A Tougiani & A Oumarou: Bilan et dynamique de gestion et d'exploitation des ressources forestières dans la commune rurale de Torodi, Niger
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

A Tougiani & A Oumarou: Bilan et dynamique de gestion et d'exploitation des ressources forestières dans la commune rurale de Torodi, Niger

on

  • 1,641 views

Session presentation by Abasse Tougiani and Amadou Oumarou

Session presentation by Abasse Tougiani and Amadou Oumarou

Statistics

Views

Total Views
1,641
Views on SlideShare
1,640
Embed Views
1

Actions

Likes
0
Downloads
2
Comments
0

1 Embed 1

http://www.slideshare.net 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

A Tougiani & A Oumarou: Bilan et dynamique de gestion et d'exploitation des ressources forestières dans la commune rurale de Torodi, Niger A Tougiani & A Oumarou: Bilan et dynamique de gestion et d'exploitation des ressources forestières dans la commune rurale de Torodi, Niger Presentation Transcript

  • Bilan et dynamique de gestion et d’exploitation des ressources forestières dans la commune rurale de Torodi, Niger Abasse Tougiani et Amadou Oumarou
  • Plan de Présentation • Rappel historique sur la gestion et l’exploitation forestière dans la Commune; • Méthodologie • Résultats et Discussion • Conclusion et recommandations
  • Rappel historique sur la gestion et l’exploitation forestière dans la Commune • Modes de gestion des ressources naturelles fondés sur des règles, tabous et interdits sociaux avec lesquelles elles arrivaient à vivre en harmonie avec leur milieu; • rupture avec les anciennes pratiques est survenue à la période coloniale: texte de base de la législation forestière coloniale fut le décret du 4 juillet 1935 fixant le régime forestier en AOF, domaine forestier comme constitué par: les forêts de différents régimes, c’est-à-dire les terrains dont les fruits exclusifs ou principaux rentrent dans la catégorie des produits forestiers et ne constituent pas de produits agricoles ; les périmètres de restauration où, la mise en réserve ou en régénération s’impose View slide
  • Rappel historique sur l’exploitation forestière dans la Commune(suite) • A partir de 1974: Gestion des ressources basées sur la Loi 74-7 du 4 mars 1974 fixant le régime forestier, héritée de la loi coloniale; Gestion coercitive des forêts; monopole d’exploitation du bois aux commerçants transporteurs qui effectuaient des ponctions sur les ressources forestières à partir des permis délivrés par l’administration forestière; View slide
  • Rappel historique sur l’exploitation forestière dans la Commune(suite) • Echec de la gestion par les coopératives forestières, • Adoption en 1988 de la stratégie énergie domestique par le gouvernement de la république du Niger appuyé par les bailleurs; • Adoption de l’Ordonnance 92-037 du 21 août 1992 portant organisation de la commercialisation et du transport du bois dans les grandes agglomérations et la fiscalité qui lui est applicable : légitimité de gestion des ressources forestières par les Structures Locales de Gestion; introduction du concept de marché rural à la place des coopératives (Marché Rural Orienté et Marché Rural Contrôlé); • loi N° 2002-012 du 11 juin 2002 déterminant les principes de la libre administration de régions, départements et communes ; • loi N° 2002-013 du 11 juin 2002 portant transfert de compétences aux régions, départements et communes; • loi 2002-014 du 11 juin 2002 fixant le nom de leur chef lieu;
  • Rappel historique sur l’exploitation forestière dans la Commune(suite) • Adoption de loi N° 2004-040 portant régime Forestier au Niger qui – accorde aux collectivités territoriales une place centrale dans la gestion du patrimoine forestier national; – crée un patrimoine forestier des collectivités territoriales. • 2007 : démarrage du Projet de Gestion Forestière Communale et Communautaire sur financement de l’UE dans la Commune de Torodi, – accompagner la gestion des ressources forestières dans le nouveau contexte de décentralisation suivant une approche schéma d’aménagement à l’échelle de la commune.
