Formes urbaines et architecturales

  • 4,203 views
Uploaded on

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
  • Excellente, riche et bien organisee
    Are you sure you want to
    Your message goes here
  • merciiiiiiiiii
    Are you sure you want to
    Your message goes here
  • merciiiiiiiiiiiiiii :)
    Are you sure you want to
    Your message goes here
No Downloads

Views

Total Views
4,203
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
905
Comments
3
Likes
8

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Réalisé par : SI MOHAMMED kathia. ARAB Amine. Encadré par : Mr BTROUNI omar Mme MEZAGHRANE. Mr KRIM malik
  • 2. 1)Elements introductifs: Génèralites sur les formes urbaines et architecturales de la ville 2)Elements génèrateurs (détèrminant) la forme urbaine: a)le site b) la fonction Eléments de composition de la forme urbaine d’ après Albert Levy :les croyances les parcours espace public ( places ...) trames viaire et système bâti 3)Evolution des formes urbaines et architecturales au cours des grandes période de l histoire: 1)La période préhistorique: 2)La période protohistorique: 3)La période de l’antiquité 4)La formation de l’environnement medievale
  • 3. 5)Les villes de l’islam 6)L’environnement de la révolution industrielle: les tentatives des utopistes et les hygiénistes: Le phalanstére de charles fourrier : La cité jardin d’ Ebenezer Howard: 6)La ville modérne 7)L’après moderne 8)Conclusion génerale
  • 4. 1)Elements introductifs : Génèralites sur les formes urbaines et architecturales de la ville Identification des Formes Urbaine : LA FORME URBAINE : « Langage spatial qui exprime la distribution des éléments constructifs de l’espace urbain, selon des principes, notamment géométriques (axialité, tracé, trame, figure…) » M.SAIDOUNI, Eléments d’introduction à l’urbanisme, édition Casbah, Alger - 2000. « une ville se fait dans le temps et par le temps à travers l’établissement d’un rapport de Correspondance permanant entre forme sociale et une forme spatiale » . Lévy. « Les villes sont des éléments d’un système urbain élaboré au cours de la période historique est modifie constamment par l’évolution de la production de la distribution et des réseaux de liaisons » Bailly.
  • 5. Île Karpathos (Dodécanèse, Grèce) .  Le site: L’importance du site est prouvé par l’attachement des civilisations primitives et paysannes a la terre,attachement dont temoignent les précautions avec les qu elles ont traité la terre et on y place les maisons. Le site dicte la notion de limites. 2)Elements générateurs (déterminant) de la forme urbaine:(l’organisation spatiale de la ville)
  • 6. Exemple: Les villes médièvales :c’est des villes marchandes et commerciales d’ou leurs implantation le plus souvent a proximité des courts d’eau (afin de faciliter l’echange commerciale). La cité médiévale d'Aigues-Mortes La fonction La fonction d’une ville est un élément important dans la genèse de la forme urbaine il influe sur cette dernière est peut être déterminant dans l’organisation spatiale de la ville et peut même dicté son emplacement (son implantation).
  • 7. Les villes de l’antiquité: C’est des villes politiques,religieuse et millitaire,ces fonctions influent sans aucun doute dans l’organisation de la ville antique: -La géométrie et la régularité de la trame de la ville romaine exprime l’esprit militaire romain,Les lieux de cultes se fondent dans la ville et font partie de la vie quotidienne de ses habitants(les temples...). -Présence de remparts (notion de limites), création de champs de mars a proximité de la ville,les temples .... Le siege et le symbole politique et religieux s’implantent en hauteur afin de Faciliter leurs protection (l’acropole dans la ville grec et capitole dans la ville romaine). Acropole
  • 8. -Dans la religion Égyptienne, la vie et la mort, le visible et l’invisible ne sont pas séparés, la mort signifie le passage à une autre forme d’existance plus durable. Ils croient à la vie éternelle dont la vie temporelle n’est qu’une phase. Les vraies villes de l’Égypte ancienne seront donc les villes des morts, d’ou l’édification des pyramides et des obélisques. Exemple: les villes egyptiennes Grande pyramide de Khéops (Gizeh, Égypte)
  • 9. Dans certaine villes anciennes et contemporaines se fait un système de transport polyvalent simple et habilement conçu qui donne à la ville sa forme et qui nous porte la notion du parcours. Exemples : Milet et New York furent essentiellement définis par leur réseau de rues.  suivant le système viaire on détermine plusieurs types d’organisation : •Plan organique. •Plan en damier. •Plan Radio concentrique. •Plan circulaire. •Plan linéaire. •Plan polycentrique. La ville de New York  Les parcours:
  • 10. -la place est un élément important dans la ville, c’est un lieu d’ échange et de rencontre partagé par les habitants, ou viennent se concentrer des activités essentielles de la ville,c’est pourquoi on dit que l’espace public(place) est un lieu d’expression sociale , Le rôle de cette dernière dans l'organisation des perceptions est fondamental.  Les places :
  • 11. 1)La période préhistorique:  C’est une période de l’histoire de l’humanité désigniant l’apparition et l’évolution de l’homme jusqu’a l’avenement de l’ecriture vers 3300avt JC. a)Le paléolithique: (il y’a environs 2.6millions d’annèes) -Cette période est caractérisèe par la vie nomade,stade de la chasse et la cueillette. -Le milieu bati etait a peine une modification superficille de l’environnement naturel. -Le refuge etait une cavité naturelle ou un abri de peaux posè sur une structure redimentaire en bois.
