L'économie pour les non-économistes

2,692 views

Published on

• Le circuit économique
• Les cycles économiques
• L’intervention de la Banque Centrale
• L’intervention du Gouvernement
• Les marchés financiers
• Les indicateurs économiques clés (KEI)
• Les faits économiques récents

Published in: Economy & Finance
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
2,692
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
838
Actions
Shares
0
Downloads
106
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

L'économie pour les non-économistes

  1. 1. Que nous dit l’économie? L’Economique pour les non-économistes Roger Claessens, Prof. UBI
  2. 2. Objectif du séminaire: Vous offrir une structure mentale Vous trouverez cette présentation sur le site: www.rogerclaessens.be 2
  3. 3. Vous offrir une structure mentale 6 Cercles 5 Instruments de la BC 5 marchés financiers 3
  4. 4. Roger Claessens Auteur, conférencier international, consultant, M. Dir. de R.J. Claessens & Partners S.à.r.l. Professeur à l’UBI (United Business Institutes), Bruxelles; Conférencier à la FEBELFIN (Féderation Belge du Secteur Financier) Conférencier à l’EIB à Luxembourg Conférencier pour BGL BNP PARIBAS, … Auteur de plusieurs livres: “Corporate Culture in Banking” sur Amazon.co. uk « What is a bank?» sur Amazon.co. uk « Branch Management» « Ethics, corporate values and prevention of money laundering» « Introduction to accounting » « Marketing in financial services » Membre du Club des Economistes - Luxembourg. 4
  5. 5. Le programme de la journée Matinée - (a) Le circuit économique (b) Les cycles économiques (c) L’intervention de la Banque Centrale (d) L’intervention du Gouvernement Après-midi - (e) Les marchés financiers  (1) Les indicateurs économiques clés (KEI)  (2) Les faits économiques récents 5
  6. 6. Ceci est un Circuit économique 6
  7. 7. (a) Le circuit économique Produits & Services PNB ENTREPRENEURS CONSOMMATEURS Salaires, intérêts, crédits TRAVAIL 7
  8. 8. (a) Le circuit économique Samuelson souligne que chaque économie doit répondre à 3 questions fondamentales: Que faut-il produire (QUOI)? Déterminé par les consommateurs. Comment faut-il produire (COMMENT)? Déterminé par la concurrence entre entreprises. Pour qui faut-il produire (POUR QUI)? La 3ème réponse est une question de choix politiques. 8
  9. 9. (a) Le circuit économique Produits & Services PNB ENTREPRENEURS Quoi? Comment? Pour qui? CONSOMMATEURS Salaires, intérêts, crédits TRAVAIL 9
  10. 10. (a) Le circuit économique Que se passe-t-il lorsque vous achetez un produit aux USA? € $ 10
  11. 11. (a) Le circuit économique Dans la représentation de Samuelson, le gouvernement agit soit en tant que consommateur soit en tant qu’entreprise, dépendant de l’action spécifique initiée. Le gardien du système monétaire est la banque centrale. 11
  12. 12. Gouvernement Banque Centrale Produits & Services PNB ENTREPRENEURS Quoi? Comment? Pour qui? CONSOMMATEURS Salaires, intérêts, loyers TRAVAIL 12
  13. 13. 17 POLITIQUES BUDGETAIRES 1 POLITIQUE MONETAIRE € 320 MILLIONS d’UTILISATEURS L’introduction de l’EURO 13
  14. 14. Où se trouvent les banques? Une réponse structurée en 6 étapes 14
  15. 15. Que penser de l’Espagne ? 1 Une réponse structurée en 6 étapes 15
  16. 16. “LA” FORMULE EN PHYSIQUE E=mc² (A. Einstein)
  17. 17. “LA” FORMULE EN ECONOMIE PQ=MV (I. Fisher)
  18. 18. (a) Le circuit économique Discussion Vous achetez un œuf chaque jour pour un Euro! Que se passe-t-il si le fermier sait que vous avez eu une augmentation de salaire conséquente? 18
  19. 19. (a) Le circuit économique L’objectif de gestion d’une économie moderne est de maintenir ce circuit en équilibre. Inflation = Un état de déséquilibre, caractérisé par des prix en croissance. La conséquence de l’inflation est la réduction du pouvoir d’achat : avec un même montant, on acquiert un nombre réduit de biens et de services. Déflation = Un état de déséquilibre, caractérisé par des prix en décroissance. 19
  20. 20. (a) Le circuit économique INFLATION 20
  21. 21. INFLATION 21
  22. 22. DEFLATION 22
  23. 23. (a) Le circuit économique : l’entrepreneur ENTREPRENEURS 23
