Introduction à la science administrative

23,260 views
22,949 views

Published on

Published in: Career
4 Comments
5 Likes
Statistics
Notes
  • c'est super cool.C'est un document riche en connaissance j'ai beaucoup aimé.Merci
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
  • Merci. Commentaire très pertinent Aïcha. je suis étudiant à l'UCAD
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
  • très intéressant document !
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
  • C'est un document trés intéressant. Je suis étudiante à l'Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal). dans cet établissement, on étudie la science administrative qu'à partir du master 1, cause pour laquelle on n'a pas pu explorer certaines notions, peut être basiques de la science administrative, qui sont incontournables pour une bonne maîtrise de la matière. Je vous remercie et Prie Allah qu'Il vous bénisse!Amiine
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
No Downloads
Views
Total views
23,260
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
14
Actions
Shares
0
Downloads
342
Comments
4
Likes
5
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Introduction à la science administrative

  1. 1. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 1 PROFESSEUR : GEOFFREY JORIS Introduction à la science administrative 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques Nicolas Baltus 13/04/2011 Le cours dintroduction aux théories administratives a pour ambition de répondre aux enjeuxet questions spécifiques que des étudiants confrontés aux phénomènes administratifsrencontrent. Il sagit plus particulièrement de donner aux étudiants les bases théoriquesnécessaires à la compréhension de ce quest une administration publique et didentifier et decomprendre les enjeux actuels agissant sur la redéfinition de ces institutions/structures.
  2. 2. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 2Sommaire Le cours dintroduction aux théories administratives a pour ambition derépondre aux enjeux et questions spécifiques que des étudiants confrontésaux phénomènes administratifs rencontrent. Il sagit plus particulièrementde donner aux étudiants les bases théoriques nécessaires à lacompréhension de ce quest une administration publique et didentifier etde comprendre les enjeux actuels agissant sur la redéfinition de cesinstitutions/structures. ...................................................................................................... 10. Introduction........................................................................................................................ 51. Etymologie et historiographie épistémologique ................................................................ 5 1.1. Premier sens du verbe « administrer » ....................................................................... 5 1.2. Sens « charnière » du verbe « administrer »............................................................... 6 1.3. Sens découlant des deux premiers .............................................................................. 62. La formation de la science administrative ......................................................................... 6 2.1. De l’antiquité au moyen-âge ....................................................................................... 7 2.1.1. Sumériens et Egyptiens ........................................................................................ 7 2.1.2. Grecs et Romains.................................................................................................. 7 2.1.3. Moyen-Âge ........................................................................................................... 8 2.2. La science administrative en Europe : des origines germaniques à l’hybridation culturelle des principes administratifs ................................................................................... 8 2.2.1. La science administrative en pays germaniques et leur traduction anglaise ...... 8 2.2.2. La science administrative en France .................................................................... 9 2.2.3. Le « Burosystem » et Von Stein ......................................................................... 10 2.2.4. Apparition aux Etats-Unis de la « Public administration »................................. 113. L’autonomie de la science administrative........................................................................ 11 3.1. La science administrative et Sciences Politiques ....................................................... 11 3.1.1. Science administrative comme branche des Sciences Politiques ...................... 11 3.1.2. Sciences administrative en rupture avec les Sciences Politiques ...................... 12 3.1.3. Approche dichotomique..................................................................................... 12 3.2. La science administrative et les sciences de l’administration ................................... 12 3.2.1. Science administrative et sciences juridiques .................................................... 12 3.2.2. Science administrative et sciences économiques .............................................. 12 3.2.3. Science administrative et sciences sociologiques .............................................. 12 3.2.4. Science administrative et sciences organisationnelles ...................................... 134. La science administrative : une science sociale autonome ............................................. 135. Le choix d’un cadre d’analyse .......................................................................................... 14 5.1. Les modes d’analyses des sciences sociales .............................................................. 14
  3. 3. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 3 5.1.1. L’analyse fonctionnelle....................................................................................... 14 5.1.2. L’analyse systémique.......................................................................................... 16 5.1.3. L’analyse structurale .......................................................................................... 18 5.1.4. Approches transversales .................................................................................... 18 5.2. L’apport des modes d’analyse pour la science administrative ................................. 19 5.2.1. Institutions et organisations............................................................................... 190. Introduction...................................................................................................................... 201. La fonction coercitive ....................................................................................................... 20 1.1. Les caractères de l’appareil de l’Etat ......................................................................... 20 1.1.0. Introduction........................................................................................................ 20 1.1.1. Les spécificités de l’appareil d’Etat .................................................................... 21 1.1.2. La nature de l’appareil de l’Etat ......................................................................... 242. La fonction idéologique .................................................................................................... 29 2.1. La production idéologique ......................................................................................... 30 2.1.1. La finalité légitimante ......................................................................................... 30 2.1.2. Les conditions de la production idéologique ..................................................... 32 2.2. L’inculcation idéologique ........................................................................................... 35 2.2.1. La socialisation ................................................................................................... 35 2.2.2. L’acculturation .................................................................................................... 361. Le conditionnement sociopolitique ................................................................................. 36 1.1. Système sociale et structures administratives .......................................................... 36 1.1.1. L’influence du système social sur les structures administratives ...................... 36 1.2. Système politique et structures administratives....................................................... 37 1.2.1. Appareil d’Etat et idéologie politique ................................................................ 37 1.2.2. Appareil d’Etat et institutions politiques ........................................................... 38 1.3. L’administration entre changement et continuité .................................................... 39 1.3.1. L’autonomie relative de l’appareil bureaucratique ........................................... 40 1.4. L’organisation administrative : le modèle wébérien ................................................. 41 1.4.1. Le principe de hiérarchie .................................................................................... 42 1.4.2. Le modèle wébérien : un idéal-type................................................................... 432. La recherche d’autres modèles ........................................................................................ 46 2.1. La critique du modèle bureaucratique ...................................................................... 46 2.1.1. Source d’inefficacité ........................................................................................... 46 2.1.2. Source de frustration ......................................................................................... 47 2.1.3. Conclusions......................................................................................................... 47
  4. 4. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 4 2.2. Le modèle participatif ................................................................................................ 47 2.3. Le modèle de l’efficacité : le New Public Management (NPM) ................................. 48 2.3.1. Le NPM : un concept théorique pour des implications pratiques ..................... 481. Une administration hétérogène : l’héritage du 19ème siècle............................................ 532. Vers administration homogène : de Wodon aux commissions de réformesadministratives ......................................................................................................................... 54 2.1. La guerre 14-18 ............................................................................................................. 54 2.2. L. Wodon et la naissance des commissions .................................................................. 54 2.3. La commission de Haene ............................................................................................... 55 2.4. Commission Halleux .................................................................................................. 553. L’administration homogène : la réforme « Camu » ......................................................... 56 3.1. Camu (président de commission) et sa réforme ....................................................... 56 3.2. La méritocratie........................................................................................................... 564. Le statut Camu et l’administration : 1945 – 1979 ............................................................ 565. L’administration publique dans la tourmente fédérale ................................................... 57 5.1. Loi spéciale du 8/08/1980 et la construction d’un Etat fédéral ................................ 57 5.2. Emergence d’une fonction publique à plusieurs niveaux ......................................... 57 5.3. Le mouvement de fédéralisation (Etat fédéral et Régions/Communauté) ............... 58
  5. 5. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 5PARTIE I : L’administration publique comme objet d’étude 0. IntroductionLa science administrative est caractérisée par une certaine hétérogénéité en ce qui concerneles objets, la filiation, les finalités ou encore les terminologies.Les confusions et les hésitations sur les différentes variables caractérisant la scienceadministrative comme discipline scientifique se traduisent dans la pratique par deshésitations profondes sur le concept même de « science administrative ». Différentes termesse ressemblant peuvent avoir des significations différentes : - Science administrative : étude de la société quant à son aspect administratif (>< sciences administratives) - Public administration : courant américain ne faisant pas la différence entre le public et le privé. - Administration publique : champ détude de la science politique. Celle-ci étudie les formes dorganisations des États, de lorganisation de la démocratie, de la mise en œuvre des politiques publiques. - Gestiologie : étude du fait administratif partout où il se trouve.S’il existe de telles ambiguïtés sur la nature, l’objet et la portée de la science administrativec’est que la science administrative s’est construite et se construit encore au travers dedifférents courants épistémologiques : - Courant pragmatique et technique : regarde comment cela fonctionne, on décrit. - Courant juridico-politique : regarde la jurisprudence, les cadres réglementaires,… - Courant psychosociologique/sociologique : analyse des luttes de pouvoirs, d’intérêts,… C’est donc une science carrefour… avec la cruciale question de la construction des frontières et de la valeur de l’autonomie qui en découle. 1. Etymologie et historiographie épistémologiqueAdministrer vient du verbe latin « administer » signifiant de manière générale « aider »,« assister », « servir » et plus généralement « gérer ». Cependant, au-delà de cette approchegénérale, le sens varie considérablement en fonction du contexte dans lequel ce verbe estutilisé. 1.1. Premier sens du verbe « administrer » - Aider/servir : c’est l’idée d’aider à l’exécution d’une tâche sans l’idée que l’idée de direction ne soit mobilisée. On aide juste quelqu’un qui donne un sens à l’exécution. - Diriger/gouverner : c’est l’idée de veiller à l’exécution d’une tâche en donnant une certaine impulsion et orientation en laissant donc une marge de manœuvre. - Assister : c’est l’idée d’aider à l’exécution en prenant à sa charge « l’intendance » nécessaire à l’exécution.Avec le temps, le verbe administrer devient un verbe qualifiant l’activité du Roi. Cetteacception ne met cependant pas l’accent sur la nature substantive de la fonction (au départpas de séparation du pouvoir.
