Centralité urbaine 02
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Centralité urbaine 02

on

  • 1,345 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,345
Views on SlideShare
1,345
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
225
Comments
1

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
  • svpl j'ai besoin un decument sur la forme radioconcentique voila m e-mail (kari_archi@live.fr)
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Centralité urbaine 02 Centralité urbaine 02 Presentation Transcript

  • République Algérienne Démocratique et PopulaireRépublique Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de L’Enseignement Supérieure et de la Recherche ScientifiqueMinistère de L’Enseignement Supérieure et de la Recherche Scientifique UNIVERSITE Mouloud MAMMERIUNIVERSITE Mouloud MAMMERI TIZI-OUZOUTIZI-OUZOU FACULTE DE GENIE DE LA CONSTRUCTIONFACULTE DE GENIE DE LA CONSTRUCTION DEPARTEMENT D’ARCHITECTUREDEPARTEMENT D’ARCHITECTURE
  • BIBLIOGRAPHIE - Henri Stierlin- l’architecture de l’Islam au service de la foi et du pouvoir- Octobre 2003 -Prière Mrdaga-la ville americaine-fondation et objets-1981 -Jan gympel-histoire de l’architecture de l’antiquité à nos jours- -Leonardo benevolo-histoire de la ville-editions parenthèses-mars 1983 -Antoinette suquet-bounaud-le problème des centre villes à l’étranger -édition l’informations du bâtiment. -Sylvie rimbert-les paysages urbains-4 trimestre 1975. -Leonardo benevolo-histoire de l’architecture moderne-decembre1987. -Vaisa broner-new York face à son patrimoine-Pièrre mardaga éditeur. -Kevin lynch-l’image de la cite- -Philipe panerai-analyse urbaine – édition parenthèse. -Melle kitous –mars2001 processus de production des espaces centraux à partir d’un cas algérien :tizi-ouzou. -Mr fernan-de la dynamique du centre ville, cas de centre d’alger-2004. -Dictionnaire Larousse. -Encarta 2007. Moteur de recherche : google, Yahoo. BIBLIOGRAPHIE
  • PLAN DE TRAVAILPLAN DE TRAVAIL INTRODUCTION :INTRODUCTION : I-I- THERMINOLOGIE :THERMINOLOGIE : II-II- Étude chronologique :Étude chronologique : II-1- De la ville antique à la ville industrielle : (II-1- De la ville antique à la ville industrielle : ( un dedant et un dehors )un dedant et un dehors ) II-1-1- Le centre devin :II-1-1- Le centre devin : A/ L’antiquitéA/ L’antiquité B/ Les GrecsB/ Les Grecs C/ Les RomainsC/ Les Romains II-1-2- Le centre devin / le centre marchand :II-1-2- Le centre devin / le centre marchand : A/ La ville médiévale occidentaleA/ La ville médiévale occidentale B/ La ville arabo-islamiqueB/ La ville arabo-islamique II-1-3- Le centre marchandII-1-3- Le centre marchand A/ La ville préindustrielleA/ La ville préindustrielle B/ La ville industrielleB/ La ville industrielle
  • II-2- La ville contemporaine (II-2- La ville contemporaine (un centre et une périphérieun centre et une périphérie)) II-2-1 approches théoriquesII-2-1 approches théoriques A/ Le centre ville des géographesA/ Le centre ville des géographes B/ Le centre ville des économistesB/ Le centre ville des économistes C/ Le centre ville des sociologuesC/ Le centre ville des sociologues D/ Le centre ville des architectes urbanistesD/ Le centre ville des architectes urbanistes II- 2-2 étude pragmatiqueII- 2-2 étude pragmatique 1- le centre ville cœur et cerveau de la ville1- le centre ville cœur et cerveau de la ville 1-1 les fonctions précises d’un centre1-1 les fonctions précises d’un centre A/ administration et vie civiqueA/ administration et vie civique B/ activités tertiairesB/ activités tertiaires C/ vie sociale et culturelleC/ vie sociale et culturelle D/ vie culturelleD/ vie culturelle
  • 1-2- une fonction controversée du centre1-2- une fonction controversée du centre A/ l’habitationA/ l’habitation B/ l’habitation temporaireB/ l’habitation temporaire 1-3- loisirs et espaces libres1-3- loisirs et espaces libres 2- le centre ville:2- le centre ville: A/ délimitation d’un centreA/ délimitation d’un centre B/ superficie d’un centreB/ superficie d’un centre C/ forme d’un centreC/ forme d’un centre 3- la structure d’un centre3- la structure d’un centre A/ centre monofonctionnelA/ centre monofonctionnel B/ centre polyfonctionnelB/ centre polyfonctionnel III- les exemples à étudierIII- les exemples à étudier le Cairele Caire ParisParis New YorkNew York BrasiliaBrasilia -- CONCLUSION-CONCLUSION-
  • INTRODUCTIONINTRODUCTION «« Aujourd’hui, il est impensable de se présenter l’urbain en dehorsAujourd’hui, il est impensable de se présenter l’urbain en dehors de la figure de la centralité… la centralité urbaine était unde la figure de la centralité… la centralité urbaine était un principe d’organisation de l’espace des villes actuelles, maisprincipe d’organisation de l’espace des villes actuelles, mais aussi de celles qui leur ont préexisté .Le centre est saisi commeaussi de celles qui leur ont préexisté .Le centre est saisi comme élément constitutif et immuable de la structure urbaineélément constitutif et immuable de la structure urbaine. » De se. » De se fait comment, dans le temps et dans l’espace, cet élémentfait comment, dans le temps et dans l’espace, cet élément constitutif s’y figurer, et ce concept s’y matérialiser ?constitutif s’y figurer, et ce concept s’y matérialiser ? L’apparition de la vie commune est due au monde antique ; la villeL’apparition de la vie commune est due au monde antique ; la ville commence à se former pour des raisons offensifs ou défensifs,commence à se former pour des raisons offensifs ou défensifs, ou pour la simple volonté de créer un espace de convergenceou pour la simple volonté de créer un espace de convergence ..De là le concept de la centralité commence à naître...De là le concept de la centralité commence à naître. Dans ces villes là, un lieu (espace) important réservé à un élémentDans ces villes là, un lieu (espace) important réservé à un élément constitutif qui le centre. Celui-ci a connu plusieursconstitutif qui le centre. Celui-ci a connu plusieurs transformations, car la ville n’est pas figée dans le temps ; elle atransformations, car la ville n’est pas figée dans le temps ; elle a une structure dynamique. De là, le centre qui était un centreune structure dynamique. De là, le centre qui était un centre géométrique devient un pôle d’attraction.géométrique devient un pôle d’attraction.
  • Que veut dire un centre ? Que veut dire une centralité ? et avant tout,Que veut dire un centre ? Que veut dire une centralité ? et avant tout, que veut dire une ville ?que veut dire une ville ? Quels étaient les modes de production de la centralité urbaine et deQuels étaient les modes de production de la centralité urbaine et de centre urbain ? Ces deux notions sont elles figées dans le temps etcentre urbain ? Ces deux notions sont elles figées dans le temps et dans l’espace ?quel rôle avaient elles jouées ?dans l’espace ?quel rôle avaient elles jouées ? Ces questions et d’autres vont être abordé dans la première partie deCes questions et d’autres vont être abordé dans la première partie de l’exposé.l’exposé. La deuxième partie va aborder la question de centre villeLa deuxième partie va aborder la question de centre ville contemporaine, celle-ci a connu un grand bouleversement avec lacontemporaine, celle-ci a connu un grand bouleversement avec la révolution industrielle. Et de là une crise de centre fut apparaître, ilrévolution industrielle. Et de là une crise de centre fut apparaître, il n’est plus en mesure de population qui attire, donc quelles sont lesn’est plus en mesure de population qui attire, donc quelles sont les alternatives de science de l’urbain à cette crise ? Et quel estalternatives de science de l’urbain à cette crise ? Et quel est l’aménagement qu’on peut proposer pour ces centres villes ?l’aménagement qu’on peut proposer pour ces centres villes ? Comment peut on le prendre en conscience ? Quelle est la structureComment peut on le prendre en conscience ? Quelle est la structure de ces centres ?de ces centres ? L’héritage historique,les formes de centralité,la manière dont le centreL’héritage historique,les formes de centralité,la manière dont le centre est produit, la place occupée par le centre à différentes échelles etest produit, la place occupée par le centre à différentes échelles et d’autres critères ont été a l’origine de choix des exemples avecd’autres critères ont été a l’origine de choix des exemples avec lesquels on va illustrer notre étude. Enfin, la question de centre et delesquels on va illustrer notre étude. Enfin, la question de centre et de centralité est très vaste et compliquée, elle a été et est toujours l’uncentralité est très vaste et compliquée, elle a été et est toujours l’un des sujets majeurs de l’urbanisme modernedes sujets majeurs de l’urbanisme moderne
  • I-TERMINOLOGIEI-TERMINOLOGIE *LA VILLE :*LA VILLE : - La complexité du phénomène urbain engendre une difficulté sans borne- La complexité du phénomène urbain engendre une difficulté sans borne pour définir la ville. Pour cela nous situons notre points de vue sur despour définir la ville. Pour cela nous situons notre points de vue sur des citations précisent.citations précisent. « La ville demeure une création historique particulière, elle n’a pas toujours existé mais est apparue à un certain moment de l’évolution de la société, et peut disparaître ou être radicalement transformée à un autre moment. Elle n’est pas le fait d’une nécessité naturelle, mais celui d’une nécessité historique » Leonardo Benevolo « l’histoire de la ville» « La ville est non seulement un objet perçu et peut-être apprécié par des millions de gens, de classe et de caractère très différents, mais elle est également le produit de nombreux constructeurs qui sont constamment entrain d’en modifier la structure pour des raisons qui leur sont propres. Tandis qu’elle peut rester stable dans ses grandes lignes pendant un certain temps ». Kevin Lynch « l’image de la cité »
  • LES ELEMENTS DE LALES ELEMENTS DE LA VILLEVILLE a/ LES VOIES :a/ LES VOIES : les voiesles voies sont les chenaux le longsont les chenaux le long desquels l’observateur sedesquels l’observateur se déplacedéplace habituellement,occasionnellhabituellement,occasionnell ement ou potentiellement :ement ou potentiellement : rues , allés piétonnière ,rues , allés piétonnière , voies de métropolitain , desvoies de métropolitain , des canaux des voies de chemincanaux des voies de chemin de fer…de fer…
  • b/ LES LIMITES :b/ LES LIMITES :ce sont les éléments, de mêmece sont les éléments, de même caractère que les voies mais de fonctions différentes ,caractère que les voies mais de fonctions différentes , elles sont considérées comme des frontières entre deuxelles sont considérées comme des frontières entre deux phases,les solutions des continuités linéaires : virages ,phases,les solutions des continuités linéaires : virages , tranchées de voies ferrées , limites d’extension ,tranchées de voies ferrées , limites d’extension , murs…murs… c/ LES QUARTIERS :c/ LES QUARTIERS : les quartiers sont des parties de lales quartiers sont des parties de la ville, d’une taille assez grande qu’on représente commeville, d’une taille assez grande qu’on représente comme un espace à deux dimensions, ou un observateur peutun espace à deux dimensions, ou un observateur peut pénétrer par la pensée, et qui se reconnaissent parcepénétrer par la pensée, et qui se reconnaissent parce qu’elles ont un caractère général qui permet de lesqu’elles ont un caractère général qui permet de les identifier. Cette identification est possible grâce à sonidentifier. Cette identification est possible grâce à son homogénéité sur le plan morphologique. un quartierhomogénéité sur le plan morphologique. un quartier peut s’identifier à travers la pratique sociale, les lieuxpeut s’identifier à travers la pratique sociale, les lieux d’activités, les services d’équipements.d’activités, les services d’équipements.
