tanins minéraux :- Sels de chrome Actuellement, le tannage le plus utilisé- Soufre pour tout genre de cuir est celui au- Sels de zirconium chrome (Sels de chrome Cr III et Cr VI). Il- Sels de fer est réalisé sous agitation en foulon- Sels daluminium. (durée de 4 à 24 heures) et suivi par un• Produits organiques rinçage en présence de solution dacide- Huiles danimaux marins (huile de formique et de sulfates ou carbonates de foie de morue) soude.- Formol- Quinone Ce tannage au chrome permet dobtenir- Glutaraldéhyde un cuir très résistant aux efforts• Tanins végétaux : mécaniques et à la température (120°C),- Fruits tandis que le tannage végétal est moins- Bois souple et ne résiste pas à une- Racines température supérieure à 80°C.- Feuilles- Ecorces • Le cuir obtenu après tannage au• Tanins synthétiques : chrome est appelé "Wet Blue".- Produits de sulfonation du phénol, • Le cuir obtenu après tannage végétal crésol et naphtaline ou résines est appelé "Cuir au Croûte".GUIDE ENVIRONNEMENTAL 43
  • 33. SECTEUR CUIR ET CHAUSSURE : BRANCHE TANNERIE ET MEGISSERIE III.1.3.2.B.4 Retannage • Dérayage : égalisation de lépaisseur du cuir qui est voisine de celle du cuir Lopération de retannage est fini. Les copeaux de croûtes, appelés généralement effectuée dans le but "dérayures", sont rejetés sous forme de dinsolubiliser le tanin non fixé et de déchets solides. donner au cuir une teinte claire. III.1.3.2.C.2 Opérations chimiques sur Les peaux sont généralement retannées cuir humide synthétiquement en association avec un tannage au chrome ou végétal. • Teinture : coloration du cuir par fixation de colorants sur les fibres. On Les techniques actuelles de tannage et utilise des colorants acides pour les cuirs de retannage ne permettent de fixer sur tannés au chrome et des colorants la peau quune partie seulement des basiques pour ceux tannés au végétal. tanins utilisés, ce qui entraîne des • Nourriture : absorption, par le cuir, effluents chargés en lexcès de tanins dune quantité variable de matières chimiques. grasses nécessaires à sa souplesse et à son imperméabilité. De même, le rinçage des peaux tannées génère des effluents chargés en tanins II.1.3.2.C.3 Opérations de séchage chimiques non fixés. Les effluents chargés en tanins • Mise au vent : étirage du cuir pour lui chimiques sont généralement toxiques. donner une surface plane. • Séchage : dans des séchoirs ou sur Les cuirs tannés sont commerciables, des plaques, chauffés et ventilés. mais ne possèdent pas les propriétés suffisantes pour la confection dobjets III.1.3.2.C.4 Opérations mécaniques sur ou darticles utilisables. On leur fait cuir sec subir des opérations variables • Battage et cylindrage : pour les cuirs (corroyage - finissage) selon leurs à semelles. destinations (semelles, dessus de • Palissonage : remouillage du cuir (à chaussures, habillement, ameublement, raison de 25 à 28% deau) suivi dun fort cuir industriel). étirage dans toutes les directions. • Séchage : sur cadre ou sous vide. III.1.3.2.C Le corroyage - finissage • Meulage - ponçage : sur fleur ou sur Les opérations de la phase corroyage- chair. finissage sont généralement classées • Lissage - repassage - satinage : comme suit : opérations de lissage et de brillance. • Opérations mécaniques sur cuir • Liégage : roulement du cuir sur un humide pli pour faire remonter le grain sur la • Opérations chimiques sur cuir fleur. humide • Impression : à laide dune plaque • Opérations de séchage gravée. • Opérations mécaniques sur cuir sec III.1.3.2.C.5 Opérations de finissage • Opérations de finissage. Application de produits chimiques III.1.3.2.C.1 Opérations mécaniques sur cuir humide (liants contenant des pigments colorés) en surface pour protéger et embellir le • Essorage : élimination de leau par cuir. On distingue les opérations de une presse ou un cylindre feutre. finissage à leau, à base de polymères • Refendage : égalisation de synthétiques filmogènes, à vernis et lépaisseur du cuir. On obtient une cellulosiques. feuille "côté fleur" et une feuille "côté chair = croûte". La croûte est Le finissage est achevé par un séchage. généralement réutilisée (ex : fabrication de croûte velour).44 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 34. SECTEUR CUIR ET CHAUSSURE : BRANCHE TANNERIE ET MEGISSERIEIII.1.3.3 Pollution engendrée par la rinçages provoquant un rejet importantfabrication du cuir deaux usées chargées principalement de protéines solubles éliminées desIII.1.3.3.A Sources de pollution peaux et des excès de produits chimiques utilisés.La transformation des peaux animalesen cuir génère une importante Les déchets solides constitués par lespollution, que ce soit hydrique ou poils, carnasses, rognures, réfentes, etc...atmosphérique ou par les déchets représentent une source de pollutionsolides. des eaux usées et peuvent être à lorigine dodeurs nauséabondes.En effet, les deux principales phases derivière et de tannage se font en grande Les émanations gazeuses sont causéespartie en phase aqueuse avec vidange essentiellement par les solvants etdes foulons suivie de nombreux lhydrogène sulfuré. Opérations de transformation des peauxGUIDE ENVIRONNEMENTAL 45
  • 35. SECTEUR CUIR ET CHAUSSURE : BRANCHE TANNERIE ET MEGISSERIE Phases de transformation des peaux ovines46 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 36. SECTEUR CUIR ET CHAUSSURE : BRANCHE TANNERIE ET MEGISSERIE Phases de transformation des peaux bovinesIII.1.3.3.B Flux de pollution En effet, la majeure partie des eaux usées, dans une tannerie, provient desIII.1.3.3.B.1 Pollution hydrique étapes de rinçages succédant aux opérations de transformation des peauxLe flux de la pollution hydrique générée en cuir.par les tanneries est variable suivant la On distingue deux types de rinçage, ànature des équipements et le mode de savoir :tannage. • Rinçage en continu (efficace pourCette pollution hydrique est une durée de 20 à 30 mn),caractérisée par : • Lavage en discontinu, de volume• un volume important deaux limité après vidange du bain derésiduaires, traitement.• une grande quantité de matièresoxydables, Les tableaux suivants peuvent donner• une majorité de matières organiques, une idée de la consommation moyenne• un taux élevé de matières solubles et en eau pour ces deux types de rinçage,en solutions. ainsi que sur la répartition de quelques paramètres polluants selon les étapes du process.GUIDE ENVIRONNEMENTAL 47
  • 37. SECTEUR CUIR ET CHAUSSURE : BRANCHE TANNERIE ET MEGISSERIE % de quelques paramètres polluants Consommation en eau dun procédé avec rinçage en continu (m3/tonne de peaux brutes) Consommation en eau dun procédé avec lavage en discontinu (m3/tonne de peaux brutes)48 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 38. SECTEUR CUIR ET CHAUSSURE : BRANCHE TANNERIE ET MEGISSERIEPar ailleurs, les différentes sections de la et des types de peaux traitées, que lonfabrication du cuir engendrent des flux peut regrouper (à titre indicatif) dans lesde pollution plus ou moins importants, tableaux suivants :en fonction des procédés de fabrication Fabrication classique de cuir de bovin pour dessus de chaussure (Valeurs par tonne de peaux brutes) Fabrication classique de cuir de bovin pour dessus de chaussure avec des technologies propres (Recyclage des pelains, épuisement du chrome, déchaulage au CO2) (Valeurs par tonne de peaux brutes)GUIDE ENVIRONNEMENTAL 49
  • 39. SECTEUR CUIR ET CHAUSSURE : BRANCHE TANNERIE ET MEGISSERIE Fabrication du cuir végétal pour semelles avec un procédé en foulon à sec (Valeurs par tonne de peaux brutes) Fabrication classique de mouton nappa pour vêtement avec dégraissage par émulgateur (Valeurs en grammes par peau brute (g/p))50 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 40. SECTEUR CUIR ET CHAUSSURE : BRANCHE TANNERIE ET MEGISSERIE Fabrication de mouton lainé pour fourrure avec dégraissage en machine (Valeurs en grammes par peau brute (g/p))III.1.3.3.B.2 Déchets solides En raisonnant en matières sèches, seuls 40 à 50% de la peau brute sontLes déchets solides industriels générés transformés en cuir, le reste étantpar les tanneries se présentent sous les éliminé sous forme de déchets solidesdeux types suivants: (40%) et en solution dans les effluents• Déchets non tannés: poils, rognures, (9% de la matière sèche de départ).carnasses et, pour les ovins, graissesolide et laine. Les deux tableaux suivants permettent• Déchets tannés: croûtes, dérayures, davoir, à titre indicatif, une idée sur lespoussières de ponçage et quantités de déchets produits par leséchantillonnage. tanneries et les mégisseries:GUIDE ENVIRONNEMENTAL 51
  • 41. SECTEUR CUIR ET CHAUSSURE : BRANCHE TANNERIE ET MEGISSERIE La gestion des déchets solides produits III.1.3.4 Mesures de réduction de la par une tannerie, ainsi que la boue pollution générée par la générée par le traitement de ses rejets fabrication du cuir hydriques, devra être conforme à la législation en vigueur, notamment pour Différentes techniques proposées pour leur valorisation ou pour leur rejet en la réduction de limpact des tanneries et décharge contrôlée. mégisseries sur lenvironnement concernent des actions relatives à la III.1.3.3.B.3 Emissions gazeuses technologie des déchets solides et au traitement des rejets liquides. Les principales émissions gazeuses générées par les tanneries sont: Ces techniques de prévention de la • Odeurs: proviennent des opérations pollution prennent en considération à la de travail de rivière, des opérations fois : dentretien de lusine et de la • Les procédés conduisant à un rejet décomposition des déchets. La moins polluant, réduction de ces odeurs pourra être • Les procédés permettant de mieux assurée par une maintenance correcte, valoriser les déchets générés par sans recours à la technologie. chaque opération, • Vapeurs de solvants des opérations • Les produits chimiques les moins de finissage: proviennent des nocifs et les plus performants opérations de finissage et dépendent évidemment des produits chimiques III.1.3.4.A Technologies propres utilisés et des mesures de réduction de leur émanation. Les technologies propres à proposer • Incinération des déchets solides. devront nous permettre: • La diminution des volumes de rejets, Le tableau ci-dessous donne, à titre • La diminution de la pollution indicatif, des mesures de la qualité de (surtout organique) et la séparation lair réalisées au sein de plusieurs des polluants toxiques (sulfures et tanneries. chrome) par recyclage ou réutilisation des bains les plus chargés (pelains et tannage). En parcourant les différentes opérations de fabrication du cuir, on essaie Paramètres H2S NH3 SO2 Acide Trichloréthylène Toluène Isopropanol Formique Valeurs 0-15 0-18 0-15 0-7 0 - 78 0 - 25 0 - 185 (ppm) Centre Technique Cuir et Chaussures - France52 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 42. SECTEUR CUIR ET CHAUSSURE : BRANCHE TANNERIE ET MEGISSERIEdexaminer les produits, les procédés et comme un véritable réactif, avec sonles matériels permettant une réduction prix et ses possibilités de réutilisation.nette du niveau de la pollution, tout en Dans ce cadre, le tableau suivantayant à lesprit damener lindustriel à présente les opérations deconsidérer leau non plus comme un transformation du cuir et les actions deexcellent agent de nettoyage, mais réduction de la pollution.GUIDE ENVIRONNEMENTAL 53
  • 43. SECTEUR CUIR ET CHAUSSURE : BRANCHE TANNERIE ET MEGISSERIE54 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 44. SECTEUR CUIR ET CHAUSSURE : BRANCHE TANNERIE ET MEGISSERIEIII.1.3.4.B Traitement des rejets Le traitement tertiaire consiste,hydriques généralement, en un système de filtration, que ce soit sur sable, surLe choix dun procédé de traitement des charbon actif, microfiltration,rejets hydriques dune tannerie dépend ultrafiltration, osmose inverse ou mêmede limplantation de lusine, de son en un système de désinfection.environnement et du milieu récepteurde ses eaux usées industrielles. III.1.3.4.B.1 Traitement regroupé des effluentsDans ce cadre, la meilleure solution vis-à-vis de lenvironnement est la Les étapes successives de ce type decombinaison des technologies propres traitement sont les suivantes:(ci-dessus décrites) avec le traitement • Dégrillage grossière,adéquat de ces eaux résiduaires. • Tamisage fin, • Dégraissage,A cet effet et selon les conditions de • Homogénéisation,chaque tannerie, le traitement serait du • Précipitation du chrome (réductiontype regroupement ou séparation des du Cr V I en Cr I I I , coagulation,effluents des différentes étapes de floculation, décantation),transformation du cuir. • Oxydation des sulfures, • Traitement biologique,Le traitement à opter est la combinaison • Clarification,dune filière physico-chimique avec une • Filtration,filière biologique suivie dun traitement • Traitement des déchets et de la bouetertiaire. (soit regroupée, soit séparée avec récupération du chrome).La filière physico-chimique estcomposée des opérations de tamisage,dégraissage, précipitation du chrome etoxydation des sulfures.La filière biologique est du type à boueactivée, lagunage aéré, lit bactérienimmergé fixe, lit bactérien immergémobile, etc...GUIDE ENVIRONNEMENTAL 55
  • 45. SECTEUR CUIR ET CHAUSSURE : BRANCHE TANNERIE ET MEGISSERIE Schéma de traitement regroupé des effluents dune tannerie III.1.3.4.B.2 Traitement séparé des effluents du Cr V I en Cr I I I , coagulation, floculation, décantation). Le traitement séparé des effluents est effectué au niveau de la filière physico- III.1.3.4.B.2.c Traitement biologique chimique. Quant à la filière biologique, elle regroupe lensemble des effluents Les étapes de ce traitement sont les prétraités. suivantes: • Homogénéisation de lensemble des En effet, la filière physico-chimique effluents pré-traités, procède à un prétraitement séparé des • Traitement biologique, effluents sulfureux et ceux chromés. • Clarification, • Filtration, III.1.3.4.B.2.a Pré-traitement des effluents • Traitement des déchets et de la boue sulfureux (soit regroupée, soit séparée avec récupération du chrome). Les étapes de ce pré-traitement sont les suivantes: • Dégrillage grossière, • Tamisage fin, • Dégraissage, • Oxydation des sulfures. III.1.3.4.B.2.b Pré-traitement des effluents chromés Les étapes de ce pré-traitement sont les suivantes: • Dégrillage grossière, • Tamisage fin, • Dégraissage, • Précipitation du chrome (réduction56 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 46. SECTEUR CUIR ET CHAUSSURE : BRANCHE TANNERIE ET MEGISSERIE Schéma de traitement séparé des effluents dune tannerieGUIDE ENVIRONNEMENTAL 57
  • 47. SECTEUR CUIR ET CHAUSSURE : BRANCHE TANNERIE ET MEGISSERIE58 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 48. SECTEUR AGROALIMENTAIREIV. Secteur agroalimentaire contre 772 millions de dinars en 2000. Les huiles de graines, le sucre et dérivés et les céréales représentent 70% desAperçu général importations du pays en 2004.Le secteur des Industries Pour lannée 2004, lArgentine etAgroalimentaires (IAA) en Tunisie lEspagne ont été les deux premierscompte 945 entreprises industrielles fournisseurs de la Tunisie en produitsemployant plusieurs personnes. Parmi agroalimentaires (29% du volume deselles, 121 produisent totalement pour importations) suivis de la France (12%)lexportation. et des Etats -Unis (10%).La valeur de la production de ce secteur, Les exportations du secteur sont passéesà prix courant, est passée de 5 520 de 628 millions de dinars en 2000 à 1 227MTND en 2000 à 7 174 MTND en 2004, millions de dinars en 2004. Pour lannéeenregistrant un taux de croissance 2004, lhuile dolive en constitue 57%, lesannuel moyen de 7% (API 2005). produits de la mer 12% et les dattes 9%. En 2004, lItalie était le premier client deLe taux de la valeur ajoutée générée par la Tunisie en produits agroalimentairesce secteur se situe autour de 26% (API (50% du volume des exportations),2005). suivie de lEspagne (18%). La Libye a occupé la 3e place avec 10% du volumeLa valeur ajoutée des IAA a enregistré, à des exportations.partir des années 80 et par rapport à lacroissance observée durant les trois Le secteur agroalimentaire compte 93précédentes décennies, une croissance entreprises réalisées en partenariatsplus accélérée. Ceci sexplique dont 15 unités à capitaux 100%principalement par : étrangers.• Lamélioration du pouvoir dachatdes ménages ; Dans le cadre du programme national• Les changements des habitudes de mise à niveau industrielle desalimentaires qui sorientent davantage entreprises, et depuis son lancement envers la consommation de produits 1996 jusquà 2004, 274 unitésindustrialisés ; agroalimentaires ont bénéficié du• Laccroissement des exportations FODEC (Fonds de Développement de lades produits transformés ; Compétitivité) suite à lapprobation de• Le développement de nouveaux leurs études par le Comité de Pilotageproduits de plus en plus élaborés. (Bureau de Mise à Niveau BMN- MIEPME).Les investissements annuels réaliséssont passés de 242 millions de dinars en Les investissements correspondants ont2002 à 215 millions de dinars en 2004, été de lordre de 663 millions de dinars,représentant 27% des investissements dont 69 millions ont été desréalisés dans les industries investissements immatériels ; le secteurmanufacturières (API). des IAA a ainsi contribué à près de 23% du total des investissements approuvésLes entreprises dont leffectif est par le Comité de Pilotage dans lessupérieur ou égal à 10 emploient 60 021 industries manufacturières.personnes dont 12 344 pour lesentreprises totalement exportatrices et47 677 pour les entreprises nontotalement exportatrices, représentantainsi 13% de lemploi du secteurmanufacturier.Les importations du secteuragroalimentaire sont en hausse, elles ontatteint 1 042 millions de dinars en 2004GUIDE ENVIRONNEMENTAL 61
