• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Pamoussa Ouédraogo: Vers une nouvelle vision de gestion des forêts classées péri-urbaines par l'intégration des pratiques agroforestières au Burkina Faso
 

Pamoussa Ouédraogo: Vers une nouvelle vision de gestion des forêts classées péri-urbaines par l'intégration des pratiques agroforestières au Burkina Faso

on

  • 2,617 views

Sessional paper presented by Pamoussa Ouédraogo, DGCN/Burkina Faso

Sessional paper presented by Pamoussa Ouédraogo, DGCN/Burkina Faso

Statistics

Views

Total Views
2,617
Views on SlideShare
2,614
Embed Views
3

Actions

Likes
0
Downloads
9
Comments
0

1 Embed 3

http://www.slideshare.net 3

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Pamoussa Ouédraogo: Vers une nouvelle vision de gestion des forêts classées péri-urbaines par l'intégration des pratiques agroforestières au Burkina Faso Pamoussa Ouédraogo: Vers une nouvelle vision de gestion des forêts classées péri-urbaines par l'intégration des pratiques agroforestières au Burkina Faso Presentation Transcript

    • « Aller au-delà des lois forestières » Communication (Bamako;4-8/05/09) « Vers une nouvelle vision de gestion des forêts classées péri - urbaines par l’intégration des pratiques agroforestières : Cas de la Forêt Classée de Dindéresso dans la région Ouest du Burkina Faso. ». Pour ou Contre ? Par: Pamoussa OUEDRAOGO (DGCN/Burkina Faso) Email: ouedpams@yahoo.fr
    • PLAN DE L’EXPOSE INTRODUCTION OBJECTIFS METHODOLOGIE RESULTATS DISCUSSIONS CONCLUSION
    • INTRODUCTION Située à l’Ouest du Burkina Faso, la forêt classée de Dindéresso a été créée en 1936 en application du décret du 04 juillet 1935. Elle couvre une superficie de 8 500 ha et comporte 600 ha de plantations de Anacardium occidentale. le Ministère chargé des forêt à travers le projet BKF 012-PAGREN a entrepris une intervention sylvicole dans cette entité de la FCD avec à terme la pratique d’un système agro forestier durable.
    • INTRODUCTION (suite) Au terme de la loi, une FC est un espace occupé par des formations végétales d’arbres et d’arbustes, à l’exclusion de celui résultant d’activités agricoles et qui est classée au nom de l’Etat. Seuls les droits d’usages traditionnels comme le ramassage du bois mort gisant, la cueillette des fruits et la récolte des plantes médicinales sont reconnus. (Articles 12 et 56 de la loi n°006/97/ADP portant Code forestier au Burkina Faso).
    • Sur cette base, les avis des techniciens sont partagés sur l’intégration des composantes agricoles et animales dans la mise en œuvre du PAG de la FCD. Cependant, la FCD connaît depuis plusieurs décennies une occupation à des fins agricoles. Aussi, cette FC est devenue quasiment urbaine avec l’expansion de la ville de Bobo-Dioulasso. Du reste, 11villages, 02 hameaux de cultures et la ville de Bobo-Dioulasso sont situés autour de cette forêt avec plus de 300 000 hbts.
    • OBJECTIFS. L’objectif global de cette démarche est de: concilier les objectifs de conservation durable de la FC de Dindéresso et les besoins légitimes de développement socio- économique des populations riveraines.
    • Objectifs (suite) Spécifiquement pour la forêt classée de Dindéresso, il s’agit de : caractériser les agro forestiers dans la forêt classée de Dindéresso ; proposer un plan de mise en œuvre de la stratégie de renouvellement des anacardiers assorti d’un plan d’occupation des espaces agro forestiers dans la FCD
    • METHODOLOGIE revues de littératures ; Bases juridiques de la gestion des forêts au Burkina Faso le décret du 4 juillet 1935 portant constitution du domaine forestier de l’Afrique Occidentale Française (A.O.F) ; La Constitution La constitution du Burkina Faso, adoptée le 02 juin 1991, énonce dans son préambule que le « peuple souverain du Burkina Faso (est) conscient de la nécessité absolu de protéger l’environnement ». Article 29 : « Le droit à un environnement sain est reconnu. La protection, la défense et la promotion de l’environnement sont un devoir pour tous ». La Loi n° 014/96/ADP du 23 mai 1996 portant réorganisation agraire et foncière au Burkina Faso et le décret 97- 054/PRES/PM/MEF du 06 février 1997 portant conditions et modalités d’application de la loi sur la réorganisation agraire et foncière au Burkina Faso définissent entre autres les grands principes d’utilisation des terres et, en particulier, les structures de gestion du patrimoine foncier et les procédures d’adoption des plans d’aménagement forestier et schémas directeurs d’aménagement des forêts.
    • Le Code de l’environnement (Loi n° 005/97/ADP du 30/01/1997) est le texte de référence en matière de gestion de l’environnement. Il édicte les règles relatives aux principes fondamentaux de préservation de l’environnement, aux outils et mesures de gestion de l’environnement ainsi qu’aux sanctions encourues en cas d’infraction à ces dispositions. La loi n° 006/97/ADP du 31 janvier 1997 portant Code forestier au Burkina Faso et ses textes d’application fixe, conformément à l’esprit de la politique forestière nationale, l’ensemble des principes fondamentaux relatifs à la gestion des ressources forestières et vise en particulier à établir une articulation harmonieuse entre la nécessaire protection de ces ressources et la satisfaction des besoins économiques, culturels et sociaux des populations. Le Code général des collectivités territoriales La loi n° 055/AN du 21 décembre 2004 portant Code Général des Collectivités Territoriales au Burkina Faso Cette loi détermine l’orientation de la décentralisation, les compétences et moyens d’action, les organes et l’administration des collectivités territoriales.