  6. 6. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 6 Terme générique pour signifier l’action du pouvoir exécutifAvec le temps, le verbe administrer devient un verbe qualifiant l’activité du gouvernement.Cette acceptation met alors l’accent sur le fait que le chef de l’Etat doit s’entourer d’uneéquipe. Terme générique pour signifier l’action des ministres. 1.2. Sens « charnière » du verbe « administrer »« La gestion du gouvernement, comme le bureau de l’administrateur, doit être conduite auprofit de ceux en qui la légitimité du gestionnaire est fondée, et non pas au profit de ceux àqui on fait confiance » Cicéron, Officiis.Dans ce contexte, le terme « administration » prend d’avantage le sens de « mission », de« responsabilité » ou encore de « charge ». Mais on voit également apparaitre la notion de« représentation ». C’est donc la question de la responsabilisation, de la représentation etfinalement la question du « paradoxe de Mannheim1 » est également posée. 1.3. Sens découlant des deux premiersA côté du sens premier et du sens dérivé, deux autres sens peuvent être énoncés. Ceux-cidécoulant des deux premiers : - L’activité de prendre part à l’exécution de la chose publique (les lois dans les pays démocratiques) pour le compte de la Nation et dans le cadre réglementaire qui lui sont imposés. - Participer à la construction, à la structuration mais aussi à la légitimité du pouvoir (exécutif).Les rôles les fonctions actuelles de l’administration sont exactement l’objet d’étude dessciences administratives. 2. La formation de la science administrativeLe questionnement sur la manière de gérer le bien commun est très ancien. Depuis quel’homme vit en groupe (comme entité sociale), les questions de « leadership » et de « vivreen commun » sont posées.11 Les chances de s’affranchir relativement des déterminations sociales augmentent à proportion dela connaissance qu’on en prend. Ceux qui discourent à l’envi à propos de liberté humaine sont enréalité les jouets les plus aveugles de ces déterminations, dans la mesure où, le plus souvent, ilsne présument même pas à quel point leur comportement est dicté par leurs intérêts. A l’inverse,ceux qui soulignent avec le plus d’insistance l’influence inconsciente des déterminants sociaux sontprécisément ceux qui s’efforcent autant que possible d’avoir barre sur eux. Ils détectent des motifsinconscients afin de progressivement constituer en objet d’une décision consciente et rationnelleles forces qui les asservissaient jusqu’à maintenant.
  7. 7. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 7 2.1. De l’antiquité au moyen-âge 2.1.1. Sumériens et EgyptiensIl existe des textes sumériens exposant des théories, des pratiques ou tout simplement desconseils visant à mettre en place des systèmes de contrôle des pratiques de gestion de lacité.Structure proto-administrative avec un Roi assisté par une assemblée d’anciens. Unetroisième délégation parmi le peuple était possible.Il existe des textes anciens mettant en évidence la complexité managériale mise en place parl’autorité politique (Pharaon) en vue d’administrer l’Etat.Etat primaire : Pharaons  Scribes2  Maisons particulières (avec compétencesparticulières). Dans les deux cas, l’importance est mise non pas sur la construction d’un système administratif mais bien sur la construction d’un discours sur la manière d’administrer. 2.1.2. Grecs et RomainsDans « Les lois », Platon s’interroge, par exemple, sur la manière de garantir une certainequalité dans l’administration de la cité. Il prodigue ainsi des conseils (bonnes pratiques) pourla bonne conduite de rendez-vous, conseil sur la formation que doivent avoir les agents de lacité mais s’interroge aussi sur les compétences et la nature des tâches des fonctionnaires dela cité.Aristote quant à lui s’interroge sur les différentes formes de gouvernement (et de facto surles fromes des structures administratives qui s’y rapportent). Il insiste également sur lesconditions à remplir en vue de s’assurer que les administrations agissent pour le biencollectif. Les Grecs ne contribuent cependant pas à la mise en place et à l’application des principes administratifs stabilisés, reconnus et diffusés.Afin d’assurer le fonctionnement de leur grand Empire, les Romains mirent en place unsystème complexe d’administration du territoire. Ce faisant, ils contribuèrent en grandepartie à l’instauration d’un système administratif à la source des systèmes administratifscontemporains. - Mise en place d’un système de provinces avec à leur tête des magistrats (à la retraite) tiré au sort pour un certains temps. - Sous le haut empire, on élargit ce système à l’ensemble des thématiques de la cité.2 Le scribe (du latin scriba, de scribere, écrire) désigne dans lÉgypte antique un fonctionnaire lettré, éduquédans l’art de l’écriture et de l’arithmétique. Omniprésent comme administrateur, comptable, littérateur ouécrivain public, il fait fonctionner l’État de pharaon au sein de sa bureaucratie, de son armée ou de ses temples.
  8. 8. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 8  Chez les Grecs et les Romains, il s’agit tout au plus d’un apprentissage par « essais- erreurs » qu’une réelle théorisation des principes administratifs. 2.1.3. Moyen-ÂgeIl ne se passe pas grand chose durant le moyen-âge. C’est la période durant laquelle, grâce àl’Eglise catholique, on voit se maintenir les grands principes romains et grecs. D’un autrecôté, il y a une sorte de retour en arrière, on revient avant le Haut-empire romain : oncantonne la gestion au domaine militaire. Mais les questions existent quand même.Tout d’abord grâce à la littérature « miroir aux princes » : - Saint-Thomas d’Aquin : vision organique et communautaire de la société. La hiérarchie politique est alors « naturelle ». - Machiavel : le pouvoir s’exerce en trouvant un équilibre entre la fortune et la vertu. Le but ultime du chef d’Etat est de « mantenere lo stato3 ».Ensuite, grâce au « savoir-vivre » des milieux tempérés : - Castiglione : comment devenir et rester un bon serviteur du Roi. - Wyss : Comment écrire aux grands de ce monde. - Black Book : le Stéphane Berne du moyen-âge.  Le Moyen-âge se caractérise par une certaine structuration d’un discours administratif mais bien plus par la structuration d’un discours sur l’activité politique. 2.2. La science administrative en Europe : des origines germaniques à l’hybridation culturelle des principes administratifs 2.2.1. La science administrative en pays germaniques et leur traduction anglaise 2.2.1.1. La renaissanceC’est une période charnière où de nombreux principes actuels se sont développés. C’est lapremière vraie réflexion structurée sur le système administratif. A cause de : - L’augmentation de la complexité des tâches gérées par l’Etat. - L’augmentation des fonctionnaires au service de l’Etat. - L’augmentation de l’interventionnisme économique. - Besoin de profils « non-juristes » dans la gestion de l’Etat.  C’est là la naissance du caméralisme. 2.2.1.2. Le caméralisme4 et son historiqueLe Roi prussien Frederick William I (1713 – 1740) possède un patrimoine prospère qu’il nepeut gérer seul. Celui-ci met en place un « corps professionnel » au service du Roi en vued’administrer le patrimoine royal en question. Il s’inspire du système mis en place parColbert en France sous le règne de Louis XIV. En plus, il veut que ce système lui permette de3 Maintenir l’état.4 Kamera signifie le coffre fort public.
  9. 9. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 9« by-passer5 » les notables locaux qui résistent au souverain. Finalement, ce systèmefonctionnera tellement bien qu’il l’étendra à tous les domaines. C’est donc un systèmed’organisation fortement centralisé et qui se traduit dans la pratique par un instrument dupouvoir en vue de renforcer le chef d’Etat.Le caméralisme peut avoir plusieurs significations : - Une organisation administrative qui permet une co-régulation des domaines militaires, économiques et domaniaux6 au travers de « Comités Provinciaux » supervisés par un « Bureau Général » composé de quatre ministres eux-mêmes assujettis au Roi. - Une organisation professionnelle. Pour permettre un tel système, il apparait nécessaire de former les élites administratives aux techniques de gestion et d’administration.Il y a ensuite eu une diffusion des principes du caméralisme avec des phénomènes deréinterprétation et une intensité variable suivant les Etats7. Les conditions suivantes étaientnécessaires : - Une forte centralisation (mise à mal des espaces de contre-pouvoir). - Une forte centralisation dans le domaine économique. - Une forme de monarchie absolue. -Cependant, une exception est à relever. C’est le cas de l’Angleterre. On a pu assister à unsystème différent où le système monarchique n’a jamais atteint le niveau de centralisationprésent dans les autres Etats européens (spécialement dans le domaine de la gestion desfinances). C’est ce qu’on a appelé la Révolution Glorieuse8 et qui a fait apparaitre la notionde « Self-government9 » (ou la « baronnie locale »). 2.2.2. La science administrative en FranceLes principes du caméralisme vont prendre une dimension toute particulière dans la Francenapoléonienne. En effet, Napoléon favorise la recherche de la centralisation et de la5 Eviter.6 Qui est du domaine de l’Etat.7 Scandinavie, Autriche, France, Angleterre.8 Révolution décrite comme « pacifique » (1688-1689), qui eut pour conséquence de renverser le roi Jacques II(Jacques VII dÉcosse) et provoqua l’avènement de la fille de celui-ci, Marie II et de son époux, Guillaume III,prince dOrange suite à linvasion néerlandaise de lAngleterre menée par ce dernier. La révolution instaura unemonarchie constitutionnelle et parlementaire à la place du gouvernement autocratique des Stuarts.9 Autonomie, autodétermination, autorégulation, surtout en parlant des colonies et de ladministrationcoloniale.