  • 49. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE CONCENTRÉ DE TOMATES ET PÂTE DE PIMENTS (HARISSA)IV.1 Branche concentré de par 34 unités. Les quantités traitées au terme de la campagne ont atteint 750 000tomates et pâte de piments tonnes de tomates fraîches avec une(harissa) production de concentré de tomates se situant à 125 000 tonnes.IV.1.1 Présentation de labranche La campagne de transformation de tomates est de type saisonnière, seIV.1.1.1 Tomate situant entre le mois de juillet et le mois daoût de chaque année.IV.1.1.1.1 Production IV.1.1.1.2 Matières premièresLa Tunisie est parmi les 10 premierspays transformateurs de tomates dans le Le tableau ci-dessous présentemonde et occupe la sixième place au lévolution du secteur de lindustrie desniveau des pays de lAMITOM. En tomates durant les années 2000 à 2004.terme dutilisation du double concentréde tomates (DCT), la Tunisie occupe la Au démarrage de la campagne 2000,première place à léchelle mondiale avec le stock report recensé chez lesune consommation moyenne de lordre industriels a été de 7 000 tonnes etde 50 kg/an/hab. Cette même sest élevé à 27 000 tonnes à la veille deconsommation ne dépasse pas 35 kg aux la campagne 2001. Ce niveau de stockUSA et 24 kg en Italie. élevé est dû à la surproduction de tomates fraîches enregistrée en 1999La conserve de tomates représente et 2000, ce qui explique la réductionenviron 90% de lactivité des conserves des emblavures réservées à la culturede légumes et de fruits avec une de tomates pour la campagne 2000moyenne annuelle de transformation de qui a été de lordre de 15 000 Ha contrelordre de 600 000 tonnes de tomates 21 700 Ha en 1999.fraîches. Notons que lutilisation de lirrigationEn terme de diversification, la par goutte à goutte a commencé en 1995production reste focalisée sur un seul avec seulement une superficieproduit, à savoir la conserve de tomates. emblavée. Ce mode dirrigation aDautres variétés de produits telles que permis de remédier à la faiblele simple concentré de tomates, le triple productivité en portant le rendement deconcentré de tomates (32,36%), les lhectare de 22 T/Ha en 1994 à environtomates pelées et autres produits 44 T/Ha en 2002. Toutefois, cedérivés (ketchup, coulis de tomates, rendement reste relativement faible sitomates séchées, tomates en poudre, nous le comparons à celui des payssauces à base de tomate…) sont producteurs de tomates dans le bassinfabriqués en très faibles quantités. méditerranéen (exemple : Italie, France, Grèce, 70T/Ha.)La transformation en 2004 a été assuréeGUIDE ENVIRONNEMENTAL 65
  • 50. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE CONCENTRÉ DE TOMATES ET PÂTE DE PIMENTS (HARISSA) Le prix de cession des tomates fraîches IV.1.1.2 Pâte de piments (harissa) destinées à la transformation se situe à environ 95 Millimes/kg. Ce niveau est La production et les exportations aussi relativement élevé si nous le dharissa ont évolué positivement au comparons à celui pratiqué dans cours des cinq dernières années (Cf. certains pays tels que la Turquie ou la tableau 2). Chine. Par ailleurs, et compte tenu des subventions accordées aux agriculteurs La production dharissa sest située à en Europe, le prix de vente des tomates environ 13 000 tonnes sur les deux fraîches destinées à la transformation années 2000 et 2001. Les quantités est sensiblement moins élevé que celui dharissa produites en 2004 ont atteint pratiqué en Tunisie. 18 700 tonnes. La production dharissa industrielle est à base de piment rouge à IV.1.1.1.3 Exportations létat frais dont la disponibilité au stade agricole conditionne de manière Pour lexportation, à part quelques importante les quantités fabriquées au opérations ponctuelles sur dautres niveau industriel. Le rendement pays, le marché libyen reste la seule industriel est de lordre de 2 à 2,2 kg de destination des exportations piments rouges frais pour 1 kg dharissa. tunisiennes de double concentré de tomates. En effet, ce marché absorbe Le rapport transformation / production plus de 80% de la quantité exportée de agricole varie en général entre 10 et 14% DCT. selon la disponibilité et le prix des piments frais. Les quantités de DCT exportées ont connu une chute importante en passant En 2004, la transformation a été assurée dune moyenne de 28 000 tonnes sur la par 27 unités ayant une capacité de période 1999-2002 à environ 12 000 transformation totale de lordre de 1 000 tonnes en 2004.Cette baisse est due à la tonnes /jour. régression des exportations vers la Libye. Ce pays na quasiment pas Les productions record enregistrées en importé de DCT en 2003 à cause des 2002 et 2003 ont incité certains stocks importants dont il disposait au industriels à développer leurs début de lannée. exportations. La croissance de ces dernières sur le marché libyen a permis Les exportations sur lUE sont de porter le tonnage total exporté à négligeables et principalement environ 6 215 tonnes en 2004. destinées à la France. Parmi les raisons qui expliquent ces faibles exportations La campagne de la transformation de vers lUE nous citons : piments se fait entre le mois doctobre et • La plupart des pays européens sont le mois de novembre de chaque année. transformants de tomates • Les marchés européens sont peu utilisateurs du DCT et sorientent vers des produits plus élaborés • Le prix des matières premières reste plus compétitif en Europe quen Tunisie, compte tenu des subventions accordées par leurs Etats.66 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 51. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE CONCENTRÉ DE TOMATES ET PÂTE DE PIMENTS (HARISSA)IV.1.2 Perspectives de et 2000 qui ont engendré certainesdéveloppement de la difficultés au niveau de la consommation du DCT, du stockage etbranche de la transformation des quantités disponibles de tomates fraîches.IV.1.2.1 Prévisions globales Les prévisions du Xe plan prévoyaientEn terme de production globale, les une stagnation de la production du DCTprévisions dévolution de la branche sur la période 2002-2006 au niveau depour les trois dernières années du Xe 125 000 tonnes. En 2003, la productionplan se présentent comme exposées na pas dépassé le seuil de 106 000dans le tableau 3 ci-dessous. tonnes.Cette évolution correspond à un taux de IV.1.2.2.2 Pâte de piments (Harissa)croissance annuel moyen (TCAM)denviron 3%. Cette faible croissance La production dharissa a atteint près dereflète la stagnation prévue de la 17 000 T en 2002 .Ce niveau a dépassé deproduction de certaines activités de la 60% les prévisions du Xe plan pour labranche telles que le DCT (voir même année. Lannée 2003 a enregistréparagraphe suivant). la production dun tonnage record dharissa avoisinant les 21 000 T. CePar ailleurs, il est prévu que les chiffre record a été atteint grâce à lainvestissements sur toute la période du production importante de piments auXe plan (2002-2006) atteignent 68 cours de ces deux dernières années etMTND (pour le secteur des conserves et aussi au développement de nouveauxsemi-conserves de fruits et légumes marchés à lexport comme la Libye.uniquement). Ces investissementsseront répartis comme suit : IV.1.3 Problèmes environnementaux• renouvellement et mise à niveau : 58MTND Etant donné que la production des• nouveaux projets :10 MTND conserves de tomates et dharissa se fait lors de la récolte des tomates et desIV.1.2.2 Perspectives par activité piments, lactivité, de type saisonnier, a été fortement industrialisée. Elle a étéPour évaluer les perspectives développée sur les lieux de productiondévolution par type dactivité, on se de la matière première et varie selon lebase principalement sur les prévisions lieu et la période de la récolte.du Xe plan (2002-2006). De ce fait et tenant compte de la vétustéIV.1.2.2.1 Concentré de tomates des installations, la pollution que génèrent ces usines varie dun site àCompte tenu de la saturation du marché lautre en qualité et en quantité. Lalocal en matière de consommation et des variabilité peut aussi avoir pour originemarchés envisageables en matière les différents modes de fabrication.dexportation, une stratégie a été miseen place au niveau du Ministère de IV.1.3.1 Différentes étapes delAgriculture et des Ressources fabricationHydrauliques (MARH) pour limiter laproduction agricole à près de 930 000 IV.1.3.1.1 Réception et Lavagetonnes de tomates fraîches, soit près de125 000 tonnes de DCT. Le lavage est assuré par des jets deau sous forme de barbotage par injectionCe choix a été décidé suite aux dair dans des canaux de réception ouproductions record enregistrées en 1999 dans des bassins de lavage. CetteGUIDE ENVIRONNEMENTAL 67
  • 52. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE CONCENTRÉ DE TOMATES ET PÂTE DE PIMENTS (HARISSA) opération a pour objectif déliminer les létape de préchauffage. impuretés sous forme de terre, de fragments de plantes et de débris Aspects environnementaux : végétaux. • Bruit : nuisance sonore générée par les broyeurs. Les lieux de lavage sont alimentés en continu par les eaux de chaînes de IV.1.3.1.4 Préchauffage transport hydraulique. Quant à lévacuation des eaux chargées, elle est Le préchauffage est assuré par la vapeur généralement faite par des systèmes de provenant de la chaudière à une trop plein. température de 80 à 85°C. En effet, le produit broyé passe dans des cuiseurs En effet, les tomates fraîches (ou en inox (échangeurs de chaleur piments) subissent trois étapes de modulaires à faisceaux tubulaires ou lavage: autres). Cette opération permet de • Etape n° 1 : déchargement et lavage 1. faciliter la séparation des grains et de la • Etape n° 2 : transport et lavage 2. pellicule de la pulpe des légumes pour • Etape n° 3 : lavage final après préparation à létape de raffinage. opération de triage. Aspects environnementaux : Aspects environnementaux : • Emissions gazeuses : gaz de • Rejets hydriques/ eaux chargées en : chaudière (Co2, Nox, SOx, …) - MES (Matières En Suspension) : • Chaleur : réchauffement de impuretés sous forme de terre, lenvironnement fragments de plantes et débris végétaux. - DCO, DBO5, pH… IV.1.3.1.5 Passoire IV.1.3.1.2 Triage Cette étape est destinée à faire déposer les épluchures pour purification du Les tomates lavées sont transportées produit. vers la chaîne de triage où sont enlevées, manuellement, celles qui sont pourries. Aspects environnementaux : Au cours de cette opération, le lavage se • Déchets solides : épluchures poursuit au niveau de chaque chaîne par un rinçage en continu (pulvérisation IV.1.3.1.6 Extraction et raffinage sous pression) de tout le système de transport au moyen de rampes Le produit passe à travers des glisseurs. extracteurs centrifuges à axe vertical. Le jus extrait est pompé vers des Aspects environnementaux : évaporateurs, alors que les déchets • Déchets solides : (pellicules, graines…) sont évacués par - Tomates pourries un vis sans fin dans un réservoir de • Rejets hydriques/ eaux chargées en : collecte. - MES (Matières En Suspension) : impuretés sous forme de terre, Aspects environnementaux : fragments de plantes et débris végétaux. • Déchets solides : épluchures et - DCO, DBO5, pH… graines IV.1.3.1.3 Broyage IV.1.3.1.7 Concentration Après triage, les tomates sont Le jus raffiné contient encore un excès déchiquetées et broyées avant de subir deau quil faut éliminer afin dobtenir un préchauffage. En général, ces un produit de concentration entre 28% légumes sont entraînés par un vis sans et 30%. Le principe de cette opération est fin vers les broyeurs de chaque chaîne basé sur lévaporation en continu de la où se fait le malaxage. Le produit broyé fraction deau libre existante dans le jus est collecté dans des cuves équipées par élévation de la température avec dune pompe de refoulement vers élimination de la vapeur ainsi formée.68 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 53. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE CONCENTRÉ DE TOMATES ET PÂTE DE PIMENTS (HARISSA)Aspects environnementaux : IV.1.3.1.9 Remplissage et sertissage• Emissions gazeuses : vapeur Le concentré pasteurisé passe auxIV.1.3.1.8 Pasteurisation opérations de dosage, de remplissage et de sertissage des boîtes métalliques.La pasteurisation est une étapepréparatoire avant la stérilisation. Le Aspects environnementaux :produit est porté à une température de • Déchets solides : boîtes métalliques90 à 95°c. Elle permet la destruction de • Rejets hydriques : concentrés detous les germes pathogènes et tomates déverséslélimination de la populationmicrobienne qui pourrait être dans le IV.1.3.1.10 Stérilisation des boîtesproduit concentré. La stérilisation des boîtes remplies deAspects environnementaux : produit concentré se déroule dans des• Emissions gazeuses : vapeur autoclaves contenant de leau chaude à• Chaleur : réchauffement de 90 - 95°c, pendant un temps de séjourlenvironnement denviron 20 minutes. Cette étape permet la destruction de tous les micro- organismes qui pourraient exister à lintérieur des boîtes de concentré de tomate.GUIDE ENVIRONNEMENTAL 69
  • 54. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE CONCENTRÉ DE TOMATES ET PÂTE DE PIMENTS (HARISSA) Aspects environnementaux : pour être commercialisés. • Déchets solides : boîtes métalliques • Emissions gazeuses : vapeur Aspects environnementaux : • Chaleur : réchauffement de • Déchets solides : emballages (carton, lenvironnement plastique …) IV.1.3.1.11 Refroidissement IV.1.3.2 Pollution engendrée par la transformation des tomates et des Les boîtes stérilisées sont refroidies avec piments de leau. Il sagit didentifier les sources de Aspects environnementaux : nuisances qui pourraient être générées • Emissions gazeuses : vapeur par lactivité de transformation des tomates et des piments. IV.1.3.1.12 Séchage IV.1.3.2.1 Emissions atmosphériques Les boîtes refroidies sont séchées à lair libre afin déliminer les gouttelettes Les émissions atmosphériques qui deau puis transmises, à travers une pourraient être engendrées par lactivité bande transporteuse, vers la section de de la conserverie des tomates et des conditionnement. Après emballage, les piments sont les gaz de combustion cartons sont stockés sur des palettes générés par les chaudières de70 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 55. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE CONCENTRÉ DE TOMATES ET PÂTE DE PIMENTS (HARISSA)production de vapeur. Limpact de ces dans ledit réseau, soit stockées pour êtregaz dépend de la nature du combustible transportées vers la station dépurationet du mode dentretien des brûleurs, des publique, soit traitées biologiquementcheminées et des foyers de combustion. avec les eaux usées industrielles.Le dégagement dodeurs nauséabondes Il est à noter que pour le traitementest généralement dû à la fermentation biologique, on a besoin des eauxnon contrôlée des déchets et/ou à la sanitaires pour faire léquilibre enstagnation des eaux résiduaires. De ce éléments nutritifs et pour favoriser lesfait, il est nécessaire de procéder à conditions nécessaires pour lelenlèvement journalier de ces déchets développement de la faune microbiennesolides. dans le réacteur biologique proposé.IV.1.3.2.2 Déchets solides Leur quantité est estimée à 25-50 litres par personne et par poste de travail.Les déchets solides sont constitués par :• De la terre ; IV.1.3.2.4.3 Eaux usées industrielles• Des fragments de tomates et desdébris végétaux ; Les eaux résiduaires industrielles• Du carton, du plastique, des boîtes ; représentent la partie la plus importante• Des ordures ménagères. en volume et en charge des rejets hydriques. Elles sont constituées desCes déchets proviennent des opérations eaux de lavage, de process, de nettoyagede tri et de lavage. des équipements et du sol, de refroidissement et de condensation. LesIV.1.3.2.3 Nuisances sonores principales sources de ces effluents sont les suivantes :Les nuisances sonores, sous forme de • Létape de réception et de lavage (desbruit et de vibration, sont générées par tomates ou piments) qui génère uneles équipements de production et les importante quantité deaux chargées enengins de transport. matières solides et organiques ; • Les chaînes transporteuses ;IV.1.3.2.4 Rejets hydriques • La section de rinçage ; • Létape de concentration ;La conserverie doit être dotée de trois • Létape de pasteurisation ;réseaux séparés pour lévacuation des • Létape de stérilisation des boîtes ;eaux. • Les eaux de purge des chaudières ; • Les eaux de lavage du sol ;Le premier est destiné à lévacuation des • Les eaux de refroidissement ;eaux pluviales, tandis que le deuxième • Les liquides des pompes à vide.est conçu pour lévacuation des eauxsanitaires et le troisième pour les La majeure partie de ces eaux uséeseffluents hydriques générés par lactivité industrielles provient des opérations dede lusine. lavage. Elles sont généralement peu polluées. Uniquement de la bourbe,IV.1.3.2.4.1 Eaux pluviales certaines épluchures et autres formes de matières en suspension et décantablesLes eaux pluviales sont drainées par constituent cette charge polluante.écoulement superficiel vers le milieurécepteur, à savoir lieu de stockage, Une autre partie des eaux de process,oued longeant lusine ou réseau spécial. moindres en quantité que celles du prélavage mais présentant une chargeIV.1.3.2.4.2 Eaux sanitaires plus importante, provient du nettoyage hebdomadaire de la chaîne deLes eaux sanitaires sont de nature production.conforme à la Norme Tunisienne NT 10602 relative aux rejets deffluents dans le Evaluation quantitative et qualitative :réseau dassainissement public. De ce • Le débit journalier des eauxfait, elles sont soit évacuées directement résiduaires industrielles estGUIDE ENVIRONNEMENTAL 71
