Your SlideShare is downloading. ×
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010)

1,518

Published on

Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010).

Étude CNC sur "Le Marché de l'animation 2009" (juin 2010).

Published in: Entertainment & Humor
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,518
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
10
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Le marché del’animation en 2009télévision et cinéma,production, diffusion, audiencejuin 2010
  • 2. Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction de l’audiovisuel et la Direction desétudes, des statistiques et de la prospective.Centre national du cinéma et de l’image animée12, rue de Lübeck 75784 Paris cedex 16Tél : 01.44.34.38.26Fax : 01.44.34.34.55www.cnc.frNicolas Besson, Sophie Cheynet, Benoît Danard, Sophie Jardillier,Caroline Jeanneau, Clément Malherbe, Laurence Peyré, Cindy Pierron, Antoine Trotet2 Le marché de l’animation
  • 3. SommaireSommaire.............................................................................................................................. 3Objectifs ................................................................................................................................ 6Méthodologie......................................................................................................................... 7Synthèse ............................................................................................................................... 8I. La production audiovisuelle d’animation ....................................................................11 A. Le financement de l’animation ...................................................................................12 a. Les financements français......................................................................................13 b. Les financements étrangers ...................................................................................13 c. Le financement par le CNC ....................................................................................14 B. Les apports des diffuseurs dans les programmes d’animation ...................................14 a. Les chaînes hertziennes nationales historiques .....................................................15 b. Les chaînes gratuites de la TNT.............................................................................16 c. Les chaînes du câble, du satellite et de la TNT payante.........................................16 C. Production aidée d’animation selon les tranches de coût...........................................17 D. Les formats d’animation.............................................................................................17 E. Les dépenses en animation .......................................................................................18 F. Les entreprises de production d’animation audiovisuelle ...........................................20II. La production française de longs métrages d’animation.............................................23 A. Evolution et financement de la production..................................................................23 a. Le nombre de films produits ...................................................................................23 b. Les devis des films d’animation..............................................................................24 c. Les préachats de Canal+ .......................................................................................25 d. Les préachats de TPS Cinéma...............................................................................25 e. Les préachats de Ciné Cinéma ..............................................................................26 f. Les investissements des diffuseurs hertziens en clair ............................................26 g. Les interventions des SOFICA ...............................................................................27 h. Les films d’animation bénéficiaires de l’avance sur recettes...................................28 i. Le crédit d’impôt.....................................................................................................29 j. Les sociétés de production de longs métrages d’animation....................................30 B. Les coûts de production des films d’animation...........................................................30III. Les films d’animation en salles ..................................................................................32 A. Les films d’animation en salles ..................................................................................32 a. Evolution du nombre de films .................................................................................32 b. Evolution des combinaisons de sortie ....................................................................35 c. Evolution des entrées et des recettes.....................................................................38 d. Durée de vie en salles des films d’animation..........................................................44 e. Les distributeurs des films d’animation...................................................................50 Le marché de l’animation 3
  • 4. B. Les coûts de distribution en salles des films d’animation d’initiative française............51 C. Les frais de promotion des films d’animation .............................................................53 a. Plus de 90 % des films d’animation sortis en salles bénéficient d’une exposition publicitaire .......................................................................................................................54 b. Internet : premier support de promotion des films d’animation................................54 c. Une pression publicitaire corrélée au nombre de copies ........................................55 d. La publicité selon la nationalité des films d’animation.............................................56IV. Le public des films d’animation en salles ...................................................................59 A. Le public des films d’animation ..................................................................................59 a. Public des films d’animation selon la nationalité .....................................................60 b. Public des films d’animation Art et Essai ................................................................61 c. Public des films d’animation selon le nombre de copies .........................................62 d. Public des films d’animation selon le nombre d’entrées..........................................63 e. Public des films d’animation selon le mode de production......................................64 B. Le public des films d’animation selon les tranches d’âge ...........................................66 a. Les 3-14 ans dans le public des films d’animation..................................................66 b. Les 15-24 ans dans le public des films d’animation................................................67 c. Les 25-49 ans dans le public des films d’animation................................................68 d. Les plus de 50 ans dans le public des films d’animation.........................................69V. L’animation à la télévision..........................................................................................70 A. L’offre d’animation à la télévision ...............................................................................70 a. L’offre des chaînes historiques...............................................................................70 b. L’offre des chaînes de la TNT ................................................................................77 c. L’offre des chaînes thématiques d’animation..........................................................80 B. Les films d’animation à la télévision ...........................................................................81 a. L’offre de films d’animation des chaînes historiques...............................................81 b. Saisonnalité de la diffusion des films d’animation...................................................82 c. Diffusion des films d’animation selon leur nationalité..............................................82 d. Diffusion des films d’animation selon l’horaire ........................................................83 e. L’offre de films d’animation des chaînes de la TNT gratuite....................................84 C. L’audience de l’animation à la télévision ....................................................................85 a. L’audience sur les chaînes historiques...................................................................86 b. L’audience sur les chaînes gratuites de la TNT ......................................................91 c. L’audience des chaînes thématiques d’animation ..................................................92VI. L’exportation des programmes audiovisuels d’animation ...........................................93 A. Les performances de l’animation française à l’international .......................................93 B. La géographie des coproductions de la production française d’animation..................95 C. La géographie des ventes d’animation française .......................................................96 D. La concentration du secteur de l’exportation d’animation française ...........................97VII. L’animation en vidéo..................................................................................................98 A. Le marché de détail ...................................................................................................984 Le marché de l’animation
  • 5. a. Les films d’animation en vidéo ...............................................................................98 b. Les programmes audiovisuels pour enfants en vidéo ...........................................102 B. De la salle à la vidéo................................................................................................105 C. Concentration du marché de l’animation en vidéo....................................................109VIII. L’animation en vidéo à la demande..........................................................................111 A. Les films d’animation en vidéo à la demande...........................................................111 B. Les programmes audiovisuels d’animation en vidéo à la demande..........................114IX. Les interventions du CNC dans l’animation..............................................................115 A. Les aides aux programmes audiovisuels .................................................................115 a. Les aides à l’écriture ............................................................................................115 b. Les aides au développement................................................................................116 B. Les aides au cinéma................................................................................................120 a. Le long métrage d’animation ................................................................................120 b. Le court métrage d’animation ...............................................................................122 C. Les aides aux industries techniques, au multimédia et à la vidéo ............................123 a. Les aides aux nouvelles technologies en production ............................................124 b. Les aides à la recherche et à l’innovation en audiovisuel et multimédia (RIAM) ...124 c. Le crédit d’impôt international...............................................................................124 d. Le fonds d’aide au jeu vidéo.................................................................................125 e. Les aides aux projets pour les nouveaux médias .................................................125 f. Les aides à l’édition vidéo ....................................................................................126 g. Les aides à la vidéo à la demande (VàD) .............................................................127 D. L’exportation, la promotion.......................................................................................128 a. Les aides à l’exportation de programmes audiovisuels.........................................128 b. Les aides à l’exportation de films cinématographiques.........................................129 c. La promotion ........................................................................................................130Annexes .............................................................................................................................131 Annexe 1 – Productions 100 % françaises d’animation aidées par le CNC en 2009.........132 Annexe 2 – Coproductions internationales d’animation majoritairement françaises aidées par le CNC en 2009 .........................................................................................................133 Annexe 3 – Coproductions internationales d’animation minoritaires françaises aidées par le CNC en 2009 ...................................................................................................................135 Annexe 4 – L’animation au CNC : Contacts .....................................................................136 Le marché de l’animation 5
  • 6. ObjectifsLe Centre national du cinéma et de l’image animée a réalisé pour la deuxième annéeconsécutive une étude sur le marché de l’animation en France. Cette étude analysel’évolution de la production audiovisuelle et de la production cinématographique d’œuvresd’animation. Elle met en lumière les caractéristiques spécifiques de la diffusion de cesœuvres sur le territoire national dans les salles de cinéma, à la télévision, en vidéo, en vidéoà la demande et à l’exportation. Elle dresse également un bilan de l’ensemble des aides duCNC au secteur de l’animation.6 Le marché de l’animation
  • 7. MéthodologiePour réaliser cette étude qui examine tous les segments de la production et de la diffusiondes œuvres d’animation, le CNC s’est appuyé sur de multiples sources d’information.Les données sur la production audiovisuelle sont issues des dossiers relatifs aux aides àl’audiovisuel du fonds de soutien du CNC. Elles peuvent donc présenter des écarts avecd’autres sources, notamment celles présentées par les chaînes ou le Conseil supérieur del’audiovisuel.Les données sur la production et le financement des longs métrages d’animation sont issuesde l’agrément des investissements. Les informations sur les coûts de production des filmsd’animation s’appuient sur les dossiers d’agrément de production de ces films.Les résultats des films d’animation dans les salles de cinéma sont issus des déclarations derecettes transmises par les établissements cinématographiques au CNC. Les données surles nombres de copies proviennent de la presse professionnelle. Les informations sur lescoûts de distribution des films d’animation sont extraites de l’étude du même nom, quis’appuie sur les données du soutien automatique à la distribution, sur celles de lacontribution Canal+ à la distribution et sur une enquête ad hoc, réalisée chaque annéeauprès des distributeurs de films d’initiative français en salles. Les analyses sur les coûts depromotion des films sont issues des piges publicitaires réalisées par Kantar Média.Les données sur la composition du public des films d’animation proviennent de Publixiné,une enquête initiée par le CNC et Médiavision et réalisée par l’institut Harris Interactive.Les analyses sur l’offre d’animation à la télévision n’ont pas pour objet d’étudier le respectdes obligations de diffusion des chaînes de télévision en matière de diffusion deprogrammes. Elles ne sont ainsi pas comparables avec celles qui émanent du Conseilsupérieur de l’audiovisuel. Pour ce qui concerne les informations sur l’offre télévisuelled’animation, les sources sont variées : Médiamétrie, Conseil supérieur de l’audiovisuel(CSA), Guide des chaînes numérique, CNC. Les informations spécifiques sur la diffusion deslongs métrages d’animation à la télévision sont issues d’une base de données commune auCSA et au CNC. L’ensemble des données d’audience sont fournies par Médiamétrie.Les résultats des programmes audiovisuels d’animation français à l’exportation sont issusd’une enquête conduite par le CNC et TV France International, auprès des professionnels dela production et de la vente de programmes audiovisuels.Les dépenses des ménages en achats de vidéo d’animation sont évaluées par le CNC etl’institut GfK. Par ailleurs, les éditeurs vidéo déclarent au CNC, pour chaque œuvrecinématographique éditée, le nombre de copies vendues et le chiffre d’affaires net facturé,ce qui permet des analyses par titre.Enfin, les données sur l’offre de films d’animation en vidéo à la demande proviennent d’unrecensement, effectué régulièrement par le CNC, de l’offre VàD sur huit plates-formes parmiles plus importantes. Le marché de l’animation 7
  • 8. SynthèseA l’occasion du Festival international du film d’animation d’Annecy, le CNC a réalisé pour ladeuxième année consécutive une étude sur le marché de l’animation. Cette étude dresseune analyse complète et approfondie de la production et de la diffusion (salles de cinéma,télévision, vidéo, VàD et exportations) des œuvres d’animation, qu’elles soientcinématographiques ou audiovisuelles.351 heures de programmes audiovisuels d’animation produit en 2009En 2009, la production de programmes audiovisuels d’animation connait une croissance de35,5 % pour atteindre 351 heures pour un total des devis de 211,1 M€. L’année 2009correspond au point haut du cycle de production de l’animation. Depuis dix ans, le volume deproduction audiovisuelle d’animation atteint près de 300 heures en moyenne et le coûthoraire de ces programmes s’élève en moyenne à 600,5 K€ sur la période.Plus que les autres genres télévisuels, l’animation française se finance pour plus de 20 %avec des partenaires étrangers.L’animation française rencontre de réels succès à l’exportation. En moyenne, elle concentreprès du tiers des ventes de programmes audiovisuels français à l’étranger, alors que levolume de production française d’animation représente moins de 10 % de l’ensemble desheures produites dans l’hexagone.Une forte progression des entrées et des recettes des films d’animation en 2009En 2009, 35 films inédits d’animation font l’objet d’une exploitation en salles, soit le niveau leplus élevé de la décennie. Huit films d’animation sont disponibles en 3D numérique. En2009, la fréquentation des films d’animation progresse de 66,2 % pour atteindre sont plushaut niveau depuis dix ans avec 28,53 millions d’entrées. Les neuf films d’animation françaisréalisent 5,12 millions d’entrées, soit une part de marché de 17,9 % (deuxième plus hautniveau de la décennie). La forte progression des entrées des films d’animations’accompagne d’une progression encore plus prononcée (+78,9 %) des recettes de cesfilms, conséquence du développement des films d’animation projetés en 3D dont le prixmoyen du billet est supérieur à celui des autres films (6,54 € pour les films d’animation en3D, contre 6,28 € pour l’ensemble des films d’animation).Les longs métrages d’animation bénéficient d’une large exposition en sallesLes films d’animation bénéficient à la fois d’importants frais d’édition et de largescombinaisons de sortie. En moyenne, l’investissement publicitaire brut tarifé d’un filmd’animation s’élève à 1 637,6 K€ en 2009, contre 760,2 K€ tous genres confondus.En 2009, un film d’animation inédit bénéficie d’une combinaison moyenne de sortie de293 copies, contre 137 copies pour l’ensemble des films. Les longs métrages d’animationreprésentent 4,3 % des films inédits de 2009 mais concentrent près de 15 % des entrées deces films. Les longs métrages d’animation bénéficient d’une durée moyenne de vie en sallessupérieure à celle de l’ensemble des films. Ainsi, en 2009, les films d’animation réalisent-ils79,9 % de leurs entrées au cours des quatre premières semaines de leur exploitation, contre8 Le marché de l’animation
  • 9. 81,5 % tous genres confondus. Parallèlement, les films français d’animation présentent unedurée moyenne de vie supérieure à celle des films américains.Le public des films d’animation se diversifieLe public des films d’animation est composé presque à part égale d’enfants et d’adultes (plusde 33 % du public pour chaque groupe entre 2005 et 2009). En général, chaque enfant estaccompagné par un adulte pour une séance de cinéma, et le plus souvent par une femme.Ces dernières composent plus de la moitié du public des films d’animation. La part desspectateurs occasionnels dans le public des films d’animation progresse régulièrementdepuis 2005.Plus de 4 200 heures de programmes d’animation sur les chaînes historiques en 2009En 2009, les chaînes hertziennes historiques (TF1, France 2, France 3, Canal+, France 5 etM6) diffusent 4 231 heures de programmes d’animation (y compris 194 heures de filmsd’animation). L’offre d’animation progresse de 8,4 % en 2009. Elle représente 8,5 % del’offre totale de programmes des chaînes historiques. France 5, France 3 et TF1 sont lesprincipaux diffuseurs d’animation. En 2009, 57,8 % de l’offre totale d’animation diffusée surles chaînes historiques est proposée entre 05h00 et 08h30 (52,2 % en 2008), principaletranche de diffusion du genre.L’offre d’animation est proportionnellement plus élevée en période de congés scolaires.48,5 % des volumes d’animation sont diffusés pendant les vacances scolaires alors que cesdernières ne représentent que 42,5 % des jours de l’année. En 2009, l’offre d’animationaugmente de 12,5 % en période scolaire contre 4,9 % hors vacances.Une offre majoritairement françaiseL’offre d’animation française est majoritaire et se renforce en 2009. Elle représente 42,7 %du volume total d’animation diffusée sur les chaînes hertziennes historiques en 2009.L’animation américaine constitue près d’un tiers de l’offre (32,0 %) et devance l’offred’origine européenne non française (11,9 %) et les programmes d’autres nationalités(13,4 %), principalement australiens, canadiens et japonais.Une audience performante sur les 4-10 ans et les 11-14 ansLes programmes d’animation représentent 2,5 % de la consommation des téléspectateursâgés de 4 ans et plus sur les chaînes hertziennes historiques en 2008 (TF1,France 2, France 3, Canal+, France 5, M6 et Arte). Les enfants surconsomment lesprogrammes d’animation diffusés à la télévision. Ainsi, chez les enfants âgés de 4 à 10 anset ceux âgés de 11 à 14 ans, l’audience des programmes d’animation est sur-performantepar rapport aux standards habituels de toutes les chaînes historiques. En 2009, l’audiencede ces programmes sur les chaînes historiques est de 8,7 % chez les 11-14 ans et de17,4 % chez les 4-10 ans alors que l’offre (films inclus) représente 8,5 % de l’ensemble desprogrammes de ces chaînes.L’animation, un genre important en vidéoEn 2009, le chiffre d’affaires des ventes de longs métrages d’animation progressent de 1,9 %pour atteindre 111,8 M€. Les films d’animation réalisent 14,0 % du chiffre d’affaires ducinéma en vidéo. Dans un contexte de stabilité du marché de la vidéo, les films d’animation Le marché de l’animation 9
  • 10. maintiennent un niveau élevé de ventes et participent à la croissance du chiffre d’affaires ducinéma en vidéo. Le segment des films d’animation en vidéo est dominé par les œuvresaméricaines qui représentent en 2009 87,2 % des ventes en volume et 88,9 % du chiffred’affaires, contre respectivement 6,4 % et 4,7 % pour les œuvres françaises.10 Le marché de l’animation
  • 11. I. La production audiovisuelle d’animationL’animation entre dans un nouveau cycle de production en 2009. Le volume produit est enaugmentation pour la première fois depuis 2006, année au cours de laquelle il avait atteint leplus haut niveau de la dernière décennie. Il s’élève à 351 heures en 2009, contre 259 heuresen 2008, soit une croissance de 35,5 %. Le volume produit se situe ainsi à un niveausupérieur à la moyenne des dix dernières années. Entre 2000 et 2009, le volume annuel decommande d’animation atteint en moyenne 299 heures.Panorama de la production audiovisuelle d’animation 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009volume horaire (heures) 281 327 261 208 330 268 395 314 259 351devis (M€) 185,5 209,2 171,6 128,6 194,4 154,9 214,9 176,5 151,6 211,1coût horaire (K€/heure) 660,1 639,9 657,4 618,3 589,1 577,8 543,4 562,6 585,4 600,9apports des diffuseurs (M€) 36,6 41,2 30,9 27,6 47,6 39,7 56,1 50,0 40,1 58,8apports du CNC (M€) 24,6 27,6 20,1 18,2 28,7 24,7 38,2 25,6 27,9 35,3apports étrangers (M€) 81,8 95,4 78,5 55,6 62,4 51,7 56,7 53,5 42,9 52,5Evolution des heures aidées d’animation 400 395 351 300 327 330 314 281 268 261 259 200 208 100 0 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009Source : CNC.L’animation représente 8,3 % des heures totales de programmes audiovisuels aidés par leCNC en 2009, contre 6,5 % en 2008. En moyenne, les diffuseurs attribuent 1 130,8 K€ parprojet, contre 817,9 K€ en 2008 (783,5 K€ en moyenne entre 2000 et 2009). Les devis totauxdes programmes d’animation progressent de 39,2 % à 211,1 M€ en 2009, soit un coûthoraire en progression de 2,7 % par rapport à 2008 à 600,9 K€ en moyenne. Sur les dixdernières années, le coût horaire atteint 600,5 K€ en moyenne. Le marché de l’animation 11
  • 12. Coût horaire moyen de l’animation audiovisuelle (K€/heure) 700 639,9 650 660,1 657,4 618,3 600,9 600 577,8 562,6 589,1 585,4 550 543,4 500 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009Source : CNC.L’évolution de la production d’animation en 2009 est portée par les tendances suivantes : • Le volume des séries de format court (moins de 8 minutes) diminue de 2,3 % entre 2008 et 2009 à 98 heures. Ces séries représentent 28,0 % des heures d’animation aidées en 2009, contre 38,8 % en 2008. • Le volume des séries de 11 à 15 minutes poursuit sa progression pour la deuxième année consécutive. Il augmente de 31,1 % à 152 heures en 2009. Ces séries constituent le premier format d’animation depuis 2008 (43,3 % du volume total en 2009). • Le volume des séries de 23 à 26 minutes progresse fortement en 2009 (+141,6 % à 99 heures), après avoir diminué de 83 heures entre 2007 et 2008. Ces séries représentent 28,3 % du volume d’animation mis en production en 2009, contre 15,9 % en 2008.A. Le financement de l’animationPar rapport aux autres genres de programmes audiovisuels aidés par le CNC, lefinancement de l’animation française se caractérise par une part importante d’apportsétrangers. Les financements étrangers représentent 24,9 % des devis des programmesd’animation en 2009.Le financement de l’animation audiovisuelle (M€) 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009financements français 103,7 113,9 93,1 73,0 132,0 103,2 158,1 123,0 108,7 158,6producteurs français 33,8 29,4 27,4 17,5 40,8 25,6 42,3 32,6 27,4 41,5préventes en France 2,5 6,6 9,5 3,0 6,8 8,4 10,2 9,2 6,4 15,6diffuseurs 36,6 41,2 30,9 27,6 47,6 39,7 56,1 50,0 40,1 58,8SOFICA 4,4 8,1 2,8 3,6 4,0 2,0 5,5 1,2 2,1 3,7CNC 24,6 27,6 20,1 18,2 28,7 24,7 38,2 25,6 27,9 35,3autres 1,8 0,9 2,3 3,2 4,0 2,8 5,8 4,4 4,7 3,7financements étrangers 81,8 95,4 78,5 55,6 62,4 51,7 56,7 53,5 42,9 52,5coproductions étrangères 64,3 53,1 54,2 36,7 40,9 29,8 32,7 35,2 25,7 31,9préventes à létranger 17,5 42,2 24,3 18,9 21,5 21,9 24,0 18,3 17,2 20,6total des financements 185,5 209,2 171,6 128,6 194,4 154,9 214,9 176,5 151,6 211,1Source : CNC.12 Le marché de l’animation
  • 13. Le financement de l’animation audiovisuelle 2008 2009 Producteurs Producteurs français Etranger français Etranger 24,9% 18,1% 19,7% 28,3% Préventes en France Préventes en 4,2% France Autres 7,4% 3,5% Autres 4,5% Diffuseurs CNC Diffuseurs COSIP 26,4% 16,7% 27,9% 18,4%Source : CNC.a. Les financements françaisA l’image de l’évolution des volumes de production, les financements français destinés à laproduction d’œuvres d’animation progressent en 2009. Ils affichent une croissance de45,9 % à 158,6 M€ et atteignent ainsi leur plus haut niveau des dix dernières années. Lesapports des producteurs français augmentent de 51,7 % à 41,5 M€. Les dépenses deschaînes sont en hausse de 46,7 % à 58,8 M€. Leur part dans le financement desprogrammes d’animation est supérieure à 25 % pour la cinquième année consécutive. Ellepasse de 26,4 % en 2008 à 27,9 % en 2009 (23,8 % en moyenne entre 2000 et 2009). Ilconvient également de noter la très forte progression des préventes en France en 2009, liéeà des minima garantis apportés par des producteurs français ayant une forte activité dedistribution, notamment à l’étranger, et à l’augmentation des volumes de formats de13 minutes et de 26 minutes. 33 projets ont fait l’objet de préventes en France en 2009 dont5 projets pour un montant supérieur à 1 M€, contre 24 projets dont un seul pour un montantsupérieur à 1 M€ en 2008.b. Les financements étrangersLes financements étrangers progressent de 22,3 % à 52,5 M€ en 2009. Cette évolutions’explique autant par la croissance des apports en coproduction (+23,8 %) que par celle despréventes à l’étranger (+19,9 %).Les apports étrangers perdent leur place de première source de financement du genre en2009 (24,9 % du total, contre 28,3 % en 2008). En moyenne, ils couvrent 35,1 % des devisentre 2000 et 2009.242 heures d’animation bénéficient d’un financement étranger en 2009 (coproduction etprévente), soit 68,9 % du volume total produit. L’année précédente, 66,9 % du volumed’animation mis en production avaient bénéficié d’un financement étranger (173 heures).En 2009, 198 heures de coproductions majoritairement françaises sont initiées avec unapport étranger total de 28,3 M€ dont 14,9 M€ d’apports en coproduction et 13,4 M€ depréventes (108 heures avec un apport étranger de 14,1 M€ en 2008). Le marché de l’animation 13
  • 14. Parallèlement, 43 heures de coproductions minoritairement françaises sont produites,financées par un apport étranger total de 24,2 M€ dont 17,0 M€ d’apports en coproduction et7,2 M€ de préventes (65 heures avec un apport étranger de 28,8 M€ en 2008).c. Le financement par le CNCL’apport du CNC pour les programmes d’animation augmente moins rapidement que lesvolumes (+26,4 % en 2009). Il couvre 16,7 % des devis en 2009 (18,4 % en 2008 et 15,1 %en moyenne entre 2000 et 2009), pour un apport horaire moyen en baisse de 6,7 % parrapport à 2008 à 100,6 K€ (90,5 K€ en moyenne entre 2000 et 2009).B. Les apports des diffuseurs dans les programmes d’animationInvestissements des chaînes dans l’animation investissements² coût horaire¹ apport horaire¹ heures¹ (M€) (K€) (K€) 2008 2009 2008 2009 2008 2009 2008 2009chaînes hertziennes publiques 143 130 23,8 27,5 601,7 623,8 164,2 181,3France 2 11 7 1,9 2,7 606,9 548,0 142,0 194,4France 3 99 100 18,2 21,3 625,1 673,0 184,3 193,3France 3 Régions - 2 - 0,1 - 202,8 - 46,5total France 3 99 102 18,2 21,4 625,1 665,3 184,3 190,9France 5 33 21 3,7 3,4 529,2 446,2 111,4 129,8France Télévisions³ 143 130 23,8 27,5 601,5 623,8 164,1 181,3Arte 0 - 0,0 - 516,8 - 87,0 -chaînes hertziennes privées 68 170 11,2 24,4 595,6 644,4 145,3 133,9TF1 46 62 7,8 10,8 645,4 685,4 171,6 170,5M6 10 57 2,5 8,9 701,0 657,5 120,4 129,8Canal+ 13 50 0,9 4,7 331,8 578,4 69,6 93,0total chaînes hertziennes 211 300 35,0 51,9 599,6 635,5 158,0 154,4chaînes du câble, du satellite et de la 45 33 4,8 5,1 536,1 442,5 54,6 49,0TNT payantechaînes gratuites de la TNT - 16 - 1,6 - 334,9 - 45,2total chaînes du câble, du satellite et 45 49 4,8 6,7 536,1 406,5 54,6 47,7de la TNTchaînes locales 2 2 0,2 0,2 244,2 241,6 53,1 60,7Total 259 351 40,1 58,8 585,4 600,9 139,0 138,9¹ En tant que premier diffuseur.² Tous rangs de diffusion confondus.³ Le groupe France Télévisions intègre France 2, France 3, France 4, France 5 et France Ô. En 2008 et 2009, France 4 etFrance Ô n’ont pas investis dans l’animation.Source : CNC.14 Le marché de l’animation
  • 15. a. Les chaînes hertziennes nationales historiquesLe volume d’animation commandé par les chaînes nationales historiques progressefortement en 2009, essentiellement du fait des chaînes privées. Les chaînes historiquesparticipent au financement de 89 heures d’animation de plus qu’en 2008 (+41,9 % à300 heures, contre 211 heures en 2008). Elles apportent 51,9 M€ (+48,2 %) dont 46,3 M€ entant que premiers diffuseurs (+38,7 %).Les chaînes publiquesEn 2009, le niveau de commande des chaînes nationales publiques diminue à 140 heures(-8,1 %) dont 130 heures en tant que premiers diffuseurs (-9,3 %), pour un apport total enhausse de 15,4 % à 27,5 M€.France 2 apporte 2,7 M€ (+40,7 %) pour un total de 16 heures d’animation dont 7 heures entant que premier diffuseur (-36,6 %).France 3 (hors France 3 Régions, qui investit 0,1 M€) augmente sa participation de 16,9 % à21,3 M€ pour un total de 111 heures de programmes (+12,0 %) dont 100 heures en tant quepremier diffuseur (+1,4 %). France 3 couvre 28,7 % du devis de ses programmes, soit0,8 point de moins qu’en 2008. La chaîne initie notamment la production de deux séries :Magic Planet (52x12’ - Label Anim) et Gaston Lagaffe (78x7’ - Normaal / AB Productions).En 2009, France 5 apporte 3,4 M€ à 31 heures de programmes d’animation (3,7 M€ pour33 heures en 2008) dont 21 heures en tant que premier diffuseur (33 heures en 2008).Les chaînes privéesLes investissements des chaînes nationales privées dans l’animation augmentent à 24,4 M€(11,2 M€ en 2008), pour un volume de commande en progression à 173 heures dont170 heures en tant que premiers diffuseurs. La croissance du volume d’animationcommandé par les chaînes privées explique la majeure partie de la progression globale duvolume d’animation mis en production en 2009.TF1 apporte 10,8 M€ (+38,2 % par rapport à 2008) pour 65 heures d’animation (+43,9 %)dont 62 heures en tant que premier diffuseur (+37,2 %). La chaîne apporte en moyenne170,5 K€ par heure de programme initié en 2009 (-0,7 %). TF1 met en production sept sériesdont le Livre de la jungle (52x11’ – Moonscoop IP) et la saison 2 de Spiez ! Nouvellegénération (26x24’ – Marathon Media).Les apports de M6 dans l’animation sont multipliés par 3,6 en 2009 à 8,9 M€ (2,5 M€ en2008) pour 73 heures de programmes dont 57 heures en tant que premier diffuseur(20 heures dont 10 heures en tant que premier diffuseur en 2008). La chaîne apporte enmoyenne 129,8 K€ par heure de programme en tant que premier diffuseur, contre 120,4 K€en 2008 (+7,8 %). M6 initie notamment la production de la série le Petit Nicolas (52x12’ –Method Animations / M6 Studio).Les investissements de Canal+ dans l’animation passent de 0,9 M€ en 2008 à 4,7 M€ en2009 (soit 5,3 fois plus) pour 50 heures de programmes (3,3 fois plus), toutes en tant quepremier diffuseur (4 fois plus). Canal+ apporte en moyenne 93,0 K€ par heure de programmeen tant que premier diffuseur, contre 69,6 K€ en 2008 (+33,6 %). La chaîne met enproduction plusieurs séries dont les Dalton (78x8’ - Xilam Animation) et Diego Oasis (52x12’- Millimages / Amuse Films). Le marché de l’animation 15
  • 16. b. Les chaînes gratuites de la TNTEn 2009, Gulli est la seule chaîne de la TNT gratuite à investir dans l’animation. Aucunechaîne de la TNT n’avait contribué à la production d’animation l’année précédente. Gulliinvestit 1,6 M€ dans 42 heures dont 16 heures en tant que premier diffuseur. Elle affiche unapport horaire (45,2 K€) proche de celui des chaînes thématiques.c. Les chaînes du câble, du satellite et de la TNT payanteNeuf chaînes du câble, du satellite et de la TNT payante participent au financement deprogrammes d’animation en 2009, soit une chaîne de plus qu’en 2008. Ces chaînesinterviennent essentiellement en tant que deuxièmes, voire troisièmes diffuseurs (78,3 % duvolume total). Elles participent au financement de 151 heures de programmes d’animation(+28,4 % par rapport à 2008) mais le nombre d’heures en tant que premiers diffuseursbaisse à 33 heures (-28,0 %). Leur apport total est en hausse de 7,1 % à 5,1 M€. Lacontribution de ces chaînes représente 8,7 % de l’ensemble des apports des diffuseurs surle genre (11,9 % en 2008). En 2009, leur taux de couverture en tant que premiers diffuseurss’établit à 11,1 % des devis (10,2 % en 2008).La participation de Canal J, premier investisseur des chaînes du câble, du satellite et de laTNT payante dans l’animation, diminue de 25,2 % à 1,9 M€. Elle finance au total 37 heuresd’animation dont 14 heures en tant que premier diffuseur (44 heures dont 26 heures en tantque premier diffuseur en 2008).Disney Channel apporte 1,7 M€ à la production des programmes d’animation en 2009(+132,6 % par rapport à 2008) pour 52 heures de programmes (21 heures en 2008) dont10 heures en tant que premier diffuseur (16 heures en 2008).Investissements des chaînes du câble, du satellite et de la TNT payante investissements² coût horaire¹ apport horaire¹ heures¹ (K€) (K€) (K€) 2008 2009 2008 2009 2008 2009 2008 2009 13ème Rue 2 - 70,0 - 107,8 - 46,7 - Canal J 26 14 2 587,0 1 934,5 583,4 424,4 63,2 47,1 Disney Channel 16 10 748,0 1 740,0 537,7 597,4 39,6 57,7 Game one - 3 - 100,0 - 429,1 - 33,0 Jétix - - - 312,0 - - - - Ma Planète - - 22,5 - - - - - MCM 1 - 105,0 - 359,0 - 89,7 - Orange Ciné Novo - - - 250,0 - - - - Orange Cinéma Séries - - - 50,0 - - - - Planète - - - 3,5 - - - - Télétoon - 1 1 075,0 256,0 - 309,2 - 28,0 TiJi 1 5 154,0 474,0 154,9 193,4 50,0 50,2 TPS CinéFamily - - 20,0 - - - - - Total 45 33 4 781,5 5 120,0 536,1 442,6 54,6 49,0¹ En tant que premier diffuseur.² Tous rangs de diffusion confondus.Source : CNC.16 Le marché de l’animation
  • 17. C. Production aidée d’animation selon les tranches de coûtEn 2009, la production audiovisuelle aidée d’animation augmente de 92 heures. Cetteprogression repose sur les programmes dont le coût horaire est compris entre 300 K€ et600 K€ (+94 heures) et sur les programmes dont le coût horaire est supérieur à 900 K€(+22 heures). Les programmes dont le coût horaire se situe entre 500 K€ et 600 K€ affichentla plus forte progression (+40 heures). 64,2 % des heures produites en 2009 présentent uncoût horaire supérieur à 500 K€, une proportion en baisse de 5,4 points par rapport à 2008(69,6 %). Les programmes dont le coût horaire est supérieur à 500 K€ concentrent 75,7 %du montant total des devis, 73,2 % des apports des diffuseurs et 65,7 % des apports du CNCen 2009.Production aidée d’animation selon les tranches de coût horaire apports diffuseurs aides CNC heures devis (M€) (M€) (M€) 2008 2009 2008 2009 2008 2009 2008 2009inférieur à 200 K€ 8 4 1,2 0,7 0,3 0,2 0,2 0,2de 200 K€ à 300 K€ 10 7 2,8 1,7 0,6 0,7 0,9 0,5de 300 K€ à 400 K€ 7 39 2,4 13,9 0,7 4,2 0,6 3,8de 400 K€ à 500 K€ 54 76 24,1 35,0 7,9 10,7 6,5 7,7de 500 K€ à 600 K€ 48 88 25,9 49,5 8,5 15,2 5,8 9,6de 600 K€ à 700 K€ 81 74 52,6 47,3 12,1 14,4 7,6 8,1de 700 K€ à 900 K€ 42 31 31,9 24,4 7,3 5,8 5,1 2,8900 K€ et plus 10 33 10,8 38,6 2,6 7,6 1,3 2,7total 259 351 151,6 211,1 40,1 58,8 27,9 35,3Source : CNC.D. Les formats d’animationLes œuvres audiovisuelles française d’animation se déclinent majoritairement en séries.En 2009, trois œuvres unitaires d’animation (cinq en 2008) représentent deux heures deprogrammes pour un coût horaire moyen de 573,7 K€ (764,1 K€ en 2008).Concernant les séries, 22 œuvres affichent une durée par épisode inférieure à 8 minutes etreprésentent au total 98 heures en 2009 (27 œuvres et 100 heures en 2008). En moyenne,le coût horaire de ces programmes s’élève à 507,3 K€, contre 506,9 K€ en 2008.16 programmes (13 en 2008), soit 152 heures (116 heures en 2008), sont des séries dont ladurée par épisode est comprise entre 11 et 13 minutes en 2009 : une série de 10 épisodes,une série de 26 épisodes et 14 séries de 52 épisodes. Leur coût horaire moyen diminue à585,8 K€ (627,8 K€ en 2008).En 2009, 11 œuvres (quatre en 2008) représentant au total 99 heures (41 heures en 2008),sont des séries dont les épisodes durent entre 23 et 26 minutes. Huit d’entre elles comptent26 épisodes. Le coût horaire moyen de ces programmes atteint 716,9 K€, contre 651,6 K€en 2008. Le marché de l’animation 17
