2.1 les-principales-regles-de-bonne-conduite

  • 192 views
Uploaded on

 

More in: Business
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
192
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
3
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. 2. La déontologie, la conformité et l’organisation  déontologique des établissements CERTIFICATION PROFESSIONNELLE  2.1 Les principales règles de bonne conduite  SOMMAIRE  1. Fonction du responsable de conformité et procédure d’alerte ........................ 2  2. Principes déontologiques fondamentaux.......................................................... 3  3. Politique de gestion des conflits d’intérêts ....................................................... 4  Thèmes abordés §  Les principales règles de bonne conduite  §  L’obligation de préserver l’intégrité du marché  §  Le rôle et l’organisation de la fonction de Conformité  §  La gestion des conflits d’intérêts (dont compte propre vs compte client)  §  Le devoir d’alerte éthique  Informations pratiques pour l’examen  §  Pondération des questions à l’examen : 2%  §  Niveau d’approfondissement : C  Documents protégés  Reproduction Interdite © 2010  Page 1 
  • 2. 2. La déontologie, la conformité et l’organisation  déontologique des établissements CERTIFICATION PROFESSIONNELLE  2.1 Les principales règles de bonne conduite  Les établissements financiers ont à mettre en place et à respecter des règles de bonne conduite afin de  préserver l’intégrité du marché et de favoriser les intérêts des clients. Ces règles s’appliquent aussi aux  succursales établies en France par des prestataires agréés dans d’autres pays européens.  Pour  s’assurer  qu’il  n’y  a  pas  de  risque  de  non‐conformité  à  ces  règles,  les  prestataires  de  services  d’investissement  mettent  en  place  des  dispositifs  d’organisation  et  de  contrôle.  C’est  la  fonction  Conformité qui a pour objectif principal de surveiller ces dispositifs.  1.  Fonction du responsable de Conformité et procédure d’alerte  1.1  La Conformité  La  Conformité,  « Compliance »  en  anglais,  représente  le  fait  pour  un  établissement  de  garantir  l’exercice d’une activité irréprochable, et de respecter lensemble de ses obligations professionnelles  (notamment législatives et réglementaires).  La  fonction  de  Conformité  a  remplacé  la  fonction  de  déontologue.  Son  périmètre  d’action  est  plus  large puisqu’il s’étend aujourd’hui à l’ensemble des dispositions applicables aux activités bancaires et  financières.  Les domaines suivants sont exclus du périmètre de la fonction de Conformité : le droit du travail et de  la sécurité sociale, le droit fiscal, la réglementation relative à la sécurité des personnes et des biens,  la gestion immobilière.  En pratique, le responsable de Conformité doit :  *Le responsable de Conformité  **À titre d’exemple, le  est ainsi, au sein de son  responsable de Conformité  établissement, l’interlocuteur  maintient opérationnelles les  principal en cas de doute sur la  procédures sur les agréments  conformité d’une opération à  professionnels des collaborateurs  la réglementation et aux  concernés (voir fiche 1.8).  pratiques de place. Documents protégés  Reproduction Interdite © 2010  Page 2 
  • 3. 2. La déontologie, la conformité et l’organisation  déontologique des établissements CERTIFICATION PROFESSIONNELLE  2.1 Les principales règles de bonne conduite  Dans les entreprises d’investissement, au moins une personne parmi les responsables de conformité  doit avoir une carte professionnelle de RCSI ou de RCCI (Voir fiche 1.8)  1.2  La procédure d’alerte éthique (ou whistleblowing)  Dans  des  entreprises  de  plus  en  plus  complexes,  les  dispositifs  de  contrôle  ne  suffisent  plus  pour  repérer  les pratiques condamnables.  La  procédure  d’alerte  éthique  incite  le  salarié  témoin  d’un  manquement  à  la  règlementation  (par  exemple un délit d’initié) à informer un service dédié : la ligne d’alerte. En pratique, ces appels sont  souvent centralisés et gérés par la Conformité.  2.  Principes déontologiques fondamentaux  Article 314‐3 du Règlement Général de l’AMF : Le prestataire de services d’investissement agit d’une  manière honnête, loyale et professionnelle qui sert au mieux l’intérêt des clients et favorise l’intégrité  du marché.  