Une innovation suisse devenue standard mondial - Didier Pittet

  • 2,599 views
Uploaded on

Présentation de Didier Pittet des HUG (Hopitâl Universitaire de Genève) lors de la conférence First Rezonance "Réseaux sociaux & intelligence collective : Comment une démarche collaborative peut …

Présentation de Didier Pittet des HUG (Hopitâl Universitaire de Genève) lors de la conférence First Rezonance "Réseaux sociaux & intelligence collective : Comment une démarche collaborative peut accélérer votre projet" le 26 avril à la Maison de la Communication de Lausanne.

Expert mondialement connu en santé publique dans le domaine de l’hygiène hospitalière, Didier Pittet est à l’origine d’une stratégie pionnière de prévention des infections nosocomiales connue sous le nom de Geneva model. Basée sur la promotion de l’hygiène des mains, elle a permis une réduction spectaculaire (supérieure à 50%) des taux d’infections aux HUG. Exporté dans le monde entier sous l’égide de l’OMS, ce modèle est proposé à tous les établissements de soins comme référence.

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
2,599
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
12
Comments
0
Likes
1

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Rezonance Avril 2012 Hôpitaux Universitaires de GenèveUne innovation suisse devenue standard mondial Professeur Didier Pittet, MD, MS, Service Prévention et Contrôle de l’Infection Direction médicale et Département de Médecine interne Hôpitaux Universitaires et Faculté de Médecine, Genève 1er Défi Mondial pour la Sécurité des Patients Partenariats Africains pour la Sécurité des Soins Organisation Mondiale de la Santé
  • 2. Epidémiologie et ImpactInfections liées aux soins– affectent des centaines de mio de patients chaque année dans le monde– entraînent des complications supplémentaires– prolongent la durée des hospitalisations– sont associées à des coûts humains importants des décès évitables des dépenses additionnelles
  • 3. En Suisse• 70’000 infections par an• CHF 3’500 par infection en moyenne• Coûts additionnels annuels : CHF 230 à 300 mio
  • 4. Ignaz F. Semmelweis
  • 5. Taux de mortalité maternelle, « First and Second Obstetrics Clinics »,HOPITAL GENERAL de VIENNE, 1841-1846 0 2 4 6 8 101214 1618Maternal FirstMortality Second (%) 41 42 43 44 45 46 18 18 18 18 18 18 Semmelweis IP, 1861
  • 6. Taux de mortalité maternelle, « First and Second Obstetrics Clinics », HOPITAL GENERAL de VIENNE, 1841-1850 0 2 4 6 8 1012 1416 18 Intervention May 15, 1847 Maternal Mortality First Second 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 18 18 18 18 18 18 18 18 18 18 Semmelweis IP, 1861Pittet D, Boyce J. Lancet Infect Dis 2001;April :9-20
  • 7. ~1846 ~1848Semmelweis avant et après qu’il ait insisté que les médecinset les étudiants en médecine se désinfectent les mains dans lasolution de chlorure de chaux entre chaque patient Pittet D, Boyce J. Lancet Infect Dis 2001;April :9-20
  • 8. La tragédie de Semmelweis• L’action de Semmelweis fût très mal perçue• Ses collègues refusèrent d’admettre que leurs mains étaient le véhicule de transmission de la maladie; ils refusèrent sa théorie• Semmelweis perdit son travail et son rang académique, ainsi que son droit à traiter des patientes• Il quitta Vienne pour Budapest, où il fit les mêmes observations … mais à nouveau il perdit son poste• Il fut finalement interné dans un asile pour malades mentaux, où il finit ses jours Pittet D. Lancet 2004, 363:1331
  • 9. «… il semble que sa découverte dépassa lesforces de son génie. Ce fut, peut-être, la causeprofonde de tous ses malheurs» Louis-Ferdinand Céline(Médecin et écrivain français)Thèse de doctorat «Vie et œuvre de Semmelweis» Céline C-F. Semmelweis et autres récits médicaux. France: Gallimard, 1997; 1-268
  • 10. Entre1847 et1994Observance < 40%
  • 11. Hôpitaux Universitaires de Genève
  • 12. Relation entre nombre d’opportunités horaires àl’hygiène des mains et observance par secteur , %) 65Observance à l’hygiène manuelle ( Pédiatrie En moyenne, 55 Médecine 22 opp / heure en réanimation Chirurgie 45 Gynécologie Obstétrique Réanimation 35 8 12 16 20 Nombre d’opportunités par heure de soins (infirmière) adapté de Pittet D et al. Annals Intern Med 1999; 130:126
  • 13. La contrainte de temps est un obstacle majeur au respect des recommandations Lavage des mains Friction alcoolique(avec eau et savon antiseptique - ou non) 1 à 1.5 min 15 à 20 sec
