Penser la trace numérique : quels paradigmes, quels possibles ? Par Cléo Collomb et Olivier Sarrouy

  • 3,739 views
Uploaded on

Article de Cléo Collomb (Université de Technologie de Compiègne) et Olivier Sarrouy (Université Rennes 2) présenté lors des SMC Research Awards 2013

Article de Cléo Collomb (Université de Technologie de Compiègne) et Olivier Sarrouy (Université Rennes 2) présenté lors des SMC Research Awards 2013

More in: Internet
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
3,739
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
9

Actions

Shares
Downloads
27
Comments
0
Likes
1

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Penser la trace numérique : quels paradigmes, quels possibles ? Article co-écrit par Cléo Collomb (Université de Technologie de Compiègne) et Olivier Sarrouy (Université Rennes 2) Proposition pour les SMC Research Awards - Décembre 2013 Qu’est-ce que l’informatique en réseau fait aux hommes et à la façon dont ils vivent ensemble ? Si certains anthropologues comme André Leroi-Gourhan (1964) ont pu montrer que les outils ont un impact très fort sur l’homme jusqu’à modeler par exemple la forme de son cerveau – en effet la taille du silex a impliqué des facultés d’anticipation (quels enchaînement de coups dois-je entreprendre pour obtenir un côté tranchant ?) et de représentation induisant le développement des parties antérieures du cortex – comment concrètement le numérique comme technique modifie notre être-ensemble ? Le développement du web 2.0, des réseaux sociaux, des interfaces incitant à et accueillant la participation des individus – rares sont en effet de nos jours les pages web qui ne proposent aucunes fonctionnalités de partage, de like ou aucun espace de commentaires –, le succès des blogs, des tumblr, des éditeurs de textes collaboratifs, ou encore des forums semblent donner lieu à un renouveau des formes de sociabilité (Beaudoin, 2002) et des relations de « face à face à distance ». D’un autre côté, toutes ces actions et interactions génèrent des données qui peuvent être récoltées et stockées par défaut et subir différents traitements de type datamining qui vont permettre de faire émerger des corrélations, des patterns (Anderson, 2008) et de définir des profils. Ces profils offrent de multiples possibilités d’anticipation : prédire des épidémies à partir des mots-clés entrés dans la barre de recherche de Google, devancer les désirs d’achat pour les susciter à l’aide d’une publicité toujours plus ciblée,
  • 2. 2 Penser la trace numérique : quels paradigmes, quels possibles ? – Cléo Collomb et Olivier Sarrouy Proposition pour les SMC Research Awards 2013 prévoir autant que possible des attentats terroristes afin d’intervenir avant leur réalisation ou plus simplement personnaliser les résultats proposés par les moteurs de recherche. Ces pratiques de dataveillance aussi bien que de profilage ne vont pas sans susciter de grandes questions : droit à l’oubli, protection de la vie privée, thèse de la bulle (Pariser, 2011), digital labor, etc. L’informatique en réseau semble donc à la fois rendre possible une sociabilité rejouée tout en traçant ces nouvelles interactions de façon à les offrir à des traitements algorithmiques qui sont autant de récupérations économiques pas toujours au goût de tous. L’analyse des médias sociaux parait ainsi s’échouer dans un dramatique va-et- vient : d’un côté la liberté renouvelée de s’exprimer, de s’exposer, de partager, d’interagir ; de l’autre une récupération économique de cette liberté et des formes de gouvernementalité par individualisation où la vie privée se trouve au cœur des enjeux politico- économiques. Et si les dispositifs numériques temporisaient des potentiels relationnels qui excèdent cette alternative, mais qui – pour exister – exigeaient une variation des cadres théoriques avec lesquels nous tâchons de penser le contemporain? Le jeune chercheur embarqué dans son temps a donc une responsabilité : celle de distribuer la question contemporaine dans des termes qui nous donnent envie de l’habiter. Cet article a donc une double visée. D’abord, celle d’emmener la question