  • 12. -Cette période est caractérisèe par le passage du niveau naturel entretenues avec l’environnement(stade de la chasse et cueillette)à un niveau plus complexe celui de la transformation et reproduction des ressources naturelles,c est le début de l’agriculture ,les hommes cessent d’etre nomades et deviennent sédentaire ainsi l’apparition du premier établissement humain(village) matérialisè par la notion de seuil et limite. Deux villages contemporains du Cameroun limite
  • 13.  Les premieres villes apparaissent entre 4000 et 3500 av. J.-C. en pays sumérien, puis en Égypte à la fin du IVe millénaire. Jusqu’alors, les hommes habitaient des villages, essentiellement voués à l’agriculture. Ces villages coexistaient, sans relations hiérarchiques. L’arrivée des villes change cet état de fait . La civilisation mésopotamienne: En grec: « Pays situé entres les deux fleuves » l’un des berceaux de la civilisation urbaine,cette région couvrait,entre le tigre et l’euphrate,l’est de la syrie et sud est de la turquie et la plus grande partie de l’Irak actuelle.
  • 14. Les villes etaient des cités etats avec un gouverneur dans chacune d’elle. Elles etaient differente dans chaque période:  période sumérienne:villes ovales ,edifices publiques au centre.  période Babylonnienne:ville a tracé régulier ,les temples etaient au centre tendis que les palais se situé dans la périphérie.  Période assyrienne:villes a tracé régulier ,edifices publique au centre. -Villes religieuses « la naissance de la cité »: on assiste a des établissement stable organisé par souci de défense et par croyance au divinité -la détermination de l’angle droit et le développement du plan rectangulaire. -traitement des façades par des niches,des elements plastiques. -utilisation des murs a Redon qui entour tout l’edifice. -la ziggourat etait regit par un axe symetrique ,le palais n’obeit a aucune loi de symetrie.
  • 15. 1)Période sumerienne: Sumer ,epoque d’URUK: -Uruk fut la plus peuplée des villes de la premiere urbanisation mésopotamienne. -A cette époque la voie de l’urbanisation s’ouvre avec l’apparition dans les collectivités villageoises d’une sociétè politique qui les incitaient a la construction d’un territoire commun. La ville et son temple principal Croyances: -la figure du rois coincider avec celle du prétre ,la résidence d’ou il dirige n’est pas distincte de celle de la divinité, donc les temples avait une double fonction politique et religieuse. Les maisons sont organisées autour des cours centrales
  • 16. Sumer ,epoque d’UR: -Ur s’etent sur environ 100hectars, la ville est entourée d’un mur d’enceinte et d’un fossé qui les defendent et qui les separent de l’environnement extérieur, ( présence de la notion de limites). 1 3 2 plan d un quartierUR,plan de la ville 2
  • 17. -Dans cette période l’ambiguité fonctionnelle du « temple »semble disparaitre ainsi les palais occupés par les dirigeants et les temples par les prétres. -L’embléme du temple est la ziggourat(tour d’observatoire). Ziggourat a deux epoques differentes 1 -Les temples se distinguent des simples maisons par leurs masse plus imposante qui s’ élèvent au dessus du niveau uniforme de la plaine. Ils comprennent :outre le sanctuaire,la ziggourat,des ateliers,des entrepots,des boutiques...
  • 18. 2)période Babylonnienne: Babylone: -La capitale d’Hammourabi conçu 2000 avt J-C . -C est un grand réctangle de 2500 sur 1500m,divisé en deux parties inégales par l’Euphrate . -La ville est formée de deux enceintes : -la 1ere résèrvée uniquement aux rois et aux prétres. -la seconde cest a dire l’enceinte exterieure résèrvée a tous. EUPHRATE Babylone,Plan du noyau interne
  • 19. Le tracé: Il apparait avec une régularité géomètrique: -les rues droites et de largeur constante. -les murs se coupent a angle droit.ainsi disparait la distinction entre les monuments et les zones habitées. P15 livre architecture Les maisons: Ils reproduisent en plus petit la forme des temples et palais avec des cours intérieures. Matériaux utilisés: les temples, les maisons urbaine en matériaux durable(brique) Et les maisons rurales faite en de boue , roseaux et paille.
