• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Joseph L'insoumis
 

Joseph L'insoumis

on

  • 456 views

Joseph l’Insoumis, une aventure cinématographique, aux Editions Elytis. Photographies Elisabeth Roger

Joseph l’Insoumis, une aventure cinématographique, aux Editions Elytis. Photographies Elisabeth Roger

Statistics

Views

Total Views
456
Views on SlideShare
449
Embed Views
7

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 7

http://elisabeth-roger.fr 7

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Joseph L'insoumis Joseph L'insoumis Document Transcript

    • JosEPh l’insoumis une aventure cinématographique Photographies Elisabeth Roger ∂ Textes Jacques Weber Anouk Grinberg Caroline Glorion et les équipes artistiques et techniques du film…Photos de couverture : François Philiponeau / Elisabeth Roger© ELYTIS 201151, avenue Jeanne d’Arc 33000 BORDEAUXwww.elytis-edition.comISBN : 978-2-35639-083-7 elytis
    • PRéfACE CE QUE CAROLINE GLORION a réussi dans le film Joseph l’insoumis etqu’Elisabeth Roger a su restituer avec intensité dans les photos de celivre, inscrit dans le réel l’utopie rêvée par le Père Joseph quand il a fondéle Mouvement ATD Quart-Monde en 1957. Il n’y a plus ici d’un côté des acteurs professionnels et de l’autre desfigurants confrontés dans leur vie quotidienne à la misère, il y a desdeux côtés des acteurs qui prennent ensemble le risque de faire revivre,face à une caméra, une histoire qui mène inévitablement à la trans-formation de tous. Les uns et les autres, en décidant de s’associer dans cette créationartistique extraordinairement exigeante, parviennent avec force vérité etauthenticité à faire en sorte qu’il n’y ait plus d’un côté une histoire defiction, et de l’autre une histoire de réalité. De son vivant, Joseph, l’insoumis, a exprimé le rêve qu’un jourl’humanité n’ait plus qu’une seule Histoire à raconter à ses enfants,celle où l’égale dignité voulue et reconnue par tous a raison del’humiliation et de l’assistance. Qui aurait pu penser, au milieu de cette boue du bidonville deNoisy-le-Grand, que des femmes et des hommes initieraient unenouvelle histoire d’alliance aussi espérée qu’inattendue ? Qui aurait imaginé que, cinquante ans plus tard, cette histoireessaimerait aussi bien au flanc des ravines à Port-au-Prince, que dansles quartiers où l’eau monte d’année en année à Dakar, sur lesdécharges à Guatemala City, ou dans les banlieues les plusabandonnées de l’Occident ? C’est là en effet que des citoyens .5.
    • reconnus ou méconnus, s’inspirant de l’aventure vécue par le pèreJoseph et ces familles de Noisy-le-Grand, agissent aujourd’hui ensemblepour que, dans l’égale dignité, chacun puisse offrir à tous sa dimensiond’acteur à part entière. BIENVENUE DANS CE LIVRE construit comme un voyage à travers des photos, des témoignages ou des textes assemblés comme les C’est pourquoi ce film est attendu aussi bien à Manille qu’à Varsovie, pièces d’un puzzle. Nous l’avons voulu impressionniste, uneà Ouagadougou qu’à New-York. invitation à partager notre aventure cinématographique à travers les Il est attendu partout où les Droits de l’Homme sont piétinés, forçant allées du décor, le croisement d’un regard, le moment d’uneà l’exil, chassant et privant de tout des communautés entières. rencontre ou le mystère d’une silhouette en silence. Il est attendu aussi là où certains s’emmurent dans des sécurités Je n’ai découvert ces photos que le dernier jour du tournage.illusoires, au prix d’une totale insécurité pour d’autres. Elisabeth Roger avait été si discrète et moi sans doute si concentrée sur Il est attendu encore là où les uns continuent à réfléchir, à décider à le plateau… Nous ne nous étions pas parlé, à peine croisées mais enla place des autres, sous prétexte de les protéger. regardant ses images, j’ai été saisie par la simplicité des cadres, la force Il est attendu par tous ceux, riches et pauvres, qui s’investissent des regards, l’intelligence avec laquelle elle avait capté des moments deensemble dans le monde de l’art, dans celui des sphères politiques, calme et de confiance, de concentration, de gravité et de légèreté. Quiéconomiques, environnementales. est qui ? Acteurs ou figurants ? Professionnels ou non ? Techniciens ou Il est attendu par ceux qui agissent dans le champ de la paix, de la artisans ? Réalité ou fiction ?spiritualité. C’étaient les coulisses du plateau, l’énergie et l’humanité de Parce que ce film crée et rend compte des possibles qui rapprochent toutes ces personnes qui ont travaillé ensemble.les humains, il est attendu partout. Ainsi, comme le dit dans ces pages Partager les coulisses de ce tournage, c’est partager nos émotions,Geneviève Avril : notre travail mais c’est aussi raconter une démarche, celle que j’ai “Celui qui va me voir pour la première fois, il va peut-être partir en souhaité en rassemblant, pour réaliser le film, des acteurs talentueux,courant mais s’il accepte de parler avec moi, on va peut-être devenir amis, des techniciens chevronnés mais aussi des hommes et des femmes quicomme si on se connaissait depuis toujours.” étaient étrangers au monde du cinéma. Des familles qui aujourd’hui, en 2011, se battent encore quotidiennement pour vivre dignement dans une société dure où le travail, le logement manquent EUGEN BRAND, cruellement, où les plus fragiles sont laissés de côté. DÉLÉGUÉ GÉNÉRAL DU MOUVEMENT INTERNATIONAL Avec Julie Lecœur, nous les avons rencontré grâce au centre social ATD QUART-MONDE de Bègles, ville où le tournage s’est déroulé, et à l’équipe du Mouvement ATD Quart-Monde de Bordeaux. Ils ont accepté ainsi de prêter leur voix, leur corps, leur visage, pour incarner les personnages .7.
    • UN FILM INSPIRÉ DU COMBAT DU PÈRE JOSEPH WRESINSKIdu film. Au cours de la préparation, nous nous sommes retrouvés FONDATEUR DU MOUVEMENT ATD QUART-MONDEplusieurs fois pour improviser, découvrir ensemble le scénario, nousapprivoiser et apprivoiser ce “métier” d’acteur de complément, plus Début des années 60, un bidonville aux portes de Paris. Des famillesconnu sous le nom de “figurant”. Souvent je répétais : “C’est ce qui se survivent sous des abris en forme d’igloos dans une misère effroyable et unepasse à l’intérieur de vous que je vais filmer, ce qui se passe dans votre violence quotidienne. Un homme, le Père Joseph Wresinski, vit là, au milieuesprit, dans votre cœur… Ce sont vos émotions, vos pensées qui de ceux qu’il appelle “son peuple”.imprimeront la pellicule…” Parmi ces familles, celle de Jacques et de sa mère Alicia. Alors précisément c’est Leur vie va être transformée par leur rencontre avec le Père Joseph. Celles cette intimité qui se dévoile à aussi de ceux qui vont rejoindre le combat de ce curé révolutionnaire. Un travers les photos et les textes combat contre l’assistance et la charité qui, dit-il, “enfoncent les pauvres dans de ce livre. Avec pudeur et l’indignité”. Joseph chasse les soupes populaires et installe dans le bidonville un jardin d’enfants, une bibliothèque mais aussi un salon d’esthétique et un générosité. L’expérience de la foyer pour les femmes. Il propose aux familles de se rassembler pour faire vie dure, du combat quoti- entendre leur voix. dien a nourri l’interprétation Venus du monde des nantis, des jeunes gens s’engagent à ses côtés ; de chacun et a permis Suzanne, Catherine mais aussi Geneviève de Gaulle, la nièce du général, d’incarner avec fierté la vie et ancienne résistante et déportée qui va lui ouvrir les portes vers les pouvoirsle combat de ceux qui entouraient, à l’aube des années 60, le Père Joseph politiques. Mais les oppositions sont farouches, les responsables politiquesWresinski dans le bidonville de Noisy-le-Grand. traitent Joseph de “curé de la racaille” et le considèrent comme un dangereux Je crois fermement à la force du partage des expériences, à la rencontre agitateur. Dans le bidonville, certains, habitués à survivre de la charitéd’univers souvent très éloignés. Ce qui nous a rassemblés, c’est publique et de trafics en tous genres, réclament le départ de ce curé qu’ilsl’exigence dans le travail, la curiosité et le respect de chacun, le plaisir de prennent pour un illuminé.créer et la responsabilité de raconter cette histoire. Bagarres, incendies criminels, dénonciations et coups tordus vont ébranler la lente progression qui réunit ceux qui suivent le Père Joseph. Joseph l’Insoumis est mon premier film de fiction. C’était pour moi Un quartier en dur sera pourtant construit à la place du bidonville. Pour leaussi une aventure inédite, intimidante et parfois un peu effrayante. La Père Joseph c’est un échec car il rêvait “d’un vrai projet politique ambitieux”confiance et l’engagement de chacun a été un moteur puissant. Tous mais comme il le dit à Jacques à la fin du film : “Nous avons tout de mêmem’ont encouragée avec fermeté et enthousiasme à raconter cette histoire gagné une chose : la dignité, la fierté d’avoir lutté ensemble… et on vad’hier qui résonne si fort avec la réalité et nos combats d’aujourd’hui. continuer…” Trente ans plus tard au cours d’une grande manifestation en plein Paris, le CAROLINE GLORION Père Joseph, fondateur du Mouvement ATD Quart-Monde rassemble des RÉALISATRICE familles venues des quatre coins de la planète. Ce jour-là, ils prennent la parole et le monde les écoute. .9.
