Argumentation et engagement dans les communications médiatisées par ordinateur : analyse expérimentale d’une situation de débat via Internet. Par Jérôme Guegan

  • 1,259 views
Uploaded on

Article de Jérôme Guegan (ingénieur de recherche en psychologie sociale - Arts et Métiers ParisTech) présenté lors des SMC Research Awards 2013

Article de Jérôme Guegan (ingénieur de recherche en psychologie sociale - Arts et Métiers ParisTech) présenté lors des SMC Research Awards 2013

More in: Internet
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
1,259
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
10

Actions

Shares
Downloads
3
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Argumentation et engagement dans les communications médiatisées par ordinateur : analyse expérimentale d’une situation de débat via Internet Jérôme Guegan Pascal Moliner & Robert-Vincent Joule Proposition pour les SMC Research Awards - Décembre 2013 Avec le développement d’Internet, les possibilités d’expression se sont démultipliées. On ne compte plus aujourd’hui les forums et autres blogs où chacun peut faire état de ses opinions sur des questions d’actualité ou sur des sujets plus généraux. Les échanges en ligne qui opposent différents points de vue mobilisent diverses constructions sociales, stéréotypes, orientations politiques, idéologies etc. Dans ces situations, les individus ne sont pas isolés, ils sont exposés aux arguments et contre-arguments de chacun et expriment à leur tour des opinions susceptibles d’influencer leurs interlocuteurs. On peut se féliciter de ces nouvelles formes d’expressions libres et publiques et voir dans leur développement les signes du progrès des sociétés démocratiques. Mais elles s’accompagnent parfois de dérives inquiétantes. En effet, Internet semble constituer un support privilégié pour véhiculer des contenus et des opinions contre-normatifs tout en dissimulant son identité véritable (Douglas, 2007). Il s’agit aussi d’un cadre idéal pour mobiliser une audience (Klein et al., 2007) qui n’oserait pas accéder à certains contenus s’ils étaient disponibles sur tout autre support. Par exemple, un rapport remis au Premier Ministre Français (Falque-Pierrotin, 2010) révèle une augmentation de 70% des pages internet francophones associées à des contenus racistes entre 2006 et 2007. Ce même rapport cite une étude réalisée en 2009 par le centre Simon Wiesenthal qui montre qu’entre 2000 et 2009, le nombre de sites faisant l’apologie de la haine raciale et du terrorisme est passé de 1400 à 10 000 au niveau international.
  • 2. 2 Argumentation et engagement dans les communications médiatisées par ordinateur : analyse expérimentale d’une situation de débat via Internet - Jérôme Guegan, Pascal Moliner, & Robert-Vincent Joule Proposition pour les SMC Research Awards - Décembre 2013 Ces constats suscitent plusieurs interrogations : quelle influence exercent les communications médiatisées par ordinateur (CMO) sur l’expression et les comportements des individus ? L’expression d’une opinion lors d’une CMO peut-elle renforcer l’attitude de celui qui l’exprime ? Il s’agit donc de se demander si les conséquences attitudinales de l’expression d’une opinion ou d’un argument peuvent être modulées en fonction du contexte de communication en ligne. Le présent article se propose de fournir quelques éléments de réponse en mobilisant les conceptions issues de la psychologie de l’engagement et des travaux portant sur l’expression des individus sur Internet. Engagement et changement d’attitude Depuis les travaux de Kiesler (1971), on sait que sous certaines conditions, la réalisation d’un acte peut entraîner des conséquences sur les attitudes (i.e., opinions, points de vue relatifs à un objet donné) et les comportements ultérieurs de son auteur. Ces conséquences sont le fruit d’un phénomène d’engagement qui peut se définir comme un lien unissant l’individu à l’acte produit (Joule & Beauvois, 1998). Ainsi, pour peu qu’il soit observable et attribuable à celui qui le réalise, tout acte (e.g., signer une pétition, argumenter en faveur d’une cause) est