  • d/ LES NŒUDS : les nœuds sont des points stratégiques d’une ville, un nœud peut être un point de jonction, un endroit ou on change de système de transport, un croissement ou un point de convergence de voies, ils tirent leur importance du fait qu’ils sont une concentration de certaines fonctions urbaines.
  • e/ LES POINTS DE REPERES : les points de repères sont un autre type de référence ponctuelle, mais dans ce cas, l’observateur n’y pénétrant pas, ils sont externes. Ce sont généralement des objets physiques et certains points de repères sont des objets éloignés.
  • QUELLQUES DEFINITIONSQUELLQUES DEFINITIONS a/ LE CENTRE :a/ LE CENTRE : la transformation dans le territoire, etla transformation dans le territoire, et l’évolution du phénomène urbain montre et confirmel’évolution du phénomène urbain montre et confirme que le centre de tout environnement socio- physique estque le centre de tout environnement socio- physique est façonné par les activités humaines.façonné par les activités humaines. « Le centre est un regroupement d’équipements de nature« Le centre est un regroupement d’équipements de nature diverse et d’un nombre variable organisé et intégré dansdiverse et d’un nombre variable organisé et intégré dans un réseau d’infrastructure. Il assure des prestations desun réseau d’infrastructure. Il assure des prestations des services d’un certain niveau, il favorise les échanges etservices d’un certain niveau, il favorise les échanges et les diffusions des informations, il participe à lales diffusions des informations, il participe à la distribution, consommation de certains biens pour unedistribution, consommation de certains biens pour une population donnée distribuée dans une aire urbainepopulation donnée distribuée dans une aire urbaine déterminée et délimitée. »déterminée et délimitée. » Alberto Zucchelli- introduction àAlberto Zucchelli- introduction à l’urbanisme opérationnell’urbanisme opérationnel
  • b/ CONCEPT DE CENTRALITE :b/ CONCEPT DE CENTRALITE : il fautil faut l’admettre :la centralité n’est pas le centre. on nel’admettre :la centralité n’est pas le centre. on ne peut pas définir le centre urbain en faisantpeut pas définir le centre urbain en faisant abstraction des fonctions centrales qui s’yabstraction des fonctions centrales qui s’y remplissent, quoique nécessaire ne suffisent pas àremplissent, quoique nécessaire ne suffisent pas à définir le contenu de la notion de centre.définir le contenu de la notion de centre. « Centralité est elle devenue une notion dormante. Il« Centralité est elle devenue une notion dormante. Il est vrai que la notion de centralité, abstraite dansest vrai que la notion de centralité, abstraite dans son essence, à un pouvoir mobilisateur moins queson essence, à un pouvoir mobilisateur moins que les quartiers anciens dont l’aménagement estles quartiers anciens dont l’aménagement est devenu un des objectifs contemporains majeurs. »devenu un des objectifs contemporains majeurs. » J. P. Levy - centresJ. P. Levy - centres villes en mutation, P42villes en mutation, P42
  • C/ LE PASSAGE DU CENTRE AC/ LE PASSAGE DU CENTRE A LA CENTRALITE :LA CENTRALITE : «« Du centre à la centralité, l’écart estDu centre à la centralité, l’écart est celui qui oppose le lieu à lacelui qui oppose le lieu à la fonctionfonction »» Jean Samuel Bordreuil - la productionJean Samuel Bordreuil - la production de la centralité urbaine, p30de la centralité urbaine, p30
  • II- ETUDE CHRONOLOGIQUE : II- 1 DE LA VILLE ANTIQUE A LA VILLE INDUSTRIELLE (UN DEDANS ET UN D’HORS): II-1-1 LE CENTRE DEVIN : L’ANTIQUITE : les villes antiques étaient souvent situées sur des hauteurs, le centre ville était un groupe d’habitations protégés par une enceinte assurant principalement une protection mais aussi une concentration idéale pour la religion.
  • En Inde : l’espace centrale était réservé à Brahmâ, l’aspect religieux est le symbole essentiel dans ces cités.
  • En Égypte : La centralité apparaît comme un espace religieux, le centre n’apparaît qu’à travers divers édifices de culte, lieu de résidence du dieu de la ville, son rôle spirituel avec les temples qui sont les symboles de la ville, ou les gens se dirigent vers cet espace central, pour rendre hommage à un dieu.
  • Les Grecs : à l’age du bronze la Grèce se trouve à la périphérie du monde civilisé ;un pays montagneux devisé en grand nombre de petit royaumes indépendants dans chacun d’eux une famille de guerriers domine. A l’origine il y a une colline, ou se réfugient les habitants de la compagne pour se défendre de leurs ennemis ; plus tard l’agglomération s’étend dans la plaine voisine entourée d’une enceinte fortifiée. On distingue alors la ville haute (l’acropole ou se trouvent les temples des dieux) et la ville basse (l’asti ou se déroulent les activités commerciales et les relations civiles). L’acropole et l’agora sont les principaux éléments originaux de la ville grecque.
  • L’acropole : centre politique et religieux, généralement située sur les hauteurs elle est à la fois le centre visuelle et le centre organisateur de la ville, (elle domine tout la ville elle est consacré au dieu protecteur de la ville , à l’origine c’était foyer du palais du roi puis il devient un lieu symbolique annexé à l’édifice ou résident les premiers dignitaires de la ville . L. Munford souligne l’importance de l’acropole : « Maison des dieux de la cité et commémorant les faits marquants de sa construction et de son histoire, l’acropole était vraiment le cœur de la cité et le lieu de ses activités les plus importantes ».
  • L’AGORA : une place publique réservé aux multiples rapport de la vie  quotidienne, lieu de réunion pour écouté les discisions des chefs ou pour  délibérer, on trouve aussi des temples, tribunal, elle avait donc un statut  religieux avant de se retrouver au milieu des édifices administratif, culturels  et commerciaux, ainsi apparaît l’agora comme un espace multifonctionnelle,  ou toutes sortes d’activités peuvent prendre place.                                                   L MUMFORD:  écrit:’’Nous voici parvenus au centre plein d animation de la cité Grecque;l’agora ‘’ L agora concurrence l’acropole,celle-ci garde sa puissance religieuse.        Le passage de la royauté à la démocratie et de l’acropole à l’agora  exprime le passage d’une centralité à une autre .