    • IDES REGARDS QUI S’APPRIVOISENT tnesiovirppa’s iuq sdrager seD La misère est l’œuvre des hommes, seuls les hommes pourront la détruire. JOSEPH WRESINSKI
    • Dans les réunions de préparation, il fallait accepter l’idée que je représentais “une gueule”, celle de quelqu’un qui vivait dans un bidonville dans les années 60. Il fallait accepter que j’avais été choisie pour ça. Il me fallait m’accepter telle que j’étais. Mais au fur et à mesure du tournage, la manière dont on était regardé par la caméra, par les acteurs, par Caroline, j’ai oublié. Nous n’étions pas simplement des images en fond de décor. GHISLAINE GERARD Dans le film, je suis Madame Dubois. Comme je savais tricoter, on m’a demandé de montrer à Anouk comment faire pour qu’elle apprenne. On s’est donné une semaine, une heure par jour. Elle n’avait jamais touché à des aiguilles, ne savait pas comment on monte des mailles. On n’a fait que le jersey et la maille à l’endroit. FRANÇOISE HAMEL.12. .13.
    • De mon bureau, j’ai souvent jeté un coup d’œil sur ces“figurants” qui attendaient leur tour avec une patience infinie.Jamais un soupir, jamais de lassitude, les amoureuxsemblaient bienheureux sous le barnum et nevoyaient pas le temps passer, les enfants passaient le temps àjouer. Aucun malaise n’émanait de cette discrétion étonnante.Puis tout le monde se mettait au boulot. ISABELLE GIES Anouk Grinberg, c’était pas une actrice, c’est quelqu’un qui s’est mélangé à notre vécu. DOMINIQUE DHONT .14.
    • La peur d’être rejetée, de ne pas réussir ma vie, de rester au bord de la société… Je vis avec cette hantise en permanence. Sur le tournage, j’ai rencontré des personnes, des “vrais gens” qui connaissent ce sentiment, qui ont éprouvé ou éprouvent réellement cette peur car leurs conditions de vie sont dures, précaires. Leur courage, leur force et leur dignité m’ont convaincue que j’avais tort d’avoir peur. Et plusieurs fois, en leur présence sincère et chaleureuse, je pensais au vers de Rimbaud : “Et le regard qu’il me jeta me fit baisser les yeux de honte”. LAURENCE CÔTE.18. .19.
    • C’est autour d’un poème que j’ai rencontré AnoukGrinberg. Elle voulait savoir comment j’avais connu leMouvement ATD Quart-Monde. “En écrivant des poèmes”lui ai-je répondu… Elle a voulu les lire. Voici un extrait de mon poème : Le marcheur aux semelles de vent Le marcheur aux semelles de vent C’est le cri de désespoir Que tous veulent ignorer Ou ignorent d’ignorer C’est le Poulbot dans les mauvais souvenirs Et toutes les déceptions Qui pleuvent en grêlons Sur son cœur meurtri, Son cœur en agonie. Le marcheur aux semelles de vent C’est l’enfant aux illusions perdues, Aux rêves ensevelis Dans les décombres de nos vieux passés, Au Noël interdit. Le marcheur aux semelles de vent C’est ce petit prince Qui, passant devant une boulangerie, Touche avec les yeux, Regarde avec les mains. Comment peut-on le laisser souffrir ainsi ? Mais l’être est sourd à la douleur. MARIE-FRANCE TAHAR .20.
    • Nous nous sommes apprivoisés si rapidement. Aujourd’hui, jene sais plus si j’ai travaillé avec vous, ceux qu’on appelle lesfigurants, ou si c’est vous qui avez travaillé avec moi. Une choseest sûre : grâce à nos échanges, j’ai retrouvé unesensibilité perdue et vous avez très certainement réussi àme montrer “le vrai sens de la vie”. Du premier au dernier jour,le courage, l’opiniâtreté et le sérieux dans le travail étaient là. JULIE LECŒUR C’est là où c’était magique parce qu’on n’avait pas peur d’être jugés. Moi, j’ai pas eu peur d’être jugée devant la caméra ! Quand Anouk Grinberg me parlait, je fermais les yeux et puis j’entendais sa voix. Je me suis fait bercer par la voix d’Anouk. RAPHAËLLE CHAPOULARD .24. .25.
    • On était tellement complice de ce film. La complicité s’est miseà l’intérieur de chacun. On s’est retrouvé comme une famille. ALEX DEVILLERS .27.
    • Dans le film, je jouais le rôle d’unepersonne très âgée parce que je n’ai pasde dents devant et que j’ai les cheveuxblancs. On me donne 70 ans alors queje vais bientôt avoir 56 ans. Un jourqu’il pleuvait, je me suis retrouvéeabritée sous une baraque avec JacquesWeber et Anouk. On n’était que tousles trois. Lui, il me regardait, alors jelui ai expliqué pour les dents, je lui aidit combien on était remboursé etcombien ça coûtait et il a compris. Jesuis comme je suis. Celui quiva me voir pour la première fois, il vapeut-être partir en courant mais s’ilaccepte de parler avec moi, on va peut-être devenir amis, comme si on seconnaissait depuis toujours. GENEVIÈVE AVRIL .28. .29.
    • J’étais loin de penser que ce tournage serait aussi émouvant. Il y avait une harmonie chaleureuse avec les techniciens du film. La jeune fille blonde de l’équipe déco, par exemple, elle offrait souvent des cigarettes, elle était toujours attrayante, généreuse. Quand on a vécu dans la solitude, qu’on a jamais été entouré d’affection, ces attentions rendent vraiment heureux. Moi, j’ai passé mon enfance entre 5 ans et 12 ans à l’orphelinat. JAMES AVRIL.30. .31.
    • Les costumières nous aidaient à choisir notre costume, elles nousaidaient dans le tournage du film, elles nous pomponnaient…parfois, elles nous mettaient de la terre dans les cheveux pour qu’onsoit plus sale pour le film. Moi j’ai appris avec elles, j’ai biencompris leur métier. MARIE-SOL POYATOS Il n’y avait pas de clans, on s’est tous mélangé, et c’était bien parcequ’on a passé des heures et des heures d’attente… avant de tourner. PRISCILLA BENMESROUK .34.
    • Appelons-la Claudine, mais ce pourrait être Jocelyne ouMaryline. Elle est figurante, l’un de ces visages qui vous souritsur les photos. Cette femme est un vrai puits de science…une conteuse hors-pair. Elle m’a raconté pendant des heuresses passions, ses combats. Un jour, j’ai dû l’accompagner chezelle chercher une chemise de jeu. A ma grande surprise, je l’aisentie honteuse de me montrer ne serait-ce que la façade de samaison. Pourtant, cette femme possédait bien plus derichesses que si elle avait possédé unemaison cossue ou un appartement moderne. MARIE SAINT-JOURS .36.