  10. 10. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 10personnification du pouvoir. Il trouve alors dans les principes du caméralisme un fondementà sa vision politique de l’Etat. Concrètement : - Il impose une ligne de conduite et met en place un système caméraliste différent puisque son but est de renforcer son image autoritaire. - Création du système impérial, avec l’apparition des premiers ministères en France (qui eux même se subdivisent en départements) et des grandes écoles (polytechniques, ENA,…) 2.2.3. Le « Burosystem » et Von SteinLe caméralisme, instrument de pouvoir et de domination, va se retourner contre lui-même.En effet, début du 19ème siècle, les élites administratives vont se retourner contre lesdirigeants et mettre en place un système étatique dans lequel l’administration va prendreune place centrale.C’est l’apparition du « Burosystem », cest-à-dire un système intermédiaire entre les penséescaméralistes, les redéfinitions françaises et le self-government à l’anglaise. L’administrationdevient un appareil de l’Etat et un contre pouvoir en tant que tel mais piloté par une éliteadministrative qui joue le rôle d’impulsion.Von Stein10 a l’ambition de mettre les fondements d’une véritable science sociale autour del’administration étatique incluant le droit administratif sans qu’un rapport de domination nesoit opéré.C’est une science qui est capable d’expliquer les relations sociales et susceptible de servir defondement à l’action administrative.Il faut partir du postulat que l’on peut comprendre les fondements de l’Etat en étudiant lesrelations se tissant entre les institutions administratives et les différents aspects de la vieindividuelle, économique et sociale.C’est une science qui a pour objectif de résoudre la contradiction qui existe à un momentdonné entre l’égalité des citoyens et l’inégalité sociale d’une part, et d’autre part dequestionner les conditions susceptibles de s’assurer que l’administration agit dans le sens del’intérêt général.Le « Burosystem », dictature de l’administration mise en place par et au profit des élitesadministratives, est à son tour remis en cause par la montée en puissance des droits civils etde la jurisprudence administrative (émergence de règles et de juridictions administratives)qui tendant à réduire le poids et l’influence des administrations.10 Lorenz von Stein (18 November 1815 – 23 September 1890) was a German economist, sociologist, and publicadministration scholar from Eckernförde. As an advisor to Meiji period Japan, his conservative political viewsinfluenced the wording of the Constitution of the Empire of Japan.
  11. 11. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 11 - Perte de vitesse des sciences administratives qui sont vampirisées par les approches juridiques qui deviennent les préoccupations majeures des administrations publiques. - Plus tard, apparition des approches organisationnelles (avec la Public administration). 2.2.4. Apparition aux Etats-Unis de la « Public administration »Les caractéristiques de la Public administration sont : 1) Dimension utilitaire forte et pragmatique. 2) Absence de séparation stricte et parallélisme entre l’étude de l’administration publique et celles des organisations privées. 3) Peu d’attention portée au droit administratif (un facteur jugé comme non déterminant).Ce qui a comme conséquence : 1) Importance accordée à l’étude des structures. 2) Importance accordée aux relations interpersonnelles. 3) La théorie des organisations à tendance à prendre le dessus sur l’ensemble d la discipline. 3. L’autonomie de la science administrativeComment délimiter le domaine propre de la science administrative par rapport à celuid’autre discipline ? En quoi le point de vue de la science administrative sur son objet estspécifique ? Quel rapport entretient-elle avec ses disciplines voisines ? 3.1. La science administrative et Sciences PolitiquesLa question de l’autonomie face à la science politique se pose dans le sens où la scienceadministrative s’intéresse à l’administration publique et où celle-ci est une branche del’exécutif, donc du pouvoir étatique. 3.1.1. Science administrative comme branche des Sciences PolitiquesLa science administrative peut être considérée comme une branche des sciences politiquesdans le sens où l’administration concourt à la réalisation des fins étatiques et que l’activitéqu’elle développe est une des fonctions de l’Etat. On peut citer différents auteurs à ceteffet : - Burdeau : La science administrative ne peut être que complémentaire aux sciences politiques puisqu’elle vise à rendre plus efficace l’action publique (action administrative). - Tocqueville : Regrette que les liens se tissant entre les deux disciplines ne soient pas plus étroits. - Marcel/Vivien : La science administrative a pour ambition de former tant les fonctionnaires que les Hommes politiques. - Wilson : « La science administrative est le plus récent produit d’une science politique vielle de 2000 ans ». Pour lui, l’objectif des sciences administratives est de confronter les acteurs publics à l’incohérence des procédures publiques (augmente l’efficacité). - Duverger : La science administrative est une sous-section des sciences politiques contemporaines (importance mise sur les organisations).
  12. 12. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 12 3.1.2. Sciences administrative en rupture avec les Sciences PolitiquesLe degré d’autonomie de la discipline dépend alors de la conception que l’on a des rapportsde l’administration avec le politique.On accepte la thèse selon laquelle l’administration serait neutre et subordonnée, simpleinstrument du pouvoir politique. Dans cette optique, la mission (rôle et fonction) n’est qued’exécuter les options adoptées par le pouvoir politique. 3.1.3. Approche dichotomiqueLa dichotomie acteurs politiques/administration n’est pas opératoire pour appréhender etexpliquer le rôle de l’administration dans les pays démocratiques contemporains.L’administration est incontestablement un phénomène politique.Notre approche consiste alors à proposer une alternative à une approche dichotomique enconsidérant que le système administratif comme un sous-système du système politique.On dira alors que les sciences politiques s’intéressent en premier au système politique puisau système administratif tandis que la science administrative s’intéresse en premier ausystème administratif puis au système politique. 3.2. La science administrative et les sciences de l’administrationExiste-t-il une complémentarité entre la science administrative et les sciences juridiques,historiques, économiques, philosophiques, psychologiques, sociologiques,… ? 3.2.1. Science administrative et sciences juridiquesPendant longtemps, les études du droit administratif ont à elles seules été le centre desrecherches des sciences administratives. Ceci est du au poids de l’histoire mais aussi àl’importance des règles de droit dans la conduite de l’action publique.Limites de leur complémentarité : - Ne met pas en évidence les phénomènes de médiations. - Ne met pas en évidence le « sens », sous-entendus et impacts réels des dispositions. 3.2.2. Science administrative et sciences économiquesLeur complémentarité permet de mettre en évidence certaines dimensions de l’actionadministrative et de mieux expliquer la place des acteurs publics dans la société.Limites de leur complémentarité : - L’administration publique peut-elle se réduire, voire se substituer aux organisations privées ? - L’approche économique a tendance à réduire les variables mobilisées dans une approche intégrée et comparative de l’action publique (pourtant nécessaire). 3.2.3. Science administrative et sciences sociologiquesCette complémentarité permet d’appliquer des approches développées pour rendre comptedes phénomènes sociaux globaux et des groupes restreint mais cohérents. Comment ?
  13. 13. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 13 - En menant une « sociographie11 » de l’administration. - En mettant en évidence les relations de pouvoir, les réseaux de communications entre individus et les groupes ainsi que l’identification des phénomènes de rivalité et de solidarité. - En mettant en évidence le rôle et la fonction des administrations publiques dans le paysage social global. 3.2.4. Science administrative et sciences organisationnellesC’est une question de complémentarité importante car on se retrouve souvent placé devantune alternative : - Soit on définit la science administrative comme la science des organisations. - Soit on définit la science administrative comme la science organisationnelle des administrations publiques. 4. La science administrative : une science sociale autonomeLa science administrative est bicéphale : - D’un côté, la science de l’administration qui est une sorte de sous-confluent utilisant des éléments d’autres disciplines et combinant une série d’approches. Celle-ci se consacre à l’étude de l’institution elle-même. - De l’autre côté, la science de la gestion qui est une sorte de gestiologie affirmant l’existence d’une véritable fonction administrative présente dans le secteur public comme privé. Celle-ci se consacre à l’étude de l’organisation de l’institution en question.Que faut-il retenir jusqu’ici ?  La science administrative n’a pas vu le jour soudainement, mais s’est constitué peu à peu, à partir d’apports théoriques et empiriques successifs.  La science administrative se construit sur un ensemble de courants hétérogènes.  La science administrative s’est développée dans des contextes nationaux divers qui déterminent les règles de fonctionnement des administrations mais qui n’influencent pas directement les rôles et les fonctions des administrations publiques.  La science administrative a été conçue comme un instrument de commandement entre les mains du pouvoir politique ce qui a souvent fondé l’idée selon laquelle la science administrative n’avait comme objectif que de protéger les droits des individus tout en donnant à l’administration les moyens d’agir ce qui explique que la science administrative a souvent été confondue avec le droit administratif.  Notre ambition est de comprendre les administrations, entendues comme des institutions et comme des organisations, reprises dans un système d’action complexe.11 Étude descriptive des réalités et des faits sociaux, dans laquelle laccent est mis sur lobservation empiriquedes sociétés.