    • La loi d’orientation relative au pastoralisme Cette loi fixe les principes et les modalités d’un développement durable, paisible et intégré des activités pastorales, agropastorales et sylvo-pastorales au Burkina Faso. 3.3. Revue des textes législatifs applicables à la forêt classée de Dindéresso. l’Arrêté de classement N°422/SE du 27 février 1936 de la forêt classée de Dindéresso, sa superficie est de 8 500 ha ; la politique nationale d’aménagement des forêts (PNAF) au Burkina Faso ; le plan d’action national du Ministère de l’Environnement et du Cadre de Vie ; La loi n° 006/97/ADP du 31 janvier 1997 portant Code forestier au Burkina Faso et ses textes d’application La loi n° 055/AN du 21 décembre 2004 portant Code Général des Collectivités Territoriales au Burkina Faso l’arrêté conjoint n° 01-048 /MEF/MATD/MEE du 08 novembre 2001 portant institution d’un fonds d’aménagement forestier au Burkina Faso. visites de prospections et d’observations des exploitations dans la FC ; Entretiens (groupements agroforestiers, exploitants individuels, services techniques) suivant des critères retenus.
    • RESULTATS R1:CARACTERISTIQUES DES AGF une représentation féminine de 31,35 % dans les groupements (64 % d’analphabètes) ; 15 ethnies répertoriées dans les groupements enquêtés avec 27 % de groupes autochtones et 73 % de groupes allochtones (dont 60 % de mossee) ; Équipements (11,43% attelés, 1,43% motorisés et 87,14% culture manuelle); Les extrêmes d’âge sont de 35 et 83 ans avec une dominance de la classe d’âge[60-69]
    • La figure n°4 présente les effectifs d’occupation par classe de superficie. On note que 43 sur 70 soit 61,42 % des exploitants occupent chacun moins d’1ha de surface dans la FCD. 25 20 ef f ectif 15 effectifs 23 20 10 12 5 7 4 2 0 2 0 [0- [0,5- [1- [1,5- [2- [2,5- [3- [3,5- 0,5[ 1[ 1,5[ 2[ 2,5[ 3[ 3,5[ 4] classe de superficie
    • R2: Plan de mise en œuvre et plan d’occupation
    • Discussions De la nécessité du renouvellement Photo n°6 : Anacardiers sous concurrence Photo n°8 : État sanitaire des pieds herbacée avec risque de passage de feu. d’anacardiers Après abattage
    • Les atouts à la mise en œuvre de la stratégie : l’environnement organisationnel, les partenaires techniques, la contribution des plantations au financement des activités, la motivation des acteurs, l’approvisionnement de la ville de Bobo en bois énergie. Les difficultés et contraintes relevées sont entre autres : le faible niveau d’information sur la législation forestière (18,57% de fréquence de citation pour les cultures en forêt; l’insuffisance dans l’organisation des groupements ; le mode d’acquisition des Contrats de Gestion Forestière les contraintes naturelles, anthropologiques, techniques, matérielles et financières.
    • intérêt économique et social du système agroforestier dans la FCD 51% (4-5mois) et 11% couvrent les besoins vivriers annuels. 7 386 735 FCFA au titre de la vente du bois et plus de 4 000 000 FCFA pour les noix de cajou pour les exploitants à la campagne d’exploitation forestière 2007. 0,5 ha/UE= 1200 UE qui vont tirer profit des pratiques agroforestières dans la FCD ; cultures en couloirs (le problème de terres cultivables et conflits fonciers, revendications, etc.)
    • CONCLUSION Située à la lisière des lotissements urbains, une autre forme de gestion de la forêt classée de Dindéresso s’impose. Et au delà des lois forestières actuelles; nous osons croire que le système agroforestier participatif sous les plantations d’anacardiers pourra contribuer à la préservation et à la valorisation de cette portion de la forêt classée. Si la mise en culture des couloirs répond à une exigence d’entretien permanent des systèmes d’arboriculture fruitière,Il faut cependant que l’application des mesures de suivi et de contrôle soit rigoureuse et permanente.
    • Dans le cadre de la décentralisation,la forêt classée de Dindéresso doit être alors utilisée comme un moyen véritable de promotion du développement économique et social pour espérer bénéficier de mesures de préservations particulières par les collectivités en vue d’assurer la stabilité et l’utilisation des terres. Vous invitant à répondre à la question sur la finalité de nos lois protectionnistes, je voudrais partager avec vous la réflexion de Gow (1992) qui disait en effet, je cite : « La conservation tout compte fait a un caractère éminemment social…… elle doit répondre aux besoins des pauvres et des défavorisés qui, paradoxalement, sont les plus proches des richesses biologiques de la terre ».
    • MERCI POUR VOTRE ATTENTION SOUTENUE Concertation entre agroforestiers et culture attelée dans la FCD