  24. 24. (a) Le circuit économique : l’entrepreneur Le système économique dépend des Hommes et des Femmes. Adam Smith a souligné que la motivation individuelle, l’inventivité et l’innovation poussent les économies à tendre vers plus de prospérité. La “Richesse des Nations (1776)” dépend de l’imagination, de l’entrepreneuriat et de la discipline de ses acteurs économiques. 24
  25. 25. (a) Le circuit économique : l’entrepreneur La concurrence de marchés (la main invisible d’Adam Smith) pousse une personne centrée sur ellemême à se lever, regarder le monde et produire – avec les matières premières – non pas ce qu’elle souhaite mais ce que quelqu’un d’autre souhaite. La main invisible (= le marché) force les acteurs économiques à abandonner toute activité qui n’offre pas de valeur ajoutée. 25
  26. 26. (a) Le circuit économique : l’entrepreneur Nous constatons, dans notre partie du monde, que: nous décourageons les entrepreneurs, en imposant des contraintes administratives lourdes, des contributions sociales élevées et un taux de taxation important. 26
  27. 27. (a) Le circuit économique : l’entrepreneur L’entrepreneur est également quelqu’un qui cherchera continuellement à équilibrer flexibilité et réduction des coûts dans le but d’atteindre la structure optimale de son entreprise, poussant la productivité, qui est l’atout compétitif d’une nation. 27
  28. 28. (a) Le circuit économique : l’entrepreneur Paul Krugman explique comment un gouvernement peut convaincre les entreprises à augmenter leur productivité. Une productivité plus grande se traduit par des standards de vie plus élevés. Augmenter la productivité nécessite l’accroissement des investissement dans les usines, les équipements, la recherche et l’éducation. Des taxes élevées découragent la recherche de productivité. 28
  29. 29. (a) Le circuit économique : le consommateur CONSOMMATEURS 29
  30. 30. Prix Nobel = Prise de Décision Daniel Kahneman System 1 Intuition System 2 Requires a stable environment Frequent exposure Experience Analysis Analytical part of the process Is the result of what you know Remembering 30
  31. 31. ON CONNAIT LE CONSOMMATEUR!
  32. 32. (a) Le circuit économique : le consommateur Keynes souligne dès le milieu des années 30 que les ménages sont la composante la plus importante de la demande globale. Keynes considère le revenu des ménages comme le déterminant clé. 32
  33. 33. (a) Le circuit économique : le consommateur Veblen encourage les économistes à s’adjoindre le savoir faire des services de sociologues, anthropologues et psychologues dans le but de développer leur compréhension des consommateurs. 33
  34. 34. (a) Le circuit économique : le consommateur Veblen fit la conclusion, maintes fois vérifiée depuis, que la demande de biens de consommation est déterminée par l’utilisation que le consommateur en fera et par le prix qu’il pense qu’autrui estimera qu’il aura payé. Il a analysé la motivation sous-jacente des achats. 34
  35. 35. (a) Le circuit économique : le consommateur Comment ressentir l’état d’esprit des 2 piliers de l’économie que sont les entrepreneurs et les consommateurs? 35
  36. 36. (a) Le circuit économique : le consommateur Il y a environ 300 indicateurs économiques clefs.
  37. 37. (b) Les cycles économiques Produits & Services PNB 37
  38. 38. (a) Le circuit économique PNB = C+I+G+(X-M) Le Produit National Brut est la somme des dépenses privées des consommateurs (C), des dépenses privées d’investissement (I), des dépenses gouvernementales (G) et des dépenses extérieures nettes (eXports – iMports) de produits finis et de services. 38
  39. 39. (b) Les cycles économiques Une diminution du PNB signifie que la population va rapidement se trouver en situation plus précaire et qu’une ambiance pessimiste va s’installer très probablement. Une diminution du PNB reflète l’état d’esprit des entrepreneurs et des consommateurs. 39
  40. 40. (b) Les cycles économiques Le produit national brut est estimé et mesuré par trimestre. Le pourcentage représente une augmentation ou diminution par rapport au trimestre précédent de la production des biens et des services. Le changement est annualisé. L’on parle d’une récession lorsque le BNP chute de manière consécutive pendant deux trimestre. 40