  14. 14. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 14 5. Le choix d’un cadre d’analyse 5.1. Les modes d’analyses des sciences socialesINSTITUTION – ORGANISATION – SYSTÈME D’ACTION sont trois niveaux d’analyse qui sontindissociables, et aucun d’entre eux ne peut être isolé des deux autres dans la perspectived’une explication globale des phénomènes étudiés. Il faut donc comprendre et expliquer lafaçon dont s’articulent ces trois dimensions, étroitement structurées et hiérarchisées.Pour ce faire, il faut adopter des cadres méthodologiques différents mais complémentaires.Nous en étudierons 3 : l’analyse fonctionnelle, systémique et structurale.Ces types d’analyse reflètent la même préoccupation de doter les sciences sociales d’unappareil théorique rigoureux et d’envisager la réalité sociale comme une totalité dont il fautrechercher les lois d’agencement en se fondant sur le postulat de l’interdépendance desphénomènes sociaux. 5.1.1. L’analyse fonctionnelleL’analyse fonctionnelle se construit à partir d’approches mathématiques, biologiques etsociales. Pour les fonctionnalistes, expliquer un phénomène social consistera à expliciter ce àquoi il sert, en partant du postulat qu’il existe un lien entre fonction et besoin social, et quepour comprendre la fonction il faut connaitre le besoin auquel le phénomène social répond.Spencer met en évidence l’analogie qui peut exister entre l’organisation de la société etl’organisme humain : « La société est un organisme qui croît, se complique, se différencie, sesparties devenant plus dissemblables, remplissent des fonctions différentes ce qui accroit leurdépendance mutuelle ».Durkheim, quant à lui, insiste sur le fait qu’il faut découvrir les organes dans lesquelss’incarnent les principales fonctions sociales qui permettent le bon fonctionnement et lemaintien d’une société donnée et de découvrir leur contribution spécifique dans lesdynamiques sociales. 5.1.1.1. Fonctionnalisme renouveléeEstimant que l’analyse fonctionnelle allait mener les sciences sociales vers de nouveauxhorizons, Merton va travailler à la théorisation à la théorisation de l’approche fonctionnelleen exposant et stabilisant des concepts théoriques nécessaires à l’analyse : - Principe de l’unité fonctionnelle de la société : Il réfute l’idée selon laquelle chaque élément du système est fonctionnel à la fois pour le système tout entier et pour chacun des éléments. - Fonctionnalisme universel : Il réfute l’idée selon laquelle tous les éléments du système remplissent une fonction (néglige le facteur culturel car celui-ci est différent en fonction des cultures). - La nécessité fonctionnelle : Il réfute l’idée selon laquelle chaque élément du système est indispensable à la cohérence du tout (néglige la logique multifonctionnelle).A côté, Merton propose quatre concepts fonctionnels dans son analyse : la dysfonction,léquivalent ou substitut fonctionnel, la fonction manifeste et celle latente.
  15. 15. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 15 5.1.1.1.1. La notion de dysfonctionAlors que les fonctions sont, parmi les conséquences observées, celles qui contribuent àladaptation ou à lajustement dun système donné ; les dysfonctions, par contre, sont cellesqui gênent ladaptation et lajustement dun système. Ramenant cette réflexion à la réalitéCongolaise12, nous pouvons dire que létat de guerre que le pays a connu gêne ou empêchaitlEtat de remplir pleinement ses missions dont celle de la garantie, de la protection et lapromotion des droits de lhomme ainsi que lassurance de la sécurité des citoyens. Raisonpour laquelle lon assistait au Sud-Kivu à des violations croissantes et massives des droitsindividuels. 5.1.1.1.2. La notion d’équivalent ou de substitut fonctionnelleUn élément culturel ou social peut jouer un rôle déquivalent ou de substitut fonctionnel àun autre pour exercer une activité à sa place. La réalité ne montre-t-elle pas des besoinshumains et sociaux, qui peuvent être satisfaits de façons différentes : un seul élémentpouvant remplir plusieurs fonctions, de même quune seule fonction peut être remplie parles éléments interchangeables.En effet, depuis le déclenchement de la seconde guerre dite de « rectification » en R.D.C.,lon assiste à une partition de fait du territoire national. Une partie est contrôlée par legouvernement central et une autre est partagée entre diverses factions rebelles et bandesarmées. Cela implique que les missions de lEtat jadis remplies par le seul gouvernementcentral sur tout le territoire national se trouvent ainsi partagées entre eux en vue dassurerla continuité de lEtat. Dans ce cas, bien que ces belligérants ne soient pas reconnus commegouvernements dEtat, ils ont lobligation de promouvoir et de respecter les droits delhomme et dassurer la sécurité des citoyens Congolais et étrangers des territoires quilsadministrent au même titre que lEtat. Ces belligérants remplissent donc le rôle de substitutde lEtat. 5.1.1.1.3. Les fonctions manifestes et les fonctions latentesLes fonctions manifestes sont les conséquences objectives qui, contribuant à lajustement ouà ladaptation du système, sont comprises et voulues par les participants du système. Enrevanche, les fonctions latentes sont essentiellement celles qui ne sont ni comprises nivoulues mais qui nen nexistent pas moins. Ces fonctions latentes sont parfois remplies pardes rites anciens qui, ne jouant plus leur rôle, substituent leur but initial à une autrefonction.Dans le cas despèce, disons que les acteurs politiques, en menant la guerre dite de« rectification », ont eu pour objectif principal et officiellement défendu ; le remplacementdes institutions existantes considérées selon eux comme autoritaires et inefficaces ; donc, deles remplacer par celles qui garantiraient le respect des droits de lhomme, la justice et lebien-être social ainsi que la démocratie en R.D.C. Telle a été la fonction manifeste de laguerre dans les conditions normales.Cependant, lévolution du conflit a démontré une toute autre réalité qui se distancie presquetotalement de lobjectif de départ. En effet, les mouvements rebelles dont le R.C.D./Goma,12 Guerre dans le Sud-Kivu.
  16. 16. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 16au lieu de garantir la justice sociale et le bien-être du peuple Congolais pour lequel ilsprétendent se battre, se plaisaient à en violer les droits et libertés les plus fondamentaux.Cest une situation, certes, non voulue mais qui déforme voire modifie le sens même delintérêt de la guerre. Cette violation des droits humains constitue donc la fonction latente,parmi tant dautres, de létat de guerre. 5.1.1.2. Les approches structuro-fonctionnalistesL’accent est mis sur la relation de l’individu à l’organisation et non plus spécialement surl’exécution de l’action. Cette approche tend alors à s’interroger sur les dynamiques dechangement dans les organisations.Parsons décrit les organisations comme des sous-systèmes dun système social environnant,global, chaque organisation reproduisant une structure sociale commune et se distinguantde ses voisines par les fonctions quelle met en œuvre. Il distingue spécifiquement quatrefonctions générales que toute organisation assure: la reproduction des normes et des valeurs(par laquelle elle guide laction de ses membres), ladaptation (par laquelle elle mobilise desressources en vue dobjectifs), lexécution (par laquelle elle mène la réalisation des objectifs)et lintégration (par laquelle elle harmonise ses propres éléments internes). 5.1.1.3. Approche fonctionnaliste et science administrativeUn raisonnement en termes de fonction va nous permettre d’interroger la place desadministrations publiques dans le système d’action public (l’action publique). 5.1.1.4. Limites de l’analyse fonctionnelleLa capacité explicative des approches fonctionnalistes est fortement limitée. En effet,montrer par une approche téléologique13 la fonction d’un fait social ne revient pas à enexpliquer son origine. De même, les approches fonctionnelles n’arrivent pas toujours àexpliquer les changements.Ensuite, l’insistance sur l’équilibre des fonctions et sur le consensus a eu tendance à rendreles approches fonctionnalistes conservatrices (impression de non-changement).Il faut donc la combiner à d’autres approches. 5.1.2. L’analyse systémiqueLa réalité sociale présente les caractères d’un système, cest-à-dire d’un complexed’éléments en interaction. Dès lors, on peut interpréter et expliquer ces éléments par lesliens d’interdépendance qui les relient. La cybernétique14 et la Théorie Générale desSystèmes (TGS)15 sont les bases de cette analyseLa réalité systémique peut être abordée de deux manières différentes :13 Relatif à la téléologie, doctrine selon laquelle le monde obéit à une finalité.14 La cybernétique est une modélisation de léchange, par létude de linformation et des principesdinteraction. Elle peut ainsi être définie comme la science des systèmes autorégulés, qui ne sintéresse pas auxcomposantes, mais à leurs interactions, où seul est pris en compte leur comportement global.15 Le but de la "théorie générale des systèmes" est de formuler des principes valables pour tout systèmeindépendamment de la nature des éléments qui le composent et des relations qui le relient
  17. 17. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 17 - Fonctionnaliste : le système correspond à une réalité objective dotée d’une existence empirique. - Opérationnelle : le système est une construction de l’esprit, un modèle formel dont les caractéristiques sont pensées indépendamment de leur contenu réel.Easton mélange ces deux approches et décrit une approche systémique pensée comme uncadre conceptuel destiné à éclairer un problème essentiel de la théorie politique : la stabilitévs. Le changement. Il les mélange en se basant sur un postulat conservateur, avec unenégligence des conflits, une focalisation sur l’adaptation, une absence de rupture et unevision du pouvoir.Il tente d’expliquer comment un système peut arriver à se maintenir en dépit des tensionsauxquelles il est soumis. Son argumentaire repose sur la vision du système16 commeimmergé dans un environnement17 et soumis de sa part à des influences telles qu’un seuilcritique peut éventuellement être atteint. 5.1.2.1. Approche systémique et science administrativeL’approche systémique permet de replacer l’action administrative dans son environnementet offre une vision de l’action politique (arbitrage) qui permet de rendre compte destensions inhérentes à un système d’action publique (recherche d’équilibre – stabilisation dusystème politique). 5.1.2.2. Limites de l’analyse systémiqueL’analyse systémique n’est pas encore parvenue à intégrer de façon satisfaisante leproblème du changement dans un modèle fondé sur la notion d’équilibre.Ensuite, elle n’est pas encore parvenue à intégrer la question de rupture dans les systèmespolitiques.16 Un système est constitué par l’ensemble des interactions politiques constatées dans un système socialdonné, cest-à-dire, des interactions par lesquelles s’effectue l’allocation autoritaire des valeurs sociales.17 L’environnement est composé de l’ensemble des variables interférant sur le système politique et contribuantà sa mise sous tension.
