Identifier les rivières sauvages de France  -propositions méthodologiques
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Identifier les rivières sauvages de France -propositions méthodologiques

on

  • 2,945 views

Colloque Rivières Sauvages, mai 2011, Annecy

Colloque Rivières Sauvages, mai 2011, Annecy

Statistics

Views

Total Views
2,945
Views on SlideShare
1,837
Embed Views
1,108

Actions

Likes
0
Downloads
11
Comments
0

4 Embeds 1,108

http://rivieres-sauvages.fr 1084
http://www.rivieres-sauvages.fr 18
http://www.openscop.org 5
http://translate.googleusercontent.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

CC Attribution-NonCommercial-ShareAlike LicenseCC Attribution-NonCommercial-ShareAlike LicenseCC Attribution-NonCommercial-ShareAlike License

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Identifier les rivières sauvages de France  -propositions méthodologiques Identifier les rivières sauvages de France -propositions méthodologiques Presentation Transcript

    • Identifier les rivières sauvages de France Quelques propositions méthodologiques Jean-René Malavoi (Onema)
    • Nombreux concepts : rivière sauvage, rivière naturelle, rivière de référence, rivière en très bon état, etc..
    • Rivière sauvage aucune intervention humaine, dynamique fluviale sans contrainte, utilisation maximale des ressources trophiques Rivière naturelle Quelques interventions humaines non discordantes et réversibles. Retour vers le « sauvage » en l’absence d’entretien 1- CONCEPTS DE RIVIÈRE SAUVAGE/RIVIÈRE NATURELLE/ RIVIÈRE ARTIFICIALISEE (Souchon et al., 1987)
    • Rivière artificialisée Interventions humaines discordantes tendant vers l’irréversibilité. Dynamique et morphologies fluviales de plus en plus éloignées de leur fonctionnement originel. Banalisation des biotopes et des biocénoses. Pollutions chroniques. Mauvais fonctionnement trophique.
    • artificialisée naturelle sauvage fonctionnalités
    • 2- CONCEPT DE RÉFÉRENCE Stoddard et al., 2006 (plusieurs chercheurs américains, européens, australiens) Proposition de quatre définitions dédiées au concept d’intégrité biologique RCBI : Reference Condition for Biological Integrity
    • -1- Conditions Imperceptiblement Altérées : Minimally Disturbed Condition (MDC). Cas idéal = absence totale de perturbation anthropique. Mais : quasi impossibles à trouver -> acceptation de perturbations imperceptibles. Ces conditions permettent de construire la distribution de la figure ci dessous. La variabilité des caractéristiques biologiques est due uniquement à des causes naturelles Stoddard et al., 2006
    • -2- Conditions historiques : Historical Conditions (HC) Peuvent estimer correctement le RCBI si observations antérieures à toute anthropisation. On peut aller très loin dans le temps : pré-colombien, pré agriculture intensive, pré-industriel, etc… -3- Conditions les moins perturbées/altérées : Least Disturbed Condition (LDC) Mesure du meilleur état observable aujourd’hui compte tenu de l’état actuel d’anthropisation d’une région, d’un BV, d’un type de cours d’eau (ex : <1% d’agriculture sur le BV, 1-20% etc.) LDC peut évoluer avec le temps et l’influence de l’anthropisation « The best of what is left ».
    • -4- Les meilleures conditions atteignables : Best Attainable Condition (BAC) = équivalent de LDC si le BV est géré avec le maximum d’effort pour réduire les effets de l’anthropisation Exemple : petits cours d’eau agricoles du mid West américain, du bassin de la Murray-Darling, …et nombreux cours d’eau français
    • Stoddard et al., 2006
    • 3 - CONCEPT DE TRÈS BON ÉTAT La directive cadre européenne sur l’eau 2000/60/CE (DCE) définit les objectifs environnementaux à atteindre pour l’ensemble des eaux. Pour les eaux de surface, l’objectif environnemental principal est le «bon état» des eaux au plus tard en 2015. Ces objectifs sont inscrits dans les SDAGES (Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux) qui définissent les programmes de mesures à mettre en place pour atteindre ces objectifs. Pour l’évaluation de l’état écologique, la DCE donne une part prépondérante à la biologie et introduit la notion d’écart par rapport à une situation de référence .
    • Annexe 5 de la DCE
    • Attention : Masse d’eau # cours d’eau Etat des Masse d’Eau en 2009 (Eaufrance, 2010) Exemple de 2 masses d’eau
    • 4 - le concept de « rivières sauvages » parmi les autres naturel sauvage référence très bon état naturel naturel naturel naturel sauvage sauvage sauvage sauvage très bon état très bon état très bon état très bon état référence référence référence référence ?
    • Rivières sauvages ?