  • Méthodologie • Établissement d’un état des lieux de l’exploitation forestière de la Commune - Collecte de données secondaires(acquis scientifiques et techniques, textes de loi et les statistiques forestières) – diagnostic sur l’exploitation des ressources forestières 1. Enquête sur le flux de commercialisation(trafic bois) 2. Enquêtes sur le mode de fonctionnement des marchés ruraux de bois-energie et de structures locales de gestion 3. Enquête au niveau des Commerçants transporteurs de bois - énergie 4. Enquête sur l’exploitation des produits forestiers non ligneux; - Cartographie et évaluation des ressources forestières,
  • Méthodologie(suite) – Echantillonnage 72 villages dont 62 dotés d’un marché rural de bois et 62 structures de gestion des marchés ruraux. , fonctionnel ou non, dix (10) autres villages situés hors de la zone d’exploitation des marchés ruraux; - Evaluation de la ressource:
  • Méthodologie(suite) Objectifs d’enquête: , Evaluer les actions en matière de gestion forestière, Caractériser les modes d’exploitation de la ressource, Evaluer le niveau d’organisation de la SLG sur la base de critères de qualité, Quels sont les volumes de bois exploités, comment et avec quelles conséquences en termes d’évolution des ressources forestières, Quelle est la contribution des marchés ruraux de bois - énergie au développement socio-économique de la zone, Quels sont les produits forestiers ligneux et non ligneux actuellement exploités dans la commune et quelle est leur importance sociale et économique relative dans l’économie villageoise,
  • Résultats • Localisation et Zonage de la Commune rurale de Torodi Quatre zones écologiques peuvent schématiquement être distinguées en fonction de leurs conditions géomorphologiques naturelles, du potentiel forestier et des caractéristiques socio-économiques zones écologiques de la Commune Rurale de Torodi localisation de la Commune Rurale de Torodi
  • Evolution des ressources des terroirs depuis 10 ans Forte Non Ressources Amélioration Dégradation dégradation Stabilité déterminé Total Disponibilité en terres de culture 7 15 26 24 72 Fertilité en terres de bas fonds 12 24 17 16 3 72 Fertilité des autres terres de culture 13 28 10 21 72 Ressources en eau pour les ménages 15 20 15 22 72 Ressources en eau pour les animaux 10 26 18 18 72 Ressources en eau pour l'irrigation 6 13 38 12 3 72 Ressources fourragères 12 28 15 16 1 72 Ressources en bois de feu 22 24 9 16 1 72 Ressources en bois de serice 20 23 13 16 72 Production gomme arabique 14 30 18 8 2 72 Présence d'animaux sauvages 1 13 51 3 4 72 Produits de cueillette A.senegal(Gomme), A. digitata(feuilles et pain de singe, V. paradoxa(fruits,beurre) 2 12 14 5 39 72 Source: Enquête Villages – Gesforcom - juillet 2007 tendance générale est la dégradation des ressources localisée. Si la ressource se dégrade, qu’en est il réellement?
  • Flux de bois-énergie • Evaluation du flux de bois Zone agro Quantité de Flux de bois écologique bois (stère) Pourcentage Digbari 66 085 22% En fonction Goroubi 37 059 12% de la zone agro Gourma 174 197 59% écologique Sirba 20 250 7% Total 297 590 100% Bicycle 527 0% Charrette 18 224 6% En fonction Particulier 2 809 1% du moyen de transport Transport en commun 3 155 1% Camion 272 874 92% Total 297 590 100% En fonction Incontrôlée 56514 19% du type Contrôlée 66447 22% d'exploitation Orientée 174629 59% 800 stères sont en moyenne transportés par Total 297 590 100% Saison sèche jour de Torodi vers Niamey, chaude 84 579 28% 25 camions par jour en saison sèche; En fonction des saisons Saison des 10 camions par jour en saison des pluies de pluies 96 523 32% Torodi vers Niamey; Saison sèche Quantité de bois exportée: 300 000 stères froide 116 488 39% Total 297 590 100% soit 20% de la consommation de Niamey .