  18. 18. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 18 5.1.3. L’analyse structuraleSelon les approches structurales, la réalité sociale est comprise comme le versant émergésous-tendu par un ensemble de faisceaux structurant la manière dont la réalité socialeémerge. C’est donc un ensemble de mode d’analyse très divers développé par des auteurscomme Althusser, Lacan, Foucault ou encore Lévi-Strauss.Ces approches structurales se basent sur trois concepts : - La relation structurelle : une relation est dite « structurelle » quand on la considère dans un rôle déterminé au sein d’une organisation donnée. - La relation structurale : une relation structurelle est dite structurale lorsqu’on la prend comme susceptible de se réaliser de plusieurs manières différentes mais est déterminante dans les organisations. - La structure structurel : structure fait référence à la structure comme syntaxe et structurel fait référence à la structure comme réalité. 5.1.3.1. Approche structurale et science administrativePar un effort de formalisation, les approches structurales permettent de mettre en évidenceles raisons à l’origine des fonctions d’un système administratif (prend en comptel’environnement mais aussi les raisons à la logique de cet environnement). 5.1.3.2. Limites de l’analyse structuraleLe principe d’immanence qui consiste à postuler que l’intelligibilité des objets étudiés esttoujours possible est fortement remis en cause.De plus, le principe voulant qu’il soit possible de dissocier le code de ses conditionsd’utilisation, la structure inconsciente et consciente, le signifiant du signifié est égalementfortement critiqué.Il faut donc la combiner avec d’autres approches. 5.1.4. Approches transversalesApproche qui lie le système à la structure et à la fonction. Il s’agit d’une lecture par lesdifférentes approches.
  19. 19. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 19 5.2. L’apport des modes d’analyse pour la science administrativeChaque approche apporte certains éléments d’analyse utile en ce qui concerne la scienceadministrative.Selon l’approche fonctionnaliste, il faut appréhender l’administration comme une institution.L’administration y est vue comme un produit de l’histoire qui rempli une fonctiondéterminée : une fonction de coercition et une fonction de légitimation.Selon l’approche systémique, il faut appréhender l’administration comme une organisation.Il faut comprendre l’organisation comme une organisation sociale et donc de mettre enévidence les enjeux sociaux qui la composent.Selon l’approche structurale, il faut appréhender l’administration comme un systèmed’action. Il faut comprendre les structures cognitives qui donnent sens à l’administrationpublique. 5.2.1. Institutions et organisationsInstitutions et organisations sont complémentaires pour la science administrative car lesinstitutions doivent être remises dans leur universalité et dans leur particularité. Cependant,deux conditions sont à respecter : - Mettre en évidence le caractère historique des administrations tout en reconnaissant que leurs fonctions peuvent être prises en charge par d’autres institutions ou organisations. - Ne pas négliger de remettre en perspective les organisations (approches transversales).Jusqu’ici, que faut-il retenir ? - Approches fonctionnelles. - Approches systémiques. - Approches structurales. - Notre ambition est de comprendre les administrations, entendues comme des institutions et comme des organisations, reprises dans un système d’action complexe. Cette approche impose la mobilisation de différentes grilles méthodologiques et épistémologiques.
  20. 20. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 20PARTIE II : Qu’est-ce que l’administration publique ? Titre premier : Fonction de l’institution 0. IntroductionToute institution a une fonction sociale. Elles remplissent un besoin, une demande sociale.La fonction de l’institution vise à décrire le rôle que l’administration remplit dans la société,la contribution qu’elle apporte au fonctionnement du système social. Mais compte tenu deslimites que les approches fonctionnelles, il convient de se mettre d’accord sur deuxconditions susceptibles de valider notre approche : - Dépasser les fonctions manifestes et voir les fonctions latentes. - Distinguer fonction (rôle social) et fonctionnalité (application de la fonction). Il faut donc mettre en évidence les fonctions mais s’interroger sur leur mise en application (fonctionnalité).Ensuite, l’analyse des fonctions remplies par l’administration dans la société estsubordonnée à une question préalable : « Quelle est la place de l’administration par rapportà l’Etat et au système politique ? ».La vision classique répond à cette question : alors que les missions politiques seraientcontingentes, les missions administratives seraient caractérisées par une certainepermanence où elle serait simplement chargée de l’exécution des tâches.Encore selon la vision classique, il y aurait deux grandes coupures : - Entre l’administration et le système social - Entre l’administration et le pouvoir politique  Dès lors, la question de la fonction ne se pose plus. La vision classique ne prend pas compte de la vraie interaction qu’il y a tous les jours entre politique et administratif, elle ne permet pas de rendre compte de la place occupée par l’administration dans la société.Selon notre vision, l’administration ne peut être isolée du social car elle présente un certainnombre de caractéristiques propres qui lui donnent un rôle social spécifique, irréductible àune fonction secondaire d’exécution : l’administration est le centre d’exercice du pouvoir del’Etat. 1. La fonction coercitive 1.1. Les caractères de l’appareil de l’Etat1.1.0. IntroductionLe modèle étatique s’est établit de manière progressive, parti d’Europe pour se diffuser dansle monde grâce à deux grands mouvements : - D’un point de vue statistique cela se traduit par une institutionnalisation et par une concentration du pouvoir de commandement et de sanction. - D’un point de vue dynamique la construction et la consolidation semble se renforcer de manière constante.Par exemple : à la base le système judiciaire ne consistait qu’au commerce et puis, il s’estélargi à beaucoup de thématique.
  21. 21. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 21 L’emprise des structures publiques dans les sociétés contemporaines est sans cesse croissante.1.1.1. Les spécificités de l’appareil d’EtatL’administration, qui est le centre d’exercice du pouvoir de l’Etat, met en œuvre la puissanceétatique. Cette caractéristique permet de distinguer l’administration des autres institutionssociales (Repérage).De plus, l’administration est une organisation hiérarchisée et comprise comme un système cequi permet de définir son mode d’action spécifique dans la société.1.1.1.1. Le repérage de l’appareil d’Etat1.1.1.1.1. Appareil d’Etat et société civileIdentifier l’appareil de l’Etat par rapport à la société civile peut se faire grâce à deuxapproches : l’approche classique et l’approche empirique.Selon l’approche classique, il y a une différence de nature et de fonction entre les deuxentités. Cette approche distingue deux sphères : - La sphère privée qui recouvre des activités privées et des intérêts particuliers. - La sphère publique qui est la sphère où les intérêts particuliers sont représentés et s’opposent.  L’Etat fait jonction entre ces deux sphères, elles doivent cohabiter alors qu’elles sont contradictoires.Selon la perspective hégélienne, trois types d’acteurs sont en présence dans un systèmesocial : l’Etat, la société civile et les individus. Selon lui, ces trois composantes doiventfonctionner ensemble. Pour ce faire, l’Etat impose sa vision aux autres, il définit et entretientl’intérêt général. L’intervention médiatrice du pouvoir introduit l’ordre et la rationalité là où il n’y avait que division et incohérence. L’Etat ramène à l’unité et les intérêts particuliers subissent une véritable transmutation du fait de leur prise en charge par l’Etat.Selon l’approche classique donc, l’appareil d’Etat est défini comme l’institution qui estchargée, sous le contrôle des élus, de satisfaire les besoins d’intérêt général, d’assurer lagestion des services publics. - Ces objectifs justifient le recours à des méthodes de gestion détachées de toute recherche de profit et l’emploi de prérogatives de puissance publique. - L’appareil d’Etat est également régi par des principes d’organisation structurelle qui tout en assurant sa cohésion accusent également son isolement social (= la fonction publique).Limites de l’approche classique : 1) Les intérêts particuliers créent des conflits mais c’est aussi eux qui permettent d’établir les bases nécessaires à la rencontre d’un consensus social (« contrat social »). 2) L’Etat n’est qu’une entremise permettant aux dominants économiques de devenir des dominants politiques (approches marxistes).