des relations et des traces numériques sur un terrain où ce qui nous intéresse – à savoir les potentiels communautaires – puisse exister ; ensuite et par ce geste même, celle de montrer que la pensée est importante car elle a le pouvoir de faire exister ce à quoi l’on tient et de distribuer les questions dans des termes qui peuvent ou non susciter le désir de nous investir dans ce qui nous arrive. La question qui va nous occuper est celle de la trace numérique. Elle se trouve au cœur des enjeux de traçabilité et suscite un engouement général (Galinon- Ménélec, 2012-2013) dans le contexte francophone du moins (dans le monde anglo-saxon, on a plutôt tendance à parler de data, de big data, de digital footprint ou encore de trail, le terme de digital traces n’apparaissant presque que sous la plume d’auteurs francophones traduits en anglais). Cette spécificité francophone traduit-elle une certaine orientation de la pensée ? Nous proposons donc un travail d’ordre théorique sur le concept de « trace numérique » en montrant que les cadres de pensée ont un impact sur les mondes qu’ils font à chaque fois exister. Concrètement, nous montrerons en quoi la référence au paradigme indiciaire de Carlo Ginzburg (1989) pose
  • 3. 3 Penser la trace numérique : quels paradigmes, quels possibles ? – Cléo Collomb et Olivier Sarrouy Proposition pour les SMC Research Awards 2013 nécessairement – nous semble-t- il – la question des traces numériques dans les termes de l’aliénation et de la résistance, en faisant notamment référence aux travaux récents de Louise Merzeau (2013). Nous chercherons ensuite à éprouver en quoi la trace, comprise à partir des travaux de Derrida (1971), permet d’ouvrir la possibilité d’une certaine éthique de l’effacement, temporisant – au- delà d’une résistance à l’aliénation – des potentiels communautaires à même le dispositif technique. Il s’agira donc de dépasser la position de résistance à l’aliénation dans laquelle nous place une compréhension indiciaire de la trace numérique, pour chercher à dégager des potentiels grâce au concept derridien de trace. La trace numérique à l’aune du paradigme indiciaire : entre aliénation et résistance Carlo Ginzburg, historien italien bien connu, s’est intéressé de près à la question de la trace, notamment dans un texte intitulé «Traces. Racine d’un paradigme indiciaire » (1989). Il y met en évidence deux des dimensions fondamentales de la trace comme indice, à savoir qu’elle est nécessairement non-intentionnelle du côté de l’émetteur et interprétée du côté du récepteur. La trace est ce qui, laissé involontairement, appelle un art de l’interprétation. Par exemple, l’empreinte que laisse un animal dans la boue est involontaire et requiert une interprétation de la part du chasseur qui le traque ; un faussaire pourrait être repéré, par le critique d’art qui le guette, à la façon dont il peint, sans y prendre garde, les lobes des oreilles de la Joconde qu’il cherchait à copier ; un psychanalyste freudien se tient à l’affût des lapsus par définition involontaires afin d’interpréter les signes de la personnalité profonde d’un patient ; on encore, Sherlock Holmes flaire les mèches de cheveux oubliées par mégarde sur le lieu d’un crime pour remonter au suspect. Dans le même ordre d’idée, on pourrait considérer que les données automatiquement générées à l’occasion d’actions et interactions en ligne sont largement non-intentionnelles et peuvent faire l’objet d’interprétations automatisées et massives (datamining) qui conféreraient ainsi une forme de scientificité toute galiléenne à l’art interprétatif toujours singulier des indices, radicalisant en cela l’ambition de la statistique (Ginzburg, 1989). Mais si un lien indiciaire est toujours maintenu entre la trace et son origine à laquelle il s’agit donc de remonter, la numérisation malmène profondément ce lien en