    • II LA RÉALITÉ RENCONTRE LA FICTION noitcif al ertnocner étilaér aLJe n’ai jamais pu accepter que des hommes soient inutiles. C’est un drame et un scandale. JOSEPH WRESINSKI
    • Ce qui est cruel doit nous ébranler. MANU DE CHAUVIGNY
    • Lorsqu’on est arrivé sur le décor du film, onse serait cru dans la vraie vie. Je nesais pas mieux exprimer ce que j’ai ressenti, on se serait crudans la réalité. Cette vie-là, je l’ai vécue, je n’avais pas lalumière, il fallait chauffer des morceaux de bois dans unebrouette, ramener la cendre rouge, la braise, dans la caravane,pour se chauffer. Pour se baigner, il fallait couper des bidonsd’essence Total pour se faire un genre de baignoire pour selaver, puis il fallait chauffer de l’eau. Tout ça a durélongtemps. JOSIANE DUBOURDIEU .42.
    • Au début du tournage j’étais paniquée, j’avais peur qu’on n’y arrive pas. Dès qu’on a commencé à travailler, je pensais aux années de mon enfance, à ce que mes parents avaient vécu, eux aussi, dans des baraquements. Mes parents n’avaient pas de lumière, ils s’éclairaient avec des bougies, ils allaient chercher l’eau dans une citerne dehors, comme dans le film. Nous vivions dans le bidonville de Beaudésert et, comme dans le film aussi, il y a une maison qui a pris feu. Il n’y a pas eu de blessé. Ce n’est pas le seul évènement qui me rappelle mon enfance. Lorsque la police vient pour chercher les enfants qui se cachent derrière les arbres, elle vient pour les placer. Ce moment m’a beaucoup impressionnée. Aujourd’hui, je connais des gens qui vont chercher du travail et, comme le personnage d’Alicia dans le film lorsqu’elle frappe à la porte d’une dame, ils entendent la même réponse : “J’ai rien pour vous, pas de travail !” MARIE-SOL POYATOS.44. .45.
    • Sur le tournage, il y avait une figurante à qui j’avais demandé comment elle faisait pour être aussi vraie, elle a répondu : “Mais c’est mon quotidien !” Cette jeune maman de trois jeunes enfants ne pouvait pas quitter son domicile. Pour elle, ce film, au-delà de l’argent qu’elle gagnait pour ce travail de figurante, était une bouffée d’oxygène. Afin de pouvoir participer au tournage, elle s’est organisée ; sa grand-mère de 80 ans a gardé ses trois gamines et elle a vu autre chose que sa maison. Voilà pourquoi tous les gens étaient vrais. Pourtant on a travaillé, on a répété et la plupart d’entre nous a pris conscience que c’est un sacré métier d’être acteur, c’est un sacré boulot. Même le plus petit rôle n’est pas si naturel que ça à jouer. Anouk Grinberg disait que ce qu’elle souhaitait, c’est qu’on oublie qu’elle était une actrice… C’était réussi parce qu’elle a été plongée directement dans le bain… GHISLAINE GÉRARD.48. .49.
    • Le tournage a fait remonter tous mes souvenirs d’enfance. Quand j’ai commencé à travailler, je n’avais pas de diplôme. J’ai vécu dans les baraquements américains du Chût. Les rats nous rendaient visite sur les lits pour nous tenir compagnie ! Les baraques étaient aménagées avec du papier goudron qui parfois était percé. Ce film raconte le Père Joseph, un homme qui a pu bâtir le Mouvement avec des familles parce qu’il avait été en difficulté lui-même, avec son père émigré polonais et sa maman espagnole. Il vivait avec sa mère séparée du père. Il s’est battu en se servant de son expérience. Il reste une idole pour les plus pauvres. Il a notre soutien pour que cette misère qui nous harcèle puisse prendre fin. LUIS DE MELO.52. .53.
    • .54.
    • Moi, je me voyais comme un curé de pub pour fromage crémeux. Mon ventre sentait l’opulence satisfaite qui plaide pour la gourmandise et tait son ennui, cette sorte de malveillance de l’esprit. Et puis, devant moi, ce grand abbé, Joseph, qui du seul regard me foutait une grande paire de taloches. J’avais beau détester la soutane depuis tout petit, lui était plus près de Jean Valjean que du surplis sacerdotal. Son cœur battait tambour et sonnait la révolte. Les orgues et la grand- messe, les pater noster et les deo gracias aussi fastueux et hypocrites que les ors et les discours de la république étaient La scène où les femmes parlent de l’abus sexuel m’a si loin de l’église du père Joseph, celle des pauvres gens, cellebeaucoup marquée parce que ça nous concerne, c’est à laquelle j’aurais tant voulu croire.toujours d’actualité. Seul, j’étais seul devant cet homme seul et devant les millions de solitudes de la misère dont on fait une AURÉLIE JOLIVIÈRES .56. .57.
    • communauté générique inéluctable et fatale dans notre monde. Un ghetto dit-on, un truc dégueulasse qu’on parque autour des villes comme les juifs au Moyen-Age. Ça chlingue, c’est sale, alors on tourne le dos, moi le premier, et on espère d’autres lois, genre kleenex pour s’essuyer les larmes d’une girafe. Je suis acteur, alors j’ai continué à faire mon travail dans ce décor de bidonville reconstitué adossé à un couvent de bonnes sœurs, si près des vignobles fastueux du bordelais, tout fut pourtant différent. Certes le Pessac-Leognan excitait mes papilles au-delà du péché de gourmandise, mais nom de dieu, je buvais à l’homme comme aurait dit Gorki et laissait mon nombril avec mes chaussettes et mon pantalon dans ma loge. Un petit crucifix de bois pendait au-dessus d’un gros lit court, de campagne. Et puis j’allais là-bas chez les gens, les autres, ces gens-là, ceux du quart-monde, j’allais jouer avec eux. Contrairement au discours qui simplifie les choses de la vie comme un coup de peinture rafraîchit les latrines, je n’allais pas vivre avec eux, mais jouer avec eux et en prendre plein la gueule… oui, plein le ventre et la gueule. De beaux visages fatigués à 20 ans, un sourire qui garde tout dans les yeux parce que les dents sont mal soignées et des seins tombés, alourdis, affaissés.58. .59.
    • qui essayent de faire bonne figure dans les petits giletstricotés. On était loin des nibards qui ne bougent plus, qui font la roue comme des paons empaillés. Il y avait à chaque seconde, à chaque éternité des secondes, dans ce grand naufrage de la misère, un sourire inatteignable, une décision inaccessible et transcendante de jouer son propre rôle, de mettre en jeu, de mettre en joie la difficulté d’être. Chez eux c’est simple la difficulté d’être : avoir chaud en hiver, être au frais en été, manger et dormir ce qu’il faut et tenter de pouvoir faire respecter son corps et ses enfants. Je ne le savais plus, ou si mal. Alors j’aioublié ma détestation des curés, j’ai sali avec joie ma soutanedans la poussière du camp, au fond j’ai rien foutu ! .60.
    • Le sourire énergique de ma copine qui jouait au rugby, etpuis de Caroline, et puis le chef op qui se taisait mais quivoyait tout comme Tabarly dans le grand large, la trop maigreet la si forte, et puis les hommes, les courts et les massifs,résignés dans l’honneur. Tous reconstituaient une sorte degrand Dieu mort auquel ils m’ont fait croire. J’ai rien foutu…touché n’est pas joué dit-on, je suis touché et c’est vrai. Après une projection, une enfant en famille d’accueilréputée difficile, très difficile, une jeune fille si belle, coquetteet provocante, en grosses chaussures et tablier de toile sur letournage vint me voir. Elle me sourit fort, très fort. Belle, trèsbelle, elle s’était mis un peu de rouge à lèvres, elle me dit :“T’es bien, t’as l’air gentil.” J’étais très ému, elle aussi. Alorsbrutale, elle change de ton et me dit : “On m’a beaucoupcoupé dans le film mais je suis jolie non ?”La vie avait fait coucou et le cinémaretrouvait sa place. JACQUES WEBER .63.
    • C’était difficile derendre à l’extérieur ceque je portais àl’intérieur. Un exploitpour moi a été dedanser, je souffraisénormément. SANDY GAUTHIER
    • C’est vrai qu’on est figurant, mais après on l’est plus ! Au mot “Action”, j’oubliais parfois que j’étais figurant, je faisais une action, traîner une charrette par exemple, et subitement ça me rappelait quand j’étais gamin et que je récupérais les métaux et que je les transportais dans une charrette. Cette impression ne durait pas longtemps. Les gens du film, ils appellent ça “mettre en scène” ; eh bien, j’oubliais parfois que j’étais figurant, je ne me posais pas de question, je faisais l’action. Notre vie à chacun est attachée à des souvenirs qui remontent du passé. THIERRY SARRAYA.66.