susceptible d’engager son auteur. Lorsque l’acte produit est contraire à l’attitude initiale de l’individu, on assiste à un effet de rationalisation qui se traduit par une modification de l’attitude dans le sens de l’acte effectué. En effet, selon la théorie de la dissonance cognitive (Festinger, 1957), le fait de réaliser des actes contre-attitudinaux génère un état d'inconfort psychologique appelé dissonance, que l’on réduit en changeant d’attitude (Hogg & Smith, 2007). Lorsque l’acte produit va dans le sens de l’attitude initiale de l’individu, on observe généralement un effet de renforcement de cette attitude. Ce renforcement rendrait l’individu plus résistant à toute tentative de persuasion (Kiesler et al., 1971) et conduirait à accepter plus facilement des arguments extrêmes allant dans le sens de l’attitude initiale (Pallak et al., 1972). Cet article aborde les effets de l’engagement et le changement d’attitude associé lors d’une situation de débat sur Internet. Puisque l’étude de l’engagement consiste à analyser le lien qui unit l’individu et ses comportements, il s’agit d’appréhender en quoi les contextes de communication en ligne peuvent infléchir ce lien. Pour être pleinement engageant, un acte doit notamment être public, non-anonyme (Pallak & Cummings, 1976), explicite et irrévocable (Kiesler & Sakumara, 1966). Ces différents facteurs influencent la visibilité sociale de l’acte (Joule & Beauvois, 1998).
  • 3. 3 Argumentation et engagement dans les communications médiatisées par ordinateur : analyse expérimentale d’une situation de débat via Internet - Jérôme Guegan, Pascal Moliner, & Robert-Vincent Joule Proposition pour les SMC Research Awards - Décembre 2013 Dans cette perspective, le caractère anonyme ou visible des communications en ligne peut influencer le degré d’engagement. En effet, puisqu’elles s’initient à distance, le plus souvent textuellement, les CMO peuvent limiter les possibilités d’identification des utilisateurs (e.g., absence d’informations personnelles, utilisation de pseudonymes). Même s’il reste possible d’inférer certaines caractéristiques personnelles (e.g., par le biais du style d’écriture ou des informations recueillies ; Hayne & Rice, 1997), l’anonymat perçu par les utilisateurs est sensiblement renforcé. Par ailleurs, dans un contexte de communication anonyme, les individus ne perçoivent pas les spécificités de leurs différents interlocuteurs. En masquant les attributs idiosyncrasiques, l'anonymat a donc la propriété de fournir une présentation uniforme et standardisée des individus (Lee, 2004). Or, les individus pourraient avoir d’autant plus l’impression de s’exprimer devant une audience que cette dernière est composée d’individualités distinctes et reconnaissables plutôt que d’entités anonymes identifiables par un code personnel ou un pseudonyme. Cette uniformisation de l’audience peut donc minimiser le caractère public de l’acte. Parallèlement, l’utilisation de pseudonymes ou de codes personnels peut réduire la visibilité sociale. Les contributions individuelles lors d’un débat en ligne pourraient alors se confondre avec les arguments exposés par les différents interlocuteurs soutenant la même position. Ainsi, plusieurs études utilisant le paradigme du « Qui-dit-quoi ? » (Taylor et al., 1978) révèlent qu’il est plus difficile d’identifier la source d’une contribution en situation de CMO anonyme qu’en condition de visibilité (e.g., Postmes et al., 2002). Cette composante de l’anonymat pourrait aussi infléchir l’attribution d’un acte à son auteur car elle comporte un caractère dissociatif qui peut conduire l’individu à se distancier des opinions exprimées (Suler, 2004). Or, l’association explicite de l’acte et de son auteur constitue le support le plus fondamental du processus d’engagement. Le caractère dissociatif de l’anonymat en ligne peut donc être un puissant facteur de désengagement puisque « les individus pourraient même se convaincre que les comportements qu'ils réalisent en ligne “ne sont pas moi du tout.” » (Suler, 2004, p.322-323). Dans leur ensemble, ces différents facteurs peuvent donc considérablement moduler la force du lien permettant d’associer l’individu et ses actes. En conséquence, les effets de l’engagement devraient être moins marqués lors d’un débat médiatisé par ordinateur anonyme que dans une situation permettant l’identification nominative des interlocuteurs (Hypothèse H1). Anonymat et possibilités d’expression sur Internet