  41. 41. (b) Les cycles économiques • Chaque cycle est unique mais contient suffisamment de similitudes avec les autres que pour permettre de tirer des conclusions générales. • N’oublions pas non plus tous les facteurs intérieurs ou extérieurs qui ont une implication non négligeable sur l’économie: vie politique, situation de guerre, etc... La position dans le cycle économique peut être déterminée – jusqu’à un certain point- grâce aux indicateurs économiques. 41
  42. 42. (b) Les cycles économiques Il y a 300 indicateurs économiques clés séparés en 3 catégories : 1. Les indicateurs précurseurs (leading) = indices de changement en amont – les plus sensibles 2. Les indicateurs concommitants (coincident)= indices de changement 3. Les indicateurs retardataires (lagging)= indices de changement en aval – les moins sensibles Exemples: 1. Indice boursier 2. Permis de construire 3. Epargne vs revenus 42
  43. 43. (b) Les cycles économiques 43
  44. 44. (b) Les cycles économiques Discussion Quels pourraient être des facteurs annonçant une augmentation ou une réduction de l’activité économique? 44
  45. 45. (b) Les cycles économiques • • • • • • • • • Production Emploi Productivité Salaires Ventes Profits Chiffre d’affaires Crédit Biens d’investissement • • • • • • • • • Bourse PNB Sentiment public Prise de risque Nouvelles activités Taux d’interêts Banque centrale Ressources Inventaires 45
  46. 46. (b) Les cycles économiques • • • • • • • Commandes Exports / imports Prix sacrifiés Emploi Matières premières Interventions Faillites • • • • Surcapacité Liquidités Niveau des crédits Pression concurrentielle • Producteurs • Imagination • Epargne 46
  47. 47. (b) Les cycles économiques Les indicateurs économiques permettent d’augmenter la probabilité de prendre une bonne décision grâce à une compréhension accrue d’une situation donnée. Ils sont le langage de l’économie. Ils sont la base des décisions motivées. 47
  48. 48. (b) Les cycles économiques Les marchés réagissent à leur publication qui se fait de manière hebdomadaire. L’analyse et la surveillance de ceux-ci sont des processus permanents. Comprendre les corrélations entre eux est la clé à la prise de décisions économiques. 48
  49. 49. (b) Les cycles économiques Salaires, interêts, loyers, TRAVAIL 49
  50. 50. (b) Les cycles économiques Le taux de chômage européen reste significatif pour plusieurs raisons qui sont erronément qualifiées de structurelles. L’équilibre du marché de l’emploi sera de plus en plus difficile à atteindre. 50
  51. 51. (1) The key economic indicators Population, employment & unemployment
  52. 52. (1) The key economic indicators Population, employment & unemployment
  53. 53. (a) Le circuit économique Produits & Services PNB ENTREPRENEURS Quoi? Comment? Pour qui? CONSOMMATEURS Salaires, intérêts, crédits TRAVAIL 53
  54. 54. (b) Les cycles économiques Les indicateurs économiques et leur corrélation: 1. BNP 2. Chômage 3. La production industrielle (Source: The Economist) 54
  55. 55. 5 Japan 3 Axis Title 1 -1 -3 -5 -7 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 09/20 05/20 05/20 08/20 00 00 01 01 02 02 03 03 04 04 05 05 06 06 07 07 08 08 09 10 11 11 GDP -5.5 -4.7 0.6 -2.9 -1.9 -0.4 0.7 1 3.4 4.3 1.1 2 4 2.7 2 2 1.3 0 -5.5 1.7 2.4 -0.6 61
  56. 56. Japan 6 4 2 0 -2 -4 -6 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 09/20 05/20 05/20 08/20 00 00 01 01 02 02 03 03 04 04 05 05 06 06 07 07 08 08 09 10 11 11 GDP -5.5 -4.7 0.6 -2.9 -1.9 -0.4 0.7 1 3.4 4.3 1.1 2 4 2.7 2 2 1.3 0 -5.5 1.7 2.4 Unemployment 4.9 4.7 4.7 5.3 5.2 5.2 5.2 5.3 5 4.8 4.5 4.2 4.1 4.2 4 4 3.9 4 5.7 4.9 62 4.6 4.5 -0.6
  57. 57. Japan 6 4 2 0 -2 -4 -6 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 09/20 05/20 05/20 08/20 00 00 01 01 02 02 03 03 04 04 05 05 06 06 07 07 08 08 09 10 11 11 GDP -5.5 -4.7 0.6 -2.9 -1.9 -0.4 0.7 1 3.4 4.3 1.1 2 4 2.7 2 2 1.3 0 -5.5 1.7 2.4 -0.6 Unemployment 4.9 4.7 4.7 5.3 5.2 5.2 5.2 5.3 5 4.8 4.5 4.2 4.1 4.2 4 4 3.9 4 5.7 4.9 4.5 4.6 Ind Production 1.1 0.7 -0.3 -1.2 -1.0 -1.0 0.5 0.3 0.7 0.4 0.1 0.1 0.3 0.5 0.2 0.1 0.4 0.2 -2.3 1.9 -1.363-1.7