    • .69.
    • Il y a dans le film cette scène cruelle où la policedébarque dans le camp. Cette scène, je l’ai vécue.Lorsqu’on subit une violence pareille, on est démuni.Enfant, j’ai été placé et je n’ai jamais revu personne de mafamille ! J’ai toujours été suivi par les services sociaux.J’ai commencé à travailler à 15 ans. JAMES AVRIL Ce film, c’est la réalité. Par exemple, le fait qu’une famille de dix enfants se retrouve dans la situation où les enfants sont pris à leurs parents… J’ai vécu la même chose. Mes frères et sœurs ont été placés par la DDASS, c’est la vérité, c’est le vécu. Nous étions dix enfants et je ne les ai pas connus, mes frères et sœurs, jusqu’à l’âge de 20 ans et quelques années. Ma sœur, je l’ai connue il y a vingt-deux ans… J’en ai 44 aujourd’hui. Jusqu’à 22 ans, je ne connaissais aucun de mes frères et sœurs. DOMINIQUE DHONT .71.
    • IIIDES EXPÉRIENCES QUI SE PARTAGENT tnegatrap es iuq secneirépxe seD Tout est né d’une vie partagée, jamais d’une théorie. JOSEPH WRESINSKI
    • Je me souviens du premier jour au camp comme d’un choc thermique. Les gens ici étaient si vrais, si massifs. J’étais indéniablement avec des guépards, des ours, des mystères. Je ne voyais partout que de la noblesse, de la tenue, de la beauté. Et surtout, de la solidité. C’était incompréhensible et sidérant, quand on sait l’injustice qu’ils doivent bouffer à tous les vents, quand on sait la roue comme elle écrase, et quand on sait le mépris dont on entoure ceux qui n’ont pas de chance et qui sont dans le malheur. Mais ici, dans ce camp, pour le tournage et surtout pour une fois, sous l’œil réellement affectueux et respectueux de Caroline Glorion, la roue avait tourné : ils étaient les héros de l’histoire, et c’est indéniable, ce sont des héros de l’histoire. Quiconque a été jeté par dessus bord du monde et ne finit pas noyé dans la haine ou la paralysie du cœur est un héros. Personne parmi les riches ou les chanceux ne pourrait supporter une heure pleine de cette vie noire sans devenir méchant ; mais eux sourient, ils sourient de cette vie, sourient au mal, et sourient à ce qui est bien. En arrivant donc, j’ai eu très nettement le sentiment d’avoir tout à réapprendre d’eux, question présence, et qu’ici, c’était moi la pauvre, un peu comme un caniche avec des loups. Mais comme il arrive parfois dans les histoires, les loups m’ont adoptée dès la première heure où je me suis trouvée Grâce à eux et avec eux, nous avons fait mentir dans leur monde, et ils m’ont donné des clés, en me parlant,ce qui fait honte à la vie. ou sans parler. ANOUK GRINBERG .75.
    • Parmi tout ces vrais gensqui ont joué avec nous,je me souviens de F. meracontant sa vie, riant detout, mais pas de haut,comme si elle était ailleurs,pas là pour vivre lasaloperie, plutôt tournéevers la joie, les autres.Le premier jour, elle m’aappris à tricoter en éclatantde rire et c’est comme sielle m’avait fait la courteéchelle pour devenir Alicia.D’où lui venait sa bonnehumeur, elle qui n’avaitreçu que la vie ? Aussiimpressionnante que lesoiseaux qui ne s’arrêterontjamais de chanter. Et J., femme à la bouilledéchirante, petite filletrouvée dans une poubelle,dont le visage s’éclairaitparfois comme un soleil,et qui tendait les bras parce .76.
    • qu’enfin la vie passait dans son jardin sans tout écrabouiller. Jamais je n’oublierai comme elle me prenait dans ses bras et me faisait tourner, comme on était heureuses et partageuses. Et je n’oublierai jamais non plus ses pleurs le dernier jour. Si je pouvais parler au nom des hommes, je voudrais lui demander pardon. Et sa fille au visage si doux, déjà enfui comme un nuage, enfui d’une vie trop âpre sans doute, mais elle ne le dira pas. Et G., femme délicate et cultivée, qui m’a offert son livre de peinture parce qu’elle a su que j’aimais ça, bonté secrète au jour le jour. M-F, silencieuse comme un arbre. Un jour, elle m’a tendu son livre de poèmes, merveilleux, atroces. M., qui me disait qu’il faut se tenir très droit dans le malheur, comme un i, et regarder ceux qui offensent comme si c’étaient des enfants. Et je me demandais où est la pauvreté. Et l’indignité. De quel côté ? Chez eux qui vivent de rien, sourient pour de vrai et se tiennent debout dans la vie, qui réfléchissent et qui pardonnent, ou chez les autres, qui du haut de leur richesse et de leur inconscience, les ont mis dehors, de leurs maisons et de leurs villes ? Je ne peux pas citer tous ceux qui étaient sur le film et qui ont contribué à faire sa force mais je voudrais leur dire merci pour la leçon de vie, de pardon, et d’oiseaux immémoriaux. ANOUK GRINBERG.78.
    • Il y a des choses difficiles à raconter mais pourtant je souhaite montrer que les ennuis ne détruisent pas l’individu. J’ai reçu des mauvais coups. Je couchais dans la rue, je couchais sous les ponts, alors je sais ce que c’est la vie dure. Aujourd’hui, je suis contente d’avoir un toit, je suis arrivée au bout de ma carrière, tant bien que mal, mais j’y suis arrivée, et maintenant, j’ai mon fils avec moi. Je ne “tragique” pas. Moi, je dis que la vie n’est faite que de combats. CLAUDE MARÉCHAL Caroline et Pierre, le chef opérateur, ils ont regardé àl’intérieur de nous. Ils n’ont pas seulement filmé notre image.Pour les photos c’est pareil. Ils ont tous réussi à nous faireressentir le film intérieurement. C’était vraiment ce qu’onavait dans les tripes qui ressortait. Mon rôle, par moments,était celui d’une rebelle, surtout quand je parle à Monsieur leMaire. Toutes les personnes âgées que je connais me disaient :“Ah ! de toute manière, ça te va bien, tu es vraiment commeça, une rebelle.” FRANÇOISE HAMEL .80. .81.
    • Avant, je marchais toujours la tête baissée. Depuis, j’ai eul’occasion de parler, j’ai relevé la tête.J’attendais cette occasion depuis longtemps. Le bien qu’onm’a fait en me permettant de parler, j’essaie de le faire auxautres : quand je vois quelqu’un dans la même situation quemoi, je lui fais comprendre qu’il faut oser parler, j’expliquequ’on est comme les autres. Avant j’étais timide, maintenantj’ose. Quand vous commencez à parler, vous voyez commentvous êtes estimé. On se sent un peu utile sur la Terre. JAMES AVRIL .84.
    • J’ai fait une dizaine de jours de tournage… je n’ai manquéla classe que deux ou trois fois… sinon en sortant du collègej’allais directement au tournage. Mes copains le savaient etils m’ont dit : “Qu’est-ce que tu joues ? Avec qui ?” Au collège je vais au CDI, je prends des livres… souvent.Ça, j’ai mis juste deux minutes à l’écrire c’est tout ! Avant,j’avais réfléchi et après, j’ai écrit, j’ai essayé de l’inventer… “Sous le soleil brûlant sont réunis deux amants Quand le vent soufflera Leur amour triomphera.” CINDEL DUBOURDIEU .86.
    • IVLA FIERTÉ D’AVOIR LUTTÉ ENSEMBLE elbmesne éttul riova’d étreif aL LA FIERTÉ D’AVOIR JOUÉ ENSEMBLE elbmesne éuoj riova’d étreif aL Je suis jaloux, comme Dieu se dit jaloux dans la Bible, de ceux qui, dès leur enfance, apprirent à aimer la musique et la danse, l’art et la poésie. Je n’eus pas cette chance et toute ma vie j’en ai souffert. Pouvoir l’offrir aux plus pauvres a été mon combat. JOSEPH WRESINSKI
    • Quand j’ai vu le film, j’ai pleuré pendant presquetoute la séance car je voyais ce quej’avais vécu ! Je suis fière de ce que j’ai joué, lafierté non pas d’avoir vécu dans la misère mais d’êtrecapable de le montrer, d’être capable de le dire. C’étaitimportant pour que mon fils voit ce que j’avais vécu etpuis surtout pour lui montrer qu’on peut être pauvre,vivre dans la misère, et, après, bien tourner. DOMINIQUE DHONT Moi qui suis isolé, qui ai du mal à me voir en photo,accepter d’être filmé, c’était un défi. SANDY GAUTHIER .91.