  • 4. 4 Argumentation et engagement dans les communications médiatisées par ordinateur : analyse expérimentale d’une situation de débat via Internet - Jérôme Guegan, Pascal Moliner, & Robert-Vincent Joule Proposition pour les SMC Research Awards - Décembre 2013 En plus des effets liés au processus d’engagement, l’étude des débats en ligne implique également d’analyser les conséquences de l’anonymat sur le plan de l’argumentation et des possibilités d’expression des individus. Généralement, lorsqu’ils prennent position à propos de groupes stigmatisés, les individus ont tendance à adopter une posture socialement acceptable pour éviter toute désapprobation ou sanction (e.g., Monteith et al., 1996). Ce phénomène résulterait de l’influence de pressions normatives - associées aux valeurs égalitaires des sociétés démocratiques - tendant à inhiber l’expression des stéréotypes et des préjugés (Dovidio & Gaertner, 1986). Les études portant sur les effets de l’anonymat dans les CMO montrent que la révélation d’informations embarrassantes mais aussi l'expression de comportements contre-normatifs y sont plus fréquentes que lors d'échanges en face-à- face (e.g., Whitty & Joinson, 2009). Ainsi, les individus qui communiquent en ligne sont globalement plus désinhibés dans leurs interactions sociales (cf. the online disinhibition effect, Suler, 2004). Par ailleurs, ce type de médium peut aussi être utilisé pour résister aux groupes majoritaires et aux valeurs consensuelles qu’ils véhiculent (Spears et al., 2002). Selon cette approche, l’anonymat des CMO serait propice à l'expression d'éléments qui seraient susceptibles d'êtres réprouvés, voire directement sanctionnés. En effet, le fait d'être faiblement identifiable permet de se prémunir des sanctions sociales si les actions ou les opinions exprimées par l'individu sont perçues comme contre-normatives et illégitimes (Spears & Lea, 1994). L’utilisation des CMO anonymes permettrait donc de défendre plus facilement les normes du groupe et les points de vue individuels (Klein et al., 2007). En conséquence, il est possible de supposer que lors d’un débat en ligne, l’anonymat devrait offrir une plus grande liberté d’argumentation qu’une situation de visibilité permettant l’identification nominative de chaque interlocuteur. Ce phénomène devrait être d’autant plus marqué que les individus ont été amenés à plaider en faveur d’une cause susceptible d’être socialement réprouvée (Hypothèse H2). Méthode La présente recherche repose sur un protocole expérimental qui se rapproche d’une situation classique de débat via Internet sur une question d’actualité. Le thème du débat concernait les mesures annoncées par le gouvernement français à l’égard des Roms, une minorité ethnique faisant l’objet de discrimination sur le territoire français. L’expérience a été réalisée en novembre 2010, quelques mois après les actions gouvernementales portant sur le sort de cette population (e.g., destruction des camps, reconduite aux frontières des Roms sans papiers). Ces actions ont été jugées
  • 5. 5 Argumentation et engagement dans les communications médiatisées par ordinateur : analyse expérimentale d’une situation de débat via Internet - Jérôme Guegan, Pascal Moliner, & Robert-Vincent Joule Proposition pour les SMC Research Awards - Décembre 2013 explicitement discriminatoires par le commissaire européen à la justice, aux droits fondamentaux et à la citoyenneté. Durant cette période, des sondages nationaux ont été commandités par plusieurs journaux français (Le Parisien, Le Figaro) et la problématique des Roms était particulièrement médiatisée. Mis en parallèle, ces sondages suggèrent que l’opinion française était très ambiguë sur cette question1. Puisqu’il est difficile d’avoir une opinion tranchée sur cette problématique complexe (et aujourd’hui encore largement débattue), nous nous attendons à ce que le fait de plaider, en faveur ou à l’encontre des actions gouvernementales, induise un effet d’engagement orientant les attitudes personnelles. De plus, puisque les Roms constituent un groupe minoritaire stigmatisé, développer des arguments concernant leur sort peut activer des normes reposant sur les valeurs humanistes et égalitaires des sociétés démocratiques.  