  • 4. 4 Penser la trace numérique : quels paradigmes, quels possibles ? – Cléo Collomb et Olivier Sarrouy Proposition pour les SMC Research Awards 2013 conférant aux traces une volatilité inédite : on peut alors parler de « déliaison des traces » (Merzeau, 2013). L’individu peut donc se retrouver « dépossédé du sens de ses agissements » dans la mesure où ses moindres clics et partages, ses commentaires, ses navigations, bookmarks ou retweets, bref ses moindres faits et gestes, ses « actes d’énonciation » au sens le plus large possible génèrent des données qui peuvent largement être sorties de leur contexte de production pour intégrer des bases de données qui serviront de terreau aux pratiques de profilage. Cette rupture du lien indiciaire offre la subjectivité à des phénomènes de déterritorialisation, l’arrache à ses contextes d’énonciation pour la reterritorialiser dans les codes économiques et algorithmiques du profilage non sans une forme de violence. Puisque les données numériques sont volatiles, le lien indiciaire entre la trace et son émetteur est rompu, dépossédant ainsi – pour quiconque se référerait au paradigme indiciaire – le sujet de ses empreintes alors infiniment offertes à différents traitements. Les traces, écrit par exemple Louise Merzeau, « se détachent ainsi de la personne pour mener une existence autonome, hors de notre contrôle ou de notre assentiment. » L’individu se retrouve pillé de ses propres énonciations et il s’agit de travailler à rendre possible des réappropriations individuelles et collectives de nos propres traces. La numérisation faisant violence à la trace dans sa dimension indiciaire, il faut donc chercher à protéger le lien indiciaire des effets de décontextualisation récupérés par une idéologie de la personnalisation : par exemple en posant « un droit de désactiver nos traces afin de les soustraire aux effets de la décontextualisation » (2013 :1) ou en travaillant la construction de traces mémorielles dans une perspective de réappropriation collective. Lorsqu’elles sont comprises à l’aune d’un paradigme indiciaire, les traces numériques apparaissent donc dans leur dimension potentiellement aliénante, et ménagent pour les chercheurs et praticiens des Internets des espaces de résistance reposant sur des formes de réappropriations individuelles et collectives. Mais puisque la rupture du lien indiciaire entre l’émetteur et sa trace est le propre de toute écriture et puisqu’elle est radicalisée par la numérisation, une référence à un cadre théorique qui postule un tel lien ne nous emmène-t-elle pas nécessairement vers le constat d’une perte, impliquant une distribution de la question des traces numériques dans les termes de l’aliénation et de la résistance ? Et alors, est-ce qu’un cadre théorique qui aborderait la trace dans sa force essentielle de rupture du lien indiciaire ne nous permettrait-il pas de déployer un nouvel espace de questions, à même de neutraliser le sentiment de cette perte originaire et de faire exister d’autres possibles ? C’est à
  • 5. 5 Penser la trace numérique : quels paradigmes, quels possibles ? – Cléo Collomb et Olivier Sarrouy Proposition pour les SMC Research Awards 2013 faire exister ces possibles que nous souhaitons travailler en cherchant à faire varier les termes du problème pour l’emmener au-delà du jeu entre aliénation et résitance. Cela, grâce à un autre cadre théorique que celui de l’indice : celui de la trace, au sens de Jacques Derrida. Penser la trace numérique avec Derrida : faire exister des potentiels Derrida (1972) s’est attaché à montrer que le contexte d’une énonciation, d’une écriture n’est jamais absolument déterminable, ni assuré ou saturé. Pour lui, tout acte de communication – toute écriture – excède par définition son contexte, aussi bien du côté de l’émetteur de la trace que de son destinataire. Difficile donc, dans une perspective derridienne, de voir dans la volatilité des traces hors de leur contexte de production un potentiel désappropriant puisque toute trace est par définition dissémination. Du côté du destinataire d’abord, la notion de contexte n’a pas de sens puisque toute écriture signe l’absence du destinataire. « On écrit pour communiquer quelque chose à des absents. » (1972 : 372) Mais des absents qui ne sont pas seulement présents au-delà de ma perception spatio-temporelle. « Un signe écrit s'avance en l'absence du destinataire. Comment qualifier