  • 18. Structure des formats d’animation en volume horaire 2008 2009 unitaires unitaires 23 à 26 0,5% 0,4% 23 à 26 minutes minutes 15,9% 28,3% moins de 8 moins de 8 minutes minutes 28,0% 38,8% 11 à 13 11 à 13 minutes minutes 44,8% 43,3%Source : CNC.L’évolution sur dix ans des formats des programmes d’animation aidés par le CNC révèlenotamment une montée en puissance des séries de 11 à 13 minutes. Alors qu’elles étaient leformat le moins représenté en 2000, elles sont devenues depuis 2008 le premier formatd’animation.Evolution des formats d’animation (heures)¹ 400 300 174 99 169 159 124 41 200 157 122 162 152 82 116 147 86 73 96 100 40 78 80 66 81 81 74 100 100 98 57 45 72 37 0 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 séries de moins de 8 minutes séries de 11 à 13 minutes séries de 22 à 26 minutes¹ Hors unitaires, qui représentent entre 1 heure et 5 heures de programmes par an.Source : CNC.E. Les dépenses en animationEn 2009, les dépenses de production des œuvres d’animation augmentent de 47,0 % enFrance et de 21,1 % à l’étranger par rapport à 2008. Tous formats confondus, 74,0 % desdépenses de production des programmes d’animation sont réalisés en France en 2009,contre 70,1 % en 2008.La part des dépenses de personnel est en hausse de 3,6 points en 2009. Celle desdépenses en « moyens techniques et laboratoires » diminue de 5,1 points. Le poste« personnel » affiche la plus forte croissance en valeur.18 Le marché de l’animation
  • 19. Les frais de « moyens techniques et de laboratoires » demeurent le premier poste dedépenses pour les programmes d’animation (34,0 % du total en 2009). Ces dépenses sontmajoritairement localisées en France depuis 2008 (51,1 % en 2009, 54,7 % en 2008). Ellesprogressent de 21,2 % en 2009 mais augmentent moins rapidement en France (+13,4 %)qu’à l’étranger (+30,6 %).Postes de dépenses des œuvres d’animation (M€) France Etranger total 2008 2009 2008 2009 2008 2009droits artistiques 8,2 13,4 4,1 2,9 12,3 16,4personnel 28,8 47,0 7,2 10,7 36,0 57,7Interprétation 2,0 2,8 1,1 0,4 3,1 3,2charges sociales 17,7 26,2 0,8 0,8 18,5 27,1transport défraiement régie 2,1 2,6 1,1 0,4 3,2 3,1moyens techniques - laboratoires 32,4 36,7 26,8 35,0 59,2 71,7assurance - divers 5,0 9,5 1,4 1,2 6,4 10,8frais généraux 6,7 11,3 1,8 2,1 8,5 13,3imprévus 3,4 6,6 1,0 1,2 4,5 7,8total 106,3 156,2 45,3 54,9 151,6 211,1Source : CNC.En volume horaire, 10,9 % des œuvres d’animation mises en production en 2009 sontintégralement produites en France, contre 8,5 % en 2008. La proportion d’œuvresd’animation dont le taux de dépenses à l’étranger est supérieur à 30 % diminue de moitié :elle passe de 37,0 % en 2008 à 18,8 % en 2009. La proportion d’œuvres dont le taux dedépenses en France est compris entre 70 % et 80 % progresse significativement : elle passede 8,3 % en 2008 à 32,3 % en 2009.La proportion d’œuvres (en volume horaire) dont le taux de dépenses en France est inférieurà 80 % varie en fonction du format des séries. 19,7 % des volumes de séries de moins de8 minutes présentent un taux de dépenses en France inférieur à 80 %, contre 47,3 % desvolumes de séries de 11 à 15 minutes et 88,7 % des volumes de séries de 23 à 26 minutes. Le marché de l’animation 19
  • 20. Volume horaire d’animation selon le format et le taux de dépenses en France séries de séries de séries de unitaires total moins de 8’ 11 à 15’ 23 à 26’2005inférieur à 70 % 0 - 34 77 112de 70 % à 80 % 1 6 10 22 39de 80 % à 100 % - 11 14 63 88100 % 2 20 7 - 29total 3 37 66 162 2682006inférieur à 70 % 1 2 36 89 128de 70 % à 80 % 0 13 21 57 92de 80 % à 100 % 1 24 87 28 140100 % 0 32 3 - 36total 3 72 147 174 3952007inférieur à 70 % - 14 52 52 117de 70 % à 80 % 1 21 21 21 64de 80 % à 100 % 1 37 13 42 92100 % 1 28 1 10 41total 3 100 86 124 3142008inférieur à 70 % - 4 50 41 96de 70 % à 80 % 0 16 5 - 22de 80 % à 100 % - 59 61 - 120100 % 1 21 - - 22total 1 100 116 41 2592009inférieur à 70 % - 10 20 36 66de 70 % à 80 % - 10 52 52 114de 80 % à 100 % - 55 68 11 133100 % 2 24 13 - 38total 2 98 152 99 351Source : CNC.F. Les entreprises de production d’animation audiovisuelleDans cette partie, les producteurs dépendants ou liés à des chaînes sont définis comme lesentreprises dont un actionnaire ou groupe d’actionnaires qui détient au moins 15 % ducapital social ou des droits de vote de l’entreprise de production est également actionnaired’un ou de plusieurs diffuseurs hertziens, du câble ou du satellite. Cinq groupes liés à undiffuseur ont ainsi été définis : Lagardère, France Télévisions, Groupe AB, Groupe TF1 etMétropole Télévision (M6).Sont donc considérés ici comme producteurs indépendants les entreprises individuellesindépendantes en termes de capital ainsi que les entreprises appartenant à un groupe lui-même non lié à un diffuseur. Huit groupes indépendants ont ainsi été définis pour l’ensembledu secteur de la production audiovisuelle : Carrère Groupe, Endemol Développement,Groupe Dargaud, Gaumont, Iris, Marathon Group, Telfrance et JLA.A noter qu’un programme peut être financé par plusieurs producteurs ; les heures sont donccomptées deux fois (une fois pour chaque producteur).20 Le marché de l’animation
  • 21. En 2009, le nombre d’entreprises de production d’œuvres d’animation se situe dans lamoyenne des cinq dernières années. 48 producteurs audiovisuels sont actifs sur le segmentde l’animation en 2009, soit quatre de plus qu’en 2008. Il convient de signaler que l’évolutiondu nombre d’entreprises de production actives est fortement corrélée à l’évolution du volumetotal produit. En 2009, les groupes indépendants produisent 29,3 % du volume horaire totald’animation (28,4 % en 2008). Les producteurs individuels fournissent 74,8 % du volumeproduit dans l’année (81,3 % en 2008).Entreprises de production actives production animation audiovisuelle aidée2005Entreprises actives 43 674Entreprises produisant 50 % des durées 9 77Entreprises produisant 50 % des durées (%) 20,9 11,42006Entreprises actives 57 660Entreprises produisant 50 % des durées 9 60Entreprises produisant 50 % des durées (%) 15,8 9,12007Entreprises actives 46 720Entreprises produisant 50 % des durées 6 63Entreprises produisant 50 % des durées (%) 13,0 8,82008Entreprises actives 44 770Entreprises produisant 50 % des durées 7 63Entreprises produisant 50 % des durées (%) 15,9 8,22009Entreprises actives 48 753Entreprises produisant 50 % des durées 9 69Entreprises produisant 50 % des durées (%) 18,8 9,2Source : CNC.Huit entreprises produisent plus de 10 heures d’animation en 2009. Marathon Media /Tele Images Kids est la société française la plus active dans le secteur de la productionaudiovisuelle d’animation avec 52 heures de programmes, soit 14,8 % du volume horairetotal de la production audiovisuelle aidée d’animation en 2009. Le marché de l’animation 21
  • 22. Les 10 premiers producteurs de programmes d’animation (en volume horaire¹) 2008 2009 volume % du volume % du horaire total horaire total1 Moonscoop / Moonscoop IP 31 12,0 1 Marathon Media / Tele Images 52 14,82 Les Armateurs 21 8,2 2 Alphanim 31 8,93 Futurikon 21 8,0 3 Dargaud / Ellipsanime / Dupuis 31 8,7- Method Animations 21 8,0 4 Futurikon 23 6,55 Dargaud / Ellipsanime 20 7,7 5 Method Animations 21 5,96 Marathon / Tele Images Kids 17 6,6 6 Moonscoop IP 20 5,77 TeamTO 15 5,7 7 Normaal 18 5,28 Blue Spirit Animation 13 5,2 8 TeamTO 17 5,09 Alphanim 11 4,4 9 2 Minutes 10 3,0- Patoon Animation 11 4,4 - Amuse Films 10 3,0 - GO-N Productions 10 3,0 - Label-Anim 10 3,0 - Les Cartooneurs Associés 10 3,0 - LP Animation 10 3,0 - M6 Studio 10 3,0 - Millimages 10 3,0 - Mondo TV France 10 3,0 - Planet Nemo Animation 10 3,0 - Safari de Ville 10 3,0 - Samka Productions 10 3,0 - Xilam Animation 10 3,0¹ Certaines heures sont comptabilisées deux fois en raison de l’investissement de deux producteurs dans une même œuvre.Source : CNC.22 Le marché de l’animation
  • 23. II. La production française de longs métragesd’animationLa production française de longs métrages d’animation connait depuis dix ans une activitérégulière. Cette partie analyse le financement des films français d’animation, notamment lesinvestissements consentis par les chaînes de télévision. Elle présente également les postesde coût de production de ces films.A. Evolution et financement de la productionL’analyse de la production de films français d’animation s’appuie sur les œuvres ayant reçul’agrément des investissements du CNC entre 2000 et 2009. Sont exclus de cette analyse :- les films financés par un producteur français mais ne pouvant être qualifiés dœuvreseuropéennes (films soutenus par le fonds Sud ou l’aide aux films en langue étrangère,…).- les films dits « sauvages », qui ne font pas appel à un financement encadré ou au soutienfinancier de l’État et dont la production nest pas terminée.a. Le nombre de films produitsCinq films danimation dont quatre dinitiative française sont agréés en 2009. Au total, entre2000 et 2009, 56 films d’animation ont été agréés, soit 2,6 % de l’ensemble de la productionfrançaise de longs métrages. Selon les années, l’animation représente entre 1,5 % (en 2002)et 4,2 % (en 2008) des films agréés.Evolution du nombre de longs métrages d’animation agréés 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009films d’animation agréés 6 4 3 6 4 8 5 5 10 5dont films d’initiative française 6 3 1 5 4 7 3 1 9 4total des films agréés 164 195 200 212 203 240 203 228 240 230part des films d’animation (%) 3,7 2,1 1,5 2,8 2,0 3,3 2,5 2,2 4,2 2,2Source : CNC.Films d’animation agréés en 2009 1titre réalisateur pays coproducteurs devis (M€)Titeuf le film Chapuis Philippe FR 90 % / CH 10 % 15,00Le Chat du rabbin Sfar Joann / Delesvaux Antoine FR 100 % 12,48Le Marchand de sable et le sable perdu des rêves Moller Jesper DE 80 % / FR 20 % 8,88Totally Spies ! Le film Jardin Pascal FR 90 % / IT 10 % 5,56Sea rex Vuong Pascal / Chapalain Ronan FR 100 % 5,111 CH : Suisse ; DE : Allemagne ; FR : France ; IT : Italie.Source : CNC. Le marché de l’animation 23
  • 24. b. Les devis des films d’animationLe total des devis des longs métrages d’animation agréés entre 2000 et 2009 s’élève à595,7 M€. L’animation concentre 5,4 % des investissements réalisés dans la productionfrançaise sur la période. Cette part varie entre 2,0 % (en 2002) et 13,5 % (en 2008).Devis des films d’animation 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 devis films d’animation (M€) 28,92 18,68 17,31 38,19 89,30 67,12 47,85 40,12 201,18 47,03 devis totaux (M€) 803,26 905,15 860,71 1 153,30 1 048,83 1 286,13 1 148,47 1 201,08 1 490,45 1 098,68 part des films d’animation (%) 3,6 2,1 2,0 3,3 8,5 5,2 4,2 3,3 13,5 4,3Source : CNC.Entre 2000 et 2009, le devis moyen des films d’animation français (total des devis / nombrede films) s’établit à 10,64 M€. Le niveau du devis moyen est fortement impacté par la trilogieArthur dont chaque volet présente un devis supérieur à 60 M€ (premier film agréé en 2004,deuxième et troisième films agréés en 2008). En retirant les trois volets de Arthur, le devismoyen d’un film d’animation français atteint 7,52 M€ sur la période.Le devis médian (montant pour lequel 50 % des films présentent un devis supérieur et 50 %des films un devis inférieur) s’établit à 6,06 M€.Devis moyen et devis médian des films d’animation (M€) 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009devis moyen 4,82 4,67 5,77 6,36 22,32 8,39 9,57 8,02 20,12 9,41évolution (%) - -3,1 +23,5 +10,3 +250,8 -62,4 +14,1 -16,2 +150,7 -53,2devis médian 4,77 4,80 6,56 4,44 9,64 6,00 10,34 7,30 8,55 8,88évolution (%) - +0,8 +36,6 -32,4 +117,3 -37,7 +72,1 -29,4 +17,2 +3,8Source : CNC.Le devis moyen des films d’animation d’initiative française est légèrement plus élevé(11,57 M€ sur la période 2000-2009). En revanche, le devis médian constaté entre 2000 et2009 est plus faible (5,72 M€).Devis moyen et devis médian des films d’animation d’initiative française (M€) 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009devis moyen 4,82 4,80 3,43 6,62 22,32 8,74 8,64 10,07 21,45 9,54évolution (%) - -0,5 -28,6 +93,2 +237,1 -60,9 -1,1 +16,6 +113,1 -55,5devis médian 4,77 5,32 3,43 3,80 9,64 6,06 10,34 10,07 9,02 9,02évolution (%) - +11,7 -35,6 +10,9 +153,8 -37,1 +70,6 -2,6 -10,4 0,0Source : CNC.Sur la période, huit films disposent d’un devis supérieur à 15 M€ (les trois volets de Arthur,Astérix et les Vikings, Pollux et le manège enchanté, la Nuit des enfants rois, l’Illusionniste etTiteuf le film). Sept films présentent un devis compris entre 10 M€ et 15 M€. Ainsi, 26,8 %des films français d’animation agréés au cours des dix dernières années disposent-ils d’undevis supérieur à 10 M€. Tous les films d’animation agréés entre 2000 et 2009 présentent undevis supérieur à 2,5 M€.24 Le marché de l’animation
  • 25. La couverture des devis des films d’animation est assurée à 79,3 % par des financementsfrançais et à 20,7 % par des financements étrangers, principalement sous forme d’apportsen coproduction ou de préventes.c. Les préachats de Canal+Sur la période 2000-2009, Canal+ intervient dans 58,9 % des films d’animation agréés.L’animation représente 2,5 % de l’ensemble des préachats de la chaîne sur la période. En2009, l’animation capte 2,1 % du total des investissements de Canal+ dans la productioncinématographique française (164,79 M€ dans 134 films).Intervention de Canal+ dans les longs métrages d’animation 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009nombre de films préachetés 4 4 3 1 3 4 4 3 5 2% du nombre total de films d’animation 66,7 100,0 100,0 16,7 75,0 50,0 80,0 60,0 50,0 40,0 montant apporté (M€) 3,20 2,90 2,52 1,22 5,23 2,64 1,38 2,20 11,63 3,50Source : CNC.Entre 2000 et 2009, Canal+ apporte en moyenne 1,10 M€ par film d’animation, apport moyenvariant selon les années entre 0,35 M€ (2006) et 2,33 M€ (2008). Ce montant est proche dumontant moyen investi en préachats tous genres confondus (1,17 M€).Apport moyen de Canal+ en préachat dans les longs métrages d’animation (K€) 2 500 2 326,0 2 000 1 748,5 1 742,0 1 500 1 219,6 800,4 838,5 1 000 724,1 733,3 660,0 345,0 500 0 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009Source : CNC.d. Les préachats de TPS CinémaL’engagement de TPS Cinéma dans le long métrage d’animation ne débute qu’en 2005.6,71 M€ sont investis au cours des cinq dernières années sur dix films. L’apport moyens’élève à 0,67 M€, variant entre 1,06 M€ (2005) et 0,15 M€ (2007). En 2009, TPS Cinéma nefinance aucun long métrage d’animation. Le marché de l’animation 25
  • 26. Intervention de TPS Cinéma dans les longs métrages d’animation 2005 2006 2007 2008 2009nombre de films préachetés 4 2 1 3 -% du nombre total de films d’animation 50,0 40,0 20,0 30,0 -montant apporté (M€) 4,12 1,45 0,15 0,89 -Source : CNC.e. Les préachats de Ciné CinémaComme TPS Cinéma, Ciné Cinéma investit dans les longs métrages d’animation depuis2005. Neuf films bénéficient d’apports du bouquet entre 2005 et 2009 pour un montant totalde 1,08 M€. L’apport moyen par film atteint 120,0 K€. En 2009, l’engagement de CinéCinéma porte sur deux films pour un total de 530 K€, soit le montant le plus important descinq années.Intervention de Ciné Cinéma dans les longs métrages d’animation 2005 2006 2007 2008 2009nombre de films préachetés 2 2 1 2 2% du nombre total de films d’animation 25,0 40,0 20,0 20,0 40,0montant apporté (K€) 160,0 100,0 120,0 170,0 530,0Source : CNC.f. Les investissements des diffuseurs hertziens en clairEntre 2000 et 2009, 29 des 56 films d’animation agréés ont bénéficié de l’investissementd’une chaîne hertzienne en clair (51,8 %). France Télévisions est particulièrement engagéavec une participation dans 23 de ces 29 films. France 3 est la chaîne la plus active avec16 films (7 films pour France 2).L’engagement des chaînes privées est beaucoup plus limité. TF1 a participé au financementde trois films (la trilogie Arthur) tandis que M6 est présent dans le montage de deux filmsdont Astérix et les Vikings produit par sa filiale M6 Studio.En 2009, seule France 3 investit dans la production cinématographique d’animation.Films d’animation bénéficiant de l’investissement d’une chaîne hertzienne en clair 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009TF1 - - - - 1 - - - 2 -France 2 2 1 1 1 1 1 - - 1 -France 3 1 1 - 1 2 4 2 2 1 2M6 - - - - - 2 - - - -total 3 2 1 2 4 7 2 2 4 2Source : CNC.Entre 2000 et 2009, les chaînes hertziennes en clair ont investi 28,13 M€ sous forme depréachats ou d’apports en coproduction dans la production cinématographique françaised’animation. Les investissements progressent sur la période. Ils s’élèvent en cumul à9,09 M€ sur les cinq premières années et à 19,04 M€ sur les cinq dernières.France 3 est le premier financeur hertzien. La chaîne apporte à elle seule 47,8 % du montanttotal des investissements des chaînes hertziennes en clair. France 2 contribue à hauteur de19,6 %. France Télévisions concentre ainsi 67,4 % des engagements des dix dernières26 Le marché de l’animation
  • 27. années. Bien qu’intervenant uniquement sur la trilogie Arthur, TF1 est à l’origine de 26,0 %des investissements. Enfin, M6 finance 6,7 % du total.Les investissements moyens par film de France 2 et France 3 varient d’une année à l’autreen fonction des films concernés. Ainsi, l’investissement moyen varie entre 0,46 M€ (2002) et1,00 M€ (2004) pour France 2 et entre 0,38 M€ (2001) et 1,30 M€ (2009) pour France 3. Enrègle générale, l’investissement de France 2 et de France 3 se partage à 50 % sous formede préachats et 50 % sous forme d’apports en coproduction. TF1 participe trèsmajoritairement sous forme de préachats (86,3 % des investissements de la chaîne).Intervention des chaînes hertziennes dans le financement des longs métrages d’animation (M€) 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009TF1 - - - - 2,00 - - - 5,30 -France 2 1,60 0,53 0,46 0,76 1,00 0,46 - - 0,70 -France 3 0,53 0,38 - 0,76 1,06 3,00 2,25 2,00 0,85 2,60M6 - - - - - 1,88 - - - -total 2,13 0,91 0,46 1,53 4,06 5,34 2,25 2,00 6,85 2,60Source : CNC.En 2009, les investissements des chaînes en clair sont constitués à hauteur de 55,8 % pardes préachats de droits de diffusion. A noter que ces investissements ne proviennent qued’une seule chaîne (France 3).Intervention des chaînes hertziennes en 2009 TF1 France 2 France 3 M6 Totalfilms - - 1 - 1préachats (M€) - - 1,45 - 1,45apports en coproduction (M€) - - 1,15 - 1,15total (M€) - - 2,60 - 2,60Source : CNC.g. Les interventions des SOFICADéfinitionLes Sofica (sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel) ont étécréées par la loi du 11/07/1985. Ce sont des sociétés qui collectent des fonds auprès de particuliers etles investissent exclusivement dans le secteur de la production cinématographique et audiovisuelle.Les souscripteurs de parts de SOFICA peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu de48 %, à condition que la Sofica investisse au moins 10 % de sa collecte dans le capital de sociétés deproduction (financement du développement), et de conserver les parts souscrites 5 ans pour lesSofica non garanties et 8 ans pour les Sofica garanties.Les investissements des Sofica peuvent prendre la forme de versements en numéraire réalisés parcontrats d’association à la production (mode d’intervention le plus fréquent), contrôlés par le CNC(investissements sur des œuvres agréées), et de souscription au capital de sociétés ayant pouractivité exclusive la réalisation d’œuvres cinématographiques ou audiovisuelles agréées. Lesinvestissements SOFICA ne peuvent excéder 50 % de la part européenne des financements d’unemême œuvre. Les contrats doivent être signés avant le début des prises de vues. Ils doivent êtredéposés au registre du cinéma et de l’audiovisuel dans les 15 jours suivant leur signature. Les Soficadoivent investir dans des œuvres agréées réalisées en langue française. Par ailleurs, elles peuvent Le marché de l’animation 27
  • 28. investir, dans la limite de 20 % de leur financement annuel, dans des œuvres de coproductionréalisées dans la langue d’un pays coproducteur majoritaire de l’Union Européenne.Les Sofica ne sont ni des coproducteurs (pas d’accès au soutien automatique), ni des distributeurs, nides diffuseurs ; en contrepartie de leurs investissements, elles bénéficient de droits à recettes surl’exploitation future des œuvres. Depuis 2005, les Sofica signent chaque année une charteprofessionnelle définissant les règles d’investissement dans la production indépendante.Entre 2000 et 2009, les SOFICA sont intervenues dans le financement de 23 longs métragesd’animation pour un montant total de 13,38 M€. L’investissement moyen par film s’établit à0,58 M€.Intervention des SOFICA dans les longs métrages d’animation 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009nombre de films 2 1 0 2 1 4 1 1 9 2% du nombre total de films d’animation 33,3 25,0 0,0 33,3 25,0 50,0 20,0 20,0 90,0 40,0montant apporté (M€) 0,95 0,67 0,00 1,65 0,50 2,12 0,32 0,15 5,46 1,57Source : CNC.Après une année exceptionnelle au regard de leur intervention (5,46 M€ sur 9 films en 2008),les SOFICA investissent en 2009 dans deux des cinq films agréés en 2009, pour un montantde 1,57 M€. L’investissement moyen par film atteint 786 K€, soit 5,7 % du devis des filmsconcernés. L’investissement moyen est donc supérieur à celui constaté sur l’ensemble desfilms (369 K€). En revanche, le niveau de couverture est le même, les SOFICA couvrant enmoyenne 5,6 % du devis des 98 films bénéficiant de leur intervention en 2009.En 2009, deux SOFICA sont intervenues dans le financement des longs métragesd’animation. Banque Populaire Images finance 68,2 % des apports des SOFICA avec1,07 M€ et Valor 31,8 %.Les SOFICA finançant des films d’animation en 2009SOFICA montant (M€)Banque Populaire Images 1,07Valor 0,50total 1,57Source : CNC.h. Les films d’animation bénéficiaires de l’avance sur recettesEntre 2000 et 2009, quatorze longs métrages d’animation agréés ont bénéficié de l’avancesur recettes avant réalisation, pour un montant total de 6,09 M€. Ces films représentent25,0 % de la production d’animation agréée sur la période. Le montant moyen d’avance surrecettes accordé pour un long métrage d’animation est de 435 K€. Le montant des avancesvarie entre 300 K€ et 525 K€ (montant obtenu par Mia et le Migou). A titre de comparaison,le montant moyen d’avance sur recettes tous genres confondus s’élève 371 K€ entre 2000 et2009.Entre 2000 et 2009, l’avance sur recettes couvre en moyenne 6,0 % des devis des filmsd’animation bénéficiaires. Ce taux de couverture est plus faible que pour l’ensemble des28 Le marché de l’animation
  • 29. films bénéficiaires (13,3 %). En 2009, aucun long métrage d’animation ne bénéficie del’avance sur recettes avant réalisation.Longs métrages d’animation bénéficiant de l’avance sur recettes avant réalisation 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009nombre de films 2 1 - 3 2 3 2 - 1 -% du nombre total de films d’animation 33,3 25,0 - 50,0 50,0 37,5 40,0 - 10,0 -montant apporté (M€) 0,85 0,49 - 1,19 1,00 1,38 0,80 - 0,38 -Source : CNC.Sur la période 2000-2009, un seul film d’animation obtient l’avance sur recettes aprèsréalisation pour un montant de 100 K€. Il s’agit de T’Choupi en 2002.i. Le crédit d’impôtLarticle 88 de la Loi de finances pour 2004 n° 2003 -1311 du 30 décembre 2003 instaure uncrédit dimpôt au titre des dépenses de production cinématographique. Larticle 48 de la loin° 2004-1485 du 30 décembre 2004, larticle 24 de la loi n° 2005-1719 du 30 décembre 2005et larticle 109 de la loi n°2005-1720 du 30 décemb re 2005 viennent compléter ou modifier ledispositif législatif sur le crédit dimpôt. Ce crédit dimpôt vise à encourager les entreprises deproduction à réaliser principalement sur le territoire français les travaux de production deleurs œuvres cinématographiques agréées. Depuis le 1er janvier 2006, cet avantage fiscalest réservé aux entreprises de production déléguée pour les films tournés en français et estplafonné à 1 M€ par film. Le crédit dimpôt est égal à 20 % des dépenses éligibles.Le crédit dimpôt est imputable sur limpôt sur les sociétés dû au titre de lexercice au coursduquel les dépenses ouvrant droit au crédit dimpôt sont exposées. Le cas échéant,lexcédent de crédit dimpôt qui ne peut être imputé sera restitué à lentreprise bénéficiaire.Depuis la mise en place du crédit d’impôt, vingt-quatre films d’animation agréés ont étédéclarés éligibles pour un montant total estimé de 16,1 M€.Quatre des cinq longs métrages d’animation agréés en 2009 sont éligibles au crédit d’impôtpour un montant total estimé de 2,86 M€ qui s’échelonnera sur au moins deux exercicesfiscaux en raison de la durée de production de ces films. Deux de ces films atteignent leplafond de 1 M€.Les films d’animation bénéficiaires du crédit d’impôt 2004 2005 2006 2007 2008 2009films éligibles 4 4 3 1 8 4% du total des films agréés 100,0 50,0 60,0 20,0 80,0 80,0 1montant prévisionnel (M€) 2,1 2,81 2,17 0,7 5,46 2,861 Soutien non déduit.Source : CNC. Le marché de l’animation 29
  • 30. j. Les sociétés de production de longs métrages d’animation56 longs métrages d’animation ont été agréés sur la période 2000-2009. Ils ont été produitspar 37 sociétés différentes. 18 sociétés ne comptent qu’une seule production sur la période(48,7 %). Neuf sociétés ont produit 2 films (24,3 %). Les sociétés les plus actives sont LesArmateurs (6 films), Millimages (4 films), Home Made Movies (branche production cinémad’Ellipsanime), EuropaCorp et Folimage (3 films chacune).Au départ, le long métrage concernait exclusivement des spécialistes de l’animation. Cen’est plus le cas aujourd’hui avec Nord-Ouest Productions (Azur et Asmar), EuropaCorp(Arthur), M6 Studio (Astérix et les Vikings), Haut et court (Piccolo, Saxo et compagnie) ouencore Fidélité Films (la Nuit des enfants rois).B. Les coûts de production des films d’animationL’analyse des coûts de production des films d’animation est construite à partir des donnéesde l’agrément de production et appréhende les coûts définitifs de production. Les devisprévisionnels, communiqués au CNC dans les dossiers d’agrément des investissements,avant tournage, peuvent en effet subir des évolutions non négligeables.Il convient de rappeler que l’agrément de production est délivré soit lorsque l’entreprise deproduction a reçu des sommes au titre de l’agrément des investissements pour le tournagedu film (il permet ainsi de rendre cet octroi définitif), soit directement au titre de la productiond’œuvres cinématographiques achevées, lorsque l’agrément des investissements n’est pasrequis. Cette analyse s’appuie uniquement sur les films d’animation d’initiative française,cest-à-dire financé intégralement ou majoritairement par des investissements français.L’analyse des coûts de production des films d’animation est limitée par le nombre de filmsconcernés. 27 films d’animation d’initiative française ont reçu un agrément de production surla période 2003-2009 : 5 en 2009, 5 en 2008, 4 en 2007, 3 en 2006, 2 en 2005, 3 en 2004 et5 en 2003. La taille réduite de l’échantillon ne permet pas de dresser de réelles tendances. Ilconvient donc d’être prudent dans l’interprétation de ces données.L’ensemble des dépenses de production des 27 films d’animation d’initiative françaiseagréés entre 2003 et 2009 s’élève à 261,77 M€.Le personnel s’impose comme le premier poste de dépenses sur l’ensemble de la période(37,9 %), suivi par les moyens techniques (13,8 %) et les frais divers (9,4 %). L’interprétation(voix des personnages) représente 5,5 M€ et 2,1 % des coûts totaux.30 Le marché de l’animation
  • 31. Coûts de production des films d’animation dépenses (M€) dépenses (%) coût moyen (M€) Droits artistiques 17,90 6,8 0,66 Personnel 99,34 37,9 3,68Rémunérations Interprétation 5,48 2,1 0,20 Charges sociales 20,04 7,7 0,74 Moyens techniques 36,22 13,8 1,34Technique Pellicules-Laboratoires 4,56 1,7 0,17 Sous-traitance 24,43 9,3 0,90 Transports,défraiements, régie 10,31 3,9 0,38Tournage Assurances et divers 18,98 7,2 0,70 Divers 24,51 9,4 0,91Total 261,77 100,0 9,70Base FIF (animation) : 27 films (2003-2009).Source : CNC.La structure globale des coûts de production des films d’animation est très proche de celledes films de fiction : sur l’ensemble de la période 2003-2009, les rémunérations captent54,5 % des dépenses, contre 55,9 % en moyenne pour la fiction, les frais de tournage29,9 %, (29,5 % pour la fiction) et les frais techniques 15,6 % (14,6 % pour la fiction).Principaux postes de production des films d’animation (2003-2009) Tournage 29,9% Rémunérations 54,5% Technique 15,6%Source : CNC.La délocalisation des dépenses est plus forte pour l’animation que pour la fiction : 23,1 %des dépenses sont réalisés à l’étranger sur la période 2003-2009, contre 14,1 % pour lesfilms de fiction.Dépenses en France et à l’étranger pour les films d’animation France (M€) étranger (M€) total (M€) France (%) étranger (%)Droits artistiques 14,43 3,48 17,90 80,6 19,4Personnel 77,88 21,46 99,34 78,4 21,6Interprétation 3,94 1,54 5,48 71,9 28,1Charges sociales 19,54 0,50 20,04 97,5 2,5Moyens techniques 27,46 8,76 36,22 75,8 24,2Pellicules-Laboratoires 4,06 0,50 4,56 89,0 11,0Sous-traitance 9,88 14,55 24,43 40,5 59,5Transports, défraiements, régie 8,50 1,81 10,31 82,5 17,5Assurances et divers 16,51 2,47 18,98 87,0 13,0Divers 19,11 5,40 24,51 78,0 22,0Total 201,29 60,48 261,77 76,9 23,1Base FIF (animation) : 27 films (2003-2009).Source : CNC. Le marché de l’animation 31
  • 32. III. Les films d’animation en sallesLa diffusion des longs métrages d’animation dans les salles de cinéma présente descaractéristiques particulières, notamment en termes de performance, d’exposition, deconditions de promotion et de durée de vie en salles.A. Les films d’animation en sallesDans cette partie, sont considérés comme nouvellement sortis en France les longs métragesinédits en salles. L’ensemble des films nouveaux regroupe ainsi les œuvres ayant fait l’objetd’une sortie commerciale nationale mais également les films inédits exploitéscommercialement lors d’événements ponctuels (festivals et rétrospectives notamment). Lesnombres de copies qui figurent dans cette partie proviennent d’informations relevées dans lapresse. Le nombre de copies pour un film correspond aux copies éditées pour la premièresemaine d’exploitation en salles. Il inclut les copies sur pellicule argentique et les copies etfichiers destinés à la projection numérique.a. Evolution du nombre de filmsEntre 2000 et 2009, 233 films d’animation inédits sont sortis sur les écrans français, soit4,3 % de l’ensemble des films sortis sur la période. Parmi ces 233 films d’animation figurent50 films français (21,5 %), 95 films américains (40,8 %), 40 films européens (17,2 %) et48 films d’autres nationalités (20,6 %).En 2009, 35 films d’animation font l’objet d’une première sortie commerciale en France, soitle niveau le plus élevé de la décennie (22 films en 2008). Cette progression estessentiellement due aux films américains dont le nombre retrouve un niveau comparable àcelui des années 2006 et 2007, mais aussi aux films français dont le nombre est le plusimportant de ces dix dernières années.Parmi les 50 films d’animation français sortis en salles entre 2000 et 2009, 46,0 % sont desfilms 100 % français. Les coproductions majoritaires composent 36,0 % des filmsd’animation français sortis ces dix dernières années. Seuls 9 films d’animation sur 50 sontdes coproductions minoritaires entre 2000 et 2009, soit 18,0 %. Chaque année, les filmsfrançais représentent entre 12 % (2001) et 32 % (2003) de l’offre totale de films d’animation.En 2009, cette part s’établit à 25,7 %, soit le deuxième niveau le plus haut de la décennie.En 2009, la part des films américains dans le total des films d’animation sortis en premièreexclusivité atteint 37,1 %, contre 27,3 % en 2008. Le poids des films d’Outre-Atlantiqueretrouve ainsi un niveau proche de celui des années précédentes à environ 40 % par an.En 2009, l’offre de films d’animation européens inédits est en baisse mais demeure à unniveau relativement élevé (5 films, contre 7 en 2008).Le nombre de films d’animation d’autres nationalités est stable entre 2000 et 2009, avec unpoids compris entre 12 % et 30 % selon les années. Néanmoins, 8 films d’autres nationalitéssont sortis en salles en 2009, soit le nombre le plus élevé de ces dix dernières années(4 films en 2008). Le Japon est à l’origine de la majeure partie de ces films (68,8 % sur lapériode 2000-2009).32 Le marché de l’animation
  • 33. Nationalité des films d’animation sortis en salles films français films américains films européens autres films total2000 4 9 2 3 182001 2 8 4 2 162002 3 12 1 5 212003 7 6 3 6 222004 4 8 4 7 232005 3 8 7 4 222006 7 15 4 4 302007 6 10 3 5 242008 5 6 7 4 222009 9 13 5 8 35Source : CNC.Nationalité des films d’animation sortis en salles (%) 100% 16,7 12,5 18,2 13,3 18,2 23,8 20,8 22,9 27,3 30,4 80% 11,1 13,3 25,0 4,8 12,5 14,3 13,6 31,8 31,8 60% 17,4 50,0 27,3 50,0 41,7 57,1 37,1 40% 50,0 34,8 27,3 36,4 20% 31,8 22,2 23,3 25,0 22,7 25,7 12,5 14,3 17,4 13,6 0% 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 films français films américains films européens autres filmsSource : CNC.Le nombre de films d’animation recommandés Art et Essai est relativement stable entre2002 et 2008 (entre 10 et 14 films par an). En 2009, parmi les 35 films d’animation sortis ensalles, 18 sont recommandés Art et Essai. Jusqu’en 2004, les films Art et Essai composaientgénéralement la majeure partie des films d’animation sortis en salles (plus de 50 %). Depuis2005, ils en représentent entre 40 % et 46 %. 2009 renoue avec les années antérieures etprésente une part de films d’animation Art et Essai (51,4 %) supérieure à celles des autresfilms (48,6 %).Recommandation des films d’animation sortis en salles films Art et Essai autres films total2000 7 11 182001 9 7 162002 10 11 212003 14 8 222004 13 10 232005 10 12 222006 13 17 302007 10 14 242008 10 12 222009 18 17 35Source : CNC. Le marché de l’animation 33
  • 34. Les films produits en animation traditionnelle composaient 78,3 % des films d’animationsortis en salles en 2004, contre 21,7 % pour les films produits en numérique. En 2005 et2006, le nombre de films d’animation produits en numérique devient identique à celui desfilms produits de manière traditionnelle. En 2007 et 2008, une majorité de films en animationnumérique sortent en salles (plus de 50 %). En 2009, les films en animation numérique(37,1 %) sont aussi nombreux que ceux produits en animation traditionnelle (37,1 %). Parcontre, les films utilisant d’autres techniques d’animation (tels que la pâte à modeler, lesmarionnettes, …) sont en nette augmentation et concernent 25,7 % des films sortis en sallesen 2009.Au total sur la période 2004-2009, 42,3 % des films d’animation sortis en salles sont produitsen numérique, 47,4 % en animation traditionnelle et 10,3 % avec d’autres techniques.Mode de production des films d’animation sortis en salles films en animation films en animation autres total traditionnelle numérique techniques2004 18 5 0 232005 10 10 2 222006 14 14 2 302007 11 12 1 242008 8 12 2 222009 13 13 9 35NB : les données selon le mode de production des films d’animation ne sont disponibles qu’à partir de 2004.Source : CNC.En 2009, huit films d’animation sont disponibles en 3D numérique dans les salles. Il s’agituniquement de films américains. Le seul film sorti en salles en 3D numérique en 2008 étaitun film belge : Fly me to the Moon.Films d’animation inédits projetés en 3D depuis 2008titre nationalité distributeur date de sortieFly me to the Moon Belgique MK2 29-oct-08Volt, star malgré lui Etats-Unis BVI 04-févr-09Monstres contre Aliens Etats-Unis Paramount Pictures France 01-avr-09Coraline Etats-Unis Universal 10-juin-09LÂge de glace 3 - le temps des dinosaures Etats-Unis Twentieth Century Fox France Inc 03-juil-09Là-haut Etats-Unis BVI 29-juil-09Mission-G Etats-Unis BVI 14-oct-09Tempête de boulettes géantes Etats-Unis Sony Pictures Releasing 21-oct-09Le Drôle de Noël de Scrooge Etats-Unis BVI 25-nov-09Source : CNC.En 2009, douze films d’animation inédits sont partiellement ou intégralement diffusés ennumérique en salles (sept en 2008, cinq en 2007 et en 2006), soit 34,3 % des filmsd’animation sortis en première exclusivité (31,8 % en 2008, 20,8 % en 2007 et 16,7 % en2006).Au total, 19 des 29 films disposant de copies numériques entre 2006 et 2009 sontaméricains et 8 sont français. La plupart des films diffusés en numérique dispose d’un grand34 Le marché de l’animation
  • 35. nombre de copies au total (numérique + argentique). 22 sortent ainsi sur plus de 400 copieset un film sort sur moins de 60 copies (Fly me to the Moon).Buena Vista International France est le distributeur le plus actif sur le segment de ladistribution des films d’animation en numérique sur la période 2006-2009 avec 9 des 29 filmssortis.Films d’animation inédits projetés en numérique depuis 2006titre nationalité distributeur date de sortieThe Wild Etats-Unis BVI 12-avr-06Cars quatre roues Etats-Unis BVI 14-juin-06Azur et Asmar France Majo Diaphana distribution 25-oct-06Happy Feet Etats-Unis Warner Bros 06-déc-06Arthur et les Minimoys France 100 Europacorp 13-déc-06La Reine Soleil France Majo Rezo Films 04-avr-07Shrek le Troisième Etats-Unis Paramount Pictures France 13-juin-07Ratatouille Etats-Unis BVI 01-août-07Bienvenue chez les Robinsons Etats-Unis BVI 17-oct-07La Légende de Beowulf Etats-Unis Warner Bros 21-nov-07Max & Co France Mino Exception Wild Bunch 13-févr-08Chasseurs de dragons France Majo Bac Films 26-mars-08Horton Etats-Unis Twentieth Century Fox France Inc 02-avr-08Kung Fu Panda Etats-Unis Paramount Pictures France 09-juil-08Wall-E Etats-Unis BVI 30-juil-08Fly me to the Moon Belgique MK2 29-oct-08Madagascar 2 : la grande évasion Etats-Unis Paramount Pictures France 03-déc-08Volt, star malgré lui Etats-Unis BVI 04-févr-09La Légende de Despereaux Grande-Bretagne Universal 11-févr-09Monstres contre Aliens Etats-Unis Paramount Pictures France 01-avr-09Coraline Etats-Unis Universal 10-juin-09Les Lascars France Majo Bac Films 17-juin-09LÂge de glace 3 - le temps des dinosaures Etats-Unis Twentieth Century Fox France Inc 03-juil-09Là-haut Etats-Unis BVI 29-juil-09Mission-G Etats-Unis BVI 14-oct-09Tempête de boulettes géantes Etats-Unis Sony Pictures Releasing 21-oct-09Le Drôle de Noël de Scrooge Etats-Unis BVI 25-nov-09Arthur et la vengeance de Maltazard France 100 Europacorp 02-déc-09Kerity, la maison des contes France Majo Haut et Court 16-déc-09Source : CNC.b. Evolution des combinaisons de sortieEn 2009, huit films d’animation inédits sont distribués sur plus de 500 copies (5 films en 2008et 6 films en 2007) dont un film français et sept de nationalité américaine. Ils concentrent22,9 % de l’ensemble des copies d’animation inédite en circulation. Parmi ces titres, un filmfrançais, Arthur et la vengeance de Maltazard, dispose de près de 1 000 copies. 17,1 % desfilms d’animation sont disponibles sur 300 à 500 copies (6 films) et 25,7 % sur 100 à300 copies (9 films). A l’inverse, 12 films (34,3 %) disposent d’une combinaison de sortierestreinte (moins de 100 copies), soit 35 copies par film en moyenne.Depuis 2000, 25,3 % des films d’animation sortis en salles disposent de plus de 500 copieset 36,1 % de moins de 100 copies. Le marché de l’animation 35
