Planification urbaine 04

  • 6,574 views
Uploaded on

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
6,574
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
5

Actions

Shares
Downloads
5,511
Comments
0
Likes
4

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Présenté par: Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique Université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou Faculté génie de la construction Département d’Architecture THEME DE L’EXPOSE : Atelier : 04ème année Groupe:02 Encadré par :- Mr BETRONI .O -Mme Mezaghrane .z - AMMARI Razik - AMOUR Farid
  • 2. PLAN DE TRAVAIL INTRODUCTION I -Evolution de la ville  1er phase  2eme phase  3eme phase -La ville un ensemble de variable II – la planification urbaine  Définition  objectifs  objets -Les formes de la planification urbaine
  • 3. III-le cas de l’Algérie o La politique urbaine en Algérie o Les instruments d’urbanisme o Chronologie et les différents instruments o Le plan d’urbanisme de l’ile de France o comparaison o Les actes Conclusion
  • 4. (1) En tant que tissu de l’organisation humaine, la ville est aujourd’hui un système complexe ;a un premier niveau, l’urbanisme concerne l’aménagement des quartiers et la création des services publics indispensables. A un second niveau, il concerne le milieu socioculturel. Jusqu’ici confronté a de multiples problèmes. la planification est plus particulièrement centre sur ces problématiques d’urbanisme et de transport. INTRODUCTION
  • 5. évolution de la ville On peut distinguer au moins trois phases dans l’évolution des villes : La première phase La première phase débute il y a 5.000 ans environs, avec les premiers établissements humains qui donneront naissance aux civilisations établies dans les grandes vallées de la Mésopotamie (Iraq actuel) de l’Egypte, de l’Inde et de la Chine et plus des établissements de la civilisation antique en Grèce ,en Iran, à Rome .
  • 6. La deuxième phase La deuxième phase de l'histoire des villes coïncide avec la révolution industrielle en Europe, au milieu du 19ème siècle. Au cours de cette phase les villes connaîtront une croissance continue et une modification de mode de vie qui seront amplifiées par : L’essor de l’industrialisation rendu possible par le progrès technique La multiplication des échanges commerciaux et l’accès à des matières premières bon marché dans les colonies pour alimenter les usines européennes .
  • 7. La croissance soutenue des villes va favoriser la constitution de premières métropoles urbaines et leurs cortèges de problèmes. Les villes commencent alors à devenir moins conviviales, plus automatisées, plus chaotique très polluante etc. Cette époque connaîtra des travaux et des tentatives qui consistent à remédier au disfonctionnement engendré par la révolution industrielle .
  • 8. a/ Tentatives des utopistes et hygiénistes: Le phalanstère de charl Fourier Fourrier compose un groupe de 1620 personnes d’origine social diverses, ce groupe est appelle « phalange »,il sera propriétaire de 250h et habitera dans un grand bâtiment unitaire. Le phalanstère signifie : phalange = un groupement stère = monastère
  • 9. Fourrier le décrit comme une ville miniature ou les rues seront couvertes (galeries). Il le décrit aussi comme un édifice monumental, une communauté idéal en la modelant sur ceux de versailles,en affectant le bâtiment centrale a des fonctions publiques telles que :le refectoire,bibliothéque,jardin d’hiver et d’étè ... Aet O jardin interieursA O E E entree principale P cour S,Y,Z edifices annexes p x y
  • 10. La cité jardin d’Ebenezer Howard Définition :la cite jardin est un organisme urbain avec un mode de vie agréable pour les riche et pour les pauvres . Le but est de réalisée une synthèse entre la ville et la compagne Les caractéristiques de la cite jardin -une large ceinture de terrains agricoles qui empêchera l’éxtention -les usines sont situées a la périphérie -sur les trente mille habitants prévu deux mille seront agriculteurs -pour le tracé de la ville Howard opte pour le plan radioconcentrique -au centre un grand jardin de 2.2 H autour de ce jardin sont disposées Les grands édifices publics (hôtel de ville , sale de conférence ,muses )
  • 11. 1) Letchworth Angleterre: 1903 ,construite sous le modèle economique :35000habitants Exemples de cités réalisées: 2)Welwyn Garden city:1919 cité jardin située a 35km de Londres ,considérée comme la 2eme cité jardin -Ces modèles sont sur le plan théorique a l’opposé de la ville industrielle, en effet ils déplacent l’accent mis sur la liberté individuelle vers l’organisation collective. -Ils sont le fruit de la protestation contre les conditions de vie inacceptable et la misère des taudis de l’environnement industriel.