  22. 22. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 22 L’approche empirique est représentée par Weber et les marxistes. Selon Weber, l’Etat ne peut pas être défini à partir des fins qu’il se donne mais seulement par le moyen qui lui est spécifique et indispensable du point de vue de son essence « la violence légitime ». Selon les marxistes, l’Etat est chargé de préserver l’équilibre social global, en établissant les conditions politiques de reproduction des rapports de production. Pour se faire, l’Etat possède l’usage exclusif des moyens de contrainte (armée, bureaucratie), totalement concentrés à son profit, et la force est son signe distinctif. Il faut donc mettre l’importance, selon eux, sur les mécanismes de persuasion sociale (socialisation).1.1.1.1.2. Appareil d’Etat et système politiqueOn se demande ici quelle est la marge de manœuvre qu’on accorde à l’administration dansle système politique ?Selon notre approche de l’administration publique, elle ne peut être pensée que commeextérieure au système politique. L’administration ne peut être définie par une prétendueextériorité au système politique mais bien par le rôle particulier qu’elle est appelée à yassumer : l’exercice de la puissance publique.Mais plusieurs visions, quant à la relation entre administration et système politique, sont là.Selon l’approche classique, l’administration est pensée comme un appareil spécialisé etprofessionnalisé dont l’unique fonction est d’exécuter les orientations décidées par lepouvoir politique.Ni élue, ni responsable, l’administration ne dispose d’aucune légitimité propre et est définiepar un statut de double subordination (fonctionnelle18 et organique19) dont les effets secumulent.Ceci met l’accent sur les agents de liaison, ces acteurs doivent mettre au courantl’administration de ce que fait le monde politique. Exemples :  Chef de cabinet  Système de mandat, les chefs d’administrations sont désignés à la tête d’une administration pour une période jusqu’à évaluation. Si celle-ci est positive ils restent, si non ils partent.  Contrat de gestion, celui qui relie la SNCB au monde politique. C’est un moyen d’organiser une relation.  Contrat d’administration : comme le contrat de gestion mais pour des services plus centralisés comme le SPF Justice.Dans l’administration se retrouve un certain nombre d’acteurs qui viennent du mondepolitique. Ce qui participe aussi à la liaison. Deux systèmes organisent les rapports : 1) Spoil-system : changement de présidents  tous les responsables d’administration sautent. 2) Méritocratie : faire carrière dans l’administration et gravir les échelons de la fonction publique.18 Les tâches administratives ne sont jamais initiales par rapport aux tâches politiques – Principe de légalité.19 L’administration et le système politique se distinguent par des profils personnels et organisationnelsdifférents.
  23. 23. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 23L’approche renouvelée est beaucoup plus pragmatique. Selon elle, sur base de la nécessitéde l’action il convient d’effectuer une répartition des fonctions entre le système politique quipossède des fonctions d’orientation20 et d’autre part, le système administratif dont lafonction est de permettre l’adoption d’orientation21 (« information provider »). Tous cela, enayant un rapport avec l’efficacité (% résultats et chemins pris pour y arriver).Critiques de l’approche renouvelée : 1) La distinction des tâches politiques et administratives se heurte à des obstacles insurmontables. 2) Les critères utilisés pour circonscrire l’appareil administratif par rapport à l’ordre politique n’apparaissent guère plus solides.1.1.1.2. La définition du pouvoir d’EtatSelon Weber, le pouvoir de l’Etat est un groupement de domination qui est d’ordre politiqueà caractère institutionnel.Comme les autres groupements politiques, l’Etat entend acquérir l’exercice de la dominationet l’usage de la violence mais la grande différence de l’Etat s’est qu’il entend s’en réserver lemonopole.L’ordre étatique est donc un ordre institutionnel (totalitaire), il ne peut dès lors admettre laconcurrence. A l’intérieur de ses limites territoriales, il n’existe de violence légitime que dansla mesure où il la permet et la prescrit. L’Etat peut exercer deux types de pouvoirs : - Pouvoir de commandement et de sanction: adoption de règles et de normes. - Monopole de la direction administrative et de la force matérielle.1.1.1.2.1. Le pouvoir de commandement et de sanctionLa contrainte est au cœur même de l’institution étatique. Elle impose des choses pourdiminuer la violence. La formation de l’Etat n’est donc pas la suppression, l’élimination de laviolence mais l’imposition de contrainte au travers d’une centralisation, d’une concentrationdu pouvoir.La construction des structures publiques se fait donc au travers de processus visant àarracher des individus ou des groupes pour être remis au détenteur officiel du pouvoir. Lesconflits privés sont apaisés par la force publique.Quand on dit contrainte, on pense aux normes juridiques. Celles-ci sont le signecaractéristique et le moyen d’action privilégié du pouvoir institutionnalisé de l’Etat. Le droitdevient alors un ordre de contrainte et un instrument de sujétion des individus à l’Etat.Les normes juridiques s’imposent aux individus qui sont des sujets de droit. Selon MarcelGauchet, dans « La démocratie des Juges », les instruments de contraintes prennenttellement de place, les recours augmentent et les juges qui n’ont aucune légitimité veulentpouvoir interpréter des règles qui s’imposent à tout le monde.20 Le politique doit gérer un certain nombre de problématiques. Il faut qu’il trouve des solutions et pour cela ilfaut des informations. Donc, il faut un politique assez compétent pour drainer les informations, les stocker etquand ils veulent régler les problèmes, qu’il ait accès à toutes les informations.21 L’administration est compétente pour s’occuper des informations qui permettront la prise de décision.
  24. 24. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 24A la contrainte, associe-t-on aussi les appareils de contrainte. L’exécution de la norme estgarantie par l’intervention d’appareils de contrainte chargés de réprimer les manquementséventuels des individus et des groupes. Ces appareils de contrainte sont soit : - L’armée et la police : une force physique, spécialisée et professionnalisée. - La justice et les prisons : Un ensemble de rites et rituels visant à reconnaitre la faute et à administrer la sanction.Par définition, le pouvoir de l’Etat implique l’idée du monopole. - Selon Weber, le monopole est ce qui permet de distinguer l’Etat de toute autre institution sociale. - Selon Kelsen, l’Etat est le seul habilité à faire usage de la force selon les modalités fixées par l’ordre juridique, qui détermine les conditions d’utilisation de la contrainte physique et les individus qualifiés pour l’exercer. Attention, le monopole ne s’applique qu’à l’usage des moyens de contrainte, et il ne signifie donc nullement que l’administration possède un privilège d’exclusivité, d’ordre fonctionnel ou matériel, sur tous les secteurs.Jusqu’ici, que faut-il retenir ? - L’administration est le centre d’exercice du pouvoir de l’Etat. - Dans un Etat aérodynamique, l’administration met en œuvre la puissance étatique ce qui permet d’identifier l’administration des autres institutions sociales - Dans un Etat aérodynamique, l’administration est une organisation hiérarchisée et compris comme un système ce qui permet de définir son mode d’action spécifique dans la société.// Processus de construction de l’Etat et des structures administratives (introduction) + processus detransformation des structures de confiance dans les entités étatiques (partie 3)1.1.2. La nature de l’appareil de l’Etat1.1.2.1. Appareil d’Etat et domination socialeEn définissant les caractéristiques de l’appareil de l’Etat22 et en constatant sa pérennisationdans le monde entier, on n’expose que la partie superficielle du problème23.Nous allons répondre aux questions suivantes : Qui sont les acteurs dominants et quidomine ? Selon deux approches (libérale et marxiste).1.1.2.1.1. Les thèses libérales : appareil d’Etat et domination politiqueLes thèses libérales répondent à deux principes : 1) L’appareil de l’Etat est autonome par rapport au système économique - Le système politique s’équilibre au sein d’une certaine liberté. L’environnement conditionne mais ne détermine pas l’équilibre interne de l’appareil d’Etat.22 Quel positionnement ? Quelles caractéristiques ? Quels instruments ?23 - La contrainte ne peut être comprise comme neutre. - Assurer la reproduction des équilibres sociaux.  Domination sociale.