  • 56. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE CONCENTRÉ DE TOMATES ET PÂTE DE PIMENTS (HARISSA) pratiquement proportionnel à la peut être recyclée, après une simple capacité de transformation des tomates filtration, vers lopération de transport fraîches. Lévaluation de ce débit est à et lavage 2. Leau générée par cette déterminer par une approche deuxième étape de lavage peut être à méthodique qui consiste à évaluer la son tour, après une simple filtration, quantité deau consommée par rapport réutilisée dans lopération de à la quantité de tomates fraîches déchargement et lavage 1. transformées. En effet, et pour ce type dactivité, le ratio moyen est Par conséquent, il résulte un unique généralement de 1 à 5 m3/tonne de rejet deau de lavage de létape tomate fraîche. déchargement et lavage 1 au lieu des • La qualité des agents polluants dans trois étapes de lavage. les eaux usées industrielles des conserveries de tomates et piments est Traitement des eaux usées pour rejet en récapitulée dans le tableau ci-dessous. canalisation publique (ONAS) IV.1.3.3 Mesures de réduction de la Traitement physico-chimique pollution comportant les étapes suivantes: dessablage, tamisage fin autonettoyant, Différentes techniques, proposées pour homogénéisation, neutralisation, la réduction de la pollution générée par coagulation, floculation, clarification. les activités de transformation des tomates et des piments, concernent des Traitement des eaux usées pour rejet en actions relatives à la technologie propre milieu naturel (réduction à la source), à la gestion des déchets solides et au traitement des Deux modes de traitement peuvent être rejets liquides. Ces actions prennent en présentés: considération le recyclage des eaux de • Traitement physico-chimique ci- lavage successives et les équipements dessus mentionné suivi dune filtration de traitement les plus performants. efficace. • Traitement biologique accéléré par En effet, le ratio moyen diminue avec des micro-organismes épurateurs, ladoption du mode de recyclage des comportant les étapes suivantes : eaux de lavage. Il est à noter que dessablage, tamisage fin autonettoyant, pendant les étapes successives de homogénéisation, neutralisation, lavage, les exigences de la qualité deau activation biologique (boue activée à quon doit satisfaire sont de plus en plus faible charge, aération prolongée, lit strictes. De ce fait, leau issue de bactérien fixe ou mobile, etc.), lopération de triage et du lavage final clarification, filtration sur sable et Qualité des agents polluants dans les eaux usées industrielles des conserveries de tomates et piments Schéma simplifié du mode de recyclage du circuit eau de lavage72 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 57. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE CONCENTRÉ DE TOMATES ET PÂTE DE PIMENTS (HARISSA)désinfection des eaux traitées en cas deréutilisation dans lirrigation.GUIDE ENVIRONNEMENTAL 73
  • 58. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE ABATTOIRSIV.2 Branche abattoirs viande blanche (poulets de chair et dindes) ainsi que lélevage de poules pondeuses.IV.2.1 Présentation de labranche La Tunisie compte 11 unités industrielles de viandes rouges et 17La production avicole, représentant 7% unités industrielles de viandesde la production agricole totale, a blanches, avec respectivement 7 unitésenregistré depuis son industrialisation de découpe et de conditionnement et 4en 1980 un développement unités de transformation des viandes etspectaculaire. Ce secteur est devenu 5 unités disposant dun atelier deexportateur de divers produits. découpe et transformation (salami) (APILaviculture industrielle est pratiquée 2006).selon les méthodes rationnellesdélevage et de gestion. Ci-dessous des tableaux résument les principales valeurs de production,Les principales branches de cette dévolution ainsi que les prédictions deindustrie sont la production de viande 2006 des viandes rouges et blanches.rouge (bovins, ovins et caprins) et de Tab 1 : Evolution des troupeaux bovins, ovins et caprins entre les années 2001 et 2005(API 2006) Unité : mille femellesGUIDE ENVIRONNEMENTAL 77
  • 59. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE ABATTOIRS Quantité totale annuelle ovins/bovins En effet, après stabulation dans les • Viande de bovins refroidie : 6 200 étables, les animaux sont conduits en tonnes hall dabattage où ils sont égorgés selon • Viande de bovins congelée : 800 le rite musulman, dans des box réservés tonnes à cet effet. • Viande dovins refroidie : 440 tonnes • Viande dovins congelée : 350 tonnes Les bêtes sont laissées à saigner durant plus de cinq minutes au-dessus dun IV.2.2 Problèmes environnementaux caniveau de récupération du sang, pour être ensuite suspendues à une chaîne de Deux types dabattoirs se présentent : transport par système de rail et évacuées • Abattoirs de viande rouge (bovins, vers la zone déviscération où seront ovins, caprins…) effectuées successivement les • Abattoirs de volailles. opérations suivantes : • Lentêtement et la coupe des pattes IV.2.2.1 Abattoirs de viande rouge (têtes et pattes sont vendues entières) • Le dépouillement Lexploitation des abattoirs de viande • Léviscération abdominale et rouge appartienne actuellement thoracique exclusivement aux municipalités où • La découpe en demi-carcasse pour labattage se fait au profit de toute la les bovins localité. • Le transport vers le repos • Linspection vétérinaire Les abattoirs comprennent en général : • La pesée • Des étables; • Lenlèvement. • Une triperie de traitement et de préparation; Les peaux sont soit vendues à létat brut • Un hall dabattage où est effectué soit salées et expédiées vers les légorgement des animaux; tanneries. • Un atelier de nettoyage des panses; • Une salle de découpage; Les estomacs sont triés et traités comme • Une salle de conservation, de déchets. congélation et de refroidissement ; • Un parc de lavage des voitures. Les boyaux sont vidés de leurs matières stercoraires et lavés, avant dêtre salés et vendus.78 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 60. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE ABATTOIRSLes matières stercoraires sont collectées Le passage dune partie du corps de laet séchées à lair libre. volaille dans un bac rempli deau où passe un courant électrique. LaLes organes tels que les foies, reins et première électrode est branchée dans cecœurs sont récupérés et vendus. bain, la seconde est sur le rail métallique du convoyeur.Le nombre de jours préconisé pourlabattage des animaux varie dun La saignée est réalisée à laide dunabattoir à un autre, selon la demande et couteau. Elle est effectuée de manièreles collectivités. Généralement, il sétale précise par section de la veine jugulairesur une période de trois à six jours. De ce et lartère carotidienne conformémentfait, la pollution que pourrait générer au rituel islamique.ces abattoirs varie en qualité et enquantité. Létourdissement permet de réaliser une saignée aussi complète que possibleChacun des grands abattoirs est équipé permettant une libération de 40 à 50%dun service sanitaire pour lanti- du sang présent dans le corps deinfection des animaux. lanimal. Ce sang dabattage est récupéré dans un bac en inox vidangé auIV.2.2.2. Abattoirs de volailles fur et à mesure de son remplissage.Ci-dessous, description des différentes IV.2.2.2.4 Echaudageétapes opérées par les abattoirs devolailles : Cette opération a pour rôle de faciliter la plumaison grâce à limprégnation desIV.2.2.2.1 Préparation des volailles follicules plumeux des échaudoirs à vapeur deau ou par trempe dans desLa préparation des volailles consiste en bacs remplis deau portée à uneune diète de 12 heures destinée à la température convenable de 51 à 54 °C,vidange de lintestin en vue dune pendant 3 minutes.moindre pollution des carcasses àléviscération. La préparation des IV.2.2.2.5 Plumaisonvolailles peut commencer à lélevage ; auniveau de labattoir, on se limite La plumaison est réalisée à laide degénéralement à 2 ou 3 heures de repos doigts de caoutchouc qui viennentavant ladmission à la chaîne dabattage. frapper la carcasse par des systèmes mécaniques basés sur la rotation selonIV.2.2.2.2 Accrochage un axe parallèle ou perpendiculaire à la ligne de convoyage.Cette opération consiste à accrocher lesvolailles par leurs pattes sur un Après ce premier poste appelé encoreconvoyeur aérien muni de cachets plumaison dattaque, dans lequel la pluscaractéristiques. Il sagit de la première grande partie des plumes est arrachée,étape mécanique du procédé de sensuit une plumaison finisseuse qui alabattage. pour but déliminer le reste des plumes situées aux cuisses, au cou et au brochet.IV.2.2.2.3 Anesthésie - saignée IV.2.2.2.6 FinitionCes deux opérations sont successivessur la même chaîne : La plumaison est suivie dans un premier temps par le dégabotageLétourdissement des animaux est une (élimination du jabot) et léliminationpratique obligatoire qui est faite dans le des ailerons à laide dun coup fouet.but de créer un état dinconscience delanimal, de telle manière à éviter toute Dans un second temps, la séparation desouffrance, toute excitation ou tout la tête du reste du corps et lenlèvementtraumatisme. dune partie des viscères antérieures à laide dun arrache-tête. Dans unGUIDE ENVIRONNEMENTAL 79
  • 61. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE ABATTOIRS troisième temps, la section des pattes au IV.2.2.2.9 Opérations de découpe et de niveau des tarses. conservation par le froid Lautomatisation des systèmes de Les opérations de découpe sont transfert de la chaîne dabattage vers la réalisées à une température ambiante de chaîne déviscération permet déviter 7°C à 8°C tandis que le stockage est laccumulation des carcasses sur le tapis réalisé à des températures inférieures à de raccrochage. 18°C . IV.2.2.2.7 Eviscération Les aspects environnementaux relatifs à labattage des viandes rouges et Léviscération est faite grâce à une blanches sont repris dans les technique appelée effilage qui consiste diagrammes pages 81 et 82. en lablation de lintestin par lorifice global sans enlèvement des autres IV.2.2.3 Recensement des rejets viscères (jabot, gésier, cœur et générés par les abattoirs poumons). Linspection des membres est réalisée tout de suite après Les effluents dabattoirs sont constitués léviscération. de sang, de fragments de viande, de graisses, dexcréments, de débris de Les abats comestibles (cœur, foie, fourrage, du contenu des panses, de gésiers) sont immédiatement séparés poils, de corne, de plumes, de morceaux des autres viscères et ils sont aussi de peau, etc. soumis à un contrôle sanitaire. On réalise une aspiration et un douchage La quantité des déchets et leur pour éliminer les déchets se collant sur proportion réciproque est variable selon la carcasse. la nature des animaux abattus et leur état dengraissement. Les conditions déviscération ont beaucoup évolué au cours des dernières Il y a quelques années, la retenue de la années. Léviscération manuelle est variante valorisation des déchets remplacée par des systèmes dabattoirs comme aliment de bétail ou automatisés daspiration. comme engrais, en particulier du sang, était préconisée comme une étape IV.2.2.2.8 Ressuyage principale dans le traitement de ces effluents. Malheureusement, cette Cest un refroidissement rapide effectué valorisation des déchets est devenue par courant dair froid (-1 à 0°C). Cette dernièrement la principale source dune opération permet de franchir maladie infectieuse très dangereuse rapidement la plage de température pour les animaux (ex. vache folle). denviron 40 °C, zone favorable aux réactions enzymatiques et au IV.2.2.3.1 Sang développement microbien, et dabaisser la température moyenne de la carcasse La quantité de sang varie selon les entre 0°C et 4°C. animaux : • Veaux : 35 à 50 l/tonne de carcasse La durée de cette étape est de 2 à 4 • Ovins et caprins : 60 à 80 l/tonne de heures. Le ressuyage est un compromis carcasse entre lobtention dune certaine qualité • Gros animaux et chevaux : 40 à 70 l / de viande (maturation) et la nécessité de tonne de carcasse la protéger de la détérioration. Pour avoir une viande de qualité, il faut que la Il est à noter que le sang représente une carcasse soit amenée rapidement à basse charge polluante très élevée: température pour éviter la prolifération • DBO5 > 150 000 mg/l bactérienne. Le ressuyage engendre des • DCO > 300 000 mg/l pertes de poids et une variation du taux dhumidité. Le sang, dont la DBO5 dépasse les 150 g / litre, participe plus que les autres80 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 62. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE ABATTOIRSGUIDE ENVIRONNEMENTAL 81
  • 63. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE ABATTOIRS82 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 64. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE ABATTOIRSdéchets dans laugmentation de la Les saisies :charge polluante des rejets hydriquesdes abattoirs. Les viandes saisies par les services vétérinaires pour cause de maladie ouIV.2.2.3.2 Déchets solides dimpropriété à la consommation peuvent être constituées de carcassesDéchets dorigine végétale : complètes, de parties de carcasses ou dorganes isolés, tels que le cœur, le foie,Ils se composent dune part du fumier de les poumons ou la tête.stabulation, dautre part du contenu desintestins. Les saisies sont le reflet de létat sanitaire des animaux abattus. Le principal motifLes quantités de fumier dépendent de la des saisies dorganes est presquedurée de résidence des animaux dans le toujours pathologique, en généralparc de stabulation avant labattage. parasitaire. La tuberculose resteQuant au contenu des intestins, leur négligeable quant au motif des saisiesvolume peut être plus au moins de viandes.important selon le nombre et le typedabattage. Pour les espèces danimaux Autres déchets dabattoir:abattus le plus souvent dans lesabattoirs tunisiens, on estime les Outre les ordures ménagères et lesvolumes suivants : déchets demballage, certains autres• Bovins : 25% de la masse de la éléments peuvent être comptés parmicarcasse, ce qui équivaut à 62,5 kg par les déchets solides des abattoirs, à savoirbovin, si on prend une masse moyenne les mamelles, la vésicule biliaire et lapour la carcasse bovine de 250 kg. vessie. Leur volume est cependant• Ovins : 15% de la masse de la relativement négligeable.carcasse, ce qui équivaut à 1,8 kg parovin, en prenant une masse moyenne de • Labattage des volailles engendre12 kg. des solides provenant essentiellement• Caprins : 15% de la masse de la des opérations de saignée, plumaison,carcasse, ce qui équivaut à 1,5 kg par finition et éviscération. Les déchets sontcaprin, en prenant une masse moyenne constitués de :de 10 kg. - Sang et plumes estimés à 6% du poids vif,Juste après léviscération, la - Rates et poumons estimés à 0.9% duconcentration en matières sèches des poids vif,déchets digestifs est en général de - Têtes et pattes estimés à 2 - 3.9% dulordre de 12%. Après une heure poids vif,dégouttage, la concentration atteint - Viscères (intestins) estimés à 5 - 8%13%. du poids vif.Les gestions actuelles des contenus Il existe de légères variations en fonctiondigestifs sont caractérisées par de lâge de labattage qui varie de 45 à 60lévacuation généralement quotidienne, jours et de lhumidité retenue dans lespar remorque et par tracteur, vers la déchets.décharge municipale. A part légouttagependant quelques heures, aucun pré- Certains rejets solides sont éliminéstraitement nest effectué. Ce nest que avec les eaux de lavage et se retrouventdans quelques abattoirs seulement que donc éventuellement dans les boues deles déchets verts sont séparés des saisies traitement de ces eaux.et stockés (dans labattoir) pour setransformer en compost. Ce dernier estensuite récupéré par les agriculteurs dela région et utilisé pour lépandage deleurs champs.GUIDE ENVIRONNEMENTAL 83