  • 12. La troisième phase débute après la 2ème Guerre mondiale, notamment à partir de 1950 où est survenue l’expansion la plus forte et la plus rapide des villes dans le monde. Vers la fin du 19ème siècle, l’urbanisation s’est accélérée sous l’effet de la multiplication et l’internationalisation des échanges économiques et l’agrandissement rapide des agglomérations. La Troisième phase
  • 13. Depuis le milieu du 19ème siècle, les phénomènes de désorganisation urbaine ont pris de l'ampleur, au point de devenir quasiment incontrôlables par les collectivités locales. L'étalement de la ville , l’implantation des industries la croissance de la population se font spontanément et anarchiquement échappant au contrôles des pouvoirs publics Parallèlement on observe une évolution de la dégradation des conditions de logement et des poches de misère. C'est dans ce contexte que l'idée de planifier et de rechercher un nouveau contrôle des mouvements urbains s'est imposée aux consciences collectives.
  • 14. 1/ LA VILLE : CONCEPT, ORIGINE ET EVOLUTION La ville : un cadre physique  La ville est un ensemble de construction rapprochées dans un même site et desservies par des voiries et réseaux divers , c’est un espace construit dans un site naturel ; sa localisation est déterminée par l’économie ou la politique qu’elle soit spontané ou volontairement crée
  • 15. La ville : cadre privilégié de rencontre inopinée La ville est un regroupement de population et d’activités durablement stabilisées sur un territoire restreint . Cette proximité physique favorise certes, des rencontre souhaitées, mais aussi et surtout des interrelations subies ou inopinées.
  • 16. La ville : un lieu de centralité La ville abrite des activités et des groupes humains qui non seulement se juxtaposent mais aussi sont interdépendants. Le processus à la base de l’interdépendance des activités et des hommes est dénommé centralité. On peut distinguer plusieurs types de centralité :  le marché qui permet et régule les échanges économiques ;  le pouvoir politique qui contrôle, redistribue et institue des règles de coexistence entre groupes sociaux
  • 17. La ville : une fonction politique La ville est le site de l’expression, de la diffusion des idées, de la lutte ; la ville capitale organise les dominations et couvre les révolutions. La fonction politique ou administrative est donc la fonction privilégiée de la ville.
  • 18. la ville : une mosaïque La ville se compose de populations et d’activités qui ne se distribuent à travers des quartiers, de manière non uniforme dans des unités de voisinage typés, voire cloisonnés. La ville est une mosaïque parce qu’elle abrite toujours une juxtaposition d’emprises et de constructions hétérogène voire hétéroclite qui échappera toujours à toute volonté d’une opération d’urbanisme Visant à introduire des éléments de cohérence et de lisibilité dans un paysage façonné par l’urbanisme spontané.
  • 19. Les villes consomment de plus en plus d’espace, ce qui a engendré un modèle d’étalement en tâche d’huile par remplissage des espaces vides. D’autre part Les administrations locales ont des difficultés à maîtriser ce phénomène d’urbanisation. Qui reste souvent désorganisée avec croissance incontrôlée . Pour cela, La planification urbaine est primordiale pour le développement des villes . II/ la planification urbaine
  • 20. a-définition C’est une méthode récente qui permet d’organiser les potentialités d’un milieu , d’en promouvoir des ressources et de créer des biens toute en respectant le cadre de vie des habitants actuels et futurs , elle consiste à maitriser l’utilisation des sols et des communications en promouvant délibérément l’aménagement et d’établir l’équilibre nécessaire entre population et équipements (espaces publics , espaces vers , réseaux d ’eau potable ,d’assainissement , réseaux de communication . . . )
  • 21. Friedman : la vision globale en planification urbaine se faire D’abord a la conscience que la ville est un système de variables sociales et économiques reliées entre elles ;qui œuvrent dans l’espace et pour se faire il faut que : Les programmes fonctionnels respectent le système urbain de relation . Les couts et les gains de ces programmes soient calculer sur une base aussi large que possible . Que les programmes individuels intègrent toutes les variables en cause .