  • 14. Lavage hygiénique …une action du passé Friction hydro- alcoolique: nouveau standard de qualité
  • 15. Frictionhydro-alcooliqueau lieu de soin The University of Geneva Hospitals, 1995 Changer le systèmeAvant et après contactAvant et après port de gantsEntre site contaminé et propre
  • 16. The University of Geneva Hospitals (HUG), 1995 Education BEFORE AFTER
  • 17. « Talking walls » Les murs qui parlentThe University of Geneva Hospitals (HUG), 1995 - 1998
  • 18. Staph le Sâle Rappels sur…out les lieux of de travail hospital
  • 19. The University of Geneva Hospitals (HUG), 1995 - 1998
  • 20. The University of Geneva Hospitals (HUG), 1995 - 1998
  • 21. Culture dela sécurité
  • 22. Résultats Friction hydro-alcoolique Lavage des mains (eau+savon) Mesurer + restituer la performance 12/96 12/94 12/95 12/97www.hopisafe.chPittet D et al, Lancet 2000; 356: 1307-1312
  • 23. Taux d’infections nosocomiales; tendances 1994-1998 50% www.hopisafe.ch Pittet D et al, Lancet 2000; 356: 1307-1312
  • 24. The University of Geneva Hospitals (HUG), 8 years follow-up Rub hands… it saves money Pittet D et al, Inf Control Hosp Epidemiol 2004; 25:264
  • 25. Changer le système Eduquer Mesurer la performance + la restituer Rappels sur les lieux de soinApprochemultimodale Culture de la sécurité
  • 26. Conséquences• Expériences avec le « Geneva model » – Australie (hôpital, puis région) – USA (plusieurs hôpitaux: Boston, New Haven, …) – France, Belgique – National Patient Safety Agency cleanyourhands campaign au Royaume Uni• Recommandations revues – France – Allemagne – Royaume Uni – USA (Center for Disease Control and Prevention, CDC, Atlanta) – …
  • 27. Infections … ici et ailleurs Developed countries 2 à 20 x Developing countries ** IncidenceAllegranzi B, Pittet D, et al. WHO
  • 28. La prévention des infections liées aux soins World Alliance for Patient Safety est une 1st Global Patient Safety Challenge priorité absolue en matière de sécurité des patients et de santé publique• Origine multi-factorielle – système et procédures de soins – comportement humain – contraintes politiques et économiques sur les systèmes de santé et les pays• « Gap » sécuritaire certains systèmes de santé / hôpitaux contrôlent le risque mieux que d’autres• Données disponibles pour estimer l’ampleur et la nature du problème et mesurer l’impact des actions de prévention
  • 29. Pittet D. Clean hands reduce the burden of diseaseLancet ; 366 : 185-86, 2005 Solution: pratique simple peu coûteuse universelle
  • 30. I have a dream ... 15 Jan 1929 - 4 April 1968
  • 31. 1er Défi Mondial pour la Sécurité des Patients Clean Care is Safer Care Réduire les infections liées aux soins “Hygiène des mains – fer de lance”
  • 32. 5 domaines d’action
  • 33. Countries committed to addressing HAI Lancement du 1st Global Patient Safety Challenge 1er Défi Mondial pour la Sécurité des Patients OMS, 13 Octobre 2005 Countries committed in 2005-2006 Countries planning to commit in 2006
  • 34. Objectifs du DéfiGlobalement 1. InformerAu niveau politique 2. Mobiliser les paysApplicables au 3. Déveloper descours des soins recommandations
  • 35. Mobilisation politique: charte d’engagement Je soussigné, Ministre de la Santé …, promets de mettre tout en oeuvre afin de réduire l’impact des infections liées aux soins par des actions telles que:• La reconnaissance de leur importance;• La mise en place de campagnes de promotion de l’hygiène des mains;• Le partage d’expérience, d’information et de données utiles au plan international;• L’application des stratégies et des Signature du recommandations formulées par l’OMS… Ministre
  • 36. Saudi Arabia Singapore Kenya Bangladesh Malaysia USANorthern Ireland Russia Republic of Ireland
  • 37. GenevaParis
  • 38. Paris
  • 39. Kabul, Afghanistan - April 2012
  • 40. Kabul, Afghanistan - April 2012
  • 41. Pays engagés à adopter la stratégie 92.5 % de la population mondiale ( Oct 2005 – Avril 2012 ) Allegranzi B & Pittet D, Lancet 2008 Current Status,Current Status, April 2012Dec 2009
  • 42. Guide OMS pour l’Hygiène desMains au Cours des Soins(Version Avancée – 2006) • 2 consultations internationales • 9 groupes de travail permanents (experts) • > 100 experts internationaux • > 700 références • Expérimentation dans les essais pilotes • Synthèse traduite dans les langues officielles de l’OMS