cette absence ? On pourra dire qu'au moment où j'écris, le destinataire peut être absent de mon champ de perception présente. Mais cette absence n'est-elle pas seulement une présence lointaine, retardée ou, sous une forme ou sous une autre, idéalisée dans sa représentation ? (...) Il faut, si vous voulez, que ma “communication écrite” reste lisible malgré la disparition absolue de tout destinataire. » (374-375) Toute trace, pour être ce qu’elle est, doit fonctionner « en l’absence radicale de tout destinataire empiriquement déterminé en général. » Du côté de l’émetteur, aussi, insiste l’absence « à la marque qu’il abandonne, qui se coupe de lui et continue de produire ses effets au-delà de sa présence et de l’actualité présente de son vouloir-dire, voire au-delà de sa vie même, cette absence qui appartient pourtant à la structure de toute écriture – et, j’ajouterai plus loin, de tout langage en général ». Il y a donc une dérive essentielle de la trace, « qui se trouve coupée de toute responsabilité absolue, de la conscience comme autorité de dernière instance » (376). C’est-à-dire que la trace est une marque abandonnée, qui excède ce qu’a pu vouloir dire son émetteur et qui mène une vie autonome, qui pourra continuer à fonctionner – être comprise – au-delà de son contexte de production ; qui pourra travailler d’autres situations
  • 6. 6 Penser la trace numérique : quels paradigmes, quels possibles ? – Cléo Collomb et Olivier Sarrouy Proposition pour les SMC Research Awards 2013 et être interprétée ailleurs, autrement – différemment. « Ecrire, c’est produire une marque qui constituera une sorte de machine à son tour productrice, que ma disparition future n’empêchera pas principiellement de fonctionner et de donner, de se donner à lire et à réécrire. Quand je dis “ma disparition future”, c’est pour rendre cette proposition plus immédiatement acceptable. Je dois pouvoir dire ma disparition tout court, ma non-présence en général, et par exemple la non-présence de mon vouloir-dire, de mon intention-de- signification, de mon vouloir-communiquer-ceci à l’émission ou à la production de la marque... » (376) La trace, au sens de Derrida, implique donc essentiellement l’absence de l’émetteur et du destinataire et c’est en ce sens qu’il faut comprendre qu’« un signe écrit comporte une force de rupture avec son contexte, c’est-à-dire l’ensemble des présences qui organisent le moment de son inscription. » (377) Une force de rupture avec le contexte dit « réel », c’est-à-dire le « présent » de l’inscription, le présent du scripteur et de son intention. Mais aussi avec le contexte « sémiotique et interne » : « en raison de son itérabilité essentielle, on peut toujours prélever un syntagme écrit hors de l'enchaînement dans lequel il est pris ou donné, sans lui faire perdre toute possibilité de fonctionnement, sinon toute possibilité de “communication”, précisément. On peut éventuellement lui en reconnaître d'autres en l'inscrivant ou en le greffant dans d'autres chaînes. Aucun contexte ne peut se clore sur lui. » (377) Par définition, donc, la trace est en rupture avec son contexte ; elle est essentiellement dérive, marque abandonnée et peut être insérée dans des chaînes de significations qui ne sont pas celles de son « contexte » de production. Derrida nous permet donc d’acter l’excès de la trace sur son contexte et d’explorer les effets de cette dissémination des données numériques puisque chercher à les contrer n’a désormais – hors de tout paradigme indiciaire – plus de sens. Il ne s’agit pas de « donner raison » à Derrida plus qu’à Ginzburg, mais d’écouter ce que pourrait rendre possible une compréhension derridienne et non pas indiciaire des traces numériques. Plutôt que de chercher à résister à la décontextualisation des traces – aliénante lorsqu’elle est récupérée par des idéologies de la personnalisation –, il s’agit de la prendre pour acquise et d’explorer en quoi elle peut être porteuse de potentiels communautaires inédits. L’être-en-commun passerait ainsi par des formes de dissémination subjective, organisées par le dispositif technique dans un agencement homme-algorithme.