  • 22.  Il y’a en premier lieu l’accéssibilité du milieu a aménager (le choix de la localisation )  Les qualités esthétiques (visuelles )de l’environnement (paysage) urbain et régional sont particulièrement prise en charge , elles constituent l’un des objectifs majeurs de la planification urbaine  Conformité des conditions de vie aux règles de santé et d’hygiène publique (c’est la particularité des zones résidentielles ) ; cet objectif remonte aux origines de la planification moderne en 1954 avec la révolte des classes moyennes en Angleterre contre les conditions de logements dans les villes au milieu du XIX siècle . « en Amérique l’objectif prioritaire de la planification urbaine était de donner à chaque famille un logement saint et un cadre de vie confortable » Weber 1963 . b-objectifs
  • 23. C- LES OBJETS Partant du sol nu, le plus souvent affecter a l’usage de l’agriculture, les mécanismes relevant de la planification urbaine vont mettre en place des équipements et des établissements humains donc ces objets sont: 1) Le sol  2) Le logement 4) Les équipements publics 5) Voirie et transports en commun
  • 24. Les formes de la planification urbaine Les pratiques de planification urbaine sont qualifiées de modes dont ils existent : a)La planification de composition ou de plan masse : Il fait du plan l’instrument fondamental de la planification urbaine, donc la structure et la forme future de la ville peuvent être définies a l’avance par un homme de l’art et traduit avec précision par un ensemble de plans Donc la ville est imaginées dans l’abstrait avant d’etre aménagée et livrée a ses habitants .
  • 25. b) planification stratégique : Cette méthode de planification a connu un mode intense mais éphémère au cours des années 1960. Elle correspond à l’entrée en masse des ingénieurs et économistes sur le terrain de la planification urbaine. C’est une approche qui adapte la planification économique à la planification spatiale. Elle met l’accent sur le rôle des pouvoirs publics en cherchant à optimiser leurs décisions. Donc cette méthode a pour but d’expliquer comment les agents économiques choisissent l’implantation des lieux de logements et d’activités à prévoir la demande de déplacement
  • 26. c)La planification de participation : il met l’accent sur le rôle des pouvoirs publics à améliorer l’efficacité de la planification urbaine du point de vue de l’usager. Trois étapes marquent cette planification : 1. Organisation systématique d’une information sur le projet d’aménagement et les plans d’urbanisme afin que chaque citoyens puisse en prendre connaissance et faire connaitre son avis 2. Recueillir les avis des habitants sur le problème posé par questionnaire, article de presse . . . 3. Aménager les procédures pour permettre aux
  • 27. d) La planification de gestion : Ce nouveau style de planification et du à la crise économique de 1973 qui a provoqué des changements brutaux dans l’évolution des facteurs démographiques, économiques et sociaux moteurs des processus d’urbanisation. La planification de gestion est marquée par : • la mise en place d’une politique d’intervention pluridisciplinaire ; • le travail collégial entre collectivités et services publics .
  • 28. III- LE CAS DE L’ALGERIEIII- LE CAS DE L’ALGERIE A- LA POLITIQUE URBAINE EN ALGERIE: Lors de la première décennie de l’après-indépendance, la question urbaine était évacuée des Préoccupations du nouvel État algérien -En 1971 une forte urbanisation due à l’industrialisation ;
  • 29. -En 1976 la croissance urbaine atteint des taux très importants que sont lancées les études de plans d’urbanisme ; -En 1977 l’Etat a lancé une politique de production de masse des logements par la création des (ZHUN) ; - En 1990 l’orientation foncière abroge le dispositif des réserves foncières et libère les transactions foncières, une autre loi sur l’aménagement et l’urbanisme fut prise instituant de deux outils :
  • 30. le PDAU (ex PUD ) et le POS ; qui n'ont pas suffit à endiguer la crise à laquelle font face les villes algériennes. D’importantes opérations sont initiées, notamment pour la résorption de l’habitat précaire (RHP). L’Etat a, par ailleurs, instauré à travers l’ensemble du pays un organisme, la caisse nationale du logement (CNL), dans le but de permettre aux moins fortunés d’acquérir des habitations ainsi qu’une étude globale donnant naissance a un schéma d’ aménagement national du territoire le SNAT.