    • Pour tous ceux qui vivent dans la misère, ce film est une reconnaissance, on n’a plus peur de se montrer. J’espère qu’il va permettre à beaucoup d’ouvrir les yeux. ALEX DEVILLERS Tourner ce film m’a apporté la reconnaissance, on va Tourner dans ce film m’a donné du courage pour ma vie.toucher le public avec quelque chose de vrai qui existe encoreaujourd’hui sous d’autres formes. SALOMÉ STEVENIN AURÉLIE JOLIVIÈRES .92. .93.
    • La scène qu’on a tournée avec toutes les femmes m’a beaucoup touchée, j’en pleure encore. C’était notre vie à beaucoup. Jacques Weber lui aussi avait les larmes aux yeux. Je revois encore cette scène tous les soirs. MARIE-SOL POYATOS Sur le tournage, j’y suis allé en tant que personne individuelle, humaine, et après j’ai pu rencontrer tout le monde sans fossé. ALEX DEVILLERS.96. .97.
    • Ça nous a rapproché les uns des autres ; entre nous, les gensd’ATD, ça a recréé des liens. Ça nous a donné envie de faired’autres choses ensemble. AURÉLIE JOLIVIÈRES Pendant le tournage, j’ai retrouvé papa et maman… Je neles avais pas vu depuis presque 40 ans car j’ai été placée toutepetite. C’est une de mes sœurs qui m’a reconnue sur Internetcar j’étais en photo dans le journal Sud Ouest qui est venufaire un reportage sur le tournage du film. Mes parents m’ontretrouvée et ils m’ont téléphoné. On s’est vu juste une fois etpuis on se téléphone. Mes parents sont maintenant despersonnes âgées, ils ne sortent pas beaucoup. Ma maman a uncancer. Je ne les avais pas vus depuis toute petite, ils ne m’ontpresque pas élevée. JOSIANE DUBOURDIEU .100. .101.
    • Je me suis sentie respectée comme les autres. Les acteurs et lestechniciens nous prenaient comme on était et nous encourageaient à faire comme on le sentait, et non comme c’était parfois écrit dans le texte. Certaines répliques, on avait du mal à les dire. “Tu le dis comme tu veux”, répétait Caroline. “Tu peux le dire avec tes mots, mais pas des mots “modernes”. Il y a une scène pendant laquelle on racontait notre vie, nos souffrances de femmes, et cette scène nous a toutes prises aux tripes. Raphaëlle, Priscilla, Anouk, nous étions bouleversées. Cette scène avait été beaucoup travaillée en préparation, mais lorsqu’on l’a jouée, lorsqu’on a entendu ces mots qui racontaient la condition de la femme sous- prolétaire, il y avait uneatmosphère incroyable, pleine de gravité et d’émotion. Je me disais que ces femmes qui à l’époque avaient pu parlerainsi devant un homme, un prêtre, avaient eu un courage énorme.Cette scène est un hommage à leur courage, on ne pouvait pasmieux leur rendre hommage. FRANÇOISE HAMEL .102.
    • Martine est une amie, militante Quart-Monde, qui est venueassister au tournage. A son retour, elle a écrit une lettre àl’attention des techniciens et des acteurs. Deux jours et une nuit à rôder sur le tournage… (…) J’ai été témoin de votre simplicité à tous, vous, les technicienset acteurs du film. Je vous ai vus les uns et les autres vous poser surune simple chaise en attendant une prise. Il n’y avait pas de différenceentre ceux du cinéma et les autres… Vous étiez là, tout proche, sans“privilèges”, et tout votre “savoir être” m’a rassurée. C’est une vraie force et du coup, vous tous, réunis, vous avezcontribué à ce que les “miens”, et pas les “pauvres”, se sententrespectés. Ce que vous “avez joué” aujourd’hui, ce que vous “avez tourné”aujourd’hui, c’est la vie, le combat d’hier qui reste de pleineactualité. Les spectateurs doivent le savoir mais grâce à ce film, ils saurontaussi que les “pauvres” ne sont pas “que des pauvres”. Ce n’est pasune identité. Nous sommes des combattants de la vie et commetout un chacun, parfois, on n’en peut plus… Une dernière chose que je voulais vous dire. Quand j’étais enfant j’avais trois rêves, je voulais devenir avocate(depuis toujours j’ai trouvé normal de défendre ceux qui souffraientcomme moi ou plus encore). Actrice aussi. J’adorais toutparticulièrement le théâtre, puis mon troisième rêve d’enfant c’étaitde savoir lire l’heure. Cela venait du fait qu’un jour la police estvenue chez moi pour cherchez ma maman qui ne s’était pas rendueà une convocation. Du coup, c’est devenue pour moi un rêve oupeut-être une angoisse. Apprendre à lire l’heure pour ne pas melaisser surprendre par le temps. Je ne suis jamais, jamais en retard aun rendez-vous quel qu’il soit ! Donc je sais lire l’heure. .105.
    • Je ne suis pas devenue avocate car très tôt, on a considéréque je n’avais rien à faire à l’école et pourtant j’étais une trèsbonne élève, j’adorais l’école mais j’avais un gros désavantage,la pauvreté de ma famille. Mais un jour, dans mon parcoursde vie après une petite incarcération pour vol, j’ai du passer autribunal, je n’ai pas pris d’avocat et me suis défendue avec“fougue” seule… ainsi j’ai été un peu avocate ! Je ne suis pas devenue comédienne mais je suis devenueactrice, actrice de ma vie… Cela je le dois au Père Joseph, auxmiens, à tous ceux qui croisent ma vie aujourd’hui donc àvous aussi maintenant car vous rencontrer me pousse à dire, àfaire, à apprendre et au fond tout cela n’est-il pas le plus beaudes rôles à jouer que celui d’être acteur de sa vie ? Cela je croisque je le suis aujourd’hui… MARTINE LE CORRE J’ai étéDans ce théâtre d’une humanité contrariéeDans ce camp naufragé d’une rare beautéEmu d’y être bouleversé et fier d’y avoir été.Improviser avec tous les acteurs sur des “histoires” qui n’enétaient pas…Des paroles qui résonnaient tellement fort sur le plateau quele temps d’une séquence devenait irréelEt l’improvisation n’était plus un jeu, mais l’espaced’une troublante révélation… VINCENT DEBOST .106.
    • Ma question reste : qu’est-ce qu’on fait avec ce film ? On a changé de tenue, mais la misère est toujours là. Qu’est-ce qu’on en fait ? Ma présence sur ce tournage ne pouvait pas être seulementde la figuration… Pour moi, c’était un coup de gueule… il JOSIANE SAN CLEMENTEserait temps que les politiques se décident à bouger, qu’ilsregardent au-dessus de leur épaule pour voir ce qu’on vit. ALEX DEVILLERS .108. .109.
    • QUELQUES DATES REPÈRES DANS LA VIE DE JOSEPH WRESINSKI. 12 février 1917 : Joseph Wresinski né à Angers d’une mère réfugiée espagnole et d’un père polonais. 29 juin 1946 : Ordonné prêtre à Soissons, pendant dix ans il sera curé de campagne dans l’Aisne. 14 juillet 1956 : Arrivée au camps de Noisy-le-Grand, bidonville en région parisienne. 1957 : Il fonde avec les familles du bidonville la première association le “vrai” qui donnera naissance quelques années plus tard à Aide à Toutes Détresses puis, plus tard encore, ce mouvement prendra le nom d’ATD Quart-Monde. Les premières bibliothèques de rue voient le jour, lesJoseph Wresinski. universités populaires pour les adultes et les pré-écoles pour les tout petits et leurs familles. ∂ 1960 : Il crée le Bureau de recherches sociales qui deviendra en 1967, l’Institut de recherche et de formation aux relations humaines. Dès cette époque, il commence à voyager à la rencontre des plus pauvres d’abord en Angleterre puis en Inde et aux Etats-Unis. Cette ouverture au monde ne s’arrêtera jamais. 1967 : Il crée le mouvement Tapori, la branche enfant d’ATD Quart- Monde. 1968 : Il invente le terme quart-monde qui est repris dans le langage courant. Il fait ainsi une référence explicite aux cahiers du Quart-Etat (par analogie au Tiers-Etat) établis au moment de la révolution française .111.