Participants Soixante-douze participants (64 femmes et 8 hommes ; âge moyen = 22.5 ans ; ET = 5.88), tous étudiants en licence de Psychologie, ont pris part à la recherche.  Procédure Dans la première partie de l’expérience, les participants répondaient individuellement à un questionnaire permettant de mesurer leur attitude relative aux mesures gouvernementales françaises. La seconde partie de l’étude consistait en une phase de débat via CMO. Durant 40 minutes, les participants communiquaient sur un Chat internet privé. Deux petits groupes devaient débattre sur la problématique des Roms en France. Chaque groupe était composé aléatoirement, indépendamment donc de l’attitude initiale des participants. Il y avait toujours le même nombre de participants dans les deux groupes (soit 4 soit 5 personnes). Afin de créer une situation de débat, ces deux groupes devaient défendre deux points de vue opposés : la première consigne impliquait de plaider en faveur du démantèlement des camps et de l’exclusion des Roms (condition pro-gouvernementale) ; la seconde consigne impliquait une prise de position contre le démantèlement des camps et contre l’exclusion des Roms (condition anti- gouvernementale). Il était demandé aux membres des deux groupes de produire le maximum d’arguments - les plus forts et les plus persuasifs - pour défendre la position qui leur avait été assignée. Dans cette configuration, les participants réalisaient donc un comportement explicite, irrévocable et répété, la tâche impliquant l’exposition d’une variété d’arguments visant à soutenir une même position. 1 Par exemple, dans un sondage réalisé par l’institut « CSA » et publié le 26 Août 2010, 48% des personnes interrogées étaient favorables à la reconduite des Roms aux frontières, tandis que 42% y étaient opposées.
  • 6. 6 Argumentation et engagement dans les communications médiatisées par ordinateur : analyse expérimentale d’une situation de débat via Internet - Jérôme Guegan, Pascal Moliner, & Robert-Vincent Joule Proposition pour les SMC Research Awards - Décembre 2013 Le degré d’anonymat des participants durant l’interaction était manipulé. En condition d’anonymat les participants n’étaient identifiables que par le biais de leur groupe (e.g., G1Memb1 ; G2Memb1) tandis que la condition de visibilité permettait une identification nominative de chaque participant (G1NomPrenom ; G2NomPrenom). Le médium de communication était rigoureusement identique dans toutes les conditions expérimentales. Les participants entraient en interaction par le biais du Chat internet et ne pouvaient pas communiquer oralement ou entrer visuellement en contact. Les messages postés par chaque participant apparaissaient sur l’écran des membres des deux groupes. Cette procédure permettait à tous les participants d’accéder en temps réel à toutes les informations communiquées au fil des 40 minutes de discussion. Dans la troisième phase de l’étude, les participants étaient invités à répondre une seconde fois au questionnaire de la première phase. Cela permettait, dans chaque condition expérimentale, de comparer l’attitude des sujets avant et après la phase de discussion.  