  • 65. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE ABATTOIRS Le diagramme ci-dessous donne une - Echantillon 2 : représente les eaux idée sur les différentes origines des usées avec collecte préalable du sang. déchets solides dun abattoir de viande rouge. Il est très remarquable que la pollution est pratiquement triplée si aucune IV.2.2.3.3 Rejets hydriques collecte de sang nest préalablement opérée. • Dans les abattoirs de viande rouge, la consommation deau pour les Des analyses sur un échantillon moyen opérations de lavage est comprise entre des eaux usées brutes, avec récupération 7 et 12 m3/tonne de carcasse. du sang, du plus grand abattoir de volaille en Tunisie, sont récapitulées • Les normes de consommation deau dans le tableau 2 page 85. utilisée pour labattage de volaille sont de 6 à 9 litres par Kg de poids vif. Dans IV.2.2.3.4 Rejets gazeux la pratique, toutes opérations confondues, un poulet consomme 20 La ligne dabattage ne donne pas lieu à litres deau et un dindonneau 30 litres. des émanations de gaz. En cas de mauvaise gestion des déchets solides et Ces eaux constituent une source de des rejets hydriques, une émanation pollution essentiellement organique et dodeurs désagréables est à prévoir. nécessitent un traitement avant tout rejet dans le milieu récepteur. En effet, IV.2.2.3.5 Nuisances sonores daprès les recherches scientifiques, les effluents hydriques des abattoirs sont à Les nuisances sonores ne sont pas considérer comme infectieuses et leur significatives. évacuation doit obéir aux recommandations suivantes : IV.2.2.4 Traitement des rejets • Le réseau doit être séparé des eaux générés par les abattoirs sanitaires et pluviales ; • Les rigoles, à lintérieur de labattoir, IV.2.2.4.1 Traitement du sang doivent être à ciel ouvert et protégées par des grilles ; Plusieurs variantes sont possibles pour • Traitement avant tout rejet dans le le traitement du sang, à savoir: milieu récepteur. • Traitement séparé pour le but de Les résultats des analyses sur deux valorisation: échantillons moyens des eaux usées brutes du plus grand abattoir de viande Cette variante était pratiquée pour la rouge en Tunisie sont récapitulés dans le production daliments de bétail et tableau 1 page 85. dengrais, mais a récemment été abandonnée suite aux différentes - Echantillon 1 : représente les eaux maladies qui ont submergé les animaux. usées sans collecte préalable du sang. Différentes origines des déchets solides dun abattoir de viande rouge84 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 66. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE ABATTOIRS• Traitement séparé par incinération: IV.2.2.4.2 Traitement des déchets solidesEntraîne des investissementssupplémentaires pour lélimination des Suite aux différentes maladiesfumées et des odeurs pouvant être infectieuses apparues dernièrement, lagénérées par lincinération. valorisation des déchets dabattage comme aliments de bétails et dengrais a• Traitement séparé par chaulage: été abandonnée.Solidification par de la chaux à raison de • Les ordures ménagères doivent être10% de la quantité de sang, afin dêtre transportées vers une déchargeacheminé vers une décharge contrôlée. contrôlée, • Les déchets demballage doivent être• Traitement conjoint avec les eaux livrés aux recycleurs,usées: • Les déchets dabattage peuvent être soit incinérés dans des conditionsLe sang est séparé conjointement avec adéquates, soit stabilisés par chaulage àles matières flottantes, par aéro- environ 10% de leur poids, avant dêtreflottation précédé par injection, dans un évacués vers une décharge contrôlée.réacteur, dun coagulant et dunfloculant. Dautres étapes pourront être IV.2.2.4.3.Traitement des rejets hydriquessuivies pour finaliser le traitement deseaux usées. A lintérieur des abattoirs, on procède à une séparation des réseaux (sanitaire,Tenant compte du phénomène de la pluvial et eaux usées) et à une collectecoagulation du sang (solidification), sa des principales sources de pollutionséparation préalable est une étape conseilléepour la réduction du prix de revient du spécifique (sang, rejet gastrique, eau detraitement des effluents hydriques. lavage, etc…). Tableau 1 : Analyses sur deux échantillons moyens des eaux usées brutes du plus grand abattoir de viande rouge en Tunisie Tableau 2 : Analyses sur un échantillon moyen des eaux usées brutes, avec récupération du sang, du plus grand abattoir de volaille en Tunisie Paramètres Résultats pH 7,3 MES (mg/l) 1 000 DBO5 (mg O2/l) 800 DCO (mg O2/l) 1 600 Graisses (mg/l) 937,5 Azote (mg/l) 126 Phosphores (mg/l) 8 (ANPE 2006)GUIDE ENVIRONNEMENTAL 85
  • 67. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE ABATTOIRS IV.2.2.4.3.1 Eaux pluviales coagulation (sulfate ferreux) et floculation (polyélectrolyte) dans un Ces eaux sont évacuées séparément réacteur suivi par une aéroflottation. dans le réseau pluvial de la région. Cette étape comportant quatre opérations successives a pour but de IV.2.2.4.3.2 Eaux sanitaires favoriser la séparation du sang coagulé de la graisse ; Les eaux sanitaires sont à connecter 5) Activation biologique (boue activée, directement au réseau dassainissement aération plongée, lit bactérien fixe ou public (ONAS) ou à collecter dans une mobile...); fosse sceptique pour être transportées 6) Clarification ; vers la station dépuration de lONAS la 7) Filtration sur sable ; plus proche. 8) Désinfection des eaux traitées par dosage dhypochlorite de sodium (eau IV.2.2.4.3.3 Eaux du parc auto de Javel) ; 9) Traitement des boues (épaississement Les eaux usées du parc auto doivent être et déshydratation). traitées à travers un débourbeur- déshuileur avant tout rejet. Cf. schéma page 87. Les huiles usées sont à collecter B. Etapes de traitement des eaux usées soigneusement pour être livrées à une avec collecte du sang: entreprise spécialisée dans leur 1) Dégrillage grossier ; recyclage (actuellement, en Tunisie, 2) Tamisage fin ; Société Tunisienne de Lubrifiants 3) Dégraissage SOTULUB). 4) Homogénéisation ; 5) Activation biologique (boue activée, IV.2.2.4.3.4 Eaux usées dabattage aération plongée, lit bactérien fixe ou mobile,...); En amont de lunité de traitement, le 6) Clarification ; réseau deaux usées doit être à ciel 7) Filtration sur sable ; ouvert et muni de grilles protectrices 8) Désinfection des eaux traitées par contre les déchets pouvant altérer le dosage dhypochlorite de sodium (eau fonctionnement ultérieur des pompes. de Javel) ; 9) Traitement des boues (épaississement Après élimination des déchets solides, et déshydratation). la charge polluante des eaux usées est principalement biologique. Toutefois, la Cf. schéma page 87. préconisation de la station de traitement de ces types deffluents doit tenir compte des conditions suivantes: • Irrégularité de travail pour les abattoirs de viande rouge, afin de choisir le mode de traitement biologique (généralement à boue activée ou lit bactérien). • Collecte ou non du sang, afin de déterminer le choix des étapes de traitement à savoir biologique précédé dune étape physico-chimique ou seulement biologique. A. Etapes de traitement des eaux usées sans collecte du sang : 1) Dégrillage grossier ; 2) Tamisage fin ; 3) Homogénéisation ; 4) Régulation du pH (lait de chaux),86 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 68. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE ABATTOIRSGUIDE ENVIRONNEMENTAL 87
  • 69. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE ABATTOIRS88 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 70. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE LAITERIES ET PRODUITS DÉRIVÉSIV.3 Branche laiteries et Les investissements enregistrés durantproduits dérivés le IXe plan ont totalisé un montant de 173 millions de dinars contre 76 millionsIV.3.1 Présentation de la de dinars pour le VIIIe plan, soit unebranche augmentation de 13%.Préambule Dans le cadre du Programme National de Mise à Niveau, 13 études (13Pendant longtemps, la Tunisie a été lun entreprises) de la branche ont étédes rares pays au monde à avoir basé le approuvées par son comité de pilotagedéveloppement du secteur laitier (COPIL) pour un montantnational sur la recombinaison de poudre dinvestissement de 76 millions dede lait importée. dinars.Les unités de transformation étaient des IV.3.1..2 Situation de la productionentreprises publiques. La production de lait frais est dunLe lait frais (pour lindustrialisation) milliard de litres par an, réalisée paravait été par conséquent totalement 150 000 éleveurs avec un effectif deocculté. 484 000 vaches (211 000 de race pure et 273 000 de race croisée).Le virage (spectaculaire) date desannées 90 avec notamment le lancement La productivité moyenne du cheptel estde la production de lait frais sélectionné inférieure à 2 200 litres par animal et paret conditionné en bouteilles PEHD. lactation.Actuellement, la filière laitièreTunisienne est appelée à sadapter pour Le tableau 2 ci-dessous montre la part enaffronter un nouveau défi, volume (équivalent litre de lait) defondamentalement dordre qualitatif. chacune des familles de produits de la filière lait.IV.3.1.1 Situation nationale IV.3.1.3 Situation de la transformationLes entreprises de la branche « lait etdérivés » sont au nombre de 37, La filière laitière tunisienne comprendréparties par activité selon le tableau 1 un secteur formel (lait collecté etci-dessous. industrialisé) estimé à 55% et un secteur informel (autoconsommation etLa valeur ajoutée de la branche se situe à productions artisanales) estimé à 45%15%. de la production totale.GUIDE ENVIRONNEMENTAL 91
  • 71. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE LAITERIES ET PRODUITS DÉRIVÉS La filière dispose dun outil industriel de IV.3.1.6 Comparaison internationale certains prix (prix minimum au producteur, prix de vente de lait demi- Lanalyse du tableau de Benchmarking, écrémé). établi par référence à cinq pays, à savoir lInde, le Maroc, la Turquie, la Pologne IV.3.1.4 Situation de la distribution et le Portugal, montre que : • Sur le plan transformation La distribution demeure largement industrielle, la Tunisie occupe une artisanale et atomisée avec tous les position plus quhonorable. Sous cet problèmes inhérents au niveau de la angle, elle peut aisément se comparer chaîne de froid. La stérilisation du lait de aux pays les plus performants du panel consommation a apporté un élément de pris en compte et notamment la Pologne réponse incomplet mais réel. et le Portugal ; • Le maillon faible de la filière IV.3.1.5 Situation internationale tunisienne réside dans sa partie amont et tout particulièrement dans le lien qui La transformation industrielle en va du producteur à lusine ; Europe est fondamentalement le fait de • En terme de qualité du lait, à grands groupes industriels privés ou lexception de la Turquie, tous les pays coopératifs, disposant dusines font mieux que la Tunisie ; spécialisées dune capacité de plusieurs • Des cinq pays considérés, la Tunisie centaines de tonnes par jour. On peut est lEtat le plus présent, sinon considérer la restructuration du secteur omniprésent ; industriel européen désormais comme • A la différence de la Tunisie, les étant achevée depuis plusieurs années. subventions sont rarement accordées au niveau des prix mais préférentiellement Selon les pays de lUnion Européenne, la au niveau des investissements livraison aux laiteries se situe dans une productifs, quil sagisse des éleveurs, fourchette de 90% à 95% de la des centres de collectes ou des usines ; production. Le prix moyen du lait varie • Si lon compare les organisations selon les pays de lUnion Européenne mises en place au niveau de la dans une fourchette de 0.26 à 0.35 euros production primaire, on constate que les par litre. pays performants reposent essentiellement sur des organisations La qualité du lait est connue au niveau coopératives. de chaque producteur de lUnion Européenne, et ce quelque soit la taille IV.3.1.7 Actions à entreprendre des producteurs. Sont ainsi systématiquement analysées au Pour lamélioration de la qualité du lait : minimum deux fois par mois la • Mise en place, à tous les niveaux, composition du lait et sa qualité dun système de contrôle prohibant sanitaire. Le paiement du lait seffectue lutilisation industrielle des laits systématiquement selon sa qualité et sa mouillés ou trafiqués ; composition et les laits pauvres ou • Mise en place dun système de médiocres ont totalement disparu du paiement différentiel à la qualité de tous paysage laitier Européen. En Tunisie et les laits à usage industriel ; en Turquie, le paiement du lait à la • Mise en place daccords contractuels qualité nexiste pas. Les indices de dachat de lait au niveau des consommation en Europe varient de 200 producteurs ou des centres de collecte à 500 litres par habitant et par an, avec pour tout le lait à usage industriel. les indices les plus élevés en Europe du Nord et les indices les moins élevés en Pour la restructuration du secteur Europe du Sud. Lindice de fromager : consommation en Tunisie est de lordre • Attribuer des subventions aux de 100 litres équivalent par habitant et usines impliquées dans une mise à par an. niveau ; • Détaxer les matériels, équipements et services relatifs à la modernisation92 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 72. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE LAITERIES ET PRODUITS DÉRIVÉSdes usines et à la mise à niveau du Le lait fermenté est conditionné danssecteur ; des bouteilles en PEHD et conservé• Exonération de TVA sur les pour la commercialisation.fromages affinés pendant la phase deremise à niveau de la filière. IV.3.2.3 YaourtIV.3.1.8 Création dentreprises et Cette unité comprend plusieurs étapes.partenariat Le lait préalablement pasteurisé subit une séparation, il est chauffé à environLétude a permis didentifier 3 fiches 45°C et ensemencé. Ensuite, il estaction et une fiche projet à promouvoir. conditionné dans des pots en plastiqueElle a aussi présenté 7 partenaires qui sont mis dans des chambres àpotentiels. incubation à 45°C pendant 2 à 3 heures. A ce niveau, lacidité passe de 23° àIV.3.2 Procédés de fabrication 75°/80°D.IV.3.2.1 Lait stérilisé Le stockage est effectué à 4°C.La stérilisation a pour objectif dassurer En Tunisie, le yaourt est produit sous lesune conservation sinon définitive du formes suivantes:moins très longue du lait par • Yaourt aux fruitsdestruction thermique des germes, • Yaourt aromatiséspores comprises. • Yaourt à boireCette unité comporte une étape IV.3.2.4 Crème fraîchedhomogénéisation qui permet destabiliser létat physique du produit. Dans cette unité, le lait frais, après saAprès la pré-stérilisation, le lait est réception, subit une pasteurisation puisrefroidi puis dirigé vers une séparation. La crème ainsi obtenuelhomogénéisation. Ensuite, mis dans subit une maturation avec fermentsdes bouteilles, il subit la stérilisation lactiques.dans des autoclaves. IV.3.2.5 Fromage fraisEn Tunisie, le lait est produit sous lesformes suivantes: Après pasteurisation, le lait subit une• Lait naturel entier opération de séparation suite à laquelle• Lait naturel écrémé le lait écrémé est obtenu. Il subit alors• Lait naturel demi-écrémé une fermentation puis un caillage et un• Lait régénéré demi-écrémé décaillage.IV.3.2.2 Lait fermenté Après séparation, on obtient un sérum qui est rejeté dans le milieu récepteur, etLe lait fermenté est écrémé à un taux de le caillé qui donne, après un ajout de11 g/l de matière grasse. crème pasteurisé, le fromage frais destiné à la commercialisation.Il est obtenu par fermentation du laitpasteurisé, ensemencé avec des IV.3.2.6 Beurreferments lactiques mésophiles puisincubé pendant environ 18 heures à Dans cette unité, le lait entier subit un25°C pendant lesquelles lacidité passe écrémage puis une maturation. Aprèsde 11 à 16°. séparation, on obtient le beurre à 820 g/kg de matière grasse.Le lait est alors caillé et passe dans untunnel pendant environ 20mn, à unetempérature de 0° à 10°C.Après maturation, la fermentation estarrêtée par refroidissement.GUIDE ENVIRONNEMENTAL 93
