Now is  the time to buy real estate in Miami
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
363
On Slideshare
363
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. sq INVESTIR La Floride, cest maintenant ? Alors que la Floride semble avoir définitivement tourné la page du krach immobilier de 2008, la clientèle française est plus que jamais dorlotée à Miami. Le rêve américain y dispose en effet de sérieux atouts, notamment fiscaux. LA CRISE? QUELLE CRISE? Miami a toujours compté de nombreux Français. hausse récente, ils sant encore considéra- recommence à voir la vie en rose, au moins A tel point quil nest pas nécessaire de blementinférieurs aux cours davant la crise cöté immobilier. Le prix des appartements parler anglais pour investir à Miami, les de 2008 ». On ne parle pas en Floride de y est en hausse depuis treize mois, tanclis agents immobiliers francophones se comp- prix au mètre-carré, mais de prix moyen que celui des villas grimpe depuis huit mois. tant par dizaines. Pour Jean-Marc Goos- par type de bien, soit en juillet dernier Dans certains quartiers de Miami, cette sens, avocat au Barreau de Bruxelles, 272946 dollars (212000 euros) pour un envolée des prix est même supérieure à spécialiste du droit immobilier américain appartement et 329925 dollars (256000 30 % depuis le début de lannée ! «Une et habitué des achats français en Floride, euros) pour une villa dans le comté de tendance qui devrait perdurer, explique les investisseurs nont pas à hésiter devant Miami-Dade. Martha Pomares, présidente de la Miami cette remontée de limmobilier à Miami : Certes, il faut une petite dose de cynisme Association of Realtors (association des « n suffit de se rendresurplacepour constater pour profiter de la subite incapacité duLe front de mer de agents immobiliers de Miami). Car le que lesprix étaient au plancher et quils ne salarié américain lambda à soffrir sa maisonMiami Beach, une cartepostale de plusieurs marché est soutenu par les acheteurs étran- pouvaient que remonter dans une ville béné- . pour lacheter à sa place et la lui louerkilomères. gers». Parmi lesquels, historiquement, on jiciant dun tel potentie/. Et malgré leur ensuite. Mais, surtout aux Etats-Unis,Samedi 22 septembre 2012
  • 2. 9 INVESTIR«money is money» ... Et dans le genre, laFloride fait figure de paradis avec sonabsence dimpöt SUf le revenu. Seullirnpötfédéral y est applicable, ainsi que la«property tax » (taxe foncière), denvironZ% de la valeur du bien à Miami. Sachant- détail qui a son irnportance - quil ny aévidemment pas dimpöt sur la fortune.Acheter un appartement ou une villa enFloride pour y passer ses vieux jours ausoleil est donc tentant, mais pour quuninvestissement immobilier soit rentable, lemieux est encore de le mettre en location.Et là encore, Miami joue les bons élèves.:« Le marché est très uvantageux, poursuitMe Goossens, car, crise ou pas, les Améri-cains démënagent et louent énormément. EtMiami est boostée par son dynamisme dëmo-graphique ». Résultat des courses, le rende-ment locatif annuel moyen net sétablit àenviron 3 à 4% à Miami. Sans compter surla plus-value, à terme, le jour de la reven te.Et que lon se rassure, appuie la MiamiAssociation of Realtors, une nouvelle crise des prix. Attention, en revanche, à ne pas Robert KoessIer : « Outre la plus-value lors Miami, avec son styleirnmobilière causée par des achats à crédit acheter les yeux fermés. Notamment les de la revente, ien attends un rendement de architecturaI mélangeant néonsirraisonnés comme ce fut le cas en Z008 appartements, dont les charges mensuelles 4,10 % net, ce qui nest pas mauvais, dau- et Art Déco.nest plus à craindre, car 90% des inves- peuvent être exorbitantes. «Aux investis- tant que la fiscalitë franco-américaine esttisseurs étrangers paient cash ... seurs, poursuit Robert Koessler,je conseille avuntageuse. Je ne payerai ainsi pas dim- en ce moment lachat de villas neuves ou pots en France SUl ce revenu locatif », Le Villas neuves récentes au sud de Miami, dans des copro- choix de la Floride a sonné comme une dans copropriétés gardées priétés gardées avec grande piscine et salle évidence : « Les prix y ont été divisés par« Quand on achète un bien aux Etats-Unis, de sport, et ayant des charges faibles, entre deux ou trois en 2008, on imagine mal queZidëal est de Ze faire par le biais d une LLC, 42 et 110 dollars par mois ». celapuisse encore baisser. Et Miami comptel équivulent américain d une SC!, conseille Et de montrer à titre dexemple des maisons une telle communautéfrancophone qu il estRobert Koessler, PDG de Flocar Investment neuves de quatre chambres proposées à possible de sefaire aider en français parGroup, à Miami. Cela permet notamment la vente à South Miami à partir de 230 000 des juristes et des conseils à même dexpli-de ne pas payer d impàt SUl les revenus loca- dollars (environ 180000€), quil assure quer les dijférences entre les lois françaisestifs tant quils sont inférieurs à 24000 pouvoir mettre en location pour 1800 et américaines », Pour Bertrand Brottier,dollars brut par an. Autre avantage, il n y dollars (environ 1400€) par mois. Parce laspect pratique nest pas oublié, la Florideaura pas de taxe SUl la plus-value lors de quon nest jamais bien si bien servi que par étant facile daccès depuis Paris. Ce quila reven te, ni de droits de succession ». soi-rnême, Robert Koessler viendra dail- permet daller jeter un eeil à ce que 10nMais pourquoi choisir Miami plutöt quune leurs comme chaque année présenter son achète avant de se décider, une précau-autre ville ? «Cest un pole attractifface offre, ce week-end, au Salon de lImmo- tion qui ne sera jamais superflue.à lAmérique latine, Saint-Domingue, le bilier de Paris, porte de Champerret (du 28 Ce regain de forme de la Floride a bienBrésil ou le Venezuela. Les Latinos-Améri- au 30 septembre). sûr donné des idées à dautres Etats améri-cains ont dailleurs massivement acheté les cains. A commencer par le Nevada, qui semilliers de biens immobiliers dont les cours Miami ou Las Vegas ? dit que Las Vegas vaut bien Miarni et entendétaient tombés au plus bas en 2008». En Après avoir pendant des mois conseillé ses le faire savoir à la clientèle française. Argu-trois ans depuis la crise, les surplus de clients sur ce genre dopérations, Bertrand ment nvl, tout comme la Floride, on nyproduits existants ont été vendus, et il ny Brottier, gestionnaire de patrimoine indé- connaît pas limpöt sur le revenu. Ensuite,a quasiment pas eu de constructions pendant à Paris, a décidé de sauter le pas le marché irnmobilier du Nevada est lunneuves. Loffre a donc tendance à se raré- et dacheter 250000 dollars une de ces de ceux qui a enregistré la plus forte baisse,fier, ce qui ne peut quaccélérer la hausse maison de quatre chambres vendues par avec des prix plus faibles qu à Miarni et une « property tax» minimale, denviron 10/0 de la valeur du bien. Sur un marché composé« Le marché est très avantageux presque exclusivernent de villas, vendues à partir de 150000 dollars pour un rende-car, crise ou pas crise, les ment locatif supérieur à 6%, Las VegasAméricains déménagent et louent eritend donc jouer sa carte. Les agences irnmobilières francophones sont, commetoujours énormément ». par hasard, en train de sy multiplier ...•Samedi 22 septembre 2012