  25. 25. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 25 -Les caractéristiques de l’ordre étatique dépendent des facteurs politiques. La dépendance aux facteurs de production n’est pas historiquement fondée vu qu’il n’existait pas quand le système a été mis en place. - La classe politique dirigeante ne se définit pas par son statut économique. C’est la maîtrise des acteurs sur les mécanismes politiques qui détermine l’accès au pouvoir et non les variables économiques (mais qui peuvent être des ressources importantes). 2) L’appareil de l’Etat a une place primordiale dans le système sociale (orientation et définition)La convergence de différentes variables vers une image du système administratif a faitqu’aujourd’hui le système politique a primauté sur le système social et économique. Laprimauté du politique réfute toute approche déterministe au profit d’une approche dite de«pluralité causale ». - Primauté du politique sur le social : c’est le système d’Etat et ses instruments qui définissent les acteurs comme sujets de droits, les faisceaux d’imposition,… - Primauté du politique sur l’économie : c’est le système d’Etat et ses instruments qui par leur volontarisme structurent l’activité économique.C’est de la que découle les deux grandes approches de l’économie : keynésianisme (Etat joueun rôle à l’intérieur) et libéralisme (Etat ne joue pas à l’intérieur mais conditionne le cadre).Ces deux principes posent le problème du pouvoir en termes de rapport de forces politiqueset fait de l’appareil d’Etat un centre autonome, et prépondérant, de régulation sociale.Dans l’approche libérale, il existe une certaine homogénéisation du pouvoir. Selon Bourdieu,cette homogénéisation est due soit à la détention exclusive de certaines ressources, soit aucumul de ressources distinctes.« Le triangle du pouvoir » de Mills24 :Pour Mills, les phénomènes de domination politique existent ; mais ils résultent desrelations établies entre les détenteurs de certains rôles stratégiques, à l’exclusion de touteautre cause. Et Mills de distinguer trois institutions ayant l’exercice du pouvoir : l’institutionpolitique, l’institution économique et l’institution militaire. Ces trois institutions ont pris, aufil des âges, de plus en plus d’importance, et les moyens dont disposent leurs responsablesont augmenté dans d’énormes proportions. De ce fait, il y a concentration du pouvoir entreles mains de ces responsables.Ces trois institutions sont hautement bureaucratisées, tout comme elles sont centralisées.De ce fait, le nombre de personnes y détenant un pouvoir réellement significatif est fortrestreint, le pouvoir ne se trouvant pas éparpillé entre différents niveaux hiérarchiques maisau contraire concentré aux seuls échelons les plus élevés.1.1.2.1.2. Les thèses marxistes : appareil d’Etat et luttes des classesLa pensée marxiste développe une vision critique de l’appareil d’Etat capitaliste et créel’émergence d’une vision propre de celui-ci.24 http://serge-bs.over-blog.com/article-mills-ch-w-et-le-pouvoir-42738837.html
  26. 26. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 261.1.2.1.2.1. La détermination économiqueSelon la vision marxiste, l’Etat n’est pas extérieur et supérieur au système social comme leprétend la doctrine libérale, le pouvoir étatique s’exerce sur un milieu déjà structuré, dont lahiérarchisation s’impose à lui. On assiste à un renversement de la perspective hégélienne 25Remarque : - L’Etat n’est qu’une institution seconde, dérivée, dont la logique ne peut apparaitre que dans le cadre d’une analyse sociale globale.25 Infrastructure (ou base matérielle) et superstructure sont une paire de concepts philosophiques développépar Karl Marx et Friedrich Engels et utilisés par le marxisme, permettant de distinguer les bases essentiellesdordres sociaux variés.Linfrastructure désigne ce qui est relatif à la production :les conditions de production (climat, ressources naturelles) ;les forces productives (outils, machines) ;les rapports de production (classes sociales, domination, aliénation, salariat...).Cest de linfrastructure, que selon Marx et Engels, découle la superstructure.La superstructure désigne lensemble des idées dune société, cest-à-dire ses productions non matérielles :les institutions politiques ;les lois ;la religion ;la pensée ;la philosophie ;la morale ;... .Entre les deux, il y a donc un rapport de détermination. De linfrastructure, qui régule lactivité de production,découle la superstructure (les institutions politiques, les lois, la religion, la pensée, la philosophie, la morale).Cette conception marxiste explique le changement social qui est impulsé par les transformations du système deproduction. Par exemple, la révolution industrielle a contribué à transformer la société féodale en une sociétéindustrielle, ce qui implique que lévolution de linfrastructure (mécanisation, industrialisation,prolétarisation...) a engendré une évolution de la superstructure (développement du protestantisme, durationalisme, du libéralisme...). Au contraire, la superstructure est là pour maintenir en place le mode deproduction. Marx lillustre avec lexemple de la philosophie de Hegel (et lidéalisme allemand en général),mouvement des idées qui visent à la conservation de lordre bourgeois, et de la production capitaliste.
  27. 27. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 27 - La détermination par l’économie est variée : des formes politiques ou idéologiques hétérogènes, des conjonctures institutionnelles différentes sont compatibles avec un même type de structures économiques et sociales26.1.1.2.1.2.2. L’appareil d’Etat dans les pays socialistesL’Etat communiste s’est mis en place en différentes étapes : Effondrement Dictature du Effondrement des structures prolétariat Etat du système étatiques (situation communiste* capitaliste capitalistes transitoire)* Un Etat dans lequel il n’existe plus de domination car l’ensemble des instruments dedomination (capital) sont collectivisés.En réalité, l’appareil d’Etat survit et se renforce. On peut dire que la structure étatique arésisté au changement de base économique et semble avoir évolué indépendamment desrapports de production. Ceci peut être expliqué de différentes manières : 1) Les égarements du régime seraient causés par la personnalité de Staline. 2) La thèse de la déviation bureaucratique. 3) La thèse de la déviation capitalistique : une nouvelle élite bureaucratique ou la théorie du « capitalisme bureaucratique » (Castoriadis).1.1.2.1.2.3. La fin de l’histoireLa rencontre entre les approches libérales et marxistes a provoqué la chute du mur de Berlinet une transition économique vers un capitalisme globale.Pour connaitre des suites hypothétiques : « La fin de l’histoire » de F. Fukuyama ou « Le chocdes civilisations » de S. Huntington.1.1.2.2. L’appareil d’Etat et conflits sociaux : garantir l’unité externe du système socialComment garantir la cohésion du système social dans un contexte de domination ?  L’appareil d’Etat est obligé de prendre en compte les conflits qui pourraient le mettre en péril et compromettre sa reproduction.Plusieurs types de règlement sont possibles dans cette situation : - Règlement par l’imposition : l’appareil d’Etat réduit par la force les conflits (peu efficace et exige beaucoup d’énergie). - Règlement par la concession : diminuer l’intensité des conflits par des concessions judicieusement avancées et négociées. - Règlement par l’intégration : permet l’intériorisation des valeurs (inégales) produites et entretenues par le système social.1.1.2.2.1. La fonction stabilisatriceLorsqu’il y a émergence des problèmes, deux approches sont possibles : - L’approche préventive avec l’utilisation de techniques prévisionnelles mais il est très difficile de prévoir ce qui peut arriver.26 Vision plus douce.
  28. 28. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 28 - L’approche curative avec l’utilisation de technique de planification et de justice redistributive.Les tensions doivent être traitées de manière à réduire leur intensité et à les priver de touteforce explosive. Deux voies pour ce faire sont possibles : - La planification sociale27 (« Fantansy dream ») : démontrer la possibilité de trouver un dénominateur commun à l’ensemble des intérêts sociaux en présence. Il faut alors faire miroiter aux groupes dominés un certain nombre d’avantages, dont on amortit les effets dans le temps, pour les rendre compatibles avec la logique sociale globale. - La socialisation (consocialisme) : mettre en présence les représentants des groupes sociaux dont les projets et les rationalités apparaissent divergentes afin d’exprimer les oppositions et à réduire progressivement les dissensions.Malgré les efforts de l’appareil d’Etat, les tensions sociales ne peuvent être réellement etdurablement aplanies. C’est donc l’émergence de l’Etat Sisyphe28 : l’appareil d’Etat estconstamment obligé de réévaluer ses objectifs, ses moyens, de modifier la nature et lesformes de ses interventions.L’équilibre entre dominants et dominés est en constante évolution. L’Etat doit doncconstamment se réinventer, cela se traduit par l’émergence d’un système.1.1.2.3. L’appareil d’Etat et conflits sociaux : la garantie de l’unité structurelle du système administratifL’appareil d’Etat doit reproduire en interne les rapports de domination externe. Cela setraduit par la stratification administrative qui n’est pas socialement neutre, bien aucontraire, l’appareil d’Etat retranscrit sur un mode bureaucratique des conflits sociaux réels.D’où, deux objectifs à remplir : l’unité des agents et l’unité des services.1.1.2.3.1. L’unité des agentsL’appareil d’Etat ne peut admettre l’existence de déchirements internes. Le dogme unitairequi est à la base même de la conception libérale de la fonction publique s’entend donc demanière absolue.Selon l’approche normative pour ce faire, il faut une mise sous tension avec différentsaspects : - Augmentation des effectifs de la fonction publique. - L’augmentation des effectifs se traduit par une perte des privilèges jusque là accordés aux agents de l’Etat.2728 Pour avoir osé défier les dieux, Sisyphe fut condamné à faire rouler éternellement un rocher jusquen hautdune colline dont il redescendait chaque fois avant de parvenir à son sommet