  • 73. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE LAITERIES ET PRODUITS DÉRIVÉS IV.3.3 Problèmes environnementaux lépuration. Les effluents des usines dactivité • La quantité des eaux usées purement laitière et produits dérivés sont industrielles varie de 0,5 à 3 fois la quantité constitués de : de lait traitée. • Eaux de nettoyage des équipements et des sols. • La quantité des eaux de refroidissement varie, selon le mode de traitement du lait, de • Pertes de lait et produits semi- 2 à 4 fois la quantité de lait reçue par lusine fabriqués ou finis. comme matière première. • Lactosérum. • Eaux de refroidissement. A. Etapes de traitement des effluents • Eaux de débordement des tours hydriques : dévaporation destinées à la production 1) Dégrillage grossier ; de froid et deau glacée. Le circuit de 2) Tamisage fin ; leau dans ces tunnels de froid est ouvert 3) Dégraissage; afin déviter laugmentation de la 4) Homogénéisation et neutralisation; salinité. 5) Activation biologique (boue activée, • Solutions produites après aération plongée, lit bactérien fixe ou adoucissement des eaux. mobile,...); • Eaux de lavage des filtres 6) Clarification ; (lorsquelles ne sont pas recyclées). 7) Filtration sur sable ; • Eaux sanitaires. 8) Désinfection des eaux traitées par • Rejets des cuisines. dosage dhypochlorite de sodium (eau • Rejets de fuel provenant des de Javel) ; chaudières et des citernes lors des 9) Traitement des boues vidanges. (épaississement, déshydratation par • Eaux de lavage des camions. filtre presse ou à bande, lit de séchage, • Boues des décanteurs de la station de centrifugeuse, etc. ). traitement deau potable. • Produits périmés (retournés par les Les étapes de filtration et de distributeurs). désinfection rentrent dans le cadre du • Ordures ménagères et déchets traitement tertiaire (traitement de similaires. finition) en cas de rejets dans le milieu naturel. A retenir : • La demande biologique en oxygène B. Schéma de traitement des effluents (DBO5) du lait complet est denviron 110 à hydriques (Cf page suivante). 115 gr/l. • Les pertes de lait représentent, en général, 0,2 à 2% de la quantité de lait traitée. • La DBO5 des effluents hydriques varie, selon limportance des pertes de lait, entre 200 et 6 000 mgr/l. • La nature des eaux résiduaires industrielles des laiteries est spéciale. En effet, et vu leur teneur en lactose, elles passent avec rapidité à létat de fermentation acide. Dans ce processus, il y a décomposition du lactose avec formation dacide lactique et bytirique, ainsi que de gaz, en particulier dacide carbonique. De ce fait, ces eaux deviennent acides, leur pH variant entre 2 et 3. Cette propriété devra être prise en considération lors de94 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 74. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE LAITERIES ET PRODUITS DÉRIVÉSGUIDE ENVIRONNEMENTAL 95
  • 75. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE LAITERIES ET PRODUITS DÉRIVÉS96 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 76. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE CONSERVES DE PRODUITS DE LA MERIV.4 Branche conserves de tels que le Maroc. En effet, la production marocaine de conservesproduits de la mer de sardines avoisine les 140 000 tonnes soit plus de 50 fois celleIV.4.1 Présentation de la réalisée par la Tunisie. Ce pays estbranche doté dun potentiel concurrentiel important en terme déconomieIV.4.1.1 Sardine déchelle lui permettant de détenir près de 50% des exportationsLa moyenne des qualités de mondiales de conserves de sardines.conserves de sardines produites aucours des 5 dernières années se situe à IV.4.1.2 Thonenviron 1 800 tonnes par an. En 2004, 9unités seulement ont transformé 3 130 La capacité installée detonnes de matières premières transformation de thon avoisine lesdonnant lieu à 2 200 tonnes de 143 T/jour. Les matières premièresproduits finis. La capacité de sont constituées à plus de 95% par dutransformation se situe actuellement thon importé. En effet, une grandeà 106 T/jour. partie du thon rouge tunisien est exportée en frais vers des pays commeDans le tableau 1 ci-dessous est le Japon (Cf. tableau 2).présentée lévolution des quantités desardines traitées sur la période 2000- Cette production reste insuffisante2004. pour subvenir aux besoins de la consommation locale. En effet, prèsLinfluence des matières premières de 1 100 tonnes de conserves de thonreste la principale contrainte pour ont été importées en 2003 et ce, malgrédévelopper la production des des droits de douane de lordre desardines en conserves. En effet, 43%. Des pays tels que la Thaïlande etplusieurs unités ont une activité très lEspagne, avec des productionsirrégulière à cause de ce problème. respectives de 400 000 et 150 000 tonnes par an, dominent le marchéLes exportations de sardines sont mondial de thon en conserve.négligeables et se sont limitées à desactions ponctuelles de lordre de 40 Malgré lexonération tarifaire donttonnes au cours des dernières années. bénéficie le thon tunisien sur lesCeci est dû à la faible compétitivité de marchés européens, les exportationslindustrie tunisienne sur les marchés tunisiennes nont pas dépassé les 12internationaux face à des concurrents tonnes en 2002. Ceci se justifie par lesGUIDE ENVIRONNEMENTAL 99
  • 77. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE CONSERVES DE PRODUITS DE LA MER facteurs suivants : I V. 4 . 3 P r o c é d é s de • La concurrence imposée par les conservation produits locaux et les produits asiatiques en provenance de pays tels Les étapes de conservation des poissons que la Thaïlande. sont les suivantes : • Lorientation des conserveurs tunisiens vers le marché local. En effet, IV.4.3.1 Décongélation comme nous lavons présenté plus haut, la production tunisienne narrive pas Avant de procéder à la découpe des encore à satisfaire totalement la poissons, il faut les décongeler. demande locale sur les conserves de thon. IV.4.3.2 Découpage en tranches I V. 4 . 2 P e r s p e c t i v e s d e Avant le découpage, il faut procéder à développement lopération détêtage et éviscération qui consiste à éliminer la tête et les viscères. En se basant sur les prévisions du plan, Elle seffectue manuellement. la production des conserves de sardines devrait atteindre près de 2 600 tonnes en Le découpage est une opération 2006. Ainsi, le taux de croissance annuel mécanique qui permet davoir des moyen prévisionnel sur la période 2002- tranches de dimensions convenables 2006 est évalué à 9.5%. Ce taux a été pour la mise en boîte. envisagé en tenant compte surtout de la mise en œuvre des actions visant à IV.4.3.3 Lavage des tranches et accroître la pêche des poissons bleus. En égouttage effet, une stratégie nationale est en cours dapplication pour accroître les Il est nécessaire que cette opération soit quantités pêchées de 36 000 en 2002 à réalisée dune façon minutieuse et près de 56 000 en 2006, permettant ainsi complète. On estime que leffet du lamélioration du taux dexploitation du lavage préliminaire est obtenu lorsque potentiel disponible qui avoisine la couleur de leau égouttée devient actuellement les 60%. claire, ce qui montre que le poisson maculé de sang a été nettoyé. Néanmoins, limpact de cette stratégie en terme de développement de la IV.4.3.4 Cuisson branche de transformation des sardines nest pas évident. En effet, le marché du Cette étape consiste à faire passer les frais consomme toujours la plus grande tranches sur des grilles placées sur des partie des quantités pêchées. De ce fait, chariots. Lensemble est introduit dans la demande sur ce marché conditionne le cuiseur à vapeur. La cuisson se fait à les prix et la disponibilité de la sardine une température de 100°C pendant 1 à 2 pour la transformation. heures. Pour les conserves de thon, la IV.4.3.5 Mise en boîte transformation se base à plus de 95% sur du thon importé. Les prévisions du Xe Après la cuisson, les tranches sont plan tablent sur un taux de croissance refroidies à température ambiante et annuel moyen denviron 4.5%. Ainsi, la transférées, sur des chariots portes production des conserves de thon grilles, vers latelier de parage où sont prévue en 2006 était de lordre de 8 200 effectuées manuellement les opérations tonnes. Ce niveau a été légèrement de nettoyage et notamment le retrait de dépassé en 2003 où la production a la peau et des arêtes ainsi que des atteint près de 8 400 tonnes. éventuels déchets résiduels ; puis vers latelier demboîtage, huilage et sertissage. Le jutage et/ou addition dhuile seront effectués au moyen dune doseuse volumétrique et ce, juste avant lopération de sertissage.100 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 78. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE CONSERVES DE PRODUITS DE LA MERIV.4.3.6 Sertissage conserverie conformément à la réglementation tunisienne en vigueur etLe sertissage est généralement effectué aux directives de la C.E.E., permettantpar des sertisseuses automatiques ainsi des avantages écologiques dunerelatives aux formats des boîtes conçues. intégration parfaite dans le milieu environnant. Il est recommandéUne laveuse assurera le nettoyage des dassurer :boîtes après sertissage en récupérant • Le stockage provisoire des déchetslhuile par double passage. de poissons dans une chambre froide réservée à cet effet pour être soitIV.4.3.7 Stérilisation valorisés comme farine de poissons ou chaulés (à raison de 10% avec de laLa stérilisation est une opération chaux) et transportés quotidiennementindispensable pour la fabrication des vers une décharge contrôlée;conserves alimentaires. Dans le cas des • Le lavage abondant et la désinfectionconserves de poissons cette étape est à la fin de chaque poste de travail, deseffectuée dans un autoclave dont le sections de production, de laire debarème de stérilisation est réglable en réception, de la salle et des bennes detempérature et temps de stérilisation. déchets, des chariots et des caisses de stockage de poissons ;I V. 4 . 4 P r o b l è m e s • Le nettoyage et la désinfection desenvironnementaux chambres de réfrigération à chaque arrêt ;La conserve du poisson dégage trois • Le choix dune filière de traitementcomposants principaux: des eaux résiduaires sans dégagements• Tranches de poissons conservées, dodeurs nauséabondes.• Emissions atmosphériques,• Déchets solides, IV.4.4.2 Déchets solides• Eaux usées. Les déchets solides engendrés parIV.4.4.1 Emissions atmosphériques lunité de conserves de poissons sont constitués essentiellement de déchets deLes émissions atmosphériques qui poissons (têtes, viscères, etc..), dordurespourraient être engendrées par lactivité ménagères et demballages.sont :• Les gaz de combustion générés par la Ces déchets doivent être collectés danschaudière de production de vapeur. Ces des sacs en plastique et déposés dansgaz ont un impact très réduit et peu une chambre froide de collecte desnocif dautant plus que les travaux déchets pour être valorisés commedentretien du brûleur, de la cheminée et farine de poissons ou chaulés et évacuésdu foyer de combustion devront être quotidiennement vers une déchargeréguliers et fréquents. contrôlée. Les poubelles ainsi que la• Le dégagement dodeurs chambre des déchets doivent aussi êtrenauséabondes est généralement dû à la nettoyées et désinfectéesfermentation non contrôlée des déchets quotidiennement.de poisson et/ou à la stagnation deseaux résiduaires. Lemplacement de la chambre froide des déchets est choisi de manière àLactivité proprement dite des unités de appliquer un seul sens de collecte etconservation de poisson nengendre dévacuation des déchets depuis laaucune sorte démission atmosphérique section de travail jusquà la bennequi pourrait nuire à lenvironnement. dévacuation.Cependant, il est nécessaire de prendre IV.4.4.3 Nuisances sonoresdes mesures et des précautionsnécessaires afin déviter les risques Lexposition sonore quotidienne nedémanation dodeurs désagréables et présente pas de dangers particuliers.de garantir un fonctionnement de laGUIDE ENVIRONNEMENTAL 101
  • 79. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE CONSERVES DE PRODUITS DE LA MER IV.4.4.4 Rejets hydriques chimique avec oxydation catalytique suivi dune étape dultrafiltration, soit Il sagit en général de trois réseaux biologique suivi dun traitement séparés pour lévacuation des eaux tertiaire. usées. Le traitement biologique est le plus Le premier est destiné aux eaux couramment adopté. Ses étapes sont les pluviales, tandis que le deuxième est suivantes: conçu pour les eaux sanitaires et le 1) Dégrillage grossier ; troisième pour les eaux usées 2) Tamisage fin ; industrielles. 3) Dégraissage par insufflation dair (aéro-flottation) ; On sintéresse le plus aux eaux sanitaires 4) Homogénéisation ; et aux eaux usées industrielles, tout en 5) Activation biologique (boue activée, sachant que les eaux pluviales seront aération plongée, lit bactérien fixe ou drainées par le réseau de la région. mobile...). En cas de salinité élevée, des souches bactériennes spécifiques sont IV.4.4.4.1 Eaux sanitaires à préconiser ; 6) Clarification ; Les eaux usées sanitaires seront soit 7) Filtration sur sable ; évacuées directement dans le réseau 8) Désinfection des eaux traitées par public dassainissement, soit traitées dosage dhypochlorite de sodium (eau conjointement avec les eaux usées de Javel) ; industrielles. 9) Traitement des boues (épaississement et déshydratation par filtre presse ou à Le volume de ces eaux est estimé à 100- bande, lit de séchage, centrifugeuse, 150 litres par ouvrier /jour. etc.). IV.4.4.4.2 Eaux usées industrielles Les étapes de filtration et de désinfection rentrent dans le cadre du Les eaux résiduaires industrielles traitement tertiaire (traitement de représentent la partie la plus importante finition) en cas de rejets dans le milieu en volume et en charge des rejets naturel. hydriques. Ces effluents sont générés par les opérations de cuisson, lavage du B. Schéma de traitement des effluents poisson, nettoyage des équipements, hydriques (Cf. page suivante) régénération de ladoucisseur et lavage des locaux de réception. Une approche méthodique pour lévaluation de la quantité journalière des eaux résiduaires est à adopter. Cette approche consiste à évaluer la quantité deau consommée par rapport à la quantité de poisson transformée. En effet, et pour ce type dactivité, le traitement dune tonne de poissons frais nécessite un volume moyen de 3 à 4 m3 deau. Le lavage et lentretien des engins se fait généralement dans les stations de service de la région. A. Etapes de traitement des eaux usées : Le traitement à préconiser pour les rejets hydriques est soit du type physico-102 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 80. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE CONSERVES DE PRODUITS DE LA MERGUIDE ENVIRONNEMENTAL 103
  • 81. SECTEUR AGROALIMENTAIRE : BRANCHE CONSERVES DE PRODUITS DE LA MER104 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 82. SECTEUR DES TEXTILES : BRANCHE DES TEXTILESV. Secteur des textiles passés de 190 millions de dinars en 2000 à 155 millions de dinars en 2004. La partV.1 Branche des textiles du secteur dans les investissements des(Filature, teinturerie et délavage) Industries Manufacturières est de 15% en 2004.V.1.1 Entreprises du secteur Evolution des investissements du secteur ITH (2000-2004)2094 entreprises industriellesemployant 10 personnes et plus opèrentdans le Secteur du Textile et delHabillement (ITH) dont 1656produisent totalement pourlexportation. Répartition des entreprises employant 10 personnes et plus par activité et par régime. Source: Ministère du développement et de la coopération internationale Source: Agence de Promotion de lIndustrie V.1.4 Emplois Février 2005 Les entreprises ayant un effectifTE: Totalement ExportatricesATE: Autres que Totalement Exportatrices supérieur ou égal à 10 emploient 204 460N.B: Certaines entreprises opèrent dans plusieurs personnes (Source: Agence deactivités à la fois Promotion de lIndustrie - Février 2005 ).V.1.2 Production - valeur ajoutée V.1.5 ExportationsLa production du secteur a atteint 5433 Les exportations du secteur desmillions de dinars en 2004, contre 4467 Industries Textiles et de lHabillementmillions de dinars en 2000, soit un taux sont passées de 3 258 millions de dinarsdaccroissement annuel moyen de 4%, en 2000, à 4 481 millions de dinars enavec une valeur ajoutée de 1630 MD, soit 2004, soit un taux daccroissement30% de la production. annuel moyen de 8%. Les produits du Evolution de la production dans le secteur des sous-secteur Habillement représentent ITH 91% de ces exportations. Principaux produits exportés en 2004 Source: Institut National de la Statistique Source: Ministère du développement et de la coopération internationale Principaux clients en 2004V.1.3 Investissement Les pays européens sont les principaux clients de la Tunisie avec 96% du totalLes investissements dans le secteur sont des exportations tunisiennes. La France,GUIDE ENVIRONNEMENTAL 109