  • LA VILLE ROMAINNE :LA VILLE ROMAINNE : à l’age de fer :à l’age de fer : Elle n’était q’une petite ville sansElle n’était q’une petite ville sans importance à la frontière du territoireimportance à la frontière du territoire étrusque et du territoire colonisé parétrusque et du territoire colonisé par les grecques , et elle se développeles grecques , et elle se développe ensuite jusqu’à dominer l’ensemble duensuite jusqu’à dominer l’ensemble du monde méditerranéen.monde méditerranéen. Cette ville s’organise autour d’un centreCette ville s’organise autour d’un centre vital marqué par le forum qui est unevital marqué par le forum qui est une vaste place d’allées entourées devaste place d’allées entourées de portique à la rencontre du cardo etportique à la rencontre du cardo et décumanus, c’était un lieu privilégiédécumanus, c’était un lieu privilégié de la communication et d’échange, ilde la communication et d’échange, il rassemblait la fonction juridique,rassemblait la fonction juridique, religieuse, politique, culturelle etreligieuse, politique, culturelle et commerciale.commerciale. FRANCOIS CHOAY a distingué deuxFRANCOIS CHOAY a distingué deux types de forums :types de forums :
  • LE FORUM IMPERIAL : Qui comporte, basilique sanctuaire, bibliothèques, boutiques. LE FORUM REPUBLICAIN : Qui ressemble plus à l’agora grecque, dont il c’est inspiré. La conception fermée du forum et les fonctions qu’il remplit font de lui lieu civique des fonctionnaires non des citoyens, c’est moins un espace public.
  • II-1-2 LE CENTRE DEVIN / LE CENTRE MARCHAND : A-LA VILLE MEDIEVALE OCCIDENTALE : Durant le 19éme siècle dans les villes qui se trouvaient aux frontières de monde civilisé de l’antiquité , une nouvelle vie économique et civilisé prend forme : elle s’y faite quand la division de travail ,une production et une sécurité suffisantes permirent le développement des activités et d’échange. Avec cette nouvelle vie , une nouvelle organisation spatial prend forme ;le pouvoir de ces villes à offrir des emplois , fait d’elles un espace de convergence et d’attraction des populations de la
  • 1-LE HAUT MOYEN AGE :1-LE HAUT MOYEN AGE : la ville (le bourg) accueillie cesla ville (le bourg) accueillie ces populations qui s’installent dans ses portes ou créent des fou bourgspopulations qui s’installent dans ses portes ou créent des fou bourgs qui quelque fois deviennent plus important que le noyau original :qui quelque fois deviennent plus important que le noyau original : une nouvelle enceinte est à construire. Les éléments centralisateursune nouvelle enceinte est à construire. Les éléments centralisateurs de cette ville sont : le château et le monastère : élément organisateurde cette ville sont : le château et le monastère : élément organisateur de la société représentant l’aspect politique et spirituelle. Ende la société représentant l’aspect politique et spirituelle. En revanche , le centre marchand qui joue un rôle important n’est pasrevanche , le centre marchand qui joue un rôle important n’est pas exprimait spatialement.exprimait spatialement. Comme le note L.MUMFORD «Comme le note L.MUMFORD « les lieu d’échanges sont situe à la  les lieu d’échanges sont situe à la  périphérie, ou de moins en ces endroits ou l’interne communique périphérie, ou de moins en ces endroits ou l’interne communique  avec l’externe. » avec l’externe. » 
  • La ville médiévale est caractérisée par : UNE STRUCTURE NON CONCENTRIQUE :les échanges se diffuse dans l’ensemble urbain « dans la mesure ou ces produits sont vendus a  proximité immédiate de leurs lieux de production. » Deux principes spatialisent le corps urbain : *rues (ou plus largement les quartiers) : font de la ville un ensemble de petites cités avec une certaine autonomie mais qui s’intègrent dans le complexe urbain. *les remparts : qui matérialisent l’opposition de dedans et d’hors. Certains auteurs affirment la polycentralité du tissu urbain, L. Benevolo note : « l’espace public de la ville médiévale a une structure complexe,  car il est le lieu des différents pouvoirs ; l’épiscopat, le gouvernement  municipal, les ordres religieux, les corporations, ainsi une ville  relativement grande n’a jamais un seul centre : elle a un centre  religieux (avec la cathédrale et le palais épiscopal)..un centre  civil(avec le palais communal), un ou plusieurs centres commerciaux  avec les ‘loggias’ et les palais des associations  marchandes. Ces  zones peuvent en partie coïncider, mais l’opposition entre le pouvoir  civil et le pouvoir religieux qui n’existe pas dans l’antiquité est  toujours plus moins marqué »
  • La ville médiévale est caractérisée par : UNE STRUCTURE NON CONCENTRIQUE :les échanges se diffuse dans l’ensemble urbain « dans la mesure ou ces produits sont vendus a proximité immédiate de leurs lieux de production. » Deux principes spatialisent le corps urbain : *rues (ou plus largement les quartiers) : font de la ville un ensemble de petites cités avec une certaine autonomie mais qui s’intègrent dans le complexe urbain. *les remparts : qui matérialisent l’opposition de dedans et d’hors. Certains auteurs affirment la poly centralité du tissu urbain, L. Benevolo note : « l’espace public de la ville médiévale a une structure complexe, car il est le lieu des différents pouvoirs ; l’épiscopat, le gouvernement municipal, les ordres religieux, les corporations, ainsi une ville relativement grande n’a jamais un seul centre : elle a un centre religieux (avec la cathédrale et le palais épiscopal)..un centre civil(avec le palais communal), un ou plusieurs centres commerciaux avec les ‘loggias’ et les palais des associations marchandes. Ces zones peuvent en partie coïncider, mais l’opposition entre le pouvoir civil et le pouvoir religieux qui n’existe pas dans l’antiquité est toujours plus moins marqué »
  • 2-LE BAS MOYEN AGE : Ce n’est que vers la fin de moyen âge que les villes médiévales tendent à se centraliser spatialement : à s’organiser autours d’un hall. Le centre ici reflète des principes d’unités profondes symboliques, il exprime la volonté d’un dedans qui étend se partager de son entours, il est le point le plus intérieur, le plus antérieur de la ville.
  • B-LA VILLE ARABO ISLAMIQUE : tandis que en Europe, la civilisation et l’environnement médiévaux prennent forme, dans le monde méditerranéen la civilisation islamique est déjà pleinement développée. Dans chaque ville conquise ou créé en islam, un emplacement central est réservé à la construction d’une grande mosquée ; celle-ci devient l’élément organisateur de la trame urbaine. Selon les fonctions attribuées à cette mosquée on peut distinguer deux formes de structuration de l’espace urbain.
  •       La mosquée est polyfonctionnelle :La mosquée est polyfonctionnelle : généralement c’est le cas des villes de proche et moyen orient, ou lagénéralement c’est le cas des villes de proche et moyen orient, ou la mosquée constitue le point de départ de l’organisation spatialemosquée constitue le point de départ de l’organisation spatiale urbaine ;son emplacement au centre attire les activitésurbaine ;son emplacement au centre attire les activités commerciales,avec les activités politiques et économiques quicommerciales,avec les activités politiques et économiques qui viennent se greffer autour. A.Raymound souligne que : « dans la plusviennent se greffer autour. A.Raymound souligne que : « dans la plus part des cas, un édifice religieux sert de noyau à un complexepart des cas, un édifice religieux sert de noyau à un complexe économique très diversifié (han, quisariyya, suq, boutiques isolées),économique très diversifié (han, quisariyya, suq, boutiques isolées), l’ensemble étant souvent réalisé avec une remarquable cohérencel’ensemble étant souvent réalisé avec une remarquable cohérence architecturale ce qui permet de passer sans hiatus du lieu de culte auarchitecturale ce qui permet de passer sans hiatus du lieu de culte au centre de commerce »centre de commerce »
  • La mosquée est monofonctionnelle : dans le cas des villes de Maghreb généralement (Algérie, Tunisie,…) une volonté de donner aux choses sacrés une place à part, interdirait de mêler les activités économiques ou autres à l’activité religieuse. Cette volonté est exprimée spatialement par le rejet du marché à la périphérie tandis que le centre est occupé par l’unique mosquée qui souvent domine la ville (la centralise).
  • II-1-3 LE CENTRE MARCHANDII-1-3 LE CENTRE MARCHAND :: 1-La ville préindustrielle : c’est à la fin du moyen âge que la fonction commerciale devient prépondérante dans le centre ville. Le centre ville se distinguait par un tracé géométrique souvent régulier et une occupation maximale des parcelles. La grande place du marché occupait le centre géométrique de centre ville, c’est un lieu de convergence des rues principales constituées de commerces et d’habitats. Durant cette période plusieurs centres villes se sont créés prés des voies navigables pour l’échange commercial. La marchandise remplace les divinités de l’antiquité, le centre ville était devenu un lieu de communication et de concentration de différents types d’activités.
  • 2-La ville industrielle : le développement des forces productrices et matrices, l’exode rural et le transport mécanique ont provoqué une transformation sans précédant des centres villes. Les villes s’étendent dans toutes les directions et une nouvelle zone construite se forme autour du noyau ancien : la périphérie. L’émergence de la centralité moderne a été donc accompagnée par un bouleversement de la ville dans son entier. Cette centralité qui apparaît, ne se produit pas au centre mais à coté, se fixant autour des boulevards c-à-d en bordures de l’ancienne ville. Cette nouvelle centralité ne porte pas en elle des principes d’unités symboliques ou politiques, et ne s’édifie pas autour des édifices du pouvoir. L’excentration du pouvoir politique engendre un profond changement dans l’organisation spatiale du nouveau centre:c’est la circularité et l’accessibilité de la marchandise qui procèdent à son élaboration. Cette nouvelle polarisation qui marginalise spatialement les édifices du pouvoir, trouve un support adéquat dans l’activité commerciale produisant ainsi un centre essentiellement commercial.