  • 31. -Aujourd’hui, on voit bien les constructions , mais des incertitudes demeurent, parce qu’il n’est pas sûr que les catégories populaires y trouvent leur compte, ni que l’éclatement urbain soit résorbé .
  • 32. B- LES INSTRUMENTS D’URBANISME: Les instruments d’urbanisme, ce Sont les plans d’urbanisme , c‘ est-à-dire ceux qui concernent l’échelle de la partie , de la ville ou de l’agglomération. Dans l’environnement juridique algérien d’aujourd’hui, ce sont le plan d’occupation des sols (POS) et le plan directeur d’aménagement et d’urbanisme (PDAU) ,tel que définis par la loi n 90-29,du 1 décembre 1990,sur l’urbanisme et l’aménagement et les décrets n 91-177 et n 91-178,du 28 mai1991. Définition:
  • 33. SNAT (Schéma National d’Aménagement du Territoire) : il est initié par l’état, il régule la distribution des activités, fonctions et peuplements (aéroports, réseaux routiers) au niveau national. Il a une importance stratégique car on peut mieux visualiser tous les secteurs sensibles. Il est basé sur une étude de terrain faite par des géologues, topographes…etc. SRAT (Schéma Régional de l’Aménagement du Territoire) : il est initie à l’échelle d’inter wilaya par l’état, afin de décentraliser et responsabiliser les 9 régions du pays. Il distribue les activités par région, localise les infrastructures et les équipements, et régule l’armature régionale des réseaux. 1-Les instruments d’aménagement du territoire national 2-Les instruments d’aménagement du territoire régional
  • 34. PAW (Plan d’Aménagement de la Wilaya) : il est initié par la wilaya (limites administratives). suivant les grandes orientations des plans supérieurs, il fixe les vocations de chaque commune de la wilaya, il identifie la hiérarchie urbaine de la wilaya (communes rurales et urbaines). Il fixe le rythme de l’urbanisation, détermine les aires de planification inter communales et localise les zones d’activités économiques avec les zones à mettre en valeur. PDAU : plan directeur d’aménagement et d’urbanisme: concerne l’échelle de la ville ou d’agglomération (commune ou intercommunal),initié par l’autorité locale(APC),il fixe les référence des différents POS de la commune 3-Instruments d’aménagement du territoire wilayal 4-Les instruments d’aménagement du territoire communal
  • 35. C-Chronologie des différents instruments  L’urbanisme en Algérie est lié ,dés les débuts à la colonisation française et une grande partie de nos espaces urbains en est le produit . c’est pourquoi l’évolution de l’urbanisme en Algérie continue à être par les expériences et les modèles français. Nous aborderons dans cette partie l’évolution des instruments d’urbanisme: 1-à l’époque coloniale 2-les trois premières décennies de l’indépendance 3-après 1990.
  • 36. Le premier instrument avant 1919 PLan d’alignement des réserves d’Alger de 1848
  • 37. LE PLAN D’ALIGNEMENT ET DES RESERVES
  • 38. Après la loi de 1919 qui a exigé :Après la loi de 1919 qui a exigé : D’appliquer les PAEE pour toutes les agglomérations(10.000 habitants)D’appliquer les PAEE pour toutes les agglomérations(10.000 habitants) Les permis de construire obligatoireLes permis de construire obligatoire  La ville coloniale contextuelle c’est la ville éclatée qui prime aujourd’hui, en étouffant les noyaux anciens Cette ville actuelle trop et mal étendue est difficilement gérée .les premières options pour résoudre le problème du logement social étaient les HBM puis les HLM, ces derniers était construits selon un urbanisme d’alignement, l’esprit du gabarit et différentes séquences pour le passage du public au privé, les espaces bâtis et les espaces non bâtis étaient traités conjointement . La période :1919-1958
  • 39. Objectif:Objectif: -- gérer une extension et une croissancegérer une extension et une croissance urbaine rapide et à grande échelleurbaine rapide et à grande échelle 2ème instrument Alger fut doter de son : 1er plan en 1931 2 ème plan en 1948
  • 40. Plan d’aménagement de la ville d’Alger 1931
  • 41. LE PLAN D’URBANISME DIRECTEUR (PUD):LE PLAN D’URBANISME DIRECTEUR (PUD): ObjectifsObjectifs Aborde l’espace en terme statistique mettant les relations entre la structure démographique et économique. Équilibre entre: emploi, population et structure spatiale(zonage) Schéma directeur du plan d’urbanisme de 1948 3ème instrument : 1948 - 1962
  • 42. Le Contenu du PUD: Graphique:: Plan d’urbanisme directeurPlan d’urbanisme directeur Plans de détailPlans de détail:: sur la base dessur la base des PUD (pour la commune)PUD (pour la commune) Pour équiper et organiser les secteurs urbanisés et en cour d’urbanisation Les plans d’urbanisation ou deLes plans d’urbanisation ou de restructurationrestructuration:: pour lapour la restauration des centres des villesrestauration des centres des villes et la rénovation des quartierset la rénovation des quartiers Écrit: Plans de modernisation et d’équipements: ils sont les budgets pour les financement des programmes d’équipements et de développement économique