  • 83. SECTEUR DES TEXTILES : BRANCHE DES TEXTILES lAllemagne et lItalie reçoivent à elles • Lélaboration dun plan dactions seules 79% des exportations dun volume dinvestissement global de tunisiennes. 3200 millions de dinars, pour la période 1997-2006, dont 2329 millions de dinars Répartition des principaux clients de la Tunisie pour les nouveaux projets. Des fiches en 2004 didentification ont été élaborées pour 24 projets: • 6 projets dintégration du secteur (filature, tissage, finissage) • 4 projets de bonneterie • 14 projets dhabillement destinés à lexportation. La Tunisie figure, depuis quelques années déjà, parmi les premiers Ces projets nécessitent un montant fournisseurs de lUE. En effet, elle dinvestissement de 218 millions de occupe la 5ème position. dinars. Principaux fournisseurs de lUE (Montant en millions dEuros) V.1.8 Partenariat Le secteur compte 971 entreprises à participation étrangère dont 635 sont à capitaux 100% étrangers. Répartition des entreprises en partenariat par pays en 2004 Source: EURATEX V.1.6 Importations Les importations du secteur des Source: Agence de Promotion de lIndustrie Industries Textiles et de lHabillement Février 2005 ont atteint 2996 millions de dinars en 2004 contre 2391 millions de dinars en V.1.2 Problèmes environnementaux 2000. Les tissus en constituent 60% en 2004 (Source: Institut National de la Avant de procéder à lévaluation Statistique). quantitative et qualitative des effluents, il est impératif de présenter les V. 1 . 7 P e r s p e c t i v e s d e principaux procédés de fabrication des unités de productions du domaine du développement textile susceptibles de générer des nuisances. Une étude sur la stratégie de En Tunisie, les activités du textile développement du secteur, réalisée par polluantes sont principalement les le bureau Gherzi Organisation (Suisse) a unités de filature, de teinturerie, de procédé à : délavage et dimpression sur tissu. • Létablissement des objectifs à lhorizon 2006 V.1.2.1 Activité de filature • Lactivité sapprovisionne en eau de la SONEDE ou celle dun forage. Quant à lénergie, elle est puisée dun transformateur de la STEG ou dune110 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 84. SECTEUR DES TEXTILES : BRANCHE DES TEXTILESchaudière (électrique, à fuel, à gaz). seuls rejets atmosphériques sontDans ce domaine dactivité, nous citons constitués des gaz de combustion desle cas de "la filature au mouillé", chaudières (CO2, CO, SO2,....)considéré comme étant le plus polluant A cet effet, les brûleurs des chaudièresde la section, et dont le descriptif suit : devront être régulièrement contrôlés afin dassurer une combustion complète• Les matières premières utilisées par ce et donc un rejet en conformité avec latype de procédé sont les suivantes : réglementation en vigueur. Il est - Fil (acrylique, mélange acrylique / recommandé aux industriels de laine, laine, lin) remplacer le fuel par le gaz naturel, qui - Oxydant (généralement H2O2) est un combustible plus propre donc - Carbonate de soude; plus respectueux de lenvironnement. - Soude caustique; - Silicate de soude; V.1.2.1.2 Déchets solides - Chlorite de soude; - Sel marin; Lactivité de filature génère des déchets - Acide formique; solides de nature suivante : - Acide acétique ; - Ordures ménagères et assimilées - Adoucissant; - Emballages en plastique ou en carton - Retardateur cationique. - Boue générée par les opérations de traitement des rejets hydriques. Ces• Pour être transformé en fil prêt, sous boues devraient être deshumidifiéesforme de bobine, le ruban peigné suit le sur place, puis transportées vers uneprocessus de fabrication suivant : décharge contrôlée, ou reprises par lesa. Durant la préparation, à travers les cimentiers pour une valorisationphases de raccordement des rubans et énergétique.des passages successifs détirement et de V.1.2.1.3 Nuisances sonorespeignage, on obtient sur les bancs àbroches des bobines de mèches traitées, Les valeurs sonores des équipements etprêtes pour la filature. des machines utilisés dans lactivité de la filature sont en général inférieures auxb. Durant la phase de blanchiment où, à règlements spécifiés dans le code detravers un cycle dune durée de 6 heures travail tunisien.environ, la mèche traitée est mise dansun bain de blanchiment utilisant V.1.2.1.4 Rejets hydriquesessentiellement leau oxygénée commeoxydant, pour avoir une mèche blanchie Ces rejets sont les suivants.prête pour la filature au mouillé. a- Eaux pluvialesc. Durant la phase de filature au Ces eaux sont généralement déverséesmouillé, où leau est utilisée à des fins de dans le réseau pluvial de la zonelubrification, la mèche se transforme, dimplantation.grâce à une opération détirement, en filé b- Eaux sanitairesde titre choisi. Les eaux sanitaires sont de nature conforme à la norme tunisienne NT 106 002d. Durant la phase de séchage au relative aux rejets deffluents dans le réseaumoyen dair chaud, le filé devra dassainissement public (ONAS). Ces eauxatteindre une humidité préfixée. sont soit déversées directement à ce réseau,e. Durant la phase de bobinage, le filé soit transportées vers la station dépurationest épuré grâce à une opération de lONAS, soit traitées conjointement avecdaspiration puis bobiné sur des canettes les effluents industriels.de dimension propre à la c- Eaux industriellescommercialisation et emballé Elles constituent la principale source deautomatiquement dans des cartons puis nuisances pour lenvironnement. Cesstocké dans le magasin de produits finis. effluents, dont la quantité estV.1.2.1.1 Rejets atmosphériques dépendante de la capacité de production, proviennentDaprès le procédé de fabrication ci- essentiellement des vidanges des bains,dessus cité, lactivité ne dégagera pas de lavage des équipements, nettoyage desrejets atmosphériques susceptibles de parterres, rejets dadoucisseur ounuire à lenvironnement. En effet, les dosmoseur, etc.GUIDE ENVIRONNEMENTAL 111
  • 85. SECTEUR DES TEXTILES : BRANCHE DES TEXTILES Les résultats danalyse dun échantillon fibre et surtout de faciliter létalement et moyen des rejets hydriques de ce type la fixation des couleurs. Cette phase est dactivité varient selon le tableau suivie dopérations de rinçage à eau, suivant : variant selon le traitement que subira larticle dans létape suivante. b- Teinture La teinte se fait par immersion de larticle dans un bain chaud. La température a pour effet daccélérer la montée du colorant sur les fibres. Il est recommandé à ce niveau dutiliser des Compte tenu de la charge polluante des rapports de bain optimisés, cest-à-dire eaux usées industrielles dune filature, de réduire la quantité deau utilisée par une unité de traitement physico- rapport au poids du tissu teinté, ce qui chimique ou biologique devra être permettra aussi de réduire la préconisée afin de les traiter consommation dénergie et, par conformément à la Norme Tunisienne conséquent, de réduire le débit des rejets NT 106 002 (1989) relative aux rejets hydriques à traiter. deffluents dans le milieu récepteur. Les colorants à utiliser sont généralement des types directs et Notons quà lintérieur de lusine, le réactifs (réaction chimique entre le réseau de collecte des eaux usées colorant et la fibre en milieu basique). industrielles, pluviales et sanitaires Après teinture, les articles subissent le devra être du type système séparatif. traitement final de finissage, en utilisant les étapes de savonnage par des V.1.2.2 Activité de teinturerie détergents, de rinçage et dadoucissage afin déclaircir les couleurs. • Lactivité sapprovisionne en eau de la SONEDE ou celle dun forage. Quant à c- Blanchiment lénergie, elle est puisée dun Cette opération consiste à éliminer les transformateur de la STEG ou dune colorants naturels de larticle, persistant chaudière (électrique, à fuel, à gaz). sur la cellulose, à laide de réactifs oxydants (eau de javel…). • Les matières premières utilisées par la Leau de javel pourrait être remplacée présente activité sont les suivantes : par des agents de blanchiment plus - Articles de textiles confectionnés, respectueux de lenvironnement, à - Enzymes, savoir le ClO2, qui permet une réduction - Détergents, importante des composés - Adoucissant, organochlorés dans les rejets hydriques, - Colorant, ou bien leau oxygénée (H2O2), les - Sulfate de sodium (Na2SO4), enzymes et lozone (O3), qui sont des - Carbonate de calcium (CaCO3), produits non polluants pour - Séquestrant, lenvironnement. Ces derniers ne - Eau oxygénée, présentent pas de composés chimiques, - Soude (NaOH), y compris les organochlorés. Au niveau - Acide acétique, de leur réactivité, lO3 est considéré le - Sel marin, meilleur réactif chimique, suivi des - Azurant optique, enzymes puis du H2O2. - Hypochlorite de sodium. Ces matières premières devront être Ce traitement est réalisé en différentes stockées et manipulées dans une aire étapes : spéciale de lusine, bien aménagée, - Blanchiment du tissu par laction couverte et bien aérée. doxydants chimiques (eau oxygénée, hypochlorite de sodium, etc.…), • Les principales étapes de fabrications - Adoucissage, sont le débouillissage, le blanchiment et - Antirouillage. la teinture. d- Essorage et séchage Cest lélimination des eaux de lavage et a- Débouillissage Cette opération consiste en un lavage de de rinçage retenues par les articles teints larticle. Elle est effectuée dans une ou blanchis. Cette opération seffectue lessive alcaline. Le but recherché est au moyen dune essoreuse centrifuge et déliminer les impuretés diverses pour dun séchoir à ventilation. favoriser les étapes ultérieures en Cf. Schéma du procédé de fabrication et améliorant le caractère hydrophile de la tableau des opérations de fabrication et112 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 86. SECTEUR DES TEXTILES : BRANCHE DES TEXTILESV.1.2.2.1 Rejets atmosphériques V.1.2.2.4.Rejets hydriquesDaprès le procédé de fabrication ci- Ces rejets sont les suivants :dessus cité, le projet ne dégagera pas derejets atmosphériques susceptibles de a- Eaux pluvialesnuire à lenvironnement. En effet, les Ces eaux sont généralement déverséesseuls rejets atmosphériques sont dans le réseau pluvial de la zoneconstitués des gaz de combustion des dimplantation.chaudières (CO2, CO, SO2, ...)A cet effet, les brûleurs des chaudières b- Eaux sanitairesdevront être régulièrement contrôlés Les eaux sanitaires sont de natureafin dassurer une combustion complète conforme à la norme tunisienne NT 106 002et donc un rejet en conformité avec la relative aux rejets deffluents dans le réseauréglementation en vigueur. dassainissement public (ONAS). Ces eaux sont soit déversées directement à ce réseau,V.1.2.2.2 Déchets solides soit transportées vers la station dépuration de lONAS, soit traitées conjointement avecLactivité de teinturerie génère des les effluents industriels.déchets solides de nature suivante : - Ordures ménagères et assimilées c- Eaux industrielles - Emballages en plastique ou en carton Elles constituent la principale source de - Boue générée par les opérations de nuisances pour lenvironnement. Ces traitement des rejets hydriques. Il est effluents, dont la quantité est recommandé aux industriels de généralement proportionnelle à la remplacer le fuel par le gaz naturel, qui capacité de production, proviennent est un combustible plus propre donc essentiellement des bains usés et des plus respectueux de lenvironnement. rinçages. Une attention particulière devrait être portée vers la recherche deV.1.2.2.3 Nuisances sonores produits chimiques de substitution, plus respectueux de lenvironnement,Les valeurs sonores des équipements et notamment au niveau des colorants...des machines utilisés dans lactivité de Outre cette mesure, le remplacement dula teinturerie sont en général inférieures poste de ladoucisseur de leau par unaux règlements spécifiés dans le code de osmoseur éviterait à lindustriel unetravail tunisien. surcharge de chlorures dans ses rejets etGUIDE ENVIRONNEMENTAL 113
  • 87. SECTEUR DES TEXTILES : BRANCHE DES TEXTILES augmenterait la durée de vie de la désapprêtage, le délavage et le finissage. chaudière (retubage mois fréquent...) et dautres équipements. a- Le désapprêtage Le désapprêtage est la phase de Les résultats danalyse dun échantillon préparation du tissu au délavage en moyen des rejets hydriques de ce type éliminant de celui-ci les produits dactivité, utilisant des pigments de dapprêtage comme lamidon, les colles colorants dépourvus en métaux, varient synthétiques, les alginates. Ce selon le tableau suivant : traitement dure de 15 à 40 minutes. Il est réalisé dans des machines de lavage à une température de 60°C. b- Le délavage Deux types de délavage sont appliqués : - Délavage stone : cest une opération mécanique de décoloration du tissu de jeans, réalisé par frottement du tissu entre les pièces de jeans et de la pierre Compte tenu de la charge polluante des ponce ou de la poudre enzymatique. eaux usées industrielles dune Lopération est réalisée dans des teinturerie, une unité de traitement tonneaux tournants remplis deau. physico-chimique ou biologique devra - Délavage javellisé (blanchiment) : cest être préconisée afin de les traiter aussi un traitement de décoloration conformément à la Norme Tunisienne mais réalisé chimiquement par laction NT 106 002 (1989) relative aux rejets de leau de javel en milieu humide. deffluents dans le milieu récepteur. c- Le finissage Notons quà lintérieur de lusine, le Cest le traitement de finition. Il sagit réseau de collecte des eaux usées dun adoucissage pour donner un aspect industrielles, pluviales et sanitaires soyeux au tissu, suivi des opérations de devra être du type système séparatif. rinçages à leau, dessorage, de séchage et de repassage. V.1.2.3 Activité de délavage V.1.2.3.1. Rejets atmosphériques • Lactivité sapprovisionne en eau de la SONEDE ou celle dun forage. Quant à Daprès le procédé de fabrication ci- lénergie, elle est puisée dun dessus cité, le projet ne dégagera pas de transformateur de la STEG ou dune rejets atmosphériques susceptibles de chaudière (électrique, à fuel, à gaz). nuire à lenvironnement. En effet, les seuls rejets atmosphériques sont • Les matières premières utilisées par constitués des gaz de combustion des la présente activité sont les suivantes : chaudières (CO2, CO, SO2, ...). - Pièces de jeans A cet effet, les brûleurs des chaudières - Pierre ponce devront être régulièrement contrôlés - Poudre enzymatique afin dassurer une combustion complète - Eau de javel et donc un rejet en conformité avec la - Eau oxygénée réglementation en vigueur. Il est - Mouillant recommandé aux industriels de - Assouplissant remplacer le fuel par le gaz naturel, qui - Détergent est un combustible plus propre donc - Peroxyde plus respectueux de lenvironnement. - Méta bisulfite - Permanganate de potassium V.1.2.3.2 Déchets solides Ces matières premières devront être Lactivité de délavage génère des stockées et manipulées dans une aire déchets solides de nature suivante : spéciale de lusine, bien aménagée, - Ordures ménagères et assimilées couverte et bien aérée. - Emballages en plastique ou en carton - Résidus des pierres ponces • Trois grandes phases caractérisent le - Boue générée par les opérations de délavage des pièces de jeans, à savoir le traitement des rejets hydriques.114 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 88. SECTEUR DES TEXTILES : BRANCHE DES TEXTILESV.1.2.3.3 Nuisances sonores V.1.2.4 Activité dimpressionLes valeurs sonores des équipements et Par définition, on nimprime que de lades machines utilisés dans lactivité de matière en pièces.délavage sont en général inférieures aux Les colorants sont appliqués sous formerèglements spécifiés dans le code de de pâte et déposés généralement sur letravail tunisien. tissu par lintermédiaire de cadres (rotatifs continus ou plats semi-V.1.2.3.4.Rejets hydriques discontinus) portant les motifs à laide dapplicateurs (manuels ouCes rejets sont les suivants : automatiques). On distingue deux grandes catégoriesa- Eaux pluviales de pâtes dimpression : avec ou sansCes eaux sont généralement déversées White Spirit.dans le réseau pluvial de la zonedimplantation. Il existe quatre types dimpression selon les quantités (et la qualité) souhaitées :b- Eaux sanitairesLes eaux sanitaires sont de nature • limpression à la table (ou "à laconforme à la norme tunisienne NT 106 lyonnaise"). Il sagit dune impression002 relative aux rejets deffluents dans le très haut de gamme, type "carré de soie"réseau dassainissement public (ONAS). utilisée pour de petites quantitésCes eaux sont soit déverséesdirectement à ce réseau, soit • limpression au cadre plat : les cadrestransportées vers la station dépuration sont fixes mais peuvent être appliquésde lONAS, soit traitées conjointement mécaniquement, chacun leur tour, suravec les effluents industriels. un tissu qui défile "pas à pas" sur un tapis. La technique est bien adaptée auxc- Eaux industrielles séries moyennes et aux motifs "placés".Elles constituent la principale source denuisances pour lenvironnement. Selon • limpression au "cadre rotatif" : lesle mode de délavage, le débit journalier tissus défilent "à la continue" sous lesdes eaux usées industrielles est estimé à cadres rotatifs. Aujourdhui, plus de50 à 100 litres par pièce de jeans. 