  • 20. Les villes en cette ere sont par excellence le siège du pouvoir religieux qui génère les nouvelles fonctions de la cité, cette organisation a laisser ses propres marques sur le terrain tel que, les éléments générants la forme urbaine : -Présence de notion de limite exprimé pour la première fois par un murs d’enceinte . -présence des espaces publics(espace d’expression sociale) exprimer par les places. -utilisation des matériaux durable.
  • 21. -Les grecs sont les premiers qui ont tracés la voie aux civilisations occidentales,ou leurs architectes furent par stade graduel amené l’art au approches de la perfection,ils harmoniserent toujours la structure et la fonction d’un espace donné et l’execution de l’oeuvre fut parfaite,pour eux l’art et la construction ne sont qu’une seule et meme chose. La ville libre en gréce:VII au I er Siecle avt jc  L’organisation de la ville est relevée par 4faits: a)l’unité: La ville est un tout unique ou n’existent pas de zones férmées et independantes. b)L’articulation:la ville est divisée en trois zones: •zone civile:occupées par les maisons d’habitations. •zone religieuse(sacrée):temples des dieux. •zone publiques:réunion politique ,commerciale,théatre... zone commerciale Zone civile Zone religieuse
  • 22. c)Equilibre avec la nature: -La ville respècte les grandes lignes du paysages naturel,qui en beaucoup d’endroits significatifs est laissé intact. Exemple: -toute édifice respect les plis et les aspéritès du terrain. -les rochers affleurent en beaucoup d’endroits a l’etat naturel ou bien sont nivelées et taillées avec une réspèctueuse modération. d)La limite de croissance: -la croissance de la population n’entraine pas un agrandissement progressif mais l’adjonction d’un nouvel organiseme equivalent ou plus important que le premier. (nouvelle ville=néopolis ,la veille ville =paléopolis)
  • 23. La cité grecque (polis): -La cité est avant tout une communauté de citoyens ,une association a caractère religieux,politique et morale. 1 2 5 4 6 3 1 2 3 4 5 Mur d’enceinte théatre temple Mur de soutenement monuments 6 bouleuterion
  • 24. Les rues: -La structure de la cité est formée de rues en rangées reguliers ,cependant ces rues sont d’une etroitesse qui correspond a une circulation faite de pietons et de béte de somme ne depassant pas 4a 5m de large. Ville d’Athéne Le premier acte de formation etait la construction d’une forteresse qui se place toujours sur une élèvation qui est : Acropole: Située sur une colline,véritable « ville haute » lieu fortifié qui a Longtemps constitué le siege et le symbole du pouvoir politique ,mais qui est devenu avant tout le centre religieux de la cité. Acropole d’Athéna
  • 25. Dans la ville basse dominée par la ville haute se trouve une autre structure urbaine essentielle,qui est la place publique (agora). Agora: -Lieu d’assemblée,de réunion elle comprenait la place du marché,des jardins public,et edifices civils et religieux qui se desservait autour d’elle. maisons:elles sont toutes du meme type et se différencient par la hauteur et non pas par la structure architecturale,accolées les unes aux autres ,annoncée coté rue par un portique a colonnes ,construitent autour d’une cour centrale ou la plus part des ouvertures sont pratiquées a l’interieur de la cour. Plan et restitution de l’Agora Plan d’une maison
  • 26. Les temples: maison de dieu composé des espaces suivant: Le pronaos : espace se trouvant avant le naos. Le Naos(cella):ou se trouve la statue du dieu L’opisthodome: (ophisten:de dérriere,domos:maison ) partie arriere du temple(reception des offrandes) -Elaboré et perçu comme une sculpture. -La principale innovation apportée par les Grecs à l'architecture religieuse est certainement le portique entourant la cella du temple. 1péristyle 4statue de la dévinité 2pronaos 5parthénon 3cella 6opisthodome
  • 27. Les propyles: -C’est un portique a fronton qui n’est autre que la façade principale du temple generalement d’ordre dorique. -il realisait le rapport harmonieux entres la nature et l’homme . Le théatre: Il reste etranger a la structure urbaine ,continue a s’inscrire dans le paysage urbain,et participe a la vie de la polis sans pour autant devenir un edifice monumental.
  • 28. -Les grecs avaient établis une certaine lois de proportion que nous allons appeller Ordres ou harmonieux. -Ces ordres etablie etaient la structure meme des edifices et leurs apparences etaient essentiellement unies. -L’application des ordres dependaient du caractére a donner a l’edifice ainsi: les grands temples adopterent l’ordre dorique,par contre l’ordre ionique appliqué surtt a l’interieur de l’edifice . L’ordre coreinthien appliqué qu’aux monuments a petite dimension.