  • II- 2 LA VILLE CONTEMPORAINEII- 2 LA VILLE CONTEMPORAINE (UN CENTRE ET UNE PERIPHERIE)(UN CENTRE ET UNE PERIPHERIE) l’avènement de la révolution industrielle, avec sonl’avènement de la révolution industrielle, avec son impact sur les moyens de production, a été àimpact sur les moyens de production, a été à l’origine de profonde mutations sur la structure desl’origine de profonde mutations sur la structure des villes. Cette mutation s’y est exprimée par un doublevilles. Cette mutation s’y est exprimée par un double événement : implosion (ville espace convergeant) etévénement : implosion (ville espace convergeant) et explosion (passage de dedans /d’hors auexplosion (passage de dedans /d’hors au centre/périphérie).centre/périphérie). Ce double phénomène a mis la ville moderne en crise,Ce double phénomène a mis la ville moderne en crise, des alternatives et des interventions ont été appeléesdes alternatives et des interventions ont été appelées aux remèdes : celles de mouvement moderne. Ceaux remèdes : celles de mouvement moderne. Ce dernier a fait de la ville un ensemble des fragmentsdernier a fait de la ville un ensemble des fragments et une addition des zones reliées entre elles par leset une addition des zones reliées entre elles par les moyens de transport, la ville perd sa raison d’être.moyens de transport, la ville perd sa raison d’être. La question donc est devenue celle de tous le monde.La question donc est devenue celle de tous le monde.
  • II- 2-1 APPROCHE THEORIQUE :II- 2-1 APPROCHE THEORIQUE : Le centre ville des géographes :Le centre ville des géographes : « la partie fondamentale de l’organisation urbaine, celle qui assure la  vie et l’activité. C’est le siège du pouvoir organisateur public et privé,  spontané ou réglementé qui assure le développement urbain et régit  les rapports avec la périphérie rurale ou urbaine. » J.Beaujeau Garnier Dans la littérature géographique ce terme s’applique à ce que l’on qualifie souvent de cité. Le centre ville est aussi appelé noyau urbain originel, historique et fonctionnel, comportant les édifices et les monuments ayant annoncé et constitué la première étincelle de la ville. D’une manière générale, la géographie urbaine s’intéresse surtout à la fonction et la densité du centre, se signifiant du centre ville réside dans sa capacité de polariser les fonctions importantes.
  • Le centre ville des économistes : le centre est considéré comme un objet spécifique de la théorie économique caractérisée par l’intensité des relations, la proximité des agents économique, la concurrence sur le sol et par la spécifiété des fonctions qui s’y exercent. Pour être précis, pour l’économie urbaine, la qualité du centre ville dépend des types d’activités qui y sont localisées et de leurs aires d’influence.
  • Le centre ville des sociologues le centre sociologique de la ville est la co-présence en même moment et au même lieu de plusieurs éléments de la structure sociale. Il est fortement peuplé, toutes les couches sociales y résident, il est le lieu d’échanges, de contactes, d’identification, de lutte des classes et support de mémoire collective à l’inverse de sa périphérie. Pour les sociologues, il est important d’identifier les effets sociaux qu’engendre la dynamique du centre et les nouvelles notions qu’elles ont produit entre autres la centralité.
  • Le centre ville des architectes urbanistes : le centre ville des architectes urbanistes est un espace structuré, c a d, il existe une organisation entre ses différentes parties, d’où la « notion de structure  urbaine » caractérisé par le type d’urbanisation, par le mode de développement, par son architecture et par ses réseaux de voiries diverses. Cependant, en plus de la lecture diachronique des modèles de centres villes les plus répandus à travers le monde déjà abordé, nous proposons le contenu fonctionnel et spatio-formel du centre ville abordé par plusieurs chercheurs, et parmi eux : Aldo Rossi, Kevin Lynch, Philippe Pannerai.
  • Pour Aldo RossiPour Aldo Rossi ; «; « chaque ville possède un centre plus au moinschaque ville possède un centre plus au moins complexe, présentant des caractéristiques diverses, et que cecomplexe, présentant des caractéristiques diverses, et que ce centre joue un rôle particulier dans la vie urbaine. »centre joue un rôle particulier dans la vie urbaine. » Aldo Rossi considère le centre ville comme étant une architecture, et il entend ‘’la construction de la ville dans le temps’’ pour les hommes, pour vivre en collectivité dans un environnement basé sur l’esthétique et l’harmonie. La forme du centre ville est marquée par des ‘’faits urbains’’ qui peuvent être soient des monuments soient des groupes d’édifices qui vont former une partie du centre ville et qui peuvent structurer la ville. Cependant, il existe d’autres approches qui abordent le centre ville à travers sa qualité visuelle et perceptuelle. Dont on a l’approche paysagiste qui étudie les perceptions des formes et la matérialité sensible des signes.
  • Pour Kevin Lynch; l’image de l’environnement peut s’analyser à travers trois composantes ; identité, structure et signification. Il est commode de les séparer pour l’analyse, tout en se rappelant qu’en réalité elles se présentent toujours ensemble. Identité : on reconnaît un objet comme une entité séparée, on le distingue des autres choses. Structure : l’image doit comprendre la relation spatiale ou paradigmatique de l’objet avec l’observateur et avec les autres choses. Signification : l’objet soit pratique soit émotive pour l’observateur.
  • PourPour PhilippePhilippe PaneraiPanerai Sans oublier l’approche typo morphologique qui abord la ville sur tout les plans.
  •       Pour Philippe Pannerai; « le tout est marqué la présence d’un bâti  ou l’ancienneté, la variété et la diversité coexistent par une évidence des  espaces publics et une générosité de leurs traitement, par la forte  concentration d’équipements publics et d’institutions, par la présence  importante des activités commerciales, par la complexité des  fonctions… »   Pour lui l’élargissement du centre peut utiliser plusieurs modes. On a dans une structure radioconcentrique, il maintient une hiérarchie qui conserve au centre historique sa position centrale. On a aussi le cas d’un centre moderne qui se juxtapose au centre historique. Ou l’ensemble forme un tout assez compact à partir duquel les caractères de la centralité décroissent de manière progressive. Le cas de l’isolement du centre historique et le développement avec une centralité singulière pour chaque faubourg. Pour Pannerai cet élargissement des centres engendrent des complémentarités et des modulations, des rivalités et des concurrences. 
  • III- ETUDE PRAGMATIQUE :III- ETUDE PRAGMATIQUE : III-1- LE CENTRE VILLE – CŒUR ETIII-1- LE CENTRE VILLE – CŒUR ET SERVEAU DE LA VILLE:SERVEAU DE LA VILLE: le centre ville de notre époque, est à la fois lele centre ville de notre époque, est à la fois le forum et l’acropole antiques, il est d’abordforum et l’acropole antiques, il est d’abord le cœur, le fétus de la ville, et de tous ce qu’ille cœur, le fétus de la ville, et de tous ce qu’il entoure ; c’est un lieu de réunion etentoure ; c’est un lieu de réunion et d’échange de l’ensemble des habitants, il estd’échange de l’ensemble des habitants, il est aussi le moyen d’un vaste système deaussi le moyen d’un vaste système de communication (favorisé par les moyens decommunication (favorisé par les moyens de transport)transport) ..
  • III-1-1-LES FONCTIONS PRÉCISES D’UN CENTRE : Il s’agit des fonctions, qui contribueraient à en faire d’un centre un organe spécialisé A/ ADMINISTRATION ET VIE CIVIQUE : Comme il en a toujours ainsi, la première fonction d’un centre d’une ville, est évidemment l’administration. Les édifices représentatifs de la fonction administrative sont : Hôtel de ville,salle de réception ou de fête,siéges des assemblés,palais de justice,logis et bureaux des personnalités municipales de premier plan,souvent dans les centre nouveaux,ces services municipaux sont regroupés dans un ou plusieurs bâtiments.
  • B/ ACTIVITÉS TERTIAIRES :B/ ACTIVITÉS TERTIAIRES : Ces activités groupent tout ceCes activités groupent tout ce qui est travail de bureau ouqui est travail de bureau ou de magasin, ainsi que lesde magasin, ainsi que les services.services. Ces activités se groupent sousCes activités se groupent sous trois rubriquestrois rubriques :: LES AFFAIRES :LES AFFAIRES : L’une des activités pour les quelles le groupement de leur éléments dans le centre d’une ville présente le plus d’intérêts, d’ailleurs, les bureaux d’affaires ou se trouvent réunis les siéges sociaux de sociétés commerciales ou industrielles, les banques et établissements de crédit, les assurances…
  • ACTIVITÉS COMMERCIALES :ACTIVITÉS COMMERCIALES : Pour ces activités, le centre a un très grand rôle à jouer ;Pour ces activités, le centre a un très grand rôle à jouer ; il essaye d’offrir des marchandises et des servicesil essaye d’offrir des marchandises et des services d’une espère et d’une qualité impossibles à obtenird’une espère et d’une qualité impossibles à obtenir ailleurs : ces le rôle essentiel du centre en matière deailleurs : ces le rôle essentiel du centre en matière de commerce et la base de sa prospérité.commerce et la base de sa prospérité.