80% de limpression est faite avec cetteLes résultats danalyse dun échantillon technique qui est bien adaptée auxmoyen des rejets hydriques de ce type séries importantes et aux motifs "all-dactivité varient selon le tableau over".suivant : • limpression transfert ou "thermo impression" : impression dun papier puis transfert par sublimation à chaud (calandrage) des colorants sur un support textile. Cette technique, parfaitement adaptée au polyester, ne concerne encore quun nombre limité de maille de fibres.Compte tenu de la charge polluante deseaux usées industrielles dune unité de De ce fait, la pollution générée par cettedélavage de jeans, une unité de activité provient essentiellement destraitement physico-chimique ou pâtes dimpression. Cette pollution estbiologique devra être préconisée afin de récupérée soit au niveau de la machineles traiter conformément à la Norme (bavures, égouttures, eaux de lavage desTunisienne NT 106 002 (1989) relative pâtes brutes) soit dans les post-aux rejets deffluents dans le milieu traitements de lavage (à eau ou àrécepteur. solvant) destinés à éliminer les colorantsNotons quà lintérieur de lusine, le nayant pas réagi et les divers adjuvantsréseau de collecte des eaux usées nécessaires à la fabrication des pâtesindustrielles, pluviales et sanitaires dimpression.devra être du type système séparatif. • Les pâtes récupérées doivent être soit réutilisées dans limpression, soit stockées pour être acheminées vers uneGUIDE ENVIRONNEMENTAL 115
  • 89. SECTEUR DES TEXTILES : BRANCHE DES TEXTILES décharge autorisée. • Les eaux de lavage chargées en solvant doivent subir une séparation (simple ou forcée par distillation). • Les eaux de lavage à eau doivent être traitées par voie physico-chimique ou biologique (si faible quantité, voir leur transport vers une STEP convenable). Les résultats danalyse dun échantillon moyen des rejets hydriques de ce type dactivité, utilisant des pigments de colorants dépourvus en métaux, varient selon le tableau suivant :116 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 90. SECTEUR DES TEXTILES : BRANCHE DES TEXTILESGUIDE ENVIRONNEMENTAL 117
  • 91. SECTEUR DES IMCCV : BRANCHE BRIQUETERIE, CERAMIQUE ET MARBREVI. Secteur des industries Les ciments constituent les principaux produits exportés, avec 31% desdes matériaux de exportations du secteur. Les carreaux enconstruction, de la céramique viennent en deuxièmecéramique et du verre position avec 30% et les articles ménagers en céramique occupent la 3eVI.1 Branche briqueterie, place avec 13%. Ces trois produitscéramique et marbre constituent ensemble les trois-quarts des exportations totales du secteur. La bonne qualité de ces trois produitsVI.1.1 Introduction locaux justifie leur bonne pénétration sur les marchés internationaux.Le secteur des Industries des Matériauxde Construction, de la Céramique et du 25% des exportations des produits duVerre (IMCCV) a compté en 2004 plus secteur des IMCCV sont destinés à lade 700 entreprises. Dix neuf (19) Libye, faisant de ce pays le premierentreprises sont totalement client de la Tunisie. LAlgérie arrive enexportatrices dont 11 sont dans les 2e position avec 16%. LItalie et la Franceproduits de carrière et 5 sont dans les accaparent respectivement 15% et 14%.produits en céramique. Cinquante-huit(58) entreprises sont à participation Les importations du secteur ont été deétrangère, dont 13 à capitaux 100% 133 MTND en 2000. Elles sont passées àétrangers. Des pays comme la France (19 153 MTND en 2004. Le pic de 160 MTNDentreprises) et lItalie (17 entreprises) atteint en 2001 est dû à une importationont constitué les principaux partenaires. massive de ciment (32 MTND).Le secteur des IMCCV a employé 40 000 En 2004, la part des « fritte et émaux »personnes en 2004, dont 29 615 sont dans dans les importations du secteur a été dedes entreprises ayant un effectif 14%. Ces derniers sont considéréssupérieur ou égal à dix. Il représente 7 % comme des matières premières entrantdes emplois dans les industries dans la fabrication des carreaux enmanufacturières. céramique.La valeur de la production du secteur Les autres principaux produits importésdes IMCCV a évolué ces dernières sont le verre plat (10%), le feldspathannées, passant de 1 353 MTND en 2000 (9%), les bouteilles et emballages enà 1 762 MTND en 2004, soit un TCAM de verre (8%) et les produits réfractaires7%. Elle a représenté 7% de la (7%).production totale des industriesmanufacturières en 2004. Il ressort aussi de cette répartition que plus de la moitié des importations (55%)La valeur ajoutée du secteur a connu sont des produits finis, 13% sont deségalement une croissance annuelle produits semi-finis et 32% sont desmoyenne de 7%, passant ainsi de 506 matières premières.MTND en 2000 à 667 MTND en 2004. Lapart de la valeur ajoutée par rapport à la Avec une part de 27% dans lesvaleur de la production dans ce secteur importations en 2004, lItalie est lereprésente en moyenne 37%. Ce taux principal fournisseur de la Tunisie dereste lun des plus élevés dans les produits du secteur des IMCCV, suivieindustries manufacturières vu que les de lEspagne avec 21%, de la France avecmatières premières sont locales. 15% et de la Turquie avec 8%.Les exportations étaient de 113 MTNDen 2000. Elles ont progressé avec unTCAM de 11% pour atteindre 172MTND en 2004, soit 10% de la valeur dela production.GUIDE ENVIRONNEMENTAL 123
  • 92. SECTEUR DES IMCCV : BRANCHE BRIQUETERIE, CERAMIQUE ET MARBRE VI.1.2 Les produits céramiques annuelle de 8%, atteignant 252 MTND en 2004. Les prix moyens sont restés VI.1.2.1 Briques et hourdis stables durant la même période. (Cf. tableau 1 ci-dessous). Lactivité de la briqueterie a connu durant ces dernières années un VI.1.2.1.3 Investissements recentrage vers des unités mieux structurées et moins polluantes. Les investissements réalisés dans la branche des briques et hourdis ont Sur le marché local, coexistent trois baissé en 2004 par rapport aux quatre types de briqueterie : années précédentes. En effet, les - Industrielle : disposant de séchoirs et investissements sont passés de 25 fours à feu fixe de capacité supérieure à MTND en 2000 à 12 MTND en 2004. 50 000 tonnes par an ; Tab. 2 - Evolution des investissements dans la - Semi-industrielle : séchage à chambres branche des briques et hourdis et fours à feu mobile de capacité comprise entre 10 000 et 50 000 tonnes par an ; - Artisanale : séchage naturel et fours à feu mobile de capacité inférieure à 15 000 VI.1.2.1.4 Perspectives de développement tonnes par an. Létude de positionnement de la La capacité installée est estimée à 7,2 branche des briqueteries réalisée par millions de tonnes. lAPI en 2000 a dégagé les créneaux porteurs suivants aussi bien sur le VI.1.2.1.1 Entreprises, emplois et marché national quà lexportation : partenariat • Briques isolantes de plus grandes En 2004, le nombre total de briqueteries dimensions est de 134, dont 57 ont un nombre demploi supérieur ou égal à 10, contre • Accessoires pour briques creuses 45 en 2001. Actuellement, 34 sont des (poteaux dangles, briques linteaux, etc.) unités industrielles, contre 31 en 2001, et 23 sont semi-industrielles, contre 14 en • Produits de parements (briques 2001. pleines ou perforées, appuis de fenêtre, etc.) Sept entreprises sont à participation étrangère, dont 4 avec des partenaires • Produits de pavage (pavés de sol, libyens. Leffectif total de la branche est pavés autobloquants, etc.) pour le de 7 132 personnes. marché local uniquement VI.1.2.1.2 Production • Produits de décoration (claustras, tuileaux, dalettes, etc.) Le volume de production est passé de • Tuiles pressées ou extrudées 3,9 millions de tonnes en 2000 à 5,2 (principalement pour lexportation). millions de tonnes en 2004. La production a ainsi enregistré une croissance annuelle moyenne de 7%. Cette production, exprimée en valeur, a assuré une croissance moyenne124 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 93. SECTEUR DES IMCCV : BRANCHE BRIQUETERIE, CERAMIQUE ET MARBREVI.1.2.1.5 Procédés de fabrication de bien préparer la pâte pour le façonnage.Deux principales structurestechnologiques de briqueterie existent f - Stockage intermédiaireen Tunisie : Il permet une meilleure• Une structure dite ancienne homogénéisation du mélange humidifiécaractérisée par un façonnage à froid, et contribue à lamélioration de lades manutentions manuelles, plus un plasticité de la pâte.séchage utilisant lair ambiant et unecuisson au four à feu mobile g - Broyage final• Une structure dite moderne Cest le broyage fin du mélange en vuecaractérisée par un façonnage à froid ou dobtenir la granulométrie définitiveà chaud, des manutentions mécanisées, envisagée pour la fabrication.semi-automatisées ou automatisées, unséchage en séchoir artificiel et unecuisson en four Tunnel. h - Malaxage A la dernière étape de la préparation, le mélange reçoit le complément deau deLes différentes phases de la technologie façonnage et subit un second malaxagede la fabrication des briques se avant son passage à travers la mouleuserésument en quatre grandes étapes : pour façonnage.• La préparation• Le façonnage 2 - Façonnage du mélange• Le séchage Il vise à donner la cohésion et la forme• La cuisson désirée au mélange préparé. Il dépend de la nature du produit à fabriquer et1 - Préparation des matières premières des caractéristiques physiques desElle comporte : matières premières. Le procédé dea - Stockage des matières premières façonnage à utiliser pour ce cas est leLe stockage est une étape importante car façonnage par extrusion sous vide quiil permet à leau interstitielle des argiles est conditionné principalement par :de séchapper, ce qui améliore leurs • Le degré de désaération de la pâtepropriétés et présente une sécurité • Les forces de frottement de largile surdapprovisionnement. Il permet une le corps de la mouleuse"maturation" de largile facilitant son • Le mode de remplissage de lautilisation postérieure. Cette étape de la mouleusepréparation est prévue dans un hall de • La régulation de lhumiditéstockage couvert. • Létat des filières qui donnent aux produits leurs formes définitives.b - Dosage des constituantsCest le mélange à différentes 3 - Séchageproportions des argiles et des ajouts. Le séchage est une opérationCette étape va se faire au intermédiaire qui, par sa position entrecommencement de la chaîne de le façonnage et la cuisson, a une grandepréparation à laide de doseurs influence sur la cadence de productiondistributeurs. de lusine. Il a lavantage déliminer leau de façonnage et de conférer auxc - Pré broyage des mélanges produits la rigidité nécessaire à leurCest un concassage primaire réalisé manipulation et leur empilage sur lesdans le but de réduire la taille des wagonnets du four.mottes. 4 - Cuissond - Broyage de préparation A leur sortie du séchoir, les produitsA cette étape, les mélanges subissent un nont pas encore acquis leurs véritablesbroyage relativement grossier avec le qualités et les propriétés de largile sontlaminage fin qui donnera la restées à peu près inchangées. Pargranulométrie finale envisagée. contre, en sortant du four, les produits sont devenus résistants et les propriétése - Homogénéisation et humidification des matières premières argileuses etA ce stade, une partie de lhumidité de sableuses ont été modifiées par lafaçonnage est donnée au mélange avec cuisson qui leur confère leur structureun malaxage. Ceci est réalisé dans le but et, par conséquent, leurs caractéristiques et qualité définitive.GUIDE ENVIRONNEMENTAL 125
  • 94. SECTEUR DES IMCCV : BRANCHE BRIQUETERIE, CERAMIQUE ET MARBRE VI.1.2.2 Carreaux en céramique Ces exportations ont représenté 9% des exportations totales du secteur IMCCV Il y a deux types dunités de carreaux en en 2004. Elles étaient destinées en céramique : premier lieu à la Libye (15 MTND) et à la • Les unités intégrées : elles produisent France (11 MTND). Dautres pays tels les biscuits et assurent lémaillage. que la Grèce et le Sénégal sont des clients • Les unités démaillerie : elles se de la Tunisie pour ce genre de produits. procurent le biscuit, soit par limportation, soit chez les producteurs Les faibles quantités de biscuits en locaux. Elles ninterviennent que sur la céramique exportées ont été destinées à phase démaillage. la France. (Cf. tableau 4 ci-dessous). VI.1.2.2.1 Entreprises, emplois et VI.1.2.2.4 Importations partenariat Sur la période 2000-2004, les Le nombre dentreprises est de 19, dont 9 importations en valeur de la branche sont des unités intégrées. 2 entreprises des carreaux en céramique sont restées sont en partenariat. Leffectif total de la stables, soit en moyenne 10 MTND/an. branche est de 3 084. Il représente 10% des emplois du secteur des IMCCV. (Cf. En 2004, les importations provenaient tableau 3 ci-dessous). dEspagne (5 MTND) et dItalie (4MTND). VI.1.2.2.2 Production Par contre, en termes de qualité, une En terme de volume, la production a baisse annuelle importante a été baissé, passant de 16 millions de m² en enregistrée (27% pour les carreaux et 2000 à 15.3 millions en 2004. Par contre, 12% pour les biscuits). En effet, la en valeur, la production a progressé de Tunisie a importé 5.8 millions de m² en 86 MTND en 2000 à 138 MTND en 2004, 2000 et seulement 2.1 millions de m² en soit un TCAM de 13%. La capacité 2004. (Cf. tableau 5 en page suivante). installée est denviron 5 millions de m² en 2004. La part des biscuits dans les importations de la branche a toujours VI.1.2.2.3 Exportations été plus grande que celle des produits finis, sauf pour lannée 2002. Les exportations de carreaux en céramique ont connu une croissance importante sur la période 2000-2004, passant de 32 MTND en 2000 à 51 MTND en 2004, soit un TCAM de 12%.126 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 95. SECTEUR DES IMCCV : BRANCHE BRIQUETERIE, CERAMIQUE ET MARBREVI.1.2.2.5 Investissements VI.1.2.3.3 ExportationsLes investissements ont été de 15 MTND Les exportations ont été de 8 MTND enen 2000 et de 17 MTND en 2004. Un pic a 2004 contre 6 MTND en 2000. Un pic de 9été enregistré en 2001 avec un montant MTND a été enregistré en 2001. Lesde 20 MTND dû aux extensions opérées exportations sont essentiellementpar les grandes unités. (Cf. tableau 6 ci- destinées au marché libyen (3 MTND endessous). 2004). Tab. 6 - Evolution des investissements dans la Tab. 8 - Evolution des exportations darticles branche des carreaux en céramique sanitaires en céramique VI.1.2.3.4 ImportationsVI.1.2.3 Articles sanitaires en céramique Les importations ont augmenté, passant deVI.1.2.3.1 Entreprises, emplois et 5 MTND en 2000 à 8 MTND en 2004, soit unpartenariat TCAM de 11%. En 2004, les principaux fournisseurs de la Tunisie ont été la FranceLes articles sanitaires en céramique sont (2 MTND), lEspagne (2 MTND) et le Marocfabriqués par 9 entreprises industrielles (1 MTND).ayant 10 emplois et plus, dont une esttotalement exportatrice. Le nombre Louverture du marché a eu pourdemplois de la branche est de 1 782 conséquence une augmentation du volumepersonnes. Il y a cinq entreprises qui des échanges. Le taux de couverture a varié durant les années 2000 et 2004 entre 100% etemploient chacune plus de 200 120%.personnes. Ces grandes unités sontimplantées à Monastir, Sfax, Bizerte et Tab. 9 - Evolution des importations darticlesBen Arous. sanitaires en céramiqueLes entreprises en partenariat sont aunombre de trois, dont deux sont àparticipation italienne. VI.1.2.3.5 InvestissementsVI.1.2.3.2 Production Les investissements réalisés entre 2000La capacité totale installée est de 20 000 et 2004 ont été de 18 MTND. Ils onttonnes par an. Depuis 2000, la concerné lentretien et leproduction a augmenté de 6% par an en renouvellement des petits équipements.quantité. (Cf. tableau 7 ci-dessous).GUIDE ENVIRONNEMENTAL 127