Mesures Le questionnaire permettait de mesurer l’attitude des participants concernant les actions gouvernementales françaises à l’égard des Roms. Les questions ont été reprises du sondage élaboré par l’institut OpinionWay pour Le Figaro en Aout 2010 : « Etes-vous favorable ou opposé : (1) au démantèlement de certains camps de Roms (2) à l’expulsion vers la Roumanie de Roms sans papiers ». Pour chaque question, les participants indiquaient leur réponse en faisant une croix sur une échelle de 10 centimètres portant à gauche la mention « pas du tout favorable » et à droite la mention « tout à fait favorable ». L’analyse du changement d’attitude était donc basée sur la comparaison des réponses, avant et après la phase de CMO. La mesure de la performance argumentative reposait sur le nombre d’arguments produits par chaque sujet dans chaque condition. Le sujet obtenait un point pour chaque nouvel argument produit qu’il n’avait pas préalablement exposé, même si l’argument avait déjà été exposé par un autre membre du groupe d’appartenance. Résultats  Changement d’attitude L’analyse des données révèle que les participants présentent globalement des degrés d’accord relatifs aux mesures gouvernementales plus élevés après la phase de CMO qu’avant (F(1,12) = 5.29, p<.05). On note également un effet d’interaction significatif (F(1,12) = 13.69, p<.01) : en condition anonymat, aucun effet du facteur temps (avant,
  • 7. 7 Argumentation et engagement dans les communications médiatisées par ordinateur : analyse expérimentale d’une situation de débat via Internet - Jérôme Guegan, Pascal Moliner, & Robert-Vincent Joule Proposition pour les SMC Research Awards - Décembre 2013 après la phase de CMO) n’est relevé, alors qu’en condition de visibilité les participants exposés à la consigne pro-gouv présentent des degrés d’accord plus élevés à T2 (après) qu’à T1 (avant). A l’inverse, les participants ayant argumenté selon la consigne anti-gouv montrent un plus fort désaccord à T2 qu’à T1 (cf. Figure 1). Ces résultats sont en accord avec l’hypothèse H1. Figure 1 : Accords moyens vis-à-vis des mesures du gouvernement selon l’anonymat, la consigne et le temps  Performance argumentative L'analyse des scores de performance argumentative révèle que ceux-ci sont plus élevés en condition d’anonymat que de visibilité (F(1,12) = 10.63, p<.01). On observe également un effet d’interaction significatif entre l’anonymat et la consigne (F(1,12) = 23.45, p<.001). En condition d’anonymat, les participants plaidant selon la consigne pro-gouv produisent plus d’arguments que les participants de la condition anti-gouv. A l’inverse, en condition de visibilité, les participants plaidant selon la consigne anti-gouv produisent plus d’arguments que les participants de la condition pro-gouv. De plus, les scores d’argumentation des participants plaidant selon la consigne anti-gouv ne diffèrent pas significativement en condition d’anonymat et de visibilité, mais les participants produisant des arguments selon la consigne pro-gouv sont plus performants en condition d’anonymat que de visibilité (cf. Figure 2). Ces résultats sont en accord avec H2.
  • 8. 8 Argumentation et engagement dans les communications médiatisées par ordinateur : analyse expérimentale d’une situation de débat via Internet - Jérôme Guegan, Pascal Moliner, & Robert-Vincent Joule Proposition pour les SMC Research Awards - Décembre 2013 Figure 2 : Scores de performance argumentative dans les différentes conditions expérimentales Discussion L’objectif de cette expérience était d’étudier le phénomène d’engagement et les possibilités d’argumentation des individus dans un contexte écologique de débat via CMO. Concernant le changement d’attitude, les résultats sont en accord avec l’hypothèse H1 : c’est en condition de visibilité que le changement d’attitude est le plus marqué. Dans cette condition, les participants orientent leurs opinions dans le sens des arguments défendus. A l’inverse, le changement d’attitude est beaucoup moins marqué en condition d’anonymat. Ces résultats sont en accords avec les propositions de la théorie de l’engagement. L’anonymat de chaque participant et la diminution du caractère public de l’acte semblent sensiblement minimiser la mise en œuvre des processus de renforcement/rationalisation. En effet, dans un contexte de débat anonyme sur Internet, les différents indices sociaux susceptibles d’associer chaque argument (acte) à son auteur sont masqués. En revanche, en condition de visibilité, l’identification nominative de chaque interlocuteur fait apparaitre clairement un changement d’attitude dans le sens de l’acte réalisé. Au niveau de l’argumentation, on observe une nette asymétrie entre les scores de performance selon le contexte et la consigne. En condition d’anonymat, les
