Your SlideShare is downloading. ×
0
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Ville indistruelle
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Ville indistruelle

492

Published on

1 Comment
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
492
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
12
Comments
1
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. La ville industrielle
  • 2. Présentation:  l’époque de la révolution industrielle, la constitution de manufactures puis d’usines, prend le relais comme moteur de la nouvelle urbanisation. La ville industrielle est en effet le lieu ou les facteurs de production sont regroupés dans des usines et des ateliers afin de bénéficier des avantages de la division du travail. dans un monde ou les coûts lies a la distance chute brutalement .
  • 3. •LA REVOLUTION INDISTRUELLE •LES CHANGEMENTS DES TECHNIQUES DE CONSTRUCTIONS Le mot « construction » désigne à la fin du 17e siècle un certain nombre d’applications techniques: bâtiments publics et privés , routes , ponts , canaux , mouvements de terrain et des équipements urbains:aqueducs et égouts. Les principaux changements peuvent se résumer en trois points : PREMIEREMENT: La révolution industrielle modifie la technique de construction , même si cela est moins apparent que dans d’autres secteurs. Les matériaux traditionnels: pierre , brique , bois sont travaillés de manière plus rationnelle et sont distribués plus facilement. A ceux-ci viennent s’ajouter de nouveaux matériaux tels que la fonte , le verre , et plus tard le ciment. DEUXIEMENT: Les quantités mises en jeu augmentent. On construit des routes plus larges , on amplifie le profil des canaux. Le nombre des voies de communication par eau et sur terre et les migrations nécessitent la construction de logements. TROISIEMENT: Les bâtiments et les équipements en pénétrant dans l’économie capitaliste ne sont plus conçus comme des constructions faites une fois pour toutes mais sont plutôt considérés comme des investissements qu’on peut amortir comme les autres moyens de productions .
  • 4. Machine à vapeur de Newcomen: Entre 1705 et 1725, l'ingénieur et inventeur anglais Thomas Newcomen développe la première machine à vapeur employant la pression atmosphérique. Mise en service dès 1712 en Angleterre puis à l'étranger, elle est utilisée dans les mines où elle pompe jusqu'à 500 litres d'eau par minute. Elle est améliorée au cours du XVIIIe siècle par James Watt pour devenir la machine à vapeur. Corbis
  • 5. FILATURE AU LANCASHIRE  En Angleterre, la mécanisation des industries au xviiie siècle a touché, en premier lieu, l''industrie textile. Sur cette photographie plus contemporaine, des femmes travaillent dans une filature du Lancashire, au nordouest de l'Angleterre.
  • 6. Cormon, Une forge Fernand Cormon Une forge, 1893. Huile sur toile, 72 × 90 cm. Musée d'Orsay, Paris. Bridgeman Art Library, London/New York/Musee d'Orsay, Paris, France/Reunion des Musees Nationaux
  • 7. Industrialisation de La Nouvelle-Orléans (Louisiane) Capitale de la Louisiane jusqu'en 1880, La NouvelleOrléans constituait, en 1884, l'un des principaux centres économiques des États-Unis. Le commerce de la canne à sucre et du coton a fait la prospérité de la ville, grâce à un trafic intense sur le Mississippi. L'activité fluviale a cependant décliné avec l'essor des chemins de fer. Library of Congress
  • 8. Tour Eiffel Construite sur le Champde-Mars par l'ingénieur Gustave Eiffel, pour l'Exposition universelle de Paris de 1889, la tour Eiffel mesure, antenne comprise, 334 m de hauteur — les travaux sur l'antenne en mars 2005 ont permis une surélévation de l'édifice qui mesurait jusqu'alors 324 m. Elle est l'une des plus belles réalisations de l'architecture métallique, en vogue à la fin du xixe siècle.
  • 9. VICTOR DUMAY ET HENRY DARCY OBTIENNENT EN 1951 LE PASSAGE DE LA VOIE FERRéE PARIS_LION _MARSEILLE PAR DIJON QUI DE SE FAIT VA CONNAÎTRE UNE EXPLOITATION INDUSTRIELLE SANS PRECEDENT
  • 10. •L’invention d’un nouveau paysage urbain tel est le défi des hommes du XIX° siècle face aux bouleversement de la révolution industrielle. Les progrès techniques, les exigences économiques, les pressions sociales ont des répercussions profondes sur l'urbanisme: en quelques décennies le monde urbain change et ce changement peut se résumer en un mot: NOUVEAUTÉS. 