  • SERVICES :SERVICES : Il est bien évident que lesIl est bien évident que les fonctions de services sontfonctions de services sont représentées aureprésentées au centre,étant liées auxcentre,étant liées aux autres fonctions :bureauxautres fonctions :bureaux de poste et organisme dede poste et organisme de toutes sortes ,toutes sortes , restaurants , cafés ,restaurants , cafés , coiffeurs , cordonniers ,coiffeurs , cordonniers , teinturiers , ateliers deteinturiers , ateliers de réparation , stations-réparation , stations- service ,etc. ont leur placeservice ,etc. ont leur place au centre de la ville .au centre de la ville .
  • C/ VIE SOCIALE ET CULTURELLE :C/ VIE SOCIALE ET CULTURELLE : Les échanges intellectuels ou affectifs, individuels ou collectifs, multiples et infinimentLes échanges intellectuels ou affectifs, individuels ou collectifs, multiples et infiniment variés, qui forment la vie sociale et culturelle, constituent un aspect important de lavariés, qui forment la vie sociale et culturelle, constituent un aspect important de la vie urbaine.vie urbaine. Ce sont eux, qui en grande partie, créent cet élément impalpable, déficil à définir, maisCe sont eux, qui en grande partie, créent cet élément impalpable, déficil à définir, mais primordial : l’âme de la ville.primordial : l’âme de la ville. Ce qui présente la vie culturelle et sociale ajoute, par leur caractère architectural, à laCe qui présente la vie culturelle et sociale ajoute, par leur caractère architectural, à la beauté et prééminence de ce centre.beauté et prééminence de ce centre. Les édifices culturels sont certainement le plus notables de noyau de la ville.Les édifices culturels sont certainement le plus notables de noyau de la ville.
  • D/ VIE CULTURELLE :D/ VIE CULTURELLE : Comme dans les villes anciennes, ou le centre est presque toujours dominé par un édifice religieux, dans les nouvelles villes. La vie culturelle est également représentée au centre : néo moine la tendance parait être à les placer plutôt dans les quartiers résidentiels dominant ainsi à la vie religieuse un lieu plus étroit avec la vie familiale, une certaine intimité
  • III-1-2-UNE FONCTION CONTROVERSÉEIII-1-2-UNE FONCTION CONTROVERSÉE DE CENTRE :DE CENTRE : A / L’HABITATION :A / L’HABITATION : quelque soit l’age de son centre , c’est un fait que par tout la fonction habitation est de nos jours infiniment moins représentée dans les centre des villes qu’autre fois et ce à pour les raison ci-dessous : Devloppement plus considérable des activités tertiaires Les activités relatives à l’administration et à la vie civique exigent des places et font monter le prix des terrains. Exigences accrues des familles de confort surface de logement, et des espaces autour des immeubles et les encouragements des urbanistes, sociologues, hygiénistes concernant ces exigences. L’exode spontané des habitants vers la périphérie et la banlieue, en raison de ces exigences Politique d’habitation en vue d’exclure celle-ci de centre ville Quoi qu’il soit , le centre ville , avec les avantages qu’il offre possibilités de distraction , de culture , de vie sociale ainsi que la proximité de travail ou des magasins , ainsi le besoin de centre de la population pour qu’il vit normal (il l’empêche de mourir) Rend impossible l’exclure de l’habitant.
  • B/ HABITATION TEMPORAIRE : « HOTEL » :B/ HABITATION TEMPORAIRE : « HOTEL » : Le rôle d’accueil des villes est assuré par une formeLe rôle d’accueil des villes est assuré par une forme d’habitation, qu’a sons doute sa place dans led’habitation, qu’a sons doute sa place dans le centre : ce sont les hôtels.centre : ce sont les hôtels.
  • III-1-3-LOISIRES ETIII-1-3-LOISIRES ET ESPACES LIBRES.ESPACES LIBRES. La vie actuelle tenaitLa vie actuelle tenait une place importanteune place importante parmi les fonctions deparmi les fonctions de la ville, elle s’exerce àla ville, elle s’exerce à l’abri des bâtimentsl’abri des bâtiments spécialisés ou en plainspécialisés ou en plain air. (Terrains de jeux,air. (Terrains de jeux, parcs)parcs)
  • Pour une efficacité de ces centres :Pour une efficacité de ces centres : La condition essentielle d’unLa condition essentielle d’un bon fonctionnement de cetbon fonctionnement de cet organe important d’uneorgane important d’une ville est qu’il ne contienneville est qu’il ne contienne pas tous dans un autre.pas tous dans un autre.  Une certaineUne certaine décentralisation desdécentralisation des fonctions (administrativesfonctions (administratives et tertiaires) est nécessaireet tertiaires) est nécessaire  Les activités secondaires :Les activités secondaires : industrie, stockage sont àindustrie, stockage sont à exclure des centres.exclure des centres.  L’habitation, surtout celleL’habitation, surtout celle exige de grande surface,exige de grande surface, tend à désertes les centres.tend à désertes les centres.  L’enseignement, saufL’enseignement, sauf situation spécialise peutsituation spécialise peut être considéré comme uneêtre considéré comme une fonction du centre lorsquefonction du centre lorsque il s’agit d’enseignementil s’agit d’enseignement supérieure (le voisinagesupérieure (le voisinage d’édifices culturels).d’édifices culturels).  La multiplicité desLa multiplicité des fonctions est nécessaire, unfonctions est nécessaire, un centre doit êtrecentre doit être administratif et civiqueadministratif et civique d’affaires, commerciale etd’affaires, commerciale et culturel.culturel.
  • III-2- LE CENTRE VILLE: I-DELIMITATION: pour une prise de conscience de ce qui représente le centre dans une ville moderne. Le centre est un véritable organe ayant des fonctions précises, et faisant l’objet d’un plan particulier (dans un plan général). Ce plan représente la délimitation du centre ;sans qu’il est bien évident défficile, ou ce n’est impossible d’aborder la question de centre : savoir ou commence il ? Quand est ou dans le centre ? Et ou finit il ? Sur quoi peut elle la délimitation ce basée ? Elle se fait selon certain nombre de données et des possibilités pratiques : Les fonctions dévolues au centre : l’ensemble des fonctions et l’appartenance de chacune de ces fonctions qu’on désire lui attribuer. Dans les villes analysées on parle de (and use) : l’utilisation qui doit être faite du terrain pour des catégories de bâtiments ressortissants à telle ou telle fonction. Analyse de certaines évolutions : nombre d’habitants et densité d’habitations, augmentation des « facteurs d’occupation » par accroissement du nombre des employés des entreprises, prix élevé du terrain,…. Conception de centre : volume et hauteur des bâtiments, nécessité de la circulation et du stationnement, superficie relative des espaces verts (résultante d’idées théoriques sur le caractère du centre étant le siège de toutes sortes d’activités et d’échanges entre les hommes. Les relations qu’il suggère avec sa périphérie. Considération pratique diverse : présence d’ancienne fortification, présence d’éléments naturels.
  • La matérialisation de la délimitation : la rocade :La matérialisation de la délimitation : la rocade : Délimité un centre ville, est en fait, l’entourer d’une largeDélimité un centre ville, est en fait, l’entourer d’une large voie, d’une rocade qui :voie, d’une rocade qui : *matérialise le centre.*matérialise le centre. *joue un rôle important pour la solution des problèmes de*joue un rôle important pour la solution des problèmes de circulation.circulation. La rocade peut se former grâce surtout à des élémentsLa rocade peut se former grâce surtout à des éléments existants.existants. Les villes talonnées par l’urgence des problèmes se posant auLes villes talonnées par l’urgence des problèmes se posant au centre, se rendent compte de plus en plus nettement de lacentre, se rendent compte de plus en plus nettement de la valeur de l’existence d’une rocade, et qu’elle soientvaleur de l’existence d’une rocade, et qu’elle soient amenées en conséquence à adopter pour sa prévision et saamenées en conséquence à adopter pour sa prévision et sa réalisation, des attitudes de plus en plus hourdies, parfois laréalisation, des attitudes de plus en plus hourdies, parfois la rocade subit plusieurs transformations pour la même ville.rocade subit plusieurs transformations pour la même ville. Autrefois, cette rocade peut constituée une voie tongentielle auAutrefois, cette rocade peut constituée une voie tongentielle au centre (elle dessert des deux coté des bâtiments publics oucentre (elle dessert des deux coté des bâtiments publics ou culturels qui font partie de centre) mais se sont la desculturels qui font partie de centre) mais se sont la des détails, le principe de base reste le même.détails, le principe de base reste le même.
  • 2-superficie des centres:2-superficie des centres: si l’idée d’individualité du centre et de sa nécessairesi l’idée d’individualité du centre et de sa nécessaire délimitation, est adoptée sans réserves. Par de trèsdélimitation, est adoptée sans réserves. Par de très nombreuses villes cette délimitation déterminera sanombreuses villes cette délimitation déterminera sa superficie.superficie. Les superficies des centres sont extrêmementLes superficies des centres sont extrêmement variables, ceci en dehors du fait qu’il s’agit de villevariables, ceci en dehors du fait qu’il s’agit de ville d’importances différentes.d’importances différentes. La relation entre superficie de centre et celle de laLa relation entre superficie de centre et celle de la ville est rendue très aléatoire par le fait que lesville est rendue très aléatoire par le fait que les limites administratives des villes correspondent bienlimites administratives des villes correspondent bien peut souvent à l’agglomération urbaine telle que lepeut souvent à l’agglomération urbaine telle que le centre doit desservir.centre doit desservir.