  58. 58. Gouvernement Banque Centrale PNB ENTREPRENEURS Quoi? Comment? Pour qui? CONSOMMATEUR TRAVAIL 64
  59. 59. (c) L’intervention de la Banque centrale P.Q. = M.V La question à laquelle le banquier central doit trouver une réponse est: “Quel est le niveau adéquat des disponibilités dans le circuit économique?” La réponse la plus facile est le montant permettant l’achat de tous les biens et services produits, en atteignant le plein emploi sans augmentation de prix. (approche monétariste) 65
  60. 60. (c) L’intervention de la Banque centrale P.Q = M.V P = Les prix des biens et services Q = quantité des biens & services produits par une économie nationale (= PNB) M = Masse monétaire (actifs des consommateurs et des entrepreneurs, correspondant au passif du système bancaire et à celui de la banque centrale) V = vélocité de circulation de l’argent 66
  61. 61. (c) L’intervention de la Banque centrale 5 leviers principaux d’une banque centrale 1. La planche à billets 2. Les taux d’intérêt court terme 3. Les réserve fractionnelles 4. L’ open market 5. Les ratios des banques 67
  62. 62. (c) The intervention of the central bank 1- La planche à billets
  63. 63. (c) L’intervention de la Banque centrale L’effet multiplicateur du système bancaire (en partant de réserves obligatoires de 10%) 100 est déposé à la Banque A La Banque A dépose 10 à la Banque centrale (réserve obligatoire) et va prêter 90 90 est déposé à la Banque B La Banque B va faire un dépôt de 9 à la Banque centrale et va prêter 81 81 est déposé à la Banque C La Banque C va faire un dépôt de 8,1 à la Banque centrale et va prêter 72,9 … M0 = cash = 100 = base monétaire M1 = cash + dépôts à vue = 343,9 = masse monétaire = (100+90+81+72,9) 69
  64. 64. (c) L’intervention de la Banque centrale 70
  65. 65. (c) L’intervention de la Banque centrale 2- Les taux d’intérêt La courbe de préférence des emprunteurs 71
  66. 66. (c) L’intervention de la Banque centrale La courbe de préférence des prêteurs 72
  67. 67. (c) L’intervention de la Banque centrale Le taux d’intérêt = le coût de l’emprunt et le loyer d’un dépôt 73
  68. 68. (c) L’intervention de la Banque centrale Quand les perspectives changent, la courbe se déplace 74
  69. 69. (c) L’intervention de la Banque centrale Taux d’intérêt court terme + inflation = +/- taux d’intérêt long terme Taux d’intérêt réel = +/- taux d’intérêt nominal – inflation 75
  70. 70. (c) L’intervention de la Banque centrale 180 160 140 120 100 80 60 40 20 0 Q1 Q2 Q3 Q4 Q5 Interest Q6 Q7 shares Q8 Q9 Q10 Q11 Q12 GDP Bonds
  71. 71. (c) L’intervention de la Banque centrale La masse monétaire fait fonctionner le circuit économique 77
  72. 72. Le bilan d’une banque Actif Ce qu’une banque possède Passif Ce qu’une banque doit à un tiers
  73. 73. (c) L’intervention de la Banque centrale Note: représentation du bilan d’une banque Valeur nette Actifs-passifs envers des tiers Somme des actifs Somme des passifs envers des tiers 79
  74. 74. La banque est une somme d’actifs financée par une somme de passifs Actions Coût > 10% Actifs Obligations Coût > 5% génèrent des Dépôts Revenus Coût > 3% Compte courant Coût >0 % 80
  75. 75. (c) L’intervention de la Banque centrale 3 – Les réserves obligatoires Banque centrale Banque commerciale % Prêts Dépôts Dépôts
  76. 76. (c) L’intervention de la Banque centrale « Open market policy » (quantitative easing) Banque commerciale Banque centrale Achète des obligations Euro 82
  77. 77. (c) L’intervention de la Banque centrale La structure du bilan Banque commerciale 83
  78. 78. (c) L’intervention de la Banque centrale 84
  79. 79. USA: GDP vs Short term interest rate 8 6 4 2 0 -2 -4 GDP 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 09/20 04/20 05/20 08/20 00 00 01 01 02 02 03 03 04 04 05 05 06 06 07 07 08 08 09 09 10 11 11 7.3 2.7 1.5 0.8 2.8 2.2 2.2 3.6 4.3 4.3 3.5 3.3 3.5 2.9 2.1 2.2 1.2 -1.2 -2.9 -2.6 0.01 2.8 2.3 85 s t interest rate 6.57 6.49 3.95 2.05 1.82 1.82 1.22 1.05 1.08 2.06 3.02 4.01 5.00 5.23 5.12 4.51 2.01 0.20 0.00 0.02 0.02 0.01 0.27