    • et qui rassemblèrent les revendications des plus pauvres pour les 1982 : Jean-Paul II reçoit Joseph Wresinski et une délégation de jeunesapporter à la nouvelle assemblée constituante. Pour le père Joseph, le du quart-monde.quart-monde est le peuple des sous-prolétaires qui se met debout etrevendique ses droits et son égale dignité dans la société. 1984 : Joseph Wresinski remet au secrétaire général de l’ONU, Perez de Cuellar, une pétition de 235 000 signatures demandant que la misère 1973 : Il crée Alternatives soit reconnue comme une violation des droits de l’homme. 114, le mouvement des jeunes du quart-monde. 1984 : Le président François Mitterrand reçoit Joseph Wresinski accompagné d’une délégation de familles du quart-monde et de la 1977 : A l’occasion des 20 ans présidente du mouvement Geneviève Anthonioz-De Gaulle. de la création de la première association de familles, il lance 1985 : Joseph accueille au Bureau International du Travail, à Genève, un défi à la Mutualité à Paris des délégations de jeunes du quart-monde venues des quatre continents. “Dans dix ans plus un seul illettré dans notre pays, celui 11 février 1987 : le père Joseph remet au gouvernement français un qui sait doit apprendre à celui rapport du Conseil économique et social qu’il a coordonné, “Grande qui ne sait pas.” pauvreté et précarité économique”. Il préconise la mise en place d’un Revenu Minimum d’Insertion (le volet insertion sera vite oublié…) et 1978 : Le président français Valéry Giscard d’Estaing reçoit Joseph la création d’une couverture médicale universelle ainsi qu’un droit auWresinski et une délégation de familles pauvres à l’Elysée. logement réellement respecté. 1979 : Joseph Wresinski est nommé par Giscard d’Estaing au Conseil 17 octobre 1987 : 100 000 défenseurs des Droits de l’homme venuséconomique et social au titre de personnalité qualifiée. Les premières des quatre coins du monde et des différentes associations etéquipes permanentes de volontaires d’ATD Quart-Monde s’implantent mouvements politiques se rassemblent au Trocadéro autour de Josephdans les pays du sud. Wresinski et de son mouvement ATD Quart-Monde. Cette journée est déclarée par l’ONU : Journée Mondiale du Refus de la Misère. 15 mai 1982 : “Pleins droits pour tous les hommes”. Pour les 25 ansdu Mouvement ATD Quart-Monde, Joseph Wresinski lance cet appel 14 février 1988 : Joseph meurt à l’hôpital de Suresnes des suites d’unedevant des milliers de familles et d’amis à Bruxelles. Il place le combat opération du cœur.de la lutte contre la misère sur le terrain des Droits de l’homme. ∂ .112.
    • L’appel qui suit, prononcé par le fondateur du Mouvement ATD Quart-Monde, est un texte de style oral adressé aux membres de son mouvement : les “alliés” comme il les surnomme, sont des citoyens bénévoles ; les volontaires permanents, des hommes et des femmes qui engagent leur vie et leur activité et sont rémunérés ; et enfin les familles du quart-monde. A travers ces lignes, on découvre la radicalité de l’engagement qu’il demande, la grande confiance en chaque homme, chaque femme à qui il s’adresse et enfin la solennité de son combat puisqu’il commence par une interpellation véhémente à l’état français *. D’autres appels ont été par la suite lancés à Bruxelles, à Genève, à New York et partout dans le monde où le Père Joseph comptait des amis, des équipes et des familles qu’il avait rejoints dans leur combat. C’est vers l’Etat que je me tourne tout d’abord, vers l’Etat dont la mission première est de promouvoir une volonté politique de destruction radicale de la misère, vers l’Etat sur lequel les citoyens se sont de plus en plus déchargés, depuis les années d’après-guerre, du souci des plus défavorisés. UN ÉTAT GARANT DE LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DES EXCLUS. Nous demandons d’abord que son Chef, le Président de la République se reconnaisse publiquement garant de la défense des intérêts des Appel à la solidarité lancé par le Père Joseph minorités exclues, qu’il veille à ce que le quart-monde obtienne au plus vite les moyens de ses libertés économiques, culturelles et politiques,Wresinski à la fête de la solidarité organisée le qu’il veille notamment à ce que le quart-monde soit représenté dans 17 novembre 1977 au Palais de la mutualité à toutes les instances où les autres citoyens peuvent se faire entendre. Nous demandons que pour assumer cette responsabilité dans les Paris, à l’occasion du 20ème anniversaire du mouvement ATD Quart-monde. * Ce texte a été coupé pour les besoins de l’édition de ce livre. Le texte original est dis- ponible sur le site internet du Mouvement ATD Quart-Monde. .115.
    • meilleures conditions, le Chef de l’Etat désigne auprès de la Présidence situation d’infériorité et fait qu’il soit rejeté. Cette contestation nous lade la République un délégué chargé de suivre et d’évaluer en perma- mènerons dans notre propre famille, dans notre propre milieu et cela aunence l’élaboration et l’exécution d’un plan quinquennal pour éliminer risque de renoncer à des idées rassurantes ou à des privilèges acquis.la misère et l’exclusion dans la démocratie française. (… ) Ce sur quoi Cette contestation, nous la poursuivrons dans l’école, le lycée quenous insisterons ce soir c’est la concertation pour laquelle le Mouvement fréquentent les nôtres ; par elle nous refuserons que soit délaissé l’enfantATD Quart-Monde s’est toujours montré prêt à partager son expérience le moins doué, l’enfant écrasé par le poids de la misère de sa famille.et ses connaissances. Par cette concertation sera cassé le cercle vicieux de Notre contestation sera présente dans les entreprises où nous exigeronsla misère. Nous demandons enfin à l’Etat d’accueillir et de faciliter que soient admis ceux qui n’ont reçu aucune formation professionnelle.largement la libre initiative des citoyens dans le combat contre En cette période de crise nous agirons pour qu’ils ne soient pas lesl’exclusion et de fournir au besoin, les moyens financiers d’initiatives premiers privés de leur travail, pour que la solidarité ouvrière jouenon-gouvernementales. Soutenir la liberté d’innover des citoyens c’est pleinement en leur faveur. En un mot, nous n’accepterons plus qu’enstimuler les administrations et garantir l’aptitude à la réforme des aucun lieu les plus défavorisés soient oubliés ou négligés. Notre adhésionstructures publiques ; c’est assurer à l’Etat la capacité de se forger un dans les partis politiques de notre choix orientera les programmes versnouveau mode de démocratie qui ne tolèrera plus que des minorités sans une société sans exclusion. Nous imposerons à l’Etat un projet de sociétépoids politique puissent être réduites au silence et au paupérisme. dont la charte sera la défense des plus démunis et le respect de leur droit. Quant à ceux qui croient, qu’ils fassent en sorte que grâce à leur UNE ALLIANCE NOUVELLE QUI TRANSFORME. dynamisme et à leur foi, nos Eglises accueillent en premier les plus démunis. Que grâce à ces croyants elles redeviennent les Eglises des sans- A côté de l’Etat, c’est à tous les citoyens que je m’adresse car ce sont défense, des ignorants et des victimes, le lieu de leur espérance, celui dueux qui, en fin de compte, déterminent les choix et les grandes partage et du dépouillement des forts, mais aussi, du refus de Dieuorientations de toute société. Face à l’exclusion, le quart-monde nous d’accepter l’oppression, l’injustice et la haine. Notre combat dans lesrappelle donc à nous qui sommes des citoyens reconnus, qu’une mouvements de lutte contre la guerre, la faim, pour les droits denouvelle alliance s’impose : Alliance entre exclus et non-exclus. Une l’homme rejoindra ce refus de l’exclusion car en réalité celle-ci n’est autrealliance qui doit transformer les données de la vie politique, la pensée de que l’ultime étape de la persécution contre la dignité de l’homme et lenotre temps, l’esprit des institutions et des lois, et la vie des Eglises. Il respect qui lui est dû. Plus encore, si nous le pouvons, nous donneronsnous faut donc conclure une alliance nouvelle avec le quart-monde pour de notre temps pour lutter contre l’ignorance au sein même du quart-que partout soit défendue la cause des laissés-pour-compte. Mais pour monde, pour éveiller la population sous-prolétarienne à la lecture, àêtre fidèle à cette alliance nous irons jusqu’au bout de notre contestation l’écriture, au savoir, à l’art, à la poésie, à la musique. C’est pourquoi nouscontre tout projet de société qui exclut les plus faibles et nous qui sommes éducateurs, instituteurs, nous rejoindrons ceux qui, dans leimposerons la participation en tout domaine des plus défavorisés. En Mouvement, ouvrent des “Bibliothèques de rue”, animent des “Pivotseffet, aller jusqu’au bout c’est dénoncer tout ce qui met un homme en Culturels”. Sociologues, économistes, psychologues, nous participerons .116. .117.