  • 9. 9 Argumentation et engagement dans les communications médiatisées par ordinateur : analyse expérimentale d’une situation de débat via Internet - Jérôme Guegan, Pascal Moliner, & Robert-Vincent Joule Proposition pour les SMC Research Awards - Décembre 2013 participants devant plaider en faveur des actions gouvernementales obtiennent de meilleures performances argumentatives que les participants argumentant à l’encontre de ces actions (en accord avec H2). En outre, ce phénomène est largement inversé en condition de visibilité. La situation de communication anonyme favorise l’expression d’éléments contre- normatifs ce qui déséquilibre la discussion à l’avantage des participants argumentant selon la consigne pro-gouv. Dans cette situation, tout semble indiquer que les participants encourent moins de risques de sanctions sociales, ce qui favorise la production d’arguments, en dépit de leur caractère potentiellement discriminatoire. En outre, ils peuvent facilement mobiliser et exprimer ouvertement des connaissances à propos des Roms (issues des médias, de la presse et des stéréotypes négatifs qui définissent ce groupe stigmatisé) permettant de légitimer les actions gouvernementales. A l’inverse, les caractéristiques de la condition visibilité sont à l’avantage du groupe ayant la consigne anti-gouv. Cette condition est au bénéfice de la tolérance et de la retenue : les participants de la consigne pro-gouv ont alors plus de difficulté à revendiquer des opinions soutenant des mesures qui vont à l’encontre des valeurs égalitaires des sociétés démocratiques. En résumé, la condition de visibilité fait apparaitre un changement d’attitude dans le sens des arguments exposés, quelle que soit la consigne d’argumentation. Cette condition s’accompagne également d’une forme de modération dans l’expression des arguments qui se répercute sur les performances. En condition d’anonymat, on observe que les participants qui plaident en faveur des actions gouvernementales : (1) obtiennent de meilleures performances argumentatives, mais (2) sont pourtant moins engagés en dépit de l’augmentation du nombre d’arguments produits. Autrement-dit, les spécificités du contexte de CMO anonyme peuvent conduire l’individu à exprimer davantage d’éléments permettant de soutenir son argumentaire. Est-ce à dire que les conséquences attitudinales emprunteront nécessairement la même voie que la radicalisation des propos ? Les résultats de cette expérience nous conduisent à fournir une réponse plus nuancée, puisque l’anonymat en ligne est susceptible de redéfinir les liens qui unissent l’individu à ses comportements. Cette expérience offre un nouvel éclairage sur les processus psychologiques à l’œuvre dans les situations de débat en ligne. Elle permet de mieux comprendre la façon dont le médium de communication peut influencer ce que les individus disent et pourquoi ils s'autorisent à le dire, mais aussi quelles en sont les conséquences. Dans cette optique, la profusion de contenus négatifs sur Internet peut être abordée sur un plan moins fataliste puisque ces contenus peuvent être cognitivement dissociés de leurs auteurs. Par exemple, l'expression de propos racistes en ligne n'engagerait pas nécessairement l'individu dans un cours d'action aboutissant à la réalisation de comportements