  • 36. Films d’animation sortis en salles selon le nombre de copies 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009moins de 100 copies 9 5 8 9 11 6 10 6 8 12100 à 300 copies 1 6 5 8 4 5 5 8 3 9300 à 500 copies 3 1 2 2 2 5 5 4 6 6plus de 500 copies 5 4 6 3 6 6 10 6 5 8total 18 16 21 22 23 22 30 24 22 35Source : CNC.En 2009, les 35 films d’animation sortis en première exclusivité sont distribués sur10 239 copies au total (+47,2 % par rapport aux 6 954 copies des 22 films de 2008). Lenombre moyen de copies par film poursuit sa diminution entamée en 2007 : un filmd’animation inédit dispose, en moyenne, de 293 copies en 2009, contre 316 en 2008, 328 en2007 et 355 en 2006. La combinaison de sortie d’un film d’animation demeure plus élevéeque pour l’ensemble des films (137 copies par film en 2009). Les films d’animationaméricains captent plus de 60 % des copies en circulation depuis 2000, contre moins d’unquart pour les films français.Copies selon la nationalité des films d’animation films français films américains films européens autres films total2000 351 4 013 600 105 5 0692001 308 3 571 260 91 4 2302002 451 5 018 7 389 5 8652003 1 003 3 211 140 710 5 0642004 861 4 652 178 619 6 3102005 1 044 3 942 2 160 204 7 3502006 2 856 7 439 207 157 10 6592007 1 421 5 525 637 284 7 8672008 1 342 4 158 1 187 267 6 9542009 2 438 6 473 667 661 10 239Source : CNC.20,2 % des copies des films d’animation sortis en salles entre 2000 et 2009 sont des copiesde films recommandés Art et Essai. 2005 est marquée par un nombre élevé de copies enfaveur des films d’animation Art et Essai (2 061 copies). Quatre films d’animationrecommandés sont sortis sur plus de 300 copies cette année-là : Kirikou et les bêtessauvages (333 copies), le Château ambulant (393), les Noces funèbres (427) et Wallace etGromit, le mystère du Lapin-Garou (570). Il en est de même en 2009 (2 290 copies) grâcenotamment à deux films sortis sur plus de 300 copies : la Véritable Histoire du chat botté(319 copies) et Coraline (438).Copies selon la recommandation des films d’animation films Art et Essai autres films total2000 770 4 299 5 0692001 1 328 2 902 4 2302002 697 5 168 5 8652003 1 732 3 332 5 0642004 1 164 5 146 6 3102005 2 061 5 289 7 3502006 1 695 8 964 10 6592007 1 046 6 821 7 8672008 1 243 5 711 6 9542009 2 290 7 949 10 239Source : CNC.36 Le marché de l’animation
  • 37. La répartition des copies selon le mode de production illustre l’élargissement descombinaisons de sortie des films produits en numérique. En effet, en 2004, malgré 13 filmsd’écart entre l’animation traditionnelle (18 films) et l’animation numérique (5 films) le nombrede copies est quasiment identique pour chaque catégorie de films (respectivement 3 067 et3 243 copies). En moyenne sur ces six dernières années, un film en animation numériqueest distribué sur 538 copies, soit 3,6 fois plus qu’un film produit de façon traditionnelle(151 copies). En 2009, ces moyennes s’élèvent à 580 copies pour l’animation numérique,contre 131 copies pour l’animation traditionnelle.Copies selon le mode de production des films d’animation films en animation films en animation autres total traditionnelle numérique techniques2004 3 067 3 243 0 6 3102005 1 737 4 616 997 7 3502006 2 444 8 180 35 10 6592007 1 506 5 880 481 7 8672008 682 6 032 240 6 9542009 1 709 7 543 987 10 239NB : les données selon le mode de production des films d’animation ne sont disponibles qu’à partir de 2004.Source : CNC.En moyenne, en 2009, un film d’animation français est distribué sur 271 copies, soit 3 deplus qu’en 2008 et 183 de plus qu’en 2000. Le nombre moyen de copies par film pour uneœuvre d’animation américaine passe de 693 en 2008 à 498 en 2009. Le nombre moyen decopies par film européen recule à 133 copies, contre 170 en 2008 et 212 en 2007. Un filmd’animation non européen et non américain dispose, en moyenne, de 83 copies en 2009 (67en 2008).A leur sortie, les films d’animation Art et Essai sont programmés dans un nombre de sallesplus de 3 fois inférieur à celui des films non recommandés. Un film d’animation Art et Essaisort dans 127 salles en moyenne en 2009, contre 468 salles pour un film non recommandé.A noter que les films d’animation sortent, en moyenne, sur deux fois plus de copies que lesfilms tous genres confondus.Nombre moyen de copies par film d’animation 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009nationalitéfilms français 88 154 150 143 215 348 408 237 268 271films américains 446 446 418 535 582 493 496 553 693 498films européens 300 65 7 47 45 309 52 212 170 133autres films 35 46 78 118 88 51 39 57 67 83Art et Essaifilms Art et Essai 110 148 70 124 90 206 130 105 124 127autres films 391 415 470 417 515 441 527 487 476 468copiesmoins de 100 copies 38 37 24 35 37 47 32 28 39 35de 100 à 300 copies 200 173 164 212 161 162 207 220 213 200de 300 à 500 copies 428 415 447 482 366 404 408 428 388 410plus de 500 copies 648 649 660 697 755 707 727 705 735 694ensemble 282 264 279 230 274 334 355 328 316 293tous genres confondus n.d. 128 139 141 136 135 135 135 140 137Source : CNC. Le marché de l’animation 37
  • 38. La concentration des copies est, en tendance, moins marquée ces dernières années. Lescinq films les plus importants totalisent 38,2 % des copies en 2009, contre plus de 60 %jusqu’en 2004 et 52,8 % en 2008.Concentration des films d’animation en termes de copies (%) 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009les trois premiers films 41,3 48,1 39,0 41,3 41,9 33,9 24,9 30,2 34,4 24,5les cinq premiers films 63,9 71,2 58,9 60,3 63,7 50,5 39,6 47,4 52,8 38,2Source : CNC.c. Evolution des entrées et des recettesAvec 28,53 millions d’entrées, les films d’animation sortis en 2009 génèrent 14,1 % desentrées de l’ensemble des films inédits de l’année (9,0 % en 2008). La fréquentation de cesfilms progresse de 66,2 % en 2009 et atteint le plus haut niveau depuis 2000. En moyennedepuis dix ans, les films d’animation réalisent 10,8 % des entrées totales. Depuis 2005,trois films d’animation dépassent deux millions d’entrées chaque année. En 2009, quatrefilms sont dans ce cas. Deux films réalisent même plus de quatre millions d’entrées (un filmen 2008 et deux films en 2007). Jusqu’en 2005, la majorité des films d’animation réalisaitmoins de 100 000 entrées. A partir de 2006, la plupart des films enregistrent entre 100 000et 500 000 entrées : 33,3 % des films de 2006, 50,0 % de ceux de 2007 et 40,9 % de ceuxde 2008. Le nombre de films réalisant moins de 100 000 entrées reste néanmoins élevé pources trois années. En 2009, ces films composent 34,3 % des films d’animation sortis et lesfilms réalisant entre 100 000 et 500 000 entrées en composent 31,4 %. 22,9 % des films de2009 réalisent entre 500 000 et 2 millions d’entrées et 11,4 % atteignent plus de 2 millionsd’entrées.La forte progression des entrées des films d’animation de 2009 (+66,2 %) s’accompagned’une augmentation encore plus marquée des recettes correspondantes (+78,9 %),conséquence du développement des films d’animation projetés en 3D dont le prix moyen dubillet est supérieur à celui des autres films. La recette moyenne par entrée pour les filmsd’animation de 2009 se situe au niveau le plus élevé jamais atteint à 6,28 €, contre 5,83 € en2008. Pour les 8 films d’animation projetés en 3D en 2009, la recette moyenne par entrées’élève à 6,54 € (tous types de projection confondus).Depuis 2000, près de 200 millions d’entrées ont été réalisées dans les salles françaises parles films d’animation inédits.38 Le marché de l’animation
  • 39. Entrées et recettes guichets des films d’animation entrées recettes recette moyenne (milliers) guichets (K€) par entrée (€)2000 16 105 81 675 5,072001 12 203 64 200 5,262002 17 394 92 820 5,342003 17 516 95 887 5,472004 22 474 125 384 5,582005 16 336 91 290 5,592006 26 851 153 242 5,712007 24 218 142 450 5,882008 17 160 100 120 5,832009 28 525 179 127 6,28Source : CNC.Films d’animation sortis en salles selon le nombre d’entrées 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009moins de 100 000 entrées 6 7 10 8 12 10 9 6 7 12100 000 à 500 000 entrées 5 4 3 8 4 1 10 12 9 11500 000 à 2 millions dentrées 4 3 5 4 3 8 8 3 3 8plus de 2 millions dentrées 3 2 3 2 4 3 3 3 3 4total 18 16 21 22 23 22 30 24 22 35Source : CNC.La part de marché des films d’animation français s’établit à 17,9 % en 2009, contre 7,5 % en2008, soit un niveau relativement élevé par rapport aux années précédentes. C’est ladeuxième part de marché la plus importante de la décennie après celle de 2006 (29,5 %).Les neuf films français de 2009 réalisent 5,12 millions d’entrées, soit 3,84 millions d’entréesde plus que les cinq films français de 2008. En termes d’entrées, 2006 avait été la meilleureannée pour les films français d’animation. En effet, 7,9 millions d’entrées étaient réalisées,notamment grâce à Arthur et les Minimoys qui en avait enregistré plus de 4 millions.Les films d’animation américains de 2009 enregistrent 21,43 millions d’entrées (+53,0 % parrapport aux films de 2008). Les bonnes performances en salles de Là-haut (plus de4 millions d’entrées) et de l’Âge de glace 3 (plus de 7 millions) ont largement contribué àcette progression des entrées en 2009. Néanmoins, la part de marché du cinéma américainrecule de 6,6 points et s’établit à 75,1 %. Sur la période 2000-2009, la part de marchémoyenne des films d’animation américains s’élève à 80,1 %, contre 11,4 % pour les filmsfrançais, 4,8 % pour les films européens et 3,6 % pour les films d’autres nationalités.Les films d’animation européens cumulent 552 000 entrées en 2009, contre 1,32 million en2008 (-58,2 %). L’année 2009 compte deux films d’animation européens de moins que 2008.Le résultat exceptionnel des films d’animation européens de 2005 est dû à trois filmsbritanniques qui avaient réalisé plus d’un million d’entrées (Wallace et Gromit, le mystère duLapin-Garou, les Noces funèbres et Vaillant pigeon de combat). Parmi les 40 filmsd’animation européens sortis en salles entre 2000 et 2009, seuls quatre films ont enregistréplus d’un million d’entrées.Après plusieurs années de résultats modestes, l’augmentation des entrées constatée pourles films non européens et non américains de 2009 est principalement le fait de Ponyo sur la Le marché de l’animation 39
  • 40. falaise (0,88 million d’entrées). Ces films cumulent 1,42 million d’entrées, soit 159,3 % deplus que ceux de l’année précédente (548 000 entrées). Leur part de marché s’établit à5,0 % en 2009. Parmi les 48 films d’animation non européens et non américains sortis ensalles ces dix dernières années, 33 sont des films d’animation japonais, soit 68,8 %.Entrées selon la nationalité des films d’animation (milliers) films français films américains films européens autres films total2000 574 13 723 1 336 472 16 1052001 242 11 540 373 47 12 2032002 460 15 463 0 1 471 17 3942003 1 842 14 064 121 1 489 17 5162004 633 20 762 134 946 22 4742005 2 363 8 773 4 987 214 16 3362006 7 919 18 338 268 326 26 8512007 2 323 21 101 492 302 24 2182008 1 279 14 011 1 321 548 17 1602009 5 117 21 434 552 1 421 28 525Source : CNC.Entrées selon la nationalité des films d’animation (%) 100% 3,2 2,9 0,4 8,5 8,5 4,2 1,3 1,2 1,2 5,0 90% 0,6 1,0 7,7 3,1 0,0 0,7 2,0 1,9 8,3 80% 70% 30,5 68,3 60% 87,1 75,1 50% 94,6 80,3 92,4 81,7 85,2 88,9 40% 53,7 30% 20% 29,5 10% 14,5 17,9 3,6 2,0 2,6 10,5 2,8 9,6 7,5 0% 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 films français films américains films européens autres filmsSource : CNC.Dans un contexte de progression de la fréquentation des films d’animation en 2009, les filmsd’animation recommandés Art et Essai enregistrent une part de marché en hausse. Elles’établit à 11,6 % des entrées de l’ensemble des films d’animation de 2009, contre 9,5 % en2008. Aucun film d’animation recommandé de 2009 ne réalise plus d’un million d’entrées ensalles, tout comme en 2008. Néanmoins, 2009 compte 8 films d’animation Art et Essai deplus que 2008.40 Le marché de l’animation
  • 41. Entrées selon la recommandation des films d’animation (milliers) films Art et Essai autres films total2000 2 140 13 965 16 1052001 4 608 7 595 12 2032002 1 911 15 483 17 3942003 3 403 14 113 17 5162004 1 563 20 911 22 4742005 6 593 9 743 16 3362006 3 108 23 743 26 8512007 2 161 22 057 24 2182008 1 623 15 536 17 1602009 3 307 25 218 28 525Source : CNC.Les films produits en animation numérique réalisent la majorité des entrées en salles : plusde 80 % depuis 2006. En moyenne sur ces six dernières années, un film produit ennumérique enregistre plus de 1,6 million d’entrées, tandis qu’un film en animationtraditionnelle ne dépasse pas les 300 000 entrées.Entrées selon le mode de production des films d’animation (milliers) films en animation films en animation autres total traditionnelle numérique techniques2004 6 198 16 277 0 22 4742005 3 560 9 187 3 589 16 3362006 4 562 22 233 56 26 8512007 2 299 21 489 430 24 2182008 1 024 15 916 220 17 1602009 2 698 24 901 926 28 525NB : les données selon le mode de production des films d’animation ne sont disponibles qu’à partir de 2004.Source : CNC.En moyenne, un film d’animation français de 2009 réalise 569 000 entrées, soit 313 000 deplus qu’en 2008. Le nombre moyen d’entrées par film pour une œuvre américaine passe de2,34 millions en 2008 à 1,65 million en 2009. Un film d’animation européen enregistre, enmoyenne, 110 000 entrées (189 000 en 2008) et un film d’une autre nationalité 178 000(137 000 en 2008).Les films d’animation Art et Essai réalisent en moyenne 8 fois moins d’entrées que les filmsnon recommandés. Ainsi, un film d’animation Art et Essai de 2009 enregistre, en moyenne,184 000 entrées, contre 1,48 million d’entrées pour un film non recommandé. Le marché de l’animation 41
  • 42. Nombre moyen d’entrées par film d’animation (milliers) 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009nationalitéfilms français 143 121 153 263 158 788 1 131 387 256 569films américains 1 525 1 442 1 289 2 344 2 595 1 097 1 223 2 110 2 335 1 649films européens 668 93 0 40 33 712 67 164 189 110autres films 157 24 294 248 135 53 81 60 137 178Art et Essaifilms Art et Essai 306 512 191 243 120 659 239 216 162 184autres films 1 270 1 085 1 408 1 764 2 091 812 1 397 1 575 1 295 1 483entréesmoins de 100 000 entrées 12 50 25 19 37 51 21 17 39 30100 000 à 500 000 entrées 316 158 254 305 183 105 292 310 290 224500 000 à 2 millions dentrées 874 1 258 1 487 934 955 1 038 1 373 1 236 1 167 898plus de 2 millions dentrées 3 652 3 724 2 982 5 594 4 609 2 472 4 253 5 564 3 592 4 630ensemble 895 763 828 796 977 743 895 1 009 780 815Source : CNC.La concentration de la fréquentation des films d’animation affiche une baisse en 2009,comme cela s’était déjà produit entre 2005 et 2006. Les cinq films d’animation les plusperformants de 2009 totalisent 69,7 % des entrées de l’ensemble des films d’animationinédits de l’année, contre 79,8 % en 2008 et 80,2 % en 2007. Cette baisse de laconcentration est également visible sur les trois premiers films d’animation (54,8 % en 2009,62,8 % en 2008 et 68,9 % en 2007).Concentration des films d’animation en termes d’entrées (%) 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009les trois premiers films 68,0 75,1 51,4 70,9 69,1 45,4 47,5 68,9 62,8 54,8les cinq premiers films 81,4 92,0 72,1 80,8 88,1 62,1 60,3 80,2 79,8 69,7Source : CNC.Classement des films d’animation sortis en salles en 2009 (en termes d’entrées) 1 titre distributeur nationalité date de sortie entrées 1 LÂge de glace 3 - le temps des dinosaures Twentieth Century Fox Etats-Unis 03-juil-09 7 740 683 2 Là-haut BVI Etats-Unis 29-juil-09 4 383 600 3 Arhur et la vengeance de Maltazard Europacorp France 100 02-déc-09 3 495 794 4 Volt, star malgré lui BVI Etats-Unis 04-févr-09 2 900 643 5 Mission-G BVI Etats-Unis 14-oct-09 1 357 149 6 Monstres contre Aliens Paramount Pictures France Etats-Unis 01-avr-09 1 261 621 7 Le Drôle de Noël de Scrooge BVI Etats-Unis 25-nov-09 1 245 804 8 Ponyo sur la falaise BVI Japon 08-avr-09 877 591 9 Alvin et les Chipmunks 2 Twentieth Century Fox Etats-Unis 23-déc-09 717 229 10 Tempête de boulettes géantes Sony Pictures Releasing Etats-Unis 21-oct-09 638 6081 Entrées cumulées à fin 2009.Source : CNC.42 Le marché de l’animation
  • 43. Classement des films d’animation sortis en salles entre 2005 et 2009 (en termes d’entrées) 1 titre distributeur nationalité date de sortie entrées 1 LÂge de glace 3 - le temps des dinosaures Twentieth Century Fox Etats-Unis 03-juil-09 7 740 683 2 Ratatouille BVI Etats-Unis 01-août-07 7 683 410 3 LÂge de glace 2 Twentieth Century Fox Etats-Unis 05-avr-06 6 626 958 4 Arthur et les Minimoys Europacorp France 100 13-déc-06 6 371 872 5 Shrek le troisième Paramount Pictures France Etats-Unis 13-juin-07 5 524 577 6 Madagascar 2 : la grande évasion Paramount Pictures France Etats-Unis 03-déc-08 5 273 198 7 Là-haut BVI Etats-Unis 29-juil-09 4 383 600 8 Les Simpson le film Twentieth Century Fox Etats-Unis 25-juil-07 3 524 694 9 Arhur et la vengeance de Maltazard Europacorp France 100 02-déc-09 3 495 794 10 Kung Fu Panda Paramount Pictures France Etats-Unis 09-juil-08 3 274 312 11 Wall-E BVI Etats-Unis 30-juil-08 3 189 086 12 Madagascar UIP Etats-Unis 22-juin-05 3 183 293 13 Volt, star malgré lui BVI Etats-Unis 04-févr-09 2 900 643 14 Wallace et Gromit, le mystère du lapin-garou UIP Grande-Bretagne 12-oct-05 2 292 193 15 Chicken Little BVI Etats-Unis 07-déc-05 2 241 285 16 Cars quatre roues BVI Etats-Unis 14-juin-06 2 024 620 17 Kirikou et les bêtes sauvages Gebeka Films France 100 07-déc-05 2 017 939 18 Bambi 2 BVI Etats-Unis 01-févr-06 1 854 322 19 Azur et Asmar Diaphana Distribution France Majo 25-oct-06 1 852 031 20 Horton Twentieth Century Fox Etats-Unis 02-avr-08 1 676 6691 Entrées cumulées à fin 2009.Source : CNC.Classement des films d’animation français sortis en salles entre 2005 et 2009 (en termesd’entrées) 1 titre distributeur nationalité date de sortie entrées 1 Arthur et les Minimoys EuropaCorp France 100 13-déc-06 6 371 872 2 Arthur et la vengeance de Maltazard EuropaCorp France 100 02-déc-09 3 495 794 3 Kirikou et les bêtes sauvages Gebeka Films France 100 07-déc-05 2 017 939 4 Azur et Asmar Diaphana Distribution France Majo 25-oct-06 1 852 031 5 Persépolis Diaphana Distribution France 100 27-juin-07 1 447 673 6 Astérix et les Vikings SND France 100 12-avr-06 1 374 524 7 Pollux le manège enchanté Pathé France Majo 02-févr-05 903 291 8 Chasseurs de dragons Bac Films France Majo 26-mars-08 586 898 9 Mia et le Migou Gebeka Films France Majo 10-déc-08 578 123 10 Les Lascars Bac Films France Majo 17-juin-09 564 120 11 U Gebeka Films France 100 11-oct-06 538 399 12 Tous à louest Pathé France 100 05-déc-07 484 754 13 Franklin et le trésor du lac StudioCanal France Majo 20-déc-06 449 028 14 Piccolo, Saxo et Compagnie Haut et Court France Majo 20-déc-06 371 839 15 Le Vilain Petit Canard et moi Gebeka Films France Mino 14-févr-07 355 677 16 La Véritable Histoire du chat botté MK2 France Majo 01-avr-09 311 803 17 Kerity, la maison des contes Haut et Court France Majo 16-déc-09 269 077 18 Renaissance Pathé France Majo 15-mars-06 163 006 19 La Reine soleil Rezo Films France Majo 04-avr-07 238 061 20 Igor TFM Distribution France 100 17-déc-08 214 7081 Entrées cumulées à fin 2009.Source : CNC. Le marché de l’animation 43
  • 44. d. Durée de vie en salles des films d’animationLa durée de vie des films en salles est examinée au regard de la répartition hebdomadairedes entrées des films dans le temps. Les analyses sont réalisées à partir des donnéesissues des déclarations de recettes transmises au CNC par les exploitants de salles. Cesanalyses portent sur les 233 films d’animation sortis en salles entre 2000 et 2009. Elless’appuient sur les entrées réalisées par chaque œuvre au cours des 26 premières semainesde son exploitation en salles (s1 à s26), soit sur la totalité de la durée d’exclusivité de la salle(jusqu’au 1er juillet 2009, date à laquelle la durée d’exclusivité est passée à quatre mois, soit17 semaines), et inclut également les éventuelles entrées réalisées lors des avant-premières(s0).Rappel : 233 films d’animation sortis 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 totalnombre de films 18 16 21 22 23 22 30 24 22 35 233Source : CNC.Une fréquentation de plus en plus concentrée sur les premières semainesD’une manière générale, les longs métrages d’animation bénéficient d’une durée de vie ensalle supérieure à celle de l’ensemble des films. Ainsi, en 2009, les films d’animationréalisent-ils en moyenne 79,9 % de leurs entrées au cours des quatre premières semainesde leur exploitation, contre 81,5 % pour l’ensemble des films. En moyenne, pour les filmsd’animation sortis entre 2000 et 2009, 81,8 % des entrées sont réalisés au cours des cinqpremières semaines d’exploitation. Ce taux se situe à 93,3 % après dix semaines et à95,7 % après quinze semaines. A l’issue des quatre premiers mois d’exploitation en salles,un film d’animation a réalisé en moyenne 96,1 % de ses entrées (97,8 % tous genresconfondus) et après six mois 96,9 % (98,5 % tous genres confondus).Cumul des entrées des films sortis entre 2000 et 2009 au fil des semaines d’exploitation(% des entrées totales) 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% s0 s2 s4 s6 s8 s 10 s12 s 14 s16 s18 s20 s22 s24 s26 semaines films danimation tous filmsSource : CNC.44 Le marché de l’animation
  • 45. Cumul des entrées des films d’animation au fil des semaines d’exploitation(% des entrées totales) moyenne moyenne 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 tous films 2000-2009 2000-2009s0 1,4 1,7 1,4 0,6 0,5 1,2 1,3 1,4 1,7 1,9 1,3 1,0s1 22,3 25,2 21,3 21,2 24,4 26,0 26,6 28,8 27,6 30,3 25,8 35,5s2 41,6 43,1 39,6 39,3 43,4 49,4 47,6 49,7 48,7 53,1 46,1 57,7s3 58,2 57,3 55,9 54,3 61,2 67,5 64,4 65,1 64,5 69,1 62,4 71,8s4 70,1 66,9 68,2 68,3 73,1 77,8 77,5 75,6 76,0 79,9 74,1 80,8s5 77,4 76,0 76,8 78,8 82,4 84,6 84,2 82,0 83,3 86,9 81,8 86,5s6 82,6 81,7 82,4 84,5 87,6 88,4 88,0 86,0 87,0 90,5 86,3 90,1s7 85,2 84,3 85,9 87,4 90,1 90,7 90,4 88,4 89,8 92,8 88,9 92,4s8 87,0 86,0 88,2 89,6 91,7 92,3 92,3 90,5 91,5 94,5 90,8 94,0s9 88,6 87,8 89,9 91,0 93,0 93,5 93,7 92,2 93,0 95,8 92,3 95,1s10 89,8 88,9 91,3 92,0 94,1 94,6 94,6 93,4 94,1 96,7 93,3 95,9s11 90,7 89,9 92,5 92,8 94,8 95,3 95,4 94,3 94,8 97,3 94,1 96,4s12 91,3 90,7 93,3 93,6 95,2 95,9 95,9 94,8 95,3 97,7 94,7 96,8s13 91,6 91,2 93,7 94,3 95,5 96,3 96,2 95,4 95,8 98,0 95,1 97,1s14 91,9 91,6 94,1 94,8 95,8 96,5 96,4 96,1 96,2 98,3 95,5 97,4s15 92,1 91,9 94,3 95,1 95,9 96,8 96,6 96,3 96,5 98,4 95,7 97,5s16 92,2 92,1 94,5 95,4 96,0 96,9 96,7 96,6 96,7 98,5 95,9 97,7s17 92,4 92,5 94,7 95,6 96,1 97,1 96,9 96,8 97,1 98,7 96,1 97,8s18 92,5 92,9 94,9 95,8 96,1 97,2 97,0 96,9 97,2 98,8 96,2 97,9s19 92,6 93,1 95,2 95,9 96,3 97,4 97,1 97,0 97,3 98,8 96,4 98,0s20 92,8 93,2 95,3 96,1 96,3 97,5 97,3 97,1 97,5 98,9 96,5 98,1s21 92,9 93,3 95,4 96,2 96,4 97,5 97,4 97,3 97,6 99,0 96,6 98,2s22 93,0 93,5 95,5 96,4 96,5 97,6 97,4 97,3 97,7 99,0 96,6 98,3s23 93,0 93,6 95,5 96,5 96,5 97,6 97,5 97,4 97,7 99,1 96,7 98,3s24 93,1 93,9 95,6 96,7 96,5 97,7 97,5 97,4 97,8 99,1 96,8 98,4s25 93,2 94,2 95,8 96,8 96,5 97,8 97,6 97,5 97,8 99,1 96,9 98,5s26 93,3 94,3 96,0 96,9 96,6 97,9 97,6 97,6 97,9 99,2 96,9 98,5Base : 233 films d’animation sortis entre 2000 et 2009.Lecture : En 5 semaines d’exploitation, un film d’animation sorti en 2009 réalise en moyenne 86,9 % de ses entrées totales.Source : CNC.L’étalement des entrées dans le temps se restreint d’année en année. En moyenne, 77,4 %des entrées des films d’animation sortis en 2000 ont été enregistrées après cinq semainesd’exploitation. Cette moyenne passe à 84,6 % pour les films d’animation sortis en 2005 et à86,9 % pour les films sortis en 2009.Après dix semaines d’exploitation, le même phénomène de concentration peut êtreconstaté : les films d’animation de 2000 ont réalisé 89,8 % de leurs entrées, ceux de 200594,6 % et ceux de 2009 96,7 %. Après quatre mois, malgré le resserrement mécanique desparts d’entrées enregistrées, les écarts annuels sont toujours visibles. Le marché de l’animation 45
  • 46. Evolution du cumul des entrées réalisées après 5 à 17 semaines d’exploitation (% des entréestotales) 100% 98% 95% 93% 90% 88% 85% 83% 80% 78% 75% s5 s6 s7 s8 s9 s10 s11 s12 s13 s14 s15 s16 s17 semaines 2001 2003 2005 2007 2009Source : CNC.Etalement des entrées selon la nationalité des films d’animationLa durée de vie des films d’animation américains est, en moyenne, plus courte que celle desfilms d’animation européens, elle-même plus restreinte que celle des films d’animationfrançais. A noter que 62,0 % des films d’animation français sont recommandés Art et Essaisur ces dix dernières années (critère caractéristique d’un nombre d’entrées moins concentrésur les premières semaines d’exploitation).Rappel : nombre de films d’animation sortis selon la nationalité 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 totalfilms français 4 2 3 7 4 3 7 6 5 9 50films américains 9 8 12 6 8 8 15 11 6 13 96films européens 2 4 1 3 4 7 4 2 7 5 39autres films 3 2 5 6 7 4 4 5 4 8 48total 18 16 21 22 23 22 30 24 22 35 233Source : CNC.La concentration des entrées est ainsi plus forte sur les premières semaines d’exploitationpour les films américains que pour les films français. Après six semaines de programmation,un film d’animation américain sorti entre 2000 et 2009 a réalisé en moyenne 90,0 % de sesentrées, contre 77,3 % pour un film français, 77,3 % pour un film européen et 62,1 % pour unfilm d’une autre nationalité. Il faut attendre en moyenne 19 semaines pour les filmsd’animation français et 17 semaines pour les films d’animation européens pour qu’ilsatteignent le seuil de 90 % de leurs entrées totales. Parallèlement, les films d’animationd’autres nationalités ne parviennent pas en moyenne à ce seuil, même après six moisd’exploitation en salles (79,3 % après 26 semaines).46 Le marché de l’animation
  • 47. Cumul des entrées des films d’animation sortis entre 2000 et 2009 au fil des semainesd’exploitation selon la nationalité (% des entrées totales) films français films américains films européens autres films totals0 2,4 1,2 1,1 0,7 1,3s1 24,0 26,7 21,8 20,7 25,8s2 41,9 47,9 41,0 35,6 46,1s3 57,1 64,6 57,2 45,9 62,4s4 68,8 76,6 68,2 52,7 74,1s5 74,2 85,1 73,6 58,3 81,8s6 77,3 90,0 77,3 62,1 86,3s7 79,7 92,6 80,0 65,1 88,9s8 81,9 94,4 82,0 67,2 90,8s9 83,8 95,7 84,1 69,2 92,3s10 85,3 96,6 86,0 70,7 93,3s11 86,6 97,3 87,4 72,2 94,1s12 87,4 97,7 88,1 73,2 94,7s13 88,0 98,1 88,5 74,3 95,1s14 88,5 98,4 88,9 75,2 95,5s15 88,9 98,5 89,3 75,8 95,7s16 89,2 98,7 89,6 76,2 95,9s17 89,6 98,8 90,0 76,8 96,1s18 89,8 98,9 90,3 77,2 96,2s19 90,1 99,0 90,6 77,5 96,4s20 90,2 99,1 90,8 77,9 96,5s21 90,4 99,1 91,0 78,2 96,6s22 90,6 99,2 91,1 78,4 96,6s23 90,7 99,2 91,3 78,7 96,7s24 90,8 99,3 91,4 78,8 96,8s25 90,9 99,4 91,5 79,0 96,9s26 91,0 99,4 91,8 79,3 96,9Base : 233 films d’animation sortis entre 2000 et 2009.Source : CNC.Etalement des entrées selon le nombre de copiesSur la période 2000-2009, 36,1 % des films d’animation inédits sortent en salles sur unecombinaison de moins de 100 copies et 63,9 % sur une combinaison supérieure à100 copies.Rappel : nombre de films d’animation sortis selon le nombre de copies 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 totalmoins de 50 copies 4 4 8 5 7 3 7 5 5 8 5650 à 99 copies 4 1 0 5 4 3 3 1 3 4 28100 à 299 copies 2 6 5 7 4 5 5 8 3 9 54300 à 499 copies 3 1 2 2 2 5 5 4 6 6 36500 copies et plus 5 4 6 3 6 6 10 6 5 8 59total 18 16 21 22 23 22 30 24 22 35 233Source : CNC.Plus les films d’animation bénéficient d’une large combinaison de sortie, plus laconcentration des entrées est forte sur les premières semaines d’exploitation. Pour les filmsexploités sur des combinaisons restreintes (1 à 50 copies), l’étalement des entrées estparticulièrement prononcé. Cette situation reflète la sur-représentation des films d’animationArt et Essai au sein de cette catégorie : 87,5 % des films d’animation sortis sur 1 à 50 copies Le marché de l’animation 47
  • 48. sont en effet recommandés Art et Essai. A l’inverse, les performances des films à plus de300 copies révèlent une forte concentration de leurs entrées en début d’exploitation.Après six semaines d’exploitation, un film d’animation sorti entre 2000 et 2009 sur plus de500 copies a réalisé en moyenne 90,0 % de ses entrées, contre 87,8 % pour les films de 300à 499 copies, 66,8 % pour les films de 100 à 299 copies, 48,4 % pour les films de 50 à99 copies et 37,9 % pour les films de moins de 50 copies. A l’issue des six premiers moisd’exploitation, 37,7 % des entrées totales n’ont toujours pas été enregistrées par les films àmoins de 50 copies, contre seulement 0,7 % pour les films à plus de 500 copies.Cumul des entrées des films d’animation sortis entre 2000 et 2009 au fil des semainesd’exploitation selon le nombre de copies (% des entrées totales) moins de 50 50 à 99 100 à 299 300 à 499 500 et plus totals0 2,0 0,7 2,3 1,1 1,2 1,3s1 14,4 18,1 22,4 27,5 26,3 25,8s2 23,0 29,3 38,9 50,9 47,1 46,1s3 29,1 36,5 50,8 68,7 64,0 62,4s4 32,6 41,5 58,1 78,5 76,7 74,1s5 35,4 45,2 63,3 84,2 85,3 81,8s6 37,9 48,4 66,8 87,8 90,0 86,3s7 39,9 51,1 69,9 89,9 92,6 88,9s8 42,5 53,5 72,6 91,6 94,5 90,8s9 44,8 56,0 74,9 92,8 95,8 92,3s10 46,9 58,2 77,1 94,1 96,7 93,3s11 48,7 59,7 79,0 95,0 97,3 94,1s12 50,1 60,9 80,1 95,7 97,8 94,7s13 51,4 61,9 81,1 96,1 98,1 95,1s14 52,6 62,7 81,9 96,3 98,4 95,5s15 53,8 63,4 82,5 96,5 98,5 95,7s16 54,7 64,0 83,1 96,8 98,6 95,9s17 55,8 64,6 83,6 97,0 98,8 96,1s18 56,8 65,3 84,0 97,1 98,9 96,2s19 57,8 65,8 84,3 97,2 99,0 96,4s20 58,7 66,3 84,6 97,3 99,0 96,5s21 59,3 66,5 84,9 97,4 99,1 96,6s22 60,0 66,9 85,1 97,5 99,2 96,6s23 60,6 67,2 85,4 97,6 99,2 96,7s24 61,1 67,4 85,5 97,7 99,2 96,8s25 61,6 67,7 85,7 97,7 99,3 96,9s26 62,3 68,1 85,9 97,8 99,3 96,9Base : 233 films sortis entre 2000 et 2009.Source : CNC.Etalement des entrées selon la recommandation Art et EssaiEntre 2000 et 2009, 48,9 % des films d’animation inédits sont recommandés Art et Essai. Enmoyenne, les films d’animation recommandés Art et Essai présentent un étalement de leursentrées dans le temps plus important que les autres films d’animation. Cette caractéristiqueest notamment liée à leur combinaison de sortie (59,6 % des films d’animation Art et Essaisortent sur une combinaison inférieure à 100 copies).48 Le marché de l’animation
  • 49. Rappel : nombre de films d’animation sortis selon la recommandation 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 totalFilms Art et Essai 7 9 10 14 13 10 13 10 10 18 114Autres films 11 7 11 8 10 12 17 14 12 17 119total 18 16 21 22 23 22 30 24 22 35 233Source : CNC.Après six semaines d’exploitation, les films d’animation non recommandés ont, en moyenne,déjà atteint le seuil de 90 % de leurs entrées totales (90,7 %) tandis que les films Art et Essaien réalisent moins de 70 % (67,2 %). En moyenne, les films d’animation recommandés Art etEssai n’atteignent pas le seuil de 90 % de leurs entrées totales après 26 semaines.Après six mois d’exploitation en salles, 14,1 % des entrées des films d’animation Art et Essain’ont en moyenne pas encore été réalisées, contre seulement 0,6 % pour les autres films.Cumul des entrées des films d’animation sortis entre 2000 et 2009 au fil des semainesd’exploitation selon la recommandation Art et Essai (% des entrées totales) films Art et Essai autres films totals0 1,3 1,3 1,3s1 20,4 27,0 25,8s2 37,2 48,1 46,1s3 49,6 65,3 62,4s4 57,7 77,8 74,1s5 63,3 86,0 81,8s6 67,2 90,7 86,3s7 70,5 93,1 88,9s8 73,2 94,8 90,8s9 75,7 96,0 92,3s10 77,6 96,9 93,3s11 79,3 97,5 94,1s12 80,3 98,0 94,7s13 81,2 98,3 95,1s14 81,9 98,6 95,5s15 82,5 98,7 95,7s16 83,0 98,8 95,9s17 83,5 98,9 96,1s18 84,0 99,0 96,2s19 84,3 99,1 96,4s20 84,6 99,2 96,5s21 84,9 99,2 96,6s22 85,1 99,3 96,6s23 85,3 99,3 96,7s24 85,5 99,3 96,8s25 85,7 99,4 96,9s26 85,9 99,4 96,9Base : 233 films sortis entre 2000 et 2009.Source : CNC. Le marché de l’animation 49
  • 50. e. Les distributeurs des films d’animationEntre 2000 et 2009, 61 distributeurs participent à la sortie des 233 films d’animation inéditssortis en salles. Les dix plus actifs assurent la distribution de 66,1 % de ces films. BuenaVista International France, Gebeka Films et Paramount Pictures France en distribuent plusde 25 chacun et totalisent 39,9 % des films diffusés pour la première fois en salles entre2000 et 2009.Sur ces dix dernières années, Buena Vista International France prend la tête du classementdes distributeurs en termes d’encaissements sur les films inédits d’animation. La distributiondu Monde de Nemo (2003), de Ratatouille (2007), des Indestructibles (2004) ou de Là-haut(2009), entre autres succès, lui permet de réaliser une part de marché de 39,8 %.Paramount Pictures France capte 21,2 % des encaissements distributeurs sur les filmsd’animation inédits entre 2000 et 2009, notamment grâce à la trilogie Shrek (2001, 2004 et2007) et Madagascar 2 : la grande évasion (2008).Twentieth Century Fox France Inc enregistre également d’excellents résultats (12,7 %). Lasociété distribue des films ayant rencontré un large succès en salles : l’Âge de glace et lesSimpson le film notamment.EuropaCorp Distribution occupe la quatrième place avec 4,9 % de part de marché,notamment grâce aux deux premiers volets des aventures de Arthur.Sur ces dix dernières années, les dix premiers distributeurs réalisent 94,7 % de l’ensembledes encaissements sur les films inédits d’animation. Les cinq premiers en captent 82,4 %. 1Les 10 premiers distributeurs de films d’animation entre 2000 et 2009 distributeurs part de marché (%) films distribués1 Buena Vista International France 39,8 392 Paramount Pictures France 21,2 253 Twentieth Century Fox France Inc 12,7 104 EuropaCorp Distribution 4,9 25 Warner Bros 3,9 166 Sony Pictures 3,6 97 Gebeka Films 2,8 298 Pathé Distribution 2,1 59 Société Nouvelle de Distribution 2,1 510 Diaphana Distribution 1,7 41 En termes d’encaissements distributeurs.Source : CNC.50 Le marché de l’animation
  • 51. B. Les coûts de distribution en salles des films d’animation d’initiativefrançaiseLe CNC réalise chaque année une étude sur les coûts de distribution des films d’initiativefrançaise. L’animation est un genre peu représenté parmi les sorties de films français. Enrevanche, il concentre à la fois d’importants frais d’édition (1 265 K€ en moyenne par film surla période 2004-2008, contre 651 K€ tous genres confondus) et de larges combinaisons desortie (334 copies en moyenne par film, contre 175 copies tous genres confondus).Coût moyen de distribution selon le genre des films entre 2004 et 2008 (K€) 2 000 1 800 1 600 1 400 1 200 1 000 800 600 400 200 0 fiction animation documentaire ensemble 2004 2005 2006 2007 2008 2004-2008Source : CNC.Coûts de distribution des films français 2004 2005 2006 2007 2008 2004-2008films d’animation 3 2 7 3 5 20frais d’édition totaux (M€) 1,17 3,13 12,82 3,61 4,58 25,31copies totales 441 936 2 887 1 054 1 353 6 671frais d’édition moyens par film (K€) 390,68 1 563,88 1 831,13 1 203,07 915,89 1 265,32copies moyennes par film 147 468 412 351 271 334ensemble des films 169 150 159 178 188 844frais d’édition totaux (M€) 108,49 100,49 114,49 109,39 116,40 549,26copies totales 30 225 27 093 30 296 28 467 31 540 147 621frais d’édition moyens par film (K€) 641,96 669,92 730,12 614,56 619,17 650,78copies moyennes par film 179 181 191 160 168 175Source : CNC.La structure des coûts de distribution des films d’animation est très proche de celle des filmsde fiction. Elle se caractérise notamment par une part relativement importante de frais depromotion (achats d’espaces et matériel publicitaire). Sur la période 2004-2008, leur poidsatteint 56,3 % des frais d’édition totaux (50,7 % en 2008), tandis que les frais de laboratoiren’en représentent que 29,2 % (31,8 % en 2008).Les frais d’édition, par copie, des films d’animation progressent de 67,1 % entre 2004 et2006, accompagnant des coûts de production en croissance. Ils reculent ensuite de 22,9 %pour atteindre 3 424,3 € en 2007 et 3 384,7 € en 2008. En parallèle, le coût moyen deproduction d’un film d’animation sorti en 2004 s’élève à 3,4 M€. Il atteint 10,9 M€ pour les Le marché de l’animation 51
  • 52. titres sortis en 2005 et 17,0 M€ pour les longs métrages sortis en 2006. En 2007, il diminuepour atteindre 8,0 M€ et se redresse à 10,4 M€ en 2008.Coûts de distribution par film des films français d’animation 2004 2005 2006 2007 2008 2004-2008 films 3 2 7 3 5 20 copies moyennes par film 147 468 412 351 271 334 frais dédition par copie (€) 2 657,7 3 341,6 4 439,9 3 424,3 3 384,7 3 793,5 frais dédition par film (K€) 390,68 1 563,88 1 831,13 1 203,07 915,89 1 265,32 dont frais de laboratoire (%) 35,6 31,5 25,5 32,7 33,8 29,2 dont achats despaces (%) 41,1 45,8 45,8 40,7 41,4 44,1 dont matériel publicitaire (%) 7,5 2,8 16,1 11,6 9,3 12,2 dont frais divers (presse…) (%) 15,8 19,9 12,6 14,9 15,5 14,5Source : CNC.Pour les films d’animation sortis en 2007 et 2008, le CNC dispose des coûts de distributiondétaillés poste à poste.En 2008, le tirage des copies constitue le premier poste de dépenses pour les filmsd’animation français et capte 24,4 % de l’ensemble des coûts de distribution. Le deuxièmeposte captant le plus de dépenses est celui consacré à l’affichage (24,0 %). Au total, 30,0 %de l’ensemble des coûts sont consacrés aux affiches (création, impression, achatsd’espaces). Cette part s’élève à 31,1 % tous genres confondus.Répartition détaillée des coûts de distribution des films français (%) Animation Ensemble Dépenses 2007 2008 2007 2008 Tirage de copies 23,1 24,4 23,9 24,6 Films annonces 6,2 4,3 5,1 5,3 Transport 1,6 1,8 1,1 1,2Frais de laboratoire Stockage de copies 1,7 1,2 0,9 0,9 Sous-titrage 0,1 0,1 0,2 0,3 Doublage 0,0 2,0 0,1 0,2 Autres frais d’édition 0,0 0,0 0,0 0,0 Affichage 26,5 24,0 25,8 24,5 Cinéma 6,1 7,8 7,0 7,5Achats d’espaces Internet 2,3 2,5 2,8 2,9 Presse 4,6 6,7 6,5 6,3 Radio 0,9 0,1 2,1 1,5 Télévision 0,3 0,3 0,7 0,6 Création d’affiches 3,2 2,5 2,4 2,3 Frais techniques affiches (impression…) 6,4 3,5 3,2 4,3Matériel publicitaire Création site internet 0,7 0,7 0,5 0,7 Photos exploitation 1,3 1,3 0,4 0,2 Divers matériel 0,0 1,3 2,4 1,2 Animations & réceptions 6,1 6,1 4,5 5,3 Documentation 0,1 1,4 0,4 0,5 Honoraires attaché de presse 2,0 3,7 2,7 2,9 Impression dossiers de presse 1,4 1,0 1,1 1,0Frais promotionnels Invitations avant-première 1,6 0,2 2,0 1,9 Invitations presse 0,1 0,2 0,4 0,4 Location salles de projection 0,7 0,5 0,8 0,9 Photos de presse 0,2 0,2 0,2 0,4 Divers 2,8 2,0 3,0 2,2Total 100,0 100,0 100,0 100,0Base : 168 films sortis en 2007 dont 3 films d’animation, 188 films sortis en 2008 dont 5 films d’animation.Source : CNC.52 Le marché de l’animation