  • 11. Ce mot se décline en plusieurs thèmes: nouvelles rues, nouveaux bâtiments, modes de circulation, matériaux, centres de pouvoir, nouvelles villes. C'est à tout cela que va s'attaquer Napoléon III avec le concours du préfet Haussmann quand il décide de percer la "Grande Citrouille" c'est-àdire aérer Paris.
  • 12. L’architecte RENAULD BILLANCOURT remarque que l’usine la gare est le symbole du nouveau batiment( il faut inventer une construction qui n’a pas de précèdent ) •LES LAMPADAIRES Fonctionnant au gaz puis a l’electricité , ils remplacent les quelques rares lanternes a huile du 18 siecle et se multiplient rapidement dans les grandes villes.
  • 13. •CONSTRUCTION DES NOUVEAUX TEMPLES
  • 14. ETUDE DE DOCUMENTS classe de première Naissance d'une ville industrielle et portuaire: Saint-Nazaire, « la petite Calfornie
  • 15. UN EVENEMENT QUI AMORCE LE CHANGEMENT En 1808, Napoléon lors d'une visite dans l'estuaire de la Loire demanda à examiner les plans de l'anse de la Ville Halluard. Son esprit fut frappé de la situation exceptionnelle que la nature avait créée; il avait compris le parti que l'on pouvait en tirer et demanda à l'administration des Ponts et Chaussées de préparer un projet pour l'implantation à Saint-Nazaire d'un port fortifié avec un arsenal militaire. Les difficultés et les guerres de l'Empire ont bloqué les décisions. Par la suite, après de nombreuses interventions, c'est en 1837 que se fit le choix de Saint-Nazaire comme "avant port de Nantes". ( . . . j Car, il faut le dire, un véritable problème de navigation sur la Loire entre St-Nazaire et Nantes existait : les navires étaient de plus en plus importants et avaient un tirant d'eau incompatible avec l'envasement du fleuve soumis aux marées, aux courants, qui plus est.(. . .)
  • 16. CARTE GEOGRAPHIQUE DE LA VILLE DE NAZAIRE
  • 17. LA VILLE DE SAINT-ETIENNE la période révolutionnaire posa les bases du développement de la première ville industrielle de France, l'achat des propriétés du clergé par la municipalité ayant offert la possibilité de tracer un nouvel axe Nord-Sud Roanne/Paris et Annonay/Méditerranée matérialisé par la grande rue actuelle. Le plan de 1792, plan fondateur du Saint-Étienne moderne, établi par l'architecte voyer Pierre Antoine Dalgabio, prévoyait la construction d'un lotissement à l'emplacement des terrains des religieuses de Sainte-Catherine. Il n'hésita pas à faire passer la voie principale (la nouvelle route de Roanne) à travers les bâtiments du couvent, le condamnant à la démolition. Par cette nouvelle route d'entrée dans la ville, Saint-Étienne est ainsi reliée directement à Paris, et projette déjà une route vers la Méditerranée.
  • 18. Terrassa, ville industrielle et moderniste  Les origines de la transformation industrielle de Terrassa, remontent au premier tiers du XXe siècle et se doivent principalement au développement de l'industrie textile lainière. Les améliorations techniques commencent grâce à la machine à tisser (1832) et à la machine à vapeur (1833) et peu de temps après, à partir de 1845 plus exactement, les métiers Jacquards, une pièce clé dans l'essor du secteur textile, commencent à être installés dans les filatures.
  • 19.   * Terrassa *
  • 20. •Montréal, ville industrielle, 1850-1896   Introduction: Vers 1850, Montréal a déjà deux siècles d'existence. Métropole commerciale et important port de mer, la ville est la plus peuplée de l'Amérique du Nord britannique. Montréal amorce alors une nouvelle phase de son histoire, qui fera d'elle le plus grand centre industriel du nouveau Canada. Sa population et son paysage seront transformés de manière durable par les forces que déclenche le processus d'industrialisation.
