• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Démarrer une conversation de vente
 

Démarrer une conversation de vente

on

  • 3,696 views

Optimiser la phase avant-vente pour améliorer vos relations client et augmenter vos revenus

Optimiser la phase avant-vente pour améliorer vos relations client et augmenter vos revenus

Statistics

Views

Total Views
3,696
Views on SlideShare
3,693
Embed Views
3

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

3 Embeds 3

http://www.lmodules.com 1
http://www.linkedin.com 1
https://www.linkedin.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Démarrer une conversation de vente Démarrer une conversation de vente Document Transcript

    • La conversation de vente : utiliser les techniques de découverte afin d’augmenter  1  votre satisfaction professionnelle…et vos revenus   Aujourd’hui nous allons parler de la phase d’avant‐vente – première  étape de la construction d’une bonne relation client. Nous verrons  comment les traducteurs peuvent augmenter leurs ventes en mettant  en oeuvre une nouvelle approche.    Illustrations : Chris Lamphear  (chris@iqoncept.com) via stockxpert.com  Pour trop de traducteurs, la relation client se résume à un échange de  mails.     Est‐ce que cela vous parle ?    Et pourtant, le mail est loin d’être le meilleur moyen pour construire  une relation durable et fructueuse.     Ce que vous pouvez faire maintenant pour changer votre façon de  gérer ce début de relation : résistez à la tentation de répondre à une  demande de devis par mail et décrochez votre téléphone.     Petit changement, grands effets. Rappelez‐vous, vous n’avez qu’une  seule chance de faire une première bonne impression.    Mais que faire lorsque vous avez votre contact au bout du fil ?   Que dire ? Commencez par préparer une liste de questions possibles  qui vous aideront à mettre dans le mille.    Bénéfices :  • Cerner les besoins et priorités du client et estimer le potentiel  d’activité qu’il pourrait représenter   • Gagner du temps en éliminant des prospects à faible potentiel  • Instaurer un climat agréable et faire une bonne première  impression (même si vous ne travaillerez pas ensemble…)    Sara Freitas‐Maltaverne – Journée tarifs – le 6 mars 2010   
    • La conversation de vente : utiliser les techniques de découverte afin d’augmenter  2  votre satisfaction professionnelle…et vos revenus   Préparez et répétez une brève introduction détaillant qui vous êtes et  la raison de votre appel. Limitez‐vous à 20 ou 30 secondes maximum.  Testez votre introduction auprès de différentes personnes afin de  vous assurer que votre message est suffisament clair.     Maintenant, passez à l’étape de découverte. Il ne s’agit pas de lire un  script, mais de respecter ces quelques principes :    • Poser des questions ouvertes  • Faire parler votre interlocuteur  • Recueillir un maximum d’informations    Il faut savoir se taire et se focaliser sur ce qui est dit. L’écoute active  est également très utile.    Vous pouvez poser diverses questions sur des sujets très variables.    Par exemple :    • Quels sont vos principaux critères de décision ?  • Au‐delà du prix, quel paramètre pourrait faire pencher la  balance en faveur d’un traducteur au lieu d’un autre ?   • Comment achetez‐vous vos traductions actuellement ?  Qu’est‐ce qui va / ne va pas?    Une fois votre introduction terminée et que vous progressez de  question en question, n’oubliez pas de reformuler pour confirmer  votre bonne compréhension et obtenir un accord sur la suite.     • Qu’en pensez‐vous ?  • Je vous envoie une proposition plus tard dans la journée, et je  vous appellerai demain matin pour en reparler. Qu’en pensez‐ vous ?  • Que diriez‐vous de se rencontrer avec votre équipe pour  définir ensemble le cahier des charges ?       Vous vous sentez mal à l’aise ? Faites‐vous aider par un coach, surtout  si vous négociez avec vos clients dans votre langue source.   Sara Freitas‐Maltaverne – Journée tarifs – le 6 mars 2010   
    • La conversation de vente : utiliser les techniques de découverte afin d’augmenter  3  votre satisfaction professionnelle…et vos revenus   Si le potentiel est au rendez‐vous, utilisez les informations collectées  pour rédiger une offre détaillée. Sinon, passez vite à autre chose.     Les éléments d’une proposition commerciale :    1. Introduction (votre compréhension de la problématique du  client)  2. Description des prestations (axée bénéfices client)  3. Eléments techniques (tarif, délai, etc.)  4. Graphique illustrant les étapes du projet (optionnel)  5. Brève biographie du traducteur  6. N’oubliez pas vos CGV  7. Envoyer une plaquette, carte de visite ou note manuscrite    (optionnel)    Bénéfices :  • Cerner les besoins et priorités du client et estimer le potentiel  d’activité qu’il pourrait représenter   • Gagner du temps en éliminant des prospects à faible potentiel  • Instaurer un climat agréable et faire une bonne première  impression (même si vous ne travaillerez pas ensemble…)    Quels objectifs pouvez‐vous vous fixer dès maintenant ?    Exemples :  • Rédiger et répéter votre brève introduction   • Réfléchir à une liste de questions potentielles pour la phase de  découverte   • Trouver un coach ou un formateur pour vous aider à  améliorer vos compétences dans votre langue source   • Contacter une chambre de commerce ou un club d’affaires  pour voir leurs offres de formations commerciales    • Créer un modèle personnalisable pour vos offres  commerciales   Sara Freitas‐Maltaverne – Journée tarifs – le 6 mars 2010   
    • La conversation de vente : utiliser les techniques de découverte afin d’augmenter  4  votre satisfaction professionnelle…et vos revenus   Je vous remercie pour votre attention !    NOTES                                            Sara Freitas‐Maltaverne – Journée tarifs – le 6 mars 2010