  • 53. Par ailleurs, pour l’animation s’adressant plus particulièrement à un public jeune, lesdistributeurs privilégient des supports publicitaires visibles par ces derniers. Ainsi, parrapport à l’ensemble des films, les achats d’espaces en radio et en presse seront-ils enproportion moins importants. En 2008, la radio capte 0,3 % des achats d’espaces des filmsd’animation (contre 3,4 % pour l’ensemble des films d’initiative française) et la presse 6,1 %(contre 14,6 %). En revanche, internet, média particulièrement prisé des jeunes, est pluslargement utilisé pour la promotion des films d’animation que l’ensemble des films d’initiativefrançaise. 16,1 % des dépenses publicitaires des films d’animation y sont réalisées, contre6,7 % pour l’ensemble des films.Répartition détaillée des achats d’espace en 2008 (%)dépenses animation ensembleaffichage 57,9 56,6cinéma 18,8 17,3presse 6,1 14,6internet 16,1 6,7radio 0,3 3,4télévision 0,8 1,3total 100,0 100,0Base : 188 films d’initiative française sortis en 2008 dont 5 films d’animation.Source : CNC.C. Les frais de promotion des films d’animationLes résultats présentés dans cette partie concernent uniquement les films inédits, c’est-à-dire les films sortis pour la première fois sur les écrans français. Les œuvrescinématographiques pour lesquelles l’écart entre l’année de sortie commerciale et l’année depige publicitaire est supérieure à deux ans ont volontairement été exclues de l’analyse. Lespublicités qui regroupent plusieurs films ne sont pas prises en compte dans l’analyse.Kantar Média pige la publicité sur cinq grands médias : l’affichage, le cinéma, la presse, laradio et la télévision. Depuis 2002, la publicité sur internet est également pigée. En 2004,l’institut a intégré de nouveaux médias : les médias tactiques. Ces derniers regroupent lespublicités sur supports non conventionnels tels que les voitures ou les tables de bistrots.Les montants mentionnés ci-après correspondent à la valorisation financière de l’expositiondes publicités sur les sept médias détaillés ci-dessus. Ce sont, par conséquent, desinvestissements bruts tarifés qui ne tiennent pas compte des rabais, remises ou ristournespropres à chaque média et à chaque support.Les données concernant la nationalité des films et les entrées proviennent des bases dedonnées du CNC. Celles concernant le genre des films et leur nombre de copies sont issuesde la presse. Le marché de l’animation 53
  • 54. a. Plus de 90 % des films d’animation sortis en salles bénéficient d’une expositionpublicitaireEn 2009, parmi les 35 films d’animation inédits sortis en salles, 32, soit 91,4 %, font l’objetd’une campagne de publicité sur au moins un des sept grands médias. A titre decomparaison, 84,5 % des 588 films inédits sortis en salles tous genres confondus font l’objetd’une campagne publicitaire en 2009.Depuis 2001, plus de 90 % des films d’animation sortis en salles sont présents sur au moinsun média au cours de leur année de sortie. Ce taux s’élève à 100 % en 2001, 2004 et 2005.L’exposition publicitaire des films d’animation sortis en salles est relativement stable sur lapériode.Les films d’animation avec publicité films ayant fait l’objet films sortis dans % d’une publicité l’année2000 15 18 83,32001 16 16 100,02002 19 21 90,52003 21 22 95,52004 23 23 100,02005 22 22 100,02006 29 30 96,72007 23 24 95,82008 21 22 95,52009 32 35 91,4Source : CNC – Kantar Média – Données brutesb. Internet : premier support de promotion des films d’animationEn 2009, les investissements publicitaires bruts tarifés pour la promotion des filmsd’animation s’élèvent à 63,9 M€, en progression de 83,9 % par rapport à 2008. En dix ans,les investissements publicitaires bruts en faveur des films d’animation ont été multipliés parsept. En 2009, les investissements publicitaires dans les films d’animation représentent14,6 % des investissements tous genres confondus, soit le poids le plus haut depuis cinqans (8,6 % en 2008, 10,4 % en 2007, 13,4 % en 2006 et 10,5 % en 2005).En 2009, pour la troisième année consécutive, internet est le premier support decommunication publicitaire pour les films d’animation. Avec 17,2 M€ de recettes brutes, cemédia capte 27,0 % des investissements publicitaires (contre 35,4 % en 2008).L’affichage, premier support pendant plusieurs années, reste le deuxième média aprèsinternet. Ses investissements publicitaires enregistrent une progression de 107,0 % entre2008 et 2009, pour s’établir à 17,2 M€ de recettes brutes. Après plusieurs années de baisse,la part de marché de l’affichage progresse fortement pour s’établir comme internet à 27,0 %en 2009 (24,0 % en 2008).Les investissements publicitaires bruts consacrés à la promotion des films d’animation dansles salles de cinéma n’ont cessé de croître ces dernières années. Entre 2008 et 2009, ilssont multipliés par 2,7 pour atteindre 12,8 M€ (soit 20,0 % de part de marché, contre 13,3 %en 2008).54 Le marché de l’animation
  • 55. Investissements publicitaires bruts tarifés en faveur des films d’animation selon le média (K€) 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009affichage 3 767 6 840 8 548 7 953 11 559 10 872 15 758 10 595 8 318 17 221cinéma 378 567 3 102 856 2 213 4 440 4 866 5 609 4 606 12 791internet - - 54 - 101 773 7 719 15 248 12 277 17 239media tactique - - - - - 48 112 8 64 -presse 3 087 2 215 2 636 2 897 4 561 5 631 8 742 3 958 5 746 10 228radio 1 424 1 979 2 117 2 112 3 291 4 304 5 463 2 867 3 364 6 244télévision 80 162 42 - 138 379 343 319 351 145total 8 736 11 763 16 499 13 818 21 863 26 447 43 003 38 604 34 726 63 868Source : CNC – Kantar Média – Données brutesLes films d’animation bénéficient d’investissements publicitaires bruts supérieurs à ceux del’ensemble des films. En moyenne, l’investissement publicitaire brut tarifé pour un filmd’animation s’élève à 1 637,6 K€ en 2009, contre 760,2 K€ pour l’ensemble des films. En dixans, la dépense publicitaire brute pour un film d’animation a été multipliée par 3,4.L’affichage et internet sont les médias sur lesquels les investissements publicitaires moyenspar film d’animation sont les plus importants. Respectivement 53,8 % et 61,5 % des filmsd’animation ont fait l’objet d’une campagne sur ces médias en 2009. Les investissementspublicitaires moyens par film sur internet enregistrent la plus forte augmentation depuis2005. Ils ont été multipliés par 7,4 sur cette période, pour atteindre 718,3 K€ en 2009.Si l’investissement publicitaire moyen observé dans la presse (292,2 K€) demeure très endeçà de ceux enregistrés sur internet ou dans l’affichage, ce support est néanmoinsfréquemment utilisé. Il concerne 89,7 % des films pigés en 2009.En moyenne, la valorisation publicitaire brute d’un film dans une salle de cinéma est de673 200 € en 2009 et 48,7 % des films ont recours à ce type de publicité.Investissements publicitaires moyens par film d’animation selon le média (K€) 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009affichage 470,9 684,0 610,6 441,8 770,6 776,6 716,3 557,6 594,1 820,0cinéma 54,0 63,0 221,6 85,6 158,1 317,1 374,3 509,9 329,0 673,2internet - - 13,5 - 33,7 96,6 367,6 762,4 511,5 718,3media tactique - - - - - 24,0 28,0 8,0 64,0 -presse 171,5 110,8 125,5 138,0 162,9 225,2 301,4 158,3 221,0 292,2radio 203,4 179,9 151,2 150,9 253,2 307,4 287,5 191,1 336,4 390,3télévision 80,0 81,0 42,0 - 27,6 37,9 42,9 35,4 50,1 18,1total 485,3 534,7 717,3 552,7 705,3 881,6 1 303,1 1 206,4 1 085,2 1 637,6Source : CNC – Kantar Média – Données brutesc. Une pression publicitaire corrélée au nombre de copiesDepuis 2004, plus le nombre de copies est important, plus les investissements publicitairesmoyens par film d’animation sont élevés. L’investissement moyen pour un film d’animationsorti sur moins de 50 copies s’élève à 24,2 K€ en 2009, celui d’un film d’animation sorti sur500 copies ou plus s’élève à 2,6 M€.Le budget promotionnel d’un film d’animation sorti sur plus de 500 copies augmente en 2009(+15,4 % par rapport à 2008). Les investissements publicitaires moyens de ces films Le marché de l’animation 55
  • 56. enregistrent la plus forte augmentation depuis 2000. Ils ont été multipliés par 4,6 sur cettepériode.Investissements publicitaires moyens par film d’animation selon le nombre de copies (K€) 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009moins de 50 copies 21,5 16,3 88,8 18,4 100,9 29,8 82,1 48,4 74,9 206,7entre 50 et 99 copies 101,0 59,0 - 199,7 186,0 173,3 783,0 28,0 187,0 123,5entre 100 et 199 copies - 187,6 169,0 564,7 197,8 393,0 297,5 336,6 206,7 292,8entre 200 et 499 copies 499,3 348,8 739,4 716,5 326,4 623,7 902,1 899,8 860,6 1 484,5500 copies ou plus 566,7 710,8 881,0 220,2 1 084,4 1 041,3 1 303,6 1 917,7 2 249,3 2 812,3total 485,3 534,7 717,3 552,7 705,3 881,6 1 303,1 1 206,4 1 085,2 1 637,6Source : CNC – Kantar Média – Données brutesEn 2009, la plus forte progression des investissements publicitaires concerne les filmsd’animation sortis sur plus de 500 copies (+708,3 % par rapport à 2000), puis les films sortisentre 200 et 500 copies (+544,2 %). Les investissements publicitaires sur les filmsd’animation sortis sur 50 à 100 copies progressent de 22,3 % entre 2000 et 2009.Investissements publicitaires bruts tarifés selon le nombre de copies (K€) 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009moins de 50 copies 43 49 533 92 807 149 575 242 524 1 240entre 50 et 99 copies 404 118 - 599 744 520 2 349 28 561 494entre 100 et 199 copies - 938 676 1 694 791 1 179 595 1 683 620 1 171entre 200 et 499 copies 2 996 1 395 3 697 5 732 2 285 5 613 9 923 10 798 8 606 19 299500 copies ou plus 5 293 9 263 11 593 5 701 17 236 18 986 29 561 25 853 24 415 41 664total 8 736 11 763 16 499 13 818 21 863 26 447 43 003 38 604 34 726 63 868Source : CNC – Kantar Média – Données brutesd. La publicité selon la nationalité des films d’animationA l’exception de deux films en 2000, la totalité des films d’animation français et américainssortis en salles ces dix dernières années ont fait l’objet d’une exposition publicitaire sur aumoins un média.Les films d’animation selon la nationalité films français films américains ayant fait l’objet sortis dans ayant fait l’objet sortis dans % % d’une publicité l’année d’une publicité l’année2000 3 4 75,0 8 9 88,92001 2 2 100,0 8 8 100,02002 3 3 100,0 12 12 100,02003 7 7 100,0 6 6 100,02004 4 4 100,0 8 8 100,02005 3 3 100,0 8 8 100,02006 7 7 100,0 15 15 100,02007 6 6 100,0 11 11 100,02008 5 5 100,0 6 6 100,02009 9 9 100,0 13 13 100,0Source : CNC – Kantar Média – Données brutes56 Le marché de l’animation
  • 57. En 2009, les films américains captent les trois quarts des investissements publicitaires brutstarifés consacrés aux films d’animation (75,6 %). Leur poids dans l’ensemble du marchévarie légèrement d’une année à l’autre mais ils composent toujours plus de 60 % desinvestissements.Le poids des films d’animation français dans l’ensemble des investissements publicitairesprogresse. Après une baisse au cours des deux dernières années (11,2 % en 2008 et10,7 % en 2007), il atteint 18,8 % en 2009. Sur la période 2000-2009, les investissementspublicitaires des films d’animation français progressent par ailleurs de 56,0 % en moyennepar an.Investissements publicitaires bruts tarifés selon la nationalité des films d’animation (K€) 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009films français 220 230 574 2 171 1 724 1 527 12 044 4 124 3 899 12 011films américains 7 606 10 849 14 487 10 310 17 888 16 304 30 558 32 615 26 877 48 256films européens 698 546 6 31 420 8 119 90 1 083 3 330 1 572autres films 212 138 1 432 1 306 1 831 497 311 782 620 2 029total 8 736 11 763 16 499 13 818 21 863 26 447 43 003 38 604 34 726 63 868Source : CNC – Kantar Média – Données brutesEn moyenne, la publicité pour un film d’animation américain est valorisée à 2 680,9 K€ brutsen 2009. Les films d’animation américains disposent généralement de budgetspromotionnels quatre à cinq fois plus importants que les films français et européens. Or, en2009, la campagne publicitaire d’un film d’animation français est valorisée à 1 334,6 K€ enmoyenne, contre 433,2 K€ en 2008. Cette forte progression s’explique par l’expositionpublicitaire importante de 9 films français dont Arthur et la vengeance de Maltazard et lesLascars.Investissements publicitaires moyens par film d’animation selon la nationalité (K€) 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009films français 73,3 115,0 191,3 310,1 246,3 305,4 1 505,5 343,7 433,2 1 334,6films américains 760,6 834,5 965,8 1 145,6 1 490,7 1 254,2 1 797,5 2 508,8 2 239,8 2 680,9films européens 232,7 182,0 6,0 10,3 105,0 1 014,9 30,0 361,0 475,7 262,0autres films 106,0 34,5 358,0 217,7 228,9 124,3 62,2 195,5 155,0 338,2total 485,3 534,7 717,3 552,7 705,3 881,6 1 303,1 1 206,4 1 085,2 1 637,6Source : CNC – Kantar Média – Données brutesLa répartition des investissements par média est contrastée selon la nationalité des filmsd’animation. Si internet est le média de prédilection pour la publicité des films américainsdepuis 2007 (30,4 % en 2009, contre 15,4 % pour les films français), les distributeurs defilms français privilégient la presse (24,7 % en 2009, contre 12,8 % pour les filmsaméricains).En 2009, internet est le cinquième média (15,4 %) utilisé par les distributeurs de filmsd’animation français après la presse (24,7 %), l’affichage (23,9 %), les salles de cinéma(19,4 %) et la radio (16,3 %). En 2009, l’affichage est le média où l’investissement moyenpar film est le plus élevé pour les films d’animation américains (1 225,4 K€). Parallèlement, ladépense moyenne brute par film français à la radio (654,3 K€ en 2009) dépasse celleeffectuée dans les salles de cinéma (582,0 K€). Le marché de l’animation 57
  • 58. Répartition des investissements publicitaires bruts tarifés selon le média en 2009 films d’animation français films d’animation américains télévision radio télévision radio 0,2% presse 8,5% 0,2% 16,3% affichage 12,8% 23,9% affichage 27,9% media presse tactique 24,7% 0,0% cinéma media 19,4% cinéma tactique internet internet 20,2% 0,0% 30,4% 15,4%Source : CNC – Kantar Média – Données brutes58 Le marché de l’animation
  • 59. IV. Le public des films d’animation en sallesLes films d’animation rencontrent un large public dans les salles de cinéma. L’analyse dupublic des films d’animation met en évidence une réelle segmentation des films selon lanature de leur public.Le CNC et Médiavision se sont associés pour mettre en place une enquête sur le public ducinéma : Publixiné. Mise en œuvre par l’institut Harris Interactive, l’enquête est administréepar internet auprès de 800 à 1 000 individus deux fois par mois. Elle permet de recueillir desdonnées sur les spectateurs de 3 ans et plus. Opérationnel depuis le début de l’année 2005,cet outil barométrique a pour principal objectif la mesure de la composition hebdomadaire del’audience du cinéma en général et de celle du public d’environ 300 films par an (films dont lacombinaison de sortie excède 50 copies).Par définition, les spectateurs assidus vont au moins une fois par semaine au cinéma, lesspectateurs réguliers y vont au moins une fois par mois (et moins d’une fois par semaine) etles occasionnels au moins une fois par an (et moins d’une fois par mois). Les habitués ducinéma regroupent les assidus et les réguliers.A. Le public des films d’animationLe public des films d’animation est composé quasiment à parts égales d’enfants (3-14 ans)et d’adultes (25-49 ans) (plus de 33 % du public pour chaque groupe entre 2005 et 2009). Engénéral, chaque enfant est accompagné d’un adulte pour une séance de cinéma et le plussouvent d’une femme. Ces dernières composent plus de la moitié du public des filmsd’animation sur ces cinq dernières années : 52,7 % des spectateurs de films d’animationsont des femmes en 2009.En termes d’activité professionnelle, la population inactive demeure la plus largementreprésentée dans le public des films d’animation (61,5 % en 2009, 63,4 % en 2008), enraison de la nature du public ciblé. D’autre part, à l’inverse de l’audience globale des films, lapart des CSP+ est généralement inférieure à celle des CSP- dans le public des filmsd’animation (18,7 % de CSP+ en 2009, contre 19,8 % de CSP-).En 2009, la part des spectateurs occasionnels dans le public des films d’animation estsupérieure de 13,9 points à celle constatée en 2005. Ces derniers composent ainsi 42,6 %du public en 2009, contre 44,7 % en 2008, 38,8 % en 2007, 40,3 % en 2006 et 28,7 % en2005. Cette progression s’explique par la sortie en salles en 2008 et 2009 de filmsd’animation ayant attiré un large public d’occasionnels, à la différence des autres années.Ainsi, 4 films d’animation parmi les 26 sortis en salles en 2009 et pris en compte parPublixiné comptent plus de 50 % d’occasionnels dans leur public. C’est le cas de Volt, starmalgré lui (55,8 % d’occasionnels) ou Arthur et la vengeance de Maltazard (55,0 %). La part Le marché de l’animation 59
  • 60. des assidus et celle des réguliers dans le public des films d’animation sont en baisse entre2005 et 2009 : respectivement -7,7 points et -6,2 points.Public des films d’animation sortis entre 2005 et 2009 (%) 2005 2006 2007 2008 2009sexehommes 47,7 45,2 46,0 45,4 47,3femmes 52,3 54,8 54,0 54,6 52,7âgeenfants (3-14 ans) 36,2 38,0 33,3 39,7 36,6adolescents (11-19 ans) 13,2 19,8 21,7 13,8 16,1jeunes (15-24 ans) 19,1 18,1 21,5 14,5 19,3adultes (25-49 ans) 34,5 33,9 34,9 33,8 33,7seniors (50 ans et plus) 10,2 9,9 10,3 12,0 10,4professionCSP+ 16,9 16,6 18,4 19,3 18,7CSP- 22,2 20,5 21,4 17,3 19,8inactifs 60,9 62,9 60,3 63,4 61,5habitatParis RP 27,3 23,6 22,9 24,1 24,9province 72,7 76,4 77,1 75,9 75,1habitudes de fréquentation cinémaassidus 20,3 14,7 12,9 14,2 12,6réguliers 51,0 45,1 48,4 41,1 44,8occasionnels 28,7 40,3 38,8 44,7 42,6total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0Base : films d’animation sortis en salles sur plus de 50 copies :18 films en 2005, 23 films en 2006, 19 films en 2007, 18 films en 2008 et 26 films en 2009.Source : Publixiné – Harris Interactive.a. Public des films d’animation selon la nationalitéEntre 2005 et 2009, les films d’animation français sont particulièrement appréciés par lesfemmes. Azur et Asmar et Kirikou et les bêtes sauvages présentent par exemple un publicféminin à plus de 56 %. Les moins de 25 ans sont particulièrement sur-représentés au seindu public des films d’animation français. Certains films d’animation français ont réussi àtoucher très largement les moins de 25 ans : Astérix et les Vikings ainsi que les deuxpremiers volets d’Arthur en sont les meilleurs exemples. Les 3-25 ans composent près de60 % de leur publicLa part des occasionnels est plus élevée dans le public des films d’animation français(41,3 %) que dans celui des films d’autres nationalités. Néanmoins, ce sont les spectateursréguliers qui composent la plus grande partie du public des films français d’animation sur lapériode 2005-2009 (44,2 %).Le public des films d’animation américains est relativement jeune. Il est composé à 36,0 %de 3-14 ans et à 20,2 % de 15-24 ans entre 2005 et 2009. Les 3-14 ans représentent plus dela moitié du public de six films d’animation américains. C’est le cas pour les Chimpanzés del’espace (52,5 %), Bienvenue chez les Robinsons (51,5 %) et Volt, star malgré lui (50,1 %).Les CSP+ (17,6 %) et les seniors (9,5 %) sont moins représentés dans le public du cinémad’animation d’Outre-Atlantique.60 Le marché de l’animation
  • 61. Globalement, les films d’animation européens présentent la même structure de public queles films d’animation français et américains : un public féminin (51,4 %), jeune (37,3 %d’enfants et 16,6 % de jeunes) et provincial (75,8 %).Les films d’animation d’autres nationalités analysés dans le cadre de l’étude Publixinécomprennent des films japonais, australiens et un film israélien. Ils rassemblent un publicplutôt masculin (50,5 %), d’adultes et de seniors (54,6 %). Contrairement aux filmsd’animation français, américains et européens, pour lesquels la structure du public estquasiment la même, le public des films d’autres nationalités comptent la part d’inactifs la plusfaible (51,7 %, contre 64,7 % pour les films français). Les habitués (assidus et réguliers)composent 79,3 % du public des films d’animation d’autres nationalités, contre 58,7 % pourles films français, 59,7 % pour les films américains et 64,2 % pour les films européens.Public des films d’animation sortis entre 2005 et 2009 selon la nationalité (%) France Etats-Unis Europe autressexehommes 45,1 46,1 48,6 50,5femmes 54,9 53,9 51,4 49,5âgeenfants (3-14 ans) 42,4 36,0 37,3 18,6adolescents (11-19 ans) 16,7 18,5 12,5 17,0jeunes (15-24 ans) 12,8 20,2 16,6 26,8adultes (25-49 ans) 31,9 34,3 36,3 38,0seniors (50 ans et plus) 12,9 9,5 9,8 16,6professionCSP+ 16,8 17,6 17,6 28,2CSP- 18,5 20,8 20,7 20,1inactifs 64,7 61,6 61,6 51,7habitatParis RP 24,0 24,0 24,2 32,3province 76,0 76,0 75,8 67,7habitudes de fréquentation cinémaassidus 14,5 13,5 19,7 24,3réguliers 44,2 46,2 44,5 55,0occasionnels 41,3 40,3 35,9 20,7total 100,0 100,0 100,0 100,0Base : films d’animation sortis en salles sur plus de 50 copies :18 films en 2005, 23 films en 2006, 19 films en 2007, 18 films en 2008 et 26 films en 2009.Source : Publixiné – Harris Interactive.b. Public des films d’animation Art et EssaiLe public des films d’animation recommandés Art et Essai présente des caractéristiquesmoins marquées que celles des autres films.Les seniors (14,6 %), les CSP+ (22,7 %), les habitants de Paris et sa région (30,1 %) et lesassidus (22,6 %) représentent une part plus importante du public des films d’animation Art etEssai que de celui des films non recommandés. Cette structure du public des filmsd’animation Art et Essai se rapproche de la structure générale du public des filmsrecommandés.La part des assidus dans le public des films d’animation recommandés Art et Essai est plusimportante (22,6 %) que pour les films non recommandés (12,8 %). Les assidus plébiscitent Le marché de l’animation 61
  • 62. par exemple le Château ambulant de Hayao Miyazaki, Persepolis de Marjane Satrapi etVincent Paronnaud ou les Noces funèbres de Tim Burton (près de 30 % du public).Public des films d’animation sortis entre 2005 et 2009 selon la recommandation (%) films Art et Essai autres filmssexehommes 48,0 45,9femmes 52,0 54,1âgeenfants (3-14 ans) 29,2 38,1adolescents (11-19 ans) 14,1 18,5jeunes (15-24 ans) 21,2 18,4adultes (25-49 ans) 35,1 34,0seniors (50 ans et plus) 14,6 9,5professionCSP+ 22,7 16,8CSP- 19,9 20,5inactifs 57,4 62,7habitatParis RP 30,1 23,1province 69,9 76,9habitudes de fréquentation cinémaassidus 22,6 12,8réguliers 49,2 45,4occasionnels 28,2 41,8total 100,0 100,0Base : films d’animation sortis en salles sur plus de 50 copies :18 films en 2005, 23 films en 2006, 19 films en 2007, 18 films en 2008 et 26 films en 2009.Source : Publixiné – Harris Interactive.c. Public des films d’animation selon le nombre de copiesLa structure du public d’un film dépend de sa combinaison de sortie. Il en va de même pourles films d’animation.Plus la combinaison de sortie d’un film d’animation est importante, plus son public seféminise. Les films d’animation sortis sur moins de 200 copies comptent une plus forteproportion d’hommes (50,4 % pour les films à moins de 100 copies et 50,9 % pour ceux de100 à 200 copies) que de femmes alors que ces dernières sont davantage représentées queles hommes parmi les spectateurs des films à plus de 200 copies (53,1 % pour les films de200 à 500 copies et 54,4 % pour les films à plus de 500 copies). Cette tendance est encoreplus prononcée pour les onze films d’animation sortis sur plus de 800 copies entre 2005 et2009 : 55,0 % de leurs spectateurs sont des femmes. Ceci s’explique notamment par laprésence de films d’animation davantage tournés vers le public jeune, pour lesquels lesmineurs sont généralement accompagnés par une femme. Pour Chicken Little, par exemple,la part des femmes atteint 58,5 % et celle des enfants 47,0 %.L’âge du public d’un film varie également selon le nombre de copies. Le public des filmsédités sur 100 à 200 copies intègre davantage de seniors (23,4 %) que d’enfants (18,2 %), lerapport s’inversant pour les films à très large combinaison de sortie : 9,7 % de seniors et37,7 % d’enfants. Globalement, la proportion de moins de 20 ans dans le public d’un filmaugmente à mesure que la combinaison de sortie augmente. A l’inverse, la part des seniors,celle des CSP+ et celle des habitants de la région parisienne diminue.62 Le marché de l’animation
  • 63. La structure du public selon les habitudes de fréquentation diffère également en fonction descombinaisons de sortie : jusqu’à 200 copies, les assidus composent une part plus importantedu public que les occasionnels (29,3 % pour les films d’animation sortis sur moins de100 copies et 28,2 % pour ceux sortis sur 100 à 200 copies). A partir de 200 copies, leur partdécroit (moins de 20 %). Pour les spectateurs occasionnels, le constat est opposé : ilsdemeurent sous-représentés au sein du public des films dont le tirage est inférieur à200 copies et figurent plus largement dans le public des films d’animation à largecombinaison.Public des films d’animation sortis entre 2005 et 2009 selon le nombre de copies (%) <100 copies 100-200 copies 200-500 copies >500 copiessexehommes 50,4 50,9 46,9 45,6femmes 49,6 49,1 53,1 54,4âgeenfants (3-14 ans) 24,9 18,2 37,3 37,7adolescents (11-19 ans) 18,5 14,2 14,0 19,3jeunes (15-24 ans) 24,2 20,5 17,3 19,3adultes (25-49 ans) 37,5 37,9 35,6 33,3seniors (50 ans et plus) 13,5 23,4 9,8 9,7professionCSP+ 23,6 29,6 17,7 17,0CSP- 20,1 19,7 20,4 20,4inactifs 56,3 50,7 61,8 62,6habitatParis RP 33,3 32,5 25,4 23,2province 66,7 67,5 74,6 76,8habitudes de fréquentation cinémaassidus 29,3 28,2 17,7 12,0réguliers 45,9 51,4 49,0 44,6occasionnels 24,8 20,4 33,3 43,3total 100,0 100,0 100,0 100,0Base : films d’animation sortis en salles sur plus de 50 copies :18 films en 2005, 23 films en 2006, 19 films en 2007, 18 films en 2008 et 26 films en 2009.Source : Publixiné – Harris Interactive.d. Public des films d’animation selon le nombre d’entréesComme pour l’ensemble des films, la part des assidus et celle des occasionnels au sein dupublic d’un film d’animation varient en fonction de sa performance d’entrées : plus le nombred’entrées d’un film est faible, plus la part d’assidus est importante (28,2 % pour les filmsd’animation ayant réalisé moins de 100 000 entrées). A l’inverse, plus le nombre d’entréesréalisées par un film est élevé, plus le poids des occasionnels est important au sein de sonpublic (47,6 % pour les films à plus de quatre millions d’entrées). Les occasionnels selaissent en effet davantage porter par le bouche-à-oreille. Certains films rencontrant un largesuccès public, tels que Madagascar, Kung Fu Panda, les Simpson le film, ou Wall-E (plus de3 millions d’entrées chacun), attirent moins d’occasionnels que la moyenne des films, avecdes pourcentages compris entre 27,0 % et 39,0 %. Le succès de ces films repose davantagesur un public d’habitués : 72,4 % pour Madagascar, 61,2 % pour Kung Fu Panda, 60,2 %pour les Simpson le film et 60,2 % pour Wall-E. Le marché de l’animation 63
  • 64. Parallèlement, les moins de 25 ans sont sur-représentés quelque soit le nombre d’entréesréalisées par les films d’animation. En revanche, à mesure que le nombre d’entréesprogresse, la part des seniors diminue (14,1 % pour les films d’animation ayant réalisé moinsde 100 000 entrées, 10,4 % pour les films à plus de 4 millions d’entrées).Public des films d’animation sortis entre 2005 et 2009 selon le nombre d’entrées (%) <100000 100000-500000 500000-1 million 1-2 millions 2-4 millions >4 millionssexehommes 49,8 46,6 48,6 45,9 46,1 45,4femmes 50,2 53,4 51,4 54,1 53,9 54,6âgeenfants (3-14 ans) 32,5 37,3 37,6 38,9 36,3 33,9adolescents (11-19 ans) 13,3 15,0 13,2 15,6 20,7 21,3jeunes (15-24 ans) 15,7 16,1 17,0 16,3 21,6 22,1adultes (25-49 ans) 37,7 36,5 33,7 34,2 32,8 33,6seniors (50 ans et plus) 14,1 10,1 11,8 10,5 9,3 10,4professionCSP+ 18,2 18,1 19,4 17,1 17,4 18,1CSP- 21,5 20,4 18,0 20,1 20,5 21,4inactifs 60,3 61,5 62,6 62,7 62,1 60,5habitatParis RP 35,8 24,1 27,3 25,5 22,9 22,6province 64,2 75,9 72,7 74,5 77,1 77,4habitudes de fréquentation cinémaassidus 28,2 18,1 19,2 17,0 11,9 9,5réguliers 42,6 47,2 50,5 47,2 45,7 42,9occasionnels 29,1 34,7 30,3 35,8 42,4 47,6total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0Base : films d’animation sortis en salles sur plus de 50 copies :18 films en 2005, 23 films en 2006, 19 films en 2007, 18 films en 2008 et 26 films en 2009.Source : Publixiné – Harris Interactive.e. Public des films d’animation selon le mode de productionLe public des films en animation traditionnelle comme celui des films produits en numériqueest majoritairement composé de femmes (respectivement 52,8 % et 54,5 %). En revanche,les films employant d’autres techniques de production, tels que Wallace et Gromit, lemystère du Lapin-Garou ou les Noces funèbres, attirent davantage d’hommes (51,0 %).La présence de Persepolis parmi les films produits en animation traditionnelle a pourconséquence que la part des seniors (15,4 %) est plus importante que pour les autres filmsd’animation. La part des enfants est légèrement plus élevée pour les films produits ennumérique (38,8 %) que pour les films en animation traditionnelle (32,8 %). Le même constatpeut être fait pour les jeunes. Des films produits en numérique, tels que Volt, star malgré lui,les Chimpanzés de l’espace ou Bienvenue chez les Robinsons, attirent plus de 50 % de 3-10 ans.En termes d’habitudes de fréquentation, les films en animation numérique attirent moinsd’assidus (13,0 %) que les films produits de façon traditionnelle (19,4 %) ou avec d’autrestechniques (18,9 %). Les occasionnels sont sensibles au mode de production des filmsd’animation. En effet, ils composent 30,6 % du public des films en animation traditionnelle,alors que pour les films produits en numérique, leur part atteint 42,1 %.64 Le marché de l’animation
  • 65. Public des films d’animation sortis entre 2005 et 2009 selon le mode de production (%) films en animation films en animation autres traditionnelle numérique techniquessexehommes 47,2 45,5 51,0femmes 52,8 54,5 49,0âgeenfants (3-14 ans) 32,8 38,8 24,0adolescents (11-19 ans) 14,1 17,7 24,2jeunes (15-24 ans) 18,7 17,4 32,2adultes (25-49 ans) 34,1 34,2 34,1seniors (50 ans et plus) 14,4 9,6 9,7professionCSP+ 20,5 17,1 19,6CSP- 19,9 20,1 24,0inactifs 59,6 62,8 56,4habitatParis RP 27,8 23,3 27,0province 72,2 76,7 73,0habitudes de fréquentation cinémaassidus 19,4 13,0 18,9réguliers 50,0 44,9 48,6occasionnels 30,6 42,1 32,5total 100,0 100,0 100,0Base : films d’animation sortis en salles sur plus de 50 copies :18 films en 2005, 23 films en 2006, 19 films en 2007, 18 films en 2008 et 26 films en 2009.Source : Publixiné – Harris Interactive. Le marché de l’animation 65
  • 66. B. Le public des films d’animation selon les tranches d’âgeLes analyses qui suivent mettent en évidence les spécificités en termes d’âge du public de13 films sortis en 2008 et 2009, pour lesquels le nombre d’interviews est suffisant pour uneanalyse individuelle (films sortis sur plus de 50 copies et pour lesquels plus de200 interviews ont été réalisées auprès de spectateurs ayant vu le film).a. Les 3-14 ans dans le public des films d’animationC’est au sein du public de deux films d’animation américains que la part des 3-14 ans est laplus élevée : Volt, star malgré lui et les Chimpanzés de l’espace (plus de 50 %). Pour 8 filmsétudiés, les 3-14 ans sont sur-représentés au sein du public comparativement à l’ensembledes 13 films d’animation étudiés. A l’inverse, pour les 5 autres films, la part des 3-14 ans estplus faible que la moyenne (moins de 35 %). Ponyo sur la falaise de Hayao Miyazaki comptela part la plus faible de 3-14 ans au sein de son public (23,9 %).Part des 3-14 ans dans le public des films d’animation (%) Les Chimpanzés de lespace 52,5 Volt, star malgré lui 50,1 Arthur et la vengeance de Maltazard 46,9 Monstres contre Aliens 44,9 Mission-G 44,5 Horton 43,8 Madagascar 2 : la grande évasion 41,5 Kung Fu Panda 35,2 LÂge de glace 3 32,5 Là-haut 31,3 Wall-E 31,0 Le Drôle de Noël de Scrooge 25,2 Ponyo sur la falaise 23,9 0,0 10,0 20,0 30,0 40,0 50,0 60,0Base : 13 films d’animation sortis en salles en 2008 et 2009 et pour lesquels au moins 200 interviews ont été réalisées.Source : Publixiné – Harris Interactive.66 Le marché de l’animation
  • 67. b. Les 15-24 ans dans le public des films d’animationParmi les 13 films d’animation de l’échantillon, un seul film présente un publicmajoritairement composé de 15-24 ans : Ponyo sur la falaise de Hayao Miyazaki (34,2 %,contre 32,9 % d’adultes, 23,9 % d’enfants et 9,1 % de seniors). A l’inverse, 6 films comptentmoins de 15 % de 15-24 ans, dont un film moins de 10 % : les Chimpanzés de l’espace(7,0 %).Part des 15-24 ans dans le public des films d’animation (%) Ponyo sur la falaise 34,2 Wall-E 24,4 LÂge de glace 3 23,9 Là-haut 22,0 Le Drôle de Noël de Scrooge 21,7 Kung Fu Panda 19,1 Madagascar 2 : la grande évasion 15,2 Monstres contre Aliens 14,3 Horton 13,9 Mission-G 13,6 Volt, star malgré lui 11,0 Arthur et la vengeance de Maltazard 10,9 Les Chimpanzés de lespace 7,0 0,0 5,0 10,0 15,0 20,0 25,0 30,0 35,0Base : 13 films d’animation sortis en salles en 2008 et 2009 et pour lesquels au moins 200 interviews ont été réalisées.Source : Publixiné – Harris Interactive. Le marché de l’animation 67
  • 68. c. Les 25-49 ans dans le public des films d’animationLa part des 25-49 ans apparait relativement homogène dans le public des 13 filmsd’animation étudiés : elle est comprise entre 30 % et 39 % selon les films. Quatre filmsaffichent une part de 25-49 ans supérieure à celle des autres tranches d’âge : l’Âge deglace 3, Wall-E, Là-haut et le Drôle de Noël de Scrooge.Part des 25-49 ans dans le public des films d’animation (%) Le Drôle de Nël de 38,1 Scrooge Mission-G 36,9 Kung Fu Panda 35,0 Monstres contre Aliens 34,2 Madagascar 2 : la 33,9 grande évasion Là-haut 33,8 Wall-E 33,4 Arthur et la vengeance 32,9 de Maltazard Ponyo sur la falaise 32,9 LÂge de glace 3 32,7 Les Chimpanzés de 31,7 lespace Volt, star malgré lui 30,7 Horton 30,4 0,0 5,0 10,0 15,0 20,0 25,0 30,0 35,0 40,0Base : 13 films d’animation sortis en salles en 2008 et 2009 et pour lesquels au moins 200 interviews ont été réalisées.Source : Publixiné – Harris Interactive.68 Le marché de l’animation
  • 69. d. Les plus de 50 ans dans le public des films d’animationLes seniors sont toujours sous-représentés dans le public des films d’animation. 7 filmsparmi les 13 films de l’échantillon comptent moins de 10 % de plus de 50 ans dans leurpublic. Mission-G, film américain de Hoyt Yeatman, en compte même moins de 5 %. D’autrepart, les seniors représentent seulement entre 10 % et 15 % du public des six autres filmsétudiés.Part des plus de 50 ans dans le public des films d’animation (%) Le Drôle de Noël de Scrooge 15,0 Là-haut 13,0 Horton 11,9 Wall-E 11,2 LÂge de glace 3 10,9 Kung Fu Panda 10,7 Madagascar 2 : la grande évasion 9,5 Arthur et la vengeance de Maltazard 9,3 Ponyo sur la falaise 9,0 Les Chimpanzés de lespace 8,8 Volt, star malgré lui 8,2 Monstres contre Aliens 6,5 Mission-G 4,9 0,0 2,0 4,0 6,0 8,0 10,0 12,0 14,0 16,0Base : 13 films d’animation sortis en salles en 2008 et 2009 et pour lesquels au moins 200 interviews ont été réalisées.Source : Publixiné – Harris Interactive. Le marché de l’animation 69
  • 70. V. L’animation à la télévisionLa programmation de l’animation à la télévision répond à une logique particulière, comptetenu des habitudes du public auquel elle est généralement destinée. L’offre d’animation estcomposée de programmes audiovisuels et de films cinématographiques.A. L’offre d’animation à la télévisionFilms inclus, le volume d’animation diffusée à la télévision s’établit en 2009 à plus de4 200 heures sur les chaînes historiques, à plus de 6 700 heures sur les chaînes gratuites dela TNT et à plus de 85 000 heures sur les chaînes d’animation du câble, du satellite et del’ADSL.Volume d’animation audiovisuelle diffusée sur les chaînes hertziennes gratuites 2008 2009Chaînes hertziennes historiques¹ 3 738 h 51 4 036 h 30Chaînes de la TNT² 6 715 h 13 ndTotal chaînes hertziennes gratuites 10 454 h 04 nd¹ TF1, France 2, France 3, Canal+, France 5, M6.² Direct 8, W9, TMC, NT 1, NRJ 12, France 4, Virgin 17, Gulli.Source : Médiamétrie, CSA.Structure de l’offre d’animation audiovisuelle des chaînes hertziennes gratuites en 2008 TF1 8,9% France 2 0,3% France 3 10,0% Gulli Canal+ 38,3% 1,8% France 5 10,9% M6 Virgin 17 3,9% 2,3% W9 7,3% France 4 NRJ 12 NT 1 TMC 0,4% 6,7% 9,0% 0,3%Source : Médiamétrie, CSA.a. L’offre des chaînes historiquesL’offre de programmes audiovisuels d’animation à la télévision répond aux habitudes deconsommation particulières du public auquel elle est destinée. Ainsi, chaque chaîne adopte70 Le marché de l’animation
  • 71. une stratégie de programmation particulière afin de répondre le mieux possible aux attentesdu public et qui correspond à ses éventuels engagements de diffusion.L’offre d’animation sur l’ensemble de la journéeL’offre de programmes d’animation progresse sur toutes les chaînes historiques en 2009. Levolume horaire d’animation diffusé sur les chaînes hertziennes historiques (TF1, France 2,France 3, Canal+, France 5 et M6) augmente globalement de 8,4 % par rapport à 2008, à4 231 heures (films d’animation inclus, soit 194 heures). Ce volume représente 8,5 % de leuroffre totale de programmes en 2009 (7,8 % en 2008). L’offre d’animation progresse de33,5 % sur Canal+, de 10,8 % sur M6, de 8,0 % sur France 2, de 6,5 % sur TF1, de 5,4 %sur France 3 et de 5,1 % sur France 5. France 5 (1 200 heures), France 3 (1 107 heures) etTF1 (997 heures) demeurent les principaux diffuseurs d’animation. L’offre est plus réduitesur M6 (470 heures), Canal+ (418 heures dont 154 heures en clair) et France 2 (39 heures).Sur la tranche 19h00-03h00, Arte ne diffuse pas de programmes d’animation en 2009.Volume d’animation diffusée sur les chaînes historiques (h:mn)¹ 1440:00 1199:30 1107:19 1141:46 1050:15 996:34 935:34 960:00 418:08 423:49 469:48 480:00 313:14 36:20 39:15 0:00 TF1 France 2 France 3 Canal+ France 5 M6 2008 2009¹ Ensemble de la journée, sauf pour France 5 (diffusion 03h00-19h00) ; films inclus.Source : Médiamétrie TV Performances - Médiamat - copyright Médiamétrie - tous droits réservés.L’offre de programmes audiovisuels d’animation sur les chaînes hertziennes historiques croîtde 8,0 % entre 2008 et 2009. Le volume horaire des films d’animation augmente de 19,7 %dans le même temps. Il progresse notamment de plus de 12 heures sur M6, de plus de 9heures sur Canal+ et de plus de 6 heures sur France 5.Volume d’animation diffusée sur les chaînes historiques¹ 2008 2009 volume horaire dont films volume horaire dont filmsTF1 935 h 34 7 h 46 996 h 34 7 h 56France 2 36 h 20 1 h 06 39 h 15 4 h 35France 3 1 050 h 15 7 h 36 1107 h 19 7 h 49Canal+ 313 h 14 128 h 23 418 h 08 137 h 30France 5 1 141 h 46 1 h 18 1 199 h 30 7 h 36M6 423 h 49 15 h 58 469 h 48 28 h36total 3 900 h 59 162 h 09 4 230 h 33 194 h 03¹ Ensemble de la journée, sauf pour France 5 (03h00-19h00) ; films inclus.Source : Médiamétrie TV Performances - Médiamat - copyright Médiamétrie - tous droits réservés. Le marché de l’animation 71