  • 29. Conclusion: Les grecs se sont consacrés a realiser un objectif bien precis ,celui de recreer la beauté et l’harmonie absolue a travers une recherche porté sur les proportions idéales qui passent avant la création de toute formes nouvelles
  • 30. Si les romains ne possaidaient pas le vibrant rafinnement des architectes de la Grèce, ils possedaient en revanche le genie de l’architecture,car leur don de l’organisation trouva dans cette art un aboutissement naturel,d’ailleurs l’architectures romaines officielle est une affirmation d’autorité.
  • 31. -Nul part on ne ressent mieux l’unité et la centralité du pouvoir de l’empire romains que dans le tracé géométrique régulier de la trame de la ville romaine.  L’organisation de la ville: -les colonies romaines s’organisaient toujours selon le même schéma : un carré devisé en quartiers egaux par deux rues principales( LE CARDO, LE DECUMANUS) qui relie les quatre porte principales de la ville et les points quadriennaux , a l’intersection on trouve le forum, les quatres quartiers etaient eux meme devisé en ilots carré et toute construction ou espace libre etait une réduction de ses carrés.
  • 32. 1)Forum 2)Basilique 3)Temple 4)Marché 5) curie(senat) 6)Tresor 7)Arc 8)Capitolium 9)Edifice 1 2 5 4 6 3 9 8 7plan d’un forum (pompei) 1)Forum 2)theatres 3)Arc de triamphe 4)capitole 5) marché 6)Thermes 7)bibliothèques 8)habitation 9)Cathedrales 10)Mur d’enceinte 1 2 5 4 6 3 9 7 6 8 Plan ville romaine (Timgad) 10
  • 33. -Simple place de marché, le Forum romain est vite devenu le centre des affaires publiques et privées -C’est un espace richement décorée (colonnes ,de portiques , de statues )il est entourée d’édifices importants, fermée avec un minimum de rues desservants et des façades non alignées rigoureusement. Le forum: La maison: Jusqu’au 2 éme siècle A.J.C la maison a atrium classique fut longtemps la demeure romaines typique.(Domus et Insalue) Plan d’une maison romaine.
  • 34.  Les thermes: Ils occupent une place importante dans la vie quotidienne des romains, souvent monumentaux, lieux d’ hygiène corporel.  Les aqueducs: Les ponts dits « aqueducs » construits pour leur faire franchir les vallées ,ils amenaient vers les villes l’eau des sources éloignées. Les fontaines et les thermes en consommaient de grandes quantités.  Les amphithéâtres: Les théâtres peuvent être implantés en terrain plat, car les gradins ne s’établissent pas sur une pente naturelle, comme dans les théâtres grecs, mais sur des substructions voûtées
  • 35. conclusion: Pendant la civilisation greco-romaine la cité est le resultat de l’union politique réalisée entre plusieurs villages.la consequence de cette union est la formation d’un centre urbain ,siege d’un nouvel etat qui se carracterise par son systeme en damier,ou l’architecture monumentale se demarque par les lieu de culte et les lieu publics telque les place(agora et le forum),temple,theatre...etc.
  • 36. 4)La formation de l’environnement medievale
  • 37. Introduction: Le moyen âge se situe entre l’antiquité et la renaissance ,les villes se sont développées a partir du 11eme siècle autour d’un château ou d’un monastère .entourée par de solides remparts ou des fossés pour des raisons sécuritaire. L’organisation de la ville médiévale: la ville médiévale s’effectue suivant deux grands processus: -Développement linéaire le long d’une route ou d’une rivière . -ou elle se créent spontanément a partir d’un château ou un monastère, qui se trouvera progressivement enveloppé par des constructions nouvelle et donc on aboutira a une agglomération circulaire . l’entrée se faisait par une porte (pour entrer les voyageurs et les marchands devaient payer une taxe). Dans la plus part des villes ,les grands Edifices antiques sont transformés en Forteresse(thermes , amphithéâtre…) Ville médiévale construite a l’ intérieur de l’ Amphithéâtre d’Arles
  • 38. -L’accroissement de la population des villes se fait rapidement engendré par l’arrivé des gens de la compagne ou leurs villes fut détruites par les invasions ceci a entrainé une forte densification de la ville a l’ intérieur des remparts d’où l’apparition des faubourgs a chaque extension créant ainsi une succession de remparts.  Rempart:  Le plan des villes médiévales: -Il manifeste dans un premier temps une totale rupture par rapport au quadrillage romains . Les rues - le réseau viaire est tout aussi irrégulier que celui des villes musulmans (étroites et sinueuses)tout fois sont organiser de façon a former un espace unitaire, desservant vers les espaces publics.(notion de parcours)
  • 39. Les maisons hautes,et solides,sont construite en(bois et torchis),le rez de chaussé est souvant occupé par une boutique ou un atelier.  Espace public: Lieu d’expression des différents pouvoirs: gouvernement ,ordre religieux, centre marchand…
  • 40. 5)Les villes de l’islam: introduction: Tandis qu’en Europe la civilisation et l’environnement médièvaux prennent forme ,dans le monde méditèranéen la civilisation islamique et deja pleinement développée. Les fondements historique et géographique de l’art islamique ( situation préislamique) : L’essor économique et culturel qu’on connu les pays islamiques revient en partie à la situation géographique et à l’héritage des civilisations anciennes : (Mésopotamie, civilisation sudarabiques, civilisation de l’Égypte ancienne et celle de l’empire Perse et de la Phénicie). Le territoire islamique allant de la chine jusqu’au sud de la France englobe des terres fertiles et désertes, c’est le point de liaison entre deux civilisations agraires importantes (Asie et Europe).