  • 2-forme des centres:2-forme des centres: les formes des centres sont très divers en raisonles formes des centres sont très divers en raison de l’utilisation des voies existantes, fréquentesde l’utilisation des voies existantes, fréquentes dans tous les pays, même si souvent en trouvedans tous les pays, même si souvent en trouve arondée ou rectangulaire. Cette forme estarondée ou rectangulaire. Cette forme est imposée parfois par les limites naturelles.imposée parfois par les limites naturelles.
  • III-3- La STRUCTURE DES CENTRES :III-3- La STRUCTURE DES CENTRES : Cette structure (existante ou projetée) va être laCette structure (existante ou projetée) va être la résultante pour une large part, des fonctions querésultante pour une large part, des fonctions que doit remplis le centre.doit remplis le centre. III-3-1 centre mono fonctionnel :III-3-1 centre mono fonctionnel : comment permettre aux centres de remplir les fonctionscomment permettre aux centres de remplir les fonctions qu’ils leur sont assignes ?qu’ils leur sont assignes ? Les villes tendent vers un idéal d’ordre qui s’efforce deLes villes tendent vers un idéal d’ordre qui s’efforce de donner à chacune des fonctions de centre undonner à chacune des fonctions de centre un emplacement propre à elle, spécialement conçu etemplacement propre à elle, spécialement conçu et aménagé pour lui permettre de s’exercer avec leaménagé pour lui permettre de s’exercer avec le maximum d’efficacitémaximum d’efficacité
  •  Un centre administratif etUn centre administratif et civique :civique : devra avoir des bâtiments d’undevra avoir des bâtiments d’un volume imposant, d’unevolume imposant, d’une certaine richesse, bien séparécertaine richesse, bien séparé lesles unsuns des autres et mis endes autres et mis en valeur par la largeur devaleur par la largeur de conception du quartier ;conception du quartier ;  Dans les centres d’affaires :Dans les centres d’affaires : tout doit être organiser en vue detout doit être organiser en vue de l’efficacité maximum, tout doitl’efficacité maximum, tout doit être fonctionnel, pratique, (ceêtre fonctionnel, pratique, (ce qui ne veut dire dénués dequi ne veut dire dénués de toute beauté, de toutetoute beauté, de toute harmonie), permettre desharmonie), permettre des relations faciles entre lesrelations faciles entre les différents bureaux.différents bureaux.
  • Un centre commercial :Un centre commercial : il est souvent composé de bâtimentsil est souvent composé de bâtiments bas ; de structures mures, en font unbas ; de structures mures, en font un organisme parfaitement adapté auxorganisme parfaitement adapté aux besoins de clientèle. Un centrebesoins de clientèle. Un centre commercial peut comporter auxcommercial peut comporter aux étapes supérieures des appartements,étapes supérieures des appartements, ce qui conçoit de moins en moinsce qui conçoit de moins en moins dans les buildings d’affaires, etdans les buildings d’affaires, et surtout, bien entendu, dans dessurtout, bien entendu, dans des édifices administratifs et culturels.édifices administratifs et culturels. Un centre culturel :Un centre culturel : comprenant descomprenant des théâtres, salles de concerts, dethéâtres, salles de concerts, de réunions, bibliothèque, siège deréunions, bibliothèque, siège de distractions divers, doit avoir undistractions divers, doit avoir un certain « stating », des espaces librescertain « stating », des espaces libres suffisants soit des activitéssuffisants soit des activités s’exerçant dans le calme, sans hâtes’exerçant dans le calme, sans hâte fébrile, soit une détente bénéfique.fébrile, soit une détente bénéfique.
  • III-3-1 centre polyfonctionnel :III-3-1 centre polyfonctionnel : lorsque un centre est obligé de partager sa surface entrelorsque un centre est obligé de partager sa surface entre divers fonctions (cœxistence) : comment cesdivers fonctions (cœxistence) : comment ces fonctions vont être placées ??fonctions vont être placées ?? Deux notions vont être utile dans ce cas, celle de zoningDeux notions vont être utile dans ce cas, celle de zoning urbain, et celle de core.urbain, et celle de core. Zoning :Zoning : le groupement des fonctions abouti à lale groupement des fonctions abouti à la division des centres en zones ; étant un principedivision des centres en zones ; étant un principe séparées les unes des autres et pouvant ainsiséparées les unes des autres et pouvant ainsi bénéficier de structures parfaitement adaptées àbénéficier de structures parfaitement adaptées à chacune.chacune. CoreCore :: il distingue la partie la plus intérieure duil distingue la partie la plus intérieure du centre.centre.
  • VI- ETUDE DES EXEMPLES
  • LE CAIRELE CAIRE **situation / présentation :situation / présentation : État nation très centralisé, l’Égypte est uneÉtat nation très centralisé, l’Égypte est une démocratie parlementaire depuis 1977.démocratie parlementaire depuis 1977. Le Caire est la capitale administrative etLe Caire est la capitale administrative et économique du pays, située prés du Nil, àéconomique du pays, située prés du Nil, à l’amant du delta, avec 16 millionsl’amant du delta, avec 16 millions d’habitons, le Caire abrite aujourd’hui ¼ ded’habitons, le Caire abrite aujourd’hui ¼ de la population égyptienne et ½ de lala population égyptienne et ½ de la population urbaine du pays, renfermant depopulation urbaine du pays, renfermant de nombreux vestiges d’un passé brillantnombreux vestiges d’un passé brillant (mosquées, musées…)(mosquées, musées…)
  • **aperçu historique :aperçu historique : Construit aux X siècle , le Caire fut laConstruit aux X siècle , le Caire fut la résidence de Fatimides , le mouvementrésidence de Fatimides , le mouvement de Abd Allah atteint l’Égypte en 969 oude Abd Allah atteint l’Égypte en 969 ou ses partisans fondent une nouvelleses partisans fondent une nouvelle capitale , le Caire siége du califatcapitale , le Caire siége du califat Fatimide que reconnaît bientôt DamasFatimide que reconnaît bientôt Damas 970 , cette période qui compte 14 califes970 , cette période qui compte 14 califes formes la dynastie Ismaélienne elleformes la dynastie Ismaélienne elle promet une haute culture et favorise lespromet une haute culture et favorise les arts les sciences et l’architecture .arts les sciences et l’architecture . Au Caire , la mosquée madrasa Al Azhar ,Au Caire , la mosquée madrasa Al Azhar , fondée en 970 , est le feu de lance de lafondée en 970 , est le feu de lance de la doctrine nouvelle , aux temps du califedoctrine nouvelle , aux temps du calife Al Mustansir , une muraille fut édifiéAl Mustansir , une muraille fut édifié autour de la capitale .autour de la capitale . « Le Caire est la métropole de l’univers et« Le Caire est la métropole de l’univers et le jardin du monde »le jardin du monde » En 1798 – 1801, la ville est occupé parEn 1798 – 1801, la ville est occupé par l’armée de Bonaparte .l’armée de Bonaparte . Le Caire est la 1 ville d’Afrique, 1ere villeLe Caire est la 1 ville d’Afrique, 1ere ville du monde musulman, et la 8eme villedu monde musulman, et la 8eme ville par sa population, vue son importance.par sa population, vue son importance. Mosquée EL AZHAR LE CAIRE
  • LE VIEUX CAIRE :LE VIEUX CAIRE : Dans le Caire les quartiers anciens mêmeDans le Caire les quartiers anciens même paupérisé conservent un caractèrepaupérisé conservent un caractère central , aussi dégradé qu’il soit , cecentral , aussi dégradé qu’il soit , ce centre historique déserté par lacentre historique déserté par la population bourgeoise depuis lespopulation bourgeoise depuis les années 40 , reste et garde toujours saannées 40 , reste et garde toujours sa place culturelle , touristique ,place culturelle , touristique , commercial…commercial… sur le plan commerce internationale poursur le plan commerce internationale pour la production du coton, or, épices etla production du coton, or, épices et argentargent D’une vie intellectuelle avec l’universD’une vie intellectuelle avec l’univers d’Al Azhar .d’Al Azhar . Sur le plan touristique, des boutiques duSur le plan touristique, des boutiques du RIHAN EL KHALILI .RIHAN EL KHALILI . Du tourisme populaire avec les grandesDu tourisme populaire avec les grandes fêtes de la mosquée d’Al Hussein .fêtes de la mosquée d’Al Hussein . Un patrimoine culturel son borneUn patrimoine culturel son borne
  • LE CAIRE MODERNE : le centre ville inclut les îles de Rada et de Cezira et au sud-est , Mounira , cette zone est située autour de la place Tahrir , englobant les rues Talaat Harb , Tahrir, Quasar el Nil, les places Att Aba, Abdeen, Talaat Harb et palais. La place Tahrir est facilement identifiable : il s’agit de la plus grande place du Caire, s’y trouve le musé égyptien, l’hôtel Nil Hilton, l’université américaine et le Mu gamma. Le quartier comporte : -une densité importante d’agences de noyage. -bâtiment de l’administration égyptienne. -des galeries d’arts. -des restaurants et des bars à bière. -un marché couvert, deux bon labo photos…
  • CENTRE ET PERIPHERIE AU CAIRE :CENTRE ET PERIPHERIE AU CAIRE : La fonction étatique, les nombreux équipements militaires etLa fonction étatique, les nombreux équipements militaires et l’administration nationale rassemble dans la capitale un grosl’administration nationale rassemble dans la capitale un gros effectif de fonctionnaires.effectif de fonctionnaires. Les universités accueillent 50% des étudiants du pays. Le centreLes universités accueillent 50% des étudiants du pays. Le centre d’affaires étire sur la rive droite du fleuve de haut buildingd’affaires étire sur la rive droite du fleuve de haut building créant un « petit Manhattan sur le Nil »créant un « petit Manhattan sur le Nil »
  • Les quartiers centraux étant saturé, l’espace urbanisé s’étend dans toutes les directions, principalement dans l’axe de la vallée du Nil. Avec une telle densité de population et une forte demande de logements, une solution a été trouvé par les plans directeurs afin de congestionner le centre ancien, en créant des villes satellites desservies par des autoroutes et le métro.