    • aux recherches que l’Institut du Mouvement mène depuis quinze ans, à la recherche d’autresafin de fonder une connaissance scientifique du groupe quart-monde. oubliés. C’est vous, lesJuristes, nous renforcerons les comités de défense de ses intérêts et de ses permanents du Mouvementdroits. Représentants du pays, responsables à quelque titre que ce soit de qui continuerez à être cettela solidarité des citoyens, nous travaillerons de tout notre pouvoir à brèche dans le mur derendre aux organes représentatifs du sous-prolétariat leur juste place l’exclusion. Vous avez optédans les institutions de la nation en tant que partenaires sociaux. pour une communauté deInfirmières, médecins, nous prendrons la défense du malade sous- destin avec la populationprolétaire dans les hôpitaux, les centres de planning familial. Gens de sous-prolétarienne. Vouslettres, journalistes, nous œuvrerons à la création d’un langage accessible êtes et vous serez les témoinsaux moins instruits, nous nous ferons dénonciateurs de l’exclusion. dans la population mêmeEnfin tous, sans exception, nous pouvons et devons notre soutien que ses espoirs ne sont pasfinancier. Ainsi notre contestation deviendra la volonté de la Nation de vains, qu’elle n’est pasfaire disparaître la condition sous-prolétarienne. coupable, que son expé- rience au contraire a valeur UNE BRÈCHE DANS LE MUR DE L’EXCLUSION. pour tous les hommes. Vous êtes et vous serez les plus Le combat de libération du quart-monde c’est sur vous, volontaires proches du scandale. Vous vous compromettrez comme avant avec sesATD Quart-Monde, sur vous les permanents du Mouvement qu’il victimes et vous dénoncerez tout malheur, affrontant s’il le faut, l’Etatrepose, car c’est vous les premiers qui l’avez entrepris. Sans vous, le et l’opinion. Vous êtes ceux qui découvrez les nouveaux terrains où ilsous-prolétariat ne serait jamais entré dans l’histoire contemporaine, faut porter l’action, les nouvelles formes de lutte pour la mener àles familles sous-prolétaires n’auraient été que des “familles-cas”, des bien. Vous êtes les garants que les exclus seront les premiers“familles-problèmes”. Contre vents et marées, contre l’inertie de bénéficiaires des changements, que ceux-ci seront assez radicaux pourl’Etat, contre l’incompréhension des institutions, contre l’indif- ne plus laisser personne de côté. Vous devez garantir que laférence de l’opinion, contre le mépris de beaucoup, et pendant de contestation ira jusqu’au bout, que les plus défavorisés ne seront pasnombreuses années contre le propre refus du quart-monde lui-même, abandonnés en chemin. C’est un contrat de vie que nous avonsvous avez créé ce Mouvement. Aujourd’hui, la population sous- conclu, nous en avons accepté le poids, les risques et aussi tous lesprolétarienne commence à se mettre debout, elle forge des militants dénuements car le succès de notre cause est dans la montée de ceissus de ses rangs. Vis-à-vis d’elle, votre rôle devra désormais être de peuple, dans notre propre disparition pour laisser place à ses leaders.plus en plus un rôle politique. Mais vous devez aussi vous replongertoujours plus profondément au milieu des nouveaux exclus, toujours .118. .119.
    • responsables. Et être responsables, pour vous, ce sera d’abord continuer à vous former, à vous instruire, à vous regrouper, pour réfléchir sur votre condition, pour exiger une école adaptée à vos enfants, un travail qui vous rende indépendants et qui garantisse aux vôtres une vie décente, pour exiger aussi une formation professionnelle accessible à votre milieu, ainsi que les moyens de la culture et de la spiritualité. Pour le respect de vos familles, pour que vos enfants aient droit à votre amour, aient droit à la garantie d’être élevés par vous, notre objectif doit être, pour les dix ans à venir, qu’il n’y ait plus d’illettrés parmi nous, qu’aucun enfant non seulement ne manque l’école UN CRI DE RÉVOLTE, UN APPEL À LA LIBÉRATION DES PLUS PAUVRES. mais qu’aucun n’y échoue. Que ceux qui savent lire et écrire apprennent à lire et à écrire à leurs voisins. Etre responsables c’est aussi rejoindre les Militants et délégués du quart-monde, c’est à vous que je m’adresse associations familiales, les associations de parents d’élèves, les comités demaintenant. Plus que tous vous êtes concernés par les engagements qui locataires, les syndicats, les partis politiques. Vous avez droit aussi à lutterseront pris ce soir autour de vous et de vos enfants. C’est votre refus pour la justice, la paix, les droits de l’homme. Etre responsables, c’estd’une vie sans espoir, votre refus d’être considérés responsables de votre participer aux luttes essentielles de l’humanité. Dans ces luttes, voussouffrance, votre refus d’être considérés comme inexistants et inutiles, serez des égaux et vous y imposerez la lutte contre la misère. Nous neque le Mouvement a repris. En effet, qu’est-ce donc que le Mouvement pouvons apporter de grand savoir, nous ne pouvons apporter ni or, nisinon le cri de votre révolte, mais aussi celui de votre appel. argent mais nous avons ce que les autres n’ont pas et qu’ils doivent Cependant vous savez que personne ne vous libérera sans vous. Vous connaître, c’est notre expérience, notre expérience de l’exclusion. Mieuxavez l’expérience de trop de lâchages, de trop d’abandons. Vous savez que tout autre, nous savons réellement ce qu’est la liberté, nous quique l’autre société n’a ni les mêmes intérêts, ni les mêmes idées ni les avons toujours vécu sous la tutelle et la dépendance d’autrui. L’égalité,mêmes projets que vous. C’est pourquoi de votre libération vous êtes les nous en connaissons le manque, nous qui sommes traités en inférieurs,premiers garants du changement de vos vies, vous serez les premiers en parasites inutiles. L’honneur d’être homme, nous en connaissons le .120. .121.
    • prix, nous qui supportons le poids du mépris. Nous avons expérimenté ATD QUART-MONDE, UN PROJET DE SOCIÉTÉ.tout ce qui humilie et fait souffrir un homme, une famille, un milieu etsi nous rejoignons d’autres combats, ce sera pour les rendre attentifs à ATD Quart-Monde est un Mouvement humanitaire qui s’estceux qui sont au dernier degré de la souffrance, de l’écrasement, du donné comme objectif prioritaire l’éradication de la misère. Cemalheur, de la désespérance. Mouvement veut contribuer à bâtir une société où chacun de ses C’est donc une alliance entre les sous-prolétaires et la société que je membres sera respecté dans son égale dignité et y aura sa place pleinevous invite à conclure ce soir, une alliance entre exclus et non-exclus, et entière.une alliance qui doit transformer les relations entre les hommes, la vie Depuis ses origines, ce mouvement, qui croit fermement en lapolitique, la pensée de notre temps. C’est un véritable contrat que je capacité de chaque homme, de chaque famille à participer activementvous demande de passer entre vous ce soir, un contrat entre la aux politiques de lutte contre la misère, tourne le dos à toutes actionspopulation sous-prolétaire, l’état et les citoyens. L’enjeu de ce contrat d’assistance et met l’accent sur le combat pour que chaque personnec’est de créer une démocratie qui tire les leçons de son injustice vis-à-vis ait accès aux droits fondamentaux et notamment aux droits àdes plus défavorisés et leur restitue leurs responsabilités de citoyens. l’instruction et à la culture. ∂ ATD Quart-Monde rassemble donc des familles issues du milieu sous-prolétaire qui s’engagent dans leurs quartiers, dans leurs villages. A leurs côtés, des volontaires permanents, dont certains vivent au côté de ces familles dans des quartiers de misère, ont choisi un engagement radical. Actuellement, ils sont quelque 350 femmes et hommes de différentes nationalités, origines, professions, religions ou philosophies, présents dans vingt-trois pays. Ils établissent entre eux un partage des salaires et reçoivent une indemnité identique, équivalente au SMIC en France. Cette caisse du volontariat est alimentée par des subventions publiques mais aussi par des dons privés. Enfin un peu partout dans le monde, des milliers de personnes se sont “alliées” avec les familles les plus exclues et les plus fragiles de leur pays dont ils retransmettent le courage et les aspirations dans leurs propres milieux (familial, professionnel, associatif, culturel…). Ils tentent ainsi de faire changer le regard que la société porte sur les plus pauvres tout en soutenant des actions avec les équipes de volontaires et les familles dans leur combat pour le logement, le travail, la santé mais aussi à l’école .123.