  • 43. En 1954, les grands ensembles économiques où Pouillon s’est inspiré du patrimoine ménageant les perspectives sur la mer et des parcours alternant places et espaces de transition pour avoir à la fin un exemple de composition urbaine démontrant ainsi que l’économie d’exécution ne voulait pas dire pauvreté architecturale. le plan de Constantine en 1958: fut établit et à travers lequel plusieurs opérations ont été menées, localisées, en périphéries en appliquant les principes de la charte d’Athènes ou, on assiste à l’introduction d’une nouvelle politique, celle des grands ensembles, produit de l’architecture moderne et qui ne seront jamais reliés au centre.
  • 44. Conclusion: *Cette période est caractérisée par un urbanisme organisé et cohérant. Cette période est caractérisée par l’absence des instruments vu leCette période est caractérisée par l’absence des instruments vu le désordre politique qui a eu lieu après l’indépendance .désordre politique qui a eu lieu après l’indépendance . Période 1962 - 1970 Projet d’aménagement du front de mer H-Dey 1960
  • 45. En 1976En 1976, le, le POGPOG (plan d’orientation générale ) apparaît , il intègre l’essentiel(plan d’orientation générale ) apparaît , il intègre l’essentiel des dispositions du COMEDOR en élargissant toute fois le périmètredes dispositions du COMEDOR en élargissant toute fois le périmètre d’urbanisation de la capitale.d’urbanisation de la capitale. En 1979 ce plan sera mis en cause afin de préserver les terrains agricoles.En 1979 ce plan sera mis en cause afin de préserver les terrains agricoles. Période 1970 - 1990 4ème instrument : le plan d’urbanisme directeur (PUD)
  • 46. Relation entre les besoins démographique et socio-économique et l’occupation des sols selon les activités de la ville (industrie, services…) Il a que des budgets et des programmes de 15-20ans Définition et objectif Contenu: PMU (plan de modernisation urbaine): Pour les villes de grande importance PCD (plan communal de développement):Les ville de moindre importance Institutions élaborants: ETAU: bureau d’étude des travaux publics d’architecture et d’urbanisme CADAT: caisse algérienne d’aménagement du territoire COMEDOR: comité permanant d’études d’organisation et d’aménagement CNERU: centre d’études et de réalisation en urbanisme ANAT: agence nationale pour l’aménagement du territoire
  • 47. Le PUD concept d’hyper centralitéLe PUD concept d’hyper centralité :: Son but est d’assurer l’unité de la ville et le renforcement de saSon but est d’assurer l’unité de la ville et le renforcement de sa structure, pour cela, le système de ce centre est le moyenstructure, pour cela, le système de ce centre est le moyen fondamental.fondamental.
  • 48. La loi sur l’urbanisme et l’aménagement de 1990 institue des nouveaux instruments  Ces nouveaux instruments sont constitués du PDAU et du POS qui fixent les orientations fondamentales d’aménagement et les règles d’urbanisation Elles peuvent concerner une association de commune, une commune ou une partie de commune pour le POS 5ème instrument 1990
  • 49. PDAU: Plan Directeur d’Aménagement et d’UrbanismePDAU: Plan Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme Le PDAU est un instrument de planification spatiale de gestion urbaine  Il fixe les orientations fondamentales de l’aménagement du territoire, en tenant compte des schémas d’aménagement et plans de développement
  • 50. Objectifs: - La mise en place d’une urbanisation protectrice et préventive .la prévention contre les catastrophes naturelles - définir l’extension des établissements humaines, la localisation des services et des architectures, la nature et l’implantation des grandes équipement et infrastructures - Il détermine les zones d’intervention et les zones à protéger - Il divise le territoire en secteurs ,il réalise dans le cadre de l’intérêt général
  • 51. CONTENU DE PDAUCONTENU DE PDAU Un rapport d’orientation: expose les grandes lignes du diagnostic du territoire considéré, anticipe sur les perspectives de développement, identifie les secteurs particuliers, et expose le parti retenu Un règlement: précise la délimitation de la zone d’effet du PDAU, fixe les droits d’usage des sols, et définit les règlements génériques par secteur. Des documents graphiques: comprenant entre autres le plan d’état des lieux, le plan d’aménagement retenu, l’identification des secteurs POS, le plan des servitudes (voirie, assainissement, équipements d’intérêt général, …).