  • 43. 1. Changement de système Friction hydro- Accès à eau courante• Les 5 piliers de la alcoolique sur les lieux des soins de qualité acceptable, essuie mains jetables stratégie + multimodale de 2. Education des soignants l’OMS pour la + 3. Observation des pratiques et promotion de restitution de la performance l’hygiène des mains + 4. Rappels sur les lieux au cours des soins de travail + 5. Climat institutionnel de sécurité
  • 44. Test et validation de la stratégie à large échelle2006 - 2008 Sites complémentaires (>500)
  • 45. Centres de soins modernes
  • 46. Sites aux resources limitées
  • 47. Dans un environement multi-culturel
  • 48. Royaumed’Arabie Saoudite Lancet 2006; 367:1025
  • 49. Guide de mise en oeuvreOutils clefs et leur utilisation  Guide de mise en oeuvre de la stratégie multi- modale  Plan d’action
  • 50. “Mes 5 Moments pour l’Hygiène des Mains”Sax H, Allegranzi B, Uçkay I, Larson E, Boyce J, Pittet D. J Hosp Infect 2007;67:9-21
  • 51. Friction hydro-alcoolique sur les lieux de soins
  • 52. Recommandation centraleAdoption de lafriction hydro-alcooliquecomme standardde qualitédes soins
  • 53. Hong Kong Ontario
  • 54. Australia
  • 55. Riyadh, Saudi ArabiaEngland 2006
  • 56. Kyrgyzstan 2006 Bangkok 2007
  • 57. Equité - Solidarité
  • 58. Nairobi, Afrique, Janvier2005
  • 59. Nairobi, Afrique, Janvier2005
  • 60. Nairobi, Afrique, Janvier2005
  • 61. Nairobi, Afrique, Janvier2005
  • 62. Combien coûte ce produit ? Nairobi, Kenya, Africa, January 2005
  • 63. Combien coûte ce produit ? 2.5x le prix payé à Boston Nairobi, Kenya, Africa, January 2005
  • 64. Production locale de solutionalcoolique à partir de déchets decanne à sucre Mali 2007
  • 65. Guide pour la production locale de la“formule OMS” pour friction hydro-alcoolique
  • 66. Durban, Afrique du Sud
  • 67. Durban,Afrique du Sud
  • 68. Adaptabilité - Universalité
  • 69. Adaptations locales des posters et outils
  • 70. e.g. Australia
  • 71. Adaptation facilitatrice de l’adoption Ontario Scotland Switzerland Geneva Canada Armenia Italia Spain Spain Costa Rica Australia Canada MalaysiaAustralia Belgium WHO-OMS Portugal Hong Kong Bangladesh Taiwan England & Wales Oman Singapore Pakistan Taiwan Saudi Arabia Singapore Mali Thailand
  • 72. Update:Dec 2010Next update ongoing Campagnes nationales de promotion de l’hygiène des mains utilisant les outils HUG-OMS
  • 73. CleanHandsNetHand hygiene national campaigns
  • 74. Pérennité de l’action et son impact sur le terrain
  • 75. Are your hands clean? SAVE LIVES Clean Your Hands
  • 76. SAVE LIVES: Clean YOUR Hands 5 May 2009-2020 A WHO Patient Safety Initiative 2009 Journée annuelle mondiale de l’hygiène des mains destinée àpromovoir les bonnes pratiques et à en assurer la pérennité Clean Care is Safer Care Global Patient Safety Challenge
  • 77. Facilities registered update on April 201214 904 registered health-care facilities from 153 countries~ 10 million health-care staff and ~ 3.8 million patient beds
  • 78. Engagement Ministre…action sur le terrain
  • 79. Vision - Perspectives
  • 80. SPCI-Genève désigné Centre de Collaboration OMS pour la Sécurité des Soins (“Infection Control and Practice Improvement”)
  • 81. Histoire à succès africaine…
  • 82. WHO AFRO Regional Committee, Ministerial Signing Yaoundé, Cameroon – Sept 2008WHO AFRO Regional Committee, Ministerial Signing Yaoundé, Cameroon – Sept 2008
  • 83. African Partnerships for Patient Safety Mandat: 1 centre d’excellence partenaire (EU-Afrique) dans les 46 pays d’Afrique d’ici 2015
  • 84. Uganda - October 2009
  • 85. APPS Partnership Implementation Workshop APPS Partnership Implementation Workshop Kampala, Uganda - October 2009 Kampala, Uganda - October 2009Working for safer health care…together
  • 86. Vision - Perspectives
  • 87. Longtin Y, Sax H, Leape L, Sheridan S, Donaldson L, Pittet D.Patient participation: current knowledge and applicability to patient safety.Mayo Clin Proc 2010, 85:53-62
  • 88. ry
  • 89. I have a dream ... Let your dream become reality in patient safety 15 Jan 1929 - 4 April 1968
  • 90. Une mission collective …
  • 91. Prévention du risqueinfectieux pour tous…et à la portée de tous…
  • 92. Ungrandmerci àtoutel’équipe
  • 93. The Geneva success story: inspiring WHO on hand hygiene improvement worldwide
  • 94. The 1st Global Patient Safety Challenge Team
  • 95. The African Partnerships for Patient Safety Team
  • 96. Core group of international experts
  • 97. Core group of international experts