  • 21.  L'impact de l'industrie L'expansion de Montréal pendant la seconde moitié du XIXe siècle découle principalement de l'implantation de l'industrie manufacturière. Le Canada connaît en effet une première vague d'industrialisation à partir des années 1840, puis une seconde dans les années 1880. Après l'union du Haut et du Bas-Canada, en 1840, le marché intérieur canadien atteint une taille suffisante pour soutenir une production manufacturière autonome dans certains secteurs et se libérer ainsi des importations. Ce marché s'agrandit encore en 1867, grâce à la Confédération, puis au cours des années suivantes au lendemain de l'acquisition des Territoires du Nord-Ouest et de l'intégration de la Colombie-Britannique. Il est tout naturel qu'une partie importante de cette nouvelle activité de production se concentre dans la ville qui se trouve au coeur même des réseaux de transport, de commerce et de finance du pays.
  • 22. CITE DE MONTREAL
  • 23.  À l'instar de la fabrication de chaussures, le secteur de la confection de vêtements prend aussi une grande importance dans l'industrie manufacturière montréalaise. Cette production est dispersée dans de nombreux petits ateliers situés à proximité du centre-ville. De son côté, le textile s'implante en banlieue, où sont érigées de grandes usines dont celle de Victor Hudon (1812-1897), à Hochelaga. Ces usines sont spécialisées dans la fabrication de tissus de coton. À cette même époque, Montréal devient aussi le plus important centre canadien de transformation du tabac. Enfin, dans le vaste secteur de la production alimentaire, la ville attire de nombreuses industries : minoteries, raffineries de sucre, brasseries, distilleries, salaisons, fabriques de biscuits, etc.
  • 24. •L'existence du secteur du matériel ferroviaire est liée à la présence des deux grandes entreprises de chemins de fer, le Grand Tronc et le Canadien Pacifique. Autour d'elles gravitent de nombreux fournisseurs. Les entreprises montréalaises du secteur produisent des locomotives et des wagons ainsi que les pièces qui entrent dans leur fabrication. Ce qui frappe déjà à cette époque, c'est la diversité de l'industrie montréalaise, où sont représentés la plupart des grands secteurs manufacturiers.
  • 25.  L'activité manufacturière fait naître au sein de la ville ce qu'on appelle un paysage industriel. Les usines ont tendance à s'installer près du port ou des voies ferrées. Autour d'elles s'agglutinent des résidences ouvrières. Aucune zone n'illustre mieux ce phénomène que celle du canal de Lachine, berceau de la grande industrie montréalaise. On y trouve, entre autres, les ateliers du Grand Tronc, des usines fabriquant de la machinerie et d'autres produits du fer et de l'acier, des filatures, la raffinerie de sucre Redpath ; les employés habitent les rues avoisinantes.
  • 26.  En marge du canal de Lachine, une deuxième zone industrielle se dessine, cette fois-ci dans l'est de la ville, dans le quartier Sainte-Marie, puis dans celui d'Hochelaga. On y trouve en particulier de nombreuses entreprises de chaussures, des manufactures de produits alimentaires, dont la brasserie Molson et la biscuiterie Viau, et l'usine de tabac Macdonald. On y trouve aussi les ateliers du Canadien Pacifique et ceux de la compagnie de tramways. Au nord du centre-ville se développera une troisième zone, celle de l'industrie du vêtement.
  • 27. CONCLUSION  La société montréalaise de la fin du XIXe siècle constitue un ensemble complexe, une juxtaposition d'univers distincts en interaction constante. Ces univers eux-mêmes sont le fruit de nombreuses transformations survenues en l'espace d'un demi-siècle. L'industrialisation joue un rôle particulièrement important dans ces transformations. Elle façonne un nouveau paysage urbain et tisse un nouveau tissu social. Elle bouleverse les façons de produire, mais aussi les manières de consommer. Elle accentue les écarts entre les possédants et les démunis. Malgré leurs différences, les Montréalais et les Montréalaises partagent tout de même un sentiment d'appartenance à une ville, leur ville.

×