    • Quelques questions méthodologiques en cours de réflexion
    • Quels sont les critères permettant d’identifier une rivière « sauvage » Quel est le linéaire pertinent à « labelliser » Le cas des grands cours d’eau
    • 1- Critères de « sauvagitude » Au niveau du bassin versant Au niveau du corridor (fond de vallée) Au niveau du cours d’eau La base de données SYRAH (Onema/Cemagref) renseigne à l’échelle des bassins versants et des tronçons de cours d’eau, un certain nombre de pressions susceptibles d’altérer l’état des cours d’eau. 235 000 km sont décrits
    • Deux approches possibles descendante : on trie en « déclassant » progressivement les rivières. C’est un peu la démarche LDC (Least Disturbed Condition) : on cherche les cours d’eau les moins dégradés - Avantage : on peut traiter tout le réseau hydrographique (235000 km) de manière objective sur la base de critères quantitatifs. - Inconvénient : appropriation peut être difficile par les riverains.
    • ascendante : on trie a posteriori sur la base de propositions. On cherche à vérifier l’adéquation entre la proposition et des critères de déclassement à développer - Avantage : appropriation peut être plus aisée par les riverains. - Inconvénients : critères parfois plus « subjectifs » (paysage notamment). On traite au cas par cas.
    • On peut aussi croiser les 2 : - descendante pour une première liste de cours d’eau « éligibles » - ascendante pour faire remonter la volonté de labellisation
    • Exemple de démarche descendante
    • Exemples de critères de « déclassement » t au x d’ o c c u p a t i o n a g ri c o l e intensive d es B V (21-22-241-242 de Corine LandCover) NIVEAU BASSIN VERSANT ?
    • - 33 000 km
    •  
    • NIVEAU CORRIDOR t au x d’ urbanisa t i o n > 30% d ans un corridor de 100 m sur chaque rive - 9000 km
    •  
    • NIVEAU COURS D’EAU Plus de 0.5 seuil par kilomètre de rivière - 20 000 km
    •  
    • NIVEAU COURS D’EAU Plus de 50 % du linéaire rectifié - 55 000 km
    •  
    • Etc….
    • Selon l’exigence des critères on arrive à quelques milliers ou quelques dizaines de milliers de km.
    • Exemple de méthode ascendante Première proposition de rivières sauvages en région Rhône-Alpes (Onema, DiR de Lyon)
    • • Niveau 3 loutrons : rivières ou portions de rivières les plus sauvages de France, sans aucune perturbation ou presque. Ce sont les joyaux à préserver absolument. • Niveau 2 loutrons : rivières ou portions de rivières légèrement perturbées au niveau du cours d’eau lui même ou de son bassin, mais qui restent très fonctionnelles sur le plan écologique et très belles sur le plan paysager. A préserver absolument aussi. CAHIER DES CHARGES
      • CRITERES
      • Bonne qualité d’eau
      • Processus géodynamiques en grande partie préservés (pas de modification jugée comme grave du transport solide ou de l’hydrologie naturelle)
      • Corridor alluvial en grande partie préservé (boisements alluviaux, bras morts, bonnes connexions entre le lit mineur et le lit majeur)
      • Bon état des peuplements biologiques du lit mineur et (si existant) du lit majeur (faune et flore aquatique et terrestre)
      • Paysage fluvial naturel ou peu modifié par l’homme
      • + 2 critères supplémentaires pour garantir la «lisibilité » du label
      • Portions de rivières de largeur moyenne à pleins bords supérieure à 5 m
      • Longueur minimale de 10 km
    • 4000 km (10%) 1600 km (4%) Sur 40 000 km environ 2 loutrons 3 loutrons
    • Travail de validation a posteriori Intensité de l’agriculture dans le BV
    • Taux d’urbanisation dans un corridor de 100 m
    • Nombre de seuils/km
    • Etc… travail en cours
    • 2- La question du linéaire pertinent de « labellisation »
    • Déclasse-t-on un tronçon entier si seule une partie est altérée (ex: traversée urbaine) ? Quel % d’altération et quel type d’altération tolère-t-on sur le linéaire ? Etc…
    • 3 - Le cas des grands cours d’eau Loire, Allier, Doubs aval, Ain, Ardèche, Moselle « sauvage », etc… Il est rare qu’ils résistent aux critères de déclassement…et pourtant ils présentent encore des tronçons « sauvages »
    •  
    • Ardèche
    • Allier
    • Loire
    • Ain
    • Doubs
    • Moselle
    • Une question plus politique Quid des régions où, même avec des critères peu exigeants, il n’y aura pas de rivières sauvages ?
    • En rouge, les rivières déclassées, avec des critères moyennement exigeants
    • CONCLUSION Encore beaucoup de réflexion autour des critères de sélection (ou de déclassement). Reste-t-on très technocratique avec des critères quantifiés et des seuils de déclassement fixes Laisse-t-on plus de souplesse ?
    • Merci de votre attention