  • 7. 7 Penser la trace numérique : quels paradigmes, quels possibles ? – Cléo Collomb et Olivier Sarrouy Proposition pour les SMC Research Awards 2013 Vers des agencements hommes-algorithmes La dissémination inhérente à toute trace – numérique – est activement organisée par le dispositif technique (informatique en réseau) : les traces sont manipulables, asignifiantes, disctètes, calculables (Bachimont, 2012), déliables et la plupart des plateformes web disposent d’une API – Application Programming Interface – permettant le partage de l’accès aux données entre différentes applications renforçant ainsi la mobilité des traces. Elles peuvent en effet être réagencées, décontextualisées, intégrées. L’autonomisation des traces n’est pas un mécanisme accidentel des plateformes web, elle est activement précipitée par le dispositif qui va jusqu’à en radicaliser le principe en offrant les traces à leur profonde décontextualisation. L’application toute récente « What Would I Say ? »1 consiste par exemple en un bot capable de générer des phrases que l’on pourrait dire, à condition bien sûr qu’on lui accorde l’accès à nos traces abandonnées sur Facebook. Toutes les actions et interactions que j’ai pu réaliser sur le réseau social depuis que j’y suis inscrit se trouvent ainsi sorties de leur contexte de production pour leur faire dire ce que je pourrais dire. Et voilà que je me retrouve dans la peau du destinataire imprévu d’un émetteur absent, dont la rencontre a été organisée par un robot. Quant au moteur de recherche de Google, l’algorithme de hiérarchisation et de personnalisation de l’information organise, dans les réponses qu’il apporte à chaque requête, la rencontre entre des émetteurs absents et des destinataires imprévus grâce à un agencement des traces. En effet, chaque acte d’énonciation abandonne des traces qui, sorties de leur contexte, vont alimenter les bases de données à partir desquelles la hiérarchisation des pages web calculée par Google va avoir lieu. Chaque internaute – par ses faits et gestes abandonnant des traces – a ainsi un effet sur l’ensemble de la communauté des utilisateurs de Google, dont la rencontre est organisée par des algorithmes. L’informatique en réseau semble donc, en plus de rendre possible un renouveau de la socialité et des rapports interpersonnels de « face à face à distance », organiser les relations de côte à côte des multitudes. La récolte massive et par défaut des traces rendue possible par le dispositif technique numérique ouvre certes sur des pratiques de profilage qui peuvent revêtir des dimensions aliénantes, mais aussi sur des formes d’être-ensemble qui engagent la rencontre accidentelle et algorithmiquement organisée de sujets disséminés – à condition que l’on accepte de penser la trace numérique à 1 http://what-would-i-say.com/
  • 8. 8 Penser la trace numérique : quels paradigmes, quels possibles ? – Cléo Collomb et Olivier Sarrouy Proposition pour les SMC Research Awards 2013 partir d’un paradigme différent de celui de l’indice. C’est toute l’architecture des sites, les achitextes qui sont écrits de manière à organiser la dissolution des auteurs dans leurs actes d’énonciation et l’absence de leurs destinataires. Les dispositifs de captation des traces, l’architecture des interfaces qui cadrent les actions des utilisateurs leur permettant par exemple de voter, de noter, de cliquer, de liker, de « juger ce commentaire utile » ne sont-ils pas autant de manières de suspendre l’identité et l’intention de l’énonciateur en l’exposant à une énonciation impersonnalisée ? Ne s’agit-il pas ici de protocoles interactionnels qui n’octroient aucune autorité spécifique au vouloir-dire originel de l’auteur ? L’organisation algorithmique de ces traces – lorsqu’elle