  • Rapports entre les flux de bois et la production annuelle exploitable (quota renouvelable) • Rapport entre les flux de bois et les quotas Zone agro flux de bois quota Bilan % 68% des quotas sont seulement extraites. Par contre l’exploitation, écologique (stère) (stère/ans) (stère) quota/flux) mal régulée, est très inégalement répartie dans l’espace communal. Digbari 66 085 33 904 -32 181 195% Des zones comme le Gourma et le Goroubi 37 059 62 705 25 646 59% Digbari sont respectivement à 104 et 195% de leur quotas alors que la Gourma 174 197 167 295 -6 902 104% Sirba potentiellement boisée n’en est qu’à 12%. Sirba 20 250 172 016 151 766 12% Total 297 590 435 920 138 330 68% Sources:Enquête flux et inventaires forestiers GESFORCOM 2007
  • Fonctionnement des marchés ruraux • 5% seulement des marchés ruraux respectent les normes d’exploitation; – Assiettes de coupe(hauteur, diamètre, quotas, espèces, parcellaire,). • accroissement des défrichements agricoles des blocs forestiers; • Il y a assurément un disfonctionnement du dispositif du contrôle forestier tant au niveau des marchés ruraux, que sur les axes routiers
  • Gestion des marchés ruraux Appréciation de la population sur la gestion de la SLG Villages Répartition des villages concernés par zone Appréciation de la SLG Nombre Fréquence Digbari Goroubi Gourma Sirba Total Très satisfaisante 19 26 % 2 16 1 19 Assez satisfaisante 19 26 % 1 2 14 2 19 Peu satisfaisante 10 14 % 1 4 5 10 Pas du tout satisfaisante 11 16 % 2 4 5 11 Non déterminée 13 18 % 2 3 4 4 13 Total 72 100 % 5 8 42 17 72 Source: Enquête Villages – Gesforcom - juillet 2007 52% villages (38) apprécient assez bien voire très bien; Tandis que plus de 29% trouvent que la gestion est peu satisfaisante voire pas du tout satisfaisante
  • Point de vue des villageois sur les marchés ruraux Principaux effets positifs Principaux effets négatifs Suggestions des villages • Forte diminution de l’exode • Diminution des ressources • Réorganiser la SLG (élections) • Réduction de la pauvreté forestières et du potentiel • Former les membres de la SLG • Amélioration de la sécurité gommier (50% des villages) • Aménager les pistes (Sirba) alimentaire • Moins bonne régénération de • Transformer le MRO en MRC • Augmentation du nombre de la forêt et régression de • Doter le MR en charrettes mariages l’espèce Combretum nigricans • Eviter la mévente du bois • Diminution des ressources (Sirba) pastorales • Instaurer la concertation communale, • etc. « Le marché rural a apporté de la richesse et freiner l’exode. Autrefois, c’est le père qui mariait ses fils. Maintenant ce sont les jeunes qui se marient avec l’argent du bois »
  • Premières actions soc économiques réalisées sur fonds SLG Réalisations socio-économiques Nombre MR Fréquence Domaine sanitaire 14 22 % Alimentation en eau 14 22 % Actions sociales, humanitaires et crédits 9 15 % Domaine alimentaire 6 10 % Domaine éducatif 6 10 % Domaine religieux 5 8% Aménagement des pistes 1 2% Non déterminée 7 11 % Total 62 100 % Source: Enquête SLG – Gesforcom - juillet 2007
  • Chiffre d’affaires de la filière bois-énergie à l’échelle communale 6% 2% 2% 2% Trésor Public 3% Fonds forestier de la collectivité 5% Autres fonds de la collectivité Fonds forestier du village Caisse villageoise 80% Ristourne au gestionnaire de la SLG Chiffres d'affaires des exploitants de bois En 2007 le chiffre d’affaire des recettes hors taxe est de 500 Millions, les taxes sont évaluées à 50 milllions