  • 96. SECTEUR DES IMCCV : BRANCHE BRIQUETERIE, CERAMIQUE ET MARBRE VI.1.2.4.4 Importations Tab. 10 - Evolution des investissements dans la branche des articles sanitaires en céramique Les importations ont connu un léger fléchissement à partir de 2003. Ceci est dû à la bonne performance des entreprises locales. En 2004, les importations se sont élevées à 4 MTND et provenaient de Chine et dItalie. Tab. 13 - Evolution des importations darticles VI.1.2.4 Articles ménagers en ménagers en céramique céramique Sont inclus dans cette branche les articles ménagers, les articles à usage technique en céramique et les articles de décoration en céramique. VI.1.2.4.5 Investissements VI.1.2.4.1 Entreprises, emplois et partenariat Les investissements réalisés dans la branche ont porté sur des extensions. Il existe 11 entreprises ayant 10 Ils ont atteint 2 MTND en 2004, contre employés et plus. Ces entreprises font 3 MTND en 2000. travailler 1 901 personnes. Les deux plus grandes entreprises ont une capacité Tab. 14 - Evolution des investissements dans totale de 6 000 T par an. Lune est la branche des articles ménager en céramique spécialisée dans les articles en porcelaine, lautre dans les articles en grès. Une seule entreprise est en partenariat (avec la France). VI.1.2.4.2 Production VI.1.2.5 Procédés de fabrication La production locale connaît un rythme de croissance annuel moyen de 3%, La fabrication des céramiques passant de 40 MTND en 2000 à 45 comporte principalement les MTND en 2004. opérations suivantes : • La préparation de la pâte Tab. 11 - Evolution de la production darticles • La mise en forme ou modelage ménagers en céramique • La première cuisson • La coloration et la décoration des pièces • La deuxième cuisson VI.1.2.4.3 Exportations 1 - Préparation de la pâte Les exportations étaient de 20 MTND en 2000. La pâte dargile a donné ses preuves et Elles ont connu une croissance annuelle moyenne ne pose aucun problème lors de la de 3%. Elles ont atteint 22 MTND en 2004. fabrication des céramiques. Les principales destinations de ces Toutefois, avant le modelage des exportations en 2004 sont la France (7 MTND), pièces, une préparation de largile est lItalie (4 MTND) et lEspagne (2 MTND). nécessaire afin de la rendre malléable, Nous trouvons aussi dautres pays clients tel de faciliter le séchage et de permettre que la Turquie, lAllemagne et les USA. la tenue de la pièce. Tab. 12 - Evolution des exportations darticles Cette opération consiste à introduire ménagers en céramique de la pâte dargile entre deux cylindres métalliques pour être écrasée et homogénéisée jusquà lobtention dune pâte plastique.128 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 97. SECTEUR DES IMCCV : BRANCHE BRIQUETERIE, CERAMIQUE ET MARBRE2 - Mise en forme ou modelage décoration se fait manuellement par desLe procédé de mise en forme consiste à spécialistes.introduire de la pâte plastique dans desmoules de formes appropriées et 5 - Deuxième cuissoncorrespondants au type des articles à Lensemble des pièces colorées estobtenir. Un temps de séjour de 48 heures introduit dans un four et subira unedes pièces moulées est nécessaire pour la deuxième cuisson à une température deprise de largile. 950°C. Les pièces dorées subiront desChaque pièce est ensuite démoulée et cuissons à 750°C.exposée à lair libre pour le séchage A la fin de cette opération, il y aura arrêtavant la première cuisson. du fonctionnement du four afin dy refroidir lensemble des pièces3 - Première cuisson progressivement.La pièce ainsi obtenue et dite ébauche Les produits obtenus sont des pièces engarde une porosité importante (de 40% à céramique de toutes sortes qui seront60% du volume total) avec des vendues sur le marché local.propriétés mécaniques limitées.Un traitement à haute température VI.1.2.6 Recensement desdonne une cohésion mécanique au nuisancesproduit préalablement mis en forme.Cest le frittage. VI.1.2.6.1 Emissions atmosphériquesPar action de la chaleur (à 1010°C), lesparticules de la matière se rapprochent Généralement, toutes les machineset se soudent, lobjet se densifie avec fonctionnent à voie humide ; pardiminution de la porosité et retrait conséquent, aucun dégagement delinéaire de 10 à 20%. poussières nest à signaler. Toutefois, laLe frittage est un procédé très complexe. manutention, le cha r g e m e n t e t l ePour le cas des matières argileuses, il y a déchargement provoquent untransformation irréversible de la matière dégagement de poussières.par destruction de la structure feuilletée Par contre, selon la nature duet formation dune phase amorphe qui combustible, une pollutionsert de liant aux grains. atmosphérique pourrait être générée.Les pièces cuites présentent une couleur Les fours électriques ou à gaz naturelrouge brique. Celles-ci sont refroidies dont la combustion est complète, ne sontpar ventilation forcée avant leur pas polluants. Les fours à fuel dégagentembellissement par différents dessins et des COV (CO2, CO), du SO2 et des NOx.couleurs. Il sagit d"une activité énergétivore, qui nécessite un suivi poussé de la4 - Coloration et décoration des pièces consommation énergétique. Dailleurs,Ces opérations nécessitent dabord la selon la réglementation tunisienne, unpréparation des colorants de base qui est audit énergétique annuel est obligatoireréalisée, à titre indicatif, de la manière pour des consommations qui dépassentsuivante : les 1000 tep/an.Dans un cylindre tournant ayant unvolume de 200 litres sont introduits 60 VI.1.2.6.2 Déchets solideslitres deaux et 100 kg de frit (sulfate de Les déchets solides sont les suivants :fer) + 5 kg de la couleur à préparer. Ce • Rebuts de production : à évacuercylindre reste en rotation pendant 12 périodiquement vers une déchargeheures. Ce temps est nécessaire pour contrôlée.avoir une couleur homogène. • Déchets domestiques : à évacuerLe contenu de ce cylindre est ensuite périodiquement vers une déchargefiltré sur un tamis fin afin de retenir les contrôlée.impuretés restantes. • Boues de colorants de base : récupéréesLe filtrat est récupéré dans des récipients et réutilisées à 100% dans le procédé deen plastique en deux phases : lune au préparation de colorants de base.fond du récipient qui constitue la • Boues de station de traitement descouleur proprement dite, lautre est une rejets hydriques : déshydratées eteau surnageante et limpide qui sera envoyées vers une décharge contrôléerecyclée à 100% lors de la prochaine ou bien valorisée dans les cimenteriespréparation des couleurs. (apport énergétique).Le produit préparé sert en tant que • Chamotte (déchets de briques) : peutcouleur de base pour les pièces à décorer être utilisée dans les chantiers pétrolierspar dautres colorants spécifiques. Cette comme agent de colmatage des puits.GUIDE ENVIRONNEMENTAL 129
  • 98. SECTEUR DES IMCCV : BRANCHE BRIQUETERIE, CERAMIQUE ET MARBRE VI.1.2.6.3 Nuisances sonores cette branche alors quelles nétaient que 57 en 2001. Seules 84 unités ont un Les équipements pour la préparation effectif supérieur ou égal à 10 personnes des colorants de bases et de la pâte en 2004. Le nombre total de personnes dargiles, selon leurs caractéristiques, employées sélève à 2 633. (Cf. tableau pourraient générer une nuisance 15 ci-dessous). sonore. Pour réduire leur niveau sonore, il est généralement nécessaire de les Trois entreprises sont totalement isoler dans des locaux fermés. exportatrices et quatre sont à capitaux mixtes. LItalie est partenaire dans trois VI.1.2.6.4 Rejets hydriques dentre elles. Lestimation de la quantité des rejets VI.1.3.1.2 Production hydriques se base sur la consommation maximale de latelier. La production en quantité a connu une croissance de 8% par an, passant de 754 • Les eaux sanitaires sont à évacuer, soit 000 m3 en 2000 à 1 020 000 m3 en 2004. dans le réseau dassainissement public En valeur, la production est passée de soit dans une fosse septique pour être 61 MTND en 2000 à 85 MTND en 2004, transportées vers une station soit un TCAM de 9%. (Cf. tableau 16 ci- dépuration publique. dessous). • Les eaux de surnageants du procédé de VI.1.3.1.3 Exportations préparation des colorants de base sont récupérées à 100% et réutilisées dans le Les exportations totales de marbre ont même procédé. progressé régulièrement avec un TCAM de 21% passant de 6 MTND en 2000 à 13 • Les eaux de nettoyage et de rinçage des MTND en 2004. Les quantités totales ustensiles devront être traitées, selon le exportées sont passées de 22 000 tonnes cas, par simple décantation ou par des en 2000 à 48 000 tonnes en 2004, soit un opérations physico-chimiques. TCAM de 21% également. La quantités exportées de marbre fini VI.1.3 Produits de carrières ont légèrement augmenté ces dernières années, passant de 7 000 tonnes en 2000 VI.1.3.1 Marbre à 8 000 tonnes en 2004, soit une hausse annuelle moyenne de 3%. VI.1.3.1.1 Entreprises, emplois et partenariat Par contre, les exportations de blocs de Plus de 200 entreprises opèrent dans marbre ont connu une hausse très130 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 99. SECTEUR DES IMCCV : BRANCHE BRIQUETERIE, CERAMIQUE ET MARBREimportante, passant de 15 000 tonnes en mêmes que celles enregistrées en 2000,2000 à 40 000 tonnes en 2004, soit un soit 86 000 tonnes. La baisse étaitTCAM de 28%. importante par rapport aux années 2001 et 2002, où les quantités ont étéLa part en quantité des exportations de respectivement de 90 000 et de 99 000blocs de marbre a augmenté ces tonnes. En valeur, les importations sontdernières années, passant de 68% en restées stables entre 13 et 14 MTND par2000 à 83% en 2004. (Cf. tableau 17 ci- an durant la période 2000-2004.dessous). La part en quantité des importations deEn 2004, les principaux clients de la blocs de marbre est passée de 84% enTunisie sont lItalie, avec une part de 2000, à 89% en 2004. (Cf. tableau 19 ci-55%, la France et la Belgique avec 9% dessous).chacune. La Libye vient en 4e positionavec 8%. Par contre, en 2000, la part de LItalie est le premier fournisseur delItalie dans les exportations a augmenté marbre de la Tunisie avec une part deprincipalement au dépend des parts de 76% en 2004, contre 92% en 2000. Il y a enla Belgique et de la France. (Cf. tableau effet eu une diversification et un18 ci-dessous). changement dans les pays fournisseurs en 2004 : nous avons vu apparaîtreVI.1.3.1.4 Importations lEspagne comme deuxième pays fournisseur avec une part de 11% et laLes quantités totales de marbre France comme troisième fournisseurimportées en 2004 ont été presque les avec 4%.GUIDE ENVIRONNEMENTAL 131
  • 100. SECTEUR DES IMCCV : BRANCHE BRIQUETERIE, CERAMIQUE ET MARBRE VI.1.3.1.5 Investissements 4 - Débiteuse : cest une machine mono Les investissements réalisés concernent disque utilisée pour : surtout le renouvellement de matériel. • Couper les bords irréguliers des Ils ont varié de 3 MTND en 2000 à 5 tranches de marbre provenant de la MTND en 2004, en passant par 6 MTND taille blocs ou de châssis à lames en 2002. diamantées. • Découper les tranches de marbre. Tab. 20 - Evolution des investissements dans la Suivant le format demandé, on branche du marbre distingue trois types de débiteuses : - Avec déplacement automatique de la table. La vitesse de coupe est réglable de façon à éviter la cassure des matériaux VI.1.3.1.6 Perspectives de fragiles. développement - Avec déplacement manuel de la table. - Avec table fixe et avance oléo- Plusieurs opportunités (marché dynamique de la tête porte disque. national et export) sont exigées dans cette branche, aussi bien au niveau des 5 - Polisseuse automatique : cest une blocs que des produits finis. Le ligne à bande transporteuse de calibrage développement des exportations pour polissage pour dalles de marbre. ces dernières années témoigne de lattrait de ce produit à léchelle 6 - Polisseuse manuelle : cette machine internationale. permet de polir toutes les tranches de formes complexes ou dont les VI.1.3.2 Procédés de fabrication dimensions dépassent celle de la largeur de la bande transporteuse du polissoir Les équipements nécessaires à la automatique. transformation des blocs de marbre en tranches façonnées à la demande des 7 - Chanfreineuse : cest une machine, en clients sont les suivants : général complètement automatisée, qui • Châssis à lames diamantées. permet de polir les bords tranchants des • Taille blocs. carreaux de marbre. • Grille. • Débiteuse. VI.1.3.3 Recensement des • Polisseuse automatique. nuisances • Polisseuse manuelle. • Fraiseuse manuelle. VI.1.3.3.1 Emissions atmosphériques • Fraiseuse automatique. • Chanfreineuse. Généralement, toutes les machines fonctionnent à voie humide sans rejet de 1 - Châssis à lames diamantées : cette pollution atmosphérique. Toutefois, en machine permet le découpage des blocs cas de dégagement de poussières, il est de marbre en tranches de 2 et 3 cm nécessaire de séquiper dun système dépaisseur. daspiration et de filtration de lair. 2 - Taille blocs : cette machine, en général VI.1.3.3.2 Déchets solides complètement automatisée, exécute la Il existe trois types de déchets solides : taille des blocs de marbre sous forme de tranches dépaisseurs et de largeurs • Chutes de production : à collecter dans programmables. Le chariot porte- une aire de stockage pour être vendues. disque peut se déplacer dans les trois dimensions : • Boue de marbre : à déshydrater à • Verticale et horizontale (oz : ox) au travers un filtre presse pour les évacuer moyen de motoréducteurs freins munis vers une décharge contrôlée ou bien à de systèmes de comptage de tours reliés valoriser dans une cimenterie (gain avec le programmeur. énergétique). • Horizontale (oy) au moyen dune centrale oléo-dynamique pour générer • Déchets domestiques : à transporter la vitesse davance réglable selon la vers une décharge contrôlée. nature du marbre.132 GUIDE ENVIRONNEMENTAL
  • 101. SECTEUR DES IMCCV : BRANCHE BRIQUETERIE, CERAMIQUE ET MARBREVI.1.3.3.3 Nuisances sonores cylindro-conique.Les équipements devront être installés 3 - Décanteur cylindro-conique : les eauxsur des socles minimisant les vibrations. floculées seront décantées dans unPour réduire leur niveau sonore, il est clarificateur cylindro-conique à partirgénéralement nécessaire de les isoler duquel les eaux claires seront évacuéesdans des locaux fermés. gravitairement dans un réservoir de stockage pour réutilisation dans leVI.1.3.3.4 Rejets hydriques circuit de fabrication.La pollution hydrique est la principale 4 - Traitement de la boue : de la partiesource de nuisance provenant des conique du décanteur, les boues serontateliers de façonnage du marbre. Cette écoulées, gravitairement, dans un bac depollution est minérale sous forme de collecte pour être pompées vers un filtrematières en suspension facilement presse favorisant sa déshydratation.décantable. Les filtrats deaux seront renvoyés vers le bassin de collecte pour être retraitésAprès leur épuration, les eaux usées avec les eaux usées industrielles.industrielles sont totalement recyclées La boue déshydratée sera recueillie etdans le circuit de production du marbre. transportée vers une décharge contrôlée.VI.1.3.3.4.1 Description du procédé detraitement• Les eaux sanitaires sont à évacuer dansle réseau public dassainissement ouvers une fosse septique étanche àvidanger périodiquement pour leurtransport vers une station dépurationpublique.•Lobjectif de traitement des eaux uséesindustrielles est déliminer la majoritédes matières en suspension pourrecycler leau traitée et déshydrater laboue produite.Les opérations de traitement sont lessuivantes :- Collecte et relevage.- Floculation.- Clarification.- Traitement de la boue.1 - Bassin de collecte et de relevage : leseaux usées seront collectées dans unouvrage équipé dun agitateur et dunepompe submergée.Le rôle de lagitateur favorise en mêmetemps lhomogénéisation et empêche ledépôt des matières décantables.La pompe submergée, commandéeautomatiquement par indicateur deniveau, relève les eaux usées vers undécanteur cylindro-conique.2 - Floculation : injection de floculantdans la conduite de refoulement de lapompe submergée vers le décanteurGUIDE ENVIRONNEMENTAL 133
  • 102. SECTEUR DES IMCCV : BRANCHE BRIQUETERIE, CERAMIQUE ET MARBRE134 GUIDE ENVIRONNEMENTAL