  • 10. 10 Argumentation et engagement dans les communications médiatisées par ordinateur : analyse expérimentale d’une situation de débat via Internet - Jérôme Guegan, Pascal Moliner, & Robert-Vincent Joule Proposition pour les SMC Research Awards - Décembre 2013 discriminatoires effectifs en présence. En effet, les mêmes aspects de l'anonymat sur Internet qui favorisent l'expression des contenus sensibles sont également susceptibles de désengager l'individu. En corollaire, on peut préconiser la création d'interfaces en ligne offrant la plus grande visibilité de soi et de l'audience (e.g., affichage des noms, photographies, informations biographiques) lorsqu'il s'agit de faire communiquer les individus sur des thèmes profitables à une évolution positive des comportements (e.g., écocitoyenneté, lutte contre les inégalités sociales). Lors de ces discussions en ligne, la visibilité sociale pourrait ainsi stimuler la production d'éléments positifs - permettant d'être positivement perçu par autrui - qui auront l'avantage d'être particulièrement engageants et donc d'impacter favorablement les comportements ultérieurs des interlocuteurs. Références Douglas, K.M. (2007). Psychology, discrimination and hate groups online. In A. N. Joinson, K. McKenna, T. Postmes & U.-D. Reips (Eds.), The Oxford handbook of Internet Psychology (pp. 155-164). Oxford: Oxford University Press. Dovidio, J.F, & Gaertner, S.L. (1986). Prejudice, discrimination, and racism: Historical trends and contemporary approaches. In J. F. Dovidio & S. L. Gaertner (Eds.), Prejudice, discrimination, and racism (pp. 1-34). San Diego: Academic Press. Falque-Pierrotin, I. (2010). Rapport au premier ministre : Lutter contre le racisme sur internet. <http://www.foruminternet.org/IMG/pdf/20100121_Rapport_lutter_contre_le_racisme_s ur_internet_.pdf.> Festinger, L. (1957). A theory of cognitive dissonance. Stanford, CA: Stanford University Press. Hayne, S.C, & Rice, R.E. (1997). Attribution accuracy when using anonymity in group support systems. International Journal of Human-Computer Studies, 47, 429-452. Hogg, M.A, & Smith, J.R. (2007). Attitudes in social context: A social identity perspective. European Review of Social Psychology, 18, 89-131. Joule, R-V, & Beauvois, J-L. (1998). La soumission librement consentie. Paris: Presses Universitaires de France. Kiesler, C.A. (1971). The psychology of commitment. Experiments linking behaviour to belief. New-York: Academic Press. Kiesler, C.A, Mathog, R, Pool, P, & Howenstine, R. (1971). Commitment and the boomerang effect: A field study. In C. A. Kiesler (Ed.), The psychology of commitment: Experiments linking behavior to belief (pp. 74-85). New York: Academic Press. Kiesler, C.A, & Sakumura, J. (1966). A test of a model for commitment. Journal of Personality and Social Psychology, 3(3), 349-353.
  • 11. 11 Argumentation et engagement dans les communications médiatisées par ordinateur : analyse expérimentale d’une situation de débat via Internet - Jérôme Guegan, Pascal Moliner, & Robert-Vincent Joule Proposition pour les SMC Research Awards - Décembre 2013 Klein, O, Spears, R, & Reicher, S.D. (2007). Social identity performance: Extending the strategic side of SIDE. Personality and Social Psychology Review, 11, 1-18. Lee, E-J. (2004). Effects of Visual Representation on Social Influence in Computer- Mediated Communication. Human Communication Research, 30(2), 234-259. Monteith, M.J, Deneen, N.E, & Tooman, G.D. (1996). The effect of social norm activation on the expression of opinions concerning gay men and Blacks. Basic and Applied Social Psychology, 18, 267-288. Pallak, M.S, & Cummings, W. (1976). Commitment and voluntary energy conservation. Personality and Social Psychology Bulletin, 2(1), 27-30. Pallak, M.S, Mueller, M, Dollar, K, & Pallak, J. (1972). Effect of commitment on responsiveness to an extreme consonant communication. Journal of Personality and Social Psychology, 23(3), 429-436. Spears, R, & Lea, M. (1994). Panacea or Panopticon? The hidden power in computer- mediated communication. Communication Research, 21, 427–459. Spears, R, Lea, M, Corneliussen, R.A, Postmes, T, & Haar, W.T. (2002). Computer- mediated-communication as a channel for social resistance: the strategic side of SIDE. Small Group Research, 33(5), 555–574. Suler, J.R. (2004). The online disinhibition effect. CyberPsychology and Behavior, 7, 321- 326. Taylor, S.E, Fiske, S.T, Etcoff, N.L, & Ruderman, A.J. (1978). Categorical bases of person memory and stereotyping. Journal of Personality and Social Psychology, 36, 778-793. Whitty, M.T, & Joinson, A.N. (2009). Truth, Lies, and Trust on Internet. London: Routledge, Psychology Press.