  • 72. La programmation de l’animationL’offre d’animation de la télévision française étant largement destinée aux enfants, laprogrammation est adaptée aux disponibilités de cette cible. Elle est essentiellementprogrammée au sein des cases jeunesse de chacune des chaînes (les horaires desémissions mentionnés s’entendent hors vacances scolaires) : • TFou sur TF1 (6h45-8h30 du lundi au vendredi, jusqu’à 11h00 le mercredi, 6h45- 8h35 le samedi, 6h30-10h15 le dimanche). Par rapport à 2008, la programmation de la case du samedi matin est avancée plus tôt dans la matinée en 2009. La diffusion du dimanche est élargie. • KD2A sur France 2 (6h10-7h00 le samedi et le dimanche en ce qui concerne les programmes d’animation). La marque KD2A est supprimée en septembre 2009. Toutefois, des programmes d’animation restent diffusés « hors case » à la même heure le samedi et le dimanche. • Toowam (6h45-8h30 du lundi au vendredi, jusqu’à 11h00 le mercredi, 6h35-8h35 le samedi, 6h35-9h20 le dimanche), Chouette Toowam (8h35-11h00 le samedi) et Bunny Tonic (9h20-10h50 le dimanche) sur France 3. Il convient de rappeler que les cases de diffusion de fin de semaine avaient été élargies dans le courant de l’année 2008. Toowam et Chouette Toowam sont remplacées en fin d’année 2009 par une nouvelle marque, Ludo, mise en avant sur les différentes chaînes de France Télévisions. • Cartoon+ sur Canal+ (le dimanche de 7h10 à 8h00). De nombreux programmes d’animation sont toutefois diffusés en dehors de cette case sur la chaîne (notamment les Simpson). • Debout les zouzous (6h50-8h55 du lundi au vendredi, sauf le lundi jusqu’à 8h30 et sauf le mercredi jusqu’à 11h05 avant le mois de septembre 2009, 6h50-9h50 le samedi) et Midi les zouzous (12h00-13h35 du lundi au vendredi) sur France 5. Il convient de rappeler que les cases du mercredi et du samedi ont été élargies et la case du dimanche a été supprimée au second semestre 2008. • M6 Kid sur M6 (7h00-7h45 du lundi au vendredi sauf le mercredi de 6h35 à 9h00, 6h30-8h40 puis, à partir de mars 2009, 6h30-8h20 le samedi, 9h30-11h30 le dimanche, case élargie progressivement dans le courant de l’année 2009 jusqu’à 11h50, nouvelle case le mercredi de 10h35 à 11h40 à partir du mois de novembre 2009). Il convient de rappeler que la case de semaine a été mise en place en septembre 2008.Toutes les chaînes renforcent leur programmation d’animation en 2009 le matin avant 8h30.La matinale est la principale tranche de diffusion de l’animation à la télévision. 57,8 % del’offre totale d’animation diffusée sur les chaînes historiques est proposée entre 5h00 et 8h30en 2009, contre 52,2 % en 2008. Cette proportion s’élève à 86,5 % sur France 2, 76,0 % surTF1, 66,0 % sur M6, 55,2 % sur France 3 et 46,7 % sur France 5. La proportion del’animation diffusée avant 8h30 progresse fortement sur Canal+ : elle passe de 22,1 % en2008 à 41,7 % en 2009.72 Le marché de l’animation
  • 73. Volume d’animation diffusée sur les chaînes historiques avant 8h30 (h:mn)¹ 960:00 757:09 720:00 648:10 610:44 550:26 560:24 509:19 480:00 309:50 226:54 240:00 174:25 69:21 32:02 33:58 0:00 TF1 France 2 France 3 Canal+ France 5 M6 2008 2009¹ Programmes d’animation ayant débuté avant 8h30, films inclus.Source : Médiamétrie TV Performances - Médiamat - copyright Médiamétrie - tous droits réservés.Volume d’animation diffusée sur les chaînes historiques avant 8h30¹ 2008 2009 % de l’offre % de l’offre volume volume d’animation d’animation horaire horaire de la chaîne de la chaîneTF1 648 h 10 69,3 757 h 09 76,0France 2 32 h 02 88,1 33 h 58 86,5France 3 550 h 26 52,4 610 h 44 55,2Canal+ 69 h 21 22,1 174 h 25 41,7France 5 509 h 19 44,6 560 h 24 46,7M6 226 h 54 53,5 309 h 50 66,0total 2 036 h 10 52,2 2 446 h 30 57,8¹ Programmes d’animation ayant débuté avant 8 h 30, films inclus.Source : Médiamétrie TV Performances - Médiamat - copyright Médiamétrie - tous droits réservés.Les journées de repos scolaires constituent les principaux jours de diffusion de l’animation àla télévision. Le mercredi est le premier jour de diffusion de ce genre de programmes. Avecprès de 892 heures comptabilisées, il représente 21,1 % du volume horaire total d’animationdiffusée sur les chaînes hertziennes historiques en 2009 (20,7 % en 2008). Le dimanche etle samedi apparaissent en deuxième et troisième positions, avec respectivement 609 heureset 581 heures. Le volume d’animation diffusé sur les chaînes historiques est compris entre526 heures et 560 heures les jours d’école (lundi, mardi, jeudi et vendredi).Entre 2008 et 2009, l’offre d’animation diminue uniquement le samedi (-6 heures), en raisonde la baise de l’offre de M6 (-22 heures), de TF1 (-16 heures) et de France 2 (-3 heures).L’offre progresse le plus fortement le mercredi (+83 heures), notamment en raison del’augmentation de l’offre de France 5 (+32 heures) et M6 (+18 heures). Le volume horaired’animation est en hausse de près de 33 heures le dimanche sur TF1 et de près de 3 heuresle dimanche sur France 2. France 3 renforce également son offre de fin de semaine(+26 heures annuelles en cumul les samedis et dimanches). Le volume d’animationprogresse du lundi au vendredi sur Canal+ (+22 heures annuelles par jour en moyenne). Il Le marché de l’animation 73
  • 74. faut enfin noter la diminution de l’offre de Canal+ (-8 heures) et de France 5 (-38 heures) ledimanche.Le mercredi est le principal jour de diffusion des programmes d’animation sur toutes leschaînes à l’exception de France 2. 43,9 % du volume d’animation diffusée sur France 2 estprogrammé le dimanche. Alors que le dimanche était le premier jour de diffusion desprogrammes d’animation sur Canal+ en 2008 (30,9 % du volume total), la chaîne se rallie aupositionnement général : le mercredi capte 25,9 % de l’offre d’animation de la chaîne en2009 (contre 21,4 % le dimanche).Volume d’animation diffusée sur les chaînes historiques selon le jour (h:mn)¹ 960:00 891:42 809:02 840:00 720:00 560:09 586:33 580:38 599:26 608:53 600:00 525:41 490:37 533:08 530:20 479:37 474:20 480:00 461:25 360:00 240:00 120:00 0:00 2008 2009 2008 2009 2008 2009 2008 2009 2008 2009 2008 2009 2008 2009 Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche TF1 France 2 France 3 Canal+ France 5 M6¹ Ensemble de la journée, sauf pour France 5 (diffusion 03h00-19h00) ; films inclus.Source : Médiamétrie TV Performances - Médiamat - copyright Médiamétrie - tous droits réservés.Volume d’animation diffusée sur les chaînes historiques selon le jour en 2009¹ TF1 France 2 France 3 Canal+ France 5 M6 totallundi 128 h 06 2 h 10 131 h 39 48 h 08 177 h 02 38 h 35 525 h 41mardi 126 h 05 2 h 35 128 h 40 47 h 34 188 h 25 39 h 50 533 h 08mercredi 213 h 24 0 h 54 196 h 52 108 h 08 247 h 23 125 h 00 891 h 42jeudi 130 h 25 0 h 50 135 h 23 52 h 54 194 h 14 46 h 24 560 h 09vendredi 124 h 33 0 h 50 127 h 22 49 h 19 193 h 48 34 h 28 530 h 20samedi 101 h 28 14 h 43 195 h 34 22 h 43 164 h 02 82 h 08 580 h 38dimanche 172 h 32 17 h 13 191 h 49 89 h 20 34 h 37 103 h 22 608 h 53total 996 h 34 39 h 15 1 107 h 19 418 h 08 1 199 h 30 469 h 48 4 230 h 33¹ Ensemble de la journée, sauf pour France 5 (03h00-19h00) ; films inclus.Source : Médiamétrie TV Performances - Médiamat - copyright Médiamétrie - tous droits réservés.La programmation des chaînes est renforcée en période de vacances scolaires. En 2009, lesvacances scolaires couvrent 42,5 % des jours de l’année. L’offre d’animation apparaîtproportionnellement plus élevée à cette période : 48,5 % des volumes d’animation sont eneffet diffusés pendant les vacances scolaires. Si le différentiel total progresse de 0,5 pointentre 2008 et 2009, il baisse sur une majorité de chaînes (à l’exception de France 3 etFrance 5). Le volume horaire d’animation progresse de 12,5 % pendant les vacancesscolaires alors que la croissance est limitée à 4,9 % hors vacances scolaires. Laprogrammation d’animation est notamment plus abondante pendant les vacances surFrance 2, France 3 et Canal+. L’écart par rapport à la proportion annuelle de jours de74 Le marché de l’animation
  • 75. vacances atteint respectivement 10,4 points, 9,9 points et 9,1 points sur ces chaînes. Laprogrammation est la moins différenciée sur TF1 (écart de 2,7 points). Durant les vacancesscolaires, France 3 devance France 5 en tant que premier diffuseur de programmesd’animation en 2009 (580 heures contre 553 heures).L’offre d’animation pendant les vacances scolaires (%)¹ 100% 80% 41,6 47,1 47,6 47,6 48,4 46,9 50,5 53,2 54,8 53,6 57,1 53,9 60% 40% 58,4 52,9 52,4 52,4 51,6 53,1 49,5 20% 46,8 45,2 46,4 42,9 46,1 0% 2008 2009 2008 2009 2008 2009 2008 2009 2008 2009 2008 2009 TF1 France 2 France 3 Canal+ France 5 M6 vacances hors vacances¹ Les vacances scolaires couvrent l’ensemble des zones, soit en 2008 du 1er au 6 janvier, du 9 février au 9 mars, du 5 avril au 4mai, du 3 juillet au 1er septembre, du 25 octobre au 5 novembre et du 20 au 31 décembre, et en 2009 du 1er au 4 janvier, du7 février au 8 mars, du 4 avril au 3 mai, du 29 juin au 2 septembre, du 24 octobre au 4 novembre et du 19 au 31 décembre.Source : Médiamétrie TV Performances - Médiamat - copyright Médiamétrie - tous droits réservés.L’offre d’animation par formatEn 2009, le classement des formats d’animation selon le volume de diffusion sur les sixchaînes hertziennes historiques n’évolue pas par rapport à 2008. Les programmes de 23 à26 minutes restent majoritaires (41,1 % de l’offre) devant les 11-13 minutes (31,3 %), lesmoins de 8 minutes (21,8 %) et les formats longs (5,8 %). Toutefois, la part des programmesd’animation de 23-26 minutes diminue de 2,6 points en un an alors que celle des 11-13minutes progresse de 2,5 points.Les longs métrages d’animation sont le format dont le volume horaire progresse le plusfortement (+18,5 %) avec les programmes de 11 à 13 minutes (+17,6 %). La progression duvolume des 23-26 minutes (+2,1 %) et des moins de 8 minutes (+8,0 %) apparaît moinsrapide que la croissance globale du volume d’animation (+8,4 %).Volume d’animation diffusée sur les chaînes historiques selon le format en 2009¹ TF1 France 2 France 3 Canal+ France 5 M6 total %moins de 8 minutes 111 h 27 7 h 07 392 h 16 66 h 25 182 h 52 162 h 27 922 h 33 21,811 - 13 minutes 314 h 21 - 270 h 01 37 h 16 585 h 01 116 h 26 1 323 h 05 31,323 - 26 minutes 560 h 18 27 h 32 437 h 13 146 h 45 420 h 24 148 h 17 1 740 h 30 41,1longs formats 10 h 29 4 h 35 7 h 49 167 h 42 11 h 13 42 h 39 244 h 26 5,8dont films 7 h 56 4 h 35 7 h 49 135 h 35 7 h 36 28 h 36 192 h 07 4,5total 996 h 34 39 h 15 1 107 h 19 418 h 08 1 199 h 30 469 h 48 4 230 h 33 100,0¹ Ensemble de la journée, sauf pour France 5 (diffusion 03h00-19h00) ; films inclus.Source : Médiamétrie TV Performances - Médiamat - copyright Médiamétrie - tous droits réservés.En 2009, toutes les chaînes diffusent un volume horaire de films d’animation plus élevéqu’en 2008. L’offre de 23-26 minutes diminue sur TF1 et M6. L’offre de 11-13 minutes est en Le marché de l’animation 75
  • 76. baisse sur M6 et disparaît de l’antenne de France 2. L’offre de programmes de moins de8 minutes est en retrait sur France 3, Canal+ et France 5.Les 23-26 minutes composent toujours la majorité de l’offre de TF1 : la part de l’animation dece format sur la chaîne est toutefois en retrait de 15,4 points à 56,2 %. Parallèlement, lesformats de moins de 8 minutes et de 11-13 minutes progressent fortement. Sur France 2, laproportion des 23-26 minutes devient largement majoritaire (+14,2 points à 70,2 %). SurFrance 3, les 11-13 minutes représentent une proportion croissante de l’offre (24,4 % en2009, contre 16,3 % en 2008). Les 23-26 minutes constituent respectivement 35,1 % et35,0 % de l’offre de Canal+ et France 5 en 2009, contre 17,5 % et 30,3 % en 2008. Sur M6,l’évolution la plus significative concerne les formats de moins de 8 minutes dont la part passede 10,0 % en 2008 à 34,6 % en 2009.Structure de l’offre d’animation sur les chaînes historiques selon le format (%)¹ 100% 0,9 1,1 3,0 0,7 0,7 0,3 0,9 5,9 11,7 9,1 30,3 35,0 80% 40,8 39,5 40,1 54,4 43,8 31,6 56,2 56,0 60% 71,6 70,2 16,3 24,4 47,1 24,8 40% 35,1 48,8 17,5 31,5 4,9 40,3 31,4 42,2 20% 0,0 35,4 8,9 34,6 23,4 23,2 18,1 15,9 22,3 15,2 4,1 11,2 9,6 10,0 0% 2008 2009 2008 2009 2008 2009 2008 2009 2008 2009 2008 2009 TF1 France 2 France 3 Canal+ France 5 M6 moins de 8 minutes 11 - 13 minutes 23 - 26 minutes longs formats¹ Ensemble de la journée, sauf pour France 5 (diffusion 03h00-19h00) ; films inclus.Source : CNC, Médiamétrie TV Performances - Médiamat - copyright Médiamétrie - tous droits réservés.L’offre d’animation par nationalitéSur les six chaînes hertziennes historiques, l’offre d’animation française reste majoritaire etse renforce par rapport à 2008 (+2,3 points à 42,7 % du volume horaire total). La proportiond’animation américaine est stable (+0,1 point à 32,0 %). La part de l’animation européennenon française est en baisse de 2,9 points à 11,9 %. L’animation d’autres nationalités(principalement australienne, canadienne et japonaise) compose 13,4 % de l’offre en 2009,contre 12,9 % en 2008.Volume d’animation diffusée sur les chaînes historiques selon la nationalité en 2009¹ TF1 France 2 France 3 Canal+ France 5 M6 total %France 541 h 21 27 h 08 570 h 46 90 h 46 443 h 28 132 h 29 1 805 h 57 42,7Europe (hors France) 106 h 19 09 h 13 32 h 27 17 h 02 222 h 03 117 h 50 504 h 54 11,9Etats-Unis 295 h 01 02 h 54 464 h 01 252 h 28 264 h 44 75 h 09 1 354 h 18 32,0Autres nationalités 53 h 53 - 40 h 05 57 h 52 269 h 15 144 h 20 565 h 24 13,4total 996 h 34 39 h 15 1 107 h 19 418 h 08 1 199 h 30 469 h 48 4 230 h 33 100,0¹ Ensemble de la journée, sauf pour France 5 (diffusion 03h00-19h00) ; films inclus.Source : CNC, Médiamétrie TV Performances - Médiamat - copyright Médiamétrie - tous droits réservés.76 Le marché de l’animation
  • 77. En 2009, France 3 apparaît comme le premier diffuseur d’animation française et américainedevant TF1. Pour rappel, TF1 était le premier diffuseur d’animation française en 2008.Comme en 2008, France 5 est le principal diffuseur d’animation européenne non française etd’autres nationalités devant M6 en 2009.Les programmes d’animation diffusés en 2009 sont majoritairement français sur TF1 (54,3 %du total) et sur les chaînes de France Télévisions (69,1 % sur France 2, 51,5 % surFrance 3, 37,0 % sur France 5), ce qui n’était pas le cas sur France 3 et France 5 en 2008.Bien qu’en retrait, la part des œuvres américaines reste prépondérante sur Canal+ (60,4 %du total en 2009). M6 présente l’offre la plus équilibrée entre les différentes nationalités.Structure de l’offre d’animation sur les chaînes historiques selon la nationalité (%)¹ 0,0 0,0 4,4 3,6 1,0 100% 5,2 5,4 9,7 3,0 1,5 2,9 4,3 13,8 19,6 10,7 23,5 28,2 22,4 4,1 30,7 80% 28,6 29,6 7,4 48,2 41,9 18,5 27,0 60% 75,5 30,1 25,1 97,0 60,4 22,1 14,0 40% 16,0 69,1 15,5 56,6 54,3 51,5 20% 45,9 39,4 37,0 28,2 19,2 21,7 26,3 0% 2008 2009 2008 2009 2008 2009 2008 2009 2008 2009 2008 2009 TF1 France 2 France 3 Canal+ France 5 M6 France Etats-Unis Europe Autres¹ Ensemble de la journée, sauf pour France 5 (diffusion 3 h-19 h) ; films inclus.Source : CNC, Médiamétrie TV Performances - Médiamat - copyright Médiamétrie - tous droits réservés.b. L’offre des chaînes de la TNTL’émergence de la TNT en 2005 a fortement enrichi l’offre gratuite de programmesd’animation à la télévision. En 2008, le volume horaire d’animation diffusé est quasimentstable par rapport à 2007 (-0,3 %). Les chaînes gratuites de la TNT proposent 6 715 heuresd’animation, contre 6 734 heures en 2007, soit 64,2 % de l’offre d’animation de l’ensembledes chaînes hertziennes gratuites.Le volume d’animation offert aux téléspectateurs augmente sur cinq chaînes : W9 (+18,5 %),TMC (+107,0 %), NRJ 12 (+92,1 %), Virgin 17 (+141,8 %) et Gulli (+3,2 %). Il diminue de10,8 % sur NT 1 et de 92,3 % sur France 4. Le genre est supprimé de l’antenne de Direct 8en 2008. En volume, NRJ 12 enregistre la plus forte croissance (+337 heures). Avec 4 004heures en 2008, la chaîne jeunesse Gulli demeure le premier diffuseur d’animation deschaînes de la TNT. Elle propose à elle seule 59,6 % des programmes d’animation diffuséssur les chaînes gratuites de la TNT (57,6 % en 2007). Gulli s’impose également comme lapremière offre d’animation gratuite à la télévision, devant France 5 et France 3. NT 1 reste ledeuxième diffuseur d’animation parmi les chaînes TNT et le quatrième en prenant enconsidération l’ensemble des chaînes hertziennes gratuites. Elle propose près de944 heures d’animation en 2008. NRJ 12 et W9 diffusent respectivement 704 heures et Le marché de l’animation 77
  • 78. 761 heures d’animation dans l’année, soit un volume supérieur à celui diffusé par M6.Virgin 17 programme 238 heures de programmes d’animation. France 4 et TMC diffusentmoins de 40 heures de dessins animés chacune.Volumes d’animation diffusée sur les chaînes gratuites de la TNT (h:mn) 4800:00 4003:43 3880:33 3600:00 2400:00 1057:25 1200:00 760:51 943:41 703:35 642:18 366:19 503:43 172:01 13:08 27:11 38:39 98:15237:33 0:00 Direct 8 W9 TMC NT 1 NRJ 12 France 4 Virgin 17 Gulli 2007 2008Source : Bilans du CSA.Volumes d’animation diffusée sur les chaînes gratuites de la TNT depuis leur lancement ¹ 2005 2006 2007 2008Direct 8 nd nd 172 h 01 -W9 48 h 51 404 h 00 642 h 18 760 h 51TMC nd 12 h 37 13 h 08 27 h 11NT 1 928 h 00 1 107 h 14 1 057 h 25 943 h 41NRJ 12 17 h 00 186 h 42 366 h 19 703 h 35France 4 430 h 00 221 h 43 503 h 43 38 h 39Virgin 17 nd 209 h 50 98 h 15 237 h 33Gulli 473 h 16 3 919 h 44 3 880 h 33 4 003 h 43¹ Exercice incomplet en 2005. Direct 8, W9, TMC, NT1, NRJ 12 et France 4 ont été lancées le 31 mars 2005. Virgin 17 a débutésa diffusion en octobre 2005, Gulli en novembre 2005.Source : Bilans du CSA.La programmation de l’animationExcepté Gulli, l’offre d’animation des chaînes de la TNT peut être considérée commecomplémentaire de celle des chaînes hertziennes historiques dans la mesure où lesprogrammes diffusés sur les chaînes de la TNT s’adressent essentiellement à un publicd’adolescents et de jeunes adultes. La programmation de ces chaînes est adaptée, enconséquence, aux disponibilités de ces cibles spécifiques. Si ces programmes sont rarementproposés dans une case spécifique, quatre chaînes proposent néanmoins des rendez-vousréguliers dédiés au genre.La quasi-totalité des programmes d’animation diffusés sur NT 1 sont proposés dans la casejeunesse LGK en fin d’après-midi et en avant-soirée du lundi au vendredi, en matinée lessamedis-dimanches et, à partir de septembre 2008, le mercredi matin. Les mangas japonaisconstituent toujours la majorité de l’offre d’animation de la chaîne, ciblant principalement lesadolescents. Dragon Ball Z, Phénomène Naruto et Nicky Larson sont les titres les plus78 Le marché de l’animation
  • 79. diffusés. Selon le CSA, 1,8 % de l’offre d’animation de NT 1 est proposée en dehors descases jeunesse en 2008, contre 12,3 % en 2007.Plusieurs séries composent la programmation d’animation de W9. Les Simpson représententtoujours un des principaux piliers de la chaîne. La série d’animation américaine resteproposée à des horaires stratégiques : à la mi-journée, en avant-soirée et, tous les samedis,en première partie de soirée. W9 diffuse également deux soirées consacrées à la séried’animation Star Wars : The Clone Wars à l’occasion des fêtes de Noël 2008.L’offre d’animation de NRJ 12 s’adresse essentiellement aux adolescents : la sérieaméricaine Futurama constitue plus de la moitié de la programmation d’animation de lachaîne en volume horaire. Sur NRJ 12, les programmes d’animation sont majoritairementdiffusés en avant-soirée en 2008.Virgin 17 propose une offre axée autour des mangas japonais, destinée aux adolescents etaux jeunes adultes. A partir du 31 août 2008, la chaîne propose une case dédiée au genrebaptisée Manga Trash et diffusée le vendredi et le samedi en deuxième ou troisième partiede soirée. D’autres programmes sont diffusés dans l’année en fin d’après-midi ou en avant-soirée.France 4 ne propose pas de case spécifiquement dédiée à l’animation. La chaîne a, enoutre, réorienté son offre jeunesse vers la fiction. L’offre d’animation, programméeessentiellement la nuit (85 % entre 20h00 et 06h00 selon les données du CSA), correspondà la diffusion de trois séries destinées aux jeunes adultes.Sur TMC, la diffusion de l’animation est événementielle, la programmation généraliste de lachaîne n’intégrant pas de case dédiée à la jeunesse.En diffusion numérique, la programmation d’animation est complétée sur Arte par desœuvres diffusées dans la case Arte Junior les samedis et dimanches matins et sur France 5par la case Bonsoir les zouzous diffusée de 19h00 à 20h30 le dimanche ainsi que le samedià la même heure durant les vacances d’été 2008.Le cas particulier de GulliGulli propose plus du tiers (38,3 %) de l’animation diffusée sur les chaînes gratuites en 2008.La part de l’animation dans la grille de programmes de Gulli est encore majoritaire en 2008.Cependant, elle diminue chaque année depuis la création de la chaîne : 66 % du volumehoraire total en 2005, 65 % en 2006, 64 % en 2007 et 54 % en 2008. Pour la première foisen 2008, l’animation n’est plus le premier genre de programmes diffusé sur la tranche18h00-23h00. L’offre d’animation sur cette tranche diminue de 245 heures en raison de laprogression de l’offre de fiction, de divertissement et de film.Sur Gulli, la programmation des programmes d’animation est aménagée pour répondre auxdisponibilités des cibles visées. La chaîne propose en complément une case hebdomadairede première partie de soirée consacrée aux classiques de l’animation jeunesse (TéléGrenadine, le mardi en 2008).Si le volume horaire d’œuvres d’animation d’expression originale française diffusées sur Gulliest stable en 2008 (-0,3 %), l’offre européenne non EOF (+30,9 %) et l’offre étrangère(+8,3 %) sont en nette progression. Les programmes d’expression originale française restenttoutefois largement majoritaires sur la chaîne (73,5 % du volume total en 2008). Le marché de l’animation 79
  • 80. Volume d’animation diffusée sur Gulli selon la nationalité 2007 2008 volume % volume %expression originale française (EOF) 2 950 h 25 76,0 2 943 h 02 73,5européenne non EOF 236 h 44 6,1 309 h 59 7,7autre 693 h 24 17,9 750 h 42 18,8total 3 880 h 33 100,0 4 003 h 43 100,0Source : Bilan du CSA.c. L’offre des chaînes thématiques d’animationA l’offre gratuite des chaînes historiques et de la TNT, s’ajoute l’offre d’animation deschaînes thématiques diffusées sur le câble, le satellite et l’ADSL. En 2010, vingt chaînesdiffusant majoritairement des programmes d’animation sont disponibles (hors canaux dediffusion décalée), contre seize chaînes au début de l’année 2009. Cinq nouvelles chaînessont distribuées sur le territoire français : Gong TV et KZ TV sont lancées en 2009,Nickelodeon Junior, Kids Co, et Boing ! débutent leur diffusion au premier quadrimestre2010. En raison de l’évolution de sa ligne éditoriale, Filles TV, devenue June, a été exclue del’échantillon des chaînes étudiées.Les chaînes d’animation diffusées sur le câble, le satellite et l’ADSL en 2010¹Baby First Gong TVBaby TV Kids CoBoing ! KZ TVBoomerang MangasCanal J NickelodeonCartoon Network Nickelodeon JuniorDisney Channel (et Disney Channel +1) PiwiDisney Cinemagic (et Disney Cinemagic +1, Playhouse DisneyDisney XD (ex-Jetix) Télétoon (et Télétoon +1)Game One Tiji¹ Echantillon de chaînes proposant majoritairement de l’animation dans leurs grilles de programmes.Source : Distributeurs ; Guide des chaînes numériques – février 2010.Les chaînes d’animation s’adressent à des publics différents. Quatre catégories de chaînespeuvent être distinguées selon l’âge du public visé : • Les chaînes pour les enfants de moins de 3 ans : Baby First et Baby TV ; • Les chaînes pour les 3-6 ans : Boomerang, Piwi, Playhouse Disney, Nickelodeon Junior et Tiji ; • Les chaînes pour les 7-14 ans, qui sont les plus nombreuses : Boing !, Canal J, Cartoon Network, Disney Channel, Disney Cinémagic, Disney XD, KidsCo, Nickelodeon et Télétoon ; • Les chaînes pour les adolescents et les jeunes adultes (15-24 ans) : Game One, Gong TV, KZ TV et Mangas.Les chaînes thématiques jeunesse diffusent des proportions très variables d’animation et neproposent pas toutes des programmes sur l’ensemble de la journée.80 Le marché de l’animation
  • 81. D’après l’édition 2010 du Guide des chaînes numériques, Disney Channel, DisneyCinémagic, Disney XD et Game One proposent entre 40 % et 50 % d’animation dans leursgrilles. Les programmes d’animation représentent 70 % du temps d’antenne de Nickelodeon,entre 90 % et 95 % du volume horaire total de diffusion de Cartoon Network, Télétoon etPlayhouse Disney et la totalité de la programmation de Boomerang.En observant les grilles de programmes des autres chaînes jeunesse (à l’exception de BabyFirst et Baby TV), il apparaît que 90 % à 100 % de leurs grilles sont consacrés à desprogrammes d’animation.En tenant compte de ces différents éléments d’analyse, le volume annuel de diffusiond’animation peut être estimé à plus de 85 000 heures sur les chaînes thématiques jeunesseen 2009.Par ailleurs, même si elles ne peuvent pas être qualifiées de chaînes jeunesse, d’autreschaînes thématiques diffusent régulièrement des programmes d’animation, comme AB 1(mangas), Canal+ Family (animation audiovisuelle et cinématographique), MCM (mangas),MTV (programmes destinés aux jeunes adultes) et Orange CinéHappy (notamment dans lacase « HappyKids »).B. Les films d’animation à la télévisionCette partie analyse exclusivement la diffusion télévisuelle des longs métrages d’animationayant préalablement fait l’objet d’une sortie commerciale en salles de cinéma.a. L’offre de films d’animation des chaînes historiquesLes chaînes nationales hertziennes historiques (TF1, France 2, France 3, France 5, M6, Arteet Canal+) diffusent 66 œuvres cinématographiques d’animation en 2009, soit le plus hautniveau depuis dix ans. 42 (63,6 %) de ces films d’animation sont programmés par les seuleschaînes en clair.Le nombre de films d’animation diffusés sur les chaînes historiques a été multiplié par 4,7 endix ans. Cette augmentation est principalement le fait de M6 et de Canal+ qui ontrespectivement multiplié leur programmation par 3,1 et 24,0 entre 2000 et 2009. TF1, qui nediffusait pas de films d’animation, commence à le faire à partir de 2004. En 2009, elle endiffuse cinq, comme en 2008. France 2 est la chaîne qui programme le moins de filmsd’animation sur ces dix dernières années. A l’inverse, M6 est la chaîne en clair qui en diffusele plus, avec 22 films d’animation en 2009, soit son plus haut niveau d’offre. Pour ladeuxième année consécutive, Arte ne diffuse aucun film d’animation en 2009, alors qu’elleprogrammait entre un et quatre films par an les années précédentes. Le marché de l’animation 81
  • 82. Diffusion des films d’animation sur les chaînes historiques TF1 France 2 France 3 France 5 M6 Arte Canal+ total2000 - - 3 - 7 3 1 142001 - - 4 4 7 1 1 172002 - 1 7 3 3 1 12 272003 - 1 3 2 8 1 13 282004 2 2 2 8 11 2 16 43 12005 1 - 8 - 11 4 17 412006 - 2 2 3 9 1 14 312007 3 2 4 - 8 1 15 332008 5 1 6 3 13 - 22 502009 5 3 6 6 22 - 24 661 A partir de 2005, France 5 et Arte sont suivies pour leur programmation sur l’ensemble de la journée.Source : CNC-CSA.b. Saisonnalité de la diffusion des films d’animationLa diffusion des films d’animation sur les chaînes en clair est intensive pendant la périodedes fêtes de fin d’année : les mois de décembre et janvier concentrent 81,2 % des diffusions.Sur Canal+, ces deux mois concentrent 29,7 % des diffusions des films d’animation.Néanmoins, la chaîne programme également plus de 10 % de ses films d’animation en avril,pendant les vacances scolaires. Le Festival d’animation d’Annecy, qui a lieu début juin, estégalement l’occasion pour Canal+ de diffuser une part de films d’animation non négligeable :8,4 %, contre 4,0 % pour les chaînes en clair.Diffusions mensuelles de films d’animation sur la période 2000-2009 1 chaînes en clair % Canal+ % janvier 22 9,8 13 8,4 février 2 0,9 10 6,5 mars 3 1,3 10 6,5 avril 3 1,3 16 10,3 mai 7 3,1 11 7,1 juin 9 4,0 13 8,4 juillet 1 0,4 13 8,4 août 4 1,8 11 7,1 septembre 1 0,4 7 4,5 octobre 6 2,7 7 4,5 novembre 6 2,7 11 7,1 décembre 160 71,4 33 21,3 total 224 100,0 155 100,01 TF1, France 2, France 3, France 5, M6 et Arte.Source : CNC – CSA.c. Diffusion des films d’animation selon leur nationalitéEn 2009, 42,9 % des films d’animation diffusés par les chaînes en clair sont inédits (53,6 %en 2008 et 38,9 % en 2007), c’est-à-dire programmés pour la première fois en clair. Cettepart atteint 70,8 % sur Canal+ (en diffusion cryptée) en 2009 (72,7 % en 2008 et 66,7 % en2007).Sur les quatre principales chaînes (TF1, France 2, France 3 et M6), sont programmées en2009 22 diffusions de films d’animation français, 9 de films américains et 5 de filmseuropéens. Sur la période 2000-2009, 63,4 % de la programmation de films d’animation est82 Le marché de l’animation
  • 83. française. Les films d’animation américains représentent 23,8 % des diffusions et les filmseuropéens 12,2 %. Les films d’autres nationalités sont très peu représentés (0,6 %). Seul unfilm japonais a été diffusé depuis dix ans : Ghost in the Shell en 2001 sur M6.Diffusion des films d’animation selon leur nationalité sur TF1, France 2, France 3 et M6 films français films américains films européens autres films total nombre % nombre % nombre % nombre %2000 6 60,0 3 30,0 1 10,0 - - 102001 6 54,5 4 36,4 - - 1 9,1 112002 8 72,7 3 27,3 - - - - 112003 7 58,3 3 25,0 2 16,7 - - 122004 10 58,8 6 35,3 1 5,9 - - 172005 16 80,0 1 5,0 3 15,0 - - 202006 11 84,6 - - 2 15,4 - - 132007 10 58,8 5 29,4 2 11,8 - - 172008 13 52,0 7 28,0 5 20,0 - - 252009 22 61,1 9 25,0 5 13,9 - - 36Source : CNC-CSA.Répartition des diffusions selon la nationalité des films d’animation sur TF1, France 2, France 3et M6 (2000-2009) autres films films européens 0,6% 12,2% films français films américains 63,4% 23,8%Source : CNC-CSA.d. Diffusion des films d’animation selon l’horaireEn 2009, TF1, France 2, France 3 et M6 diffusent 14 films d’animation en première partie desoirée, soit 5 films de plus qu’en 2008. La diffusion des films d’animation en première partiede soirée débute à partir de 2000. Auparavant, tous les films d’animation étaient diffusés enjournée. La programmation en deuxième partie de soirée et la nuit reste marginale sur lapériode : respectivement 3,5 % de l’ensemble des diffusions entre 2000 et 2009. Les filmsd’animation en première partie de soirée composent 35,5 % de l’offre de ces dix dernièresannées. Ceci est le fait de M6, qui programme près de la moitié de ses films d’animation surcette tranche horaire. Depuis 2007, TF1 commence également à diffuser des filmsd’animation en soirée. Le marché de l’animation 83
  • 84. Les films d’animation étant destinés à un public jeune, la majorité de leur programmation alieu en journée. Ainsi, 57,6 % des films d’animation diffusés entre 2000 et 2009 sur TF1,France 2, France 3 et M6 sont-ils programmés entre 7h00 et 20h30. 1Diffusion des films d’animation selon l’horaire sur TF1, France 2, France 3 et M6 ère ème jour 1 partie de soirée 2 partie de soirée nuit total nombre % nombre % nombre % nombre %2000 5 50,0 4 40,0 1 10,0 - - 102001 7 63,6 2 18,2 2 18,2 - - 112002 8 72,7 3 27,3 - - - - 112003 6 50,0 5 41,7 1 8,3 - - 122004 10 58,8 7 41,2 - - - - 172005 13 65,0 7 35,0 - - - - 202006 7 53,8 4 30,8 - - 2 15,4 132007 9 52,9 6 35,3 1 5,9 1 5,9 172008 15 60,0 9 36,0 - - 1 4,0 252009 19 52,8 14 38,9 1 2,8 2 5,6 361 Jour : de 07h00 à 20h29 ; 1ère partie de soirée : de 20h30 à 22h20 ; 2ème partie de soirée : de 22h21 à 23h59 ;nuit : de 00h00 à 06h59.Source : CNC-CSA. 1Répartition des diffusions selon l’horaire sur TF1, France 2, France 3 et M6 (2000-2009) 2ème partie nuit de soirée 3,5% 3,5% 1ère partie de jour soirée 57,5% 35,5%1 Jour : de 07h00 à 20h29 ; 1ère partie de soirée : de 20h30 à 22h20 ; 2ème partie de soirée : de 22h21 à 23h59 ;nuit : de 00h00 à 06h59.Source : CNC-CSA.e. L’offre de films d’animation des chaînes de la TNT gratuiteEn 2009, cinq chaînes de la télévision numérique terrestre gratuite sur neuf proposent desfilms d’animation (quatre chaînes en 2008). Au total, elles programment 18 films qui donnentlieu à 30 diffusions (16 films pour 30 diffusions en 2008). Depuis 2005, date du lancement dela TNT, l’offre a été multipliée par 9.Sur ces cinq dernières années, toutes les chaînes nationales de la TNT (hors chaînesd’informations) ont programmé au moins une fois un film d’animation, à l’exception de LCP.84 Le marché de l’animation
  • 85. En 2009, seules France 4 (1 film, 2 diffusions), Gulli (8 films, 15 diffusions), NRJ 12 (1 film,3 diffusions), TMC (4 films, 5 diffusions) et W9 (4 films, 5 diffusions) diffusent des filmsd’animation.La majorité des films d’animation diffusés sur les chaînes gratuites de la TNT en 2009 sontsoit français (38,9 %), soit américains (38,9 %). 1Nombre de films d’animation diffusés sur les chaînes gratuites de la TNT 2005 2006 2007 2008 2009Direct 8 - 1 - - -France 4 - - 1 - 1Gulli - - 3 7 8LCP - - - - -NRJ 12 - - - - 1NT1 1 7 1 - -TMC - - - 3 4 2Virgin 17 - - - 5 -W9 1 - 2 1 4total 2 8 7 16 181 Si un film est diffusé sur la même chaîne plusieurs fois au cours d’une année dans un intervalle minimum de deux mois, alors ilaura des rangs de diffusion différents. Ce film sera alors comptabilisé comme un nouveau film à chaque nouveau rang.2 Au 1er janvier 2008, Europe 2 TV est devenue Virgin 17.Source : CNC-CSA.Nombre de films d’animation diffusés sur les chaînes gratuites de la TNT en 2009 selon lanationalité films français films américains films européens autres films totalFrance 4 - 1 - - 1Gulli 6 1 1 - 8NRJ 12 - 1 - - 1TMC - 4 - - 4W9 1 - 3 - 4total 7 7 4 - 18Source : CNC-CSA.C. L’audience de l’animation à la télévisionLa consommation des programmes d’animation à la télévision est stable en 2009 pourl’ensemble du public et chez les 4-10 ans. Elle est, en revanche, en légère baisse chez les11-14 ans. Comme en 2008, l’animation représente 2,5 % de la consommation destéléspectateurs âgés de 4 ans et plus en 2009 sur les chaînes hertziennes historiques (TF1,France 2, France 3, Canal+, France 5, M6). Les enfants, notamment les plus jeunes,surconsomment toujours les programmes d’animation diffusés à la télévision. En 2009,l’animation représente 8,7 % du temps d’écoute de la télévision des enfants âgés de 11 à14 ans (9,2 % en 2008) et 17,4 % de la consommation télévisuelle des 4-10 ans (17,4 % en2008), alors que l’offre de programmes d’animation (films inclus) représente 8,5 % de l’offreglobale des chaînes historiques. Exprimée en heures, la durée d’écoute des programmesd’animation atteint en moyenne 39 heures chez les 11-14 ans et 72 heures chez les 4-10 ans en 2009. Le marché de l’animation 85
  • 86. Offre et consommation danimation à la télévision (%)¹ 4 ans et plus 4-10 ans 11-14 ans 2008 2009 2008 2009 2008 2009offre 7,8 8,5 7,8 8,5 7,8 8,5consommation 2,5 2,5 17,4 17,4 9,2 8,7Lecture : En 2009, l’animation compose 8,5 % de l’offre de programmes des chaînes hertziennes historiques et représente8,7 % du temps d’écoute des téléspectateurs âgés de 11 à 14 ans.¹ Sur les chaînes hertziennes historiques (TF1, France 2, France 3, Canal+, France 5 03h00-19h00 et M6).Source : Médiamétrie TV Performances - Médiamat - copyright Médiamétrie - tous droits réservés.Consommation télévisuelle par âge et par genre en 2009¹ 4 ans et plus 4-10 ans 11-14 ans 8,7% 2,5% 17,4% 97,5% 82,6% 91,3% animation autres genres¹ Sur les chaînes hertziennes historiques (TF1, France 2, France 3, Canal+, France 5 03h00-19h00 et M6).Source : Médiamétrie TV Performances - Médiamat - copyright Médiamétrie - tous droits réservés.a. L’audience sur les chaînes historiquesEn 2009, la part d’audience de l’animation sur l’ensemble du public (4 ans et plus) se situeen-deçà de celle de la moyenne des programmes pour toutes les chaînes à l’exception deFrance 3. L’ensemble des programmes d’animation diffusés sur France 3 réalisent une partd’audience identique à la part d’audience moyenne de la chaîne tous genres confondus(11,8 %). En ce qui concerne les autres chaînes, l’écart par rapport à la moyenne del’ensemble des programmes apparaît plus marqué pour les chaînes privées (-13,6 pointspour TF1, -5,2 points pour M6) que pour les chaînes publiques (-1,3 point pour France 2,-1,4 point pour France 5).Les programmes d’animation étant essentiellement destinés aux enfants, la part d’audiencede ces programmes sur ces tranches d’âges (4-10 ans et 11-14 ans) apparaît en revanchenettement plus élevée pour toutes les chaînes. La part d’audience de l’animation sur TF1atteint par exemple 12,5 % sur les 4 ans et plus, 26,2 % sur les 4-10 ans et 20,5 % sur les11-14 ans.86 Le marché de l’animation
  • 87. Part d’audience de l’animation sur l’ensemble de la journée¹ (%) 4 ans et plus 4-10 ans 11-14 ans 2008 2009 2008 2009 2008 2009TF1 14,1 12,5 25,2 26,2 20,9 20,5France 2 10,0 15,4 4,3 26,4 8,6 21,2France 3 12,6 11,8 23,5 22,0 26,4 23,8Canal+ 1,9 1,6 3,6 2,5 3,4 3,4France 5 4,1 3,7 15,3 14,0 6,3 6,4M6 7,0 5,6 10,4 9,6 12,1 9,1¹ France 5 : diffusion 03h00-19h00 ; films inclus.Source : Médiamétrie TV Performances - Médiamat - copyright Médiamétrie - tous droits réservés.Part d’audience de l’animation diffusée avant 8h30¹ (%) 4 ans et plus 4-10 ans 11-14 ans 2008 2009 2008 2009 2008 2009TF1 11,8 10,7 29,7 31,2 18,6 18,9France 2 9,5 9,6 4,8 7,9 8,9 5,5France 3 10,5 8,3 21,5 17,9 33,8 25,5Canal+ 2,3 1,0 3,0 1,6 2,5 1,4France 5 4,2 3,3 10,8 10,1 3,2 2,8M6 4,6 3,1 8,7 9,0 6,8 5,6¹ France 5 : diffusion 03h00-19h00 ; films inclus.Source : Médiamétrie TV Performances - Médiamat - copyright Médiamétrie - tous droits réservés.Sur les 4-10 ans, France 2 enregistre en 2009 la part d’audience de l’animation la plusélevée de toutes les chaînes hertziennes historiques (26,4 %), devant TF1 (26,2 %) qui sesituait en première position en 2008. Cette évolution, ainsi que la progression de la partd’audience de l’animation sur France 2, s’expliquent par la programmation de deux filmsd’animation en première partie de soirée sur la chaîne en 2009. TF1 reste ainsi en tête surl’animation diffusée avant 08h30 (31,2 %) avec une avance de 13,3 points sur son premierconcurrent (France 3, 17,9 %). Sur les 4-10 ans, France 2 et TF1 précèdent France 3(22,0 %) et France 5 (14,0 %) sur l’ensemble de la journée. Avant 08h30, TF1 et France 3devancent France 5 (10,1 %) et M6 (9,0 %).Sur l’ensemble de la journée en 2009, la part d’audience de l’animation chez les 4-10 ansprogresse sur TF1 et France 2 et diminue de 0,8 point à 1,5 point sur les autres chaînes. Surles programmes proposés avant 08h30, la part d’audience de l’animation diminue surFrance 3 (-3,6 points), Canal+ (-1,4 point) et France 5 (-0,7 point) et progresse sur M6(+0,3 point), TF1 (+1,5 point) et France 2 (+3,1 points).France 3 demeure la première chaîne de l’animation pour les 11-14 ans. En 2009, la partd’audience de son offre d’animation s’élève à 23,8 % sur l’ensemble de la journée et à25,5 % pour les diffusions avant 08h30. Sur cette cible, France 3 se positionne ainsi devantFrance 2 (21,2 %) et TF1 (20,5 %) sur l’ensemble de la journée et devant TF1 (18,9 %) etM6 (5,6 %) pour l’offre d’animation diffusée avant 08h30.En termes d’évolution, la part d’audience de l’animation chez les 11-14 ans sur l’ensemblede la journée augmente sur France 2 (+12,6 points) et France 5 (+0,1 point). Elle est stablesur Canal+ et diminue sur TF1 (-0,4 point), France 3 (-2,6 points) et M6 (-3,0 points). Avant08h30, la part d’audience de l’animation chez les 11-14 ans progresse uniquement sur TF1(+0,3 point). Elle diminue de 0,4 point (France 5) à 8,3 points (France 3) sur les autreschaînes. Le marché de l’animation 87