  • 41. Peut-on parler d’une ville islamique ? Est-ce qu’on peut parler d’une ville islamique qu’on peut distinguer des villes gréco-romaines de la ville médiévale et des villes traditionnelles de l’Europe occidentale ? On distingue deux points de vue : D’après EUGENE WIRTH il n’y a pas véritablement une ville islamique. D’après d’autres, il y a existence d’une ville islamique qui porte les critères suivants :  Le plan des villes.  Le centralité  Le tracé.  La cour intérieur.  Partage de la ville en quartiers.  Le souk.
  • 42. La centralité religieuse: Les espaces de la cité résultant d’un groupement hiérarchisé autour d’un pôle ,d’un element structurant (mosquée), lieu de culte par définition mais aussi lieu de rencontres et d’échanges,et ou viennent se greffer des maisons tout autour.
  • 43. Disposition de la ville en quartiers spécialisés : Entre le cœur de la ville et l’enceinte fortifiée s’étendent les différents quartiers spécialisés (ethniques et religieux) dans les quels les maisons sont mitoyennes sur deux ou trois cotés présentant un périmètre clos percée d’une porte qui s’ouvre sur une ruelle ou une impasse du quartier, quant à la résidence du prince (palais), elle se trouve à la périphérie de la ville protégée.
  • 44. Irrégularité du tracé : Les villes islamiques abondonnent le tracé régulier des villes antiques, les rues sont étroites (07 pieds) formant un labyrinthe de passages tortueux qui conduisent aux portes des maisons car l’islam prévilégie le caractère discret et intime de la vie familiale. Réduction de l’espace public : Les villes islamiques par la simplicité du systéme culturel produisent une reduction des rapports sociaux ,c est pourquoi on peut dire qu’elle ont perduent la compléxitè des villes greco-romaines on peut distinguer trois édifices publics :  Les bains : pour les besoins du corps.  Les mosquées : pour le culte religieux.  les marchés (souks).
  • 45. Les limites : La ville islamique est entourée d’une muraille continue flanquée de tours et de portes marquant les limites de la ville. les portes (Bab) : c’est souvent un édifice monumentale fonctionnant comme un vestibule pour toute la ville,un seuil d’entrée. Plan de la medina a tunis Porte bab el oued (alger)
  • 46. Caractéristiques du style Ommeyyade : Le Plus ancien de l’architecture islamique et le plus important,caractérisé par : -L ’influence byzantine (hauteur et forme des édifices). -les façades (jeux d’ombre et de lumière jeux contrasté de plein et de vide, équilibre des masses et des volumes, symétrie). -Riche en décoration. -Éléments constructifs : colonne, coupole, arc, chapiteau. Exemples : -La grande mosquée de Damas. -La coupole de rocher.
  • 47. Caractéristiques du style Abbasside: - Influences mésopotamiennes. - Emploi de la brique cuite. - Utilisation de piliers comme éléments de structure verticaux associés aux colonnes décoratives. - Absence d’arcs (sauf au mihrab), fenêtres et niches. - Toits construits en charpente en bois. - Mosquée à minaret en spiral. Exemples: -Mosquée de Samara. -mosquée de Kairouan. Mosquée de Samara
  • 48. Caractéristiques du style Fatimide : -Un large commerce international. - Les plans de jardins comportent des fontaines et piscines. -Utilisation des porches monumentaux. -La présence sur les façades en pierres d’un rythme formé par des hautes niches a coquille (décoration en forme d’alvéole de nid d’abeille).