Les principes essentiels de la déontologie, repris dans les règles de bonne conduite, sont relatifs à :  ‐  la préservation de  l’intégrité du marché  ‐  la préservation des intérêts des clients  2.1  La préservation de l’intégrité du marché  Il s’agit de respecter les règles du marché. Ces règles vont des règles de fonctionnement aux règles  d’organisation du marché.  En pratique, pour les professionnels, il convient de :  ‐  respecter le libre jeu de formation des cours  ‐  ne pas tirer parti des informations privilégiées auxquelles ils peuvent avoir accès  Exemples : Les abus de marché (voir Fiche 4) vont à l’encontre de ce principe d’intégrité du marché.  2.2  La préservation des  intérêts des clients  Il s’agit de :  ‐  fournir aux clients des informations claires, exactes et non trompeuses  ‐  privilégier les intérêts de ses clients  En pratique, il convient surtout de gérer les conflits d’intérêts. Documents protégés  Reproduction Interdite © 2010  Page 3 
  • 4. 2. La déontologie, la conformité et l’organisation  déontologique des établissements CERTIFICATION PROFESSIONNELLE  2.1 Les principales règles de bonne conduite  3.  Politique de gestion des conflits d’intérêts  3.1  Les conflits d’intérêts : Définition  Un conflit d’intérêts est une situation dans laquelle les intérêts d’un client peuvent être différents,  voire opposés, de ceux d’un autre client ou de ceux de la banque.  Les conflits d’intérêts peuvent concerner :  ·  les intérêts contraires de deux clients de la banque  Exemple : le service de financement dune banque propose un prêt à une société A souhaitant  acquérir  la  société  B  ;  le  service  de  fusions‐acquisitions  de  la  même  banque  a  obtenu  un  mandat de vente de ladite société B.  L’intérêt de A est d’acquérir la société B au coût le plus faible, alors que l’intérêt de B est de se  vendre au prix le plus haut.  ·  les intérêts contraires d’un client et de la banque elle‐même (compte client vs compte propre)  Exemple  1 :  dans  l’exemple  précédent,  la  banque  a  intérêt  à  favoriser  lacquéreur  A,  puisquelle  le  finance. Elle peut donc être tentée de lui obtenir le prix d’achat le plus faible, en faisant pression, par  exemple, sur son client vendeur B. Documents protégés  Reproduction Interdite © 2010  Page 4 
  • 5. 2. La déontologie, la conformité et l’organisation  déontologique des établissements CERTIFICATION PROFESSIONNELLE  2.1 Les principales règles de bonne conduite  3.2  Politique de gestion des conflits d’intérêts  Les établissements financiers doivent avoir une politique efficace de gestion des conflits d’intérêts.  Une description générale de cette politique doit être communiquée à tous les  clients.  Elle doit formaliser l’identification des situations susceptibles de donner lieu à un conflit d’intérêts et  définir les procédures à suivre et les mesures à prendre pour gérer les conflits d’intérêts.  Exemples de mesures :  ·  Interdire  et  contrôler  certains  échanges  d’information  par  la  mise  en  place  de  barrières  à  l’information  (anciennement  Murailles  de  Chine,  voir  Fiche  2.2).  Les  franchissements  de  barrières doivent avoir l’accord préalable de la Conformité qui vérifiera l’absence de conflits  d’intérêts entre les personnes concernées.  ·  Surveiller  les  personnes  impliquées  dans  les  activités  qui  peuvent  produire  des  conflits  d’intérêts  Exemple : surveiller les publications des analystes financiers  ·  Supprimer les liens directs de rémunération entre les différentes personnes concernées  Exemple :  la  rémunération  des  analystes  financiers  ne  doit  pas  dépendre  des  opérations  de  marché réalisées par la banque d’affaires  ·  Tenir un registre des conflits d’intérêts  Exemple de gestion de conflit d’intérêts :  Un  analyste  financier,  salarié  d’une  banque,  doit  diffuser  une  recommandation  d’investissement sur le cours de l’action d’une entreprise qui est aussi un client de la banque.  L’opinion de l’analyste pourrait être influencée par le service qui s’occupe du client.  L’obligation  de  l’analyste  financier  est  alors  d’informer  les  investisseurs  de  ce  conflit  d’intérêts, par une clause spécifique sur son étude mentionnant le rôle tenu par la banque.  Exemples de clause pour une recommandation à l’achat sur une action :  ·  « Le  portefeuille  de  négociation  pour  compte  propre  de  la  banque  B  contient  des  actions de la société »  ·  « La  banque  B  a  participé,  au  cours  des  trois  dernières  années,  à  une  offre  rendue  publique portant sur les instruments financiers de la société » Documents protégés  Reproduction Interdite © 2010  Page 5