  80. 80. USA short and long term rates 7.50 6.50 5.50 4.50 3.50 2.50 1.50 0.50 -0.50 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 09/20 04/20 05/20 08/20 00 00 01 01 02 02 03 03 04 04 05 05 06 06 07 07 08 08 09 09 10 11 11 Short term 6.57 6.49 3.95 2.05 1.82 1.82 1.22 1.05 1.08 2.06 3.15 4.01 5.00 5.22 5.18 4.51 2.01 1.28 0.00 0.02 0.02 0.01 0.27 Long term 6.39 5.60 5.45 4.95 5.21 5.21 3.99 4.11 4.77 3.99 4.22 4.51 5.01 4.57 4.86 4.47 3.46 2.96 3.20 3.40 3.82 86 3.13 2.12
  81. 81. EU short and long term rates 6 5 4 3 2 1 0 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 09/20 04/20 05/20 08/20 00 00 01 01 02 02 03 03 04 04 05 05 06 06 07 07 08 08 09 09 10 11 11 short term 4.18 long term 5.1 4.55 3.38 3.42 3.42 2.55 2.08 2.07 2.15 2.13 2.44 2.87 3.61 4 4.6 4.74 3.9 1.3 0.07 0.06 1.4 5.34 5.06 5.06 4.59 5.09 5.09 4.11 4.11 4.11 3.78 3.33 3.43 3.96 3.67 4.36 4.24 4.00 3.27 3.4 3.4 87 3.1 2.24 3.07 1.54
  82. 82. Japan short and long term rates 1.20 1.00 0.80 0.60 0.40 0.20 0.00 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 11/20 05/20 09/20 04/20 05/20 08/20 00 00 01 01 02 02 03 03 04 04 05 05 06 06 07 07 08 08 09 09 10 11 11 short term 0.04 0.05 0.02 0.02 0.03 0.03 0.02 0.00 0.02 0.00 0.02 0.02 0.04 0.04 0.06 0.07 0.08 0.08 0.05 0.04 0.03 0.02 0.15 long term 88 0.17 0.17 0.13 0.13 0.13 0.14 0.06 0.13 0.16 0.14 0.13 0.15 0.19 0.17 0.17 0.16 0.13 0.14 0.14 0.13 0.13 0.12 1.02
  83. 83. Le président de la BCE souligne que l’actif le plus précieux de la banque est l’information 89
  84. 84. Gouvernement Banque Centrale PNB ENTREPRENEURS Quoi? Comment? Pour qui? CONSOMMATEUR TRAVAIL 90
  85. 85. (d) L’intervention du gouvernement Il y a plus de 200 ans, Adam Smith a défini ce qui, à ses yeux, devait être le rôle d’un gouvernement: “En premier lieu, le gouvernement doit fournir une défense nationale. En second lieu, il doit administrer la justice par un système de tribunaux. Enfin, il doit entretenir les institutions et les ressources publiques telles que les routes, les canaux, les ponts, les systèmes éducatifs ainsi que la dignité nationale.” 91
  86. 86. (d) L’intervention du gouvernement Dépenses Revenus 92
  87. 87. (d) L’intervention du gouvernement La fonction économique des états s’est développée de manière ininterrompue dans les pays industrialisés depuis la fin du 19ème siècle. Aujourd’hui, les institutions publiques et privées exercent leur influence et contrôle simultanément le circuit économique 93
  88. 88. (d) L’intervention du gouvernement L’état intervient comme agent économique dans le but d’améliorer le revenu réel ou nominal de certains citoyens. (Exemple: le revenu minimum garanti fait désormais partie des objectifs communs des autorités publiques). L’état se comporte dès lors exactement de la même manière qu’un consommateur, qu’un investisseur ou qu’un entrepreneur. 94
  89. 89. (d) L’intervention du gouvernement En plus de l’intervention de l’état, Keynes recommande le recours au déficit budgétaire dans le but de stimuler l’économie en cas de contraction du PNB, c.à.d.; en dépensant plus que les recettes et en empruntant la différence, afin d’atténuer les cycles. Beaucoup d’états on continué cette politique économique pendant longtemps, créant une inflation élevée et/ou une dette de plus en plus importante. 95
  90. 90. (d) L’intervention du gouvernement Les déficits sont couverts par des emprunts nationaux ou internationaux. La balance de paiements est une bonne source d’information à cet égard. Elle révèle la situation globale de l’économie 96
  91. 91. (d) L’intervention du gouvernement Trade in goods balance -20 Plus Trade in services balance 4 Plus Transfer payments 2 Plus Investment income 6 Equals CURRENT ACCOUNT -8 Equals CAPITAL ACCOUNT 5 Plus Balancing item 3 BALANCE OF PAYMENTS 0 97
  92. 92. (d) L’intervention du gouvernement Un surplus de la balance globale va indiquer une probabilité d’une devise forte et stable, une économie saine avec taux d’intérêt stables, ou le climat d’investissement devrait être favorable.