  • 49. Caractéristiques du style Andalous : La réinterprétation de l’architectures Espagnole et celles apportées de l’orient a donné naissance à une architecture bien particulière, elle se caractérise par : -Les coupoles nervurées. -Les arcs polylobés. -Portes extérieures riches en décors. -La mosaïque de verre (de Syrie).
  • 50. L’architecture de cette époque est caractérisée par : -La diffusion des moquarnas qui sont des voûtes en nids d’abeilles. -Utilisation universelle de l’arc brisé. Le style des Almoravides et des Almohades :
  • 51. • L’intégration au relief s’est faite en respectant la morphologie de ce terrain rocheux et ceci se voit parfaitement à travers les maisons en gradins qui reprennent la forme. Tous les ksour sont organisés autour de la mosquée, qui constitue le centre de la société mozabite.
  • 52. Chaque ksour est doté d’un rempart et de tours de control pour assurer la défense.De nos jours ces tours sont converties en bureaux administratifs • Les remparts et les tours sont dotés de meurtières (petites ouvertures) pour la défense. ksours
  • 53. Le souk
  • 54. • Le mouvement des constructions suivent la morphologie du terrain et ceci a aboutit à des formes organiques. La compacité des maisons diminue la surface exposée au soleil.
  • 55. • Dans ce terrain accidenté, les ruelles sont sous forme d’escaliers gérant. La liaison entre les ilots se fait à travers des passages couverts. La hiérarchisation des ruelles s’est faite de t’elle façon à distinguer les voies mécaniques des passages piétons,(dimension,nota mment le traitement au sol)ol
  • 56. l’organisation compacte et les striations permettent la réduction de l’ensoleillement des façades. Les ruelles étroites et tantôt couvertes assurent la fraicheur en été.
  • 57. Afin de réduire les rayonnements du soleil et l’impact des vents, la taille des ouvertures a été minimisée. Celles-ci sont toujours placées en haut et sous differentes formes pour l’évacuation de l’air En plus des petites ouvertures, les maisons sont dotées d’un chebek, fermé lors des vents de sable, qui permet l’éclairage à travers le patio et qui assure le renouvellement d air.
  • 58. Chaque quartier est muni d’un puits pour l’approvisionnement en eau. Par soucis d’économie, à coté de chaqu’un de ces puits un palmier est planté pour récupérer les eaux perdues • Des passages couverts et des portiques assurent des zones d’ombres recherchées durant l’été.
  • 59. • Chaque maison dispose d’un judas par souci d’intimité.
  • 60. La simplicité est l’essence même de l’excellence et de la durabilité. L’exemple mozabite est de ce fait un des meilleurs qui soit en matière d’architecture durable. Il remet en cause notre soit disant modernité,Comme quoi on a rien inventé tout y était déjà, rien ne se perd ni ne se crée, tout se transforme. Ils ont su tirer profit d’une nature hostile pour batir une civilisation de confort, de bien-être et de beauté.
  • 61. Depuis la protohistoire jusqu’à la période medievale la ville a connu une evolution de fonction,ou elle passa d’un statut religieu,politique et enfin marchand,l’exemple de la ville médievale est l’interpretation type d’une ville a forte identité,ayant une àme et ou l’architecture et la ville ne forme qu’un,cela revient aux liens existant entre les élèments qui caracterise l’urbain(notions de: limites,parcours,espace publico-collectif,hiearchisation de rues...etc)qui est comparable a celui d’un cordon ombilicale d’une mére avec son enfant.
  • 62. Introduction: Dans la seconde moitiers du 18eme siecle,la révolution industrielle change le cours des évenements,en Angleterre puis dans tout le reste du monde.elle a étè située parmi les mutations fondamentales de l’histoire humaine. L’apparition de l’industrie a une conséquence directe sur l’espace de la ville,celle ci est traduite par un double evenement: 1)Implosion: Engendrée par l’emergence de nouvelles fonctions urbaine,la répèrcution sur l’environnement est néfaste:  Les usines crachant de la fumée noir polluante.
  • 63.  Les rues sale encombrées par la circulation.  Les chemins de fer qui eventrent les quartiers populaire.  La todification accélèrée par l’exode rurale.  Dégradation du cadre bati et transformation des édifices monumentaux en logements. La ville qui etait un organisme homogéne et un tout structurée devient un ensemble de fragments et une addition de zones reliées entres elles par les moyens de transports et a travers un reseaux de dessertes. Construction d’une nouvelle autoroute,boston
  • 64. -La ville de l’age industriel contrairement a la ville traditionnelle et la ville classique,est un objet de lotissement et d’occupation et non pas un espace de composition. Rio de Janeiro (Brésil) -La ville se compose de deux type de quartiers, différent socialement et morphologiquement (les quartiers bourgeois au centre,les quartiers des ouvriers au périphérie).