  • gestion des Structures Locales de Gestion (SLG) • Gestion peu démocratique des SLG (accaparées par un groupe de personnes influentes), • Marginalisation des femmes, quasiment absentes de la gestion des SLG, • Contrôle difficile de l’activité des bûcherons par les SLG et/ou par les villageois, ce qui devient une source de conflits dans les villages.
  • Relations entre les marchés ruraux et les autres acteurs • Déficit de communication entre SLG et villages, souvent mal ou pas informés des activités du marché rural, • Existence de conflits autour des ressources ligneuse, pastorale, foncière etc., • Relations difficiles entre les marchés ruraux, la Commune et les agents forestiers
  • Exploitation des principaux produits forestiers ligneux et non ligneux • Importance socio- économique des formations forestières Bois représente 61% des produits forestiers exploités pour la vente dans les villages; une diversité de produits forestiers non ligneux : la gomme, les fruits et/ou feuilles des espèces suivantes : Adansonia digitata, Cassia tora, Vitellaria paradoxa, Boscia senegalensis, Diospyros mespiformis, Tamarindus indica.
  • Exploitation des principaux produits forestiers ligneux et non ligneux(suite) V g illa e R p rtitio d sv g sp rzo ea roé o g u é a n e illa e a n g c lo iq e P d itsfo s rs1 N mre % ro u re tie ob D b ri G ro b G u a S a T ta ig a o u i o rm irb ol B is o 43 61 4 5 19 15 43 Gm e om 16 22 16 16 A e so iad ita d n n ig ta 4 6 2 2 4 C ssiato a ra 3 4 1 2 3 V lla p ite ria 3 4 3 3 B scias o 1 1 1 1 D sp ro m io y s 1 1 1 1 T mrin u in ica a a ds d 1 1 1 1 T ta ol 72 10 0 5 8 42 17 72 Source: Enquêtes Villages-Gesforcom-juillet 2007 La gomme et les feuilles de baobab sont les deux premiers produits non ligneux exploités dans les villages
  • Femmes et enfants, premiers bénéficiaires des PFNL La gomme est le premier produit cueilli par les femmes dans 60% des villages; les feuilles de baobab dans 24% des villages; Ces proportions sont respectivement de 47% et 11% pour les enfants .
  • Cartographie et évaluation des ressources Réalisation analyses spatiales à partir des cartes d’occupation, structurées autour des ensembles: • zones forestières comprenant : les galeries forestières, les savanes, les fourrés (brousse tigrée et diffuse) ; • zones de culture (cultures pluviales continues, cultures pluviales sous parc arboré, les jachères). • terrains marginaux et établissements humains : plateaux dénudés et terrains rocheux, les talus dégradés et escarpements, les glacis érodés ou encroûtés, les villages et chef lieu de commune
  • Cartographie et évaluation des ressources Inventaires forestiers: • Relevé de l’effectif des tiges exploitables des 3 Combrétacées (GS, CM et CN); • Tarifs de cubage "peuplement" utilisés pour l'estimation du volume de bois exploitable différents en fonction des faciès rencontrés (F1 = brousse structurée linéaire (tigrée), F2 = brousse à niveau d’organisation structurale mixte, F3 =brousse diffuse volume de bois sur pied à l’échelle de la commune est de 8 281 845 stères. La production annuelle (752 895 stères) est d’environ 9% du volume sur pied. Le volume annuel exploitable et renouvelable (quota) est l’ordre de 435 919 stères soit 20% de la consommation annuelle de Niamey centre d’approvisionnement. • Le Gourma et la Sirba concentrent avec une part égale 77% du volume de bois exploitable dans la commune
  • Conclusion et recommandations • Actualisation/ transformation des marchés ruraux de bois; • Modulation/régulation de la vente du bois en fonction des zones et des saisons; • Amélioration du système de suivi statistique des recettes et productions forestières; • Redynamisation des SLG et fédérations; • Installation, dynamisation des commissions foncières; • Appui à la filière gomme de Combretum nigricans; • Mise en place de comptoirs de gomme • Mise en place d’un système de suivi et contrôle décentralisés de l’exploitation du bois