  93. 93. (d) L’intervention du gouvernement Ecrit dans le Financial Times il y a 10 ans : “Le vrai test pour l’Euro surgira d’ici une dizaine d’années quand la génération du baby-boom partira à la retraite. Avec un impressionnant passif de pensions non couvert, les gouvernements européens vont avoir de plus en plus de mal à garder leur déficit budgétaire dans les limites déterminées lors de leur entrée dans l’Euro.” 99
  94. 94. (d) L’intervention du gouvernement • La dette publique est un concept assez récent et impressionnant. • Le point positif de la dette publique est qu’elle permet les transferts internes entre les individus. • Le point négatif étant qu’une dette publique importante est un fardeau pour l’économie, limitant la consommation nationale. 100
  95. 95. (d) L’intervention du gouvernement L’existence d’une énorme dette publique influence les taux d’intérêt et la possibilité de les ajuster dans le but d’atténuer les cycles de fluctuation. Les investissements en obligations d’état ont pour conséquence de faire augmenter les taux d’intérêts et de diversifier les portefeuilles des prêteurs privés. 101
  96. 96. La loi des intérêts composés Intérêts & Capital À 10 % p.a. = le capital & int. doublent en 7,2 ans. Time 102
  97. 97. Discussion • Quelles sont les préoccupations économiques du moment? 103
  98. 98. Que penser de la Grèce 1 Une réponse structurée en 10 étapes 105
  99. 99. “ There is clearly a lot of anger building up in the system”
  100. 100. Le programme de la journée Matinée - (a) Le circuit économique (b) Les cycles économiques (c) L’intervention de la Banque Centrale (d) L’intervention du Gouvernement Après-midi - (e) Les marchés financiers  (1) Les indicateurs économiques clés (KEI)  (2) Les faits économiques récents 111
  101. 101. (e) Les marchés financiers 112
  102. 102. (e) Les marchés financiers L’art de se poser les bonnes question… 113
  103. 103. (e) Les marchés financiers Discussion Quelle pourrait être la différence entre tous ces marchés? 1. Le marché monétaire 2. Le marché des capitaux 3. Le marché des changes 4. Le marché boursier 5. Le marché des futurs 114
  104. 104. (e) Les marchés financiers Quelle est la différence? 115
  105. 105. (e) Les marchés financiers 1. Marché monétaire Le marché est disponible pour les transactions financières jusqu’à un an pour les professionnels du secteur financier. Les périodes sont standard et le calcul des intérêts se fait sur une base journalière précise. Au delà de la période d’un an, on parle du marché des capitaux. 116
  106. 106. (e) Les marchés financiers 1. Marché monétaire Les cotations se font comme en indiquant les deux côtés de la transaction possible: 2.25 – 2.35 pour un mois: ce qui indique que la banque accepte un dépôt à 2.25 moins sa marge & Octroie un emprunt à 2.35 plus sa marge 117
  107. 107. (e) Les marchés financiers 2. Marché des capitaux • Le marché des capitaux couvre les opérations à plus d’un an. • Les intervenants sont principalement les gouvernements et les emprunteurs institutionnels et sociétés multinationales. Les taux reflètent les attentes d’inflation. • L’instrument principal est l’obligation. 118
  108. 108. (e) Les marchés financiers 2. Marché des capitaux Le prix d’une obligation est déterminé par: • La notation de l’émetteur, • La notation de l’obligation, • L’attrait du marché pour un certain taux ou un certain emprunteur, • La force de placement des intermédiaires, • Les commissions, • Le détenteur potentiel de l’obligation, … 119
  109. 109. (e) Les marchés financiers 2. Marché des capitaux Discussion Valeur actuelle (VA) & valeur future (VF) de l’argent Quel sera le pouvoir d’achat de 100 € dans un an? 120
  110. 110. (e) Les marchés financiers 2. Marché des capitaux Valeur future (VF) = Valeur actuelle x taux d’intérêt Valeur actuelle (VA) = Valeur future (VF) x escompte Escompte / an = Escompte / 2 ans = 1 1 r 1 1 r 2 121
  111. 111. (e) L’argent et les marchés financiers 2. Marché des capitaux 10.000 1.07 10.000 (1.07)² 10.000 (1.07)³ 100.000 (1.07)³ 9.346 8.730 8.160 81.600 107.836 Le prix d’une obligation: Que se passera-t-il avec un taux d’escompte de 3 et 10 %? 122
  112. 112. (e) Les marchés financiers 2. Marché des capitaux Prix d’une obligation Taux d’intérêt 123
  113. 113. (e) Les marchés financiers 4. Credit risk – credit ratings S&P Rating Moody’s Equivalent AAA Aaa Default Probability (5 year average) 0.020 AA Aa3/A1 0.042 A A2/A3 0.119 BBB Baa2 0.259 BB Ba1/Ba2 0.733 B Ba3/B1 3.338 CCC B2/B3 14.00 CC B3/Caa 17.00 C Caa/Ca 18.25 D D 20.00