  • 52. REVISION DU PDAUREVISION DU PDAU Le PDAU ne peut être révisé que si: Après20 ans 1-Secteurs d’urbanisation saturés 2-Évolution du contexte telle que les projets majeurs ne répondent plus aux objectifs
  • 53. POS: plan d’occupation des sols Le POS est un instrument réglementaire de gestion urbaine et communale, il fixe d’une manière détaillé les droits d’usage du sol et des constructions « Chaque commune doit être couverte d’un POS sous la responsabilité du chef d’A PC »
  • 54. Objectifs: -Détailler les droits de construction et de l’utilisation du sol -Définir la quantité minimale et maximale des constructions autoriser -Les types de construction et leurs usages -Les règles concernant l’aspect extérieur -Délimiter l’espace publique, les espaces verts, les emplacements réservés aux ouvrages publiques et installations d’intérêt générale ainsi que les traces et les caractères des voies -Définir les servitudes - préciser les éléments à rénover et à restaurer -Localiser les terres agricoles à préserver et à protéger
  • 55. CONTENU DU POS présentation des justifications de la compatibilité du POS avec le PDAU la partie règle pour chaque partie : accès et voiries ,desserte par réseaux ,caractéristique du terrain ,implantations des construction (voie , limite…) hauteur de la construction , aspect extérieur (stationnement…) Règlement : Document graphique:  -Plan de situation (1/2000-1/5000) -Plan topographique(1/500-1/1000) -Plan d’état de fait (1/500-1/1000) -Plan d’aménagement général (1/500-1/1000) -Plan de composition urbaine accompagnés par axonométries des formes urbaines et architecturaux
  • 56. GPU : LE GRAND PROJET URBAINGPU : LE GRAND PROJET URBAIN Le gouvernement édite un document appelé grand projetLe gouvernement édite un document appelé grand projet urbain 1998, qui n’est cependant pas un instrumenturbain 1998, qui n’est cependant pas un instrument d’urbanisme, mais un recueil d’analyses et d’orientations.d’urbanisme, mais un recueil d’analyses et d’orientations. Il s’agit de transformer le centre ville afin d’en faire unIl s’agit de transformer le centre ville afin d’en faire un centre multi fonctionnel avec des activités commercialescentre multi fonctionnel avec des activités commerciales et d’affaires supérieurs, tout en développant la fonctionet d’affaires supérieurs, tout en développant la fonction résidentielle avec un haut niveau de commodité.résidentielle avec un haut niveau de commodité.
  • 57. Plan directeur d’île de France
  • 58. Le Plan Directeur de l’île de France le SDRIF   le SDRIF document de planification de référence pour l'aménagement du territoire dans toutes ses dimensions : développement économique, habitat, transports, préservation de l'environnement il vise ainsi à contrôler la croissance urbaine ainsi l’utilisation de l’espace urbain. Son apparition revient aux années 60 où l’état a élaboré le premier SDRIF, qui portait alors le nom de Schéma Directeur d'aménagement et d'urbanisme de la région de Paris.
  • 59. Objectifs: - Organisation urbaine de la région en corrigeant les disparités spatiales, sociales et économiques. -préserver les zones du patrimoine naturelles • formaliser une stratégie d'aménagement et de développement régional • fournir un outil de la maîtrise spatiale du territoire francilien • encadrer les documents d'échelle régionale tels que le Plan de déplacements urbains d'Ile-de-France (PDUIF) ou les documents d'aménagement et d'urbanisme tels que les Schémas de cohérence territoriale (SCOT) et les Plans locaux d'urbanisme (PLU).