  • 88. Les 4-10 ans constituent le cœur de cible des programmes d’animation pour la majorité deschaînes. Tous horaires confondus, les programmes d’animation diffusés en 2009 sur TF1,France 2, France 5 et M6 présentent une part d’audience plus élevée chez les 4-10 ans quechez les 11-14 ans. Sur France 3 et Canal+, l’animation est, au contraire, plus performantepour les 11-14 ans. A l’exception de Canal+, ces tendances sont les mêmes pour l’offred’animation diffusée avant 08h30. Comme en 2008, l’offre d’animation de Canal+ en clairenregistre, logiquement, une part d’audience supérieure à celle de l’ensemble desprogrammes d’animation de la chaîne en 2009 (2,8 % sur les 4-10 ans et 5,0 % sur les 11-14ans).Part d’audience de l’animation chez les 4-10 ans (%)¹ 30 25,2 26,2 26,4 23,5 22,0 20 15,3 14,0 10,4 9,6 10 4,3 3,6 2,5 0 TF1 France 2 France 3 Canal+ France 5 M6 2008 2009¹ Ensemble de la journée ; films inclus.Source : Médiamétrie TV Performances - Médiamat - copyright Médiamétrie - tous droits réservés.Part d’audience de l’animation chez les 11-14 ans (%)¹ 30 26,4 23,8 20,9 20,5 21,2 20 12,1 8,6 9,1 10 3,4 3,4 6,3 6,4 0 TF1 France 2 France 3 Canal+ France 5 M6 2008 2009¹ Ensemble de la journée ; films inclus.Source : Médiamétrie TV Performances - Médiamat - copyright Médiamétrie - tous droits réservés.En 2009, la part d’audience de l’animation apparaît plus élevée pendant les vacancesscolaires que sur l’intégralité de l’année pour l’ensemble des chaînes à l’exception de Canal+sur les 4 ans et plus, pour France 2, France 3 et M6 sur les 4-10 ans, pour TF1, France 2 etM6 sur les 11-14 ans. Les performances de l’animation pendant les vacances sont, aucontraire, nettement en-deçà de celles de l’ensemble de l’année pour TF1 sur les 4-10 ans(23,8 % contre 26,2 %). Il convient de rappeler que TF1 est la chaîne dont l’offre est la moinsdifférenciée entre les diffusions durant les vacances scolaires et les diffusions en dehors despériodes de vacances.88 Le marché de l’animation
  • 89. Part d’audience de l’animation pendant les vacances scolaires¹ (%) 4 ans et plus 4-10 ans 11-14 ans 2008 2009 2008 2009 2008 2009TF1 14,9 12,6 23,6 23,8 22,7 21,1France 2 10,4 17,0 4,2 31,4 8,7 24,1France 3 12,8 12,0 23,7 23,0 25,1 23,4Canal+ 2,1 1,3 3,8 2,2 3,2 2,7France 5 4,6 3,8 15,4 13,6 5,7 5,7M6 8,0 6,8 11,9 11,8 14,4 11,5¹ Les vacances scolaires couvrent l’ensemble des zones, soit en 2008 du 1er au 6 janvier, du 9 février au 9 mars, du 5 avril au 4mai, du 3 juillet au 1er septembre, du 25 octobre au 5 novembre et du 20 au 31 décembre, et en 2009 du 1er au 4 janvier, du7 février au 8 mars, du 4 avril au 3 mai, du 29 juin au 2 septembre, du 24 octobre au 4 novembre et du 19 au 31 décembre.Ensemble de la journée ; films inclusSource : Médiamétrie TV Performances - Médiamat - copyright Médiamétrie - tous droits réservés.Sur les trois cibles étudiées (4 ans et plus, 4-10 ans et 11-14 ans), les formats longsréalisent les meilleures performances de l’animation pour trois chaînes sur six : TF1,France 2 et M6. En 2009, sur les 4-10 ans, la part d’audience moyenne des longs métragesd’animation s’établit notamment à 51,1 % sur TF1, à 31,9 % sur France 2 et à 21,0 % surM6. En dehors des formats longs, dont les résultats d’audience sont fortement impactés parla diffusion des films, les programmes de moins de 8 minutes réalisent les meilleuresperformances chez les 4-10 ans sur TF1, France 3 et M6. Sur cette cible, les programmesde 23-26 minutes atteignent la part d’audience la plus élevée sur France 2, Canal+ etFrance 5. En ce qui concerne les 11-14 ans, les 23-26 minutes enregistrent les partsd’audience les plus élevées sur France 2, France 3, Canal+ et France 5. Sur cette cible, lesprogrammes de 11-13 minutes réalisent les meilleures performances sur TF1 et M6.Comme en 2008, les meilleures performances de l’animation sur TF1 sont réalisées en 2009par les formats longs sur les trois cibles (4 ans et plus, 4-10 ans et 11-14 ans). Ils sont suivispar les programmes de moins de 8 minutes sur les 4 ans et plus et les 4-10 ans et par lesprogrammes de 11-13 minutes sur les 11-14 ans. En 2009, la part d’audience des moins de8 minutes et des 11-13 minutes progresse nettement sur les 4-10 ans alors que la partd’audience des formats longs est en forte baisse sur les 4-10 ans et les 11-14 ans.Sur France 2, ce sont également les formats longs, suivis des 23-26 minutes et des moinsde 8 minutes, qui réalisent les meilleures performances d’audience sur les trois ciblesétudiées. La part d’audience des formats longs enregistre la plus forte progression de tousles formats sur la chaîne.Sur France 3, les programmes de moins de 8 minutes et de 23-26 minutes affichent lesmeilleures performances de l’animation devant les 11-13 minutes et les formats longs. Surles 4-10 ans et les 11-14 ans, l’ensemble des formats enregistrent des résultats en baisse àl’exception des formats longs (respectivement +1,2 point et +1,8 point).Sur Canal+, les programmes de 23-26 minutes se placent en première position en partd’audience (impact de la diffusion en clair des Simpson), devant les formats longs sur lestrois cibles étudiées. Les 23-26 minutes sont le seul format à présenter une part d’audienceen croissance entre 2008 et 2009 sur la chaîne. Les programmes de moins de 8 minutesaffichent la plus forte baisse.Sur France 5, l’animation au format de 23-26 minutes apparaît également en tête en partd’audience sur les 4-10 ans et les 11-14 ans. Sur les 4 ans et plus, les 11-13 minutes sont Le marché de l’animation 89
  • 90. les mieux placés. La progression de la part d’audience des programmes de moins de8 minutes, de 11-13 minutes et des formats longs chez les 11-14 ans constitue l’évolution laplus significative sur la chaîne en 2009.Enfin, sur M6, les meilleures performances sont réalisées en 2009 par les formats longs,devant les moins de 8 minutes sur les 4-10 ans, les 11-13 minutes sur les 11-14 ans et les23-26 minutes sur les 4 ans et plus. L’ensemble des parts d’audience sont en baisse parrapport à 2008, à l’exception de celle des programmes de moins de 8 minutes sur les 4-10 ans (+2,6 points).Part d’audience de l’animation selon le format en 2009¹ (%) TF1 France 2 France 3 Canal+ France 5 M6 4 ans et plus 12,8 8,3 13,1 0,7 3,6 2,8moins de 8 minutes 4-10 ans 31,3 2,9 22,8 1,2 13,2 9,6 11-14 ans 20,9 4,1 24,1 1,0 4,6 4,6 4 ans et plus 11,1 - 9,1 0,8 3,9 4,811 - 13 minutes 4-10 ans 25,1 - 19,6 0,9 13,4 8,5 11-14 ans 21,5 - 23,1 1,2 6,0 8,6 4 ans et plus 12,0 9,7 12,2 1,9 3,6 5,023 - 26 minutes 4-10 ans 24,1 5,1 22,5 2,9 15,5 6,3 11-14 ans 18,6 6,5 24,1 5,1 7,6 7,9 4 ans et plus 25,7 17,8 7,7 1,4 2,6 9,9 2longs formats 4-10 ans 47,7 31,9 15,5 2,5 7,8 20,1 11-14 ans 40,2 24,9 12,9 2,4 4,1 16,6¹ Ensemble de la journée, sauf pour France 5 (diffusion 03h00-19h00).2 Films inclus.Source : Médiamétrie TV Performances - Médiamat - copyright Médiamétrie - tous droits réservés.Part d’audience des films d’animation en 2009¹ (%) 4 ans et plus 4-10 ans 11-14 ansTF1 26,2 51,1 42,6France 2 17,8 31,9 24,9France 3 7,7 15,5 12,9Canal+ 1,5 2,7 2,6France 5 2,5 7,3 3,7M6 9,9 21,0 18,2¹ Ensemble de la journée, sauf pour France 5 (diffusion 03h00-19h00).Source : Médiamétrie TV Performances - Médiamat - copyright Médiamétrie - tous droits réservés.Les programmes américains renforcent leur domination sur le cœur de cible de l’animation(les 4-10 ans). En 2009, France 5 est la seule chaîne sur laquelle l’animation américainen’est pas en première position en part d’audience sur les 4-10 ans. Les œuvres françaisesréalisent la meilleure performance de l’animation sur France 5 sur cette cible (15,2 %). Lesprogrammes américains affichent une part d’audience de 29,0 % sur TF1, de 32,5 % surFrance 2, de 23,2 % sur France 3, de 2,9 % sur Canal+ et de 11,4 % sur M6. Sur les 4-10 ans, la part d’audience de l’animation française est toutefois supérieure à la partd’audience moyenne de l’animation sur France 3 et M6.L’animation française est mieux positionnée sur les 11-14 ans. Elle précède l’animationaméricaine sur TF1 (21,7 % contre 19,3 %), France 3 (25,3 % contre 22,4 %), France 5(7,5 % contre 6,3 %) et M6 (11,4 % contre 9,9 %). Sur ces quatre chaînes, la part d’audiencede l’animation française est ainsi supérieure à la part d’audience moyenne de l’animationchez les 11-14 ans.90 Le marché de l’animation
  • 91. Sur TF1, seules les parts d’audience sur les 4-10 ans augmentent en 2009 : +1,0 point pourl’animation française, +1,8 point pour l’animation européenne et américaine par rapport à2008. Sur France 2, seuls les programmes européens affichent une progression significativesur les trois cibles (4 ans et plus, 4-10 ans et 11-14 ans). Sur France 3 et M6, la quasi-totalité des parts d’audience diminuent et plus particulièrement celles des programmeseuropéens non français. Sur Canal+, l’animation française et américaine enregistre desperformances en baisse alors que celles de l’animation européenne et d’autres nationalitésaugmentent. Enfin, sur France 5, l’animation française et européenne présente des partsd’audience en progression sur les 4-10 ans et les 11-14 ans alors que l’animation américaineet d’autres nationalités est en retrait.Part d’audience de l’animation selon la nationalité en 2009¹ (%) TF1 France 2 France 3 Canal+ France 5 M6 4 ans et plus 12,4 9,0 11,2 0,8 3,7 7,1France 4-10 ans 24,8 8,5 21,2 1,1 15,2 9,9 11-14 ans 21,7 4,9 25,3 1,2 7,5 11,4 4 ans et plus 9,2 10,1 7,7 1,0 4,3 3,7Europe (hors France) 4-10 ans 25,0 2,8 17,4 2,5 12,7 6,9 11-14 ans 17,6 6,8 19,7 1,4 4,2 6,7 4 ans et plus 13,4 18,5 12,9 1,8 3,6 6,7Etats-Unis 4-10 ans 29,0 32,5 23,2 2,9 13,7 11,4 11-14 ans 19,3 25,2 22,4 4,2 6,3 9,9 4 ans et plus 11,0 - 7,2 0,9 3,6 3,0autres nationalités 4-10 ans 22,1 - 14,0 1,8 13,1 9,8 11-14 ans 18,6 - 19,5 0,5 5,7 5,1¹ Ensemble de la journée, sauf pour France 5 (diffusion 03h00-19h00) ; films inclus.Source : Médiamétrie TV Performances - Médiamat - copyright Médiamétrie - tous droits réservés.b. L’audience sur les chaînes gratuites de la TNTAucune information synthétique n’est disponible concernant les audiences des programmesd’animation sur les chaînes gratuites de la TNT. Le film français d’animation Astérix et lesVikings, diffusé le 27 octobre 2009 sur W9, enregistre la meilleure audience annuelle de ceschaînes (1,5 million de téléspectateurs), devant deux programmes de fiction. Un épisode dela série américaine d’animation les Simpson enregistre, toujours sur W9, la treizième plusforte audience des chaînes de la TNT en 2009 (1,2 million de téléspectateurs). Toutefois, enraison de l’augmentation de la puissance de ces chaînes, le premier épisode des Simpsonse classe à la huitième position des meilleures audiences de W9 en 2009, après avoiroccupé la troisième position en 2008.Gulli, la principale chaîne diffusant des programmes d’animation parmi les chaîneshertziennes gratuites, est la troisième chaîne de la TNT en 2009 avec 1,8 % de partd’audience nationale (1,5 % en 2008, 0,8 % en 2007). En journée (c’est-à-dire hors soirées),le classement des cinq meilleures audiences de l’année 2009 sur Gulli est composé de cinqépisodes de séries d’animation : Woody Woodpecker (795 000 téléspectateurs le 8 janvier à17h50), Shuriken School (771 000 téléspectateurs le 23 février à 18h20), Famille Pirate(750 000 téléspectateurs le 12 décembre à 18h30), Corneil et Bernie(736 000 téléspectateurs le 23 février à 18h45) et la Panthère rose (701 000 téléspectateurs Le marché de l’animation 91
  • 92. le 20 décembre à 18h30). Sur la tranche 13h30-19h00, Gulli se classe en tête des chaînesauprès des 4-10 ans, avec 20,3 % de part daudience nationale pendant les vacances d’hiver2010.Par ailleurs, d’après des informations parues dans la presse, le film d’animation Robin desbois réunit près d’un million de téléspectateurs le 26 octobre 2009 en première partie desoirée sur TMC. Sur Gulli, le film d’animation Princes et Princesses rassemble326 000 téléspectateurs le 20 octobre 2009 à 20h45. Enfin, sur France 4, dans la casejeunesse Ludo, la série d’animation Code Lyoko rassemble 230 000 téléspectateurs pendantles vacances de Noël 2009.c. L’audience des chaînes thématiques d’animationD’après les derniers résultats d’audience des chaînes thématiques diffusées sur le câble, lesatellite et l’ADSL, l’échantillon des chaînes thématiques d’animation étudiées recueille5,6 % de part d’audience entre septembre 2009 et février 2010, contre 5,4 % un an plus tôt.Disney Channel (0,9 %) est la première chaîne jeunesse en part d’audience devantPlayhouse Disney (0,7 %) et Tiji (0,5 %). En évolution annuelle, Canal J enregistre la plusforte diminution (-0,4 point de part d’audience). Disney Channel, Nickelodeon et PlayhouseDisney progressent de 0,2 point chacune. Sur le public des 4-10 ans, Disney Channel seplace également en première position avec 4,6 % de part d’audience. Game One est ladeuxième chaîne thématique la plus suivie par les 15-34 ans.Part d’audience des chaînes thématiques d’animation¹ (%) septembre 2008 septembre 2009 – février 2009 – février 2010Boomerang 0,3 0,3Canal J 0,7 0,3Cartoon Network 0,2 0,3Disney Channel 0,7 0,9Disney Channel +1 0,1 0,1Disney Cinemagic 0,2 0,2Disney Cinemagic +1 0,1 0,1Disney XD² 0,7 0,4Game One 0,3 0,4Mangas 0,1 0,1Nickelodeon 0,1 0,3Nickelodeon Junior³ - <0,1Piwi 0,3 0,4Playhouse Disney 0,5 0,7Télétoon 0,4 0,4Télétoon +1 0,1 0,2Tiji 0,6 0,5Total 5,4 5,6¹ Echantillon de chaînes proposant majoritairement de l’animation dans leurs grilles de programmes et souscrivant à l’étuded’audience MédiaCabSat.² Le 1er avril 2009, Jetix est devenue Disney XD.³ Nickelodeon Junior est lancée le 26 janvier 2010.Source : Médiamétrie – MédiaCabSat – Ensemble de la journée, 4 ans et plus.92 Le marché de l’animation
  • 93. VI. L’exportation des programmes audiovisuelsd’animationLes résultats des programmes audiovisuels français à l’exportation présentés ci-après sontissus d’une enquête conduite à l’échelon national par le CNC et TV France International,auprès des professionnels de la production et de la vente de programmes audiovisuels. Pourplus de détails, consulter l’édition 2009 de L’exportation des programmes audiovisuels en2008, publiée par le CNC en collaboration avec TV France International. Les donnéesrelatives aux ventes de programmes audiovisuels pour l’année 2009 ne sont pas encoredisponibles au moment de la publication de cette étude.L’année 2008 est marquée par l’apparition de la crise économique au quatrième trimestresur les principaux marchés internationaux. Ainsi, les recettes publicitaires des chaînesétrangères sont en recul, ce qui vient réduire leur capacité d’achat de programmes, donc deprogrammes français. Dans ce contexte difficile, les ventes de programmes audiovisuelsatteignent 110,0 M€ (-7,3 % par rapport à 2007). Ce tassement conjoncturel s’explique par labaisse des ventes de programmes d’animation (-26,5 %) et dans une moindre mesure de lacatégorie « autres programmes » (information, divers, etc.), dont les ventes cumuléesreculent de 11,9 %. En 2009, les préventes diminuent de 12,2 % à 35,4 M€, en raison d’unebaisse des préventes de fiction. Les apports en coproduction suivent une tendance inverse(+10,4 M€ à 59,2 M€), essentiellement grâce à la poussée de l’animation.Les exportations de programmes audiovisuels français (M€) 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 Evol. 09/08Ventes ¹ 129,3 126,7 106,1 104,3 108,2 112,5 115,0 118,8 110,0 NDPréventes ² 48,4 68,0 48,6 32,3 38,6 38,1 42,0 33,9 40,4 35,4 -12,2%Total ventes et préventes 177,7 194,7 154,7 136,6 146,8 150,6 157,0 152,6 150,4 NDCoproductions ² 122,1 117,3 103,6 111,5 86,5 67,7 61,3 63,8 53,6 59,2 +10,4%¹ Y compris ventes à TV5 et CFI.² A partir de 2003, les préventes et les coproductions intègrent le spectacle vivant.ND : les données sur les ventes en 2009 seront disponibles à partir de septembre 2010.Source : CNC – TV France International.A. Les performances de l’animation française à l’internationalEn 2008, les ventes de programmes d’animation à l’étranger diminuent pour la troisièmeannée consécutive (-26,5 % à 30,7 M€). Cette évolution est à mettre en parallèle avec lerecul du volume de production d’animation française observé en 2008 (259 heures aidées en2008, contre 314 en 2007). L’animation représente 27,9 % des recettes totales d’exportationen 2008, contre 35,1 % en 2007. Le marché de l’animation 93
  • 94. Les exportations de programmes français d’animation (M€) 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 Evol. 09/08Ventes ¹ 44,8 56,4 45,0 38,2 39,5 45,3 42,6 41,7 30,7 NDPréventes 17,5 42,2 24,3 18,9 21,5 21,9 24,0 18,3 17,2 20,6 +19,9%Total ventes et préventes 62,3 98,6 69,3 57,1 61,0 67,2 66,6 60,0 47,9 NDCoproductions 64,3 53,1 54,2 36,7 40,9 29,8 32,7 35,2 25,7 31,9 +23,8%¹ Y compris ventes à TV5 et CFI.ND : les données sur les ventes en 2009 seront disponibles à partir de septembre 2010.Source : CNC – TV France International.Entre 2000 et 2008, l’évolution des apports étrangers versés aux œuvres d’animationfrançaise a suivi celle de la production audiovisuelle globale. Au cours de ces neuf années,les ventes et préventes de programmes d’animation diminuent de 3,2 % en moyenne par an,alors que les ventes et préventes de programmes tous genres confondus diminuent de 2,1 %par an en moyenne. En parallèle, les apports en coproduction sur les œuvres d’animationont reculé en moyenne de 10,8 % par an entre 2000 et 2008 (contre -9,8 % par an enmoyenne tous genres confondus).Le poids de l’animation dans les ventes totales de programmes français à l’étranger atteint27,9 % en 2008 (35,1 % en 2007 et 37,0 % en 2006), soit un niveau bien inférieur à celuiatteint depuis le début de la décennie (37,2 % en moyenne entre 2000 et 2008). En 2009, lapart des préventes d’animation se redresse à hauteur de 58,2 % de l’ensemble despréventes de programmes audiovisuels à l’étranger (+15,6 points par rapport à 2008). Demême, le poids de l’animation progresse à 53,8 % des apports étrangers en coproductionversés à la production audiovisuelle française en 2009, contre 48,0 % en 2008.Evolution du poids de l’animation dans l’exportation de la production audiovisuelle française 70,0% 60,0% 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 0,0% 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 ventes préventes coproductionsSource : CNC – TV France International.94 Le marché de l’animation
  • 95. B. La géographie des coproductions de la production française d’animationEn 2009, l’Europe investit 15,3 M€ dans les œuvres françaises d’animation sous la forme depréachats, soit 23,4 % de plus qu’en 2008. La part de l’Europe progresse à 74,3 % despréventes étrangères totales du genre (+2,1 points). Avec 4,7 M€ versés en 2009 (1,9 M€ en2008), l’Italie s’impose comme le premier partenaire étranger des producteurs françaisd’animation pour les préachats. Les apports en coproduction italiens sont également orientésà la hausse, passant de 4,8 M€ en 2008 à 5,3 M€ en 2009. Principal financeur desprogrammes français d’animation en 2008, la Grande-Bretagne enregistre en 2009 unecontraction des ses préachats (-262,1 % à 3,5 M€) pour un niveau d’apports en coproductionnul. En revanche, son voisin irlandais est à l’origine de près du quart des apports encoproduction (7,9 M€ en 2009, contre 0,9 M€ en 2008). Absente en 2008, l’Allemagneinvestit 5,2 M€ dans la production française d’animation en 2009, dont 3,6 M€ de préventeset 1,6 M€ d’apports en coproduction. Au total, les pays francophones (Belgique, Suisse,Luxembourg) investissent 6,2 M€ en apports en coproduction en 2009, contre 3,2 M€ en2008.En 2009, les investissements de l’Amérique du Nord dans la production d’animationfrançaise reculent pour la troisième année consécutive. Cette baisse concerne aussi bien lespréventes (-33,1 % à 2,7 M€) que les apports en coproduction (-16,4 % à 5,5 M€). Si lesapports en coproduction du Canada parviennent globalement à se maintenir (-16,4 % à5,5 M€), ses investissements en préachats diminuent plus franchement à 1,9 M€ (-48,1 %).En recul l’année précédente, les investissements du « Reste du monde » dans les œuvresfrançaises d’animation sont multipliés par six à 7,6 M€ en 2009. Ce total se répartit en5,0 M€ d’apports en coproduction (0,5 M€ en 2008) et 2,6 M€ en préachats (0,8 M€ en2008).Répartition des préventes étrangères de programmes d’animation français par zonegéographique 2008 2009 Reste du Reste du monde monde 4,5% 12,7% Amérique 23,2% Amérique 13,0% Europe Europe 72,3% 74,3%Source : CNC. Le marché de l’animation 95
  • 96. Répartition des apports étrangers en coproduction sur les programmes d’animation françaispar zone géographique 2008 2009 Reste du Reste du monde monde 1,8% 15,6% Amérique 25,4% Amérique 17,2% Europe Europe 67,2% 72,8%Source : CNC.C. La géographie des ventes d’animation françaiseEn 2008, les ventes des œuvres françaises d’animation en Europe de l’Ouest diminuent de35,6 % à 19,5 M€. La part de la zone atteint 63,7 % des ventes totales du genre, contre72,7 % en 2007. L’Allemagne demeure le premier client des distributeurs françaisd’animation, grâce à son vaste réseau de chaînes jeunesse (Super RTL, Kika, Nickelodeon).En Italie, les programmes d’animation trouvent des débouchés sur les chaînes de la TNTdes groupes Rai (Gulp) et Mediaset (Boing). L’Espagne affiche une demande croissante deséries d’animation des chaînes du réseau autonomique de la Forta et des chaînes jeunessede la TNT. Le Royaume-Uni maintient un volume d’achats soutenu grâce à l’action deCBBC, l’antenne jeunesse de la BBC. En Scandinavie, les chaînes hertziennes restent trèsfriandes de séries d’animation originales sur la cible des préscolaires.Avec 9,9 % des recettes totales du genre en 2008 (5,0 % en 2007), le Moyen-Orient estparticulièrement acheteur de longues séries d’animation s’adressant à tous les publics.Troisième zone d’accueil des productions françaises avec 7,9 % des ventes totalesd’animation (6,7 % en 2007), les pays d’Europe centrale et orientale sont des acheteursréguliers d’animation traditionnelle. Les tarifs d’achat ont sensiblement baissé sur la zone.L’Amérique latine fait plus que doubler sa part de marché à 5,2 % des ventes totales en2008 (2,1 % en 2007). En général, la vente d’une série d’animation au Mexique permetensuite de vendre à l’ensemble des pays de la zone sud-américaine, puisqu’elle permetnotamment de financer la réalisation d’une version espagnole (non castillane) indispensableà la vente dans les pays d’Amérique latine.La zone nord-américaine voit en revanche sa part de marché diminuer de 2,5 points à 4,7 %en 2008.De la même façon qu’en 2007, la zone Asie / Océanie voit sa part se réduire à 4,2 % desventes totales d’animation à l’étranger (4,8 % en 2007). La vente d’animation française en96 Le marché de l’animation
  • 97. Asie est devenue aujourd’hui très difficile, en raison de la concurrence exercée parl’animation locale.Répartition des ventes de programmes français d’animation par zone géographique en 2008 Amérique latine Asie / Océanie 2,9% 5,1% Amérique du Nord 7,6% Afrique 4,7% Moyen-Orient 4,5% Europe de lOuest Europe centrale 65,5% et orientale 9,7%Source : CNC.D. La concentration du secteur de l’exportation d’animation françaiseEn 2008, l’activité d’exportation de programmes d’animation révèle un niveau deconcentration similaire à celui de 2006. Le poids de l’activité des dix premières sociétésprogresse fortement au sein du total (+13,7 points par rapport à 2007), ainsi que celui descinq premières sociétés (+11,3 points). Le niveau élevé de concentration constaté sur lesecteur de l’exportation d’animation reflète la complexité d’ensemble (financière, techniqueet temporelle) du processus de production de ce genre de programmes.Concentration du marché d’exportation des programmes français d’animation 2003 2004 2005 2006 2007 2008Chiffre d’affaires des 5 premières entreprises (M€) 21,3 22,0 22,2 26,2 20,9 18,9Part du chiffre d’affaires total (%) 55,8 55,7 49,0 61,5 50,2 61,5Chiffre d’affaires des 10 premières entreprises (M€) 28,1 30,0 30,4 37,0 30,2 26,4Part du chiffre d’affaires total (%) 73,6 75,9 67,1 86,9 72,4 86,1Chiffre d’affaires de l’ensemble des entreprises (M€) 38,2 39,5 45,3 42,6 41,7 30,7Part du chiffre d’affaires total (%) 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0Source : CNC – TV France International. Le marché de l’animation 97
  • 98. VII. L’animation en vidéoLes longs métrages d’animation, aussi bien que les œuvres d’animation télévisuelles,représentent un segment important du marché de la vidéo.A. Le marché de détailLes dépenses des ménages en vidéo sont évaluées par l’institut GfK à partir des ventesréalisées dans les grandes surfaces alimentaires et les grandes surfaces spécialisées, de lavente par correspondance et des ventes sur internet. Ces chiffres n’incluent ni les ventes enkiosques ni dans les stations services. Ils excluent également le segment de la location.A chaque support (DVD, Blu-ray, VHS) sont associés un genre (film ou hors film, fiction,animation, documentaire, humour,…) et une nationalité. Ce rapprochement est effectué àpartir des données du CNC. Sont considérées comme « films » toutes les œuvres ayant faitl’objet d’une exploitation en salles de cinéma préalable à l’exploitation sur le marché de lavidéo. Les nationalités et les genres retenus pour les œuvres cinématographiques sont ceuxenregistrés par le CNC. A partir de 2007, le segment de la VHS est exclu du périmètred’analyse, le segment des supports haute définition (Blu-ray) est intégré et le marché desventes sur internet est distingué de l’ensemble des « autres points de vente ».a. Les films d’animation en vidéoEn 2009, les longs métrages d’animation réalisent 14,0 % du chiffre d’affaires du cinéma envidéo, contre 14,2 % en 2008. Les recettes associées au genre sont en progression de1,9 % à 111,8 M€ (+3,6 % par rapport à 2008 tous genres confondus). L’Age de glace 3,Wall-E et Madagascar 2, respectivement troisième, sixième et neuvième au classement desventes en 2009, contribuent largement au niveau atteint par l’animation cinématographiqueen vidéo.Sur les cinq dernières années, 2005 et 2008 enregistrent une part de marché de l’animationen valeur supérieure à celle de 2009. C’est également en 2005 que l’animationcinématographique réalise sa plus belle performance avec 154,4 M€ de chiffre d’affaires.Cette année correspond en effet à la sortie en vidéo de plusieurs films à succès : Shrek 2(premier du classement 2005), les Indestructibles (quatrième) ou encore Gang de requins(dixième).En 2009, près de 8 millions de vidéogrammes de films d’animation sont vendus au grandpublic, soit 11,7 % du volume total de supports contenant des films. Les volumes d’animationcinématographique augmentent ainsi de 13,1 % par rapport à 2008 mais diminuent de 5,9 %par rapport à 2005 (-1,5 % en moyenne par an). Sur l’ensemble du marché, le volume desventes de films augmente de 3,7 % entre 2005 et 2009, soit +0,9 % en moyenne par an.98 Le marché de l’animation
  • 99. 1Résultats des films en vidéo selon le genre volume (millions) chiffre daffaires (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2005 2006 2007 2008 2009fiction 54 123 51 766 50 988 51 172 57 166 824,46 736,13 676,46 654,72 680,15animation 8 175 7 329 7 083 6 797 7 688 154,35 125,32 109,42 109,71 111,80documentaire 1 176 523 360 484 948 24,42 8,99 5,32 8,13 8,04total 63 474 59 619 58 432 58 453 65 802 1 003,23 870,44 791,20 772,56 799,99parts de marché (%)fiction 85,3 86,8 87,3 87,5 86,9 82,2 84,6 85,5 84,7 85,0animation 12,9 12,3 12,1 11,6 11,7 15,4 14,4 13,8 14,2 14,0documentaire 1,9 0,9 0,6 0,8 1,4 2,4 1,0 0,7 1,1 1,0total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,01 Le périmètre danalyse est modifié à partir de 2007 : la VHS est exclue et les supports haute définition sont inclus.Source : CNC – GfK.En 2009, 94,7 % des films d’animation achetés en vidéo le sont sur DVD (-2,8 points). Bienque le DVD domine totalement le marché, les supports haute définition, commercialisésseulement depuis 2006, assurent déjà 5,3 % des ventes en volume. Les ventes devidéogrammes HD sont ainsi multipliées par 13 par rapport à 2007, à 405 000 unités. Lesfilms d’animation en Blu-ray réalisent 8,2 % du chiffre d’affaires de l’animation.La part de marché du DVD s’effrite plus rapidement en valeur qu’en volume. En effet, lesupport capte 91,8 % du chiffre d’affaires des films d’animation en vidéo en 2009, contre96,1 % en 2008 et 99,3 % en 2007. Ce phénomène s’explique par la supériorité du prixmoyen d’un Blu-ray (22,56 €) par rapport à celui d’un DVD (14,10 €) en 2009. 1Résultats des films d’animation en vidéo selon le support volume (milliers) chiffre daffaires (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2005 2006 2007 2008 2009DVD 7 722 7 255 7 052 6 629 7 283 147,85 124,80 108,61 105,41 102,67 2Blu-ray 31 167 405 0,81 4,30 9,14VHS 453 74 6,51 0,52total 8 175 7 329 7 083 6 797 7 688 154,35 125,32 109,42 109,71 111,80parts de marché (%)DVD 94,5 99,0 99,6 97,5 94,7 95,8 99,6 99,3 96,1 91,8 2Blu-ray 0,0 0,0 0,4 2,5 5,3 0,0 0,0 0,7 3,9 8,2VHS 5,5 1,0 0,0 0,0 0,0 4,2 0,4 0,0 0,0 0,0total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,01 Le périmètre danalyse est modifié à partir de 2007 : la VHS est exclue et les supports haute définition sont inclus.2 Ce support, développé par Sony, s’est imposé en 2008 comme le support de référence pour la haute définition.Source : CNC – GfK.Le marché des films d’animation en vidéo est dominé par les œuvres américaines. Cesdernières représentent 87,2 % des ventes en volume et 88,9 % du chiffre d’affaires, contrerespectivement 6,4 % et 4,7 % pour les œuvres françaises.Après une année 2006 particulièrement performante, l’animation française est en baisseconstante en vidéo, tant en volume qu’en valeur. 2009 est l’année où le chiffre d’affaires desfilms français d’animation enregistre son plus bas niveau à 5,28 M€, en recul de 27,1 % parrapport à 2005, soit -7,6 % par an en moyenne. Le premier film français au classement desmeilleures ventes de 2009 est Arthur et les Minimoys (47e). Le marché de l’animation 99
  • 100. Au global, l’ensemble du segment des longs métrages d’animation en vidéo affiche unediminution du chiffre d’affaires de 27,6 % entre 2005 et 2009, soit -7,7 % en moyenne par an.La plus forte baisse est supportée par les films européens : -63,2 %, contre -60,2 % pour lesfilms non américains et non européens, -27,1 % pour les films français et -22,7 % pour lesfilms américains.La baisse sur la période de 2005-2009 est plus limitée en volume. Le volume des ventes defilms d’animation diminue ainsi de 5,9 % sur les cinq dernières années (-1,5 % par an enmoyenne). Le recul plus limité du volume des ventes est notamment dû à la progressionenregistrée par les films français (+11,1 %). A l’inverse, le volume des films d’animationd’Outre-Atlantique baisse de 0,6 % par rapport à 2005, celui des films européens de 47,6 %et celui des films non américains et non européens de 51,5 %. 1Résultats des films d’animation en vidéo selon la nationalité volume (milliers) chiffre daffaires (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2005 2006 2007 2008 2009films français 442 677 611 557 491 7,25 12,29 10,08 7,46 5,28films américains 6 741 5 536 5 758 5 773 6 701 128,54 93,94 88,70 95,32 99,35films européens 404 613 310 237 211 7,38 10,15 3,65 2,79 2,72autres films 588 502 404 230 285 11,19 8,94 6,98 4,14 4,45total 8 175 7 329 7 083 6 797 7 688 154,35 125,32 109,42 109,71 111,80parts de marché (%)films français 5,4 9,2 8,6 8,2 6,4 4,7 9,8 9,2 6,8 4,7films américains 82,5 75,5 81,3 84,9 87,2 83,3 75,0 81,1 86,9 88,9films européens 4,9 8,4 4,4 3,5 2,7 4,8 8,1 3,3 2,5 2,4autres films 7,2 6,9 5,7 3,4 3,7 7,2 7,1 6,4 3,8 4,0total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,01 Le périmètre danalyse est modifié à partir de 2007 : la VHS est exclue et les supports haute définition sont inclus.Source : CNC – GfK.Les films d’animation sont surreprésentés dans le chiffre d’affaires des films en vidéo deshypermarchés et supermarchés : ils concentrent 17,4 % des recettes en 2009, contre 11,0 %dans les grandes surfaces spécialisées et 11,0 % des ventes de vidéo physique par internet.L’achat d’œuvres cinématographiques d’animation dans les grandes surfaces alimentairesest en général spontané et répond souvent à une demande des enfants présents lors del’achat.Le poids des films d’animation est ainsi plus fort dans le chiffre d’affaires vidéo des grandessurfaces alimentaires que dans celui des autres circuits de distribution.100 Le marché de l’animation
  • 101. 1Résultats des films d’animation selon le genre et le circuit de distribution (%) volume chiffre d’affaires 2005 2006 2007 2008 2009 2005 2006 2007 2008 2009 2GSAfiction 82,0 84,1 83,9 84,8 84,2 78,5 82,1 83,2 82,0 82,4animation 16,5 15,2 15,7 14,6 15,5 19,4 17,1 16,4 17,3 17,4documentaire 1,6 0,7 0,5 0,6 0,3 2,1 0,8 0,4 0,7 0,3total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 2GSSfiction 88,7 89,0 88,5 89,4 88,6 86,3 87,1 88,2 87,1 87,3animation 9,2 9,9 10,6 9,5 9,0 10,9 11,5 10,9 11,6 11,0documentaire 2,1 1,1 1,0 1,0 2,4 2,8 1,3 0,9 1,4 1,6total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0internetfiction - - 88,9 90,9 90,1 - - 86,6 88,1 87,7animation - - 10,2 8,2 8,6 - - 12,4 10,7 11,0documentaire - - 0,9 0,9 1,3 - - 1,0 1,2 1,2total - - 100,0 100,0 100,0 - - 100,0 100,0 100,01 Le périmètre danalyse est modifié à partir de 2007 : la VHS est exclue et les supports haute définition sont inclus. Par ailleurs,à partir de 2007, les ventes par internet sont distinguées de la catégorie "autres points de ventes".2 GSA : grandes surfaces alimentaires ; GSS : grandes surfaces spécialisées.Source : CNC – GfK.En 2009, les grandes surfaces alimentaires captent 49,4 % du volume et 51,2 % du chiffred’affaires total des films d’animation en vidéo. Même si elles captent toujours plus de lamoitié du marché, les grandes surfaces alimentaires affichent une part en recul au profit desgrandes surfaces spécialisées. En effet, ces dernières assurent 37,4 % des ventes de filmsd’animation en volume et 37,6 % en valeur en 2009, contre respectivement 24,6 % et 25,2 %en 2005. Ce phénomène est également constaté tous genres confondus.9,4 % des vidéogrammes de films d’animation vendus et 7,3 % du chiffre d’affaires réalisépar ces films sont assurés par les ventes sur internet en 2009. 1Poids des ventes selon le circuit de distribution (%) volume chiffre d’affaires 2005 2006 2007 2008 2009 2005 2006 2007 2008 2009 2GSAanimation 62,4 58,4 50,9 53,6 49,4 64,3 59,0 57,4 55,3 51,2total 48,8 47,2 39,5 42,5 37,1 51,0 49,6 48,3 45,4 41,2 2GSSanimation 24,6 29,3 27,9 33,3 37,4 25,2 30,2 31,8 34,9 37,6total 34,5 36,3 32,1 40,7 48,4 35,7 37,7 40,5 42,8 47,5internetanimation - - 10,9 9,8 9,4 - - 7,5 6,6 7,3total - - 12,9 13,9 12,8 - - 8,4 8,8 9,31 Le périmètre danalyse est modifié à partir de 2007 : la VHS est exclue et les supports haute définition sont inclus. Par ailleurs,à partir de 2007, les ventes par internet sont distinguées de la catégorie "autres points de ventes".2 GSA : grandes surfaces alimentaires ; GSS : grandes surfaces spécialisées.Source : CNC – GfK. Le marché de l’animation 101
  • 102. b. Les programmes audiovisuels pour enfants en vidéoGfK ne distingue pas l’animation à proprement parler dans ces analyses du marché hors filmde la vidéo. L’institut isole néanmoins un ensemble de programmes destinés au public desenfants.En 2009, le segment des programmes de fiction et d’animation à destination des enfantsdemeure le deuxième du hors film avec 19,9 % des ventes en valeur (18,1 % en 2008). Ilaffiche une hausse de chiffre d’affaires de 4,2 % par rapport à 2008. Le segment « enfants »est le seul, avec le documentaire, a affiché une augmentation de ses ventes en valeur en2009.Sur les cinq dernières années, le chiffre d’affaires dégagé par les ventes de programmesaudiovisuels pour enfants recule de 21,9 %, soit une diminution de 6,0 % en moyenne paran. Tous genres confondus, les ventes en valeur du hors film diminue de 20,3 % sur lapériode (-5,5 % en moyenne par an). 1Chiffre d’affaires du hors film en vidéo selon le genre volume (millions) chiffre daffaires (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2005 2006 2007 2008 2009documentaire 2 209 3 375 3 184 2 925 3 143 33,72 42,96 36,28 30,26 35,49enfants 11 511 11 255 10 977 10 631 11 647 139,03 124,46 108,74 104,16 108,57fiction 24 089 34 492 37 727 38 975 40 993 247,25 317,44 314,38 283,96 272,46humour 6 980 7 533 5 941 4 808 4 136 114,28 109,35 83,17 72,80 50,21musique 7 592 7 541 6 805 5 188 5 359 138,44 130,75 109,71 73,69 71,58autres 869 904 860 944 768 12,90 13,43 10,92 11,56 8,14total 53 250 65 100 65 494 63 471 66 047 685,63 738,39 663,20 576,44 546,45parts de marché (%)documentaire 4,1 5,2 4,9 4,6 4,8 4,9 5,8 5,5 5,3 6,5enfants 21,6 17,3 16,8 16,7 17,6 20,3 16,9 16,4 18,1 19,9fiction 45,2 53,0 57,6 61,4 62,1 36,1 43,0 47,4 49,3 49,9humour 13,1 11,6 9,1 7,6 6,3 16,7 14,8 12,5 12,6 9,2musique 14,3 11,6 10,4 8,2 8,1 20,2 17,7 16,5 12,8 13,1autres 1,6 1,4 1,3 1,5 1,2 1,9 1,8 1,6 2,0 1,5total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,01 Le périmètre danalyse est modifié à partir de 2007 : la VHS est exclue et les supports haute définition sont inclus.Source : CNC – GfK.La quasi-totalité des programmes audiovisuels pour enfants en vidéo est éditée sur DVD. Cedernier capte 99,5 % des ventes en volume et 98,8 % du chiffre d’affaires. Le Blu-ray estmoins répandu sur le segment du hors film que sur celui du film mais commence toutefois àgagner du terrain : il représente 0,5 % du volume et 1,2 % du chiffre d’affaires en 2009,contre respectivement 0,1 % et 0,4 % en 2008.102 Le marché de l’animation