  114. 114. (e) L’argent et les marchés financiers 3. Le marché des changes Les cercles de Samuelson évoluent dans une économie de marché fermé. Quand un consommateur achète un bien dans un autre circuit économique/monétaire il devra échanger sa devise nationale en une devise étrangère. 125
  115. 115. (e) Les marchés financiers 3. Le marché des changes Marché € Consommateur $ 126
  116. 116. (e) L’argent et les marchés financiers 3. Le marché des changes Discussion • • • Le vendeur pourrait accepter la devise de l’acheteur mais la changerait dans son pays en devise nationale. Quand choisirait-il cette option? Qu’est ce qui détermine la valeur d’une devise? 127
  117. 117. (e) Les marchés financiers 3. Le marché des changes • • • Le marché des changes est le plus gros marché mondial. Ce marché “over the counter” est régulé par un code de conduite très strict. Le chiffre d’affaire journalier se situe dans les alentours de $4.000.000.000.000. 128
  118. 118. (e) Les marchés financiers 3. Le marché des changes Il s’agit clairement du plus gros marché mondial, mais aussi du plus imprévisible, même si, théoriquement, il y a un lien fondamental entre les taux d’intérêts, la balance des paiements des pays et les taux de change de leurs devises. 129
  119. 119. (e) Les marchés financiers 3. Le marché des changes EUR / USD 1.27458 - 1.27475 Les prix sont cotés acheteur-vendeur: 130
  120. 120. (e) Les marchés financiers 3. Le marché des changes La banque contactée cotera (market maker): EURO / USD 1.27458 – 1.27475 1.37458 = la valeur d’achat: le taux auquel la banque est disposée à acheter de l’Euro contre du Dollar 1.37475 = la valeur de vente: le taux auquel la banque est disposée à vendre de l’Euro contre du Dollar 131
  121. 121. (e) Les marchés financiers 3. Le marché des changes Le règlement de la transaction devra s’effectuer endéans 2 jours ouvrables – échange physique (temps réel pour les montants importants et entre banques centrales) $ € Risque de règlement (settlement risk) 132
  122. 122. (e) Les marchés financiers 3. Le marché des changes Inflation & taux d’intérêts & taux de changes 1970 : £ = 120 FLUX = € 3 2003 : £ = 66 FLUX = € 1.60 2012 : £ = 50 FLUX = € 1.10 Il y a une relation entre l’inflation et le taux d’intérêt et le taux de change 133
  123. 123. (e) Les marchés financiers 5. Le marché des futures Différence de taux d’intérêt Égal à Différence attendue du taux d’inflation Égal à Égal à Différence entre les cours à terme et les taux au comptant Changement attendu des taux au comptant Égal à 134
  124. 124. (e) Les marchés financiers 4. Marché boursier 135
  125. 125. (e) Les marchés financiers 4. Marché boursier 136
  126. 126. (e) Les marchés financiers 5. Le marché des futures Marché à terme Marché des futures Montants spécifiques Montants standards Hors cote Marché organisé Risque de règlement Liquidation facile 1 an max Ce que le marché accepte 137
  127. 127. (e) Les marchés financiers 5. Le marché des futures Le terme dérivé vient du fait que le bénéfice ou la perte est dérivée de la fluctuation d’un autre actif appelé le “sous-jacent”. 138
  128. 128. (e) Les marchés financiers 5. Le marché des futures Ce produit sous-jacent peut être une matière première telle que le blé ou le pétrole mais aussi des actions ou obligations, portefeuilles etc,.. Un dérivé pourrait être une option pour acheter ou vendre quelque chose à une date ultérieure à un prix donné. 139
  129. 129. (e) Les marchés financiers 5. Le marché des futures Le prix des dérivés va fluctuer en fonction : 1. 2. 3. 4. 5. Du taux d’intérêt De la volatilité de l’instrument sous-jacent Du temps Du prix réel de l’instrument sous-jacent Du prix à maturité du contrat 140
  130. 130. (e) Les marchés financiers “People often talk about financial markets as if they were casinos, but they are more dangerous than any gambling den. The numbers on a roulette wheel never change, but markets offer no guarantee that yesterday’s odds will be the same tomorrow. 141
  131. 131. (e) Les marchés financiers Les fondamentaux des marchés 180 160 140 120 100 80 60 40 20 0 Q1 Q2 Q3 Q4 Q5 Interest Q6 Q7 shares Q8 Q9 Q10 Q11 Q12 GDP Bonds 142
  132. 132. (e) Les marchés financiers Les fondamentaux des marchés 180 160 140 120 100 80 60 40 20 0 Q1 Q2 Q3 Q4 Q5 Interest Q6 Q7 shares Q8 Q9 Q10 Q11 Q12 GDP Bonds 143
  133. 133. (e) Les marchés financiers Les fondamentaux des marchés 180 160 140 120 100 80 60 40 20 0 Q1 Q2 Q3 Q4 Q5 Interest Q6 Q7 shares Q8 Q9 Q10 Q11 Q12 GDP Bonds 144