  • -d’abord le centre ville du XIX siècle.-d’abord le centre ville du XIX siècle. -puis les quartiers des années 50, entourant les clubs et les-puis les quartiers des années 50, entourant les clubs et les grandes avenues ou se concentrent les lieux degrandes avenues ou se concentrent les lieux de consommation de la bourgeoisie aisée.consommation de la bourgeoisie aisée. Avec ces extensions des centres secondaires se confirmentAvec ces extensions des centres secondaires se confirment sans pour autant que leur importance dépasse le niveausans pour autant que leur importance dépasse le niveau local.local. De même que le centre historique continueDe même que le centre historique continue de jouer un rôle non négligeable et connaîtde jouer un rôle non négligeable et connaît même souvent une revalorisation en mêmemême souvent une revalorisation en même temps il est concurrencé par ces nouveauxtemps il est concurrencé par ces nouveaux centres.centres.
  • METROPOLESMETROPOLES CENTRALISATRICESCENTRALISATRICES « Les nations civilisées ont leurs villes, cathédrales, leurs cités forteresses,« Les nations civilisées ont leurs villes, cathédrales, leurs cités forteresses, leurs capitales d’art et d’autres centres distinctifs de culture ouleurs capitales d’art et d’autres centres distinctifs de culture ou d’activité. Il existe encore un autre groupe auquel devrait êtred’activité. Il existe encore un autre groupe auquel devrait être appliqué le terme de cité cosmopolite ou ville mondiale, parmi cellesappliqué le terme de cité cosmopolite ou ville mondiale, parmi celles là ; Londres, la métropole du vaste empire Britannique, paris lelà ; Londres, la métropole du vaste empire Britannique, paris le sommet de la civilisation de l’Europe continentale, et New York la citésommet de la civilisation de l’Europe continentale, et New York la cité éminente du monde occidental et le centre de son activité commercialeéminente du monde occidental et le centre de son activité commerciale et financière. »et financière. »
  • PARISPARIS Paris est une ville française, capitale de France et chef lieuParis est une ville française, capitale de France et chef lieu de la région d’île de France. Cette ville est construite surde la région d’île de France. Cette ville est construite sur une boucle de la seine, au centre du bassin parisien.une boucle de la seine, au centre du bassin parisien. HISTORIQUE :HISTORIQUE : Le site de Paris est occupé par l’homme depuisLe site de Paris est occupé par l’homme depuis 40000ans ;il s’agit d’un village gaulois installé sur l’île40000ans ;il s’agit d’un village gaulois installé sur l’île de la cité. Le vestige antique concernent surtout la villede la cité. Le vestige antique concernent surtout la ville gallo romaine, construite au Ier siècle av.jc sur la rivegallo romaine, construite au Ier siècle av.jc sur la rive gauche. Le centre de la ville est fixé par les architectesgauche. Le centre de la ville est fixé par les architectes romains au niveau actuel de la rue Saint-Jacques ou seromains au niveau actuel de la rue Saint-Jacques ou se trouve le forum.trouve le forum. Au haut moyen age, paris à connue une croissance radialeAu haut moyen age, paris à connue une croissance radiale repousse régulièrement les enceintes qui l’entourent etrepousse régulièrement les enceintes qui l’entourent et absorbe ses fou bourg.absorbe ses fou bourg.
  • La ville est organisée selon un planLa ville est organisée selon un plan radioconcentrique, avec des rues qui neradioconcentrique, avec des rues qui ne sont pas tout à fait droites, convergentsont pas tout à fait droites, convergent vers les abords de l’île de la cité.vers les abords de l’île de la cité. Les radios jouent un rôle des élémentsLes radios jouent un rôle des éléments centralisateurs de la ville. Actuellementcentralisateurs de la ville. Actuellement sont les rues ; saint honoré, saintsont les rues ; saint honoré, saint Antoine, saint Martin,saint Denis, rue deAntoine, saint Martin,saint Denis, rue de temple,rue Bercy…temple,rue Bercy… En bas de moyen age paris était composéeEn bas de moyen age paris était composée en trois parties qui sont ;en trois parties qui sont ; L’île de la cité : ou fut fondé le premierL’île de la cité : ou fut fondé le premier village gaulois, c’est le noyau central devillage gaulois, c’est le noyau central de la ville, siège du pouvoir, royal etla ville, siège du pouvoir, royal et religieux.religieux. L’université : sur la rive gauche, ou AbélardL’université : sur la rive gauche, ou Abélard et ses confrères fondent la célèbreet ses confrères fondent la célèbre université.université. La ville sur la rive droite, c’est le centre desLa ville sur la rive droite, c’est le centre des corporations marchandes et decorporations marchandes et de l’administration municipale.l’administration municipale. Paris, une ville dense et fortementParis, une ville dense et fortement encombrée, depuis le moyen age, futencombrée, depuis le moyen age, fut aérée au milieu des années 1820 sur lesaérée au milieu des années 1820 sur les plans du baron Haussmann, par de largesplans du baron Haussmann, par de larges avenues et des jardins.avenues et des jardins.
  • PARIS CONTEMPORAIN :PARIS CONTEMPORAIN : Malgré l’extension et les modifications considérablesMalgré l’extension et les modifications considérables de la ville depuis le moyen age, paris conservede la ville depuis le moyen age, paris conserve aujourd’hui les tracés des trois fonctions d’origineaujourd’hui les tracés des trois fonctions d’origine sur lesquelles s’organise la cité médiévale.sur lesquelles s’organise la cité médiévale.  Le centre économique sur la rive droite.Le centre économique sur la rive droite.  Le centre politique dans l’île de la cité.Le centre politique dans l’île de la cité.  Université sur la rive gauche.Université sur la rive gauche.
  • Paris se présente aujourd’hui comme un centre à laParis se présente aujourd’hui comme un centre à la fois historique, culturel, politique et économique.fois historique, culturel, politique et économique. Paris est le centre mondial de la mode et du luxe.Paris est le centre mondial de la mode et du luxe.
  • De centre-ville à la ville-centre:De centre-ville à la ville-centre: NEW YORKNEW YORK 1-LES VILLES AMERICAINNES :1-LES VILLES AMERICAINNES : Au XXIIeme siècle, l’urbanisme mondial atteint ces milliers d’ansAu XXIIeme siècle, l’urbanisme mondial atteint ces milliers d’ans d’expérience ; des défiances et des progrès qui lui permettraientd’expérience ; des défiances et des progrès qui lui permettraient de se définir, de montrer clairement et enfin de défuser cesde se définir, de montrer clairement et enfin de défuser ces principes et ces lignes directrices.principes et ces lignes directrices. Les villes américaines, commencent à se fondre ; elles étaient lesLes villes américaines, commencent à se fondre ; elles étaient les premières à se bénéficier de la situation ; elles déterminent sonpremières à se bénéficier de la situation ; elles déterminent son organisme ou sa structure urbaine selon différentes approches,organisme ou sa structure urbaine selon différentes approches, tendances de cet urbanisme, celles des français, des anglais et destendances de cet urbanisme, celles des français, des anglais et des espagnoles.espagnoles. Ces villes, hippodamies dans la plupart des temps, avaient dès laCes villes, hippodamies dans la plupart des temps, avaient dès la renaissance, un centre bien défini ; elles s’organisent ou serenaissance, un centre bien défini ; elles s’organisent ou se constituent autour d’un jardin ou d’un hôtel de ville ou d’uneconstituent autour d’un jardin ou d’un hôtel de ville ou d’une place (plazza), ou enfin d’un fort.place (plazza), ou enfin d’un fort.
  • Les deux éléments déterminants de la croissance urbaine, ce sont les infrastructures de transport et l’immigration, l’espace se croit autour de centre pour former ;  Une City ; grande ville.  Une town : petite ou moyenne ville.  Des boroughs : arrondissement.  Un village : hamaux de groupements ruraux. Enfin, la trame urbaine de ces villes est presque similaire, suit un modèle concentrique ; au centre se trouve les CBC (une concentration importante des grattes ciels), les quartiers intermédiaires et la périphérie (banlieues pavillonnaires), occupe le reste de la surface avec caractère résidentiel.