  • 65. Ce double phénomène (implosion ,explosion) a engendrer un environnement désordonnè et inhabitable,face a cette situation,des propositions d’ordonnencement urbain ont étè faite pour y remédier a la fois a l’organisation sociale et a l’organisation urbaine engendrée par la révolution industrielle . Parmi les tentatives des utopistes et les hygiénistes: Le phalanstére de charles fourrier : Fourrier compose un goupe de 1620 personnes d’origine social diverses,ce groupe est appellé « phalange »,il sera propriétaire de 250h et habitera dans un grand batiment unitaire. phalanstére Phalange=groupement Stére=monastére
  • 66. Fourrier le décrit comme une ville miniature ou les rues seront couvertes (galeries). Il le decrit aussi comme un edifice monumental,une communauté ideal en la modelant sur ceux de versailles,en affectant le batiment centrale a des fonctions publiques telles que :le refectoire,bibliothéque,jardin d’hiver et d’étè ... Aet O jardin interieursA O E E entree principale P cour S,Y,Z edifices annexes p x y
  • 67. Definition : La cité jardin est un organisme urbain avec un mode de vie agréable pour les riches et pour les pauvres. Le but était de réaliser une synthèse entre la ville et la campagne. Les caractéristiques de la cité jardin: - Une large ceinture de terrain agricole qui empêchera l’extension. -Les usines sont situées à la périphérie. -Sur les 30000habitants prévues, 2000seraient uniquement agriculteur. -Le tracé de la ville Howard opte pour le plan radio-concetrique. Au centre un grand jardin de 2.2 hectares. Autour de ce jardin sont disposés les grands édifices publics (hôtel de ville, salle de conférence, musée, hospital, bibliothèque).
  • 68. 1) Letchworth Angleterre: 1903 ,construite sous le modéle economique :35000habitants Exemples de cités réalisées: 2)Welwyn garden city:1919 cité jardin située a 35km de Londres ,considérèe comme la 2eme cité jardin Conclusion: -Ces modèles sont sur le plan théorique a l’opposé de la ville industrielle, en effet ils déplacent l’accent mis sur la liberté individuelle vers l’organisation collective. -Ils sont le fruit de la protestation contre les conditions de vie inacceptable et la misère des taudis de l’environnement industriel.
  • 69. L’architecture moderne est la recherche d’un nouveau modéle de ville qui soit une altérnative au modèle traditionnel. IL est apparu afin de remédier aux chaos humain et urbanistique engendrés par la révolution industrielle. C’est un mouvement qui est apparu après la 1ere guerre mondiale en Allemagne ,Avec l’école du Bauhaus. Cette architecture met à profit les possibilités structurelles des nouveaux matériaux , notamment du béton.ce style qui sera internationalisé se caractérise par l’utilisation de formes rectilignes et souvent asymétriques , des surfaces plates et nues.
  • 70.  La rupture avec le passé (table rase avec l’histoire).  La rationalité des formes architecturales.  Le rejet de tout ornement dans les façades.  Le recours à la technologie industrielle et à la standardisation(zhun , zoning , recours a l’homme type et plus tard style international)).  La transparence qui se traduit par une parfaite correspondance entre l’intérieur et l’extérieur.  L'aménagement de "plateaux libres", c'est-à-dire un espace intérieur libre de tout cloisonnement.  Economie dans l’emploi du sol afin de résoudre le problème du logement(les tours et gratte ciel ).  la priorité de la planification urbanistique sur le projet architectural
  • 71. Ce qui se passe dans cette époque se résume en deux phases bien distinctes: La 1ere période: (1917-1929) De l’excès a l’objectivité La 1ere phase: Architecture utopique(1917-1923) La seconde période : « perfection technique »1930-1939  Fonctionnalisme : Naissance de plusieurs tendances correspondant a une architecture distinctes: Le fonctionnalisme est l’une des plus grandes tendances du modernisme. C’est un principe architectural selon lequel l’édifice doit s’adapter à sa fonction, La cité Radieuse du Corbusier est l’exemple même du fonctionnalisme .Elle représente l’idée de la machine à habiter .
  • 72. cette tendance ne recherche pas la perfection et la finesse mais l’originalité et la beauté des surfaces non traités. Le brutalisme se caractérise par l’utilisation de volumes simples, de matériaux bruts tels que la brique et le béton armé.  Brutalisme:  Formalisme: Il privilégie la forme sur la fonction et l’un des exemple far de ce type d’architecture et la ville de Brasilia faite par oscar Niemeyer en 1956.