  134. 134. (e) Les marchés financiers Discussion Que se passerait-il en cas de détérioration économique extrême, caractérisée par de l’hyper-inflation? 145
  135. 135. (e) Les marchés financiers 8. Les fondamentaux des marchés 350 300 250 200 150 100 50 0 Q1 Q2 Q3 Q4 Q5 Interest Q6 Q7 shares Q8 Q9 Q10 Q11 Q12 GDP Bonds 146
  136. 136. Le programme de la journée Matinée - (a) Le circuit économique - (b) Les cycles économiques - (c) L’intervention de la Banque Centrale - (d) L’intervention du Gouvernement - (e) Les marchés financiers Apres-midi  (1) Les indicateurs économiques clés (KEI)  (2) Les faits économiques récents 147
  137. 137. Gouvernement Banque Centrale Produits & Services PNB ENTREPRENEURS Quoi? Comment? Pour qui? CONSOMMATEURS Salaires, intérêts, loyers TRAVAIL 148
  138. 138. (1) Exemples d’indicateurs économiques clés 1. Croissance 2. Population, emploi et chômage 3. Taux d’imposition 4. Consommation 5. Investissements et épargne 6. La balance des paiements 7. Le taux de change 8. La masse monétaire et les marchés financiers 9. Prix et salaires 149
  139. 139. 151
  140. 140. 152
  141. 141. (1) The key economic indicators Economic activity The gross domestic product is measured per quarter and is often expressed as a percentage increase or reduction compared with the previous quarter. The change is often annualised. One speaks about a recession when the GDP falls two quarters in a row.
  142. 142. 154
  143. 143. 155
  144. 144. 156
  145. 145. 157
  146. 146. 158
  147. 147. 159
  148. 148. 160
  149. 149. 161
  150. 150. 162
  151. 151. 163
  152. 152. Government spending as percentage of national income in G7 countries 2000 2010 France 51.6 55.9 UK 36.6 52.5 Italy 46.1 51.6 Germany 45.1 47.9 Canada 42.0 43.2 United States 33.9 41.6 Japan 39.0 40.8 164
  153. 153. Discussion • Quelles sont les préoccupations économiques du moment? 165
  154. 154. 166
  155. 155. 167
  156. 156. 168
  157. 157. 169 169
  158. 158. 170
  159. 159. “WE ARE A MOONWALKER NATION” President Obama visits Facebook – le 20/4/2011 172
  160. 160. (2) Les faits économiques récents • En général, les crises ne détonnent pas comme des bombes – elles émergent: Quels pourraient en être des indicateurs? 173
  161. 161. (2) Les faits économiques récents La plupart des crises ne détonnent pas comme des bombes - elles émergent: Quels pourraient en être les indicateurs? ° Fraude, gaspillage, abus ° Désinformation ° Indicateurs financiers ° Indicateurs économiques ° Manque de bon sens 174
  162. 162. Le trend 1. 2. 3. 4. Vieillissement Extrême-Orient Connectivité Les technologies dites “GRIN” technologies 5. Environnement (genetics, robotics, internet, na no technology) 175
  163. 163. CONCLUSION L’étude de l’économique est une question de choix. Elle ne nous dit pas quoi choisir. Elle nous aide à comprendre les conséquences de nos choix. “New Ideas from dead economists”, Todd Bucholz 176
  164. 164. Sources 177
  165. 165. Sources 178
  166. 166. contact@rogerclaessens.be
  167. 167. Bibliography “Pocket Economist”, M Bishop, The Economist Books,2000 “Economics” Paul Samuelson, Armand Colin ( old French edition), 1964 “Economics for Professional Investors” Tim Lee, Prentice Hall Professional Finance series, 1998 “New Ideas of Dead Economists”, Todd Bucholz, Plume, 1990 “The world is flat”, T. Friedman, Penguin, 2006 “The dead of inflation” R.Bootle, Nicholas Brealey, 1996 “International Economics, P. Krugman & M. Obstfeld, Addison Wesley Longman,1995 “The theory of the Leisure Class” Penguin, 1967 180
  168. 168. Addendum Interventions & Ideas for the financial sector 181
  169. 169. Interventions in 2008 - 2009 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. Bank deposit guarantee Bank recapitalisation Purchase of poor quality assets Liquidity guarantee Lending guarantee Mergers Investment banks accepting commercial bank regulations Stress test 182
  170. 170. Interventions in 2008 - 2009 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16. 17. Short selling crack down Derivatives regulations Interest rates decrease Help for municipalities and households Corporate tax cuts Tax rebates for individuals Infrastructure improvement programs IMF EU Supervision 183
  171. 171. Interventions in 2008 - 2009 18. 19. 20. 21. 22. 23. 24. Accounting rules Credit rating agencies Executive pay Private equity Credit card regulations Product transparency Off-shore centres 184

×