    • ou à l’université. Parmi les actions les plus régulières, ATD Quart- REMERCIEMENTSMonde anime dans les quartiers des bibliothèques de rue avec les Contribution pour les textes :enfants, des universités populaires où les adultes échangent etrencontrent des gens venus d’autres milieux pour “s’apprendre” Figurants : Ghislaine Gérard, Françoise Hamel, Dominique Dhont,mutuellement et partager savoirs et expériences. Des clubs dit “du Marie-France Tahar, Raphaëlle Chapoulard, Alex Devillers, Genevièvesavoir” permettent aux jeunes de se retrouver et des pré-écoles pour les Avril, James Avril, Marie-Sol Poyatos, Priscilla Benmesrouk, Josianepetits offrent des lieux inédits qui préparent les enfants à l’entrée à Dubourdieu, Cindel Dubourdieu, Luis de Melo, Aurélie Jolivières, Thierry Sarraya, Claude Maréchal, Martine Lecorre, Josiane San Clemente.l’école. Enfin, les membres du Mouvement mènent inlassablement desactions de formation dans tous les milieux. Ils vont à la rencontre des Acteurs : Jacques Weber, Anouk Grinberg, Laurence Côte, Salomécitoyens à l’école, dans les universités, les entreprises pour témoigner de Stevenin, Vincent Debost.leurs combats et faire entendre la voix des plus pauvres. Enfin, ilsentretiennent des échanges réguliers avec les partenaires sociaux ou les Equipe technique et artistique : Julie Lecoeur et Marie Saint-Jours (casting figuration), Isabelle Gies (secrétaire de production), Manu deresponsables politiques, participant souvent au débat public que ce soit Chauvigny (Chef décorateur).sur le terrain des lois ou sur celui de l’élaboration de nouvelles politiquessociales. C’est ainsi qu’en France comme dans de nombreux pays, les Merci aussi aux acteurs et aux techniciens qui figurent sur ces photos etéquipes du Mouvement ont su gagner à leur cause des responsables notamment : Patrick Descamps, Nicolas Louis, Anne Coesens, Isabelle depolitiques de haut rang, des intellectuels ou des artistes qui sont des Hertogh, Jeanne Lepers, Valérie Habermann. Ainsi que : Philippe Dussau et Colo Tavernier pour le scénario, Pierre Milon et Vincent Buron pourrelais ou des portes-voix indispensables. l’image, Jérôme Ayasse pour le son, Véronique Heuchenne, Christophe Le Mouvement compte des équipes permanentes ou des amis sur Marilier, Colomba et Laura pour la mise en scène, Nathalie Raoul etles cinq continents. Ces équipes qui ont rejoint les familles les plus Isabelle Blanc pour les costumes, Jacqueline Mariani pour le montage,exclues respectent dans chaque pays les singularités culturelles Frédéric Vercheval pour la musique Fred Lary, François Drouot et Sophiesociales et politiques. Au niveau international, le Mouvement Couecou pour la production.travaille auprès des grands organismes tels l’ONU ou L’Unesco afin Merci à Sœur Paule et aux sœurs de la Charité, à Véronique Fayet, Alainque la voix des plus pauvres de la planète y soit entendue et que les Juppé et Noël Mamère pour leur accueil en Aquitaine.politiques s’inspirent des combats quotidiens et du courage de ceuxqui subissent et souffrent de la misère partout dans le monde. Merci à Hélène Sireyjol qui a réalisé les entretiens qui ont permis de ∂ mettre des mots sur les émotions et les expériences de chacun. Merci à Emmanuel de Lestrade, première cheville ouvrière, à Laurence Goudeau et l’équipe des alliés ainsi qu’aux témoignages de tous ceux qui ont parlé ou écrit et dont les textes ne figurent pas dans ce livre faute de place… Vous avez largement contribué à nourrir et concevoir cet ouvrage : .125.
    • Adeline Castellon, Adrien Guillot, Amélie Huyot, Angeline Portes,Annette Rivalland, Aurélie, André Torres, Angeline Portes, AntoineMaccabiani, Aurélie Brun, Bernard, Cécile, Cédric Lavergne, Céline,Céline Dablade, Charlotte, Christine Maillard de la Morandais, ChristopheAlmy, Christophe Besson, Christophe Portes, Coralie Lavergne, DanielBalège, Danielle Milleri, Dominique Padovani, Elizabeth Guillemasy,Emmanuel Gauthier, Emmanuel Grandon, Fabien Mairey, Fabienne Borda,Fabienne Cabrera, Fabrice Kaid, Fabrice Tanzella, Falone Guilleminot,Fatima, Florian Seyer, Franck Rouffle, Frédéric Gascon, Frédéric Jeantet,Guillaume Delteil, Hayat Bouachau, Hervé Hirondelle, Hervé Portes,Isabelle Mamère, Isaura Da Conceiçao, Jean-François Paillot, JeanineRoger, Jean-Louis Leneez, Jean Luc Delval, Jean-Marc Noirot Cosson(Fredo), Jean-Marc Sotille, Jean-Marie Noirot, Jean-Pierre Lepage, JérômeDugachard, Johana Filatran, Johana Maintenat Jomathan Padovani, JossLanche, Julien Pecheux, Juliette Gentil Cousin, Kamel Benamar, KheiraBoumédienne, Laetitia Padovani, Lena Pilard, Loïck Jean, M. Hincu, MarieJosé Besson, Marie-Christine Derive, Mathias Kaid, Melodie Peruzzeto,Michael Maintenat, Michel Blanchard, Michel Lachaise, Michel Miramon,Michel Viaud, Mimi Duha, Monique Moulineau, Nadia El Mrini, NathalieFoltz, Nathalie Huyot, Nathalie Sarailla, Nathalie Saube, Olivier Huyot,Patricia Broyer, Patrick Emars, Pauline Eyrabide, Père André Castaing,Philippe Bouchin, Philippe Maréchal, Reine Barreau, Robert Lagière,Robert Mateo, Romain louvet, Sabrina Pecheux, Samia El Mrini, Sandra,Sandy Guillot, Sébastien Lavergne, Severine Vigot, Sophie Bois, StaviBeyer, Stéphane Durieux, Stéphane Vaudrecreme, Sylvaine Panabière,Sylvie Maccabiani, Tania Cerqueira, Théo delestrade, Valentin Hirondelle,Xavier Chapoulard, Yannick Maintenat, Yannick Texier, Yohan Bastiancig,Yull Brunet, Yves-Michel Fougère. ∂
    • Joseph l’Insoumis est un film produit par Emmanuel Giraud (Les Films de la Croisade, Paris) et Isabelle Truc (Iota Production, Bruxelles). Avec la participation de France télévision (Jean Bigot et Vincent Meslet) et diffusé sur France 3 (Anne Holmes et Marie Dupuy d’Angeac). Crédits photos additionnelles : Pages 14-29-32 : Marie Baget Pages 24-57 : Anouk Grinberg Pages 80-97 : François Philiponeau Photos d’archives p.112-114-119-120-122, ATD Quart-Monde Texte p.115, reproduit avec l’autorisation d’ATD Quart-Monde Pour visionner le documentaire de Delphine Duquesne retraçant la préparation et le tournage du film, se rendre sur le site : www.dailymotion.com Contact ATD Quart-Monde : www.atd-quartmonde.org Mouvement International ATD Quart-Monde 114, avenue du Général Leclerc 95480 PIERRELAYE Téléphone : 01 34 30 46 10Cet ouvrage a bénéficié du soutien du Conseil Régional d’Aquitaine. ∂ Achevé d’imprimer en septembre 2011, par l’imprimerie Présence Graphique, pour le compte des éditions ELYTIS. Dépôt légal : septembre 2011.