  • 103. 1Résultats des programmes audiovisuels pour enfants en vidéo selon le support volume (milliers) chiffre daffaires (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2005 2006 2007 2008 2009DVD 10 864 11 138 10 974 10 616 11 593 132,69 123,75 108,64 103,78 107,25 2Blu-ray 3 15 54 0,09 0,38 1,32VHS 646 117 6,34 0,71total 11 511 11 255 10 977 10 631 11 647 139,03 124,46 108,74 104,16 108,57parts de marché (%)DVD 94,4 99,0 100,0 99,9 99,5 95,4 99,4 99,9 99,6 98,8 2Blu-ray 0,0 0,0 0,0 0,1 0,5 0,0 0,0 0,1 0,4 1,2VHS 5,6 1,0 0,0 0,0 0,0 4,6 0,6 0,0 0,0 0,0total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,01 Le périmètre danalyse est modifié à partir de 2007 : la VHS est exclue et les supports haute définition sont inclus.2 Ce support, développé par Sony, s’est imposé en 2008 comme le support de référence pour la haute définition.Source : CNC – GfK.Les titres de programmes pour enfants les plus performants sont américains et secomposent notamment des prolongements, uniquement sortis en vidéo, d’œuvrescinématographiques ayant rencontré un très grand succès en salles (la Fée Clochette etPokémon par exemple), de compilations de série animée (Dora l’exploratrice) ou encore deprogrammes dérivés de l’univers des jeux pour enfants (Barbie).En 2009, la part de marché des programmes français recule dans l’animation et la fictionjeunesse (16,4 % en 2009, contre 18,4 % en 2008 et 20,7 % en 2007). Le chiffre d’affairesdes programmes français sur ce segment diminue de 7,1 % entre 2008 et 2009. Les ventesde programmes français pour enfants reculent de 24,4 % entre 2005 et 2009, malgré desventes en volume en hausse de 7,3 % sur la même période. En moyenne, toutes nationalitésconfondues, le chiffre d’affaires du hors film à destination des enfants diminue de 21,9 %entre 2005 et 2009 et les ventes en volume augmente de 1,2 %. 1Résultats des programmes audiovisuels pour enfants en vidéo selon la nationalité volume (milliers) chiffre daffaires (M€) 2005 2006 2007 2008 2009 2005 2006 2007 2008 2009programmes français 2 117 2 028 2 565 2 315 2 272 23,60 20,92 22,52 19,21 17,84autres programmes 9 393 9 228 8 412 8 316 9 375 115,43 103,54 86,21 84,95 90,74total 11 511 11 255 10 977 10 631 11 647 139,03 124,46 108,74 104,16 108,57parts de marché (%) 2004 2005 2006 2007 2008 2004 2005 2006 2007 2008programmes français 18,4 18,0 23,4 21,8 19,5 17,0 16,8 20,7 18,4 16,4autres programmes 81,6 82,0 76,6 78,2 80,5 83,0 83,2 79,3 81,6 83,6total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,01 Le périmètre danalyse est modifié à partir de 2007 : la VHS est exclue et les supports haute définition sont inclus.Source : CNC – GfK.Sur le segment du hors film, les œuvres pour enfants captent 26,1 % du chiffre d’affairesvidéo des hypermarchés et supermarchés en 2009, contre 16,7 % de celui des grandessurfaces spécialisées et 14,1 % de celui des ventes de vidéo physique par internet. Le marché de l’animation 103
  • 104. 1Résultats des programmes audiovisuels pour enfants selon le genre et le support (%) volume chiffre d’affaires 2GSA 2005 2006 2007 2008 2009 2005 2006 2007 2008 2009documentaire 2,9 4,9 4,3 3,5 3,9 2,7 4,3 3,5 2,7 3,9enfants 29,6 21,1 19,5 20,9 24,2 27,1 20,0 19,4 22,3 26,1fiction 35,0 45,9 51,9 55,6 53,1 27,5 37,4 43,4 45,4 44,6humour 17,4 14,8 11,6 9,9 8,2 22,6 19,3 16,1 16,1 11,6musique 14,1 12,2 11,6 9,0 9,7 18,9 17,8 16,7 12,1 13,2autres 1,1 1,1 1,1 1,1 0,8 1,2 1,2 1,0 1,3 0,7total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 2GSS 2005 2006 2007 2008 2009 2005 2006 2007 2008 2009documentaire 5,3 6,0 6,0 6,0 6,0 6,8 7,5 7,4 7,3 8,2enfants 15,2 14,0 13,5 13,9 15,4 14,8 14,1 13,5 15,1 16,7fiction 49,8 54,6 58,0 60,6 60,7 39,6 44,1 47,0 48,1 49,3humour 11,8 10,9 9,2 8,1 7,0 13,8 12,8 11,5 12,3 9,1musique 16,3 12,9 11,8 9,7 9,5 23,0 19,5 18,6 14,9 14,8autres 1,6 1,5 1,5 1,8 1,4 2,0 2,1 2,0 2,4 1,8total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0internet 2007 2008 2009 2007 2008 2009documentaire 5,6 4,3 3,7 5,5 6,3 7,2enfants 19,7 13,5 11,1 14,7 14,4 14,1fiction 58,2 75,3 79,2 63,5 64,6 65,3humour 4,6 2,2 1,8 4,2 4,3 3,2musique 9,9 3,7 3,3 10,2 8,4 8,4autres 2,0 1,1 0,9 1,8 2,0 1,9total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,01 Le périmètre danalyse est modifié à partir de 2007 : la VHS est exclue et les supports haute définition sont inclus. Par ailleurs,à partir de 2007, les ventes par internet sont distinguées de la catégorie "autres points de ventes".2 GSA : grandes surfaces alimentaires ; GSS : grandes surfaces spécialisées.Source : CNC – GfK.En 2009, les grandes surfaces alimentaires assurent 48,1 % du chiffre d’affaires total réalisésur les ventes vidéo de programmes jeunesse, contre 39,3 % pour les grandes surfacesspécialisées et 10,5 % pour internet. Sur les cinq dernières années, le poids des grandessurfaces alimentaires tend à se réduire au profit des grandes surfaces spécialisées.Les grandes surfaces alimentaires sont surreprésentées dans le chiffre d’affaires des fictionset animations jeunesse : elles en captent 48,1 %, contre 36,6 % en moyenne pourl’ensemble du segment hors film. 1Poids des ventes selon le circuit de distribution (%) volume chiffre d’affaires 2005 2006 2007 2008 2009 2005 2006 2007 2008 2009 2GSAenfants 58,5 53,8 49,5 48,1 47,8 56,5 51,9 50,5 48,8 48,1total 42,8 44,1 42,4 38,6 34,8 42,2 43,7 42,8 39,5 36,6 2GSSenfants 27,9 31,8 31,4 32,6 35,7 31,8 35,8 35,9 37,2 39,3total 39,6 39,3 39,0 39,4 41,0 43,7 42,9 43,4 44,6 46,7internetenfants - - 6,9 15,6 14,3 - - 9,7 10,5 10,5total - - 5,9 19,4 22,6 - - 10,8 13,2 14,81 Le périmètre danalyse est modifié à partir de 2007 : la VHS est exclue et les supports haute définition sont inclus. Par ailleurs,à partir de 2007, les ventes par internet sont distinguées de la catégorie "autres points de ventes".2 GSA : grandes surfaces alimentaires ; GSS : grandes surfaces spécialisées.Source : CNC – GfK.104 Le marché de l’animation
  • 105. B. De la salle à la vidéoPour effectuer ces analyses, un échantillon de films cinématographique a été défini. Il estconstitué des films sortis en salles entre 1999 et 2008 et édités en vidéo sur la mêmepériode. L’échantillon compte ainsi 5 392 films dont 4 705 fictions, 471 documentaires et216 films d’animation.Au total, 4 097 œuvres sont sorties en vidéo au 31 décembre 2008, soit 76,0 % del’ensemble des films sortis en salles. La proportion de films d’animation sortis en vidéo esttoutefois plus élevée. En effet, 89,8 % des œuvres d’animation sorties en salles entre 1999et 2008 sont disponibles en vidéo à fin 2008, contre 77,6 % des fictions et 53,3 % desdocumentaires.Sur la période 1999-2008, les films d’animation représentent 4,0 % des films sortis en salleset 4,7 % des sorties vidéo. Les deux marchés sont largement dominés par la fiction (87,3 %des films en salles et 89,1 % des films en vidéo).Films sortis en salles selon le genre 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 totalfilms sortis en sallesanimation 18 18 16 21 22 23 22 30 24 22 216documentaire 22 26 35 35 42 77 57 52 67 58 471fiction 494 488 453 431 445 459 471 507 482 475 4 705total 534 532 504 487 509 559 550 589 573 555 5 392films édités en vidéoanimation 16 18 16 21 21 22 21 29 23 7 194documentaire 14 15 17 15 25 58 39 29 31 8 251fiction 392 393 377 343 375 384 398 429 392 169 3 652total 422 426 410 379 421 464 458 487 446 184 4 097films non édités en vidéoanimation 2 - - - 1 1 1 1 1 15 22documentaire 8 11 18 20 17 18 18 23 36 47 216fiction 101 95 76 88 69 74 73 76 88 299 1039total 111 106 94 108 87 93 92 100 125 361 1 277Source : CNC.Parmi les 216 films d’animation sortis en salles entre 1999 et 2008, 89 sont américains(41,2 % du total), 44 sont français (20,4 %), 44 sont non européens et non américains(20,4 %) et 39 sont européens (18,1 %). Parmi ces films, 194 sont disponibles en vidéo dont43,3 % de films américains, 21,6 % de films français, 19,1 % de films non européens et nonaméricains et 16,0 % de films européens. Les œuvres nationales sont légèrement mieuxreprésentées sur le marché de la vidéo que sur celui de la salle.En moyenne, 95,5 % des films d’animation français sortis en salles sur la période 1999-2008sont édités en vidéo au 31 décembre 2008, contre 94,4 % des films américains, 84,1 % desfilms non européens et non américains et 79,5 % des films européens. En excluant l’année2008, la totalité des films d’animation français et américains sortis en salles sont disponiblessur le marché de la vidéo. Le marché de l’animation 105
  • 106. Films d’animation sortis en salles selon la nationalité 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 totalfilms sortis en sallesfilms français 3 4 2 3 7 4 3 7 6 5 44films américains 7 9 8 12 6 8 8 15 10 6 89films européens 4 2 4 1 3 4 7 4 3 7 39autres films 4 3 2 5 6 7 4 4 5 4 44total 18 18 16 21 22 23 22 30 24 22 216films édités en vidéofilms français 3 4 2 3 7 4 3 7 6 3 42films américains 7 9 8 12 6 8 8 15 10 1 84films européens 3 2 4 1 2 3 7 4 3 2 31autres films 3 3 2 5 6 7 3 3 4 1 37total 16 18 16 21 21 22 21 29 23 7 194films non édités en vidéofilms français 2 2films américains 5 5films européens 1 1 1 5 8autres films 1 1 1 1 3 7total 2 0 0 0 1 1 1 1 1 15 22Source : CNC.Les résultats présentés ci-après concernent les films de l’échantillon dont les éditeurs vidéoont fourni les documents justificatifs au CNC (déclaration, pour chaque œuvre éditée, dunombre de copies vendues et du chiffre d’affaires net facturé). 3 714 films sont dans ce cas,soit 90,7 % des films sortis en salles et édités en vidéo entre 1999 et 2008. Les tableaux ci-après sont présentés selon l’année de sortie du film en salles.Parmi les 3 714 films examinés, 178 sont des films d’animation, soit 4,8 % du total. Bien quepeu nombreux, les films d’animation enregistrent des résultats particulièrement performantsen termes de copies éditées et de chiffre d’affaires éditeurs dégagé : respectivement 14,1 %et 14,5 % des totaux tous genres confondus.En moyenne sur ces dix dernières années, un film d’animation est édité en vidéo sur331 000 copies et génère 3,75 M€ de chiffre d’affaires pour son éditeur, contre107 000 copies et 1,17 M€ pour une fiction et 113 000 copies et 1,24 M€ par film tous genresconfondus.Résultats des films édités en vidéo selon le genre 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 totaltitresanimation 15 16 15 20 20 21 20 23 22 6 178documentaire 14 14 15 14 24 49 34 23 23 7 217fiction 359 372 354 317 354 346 361 376 338 142 3 319total 388 402 384 351 398 416 415 422 383 155 3 714copies vidéo (milliers)animation 4 826 6 752 5 742 10 287 6 145 7 838 5 118 7 425 4 336 523 58 994documentaire 675 39 516 444 208 1 437 1 179 403 337 64 5 302fiction 32 694 40 580 47 531 45 346 42 349 45 590 33 691 29 776 24 656 12 874 355 087total 38 195 47 372 53 788 56 077 48 703 54 866 39 988 37 605 29 329 13 460 419 382chiffre daffaires éditeurs (M€)animation 64,23 70,23 66,16 106,68 68,78 102,39 55,79 76,22 52,67 4,24 667,41documentaire 2,92 0,50 5,56 4,37 2,07 16,90 13,63 3,39 4,22 0,78 54,34fiction 326,52 363,84 549,20 517,63 488,34 503,23 387,89 317,78 267,30 153,04 3 874,77total 393,67 434,57 620,92 628,69 559,19 622,52 457,31 397,39 324,19 158,06 4 596,52Source : CNC.106 Le marché de l’animation
  • 107. 98,9 % des films d’animation de l’échantillon sont édités sur DVD. Seuls deux films sortis enen 1999 n’ont pas été édité sur DVD à fin 2008. 75,5 % des copies vidéo et 75,3 % du chiffred’affaires éditeurs des films d’animation concerne le support DVD. Depuis 2004, le DVDassure plus de 90 % des ventes en volume et en valeur de l’animation.Résultats des films d’animation édités en vidéo selon le support 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 totaltitresvidéocassettes 15 15 14 16 16 12 5 93laser 1 1DVD 13 16 15 20 20 21 20 23 22 6 176UMD 1 1 3 2 1 3 3 1 15HD 3 1 1 1 3 10 7 2 28total 15 16 15 20 20 21 20 23 22 6 178copies vidéo (milliers)vidéocassettes 3 223 3 439 2 434 3 188 1 260 579 45 14 168laser 7 7DVD 1 596 3 301 3 297 7 090 4 883 7 256 5 056 7 338 4 209 510 44 537UMD 8 2 9 2 3 13 3 0 40HD 4 10 0 0 4 84 127 13 242total 4 826 6 752 5 742 10 287 6 145 7 838 5 118 7 425 4 336 523 58 994chiffre daffaires éditeurs (M€)vidéocassettes 44,59 40,41 26,44 31,45 11,81 6,11 0,21 161,03laser 0,09 0,09DVD 19,54 29,75 39,61 75,20 56,98 96,29 55,47 75,05 50,66 4,11 502,67UMD 0,01 - 0,04 - - 0,05 0,02 0,00 0,07HD 0,06 0,13 - 0,01 0,06 1,15 2,01 0,14 3,55total 64,23 70,23 66,16 106,68 68,78 102,39 55,79 76,22 52,67 4,24 667,41Source : CNC.83 films d’animation américains sortis en salles entre 1999 et 2008 sont disponibles en vidéoselon l’échantillon étudié (46,6 % du total), représentant 46,8 millions des copies éditées(79,4 %) et 552,72 M€ de chiffre d’affaires éditeurs (82,8 %). En moyenne, un filmd’animation américain est édité sur 564 000 copies et génère 6,66 M€ de chiffre d’affaireséditeurs.Les films français, malgré leur nombre relativement important (40 films, soit 22,5 % del’échantillon), enregistrent des résultats nettement plus faibles : 5,2 millions de copies(8,9 %) et 50,63 M€ de chiffre d’affaires éditeurs (7,6 %). Un film d’animation nationaldégage 1,27 M€ de recettes éditeurs en moyenne entre 1999 et 2008, pour 131 000 copies.En moyenne, un film d’animation américain est édité sur 4,3 fois plus de copies qu’un filmd’animation français (1,7 fois plus qu’un film d’animation toutes nationalités confondues) etses ventes rapportent 5,3 fois plus à son éditeur que celles d’un film français (1,8 fois plusqu’un film d’animation toutes nationalités confondues).Les films européens totalisent 12,9 % des titres d’animation disponibles, 6,9 % des copieséditées et 4,2 % du chiffre d’affaires sur la période 1999-2008. Un film européen compte, enmoyenne, 177 000 copies et totalise 1,22 M€ de chiffre d’affaires pour son éditeur.Parmi les 178 films d’animation considérés, 32 sont non européens et non américains(18,0 % des titres). Ils assurent 4,8 % des copies éditées et 5,4 % du chiffre d’affaires. Les Le marché de l’animation 107
  • 108. films non européens et non américains enregistrent des moyennes par titre particulièrementfaible : 89 000 copies et 1,12 M€ par film.Résultats des films d’animation édités en vidéo selon la nationalité 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 totaltitresfilms français 3 3 2 3 7 4 3 6 6 3 40films américains 7 9 8 12 6 8 8 14 10 1 83films européens 2 2 3 - 2 2 6 1 3 2 23autres films 3 2 2 5 5 7 3 2 3 - 32total 15 16 15 20 20 21 20 23 22 6 178copies vidéo (milliers)films français 312 231 197 194 557 136 980 2 077 357 188 5 228films américains 4 215 4 329 4 935 9 412 4 744 7 223 2 726 5 213 3 849 194 46 840films européens 77 1 706 555 - 205 4 1 329 2 49 140 4 066autres films 223 487 55 681 640 475 84 133 82 - 2 860total 4 826 6 752 5 742 10 287 6 145 7 838 5 118 7 425 4 336 523 58 994chiffre daffaires éditeurs (M€)films français 2,35 1,90 1,65 1,34 5,72 1,56 7,49 24,11 3,17 1,34 50,63films américains 58,28 55,43 62,14 95,89 54,88 95,02 30,65 50,51 48,28 1,64 552,72films européens 0,76 6,68 1,62 - 0,51 0,06 17,11 0,02 0,09 1,27 28,13autres films 2,83 6,22 0,77 9,45 7,66 5,76 0,55 1,58 1,13 - 35,94total 64,23 70,23 66,16 106,68 68,78 102,39 55,79 76,22 52,67 4,24 667,41Source : CNC.Parmi les 178 films d’animation de l’échantillon édités en vidéo entre 1999 et 2008, 20 lesont sur plus d’un million de copies (11,2 % de l’offre) et 115 sur plus de 50 000 copies(64,6 %). 65 % des films (édités sur plus de 50 000 copies) captent ainsi 98,4 % des copieséditées et 98,7 % du chiffre d’affaires. Moins de 12 % des titres (édités sur plus d’un millionde copies) totalisent 55,5 % des volumes et 56,9 % des recettes éditeurs.Résultats des films d’animation édités en vidéo selon le nombre de copies 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 totaltitresplus dun million 2 3 3 3 1 3 3 2 20plus de 500 000 2 3 4 8 2 6 4 3 2 34plus de 200 000 3 8 5 8 7 7 10 11 4 63plus de 100 000 8 10 8 10 9 7 11 14 9 3 89plus de 50 000 10 11 12 13 14 10 12 18 12 3 115total 15 16 15 20 20 21 20 23 22 6 178copies vidéo (milliers)plus dun million 3 586 4 348 4 166 6 291 3 031 4 929 3 953 2 468 32 771plus de 500 000 3 586 4 348 4 709 9 749 4 012 7 149 2 718 3 953 2 468 42 691plus de 200 000 3 870 6 238 5 110 9 749 5 403 7 371 4 815 6 516 3 225 52 298plus de 100 000 4 575 6 553 5 431 10 002 5 673 7 371 4 925 7 003 3 991 469 55 995plus de 50 000 4 752 6 630 5 728 10 214 6 049 7 634 4 998 7 354 4 200 469 58 029total 4 826 6 752 5 742 10 287 6 145 7 838 5 118 7 425 4 336 523 58 994chiffre daffaires éditeurs (M€)plus dun million 50,33 42,57 52,38 60,80 34,05 64,35 41,28 34,27 380,02plus de 500 000 50,33 42,57 53,90 102,40 46,98 94,21 31,81 41,28 34,27 497,74plus de 200 000 54,88 65,77 59,28 102,40 61,60 96,93 53,47 67,68 40,94 602,95plus de 100 000 61,90 68,66 62,88 104,86 64,82 96,93 54,21 72,13 50,02 3,79 640,19plus de 50 000 63,43 69,16 66,04 106,04 67,96 99,88 54,63 75,48 52,03 3,79 658,45total 64,23 70,23 66,16 106,68 68,78 102,39 55,79 76,22 52,67 4,24 667,41Source : CNC.108 Le marché de l’animation
  • 109. C. Concentration du marché de l’animation en vidéoAu total, 123 éditeurs sont actifs sur le marché des œuvres cinématographiques sorties envidéo entre 1999 et 2008 dont 40 éditeurs sur le segment des films d’animation.Le marché de l’animation est relativement moins concentré que l’édition de films en vidéotous genres confondus. En moyenne, 10 % des éditeurs réalisent plus de 86 % du chiffred’affaires tous genres confondus. Sur le segment de l’animation, les 10 % d’éditeurs les plusactifs génèrent 81,7 % du chiffre d’affaire total du genre. 93,1 % des recettes éditeurs surl’animation sont captés par les 20 % de sociétés les plus actives (97,2 % tous genresconfondus) et 96,8 % par les 30 % de sociétés les plus actives (99,4 % tous genresconfondus). 1Concentration des éditeurs en fonction du chiffre d’affaires réalisé sur les films (%) animation tous genres 10 % des éditeurs 81,7 86,4 20 % des éditeurs 93,1 97,2 30 % des éditeurs 96,8 99,41 Films sortis en salles entre 1999 et 2008 et sortis en vidéo avant le 31/12/2008.Source : CNC.Sur la période 1999-2008, les 10 premiers éditeurs de films d’animation en vidéo totalisent95,4 % du chiffre d’affaires.Buena Vista Home Vidéo capte à lui seul près de 54 % des recettes éditeurs avec 37 filmsd’animation sortis en salles et en vidéo entre 1999 et 2008 dont sept films figurent parmi les10 plus performants de la période : le Monde de Nemo (1er), Tarzan (2e), Monstres & Cie(4e), Frère des ours (7e), Dinosaure (8e), 1001 pattes (9e) et Ratatouille (10e).Avec 15,1 % de part de marché, Universal Pictures Vidéo est deuxième au classement deséditeurs de films d’animation. La société commercialise notamment Shrek (5e) etShrek 2 (3e). 1Classement des éditeurs de films d’animation selon le chiffre d’affaires 2 éditeur part de marché (%) Buena Vista Home Vidéo 53,8 Universal Pictures Vidéo 15,1 20th Century Fox 7,2 Paramount Home Entertainment 5,7 Warner Bros 4,2 Sony Pictures Home Entertainment 3,6 EuropaCorp Diffusion 2,4 France Télévision Distribution 1,2 SND 1,2 Pathé Distribution 1,11 Films sortis en salles entre 1999 et 2008 et sortis en vidéo avant le 31/12/2008.2 En terme de chiffre d’affaires éditeur.Source : CNC. Le marché de l’animation 109
  • 110. 10 % des films d’animation captent 54,4 % des recettes des éditeurs vidéo sur le genre entre1999 et 2008. Tous genres confondus, les 10 % de films les plus performants génèrent67,7 % du chiffre d’affaires des éditeurs. En ce qui concerne les films, le segment del’animation est ainsi nettement moins concentré que le marché dans son ensemble. 1Concentration des films selon le chiffre d’affaires des éditeurs vidéo animation tous genres 10 % des films 54,4 67,7 20 % des films 77,3 84,0 30 % des films 87,7 91,81 Films sortis en salles entre 1999 et 2008 et sortis en vidéo avant le 31/12/2008.Source : CNC.Sur la période 1999-2008, le Monde de Némo se place en tête du classement des films avec5,1 % de part de marché éditeur devant Tarzan (4,7 %) et Shrek 2 (4,0 %). 1Classement des films d’animation selon le chiffre d’affaires des éditeurs vidéo sortie part de titre éditeur 2 vidéo marché (%) 1 Le Monde de Némo Buena Vista Home Video / Hachette Collections 2004 5,1 2 Tarzan Buena Vista Home Video / Hachette Collections 2000 4,7 3 Shrek 2 Universal Pictures Video / Paramount Home Entertainment 2005 4,0 4 Monstres & Cie Buena Vista Home Video / Hachette Collections 2002 3,8 5 Shrek Universal Pictures Video / Paramount Home Entertainment 2002 3,8 6 LAge de glace Twentieth Century Fox Home 2003 3,2 7 Frère des ours Buena Vista Home Video / Hachette Collections 2004 3,1 8 Dinosaure Buena Vista Home Video / Hachette Collections 2001 3,0 9 1001 pattes Buena Vista Home Video / Hachette Collections 1999 2,8 10 Ratatouille Buena Vista Home Video 2008 2,71 Films sortis en salles entre 1999 et 2008 et sortis en vidéo avant le 31/12/2008.2 En terme de chiffre d’affaires éditeur.Source : CNC.110 Le marché de l’animation
  • 111. VIII. L’animation en vidéo à la demandeDepuis 2005, le CNC recense l’offre de vidéo à la demande (VàD). Depuis janvier 2009, huitplates-formes sont suivies sur un rythme mensuel : CanalPlay, TF1 Vision, Virgin Mega,France Télévisions, Arte V○D, Club Vidéo et Univers Ciné.A chaque œuvre sont associés un genre (film ou hors film, fiction, animation oudocumentaire) et une nationalité. Ce rapprochement est effectué à partir des données duCNC. Sont considérées comme « films » toutes les œuvres ayant fait l’objet d’uneexploitation en salles préalable à l’exploitation sur le marché de la VàD. Les nationalités etles genres retenus pour les œuvres cinématographiques sont ceux enregistrés par le CNC.A chaque film cinématographique est également associée la notion d’œuvre de nouveautéinférieure à 12 mois (dont l’intervalle entre la sortie en salles et la disponibilité en VàD estinférieur à 12 mois), d’œuvre de nouveauté supérieure à 12 mois (dont l’intervalle entre lasortie en salles et la disponibilité en VàD est supérieur à 12 mois et inférieur à 36 mois) etd’œuvre de catalogue (dont l’intervalle entre la sortie en salles et la disponibilité en VàD estsupérieur à 36 mois). Cette notion est par conséquent évolutive dans le temps puisqu’elle estle résultat de la soustraction suivante : dernier jour du mois de présence sur une plate-formede VàD – date de sortie en salles.A. Les films d’animation en vidéo à la demandeDe plus en plus de plates-formes proposent des films d’animation cinématographiques enVàD : Arte VoD, CanalPlay, Carrefour, ClicMovies, Club vidéo, Filmo TV, Fnac VOD, FranceTélévisions, Iminéo, M6 VoD, Orange, TF1 Vision, The Auteurs, UniversCiné, Vidéo Futur(Glowria), Vidéo@Volonté, Virgin Mega, Warner Video Live.Au cours de l’ensemble de l’année 2009, 5 459 films cinématographiques ont été disponiblessur les huit plates-formes suivies par le CNC. L’animation représente 2,7 % de cette offre,soit 148 films.Toutefois, l’offre évolue au cours de l’année 2009. En effet, 4 857 films sont disponibles endécembre 2009, contre 4 109 films en janvier 2009. L’offre progresse ainsi de 18,2 % sur lapériode, soit 1,5 % de films en plus par mois en moyenne. En ce qui concerne l’animation, lahausse suit celle constatée sur le marché dans son ensemble puisque le nombre de filmscroît de 18,3 % entre janvier et décembre (+1,5 % en moyenne par mois). Mis à part en avril,en août et en novembre, qui enregistrent une légère baisse de l’offre de films d’animation,tous les mois présentent un nombre de films en augmentation par rapport au moisprécédent.Sur l’année, l’animation représente entre 2,5 % (avril, mai et novembre) et 2,7 % (janvier,février, mars, octobre et décembre) de l’offre globale de films en VàD et compte entre107 films (avril) et 129 films (décembre) disponibles par mois.95,9 % des films d’animation disponibles en VàD en 2009 le sont en location, et 31,8 % entéléchargement définitif. Toutefois, la part des films disponibles en location est en retrait au Le marché de l’animation 111
  • 112. cours de l’année 2009, passant de 94,5 % en janvier à 82,9 % en décembre. A l’inverse, lapart des films en téléchargement définitif augmente : 24,8 % en janvier, et 34,1 % endécembre.La part des films d’animation dans l’offre locative est égale à celle de l’ensemble des films en2009 (2,7 %) alors que la part dans l’offre en téléchargement définitif est légèrementinférieure (2,6 %).Offre mensuelle de films en VàD selon le genre en 2009 fiction animation documentaire totaljanvier 3 915 109 85 4 109février 3 974 111 89 4 174mars 4 080 114 91 4 285avril 4 075 107 92 4 274mai 4 167 111 96 4 374juin 4 143 112 101 4 356juillet 4 260 117 104 4 481août 4 292 116 105 4 513septembre 4 327 118 111 4 556octobre 4 491 126 119 4 736novembre 4 555 121 122 4 798décembre 4 604 129 124 4 857année 5 178 148 133 5 459Source : CNC.Près de la moitié des films d’animation (48,0 %) proposés en VàD en 2009 sont américains,contre 25,7 % de films français, 12,8 % de films européens et 13,5 % de films nonaméricains et non européens.Parmi les 148 films d’animation disponibles en VàD en 2009, 36,5 % sont recommandés Artet Essai.53,4 % des films d’animation proposés sur les huit plates-formes analysées en 2009 ontréalisé moins de 500 000 entrées en salles. Toutefois, 17,6 % d’entre eux ont rassembléplus de 2 millions d’entrées.Sur l’année, l’augmentation du nombre de films d’animation (+18,3 % entre janvier etdécembre) est surtout le fait des films ayant réalisé entre 200 000 et un million d’entréesdont l’offre progresse de +25,5 % sur la période.L’offre de films en VàD, notamment de films d’animation, est largement dominée par lesœuvres de catalogue, et ce malgré un doublement du nombre de films d’animation de moinsde 12 mois entre janvier et décembre. Sur la même période, l’offre de films de catalogueaugmente de 26,0 % et celle des films dont la sortie en salles est comprise entre 12 et36 mois auparavant recule de 17,9 % (+18,3 % en moyenne tous films d’animationconfondus).Le nombre de films d’animation français nouveaux (date de sortie en salles antérieure demoins de 36 mois) diminue de 15,4 % sur la période janvier/décembre 2009, contre -9,1 %pour les films américains. A l’inverse, +66,7 % de films d’animation européens sontdisponibles en VàD sur l’année et +20,0 % de films non européens et non américains.Toutes nationalités confondues, l’offre de nouveaux films d’animation est identique en janvieret en décembre (32 films).Sur le segment de la nouveauté, 62,5 % des films d’animation disponibles en VàD endécembre 2009 ont réalisé moins de 500 000 entrées en salles et 9,4 % plus de 2 millions.112 Le marché de l’animation
  • 113. Offre mensuelle de films d’animation en VàD en 2009 janvier février juillet août avril mai juin septembre octobre novembre décembre année marstotal 109 111 114 107 111 112 117 116 118 126 121 129 148nationalitéfilms français 32 32 32 30 30 30 31 31 31 35 37 37 38films américains 48 49 51 48 49 48 51 50 52 55 49 55 71films européens 13 14 15 13 15 16 17 17 17 18 17 18 19autres films 16 16 16 16 17 18 18 18 18 18 18 19 20recommandationfilms Art et Essai 47 47 47 45 46 46 46 46 47 51 51 52 54films non recommandés 62 64 67 62 65 66 71 70 71 75 70 77 94entrées en sallesmoins de 200 000 42 42 42 40 42 43 42 42 42 45 44 46 48de 200 à 500 000 21 21 24 24 24 25 25 25 26 27 27 27 31de 500 000 à 1 million 12 13 12 12 14 14 16 16 16 17 16 15 18de 1 à 2 millions 18 19 20 20 20 20 20 19 18 20 21 22 25plus de 2 millions 16 16 16 11 11 10 14 14 16 17 13 19 26ancienneténouveauté<12mois 4 1 4 4 5 5 5 4 7 8 10 9nouveauté>12mois 28 32 32 33 33 34 36 33 30 26 24 23catalogue 77 78 78 70 73 73 76 79 81 92 87 97Source : CNC.En 2009, 37,2 % des films d’animation disponibles en VàD sont proposés sur une seule etunique plate-forme, 31,8 % sur deux plates-formes et 31,1 % sur au moins trois plates-formes.Toutefois, les offres mensuelles font apparaitre des résultats très contrastés. En effet, l’offreexclusive sur une plate-forme concerne entre 41,9 % (décembre) et 57,8 % (janvier) desfilms d’animation selon les mois. Ce phénomène illustre les comportements du marché quiaccorde parfois l’exclusivité d’une œuvre à une plate-forme sur une très courte durée.Offre mensuelle de films d’animation en VàD selon le nombre de plates-formes en 2009 une deux trois quatre cinq six totaljanvier 63 24 10 10 2 0 109février 62 27 10 10 2 0 111mars 59 33 8 11 3 0 114avril 57 30 8 9 3 0 107mai 59 32 7 10 3 0 111juin 60 30 9 10 3 0 112juillet 64 31 8 10 4 0 117août 64 31 8 10 3 0 116septembre 63 30 14 8 3 0 118octobre 60 37 16 9 3 1 126novembre 54 35 17 11 4 0 121décembre 54 37 20 14 3 1 129année 55 47 21 17 7 1 148Source : CNC. Le marché de l’animation 113
  • 114. B. Les programmes audiovisuels d’animation en vidéo à la demandeDe nombreuses plates-formes proposent des programmes audiovisuels d’animation enVàD : 6nema.com, AB Groupe, Arte VoD, CanalPlay, Carrefour, ClicMovies, EditionsMontparnasse, Europa Film Treasures, Fnac, France Télévisions, FHV, Gong, HarmattanTV, HW Films, Iminéo, INA, iTunes Video Store, KzPlay, M6 VoD, Orange, Shorts TV, TaffyKids, TF1 Vision, Vidéo Futur (Glowria), Vidéo@Volonté, Virgin Mega, Vodéo, VoDMania,Warner Video Live.Certaines chaînes de télévision qui diffusent des programmes d’animation les rendentdisponibles en Catch up TV sur leur site. Ainsi, il est possible de revoir certaines émissionsjeunesse sur le site de Canal J, TiJi, Gulli, M6, Mon Ludo (site qui propose les programmesd’animation de France Télévisions). A l’inverse, TF1 ainsi que les chaînes du groupe ABdonnent accès à leurs contenus uniquement en VàD.Canal+, via son site de téléchargement CanalPlay, propose un grand nombre de sériesdiffusées notamment sur les chaînes jeunesse du câble et du satellite (Nickelodeon, Jetix,TiJi, Canal J et Cartoon Network) ainsi que le catalogue Zooloo Kids. Zooloo Kids est unestructure regroupant les principaux producteurs français de dessins animés permettant lacréation d’un catalogue commun.L’offre VàD de Virgin Mega compte également des séries issues de la programmation deCanal J ainsi que des œuvres du catalogue Zooloo Kids. L’opérateur complète son offre pard’autres séries en tout genre et des mangas japonais.Le site de Carrefour dédié à la vidéo à la demande rend accessible une partie desprogrammes jeunesse de Jétix. Toutefois, le site propose davantage de courts métrages etd’œuvres éditées par Zylo. Zylo est une société audiovisuelle présente dans les domainesde la vidéo et de la télévision détenant un catalogue de séries télévisées et de programmesd’animation directement édités en vidéo, destiné notamment aux chaînes de télévision.Cinq plates-formes mettent à disposition des internautes une offre particulière d’œuvresd’animation. 6nema.com, Arte V○D et VODMania disposent de catalogues de courtsmétrages d’animation relativement diversifiés et surtout exclusifs. Toutefois, ces cataloguess’adressent à des amateurs du genre et notamment pas aux enfants, en général public ciblede l’animation. Dans un schéma similaire, Gong et KzPlay proposent uniquement desœuvres d’animation japonaise, plus communément appelées mangas.Les autres plates-formes mettent à disposition des séries et des courts métragesd’animation. Leur offre est souvent téléchargeable depuis plusieurs plates-formes. Quelquesunes proposent également des mangas japonais.114 Le marché de l’animation
  • 115. IX. Les interventions du CNC dans l’animationLes interventions du CNC dans l’animation se composent principalement d’aides à laproduction d’œuvres audiovisuelles destinées à une diffusion télévisuelle et d’aides à laproduction de longs métrages d’animation. Les entreprises qui produisent ou exploitent desœuvres d’animation peuvent également bénéficier d’aides aux nouvelles technologies, àl’édition vidéo, au jeu vidéo, aux nouveaux médias et à la vidéo à la demande.A. Les aides aux programmes audiovisuelsLes actions du CNC en faveur des programmes audiovisuels d’animation s’organisent autourde trois axes principaux : les aides à la création, les aides à la production et les aidesfavorisant la diffusion des programmes français. En 2009, les aides aux programmesaudiovisuels d’animation progressent de 27,8 % à 37,8 M€ (29,6 M€ en 2008).Les aides à la production de programmes audiovisuels d’animation représentent 17,8 % autotal des aides à la production audiovisuelle distribuées par le CNC.En 2009, les aides à la production de programmes audiovisuels d’animation se répartissententre 6,5 M€ d’aides sélectives, 22,8 M€ d’aides automatiques et 6,0 M€ d’avances surdroits. En moyenne en 2009, les aides à la production d’animation couvrent 16,7 % (18,4 %en 2008) du devis des œuvres.Aides aux programmes audiovisuels d’animation1 (M€) 2004 2005 2006 2007 2008 2009 évol. 09/08aides totales du CNC 29,0 25,0 38,8 26,9 29,6 37,8 +27,8%aides à la production 28,7 24,7 38,2 25,6 27,9 35,3 +26,4%1 Hors compléments de subventions.Source : CNC.Les aides aux programmes audiovisuels destinées à favoriser le développement denouveaux projets en animation peuvent être attribuées à des auteurs via le fonds d’aide àl’innovation audiovisuelle mis en place en novembre 2005, ou à des producteurs grâce auxaides à la préparation, au fonds d’aide à l’innovation audiovisuelle en développement ou auxaides au pilote.a. Les aides à l’écritureCes aides sont attribuées par le fonds de soutien à la création d’œuvres audiovisuelles àcaractère innovant et sont destinées à un couple d’auteurs littéraire et graphique pour lefinancement de leurs travaux d’écriture.Composition du comité d’experts (écriture et développement) pour l’année 2009 :Sidney Kombo, auteur graphique Isabelle Din Van Chi, productriceMuriel Achery, auteur littéraire Alexis Lavillat, producteurFabien Limousin, auteur-réalisateur Julie Fox, distributrice Le marché de l’animation 115
  • 116. En 2009, sept projets d’animation ont été aidés à l’écriture pour un montant total de 99 000 €(huit projets aidés pour 95 000 € en 2008).Les aides à l’écriture en 2009 projets aidés aides accordées (€)première session 3 39 000deuxième session 4 60 000total 7 99 000Source : CNC.Aides à l’écriture accordées en 2009Sexpériences 26x5’Auteurs : Sandra Schultze, Alexandra Petracchi Haut les mains – Animains 26x4’ Auteurs : Catherine Galodé, Catherine Bernet,Manières noires 1x12’ Romain Victor-PujebetAuteurs : Isabelle Gerbaud, Samuel Guenolé Calamity Albertine 52x5’Les Grandes Grandes Vacances 52x13’ Auteurs : Vérène Chazal, Serge ElissaldeAuteurs : Régis Faller, Delphine Maury, OlivierVinuesa Maniéba et les enfants du Fétiche 3x26’ Auteurs : Emmanuelle Gorgiard, Jean JacquesLa Science des soucis LonniAuteurs : Julien Leconte, Amandine Gallerand,Isabelle Lenobleb. Les aides au développementLes aides au développement du fonds de soutien à la création d’œuvresaudiovisuelles à caractère innovantCes aides au développement sont destinées à des entreprises de production pour lefinancement du développement d’un projet par le fonds de soutien à la création d’œuvresaudiovisuelles à caractère innovant.En 2009, dix projets d’animation ont été aidés au développement pour un montant total de237 000 € (neuf projets aidés pour 198 000 € en 2008).Les aides au développement en 2009 projets aidés aides accordées (€)première session 4 70 000deuxième session 6 167 000total 10 237 000Source : CNC.Aides au développement accordées en 2009Hailleurs 52x7’ Chroniques de la poisse 40x4’Producteur : Haïdouk ! Films Producteur : Je Suis Bien ContentContes sable et lumière 5x15’ Ni oui, ni non 78x3’30’’Producteur : Arkepix Productions Producteur : Planet Nemo Animation116 Le marché de l’animation
  • 117. Moutcho et Pitrouille 52x3’30’’ Les Klopobecks 100x30’’Producteur : Intervalists Producteur : Bobby ProdY’a pas de pépin 52x7’ Eden 20x13’Producteur : Je Suis Bien Content Producteur : Magnificat FilmsLes Aventures de Camisole 52x7’ 1914 10x30’Producteur : Araprod Producteur : Télémac ProductionsLes aides aux pilotesCes aides sont destinées à des producteurs qui développent des projets difficiles pourlesquels la fabrication d’un pilote est indispensable pour démarcher d’autres partenaires.16 projets ont été aidés en 2009 pour un montant total de 274 000 €.Les aides aux pilotes d’animation pilotes aidés aides accordées (€)2001 16 274 0002002 22 332 2442003 19 248 0002004 21 316 0002005 12 201 0002006 18 248 0002007 12 153 4112008 12 178 4002009 16 274 000Source : CNC.Aides aux pilotes accordées en 2009Toc Toc RobinsonRéalisateur : Lucas Vallerie Réalisateur : Thibaut ChatelAuteurs : Xavien Steenman, Julien Faure Auteur : Xavien SteenmanProducteur : Bobby Prod Producteur : Label-AnimLunar Oscar et HooRéalisateur : Philippe Le Für Réalisateur : Michael Dudok de WitAuteurs : Philippe Le Für, Frédéric Lenoir Auteurs : Christophe Erbes, Michel Dudok de WitProducteur : Zombrek Industries Producteur : OD MediasWaves of Lives Copy CutRéalisateur : Franck Michel Réalisateur : Christophe LourdeletAuteurs : Franck Michel, David Faure Auteurs : Ludivine Marquez Verissimo, DaoProducteur : Cassioepa Production Nguyen, Alexis Lavillat Producteur : NormaalSketRéalisateur : Guillaume Mautalent Les Mondes de PakoAuteur : Fred Remuzat Réalisateur : Virignie JallotProducteur : Panache Animation Auteurs : Pascale Gallmard, Viriginie Jallot Producteur : CalitoonMr. ARéalisateur : Charles-Antoine de Rouvre La Sirène, la Hyène et le RequinAuteurs : André Saravia, Charles-Antoine de Réalisateur : Olivier Jean-MarieRouvre Auteur : Olivier Jean-MarieProducteur : Rappi Productions Producteur : Xilam Le marché de l’animation 117
  • 118. Kit de survieRéalisateur : Régis Vidal Le Monde d’AdamAuteurs : Ariane le Fauconnier, Olivier Charasson Réalisateur : Marc DruezProducteur : Kit4Kids Auteurs : Sylvain Capelletto, Paul Rodrigues Producteur : Les Films du Poisson RougeBingo Bongo – La PâtéeRéalisateur : Fédérico Vitali Petit SapiensAuteur : Fédérico Vitali Réalisateur : Josselin RonseProducteur : Steamboat Films Auteur : Ronan Badel Producteur : 2 MinutesBabiolesRéalisateur : Mathieu Auvray Lucie et son dragon farceurAuteurs : Mathieu Auvray, Nicolas Schmerkin, Réalisateur : Isabelle LenobleSébastien Ors Auteur : Lisa BresnetProducteur : Autour de Minuit Producteur : Vivement Lundi !Les aides à la préparation sélectives et automatiques du CNCLes aides à la préparation sont destinées aux producteurs qui développent des projets envue de la préparation de la production d’une série.En 2009, 44 projets ont bénéficié de laide à la préparation pour un montant total de2 504 287 € dont 118 000 € au titre du soutien sélectif, 1 420 997 € au titre du soutienautomatique et 965 290 € d’aide « passerelle cinéma » (aide attribuée par le CNC aux longsmétrages d’animation), délivrée pour la préparation d’un long métrage. En 2008, les33 projets aidés à hauteur de 1 651 978 € l’avaient été pour 147 000 € au titre du sélectif,pour 1 104 978 € au titre de l’automatique, et 400 000 € au titre de l’aide « passerellecinéma ».Les aides audiovisuelles sélectives et automatiques à la préparation 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 évol. 09/08nombre de projets 24 11 13 16 28 33 44 +33,3%montant attribué (K€) 927,6 252,9 315,0 618,8 1 264, 1 652 2 504 +51,6%Source : CNC.Aides à la préparation accordées en 2009TerrablablaAuteurs : Masson Christian, Ducuing Olivier ZouProducteur : Tribal Touch Réalisateur : Lelardoux Olivier Auteurs : Reverend Alexandre, Bottier Isabelle,Max et la Pogne Gambrelle Fabienne, Gay Michel, Grenier Benoît,Réalisateurs : Macquart Moulin Alexandre, Blot Reverend ClémentNicolas Producteur : Cyber Group StudiosAuteurs : Viola Stéphane, Macquart MoulinAlexandre, Blot Nicolas MartineProducteur : Un Monde Meilleur Réalisateur : Allix Claude Auteurs : Marlier Marcel, Delahaye GilbertCopy Cut Producteur : Les ArmateursRéalisateur : Lourdelet ChristopheAuteurs : Lavillat Alexis, Marques Verissimo PomeloLudivine Réalisateur : Debar DominiqueProducteur : Normaal Auteurs : Debar Dominique, Badescu Ramona Producteur : Les Armateurs118 Le marché de l’animation