  29. 29. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 29 - Le modèle culturel traditionnel, axé sur l’idée de service est de moins en moins bien accepté par une base revendicatrice et prolétarisée qui se sent solidaire des autres travailleurs. - Montée en puissance du phénomène syndical. Donc, l’unité des agents s’obtiendrait par la mise sous tension. Celle-ci reproduit en interne les rapports de domination externes avec une : - Standardisation et affirmation des valeurs. - Attention mise sur les modes de recrutement. - Actions de socialisation des agents. - Mise en place de formules de participations.1.1.2.3.2. L’unité des servicesL’unité de l’appareil d’Etat se définit comme l’intervention articulée sur la société de lafonction propre assignée à l’appareil d’Etat qui lui assurerait une cohésion interne etréaliserait l’unification de ses composantes.Mais cette unité est un mythe. En effet, l’appareil de l’Etat se présenterait de manièreéclatée et hétérogène : il se caractériserait par la juxtaposition de multiples instruments. A cause du monopole d’intervention, de la professionnalisation des agents et d’un discours voulant légitimer la rationalisation du fonctionnement de l’Etat ; se produit un phénomène de segmentation et/ou centrifuge.On voit donc apparaitre un glissement des mécanismes de régulation du centre de l’appareilde l’Etat vers ses périphéries. L’attention est alors, de plus en plus, mise sur les« interrelations » établies entre l’administration et la société.Remarque : - La division du travail n’est cependant pas telle qu’elle isole chacun des segments administratifs par des cloisons étanches. - Les logiques structurantes qui comportent des principes de hiérarchisation produisent également des tensions internes au-delà des tensions sociales existantes.2. La fonction idéologiqueL’Etat aérodynamique entraine l’usage de la force qui provoque une énorme dépensed’énergie et laisse subsister les racines profondes du conflit. L’inculcation de modes depensées, de comportements,… aboutit à des résultats plus durables et à moindre coût d’oùl’utilisation de la fonction idéologique dans le but de régler et prévenir les conflits. - Faire en sorte que les acteurs sociaux croient dans le bien-fondé de l’ordre social et politique existant. - Violence symbolique contrée par « La servitude volontaire29 » qui entraîne une production d’idéologie à travers un discours du pouvoir pour l’inculcation de cette idéologie.29 Le Discours de la servitude volontaire est un ouvrage rédigé en 1549 par Étienne de La Boétie à lâge de 18ans. Sa première publication date de 1576. Ce texte consiste en un court réquisitoire contre labsolutisme quiétonne par son érudition et par sa profondeur, alors quil a été rédigé par un jeune homme dà peine 18 ans. Ce
  30. 30. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 302.1. La production idéologiqueLa production d’idéologie pose la question de la finalité, des conditions de production decelle-ci ainsi que la mise en place du système de légitimation.  Le but est de mettre en place le double travail de fétichisation30 et d’occultation31.2.1.1. La finalité légitimanteLa finalité légitimante a deux grands axes : - La légitimité du système de domination sociale. - La légitimation de l’appareil d’Etat.  Il faut comprendre comment les institutions publiques veulent donner l’image d’une société intégrée, fluide et égalitaire, où la hiérarchisation est fondée exclusivement sur les capacités individuelles, et en mettant l’appareil d’Etat au service de la collectivité toute entière.2.1.1.1. La légitimation du système de domination socialeIl faut provoquer l’effacement des antagonismes en arrivant à un degré de cohésion socialeet de création de solidarité. Il y a plusieurs manières de voir et de répondre à la réductiondes inégalités sociales : - Visions libérales et marxistes : les inégalités ne sont pas construites de la même manière. - Etat-providence : Sécurité sociale, haut financement des systèmes éducatifs,… rendre les inégalités viables. - Etat social actif (redéfinition de l’Etat-providence) : utilisation d’instruments comme la limitation des allocations de chômage,…En présentant les inégalités sociales comme un phénomène naturel, mineur ou en voie dedisparition, l’idéologie cherche à atténuer leurs conséquences explosives et à les rendresupportables.L’appareil d’Etat participe à occulter les phénomènes de domination. Tout sonfonctionnement tend à faire croire en l’égalité fondamentale des individus et des groupessociaux (pas de classe, pas de hiérarchisation sociale).Un indice de cette action peut être trouvé dans les dispositions légales et réglementaires ouconstitutionnelles qui visent à traiter de manière identique l’ensemble des individus enqualité de personnes juridiques, soit en tant qu’usagers.L’idée est de renforcer le sentiment communautaire et de développer l’identification desindividus à la collectivité nationale. Cet objectif suppose le lancement de thèmesmobilisateurs destinés à faire prendre conscience aux membres de la collectivité de ce quiles unit négativement cintre l’extérieur et ce qui les rassemble positivement. Par exemple, lapolitique de l’ennemi : quand on a un ennemi commun, sa renforce la cohésion sociale. Ouencore, la « société de défense » de Marcuse : l’Etat se sert de la menace permanente d’untexte pose la question de la légitimité de toute autorité sur une population et essaye danalyser les raisons dela soumission de celle-ci (rapport « domination-servitude »).30 Fait d’attribuer à quelquun, à quelque chose une existence ou un pouvoir quasi magique, les respecter defaçon excessive.31 Fait de dissimuler quelque chose, de le passer sous silence.
  31. 31. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 31agresseur pour exiger des citoyens leur obéissance à l’ordre en place, ce qui favorise aussi lacohésion sociale.La cohésion du groupe renvoie à l’ensemble des forces qui contribuent au maintien d’un liend’ensemble entre les membres du groupe, et, ce à travers des formes variées. Les effets dela cohésion du groupe peuvent être variés : - Favorise le moral et donc le sentiment de satisfaction de ses membres. - Renforce le sentiment de sécurité et d’estime mutuelle. - Permet une augmentation quantitative et qualitative des interactions entre les différents membres. - Permet une plus grande efficacité du groupe dans la réalisation de ses objectifs. - Permet une plus grande interdépendance des membres entre eux. 32 // L’expérience de la « Western Electric » (E. Mayo, 1945)2.1.1.2. La légitimation et le fondement de l’appareil d’EtatLa détention du pouvoir n’est jamais présentée comme un fait arbitraire mais il est toujoursjustifié par référence à certains principes reconnus par la collectivité toute entière.Ceux qui détiennent le pouvoir doivent établir leur droit à l’exercer au regard de ces normesou de ces principes fondamentaux et donc fondateurs. Les élections, les diplômes, lescarrières, l’expérience sont des instruments légitimant les personnes au pouvoir, ceux-ci sontavant tout juridique et répondent aux grands principes de la légitimité de Weber.Pour Max Weber, toute socialisation passe par une forme de domination, d’adhésion prochede la soumission volontaire qui dépend des qualités que le dominé prête à celui quicommande. L’État, en tant qu’organisation sociale, n’échappe pas à cette règle. Sa légalitéest fondée sur la conviction qu’ont les citoyens qu’il est juste de lui obéir. Mais la légalitén’implique pas la légitimité.Le sociologue allemand distingue trois grandes sources de légitimité. - La légitimité légale (ou rationnel) repose sur la « croyance en la légalité des règlements arrêtés et du droit de donner des directives qu’ont ceux qui sont appelés à exercer la domination par ces moyens ». - La légitimité traditionnelle revêt « un caractère exceptionnel, reposant sur la croyance quotidienne en la sainteté de ceux qui sont appelés à exercer l’autorité par ces moyens ». - La légitimité charismatique repose sur la « soumission au caractère sacré, à la vertu héroïque ou à la valeur exemplaire d’une personne ».32 Les individus qui constituent un atelier au travail ne sont pas, purement et simplement,des individus ; ils forment un groupe au sein duquel ils ont développé des habitudes derelations entre eux, avec leurs supérieurs, avec leur travail, avec les règlements delentreprise.MAYO,G., The humans problems of an industrial civilization, p.116, cité par BADIN,1965, p. 43.Le désir d’être bien avec ses collègues de travail, ce que l’on appelle l’instinct humaind’association, l’emporte facilement sur le simple intérêt individuel et la logique desraisonnements sur lesquels tant de faux principes de direction sont fondés.MAYO, 1947, in Sciences Humaines, HS n°20, p.06
  32. 32. Nicolas Baltus 2ème année du grade de bachelier en sciences politiques 2010 – 2011 Introduction à la science administrative 32On peut ajouter à cela la légitimité marginale-séquente qui n’est pas de Weber : Accès aupouvoir d’influence parce-que la personne en question se trouve dans deux endroitsdifférents et cumule des informations.Dans les systèmes actuelles, la seule légitimité valorisée est la légale-rationnelle. Le pouvoirest vu comme un lieu vide où l’on peut se présenter si on le veut et qui tient en place grâce àdes garanties juridiques. Mais dans la réalité, si on décortique le système, tout le monde n’ya pas accès : il y a une stabilisation des élites au pouvoir. Et si on renforce le rationnel, il sepeut qu’un effet pervers se crée et donne une déviance totalitaire. Pour lutter contre celle-ci, nous avons introduit des notions comme les crimes contre l’humanité et des principesgénéraux auxquelles on ne peut jamais déroger, indépendamment du régime en cause.2.1.2. Les conditions de la production idéologiqueSi l’importance de l’idéologie dans la reproduction des rapports de domination sociale etdans la garantie de l’autorité étatique est clairement établie, en revanche le processus33 parlequel les idées, les représentations sont produites est beaucoup moins évident.2.1.2.1. La nature de l’idéologieTrois dimensions de l’idéologie prédominent : les dimensions politique, sociale et psychique.Dans ces dimensions, l’idéologie répond à deux grands principes : - Ensemble relativement cohérent de représentations, par lequel les différents groupes sociaux expliquent leur situation ou perçoivent l’organisation. - Phénomène de pouvoir puisque la production d’idéologie n’est pas socialement et politiquement neutre, elle traduit des rapports de puissance et de domination.Selon les libéraux, l’idéologie détient une existence propre et peut alors être comprisecomme une arme précieuse dans le combat politique. C’est donc l’essence même dupolitique. Selon les marxistes, l’idéologie est avant tout le reflet déformé des rapportssociaux réels.2.1.2.1.1. La dimension politique de l’idéologie (libéraux)L’idéologie est un élément essentiel de la dynamique politique. Les valeurs, images, idéesdont les groupes sociaux sont porteurs ne sont jamais un simple reflet passif de leursconditions matérielles d’existence, mais le résultat d’un travail intense d’inculcation. Lesdifférentes forces politiques s’efforcent de conquérir le pouvoir en imposant leurreprésentation du monde, de la société et de l’organisation sociale dans son ensemble. L’idéologie peut donc être vue comme système de représentation :La construction des idéologies n’est donc pas une opération arbitraire. Une idéologie nepeut réussir que si elle mobilise les idées ou pulsions déjà présentes, au moins à l’étatvirtuel, dans la psychologie individuelle. Elles ont donc une existence réelle et une portéetotalisante.33 Processus diffus et dilués dans la société toute entière.

×