  • 2-Manhattan : un boroughs central de New York :2-Manhattan : un boroughs central de New York : Manhattan est le nom de l’île qui longe le fleuve de « Hudson » etManhattan est le nom de l’île qui longe le fleuve de « Hudson » et forme l’un des cinq boroughs de New York, aux quels elle estforme l’un des cinq boroughs de New York, aux quels elle est reliées par des ponts et des tunnels.reliées par des ponts et des tunnels. Manhattan s’organise en trois parties : uptown, midtown, et leManhattan s’organise en trois parties : uptown, midtown, et le downtown (le cœur historique), l’ensemble des trois parties formedowntown (le cœur historique), l’ensemble des trois parties forme le centre économique de New York, l’île de Manhattan est lale centre économique de New York, l’île de Manhattan est la partie la plus célèbre de New York, avec ces hauts grattes ciels etpartie la plus célèbre de New York, avec ces hauts grattes ciels et sa mosaïque de quartiers ;sa mosaïque de quartiers ;
  • Au sud : uptown : - le CBC qui comprend les quartiers financières de Wall Street, aux rues étroites bordées d’immenses grattes ciels, qui abritent le siège des principales institutions bancaires et financières de pays. -le centre de commerce national et international, qui occupe un vaste ensemble d’immeubles de bureaux, longtemps situé au pied des immenses tours jumelles de world tarde center. -Les quartiers ethniques, les quartiers intellectuels et artistiques, et le vaste ensemble résidentiel de Battery Park City.
  • Au centre : Midtown :Au centre : Midtown : Il se caractérise par cesIl se caractérise par ces grands avenues ; parkgrands avenues ; park avenue, la cinquièmeavenue, la cinquième avenue et ces magasins deavenue et ces magasins de luxe, la sixième avenue etluxe, la sixième avenue et ces hauts immeubles deces hauts immeubles de bureaux, Broadway et cesbureaux, Broadway et ces théâtres.théâtres. De part et d’autre de centralDe part et d’autre de central park., l’Upper Est Side etpark., l’Upper Est Side et l’Upper West Side sontl’Upper West Side sont des quartiers résidentielsdes quartiers résidentiels élégants.élégants.
  • Les quatre autres boroughsLes quatre autres boroughs la ville de New York, après avoir était fondée àla ville de New York, après avoir était fondée à l’appoint sud de l’île de Manhattan, s’estl’appoint sud de l’île de Manhattan, s’est développée au XIX siècle vers le nord au delà de ladéveloppée au XIX siècle vers le nord au delà de la Harleur River (Broux), et sur les îles voisines deHarleur River (Broux), et sur les îles voisines de Long Island (Queens et Brooklyn) et de stateuLong Island (Queens et Brooklyn) et de stateu Island. Les autres aistricts de New York sont desIsland. Les autres aistricts de New York sont des quartiers résidentiels bordés d’industries sur leursquartiers résidentiels bordés d’industries sur leurs façades portuaires.façades portuaires.
  •  Brooklyn est le district leBrooklyn est le district le plus peuplé, formé deplus peuplé, formé de quartiers très densifiés,quartiers très densifiés, il conserveil conserve d’importantes activitésd’importantes activités portuaires etportuaires et industrielles.industrielles.  Le Bronx, surtoutLe Bronx, surtout résidentiel possède unerésidentiel possède une des grands zoos dudes grands zoos du monde et le jardinmonde et le jardin botanique de New York.botanique de New York.
  • Le Queens abrite les deux principaux aéroports deLe Queens abrite les deux principaux aéroports de New York et accueille chaque année l’US open deNew York et accueille chaque année l’US open de tennis.tennis. Island est le moins peuplé et le moins urbanisé desIsland est le moins peuplé et le moins urbanisé des aistricts, les banlieues résidentielles s’étendant enaistricts, les banlieues résidentielles s’étendant en arrière des raffineries de pétrole et des usines de laarrière des raffineries de pétrole et des usines de la zone portuaire.zone portuaire.
  • New York CityNew York City une ville mondialeune ville mondiale Ville SUD-EST de l’état de New York, situé dans le Nord-Est desVille SUD-EST de l’état de New York, situé dans le Nord-Est des états unies, à l’embouchure d’Hudson, sur l’océan atlantique.états unies, à l’embouchure d’Hudson, sur l’océan atlantique. New York est la plus importante agglomération des états unies etNew York est la plus importante agglomération des états unies et l’une des métropoles mondiales, elle domine la vie dans le pays oul’une des métropoles mondiales, elle domine la vie dans le pays ou elle est située, mais plus encore elle exerce une influence directeelle est située, mais plus encore elle exerce une influence directe sur une vaste zone économique et culturelle dont elle articule lessur une vaste zone économique et culturelle dont elle articule les relations avec les autres parties du monde « Jeau Gottamann ».relations avec les autres parties du monde « Jeau Gottamann ». Les rôles et fonctions que New York maintient à l’échelle régionale,Les rôles et fonctions que New York maintient à l’échelle régionale, nationale et internationale, se réfèrent à quatre branchesnationale et internationale, se réfèrent à quatre branches d’activités principales ; transports et activités portuaires,d’activités principales ; transports et activités portuaires, industrie, secteur tertiaire et activités culturelles.industrie, secteur tertiaire et activités culturelles. Le grand développement qu’acquis New York au niveau de sesLe grand développement qu’acquis New York au niveau de ses fonctions, a fait d’elle une ville exceptionnelle parmi les villesfonctions, a fait d’elle une ville exceptionnelle parmi les villes mondiales et les centres des activités commerciales et financières.mondiales et les centres des activités commerciales et financières. New York est l’une des villes qui « semble quasiment appartenirNew York est l’une des villes qui « semble quasiment appartenir autant au monde entier qu’à son propre pays ».autant au monde entier qu’à son propre pays ».
  • BRASILIABRASILIA Brasilia capitale du Brésil, situé dans le centre méridionalBrasilia capitale du Brésil, situé dans le centre méridional du pays, sur un plateau d’une altitude de 1005m. Elle estdu pays, sur un plateau d’une altitude de 1005m. Elle est construite à partir des années 1950, sur un site inhabitéconstruite à partir des années 1950, sur un site inhabité conçu par l’urbaniste Brésilien Lucio Costa, elle estconçu par l’urbaniste Brésilien Lucio Costa, elle est dessinée en totalité sur une feuille vierge d’un Brésildessinée en totalité sur une feuille vierge d’un Brésil intérieur éloigné de milliers de kilomètres des grandes citésintérieur éloigné de milliers de kilomètres des grandes cités historiques de la cote, « la ville d’acier et du cristal » a unehistoriques de la cote, « la ville d’acier et du cristal » a une forme métaphorique inspirée du Bauhaus,forme métaphorique inspirée du Bauhaus, approximativement la forme d’un oiseau.approximativement la forme d’un oiseau.
  • --Le long de l’axe principal qu’ilLe long de l’axe principal qu’il présente la centralité de la ville (leprésente la centralité de la ville (le polono pi loto) se trouve ; lespolono pi loto) se trouve ; les bureaux du gouvernement.bureaux du gouvernement. -les ailes : abritent les immeubles-les ailes : abritent les immeubles résidentiels et les ambassadesrésidentiels et les ambassades étrangères.étrangères. -sur la place des trois pouvoir se-sur la place des trois pouvoir se trouve une cathédrale circulaire,trouve une cathédrale circulaire, conçue comme l’ensemble desconçue comme l’ensemble des principaux bâtiments de la ville,principaux bâtiments de la ville, par l’architecte Oscar Niemeyer.par l’architecte Oscar Niemeyer. Derrière la cathédrale, le palais deDerrière la cathédrale, le palais de l’aurore abrite la résidencel’aurore abrite la résidence présidentielle.présidentielle.
  • Brasilia souffre dans un premier temps de sonBrasilia souffre dans un premier temps de son isolement géographique, puis se développeisolement géographique, puis se développe rapidement, notamment grâce à l’afflux derapidement, notamment grâce à l’afflux de nombreux brésiliens en provenance desnombreux brésiliens en provenance des zones les plus pauvres du pays.zones les plus pauvres du pays.
  • CONCLUSIONCONCLUSION On assiste à un phénomène de dédoublement voire deOn assiste à un phénomène de dédoublement voire de triplement des centres tertiaires.triplement des centres tertiaires. Des pôles industriels s’implantent en périphérie. La structureDes pôles industriels s’implantent en périphérie. La structure morphologique est complexe, un glissement des centresmorphologique est complexe, un glissement des centres tertiaires s’effectue vers la périphérie.tertiaires s’effectue vers la périphérie. Pour cela, il est impensable de se représenter l’urbain enPour cela, il est impensable de se représenter l’urbain en dehors de la figure de la centralité. Elle est considéréedehors de la figure de la centralité. Elle est considérée comme une permanence de toute l’histoire urbaine decomme une permanence de toute l’histoire urbaine de même que ces centres sont saisis comme des élémentsmême que ces centres sont saisis comme des éléments constitutifs et immuables de la structure urbaine.constitutifs et immuables de la structure urbaine. Pour conclure ce travail ; comme l’environnement urbainPour conclure ce travail ; comme l’environnement urbain nous concerne tous, car les compagnes elles mêmesnous concerne tous, car les compagnes elles mêmes s’urbanisent. Il serait donc bien intéressent de vouloir ses’urbanisent. Il serait donc bien intéressent de vouloir se poser des questions qui nous inviterons à penser ensembleposer des questions qui nous inviterons à penser ensemble sur l’avenir de ces centres villes.sur l’avenir de ces centres villes. A vrai dire, que deviendront demain les centres villesA vrai dire, que deviendront demain les centres villes d’aujourd’hui. ??d’aujourd’hui. ??