  • 119. Kelt - LEnfant des sortilèges Bob !Réalisateur : Pillyser Michel Réalisateur : Denoyelle VéraniqueAuteurs : Pillyser Michel, Portier Bernard Auteurs : Renucci Bernard, Sanders AlexProducteur : Seahorse Anim Producteur : StorimagesMiss Dolly Lulu & Momo from MarsAuteurs : Zurek Joanna, Chiquet Hervé, Barizeel Auteurs : Mit Stéphane, Doriath OlivierMarie-Cerise Producteur : FuturikonProducteur : Production & Partners Multimedia L’Académie des chevauxTous eco Auteurs : Begeot Laurence, Morchoisne GladysRéalisateurs : Leconte Julien, Le Noble Isabelle Producteur : FuturikonAuteurs : Le CorreJean-François, Leconte Julien, LeNoble Isabelle Je veux le prince charmantProducteur : Les productions Vivement Lundi Auteur : Bruller Hélène Producteur : FuturikonLe Prince et les 108 DémonsRéalisateur : Morelli Pascal SoulAuteurs : Morelli Pascal, Pecheux Jean Réalisateur : Gamble StuProducteur : Kayenta Production Auteur : Gamble Stu Producteur : Seahorse AnimTony et AlbertoRéalisateur : Magrangeas dit Raoul Eric Les SoggotsAuteurs : Mamoud Max, abas dit Dab’s Nicolas, Réalisateur : Pillyser MichelTzanos Georges-Olivier Auteurs : Forestier Bernard, Portier BernardProducteur : Toon Factory Producteur : Seahorse AnimChico Chica Boumba CatchRéalisateur : Babouche Cédric Réalisateur : Vaucelle CharlesAuteurs : Guirao Sydélia, Babouche Cédric, Auteurs : Jean Marie Olivier, Vaucelle CharlesSavoyat Clément Producteur : Xilam AnimationProducteur : Intervalists Floppy BlopLes Gees Auteurs : Guignement Christophe, Autret Yann,Réalisateurs : Charier Josselin, Rodelet Antoine Bocquillon dit Gudule AnneAuteurs : Gatinol Bertrand, Charier Josselin, Producteur : Production & Partners MultimediaRodelet AntoineProducteur : Studio Hari Les Zarbs Réalisateur : Segaud RomainHappiness Is Good for You Auteurs : Segaud Romain, Garel GwénolaRéalisateur : Mailhe Matthieu Producteur : Chez EddyAuteur : Mailhe MatthieuProducteur : XBO Films La Colo Auteurs : Verpilleux Nicolas, Ferre Benjamin, DeLes n’importe quoi Ravel dit Grelin BriceRéalisateurs : Deiss Sophie, Saurel alias Soandsau Producteur : FuturikonJean-ChristopheAuteurs : Deiss Sophie, Saurel alias Soandsau Clara et ses CreasJean-Christophe, Barcelo Didier Auteurs : Achery Muriel, Verpilleux Nicolas, RicaudProducteur : Wizz Anne, Olivier Christophe Producteur : FuturikonPoungiRéalisateur : Klotz Emmanue Le Monde d’EbiiAuteurs : Klotz Emmanuel, Vives dit Chanmax Réalisateur : Danto RichardBastien, Chammas Renaud Auteur : De Ravel dit Grelin BriceProducteur : Xilam Animation Producteur : Futurikon Le marché de l’animation 119
  • 120. Chronokids LOlympeRéalisateur : David Pascal Auteur : Gaudel KevinAuteur : Verpilleux Nicolas Producteur : Seahorse AnimProducteur : Futurikon B 51Les Amis féeriques Réalisateur : Garcia PatriceRéalisateur : Pillyser Michel Auteurs : Garcia Patrice, Magalon Henri, TrapezasAuteur : Lejoyeux Pierre Franck, Benalal EddyProducteur : Seahorse Anim Producteur : Maybe MoviesRobbie Ecolo Tony RabbitRéalisateur : Clemencon Frédéric Auteurs : Ray Wendlling Anne, GuignementAuteur : Clemencon Frédéric Christophe, Lefebvre dit Sti RonanProducteur : Marlou Films Productions Producteur : Production & Partners MultimediaNelson BoitabacRéalisateur : Duda Daniel Réalisateur : Dabos ValérieAuteurs : Bertschy Christophe Auteurs : Chatel Thibaut, Bertrand Franck,Producteur : Dupuis Edition & Audiovisuel Monsigny Jacqueline Producteur : Label-AnimSummer CampAuteurs : Damant Aurore, Du Pontavice Marc, La Planète de ReinetteO’Sullivan Linda Réalisateur : Duval IsabelleProducteur : Xilam Animation Auteur : Duval Isabelle Producteur : Double Metre AnimationIce AcademyRéalisateur : Dabos ValérieAuteurs : Chatel Thibaut, Monsigny JacquelineProducteur : Label-AnimB. Les aides au cinémaLes aides à la production cinématographique de long métrage (aide au développement,avance sur recettes, soutien automatique) ainsi que les aides à la distribution (soutienautomatique et aide sélective) sont susceptibles dêtre accordées pour les longs métragesdanimation, dans les mêmes conditions que pour les films en prises de vue réelles.Des professionnels de lanimation sont consultés en qualité dexperts pour prendre encompte les particularités de production propres aux films danimation.a. Le long métrage d’animationAide à l’écritureEn 2009, pour le soutien au scénario, un film danimation a obtenu une aide à lécriture :Louis en hiverAuteur : Jean-François Laguionie120 Le marché de l’animation
  • 121. Aide au développementCette aide est destinée à soutenir les producteurs dans cette phase dinvestissement àrisque que constitue le travail décriture sous ses différents aspects : option ou achat dedroits dadaptation cinématographique, écriture, bible graphique.En 2009, cinq projets de long métrage danimation ont été soutenus dans le cadre de laideau développement pour un montant total de 254 400 €, contre sept projets en 2008 pour306 000 €.Projets d’animation aidés à l’aide au développement de long métrage en 2009La TraverséeAuteur : Marie Despléchin et Florence MiailheProducteur : Les Films de l’Arlequin Hard rock sur HarcouëtLe Dernier Troll Auteurs : Samuel Tourneux et Mathieu RobinAuteur : Jérôme Boulbes et Fumio Obata Producteur : Manny FilmsProducteur : Lardux Films Le Magasin des suicidesOzie Boo le film Auteur : Patrice LeconteAuteurs : Pierre Sissmann et Alexandre Reverend Producteur : Diabolo FilmsProducteur : Cyber Groupe AnimationAides à la productionSoutien sélectif (avance sur recettes)Trois projets d’animation ont obtenu l’avance sur recettes en 2009 :Approved for AdoptionRéalisateurs : Laurent Boileau et Jung HeninTante Hilda contre AttilemRéalisateur : Jacques-Rémy GirerdKerity, la maison des contes (avance après réalisation)Réalisateur : Dominique MonférySoutien automatiqueLe soutien automatique à la production cinématographique est calculé au prorata du nombred’entrées du film en salles de cinéma, du montant des ventes de droits de diffusion sur leschaînes de télévision et du chiffre daffaires généré par son édition vidéo.Le montant calculé sur les résultats de ces différents modes d’exploitation est pondéré parun coefficient fixé en fonction des dépenses de production réalisées en France, appréciéespar l’application d’un barème de 100 points. Ce barème est adapté aux films réalisés enanimation 2D ou en animation en images de synthèse.Le montant du soutien ainsi généré est destiné à être réinvesti dans la production dautresfilms de long métrage de cinéma. Le marché de l’animation 121
  • 122. Le calcul de ce soutien est déclenché par lagrément, dont les conditions doctroi(qualification européenne et barème de calcul du soutien financier) sont adaptées auxconditions de fabrication pour les films danimation.Cinq films d’animation de long métrage ont été agrées en 2009 (9 films en 2008).- Quatre films d’initiative française (8 films en 2008) :Le Chat du rabbin Titeuf le filmRéalisateur : Joann Sfar et Antoine Delesvaux Réalisateur : Philippe ChapuisProducteur : Autochenille Production Producteur : Moonscoop IPTotally Spies ! le film Sea RexRéalisateur : Pascal Jardin Réalisateur : Pascal Vuong et Ronan ChapalainProducteur : Marathon Media Producteur : N3D Land Productions- Un film minoritaire français (1 film en 2008) :Le Marchand de sable et le sable perdu des rêvesRéalisateur : Jesper MöllerProducteur : Amuse Filmsb. Le court métrage d’animationLe CNC attribue, de manière sélective via des commissions spécialisées, des aidesfinancières à la production de films de court métrage (films dune durée inférieure à uneheure destinés à une diffusion en salle), soit à l’état de projets (contributions financières),soit après leur réalisation (prix de qualité).Les contributions financièresLes contributions financières sont attribuées avant réalisation, en jugeant de la qualitéartistique du projet. Neuf aides avant réalisation ont été accordées à des courts métragesd’animation en 2009. Huit d’entre elles ont été chiffrées pour un total de 515 000 €, soit uneaide moyenne de 64 375 €.Contributions financières accordées à des courts métrages d’animation en 2009Agnieszka-Agnes Hubert l’homme aux bonbonsRéalisatrice : Izabela Burkhardt Bartosik Réalisatrice : Marie PaccouProducteur : Moviala Films Producteur : Les Films de l’ArlequinBao Kali le petit vampireRéalisatrice : Sandra Desmazières Réalisatrice : Régina PessoaProducteur : Les Films de l’Arlequin Producteur : FolimageChienne d’histoire Le Môme TintouinRéalisateur : Serge Avedikian Réalisateur : Loïc MaloProducteur : Sacrebleu Productions Producteur : Lardux Films122 Le marché de l’animation
  • 123. Mademoiselle Kiki et les MontparnosRéalisatrice : Amélie Harrault Tati RamitsuProducteur : Les 3 Ours Réalisatrice : Victoria Vancells Producteur : JPL FilmsMendelssohn est sur le toitRéalisateur : Jean-Jacques PrunesProducteur : Les films de l’ArlequinLes aides au programme d’entrepriseLes aides au programme d’entreprise ont pour objectif de favoriser le développementdentreprises qui produisent régulièrement, assurent la meilleure diffusion possible des filmsde court métrage et prennent les risques inhérents à lactivité de découverte etdaccompagnement de nouveaux talents.Sept aides concernent des courts métrages d’animation en 2009. Six d’entre elles ont étéchiffrées pour un montant total de 340 000 €, soit une moyenne de 57 500 € par projet.Les aides au programme concernant des courts métrages d’animation accordées en 2009LHomme GarouRéalisateurs : Joke Van de Steen / Valère Lommel LHistoire du petit PaoloProducteur : Folimage Réalisateur : Nicolas Liguori Producteur : Les Films du NordLe CirqueRéalisateur : Nicolas Brault DeyrouthProducteur : Folimage Réalisatrice : Chloé Mazlo Producteur : Les Films sauvagesEl FantalmaRéalisateurs : François-Xavier Goby / Clément Bolla Là où meurent les chiensProducteur : Les Films de l’Arlequin Réalisatrice : Svetlana Filipova Producteur : Sacrebleu ProductionsVascoRéalisateur : Sébastien LaudenbachProducteur : Les Films du NordC. Les aides aux industries techniques, au multimédia et à la vidéoLe CNC soutient la recherche et l’innovation dans le cinéma, l’audiovisuel et le multimédia. Ilaccompagne les mutations du secteur des industries techniques liées au déploiement destechnologies numériques en soutenant léquipement, linnovation et les travaux de R&D deces entreprises. Il favorise également la prise de risque des producteurs recourant, dans lecadre de la production dune œuvre cinématographique ou audiovisuelle, aux nouvellestechnologies de limage et du son.Dans le secteur des nouveaux médias, le CNC soutient la création et la production decontenus pour internet et les écrans mobiles. Il contribue au développement de projetsdestinés à plusieurs supports de diffusion. Dans le domaine du jeu vidéo, il accompagne lescréateurs dans leurs démarches d’innovation, en partenariat avec le ministère en charge del’industrie et gère le crédit d’impôt pour les dépenses de création.Le CNC aide l’édition de vidéogrammes d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles àcaractère culturel et soutient la numérisation, la mise en ligne et l’éditorialisation de Le marché de l’animation 123
  • 124. catalogues d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles françaises et européennes surles services de vidéo à la demande.a. Les aides aux nouvelles technologies en productionLes aides aux nouvelles technologies en production accompagnent la prise de risque duproducteur qui fait appel à des techniques innovantes (effets spéciaux numériques, imagesde synthèse, mise au point de procédés spécifiques, relief). Elle est attribuée sous formedune subvention sélective et ne prend en compte que les dépenses afférentes à lutilisationou au développement de ces nouvelles techniques de production.Cette aide sadresse aux producteurs dœuvres audiovisuelles ou cinématographiques decourt ou de long métrage. Dans certains cas, les œuvres doivent, pour être éligibles, avoirreçu une première aide du CNC. Depuis 2008, l’aide aux nouvelles technologies enproduction soutient également les œuvres en relief.En 2009, 24 projets ont été soutenus (19 dans le domaine du cinéma et 5 dans le secteuraudiovisuel) pour un montant global de 1,01 M€. Six projets concernaient des œuvresdanimation ou comportaient des séquences en animation (cinq courts métrages et un pilotede long métrage). Ils ont été aidés pour un montant global de 0,14 M€. En 2008, 1,24 M€ ontpermis de soutenir 33 projets (28 dans le domaine du cinéma et 5 dans le secteur del’audiovisuel). 0,92 M€ avaient aidé 19 projets d’œuvres d’animation (sept courts métrages,deux longs métrages et dix pilotes de longs métrages).b. Les aides à la recherche et à l’innovation en audiovisuel et multimédia (RIAM)Le réseau RIAM, lancé en février 2001, a été créé par le ministère de la Recherche, leministère délégué à l’Industrie et le ministère de la Culture et de la Communication (via leCNC). Il a pour objectif d’animer la communauté hétérogène des acteurs privés et publicsconcernés par la recherche et le développement en audiovisuel et multimédia et de soutenirfinancièrement les projets déposés par ces acteurs. Il favorise l’activité de recherche et dedéveloppement au sein des entreprises et cherche à encourager les partenariats avec leslaboratoires de recherche publique.En juillet 2007, le CNC a lancé un nouveau dispositif, en collaboration avec OSEOInnovation, qui a pour particularité de ne soutenir que les projets de R&D portés par les PMEdu secteur, et notamment les projets mono-partenaires. Les projets peuvent être déposés àtout moment auprès du CNC et sont examinés tout au long de lannée.En 2009, une aide mixte constituée de subvention et d’avance remboursable a été attribuéeà 15 projets, dont quatre concernaient l’animation.c. Le crédit d’impôt internationalLe crédit d’impôt international, dont les décrets d’application ont été publiés le 1er décembre2009 au Journal Officiel, concerne les films d’initiative étrangères dont tout ou partie de lafabrication a lieu en France.124 Le marché de l’animation
  • 125. Il est accordé de façon sélective par le CNC à la société qui assure en France la productionexécutive de l’œuvre, sur la base d’un barème de points validant le lien de cette œuvre avecla culture, le patrimoine et le territoire français.Il représente 20 % des dépenses du film en France, et peut atteindre au maximum 4 millionsd’euros.En 2009, trois longs métrages de fiction (un américain, un britannique, un japonais), un longmétrage d’animation américain et une série télévisée britannique ont bénéficié de cetteincitation fiscale, au bénéfice du rayonnement de la culture française et européenne et de lafilière cinématographique et audiovisuelle. L’investissement prévisionnel total en Francecorrespondant est de l’ordre de 30 M€.d. Le fonds d’aide au jeu vidéoCofinancé par le ministère de lEconomie, de l’Industrie et de lEmploi et le CNC, le fondsd’aide au jeu vidéo a pour objectif de soutenir la recherche et le développement, l’innovationet la création dans le secteur du jeu vidéo, à travers trois dispositifs :• une aide à la pré-production de jeux vidéo qui vise à lever les verrous technologiquesnécessaires à la réalisation du prototype d’un jeu non commercialisable,• une aide à la maquette pour des projets de jeux vidéo aux contenus éditoriaux innovantssur tous supports en ligne ou hors-ligne,• une aide destinée aux opérations à caractère collectif qui relèvent de la promotion del’ensemble de la profession, et notamment : colloques, journées d’études, journéesprofessionnelles, festivals de portée nationale ou internationale.En 2009, 74 projets ont été aidés pour un montant global de 4 276 000 €. Lun de ces projetsest une déclinaison, sur Facebook, de séries ou de films danimation et a été aidé pour unmontant global de 50 000 €.Aide se rapportant à lanimation accordée en 2009Société Projet Spies World est une application Facebook (jeu social) en 2D de type jeu de gestion deTotally Spies ! le film carrière, dans laquelle le joueur incarne une apprentie espionne directement inspiré de la série Totally Spies. Son but : « devenir la meilleure Spies du monde… »Source : CNC.e. Les aides aux projets pour les nouveaux médiasDepuis 2007, le fonds d’aide aux projets pour les nouveaux médias accompagne desœuvres audiovisuelles innovantes qui intègrent les spécificités de l’internet et/ou des écransmobiles dans leur démarche artistique et de diffusion.Un premier dispositif d’aide à l’écriture et au développement de projets multisupports avocation à favoriser les passerelles et développer les synergies entre les nouveaux médias,le cinéma et la télévision, au bénéfice d’une création originale. Deux autres dispositifs de Le marché de l’animation 125
  • 126. soutien sont par ailleurs destinés à accompagner le développement et la production decontenus spécifiques pour internet et les écrans mobiles.Ce fonds est destiné d’une part à stimuler, en amont de la phase de production, l’innovationet la diversification des modes de création, d’autre part à enrichir et renouveler les contenusdiffusés sur les nouveaux médias. Les aides à l’écriture et au développement sont ouvertesaux auteurs et aux entreprises de production.En 2009, 13 % des projets multisupports retenus lors des trois sessions de sélection sontdes projets d’animation. Parmi les projets spécifiquement destinés à internet et/ou auxécrans mobiles, l’animation représente 17 % des projets en développement et 6 % desprojets en production.Projets d’animation soutenus en 2009BludzeeProduction : Ave ! Comics Liquidation totale !Auteur : Lewis Trondheim Auteurs : Guillaume Wojazer, Antoine SilvestriSupport : écrans mobiles (disponible sur iPhone) Support : internetBubble Gubs Adventure MicrobeProduction : Les Tanukis Auteur : Olivier BessonAuteur : Damien Briatte Supports : télévision, internet, écrans mobiles, jeuSupport : internet vidéoDes petites histoires de… WizzardzProduction : Petite Ceinture Auteurs : Mathieu Mailhé, Julien FournetAuteurs : Anne Jaffrenou, Christian Janicot, Joris Supports : télévision, internet, jeu vidéoClertéSupports : télévision, internet, écrans mobilesKit de survieProduction : Kit 4 KidsAuteurs : Ariane Le Fauconnier, Régis Vidal, OlivierCharasson, Sophie PincemailleSupports : télévision, internet, écrans mobilesf. Les aides à l’édition vidéoLe soutien financier à lédition de vidéogrammes destinés à lusage privé du public estaccordé sous deux formes : automatique ou sélective.Le soutien automatique est destiné aux éditeurs vidéo commercialisant des films françaisagréés et sortis en salles depuis moins de cinq ans et des programmes de courts métrages.Le soutien automatique est attribué à un éditeur vidéo au prorata du chiffre d’affaires qu’il aréalisé sur des « films générateurs ». Le soutien automatique est « mobilisé » par l’éditeur àsa seule initiative, au moment de son choix.Chaque éditeur accumule donc sur un compte ouvert au CNC un montant de droits ausoutien automatique, au fur et à mesure de ses déclarations mensuelles de chiffre d’affaires.Le soutien sélectif encourage lédition de projets à caractère culturel, après avis dunecommission. Le soutien sélectif comprend une aide sélective unitaire et une aide au126 Le marché de l’animation
  • 127. programme éditorial. Pour cette dernière aide, le soutien attribué porte sur l’ensemble duprogramme présenté.En 2009, 287 dossiers ont été aidés à l’aide sélective unitaire pour un montant total de1,58 M€ (309 projets pour 1,86 M€ en 2008). Parmi ces projets, 16 concernaient l’éditiond’œuvres d’animation (13 en 2008). Ils ont été soutenus pour un montant global de 88 000 €,ce qui représente un montant moyen par projet de 5 500 € (5 161 € en moyenne en 2008).Quelques titres d’animation ont également été aidés dans le cadre de l’aide sélective auprogramme éditorial 2009, pour un montant total de 16 399 €.Aides sélectives accordées à l’édition vidéo d’œuvres d’animation en 2009société titre du projet aides (€)Bac Films Chasseurs de dragons 15 000Diaphana Distribution Persepolis 1 500Diaphana Distribution Azur et Asmar 1 500France Télévision Distribution Histoires comme ça 9 000France Télévision Distribution Les Trésors cachés de Michel Ocelot 10 000Les Films du Whippet La Montagne aux bijoux 1 000Bach Films LAnthologie des frères Fleischer 6 000Chalet pointu 3D Kids 1 000Arte France Développement Pierre et le loup 7 000Arte France Développement Petit à petit 4 000Chalet pointu Animatic volume 6 4 000Editions Scope Extrême Cinéma 3 000Les Films du Whippet Le Petit Monde de Bahador 3 000France Télévision Distribution Mia et le Migou 12 000France Télévision Distribution Brendan et le secret de Kells 5 000MK2 SA La Véritable Histoire du Chat Botté 5 000Total 88 000g. Les aides à la vidéo à la demande (VàD)Le CNC a souhaité pérenniser en 2009 le soutien au développement du marché de la vidéoà la demande (VàD) inauguré par l’appel à projets de 2008.Les deux appels à projets lancés en 2009 visent à favoriser l’exploitation des catalogues, ladiversité de l’offre et l’exposition des œuvres françaises et européennes en VàD.Toute entreprise détentrice d’un catalogue de tous types de droits VàD peut ainsi demanderà bénéficier d’une aide à la numérisation et à l’enrichissement éditorial pour les œuvrescinématographiques et/ou audiovisuelles françaises et européennes de ce catalogue, au titrede « l’aide aux détenteurs d’un catalogue de droits VàD ».Toute entreprise détentrice d’un catalogue de tous types de droits VàD et égalementresponsable d’un service de VàD peut solliciter un soutien pour la numérisation, la mise enligne et l’éditorialisation d’un catalogue d’œuvres cinématographiques et/ou audiovisuellesfrançaises et européennes sur son service de VàD, au titre de « l’aide aux éditeurs deservices de VàD ».Par ailleurs, les éditeurs vidéo qui souhaitent développer une stratégie de diffusioncomplémentaire d’une œuvre en DVD et en VàD pourront solliciter une « majoration de l’aidesélective à la vidéo » obtenue pour cette même œuvre. Le marché de l’animation 127
  • 128. En 2009, 12 dossiers d’aide aux détenteurs d’un catalogue de droits VàD et 24 dossiersd’aide aux éditeurs de services de VàD ont été soutenus pour un montant global de1 090 000 €.Parmi ces projets, deux concernaient des catalogues d’œuvres d’animation. Ils ont été aidéspour un montant global de 65 000 €.Aides accordées à la vidéo à la demande pour des catalogues d’œuvres d’animation en 2009 volume dusociété type d’aide (€) catalogueMoonscoop Digital Média 152 heures Aide aux détenteurs d’un catalogue de droits VàD 15 000France Télévisions Distribution 155 heures Aide aux éditeurs de services de VàD 50 000Source : CNC.Majoration VàD accordées à des œuvres d’animation dans le cadre de l’aide sélective àl’édition vidéo en 2009 aide sélective majoration VàDsociété titre du projet vidéo accordée (€) accordée (€)France Télévisions Distribution Histoires comme ça 9 000 2 000France Télévisions Distribution Les trésors cachés de Michel Ocelot 10 000 1 000France Télévisions Distribution Mia et le Migou 12 000 900France Télévisions Distribution Brendan et le secret de Kells 5 000 900Source : CNC.D. L’exportation, la promotiona. Les aides à l’exportation de programmes audiovisuelsEn 1995, le CNC a mis en place une aide permettant aux producteurs et aux distributeursd’utiliser des outils performants pour commercialiser leurs programmes à l’étranger. Cetteaide est accordée à des œuvres audiovisuelles de fiction, d’animation, à des documentaireset à des enregistrements de spectacles éligibles au compte de soutien. Elle est destinée àfinancer en partie le doublage, le sous-titrage et éventuellement le reformatage des œuvresainsi que la fabrication d’instruments de promotion (plaquettes, bandes de démonstration,etc.). Ces aides sont attribuées de manière sélective après avis d’une commission deprofessionnels.En 2009, les aides à la promotion et à la vente à l’étranger de programmes audiovisuelsreculent de 8,2 % par rapport à l’année précédente. 1 158,7 K€ sont attribués à 312 œuvres(1 261,7 K€ pour 375 œuvres en 2008) au titre de l’aide à la promotion et à la vente àl’étranger, soit un montant moyen par programme de 3 714 € (3 365 € en 2008). L’animationconcentre près de la moitié (46,2 %) de ces aides, avec 535,8 K€ versés en 2009 (-15,7 %par rapport à 2008).Les projets d’animation présentés par 16 sociétés de production ou de distribution ontbénéficié de ce mécanisme.128 Le marché de l’animation
  • 129. Programmes audiovisuels ayant bénéficié d’une aide à l’exportation en 200910 Francs : Marathon :Drôles de bêtes Le Club des cinqDu vent dans les toiles Objectif TerreLa Cour des gants Spiez ! Nouvelle générationVille et Voitures Totally Spies ! Le film Famous 5Alphanim : Monster Buster ClubGalactik Football saison 1&2 Foot de rueHairy Scary Le Manège enchantéLa Cuisine est un jeu denfantsLApprenti Père Noël Moonscoop :Les Blagues de Toto Ava Riko TéoLes Mystères dAlfred Bunny MaloneyMatt et les monstres CasperZap Collège Code Lyoko Cosmic Quantum RayBlue Spirit Animation : Dr DogGrabouillon saison 2 Fantastic Four Géronimo StiltonCarrere Group : SamsamBarbe rouge TiteufCyber Group Animation : Normaal Animation:Ozie Boo saison 2 Mandarine and cowFolimage : Planet Nemo Animation :LHiver de Léon Mille et une histoires BaliFrance Télévision Distribution :Podcats Seahorse Anim: InamiLes Cartooneurs Associés :Martin matin Storimages: Yakari Toon Factory: Franky Sbow Xilam Animation : Magic Mr Bébé Oggy et les cafards saison 3 Rahanb. Les aides à l’exportation de films cinématographiquesLes aides sélectives à l’exportation de films cinématographiques s’articulent autour de quatreguichets : l’aide à la prospection à l’étranger, l’aide à la distribution, les aides au doublage etau sous-titrage et l’aide aux « overlays » (sous-titrage en espagnol).Laide à la prospection des marchés étrangers a pour objectif de soutenir la promotion àl’international des films français mise en place par les exportateurs. Le marché de l’animation 129
  • 130. L’aide à la distribution a pour vocation de contribuer au renforcement de la qualité desstratégies de distribution des films français à l’étranger. Selon le film distribué et le territoireconcerné, l’aide a vocation à offrir un effet de levier commercial et financier à la présencedes films français et à favoriser leur émergence.Les aides au doublage et au sous-titrage ont pour objet de soutenir la réalisation d’un sous-titrage ou d’un doublage en anglais afin de favoriser la prospection des marchés à l’étrangerpour un film donné.Enfin, l’aide aux « overlays » consiste à prendre en charge, pour un film exporté enAmérique latine hispanophone, la fabrication de l’overlay band (bande grande longueur) enespagnol neutre. Cette aide est plafonnée à 10 000 € par overlay.Entre 2003 et 2009, 919 films cinématographiques ont bénéficié d’une ou plusieurs aidessélectives à l’exportation, pour un montant total de 18,49 M€, soit 20 119 € en moyenne parfilm.Les aides à l’exportation de films cinématographiques 1 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 totalnombre de films aidés 189 186 168 136 136 179 229 919aides accordées (M€) 2,82 2,97 2,77 2,00 2,15 2.80 2.98 18,49aide moyenne par film (€) 14 932 15 947 16 460 14 692 15 821 15 667 13 021 20 1191 Le nombre total de films est différent de la somme des nombres annuels car certains films sont soutenus au titre de plusieursannées.Parmi les 919 films aidés à l’exportation entre 2003 et 2009, 22 sont des longs métragesd’animation, soit 2,4 % de l’ensemble. Les films d’animation reçoivent près de 676 000 €. Ilscaptent ainsi 3,7 % du total des aides distribuées sur la période.En moyenne, les films d’animation sont soutenus à hauteur de 30 716 € par titre entre 2003et 2009, soit plus de 1,5 fois l’aide moyenne tous genres confondus.En 2009, le poids de l’animation dans l’attribution des aides à l’exportation diminue ennombre de films (2,6 %) malgré une part des subventions relativement élevée au regard desautres années (3,7 %).Les aides à l’exportation de films cinématographiques d’animation 1 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 totalnombre de films aidés 5 3 2 3 7 8 6 22% du nombre tous genres confondus 2,6 % 1,6 % 1,2 % 2,2 % 5,1 % 4,5 % 2,6 % 2,4 %aides accordées (K€) 96,1 25,3 98,8 85,0 174,1 87,2 109,3 675,8% des aides tous genres confondus 3,4 % 0,9 % 3,6 % 4,3 % 8,1 % 3,1 % 3,7 % 3,7 %aide moyenne par film (€) 19 211 8 437 49 424 28 333 24 867 10 899 18 214 30 7161 Le nombre total de films est différent de la somme des nombres annuels car certains films sont soutenus au titre de plusieursannées.c. La promotionPour aider à faire connaître les œuvres françaises et soutenir la présence des producteursfrançais sur les marchés du film d’animation, le CNC participe à plusieurs manifestations. Ilest l’un des principaux partenaires du Festival et du Marché international d’Annecy. Une aideest également apportée à TV France International et Unifrance Films pour faciliter laprésence des producteurs et distributeurs français sur les marchés internationaux, ainsi queles contacts avec les diffuseurs étrangers.130 Le marché de l’animation
  • 131. Annexes Le marché de l’animation 131
  • 132. Annexe 1 – Productions 100 % françaises d’animation aidées par le CNC en2009Margooyaz 40x1’ Raymond saison 2 52x7’Réalisateur : Boyer Ulrich Réalisateur : Gadiou RomainAuteur : Boyer Ulrich Auteur : Gadiou RomainProducteur : Techtonik Producteur : Everybody On DeckDiffuseur : Antenne Réunion Diffuseurs : GulliLulu Vroumette 52x12’ Leon, (t)erreur de la savanne 52x3’Réalisateur : Ivernel Guillaume Réalisateur : So AlexandreAuteur : Cuenca Catherine Auteur : So AlexandreProducteur : Mondo TV France Producteur : Studio HariDiffuseurs : France 5, TIJI Diffuseurs : France 3, Canal JSam Spoiler 20x1’ Dragons et Princesses 10x13’Réalisateur : Ronse Josselin Réalisateur : Ocelot MichelAuteur : Ziolkowski Fabrice Auteur : Ocelot MichelProducteur : Studio Broceliande Producteur : Nord Ouest FilmsDiffuseur : Canal J Diffuseur : Canal PlusLes Envahisseurs 1x6’ Le Professeur Gamberge saison 2 75x2’Réalisateur : Leynaud Johan Réalisateur : Schalit JeanAuteur : Leynaud Johan Auteur : Schalit JeanProducteur : Double Metre Animation Producteur : Cuvier ProductionsDiffuseur : Canal Plus Diffuseur : France 3Le Baiser de la lune 1x26’ Tendres Agneaux saison 2 100x1’Réalisateur : Watel Sébastien Réalisateur : Dubreuil RodolpheAuteur : Watel Sébastien Auteur : Bottela BenjaminProducteur : L’Espace du Mouton à Plumes Producteur : JPL FilmsDiffuseur : Cité Média Diffuseurs : France 3 Ouest, GULLILes Terres imaginées 1x60’ Mandarine & Cow saison 2 78x7’Réalisateur : Delmotte Eric Réalisateur : Lavillat AlexisAuteur : Delmotte Eric Auteur : Coulon YvesProducteur : 5ème Etage Production Producteur : NormaalDiffuseur : Canal Plus, Planète Diffuseur : France 3Poèmes du monde saison 2 10x4’ Kinoa 4 6x4’Réalisateur : Audouy Hervé Réalisateur : Martin Jean-LoupAuteur : Besse Cyril Auteur : Martin Jean-LoupProducteur : C Productions Chromatiques Producteur : Cendrane FilmsDiffuseur : Cap Canal Diffuseur : Cap Canal, Huit Mont Blanc132 Le marché de l’animation
  • 133. Annexe 2 – Coproductions internationales d’animation majoritairementfrançaises aidées par le CNC en 2009Gormiti saison 1 26x24’ Gormiti saison 2 26x24’Réalisateur : Jardin Pascal Réalisateur : Pinon PascalAuteur : Chalvon Demersay Vincent Auteur : Chalvon Demersay VincentProducteur : Marathon Média Producteur : Marathon MédiaDiffuseurs : M6, JETIX Diffuseurs : M6, Canal JLe Petit Nicolas 52x12’ P’tits Diables saison 1 52x12’Réalisateur : Bouron Arnaud Réalisateur : Boreal MarcAuteur : Delaporte Matthieu Auteur : Boreal MarcProducteur : Method Animations Producteur : FuturikonDiffuseurs : M6, Disney Channel Diffuseurs : Canal Plus, M6, TeletoonLa Petite Géante 52x12’ Eliot Kid saison 2 52x12’Réalisateur : Reynal Olivier Réalisateur : Valdes PascalAuteur : Coulon Yves Auteur : Dorsey DidierProducteur : Alphanim Producteur : Samka ProductionsDiffuseur : Gulli Diffuseurs: TF1, Disney ChannelCommandant Clark 52x12’ Les Dalton 78x8’Réalisateur : Leblanc Norman, Joseph Réalisateur : Jean Marie OlivierAuteur : Leblanc Norman, Joseph Auteur : Henry Jean-FrançoisProducteur : GO-N Productions Producteur : Xilam AnimationDiffuseur : France 5 Diffuseurs : Canal Plus, France 3Les Nouvelles Aventures de Spirou et Fantasio – Kaeloo 52x7’saison 4 13x24’ Réalisateur : Chapotot RémiRéalisateur : Duda Daniel Auteur : Henry Jean-FrançoisAuteur : Prothee Claude Producteur : Cube Créative ProductionsProducteur : Dupuis Edition & Audiovisuel Diffuseur : Canal PlusDiffuseur : M6 Ozie Boo Spéciaux (Un ami pour noël - Une nuitGarage Club 26x7’ mystérieuse) 2x26’Réalisateur : Cazes Eric Réalisateur : Lelardoux OlivierAuteur : Stervinou Pascal Auteur : Druez MarcProducteur : Pinka Producteur : Cyber Group StudiosDiffuseur : Game One Diffuseur : TIJILes Blagues de Toto 52x12’ Spiez ! Nouvelle génération saison 2 26x24’Réalisateur : Dayez Gilles Réalisateur : Berry StéphaneAuteur : Louf Frédéric dit Fred Auteur : Chalvon Demersay VincentProducteur : Alphanim Producteur : Marathon MédiaDiffuseur : M6 Diffuseurs : TF1, Canal JOoohhhasis n° 60x7’ 2 Léonard 78x8’Réalisateur : Garcia David Réalisateur : Vidal PhilippeAuteur : Townsend Ben Auteur : Bernasconi StéphaneProducteur : Teamto Producteur : Ellipsanime ProductionsDiffuseur : TF1 Diffuseurs : Canal J, GULLI Le marché de l’animation 133
  • 134. Les Aventures du petit prince 26x24’ Tempo Express 26x24’Réalisateur : France Jérôme Réalisateur : Bretaudau JackyAuteur : Delaporte Mathieu Auteur : Bretaudau JackyProducteur : Method Animation Producteur : Les Cartooneurs AssociésDiffuseur : France 3 Diffuseur : France 3Diego Oasis 52x12’ Ozie Boo ! Protège ta planète 78x3’Réalisateur : Jallot Virginie Réalisateur : Lelardoux OlivierAuteur : Merle Isabeau Auteur : Lelardoux OlivierProducteur : Millimages Producteur : Cyber Group StudiosDiffuseurs : Canal Plus, Teletoon Diffuseur : TIJIMagic Planet 52x12’ Minuscule n° 78x5’ 2Réalisateur : Chatel Thibaut Réalisateur : Szabo ThomasAuteur : Chatel Thibaut Auteur : Szabo ThomasProducteur : Label - Anim Producteur : FuturikonDiffuseur : France 3 Diffuseur : France 2Grenadine et Mentalo 39x7’ Un drôle d’animal saison 2 26x2’Réalisateur : Berthier Eric Réalisateur : Grandame SoniaAuteur : Berthier Eric Auteur : Compere DanièleProducteur : Patoon Animation Producteur : Le Regard SonoreDiffuseur : TF1 Diffuseur : Teletoon, Cap CanalLes Podcats saison 2 36x7’ Marcelino pan y vino n° 26x23’ 3Réalisateur : Chevalier Eric Réalisateur : Picard XavierAuteur : Chevalier Eric Auteur : Picard XavierProducteur : PMP Producteur : Philippe Mounier Marketing ProductionDiffuseur : France 3 Diffuseur : TF1Gaston Lagaffe 78x7’ Foot de rue saison 3 26x24’Réalisateur : Lavillat Alexis Réalisateur : Bigloux BrunoAuteur : Franquin André Auteur : Berts PeterProducteur : Normaal Producteur : MarathonDiffuseur : France 3, France 2 Diffuseur : France 3, GULLITara Duncan 26x24’ Garfield & Compagnie saison 2 52x12’Réalisateur : Bastier Eric Réalisateur : Vidal PhilippeAuteur : Capoccia Héloïse Auteur : Bounoure LaurentProducteur : Moonscoop IP Producteur : Ellipsanime ProductionsDiffuseur : M6, Disney Channel Diffuseur : France 3P’tits Diables saison 2 26x12’ Chicken Town 39x7’Réalisateur : Boreal Marc Réalisateur : Meulemans NikoAuteur : Boreal Marc Auteur : Berts PeterProducteur : Futurikon Producteur : Ellipsanime ProductionsDiffuseur : Canal Plus, M6 Diffuseur : Canal Plus, Orange Cinéma SériesLes Sauvenatures 52x12’ Sally Bollywood 52x12’Réalisateur : Pittet Christophe Réalisateur : Hoarau JérémieAuteur : Melchior Durand Stéphane Auteur : Scott TonyProducteur : Alphanim Producteur : Télé Images KidsDiffuseur : France 3, France 5 Diffuseur : France 3, Disney Channel134 Le marché de l’animation
  • 135. Annexe 3 – Coproductions internationales d’animation minoritaires françaisesaidées par le CNC en 2009Les Nouvelles Aventures de Babar 52x12’Réalisateur : Fallows MikeAuteur : De Brunhoff JeanProducteur : TeamtoDiffuseur : TF1Le Livre de la jungle 52x11’Réalisateur : Choquet ChristianAuteur : Becchetti DidierProducteur : Moonscoop IPDiffuseur : TF1Groove High 26x24’Réalisateur : Turkovics RudyAuteur : De Loriol JeanProducteur : Planet Nemo AnimationDiffuseur : Disney ChannelRudolph 52x3’Réalisateur : Mertens RudiAuteur : Mertens RudiProducteur : Les Films De La PerrineDiffuseurs : Canal J, GULLI Le marché de l’animation 135
  • 136. Annexe 4 – L’animation au CNC : Contacts • Direction de l’audiovisuelDirecteur : Laurent CORMIERDirecteur adjoint : Ludovic BERTHELOTService du soutien à l’industrie des programmesDépartement AnimationSophie CHEYNETsophie.cheynet@cnc.fr3 rue Boissière – 75116 ParisTéléphone : 01 44 34 34 20Télécopie: 01 44 34 34 52 • Direction du cinémaDirecteur : Olivier WOTLINGDirectrice adjointe : Valérie LEPINE-KARNIKService du soutien à la production et à la distributionChef de service : Jean-Luc DOUATCaroline CORcaroline.cor@cnc.fr12 rue de Lübeck – 75116 ParisTéléphone : 01 44 34 38 39Télécopie : 01 44 34 37 24Service des aides sélectives à la production et à la distributionChef de service : Rafaële GARCIArafaele.garcia@cnc.fr11 rue Galilée – 75116 ParisTéléphone : 01 44 34 38 05Télécopie : 01 44 34 38 40136 Le marché de l’animation
  • 137. • Direction du multimédiaDirecteur : Guillaume BLANCHOTDirecteur adjoint et chef du service des industries techniques et de l’innovation : IgorPRIMAULTigor.primault@cnc.frTéléphone : 01 44 34 34 63Service des contenus multimédiasChef de service : Valérie BOURGOINvalerie.bourgoin@cnc.fr11 rue Galilée – 75116 ParisTéléphone : 01 44 34 36 17Téléphonie : 01 44 34 34 62 • Direction de la création, des territoires et des publicsDirectrice : Anne COCHARDService de la créationChef de service : Valentine ROULETDépartement courts métragesMorad KERTOBImorad.kertobi@cnc.fr11 rue Galilée – 75784 Paris cedex 16Téléphone : 01 44 34 34 30Télécopie : 01 44 34 38 64 Le marché de l’animation 137

×