  • 60. Son Contenu:  Le SDRIF se compose Documents techniques d’urbanisme à l’échelleLe SDRIF se compose Documents techniques d’urbanisme à l’échelle régionale et des documents administratifs s’impose donc à certainsrégionale et des documents administratifs s’impose donc à certains documents, mais doit également respecter les dispositions de l’équilibre sociadocuments, mais doit également respecter les dispositions de l’équilibre socia Les servitudes en relation avec l’utilisation des sols et les dispositionsLes servitudes en relation avec l’utilisation des sols et les dispositions nécessaires à la mise en œuvre de projetsnécessaires à la mise en œuvre de projets -un rapport qui définit des orientations relatives à l'utilisation du sol-un rapport qui définit des orientations relatives à l'utilisation du sol (emplacements pour des programmes de logements, préservation des espac(emplacements pour des programmes de logements, préservation des espac boisés...) et au développement des infrastructures.boisés...) et au développement des infrastructures. -une carte au 1/150 000e qui précise le périmètre des orientations définies-une carte au 1/150 000e qui précise le périmètre des orientations définies dans le rapport.dans le rapport. -une annexe qui reprend les orientations du rapport, présentées pour chaque-une annexe qui reprend les orientations du rapport, présentées pour chaque département.département.
  • 61. Révision du SDRIF A quatre reprises depuis lors, l'on a jugé nécessaire de réviser ce Schéma pour adapter la région capitale aux nouvelles exigences socio-économiques, ainsi qu'aux évolutions du territoire et de la société. En 1965, pour loger tous les franciliens (SDAURP) - impulse la création des villes nouvelles, et des autoroutes de banlieues afin de répondre à la croissance rapide de l'agglomération parisienne . En 1976: pour s'adapter au choc pétrolier Le schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme de la région Ile-de-France (SDAURIF) impose de limiter l'étalement urbain. En 1994, pour équilibrer le développement démographique et  l'évolution de l'emploi 15novembre 2006: présentation de l'avant projet de SDRIF et adoption du nouveau SDRIF par le conseil régional prévue pour la fin2006.
  • 62. Comparaison: Si on prend les instruments urbanistes de l’Algérie et ceux de France on vaSi on prend les instruments urbanistes de l’Algérie et ceux de France on va tout de suite remarquer une grande différence entre les deuxtout de suite remarquer une grande différence entre les deux On constate souvent que les plans au niveau de la ville d’Alger neOn constate souvent que les plans au niveau de la ville d’Alger ne répondent pas aux attentes des uns et des autres c’est-à-dire qu’il y a pasrépondent pas aux attentes des uns et des autres c’est-à-dire qu’il y a pas vraiment une coordination entre ces plans et qu’ils ne parviennent pas àvraiment une coordination entre ces plans et qu’ils ne parviennent pas à jouer le rôle de guide de la gestion spatiale du fait de leurs nombreusesjouer le rôle de guide de la gestion spatiale du fait de leurs nombreuses insuffisances d’une part, et du fait de l’absence de méthode de gestion etinsuffisances d’une part, et du fait de l’absence de méthode de gestion et les plans d’urbanisme sont incomplets au niveau des villes ainsi que lales plans d’urbanisme sont incomplets au niveau des villes ainsi que la révision de ces plans n’est pas actualisée.révision de ces plans n’est pas actualisée.
  • 63. C- LES ACTES :
  • 64. Le certificat de conformité: sera délivré avec une conformité des travaux effectués avec les dispositions du permis de construire, la demande comporte : 1- une attestation d'achèvement des travaux 2-une copie de permis de construire. Le permit de démolir : il est éxigé pour tout demolition totale ou partielle dune construction.
  • 65. CONCLUSIONCONCLUSION Les politiques de l’espace et la pratique de l’urbanisme, en Algérie ont jusqu’à un passé récent, évolué sans cesse par des directives de circonstance. Non pas que la planification urbaine n’existait pas, elle présente de tout temps des carences marquées le plus souvent par une rupture entre politiques et pratiques urbaines. Même si aujourd’hui, on croit pouvoir mettre fin au développement anarchique de l’urbain par des moyens financiers conséquents et des instruments de gestion foncière potentiellement efficaces, les dysfonctionnements demeurent.