  • 73.  Organique : D’après la tendance Organique la forme architecturale n’est réellement déterminée que par la fonction attribuée à l’édifice et par son environnement ;ainsi que le choix des matériaux de construction ;par leurs couleurs,leurs textures ou bien pour leurs caractéristiques structurelles .. Intérieur du musée Guggenheim de New York par Frank Lloyd Wright La Maison de la cascade (Frank Llyod Wright)
  • 74.  Quelques innovations : Il y eu des innovations, dont les plus importantes sont: Créé par le Corbusier en 1914, l’architecte définit le système Dom-ino : une ossature en béton reposant sur six étais, avec des dalles qui débordent, libérant à la fois le plan et les façades des contraintes habituelles.  Murs rideaux : La standardisation des éléments de construction est visible dans l’utilisation des murs-rideaux.  La ballde architecturale : Utilisation d’une rampe au lieu d’escaliers qui permet de se déplacer tout en appréciant le lieu.  Ossature Dom-ino :
  • 75. Impacte du mouvement moderne sur la ville actuelle  Éléments urbaphobes du Mouvement Moderne: si on effectue une comparaison de la ville d’aujourd’hui avec les villes anciennes (antique ou du moyen Age) on remarque la perte de nombreuses notions et un disfonctionnement du caractère de l’urbain dans cette dernière. La ville d’aujourd’hui ,constitue une rupture de la continuité du caractère de l’urbain et la perte de la forme urbaine engendrant ainsi la non ville. Elle est devenue un ensemble de fragments et une addition de zones reliées par les moyens de transport, ceci est le résultat de l’ idéologie du mouvement moderne.
  • 76. Plan masse d’une partie de la ville de Brasilía
  • 77. •Le passage de l’îlot a la barre : Le mot d´ordre de l´abolition de la parcelle et l’îlot est devenu réalité lors de la construction de grands ensembles de logements sociaux(barres). ils ont tenté d´annihiler le rapport existant entre le bâtiment et sa parcelle, ce qui a engendré un disfonctionnement entre l’espace structuré et l’espace structurant(espace bâti et non bâti).Donc une rupture entre la ville et l’architecture. •le réseau viaire: Le réseau viaire n’est plus le résultat de la superposition de toute les sturtures,ils se soumet à la disposition du bâti; ainsi y’a eu la perte de la notion de parcours qui est devenu un simple espace de transite et également la disparition de l’ hiérarchisation des rues ,on parle plus de liaison entres les bâtiments que de rues. • La perte de la forme urbaine: -perte de la mémoire collective des sociétés(du au démolition des quartiers anciens) -la perte de la notion de l’espace public :devenu un simple vecteur de circulation et un espace résiduel. -perte de l’identité du lieu (style international) . -perte de notion de limites. Ainsi la ville n’est plus le résultat d’une stratification et superposition des diffèntes structures.
  • 78. L’après moderne : 1-Postmodernisme : Dans les années 60 en réaction contre l’orthodoxie moderniste vient le postmodernisme qui est une réinterprétation des motifs ornementaux traditionnels, comme l’institut du mon Arabe de Jean Nouvel avec ses fenêtres Moucharabieh électrique .Le Portland Building par Michael Graves (1982) qui marque la rupture avec le fonctionnalisme austère du style internationale par son ornementation et son décor sculpté . L’institut du monde Arabe Jean Nouvel ,Paris ,France, 1987. Portland building ,Graves Michael 1982.
  • 79. 2-High-tech : Alors que le Post-modernisme renvoi vers le passé, le High-tech donne une vision du futur en utilisant la haute technologie,par exemple le Centre Pompidou et le Llyod’s Building. Piano et Rogers, Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou (Paris) Lloyd’s Building par Sir Richard Rogers. Londres, Angleterre, 1978- 1986.
  • 80. 3-Le déconstructivisme : A la suite des structuralistes des années 60 qui étudiaient le fonctionnement des langages, des artistes ont entrepris de déstructurer leur modes d’expression pour en reconsidérer le fonctionnement. grand magasin de la nationale Nederland Prague, 1995
  • 81. Tout au long de l’ histoire y’a eu une stratification . Avec la fonction de la ville(religion , politique et marchande,) y’a eu une évolution et une continuité du caractère de l’urbain et des éléments qui régissent la forme urbaine, contrairement au mouvement moderne qui a engendré un désordre et un disfonctionnement de la ville actuelle résultant de la perte de nombreuses notions essentielles qui régissent la forme urbaine ,notamment la rupture entre la ville et l’architecture donc il revient a s interroger sur la manière de sauver nos villes du chao en combattant la perte de la forme urbaine avec les moyens de l urbanisme et de l aménagement. Une réflexion sur l évolution des structures urbaines, sur l organisation spatiale et bâtie de la ville prônant un renforcement de la forme urbaine est nécessaire ,il s’agit donc de faire un retour a l histoire toute en apportant une contemporanéité et une modernité a la ville .(tel que le développement durable, la régénération urbaine…)