classe par exemple des commentaires par ordre de pertinence – n’invite pas à reconstituer derrière le dire (la trace), les intentions de l’énonciateur qui n’a d’ailleurs pas à s’en justifier. L’énonciation impersonnalisée – ce qu’on dit – devient ce qui est dit pour un destinataire absent aux yeux duquel l’émetteur est absent lui aussi. Les algorithmes organisent donc les traces, c’est-à-dire la rencontre accidentelle entre des sujets disséminés, anonymes, impersonnels, qui font certes l’économie d’une relation de face à face mais ne s’en retrouvent pas moins à partager quelque chose comme un monde commun. Et c’est à l’exploration de ce monde commun que nous souhaitons consacrer nos recherches, c’est-à-dire aux modes d’expression inédits des collectifs à l’heure du web, en tant qu’ils reposent sur des dissolutions subjectives et des formes de désœuvrement (Nancy, 1986) – c’est-à-dire qu’ils ne sont pas le fruit d’un projet (Sarrouy, 2013 ; Cardon, 2013). Les cadrages théoriques auxquels on se réfère pour aborder les questions que nous adresse le contemporain n’ont rien ni d’anodin, ni de superflu. Ils ont au contraire le pouvoir de distribuer les problèmes dans des termes qui feront que l’on aura envie de s’en saisir ou non. Nous avons cherché à montrer ici que si la référence au paradigme indiciaire pour penser la trace numérique induisait nécessairement le sentiment d’une perte première liée à la rupture du lien indiciaire radicalisée par la numérisation, l’appel aux travaux de Derrida permettait de prendre acte de la rupture de ce lien et d’explorer comment l’autonomie des traces algorithmiquement agencée pouvait donner lieu à des formes d’être-ensemble qu’il nous reste encore à explorer mais qui reposent sur des dissolutions subjectives et ne sont pas le fruit de quelconques projets. Si la référence au paradigme indiciaire a tendance à nous faire comprendre la sociabilité à l’ère de la traçabilité généralisée dans les termes d’une délégation
  • 9. 9 Penser la trace numérique : quels paradigmes, quels possibles ? – Cléo Collomb et Olivier Sarrouy Proposition pour les SMC Research Awards 2013 ou d’un asservissement machinique, l’appel aux textes de Derrida nous permet de la comprendre comme des agencements hommes-algorithmes. Bibliographie Bachimont, B. (2012). Le sens de la technique. Paris: Encre Marine. Beaudouin, V. (2002). De la publication a la conversation. Réseaux, 6(116), 199- 225. Berns, T., & Rouvroy, A. (2013). Gouvernementalité algorithmique et perspectives d’émancipation. Réseaux, 1(177), 163-196. Bordeleau, E. (2012). Foucault Anonymat. Montréal: Le Quartanier. Casilli, A. (2010). Les liaisons numériques. Paris: Seuil. Cardon, D. (2013). Dans l’esprit du PageRank. Réseaux, 1(177), 63-95. Derrida, J. (1971). Signature, événement, contexte. Communication au Congrès international des Sociétés de philosophie de langue française, Montréal. Foucault, M. (2001). Dits et Ecrits I & II. Paris: Gallimard. Ginzburg, C. (1989). Mythes, emblèmes, traces. Paris: Verdier. Goody, J. (1979). La raison graphique. Paris: Les Editions de Minuit. Kaplan, F. (2011). Chacun dans sa bulle digitale. Frederic Kaplan. Consulté le 14/09/2013 depuis http://fkaplan.wordpress.com/2011/11/29/chacun-dans-sa- bulle- digitale/ Leroi-Gourhan, A. (1965). Le geste et la parole 1 & 2. Paris: Albin Michel. Merzeau, L. (2013). L’intelligence des traces. Intellectica, (59), 115-136. Nancy, J- L. (1986). La communauté désoeuvrée. Paris: Christian Bourgois. Pariser, E. (2011). The Filter Bubble. New York, NY: Penguin Press. Stiegler, B. (1994). La technique et le temps. Paris: Galilée. arrouy, O. (a paraitre). Des algorithmes comme actants interactionnels. In Actes de l’ICA Regional Conference, 7-8 mars 2012, Lille/Roubaix.